AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 L'été promet d'être chaud! #Helena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: L'été promet d'être chaud! #Helena   Ven 11 Déc - 15:03


Un peu de jalousie éveille un amour heureux qui s'endort.
[Madame Deshoulières]
x


L’année scolaire était passée, et encore cet été, Fried devait travailler. Ses parents refusaient toujours de changer de position, et lui refusait de leur rendre visite pour expliquer une fois encore son cas. Pour une fois qu’il faisait la forte tête (en douceur, évidemment !) ils pouvaient bien essayer de le comprendre nom d’un chien ! Tant qu’ils ne feraient pas d’efforts, il n’en ferait pas non plus, et puis voila !

Alors évidemment, Poudlard était une école gratuite, on ne dit pas, mais les fournitures ne s’achetaient pas avec du vent. Bon d’accord, il avait toujours ses parchemins et ses plumes, il n’avait pas à tout changer d’une année à l’autre, mais certains livres devaient être rachetés, et le bleu et bronze était plutôt du genre conservateur, hors de question de revendre ses vieux livres. Pas qu’il pense s’en resservir l’année suivante, mais se replonger dans les vieilles pages de ses livres abandonnés dans le grenier, ça, oui ! Petits moments de nostalgie…

Cet été encore, donc, le jeune Allemand avait eu la chance de se faire encore embaucher par l’hôtel où il avait déjà fait ses débuts. Il n’avait pas eu le temps de chercher plus loin, (il avait pourtant des cartes de visite plein les poches !) mais surtout, il aimait bien la petite ambiance installée entre lui, les employés, et les musiciens. Ils se prenaient tous un peu pour ses parents ou ses grands frères et grandes sœurs, et Friedrich à qui cela manquait, n’y trouvait rien à redire.

Il recroisait de temps en temps des élèves de Poudlard, bien étonnés de le voir là, plutôt qu’en Allemagne avec ses parents. Il faut dire que le petit duc n’avait pas fait état de sa condition de déshérité. Pas que cela le dérange d’être une fois de plus l’objet de la honte de quelqu’un, surtout ses parents, mais plus le fait que cela relève de la sphère privée. Alors oui, il était resté à Londres, pour le deuxième été consécutif, et au train où allaient les choses, il y passerait peut-être bien aussi un troisième et même tous les suivants jusqu’à ce qu’il s’en aille ailleurs, tout seul. En même temps, il ne pensait pas ses parents capables de revenir sur leur décision. Avouer à leur fils qu’ils puissent avoir tord était trop dur, ou peut-être bien qu’ils étaient trop fiers pour le faire aussi. Ou bien ils campaient sur leur position, et dans ce cas, le Serdaigle était bien mieux sans eux !

Occupé à raccorder le violon de l’un des musiciens, le jeune homme se concentrait uniquement sur la musique qui sonnait et les cordes qui vibraient. L’archet glissait sur les fils tendus, comme s’il ne les touchait même pas. Les mouvements du musicien étaient fluides, parfois doux, parfois rapides, mais la mélodie qui résonnait dans le corps du violon était toujours musicale, même avec les fausses notes de l’instrument.
Tellement concentré, qu’il n’entendait personne autour de lui, s’arrêter ou repartir, passer juste en tendant l’oreille, et encore moins la serveuse de l’hôtel, qui faisait aussi l’accueil, qui soupirait dans un coin, lorsque la musique avait plus de quatre notes harmonieuses.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: L'été promet d'être chaud! #Helena   Dim 13 Déc - 16:06

    L'année scolaire s'était si vite terminée qu'elle n'était même pas sûre de savoir comment cela avait pu aller si vite. C'était assez incroyable de se dire qu'à la rentrée prochaine, elle allait mettre les pieds en quatrième année. Son temps à Poudlard semblait passer si vite, s'en était réellement étonnant. En même temps, on pouvait tout de même dire que voilà, le château était un lieu fantastique et on s'y plaisait vraiment beaucoup. On ne pouvait pas s'en empêcher, on ne pouvait que s'y plaire et y passer de bons moments. Malgré tout, on pouvait quand même dire que les cours restaient des cours bien sûr. Quand on parlait de quelque chose qui passait vite, c'était surtout les instants avec les amis quoi. Mais bon, là, au château, c'était terminé, et il était maintenant temps pour eux de profiter, de s'amuser. Il était maintenant temps d'ailleurs de faire la fête !

    Bon, il était probable que la venue des vacances mettent toujours plein d'étoiles dans la tête de la jeune blonde qu'était Helena Smith. S'amuser, voir ses amis sans couvre feu, faire la fête. C'était tellement bien. Tellement différent que d'être bloqué par les heures et dans les mouvements aussi. Et puis elle s'était bien entendu dit qu'elle allait pouvoir voir son chéri bien sûr, passer du temps avec lui, dormir encore une fois dans ses bras parce qu'elle avait été si bien ce fameux jour. Mais il travaillait. Encore, alors le nombre de fois où ils allaient pouvoir se voir était bien sûr obligatoirement en train de diminuer. Mais c'était ainsi et ils ne pouvaient pas faire autrement, surtout s'il voulait avoir de l'argent. Non ? Mais bon, cela ne voulait pas non plus dire qu'ils ne se verraient pas du tout des vacances quand même ? Parce que ça, elle ne le supporterait pas ! Soyez en sûr ! Helena sans son Friedrich chéri ? Ce n'était plus Helena !

    D'ailleurs, en ce fameux jour de juillet, le soleil était très haut dans le ciel et elle avait décidé d'aller le voir. Elle ne l'avait pas prévenu, pas du tout même et elle espérait sincèrement qu'elle ne le dérangerait pas bien sûr. Bon après, si elle réalisait qu'il avait vraiment trop de travail, bien sûr qu'elle partirait, cela allait de soi et elle ne venait pas là pour l'embêter mais elle voulait déjà tenter de le voir, lui parler, ne serait-ce qu'un peu. Même si ce n'était que pour passer cinq malheureuses minutes avec lui et bien ça lui suffirait et elle savait de toute façon, se satisfaire de ce qu'on voulait bien lui apporter. Et puis il travaillait, alors elle ne pouvait pas non plus le monopoliser, le connaissant, il n'allait pas hésiter un seul instant pour faire ce qu'elle voulait ! Alors il fallait déjà, là, tout de suite, qu'elle note bien qu'elle ne pourrait peut être pas lui parler bien longtemps et ce n'était pas toujours évident parce qu'elle était le genre de fille capable de changer d'avis au dernier moment vous voyez ? Et puis surtout quand ça concernait un moment passé avec son chéri hein, alors là, c'était tout simplement pire que tout quoi ! Elle ne savait pas se contenter de peu, et il était certain que Friedrich ne savait pas dire non. Donc voilà quoi.

    Elle avait enfilé un short en jean, pas trop court mais pas très long non plus, et un débardeur noir, assez moulant. De toute façon, à quatorze ans, elle n'avait pas tant de forme que ça donc bon. Quoiqu'elle était tout de même assez fière de celles qu'elle avait... Oui bon, elle se contentait de peu de toute façon, c'était bien connu hein. La jeune fille salua donc son frère en passant à côté de sa chambre et elle finit par filer sans demander son reste. Elle connaissait parfaitement bien la route aussi, elle prit le plus simple trajet et elle ne tarda pas à arriver à destination. Toute contente de savoir qu'elle allait voir son chérie.

    Et elle le repéra bien vite, là dans un coin avec un violon entre les doigts, comme totalement coupé du monde. Se glissant doucement à ses côtés, elle murmura à son oreille « Et bien très cher, vous êtes très doué. Vous l'a-t-on déjà dit ? »


Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: L'été promet d'être chaud! #Helena   Dim 13 Déc - 20:43

Trop absorbé par ce qu'il faisait, Friedrich ne sentit pas l'âme s'approcher de lui. Ce n'est que lorsque sa voix lui parvint aux oreilles qu'il réagit. Vieille réaction d'ailleurs, les Griffins n'auraient pas été fiers en voyant qu'il retombait dans ses vieux travers aussi facilement.
En fait, il fut tellement surpris qu'il échappa l'archet à terre, et serra le violon contre lui. Il sursauta violemment en même temps, et en retombant sur son siège, il pivota de manière à ce que le violon, qu'il serrait très fort contre lui, devienne son rempart de protection. Décidément! Chassez le naturel, hein!

Les yeux ronds de peur et la bouche ouverte prête à crier (il avait pris un grand souffle dans ses poumons, histoire de...) il vira immédiatement au rouge cerise lorsqu'il s'aperçut que la voix était celle de sa bien-aimée. « Oh... He... Helena! » souffla-t-il, avec une voix tremblotante. « Je m'attendais pas à... J'ai oublié qu'on avait rendez-vous? » paniqua-t-il alors. Ca aurait été le comble, qu'il oublie un rendez-vous fixé avec Helena. Il n'en avait jamais oublié aucun jusqu'à présent, et avait même fait son possible pour pousser le romantisme à son maximum à chaque fois. Et il zappa totalement le compliment qu'elle lui avait fait, au passage. Décidément, le prendre au dépourvu était toujours une très mauvaise idée!

Une fois calmé, il avait posé le violon et fait un gros câlin à sa petite amie pour se faire pardonner. Bien que de son coté, il pensait ne pas en avoir fait assez. Il termina rapidement d'accorder son instrument, et le rendit au musicien propriétaire qui jouerait ce soir. Il se rendit alors à l'accueil, toujours en tenant la main de sa petite amie dans la sienne. Une fois là, il demanda s'il pouvait s'absenter pour l'après-midi. L'hotesse d'accueil d'abord ne compris pas, mais rapidement, en voyant son petit protégé si anxieux, et la jolie demoiselle qui l'accompagnait, elle fit juste un grand sourire, et lui tapota le haut de la tête « T'inquiète, belette! T'as même toute la soirée et toute la nuit avec si t'as envie! Je te couvre! » lui dit-elle avec un clin d'œil. Fried ne compris pas vraiment ce qu'elle sous-entendait par là, mais pourquoi pas. Si Helena pouvait squatter même la nuit, il n'allait pas demander plus d'explications! Il se dépécha de sortir, tout en entrainant sa chérie avec lui, avant qu'on ne change d'avis. Une fois dehors il s'étira un peu, et sourit à sa belle « Et voilà, maintenant on a toute l'après-midi, et même toute la nuit pour nous, si tu as envie? »

Et c'est là que les Athéniens s'ateignirent...

déboulant du quoi de la rue, en faisant de grand gestes, Olympe Dory se dirigeait droit sur le Serdaigle. Pas qu'elle soit très intime avec lui, mais le hasard avait voulu qu'ils se retrouvent une fois à une pause déjeuner. Lui travaillait essentiellement pour avoir un peu d'argent, elle, c'était juste parce que ses amies Moldues le faisaient. Et évidemment, elle faisait son possible pour que cela soit dans un magasin, très loin du quartier sorcier. Pile poil, à coté de l'hôtel où Fried faisait ses heures. Et évidemment, Olympe traitant avec beaucoup de personalités, elle les envoyait tous dans cet hôtel. Ainsi, les deux élèves s'étaient retrouvés par hasard, et avait appris à se connaître, depuis quelques jours. « Friiiiiiiiiiiiedriiiiiiiiiiiich » Hurla-t-elle de loin. Elle arriva toute essoufflée et mit un certain temps à retrouver son souffle, à grand renfort de gestes et de goulées imprécises. « Houf! T'allais partir sans moi? Vilain! Oh Coucou! » dit-elle en remarquant Helena. « On se connait non? Je suis Olympe Dory, Caractère de gryffon, évidemment! » petite astuce qu'elle utilisait tout le temps lorsqu'elle se présentait et qu'elle n'était pas sûre d'avoir un sorcier en face d'elle. « Tu travailles aussi dans le coin. On s'est retrouvé par hasard à bosser ensemble, avec Fried'! » Raconta-t-elle, sans se rendre compte de rien. « On va manger où alors? Hier c'était pas fameux, mais le restau de Lundi était franchement super! » « euh.... » voyant l'air géné du garçon, elle demanda sans conviction « Vous voulez que je vous laisse? » « Non, non, je t'en prie, joins-toi à nous. » Proposa le garçon, acculé. Puis vous avez déjà vu Fried dire non, vous? Bon alors! « Avec Helena, on allait justement sortir déjeuner. » demanda-t-il alors à sa moitié, sans calculer un seul instant qu'elle puisse dire non. Olympe adressa un immense sourire à sa collègue rouge et or, tandis que Friedrich, totalement inconscient de ses actes, lui demanda « Tu veux bien? Ca ne te gène pas qu'elle vienne avec nous? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: L'été promet d'être chaud! #Helena   Mer 23 Déc - 23:48

    Bien sûr que la jeune fille savait que le surprendre n'était pas la chose la plus intelligente qui soit. N'oublions tout de même pas que cela faisait maintenant un bon moment que la jeune Helena Smith sortait avec Friedrich alors à force, elle commençait à le connaître quand même ! Elle n'était pas si stupide que ça quand même ! N'allez pas vous imaginez qu'elle ne l'avait pas fait exprès et qu'elle ne s'était pas du tout attendu à lui faire peur, c'était loin d'être le cas, elle s'y était tout de suite attendue, comme s'il s'agissait alors d'une simple évidence. Un rien pouvait l'effrayer, et le voir sursauter, bien qu'elle ne sache pas pourquoi, avait le don de la faire sourire, bizarrement, ça lui plaisait. Alors oui, elle s'amusait à le faire sursauter. Oh et puis zut hein, ce n'était tout de même pas de sa faute si elle ne parvenait pas à s'en empêcher quand même ! Un sourire aux lèvres, elle se pencha pour ramasser l'archet qui était tombé de ses mains. Se mettant à rire doucement, bien qu'elle ne veuille pas pour autant se moquer de lui, elle sourit lorsqu'il la reconnut enfin. Il se mit d'ailleurs à rougir, lorsqu'il se rendit compte de qui c'était. Bien sûr qu'il ne s'attendait pas à la voir, en même temps, cela n'était pas prévu, mais elle voulait à tout prix le voir, alors elle n'avait pas pu s'en empêcher pour autant quoi. Et elle était assez contente de l'effet d'ailleurs « Oh non, non, ne t'inquiètes pas chéri, nous n'avions pas rendez-vous mais je voulais venir te voir, alors ben... Me voilà ! ».

    Se serrant contre lui lorsqu'il la prit dans ses bras, elle ne put que soupirer de plaisir à ce contact, ça lui avait tellement manqué. Bien sûr après, elle le laissa faire ce qu'il avait à faire mais elle ne put s'empêcher d'être aux anges lorsque l'hôtesse d'accueil accepta de lui laisser l'après-midi ! Et la nuit, ce qui la fit alors sourire. Et bien oui pourquoi pas... Passer encore une autre nuit dans les bras de son amoureux... Ca serait un pur bonheur ! Il l'entraîna donc dehors et répéta les paroles de l'hôtesse, ce qui la fit une nouvelle fois sourire. « Et bien, bien sûr que j'en ai envie voyons, comment est-ce que cela pourrait en être différent ? Et pour... Hum... Pour la nuit... Je ne dirais jamais non pour dormir une nouvelle fois dans tes bras ». Elle ne put s'empêcher de rougir en disant cela, mais il était vrai que ça avait vraiment été bien le soir du bal...

    Mais son bonheur sembla être de courte durée. Une fille, au loin, se mit doucement à faire de grands signes en direction de Fried. Helena ne la connaissait pas du tout et elle ne put s'empêcher d'interroger Friedrich du regard. Qui était-elle ? Et pourquoi semblait-elle à ce point contente de le voir... ? Bien sûr que ça l'inquiétait après tout, avec son travail, il pouvait facilement fréquenter d'autres personnes alors bon... Bien sûr qu'elle pouvait facilement se montrer jalouse, comme n'importe qui, c'était une preuve d'amour non ? Dans sa tête, elle ne pouvait pas imaginer que Friedrich puisse la tromper mais après tout... On ne pouvait pas toujours deviner non ? Alors non... Elle ne pouvait pas savoir ce genre de chose. Olympe Dory donc... Bah elle se trouvait dans sa maison quoi. Mais Helena fut totalement incapable de dire le moindre mot par contre, absolument incapable. Elle ne savait même pas quoi dire, comme s'il lui était impossible de dire son nom. Lorsqu'elle demanda s'il voulait qu'elle les laisse, Helena aurait pensé qu'il dirait oui, que c'était peut être exceptionnel par rapport à l'heure habitude... Mais non, il ne lui dit rien, absolument rien. En plus, ils semblaient se voir souvent. Baissant les yeux, elle n'osa rien dire, en soit, c'était elle le problème au niveau de leurs habitudes non ? Alors elle n'avait rien à dire non ? « Hum... Non, ça ne me... Me dérange pas ». Bien sûr que si ça la dérangeait ! Mais c'était leur habitude. Elle avait même carrément l'impression de gêner. Le regard légèrement brouillé. Elle se trouva de trop. « Oh euh... Zut ! J'ai oublié que j'avais un truc à faire. Je... Je vous laisse d'accord ? Euh... Je file ». Elle n'osa même pas regarder Friedrich et se mit doucement à partir. Bon ben... C'était rapé pour aujourd'hui. Elle n'avait plus qu'à... Rentrer...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: L'été promet d'être chaud! #Helena   Lun 4 Jan - 21:24

Olympe passait son été à éviter son chez-elle. Elle avait donc trouvé un moyen tout à fait normal de s'occuper normalement! Donc elle travaillait dans un magasin, en temps que vendeuse. Et elle vendait des vêtements, dans une rue commerçante tout à fait normal, et on la payait avec de l'argent qui avait cours dans le monde normal. Et au moins, on ne la regardait pas de travers quand elle voulait acheter son thé avec des livres sterling!

Il ne lui en fallait pas plus pour être heureuse l'été. Aëson et Wendell, les frères d'Olympe n'étaient pas très branché sur les excentricités de leur sœur, et donc elle était seule à Londres. Et c'est presque « naturellement » qu'elle s'était jetée sur le premier élève de son nouvel univers, qui même après cinq années, resterait toujours trop étrange pour elle. Le nom de ce malheureux élève? Friedrich Maiden! Oui oui! Olympe n'avait pas tellement pris la peine de s'immiscer parmi les élèves des autres classes, et se contentait des Gryffondors qu'elle côtoyait en cours. Alors, saisissant l'occasion, elle avait demandé au Serdaigle, trop gentil pour dire non, de se retrouver tous les midi ou presque, pour manger ensemble.

Assez étrange, somme toute, puisque la jeune fille refusait de parler de sorcellerie, de magie, de tours de passe-passe. Non, elle parlait juste de la vie de tous les jours, et Friedrich lui répondait en racontant sa vie à l'hôtel. La normalité et la banalité rassurait la jeune fille, qui supportait de plus en plus mal l'idée d'être si différente de son idéal. En plus, Fried était de la même année qu'elle, et lui aussi semblait ne pas plus apprécier Poudlard que ça, alors autant en profiter!
Cela faisait déjà trois jours que les deux élèves s'étaient retrouvés, et Olympe était trop mimine et trop suppliante pour que Fried refuse de lui accorder un peu de son temps.

Seulement ce jour-là, Helena débarqua à l'improviste. Pour Friedrich, il n'y avait pas de soucis, ils partageraient un repas tous les trois, mais Olympe, fille avant tout, avait d'abord proposer de partir. Même si elle ne le connaissait pas bien avant leur rencontre, elle savait quand même qui était avec qui. Les potins, c'est tout ce à quoi elle savait se raccrocher de normal au sein de cet asile de fou qu'était Poudlard. Friedrich, innocent comme jamais, proposa qu'elle reste, et comme Olympe l'avait soupçonné, cela mit sa copine dans un état bizarre... Bizarre mais tellement normal! Olympe aussi aurait eu une réaction pareille, croyait-elle. Enfin... Peut-être qu'elle se trompait, peut-être bien que Helena avait réellement oublié quelque chose.
Mais un rapide coup d'oeil à l'amoureux transit trop occupé à se demander ce qu'il se passait pour réagir, la demoiselle prit les devant, et se jeta sur sa camarade. « Atteeeeeeeeeeend! » Sourit-elle. « Tu sais, plus on est de fous plus on rit. J'aime pas être toute seule, et Fried se propose pour me tenir compagnie à midi. Si tu restais ça me ferait tellement plaisir! Depuis le temps que je vous vous rencontrer tous les deux, s'il te plaiiiiiiiit! » supplia-t-elle. Heureusement que Fried avait lâché quelques mots sur ses instruments de musique, ainsi Olympe avait pu faire le lien avec un petit prodige dont on lui avait parlé.

Elle avait jeté ses bras autour du cou de sa cadette, et la serrait amoureusement dans une étreinte que même une mère ne donnerait pas à sa fille. Non elle ne cherchait pas à l'étouffer, mais elle tenait absolument à ce qu'elle reste. Le Serdaigle, lui, était déjà honteux et géné qu'on le prenne pour un prodige (Olympe lui avait déjà fait un million de compliments les jours précédents, et il était à parier qu'elle lui en referait sous peu) et un peu confus aussi, se demandant bien ce qu'il se passait avec sa petite amie. Et alors que, collée joue contre joue à Helena, Olympe lui jetait un regard furibond, Friedrich finit par se donner des claques mentalement, et s'approcha des deux filles. « Je... Helena, ne t'en va pas je t'en prie. Tu es sûre que c'est nécessaire? C'est réellement important? Je ne pourrais pas t'accompagner après le repas? Reste s'il te plait... » supplia-t-il avec une petite voix, et le regard fuyant. Et Olympe de renchérir « roh allez, il est trop mignon pour que tu t'en ailles, pas vrai? Genre, tu vas me faire croire que tu vas me laisser seule avec lui, hein? » Elle avait mumuré ça pour que seule Helena puisse l'entendre, et que même s'il levait les yeux suffisamment pour la voir parler, il ne puisse pas capter ses mots. Elle comptait bien à ce que la petite blonde se défende un minimum au lieu de battre en retraite comme si elle avait perdu d'avance.

Alors, on vous arrête tout de suite, Olympe n'avait aucune vue sur Friedrich. Trop gnagnan à son goût, même s'il avait l'air normal. Mais pouvoir participer avec un couple, à jouer une remix d'un feuilleton type les feux de l'amour, quoi de plus excitant! Et surtout, quoi de plus normal, sous-entendu, absolument pas sorcier!

Mots : 845
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: L'été promet d'être chaud! #Helena   Jeu 7 Jan - 15:06

    Helena n'avait jamais vraiment eu besoin d'être jalouse, elle l'avait toujours su. La jalousie était oui, une preuve d'amour, mais de ne pas être jaloux, était également une marque d'amour puisque c'était une manière de prouver à son partenaire qu'elle avait une totale confiance en lui et qu'elle n'avait aucune raison d'être jalouse non ? En tout cas voilà, avec Friedrich, elle s'était rendue compte qu'elle était capable d'avoir une confiance totale pour une personne. Et ce garçon était tout simplement trop bien, parfait même. Elle l'avait apprécié dès le premier regard et elle s'était aussitôt attachée à lui aussi. En clair, maintenant, elle l'aimait plus que n'importe qui, il avait prit une place si grande qu'elle ne s'en était pas rendue compte tout de suite, pas avant que ça n'arrive et qu'elle ne s'en aperçoive vraiment quoi. Mais maintenant, c'était évident, totalement même, elle avait bien vite compris qu'elle était amoureuse et de toute façon, si elle n'était pas allée vers lui, ils ne seraient peut être pas ensemble ! Tout ça pour dire que voilà, Helena était vraiment heureuse d'être avec lui et d'avoir si confiance en lui. Du moins...

    En tout cas, c'était avant aujourd'hui. Là, en cet instant présent franchement, elle était totalement perdue, elle ne savait pas du tout ce qu'elle était censé dire en faite. Elle était comme perdue d'une certaine manière en faite. Elle ne savait même pas comment réagir parce que ce qu'elle était en train de ressentir, elle ne l'avait jamais ressenti auparavant, et vous pouvez le croire, ça fait mal, ça fait vraiment très mal de se rendre compte qu'on est à ce point stupide. Parce que oui, la jeune fille se rendait bien compte qu'elle était stupide hein, il ne fallait pas non plus être devin pour se rendre compte de ce genre de chose. Elle n'était même pas capable, vraiment, de savoir pourquoi est-ce qu'elle était en train de réagir comme ça, elle ne savait pas pourquoi elle était incapable de se contrôler, pourquoi d'un seul coup, elle éprouvait autant de haine pour cette fille là, cette Gryffondor. Peut être que c'était parce qu'elle la trouvait jolie, ce qui en soit, était un fait oui, elle la trouvait jolie. Ou parce qu'elle avait plus souvent vu son copain qu'elle ne l'avait vu. Ils avaient pris pour habitude de se voir, de traîner ensemble, de s'amuser, de déjeuner ensemble. Et elle dans tout ça ? Friedrich ne lui en avait même pas parler... Bordel, comment est-ce que ça pouvait faire aussi mal hein ? Comment est-ce que c'était possible de ressentir une aussi forte douleur... Dans le vent d'une certaine manière... Oui dans le vent. Parce que si ça se trouvait, il allait s'approcher d'elle, il allait venir lui parler et il lui dirait alors qu'il préférait être avec elle ou bien ce genre de chose, il lui montrerait tout simplement qu'il l'aimait, qu'il tenait à elle et qu'il ne s'intéressait pas à cette Olympe...

    Mais la scène ne se passa pas comme elle l'avait imaginé, en l'occurrence, Friedrich ne fit pas un seul pas vers elle, rien du tout. Et c'est Olympe qui était venu vers elle. Ridicule, stupide, incohérent et décevant. Oui voilà, elle était totalement déçue, elle était même totalement incapable de comprendre ce qu'il venait tout juste de se passer. Il n'était pas venu, il ne s'était pas approché d'elle... Bordel, ce que ça pouvait faire mal c'était incroyable, ressentir une douleur aussi forte que ça... C'était insupportable. Helena sentit les larmes se mettre à couler et la rage envers la Gryffondor monter. « De quoi je me mêle idiote hein ? De quoi est-ce que je me mêle ?! Commence déjà par me lâcher okay ? T'es certainement pas ma copine ! Qu'on soit bien d'accord ! ».

    Elle n'avait même pas envie de l'écouter mais à un point, ça en était spectaculaire ! Elle n'avait qu'une seule et même envie, c'était de la faire taire, qu'elle s'en aille ! Et si c'était elle qui devait partir, et bien elle partirait mais dans ce cas, que Friedrich ne s'imagine même pas qu'elle reviendrait vers lui. C'était la première fois qu'elle avait peur de le perdre, une peur si grosse que c'en était hallucinant, elle avait peur de le perdre, peur que tout soit fini. Peur qu'en faite, il ait préféré cette autre fille à elle. Ce qui en soit, était possible non ? Helena ne s'était jamais rien trouvé de bien exceptionnelle de toute façon...

    Friedrich lui demanda de rester, lui demandant si c'était vraiment tant important que ça pour elle. Elle n'aimait pas mentir et encore moins lui mentir, mais elle ne supporterait pas de rester ici plus longtemps, elle avait vraiment trop mal, beaucoup trop. Et elle avait peur, si peur... Les larmes ne cessaient pas de couler à ses yeux, ça ne semblait pas vouloir s'arrêter. La douleur était si forte de toute façon que l'arrêter était tout bonnement impossible, oui voilà. « Oui c'est très... Très important, et je n'ai pas besoin de toi, tu sembles être en très bonne compagnie ».

    Et devant ce que Olympe lui dt par la suite, Helena ne put pas s'en empêcher, lançant un regard bien noir à cette imbécile, elle la gifla. Ca avait été plus fort qu'elle vraiment. Elle n'en pouvait plus, elle n'avait plus qu'une seule envie, partir. Oui voilà, fuir aussi vite qu'elle le pourrait parce qu'elle ne supporterait pas de rester avec eux deux une minute de plus, c'était juste impossible quoi. « La ferme ! Bordel ferme là par pitié, tu me saoules je te déteste ! Lâches moi ! Tu veux Friedrich ? Tu sauras qu'il sort avec moi ! Mais s'il te préfère et bien... ». Tournant un regard plein de détresse vers son petit ami, elle ajouta : « Il n'a qu'à me le dire...»


981
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: L'été promet d'être chaud! #Helena   Ven 8 Jan - 21:57

Friedrich ne pensait pas que sa journée tournerait ainsi. Déjà il ne pensait pas qu'il aurait pu voir Helena. Encore moins, qu'elle soit venue exprès pour lui, lui en faire la surprise. Encore moins qu'on lui offrirait le reste de sa journée pour en profiter avec elle. Il avait oublié Olympe par contre, et il n'avait pas imaginé un seul instant que les deux filles puissent ne pas s'entendre. Helena était la fille la plus parfaite qu'il lui ait été donné de rencontrer, douce, gentille, maladroite certes, mais qui ne l'est pas, et puis c'est ce qui faisait son charme. Olympe était très énergique, un brin pipelette, et elle avait beaucoup de culture. Bref, dans la tête du garçon, les deux filles avaient tout pour être amies. Pour lui, ils pouvaient passer tous les trois un super repas, et ensuite il passerait son après-midi et sa soirée avec sa chérie, tranquille et rien que tous les deux.

Mais il semblait que les choses n'irait pas comme le serdaigle avait aimé le prévoir. Bon en fait, il n'avait rien prévu, d'accord. Mais quand même, pourquoi le monde n'était-il pas fait de petits moineaux bruns qui chantent en volant dans le ciel bleu et qui font leur nid dans les arbres verts, hein? Tout dégénéra avant même que Friedrich ne s'en rende compte. D'abord Helena prétexta quelque chose à aller faire, une chose urgente, puis Olympe s'était littéralement jetée sur elle, pour l'embrasser et la câliner. Ce qui avait fâché tout rouge la plus jeune. (sans mauvais jeu de mots!) Pourtant, Olympe lui proposait gentiment de faire un repas à trois non? Non, vraiment? Pris au dépourvu, ne sachant quoi faire, Friedrich ne trouva rien d'autre à dire, à demander, que la maigre phrase qu'il avait réussie à prononcer. Est-ce que c'était vraiment important, ce qu'elle avait oublié. Etait-elle réellement obligée de les laisser, Olympe et lui? Alors qu'il s'était fait une joie de partager une après-midi avec sa petite amie. C'était bien peu, comparé à l'année dernière. Très maigre, mais il saurait s'en contenter, s'il pouvait en profiter tout son soûl.

Mais immédiatement après, Helena se mit à hurler et à crier. Friedrich sursauta, alors qu'Olympe semblait au bord du fou rire. C'était dingue! Que devait-il faire pour arranger les choses? Il fut même agressé et terriblement froissé par les répliques qu'Helena lui lançait à la figure. Comment ça pas besoin de lui? Comment bonne compagnie? Quelle mouche la piquait? Ne sachant quoi faire, fried restait là, incrédule. S'énerver? Et comment? Il n'était vraiment pas du genre à se mettre en colère, et certainement pas contre la fille qui occupait ses pensées jours et nuits. Que devait-il faire alors? Il regardait sa petite Gryffondor sans trop savoir. Pendant que l'autre avait tellement de mal à se retenir de rire, qu'elle en pleurait presque. Elle s'essuyait discrètement les yeux, et pinçait les lèvres, et lorsqu'on était pas aussi oppressé que le Serdaigle, ça crevait les yeux.
« Mais... Helena, non! Tu... Pourquoi je préfèrerais Olympe ? C'est toi que j'aime, c'est toi que je veux, Olympe est juste une amie... » « Oh, c'est blessant! » le coupa-t-elle. Pour le coup, Friedrich la fixa, quitte à la foudroyer du regard. « Mais c'est pourtant clair et simple non? Qu'est-ce qui se passe? »[/b][/color] Demanda-t(il légèrement agacé (NDLA: attention, ça commence! xD)

Olympe parti alors d'un fou rire qu'elle ne maitrisa qu'après de longues secondes. Laissant là Helena, elle sautilla vers le garçon, et lui jeta les bras pour les refermer autour de son cou. « Ben on le dirait pas que c'est aussi simple! Mon p'tit chou, si ta copine est en pétard, c'est bien parce que justement c'est pas clair. Alors, on fait quoi, pour ce midi, chéri-chéri? » Elle utilisait volontairement des surnoms affectifs qu'elle n'utilisait même pas avec son frère ou ses peluches. A coup sûr la blonde allait s'arracher les cheveux de rage.

Commençant à saisir le stratagème, le visage de Friedrich se ferma, et il repoussa délicatement la demoiselle. « Je n'aime pas les surnoms que tu me donnes. Et si tu importunes Helena, alors je préfère que tu t'en ailles. Et qu'on ne se revoie plus de toutes les vacances. » dit-il calmement, mais tout de même avec un ton pincé et sévère. Enfin, aussi sévère qu'il puisse être. Le sourire d'Olympe se fit encore plus large, lorsqu'il eu terminé sa phrase, et elle minauda encore un peu avant de partir. « Roh, c'est pas la peine de prendre ce ton-là... C'est pas parce qu'elle se tape un délire d'infériorité que c'est de ma faute, forcément, hein, boulette? » Ouch! Elle y allait fort quand même. Bah! Quitte à se faire détester, que ce soit au moins pour quelque chose de justifié et palpable. « Et puis, peut-être bien que j'ai envie de rester, moi, non? Vous y avez pensé à ça? » Demanda-t-elle en caressant le menton de Friedrich avec son index. « j'ai déjà eu droit à plusieurs repas, j'en veux p'tet encore, vous y avez pensé, Monsieur Maiden? » Et elle ponctua sa phrase par un baiser juste à la commissure des lèvres. Rapide, très furtif, mais tout figé qu'il était, lorsqu'il le voulait, Friedrich était très rapide, et il ne lui fallut pas un quart de seconde pour reculer et élever la voix « AH! Ne refais jamais ça! » Dit-il en passant un manche sur sa bouche.

Et d'un coup il sembla réaliser la méprise qu'il pouvait maintenant y avoir. Oh mince! « Non, Helena, je te jure, je n'ai jamais pensé à mal, et je... » Paniqué, il ne savait plus comment s'y prendre pour formuler ses excuses à sa petite amie. Si jamais elle le plaquait à cause de cette fille? Alors qu'il n'aimait qu'elle! Il était presque au bord des larmes à s'imaginer les pires scénarios. Si ça se trouve, elle allait le baffer et le laisser planter là. Le plan le plus nul qui ait jamais été donné de vivre. Si Helena le plaquait, qu'est-ce qu'il deviendrait? Un artiste incompris et déprimé en prime... Comment survivre? Comment s'imaginer sans elle, alors que cela faisait déjà trois étés qu'il n'avait plus rien fait sans compter sa petite amie à ses cotés. Et pas n'importe quelle fille, pas n'importe quelle Gryffondor, c'était Helena, qu'il voulait. Une autre fille n'irait jamais! Il ne voulais qu'Helena avec lui, et cette fille était en train de lui faire faire n'importe quoi, et malgré lui en plus! Au bord de la panique, il ne savait pas quoi faire pour essayer de rattraper les choses.

Mots : 1050
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: L'été promet d'être chaud! #Helena   Sam 9 Jan - 1:23

    En ce pointant ici, très sérieusement, Helena avait vraiment cru qu'elle allait passer un bon moment, qu'elle serait avec son chéri et que comme d'habitude, tout se passerait comme s'ils étaient sur un petit nuage. Mais bon, elle devait bien dire que les choses ne s'étaient pas du tout passé comme prévu. Déjà bon, la surprise, elle, elle avait bien eu lieu. La partie là, elle s'était donc très bien passée malheureusement, c'était justement la seule partie qui c'était bien passé. Et c'était probablement ça le problème oui... M'enfin bon, la jeune Gryffondor n'aurait jamais, mais alors jamais pu imaginer qu'il puisse voir une fille lors de ses repas... Et encore moins que cette fille puisse être... Si belle. Ce n'était pas par rapport à Friedrich et qu'il n'était pas capable de fréquenter de belles filles hein ! Elle trouvait qu'il était le plus beau donc bon ! Mais ça lui faisait mal quoi, et à ses yeux, elle n'avait jamais eu aussi mal.

    Le pire dans tout ça, c'était qu'il ne semblait même pas comprendre où elle voulait en venir... Bordel... Ca faisait mal, à un point qu'elle aurait voulu se creuser un trou, se cacher dedans, s'y enterrer pour ne plus jamais réapparaître... En même temps, peut être que Friedrich avait tout simplement du mal à comprendre parce qu'il était innocent ? Bien sûr que c'était une pensée très agréable, bien sûr, oui, mais bordel... Ce n'était pas une raison pour faire l'incrédule et pour ne pas venir vers elle. Au final, oui voilà, peut être que pour se sentir un peu plus en sécurité, elle aurait tout simplement espéré qu'il la prenne dans ses bras pour la réconforter. Mais non, il semblait tellement perdu et abasourdi qu'il ne faisait aucun geste vers elle.

    Et l'autre là, celle qui était en train de se bidonner elle était sérieusement en train de l'énerver et franchement, elle ferait mieux d'arrêter avant que la petite chose là, la petite blonde, elle ne se mette vraiment en colère, elle n'avait peut être rien de bien effrayant mais sérieux, elle était en train de péter un câble. Elle allait exploser et soit, elle fondrait en larmes, soit elle partirait en courant et ne revient jamais.

    Il y avait une partie de sa personnalité, que beaucoup de personnes avaient tendance à oublier. La jeune Helena Smith souffrait, en quelque sorte, d'une espèce de dédoublement de la personnalité, qui n'apparaissait pas souvent. D'une certaine manière, ce n'était pas vraiment deux personnalités totalement différentes, c'était juste qu'il y avait des moments où lorsqu'elle était énervée, elle pétait vraiment des câbles, elle cassait tout, jurait. Comme si quelqu'un d'autre avait prit possession de son corps. La partie inconnue, c'était la partie d'elle que l'on appelé Hell. Et mine de rien, elle semblait doucement se faufiler à l'horizon. Bon, bien sûr qu'elle n'était pas effrayante hein, vous l'avez bien regardé ? Elle était petite, toute maigre et dans ses bras, il y avait la force d'un chiot !

    Juste amis... oui... Mais cette fille là, pour qui se prenait-elle hein ? Dans un sens, Helena savait que Friedrich était incapable de mentir, du moins, elle le pensait dur comme fer quoi. Mais elle, elle faisait tout pour qu'elle se mette à douter, elle faisait vraiment tout pour quoi au juste ? Pour que ça casse ? Pour qu'elle ait le champs libre ? Si c'était vraiment ça qu'elle voulait, et bien qu'elle attende un peu, ça semble être sur le point d'arriver sérieux. Parce qu'au final... Il ne faisait pas d'effort particulier... Et au final, ce n'était pas Olympe qui lui faisait le plus de mal non, c'était bel et bien Friedrich, lui et personne d'autre.

    Chéri-chéri... Là, c'était le comble. Oui voilà, le comble. Elle se mettait carrément à lui donner des surnoms bordel ! Elle n'avait qu'une seule envie là, c'était de lui casser son joli sourire de merde, de lui casser sa belle figure et de se barrer. Aller vers Friedrich ? Hors de question, elle ne ferait rien de telle. Elle comptait bien partir après ça. Allez savoir depuis combien de temps ça durait. Et puis elle était bien trop en colère là, de toute façon, pour pouvoir dire quoi que se soit. Si ce n'était pas des insultes ou des choses méchantes. Elle allait craquer mais en tout cas, elle ne pleurait plus. Les larmes, c'était fini, elle voulait se battre là ouais. Elle avait beau avoir une force de mouche, elle allait lui démolir le portrait oui, tout à fait. Lui casser chacune de ses dents, puis le nez. Lui faire de beaux coquards... Bordel, voilà qu'elle se mettait à jubiler maintenant ! C'en était même devenu affolant quoi !

    Mais soudain, Friedrich sembla se réveiller et Helena lança sur lui un regard d'espoir. En faite, elle était en plein délire quoi. Mais si elle continuait comme ça, Helena craquerait malgré tout. Que cette pauvre idiote les laisse tranquille à la fin ! Ne voyait-elle donc pas qu'elle était de trop franchement ?! En tout cas, il était prêt à ne plus la voir de toutes les vacances. C'en était... Hm... Non en faite, la jeune Smith ne savait même pas comment est-ce qu'elle était censée expliquer ça quoi. C'était totalement flou pour elle et elle était même totalement perdue d'ailleurs. D'une certaine manière, il était un peu trop dur à ses yeux, d'essayer de comprendre la situation, ça ne servait à rien là, de toute façon.

    Un délire d'infériorité ? Pardon ? Qui est-ce qu'elle était au juste pour se mettre à la juger là d'un seul coup hein ? Aux dernières nouvelles, elles ne se connaissaient pas et très franchement, Helena n'avait pas du tout envie de la connaître mais alors pas du tout. Enfin si, elle avait envie de la connaître, même de très prêt ouais. Enfin pas dans le même sens quoi. C'était son poing qui avait envie de la connaître, et même de la toucher ouais ! Comment ?! Peut être qu'elle avait envie de rester ? Non mais elle était vraiment en plein rêve là ! Elle ne réalisait même pas que sa présence n'était plus désirée ! C'était la totale ! Mais qu'elle se casse bordel ! Si seulement Helena était plus grande et un peu plus forte bordel ! Les choses auraient été plus simple ! Un bon coup de pied au cul et elle l'aurait dégagé ! Plusieurs restaurants mais oui allez ! Qu'elle continue son petit manège ! Elle ne réalisait donc même pas qu'elle n'était plus la bienvenue et bien franchement, la petite blonde en venait à se demander ce qu'elle était bien censée faire pour qu'elle comprenne cette vache ! Et oui, fini la gentille Helena hein, c'était même plus la peine, elle ne répondrait plus à l'appareil tant que cette idiote serait là !

    Et là, ce fut la goutte d'eau. Mais alors, la totale, la cerise sur le gâteau, l'étoile sur le sapin. La totale quoi ! Elle était presque en train d'embrasser son petit ami à elle ! Et sous ses yeux en plus ! Si elle croyait franchement qu'elle allait la laisser faire ! Friedrich fut très rapide, lui disant de ne plus jamais recommencer ça, s'essuyant la bouche d'ailleurs. Mais Helena en avait assez vu, en avait vraiment trop vu. Elle n'était pas grande non, et elle avait bien vite appris à faire avec. Et elle n'était pas très forte non plus. Mais en général, qu'importait la force, ça faisait toujours mal. Tirant l'autre ****** par l'épaule, elle la força à se retourner et lui en colla une. Non pas une gifle non. Les gifles, c'était un level en dessous ça. Alors hors de question de chuter. Non, elle lui avait mi, un coup de poing, là oui, en plein dans le nez, sans hésitation aucune. Et elle avait entendu un craquement, non, plusieurs. L'avantage du nez, il n'y avait pas vraiment besoin de mettre beaucoup de force pour le casser. C'était idéal. Bordel, une chose était sûre, ça faisait un bien fou, mais c'en était éblouissant quoi ! Encore un peu et la petite en serait à voir des petites étoiles tellement ça faisait du bien ! « On ne touche pas à MON petit ami t'es okay grognasse ? ». Glissant sa main gauche dans celle de son petit ami, elle n'ajouta rien de plus mais lui montra néanmoins qu'elle était avec lui, dans le même camp que lui, et qu'elle ne lui en voulait pas.

    C'est alors qu'elle sentit une certaine gêne dans la main droite, levant la main, elle voulut regarder de plus près et elle comprit aussitôt. Le craquement là, il ne venait pas du tout du visage de l'autre là. Non. Ou alors, peut être mais pas seulement. Il ne fallut qu'un rapide coup d'oeil à Helena pour se rendre compte de la situation. Doigts cassés. Tous ceux qui avaient heurté le visage de l'autre là. Bordel, c'était la totale quoi ! Vraiment. Et maintenant que l'adrénaline avait disparu, la douleur se mettait à se réveiller. Serrant les dents, elle ne put empêcher un cri, ni les larmes de couler. Elle aurait aimé faire bonne figure mais sérieux, là, elle avait un peu trop mal pour faire bonne figure. Se tournant légèrement vers son chéri, oui bon, elle était faible devant lui elle le savait, mais elle s'était quand même explosé la main en tapant sur quelqu'un là ! « Hm... Je crois que je... Je dois aller à l'hôpital euh... J'ai super mal... Vraiment mal. Je suis peut être pas médecin mais... Mais vu que je suis dans l'incapacité de bouger quoi que se soit... C'est cassé...».

1619
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: L'été promet d'être chaud! #Helena   Sam 9 Jan - 13:29

Olympe poussait le vice vraiment jusqu'au bout du bout. Elle ne se serait jamais cru capable de faire de telles choses, mais après avoir allumé tout le monde, elle se laissait désormais elle-même pousser par sa méchanceté. Mais ça semblait tellement drôle, entre la fille qui bout sur place et le gars qui pige rien... Qui n'aurait pas pris la peine de venir mettre le bazar? Elle avait fait d'abord en sorte de n'importuner que la jeune fille, puis voyant comme elle répondait à ses provocations, elle avait essayer d'inclure Friedrich dans sa mascarade, qui avait commencé à tourner au vinaigre. Le clou du spectacle étant lorsque la brune avait fait mine d'embrasser le serdaigle. Ca sembla avoir réveillé tout le monde. D'abord le garçon comprit enfin le jeu qui déroulait sous ses yeux, et ensuite, la petite blonde ne se fit pas prier pour enfin bouger.

Elle était toute petite et menue, la minimoy, mais qu'est-ce qu'elle avait comme force dans les bras! Olympe se surpris à se demander si à un bras de fer entre le petit couple, si ça serait pas elle qui gagnerait en tordant le bras de son petit copain au passage... Comique comme image! Elle en aurait bien rit, si elle n'avait pas mal. Parce que le poing, aussi petit soit-il, lui avait atterrit directement dans le nez. Sans faire trop de dommage, Olympe s'en tirerait avec juste quelques élancements, mais rien de grave. Elle ne saignait même pas, juste une goutte, pour marquer le geste. Dans deux heures, il n'y paraitra pu. Et si jamais, elle avait un peu de maquillage dans son sac. Hors de question d'user de la magie pour se soigner, ça non, jamais! Plutôt crever!

En tout cas, en voyant comme le petit couple se liguait contre elle, elle préféra les laisser là. Tant pis pour ses repas, elle irait déjeuner avec les autres vendeuses de sa boutique, ça serait pas plus mal. Et au moins, ça semblera plus normal que venir chercher Friedrich. « Oh, de toute façon, j'ai pas faim. Puis on m'attend ailleurs. Tchao les cocos! » Elle commença à tourner les talons... Puis s'arrêta et se retourna, avec un clin d'œil pour l'Allemand « Fais gaffe, ta copine, c'est un rambo miniature, en fait. Je serais toi, je me méfierai! » et elle reparti en pouffant. Elle ne le connaissait que depuis deux jours, mais elle avait bien senti que ça le perturberait. Après tout, il lui en fallait peu pour le perturber, pauvre petite chose!

Et de fait, au lieu de vraiment s'en aller, Olympe se cacha juste au coin du bâtiment qu'elle avait prit pour se soustraire à leur vue. Et de fait, il lui sembla que le garçon prit le temps de réfléchir, s'il ouvrait la bouche, est-ce que sa copine allait lui péter une durite pour la scène qui s'était déroulée? Mais bien vite il sembla reprendre des couleurs (déjà qu'il est pas bien coloré... il était à la limite de devenir transparent tout à l'heure!) puis re-pâlir aussitôt lorsque Helena se mit à hurler qu'elle avait mal. Pourtant, il ne sembla pas paniquer, il l'attira juste dans un endroit couvert, et vérifia que personne ne pouvait les voir, mais c'était sans compter sur Olympe et sa curiosité. Là, il tira sa baguette d'une poche, et prononça une formule magique. On entendit un craquement étrange, et de loin, il sembla bien à la voyeuse que la main reprenait une teinte normale, alors qu'elle avait déjà commencé à bleuir. Là il parla d'une voix douce à sa chérie, et lui caressant les cheveux et il lui baisa la main qui avait été blessée. Il s'excusait? Olympe en aurait mis sa main à couper. Mais elle n'entendait pas grand chose, elle était trop loin. Mais au fond d'elle, elle fut heureuse de les laisser là, parce que utiliser ses pouvoirs magiques pour soigner un bobo... Et bien c'était pas du tout son trip! Ca lui retournait limite le cœur en fait.

En tout cas, à le voir mettre toutes les précautions possible pour essuyer les larmes de sa très petite amie, Olympe eut un pincement d'avoir joué ainsi avec eux. Ils étaient bien mignons en fait, et essayer de les séparer la rendait vraiment méchante, même à ses propres yeux. Pourtant à la base, elle ne voulait que jouer avec Helena, qui avait d'emblée ressenti de l'animosité envers elle. Il avait juste fallu l'allumer un peu plus pour que ça sorte. Le voilà qui l'embrassait doucement maintenant et la serrait contre lui, il murmurait toujours plein de choses, qu'Olympe était bien incapable d'entendre, mais elle était sûre qu'il s'excusait pour ce qu'il n'avait pas fait, ou qu'il expliquait sa version de l'histoire ou bien... ou bien peut-être juste qu'il essayait de la consoler, c'est vrai qu'il avait une voix douce, à se demander s'il avait mué un jour. Certainement qu'il lui rappellait qu'il n'y avait qu'elle à ses yeux et qu'il n'avait jamais pensé que cela perturberait autant le petit pimousse blond qui lui servait de copine.

Haaaaa, làlà! Comme elle aurait bien aimé, elle aussi, avoir une personne aussi attentionnée, qui ferait tout pour la consoler, même si c'était elle qui avait tord. A les voir enlacé, elle avait envie elle aussi de faire des câlins à tout le monde maintenant! Décidément... Ils étaient contagieux ou quoi?
Elle se pressa de retourner à son travail. Elle n'avait pas son après-midi, elle, elle devait se dépêcher d'acheter un sandwich et de retourner bosser!

Mot : 890
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'été promet d'être chaud! #Helena   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'été promet d'être chaud! #Helena
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: