AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Indépendant

Parchemins : 591
Âge : 28 ans
Actuellement : Gérante de 4Dreams


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lydie

MessageSujet: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   Dim 31 Jan - 14:28


You are the drug I was searching for

Voila maintenant quelques semaines que Léna attendait avec impatience cette journée. En effet, elle allait être la vedette du jour lors du défilé. Présenté la robe de marié était LA tenue par excellence qui propulsait le mannequin en haut des listes et pour Léna, c’était aujourd’hui. Pourtant, elle ne pensait vraiment pas que le styliste lui aurait proposé de présenter la robe puisqu’on ne peut pas réellement dire qu’ils s’entendaient bien, mais bon, comme quoi parfois, on sait mettre les conflits de coté pour se montrer professionnel. Le défilé avait lieu en début d’après midi, ce qui laissait le temps à la jeune femme de se préparer tranquillement chez elle avant de rejoindre Londres ou se déroulait la présentation. Voulant être au top de sa forme, elle prit un petit déjeuner délicieux qu’elle se préparait elle-même avant de faire un peu de sport puis de terminer sa matinée dans un bon bain moussant. Elle était resplendissante lorsqu’elle enfila un jean et un chemiser blanc, les cheveux furent coincés dans une pince, elle prit alors une veste et son sac, puis elle transplana au coin d’un rue Londonienne, à quelques minutes de la salle du défilé.

Il avait plut, le sol était humide, mais la démarche féline de la jeune femme ne semblait pas perturbé par les pavés de la rue. La veste par-dessus sa tête, elle se mit à courir pour se rendre plus rapidement au lieu de rendez vous. Un léger tremblement de sa cheville lui fit une fausse frayeur, elle pensa se retrouver sur les fesses au milieu de la rue, mais plus de peur que de mal, elle parvint quand même à y arriver en un seul morceau. Les autres filles étaient déjà sur place, presque prête, Léna se dirigea vers le podium pour voir un peu sa mise en place, toujours curieuse de voir les caprices des créateurs et organisateurs du défilé. Quoi qu’il en soit, elle alla vers les vestiaires qui se trouvait à l’étage au dessus, elle s’empressa de monter les marches quand une fille descendit de son coté à toute vitesse. Elle bouscula alors Léna qui tomba à la renverse dans les marches et ce n’est qu’une fois en bas de l’escalier qu’elle sentit une douleur horrible dans sa jambe. Tout le monde accourut pour l’aider à se relever, sauf que pas de chance pour elle, pas moyen de tendre sa jambe ou de relever pour s’appuyer dessus. Léna venait de se casser la jambe, le drame absolue, ce n’était vraiment pas le jour.


« Je suis sur qu’elle l’a fait exprès ! Lyvie était jalouse de moi depuis des mois déjà… Mais arrêtez de touchez ma jambe, ça fait mal ! Appelez les secours ! Et virez aussi Lyvie ! Elle l’a fait exprès je vous dis ! »

Pleine de colère mêlée à la douleur, des larmes coulèrent sur les joues de la jeune femme. Les secours furent rapidement sur place, et la jeune femme fut transportée à Sainte Mangouste, à quelques rues de cela. Une chose était certaine, c’est que pour son défilé, c’était foutue pour aujourd’hui. Complètement déprimée et toujours en train de souffrir le martyr, la demoiselle ferma les yeux quelques minutes, le temps d’arriver jusqu’à l’hôpital.

Lorsqu’elle se réveilla, elle était dans une chambre, la douleur toujours aussi présente, et lorsqu’elle regarda sa jambe, un énorme hématome était la, il était bleu noir, c’était une véritable horreur… mais que faisait le médecin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   Dim 31 Jan - 20:18

« On se réveille! Will, debout! T'as encore oublié de mettre ton réveil... »

Hé m*rde! Pourquoi il avait froid tout à coup? Rooh...son pote lui avait ôté la couette d'un coup sec pour ne pas qu'il se foute la tête dessous. Tant pis, il a toujours son oreiller.

« Will, bouge-toi mec, on va être en retard. »

Mais William ne semblait pas vouloir bouger. Il avait bossé tard hier ses enchantements de guérison et il n'avait aucune envie de se lever. Pourtant ce n'est pas comme s'il n'aimait pas son job. Mais parfois, on a envie de rester au lit, c'est humain.

« Dégage Erwan! », maugréa-t-il en balançant un des oreillers, loupant évidement son coup.

« Pour info, je te signale que dans ½ heures, il faut qu'on soit à Ste Mangouste. »

Le temps que l'information arrive jusqu'à son cerveau embrumé, Erwan était sorti de sa chambre en laissant la porte grande ouverte, ce dont il avait horreur.
½ heures!?!?!? Will sortit la tête de sous l'oreiller, jeta un rapide coup d'oeil à son réveil pour être sûr que son coloc' ne se soit pas joué de lui, puis bondit du lit sans demander son reste. Shit! Il était vraiment à côté de la plaque. Heureusement qu'Erwan était venu le réveiller. Et encore...quand ils n'étaient pas dans le même appart', il arrivait à l'ex-Poufsouffle de se faire réveiller par un coup de fil du roumain. C'est sympa un réveil humain! Sauf que c'est bruyant...

Après un passage par la douche, il s'habilla à la va-vite et dû s'y reprendre à deux fois pour enfiler son jean. Qui avait eu l'idée de le mettre à l'envers?
Enfilant sa veste d'une main, il avait dans l'autre une tasse de café et un toast dans la bouche. Heureusement pour lui, Erwan n'avait pas tout mangé. Lui qui aimait prendre son temps pour se préparer un bon petit déjeuner...bah il n'avait pas le temps ce matin. Regard rapide sur sa montre: 5h52. Oui oui, de matin. Ils prenaient tout les deux leur service à 6 heures ce matin, et ils avaient intérêt à être là à l'heure dite. Il reposa vivement sa tasse. Pour une fois, il ne s'était pas brûlé la langue. Il avala son toast, en pris un autre par gourmandise puis enfila correctement sa veste, cette dernière étant mal mise.
Il suivit ensuite son pote et en s'étant assuré que personne n'était dans les environs, ils transplanèrent , direction Ste Mangouste.


- 6 heures plus tard -

Depuis 6h du matin, ils étaient sur le pied de guerre. Enfin...façon de parler. Disons qu'ils n'avaient pas eu le temps de se poser. Ils étaient aux urgences aujourd'hui. Bizarrement, alors que William était le genre à être souvent à côté de la plaque, au boulot, c'était tout le contraire. Il était bosseur, à l'écoute et il s'investissait vraiment à fond. C'est à croire qu'il laissait le William rêveur aux portes de l'hôpital. C'était un peu ça. A force, Erwan y était habitué. D'ailleurs, lorsque midi avait sonné, ce dernier était venu le chercher pour qu'ils se fassent une pause casse-croûte à la cafète de Ste Mangouste. Après avoir signé la fiche de sortie d'un patient, il suivit son pote et ils discutèrent de leur matinée. Installés à une table ronde, leur plateau devant eux, William avait super faim. A croire qu'il n'avait pas mangé depuis une semaine. En même temps, l'ex-Poufsouffle est un bon vivant. Ce qu'il préfère? Les sucreries évidement! Sa part de tarte aux pommes avalée et sa crème brûlée dévorée, il avait sorti un paquet de bonbons de chez Honeyduckes et l'avait posé sur la table pour qu'Erwan puisse lui aussi se servir. Alors qu'ils discutaient tranquille, leur « biper » respectif se mirent à sonner simultanément. Ah...bah ils étaient visiblement appelés aux urgences.

Il y avait deux patientes. Une blonde et une brune. Evidement, comme William s'en était douté, son pote avait opté pour la blonde éveillée. Résultat, lui se retrouvait avec la brune endormie. Il haussa les épaules. L'infirmière avait déjà rempli les papiers d'entrée. Avant de la voir, il demanda à ce qu'elle soit transférée dans une chambre individuelle. Ce n'était pas un cas prioritaire, mais si sa jambe était vraiment cassée, l'hôpital serait obligé de la garder en observation le temps que ça se remette. La douleur avait due être flagrante -en même temps, on se ne casse pas la jambe tout les jours- et elle s'était assoupie. William jeta un oeil sur la fiche de renseignements pendant qu'on transferait la jeune femme dans une chambre en trauma. Mlle Marks, c'était ce qui était noté sur la feuille qu'il avait sous le nez, avait fait une chute dans des escaliers. D'où sa jambe cassée!

Quelques minutes après, une infirmière vint le prévenir que sa patiente était enfin réveillée. Il la remercia et se mit aussitôt en marche. Pénétrant dans la chambre qu'occupait la jolie brune -oui, ce détail n'ayant pas échapper au jeune homme-, il arborait un sourire aux lèvres, prêt à faire son boulot.


« Bonjour Mlle Marks, je suis le docteur Harris », se présenta-t-il poliment avant de jeter un rapide coup d'oeil au bloc qu'il tenait sous le bras.

Il porta ensuite intérêt à la jambe de la jeune femme. Effectivement, à première vue, la jambe avait l'air bien amochée. Il posa son bloc sur la table de chevet. Au moins, ce n'était pas une blessure ouverte. Elle n'aurait donc pas de cicatrice. Il passa délicatement sa main sous la jambe de la jeune femme, tenant son genou fermement pour ne pas qu'elle ne fasse de mouvement qui pourrait aggraver les choses. Malgré la douceur dont il avait fait preuve, le visage de la jolie brune se crispa. Il fit attention en reposant la jambe cassée après avoir terminé son examen
.

« Une infirmière vous a administré un calmant qui ne devrait pas tarder à faire effet. » précisa-t-il devant la grimace de Mlle Marks.

Il nota quelque chose sur le bloc qui ne le quittait jamais lorsqu'il bossait à Ste Mangouste.


« Comment vous-êtes vous blessée? » demanda-t-il d'un ton neutre.

Evidement, il en connaissait la réponse, mais il préférait que la jeune femme s'exprime à voix haute. Il verrait ensuite les mesures médicales qu'il prendrait par la suite.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Indépendant

Parchemins : 591
Âge : 28 ans
Actuellement : Gérante de 4Dreams


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lydie

MessageSujet: Re: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   Dim 31 Jan - 22:29

Franchement, c’était la poisse quand même, la jeune femme aurait du avoir son jour de gloire aujourd’hui, c’était sa journée à elle ! Mais voila, il fallait que le destin en décide autrement, parce oui, pour Lena tout était écrit d’avance, si ce n’était pas ton, bah c’est que c’était écrit et puis c’est tout, et en même temps, l’idée de se dire que sa vie était écrite depuis le début, bah ça la déprimé un peu, elle qui aimait tan sa liberté, faire ce qu’elle veut, quand elle veut et ou elle le veut. Bref, un vrai cas cette fille, jamais sure de ce qu’elle veut, ni de ce qu’elle pense. Seulement aujourd’hui, une chose était sure, c’est que sa jambe était hors d’usage, et que pour défilé, il fallait deux jambes. Une autre chose était certaine, c’est qu’elle allait tuer Lyvie de ses propres mains, parce que un coup pareil, ça se pardonne pas, même l’ancienne serpentard n’aurait pas fait une chose pareille, ou du moins, c’est ce qu’elle pensait sur le moment, mais si il fallait le mettre en pratique, ça serait autre chose…

Maintenant qu’elle était à l’hôpital, elle ne pouvait pas faire grand-chose si ce n’est d’attendre et de rêver à ce qu’aurait été le défilé si elle avait été sur le podium au lieu d’être allongé la sur un lit à attendre que le médecin arrive. Elle aurait été tellement sublime dans la robe de marié, mais la seule chose qui la faisait sourire, c’est que comme elle avait des mensurations presque parfaite, et que la robe avait été sur mesure, la demoiselle responsable de sa chute ne pourrait jamais enfiler sa robe. C’était positif quand même, après si c’était une autre fille, ce n’est pas bien grave tant que ce n’est pas Lyvie. Son estomac se mit à rappeler qu’il était toujours et en général ça n’indiquait rien de très bon… Une Léna qui a faim, ce n’est jamais une bonne chose. Néanmoins, comme elle avait déjà lu que manger avant de recevoir un truc anesthésiant ou quelque chose dans ce genre la rendait malade, elle prit son mal en patience, et attendit sagement que quelqu’un arrive. Elle hésitait à changer de position, le fait d’être sur le dos, elle n’aimait pas vraiment, mais des qu’elle remuait un peu, la douleur lançait à nouveau, affichant ainsi une nouvelle grimace sur son visage.

La jeune femme regardait dehors, le temps semblait s’éclaircir, le gros nuage semblait avoir filé un peu plus loin, laissant le soleil se montrer. C’est à se moment la qu’elle sursauta légèrement en entendant la porte de sa chambre s’ouvrir. Le docteur se présenta poliment à la jeune fille qui se tourna vers lui, cherchant à se redresser légèrement, mais ça lui faisait tellement mal qu’elle n’insista pas plus que cela.


« Bonjour Docteur, désolée d’interrompre votre pause déjeuné » dit-elle en souriant légèrement

Au moins, il avait pu manger lui ! Mais bon, elle n’avait qu’a pas tombé dans les escaliers… comme si elle l’avait fait exprès… Pendant que le médecin faisait ses manipulations sur la jambe de la jeune femme, celle-ci ne put ignorer le charme du docteur Harris. Il avait un parfum qui fut capturé par son odorat et qui plaisait beaucoup à la jeune femme. Lena apprécia également la douceur avec laquelle il regarda la jambe. Finalement, le destin faisait peut-être bien les choses, mais quand même une jambe cassé, il aurait pu trouver autre chose… C’était la première fois qu’elle se blessait de cette manière, jamais de membres cassés ou autres, d’habitude, elle se cognait bêtement et c’était tout, mais bon, il faut bien un début à tout. Le praticien lui annonça qu’on lui avait administré un calmant, mais il faudrait attendre qu’il fasse effet.


« J’espère que c’est rapide à agir, parce que ça fait vraiment très mal… C’est ma première fracture et ce genre de douleur, très peu pour moi… »

La jeune femme essaya de ne pas trop grimacer mais elle avait limite les larmes aux yeux, il faut dire aussi qu’elle était un peu douillette par moment et que par conséquent, elle laissait un peu trop la douleur prendre le dessus sur elle. Lena regarda le médecin prendre des notes, puis il lui demanda comment elle s’était blesser, la c’est sur qu’elle allait passer pour une idiote…

« Et bien, je suis tombée dans les escaliers, enfin, je soupçonne que se soit fait exprès, mais me voila bloquée ici alors que je pourrais être en train de défilé dans une robe magnifique. A la place, je suis dans une chambre d’hôpital avec une robe dont je me serais bien passée… sans parler de la douleur que j’ai, du bleu qui va rester quelques temps, ce n’est pas ma journée… »

Bon, il y avait du positif quand même, elle avait un charmant médecin qui s’occupait d’elle, mais quand même, si on pesait le pour et le contre, la balance aurait tendance à pencher un peu trop du coté négatif…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   Lun 1 Fév - 2:26

Lorsqu'elle le salua, il trouva plutôt drôle qu'elle fasse de l'humour malgré sa blessure. Au moins, elle n'était pas une des ces patientes un peu trop chiantes, voulant absolument sortir de l'hôpital parce que soit disant, elles détestaient les « hôpitaux ». Lui, il ne comprenait pas pourquoi. Il aimait chaque recoins de cet endroit. Jusqu'à cette odeur typique de produits aseptisants qui flottait dans les couloirs. Dès qu'il franchissait les portes de Ste Mangouste, il avait l'impression d'être chez lui. Après, il pouvait concevoir que ceux qui n'évoluaient pas dans son milieu n'aient pas envie de traîner dans un établissement médical. Pour certains, des endroits pareils étaient synonymes de mort. William au contraire les considéraient comme des lieux de guérison et d'espoir.

En tout cas, elle n'avait rien interrompu. A part peut-être une dégustation de sucreries made in Honeyduckes, mais il aurait bien l'occasion de se rattraper. Ce n'est pas comme s'il n'était pas un adepte. Encore heureux, il pouvait manger autant qu'il le voulait, il ne prenait jamais un seul poil de graisse. Merci qui? Aux parents pour ne pas lui avoir filé des chromosomes merdiques. Bon, en même temps, il était sportif à la base ce qui ne gâchait rien.

Mlle Marks lui fit par du fait qu'il s'agissait de sa première fracture et c'était pourquoi elle avait du mal à supporter la douleur. Pour être sûr de ce qu'il avançait, il regarda sa montre avant de lui répondre. Oui, le produit ne mettrait plus longtemps à agir.


« Il agit déjà sur votre organisme. Dans moins d'un quart d'heure, votre douleur sera totalement anesthésiée. A partir de ce moment-là, je pourrai vous administrer la potion adéquate pour remettre votre os en place. » expliqua-t-il d'un ton tout à fait professionnel mais rassurant à la fois.

Une des caractéristiques du jeune étudiant en médicomagie, c'était qu'il était doux et patient avec ceux dont il avait la responsabilité. Il prenait son métier au sérieux. C'était un véritable engagement. Il se souvenait qu'il passait parfois des heures à parler de leurs projets respectifs Ana et lui. Elle, souhaitant travailler pour son pays, et lui, venir en aide aux gens et soulager leurs douleurs. Il n'avait pas choisi cette voie par hasard. Il ne s'était pas levé un matin en disant « Tiens, je me verrais bien médicomage! ». Pas du tout! Il y avait songé dès ses premières années à Poudlard. Ce n'était pas un métier parmi tant d'autres, mais une vocation pour l'ex-Poufsouffle. Une aspiration qu'il était enfin en train de réaliser. Alors pour cela, il bossait dur. Il savait qu'il avait des facilités. Il avait dû s'investir à Poudlard pour ne pas s'asseoir sur ses lauriers à ne rien faire. C'est simple quand on y songe d'avoir de bonnes notes en ne faisant qu'écouter en classe. Mais pour obtenir d'excellentes notes, il avait dû aussi bosser le soir dans la Salle Commune des Poufsouffles ou à la Bibliothèque. Rêveur à la base, il mettait de côté ce critère de sa personnalité durant ses périodes de travail intensif. Du coup, il avait pris le coup de main dès sa deuxième année et n'avait jamais lâché le fil depuis. Et il avait bien fait puisqu'il avait décroché des Optimals à tous ses ASPIC sauf en divination où il n'avait jamais rien compris. De toute façon, ça ne lui aurait jamais servi à rien dans son actuel job. Alors il ne s'y était pas réellement investi. Les Soins aux Créatures Magiques, la Botanique et les Potions avaient été ses cours préférés car directement en relation avec ses projets professionnels.

Il était en train de cocher une nouvelle case sur le bloc lorsque sa patiente entreprit de répondre à sa question et donc de lui expliquer comment elle s'était blessée. Il avait noté les larmes aux bords de ses yeux. Et si à cet instant il avait pu accélérer le processus de l'anesthésiant, il l'aurait fait sans problème. Il n'aimait pas voir ses patients souffrir. Quel médicomage aimait ça de toute façon? Mais si William n'était pas prêt à faire face à ce genre de « désagréments », autant qu'il change tout de suite de métier. Heureusement, bien qu'il ne soit pas insensible, il avait les épaules assez larges. Il avait juste du mal à bosser dans le service pédiatrique de l'hôpital. Les cas étaient parfois compliqués, douloureux psychologiquement et il fallait garder ses distances, comme tout bon professionnel. Alors pour lui, une jambe cassée, ça n'avait rien de dramatique. C'était la routine!

Ainsi donc, son accident ne serait pas si accidentel que ça...Et vu qu'elle parlait de défilés, le seul univers qui lui venait à l'esprit était celui de la mode. Et donc du mannequinat. Il ne put s'empêcher de laisser son regard vagabonder l'espace d'un instant sur les formes harmonieuses de la jeune femme. Certes, il se doutait que la robe d'origine devait être mille fois mieux. Beaucoup plus seyante aussi. En même temps, celle que Mlle Marks portait à cet instant avait ses avantages. Elle était courte et elle était nue dessous. Enfin, du moins ne portait-elle que le strict minimum. Se remettant les idées en place, il reprit la parole sans donner son opinion sur la chute non accidentelle. Il était étudiant en médicomagie, il n'avait pas à donner son opinion sur le sujet.


« Vous aurez sûrement une autre occasion de défiler, je n'en doute pas. Pour le moment, il est important de soigner cette fracture. Vous devriez ressentir les premiers effets du calmant à présent. Le bleu n'est qu'esthétique, mais si vous y tenez, après la remise de votre fracture, je pourrais le faire disparaître partiellement pour qu'il soit moins visible jusqu'à sa disparition totale. »

Il continua sa prise de note afin que l'infirmière par la suite puisse faire convenablement son travail.

« De plus, vous avez eu de la chance. La blessure aurait pu être plus grave. Une fracture ouverte ou bien avoir un traumatisme crânien. » voulant lui montrer que la situation aurait pu être pire.

Cette réflexion s'imposa comme évidence. Évidemment, les infirmières avaient fait leur boulot, mais vu que Mlle Marks s'était endormie, lui pouvait prendre ça comme une perte de connaissance. Il posa son bloc sur la table de chevet et s'approcha de sa patiente, son genou collé au lit.

« Regardez bien ce stylo et suivez de vos yeux sans bouger la tête les mouvements que j'effectuerai avec, s'il vous plaît. » demanda-t-il à la jeune femme.

Après quelques figures basiques, il dû reconnaître qu'elle allait parfaitement bien. Enfin, son crâne n'avait pas été touché. Son « assoupissement » était bien dû à la douleur. Par précaution, il rangea le stylo dans sa blouse et se pencha vers elle, plaçant ses mains de chaque côté de sa tête, tâtonnant avec douceur mais précision les zones qui pouvaient se révéler douloureuses.


« Est-ce que ça vous fait mal quand j'appuie ici? » demanda-t-il en disposant ses doigts dans sa chevelure brune dans une certaine position.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Indépendant

Parchemins : 591
Âge : 28 ans
Actuellement : Gérante de 4Dreams


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lydie

MessageSujet: Re: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   Lun 1 Fév - 14:16

Le fait que l’anesthésie fasse peu à peu son effet la rassurait, parce que ça indiquait également qu’elle pourrait bientôt manger. L’air de rien, la demoiselle avait un appétit monstrueux, et elle avait la chance de pouvoir avaler tout ce qu’elle voulait sans prendre un gramme. Quand on fait attention à sa ligne, c’est bien connu, on prend encore plus de poids, mais de toute façon elle aimait le sport, personne n’avait de problème de poids dans sa famille et elle passait son temps à manger sans faire attention, toute les conditions étaient réunis pour lui permettre de conserver sa ligne. La douleur semblait s’estomper peu à peu, et elle se demandait même si elle allait pouvoir se lever, enfin mauvaise idée dans la mesure où sa jambe était endormie et que la douleur était simplement bloquée, bref, valait mieux pour elle qu’elle reste couchée. La seule chose qui l’angoissa un peu plus, c’est la partie de la phrase ‘remettre votre os en place’, comment allait-il faire ? Y aurait-il un horrible craquement comme on peut le voir parfois dans les films ou séries médicales que la jeune fille regardait un peu trop souvent.

« Je sens ma jambe s’engourdir un peu, c’est normal ? Et comment vous allez la remettre en place ? Quand même pas en la craquant comme j’ai déjà vu dans une série… Désolée des références, mais j’ai un peu peur de ce qui va se passer ensuite, même si vous parvenez à me rassurer… »

Lena ? Trouillarde ? Mais non, c’est juste qu’elle ne voulait pas que quelque chose se passe mal sans qu’elle le sache, et si elle ne pouvait plus marcher ensuite, comment ferait-elle son travail ? Elle savait bien qu’elle ne resterait pas toute sa vie mannequin, surtout que son père n’appréciait pas ce métier, lui qui espérait voir sa fille unique reprendre l’entreprise familiale. La jeune fille avait réussi à s’en tirer avec un compromis du genre qu’elle ferait des photos pour son passe-temps, et qu’a coté de ça, elle chercherait un travail qui lui plait. En plus, elle avait réussi ses examens sans trop de difficultés, parvenant à obtenir des notes Optimales en métamorphose, enchantements et défenses contre les forces du mal, en revanche, la botanique, soins aux créatures magiques et l’arithmancie passèrent de justesse. Malheureusement pour la jeune femme, pas moyen de trouver un métier qui lui convenait, elle avait bien tenté la danse, mais elle laissa rapidement tombé à cause d’un rôle qui aurait dut lui revenir pour un spectacle. Il faut dire qu’elle n’aimait pas beaucoup la concurrence, et se retrouver en compétition quand elle gagnait à la fin, pas de soucis, mais dans le cas contraire, elle préférait aller ailleurs… Pas qu’elle baisser les bras, juste qu’elle estimait ne pas perdre son temps avec des personnes qui ne savent pas voir le talent chez les autres.

Elle avait eu beau retourner le problème dans tout les sens, elle ne savait vraiment pas dans quel branche professionnel elle irait le mieux. Peut-être le stylisme, ou la création, restée dans la mode… Ou alors partir dans les métiers de la nuit, mais la aussi arrivé à un certain âge, les portes se fermeraient autour d’elle, trop vieille… Rien qu’à y penser elle en avait des frissons, elle, vieille, le plus tard possible… Alors il fallait vraiment qu’elle se penche sur son orientation professionnelle, et le fait d’avoir quelques jours devant elle lui permettrait de réaliser qu’elle est faite pour tel ou tel métier. Sans son accident, elle n’aurait peut-être jamais eu ce déclic, c’était finalement un bien pour mal après tout. Le médecin lui annonça qu’elle aura d’autre occasion pour défiler, mais elle ne savait plus si elle en avait vraiment envie, le fait d’avoir laissé sa chance s’échapper l’avait peut-être blessé plus qu’il n’y parait. En plus ce bleu horrible serait la pour lui rappeler pendant plusieurs jours sa chute, sauf si le docteur Harris parvenait à lui faire disparaitre, ce qui dans ce cas serait vraiment fantastique. Les yeux brillants à cause des larmes, mais également de la suggestion du médecin, elle répondit alors avec un grand sourire.


« Vous pouvez vraiment faire disparaitre l’hématome ? Sa serait vraiment génial, ça serait dommage de cacher mes jambes à cause d’un vilain bleu vous ne pensez pas ? »

Avec un air un peu plus inquiet, il souleva un problème auquel elle n’avait pas pensé, un traumatisme crânien, espérons que non… en tout cas, elle n’avait pas de perte de mémoire que se soit à long terme comme sur l’instant présent. Par sécurité il vérifia quand même en lui faisant effectuer quelques mouvements oculaires. Bien sagement elle suivit le style du médecin, se laissant par moment captivé par les yeux de ce dernier. En plus d’être mignon, il avait de beaux yeux… que vouloir de plus ? Il était intelligent puisqu’il faisait de la médecine, bref, le top pour la jeune femme. Le praticien posa alors ses mains sur le crâne de la jeune femme, appuyant sur certaines zones et en lui demandant si elle avait mal à certains endroits. Sur le moment, elle n’avait pas de zone qui faisait réellement mal, mais lorsqu’il toucha l’arrière de sa tête, elle eu un léger crissement, oui, elle avait mal sur cette zone.

« Je pense que dans ma chute, j’ai dut me cogner contre la rampe ou un mur, mais j’ai mal nul pas ailleurs… sauf peut-être pour mon ego, mais bon c’est un autre problème… »

Elle soupira légèrement, laissant le docteur continuer son examen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   Mar 2 Fév - 22:19

Certes, la médecine pouvait faire peur quand on n'y connaissait rien. Sentir qu'on perdait la mobilité d'un membre ou quand on vous parlait de « remettre un os en place » n'était pas du meilleur effet. Voilà pourquoi un médicomage était nécessaire. Il avait plusieurs missions auprès de ses patients, mais la première était de soigner et d'être à l'écoute. Bien évidement, il y avait le fait de sauver des vies, de soulager la douleur, de protéger l'intégrité physique du patient, mais au final, pour William, c'était un ensemble.
Si Mlle Marks avait besoin d'être rassurée, alors il serait là pour elle. Pourquoi pensait-il cela? A cause de ses jolies yeux marrons tirant sur le vert? Oui. Enfin non, ce n'était pas ça. Mais qu'est-ce qu'il racontait? O_o
Le jeune Harris comprenait qu'elle craigne un peu la procédure à suivre. Elle ne semblait pas s'y connaître. Vu son dossier médical, elle ne s'était jamais rien cassée. Donc c'était un peu logique qu'elle appréhende. Pas d'antécédent, donc rien auquel elle puisse se raccrocher. C'était un peu comme faire le grand saut pour la première fois. Tu hésites, tu appréhendes et puis tu plonges.

Niveau culture, la jolie brune l'avait fait sourire. Une série? Alors comme ça elle regardait des séries? Médicales? Elles étaient parfois bien loin de la réalité. Les médecins n'étaient pas tous canons -excepté lui et Erwan- et ils ne sautaient pas sur tout ce qui bougeait -excepté lui et Erwan. Bon d'accord, Erwan et lui auraient pu être de supers acteurs de séries TV. XD
Mais lui ne fantasmait pas sur les infirmières. Enfin pas toutes. Quoi qu'il y avait une super brune d'à peine vingt ans qui lui avait tapé dans l'œil. Mais il hésitait encore. Il savait qu'il n'entamerait de sérieux avec. Il ne fallait pas que la nana ne se fasse de projets sur la comète. Horrifié d'avoir laissé son esprit divagué alors qu'il était en pleine consultation, il revint au présent, prêt à rassurer sa ravissante patiente.


« Ne vous inquiétez pas Mlle Marks, c'est tout à fait normal. C'est l'effet recherché afin que vous ne ressentiez plus la douleur. Si je vous donnais la potion tout de suite, vous auriez souffert le martyr. Nous attendons toujours que le calmant fasse effet. Ainsi, vous aurez moins mal quand la potion agira et ressoudera vos os. Certes, vous aurez mal, mais moins que si nous avions dû le faire au pied levé. Donc aucune pratique manuelle ne sera exercée sur votre jambe, sauf pour s'assurer que tout se passe convenablement. » la rassura-t-il d'un sourire.

Quant à l'hématome, William avait les compétences pour. Il n'y avait rien d'extraordinaire dans ce sortilège. Il était simple à réalisé et enseigné dès le début de la formation en fait. Et ce n'est pas comme si Harris n'avait pas des facilités. Après, tout dépendait de l'hématome. Parfois, c'était plus difficile. Tout dépendait de la chute et de la blessure. Celui de Mlle Marks était tout à fait résorbable. Un coup de baguette et il s'effacerait petit-à-petit sous les yeux de la jeune femme. Le fait qu'il puisse le faire disparaître avait visiblement soulagé la jolie brune. En même temps, même si pour lui un hématome n'était qu'un simple bleu -et donc pas important-, il comprenait que pour une femme, et donc une mannequin de surcroît, cela pose problème au niveau de l'esthétisme. Surtout qu'elle avait de très jolies jambes. Non mais Harris, tu bosses là, t'es pas en boîte.


« Oui, ce n'est pas compliqué. Et bientôt votre jambe gauche redeviendra aussi jolie que la droite. » déclara-t-il comme si de rien n'était.

Il ne mit pas longtemps à se rendre compte que ses propos avaient été déplacés. Eurf...mais qu'est-ce qu'il lui avait pris? O_o Il avait sorti ça en plus sans s'en rendre compte. Le plus naturellement du monde. Après un regard sur la jeune femme, il se remit dans son bloc à prendre des notes. Apparemment, elle n'avait pas été choqué par sa remarque.
Le plus important à cet instant la santé de sa patiente. Si elle entrait ici amochée, il était de son devoir de la voir ressortir en pleine forme. Et sur ses deux jambes. Et même si ce n'était pas pour aujourd'hui, au moins demain elle serait totalement remise. Enfin...si elle n'avait pas de traumatisme crânien.

Elle avait suivi ses recommandations, ses yeux marrons-vert poursuivant la course lente du stylo que William faisait bouger. Plus proche d'elle, il avait une meilleure vue et cette dernière n'était pas inintéressante. Bien au contraire d'ailleurs. Elle avait des traits fins, harmonieux et des lèvres qu'on avait envie d'embrasser. Harris, reprends-toi, t'es à l'hôpital! Et donc, tu es censé bosser! Sa conscience le morigénait copieusement. Oh c'est bon, il ne faisait qu'un constat. Il ne pouvait nier que sa patiente était jolie. Il n'était pas non plus aveugle. Il n'allait pas se voiler la face pour faire plaisir à sa conscience rabat-joie et moralisatrice. Genre, Will il est schizo! XD

Son examen se poursuivant, le parfum de la jeune femme monta jusqu'à lui, et le perturba l'espace d'une seconde ou deux. Son odeur n'était pas entêtante. Léger, un brin fruité, c'était agréable même. Lorsqu'il toucha la zone sensible, il pencha la tête de la mannequin vers l'avant pour avoir une meilleure vue. Il reconnaissait ce qu'il avait déjà perçu de ses doigts: une bosse. Apparemment, elle était des plus banales. Mais après une chute dans des escaliers, il fallait toujours rester vigilant. Il ne touchait plus la bosse pour ne pas faire mal à Lena.
Tiens, et maintenant le voilà qui l'appelait par son prénom. Pendant que tu y es, demande-lui son numéro de téléphone, te gêne pas pour moi. Comme sa conscience commençait sérieusement à les lui hacher menu, il la renvoya bien loin et se consacra à sa ravissante patiente.

Il tâta une nouvelle zone du crâne de Mlle Marks. Ses doigts effleurèrent le cou dénudé de la demoiselle. Il se rapprocha, son visage à hauteur de la joue de la brunette. Un quelconque étranger serait entré au même moment, il en aurait conclu que le docteur ne faisait pas qu'ausculter cette patiente. Comment ça? Ça sous-entend quoi cette remarque? Harris est tout à fait professionnel. Il n'a jamais fait quoi que se soit avec une de ses patientes. Nonmého!

Il relâcha la lourde chevelure brune de la jeune femme, reprit son stylo et son bloc et y fit quelques annotations à l'attention des infirmières et pour conserver des traces pour le dossier, mais il n'avait pas bougé d'un pouce, restant un peu trop proche de Lena Marks.


« Je ne pense pas que ça soit très sérieux. Une bosse seulement. Néanmoins, par prudence, je vous garde en observation cette nuit pour m'assurer que vous n'avez pas de commotion. De toute façon, avec une jambe cassée, vous ne seriez sortie que demain en fin de journée. La potion, après avoir ressoudée vos os, aura un effet soporifique sur vous. L'hôpital ne vous aurait pas laissé sortir. » expliqua-t-il calmement, posément.

En relisant ses toutes dernières notes, il se rendit compte qu'il avait écrit une grosse c***erie.

-Léger œdème arrière-crâne. A surveiller. Peau douce. Parfum fleuri. Demande à la patiente de rester en observation pour la nuit.-

Il prit une mine contrariée. Il avait vraiment l'esprit qui n'en faisait qu'à sa tête. Il ne s'était même pas rendu compte qu'il avait écrit de tels...euh...bah...que...Enfin, mais où avait-il la tête? C'était peut-être ses yeux qui l'avaient distrait en fait? Fronçant des sourcils, il poussa un léger soupir face à son inadvertance. Ça ne lui prenait jamais quand il travaillait en général. Mlle Marks aurait-elle des effets secondaires sur lui?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Indépendant

Parchemins : 591
Âge : 28 ans
Actuellement : Gérante de 4Dreams


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lydie

MessageSujet: Re: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   Mer 3 Fév - 15:09

Si on lui avait dit que se casser une jambe était aussi douloureux, elle ne serait pas tombée dans les escaliers. Bon bien sur, c’était facile à dire, et en plus, ce n’est pas elle qui s’est jeté au milieu des marches, mais juste une fille qui l’avait bousculée. Franchement, si elle avait pensé un seul instant finir sa journée à l’hôpital, elle serait resté au chaud dans son lit, à l’abri de tout soucis, libre de faire ce qu’elle voulait ce jour la. Bon, tout n’était pas aussi noir non plus, elle avait quand même la chance d’avoir un médecin qui la rassurait du mieux qu’il pouvait et qui était très mignon en plus. En fin de compte, ça aurait pu être bien pire… une fracture ouverte, des points de suture, un plâtre, ou des tas d’autres choses horrible qui pouvaient se produire dans une de ces séries. Elle avait de la chance quand même, parce qu’on n’était pas dans un film, mais dans la vie réelle, où les médecins soignent les gens, et que sa blessure n’avait pas besoin de plâtre ou quelque chose dans ce genre là. Une potion, et le tour serait joué, que vouloir de plus ? Dormir dans son lit à elle ? Avec ses nuisettes à la place de cette robe d’hôpital, bon ce n’était que des détails, elle n’allait pas passer sa vie à Sainte Mangouste, une nuit, ce n’est pas la mer à boire quand même… juste une potion quoi.

N’empêche que la jeune femme n’aimait pas les hôpitaux, c’était bizarre de se dire qu’il y avait des gens qui mourraient, d’autres qui naissaient ici, et elle, bah elle était juste de passage le temps de remettre sa jambe correctement. Travailler en hôpital ? Euh… pas vraiment, à la limite à l’accueil, de manière à recevoir les gens, les appels, les gestions de dossiers, rien de vraiment médical en faite, parce que voir du sang, ce n’était même pas la peine… Son sang à elle, ça passait, mais limite… mais celui des autres, elle en avait de terribles nausées. D’un autre coté, elle pourrait côtoyer les médecins toute la journée, et si ils étaient tous aussi charmant que le docteur Harris il faudrait vraiment que Léna se décide à travailler dans ce milieu. Oui, mais il y avait le sang… hum… quel choix difficile à faire… Tant qu’elle parvenait à éviter les salles d’opérations etc.… elle pourrait voir les médecins autant qu’elle le souhaite, bref, ça serait une idée à exploiter, mais pour le moment, l’impression de ne plus sentir sa jambe la paniquait à nouveau.


« Bon, si vous dîtes que c’est normal, je vous crois, vous savez ce que vous faîtes après tout… C’est vous le médecin. » Répondit elle en souriant.

Lorsqu’il ajouta qu’il n’y aurait aucune pratique manuelle de faites, elle se mordilla les lèvres comme pour retenir un sourire. Zut, il ne comptait pas la toucher à nouveau, du moins le temps que la potion fasse son effet. Si tout se déroulait normalement, il n’aurait qu’à surveiller la solidification de son os. Léna se laissa retombé un peu sur le coussin, espérant vraiment que tout se passe pour le mieux, après tout, on est jamais à l’abri d’un souci de dernière minute. Son regard retomba à nouveau sur son bleu, parce que voila, on ne pouvait pas faire comme si on ne le voyait pas, mais les dernières paroles du médecin résonnaient encore dans sa tête. Son bleu était tout à fait soignable, elle pourrait rapidement sauter dans une jupe sans qu’on ne se doute ne serait-ce qu’une seconde qu’elle avait un hématome juste à cet endroit. Bon maintenant, elle ne compter pas retourner défiler tout de suite non plus, elle comptait bien en profiter pour se reposer un peu, parce que si la potion qui ressoude les os était douloureuse, elle n’allait pas pouvoir dormir énormément, ou alors, elle avait un effet soporifique à la fois, bref, elle verrait bien de toute façon. Le docteur Harris venait tout juste de lui confirmer que sa jambe redeviendrait aussi jolie que sa voisine, d’ailleurs, la façon dont il avait formulé ça avait faire sourire une nouvelle fois la jeune femme. Certes, elle lui tendait des perches, mais les compliments, même si ils sont dits sans s’en rendre compte, sont toujours bons à entendre non ?

« Je compte sur vous pour qu’il n’y ai plus aucune traces alors, ma carrière repose sur vos épaules, donc, je vous fais confiance et j’espère que mes jambes seront comme neuves. »

Vint alors la possibilité qu’elle ait un traumatisme crânien, c’est vrai qu’elle avait mal au crane, mais rien de vraiment perturbant, du moins, jusqu’à ce qu’il ne décide de vérifier en lui faisant suivre son stylo. Les mouvements ne furent pas bien compliqués, ce qui était le plus difficile c’était de rester concentrés sur le stylo et pas sur les yeux du charmant docteur juste derrière. A plusieurs reprises, elle se disait à elle-même qu’il était médecin, qu’il était qu’un de sérieux, qu’elle devait juste suivre le stylo, rien de plus… Allez Léna, tu peux le faire… Lorsque l’examen fut fini, c’était le soulagement, elle ferma les yeux quelques secondes, le temps de se remettre les idées en place, sauf que même les yeux fermés, le visage du docteur était toujours présent. Le docteur commença ces manipulations sur son crâne, Léna le laissait faire sans opposer de résistance, après tout, il ne voulait que vérifier si tout allait bien. Malgré ça, elle sentait la tête du docteur se rapprocher de la sienne… Mais que faisait-il ? Ca faisait parti de l’examen ? Pour une première visite, elle n’avait pas vraiment de possibilité de comparer avec quoi que se soit qu’on lui ait raconté ou autre… Le parfum du docteur arriva jusqu’à son nez, il sentait bon, très bon, mais elle n’aurait pas su dire de quoi il était composé, pourtant, niveau parfum de garçon, la jeune femme en connaissait un rayon… Peut-être une nouveauté, mais elle planait peu à peu… ou alors c’était le calmant qui donnait cette effet ? Elle ne savait plus très bien ou elle en était. De plus, elle frissonna légèrement lorsqu’il effleura sa nuque, elle était très sensible au niveau de son cou, et en général, ne se faisait pas prier pour avoir droit à quelques baisers déposé dans sa nuque. Mais la, ce n’était pas vraiment l’endroit pour avoir droit à cette requête. De plus, le médecin reprit la parole, lui annonçant qu’il n’y avait rien de grave, mais qu’elle devrait rester une nuit à l’hôpital, la potion ayant bien des effets soporifiques, et par sécurité pour elle, il valait mieux qu’elle reste en observation.

« Je vais vraiment devoir rester ici cette nuit ? Toute seule dans cette grande chambre en plus ? Je n’ai pas d’affaires de toilettes pour demain, comment je vais faire ? »

Elle n’avait pas réalisé que le médecin était encore à coté d’elle, ce n’est que lorsqu’elle se tourne vers lui qu’elle réalisa qu’il était à quelques centimètres de son visage, la, en elle, plusieurs voix résonnèrent d’un coup, il y avait celles qui lui disaient : Embrasse-le, il est juste la, profites en ! D’autres qui lui soufflaient plutôt, recule, et fait semblant de rien… Enfin, elle préféra rester immobile, n’osant pas bouger pour ne pas pousser le docteur pendant que celui-ci prenait des notes. Sauf que, lorsque celle ci voulu remettre correctement son oreiller, elle se tourna pour le placer comme elle le voulait, sans réaliser qu’elle était aussi proche du bord, Léna perdit alors l’équilibre et n’ayant pas de possibilité de se rattraper, elle pria fortement à ce qu’un miracle se produise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   Sam 20 Fév - 4:32

[HS: Excuse-moi pour le retard, j'ai peu de temps pour moi dernièrement.]


Quel est le patient le plus difficile pour un médecin? Un peu trop peut-être... Celui qui refuse de se faire soigner. Celui qui veut de la morphine toutes les heures. Le camé du coin qui simule des douleurs abdominales pour avoir ses calmants (cf Siegfried). L'enfant difficile qui hurle alors qu'on ne l'a pas encore touché. La ravissante patiente qui vous perturbe plus qu'elle ne devrait. Et étrangement, alors que William était des plus professionnels à son travail, ici, il semblait avoir quelques petites absences. Rien de bien méchant, mais plutôt déconcertant en fait. Ce n'est pas comme s'il n'était pas tête en l'air...mais il se métamorphosait dès qu'il franchissait les portes de Ste Mangouste.
Le jeune homme reporta son attention sur sa feuille de soins. Sa plume prit l'initiative d'effacer ses moments d'égarements. Ce n'était pas le moment de se faire remarquer. Il ne préférait même pas imaginer la tête de l'infirmière si elle tombait sur ses divagations. La nouvelle ferait très vite le tour de l'établissement et Erwan comme d'autres confrères, ne se priveraient pas le charrier dans les couloirs de l'hôpital. Il n'avait vraiment pas besoin de ça.

Il est vrai que les blouses blanches que Ste Mangouste octroyait à ses patients n'étaient pas toujours des plus saillantes. Mais il ne pouvait nier qu'il y avait un certain avantage. Où ça? Elles étaient courtes! Aaaah...ouais, ça c'était cool. Courtes et ouvertes derrière. Bon, il y avait bien un ou deux lacets dans le dos, mais il était bien placé pour savoir que les blouses laissaient voir bien plus que la décence ne l'acceptait. Redressée sur son lit, la jeune femme n'offrait pas la vue souhaitée...Comment ça la vue souhaitée? Il chassa cette image de sa tête, agacé par son esprit traître. Il ne devait pas avoir de telles pensées alors qu'il était en train de bosser. Après une rapide vérification de ses notes, s'assurant que les propos déplacés ayant bien été effacés, il posa le bloc sur la table de chevet.
Il était préférable de ne pas divaguer de nouveau. Ca serait bête d'écrire « jolie brune aux yeux de biche » ou encore « on devine un corps de rêve sous sa blouse ». William n'était pas prêt à recommencer.

Se reprenant, il se concentra de nouveau sur sa patiente mais tout en étant le plus professionnel qui soit. Il comprenait ce sentiment d'impuissance de la jeune femme face à sa jambe inerte. Ne plus la sentir, comme si on avait été amputé. C'était limite angoissant. Encore heureux, elle pouvait la voir. Elle l'avait sous les yeux sa jambe. C'était un moyen comme un autre de sa rassurer. Le calmant faisait effet à présent. Totalement effet. C'était rapide. Il ne lui avait fallu qu'une petite quinzaine de minutes. Ainsi, Mlle Marks n'aurait pas à souffrir plus. Enfin...pour le moment. Lorsqu'elle aurait pris la potion, il n'en serait peut-être pas de même. Il voulait tout de même lui laisser un peu de temps avant de la lui donner. Parce qu'après, ça ne serait pas très plaisant. Ressouder une jambe n'est pas une partie de plaisir. En même temps, il y a pire. Il pourrait toujours lui dire ça quand elle commencerait à se plaindre de la douleur. Evidement, il n'allait pas rester là à lui tenir la main. Ca allait être un peu long. Mais étant son médecin, il passerait la voir de temps à autre si besoin est.

Sa carrière reposait sur ses épaules?! Eurf...c'est plutôt une drôle de pression ça. Bon...en y réfléchissant bien, il était sûr de lui. La potion passerait comme une lettre à la poste. Bon, évidement, la jolie Marks devrait rester immobile et ne pas tenter de se lever, mais sinon, ça devrait aller. En même temps, le calmant était fait en sorte pour qu'elle ne puisse pas la bouger. Pour appuyer ses propos, il se pencha vers la jambe abîmée de sa patiente et commença à la tâtonner avec la plus grand précaution même s'il savait qu'elle ne sentirait rien. Ou du moins, aucune douleur. Le calmant agissait de manière étrange. Rien à voir avec les calmants ou anesthésiants moldus. Sa jambe était insensible à la douleur, mais Léna pouvait très bien sentir les mains de William sur sa peau, mais elle n'en ressentirait aucune gêne.


«Votre jambe est insensible à la douleur à présent, ce qui est normal. Le calmant n'agit que sur la zone sensible. Certes, ressouder l'os de votre jambe ne sera pas très agréable, mais il y aura des moments où l'effet soporifique de la potion vous permettra de vous reposer plus ou moins. Rassurez-vous, lorsque vous sortirez demain, elle sera comme neuve et vous ne garderez aucune séquelle. » ajouta-t-il pour la rassurer.

C'était son job! Soigner certes, mais être à l'écoute et rassurer ses patients aussi.
Et si cette jolie patiente était au final une infirmière, il aurait sûrement fantasmé dessus à chacun de ses passages dans les couloirs de l'hôpital. Il aurait peut-être même tenté quelque chose en fait. Bon, il est vrai qu'il ne mélangeait pas travail et plaisir, mais pour cette femme-là, il aurait sûrement fait une exception. Mais la question ne se posait pas vu que Mlle Marks était sa patiente.
Très jolie sourire en tout cas. Rooh, il devait vraiment arrêter ça. Pourquoi il n'arrivait pas à rester sérieux. Extérieurement, heureusement, il restait pro. Mais alors son cerveau avait décidé de le rendre marteau. Il aurait peut-être dû opter pour la blonde. Comment ça la blonde? Bah oui, la patiente pour laquelle Erwan avait opté. En même temps, son pote ne lui avait pas laissé le temps de dire ou faire quoi que se soit. Une blonde dans les parages, et vous pouviez être sûr qu'elle était pour le roumain. Lui, ça ne le dérangeait pas le moins du monde puisque dernièrement, les blondes, il les fuyait. Il consommait de tout et à outrance, sauf les belles blondes aux yeux verts et aux jambes interminables. L'image d'Ana' s'imposa alors à lui et il sentit son coeur se serrer. Il détestait cette émotion douloureuse. Certes, il avait avancé depuis leur rupture, mais il ne pouvait effacer ces dernières années d'un coup de baguette magique. Il avait été raide dingue de cette fille. La chute n'en avait été que plus douloureuse.

Il chassa son ex de sa tête. Elle n'avait aucunement le droit de venir le perturber en plein travail. De plus, ce n'était vraiment pas le moment vu que sa patiente lui posait à présent quelques questions...très intéressantes. Un sourire naquit sur ses lèvres, amusé de ses propos. On aurait dit une petite fille.


« Pour votre sécurité (il parlait du possible traumatisme crânien) et le soin apporté à votre jambe, je préfèrerai en effet que vous restiez ici cette nuit. Et puis vous ne serez pas seule. Je serai de service, je passerai donc voir comment ça se passe. » avoua le jeune apprenti-médicomage.

Pour en revenir à un sujet plus personnel pour la jeune femme, il reprit la parole.


« Auriez-vous de la famille ou des amis en ville que vous pourriez contacter? L'un d'eux pourrait alors vous ramener ce dont vous avez besoin. Sinon, pour des urgences comme la vôtre, l'hôpital a le nécessaire qu'il faut pour faire face à ce genre de désagrément. Il me faut juste contacter le service la veille de votre sortie et tout sera prêt. » lui expliqua-t-il posément.

Il reprit son bloc, notant sur ce dernier que la patiente de la chambre B79 aurait besoin du service adéquat en ce qui concernait les affaires de toilettes de la jolie demoiselle. Il reposa le bloc à temps puisque dans les secondes qui suivirent, il vit sa patiente...basculer...dans le vide. Cette fois-ci, William n'avait absolument pas la tête ailleurs. Réagissant au quart de tour, il l'avait rattrapé avant qu'elle se s'affale par terre de tout son long et ne se fasse encore plus mal. Alors évidement, pas le temps de calculer l'angle du rattrapage en question dans la précipitation, alors bah...William était en train de se rendre compte qu'une de ses mains était directement posée sur les fesses de la jeune femme. Eurf...c'était un peu gênant, mais au moins, elle était en sécurité. La tenant fermement dans ses bras, collée contre son torse, il était soulagé qu'elle n'ait pas touché le sol. Son visage à quelques centimètres du sien, il eut un instant d'hésitation, se demandant s'il oserait se laisser tenter par ses lèvres. Son parfum lui chatouillant légèrement les narines et William dû faire appel à sa conscience et son professionnalisme pour ne pas aller contre l'éthique de sa profession.

Il la reposa doucement sur le lit d'hôpital, préservant sa jambe abîmée. Sa main faillit rester coincer sous le tentant petit postérieur de sa patiente, mais il prit garde de ne pas se la jouer « main baladeuse ». Surtout pas au travail!


« Tout va bien? » s'informa-t-il par précaution.

On ne savait jamais. Normalement, sa jambe étant comme anesthésiée, elle ne devrait pas avoir de quelconque douleur, mais il préférait s'en assurer.
Il savait pourquoi elle avait été déséquilibré. Elle avait tenté de remettre son oreiller, mais manque de chance...elle avait échoué.


« Je vais vous aider à remettre votre oreiller convenablement.» confia-t-il alors qu'il se penchait de nouveau vers la jolie brune, rapprochant dangereusement son visage du sien. « Il ne faut pas hésiter à demander... » fit-il un petit sourire en coin, accrochant alors le regard vert-noisette de la jolie brune.

Gloups!...Trop proche.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Indépendant

Parchemins : 591
Âge : 28 ans
Actuellement : Gérante de 4Dreams


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lydie

MessageSujet: Re: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   Jeu 25 Fév - 22:52

[HS : Pas de soucis, tu prends le temps qu'il te faut Wink Je suis pas pressée]

C’est dans des moments comme ça qu’elle se sentait un peu seule, elle savait que ses parents étaient quelques part sur le globe, mais ou exactement, c’était la question. Depuis que leur unique fille avait pris son indépendance, et bien ils s’autorisaient à faire le tour du monde sans laisser de nouvelles à cette dernière. Elle ne pourrait même pas les joindre si elle le voulait, et puis de toute façon, elle ne voulait pas les déranger… Cela n’empêche que niveau famille, c’était le silence radio, et que ses amis, et bien, elle ne savait pas comment les contacter dans l’immédiat… De toute façon, elle n’était la que pour une nuit, donc ce n’était pas comme si elle vivait avec quelqu’un et qu’elle devait le prévenir. De plus, elle ne serait pas vraiment seule, le docteur Harris passerait la voir, donc c’était génial, au moins, elle pourrait parler avec lui, ou juste dormir, pas avec lui hein ! Enfin, ça ne la dérangerait pas, elle ne serait pas inquiète etc.… Fin pour le moment, seul sa jambe la stressait et les paroles du jeune médecin la rassurait bien plus qu’elle ne l’aurait cru. En même temps, ça fait quand même un petit moment qu’elle l’embêtait avec sa jambe alors qu’à écouter le praticien, ce n’était pas bien compliqué et rien de très affolant.

D’ailleurs, elle trouvait son médecin très à l’écoute, et elle appréciait cela, peut-être aussi parce qu’elle n’avait pas l’habitude des hôpitaux et donc, il faisait attention à ce qu’elle en garde un bon souvenir, pour le moment, c’était le cas en tout cas, de charmant médecin à l’écoute de leur patient, et puis, il faut reconnaître qu’il était quand même très mignon , que finalement, si elle ne s’était pas cassé la jambe, bah elle ne serait jamais douté qu’il y avait de si bels hommes dans un hôpital. Elle qui était habituée au mannequin, finalement, il y a des personnes très bien aussi en dehors du milieu de la mode. Il fallait vraiment qu’elle sorte de ce milieu, parce qu’à force de vivre dans ce cocon, elle devenait de plus en plus égoïste et seule, et ce n’était pas vraiment ce qu’elle voulait non plus… D’ailleurs, elle ne savait pas ce qu’elle voulait, c’était vraiment compliqué parfois, elle n’avait pas de soucis avant sa chute dans les escaliers et le fait qu’elle se retourne le cerveau de la sorte lui montrait que tout allait bien, comme l’avait déjà dit le médecin un peu plus tôt… bon ok, elle avait une bosse, mais rien d’autres, donc ce trouble n’en n’était pas vraiment un… peut-être devrait-elle se prendre des vacances, se vider la tête, tout mettre à plat et réfléchir à ce qu’elle voulait faire de sa vie. En voila une idée, elle allait surement faire ça, se prendre quelques jours de vacances avec un ami, et puis se dorer la pilule au soleil, tranquillement, ça ne pourrait lui faire que du bien, et peut-être parviendrait-elle a prendre du recul sur elle-même… Bon ça, c’était moins sur, mais on pouvait toujours espérer…

Bref, absorbée par les paroles du docteur, la jeune femme retint simplement qu’elle aurait des somnolences suite à la potion, qu’elle pourrait dormir même si la calcification de sa jambe ne serait pas de tout repos. Tant qu’elle pourrait remarquer ensuite et défilé, elle était prête à endurer cela. Et puis, il lui avait quand même endormie la jambe, don c elle ne devrait pas souffrir énormément non plus, elle lui faisait confiance, elle ne le connaissait pourtant pas, mais il savait ce qu’il fait, et donc, elle savait qu’elle ne regretterait pas de lui laisser manipuler sa jambe comme il le veut. Il toucha d’ailleurs sa jambe abimée, mais elle ne sentait vraiment rien, enfin si, ses doigts sur sa peau, mais la douleur en revanche avait complètement disparut. Léna se sentait un peu troublée parce qu’elle était assez sensible de ses jambes, en général, la moindre caresse avait sa réaction, et la, bah, elle savait qu’il la touchait seulement pour vérifier qu’elle était bien endormie, mais comme il n’y avait plus de douleur, et bien, c’était carrément agréable, elle eut même un frisson mais elle ne savait pas si le docteur l’avait perçu ou non.


« J’espère que je ne sentirais rien, au pire, je prendrais sur moi, la potion que vous avez donné à complètement fait son effet sur moi, je sens vraiment plus rien… même quand vous avez vérifié à l’instant, je me suis demandée si ma jambe était pas déjà réparée… et puis, si je parviens à dormir un peu, ça passera plus vite… »

C’était logique en même temps, quand on dort, on ne voit pas le temps passer, et donc, ça s’écoule bien plus vite… Cela n’empêche pas que même si elle voulait rapidement guérir, elle voulait aussi rester encore un peu en compagnie du charmant docteur. Elle l’aurait rencontré en boîte ou dans un bar, elle serait totalement différente, elle l’aurait séduit depuis bien longtemps, et aurait peut-être même eu le temps de s’embrasser déjà plusieurs fois… Bon d’accord, peut-être même plus, car quand c’est des hommes qu’elle connait à peine, elle se casse pas la tête, mais la, le fait qu’il y ait le rapport patient et médecin, bah ça faisait une sorte de barrière invisible mais bien présente pour la jeune femme. Dommage… et si elle était guérie et qu’elle le rencontrait à l’extérieur, il pourrait se passer quelque chose ? Si ça tombe, il était en couple, fiancé, un enfant sur les bras… pourtant un coup d’œil sur sa main n’indiquait pas d’attache particulière, bon ça veut rien dire non plus… Il paraissait jeune, mais on ne sait jamais, il y a toujours des surprises avec la magie.

Lorsque le docteur lui demanda si elle avait des amis ou de la famille, et bien ce fut du vite fait… ses parents n’étaient pas dans le coin, ses cousins non plus… niveau amis, elle aurait pu compter sur Chad sauf qu’il était décédé depuis quelques mois maintenant et cette pensée li serra le cœur parce qu’elle avait toujours du mal à ce faire à cette idée… surtout qu’elle avait rencontré Emilie, qu’elle la pensait enceinte de lui, bref, ce jour la, Lena avait joué l’ascenseur à émotions et elle en était sortie avec une envie de vomir des plus perturbantes…bref, pour en revenir à ses amis, il y avait bien Erwan, mais avec son travail à l’hôpital, et bien, elle ne voulait pas le déranger, et comme le docteur venait de lui dire qu’il y avait ce qu’il fallait à l’hôpital, bah elle allait prendre cette option, ce n’était que pour la nuit, pas pour une semaine non plus… et puis pour ses vêtements, bah elle avait la magnifique tenue de l’hôpital pour dormir cette nuit.


« Mes parents font le tour du monde, et je ne vais pas déranger mes amis pour une nuit, je devrais survivre, j’imagine que je ne dois pas être la seule dans cette situation…et puis, si vous êtes de garde cette nuit, je compte sur vous pour ne pas me laisser seule ici… je pourrais avoir envie de discuter un peu, ou d’être rassurée… »

Et quoi de mieux pour être rassurée que d’être prise dans les bras d’un grand et bel homme comme celui qu’elle avait en face d’elle. Léna ! Franchement, et ta barrière invisible, elle est ou hein ! Bah quoi, elle pouvait espérer non ? Elle le regarda en tout cas griffonner quelque chose sur son bloc, et c’est à ce moment la qu’elle perdit l’équilibre, une chance que le jeune docteur avait d’excellent reflexe puisqu’il la rattrapa très rapidement, elle n’eut même pas le temps de mettre ses mains sur le sol qu’il l’avait déjà dans ses bras. Une telle vitesse aurait fait de l’ombre à plusieurs vampires d’ailleurs, mais au moins, elle n’avait pas touché le sol et ça lui avait évité une autre fracture. Une de ces mains étaient sur ses fesses, bon, il ne l’avait pas fait exprès, et elle ne lui en voudrait même pas, il lui avait évité une chute douloureuse, donc elle n’allait pas faire la fille gênait. De toute façon, de son coté, elle était contre lui, son parfum, ou l’odeur de sa peau, elle ne savait pas vraiment, mais l’odeur qu’il dégageait été des plus agréable, déjà un peu avant sa chute, elle avait apprécié l’odeur, mais la, directement collé à lui, et bien, elle savourait chaque instant. Lorsqu’il la reposa sur son lit et qu’il lui demanda si tout allait bien, que pouvait-elle bien lui répondre. Bien sur qu’elle allait bien, elle ne s’était pas blessée d’avantage, il venait de lui éviter une chute douloureuse, et en plus, elle avait eu droit à un contact olfactif avec le corps du docteur Harris.

« Euh... je pense que je vais bien, vous avez de sacré reflexe en tout cas… à quelques secondes près, je finissais par terre, et avec ma chance, j’aurais eu un poignet en moins… d’ailleurs, vous ne vous êtes pas fait mal au dos en me rattrapant ? Vous n’avez pas vraiment eu le temps de bien vous mettre non plus… »

Petit clin d’œil pour sa main sur ces fesses, mais elle s’inquiétait vraiment pour son dos quand même… parce que, c’était peut-être un petit bout de femme, mais elle faisait son poids quand même, et avec la vitesse de la chute, il ne faudrait pas qu’il se soit déplacer quelque chose, elle s’en voudrait vraiment. Il lui proposa alors gentiment de remettre son oreiller, ou du moins de l’aider pour qu’elle ne rechute pas à nouveau et en se penchant donc pour l’aider, il rapprocha son visage de celui de la jeune femme… A nouveau les voix de tout à l’heure repassèrent à l’action… Écoute-le ! Il dit que tu ne dois pas hésiter… embrasse le, vas y… il a déjà mis la main sur tes fesses, alors tu as le droits de toucher ses lèvres ! …Alors que la raison disait plutôt, recule toi doucement, et tombe pas cette fois… Complètement absorbée par le regard attentionné du jeune homme, et surtout par son magnifique sourire, Léna hésita un instant, elle se laisserait bien tenter à l’embrasser, mais elle ne voulais pas que tous les deux soient gêner parla suite… surtout si elle devait passer la nuit sur place…Malgré ça, lorsqu’elle s’avança un peu pour qu’il puisse mettre correctement son coussin derrière elle, se rapprochant donc un peu plus de lui, le laissant décider de son coté… et puis, si il ne voulait pas, et bien, elle n’aurait qu’a se jeter en arrière sur son coussin… Pour le moment, si quelqu’un entrait dans la pièce, il pourrait alors croire qu’ils venaient de s’embrasser, ou s’apprêtait à le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   Lun 19 Avr - 15:14

L'anesthésiant faisait effet. La potion pour les os devrait donc mieux passer. Non parce que s'il lui avait donné ainsi, bah elle aurait hurlé au massacre et William se serait fait remonter les bretelles par son supérieur direct. Bonjour la réputation! Harris, le boucher! L'horreur!
Heureusement, même s'il se laissait distraire comme à cet instant, il n'en restait pas moins professionnel. La santé et le bien-être de ses patients étaient importants à ses yeux. Il trouvait juste un peu dommage de se laisser distraire aussi facilement. Bon, Mlle Marks était mannequin, mais tout de même. Il se devait d'être un minimum professionnel. « Minimum » étant ici quelque peu déplacé. Pour au revenir au diagnostic et à la procédure à suivre, il était bien content de l'entendre dire qu'elle ne sentait plus rien. Enfin, que la douleur dans sa jambe avait disparu.


« C'est l'effet recherché. Du moment que vous ne tentez pas de marcher, tout se passera bien. Après, la potion fera son effet en ressoudant vos os et vous pourrez sortir sans séquelle. »

Il avait peut-être l'impression de se répéter, mais hélas, c'était le lot de bien des médicomages. Et puis William était ainsi. Il voulait rassurer ceux dont il avait la charge. Sûrement son côté Poufsouffle. D'ailleurs, il ne voyait pas ce qu'il aurait pu faire d'autre. Bon, en y réfléchissant bien, il avait une petite idée. Il se serait peut-être dirigé dans le milieu pharmaceutique. Voir la recherche magique. Ou bien -rien à voir- dans la pâtisserie et autres sucreries. Un peu comme Shawn quoi. Mais pour lui, il n'y avait pas mieux que le travail qu'il exerçait aujourd'hui. Certes, l'apprentissage n'était pas évident tous les jours bien qu'il ait des facilités. Les horaires aussi parfois, c'était pas toujours aisé. William n'étant pas du matin, il avait du mal avec les réveils. Heureusement, Erwan n'était jamais bien loin pour lui bouger les fesses. Bon, certes, avec lui, les réveils n'étaient pas très...doux. Une fois, Erwan était entré dans sa chambre en foutant la musique à fond et Will avait failli l'étrangler de ses propres mains. Y a des baffes qui se perdent!
Pour en revenir au boulot, ça se passait plutôt bien quand il était en 2x8 ou en 3x8. Mais le 2x12, ça devenait plus compliqué, surtout en journée. Parce que parfois, il ne pouvait s'empêcher de sortir pour ramener chez lui une charmante créature. Donc ça écourtait ses nuits qui du coup n'étaient plus du tout réparatrices et il mettait trois heures à se traîner jusqu'à la salle de bain. Toute une histoire!
Par bonheur, il était du genre actif, donc pas du genre à se ramollir. Il courrait régulièrement, plusieurs fois pas semaine, seul ou avec son pote, et lorsqu'il avait le temps, se rendait dans une salle de sport faire de la muscu juste pour s'entretenir. Alors l'appartement d'Erwan et Will n'était peut-être super rangé, mais au moins, ils s'entretenaient. C'était la minute Sport & Vie du RP.

Lorsqu'il lui avait demandé si elle avait de la famille, il n'avait pas été grandement étonné par la réponse. En même temps, il n'avait pas vraiment son opinion à donner non plus. Il était médicomage, pas juge. Même s'il n'habitait plus chez ses parents, et donc ne les voyait plus autant qu'auparavant, il tenait à ses deux visites mensuelles. Certes, ce n'était pas grand chose, mais chez les Harris, la famille tenait une grande place. Il les voyait si peu. Il se tenait au dimanche car c'était le jour du repas familial. Normalement, toute la famille se réunissait pour manger, partager... Mais la plupart du temps, Elizabeth était à Poudlard, Jason était très pris par son poste de professeur et par sa nouvelle famille, Jessie par son métier d'Auror...En fait, parmi ses frères et soeurs, c'était surtout les triplés qu'il voyait le plus souvent, ainsi que Peter et Nicolas. Mais il trouvait toujours ça étrange de voir des membres en moins à table. Ce mois-ci d'ailleurs, il n'avait pu venir leur rendre visite, il était de service. Et ce n'était malheureusement pas la première fois...et sûrement pas la dernière.
Et même si aujourd'hui il était totalement indépendant, sa famille lui manquait. C'est pourquoi le voyage autour du monde des parents de Lena lui fit réaliser une chose importante. Si ses parents décidaient d'en faire de même, il le prendrait sûrement mal. Il ne leur en voudrait pas vraiment. Mais ne plus les voir pendant des mois serait comme...injuste. C'était peut-être puéril, mais c'était comme ça qu'il voyait les choses. Il avait été élevé dans une famille unie et aimante. Que ses parents se barrent à l'autre bout du monde... Bref...il aurait juste l'impression qu'une page importante de sa vie se tournerait.

Cette nuit encore, il était de garde. C'était la troisième fois cette semaine. Oh, il ne se plaignait pas. Il aimait son travail. Et puis la nuit, il n'y avait pas beaucoup d'urgence...Sauf aux urgences. Logique! C'était le service le plus « vivant » de l'hôpital parce qu'il y avait toujours des entrées à n'importe quelle heure du jour et de la nuit.


« Ne vous inquiétez pas, je passerai régulièrement vous voir. Et si ce n'est pas assez, vous pouvez toujours me faire appeler. Les nuits ne sont pas très mouvementées dans ce service. » lui expliqua-t-il.

A vrai dire, il n'était pas sûr que ça soit une bonne idée en fin de compte. Passer sa nuit à veiller sur Lena, pardon, Mlle Marks, n'était peut-être très judicieux. Il était attiré par elle. Il ferait mieux de se replonger dans son dossier. Pourquoi? La réponse coulait de source. Hé bien parce que sa patiente l'attirait bien plus que la déontologie ne le permettait et s'il pensait à autre chose qu'à ses jambes fines, ses yeux vert-noisette, son arôme fleuri, ça passerait peut-être. Sauf que Mlle Marks avait été imprudente et il s'était retrouvé dans une situation embarrassante. Certes, c'était toujours très sympathique d'avoir sa main sur les fesses d'une aussi jolie fille, mais quand même. Il y avait bien d'autres lieux appropriés. La salle des infirmières *sbaff*

Etrangement, William avait des sacrés bons réflexes. Peut-être le Quidditch qu'il pratiquait en famille. Pourquoi étrangement? Tout simplement parce que le jeune Harris était du genre tête en l'air. Ste Mangouste faisait des miracles.
Quant à son dos, il se portait très bien. Will était sportif de nature et il se portait très bien. Et Lena n'était pas bien lourde. Ça aurait été un être patient beaucoup plus lourd, genre sumo, il aurait plus fait un pas en arrière qu'en avant. Oups, désolé, je ne vous avez pas vu! Et puis l'ancien Poufsouffle avait beau aller sur ses 19 ans, il paraissait un peu plus « mâture » si on peut dire.


« Pas de quoi s'en faire, je vais très bien. Le plus important c'est que vous ne vous soyez pas blessé de nouveau. »

Quant à bien se placer...il avait cru comprendre la référence, mais son statut de médicomage lui empêchait d'y faire référence. En lui remettant correctement son oreiller, William partit dans de nouvelles divagations. Et cette fois, rien à voir avec sa famille ou ses réveils difficiles. Il se demandait si oui ou non il pouvait l'embrasser ou pas. Il était si proche. Et son parfum l'avait comme déconnecté de la réalité. Il ne lui suffirait que quelques petits centimètres pour abolir la mince frontière que les séparait. Deux choses le retenaient: 1/ son éthique...mais en même temps, qui le saurait? A part sa conscience moralisatrice. 2/ de savoir si Lena était d'accord ou pas. Bah oui, William n'était pas pour forcer qui que se soit. De toute façon, il n'avait jamais forcé personne. Les filles venaient vers lui la plupart du temps.
Alors pour une fois, au lieu de se poser mille questions, il agit. Il parcourut les derniers centimètres, marqua un moment d'hésitation, puis étant donné que Lena ne criait pas au viol, il termina le parcours du combattant qui menait jusqu'à ses lèvres. Il n'était pas hésitant. Tant qu'à l'embrasser, autant le faire bien. Prenant appui sur ses mains positionnées de chaque côté de sa patiente, il ne la touchait pas. Enfin...façon de parler. Son corps n'avait aucun contact avec celui de Lena. Excepté ses lèvres contre les siennes. Sage au début, il avait pris plus d'initiatives et sa main droite jouait les mains baladeuses. D'ailleurs, il n'y avait pas que les siennes qui glissaient à leur guise. Lena aussi avait pris les choses en mains si on peut dire et elle avait passé ses bras autour de son cou avant de tenter de lui enlever sa blouse de médicomage. Il était quant à lui très occupé puisque sa main baladeuse (l'autre servant toujours d'appui) remontait dangereusement sous la blouse de sa patiente, le long de sa cuisse.

Et alors qu'ils s'enfonçaient un peu plus dans le plaisir, son bipeur magique se mit à sonner. Très pratique lorsqu'il était demandé. Contrarié, il dû se détacher à contre-coeur de sa jolie patiente, pour jeter un oeil au bipeur. Sh*t! Il y avait de nouveaux arrivés. En clair, des patients attendaient aux urgences d'être pris en charge et il ne pouvait faire autrement qu'y aller.


« Désolé, je serais bien resté, mais je dois y aller, j'ai encore du travail. » retrouvant tout son professionnalisme.

Il déposa un nouveau baiser sur ses lèvres.


« Mais je reviendrai ce soir... » ajouta-t-il d'un sourire en coin.

Son regard d'ailleurs ne trompait pas. Il annonçait clairement que lorsqu'il repasserait visiter sa patiente, ce ne serait pas pour parler médecine. Puis à la nouvel sonnerie de son bipeur, il s'éloigna de Lena et sortit de sa chambre, se dirigeant déjà vers le service des admissions.


[Terminé pour moi!]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mauvaise journée ? Ou pas ... [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» Une très mauvaise journée...
» - Mauvaise Journée - [PV Kenza]
» Mauvaise journée... (Pv Evan Grant)
» Une tres mauvaise journée ... ft Plumia et Elpheus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: