AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   Dim 25 Oct - 13:20

* Cette enfant est décidément une plaie! *

Il est vrai que Sateen ne semblait pas vraiment se soucier de son besoin de retrouver son titre, sa noblesse passée et son corps par-dessus le marché.
Non! Elle ne voyait que son corps actuel de silicone et cela lui convenait parfaitement. Mais pas lui! Cela ne l'enchantait guère de jouer les poupées pour une manante sans noblesse, dont la nature du sang devait être douteuse et qui en plus l'a déjà défroqué sans la moindre vergogne pour tenter de lui enfiler une robe. La perversion de cette peste ne semblait pas avoir de limite.

Il se laissait malmener dans ses bras pour une balade.
On ne pouvait pas dire qu'elle sache le porter correctement et des fois il se demandait si elle ne le confondait pas avec un sac à patates. Une insulte! Mais ce n'était pas la première erreur de la journée…
En effet, la fillette voulant s'attirer la sympathie de son félin stupide, mais ayant tout de même l'intelligence de ne point l'apprécier reconnaissons-le, avait acheté du vulpin, l'herbe à chat. C'était sans compter sur sa maladresse, puisque cette immondice s'était déversée sur le pauvre Raven. Le comble fut qu'elle épousseta tout ça à la va-vite. La décence aurait voulu qu'il mérite un bain digne de ce nom et que ses affaires soient lavées… mais elle ne semblait pas briller d'idées lumineuses.

- Sale peste! maugréa-t-il à voix basse à l'intéressée en se souvenant de la scène.

Il le lui aurait bien rappelé de manière brutale si son tuteur n'avait pas été présent.
Il devait toujours chercher le moyen de s'octroyer les faveurs du vampire ou tenter de le manipuler de façon subtile afin de l'amener à récupérer pour lui son corps enlevé par un démon.

Lorsque l'enfant passa par une ruelle déserte, la poupée put enfin laisser libre cour à son juste courroux.
Il attrapa sa baguette magique à la ceinture et électrocuta légèrement la petite afin de lui apprendre les bonnes manières. Elle émit un léger petit cri de surprise et le comte alla s'écraser sur le sol. Trois doigts se rompirent, mais se rapprochèrent lentement de la main meurtrie pour s'y ressouder à nouveau, comme si aucun incident n'était intervenu.

- Raven t'es méchant! lui cria-elle avant de l'abandonner à son sort.

L'adolescent lui aurait bien répondu ou placé un autre sort, malheureusement les paroles trop fortes de Sateen risquait de faire venir quelqu'un alors il préféra rester inerte au sol.
Il ne savait pas combien de temps il devait rester ainsi… mais il devait résister à l'envie de se lever pour corriger proprement la petite brunette.

… Quatre minutes …
Visiblement la scène ne semblait avoir déranger personne. Du moins il le pensait jusqu'à ce qu'il commence à percevoir des bruits des mouvements.
Un chat… puis deux… et enfin trois. Qu'importe! Ces créatures à l'intelligence limitée n'éprouvaient aucune affection particulière pour lui; ils partiraient bien assez vite. Pourtant, contre toute attente, ils s'approchaient petit à petit de lui.

* Les herbes de la manante?!!! * réalisa-t-il brusquement.

Puisqu'aucun humain ne semblait s'être intéressé à la crise de l'enfant, il pouvait se redresser sans crainte qu'un ennemi vienne s'en prendre à lui. Il ramassa la baguette qui gisait au sol non loin de lui et la pointa sur l'une des boules de poils.

" Reculez créatures inférieures ou vous subirez mon courroux! "

Son visage figé ne montrait aucune expression de colère, ses lèvres n'avaient point bougées, mais ses paroles furent audibles tel que le ferait un ventriloque.
Sa menace semblait réelle au ton de sa voix.


[602 mots]


Dernière édition par Raven Silvery le Lun 26 Oct - 22:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   Lun 26 Oct - 0:23



    Une fois n’est pas coutume, Bérénice se promenait dans Pré-au-lard. Elle aimait beaucoup cette activité qui lui dégourdissait les jambes, lui faisait prendre le grand air et lui permettait de faire du lèche vitrine. Bonus personnel : elle pouvait se fondre dans la masse ! Pour quelqu’un d’aussi timide et inadaptée socialement que la jeune fille, c’était inespéré. Personne ne lui parlait, personne ne semblait la voir, elle était comme invisible ce qui lui donnait une certaine aisance.

    Cependant, alors qu’elle se baladait de magasins en magasins, elle entendit du raffut dans une ruelle toute proche. S’approchant à petit pas, elle regarda et vit un… chat… puis deux autres… jusque là tout va bien vous me direz… sauf qu’ils s’en prenaient à une poupée qui… parlait ? Ah ! C’était quoi ce délire ! Frissonnant, Bérénice eut pour premier mouvement de partir mais laisser une pauvre poupée aux prises avec un gros chat plein de griffes ce n’était pas très charitable. Pas très Poufsouffle en somme…

    Prenant son courage à deux mains, elle s’approcha courageusement. Elle n’aimait pas spécialement les chats, ils lui faisaient peurs (comme un peu tout faut dire), heureusement, elle avait sa baguette ce qui lui donnait un minimum confiance. Elle pourrait toujours les repousser par magie. « Minous, minous, allons, laissez cette poupée tranquille… elle ne vous a rien fait… » Prononça la voix douce bien que légèrement rauque de la jeune Poufsouffle qui se baissa et tendit les mains vers les chats tout en continuant à essayer d’amadouer les bestioles. « Venez là les petits chats… allez, soyez gentil mes mignons… » Mettant ses mèches brunes derrière ses oreilles pour plus de confort, elle dévoila ses prunelles bleus ciels qui fixaient toujours les trois bêtes non sans crainte.

    Prise d’une idée subite, elle tourna la tête vers la poupée et lui dit (bien qu’elle se sente très bête de parler à une poupée !) « J’ai une idée, je reviens ! » Se relevant, elle courut jusqu’au poissonnier et lui acheta quelques sardines fraîches pas trop chers avant de retourner dans la ruelle et de tendre les sardines aux chats « Allez, venez là, c’est l’heure de manger les minous ! » ce fut plus efficace mais ce que Bérénice n’avait pas encore résolu, c’était où mettre le poisson. Finalement, elle le posa par terre. Les chats n’en auraient pas pour longtemps à trois sur quelques sardines mais c’était toujours ça de pris.

    S’approchant de la poupée, la Poufsouffle se baissa et lui demanda d’un ton très poli « Excusez moi mais il serait peut-être judicieux que je vous emmène ailleurs… enfin… si vous permettez. » Bérénice se sentait un peu gênée de parler avec une poupée mais elle n’avait pas trop le choix, ils n’allaient pas rester là tout de même ? D’ailleurs, elle avait crut entendre une autre voix, celle d’une petite fille, tout à l’heure… mais elle ne l’a voyait plus. Il faudrait peut-être qu’elle aide cette poupée à retrouver sa propriétaire… Bérénice commençait à s’affaisser sous le poids de sa tâche mais elle pouvait bien sacrifier sa journée à Pré-au-lard pour venir en aide à un être innocent…

    Et c’est là que Bérénice déchante, encore une fois !


{537}


ZONKO
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   Lun 26 Oct - 22:14

Quelle était cette fille qui osait s'approcher?!!!
Pour ce qui était de n'avoir rien fait… tout était une question de temps car il voulait justement faire des choses mesquines. Mais bon, il ne fallait pas risquer de se fouler un poignet si une manante pouvait se charger des chats pour lui… Elle tenta de les faire venir à elle en les appelant.

* C'est ça! Allez faire mumuse avec le bas peuple! *

Mais les yeux bleus de l'adolescente ne semblaient pas autant attirer les félins que le regard violet de la poupée. Surtout que cette dernière embaumait l'air d'une odeur alléchante de vulpin. Visiblement les chats étaient plus intéressés par une stupide odeur d'herbe plutôt qu'une éventuelle promesse de caresses.

* En même temps je les comprends de me préférer à elle… *

Il faillit la héler lorsqu'elle prit la fuite en laissant supposer qu'elle allait revenir.
La jeune noble savait qu'il n'y avait pas grand-chose à attendre du genre humain… mais de là à prendre la fuite devant trois chats…
Il pointa sa baguette et envoya une décharge électrique au premier chat, au second… et pour ne pas faire de jaloux, aussi au troisième qui finalement avait décidé de se détourner de lui. Mais bon, il n'était pas là pour s'amuser avec des créatures inférieures alors autant en finir définitivement.

Raven s'apprêtait à jeter un sort impardonnable si l'inconnue n'était pas revenue avec des poissons pour ses assaillants.
Difficile de savoir si c'était pour s'éloigner de la poupée ou pour apprécier un repas gracieusement offert que les chats se jetèrent vers les sardines.

Si il n'y avait pas eu de témoins, il aurait pu s'acharner sur eux… mais qu'importe, on allait dire qu'il était d'humeur magnanime. Louer soit sa grandeur d'âme.
Sa tête se tourna vers l'adolescente qui s'approchait de lui, mais son visage n'exprimait rien de plus que l'expression dans laquelle le visage de silicone était figé. Elle voulait l'emporter…

- Il suffit! Je ne suis pas un garçon qu'on balade ainsi à son aise! jeta-t-il d'un ton écorché. Je refuse que plus de gens me traitent comme un vulgaire objet. Sais-tu qui je suis, manante?!!!
( Bah oui! Il était dans ses plans de faire reconnaître son titre que le plus de monde le connaisse alors il fallait bien commencer quelque part.)
Je suis le comte Silvery, Raven Silvery. Et le premier quidam ne peut se permettre de poser les mains sur mon illustre personne!

Pourtant la demoiselle semblait polie, une qualité qu'il appréciait et qui l'empêchait d'user immédiatement de sa baguette sur l'inconnue pour avoir oser vouloir porter la main sur lui. Un pouilleux grossier n'aurait pas eu cette chance.
De plus, si il se déplaçait, il risquait d'attirer l'attention sur lui. Bien que cela lui soit un peu égal, il ne devait pas oublier que sa famille avait des ennemis. Se promener dans les bras d'un porteur était une option préférable et si la jeune fille voulait être sa servante pour la cause, cela ne le dérangeait pas.

- Fille du peuple! Tes manières ne sont pas exemplaires et je suis quelqu'un de très capable de survivre à trois malheureux chats de bas fonds, encore plus capable de me déplacer tout seul. Mais ton assistance pour servir mes intérêts pourrait être une tâche quelque peu louable. Il me faut prendre un bain et laver mes vêtements afin de perdre l'odeur d'herbe à chat dont l'enfant m'a affublé.

Il monta dans les bras de la brune.

- Va Fille du peuple! Mène à bien ta quête afin de me satisfaire, lui annonça-t-il avec lenteur.


[599 mots]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   Mar 27 Oct - 18:27

    Effectivement, elle déchanta et une lueur de panique passa dans ses prunelles azur juste le temps qu’elle se dise qu’après tout, elle ne pouvait pas deviner et qu’elle ne reprenne. Elle se félicita d’avoir demandé la permission avant même d’avoir posé ne serait-ce que le petit doigt sur la poli et écouta d’un air sage les paroles de la poupée.

    Alors c’était quelqu’un d’important ? Elle était vraiment désolée de lui avoir manqué de respect, ce n’était certainement pas son intention. Elle pensait juste que ces chats l’importunaient. Toutefois, elle ne se voyait pas se justifier. D’expérience, elle savait que ça énervait encore plus les gens quand elle le faisait parce qu’ils la trouvaient niaise.

    « Désolée monsieur le comte. Enchantée de faire votre connaissance, je suis Bérénice Bones. » Bérénice avait beau être une sang pure, elle n’y connaissait juste rien en généalogie ou en titre de noblesse. Faut dire que sa famille était sang pure un peu par hasard, ils n’y tenaient pas particulièrement, c’est juste que les choses s’étaient toujours goupillés de façon à ce qu’un sorcier Bones épouse une sorcière de longue lignée, rien de plus, rien de moins.

    Pour ce qui était de la suite, elle n’était pas certaine de comprendre tous les mots mais elle comprit vaguement l’idée : il n’avait pas besoin d’elle mais en même temps, ça l’arrangerait bien qu’elle l’aide quand même. Quelqu’un de plus cynique qu’elle aurait pu répondre de manière ironique mais Bérénice était toujours prête à rendre service, en plus de ça, ce n’était pas comme si elle avait mieux à faire de sa journée ! On parle de la fille qui essaie de se fondre dans le décor et dont le nombre d’amis tient sur une seule main…

    Laissant la poupée (masculine à priori) grimper dans ses bras, la brune se releva et passa à côté des chats non sans prudence. Elle aurait bien utilisé l’argent du poisson pour autre chose mais bon, tant pis. Elle s’achèterait des bonbons une autre fois, de toute façon, les bonbons ça fait grossir. Pas qu’elle soit grosse (elle en était loin la chance) mais allez donc le lui dire tiens !

    « Je vais essayer de trouver un endroit tranquille… Heu… pardonnez-moi de vous poser cette question mais est-ce que vous sentez le froid ? » Parce qu’elle se demandait comment faire pour trouver de l’eau chaude. Sinon, il faudrait peut-être la faire chauffer par magie ? Heu, elle ne connaissait pas le sort mais le comte lui, le connaissait peut-être. De toute façon, elle ne pouvait pas emmener la poupée à Poudlard donc il faudrait la nettoyer à Pré-au-lard et faire avec les moyens du bord. Se glissant furtivement dans les Trois Balais (on sent l’expérience de la fille qui veut pas se faire remarquer), elle se dirigea vers les toilettes et elle ferma à clef parce qu’elle ne tenait pas à ce qu’on la voit en train de donner un bain à une poupée. Elle n’avait pas de réputation à préserver mais quand même… une poupée qui parle, c’est so strange non ?

    Posant délicatement Raven sur le rebord de l’évier, elle prit une barrette dans son sac et remonta ses cheveux bruns en chignon lâche pour qu’ils ne la gênent pas pendant son opération de nettoyage. Elle sortit ensuite un flacon de gel douche à la rose qu’elle venait juste d’acheter, elle avait des scrupules à nettoyer un comte avec heu… bah le savon bon marché des toilettes des Trois Balais. « Ce parfum vous convient ? Heu… vous enlevez vos vêtements ou vous préférez que je vous aide… Je dois vous paraître bête mais je n’ai jamais aidé de… heu… gens comme vous. » Et ça c’était pas rien de le dire !


{627}


ZONKO
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   Mer 28 Oct - 13:57

La tâche semblait vraiment des plus aisée finalement…
L'adolescente lui reconnaissait sans problème son statut de comte et semblait enchantée de faire sa connaissance, du moins c'est ce qu'elle disait. D'une autre part qui ne serait pas ravi de faire la connaissance d'un comte?!!
Elle se présenta sans y avoir été conviée, lui imposant son nom par la même occasion. Cela ne l'enchantait guère, mais il laissa passer l'affaire. D'ailleurs le nom de Bones semblait lui dire vaguement quelque chose… mais il était incapable de savoir d'où. Qu'importe de toute façon! Peut-être était-ce tout simplement l'analogie avec le mot "os".

Oui un endroit tranquille serait parfait pour qu'il puisse prendre un bain en toute tranquillité.
Mais elle enchaîna sur une question tout à fait stupide.

- As-tu bien regardé mon corps actuel, Fille du peuple?!! Il est totalement en silicone, je ne peux pas m'ébouillanter ou me frigorifier quelque soit la température de l'eau. Je parviendrais à faire la différence entre les deux, mais ni l'un ni l'autre ne me dérangerait. Maintenant cesse de m'importuner avec des détails insignifiants et occupe-toi de la tâche que je t'ai allouée! répondit-il d'un ton hautin.

La poupée se laissa facilement amener et s'interrogea sur la manière furtive qu'avait tendance à adopter naturellement la jeune fille dans ses déplacements.
Non pas que ça le dérange, puisque ça servait ses intérêts… mais elle ne semblait pas avoir inventé l'eau chaude alors il se questionnait sur la nécessité qu'elle avait à se dissimuler naturellement dans le décor.

Il reconnut la battisse dans laquelle elle le mena.
Après tout, la fillette le trimbalait de temps en temps en ville alors il avait déjà eu le loisir de passer devant. Mais restait sceptique sur le fait qu'elle ait pensé à cet endroit en particulier et le fait qu'elle s'y enferme avec lui dans les toilettes.

* Un traquenard?!! Aurais-je été berné par la fausse naïveté de la drôlesse?!!! *

Il se redressa sur ses pieds lorsqu'elle le posa sur le rebord de l'évier et porta sa main à sa baguette alors qu'elle attachait ses cheveux. Il avait du mal à comprendre ce qu'elle attendait de lui dans un endroit aussi inconvenant. Mais se décrispa lorsqu'il réalisa que le manque de réflexion évidente de la brune était à l'origine d'un quiproquo flagrant.

- Cette fragrance me conviendra à défaut de choix et oui tu parais avoir un intellect déplacé par rapport à la moyenne des humains. Je saurais me dévêtir tout seul et je t'interdis d'oser tenter d'explorer du coin de l'œil mon corps pur! Mais tu peux te distraire en lavant mes oripeaux dans le bac d'à côté, dit-il en désignant l'autre évier.

Il se mit à faire couler l'eau et versa tant bien que mal du gel douche afin que cela mousse et puisse cacher un peu son anatomie une fois qu'il sera à l'intérieur.

- Tu aurais tout de même pu trouver plus grand, Fille du peuple. Mon corps va peiner à contenir dans une flasque aussi petite.

Du haut de ses 64cm, il était un peu grand pour l'évier. Mais en pliant les jambes, il devrait parvenir à tenir dedans. De plus, il ne pouvait se permettre de faire trop la fine bouche alors que la priorité restait de retirer le pollen de vulpin qu'il transportait sur sa personne.
Il commença à se dévêtir après avoir vérifié qu'elle ne regardait pas et entra dans l'eau pour cacher les détails de sa personne qui ne devraient pas être montrés à une jeune fille. Il commença à nettoyer son corps.

- Tu peux prendre soin de mes vêtements maintenant, ordonna-t-il sans vraiment hausser le ton.

Alors qu'il s'activait à laver son corps pour faire partir l'odeur de vulpin, il se rappela la petite chose qui le turlupiner avant.

- Fille du peuple, lança-t-il au milieu de sa toilette. Tu disais que ton nom était Bones, il me semble. J'ai l'impression l'avoir entendu il y a de cela fort longtemps… Aurais-tu une idée sur le fait que ce nom ne me semble pas inconnu?


{647}
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   Mer 28 Oct - 19:43

    Fille du peuple par ci, fille du peuple par là ! Heureusement que Bérénice était d’une nature docile parce qu’au fond, ça commençait à l’agacer un tout petit peu. Vous savez, comme une petite démangeaison un peu gênante qu’on supporte parce que dans le fond, gratter serait encore pire... Pour résumer, elle préféra ne pas répondre aux premières paroles de la poupée, de toute façon ça l’arrangeait qu’il soit insensible au froid puisqu’elle s’était posée le problème de l’eau chaude plus difficile à trouver.

    « Oui, oui, je vais me distraire. » marmonna-t-elle la seconde fois en prenant les vêtements tout en se demandant en quoi c’était gênant de nettoyer une poupée. Même avec une poupée d’allure masculine, ça restait un être asexué non ? Mais c’était pas elle qui irait critiquer une quelconque pudeur de la part de qui que ce soit alors qu’elle passait une partie de son temps à essayer de détourner d’elle le regard des autres. Nettoyant les vêtements avec beaucoup de sojn pour quelqu’un qui supportait des injonctions moins polies les unes que les autres depuis vingt minutes, elle répondit même par des excuses aux plaintes de la poupée. La victime parfaite en somme. « Désolé, je ne voyais pas d’autres endroits avec des lavabos, sinon il aurait fallu que je vous emmène à Poudlard mais ça n’aurait pas été très pratique pour vous de rentrer… heu, là où vous vivez… après. » Lavant toujours les vêtements du comte, elle obéissait à son ordre de ne surtout pas regarder de son côté. Cela étant, même si l’attitude de la poupée lui déplaisait, elle devait bien admettre qu’elle n’avait plus eut quelque chose d’aussi approchant d’une conversation avec un être pensant depuis des mois. Depuis le départ d’Alan en vérité… donc du coup, ça la distrayait de son habituelle timidité. Raven n’était pas « humain » alors elle lui montrait son profil sans même craindre ses remarques pourtant plutôt blessantes jusqu’ici. Si elle fuyait les gens ce n’était même pas tant par peur qu’on se moque d’elle que parce qu’elle se sentait gênante. Mais là, quoi qu’il en dise, monsieur le comte avait besoin d’elle, alors elle acceptait sans broncher ses remarques. Notez, même si ça avait été un homme d’un mètre quatre vingt et pas une poupée de 64 centimètre, elle aurait pas piper plus mots sur le sujet de la grossièreté du personnage.

    Pour sa question, elle la surprit mais elle ne tourna pas la tête vers lui pour autant. Elle continuait à nettoyer tout en répondant avec un petit sourire « Oui, je pense que c’est parce que je suis une sang pure. Vous avez déjà dû entendre parler de ma famille, surtout vu votre rang. Moi j’ai toujours été nulle en généalogie, faut dire que mes parents s’en fichent un peu que je connaisse les arbres des autres ou pas. » Et oui, en fait, même si les Bones étaient modestes, il n’étaient pas exactement du « peuple » et beaucoup de leurs membres avaient de bonnes places au ministère où ils étaient loués pour leur droiture. Bérénice espérait aussi faire honneur à sa famille quand elle serait plus vieille mais pour le moment, elle avait assez à faire avec sa propre petite vie !


{543}

ZONKO
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   Mer 28 Oct - 21:26

La demoiselle était bien docile et cela lui convenait parfaitement.
Il était plutôt rare que les gens accepte sans broncher un titre oublié depuis longtemps. Même si il se plaignait d'elle, il appréciait tout de même ses bonnes manières, même si elles n'étaient pas assez irréprochable plus lui.
Elle n'avait pas tenté de le surprendre alors qu'il prenait son bain dans le lavabo. Sateen avait été moins courtoise puisqu'elle avait vu ses attributs masculins -même si il se plait à dire que sur son véritable corps, il était plus correctement proportionné- ainsi que le fessier correctement moulé de ce corps de silicone. Il était vrai que Ken était asexué… Mais dans sa jeunesse, cela ne l'avait pas choqué que le corps de cette poupée de collection soit si détaillé… c'est une fois à l'intérieur qu'on ne pouvait que regretter de ne pas porter de sous-vêtements pour cacher le strict minimum afin de faire laver sa tenue.

Il jetait tout de même de temps en temps des coups d'œil sceptiques en direction de Bérénice pour s'assurer qu'elle ne trichait et qu'elle s'occupait correctement de sa garde robe.

Ainsi elle était une Sang Pure.
Il n'y aurait jamais pensé en la voyant. Elle semblait si candide… et tellement serviable que ça entrait presque en contradiction avec le fait d'être une sang pure. Peut-être n'avait-elle pas de titre de noblesse… après tout, ils se sont perdus avec le temps.
Toutefois en y repensant bien, il avait peut-être rencontré son aïeul, ce qui expliquerait pourquoi le nom lui disait quelque chose. A moins qu'on ne lui en ait parlé. Il fallait dire qu'en son temps, ses parents lui parlaient des bonnes familles afin qu'il sache dans lesquelles il devait chercher une éventuelle épouse lorsque l'âge serait venu.
Sauf que rien n'a bien marché… l'âge n'était jamais venu et en plus il avait perdu son corps ainsi que la légitimité de son sang.

- Tu devrais peut-être t'intéresser à la généalogie, Bones, mes parents y prêtaient une immense importance. Mais la pression d'un bon parti pèse plus lourdement sur les épaules des gens qui portent un titre de noblesse.
Tu es maladroite en un sens, naïve au possible et serviable comme pas permis malgré tes capacités… malgré tout tu sembles tenace même dans tes erreurs. Je veux bien te prendre à mon service, tu sembles avoir des prédispositions indéniables et j'apprécie ça,
avoua-t-il sans en avoir l'air.

Le petit sorcier se leva une fois qu'il fut totalement lavé et shampouiné.
La brunette n'en avait pas fini entièrement sa tâche… du moins tant que ses vêtements ne seraient pas secs. Il lui fallait trouver quelque chose afin de cacher ce qui était à cacher.

* Mais où sont les serviettes de bains duveteuses?!!! *

Il devait forcément y avoir le minimum nécessaire pour se laver les mains dans ces lavabos. Et le strict minimum: c'était des serviettes de bain propres, douces et bien duveteuses!
Il marcha de long en large sur le rebord de lavabo à la recherche de l'objet désiré en espérant que la sorcière n'aurait l'idée de détourner le regard vers son illustre personne.
Bon! Cela devait être hors de son champ de vision.

- Ne bouges pas, Bones, je vais trouver de quoi me sécher.

Il se jeta dans le vide, se rata maladroitement et se fêla une jambe.
Il se releva visiblement pas gêné par la blessure qui tendait à disparaître discrètement. Qu'il était bon d'avoir un corps soumis au sort Reparo en permanence.
Sa tête alla de droite à gauche à la recherche de l'objet de son désir.

{597 mots}
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   Jeu 29 Oct - 12:26

    Tiens, ce n’était plus « fille du peuple » ? Maintenant c’était son nom de famille… Il y avait du progrès, peut-être que la prochaine fois, il se souviendrait que son prénom était Bérénice. Ce n’était pourtant pas un prénom difficile à retenir puisque c’était le titre d’une pièce de Racine et par la même celui de la reine rejetée par Titus. Bérénice avait lu cette pièce vingt fois et il fallait dire qu’elle se reconnaissait assez dans le personnage dont elle portait le prénom. Enfin, elle n’avait jamais été amoureuse, mais elle imaginait bien qu’elle serait aussi pathétique que ce personnage de tragédie si ça lui arrivait. Elle ne souhaitait pas vraiment que ça lui tombe dessus d’ailleurs, elle se sentait très bien toute seule. Enfin, ce n’était pas exactement ça non plus, mais disons qu’elle avait déjà du mal à se faire des amis et à ne pas se transformer en carpette avec eux alors tomber amoureuse ce serait la fin du peu de libre arbitre qu’elle possédait.

    Bref, passons, la tragédie de Racine n’était pas notre sujet. Elle écoutait ce que lui disait Raven sans broncher malgré ses réflexions, elle n’avait pas le sentiment qu’elles étaient méchantes de toute façon. Objectivement, seul les gens dociles comme elle pouvait supporter l’outrecuidante vanité d’une poupée qui lui atteignait le genoux tout au plus.

    « C’est vrai que mes parents ont eut quelques demandes en mariage pour moi dès ma naissance de la part de familles de sang pur qui tiennent à conserver ce titre mais ça ne nous intéresse pas. On est des gens normaux, d’ailleurs, je suis nettement moins intelligente, douée ou même belle que des sorcières nées moldus. Je ne sais pas qui se proposait pour devenir mon époux mais il est certainement plus heureux avec un refus. » C’est là qu’on voit la piètre opinion que Bérénice a d’elle-même. Ce qui ne l’empêchait pas de penser que le sang ne faisait pas la valeur mais dans son cas, c’était encore pire puisque son sang aurait été la seule chose qui lui aurait peut-être permis de se marier… pas que ça l’intéresse mais bon, ça la rendait triste quand elle pensait que si elle n’était pas née Bones, elle ne vaudrait pour le coup absolument rien. Elle n’était ni belle et douce comme sa cousine Susan, ni douée dans quelque art que ce soit comme l’ancienne rédactrice en chef du Hibou Bavard, Megan, non, elle ne valait juste rien. C’était bien pour ça qu’elle rasait les murs…

    Toutefois, elle avait quand même comme qualité d’être serviable et bien élevée (et elle ne remercierais jamais assez ses parents pour ça), c’était d’ailleurs ce que monsieur le comte ici présent semblait apprécier chez elle, la confirmant dans son opinion.

    Elle avait terminé de nettoyer les vêtements mais maintenant, il faudrait qu’elle les fasse sécher sur le chauffage qui était derrière elle… « Heu, quand je pourrais me retourner dites le moi, je dois faire sécher vos vêtements. » Il cherchait de quoi se sécher, ce qui lui donna une idée. « Si vous voulez, dans le sac à mes pieds il y a un foulard en coton propre de ce matin, vous pouvez l’utiliser, je la ferais sécher avec vos vêtements. » Bah oui, serviable… on vous l’a dit !


{551}

ZONKO
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   Ven 30 Oct - 18:40

Avec ses 64cm, la poupée dépassait tout de même les genoux de la demoiselle… mais la taille de ce petit corps ne comptait pas pour le Comte. Seul sa véritable taille devrait être retenue.
Il était vrai qu'on commençait parfois à choisir la partenaire de la vie d'un sang noble bien avant qu'il soit en âge d'y penser réellement. Pourquoi ses parents ne lui avaient pas trouvé le meilleur parti du monde avant de mourir? Etait-ce faute de temps ou était-il difficile de choisir un parti convenable pour lui?
Maintenant ce genre de question n'a plus vraiment lieu d'être. Si ils lui avaient trouvé une promise, elle devait être morte de vieillesse depuis un petit moment. Ca pourrait être déprimant en un sens, mais il avait du mal à laisser les sentiments prendre une incidence sur sa vie. Alors le détail glissa sur lui comme la pluie un soir de tempête…

- Tu sembles avoir une vision faussée des nés moldus… ou de toi-même, ça revient à peu près au même. Te rends-tu compte que peu de personnes sont aussi aptes que toi ou aillant assez de cœur à l'ouvrage pour servir mes -caprices- besoins. Lorsque je redeviendrais moi-même, je t'offrirais l'opportunité de me servir de près et te nommerais au poste de gouvernante… tu dirigeras ainsi la troupe de servantes afin que mes envies soient assouvies de la juste façon. C'est une tâche qui devrait te convenir parfaitement. Et puis quel homme ne se sentirait pas frustré d'être éconduit par la gouvernante d'un Comte?!!

Décidément les commodités de cet endroit manquaient vraiment de standing et du strictement minimum tel que des serviettes.
Heureusement que la sorcière lui proposa un foulard à elle dans son sac après s'être enquis de savoir si elle pouvait se retourner.

- Il en est hors de question! Je ne suis point présentable et encore moins pour une fille de bonne famille. Reste à ta place, je parviendrais à me débrouiller seul pendant une minute.
La bien séance veut aussi que tu ne fasses pas sécher le foulard avec mes vêtements sinon je serais de nouveau nu. Réfléchit un peu… Mais t'inquiète pas en restant suffisamment avec moi, je finirais par déteindre positivement sur ta personne.


C'était du moins ce qu'il pensait.
Le fait d'ouvrir le sac de la demoiselle ne semblait pas lui poser le moindre problème de conscience. Après tout, où était le mal? Elle lui avait proposé de le faire et en plus il était Comte!!! Alors tout lui était permis…
Il trouva d'ailleurs facilement le morceau de tissu… avec pleins d'autres choses mystérieuses. Il s'enroula dans le foulard et en profita pour sécher aussi ses cheveux. Finalement il se saisit de l'objet le plus étrange qui se trouvait dans le sac et s'approcha de la brunette.

- Je suis à nouveau visible. Tu peux mettre mes habits à sécher.
Ton sac regorge de curiosité et je voulais savoir quelle était cette chose,
demanda-t-il en agitant un tampon avec applicateur (strict minimum nécessaire pour une jeune fille). Une baguette de rechange imperméable? C'est pour éviter le problème du bois qui gonfle qu'on a changé le matériel de base? Je remarque d'ailleurs qu'il y a une sorte de mécanisme simple… elle est extensible?

La poupée aurait eu un air perplexe si son visage avait pu être expressif, malheureusement ce ne fut pas le cas…
Mais il semblait évident qu'elle voulait faire jouer la glissière de l'objet afin de savoir à quelle cette baguette d'un nouveau genre était extensible.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   Ven 6 Nov - 11:07

    Raven avait de la chance de pouvoir laisser glisser les choses déprimantes sur lui. Bérénice avait pour sa part l’étrange impression qu’un minuscule grain de sable suffisait à la rendre malheureuse pour des semaines. Enfin, elle n’y pensait pas pour l’heure, d’autant que Raven lui parlait d’être sa gouvernante quand il redeviendrait lui-même… Hein ? Elle avait manqué quelque chose là. Bah oui, ça ne la dérangeait pas outre mesure qu’on lui propose d’être gouvernante (de toute façon, elle ne savait pas ce qu’elle voulait faire plus tard donc…) mais bien qu’il sous-entende qu’il n’avait pas toujours été une poupée. Oui, elle n’avait encore rien compris, ça ne changeait pas de d’habitude !

    « Vous n’avez pas toujours été une poupée ? » Oups, elle l’avait dit tout haut, ses joues se teintèrent de rose, montrant bien sa gêne. Ce ne devait pas être agréable pour Raven de parler de ça, elle s’en voulait, elle avait dû lui faire de la peine ! Et oui, même lorsqu’on lui propose de devenir servante, elle pense d’abord aux autres. Comme quoi, elle était peut-être vraiment née pour servir. « Enfin… je veux dire… Oui, bien sûr, gouvernante ça m’irait sûrement très bien. » Mais elle ne se voyait pas commander une armada de valets, elle ne pouvait pas juste être une servante comme les autres ? L’ambition lui faisait cruellement défaut…

    Pour la suite, elle n’y avait pas réfléchi en fait, pour elle, il fallait juste qu’elle sèche le foulard avant de retourner à Poudlard… quoi que… ce n’était pas obligatoirement nécessaire en fait, elle pourrait toujours le mettre sur le radiateur en rentrant. Bref, elle ne répondit rien. Quant à ce qui était de déteindre sur elle, heu… Oui, mais non hein ! Elle ne voulait pas devenir arrogante, d’ailleurs, si cela arrivait, il ne la supporterait plus. Autre sujet de doute pour Bérénice, elle pensait bien ne jamais revoir Raven une fois sortie d’ici… mais il ne faut jamais dire jamais n’est-ce pas ?

    Comme elle avait enfin l’autorisation de se tourner, elle alla mettre les vêtements sur le radiateur. Elle avait terminé quand Raven lui posa une question sur le contenu de son sac, elle se tourna pour voir l’objet en question qui était… un tampon ! Le rouge, lui montant aux joues, elle se baissa vivement et tendit la main pour récupérer son bien. « Rendez moi ça monsieur le comte, là c’est vous qui vous jouez de la bienséance. C’est un tampon que les femmes utilisent lors de leurs menstruations et il très malséant pour un homme de les sortir de leur cachette. » Les joues bien rouges mais le regard ferme, elle attendait que Raven pose le tampon dans sa main. Elle aurait pu le lui prendre de force mais elle était trop gentille pour ça et puis, ce n’était pas comme si Raven était vraiment un homme, ce n’était qu’une poupée hein… Oui, il y a encore des choses qui lui échappent mais elle ne pouvait pas deviner non plus.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire de chats... [PV: Bérénice Bones]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» la nuit tout les chats sont gris (PV felyndiira) (SUJET TERMINÉ)
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: