AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Une chute en chanson [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Une chute en chanson [PV]   Lun 26 Oct - 9:42



    « lalala, lalalaaaaa, lala ! » Bérénice fredonnait joyeusement sur la route de Pré-au-lard. Elle était plutôt de bonne humeur. Pourquoi ? Oh, et bien, il n’y avait aucune raison particulière à ça. Sa vie ne s’était pas améliorée, elle était toujours la même Bérénice, solitaire et complexée, mais elle prenait la vie du bon côté. Ce n’était pas comme si elle souffrait, elle se sentait juste parfois un peu seule c’est tout. En plus, maintenant, elle avait une activité. En tant que rédactrice en chef du Hibou Bavard, elle avait toujours plein de choses à penser. Elle devait imaginer la prochaine mise en page, faire les photos ou du moins les sélectionner… Bref, toute une vie passionnante s’offrait à elle et à défaut d’avoir beaucoup d’amis, son cercle de connaissance s’était bien élargi.

    Arrivée dans la rue principale, elle passa faire quelques courses à la boutique de confiserie et ensuite, elle alla baver devant la vitrine des Milles Symphonies de la Mode. C’était bien au dessus de ses moyens malheureusement. Peut-être pour sa robe de bal l’année prochaine ? Quoi que, est-ce que ça valait la peine de dépenser une fortune dans une robe alors qu’elle n’avait jamais de cavalier ? Elle se le demandait sincèrement. Mais elle avait largement le temps d’y penser. En attendant, elle s’éloigna de la vitrine après un dernier regard à une robe rouge sublime et soupira en baissant les yeux sur son appareil photo. Tout en marchant, elle changeait la pellicule. C’est pourquoi elle ne vit pas une fille assise sur un banc et, la frôlant de trop près, elle se prit les pieds dans ses jambes et s’étala de tout son long.

    « Ouille ! » S’exclama notre brunette non sans une grimace sur son visage rougit par la fraîcheur printanière. Elle repoussa les mèches brunes de devant ses yeux pour vérifier – c’était plus important ! – que son appareil n’avait rien et quand ce fut fait, elle réalisa enfin qu’une tierce personne était là. Elle leva d’abord la tête vers elle et vit que c’était une serpentard. Cette simple pensée la fit de nouveau baisser la tête et monter le rouge à ses joues. Tandis qu’elle se relevait et constatait qu’elle s’était égratignée le genoux, elle balbutia une excuse « Pa… Pa… Pardon… »

    On ne pouvait pas dire que Bérénice soit très à l’aise avec les relations sociales. En fait, elle était d’une très grande timidité bien qu’elle sache aussi ce qu’elle voulait quand c’était nécessaire. Par exemple, avec Alan, tout avait été pour le mieux… Mais elle voyait de moins en moins son ami… et elle était donc retombée dans ses vieux travers et dans sa solitude. Baissant la tête ce qui cacha à nouveau ses yeux derrière un rideau de cheveux bruns, elle n’osait plus bouger. Elle s’était levée mais maintenant… elle ne savait pas si elle devait fuir ou… quoi ? Oui, Bérénice était un peu godiche mais elle n’était pas méchante. Elle se demandait si elle avait fait mal à la Serpentard en se prenant dans ses jambes mais… son genou écorché et sa trop grande timidité l’empêchait de formuler sa question. Elle en avait presque les larmes aux yeux…. Pauvre, pauvre petite Poufsouffle !


{538}
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une chute en chanson [PV]   Mar 27 Oct - 20:53

Même si nous étions toujours en hiver, le temps n’était pas aussi piquant qu’il y avait quelques jours. Frédérique en profita donc pour aller faire un tour à Pré au Lard, et c’était un fait si rare qu’il valait mieux profiter de sa présence. Même si présence était un bien grand mot vu qu’elle s’y rendit seule et ne se mêla à aucun moment à un groupe.

Elle traînait toujours avec elle son sac en bandoulière rempli de livre, et marchait d’un air las et lent. Quiconque la croisait, avait envie de la secouer comme si on voulait la réveiller. Alors que plusieurs personnes l’avaient dépassé au fil du trajet, elle arriva envie sur la route principale. Elle regarda toujours avec autant de tranquillité les vitrines des boutiques, se frayant tant bien que mal un chemin parmi les autres personnes. Elle ne bouscula personne, se faisant même bousculer sans rien dire. Elle n’avait pas se tempérament d’élever la voix pour s’imposer dans un milieu. Elle hésita un moment avant d’entrer dans la confiserie et encore plus longtemps quand elle vit les nouveaux articles de Quiddith dans la vitrine. Mais elle n’entra dans aucune de ses boutiques, préférant continuer à marcher un peu, tout aussi silencieusement.

La petite Serpentard vit enfin des bancs dans ce qu’on aurait pu appeler un parc au centre d’une place. Elle s’installa sur le seul de libre et sortit un des livres de son sac avant de s’affaler les jambes bien dépliés de tout son long devant elle.
Au moment où elle voulut croiser ses pieds tout en tournant une page, quelqu’un vint percuter ses pieds et avant qu’elle ne puisse se relever pour prononcer toute une série d’excuses, elle vit une jeune fille s’affaler de tout son long devant elle.


« Désolée… »

Il était sans doute trop tard pour s’excuser. Mais elle s’empressa de déposer son livre sur son banc avant de se précipiter vers elle pour voir si tout allait bien. Elle posa timidement sa main sur son épaule avant de s’informer de son état.

« Tout va bien ? »

La fille n’avait pas fait mine d’une seule grimace, c’était bon signe selon Frédérique. Mais n’empêche qu’elle se sentait mal d’avoir, même sans le vouloir, fait mal à quelqu’un. D’autant plus qu’il s’agissait d’une de ses camarades !
Mais la fille ne se préoccupait même pas d’elle, et s’empressait déjà de vérifier son appareil photo. Sans un mot, elle se mit à genou à coté d’elle pour la regarder faire. Mais elle leva enfin les yeux vers elle et alors que la petite LeeRoy lui sourit doucement en signe d’excuse les plus profonds, elle vit la fille se mettre à rougir et à bafouiller bien plus qu’elle même n’aurait pu le faire. Elle baissait même le regard après avoir posé ses yeux sur sa cravate qui arborait les magnifiques couleurs vertes et argents de sa chère maison.


« Non… mais non… J’aurais du faire attention tu sais… Je ne t’ai pas vu arriver… Et j’ai pris un peu mes aises comme si j’étais seule… Tu n’as rien de cassé hein ? »

Elle vit son genou égratigné et elle sortit sa baguette. Au moins ses dons allaient être mis à contribution pour un acte réel, en dehors d’un cours.

« TERGEO »

La plaie fut nettoyée et le sang qui se formait disparu. Frédérique sourit, fière d’elle, mais elle ne vit plus le visage de la Poufsouffle caché à présent sous ses mèches de cheveux. Et elle ne vit encore moins qu’elle en avait les larmes aux yeux. Heureusement, car elle en aurait été dans le même état qu’elle…





[607 mots]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une chute en chanson [PV]   Mer 28 Oct - 15:03

    Bérénice ne savait guère où donner de la tête. Depuis quand les serpentards étaient gentils ? Ils n’étaient pas tous comme Alan et sa peste de sœur Amber ? Ou comme Adam Sallers ? Ou heu… bah comme la plupart des noms de Serpentard qui lui venait à l’esprit. De Fayr en passant par Sandeau (oui, même lui), Bérénice avait tendance à trouver ces gens sûr d’eux totalement imbuvable. Ok, le fait qu’elle n’en connaisse vraiment presque aucun n’aidait pas la jeune fille à se faire une meilleure opinion… Mais il n’y avait pas qu’elle à penser ce genre de chose, c’est donc qu’il était communément admis qu’un Serpentard était pour le moins égocentrique et pour le plus assez méchant, non ?

    Le truc c’est que malgré ces aprioris, la jeune Bones n’était pas du tout méchante et ce n’était pas vraiment son genre de juger les autres. Elle garda donc son scepticisme pour elle et se releva lentement. « N… Non. Je… Je crois que ça va… juste heu… » Elle ne termina pas sa phrase, de toute façon, la Serpentard prit les choses en main et lança un sort qui soigna automatiquement le genoux de la jeune Bérénice qui sentit avec soulagement la douleur disparaître. Cela aurait été dommage que cela gâche sa promenade.

    Notre Poufsouffle au nom d’impératrice sourit à la Serpentard « Merci… Heu… je… » Elle cherchait quoi dire mais à peine avait elle commencé à parler qu’elle avait perdu le début de sa phrase. Et puis la fin aussi, tant qu’à faire ! Ohlala… Si Ophélia la voyait dis donc… elle ne serait pas fière du tout de son amie ! Mais bon, la pauvre faisait ce qu’elle pouvait pour lutter contre sa timidité, sauf que c’était quand même sacrément difficile puisqu’elle était tellement maladivement peureuse que quand elle était jeune on avait été jusqu’à l’envoyer dans une école spéciale. Une envie de prendre la fuite la repris mais ça n’aurait pas été très poli alors que sa camarade semblait sincèrement désolée et qu’elle l’avait aidé en plus.

    De fait, Bérénice chercha à faire une réponse qui soit à peu près correcte. « Heu… Je suis désolée… je t’ai dérangée… mais je ne t’avais pas vu… » Eh ! C’était presque construit ce qu’elle venait de dire et en plus de ça, elle n’avait pas bégayé ! Vous voyez que quand elle veut, elle peut ! Laissant malgré tout une bonne partie de ses mèches brunes devant son visage pour le cacher, elle se demandait si maintenant elle devait partir ou si au contraire, il fallait rester. Mais pourquoi faire ? Alalala… C’était tellement compliqué les relations sociales, c’est bien pour ça que Bérénice n’arrivait jamais à avoir d’amis, elle ne savait jamais comment commencer une conversation. Enfin sauf avec Chelsea parce que c’était elle qui parlait toujours en premier et elle lui parlait direct de Friedrich, et avec Ophélia parce qu’elle savait gérer sa timidité… mais avec le reste du monde (ce qui fait quand même un sacré paquet de monde !), elle n’arrivait absolument à rien… Cette timidité lui bouffait vraiment la vie…


{520}
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une chute en chanson [PV]   Jeu 29 Oct - 19:35

Frédérique était toujours à genou la regardant avec étonnement. La fille qui était tombée venait de se relever et parlait avec plus de lenteur et de crainte qu’elle même. Elle répondit à son sourire comme pour lui dire de rien de lui remercier. Pour elle s’était la moindre des choses. On avait beau être et penser ce qu’on voulait, il fallait rester poli. En tout cas, c’était ce qu’elle se disait tous les jours. Alors pourquoi on la regardait bizarrement quand elle s’excusait quand elle bousculait quelqu’un au lieu de lancer les premiers jurons qui lui venaient à l’esprit ? Elle était polie, mais n’en pensait pas moins par la suite. Un jour peut être parviendra-t-elle a exprimé ses sombres pensées. Elle était si ambigu qu’elle même ne parvenait pas à se comprendre elle même. Mais au moins, personne ne se doutait de ce qu’elle préparait pour la suite de sa vie. Ça non, personne ne s’en doutait. Elle tenait à rester pour encore quelque temps cette petite à la gueule d’ange, qu’elle n’était qu’à moitié. Mais elle avait encore le temps de se révéler, pour le moment, elle en avait le temps. Et puis elle ne le voulait pas vraiment.

« En effet, j’ai perdu le fil de mes lectures… »

La petite intello hocha les épaules comme si cela lui était égal mais aussi parce qu’elle ne comprenait pas le comportement qu’elle avait fasse à elle. Pourquoi elle s’excusait alors que c’était elle jsutement qui avait eu mal ? Elle adorait la politesse et la franchise et encore plus que l’on reconnaisse ses tords, mais elle ne voyait pas pourquoi elle agissait ainsi. On aurait dit qu’elle en avait peur. Peur de Frédérique ? Cela lui semblait aberrant. A moins qu’on ne lise dans ses pensées, rien dans son comportement ne donnait envie de la craindre en dehors de tout ce qui peut concerner leur cours. Là il lui semblait évident d’appréhender sa présence. Elle était la meilleure et elle poussait chaque jour ses capacités mentales au maximum, jusqu’à l’extrême. C’était ce qui lui donnait l’ambition d’aller loin. Mais elle ne se sentait toujours pas aussi bonne qu’elle ne l’était, encore pire, elle se méfiait des capacités des autres qui pourrait un jour la dépasser, surtout avec les nouveaux chaque année. Déjà qu’elle maudissait cette Gryffondor à qui on la comparait sans arrêt et qu’elle n’arrivait toujours pas à arriver à la cheville. Quelle prétention elle avait eu cette fille là pour se croire être la meilleure ! Un jour elles devront bien se retrouver face à face et la Serpentard la terrassera. Et là, elle pourra se dire être enfin fière d’elle.

« Qui es-tu ? » dit-elle avant de lui tendre la main comme pour lui demander de l’aider à se relever mais aussi pour la saluer. « Je suis Frédérique LeeRoy. Je suis en 4ème année de Serpentard. »

Peut-être qu’elle la connaissait déjà, grâce aux matchs de Quidditch des trois années précédentes. Elle n’avait pas été une grande joueuse, mais on l’avait plusieurs fois encouragé. C’était si bien à cette époque. On ne la voyait plus totalement comme la petite intello des verts et argents, mais comme la petite batteuse discrète mais efficace. Mais il était tout aussi possible qu’on l’ait déjà oublié. En tout cas, les autres joueurs n’avaient pas demandé de ses nouvelles depuis la rentrée et cela la peinait beaucoup. Elle n’avait été ni désagréable ni déplacé avec eux. A moins qu’ils ne l’aient jamais considéré comme l’une des leurs, comme tous les autres élèves de Serpentard qui ne la saisissait pas ou comme tous les autres élèves qui ne savaient pas sur quel pied danser avec elle.
Elle avait souri en coin quand elle s’était présentée. Elle avait toujours adoré prononcer son nom et encore plus quand elle montrait son appartenance pour Serpentard. Elle le disait avec tant de fierté que ça en devenait déroutant. Elle espérait en tout cas, qu’elle était de la même maison. Mais quelque chose lui disait que ce n’était pas le cas…





[677 mots]

# TOUS COMPTES # ZONKO
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une chute en chanson [PV]   Ven 6 Nov - 11:32

    Bien, si ça était égal à la jeune fille tant mieux. Bérénice n’aimait pas déranger autrui bien que sa maladresse fasse que cela arrivait trop souvent à son goût. Elle faisait des efforts mais ils étaient généralement vains. C’était malheureux mais que voulez vous… Elle n’y pouvait pas grand-chose. En fait, plus elle faisait d’efforts et plus elle était maladroite, donc autant laisser couler, c’était le stress vous voyez ?

    « Je suis Bérénice Bones… Je suis en troisième année à Poufsouffle. » De toute façon, quand notre nom de famille était Bones, on finissait souvent chez Poufsouffle ou chez Serdaigle, surtout Poufsouffle d’ailleurs. Susan – la brillante cousine de Bérénice – avait même été préfète de cette maison pendant plus de six ans… ainsi que joueuse de Quidditch émérite ! Vous n’imaginez pas comme la jeune Bérénice l’enviait et rêvait de lui ressembler ! Elle avait tout ! Même un petit ami ! Quoi que Quentin ne ressemblât pas vraiment aux critères de beautés de Bérénice mais après, tout ça était une simple histoire de goûts. Elle, elle fantasmait sur les Apollons typés germaniques, grands certes mais surtout blonds. D’ailleurs, Friedrich était Allemand, elle restait logique avec elle-même.

    Toujours est-il que chez Bérénice, il n’y avait aucune fierté dans sa présentation. Plutôt une sorte de lassitude car oui, c’était bien elle, la file maladroite et pas belle s’appelait bien comme le grand personnage de tragédie. Comme c’était… ironique ? Ou tout du moins pathétique quand on était dans la tête de la brunette.

    Jetant un regard furtif derrière elle, Bérénice se demanda si elle pouvait fuir, là, maintenant. Mais ce n’était pas parce que c’était Frédérique, c’était parce qu’elle était comme ça. Elle fuyait toujours les rapports aux autres… Les quelques progrès qu’elle avait faits ces dernières années semblaient infimes face à l’ampleur de son problème. Elle avait presque été cataloguée autiste quand elle était jeune alors que chez elle, ce n’était pas une pathologie… bien que ça l’handicap presque autant que si cela avait été le cas.

    Ses yeux passants de la jeune verte et argent au chemin, elle murmura « Oh mon dieu, oh mon dieu… » Et, instinctivement, elle porta la main à son cœur qui commençait à s’emballer… et pour finir… elle tourna de l’œil et tomba dans les pommes aux pieds de sa camarade. Non, elle n’était pas aux bouts de ses peines.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une chute en chanson [PV]   Lun 9 Nov - 17:50

La fille se présenta. Elle était légèrement plus jeune qu’elle, même si la Serpentard faisait déjà elle même un peu plus jeune que son age alors la différence entre elles deux ne se voyait pas.. Elle était de Poufsouffle, une des maisons qu’elle ne portait pas particulièrement dans son cœur. Mais bien sur, il s’agissait de la maison en elle même. Elle ne critiquait pas totalement une personne pour son appartenance pour telle ou telle maison. Pas totalement.
Son nom de famille lui disait quelque chose même si il ne lui semblait pas l’avoir rencontré avant. Mais elle n’aurait su dire où elle avait eu l’occasion d’entendre parler d’une Bones.

Alors qu’elle était donc toujours à genou et pas encore prête à se relever, elle dévisageait Bérénice la trouvant de plus en plus bizarre. Comme si elle avait réellement peur d’elle, de la situation ou un peu de tout ça à la fois. Et ça, Frédérique ne le comprenait pas. Elle avait beau elle craindre le monde qui l’entourait, mais jamais elle n’aurait réagi comme elle. Elle la dévisageait donc, la bouche légèrement entrouverte mais sans pouvoir en faire sortir un quelconque son. Et puis, elle n’aurait pas vraiment su quoi lui dire pour la rassurer. Et puis elle n’avait jamais été doué avec ce genre de chose. Généralement, c’était elle qu’on devait sans cesse rassurer. Elle était si pessimiste et se dénigrait tellement, qu’elle n’aurait jamais su être une bonne conseillère pour les autres. Elle n’avait déjà pas assez d’assurance pour faire le pas.

Alors à travers ses lunettes, elle vit Bérénice passait d’elle même au chemin qui se trouvait à porté de main, ou plutôt de pied. Elle se dit que sa présence devant vraiment la déranger pour qu’elle semble avoir tant envie de prendre la fuite. En tout cas, c’était ce qu’elle pouvait déduire dans l’expression qu’elle en donnait. Et dire que c’était par sa nonchalance qu’elle s’était prise les pieds dans les siens et qu’elle avait trébuché alors qu’elle semblait passer tranquillement. Elle, elle s’était juste levée pour l’aider et s’assurer que tout aille bien avant qu’une trouve de Poufsouffle ne viennent chercher des explications. Les verts et argents n’avaient jamais été bien vu, alors si il y avait eu un soucis, de suite on aurait pensé qu’elle avait fait exprès, ce qui ne lui ressemblait pas du tout.

Mais au lieu de fuir, elle ne comprit pas les paroles de la fille et avait de pouvoir lui demander si qui lui arriver, elle la vit… s’évanouir !!! Là s’était le moment de paniquer. Et ce fut très exactement ce que fit Frédérique. Elle était en plein panique. Elle savait quoi faire pour soigner des blessures mais pas pour un semble malaise. Elle n’avait pas l’âme d’une guérisseuse. Elle n’y connaissait rien à tout ça. Et si elle faisait apparaître de l’eau qu’elle aspergeait sur son visage ? Elle ne savait pas si ça pouvait y faire quelque chose. Mais ce qui était sur, elle ne pouvait pas la laisser comme ça.
Elle regarda autour d’elle. Comme si elle était maudite, il n’y avait plus personne dans les environs. Des gouttes de sueur commencèrent à perler son front et elle fut pas loin de la crise de panique. Mais au moins, elle savait qu’elle n’était pas prête à s’évanouir elle aussi. Au moins, c’était une bonne chose. De quoi elles auraient l’air, toutes les deux étendues inconsciente au milieu de la place. On aurait pensé à un combat, elle qui n’en avait jamais fait !

La petite LeeRoy respira doucement en fermant un instant les yeux. Elle devait sérieusement réfléchir à la situation. Elle était loin d’être stupide et avait de nombreuses ressources. Elle ouvrit les yeux, elle allait commencer par le coup de l’eau. Qui ne tentait rien n’avait rien.
Elle se redressa vivement et prit sa baguette.


« Aguamenti ! »

De l’eau fraîche apparut et arrosa légèrement le visage de la petite Bones. Frédérique priait intérieurement afin que ça lui fasse quelque chose, sinon, elle était mal barrée car elle ne savait pas comment elle pourrait la ramener à l’infirmerie. Elle était loin d’être très musclée…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une chute en chanson [PV]   Mer 25 Nov - 11:07

    Qui ne connaissait pas la famille Bones ? Il fallait s’être enterré à Serpentard pendant toutes ces années pour ne pas se souvenir que durant six ans, la grande et merveilleuse Susan Bones avait été préfète de Poufsouffle. La plus juste, la plus belle et la plus intelligente des préfètes ! Aucune des actuelles ne lui arrivait à la cheville… Même pas Marie à qui, pourtant, Bérénice concédait une grande beauté et une certaine intelligence… sauf que question égalité, on repassera. Bérénice n’avait jamais eu de problèmes sérieux avec la blondinette parce qu’elle était la rédactrice en chef du Hibou Bavard (donc la supérieure de Marie au club journal), mais elle le savait bien Bérénice que la serpentard n’était pas blanche comme neige. Bien au contraire.

    Bref, après cette légère digression sur Susan et plus généralement les préfets, Bérénice se réveilla en sursaut à cause de l’eau sur son visage. « Argh ! Qu’est-ce qui se passe ? » S’exclama-t-elle en touchant son visage mouillé. Reprenant ses esprits, elle se souvint subitement ce qui s’était passé et elle se releva brusquement, faisait un pas en arrière incontrôlé. « Par merlin, j’ai recommencé ! » dit-elle tout haut alors qu’elle observait la serpentard d’un air ébahi.

    « Je… je suis désolé… je… v… vais… m’en… » bref, elle essaya de faire un pas mais la tête lui tournait de s’être relevée trop vite. « Ou pas. » Marmonna-t-elle. C’était dans ces moments là qu’elle regrettait sincèrement qu’on l’ait envoyé à Poudlard. Une école pleine de monde pour une fille à la limite de l’autisme c’était vraiment compliqué. D’ailleurs, bien qu’elle fût figée sur place dans un équilibre incertain, elle continuait à fuir le regard de sa camarade. Elle ne regardait jamais personne dans les yeux, ça la mettait incroyablement mal à l’aise. L’année précédente, elle avait été collée par les Carrow à cause de ça. Mais elle ne pouvait pas faire autrement, c’était dans sa nature d’être ainsi… fragile, timide, peureuse, maladroite… Un bien sombre tableau qui ne faisait que déprimer un peu plus la jeune fille et l’enfoncer perpétuellement dans sa propre misère. Car la solitude accentuait ses défauts bien entendu. Elle n’avait personne qui eut besoin d’elle suffisamment pour qu’elle apprenne à regarder les gens en face. C’était peut-être une perte de temps… qui sait ? Mais elle ne s’en portait pas plus mal. Seule, personne ne pouvait la faire souffrir, seule, elle ne risquait pas non plus de trouver la joie. Elle vivait dans la virtualité de son existence, n’apparaissant véritablement éclairée que lorsqu’elle se mettait dans la peau de la journaliste et super fan de ses idoles Ernie et Friedrich. Elle se rendait bien compte qu’elle n’avançait pas, qu’au contraire elle piétinait… mais elle ne pouvait absolument pas lutter contre ce sentiment de rejet des autres. Elle avait trop peur que, si elle ne fuyait pas la première, on la blesse. Ce pouvait être si cruel un être humain…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une chute en chanson [PV]   Ven 27 Nov - 23:31

Alors que la Poufsouffle se réveillait, après un sursaut à cause de l’eau qu’elle venait de lui envoyer sur son visage, Frédérique put enfin souffler de soulagement. Voir même respirer. Si au moins elle avait été la cause de son malaise, mais là elle était écroulée pour une raison qu’elle ignorait toujours. Elle lui sourit du mieux qu’elle le put, toujours agenouillée à ses cotés. Elle la laissa parler et regarder un peu autour d’elle.
Puis elle chercha comment lui répondre au mieux, de sa voix si faible et ses paroles lentes et détachées.


« Ce qui s’est passé… En fait tu t’es évanouie… Tu vas bien… ? Tu es malade… ? »

Elle n’avait certainement pas dis ça dans le sens si elle était folle, mais dans le sens si elle avait vraiment une maladie qui l’obligerait à ne pas trop s’approcher ou au contraire si elle devait faire quelque chose pour elle. Dans l’immédiat, elle ne lui avait rien fait, alors d’une part elle ne pouvait pas laisser comme ça, ce qu’elle avait déjà commencé à faire en l’aider à retrouver ses esprits, mais d’autre part elle aurait voulu comprendre bien avant d’aider. Elle adorait comprendre et surtout apprendre. Apprendre toujours plus, toujours lire, étudier se renseigner. Ça en devenait maladif. Mais elle adorait ça et finalement elle si complaisait.
Alors qu’elle venait de s’exclamer sur le fait qu’elle venait de recommencer, la petite Serpentard ne savait pas si elle devait lui sourire, filer alors qu’à présent elle aller un peu mieux, ou bien… ou bien quoi ? Elle l’ignorait. Alors elle resta là à la dévisager.


« Recommencer… ? Pourquoi… ? Tu évanouies souvent comme ça… ? »

Elle fronça les sourcils quand Bérénice comment à bafouiller quelques mots. Pas un froncement de mécontentement, mais plutôt de surprise et d’interrogation. C’est pourquoi, elle voulut immédiatement lui répondre. Immédiatement, c’était un grand mot pour la nature calme et réfléchi de la petite. Elle voulait prendre le temps tout de même de trouver les bons mots. Et puis elle finirait bien par se dire que si elle lui voulait du mal, elle aurait agi depuis un bon moment et elle n'aurait pas pris la peine de savoir si ça allait et de lui asperger le visage avec de l'eau. Mais elle ne devait pas se dire non plus qu'elle était un ange. Son appartenance avec Serpentard n'était pas du au hasard et plus le temps passait, plus elle confirmait ce choix pas si anodin...

« Tu vas t’en rien… Tu t’es évanouies… C’est tout… Ce n’est rien… J’étais là… ça doit être moins évident quand ça arrive dans un endroit isolé… Et désolée pourquoi… ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une chute en chanson [PV]   Mer 9 Déc - 12:15

    Bérénice regardait d’un air un peu perdu la serpentard, fuyant toujours un contact direct avec son regard. Elle passa machinalement la main dans ses cheveux, laissant retomber quelques mèches brunes devant ses yeux et autour de son visage, comme si elle cherchait à le cacher. Elle soupira. Il fallait qu’elle reprenne le contrôle de ses nerfs, il fallait qu’elle se montrer fière et digne… oui, enfin… c’était quand même plus facile à dire qu’à faire.

    « Non… Non… je vais… bien. » Enfin si on voulait. Elle avait quand même de graves troubles du comportement. Elle n’était ni dangereuse, ni malade au sens propre du terme, mais elle était timide à l’excès et handicapé par des difficultés à discuter avec quiconque (sauf une certaine poupée et un certain serpentard, elle devait avoir un faible pour les gens odieux).

    « Je… ne veux gêner personne. Je… »
    Elle n’arrivait pas à faire sortir le reste de sa phrase, elle tremblait presque et serra sa cape autour d’elle pour le cacher. Elle ne voulait pas passer pour une fille à problèmes, malheureusement, c’est ce qu’elle était. Elle était le vilain petit canard de la famille Bones, qui était pourtant réputée pour sa grande tolérance… Mais voilà, comment comprendre une fille comme Bérénice qui n’arrivait même pas à aligner deux mots sans être prise de panique ? C’était toute la question…

    « S… Souvent… oui… je…. »
    Elle allait réussir à le dire, elle y mettait toute son énergie. Serrant les poings, elle baissa la tête et resta quelques secondes aussi immobile qu’une statue de sel. « Je suis… j’ai… un trouble du comportement. » C’est sous ce terme qu’on l’avait mise dans une classe pour handicapé moldu quand elle était enfant. Ses parents avaient bien compris que leur fille n’apprendrait rien en étant dans une classe avec 30 élèves qui lui faisaient tous plus peur les uns que les autres. Surtout que les enfants sont bien cruels à cet âge. C’est pourquoi après avoir consulté plusieurs psychiatres pour enfant, il avait été décidé que le mieux pour Bérénice – si effrayée par le contact avec les autres – devait aller dans la classe où se trouvait seulement cinq enfants, la classe pour les enfants handicapés physiquement. Ce n’était pas sans mal qu’on l’avait fait entrer dans cette classe car si Bérénice était bien handicapée socialement parlant, elle était en parfaite santé… mais une fois que ce fut fait, elle fut très heureuse dans cette petite classe où tout le monde apprit à la connaître ce qui éteignit sa peur des autres, un peu… Assez pour qu’elle puisse entrer à Poudlard en tout cas. Mais comme la situation actuelle le prouvait, ce n’était pas encore un résultat parfait, loin de là. Se fondre dans la foule, elle savait faire, parler un minimum avec celles qui dormaient dans son dortoir aussi, mais plus… parler à des inconnus, des gens d’autres maisons ou d’autres années… c’était encore trop lui en demander. Mais elle n’était pas parti en courant, c’était déjà ça.

    « Je m’é… m’évanouie… quand je ne cours pas. Fu… Fuir était impoli… alors… mais j’ai paniqué et… je me suis… évanouie. » Oui, ça, elle l’avait remarqué la Serpentard. Ce n’était pas exactement sa question. De fait, Bérénice, toujours figée dans la même position, secoua ses boucles brunes en guise de dénégation. Alors, une répartie fusa, sans bégaiement, une répartie normale… ou presque ? « Je ne m’évanouie pas quand je suis seule, c’est le fait d’être avec d’autres personnes qui me panique et me fait m’évanouir. » cela était aussi bizarre prononcé à voix haute que dans sa tête mais le bon point c’est que c’était une phrase grammaticalement correcte et prononcée d’une traite.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une chute en chanson [PV]   Ven 11 Déc - 23:59

La jeune Serpentard ne savait vraiment pas quoi faire. Bérénice la regardait avec un air perdu. Au final, elle se demandait si elle n’aurait pas mieux fait de filer et la laisser ainsi. Un peu tard pour revenir en arrière. Elle aurait pu tout du moins filer maintenant aussi. Mais on aurait dit que quelque chose la retenait, là en l’occurrence, quelqu’un. Et puis la curiosité la gagnait plus qu’autre chose. La curiosité sur ce qui se passait. Apprendre, toujours plus apprendre.
Elle fuyait son regard. Elle aurait bien voulu capter le sien. Un regard ne trompait pas. Mais là s’était presque impossible. Elle cacha même ses yeux et une partie de son visage par des mèches de cheveux. Elle lui disait qu’elle allait bien. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle en doutait.


« Pourquoi dis-tu que tu gênes quelqu’un… ? Il n’y a personne là, sauf toi et moi… Si tu gênais, je serais déjà partie… J’aimerais juste comprendre… »

Elle parlait encore plus lentement qu’elle même. Ça ne la surprenait pas, elle n’était pas un cas désespérée. Sa lenteur, son calme, sa distance lui venaient de sa solitude. Elle se doutait que si elle se lâchait un peu, elle serait bien différente. Mais ça ne semblait pas le cas chez Bérénice. On aurait dit qu’elle ne le controlait pas. Elle ne comprenait donc pas. Ça ne relevait pas de la magie. En magie, elle était, en théorie, une experte. Elle savait tout et elle voulait toujours en savoir toujours plus. Mais là…
Elle lui affirma enfin que ça lui arrivait souvent, ce qui égaya encore plus sa curiosité. Elle lui avoua enfin qu’il s’agissait… d’un trouble du comportement ? Quoi ?


« Je ne comprends pas… »

Faites une croix dans le calendrier. Ça n’arrivera pas deux fois. Frédérique ne comprenait pas. Trouble du comportement, ça voulait dire psychologique ? Ce n’était pas un truc de Moldu ça ? Les Bones étaient une grande famille de sorciers purs non ?
Elle fronça les sourcils. Elle se moquait d’elle ou quoi ? Elle la dévisagea avec insistance. Non, vu son état, elle semblait loin de plaisanter.
Pourquoi courir, pourquoi paniquer ? Tant de questions auxquelles elle répondit avant qu’elle n’ouvre la bouche pour les prononcer.


« Tu as un soucis toi… »

Non ça, elle le savait c’est sur vu qu’elle le lui avait confirmé.

« Tu es mal partie… Je ne sais pas si tu sais… mais il y a d’autres personnes dans Poudlard et en dehors… Tu risques de passer ta vie évanouie… ou seule… »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une chute en chanson [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une chute en chanson [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» La chanson qui fait kiffer les geeks
» Une chanson qui dit tout
» HAITI ELECTIONS 2011: Michel Martelly, de la Chanson à l’Election

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: