AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]   Ven 8 Jan - 16:12

Le petit échange sanglant entre Anabelle et Adrien fit sourire Eli, qui trouvait ça assez marrant. Pas dans le genre "petite dispute d'amoureux touchante" mais plus dans le genre "Vas-y Ana, te laisse pas faire, il le mérite bien !". Parce que oui, Elizabeth ne comprennait que trop bien ce qu'Ana ressentait. Elle aussi avait d'ailleurs souffert du rapprochement soudain et persistant entre Adrien et Fredericke, à tel point que le jeune homme accordait plus de temps à la Gryffondor, à qu'à Anabelle et Elizabeth réunies. Si pour Eli , Adrien n'était qu'un ami, pour Ana ça pourrait très bien aller plus loin. Sauf si bien sûr il continuait à fréquenter ou flirtouiller avec la (jeune!) lionne, ce qui n'était plus un secret pour personne. Adrien avait changé, c'était vrai, et pas forcément qu'en bien, malgré ce qu'il croyait. On avait beau avoir un air détaché et pratiquer le je m'en foutisme à longueur de temps, venait un moment où ça n'excusait pas tout et où il fallait répondre de ses actes. Là, Ana faisait payer à Adrien (et encore bien gentiment, Eli trouvait ! Avec tout le temps qu'il avait passé avec Fredericke, elle aurait pu être bien plus cassante (surtout quand on connait Anabelle)) et c'était plutôt marrant à voir (même si dans le fond, ça n'avait rien de drôle).

Quand Adrien enleva sa chemise devant tout le monde pour se retrouver en tee-shirt Pff, aucun intérêt ! Si au moins il n'avait rien eut dessous, là, d'accord !, Elizabeth écarquilla ses yeux devant ce spectacle assez illogique en plus, parce que si la chemise était mouillée, le tee-shirt l'était aussi, choquée de voir Adrien en simple tee-shirt alors que tout le monde était parfaitement présentés, avec chemises et cravates soigneusement repassées. En temps que préfète, elle ne pouvait pas laisser passer ça.

« Adrien ! Cache-moi ce tee-shirt que je ne saurai voir ! Tu n'as donc jamais appris à te servir d'un sortilège ? »

Elle lança à Adrien un regard interrogatif, le sourcil droit levé en l'air façon Pidji. Non mais vraiment, être en 6ème année et ne pas arriver à arranger ça, ça foutait vraiment un coup à leur réputation, il n'y avait pas à dire. La jeune fille se leva à moitié du banc, tendant la main vers Adrien, pour qu'il lui tende sa chemise.

« Donne. »

Lui lança t-elle fermement gentiment. Une fois qu'elle eut la chemise en main là t'as pas le choix, de toute manière, Elizabeth la posa sur le bon à côté d'elle, sur le banc, et l'ouvrit pour bien voir la tache. Elle sortit sa baguette et d'un coup de baguette magique sec, articula.

« Tergeo. »

C'est alors que surgit McGonagall, en pétard La tache occasionnée par le jus d'orange disparut aussitôt, laissant la chemise impécablement blanche, comme elle l'était juste avant du moins on l'espère. Vérifiant que tout était parti, Elizabeth rangea sa baguette et retendit la chemise sommairement pliée, à Adrien.

« Tiens. »

Ça au moins, c'était fait ! Adrien et elle parlèrent ensuite des vacances, et pendant qu'Anabelle se battait avec son repas (pour l'instant repas : 1, Anabelle : 0), Elizabeth répondit à Adrien. Il l'aurait bien aidé mais il avait trop de travail ? Comment ça il l'aurait bien aidé ? Ça insinuait qu'elle ne pouvait pas y arriver seule ? Ça signifiait que Cherise ET elle n'étaient pas capable de monter ensemble un club ? Que lui seul y arrivait ? Ça signifiait que deux filles ne pouvaient rien faire sans UN garçon, lui en particulier ? Elizabeth, légèrement à fleur de peau. La question apparement anodine d'Adrien fit mauvais effet à Elizabeth qui décida de ne quand même de lui laisser le bénéfice du doute, des fois qu'elle interprète pas.

« Non, non mais c'est bon, nous n'avions pas besoin de toi... »

Phrase que la quasi-totalité des gens aurait mal prise, sauf quand bien sûr on l'analysait simplement et qu'on n'y cherchait pas de sous-entendu. Quand on était un Poufsouffle aussi ça aidait, mais pas toujours Regardez Joshua !. C'était à peu prêt pareil avec un tas d'expression, mais grave à Anabelle, elle avait réussit à réfléchir au vrai sens des phrases plutôt qu'au sens caché que certains leur donnait. Là par exemple, dans la réponse qu'elle avait donné à Adrien entre deux bouchées de salade, il n'y avait aucun sous-entendu, juste qu'elle avait réussit à tout gérer seule, et sans l'aide de personne.

(747)
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Sport et culture

Parchemins : 363
Âge : 30 ans [05-01-1983]
Actuellement : Professeur de danse moderne


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]   Ven 8 Jan - 18:20

    Décidément, il trouvait les filles bien fatigantes ce soir. En plus, je voudrais pas dire mais Fred’ il l’a pas vu depuis plus d’un mois et trois semaines. Qu’est-ce que les elfes avaient mis dans leur tambouille exactement pour que même Elizabeth le gonfle ? Heureusement, ce genre de choses glissait sur Adrien. Il commença par s’occuper du cas d’Anabelle alors qu’il lançait sa chemise à Elizabeth. Après tout, si elle y tenait vraiment.

    « Ah ouai, alors toi t’avais trop la tête d’une nana qui m’en voulait pas y’a deux minutes. M’enfin si tu veux pas le dire tant pis. » sur quoi, il avala son verre d’eau d’une traite et observa le massacre qu’Anabelle continuait à faire dans son assiette alors qu’elle en rajoutait à propos du fait qu’il soit en tee-shirt. Rhô, ce qu’elles étaient conventionnelles toutes les deux. En plus, il avait gardé la cravate, ça comptait non ?

    « C’est dans des moments comme ça que je me dis que j’ai vraiment besoin d’un ami qui soit un mec. Y’a des jours où je vous comprends pas les filles. C’est juste une chemise quoi… » Avant de regarder de nouveau Anabelle et de lui faire un clin d’œil « Puis si je n’étais pas débraillé, vous n’auriez plus personne à critiquer. » Sur quoi il récupéra sa chemise, propre, qu’il regarda d’un air perplexe. Non, il ne connaissait pas le sort pour nettoyer les vêtements parce qu’il a un elfe pour lui laver ses fringues. C’est dur d’être un gosse de riches, on sait. « J’suis vraiment obligé de remettre ce truc ? » dit-il avec une moue triste et un air faussement dépité en regardant Elizabeth avant de se lever pour la deuxième fois et d’enlever de nouveau sa veste pour remettre la chemise. « Bon allez, je la rentre même dans mon pantalon, vous êtes contentes ? » Il resserra sa cravate autour et s’étira. « Sérieux, j’peux pas bouger fringuer comme ça. J’suis un danseur moi, pas un pingouin. C’est vraiment parce que c’est vous les préfètes et que j’vous adore, sinon je crois que j’aurais opté pour la seconde option. » Soit resté en tee-shirt et se prendre une énième heure de colle pour non port de l’uniforme. Il en avait au moins une par mois, à force il avait l’habitude. Il était presque devenu le préposé au nettoyage des trophées à force !

    C’est alors que Anabelle réalisa la bouillie qu’elle avait faite de ses aliments. Adrien passa un bras autour de ses épaules et lui dit, moqueur « Et bien au lieu de m’en foutre une, tu as dilapidé ton repas. Concept intéressant, franchement tu peux continuer. » Il prit l’assiette de Anabelle et tapa deux fois sur le dessous de la table. L’assiette disparut, remplacée par une autre, vide, qu’il remplit avant de la mettre devant sa meilleure amie. « Essaie de manger cette fois. J’me suis racheté des chaussures à bout en ferraille, t’as le droit de prendre quelques kilos. En fait tu devrais les prendre. Il te nourrisse pas chez les Montgomery ou quoi ? » Et là vous vous dites que c’est une méthode de drague étrange mais le fait est que Adrien n’essayait de draguer personne. Quand il était à la table des Poufsouffles ce n’était pas du tout dans ses objectifs. Quand il était à Poudlard tout court en réalité. Dès qu’il était avec Elizabeth et Anabelle, il retournait dans la peau du bon copain à qui vous pouvez faire totalement confiance. En plus, quand Anabelle était dans les parages, il ne voyait qu’elle. Le manque de réciprocité ne freinait pas le processus, et depuis que c’était fini avec Fred’ (donc novembre 1998 si vous avez suivi ou si vous l’avez pas fait et qu’il faille que je devance la chose), il n’avait touché aucune fille de Poudlard. Pas aucune fille tout court parce qu’il s’en était un peu donné à cœur joie durant l’été mais ça il ne comptait le dire ni à Elizabeth, ni à Anabelle. Elles avaient beau être toutes les deux ses amies, elles ne le comprenaient pas. D’ailleurs, elles ne cherchaient pas vraiment à le faire et lui n’essayait pas de le leur expliquer. Il savait parfaitement qu’elles n’approuveraient pas si elles savaient tout ce qu’il faisait derrière leurs dos mais ce n’était même pas ce qui l’arrêtait, en fait, s’il n’en parlait pas c’est juste parce qu’il savait que passé la première phase de leçons de moral insoutenables, elles se mettraient à s’inquiéter. Il jugeait que ça n’en valait pas la peine puisqu’il n’était hors de Poudlard – donc apte à tout faire pour énerver son père – que deux mois par an et qu’en ce qui concernait sa vie amoureuse, puisqu’il était célibataire, ça ne regardait que lui. Il n’avait d’ailleurs jamais parlé de Fred’ à personne même si c’était un secret de polichinelle envoyé Vincent à l’infirmerie n’avait pas été très discret et il le faisait encore moins maintenant que c’était terminé. Même si faire bisquer ce cher Vincent restait très drôle pour Adrien, mais ça aussi il le gardait pour lui.

    Je tiens les paris, combien de temps parviendra-t-il à garder autant de secrets ?


{869}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 308
Âge : 25 ans
Actuellement : Journaliste à la Gazette


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Susan

MessageSujet: Re: Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]   Ven 8 Jan - 19:16

Depuis qu'elle était installée à la table de sa toute nouvelle maison qui était, nécessairement, la plus cool des maisons du monde, Anna ne cessait de lancer des coups d'oeil à la fois curieux et émerveillés autour d'elle, dans l'espoir d'emmagasiner un maximum d'information en un minimum de temps sur Poudlard, sa vie, ses moeurs, sa Grande Salle. Mais ce qui la fascinait le plus, parmi toutes les choses fabuleuses qui s'offraient à ses yeux, c'était bien, avant même les plats qui débarquaient tout seuls sur la table, le plafond magique, auquel elle n'arrêtait pas de revenir, avec, à chaque fois, un large sourire extatique collé sur la figure. Excellent, excellent ! Mais alors quand il pleuvait (ou qu'il neigeait), est-ce que la pluie (ou la neige) tombait aussi sur les élèves ? Est-ce qu'il y avait une autre Grande Salle sans magique plafond pour se la jouer à la Astérix chez les Bretons pour éviter que tout le monde soit trempé, les jours de mauvais temps ? Ce ne serait pas étonnant ! Le château était si grand !

La fillette était précisément occupée à se dévisser le cou pour contempler le plafond étoilé sous lequel flottaient mille chandelles (*Rhâlala, mais ça empêche de voir toutes les étoiles, cette lumière !*), lorsqu'un blondinet vachement grand qui était installé tout près d'elle lui adressa la parole. Dans un craquement de vertèbres sonore, la jeune Poufsouffle rabaissa aussitôt la tête pour se lancer dans une discussion passionnante avec son nouveau meilleur ami (hop, un de plus. Les affaires fonctionnaient bien !). Anna avait beau avoir été envoyée à Poufsouffle mais faut dire que le Choixpeau devait être pressé d'en finir avec elle, elle n'était pas timide pour deux sous et avait même tendance à se montrer beaucoup plus bavarde que de raison. Visiblement sans gêne (mais non pas sans manières, attention, c'est très différent !), la rouquine darda un oeil perçant et intéressé sur son aîné. Han ! Il avait l'air trop sympa ! Et en plus il était super vieux ! Il devait déjà connaître plein de sortilèges ! Il faudrait absolument qu'elle lui demande une démonstration ! Mais en attendant...

- Roman ? pépia-t-elle d'un ton enjoué, Waouh, c'est trop cool comme prénom ! Alors t'es un peu mon nouveau frère, c'est ça ? Et Elizabeth c'est notre maman ? Et Anabelle, c'est qui ? En tout cas, c'est vachement bien ! Je suis trop contente d'être ta soeur ! Mon papa et ma maman à moi, ils n'ont pas voulu me faire de frère et soeur, mais ce n'est pas grave, parce que maintenant, j'en ai des tas ! Et j'ai trop hâte de découvrir les dortoirs ! Je n'ai jamais dormi dans un dortoir avant ! Sauf une fois en colonie mais bon, ça n'a pas duré très longtemps ! Ils sont bien, les dortoirs ? dit-elle dans un souffle, tandis que ses yeux pétillaient de joie.

La rouquine se tut un instant, histoire de recharger un peu ses batteries, avant de s'apprêter à demander à son grand frère Roman si, en tant que frangin, il avait pour mission de l'aider dans ses devoirs et tout et d'ailleurs, s'il pouvait faire de la magie, là, tout de suite, juste pour voir, ben elle serait vachement heureuse de voir ça, lorsqu'Elizabeth intervint à son tour dans la conversation, coupant Anna dans son élan.
Waouh ! Elle était trop classe, Elizabeth ! Elle était hyper grande, en plus ! Puis elle avait trop l'air d'une maman gentille. Toute contente d'avoir l'attention d'une fille aussi expérimentée en magie que sa maman de Poufsouffle, Annagovia la gratifia d'un large sourire angélique et répondit, visiblement à deux doigts de se pâmer de bonheur :

- Ah bon ? C'est ici ? C'est vachement chic ! Alors vous avez des soirées "blagues autour du feu", des trucs comme ça ? Tiens, moi j'en connais une, alors c'est trois nains, ils vont à la mine, et alors le premier... Oupslà ! Ben dites donc...

Anna avait été stoppée net dans sa plaisanterie par l'incident "pichet renversé". S'envuivit plusieurs minutes de mini pagaille pendant que le grand (encore un !) qui avait été aspergé ôtait sa chemise. Waouh ! Ils avaient le droit d'ôter les chemises d'uniforme, comme cela ? Ben c'était vachement (toi aussi, amuse-toi à compter le nombre de fois où "vachement" intervient dans la vie d'Annagovivi) laxiste comme école, Poudlard ! Dans son ancienne école à elle, hé bien... Ooooh ! Mais attendez, Elizabeth enlevait les taches avec sa baguette. Oui ! Elle lançait un sort ! Elle faisait de la magie !
Emerveillée, Annagovia se pencha littéralement au-dessus d'Eli pour voir la magie à l'oeuvre, ses prunelles noisette blablabla accord des adjectifs de couleur, blablabla brillant d'étoiles. Pas de doute, la fillette venait d'atteindre le septième ciel.

- Waouh, Elizabeth, c'était de la magie, que tu viens de faire ? C'est facile comme sort ? On l'apprend quand ? Tu peux recommencer que je prenne des notes ? T'es trop forte ! Je peux avoir un autographe ? demanda-t-elle, en regardant avec envie la chemise immaculée rendue à son légitime propriétaire.

(860 mots)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 1483
Âge : [12/11/1984] 26 ans
Actuellement : Gérant pâtisserie-chocolaterie MacJones


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: esclave de Sam :p

MessageSujet: Re: Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]   Sam 9 Jan - 23:54

Dans toute cette histoire, l'imbécile de Roman ne se démontait absolument pas. Non, Adrien était trempé, c'était sa faute mais il avait qu'à avoir plus de réflexes, aussi, mais Roman n'avait pas pensé à s'excuser. Normal au fond, le petit Poufsouffle avait tellement était choqué de son geste que pour lui, s'excuser ne changerait rien à la situation. Et c'était vrai ! Ce n'était pas en s'excusant, que Adrien allait sécher plus vite après tout et toc !

Ainsi, il regarda son ami pester, d'un regard géné, sans pour autant prendre les devants. Non mais lui aussi s'il ne savait pas jeter un simple Tergeo, c'était qu'on pouvait allègrement se demander si ce n'était pas de sa faute à lui ! On avait beau avoir un tas de domestiques à la maison, quand on était en classe, on écoutait ! Et oui. C'était la base ça. Même si en classe on étudiait un sortilège que Roman connaissait déjà, et bien le petit Poufsouffle serait quand même très attentif ! Alors imaginez quand il ne le connaissait pas, toutes les règles de politesse, d'éducation et de tenue en classe, obligeaient encore plus à écouter ! Ainsi, Adrien se devait de savoir – en particulier vu son âge – un sortilège aussi basique qu'un Tergeo. A moins qu'il soit véritablement allergique à tout ce qui était tâche (raison de plus pour s'en souvenir), à moins aussi qu'Adrien ait perdu sa baguette (ce dont on doutait fort).

Roman cessa cependant vite fait d'être horrifié, puisque sa douce contemplation d'Adrien fut génée par l'arrivée de Bérénice Bones alias la fille qui lui a piqué son poste, une Poufsouffle un peu plus agée que lui. Précisément au moment où la jeune fille le cermonait de ne pas s'être excusée de quoi elle se mèle hein ? Et puis, ce n'était pas elle qui passait son temps à se cacher dans des trous de souris à chaque fois qu'elle croisait quelqu'un ? Elle était sous Impérium ou quoi ? , Roman la vit, et ne put s'empêcher de s'exclamer.

« AHHH ! Mais... Bérénice Bones, c'est bien toi ?! »

Un look de junkie rockeuse, des cheveux plus courts, blonds et donc très différents, une tenue vestimentaire assez inabituelle ça y'est, Bérénice a passé trop de temps avec Adrien et sa bande, pendant les vacances, elle tourne mal !!, Bérénice Bones fuyait à grand pas les clichés postés par sa cousine. Loin de son look se cachait la timide Susan Bones, non là, c'était plus... un paradoxe ? Oui, un paradoxe. Quelqu'un qui n'aimait pas se faire remarquer mais qui faisait tout pour... ? Un comportement très bizzare en somme, un comportement qui n'échappa pas du tout à l'oeil de lynx de Roman Jones. Elle avait dit quoi déjà ? Peu importe, son changement vacancier de look était bien plus intéressant comme sujet de conversations.

« T'as mis une perruque ? »

Oui, loin encore de Roman étaient les possibilités de changer de couleur de cheveux. Pour lui les couleurs de cheveux ne se changeaient pas et se gardaient à vie. Elles étaient le reflet de l'âme, en quelque sorte. Pas quelque chose qu'on pouvait changer, comme un nez ou une bouche quoi (il faudra un jour – aussi - apprendre la notion de chirurgie esthétique à Roman).

C'est alors que le jeune créateur du Fan Club d'Ernie McMillan, fut troublé (encore ?!) par la petite nouvelle. Bon là, ok, on ne pouvait pas lutter, Bérénice passait forcément après l'intégration des nouveaux premières années.

Quand la jeune fille parle, un large sourire s'étira sur les lèvres de Roman. Elle s'était clair, elle s'était intégré dans sa famille comme pas possible et aussi vite que l'éclair ! Elle était désormais officiellement la petite soeur de Roman Jones, et que le premier qui la touche, prie pour ses dents ! l'auteur sort Roman se décala un peu vers la gauche, de manière à arriver juste à côté d'Annagovia, qu'il prit par les épaules tout en rapprochant son visage du sien, une banane d'enfer collé sur la bouche façon de parler.

« On est tous tes frères et soeurs, Annagovia, mais moi, plus d'accord ? Tu le verras avec le temps, Poufsouffle ça sera vraiment une seconde famille pour toi. Et pour les dortoirs, ce sera Elizaza et Ana' qui te montreront ça dès ce soir. Mais moi, dès demain matin, je te fais viser nos dortoirs à nous les garçons (qui sont sensiblement identiques Non, non, je ne suis jamais allé chez les filles !) ainsi que tout Poudlard ! Tu verras, on va bien profiter du week-end pour que tu saches TOUT ce qu'il y a à savoir ! »

Roman se faisait une véritable petite joie de faire partager à la jeune fille tout ce qu'il savait sur Poudlard. Et croyez-bien qu'il en savait, des choses, lui ! Parce que d'un, il s'intéressait beaucoup au château, aux fondateurs, et aux bouquins en parlant, et surtout, il était un vrai aventurier, et connaissait un tas de passages secrets que la plupart des élèves ne connaissaient pas. Rien que pour ça, il offrait un guide idéal à Anna. Puis il était au Hibou Bavard, question de ce qui se passait à Poudlard, il en connaissait un rayon !
Plus qu'un rayon même, puisqu'il savait presque tout (sauf ce qui ne l'intéresse pas, évidemment) ! Le petit Poufsouffle allait se faire une joie de former la petite Anna du début à la fin afin qu'elle comprenne dès à présent les bases d'une bonne vie. Une vie selon Roman donc, une vie bien à part...

(935)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 585
Âge : 30 ans (27 août 1983)
Actuellement : Apprentie d'Ollivander.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Susan

MessageSujet: Re: Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]   Dim 10 Jan - 11:27

Voilà, c'était officiel, dans la catégorie "je cherche les ennuis même si objectivement je suis innocent", Adrien pouvait décemment prétendre au titre de boulette number one, avec les félicitations du jury (mais pas celles d'Anabelle), s'il vous plaît. Alors même que la brunette qui lui servait de meilleure amie mais tout cela, c'est du blablabla était revenue à de meilleures dispositions à son égard, l'inconscient prenait le risque d'en rajouter une couche avec ses remarques, sinon déplacées, du moins affreusement peu diplomatiques ! Ce qui devait arriver ne manqua d'ailleurs pas de se produire : la sensibilité d'Anabelle était à fleur de peau, ce soir-là, dès qu'Adrien était dans les parages, aussi se rembrunit-elle d'un coup en entendant sa remarque. Le regard noir qu'elle adressa au jeune garçon était sans équivoque : de toute évidence, volontairement ou non, il venait de gaffer. Visiblement à deux doigts de gifler le Poufsouffle, Ana serra machinalement les poings sous la table et pinça les lèvres, plus pâle que de coutume. Finalement, elle siffla d'une voix sourde, chargée d'ironie :

- Ah oui, pardon, c'est vrai, j'oubliais que tu es si fin psychologue...

Sans qu'elle parvienne à s'en empêcher, la jeune fille sentit subitement son menton commencer à trembloter dangereusement et elle détourna vivement la tête pour qu'Adrien ne perçoive pas son trouble. Merlin, qu'elle lui en voulait d'être aussi... Hé bien aussi bête ! Et qu'elle s'en voulait à elle d'être à ce point méchante sans raison valable ! Car Ana avait beau chercher, elle ne voyait pas pourquoi est-ce qu'elle se sentait poussée à agir ainsi envers son malheureux ami. Au contraire ! Après deux mois de séparation, elle aurait dû être heureuse, de le revoir. Alors quoi ? La pauvre enfant avait d'autant plus l'impression d'être perdue qu'elle était, d'ordinaire, d'humeur égale. Or, depuis que le Poudlard-Express était arrivé à destination, ses émotions ne cessaient de jouer au yoyo, la conduisant tour à tour de la joie la plus sereine jusqu'à l'ire la plus dévorante. Rien n'était plus éprouvant pour un esprit comme le sien que cet interminable tourbillon de sentiments qui la balottait d'un bord à l'autre, sans la moindre transition, totalement impuissante.

Egarée et mal à l'aise, se détestant au moins autant qu'elle détestait Adrien en cette minute précise, la Poufsouffle chercha, presque malgré elle, Elizabeth des yeux. Apparemment, le jeune homme n'était pas non plus en odeur de Sainteté auprès de leur maman à tous la Préfète, constatation qui rassura quelque peu Ana. Après tout, si même la douce Elizabeth avait une dent contre Adrien, ce soir, c'était bien qu'il devait avoir quelque chose à se reprocher, n'est-ce pas ?
Soulagée à cette idée, la Poufsouffle inspira un grand coup et se tourna de nouveau bravement vers Adrien, occupé à remettre sa chemise brave petit, va. Elle faillit répondre "Ben vas-y, on ne te retient pas !" à la remarque pas très maligne d'Adrien que les amis garçons, mais comprit juste à temps elle est vive, cette petite, faut pas croire que ce n'était probablement pas la meilleure façon d'arranger leurs affaires, aussi opta-t-elle plutôt pour un très neutre, bien qu'encore un peu sec :

- Oui, tu es obligé de la remettre, sinon MacGonagall va débarquer et te retirer des points. Il est hors de question qu'on perde des points le premier soir, c'est clair ? Demain, par contre, tu pourras.

Pour une fois qu'Ana se montrait crédible dans son rôle de préfète soucieuse du bien de sa maison (de sa part, c'était un peu fort ! Elle avait tout de même "dégradé" une partie des tableaux avec Sean Barnaby, l'an passé ! Fort heureusement, sa culpabilité dans l'histoire n'avait jamais été prouvée), il fallait que ce soit au détriment d'Adrien ! Vraiment, tout allait de travers, ce soir !
La brunette ne put toutefois contenir un sourire amusé lorsqu'Adrien lâcha sa remarque sur les pingouins... Il était vraiment que le jour du banquet de rentrée, tout le monde avait l'air affreusement conventionnel, harnaché dans des uniformes impeccablement mis. Mais dès le lendemain matin, ce serait une autre chanson, et on verrait des jupes se raccourcir comme par miracle, des cravates volontairement mal mises, sans parler des chemises sortant des pantalons ! Poudlard, école de dépravés, tout ça, c'est la mauvaise influence de Fred ! D'ailleurs, Bérénice Bones faisant fi des traditions "au banquet, je suis bien cravatée", semblait avoir pris une longueur d'avance sur tous les autres élèves, avec son style euh... Décalé ? Quand MacGonagall allait voir ça... Pour sûr qu'elle aurait une attaque ! Oooh, Emma, si tu me lis, Bérénice ne devrait-elle pas rejoindre le club ? C'est l'instrument idéal de la réussite, non ?

Désormais calmée jusqu'à la prochaine bourde d'Ady, Anabelle remplit son assiette avec appétit et décréta, en piquant sa fourchette dans une feuille de laitue qui n'avait rien demandé :

- Non, non, c'est Opaline qui mange tout... Une vraie poubelle, cette gamine... Des bouts en ferraille, hein ? Pour faire quoi ? Butter Miss Teigne en touche ?

(840 mots)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]   Dim 10 Jan - 15:37

« Un merci suffira... »

Le regard perçant d'Eli se fit sentir sur son ami qui était décidémment bien peu reconnaissant – en plus du reste – aujourd'hui. Attendez, en plus de mettre une mauvaise volontée folle (oui, tout le monde a apprit le Tergeo en classe – eux en premiers ! - et il était de nécessité publique de s'en souvenir, ne serait-ce que pour alléger le travail des elfes de maison !), Adrien n'était même pas poli, c'était vraiment désespérant !

Quand le 6ème année lui fit son regard de chien battut pour savoir s'il devait vraiment remettre sa chemise, le regard noisette insistant d'Elizabeth lui fit comprendre que oui. S'en était, ça, des manières de montrer l'exemple aux nouveaux, tiens ! Adrien n'était définitivement pas un exemple à suivre. Et de moins en moins et encore, si elle savait tout !

« On ne te demande pas de danser, mais de faire un petit effort un seul soir dans l'année. Et puis même, ne serait-ce que pour montrer l'exemple aux nouveaux, tu te dois de te tenir correctement. Je te rappelle que pour eux c'est aujourd'ui que toutes leurs bases se construisent, il est donc important d'avoir une bonne présentation. »

Le discours de maman Harris étant terminé (elle avait plus parlé en temps que préfète qu'en temps qu'amie, en réalité, et on le sentait), Elizabeth se tourna vers Annagovia, laissant Adrien et Anabelle discuter entre eux. La jeune fille venait de lui parler, et Elizabeth ne put s'empêcher de sourire face au discours de la jeune fille. Cette petite était vraiment adorable, on ne pouvait que l'aimer, il n'y avait pas d'autres solutions !

« Heu, non. Pas de soirées "blagues autour du feu", mais on s'amuse très bien quand même ! »

Elizabeth ne put s'empêcher de rigoler devant l'entrain de la petite fille, qui était vraiment très agréable. Ça vous rendait joyeux, en réalité, et c'était vraiment jouissif d'assister à pareil spectacle. Il ne fallait pas être nostalgique, sinon là, vous retombiez plusieurs années en arrière ! Eli regarda donc la jeune fille, et répondit à la dernière de ses questions. Elle l'avait vu pratiquer la magie et manifestement pour elle, c'était la première fois. Une petite moldue, donc !

« Ne t'en fais pas Annagovia, dans plusieurs années, toi aussi tu sauras le faire ! Avec un tas d'autres choses ! Cette année par exemple, tu vas apprendre à t'éclairer dans le noir, rien qu'avec ta baguette ! Tu pourras aussi apprendre à déverouiller une porte fermée à clé, tout comme réparer un objet cassé et tu pourras même le faire voler à ta guise ! Et oui, tout ça cette année, tu te rends compte ? »

Inutile de répondre à la question sur la prise de note, il était clair qu'Anna était un peu impressionnée pour l'instant, mais elle aurait rapidemment beaucoup à faire. Eli se rappelait sa première année. Tant de choses découvertes, tant d'étoiles dans ses yeux. Autant de bonheur, qu'elle avait connu encore et encore les années suivantes. Il fallait dire qu'Eli connaissait la magie avant d'entrer à Poudlard, mais ce n'était pas le cas de tout le monde ! Alosha par exemple, tout comme Juliet ! Et elles s'en sortaient très bien aujourd'hui...

Elizabeth souriait toujours à la jeune fille qu'elle ne cessait de trouver attachante. Elle profita de toute même d'avoir finit de répondre pour avaler une fourchette de salades, terminant ainsi son assiette. Elle regarda rapidemment la table de ses yeux noisettes, choisissant ce qui lui ferait plaisir. Comme à chaque fois, beaucoup trop de choses, et beaucoup trop de choix. Eli opta pour une soupe de potiron, qu'elle renversa grace à une louche sur Adrien, dans son assiette.

(624)

KING
TOUS COMPTES
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Sport et culture

Parchemins : 308
Âge : 25 ans
Actuellement : Journaliste à la Gazette


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Susan

MessageSujet: Re: Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]   Dim 10 Jan - 21:23

Inutile de préciser qu'Annagovia était aux anges. A présent, c'était carrément une demie pastèque, qui était accrochée au bas de son visage, tant elle rayonnait de bonheur. Comme elle l'avait pressenti, les grands étaient vachement gentils et super intéressants en plus ! Pas du genre à vous bassiner avec les cent cinquante articles du règlement à connaître par coeur ! Décidément, elle était bien tombée, en allant à... Euh... C'était quoi déjà, le nom de cette maison ? Serpengle ? Aaaah ! Non ! C'était vrai, ils avaient changé les noms des maisons ! Maintenant, Serpengle s'appelait Poufsouffle et l'animal totem était... Annagovia loucha consciencieusement sur le blason qui était apparu sur son uniforme dès qu'elle avait été envoyée à Poufsouffle... Huuum... Pas facile, vu à l'envers... Une belette peut-être ? Une grosse belette ? Ou un sympathique raton-laveur ? Un ragondin ? Merlin, qu'est-ce que c'était que cette bestiole ? Ne parvenant pas à trancher entre la belette obèse et le raton-laveur, Annagovia se pencha vers son grand frère pour demander d'une voix fluette :

- Dis Romanou - je peux t'appeler Romanou, maintenant que tu es mon frère favori ? Ou alors Roro, c'est comme tu préfères, hein ! - elle représente quoi, la bête, sur le blason ? Une grosse belette ? Pourquoi on a une grosse belette sur le blason ? C'est pour symboliser quoi ? L'humour ?

Oui, Anna était une petite Londonienne pure et dure dont les parents, libraires, n'avaient pas vraiment le temps de l'amener à la campagne le dimanche, seule journée de repos pour eux, aussi était-elle passablement ignare dès qu'il s'agissait d'animaux, si on exceptait, bien entendu, les traditionnels bovins, ovins, et autres gallinacés. En fait, elle en savait probablement plus long sur les créatures magiques que sur la différence entre le cerf et le chamois, ce qui n'était pas peu dire ! Car Annagovia, on l'aura compris, était née moldue et, jusqu'au mois de juillet dernier, les sorciers étaient, pour elle, les grands méchants des contes, laids, la plupart du temps, et surtout malheureux. Rien à voir avec Romanou ou Elizaza !
La petite cessa un instant de torturer son écusson pour adresser un large sourire réjoui à son aîné. Visiter l'école ? Waouh ! C'était vachement cool, comme idée ! Comment cela, elle aurait certainement des tonnes de devoirs à faire, ce week-end ? Mais non, voyons, c'était la rentrée et à la rentrée, les profs étaient toujours gentils ! A fortiori avec les petits nouveaux ! Aussi Annagovia répondit-elle, à deux doigts de la pâmoison :

- C'est vrai ? Tu vas me faire visiter Poudlard ? Waouh, c'est vachement chouette ! Tu dois tout bien connaître, non ? Même si c'est hyper grand, comme école ! J'espère que je ne vais pas me perdre ! Tu te perdais, toi, au début ? Ils distribuent un plan, pour les nouveaux élèves ? Rhâlala, t'es en quelle année, d'ailleurs ? Au moins sixième, non ? T'es vachement grand ! s'exclama-t-elle avec enthousiasme.

Tout ce petit discours lui avait donné drôlement soif. Anna saisit donc son verre d'un geste confiant et le vida d'un trait... Avant de faire une drôle de grimace. Mais ce n'était pas de l'eau, ça ! C'était quoi, ce qu'elle venait de boire ? Curieuse, la fillette attrapa le pichet et, se penchant au-dessus, renifla prudemment le liquide orangé qui s'y trouvait :

- Hé Roman ! On boit quoi à Poudlard ? Ce n'est pas du jus d'orange, hein ? Ou alors il est périmé ! On dirait un peu de la soupe, mais froide... dit-elle, en reposant soigneusement le pichet.

*Je ne sais pas trop si j'aime ça... C'est un peu bizarre... Mais bon, il doit bien y avoir de l'eau quelque part... Puis ça doit être une question d'habitude ! Tous les autres ont l'air de trouver ça vachement bon !* songea-t-elle, en triturant machinalement une longue mèche rousse.

Elle fut tirée de ses pensées par Elizaza, qui lui expliqua brièvement ce qu'on apprenait en sorts, la première année. Allumer de la lumière avec sa baguette ? Waouh ! Trop classe ! Elle avait super hâte de savoir le faire ! C'était mieux que Nestor sa pile de poche en forme de cochon !

- Waouh, c'est vrai ? J'espère que je saurais capable de le faire ! Je veux dire, mon papa et ma maman sont des moldus, tu vois, je n'y connais rien, moi, en magie... C'est grave, tu crois ? demanda-t-elle, en plissant le front, soudain un peu anxieuse...

*Mais bon, j'ai eu une lettre, hein ! Avec un hibou super classe ! Et j'ai Ernestine ! Et une baguette qui m'a choisie ! Et je vois Poudlard ! Et j'ai été répartie ! Alors je dois bien être une vraie sorcière... Même si je ne sais encore rien faire...*

(810 mots)
KING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 1483
Âge : [12/11/1984] 26 ans
Actuellement : Gérant pâtisserie-chocolaterie MacJones


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: esclave de Sam :p

MessageSujet: Re: Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]   Dim 10 Jan - 22:52

C'était décidé, Annagovia était la nouvelle meilleure amie de Roman. Et puisqu'Ophy était à présent son amoureuse, et bien ça arrangeait le problème, pas de lutte de poste ! Si Anna, elle, avait une demi-pastèque en guise de sourire, Roman lui, se contentait d'un demi-melon, mais c'était déjà pas si mal que ça ! En gros, il adorait Annagovia, un peu comme une demi-déesse.

« Oui, Romanou c'est très bien ! En fait, l'emblême de notre fondatrice – Pomona Chourave Helga Poufsouffle – c'était un blaireau. Pourquoi ? Va t-en savoir ! C'est comme ça depuis toujours. Gryffondor c'est le lion, Serpentard le serpentard et Serdaigle, l'aigle. Logique en somme, mais nous c'est un blaireau, pas un "pouf" ni un "souffle". »

Il était vrai que chacun des animaux était très simplement tiré des noms des fondateurs mais pour Poufsouffle, ça ne marchait pas. Elle devait sûrement beaucoup aimer le blaireaux, peut être bien, et il fallait reconnaitre qu'un blaireau – mine de rien – c'était sacrément cool. Why ? Ben parce que...

Il fallait reconnaitre que si les filles parlaient beaucoup, si Elizaza parlait plus qu'une fille normale, et bien Annagovia parlait bien plus qu'Elizabeth. Un vrai moulin à parole ! Mais c'était toujours comme ça au début, et avec les années ça diminue avec un peu de chance, pour finir par être une "femme", qui parle beaucoup certes, mais qui n'a rien d'anormal. Oui parce que la femme parle beaucoup, il faut le savoir. Roman l'a toujours remarqué. D'ailleurs lui, il devait avoir un gène femme mais un corps d'homme, c'est pour celà qu'il parlait autant.

« Oui ! Tout le château ! Et tu verras, je suis un excellente guide ! Oui, je connais tout pleins de passages secrets, j'te les montrerai ! Moi au début oui, mais j'ai pas eut la chance d'avoir un bon guide. Toi si ! Moi j'suis en 4ème année et trois ans à Poudlard, crois-bien que ça te fait bien tout connaitre ! Surtout quand, comme moi, tu aimes l'aventure et les courses poursuites avec Peeves. Peeves, c'est l'esprit frappeur du chateau. Je t'expliquerais comment j'ai prévu de me venger de sa dernière attaque d'encre ! »

Oui parce que Roman avait tout un plan, et il comptait bien le mettre à éxécution très rapidemment ! Pour celà, il comptait bien quérir l'aide du Moine Gras, qu'il savait de son côté. Et avec Nick-Quasi-sans-tête, l'embuscade serait du gateau !

« Non non c'est pas grave ! Moi aussi mes parents sont moldus tu sais ! Et ça ne veut rien dire ! De toute manière, ceux qui ont des parents sorciers, ils peuvent pas utiliser la magie avant d'être allé à Poudlard, donc sur ça on est au même niveau ! Là où ils peuvent nous griller, c'est sur ce qu'ils ont vus de leur parents, mais c'est rarement le cas, puisque leurs parents utilisent des sortilèges informulés – ça veut dire qu'ils disent pas de sorts mais se contentent de le penser. Et puis généralement, ceux qui ont des parents moldus sont très très très motivés, et ont de meilleurs résultats... »

C'était du moins le cas de Roman, qui n'avait jamais – de par sa grande motivation – ressentit de lacunes par rapport à un ou d'autres élèves. Jamais ! Il était d'ailleurs plutôt dans les meilleurs de la classe, que dans les cancres.

(565)
KING
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]   Mar 12 Jan - 16:19

    Bérénice jeta un regard anxieux à Roman. C’était moche à ce point ? Puis, elle serra les poings et décida de ne pas paniquer. C’était sa décision, son choix, c’était important qu’elle ne se laisse pas démonter. Elle se souvenait parfaitement pourquoi elle avait voulu changer et il était hors de question de revenir en arrière. BB était maintenant une autre personne, enfin en tout cas c’est ce qu’elle essayait de prouver, et suivant les conseils de sa psy’, elle inspira et expira un grand coup avant de répondre avec un petit sourire timide qui lui n’avait pas changé « Oui, c’est moi… ça change hein ? ». Comme nous l’avons dit précédemment, les parents de Bérénice avaient été un peu perturbés par ses choix en matière de changement, ceci étant, Bérénice avait décidé de se mettre à apprendre à jouer de la musique et elle espérait trouver un groupe quand elle serait assez bonne. Même si ses goûts musicaux étaient on ne peut plus vastes, elle avait décidé de se tourner vers des musiques violentes (et juste la musique, pas les musiciens !) à tendance un peu punk voire hard rock pour pouvoir se défouler. Comme instrument, elle avait choisi la guitare électrique. Dans son cours, elle ne s’était lié avec personne mais elle avait remarqué que tous avaient un look bien précis. Bérénice – fan des magazines de mode – avait donc épluché ses archives pour trouver son style. Elle avait toujours rêvé d’être blonde, elle avait donc commencé par là. Ensuite elle avait cherché un style qui aille avec sa musique mais qui reste décent, qu’elle puisse donc porter sans avoir le rouge aux joues en permanence. Il s’était trouvé que celui qu’elle avait adopté était porté par des musiciennes qui jouaient dans des groupes de garçon. Leurs jupes étaient souvent longues et les décolletés discrets. En fait, tout était quasiment dans les accessoires ce qui évitait ainsi de racheter un uniforme alors que le sien était neuf. Avant de faire tout ça, elle avait discuté avec sa mère et avec son médecin, il n’y avait jamais d’improvisation avec BB, elle détestait qu’on lui en fasse alors elle ne comptait pas provoquer la surprise. Pas chez ses proches en tout cas… mais le fait est que des proches elle n’en avait quasiment pas.

    « Non. Je les ai teint, enfin, décoloré plutôt. A l’eau oxygéné. Et puis coupé. »
    Ce dont il pouvait facilement se rendre compte par lui-même mais que voulez-vous… ce n’était pas forcément évident pour elle de tenir une conversation dans la mesure où elle n’avait pratiqué l’exercice qu’assez rarement…
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poufsouffle, une grande famille [OUVERT]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: