AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Je te hais, je te déteste [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Commerce

Parchemins : 292
Âge : 26 ans [7 avril 1985]
Actuellement : Gérant et propriétaire du Black & Red


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Je te hais, je te déteste [PV]   Dim 24 Jan - 18:40


Il faut lui permettre la satire et la plainte :
la haine renfermée est plus dangereuse que la haine ouverte.

    Tobias écoutait d’une oreille distraite Fredericke lui raconter les dernières inventions d’Ophélia pour rendre les cheveux plus souples et les préparatifs qui avançaient pour le spectacle de Sterne. Il avait une lettre à poster et il avait rencontré par hasard la petite Gryffondor. Ils s’étaient donc mis à discuter tout naturellement puisque après tout, ils étaient amis. Tobias trouvait qu’elle avait un goût détestable en matière d’homme, mais, ils étaient amis quand même. Arrivé en haut de la volière, Toby s’attendait à ce que les lieux soient déserts… mais non. Il y avait quelqu’un. La seule personne que Tobias détestât du plus profond de son être depuis le jour où il l’avait rencontré. Vincent Fayr. Fredericke toute guillerette quitta Tobias immédiatement pour sauter au cou de son petit ami et l’embrasser avec tant de tendresse que Toby en eut un haut le cœur. Comment pouvait-elle aimer une brute pareille ? Un imbécile doublé d’un salaud qui lui avait déjà brisé le cœur une fois ? Non, vraiment, ça le dépassait, pire, ça le révoltait.

    Si la jeune fille était restée, tout se serait bien passé, mais elle avait entraînement de Quidditch juste après. Elle fronça les sourcils tout en regardant les deux garçons. Elle hésitait visiblement à laisser les deux Serpentards ensemble sans elle. « Bon hum… j’y vais… » Elle embrassa une dernière fois Vincent et fit un petit signe de main à Tobias avant de s’éloigner lentement, se retournant de temps en temps, un peu inquiète. Elle disparût au bout de courtes minutes durant lesquels Tobias avait décidé de donner sa lettre à un hibou. Cette opération finie, le plus sage aurait été de quitter les lieux immédiatement… mais ses instincts belliqueux avaient été réveillés par l’amour débordant de Fred envers son pire ennemi. Depuis que les deux anciens amis étaient ensemble, il n’avait jamais pu constater la véracité de leur nouvelle relation… maintenant qu’il l’avait sous les yeux ça le dégoûtait.

    S’approchant de son ennemi de toujours, il mit les mains dans ses poches et observa son camarade de chambre d’un air agressif « Ne te méprends pas, j’adore Fred’ mais je la trouve terriblement conne de s’être laissé avoir par un salaud dans ton genre. » Drôle d’entrée en matière ? Eh… Ce n’est pas comme si ce que Tobias pensait était totalement neuf. Même avec Fredericke il s’en cachait à peine et avec Ophélia il s’en donnait à cœur joie. Il grimaça, ça lui donnait envie de le frapper mais il ne pouvait pas, il ne frappait jamais en premier. Par contre, il pouvait chercher la bagarre… Vincent ne disait jamais non à une bonne baston si on le provoquait un peu pas vrai ? « Qu’est-ce que tu vas faire encore ? Jouer avec elle puis la jeter quand tu auras trouvé encore plus bonne poire qu’elle ? » Il savait qu’il lançait des coups bas, il savait aussi que faire du mal à sa petite amie n’était sûrement pas dans les projets de Vincent… tout ce qu’il voulait, c’était que ses mots lui fasse assez mal pour lui donner envie de se battre. D’ailleurs, Tobias s’était approché, le provoquant un peu plus. Il hésitait même à l’attraper par le col… hésitation qui ne dura pas longtemps car il le fit assez vite. « Elle était bien mieux avec Griffins mais même en sortant avec ma copine t’étais pas capable de la lâcher. » Bon, après, Tobias aimait pas beaucoup plus Axel que Vincent, mais là, le but, c’était simplement d’énerver son ennemi hein… hors, ce qui avait toujours marché mieux que tout le reste, c’était la jalousie. Un vieux truc qu’il avait été le premier à tester en première année, normalement, ça marchait à tout les coups, à l’époque du moins. Alors, marchera ou marchera pas ?



Difficile d'appeler au secours quand tant de drames nous oppressent
Et les larmes nouées de stress étouffent un peu plus les cris d'amour...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Je te hais, je te déteste [PV]   Lun 25 Jan - 11:30

Il y avait des choses que l'on ne pouvait pas toujours deviné, prévoir et tout ça. Et d'ailleurs, au moment du repas, ce jour là, et bien Vincent avait senti que quelque chose clochait. Ou du moins, peut être ne l'avait-il pas vraiment senti non. Peut être que c'était tout simplement une sensation qu'il avait ressenti lorsqu'un hibou s'était posé devant lui. S'il y avait bien un garçon qui n'était pas censé recevoir de lettre, c'était bien lui. Ce n'était pas une habitude qu'il avait, d'ailleurs, c'était quelque chose qui n'arrivait vraiment jamais. Mais jamais de chez jamais hein ! Ses parents ne le supportaient ! Alors ils ne lui écrivaient pas et les gens, ils ne recevaient des lettres que de leurs parents ou de leurs amis partis dans une autre école ! Et lui, il n'avait ni famille ni amis étrangers donc... ! Mais bon, bien sûr que Roze aurait pu lui écrire, il ne disait pas le contraire. Mais il avait un doute et en tout cas, jusqu'à maintenant, elle ne lui avait jamais écrit. Et ça, c'était plus qu'une évidence !

En regardant l'hibou, il se rendit compte qu'il ne l'avait jamais vu. Mais alors, jamais de chez jamais. Peut être une fois et il ne s'en souvenait pas mais en tout cas, il n'était même pas sûr de vraiment vouloir savoir. Après tout, cette lettre ne pouvait pas être une bonne nouvelle. Roze n'avait absolument aucune raison de lui écrire, de un, et de deux et bien... Bref, ça ne pouvait qu'être une mauvaise nouvelle oui. Voilà. Une simple et une vulgaire mauvaise nouvelle. Regardant autour de lui, il inspira un grand coup puis il prit la lettre entre ses doigts. Il reconnut aussitôt l'écriture. Tout droit sortie de la main de sa stupide mère. Super, comme s'il avait vraiment besoin d'avoir des nouvelles de ses géniteurs hein ? Et bah non, aucun besoin ! Tout ce qu'il voulait, justement, c'était de la jeter à la poubelle !

Mais bien sûr, il ne pouvait pas la jeter, parce que maintenant que cette lettre se trouvait entre ses mains, il voulait à tout prix savoir ce que cette enveloppe pouvait bien contenir ! Alors il se décida bien sûr à l'ouvrir, de toute façon, il n'avait pas d'autre choix alors il fallait bien qu'à un moment ou un autre, il se décide quoi. Ouvrant l'enveloppe tel un assoiffé, comme si ce que cette enveloppe pouvait bien contenir. Et quelle surprise dans cette lettre, il crut qu'il allait se mettre à pleurer de rire. Il était écrit ici que son père avait besoin d'un rein. Et ils demandaient à leur fils s'il voulait bien en sacrifier un. Ahahah.. C'était à mourir de rire ! Pensaient-ils vraiment qu'il allait aller jusqu'à sacrifier un rein pour eux ? Alors là, ils pouvaient bien rêver ! S'emparant d'un parchemin et d'une plume dans son sac, il se dit qu'il avait autant leurs envoyait son refus tout de suite ! Il pouvait bien l'écrire maintenant et la poster quand il aurait fini de manger, oui voilà. Il se fit bref, il ne comptait pas s'éterniser dans le seul et unique but de montrer à ses parents que si lui, il n'avait pas pu un seul instant compter sur lui, et bien ils ne pourraient pas compter sur lui non plus ! Cette lettre eut, en tout cas, le réel don de lui mettre les nerfs. Ils n'avaient vraiment aucune gêne !

Une fois son repas terminé, il se rendit à la volière et confia la lettre au hibou le plus moche qu'il y avait. Quoi ? Sans rancune ! C'était pour montrer tout l'amour qu'il pouvait bien éprouver pour eux ! C'était gentil de sa part ça non ? Il regarda l'oiseau s'envoler et lorsqu'il ne fut plus dans son champ de vision, il prit la route pour partir. Mais sa route fut coupée, quand il vit Sandeau en compagnie de Fredericke. Ah bah tiens ! Vincent avait justement une petite volonté quant à se défouler ! Si ce n'était pas parfait ça ! Fredericke vînt vers lui, et se jeta à son cou, tout sourire. Il répondit bien entendu à son baiser avec toute la tendresse qu'il possédait malgré le fait qu'il soit légèrement à cran quoi. Et lorsqu'elle s'envola, pour laisser les garçons tout seul, il ne put empêcher un sourire en coin d'apparaître sur ses lèvres. Surtout lorsque ce crétin s'avança vers lui.

Un salaud dans son genre... Tiens, elle était vraiment bonne celle là, c'était une vanne ? Non mais parce que le plus salaud des deux, ce n'était pas Vincent non ! Qu'on ne vienne pas à se tromper « De nous deux, le salaud, je pense que c'est plutôt toi, c'est pas toi qui était incapable de te fixer à une seule fille avec Marie ? Et dis moi, ça va, t'as pas trop la rage de voir que j'ai eu Marie avant toi et que t'as jamais réussi à avoir Fred parce que j'étais là ? Ca va, tu l'as pas trop mauvaise ? ». S'il comptait jouer avec elle ? Avec quelle fille avait-il déjà joué hein ? Il avait tellement peur des sentiments ou de faire quelque chose de mal qu'il n'oserait jamais faire. C'était bien trop inconnu pour qu'il puisse se mettre à jouer avec tout ça. « C'est ça ouais, prends moi pour un con va ! Je ne m'appelle pas comme toi gros con ! ». Et lorsqu'il le prit par le col, Vincent sut que la situation allait être très drôle oui, qu'il se rapproche encore un peu tiens, ça allait être bien drôle ! « Et alors ? T'es jaloux ? ». Lui donnant un coup de tête, il força Tobias à le lâcher. Le repoussant, il se mit à rire « Nan mais tu espères quoi au juste là ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Commerce

Parchemins : 292
Âge : 26 ans [7 avril 1985]
Actuellement : Gérant et propriétaire du Black & Red


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Je te hais, je te déteste [PV]   Lun 25 Jan - 13:05

    Un rictus mauvais passa sur le visage habituellement régulier du jeune Serpentard. Jamais aucune fille ne l’avait vu comme ça… mais ça le rendait dingue de penser qu’à cause de Vincent, Fred’, Marie et même Ophélia avaient pleuré et qu’on lui pardonnait toujours. S’il y avait une seule chose pour laquelle il était peut-être jaloux c’était bien cette capacité qu’avait Vincent à toujours se faire pardonner, au moins par Fred, alors que lui s’il sortait du droit chemin ne serait-ce qu’un peu c’était la fin des haricots beurres !

    « C’est vrai que toi tu sais tellement bien te fixer que tu t’es fait larguer par Marie parce que tu étais amoureux de ta meilleure amie et que tu étais le seul à pas le savoir. Avec Fred’ peut-être, mais elle n’a jamais été une lumière. » Il était presque autant en colère contre Vincent que contre Fred’, le pire c’est qu’il n’arrivait pas à savoir exactement ce qui le mettait à ce point en colère. « Et rassure toi, si je l’ai mauvaise ce n’est ni parce que tu es l’ex de ma copine ni parce que tu sors avec Fred. Je te rappelle que si je voulais Fred’ c’était seulement pour te la voler. Tiens, d’ailleurs, que je me souvienne… je crois que c’est moi son premier son baiser non ? C’est bon, tu l’as pas trop mauvaise non plus ? » Ok, d’accord, ce baiser il lui avait volé, mais la capacité au pardon de la Gryffondor était assez élevé même avec lui pour que ce soit oublié depuis longtemps. S’il le rappelait là, c’était juste pour énerver un peu plus encore Vincent.

    « Je t’en prie, le seul qui fait pleurer les filles qui l’entourent c’est toi ! Alors je suis peut-être con mais toi tu es pourri, c’est guère mieux ! » Que de civilités, vraiment, Vincent étaient sûrement touchés par tant de gentillesse. D’ailleurs, enfin, Vincent lui porta le premier coup. Si ça n’avait pas fait aussi mal, ça aurait fait rire Tobias parce que ce crétin faisait tout juste ce qu’il attendait de lui.

    « Jaloux ? Non mais tu t’es regardé ! Je sors pas avec les filles pour leur fric moi ! » Et cette fois il envoya un grand coup de poing à Vincent dès qu’il fut sur ses pieds. « Purée, ça fait du bien ! Tu ne peux pas savoir comme j’ai envie de te cogner depuis la rentrée ! » Et ce même s’il savait qu’il perdrait ce face à face. Il avait simplement besoin de laisser sortir sa haine un peu. Les filles allaient les tuer pour ça mais tant pis, il avait l’habitude d’être le méchant de l’histoire !

    D’ailleurs, là, vous vous demandez pourquoi depuis la rentrée exactement ! C’est bien simple, peu après, Fred’ est entré en deuil, et encore juste après, Vincent a disparu du décor. Là, bien sûr, c’était génial. Il n’était plus là et lui il avait juste à rassurer Ophélia (« Mais ne t’inquiète pas, elle va s’en remettre, c’est juste un mauvais moment à passer… ») et à consoler Fred’ (« Tu sais bien comment il est, ça se trouve tu seras mieux sans lui. »), mais ça n’avait duré que trois semaines, juste après ça, sans que Tobias comprenne pourquoi, Vincent sortait avec Fredericke ce qui faisait que non seulement Toby était de nouveau obligé d’être au minimum indifférent à son ennemi de toujours mais en plus de ça il entendait chanter ses louanges du matin au soir (Fred’ avait juste un peu de mal à contenir sa joie) alors que quelques jours avant, elle pleurait toutes les larmes de son corps ! Donc voilà, ça faisait déjà quelques temps que Tobias avait envie de frapper Vincent, s’il ne l’avait pas fait quand Fred’ pleurait c’est parce que ça l’arrangeait au fond, mais maintenant… c’était vraiment trop pour lui.

    « Ce que j’espère c’est que tu disparaisses du décor une bonne fois pour toute. On était si bien sans toi y’a quelques semaines… enfin, moi en tout cas. Mais j’suppose que c’était lettres mortes ! » Sur quoi, il tenta une nouvelle attaque. Non, vraiment, ces deux là se détestaient, y’avait rien à y faire.



Difficile d'appeler au secours quand tant de drames nous oppressent
Et les larmes nouées de stress étouffent un peu plus les cris d'amour...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Je te hais, je te déteste [PV]   Lun 1 Fév - 13:24

Vincent avait toujours eu un gros problèmes de violence. Et ça, ça avait toujours été quelque chose qu'il avait su. Bon bien sûr qu'il n'allait pas non plus se prendre la tête pour rien et puis bon, il savait qu'il n'était pas quelqu'un de doux, et tout ça. Mais très franchement, il se moquait bien de savoir ce que l'on pouvait bien penser de lui, il se moquait bien de voir si ce qu'il faisait plaisait ou non. D'ailleurs, très franchement, ils avait parfaitement qu'on le détestait. C'était une grosse évidence pour lui et il n'avait pas du tout envie de s'attarder là dessus. Oui bon, on ne l'aimait pas et après ? Il n'allait pas en faire tout un fromage hein ! Et puis il n'avait jamais dit qu'il aimait les autres en plus ! Alors que les choses soient bien clairs, qu'on ne l'aime pas, d'accord, mais qu'on ne lui demande pas d'aimer les autres sinon, ça allait franchement chier.

Et lui là, Tobias Sandeau, c'était le gars qu'il pouvait le moins voir, vraiment, il ne le supportait pas, il ne pouvait pas le voir, il ne pouvait pas le tolérer. Et le pire, c'était qu'il ne savait même pas pourquoi hein ! Qu'on soit bien d'accord là-dessus, Vincent n'avait jamais réellement été capable de savoir pourquoi tant de haine. Mais c'était comme ça, c'était peut être son physique, son apparence, sa tête tout simplement. En tout cas, au premier contact, il y avait eu de la haine entre eux, mais de la vraie et pure haine. Il ne pouvait pas le voir, c'était simple non ? Alors qu'on ne vienne même pas tenter de le chercher en essayant de tout faire pour qu'ils soit capable de s'entendre, parce que non, ils ne s'entendraient probablement jamais, c'était tout simplement impossible vous voyez? Rien que sa présence, ici et maintenant, ça le tuait presque. C'était cet échange d'air... Tout ça quoi ! En clair, il ne pouvait pas se trouver dans la même pièce que lui sans ressentir une pointe de manque d'air quoi ! « Dis moi Sandeau, tu m'expliques ce que ça peut bien te faire que je sorte avec Fredericke ? Que je sache, elle t'a seulement intéresser pour que tu puisse m'atteindre moi non ? Alors pourquoi ça t'emmerdes tant que ça ? En faite, c'est me voir heureux qui te fous la rage hein ? ».

Ahah, quel beau sala*d ce mec... Et qu'il ait eu le premier baiser de Fredericke et bien oui, ça lui foutait un peu les boules. Mais bon, ce n'était pas comme si ça avait été un baiser tendre et tout ce genre de chose hein, parce que Fredericke bah... Elle avait embrassé un paquet de mec si Vincent s'en souvenait bien non ? « Et puis eh mec, n'oublies pas que j'ai eu le premier baiser de Marie. ». Et toc. Bah oui quoi, il ne fallait pas oublier ce détail non plus hein ! Ce n'était pas comme si Vincent était un garçon désespéré et tout ça quoi. Il avait déjà embrassé trois filles. Même si un des baiser n'était qu'un baiser sous un gui dans la salle des Serpentard quoi.

Mais en tout cas oui Tobias avait raison sur un point, Vincent avait fait pleurer des filles, il le savait que trop bien. Mais c'était comme ça dans son caractère, il n'y pouvait rien quoi, c'était comme ça. Enfin bon, il n'allait pas non plus s'énerver pour rien quoi, ce n'était pas la fin du monde et dans ses souvenirs, les filles ne pleuraient plus maintenant « Normal qu'elles ne pleurent pas avec toi mec. T'es bien trop occupé à vouloir toutes les satisfaire il me semble. Et un don juan ne fait pas pleurer les filles c'est ça ? ». En tout cas, il fit bien rire Vincent lorsqu'il lui dit qu'il avait envie de le cogner depuis la rentrée. « Ahah, j'aime t'entendre dire ça mec ! Parce que moi, j'ai envie de te cogner depuis la première fois que je t'ai vu ». Et lui mettant une bonne droite, son rire ne s'arrêta pas un seul instant.

Que lui, il disparaisse du décor ? Elle était bonne celle là, maintenant qu'il était bien là, il ne comptait pas disparaître un seul instant, il comptait bien rester là, encore et toujours, il ne comptait pas partir non. Il avait Fredericke, il avait enfin Fredericke pour lui et pour lui seule. Elle l'aimait, il l'aimait, tout était beau et rose quoi, alors ce n'était pas maintenant que les choses allaient changer quoi ! Hors de question ! « Je ne compte pas disparaître. Et si un jour je disparais, ça sera parce que j'aurais été enfermé pour coups et blessures sur ta personnes, pauvre con ». Et hop, il lui mit un autre coup, il ne pouvait bien sûr pas s'en empêcher quoi, normal. Il avait une tête à prendre des coups ce pauvre type !

831
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Commerce

Parchemins : 292
Âge : 26 ans [7 avril 1985]
Actuellement : Gérant et propriétaire du Black & Red


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Je te hais, je te déteste [PV]   Dim 7 Fév - 19:11

    Ils se battaient comme des chiffonniers et franchement, en temps normal, ça aurait dérangé Tobias. Il était bien trop classe pour se battre. D’ailleurs, ses mouvements étaient désordonnés et pas assez fort bien qu’il ne manque pas de muscle, il n’avait pas l’habitude comme Vincent qui, lui, pour aussi paresseux qu’il soit avait pour seul passe temps de taper sur autrui. Ah, et d’embrasser les amies de Tobias aussi. Pire, il sortait avec ! Non mais vraiment, elles avaient des goûts de chiottes… même si Marie en était revenu. Sortir avec lui améliorait fortement son sens du jugement, mais pas complètement puisqu’elle était encore amie avec cet imbécile de crétin de Fayr oui, tout ça.

    « Putain mais quand est-ce que tu vas comprendre que j’ai dépassé ce stade avec Fred ! » Nan mais c’est vrai, maintenant il était ami avec la blondinette. Vincent n’arrivait pas à imprimer cette information… Pas faute d’essayer de lui faire comprendre pourtant. « A l’époque je m’en foutais de Fred’ mais maintenant on est ami et je ne veux plus qu’elle souffre ! » Comme tout le monde dans son entourage, sauf qu’en fait il était le seul à péter un câble. Parce qu’il détestait Vincent plus que les autres ? Parce qu’il était à Serpentard ? Parce que de base il n’aimait déjà pas quand ses copines avaient des mecs ? Tout ça à la fois certainement. « Et j’en ai rien à battre de toi Fayr, ce qui me débecte c’est que tu t’es réveillé après tout ce temps subitement et elle t’a accepté comme si tu ne lui avais jamais brisé le cœur ! Alors oui, franchement, ça me fout les nerfs de voir que tout finit bien pour toi, mais pas pour les raisons que tu crois. » C’était trop facile, non ? Il réalisait tout avec un an de retard et fred’ était toujours là pour lui ouvrir les bras. Elle était véritablement trop bonne poire quoi, en plus durant tous ces mois où elle avait souffert, elle avait continué à vivre avec Vincent, à lui faire des cadeaux, à ne se préoccuper que de lui ! Sans même se soucier de l’inquiétude que ça pouvait causer à son entourage de la voir se rendre malade pour ce sans-cœur. Cédant à son impulsion, il rendit un coup à Vincent, visant sa gueule d’ange. Peut-être que s’il défigurait Vincent, Fred’ le larguerait ? Bah quoi, l’espoir fait vivre non ?

    La phrase suivante eut cependant la particularité de le refroidir un peu. Sérieux, qu’est-ce qu’il en avait à battre qu’il soit sorti avec Marie avant lui ? Sa copine avait beaucoup pleuré quand ça s’était fini mais ça l’avait changé, en bien, alors que ce soit Vincent ou un autre, peu importait. Si ça n’avait pas d’effets collatéraux, Vincent pouvait bien faire ce qu’il voulait de sa vie. Le problème c’est qu’ils semblaient liés tous les deux sans le désirer ! « Te fatigue pas à essayer de m’entraîner sur ce terrain là, je ne suis pas aussi jaloux que toi. »

    Bon, par contre, le fait que Vincent l’accuse d’être un Don Juan l’embêtait. Pas qu’il n’avoue pas son faible pour la gente féminine ouvertement mais aux dernières nouvelles il était on ne peut plus fidèle. Du coup, il ne put retenir la phrase qui lui vint à l’esprit même si elle ne lui correspondait pas du tout « C’est un truc que tu peux pas comprendre Fayr, y’a que Fred’ d’assez maso pour te supporter, les autres filles, elles, préfèrent qu’on les satisfasse. » Notez, c’était pas tout à fait faux, c’était juste dit d’une manière un peu vexante pour cette pauvre Fred’. Il s’en voulait un peu au fond mais ça sortait tout seul.

    Il vacilla quand Vincent lui donna un nouveau coup mais pour le moment il tenait bon. La douleur, il la sentait mais elle était moins forte que sa colère. Essuyant le sang qui coulait sur sa lèvre, il donna un coup de genoux dans le ventre de Vincent mais il rata son coup et ne fit que le frôler. « Elle a eut beau m’expliquer mille fois, je ne comprendrais jamais ce qu’elle te trouve. Tu n’es qu’une brute sans éducation. » Cette fois il ne loupa pas son coup et lui envoya un coup de poing bien senti. Reprenant son souffle, il regarda Vincent, un sourire qui ne disait rien de bon au coin des lèvres « En revanche, je dois admettre que toi tu as bon goût. Ce qui me console c’est que Sallers et Griffins l’ont eut avant toi, tu n’en auras pas eut l’exclusivité. Elle allait si bien avec… comment il s’appelle déjà ? Ah oui… Axel. » Tobias, tu es un homme mort, le sujet Axel est un sujet sensible !


{804}



Difficile d'appeler au secours quand tant de drames nous oppressent
Et les larmes nouées de stress étouffent un peu plus les cris d'amour...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Je te hais, je te déteste [PV]   Dim 14 Mar - 20:24

Les bagarres, ça avait toujours été un truc dans quoi il avait été plus ou moins été doué. Vincent avait grandi dans les bagarres, dans la haine, dans le manque d’amour. C’était une chose qu’il ne souhaitait vraiment pour personne mine de rien. C’était peut être bizarre. Mais il ne pouvait même pas souhaiter ce genre de chose pour Tobias ou même pour Adrien. Parce que c’était le genre de situation qui vous change à vie. Qui vous entraîne vers la douleur, qui vous tue, à petit feu. Pour preuve, sans le soutien qu’il avait pu avoir, il y avait bien des fois où il aurait baissé les bras. Heureusement qu’il avait fini par découvrir qu’il était un sorcier, sinon, il ne s’en serait probablement jamais sortir. Le suicide, pour lui, pendant un temps, ça c’était vraiment révélé être une des solutions les plus ambitieuses. Stupide n’est-ce pas ? Du moins, c’était ce qu’il pensait. Tout ça, c’était d’une certaine manière, derrière lui. Oui voilà. Même si au jour d’aujourd’hui bien sûr, il y avait bon nombre de choses qu’il ne pouvait plus changer. Il pouvait tranquillement aller de l’avant. Il ne pouvait pas oublier. Mais il savait qu’il avait tout l’amour dont il avait besoin, tout le soutien qui lui était nécessaire. Oui voilà. Alors les paroles de Tobias, il s’en foutait en faite. Mais il lui mettait tellement la rage qu’il ne pouvait vraiment pas se retenir de lui cogner dessus. Ce n’était pas de sa faute hein, c’était instinctif. Plus fort que lui.

D’ailleurs pour tout dire, il ne prit même pas la peine de répondre à toutes les choses que Tobias se mit à lui mettre dans les dents. Il s’en foutait totalement. Il pouvait bien dire tout ce qu’il voulait de toute façon, ça ne changeait rien. Puisqu’il ne cherchait qu’à se battre et ça, Vincent n’avait pas mis bien longtemps à le comprendre. Mais si vraiment c’était ce qu’il voulait et bien soit, il allait lui en donner pour son argent. Et tant pis pour ce que les gens pourraient bien dire. De toute façon, ce n’était pas parce que Vincent était avec Fredericke maintenant que son comportement allait entièrement changer. Loin de là même. Et il continuerait oui, là où il en était. Et quitte à lui faire ravaler sa langue, il le ferait. Il se moquait des répercutions et de toute façon, ça avait toujours été comme ça. Venant de Tobias Sandeau, il n’attendait jamais rien, et n’attendrait de toute façon jamais rien. Oui voilà.

Une brute sans éducation ? Voilà bien une phrase qui le faisait marrer. Son éducation ? Il l’avait faite dans la rue. Sous les coups de poings, les coups, la violence, la douleur, la colère. Il n’avait jamais eu d’amour alors l’amour qu’il donnait, il était faiblard. Oui il savait qu’il n’était qu’une brute, parce que de toute façon, c’était de cette manière qu’il avait grandi. « Oh oui vas y, décris moi. Tu sais, je sais que je suis une brute. Je n’ai pas eu ton enfance doré, j’ai grandi dans la rue. Pendant que tu mangeais avec des cuillères en or, j’étais dans la rue, et je prenais un coup de couteau. Ne me parle pas de mon éducation, je sais bien qu’elle est à refaire, puisque je n’en ai pas eu ! Pendant que tes parents te bordaient, les miens me cognaient ! ». Il se moquait de dire tout ça, de se confier, d’une certaine manière, auprès de Tobias. De toute façon, c’était son passé alors bon.

Axel... Ahah... Lui refilant un autre coup de point, cette fois bien prononcé, il en vînt à faire tomber Tobias. Et le rouant de coup de pied, il l’empêcha de se relever. Si rien ne les arrêtait, là, maintenant. Vincent allait tuer Tobias.

Mais alors qu’il en était à son troisième coup, des bras le prirent par les épaules, le stoppant net et le forçant à reculer. Se tournant, il fusilla Seth du regard, mais ce dernier ne lâcha sa prise. De nature timide, certes, il ne fallait pas pour autant oublier que Seth était plus vieux que Vincent et qu’il avait, malgré tout, plus de force qu’il n’y paraissait. « Vincent ! Ressaisis toi ! Tu aurais pu le tuer ! ». Le jeune Serpentard se décida enfin à poser son regard sur l’autre Serpentard. Et oui, il prit conscience qu’il aurait pu commettre l’irréparable. Bordel... « Qu’est-ce que j’ai fait... ». Ni une ni deux, il partit en courant. Sans un regard vers Seth, rien. Ce dernier soupira, le regarda s’éloigner. Il lui aurait bien courut après mais il ne pouvait pas laisser Tobias dans cet état. L’aidant, il l’emmena à l’infirmerie. Il irait retrouver Vincent plus tard bien sûr. Son ami comptait bien plus que le débris qui se trouvait entre ses bras. Mais il était un peu trop mal en point.

< FIN DU TOPIC >
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je te hais, je te déteste [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je te hais, je te déteste [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Teste de bravoure
» Je te hais... (PV Petite Lueur)
» Je hais le vent, je hais le vent, je hais le vent d'hiver... ♫
» Fin du RP : Attends un peu qu'on se déteste. {OK}
» Tu es mon enfer, je te déteste [Tomychou~]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: