AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Annagovia versus Ernestine (PV Antigone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Sport et culture

Parchemins : 308
Âge : 25 ans
Actuellement : Journaliste à la Gazette


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Susan

MessageSujet: Annagovia versus Ernestine (PV Antigone)   Mer 6 Jan - 18:00

- Pfff, pfff, pfff, la vache, elles sont hyper hautes, ces marches, quand même ! Si un prof a un problème à la hanche, ben là, c'est clair, il ne peut pas envoyer de courrier !

Ainsi parla - avec classe et distinction - la jeune Annagovia Quirm après avoir gravi monté l'escalier qui menait à la volière, lieu de tous les dangers. Oui, parce que quand on leur disait que la forêt était interdite car, soit disant, il était trop risqué de s'y promener en gambadant, tel le lutin des bois lambda, Annagovia ricanait sec : quoi qu'elle abritât, la forêt devait être bien gentillette, comparée à la volière ! Non mais rendez-vous compte, un peu : d'abord il fallait risquer la luxation à grimper l'escalier qui y conduisait, ensuite c'était tout juste si on n'avait pas le tournis en arrivant à destination, tant il tournait (tounait, tournis, c'est laid) sur lui-même, cet escalier, après on découvrait une pièce ouverte aux quatre vents, excellent, donc, pour attraper la pneumonie, et ce juste avant de réaliser que le sol était recouvert de fientes de volatiles, parfait quand on cherchait à se briser une cheville (et à perdre toute dignité) et enfin, vous vous aperceviez rapidement qu'une dizaine de petits yeux jaunes vous observaient d'un air mauvais parce que vous avez osé les déranger dans leur sacro-sainte sieste. Charmant, comme endroit, vraiment.

Pourtant, Annagovia était aux anges. D'ailleurs, depuis qu'elle était arrivée à Poudlard, on ne la voyait jamais se départir de son grand sourire extatique qui lui donnait l'air d'avoir un croissant de lune accroché d'une oreille à l'autre. Les mauvaises langues susurraient déjà qu'elle semblait particulièrement niaise. Mais peu lui importait. Pour l'heure, ce qui comptait surtout, était de localiser la capricieuse Ernestine, qui... Aaaaah ! Elle était là-bas, tentant vainement de se planquer derrière un Grand Duc. Parfait ! Elle était réveillée, Anna avait donc bon espoir de conserver l'intégrité de ses doigts.
Sans plus attendre, la fillette se dirigea, avec une détermination enthousiaste, vers sa chouette, qui la regarda approcher d'un oeil méfiant. Depuis qu'elle possédait Ernestine - quelques semaines, donc - la bestiole n'avait jamais fait preuve d'un caractère très avenant et la seule chose qui semblait motiver l'animal était la perspective de crever un oeil à quelqu'un très prochainement. Il en fallait toutefois plus pour miner l'optimisme débordant de la rouquine qui restait intimement convaincue que les choses finiraient par s'arranger, qu'Ernestine avait un bon fond mais que pour l'instant, elle était un peu trop timide pour le montrer. D'ailleurs, la malheureuse avait probablement été traumatisée dans son enfance, ce qui expliquait tout.
Pleine de confiance, donc, Anna approcha sa chouette aussi vite que l'état du sol le lui permettait :

- Salut Ernestine, t'es contente d'être là ? Tu ne dors pas ? T'as une insomnie ? Tiens, j'ai une lettre à porter, tu dormiras mieux après ! pépia-t-elle d'une voix flûtée tandis qu'Ernestine faisait claquer son bec d'un air excédé, dans l'espoir de décourager la Poufsouffle, sans succès, hélas, puisque cette dernière reprenait déjà : Ah ! Je vois, Madame est de mauvaise humeur ! Ben justement, un petit tour dans les airs te fera le plus grand bien ! Ce n'est pas terrible, pour toi, de rester enfermée alors qu'il fait presque beau, dehors !

Si le regard d'une chouette avait pu tuer, Anna serait morte sur place et se serait écroulée au milieu des cadavres de souris. Malheureusement pour Ernestine, elle n'était qu'une chouette et son regard, tout virulent fût-il, demeura sans effet. Alors, en désespoir de cause - et surtout pour avoir la paix - elle tendit une patte réticente à sa jeune maîtresse, qui s'empressa d'y attacher sa lettre.

- T'as vu, je l'ai attachée avec un petit ruban jaune ! Jaune comme ma maison ! Et en plus, avec un ruban, tu auras moins mal à la patte, non ? précisa-t-elle, très fière de son idée, et déjà persuadée qu'Ernestine appréciait cette délicate attention.

(661 mots)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Annagovia versus Ernestine (PV Antigone)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Antigone est contagieuse [PV Annaelle]
» Antigone c'est juste une meuf frustrée d'pas avoir joué aux châteaux d'sable étant gosse
» MATCH n°1 ~ Poufsouffle VS Serpentard
» Micky versus 'Clef: une campagne parallèle...
» tau VS tyranide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: