AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Le talent des potions [PV Fred]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   Mer 3 Mar - 23:25

Siegfried se gratta le menton en levant les yeux comme pour réfléchir à une colle. Frédérique avait mis en avant une faille dans son discours, et il devait bien admettre que, rien que pour déstabiliser ses interlocuteurs, il aimait passer d’un avis à un autre sans vergogne. Il suffisait qu’on lui énonce une opinion pour qu’il déclare lui-même une opinion contraire. Il trouvait tellement plus amusant de s’opposer gratuitement que d’être unanime sur un sujet.

« Oh, tu sais, quand je te parle, ce n’est pas comme si tu écoutais un garçon totalement cohérant. La cohérence, c’est très surfais en fait. »

Visiblement, Frédérique n’avait pas besoin qu’il lui explique sa logique en matière de relation. En fait, lorsqu’elle évoqua le fait qu’elle se sentait « l’utiliser » lorsqu’ils travaillaient les potions ensemble, Siegfried se demanda si elle réalisait qu’elle lui soutirait bien plus que la plus part pourrait espérer lui soutirer comme relations sociale. Mais malgré son penchant très net vers la désillusion et le rationnel, Frédérique semblait vouloir se convaincre que les sentiments humains gratuits pouvaient exister, et surtout, qu’elle saurait les éprouver avec justesse. « Je ne peux pas laisser une serpentard aussi clairvoyante se fourvoyer avec des illusions » se dit-il.

« Tu veux garder ton intimité pour toi, et tu préfères ne rien savoir de celle de l’autre, soit ! L’intimité tue les couples. Et tu sais pourquoi ? Parce que quand on voit l’intimité de l’autre, on voit qu’il est souvent moins beau, et moins lumineux qu’on ne se l’était imaginé. Regarde Voldemort, tout le monde l’admirait et l’adulait lorsqu’il était étudiant ici. Même Dumbledor ! Et pourtant, s’ils avaient su voir ce que cachait son beau sourire, et ses manières raffinées ils ne l’auraient jamais laissé s’élever comme il l’a fait. Bon, il n’a pas tres bien fini, mais c’est justement parce qu’il n’a pas su maintenir l’artifice de l’intégrité jusqu’au bout ! »

Siegfried admirait en partie l’œuvre de Voldemort, même si la complexité de sa propre situation était directement la cause des désirata de l’ex seigneur des ténèbres. Lui-même ne visait pas les mêmes objectifs, l’ambition démesurée n’aboutissait qu’à l’auto combustion tôt ou tard, la brulure qu’il portait au bras lui rappelait chaque jour.

« L’amour ça n’existe pas, ou du moins, pas comme on le décrit dans les livres. C’est juste une sorte d’illusion. L’amour entre un garçon et une fille, l’amour entre un frère et une sœur, que sais-je encore ! En fait, le truc avec l’amour, c’est de parvenir à faire ressentir ce sentiment par les autres envers toi. A partir de là, tu obtiendras un certain pouvoir. Mais si tu essaie de le ressentir toi-même… Tu finiras comme ce pauvre Colin qui répand ses larmes de fantôme à travers les couloirs de l’école depuis deux ans. Un vrai calvaire pour les fantômes de ménage… Et pour susciter l’amour il suffit de briller en général… Ce qui nous ramène… Au bal de noël ! L’occasion rêvée de briller ! A condition d’être accompagnée ! Donc… »

Siegfried laissa la parole à Frédérique, marquant ainsi le fait que malgré les apparences, il pouvait tres bien se montrer cohérant.

[529]

SAPIN
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   Ven 5 Mar - 13:11

    « Je ne vois pas la cohérence comme quelque chose de surfait… Je suis une personne cohérente… Je parviens, généralement, à faire un lien logique et harmonieux entre chaque chose… Si il n’y avait pas ce lien, nous serions dans le chao et l’éternelle incompréhension de ce qui se passe et nous entoure… »

    Frédérique encore et toujours parlait comme un livre, telle une encyclopédie ou un dictionnaire. Mais elle ne donnait pourtant pas l’impression de réciter ce qu’elle savait. Elle ne faisait qu’incruster ses connaissances au milieu de la conversation ce qui, venant d’elle, passait plutôt bien et ne donnait pas envie de bailler ou décrocher de la conversation.
    Siegfried se grattait le menton, levait les yeux au ciel comme pour réfléchir. Elle le dévisageait sans lâcher des yeux leur chaudron où la potion continuait à se préparer. Elle aimait discuter avec lui car il était aussi logique qu’elle. Il écoutait, analysait et exposait, tout comme elle. Il était tout aussi mature et leurs avis, bien que différents, prenaient toujours un sens.


    « Non justement… Si je parviens un jour à avoir une relation avec quelqu’un, je ne pourrais pas accepter qu’il s’agisse d’un inconnu… J’aimerais tout savoir, comme j’ai besoin d’enrichir mes connaissances, il faudrait que je sache tout de cette personne… Mais d’un autre coté, moi, je ne pourrais pas me livrer…
    Alors avant de voir quelqu’un de beau, comme tu le dis, j’aurais besoin de faire l’analyse de son être… Il n’y aura qu’ainsi qu’une personne pourrait m’intéresser… et l’intérêt est importante dans toute relation… »


    Siegfried donnait en exemple Voldemort. Un frisson parcourut le corps de la jeune fille. Pas un frisson de crainte, mais un frisson d’exaltation. Elle avait toujours admiré le Seigneur des Ténèbres pour ses travaux et même en connaissant ce qu’il était au fond, elle n’aurait cessé de lui accorder cette admiration, bien au contraire. Justement, c’était son être, son enfance, ses pensées qui faisaient ce qu’il avait été. On ne pouvait pas l’en détacher. Tout en lui avait été beau et lumineux à ses yeux et elle regrettait sa disparition bien avant qu’elle ne puisse le rencontrer et en apprendre plus. Elle qui était si rationnelle continuer à apprécier la Magie Noire qui, elle, échappait à toute explication rationnelle.

    « L’amour n’existe que si on y croit… Elle englobe tendresse et attirance… Je n’y ai jamais cru et tu ne sembles pas y croire non plus… Mais est-ce que cela voudrait dire qu’il n’existe pas… ? Par contre, j’ai commencé à croire en l’amitié et finalement, je trouve cela intéressant car j’ai pu constater que je suis capable de ressentir de la sympathie et de l’affection, de la reconnaissance et de la confiance pour des personnes qui me le rendent en retour…
    Par contre, je n’ai pas su donner l’amour qu’il faut à mes parents avant leur mort qui eux pourtant étaient capables d’une grande force par amour… Mais justement, leur mort me bloque par rapport à ce sentiment… Je ne pense pas être capable d’aimer et d’accepter la mort ensuite… Les sentiments sont des connaissances plus ou moins clairs d’un état ou d’émotion… Je n’exprime aucune émotion et pourtant cela ne fait pas de moi une personne sans sentiment… Mais contrairement à Colin, je ne laisserais pas cela me submerger… »


    En effet, tout ce discours les avait mené au bal de Noël. Elle s’en était doutée mais ne voulait pas l’y mener elle même. Elle espérait susciter l’intérêt de Siegfried, pourtant si détaché de tout cela. Oui elle, jeune LeeRoy, irait au bal, elle comptait bien y briller malgré son angoisse de s’y rendre. Elle était une personne très fière, mais pourquoi le cacher. On allait bien la voir durant le bal et ceux qui la connaissaient seront même étonnées de l’y retrouver et de voir qui l’accompagnait. Et puis, elle n’avait pas vu jusque là cette événement comme une occasion d’en tirer des intérêts et avantages personnels. Mais ça l’importait peu. Il était trop tard pour se dérober et elle allait l’assumer. Elle comptait aussi sur les talents de Heaven pour la transformer et la rendre parfaite et éblouissante pour l’occasion. Elle voulait surtout, surprendre.

    « Justement, je m’y rends cette année… Et je serais accompagnée…
    Et toi… ? »


713 mots

SAPIN
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   Ven 5 Mar - 18:29

Siegfried resta sans voix quelques instants après que Frédérique ait mentionné la mort de ses parents. Siegfried était lui-même orphelin, mais il ne portait pas en lui le deuil que pouvait apporter la perte de ses géniteurs. Considérant que de toute façon, les adultes étaient néfastes pour les enfants, jamais il ne s’était vraiment penché sur le sort qu’avait connu sa famille jusqu'à lui.
Son expérience lui avait appris qu’il valait mieux ne pas appuyer sur ce genre de blessure, et c’est assez maladroitement qu’il lança : « j’ignorais pour tes parents, c’est… Tragique… »
Il s’était retenu de lui dire le véritable fond de sa pensée, le sentiment que c’était la meilleure chose qui avait dut lui arriver de toute sa vie. Inutile de prendre le risque de se brouiller avec elle avec ce genre de remarque gratuite. Et puis, ça l’amènerait à parler de sa propre famille, et donc de mentir, même Siegfried pouvait être fatigué de mentir de temps en temps.

« Au moins… Nous nous retrouvons sur la définition de l’amitié, mais tu comprendras que pour ma part, comme une relation ne peut être qu’un échange d’intérêts communs, l’amour, enfin… L’amour irait à contre sens de ce genre de démarche. Enfin tu vois… Je vois tellement d’autres élèves le rechercher de toute leur force, et en souffrir avec une telle intensité ! Il doit bien y avoir une erreur quelque part ! L’amour n’a vraiment aucun intérêt. »

Leur intérêt pour la potion qu’ils préparaient avait doucement dévié sur un débat concernant leurs visions du monde. Finalement, lorsque Frédérique lui avoua enfin qu’elle irait au bal accompagnée, lui ne peut s’empêcher de sourire en la pointant du doigt.

« Ah ah, je savais bien que tu n’étais pas un simple rat de bibliothèque ! J’espère tu as choisi un cavalier pour lequel rien de plus que de l’attirance physique ou alors qui apporte un quelconque bénéfice ! De qui s’agit-il ? Oh j’espère… Que ce n’est pas un griffondor… Les griffondor ont pour principale caractéristique de contaminer leur entourage avec leur sentimentalisme stupide. »

Siegfried était particulièrement curieux aujourd’hui, mais Frédérique était parvenue à attiser l’intérêt qu’il lui portait. Il était heureux pour elle de voir qu’elle allait jouer le jeu des apparences et tenter de briller de son mieux au bal. Il espérait seulement qu’elle ne se salirait pas avec un rouge et or.
Lui-même irait bien au bal, mais pas avec Heaven cette année. Il s’était fait à cette idée, comme il s’était fait à l’idée qu’elle lui avait échappée. Tout ne pouvait pas se passer comme il l’avait prévu, ça aussi il l’avait accepté…

« Ne t’en fais pas pour moi, j’ai bien quelques pistes concernant qui m’accompagnera au bal. Les garçons timides, ça n’est pas ce qui manque. Et les filles sans cavaliers aussi par conséquences… Alors dis moi, qui est ce ? Et s’il te plait, dis-moi que c’est une idée qui vient de toi. »

En fait, Siegfried avait déjà une cavalière, mais pas question de tout dévoiler tout de suite.

[511]

SAPIN
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   Ven 5 Mar - 20:54

    « Ne te sent pas triste pour mon cas et mes parents… Leur mort n’est qu’une conséquence de leurs mauvais choix… »

    La jeune LeeRoy clôturait ainsi le sujet sur ses parents. Elle ne ressentait toujours pas de tristesse sur leur mort. Elle se sentait même plus proche de eux à présent qu’ils n’étaient pas là. Pas qu’elle leur parlait, mais elle pensait bien plus à eux qu’elle ne l’avait fait avant. Et puis, même vivant, elle ne les voyait pas assez à son gout.
    Ils repartirent mais semblaient avoir épuisé le sujet des analyses de l’amour et de l’amitié. Ils avaient un avis des plus proches tout en étant à la fois éloignés. Elle, elle voulait connaitre tous ses sentiments avant d’avoir un avis radical. Lui ne voulait rien connaitre, rien croire. Il devait y avoir une raison en cela, mais ils ne se connaissaient pas assez pour qu’elle se permette de lui en poser la question. Si il voulait en parler, il lui aurait parlé. Sinon, elle n’allait pas se montrer trop curieuse. Elle n’ajouta rien à ce sujet, ils en avaient déjà bien fait le tour.


    « Non pas un Gryffondor… une Poufsouffle… Pire alors… ? », dit-elle sur le ton de la plaisanterie s’assurant encore une part de mystère sur la personne en question vu qu’il avait rapidement enchainé après ses interrogations.

    Frédérique ne voyait pas les rouge et or comme les plus détestables. Ça avait été les Poufsouffle qui avaient son indifférence et son mépris. Et pourtant, c’était l’une d’entre elle qui avait attiré son attention et sa sympathie, ce qu’elle n’arrivait toujours pas à expliquer. C’était avec l’une d’entre elle qu’elle avait accepté d’aller sans hésitation au bal. Elle se demandait ce que pourrait en penser une personne comme Siegfried quand il saura de qui il s’agissait. Il n’y avait pas de mal d’aller avec une fille quand il s’agissait d’une amie, mais une amitié Sepentard/Poufsouffle était déjà impossible. Alors elle allait entendre parler d’elle durant un moment. Mais attirer l’attention n’était pas une si mauvaise chose.
    Elle ne voyait en Maureen aucun bénéfice et même si elle se disait qu’elle semblait se servir d’elle, elle ne voulait pas l’abuser. Mais en ce qui concernait de l’attirance physique… Elle était jolie, très jolie même. Mais qu’en pensaient les autres ?


    « J’aime ma bibliothèque… mais en 4 ans, elle n’a jamais été une très bonne cavalière… Et puis je vais pouvoir voir à quoi ressemble ce genre d’évènement… Qui sait, il se peut que j’en apprenne plus que je ne le pensais…
    Et aussi étonnant que cela puisse paraitre, je prends gout à m’amuser… et sans doute à provoquer… »


    Malgré son air garçon manqué, ce qu’elle n’était pas sauf au niveau du comportement et de l’habillement, elle n’en était pas moins une fille. Et plus le bal approchait, plus elle voulait devenir coquette et séduisant. Elle aimerait rendre tout le monde jaloux et envieux. Elle voulait choquer mais aussi que tout le monde la désire en la voyant le soir même. Mais elle aimait tant ses pantalons et ses chemises qu’elle avait encore du mal à changer au quotidien.
    Avec son "Et toi ?" elle savait bien qu’implicitement elle lui demandait à la fois si il y allait à ce bal, mais si il comptait s’accompagner ou pas de Heaven avec qui tout n’allait plus aussi bien que ça dans leur couple.


    « Si j’avais été libre à nouveau pour ce bal, tu ne m’aurais pas invité n’est-ce pas… ? Il faut dire qu’il n’y a pas de quoi briller à mes cotés…
    Des pistes… ? Alors, qui va donc avoir l’honneur, ou pas, d’être ta cavalière… ? »


    Frédérique se laissa tomber en arrière sur la pelouse fraiche et passa ses mains derrière la tête. Il voulait savoir de qui il s’agissait et elle avait parfaitement bien titillé sa curiosité. Mais elle avait peur que son intérêt ne soit pas déçu. Elle n’avait aucun envie de le faire attendre. Elle n’était pas non plus douer dans le maintien du suspense. En plus, ce n’était pas une idée à elle, ce qu’elle ne tenait pas vraiment à avouer. Si ça ne tenait qu’elle, elle se serait encore enfermée dans sa bibliothèque ce soir là sans oser inviter qui que ce soit, et encore moins cette personne là.

    « Maureen McEngel… », répondit-elle enfin dans un soupir.



735 mots

SAPIN
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   Lun 8 Mar - 0:25

Quand Frédérique lâcha le nom de Maureen McEngel, Siegfried fut d’abord déçu. Déçu d’abord parce qu’il pensait que sa camarade se moquait de lui. Déçu ensuite parce qu’il se dit que c’était juste ce genre de soirée entre deux copines pour ne pas être seule. Et puis, il réalisa à quel point sa camarade pouvait avoir choisi cette option dans le but de provoque pour reprendre ses propres mots. Il ouvrit la bouche pour répondre quelque que chose, et puis se retint de dire quoi que ce soit, et puis finalement il commenta : « Mais… Il ne t’aura pas échappé que Maureen est une fille en plus d’être une poufsoufle n’est ce pas ? »

Evidement ce détail n’avait pas pu lui échapper ! Incroyable, Frédérique avait accepté de se rendre au bal accompagnée par une autre fille, Siegfried songeât qu’on avait jamais du voir ça avant à Poudlard, et il ne pu s’empêcher de se demander quels rapports Frédérique pouvait avoir avec Maureen.

« Ah je ne sais pas si ce genre de couple peut vraiment briller comme je l’entendais, par contre vous allez vous distinguer, ça c’est sur. Mais dis moi, tu n’as pas peur de déclencher des choses ? Je veux dire, deux filles ensembles… Tu n’as pas peur que déclencher des réactions épidermiques non ? »

Les questions étaient indirectes et réellement détournées. Pour une fois, il n’osait pas poser les questions qui lui brulaient les lèvres. Pourquoi aller au bal avec une fille, pourquoi CETTE fille…
Frédérique lui offrit une échappatoire en lui renvoyant sa question, avec qui allait-il lui-même aller au bal ? Curieusement, le sujet lui semblait moins gênant à aborder maintenant.

« Oh, ne te dévalorise pas comme ça, j’aurais très bien pu t’inviter mais j’ai préféré éviter notre propre maison cette année. J’avais trop peur des tensions que cela aurait pu engendrer. Oh, ça n’est plus un secret pour personne que… Je n’irais pas avec Heaven cette année. Mais ne t’en fais pas, toi et moi, nous pourrons toujours voir ça l’an prochain. »

En jouant au faux don juan comme ça, Siegfried masquait une part de sa déception. La déception qu'il ressentait concernant l’impasse vers laquelle leur relation était entrain de s’orienter. Leur histoire n’était pas éteinte, mais pour combiens de temps ? Heaven lui avait fait comprendre qu’elle n’irait pas au bal, et il la sentait, chaque jour un peu plus, qui lui échappait sans qu’il n’y puisse rien faire... Ponctuant ses paroles d’un clin d’œil pour marquer la légèreté de ses propos, il enchaina.

« J’irais avec Rory Monroe, une serdaigle de 5eme année. J’ai toujours trouvé que les serdaigle étaient très proches de nous, l’ambition en moins. Je suis certain que nous aurions fait de tres bons serdaigle toi et moi ! Seulement, pour ce que je connais d’elles en général, elles ont une propension assez prononcée à la timidité. J’aime la timidité… Les personnes timides sont plus faciles à… Intimider… Enfin, je ne compte pas lui faire passer une mauvaise soirée, j’ai une respectabilité à défendre ! »

Siegfried se montrait un rien sexiste à cet instant, c’était sa façon à lui de montrer que pour lui, personne n’était exceptionnel, et qu’en un clin d’œil, il estimait mieux connaitre la personnalité de n’importe qui.

[530]

Semaine terminée Razz
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   Mar 9 Mar - 18:54

    « Siegfried, tu devrais me connaître assez pour savoir que rien ne m’échappe… Je calcule tout, réfléchis à tout… Pour ma part, je me fiche de la respectabilité… J’ai appris à provoquer la famille qui ont eu le malheur de s’occuper de moi cet été… j’avoue y avoir pris goût…
    Je n’ai pas peur des réactions, bien au contraire… Qu’ils osent dire quoi que ce soit, et on ne doutera plus de ma bonne appartenance aux verts et argents… »


    Toujours allongée sur le dos, les mains derrière la tête, elle scrutait le ciel. Les nuages l’avaient envahi et étaient bien trop mêlés pour tenter d’en apercevoir des formes amusantes qu’elle ne trouvait soit dit en passant pas si amusantes que ça.
    Elle donnait l’impression de vouloir se servir de Maureen, mais en fait s’était ce que son esprit lui disait de faire. Mais au fond elle n’avait pas accepté son invitation pour cette raison, sinon au contraire, ça aurait été elle qui l’aurait invité. Ses battements de cœur trahissaient bien sur ses paroles. Mais son intonation de voix restait toujours aussi calme et posée et sa respiration régulière.
    En tout cas, la déception de Siegfried était des plus visibles. Elle qui avait peur d’une réaction plus vive et plus sermonneuse, celle si fut plus retenue mais remplie d’interrogations. Mais le garçon avait été jusque là le seul à comprendre ce qui se tramait. Même Heaven ne l’avait pas perçu. Il fallait dire qu’elle avait d’autres pensées en ce moment.


    « Comme je te l’ai dis, je ne cherche pas particulièrement à briller… Je brille sans soucis dans un domaine et je ne vais pas me faire de fausses idées, je ne peux égaler certaines de mes camarades dans d’autres… Je ne saurais comment faire, même si je veux empiéter sur leur domaine, de même pour elles…
    Et puis, aucun garçon n’a eu l’audace ni le courage de m’inviter… C’est peut-être mieux comme ça… Il est peut-être temps que la petite intello entre en action et montre qui elle est vraiment, tu ne crois pas… ? Et si ça parle, ça leur donnera un sujet de conversation, et pour moi, une certaine importance… cela me mettrait au centre de tout intérêt… »


    Frédérique y allait fort. Mais elle disait cela aussi bien parce qu’elle voulait s’en convaincre qu’il ne pouvait y avoir que cette raison, mais aussi parce que cette raison au final pouvait l’arranger. Elle avait beau avoir une profonde tendresse pour Maureen (au moins c’était dit ou plutôt, pensé) mais elle n’en restait pas moins quelqu’un de sombre et de vicieux. Et puis mince, elles n’étaient pas ensemble ! On ne parlait que de Bal et d’accompagnatrice pour le moment. Pourquoi changerait-elle sa profondeur pour si peu ? Encore une fois, même en pensée, elle voulait s’en convaincre.
    Oui elle aurait pu être Serdaigle, sans aucun soucis, mais son coté rusé et ambitieux la rattachait incontestablement à Serpentard. Elle n’avait pas leur timidité mais ses airs associables la faisait plutôt passée pour une fille distante et non pas réservée. Elle s’adaptait avec difficulté dans un groupe supportant mal la foule et l’animation. Elle aimait la tranquillité et surtout être au centre des attractions. Elle ne torturait pas les premières années mais elle agaçait déjà pas mal les autres élèves bien plus qu’elle ne le pensait.
    Tout en parlant, elle avait l’air à l’aise. Peut-être parce qu’elle s’adressait à Siegfried qu’elle connaissait assez bien. Mais elle ne se doutait pas que ça ne sera pas le cas le soir du Bal. Là elle semblait se montrer sans peur, mais une fois au milieu de la foule, elle redeviendra facilement cette fille renfermée et distante.
    Elle savait ce qui se passait dans le couple de Siegfried et Heaven. Elle n’en fit aucun commentaire et n’insista pas non plus.


    « Qui te parle de couple… ? Et pourquoi cette inquiétude soudaine pour ma personne… ? Je ne fais que me rendre au Bal accompagnée de Maureen, rien de plus… Je ne vois pas le mal en cela… Ce n’est qu’une cavalière, comme toi et Rory… Justement, tu as bien fait de choisir une fille timide, elle ne risquera pas ainsi de te faire de l’ombre…
    Merci de m’assurer qu’il se peut que tu penses à moi pour le Bal de l’année prochaine… »


    Bien sur elle ne pensait pas la moitié de ce qu’elle disait. Pour Frédérique, ça représentait beaucoup plus que d’être accompagnée par Maureen mais ce que ça exprimait vraiment n’était resté qu’au fond d’elle et Siegfried soulevait une question qu’elle s’était efforcée de ne jamais le relever elle même. Avait-il mis le doigt sur ce qu’il ne fallait pas ? Elle aura beau se mentir longtemps, si Siegfried avait compris ce qu’il ne fallait pas comprendre, elle allait devoir y réfléchir plus sérieusement. Et si ça continuait comme ça, ça allait la préoccuper véritablement jusqu’au jour du Bal.
    Elle n’avait jamais pensé à la réaction des autres. Il fallait dire que s’était bien une chose dont elle ne s’en occupait pas. Elle craignait les gens mais pas de ce qu’ils pensaient. Et elle qui ne portait jusque là pas attention aux regards, elle commençait à s’en inquiéter. Elle aurait plutôt souhaité des encouragements du garçon et non pas des semi reproches. Elle n’était pas lui, même si elle avait été un garçon elle était certaine qu’elle aurait pu être son jumeau sans aucun soucis. Quoi que au final, oui elle lui ressemblait étrangement et elle se doutait qu’il savait aimer par exemple mais refusait l’amour qu’il avait pour leur amie en commun, Heaven. Alors pourquoi à elle, Frédérique, on lui faisait le reproche de se rapprocher d’une autre personne à son tour ? Qu’elle soit une fille ou non, ça ne changeait pas grand chose, pour elle…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   Ven 12 Mar - 19:37

Siegfried leva un sourcil lorsque Frédérique joua des airs de rien, minimisant et relativisant le fait que son cavalier… Etait une fille… D’ailleurs, elle ne manqua pas de tenter de verrouiller le sujet en commentant la cavalière de Siegfried, et en se projetant sur une fiction potentielle de l’année prochaine. Bon, concernant Rory, Siegfried ne pouvait nier qu’il préférait effectivement être accompagné par une fille un peu timide pour « diriger ». Là encore il n’était pas question d’être désagréable, mais il était alors plus aisé de donner à la soirée la tourne qu’il avait choisi. Elle trouverait certainement de quoi être satisfaite de cette soirée elle aussi sans aucun doute d’ailleurs, et sa timidité serait de toute façon… Eprouvée par Siegfried…
Mais pas la peine de penser plus à Rory, le sujet actuel tait Frédérique, et tout ce que Siegfried avait à répondre à la tentative de rationalisation de Frédérique c’était :

« Ben voyons ! Une cavalière comme une autre bien sur J’aurais du le comprendre tout de suite ! Et dis-moi pour la valse, qui va porter la robe et qui va porter le costume ? Chacune sont tour peut être ? En bi-alternance ? »

Apres ce dernier commentaire, Siegfried s’interrompit brutalement. Il estimait en avoir trop dit. Il s’était laissé emporter par son espièglerie, mais… Et après ? La situation méritait elle qu’il se montre aussi dur ? En un sens, Frédérique se moquait du regard des autres, et c’est une qualité qu’il louait en général. Alors pourquoi pas dans ce cas là aussi ? Même lui était capable de reconnaître quand il disait un mot de trop, et même lui était capable de s’excuser.

« Bon, oublie ce que je viens de dire, c’était stupide et gratuit. Mais tu vois… Les piques vont avec les piques, les trèfles avec les trèfles, etc.… De temps en temps il arrive qu’un carreau se mélange avec un cœur, là encore personne n’y ferra attention s’ils sont discrets… Mais si je tire ensemble deux as de trèfles… Alors tout le monde se tourne vers moi en se disant que je triche. Tu vois où je veux en venir ? Ah… Les métaphores sociales c’est pas mon truc… Ce que j’essais de dire, c’est que, personne ne s’attend à voir deux garçons ou deux filles aller ensembles au bal. Alors, je ne peux pas m’empêcher de me demander… Maureen est juste une amie ? Ou un peu plus… Non je te demande de te poser la question parce que… Lorsque les autres élèves parleront à voix basse, et crois moi ils le feront, tu auras intérêt à bien savoir ce que toi tu veux si tu espères leur tenir tête. Je dirais même plus, il serait préférable que Maureen, soit au courant aussi de... De ce que tu attends d’elle… »

Voila, pas de critique, pas de moquerie, juste la vérité vraie ! Et des mises en garde raisonnables. Siegfried estimait à cet instant qu’il fessait des progrès en ce qui concernait la retenue…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   Sam 13 Mar - 18:02

    Frédérique, tout en restant allongée sur l’herbe fraiche, secoua sa tête de droite à gauche à la remarque assez piquante de Siegfried. Bien sur elle comprenait où il voulait en venir. Bien sur qu’elle comprenait aussi pourquoi il faisait cela. Si il ne se considérait pas comme un ami pour elle, il ne voudrait pas l’aider en la piquant au plus profond. Il était évident qu’elle s’en serait bien passée. Mais il lui fallait une personne comme lui pour la réveiller et l’empêcher de continuer à se voiler la face.
    Elle ne prit donc pas la peine de répondre à sa remarque. Elle ne le dévisageait plus depuis un moment, contemplant toujours le ciel.


    « Déjà que j’ai du mal à me dire que je suis amie avec une Poufsouffle… si en plus je dois réfléchir à autre chose… »

    Elle avala péniblement sa salive. Elle y réfléchissait déjà mais ne voulait se donner aucune réponse. Elle avait bien dit amie. C’était ce qu’elles étaient là encore maintenant, des amies. Tout ce qui se passait en elle ne devait rien changer à cela.
    Son camarade jouait des métaphores pour tenter de lui faire comprendre ce qu’il en pensait et ce que pouvait en penser les autres. Mais elle se fichait tellement des autres. Elle s’en fichait déjà les autres années alors là ça ne risquait pas de changer, qu’importe la situation.
    Elle n’allait pas continuer à nier devant son ami vu qu’il lisait en elle bien plus que elle ne voulait pas se lire. Mais ne pas le nier et se mentir en même temps à soi, ce n’était pas évident et elle en était encore plus désorientée. Elle ne savait vraiment plus quoi faire. Mais s’était trop compliquée pour se risquer quoi que ce soit. Car si ce n’était rien, elle dégringolerait de trop haut.


    « Le pire, c’est que je n’attends rien… je n’attends rien d’elle… Tu sais comment je suis, je ne discute pas vraiment… Alors quoi en dire si même moi je ne sais pas… ?
    Et c’est elle qui m’a invité au bal, je n’ai fais que accepter… Et maintenant, je suis perdue… Non mais je veux aller à ce bal, avec elle, mais depuis je m’interroge sur moi et ça me fait bizarre… »


    Et elle disait vrai. C’était ce qu’elle pensait, ce qu’elle ressentait. Elle qui s’était toujours refusé tout sentiment, en avait un très fort. Mais elle ne craignait pas de ne jamais le partager. En règle générale, elle ne partageait rien. Alors qu’importe ce qu’elle ressentait, elle ne voulait rien gâcher quitte à être malheureuse elle. Et puis, vu qu’elle refusait toute émotion, elle s’obligera de ne pas ressentir ni tristesse ni douleur. Mais ce dont elle n’était pas sur, c’était si elle allait lui en parler ou pas. Et en fait se n’était peut-être qu’une forte amitié et qu’elle ne savait pas tout décrypter vu qu’avant cette année, même coté amitié, elle ne voulait faire confiance en personne. Non, elle ne savait pas ou plutôt elle refusait de le savoir vraiment.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   Mar 16 Mar - 15:52

Frédérique énonçait des aveux en demi-teinte. Connaissant l’aversion des serpentard pour les déballages de sentimentalisme, et leur propension accrue à la retenue, il estima que Frédérique était certainement entrain d’exprimer des sentiments d’une intensité dont la force était masquée par sa nature serpentard de la jeune fille. Lui-même pouvait comprendre le besoin des vipères à dissimuler ainsi leurs souffrances, et il comprenait aussi que si Frédérique lui laissait entrevoir ce petit bout de vulnérabilité… C’était que le problème était bien réel en elle. Quoi qu’il puisse penser des sentiments d’amitié, jamais il ne laisserait un serpentard seul avec un problème.

« En fait, moi… Si Jack m’invitait à aller au bal avec lui… Je refuserais c’est assez clair dans ma tête. Et attention, je ne dis pas ca parce que je suis persuadé que je pourrais trouver une cavalière comme je veux chaque année. Non en fait, même si je devais être frappé d’acné très violent, si je devais perdre mes cheveux et devenir très moche. Et si alors aucune fille n’osait se laisser approcher par moi, même dans ce cas là, je refuserais catégoriquement d’aller au bal avec Jack. Qui soit dit en passant, est également mon « Maureen » personnel en quelque sorte. Ben si un peu… Je l’apprécie et… Il est à Poufsoufle… »

L’idée le répugnait même d’ailleurs, et plus encore depuis le soir où il avait fait un rêve étrange à son sujet (post it : véridique, dans une de mes premières fic^^). Siegfried faisait un effort surhumain pour se forcer à comprendre Frédérique et à l’aider à résoudre son problème, un problème de sentiments et d’affections semblait il. Il y avait toujours au moins deux méthodes pour répondre à une question. Et la question posée par Frédérique était « quel est mon désir ».

« Je vais peut être dire une bêtise mais… Si tu te poses ce genre d’interrogations sur toi-même, tu devrais peut être poser directement la question à Maureen. Lui demander directement pourquoi ELLE t’a invité. En fait, si on prend les évènements dans l’ordre, c’est elle qui manifesté une attention particulière à ton égard et… Tu n’as fait qu’y répondre, j’ai juste ? »

La vision de Siegfried était un rien manichéenne, mais comment pouvait il penser autrement. Il était un serpentard. L’idée même que sa camarade puisse se retrouvée amourachée d’une poufsoufle l’effrayait quelque peut en fait. Restait à définir ce que signifiait « s’amouracher ».
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   Lun 22 Mar - 20:27

    « Oui, je pense que je ne me poserais déjà pas autant de question si elle avait été à Serpentard… Mais je verrais bien… Peut-être que je ne suis seulement retournée que parce que pour la première fois on m’invite à ce bal… ? »

    Frédérique écoutait avec attention ce que tentait de lui dire Siegfried. Elle lui était reconnaissante de l’aide qu’il tentait de lui apporter. Si il n’avait pas soulevé certains points, elle serait toujours à se torturer l’esprit. Elle se le torturait toujours, mais ce n’était pas pareil, pas aussi flou mais plutôt compliqué à présent.
    Elle acquiéçait d’un signe de la tête en signe de compréhension à l’explication qu’il venait de lui faire au sujet de son propre ami de Poufsouffle. Le cas ne pouvait pas se dire tout à faire similaire, mais elle comprenait où il voulait en venir. Il tentait de lui faire avouer ce qu’elle ne voulait pas encore faire. Pas tant qu’elle n’était pas sur d’elle. Elle ignorait si elle le saurait après le bal, mais peut-être que ça allait l’éclairer sur certains points.
    Et si elle avait fait plus que d’y répondre à cette invitation ?

    La chaudron plaçait toujours devant elle commencer à siffler. Ils l’avaient oublié et il manifestait sa présence. Heureusement qu’ils n’avaient pas encore mis les ingrédients qui risquaient de leur donner de mauvaises surprises. Mais cette interruption permit en quelque sorte de sauver la jeune fille qui commençait à avoir la tête qui tournait à force de penser à tout cela. Elle se mettait rarement dans de tels états. Il fallait dire que jusque là, elle trouvait une solution à tout ce qu’elle entreprenait. Rien ne lui était insurmontable. Mais elle venait de tomber sur un sujet qui lui échappait. Il fallait bien que ça lui arrive un jour, mais jamais elle ne se serait doutée de la complexité de l’affaire. Et puis, elle s’était toujours dis qu’elle avait le temps. Mais au final, le temps l’avait rattrapé.


    « Ne devrions-nous pas nous intéresser à nouveau sur notre potion avant qu’elle ne décide d’exploser à nouveau… ?
    Nous étions venus pour ça, au départ… »


    Elle se redressa enfin et évita le regard du garçon. Elle ne cessait de dire qu’un regard pouvait en dire plus long que de simples mots. Et elle préféra qu’il ne lise pas plus en elle. Il était son ami, elle ne voulait pas que ça change, qu’importe ce qu’elle pouvait ressentir pour telle ou telle personne. Elle avait déjà eu du mal à faire confiance en l’amitié alors elle ne voulait pas perdre ce peu d’effort qu’elle était parvenue à acquérir.
    Elle retourna au chaudron tout en prenant les ingrédients au passage et attendit son camarade pour retourner à leurs petites expériences. Mais ils l’avaient oublié quelques minutes de trop et la liquide menaça encore d’exploser. Ils abandonnèrent l’affaire pour le moment. Il fallait dire aussi qu’ils ne leur restaient plus trop d’ingrédient et que ça allait finir par devenir louche si on voyait encore plus de liquide répandu sur l’herbe.
    Ramassant tout leur matériel, ils se donnèrent un autre rendez-vous pour une autre expérience et elle dut lui promettre de réfléchir à ce qu’il lui avait dit. Elle se doutait qu’il allait lui reposer rapidement la question de comment ça s’était passé à ce fameux bal.

{ Fini pour Frédérique LeeRoy }
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le talent des potions [PV Fred]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le talent des potions [PV Fred]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Ça va exploser ! - Fred
» Un Ingénieur de Talent a votre service !
» Du talent gaspillé
» Fred Weasley
» EXAMEN DE POTIONS [THEORIE + PRATIQUE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: