AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Comme à la maison (Camille)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Comme à la maison (Camille)   Mar 16 Fév - 13:43

Lundi matin. La semaine reprenait, à Poudlard. Après deux jours sans cours, les élèves devaient reprendre le chemin des salles de classes où les attendaient leurs professeurs. Enfin, pas encore. Il n’était pas l’heure. Pour le moment, les adultes étaient comme les jeunes attablés devant leur petit déjeuner. Beaucoup d’ailleurs étaient d’ailleurs assez fatigués et baillaient entre deux verres de jus de citrouille, avec toute la flemmardise dont étaient capables ceux qui ne sont vraiment pas motivés pour passer une nouvelle semaine à écrire et rester assis pendant de longues heures à apprendre tout un tas de choses qui souvent n’étaient pas franchement intéressantes. Enfin, tout dépend du point de vue, évidemment. Chacun aimait d’autres choses que les autres.

Nina, elle, n’était pas une grande fan des cours, mais de la magie et de Poudlard, si. Même si elle était née sorcière, la jeune fille ne cessait de s’émerveiller dans l’école de sorcellerie. Et puis, elle n’avait jamais de problème pour se lever le matin, qu’il y ait école ou pas, quels que soient les matières inscrites sur l’emploi du temps de la journée. Rien ne lui plaisait plus que de pouvoir parcourir les couloirs gris du château. Les armures sales, les tableaux mouvants, tout retenait son attention bien plus que ce que pouvaient raconter Binns, Flitwick ou tel autre professeur. Elle écoutait cependant, et travaillait le strict minimum pour satisfaire son frère qui n’oubliait jamais de vérifier qu’elle faisait bien ses devoirs et apprenait ses leçons, même si son attention s’était un peu relâchée depuis le début de l’année : dans Poudlard, il était plus facile de lui échapper, même si la jeune lionne aimait tellement son frère qu’elle ne pouvait que l’écouter quand il lui arrivait de parler, ce qui n’était pas si fréquent.

Ce dernier n’était d’ailleurs pas encore arrivé. Nina ne savait pas où il était, peut être encore dans le dortoir. Nina avait faim, donc elle était descendue sans l’attendre. Il finirait bien par arriver, avant qu’elle ait finie. Cela valait mieux, parce qu’il n’y avait que lui pour pouvoir l’écouter parler sans cesse dans le matin, et la petite lionne en avait, des choses à dire. Quant à Hugh…il devait déjà être avec des amis de son âge. Lui était déjà depuis un an à Poudlard et avait donc déjà beaucoup plus de relations que ses cadets, et pouvait donc se passer de sa fratrie. Même si les deux autres n’avaient pas de problème pour se trouver des a mis, ils n’avaient pas encore construit de relations aussi solides que celles de son frère.

Après un nouveau verre de jus de citrouille, Nina se tourna vers les portes de la grande salle afin de vérifier si son frère arrivait, puis jeta un coup d’œil à sa montre. Sept heures trente, il avait encore un peu de temps, mais il n’avait pas intérêt à trop tarder, sinon la jeune fille devrait aller embêter ses voisins de table et risquait de se faire des ennemis après à peine trois mois de cours, ce qui serait quand même un drame. Les autres élèves auraient sans doute besoin d’un peu de temps pour apprendre à la connaître et à la supporter, si si. Avec Camille et Hugh, ça n’avait pas été pareil. C’était…inexplicable. Oui, là était le mot.




[J'en suis pas super satisfaite, mais c'est seulement mon deuxième RP avec Nina, alors désolée Embarassed ]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Indépendant

Parchemins : 397
Âge : 23 ans [08.07.88]
Actuellement : Etudiant en histoire naturelle.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Comme à la maison (Camille)   Mer 17 Fév - 15:04


Nulle amie ne vaut une soeur.
[Christina Rossetti]


    Le jeune Moreau était plutôt matinal par nature. Son adage dans la vie c’est que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Toutefois, s’il se levait effectivement de bonne heure, il y avait des jours où il mettait un temps fou à dompter les épis de ses cheveux bruns. Il n’était pas comme Hugh, il n’aimait pas avoir des mèches folles qui menaçaient de se dresser sur sa tête et de le ridiculiser ! Ce matin là, ce fut effectivement le genre de matin où il dû aplatir ses cheveux à grand coup de potion.

    De fait, il n’arriva que tard dans la grande salle mais il aperçut directement Nina, seule. Cela ne faisait que trois mois qu’ils étaient à l’école et même s’ils se faisaient des connaissances chacun de leur côté, leur complicité était intacte. Il s’installa en silence à côté d’elle et, une fois assis, tourna son regard clair sur sa sœur adoptive. Il ne lui sourit pas – il ne souriait pas souvent, sauf quand il était satisfait de lui-même – mais le cœur y était. « Bonjour. » lâcha-t-il enfin en se servant un verre de jus d’orange. Il chercha leur grand frère du regard mais ne le trouva pas. Dommage, un petit déjeuner familial ça ne fait de mal à personne, au contraire, c’est plutôt bénéfique du point de vu de Camille. Enfin, il disait ça mais il avait toujours eut un peu de mal avec la notion de famille… Ce n’était pas qu’il ne considérait pas Nina comme sa sœur, c’est juste qu’il avait conscience jusqu’au plus profond de son être que toute cette affection qu’ils avaient l’un pour l’autre, pour aussi réel qu’elle fût, n’était pas le fait d’un héritage génétique mais d’une affinité né naturellement. Un coup de chance si on veut… Tous les enfants adoptés ne se sentent pas aussi à l’aise que Camille avec leur sœur mais lui, il ne se sentait réellement bien qu’avec elle.

    « Tu as fait tes devoirs ? » lâcha-t-il de but en blanc. C’était le genre du personnage de faire ça, de lâcher des phrases comme ça, sans transition aucune et sans même un semblant d’introduction. Il se comportait aussi comme si c’était lui le grand frère mais c’est seulement parce qu’il était le plus sérieux des trois. Cela ferait bien des années que Nina et Hugh auraient eut des ennuis pour travail non fait si Camille ne passait pas derrière eux pour les sermonner (d’une manière assez silencieuse d’ailleurs). Preuve de ses instincts de protection, il mit du jus de fruit dans le verre vide de sa sœur, il fallait qu’elle prenne des vitamines pour tenir toute la journée. Pour certains c’était une relation bizarre, mais pour eux, c’était simplement habituel… après tout, ils étaient frère et sœur non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Comme à la maison (Camille)   Jeu 18 Fév - 0:03

Le regard centré sur la table des professeurs à regardait je ne sais quoi, Nina n’avait pas entendu arriver son frère avant qu’il ne s’asseye, sans faire beaucoup de bruit, mais après tout il était juste à côté d’elle. Il n’y avait donc rien d’étonnant à ce que la jeune fille se tourne vers lui, qui la regardait déjà. Elle lui fit un grand sourire content de le voir, auquel il répondit avec sa mine habituelle, celle pour laquelle elle l’aimait et à laquelle elle avait finit par se faire, au bout de neuf ans de vie commune. Comme quoi, on peut s’habituer à tout. Et quand Camille finit par lâcher son « bonjour » qui aurait pu paraître forcé à ceux qui ne connaissaient pas les jeunes Moreau, la fille répondit d’un « salut » beaucoup plus entraînant, façon de souligner encore plus la différence entre eux si le besoin en était. Etait-il possible qu’ils aient été amis s’ils n’avaient été dans la même famille ? Ce n’est pas sûr.

- Bien dormi ?

Nina aurait bien voulu continuer en demandant d’autres choses ou en commençant à se plaindre de la journée qui allait commencer, mais Camille ne lui en laissa pas le temps, attaquant par une question qui, bien moins sympa à entendre, relevait du même souci que celle de la demoiselle. Chacun s’inquiétait à sa façon de savoir comment allait l’autre. A sa façon, oui, là était le mot. En tout cas, si la lionne avait eu quelque chose dans la bouche à ce moment là, nul doute qu’elle aurait tout recraché sous l’effet de la surprise, et pourtant ce n’était pas la première fois qu’il attaquait ainsi la journée, elle aurait dû être habituée. Il faut croire que sur le coup, elle ne s’y était pas attendue, peut être du fait que son frère était arrivé plus tard que d’habitude.

- Evidemment que j’ai fait mes devoirs, sinon tu me ferais la tête toute la journée ou bien me tannerais avec, ou tu serais capable d’écrire une lettre à papa et maman pour qu’ils m’obligent à rentrer et à travailler pendant toutes les vacances pour rattraper les devoirs que j’aurais oublié de faire. Par contre, si tu parles de ce que Flitwick va nous donner dans un peu plus de deux heures, je ne m’y suis pas encore mis, mais je devrais peut être lui demander de me donner tout avec un mois à l’avance ?

Nina avait finit par sourire en débitant son flot de parole afin que Camille ne les prenne pas mal, même s’il était finalement souvent difficile de savoir ce qu’il pensait de telle ou telle chose ou action, ou autre, enfin vous aurez compris. D’ailleurs, on peut remarquer que la demoiselle avait finit par pouvoir parler autant qu’elle le voulait au moins sur un sujet sans être interrompue, signe que finalement tout allait normalement. Elle avala le verre de jus de fruit que son frère venait de lui servir, afin qu’il ne s’inquiète pas un peu plus, si jamais ça pouvait lui arriver. Après tout, peut être qu’il ne faisait que semblant, et tout ça pour l’embêter. Bien entendu, Nina elle-même ne croyait pas à cette théorie.

- Sinon, oui j’ai bien dormis, et non je ne t’attends pas depuis trop longtemps.

Non mais, chacun son tour, après tout.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Indépendant

Parchemins : 397
Âge : 23 ans [08.07.88]
Actuellement : Etudiant en histoire naturelle.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Comme à la maison (Camille)   Lun 22 Fév - 14:42

    A la question sur la qualité de son sommeil, Camille répondit par un bref hochement de tête suivit d’une gorgée de citrouille. A quoi bon user de la salive pour dire oui après tout hein ? De toute façon, il savait que Nina allait rapidement embrayer pour ouvrir la conversation et la faire vivre. Elle n’avait pas besoin qu’il se force, c’est ce qui était reposant avec elle. Il savait qu’elle l’acceptait comme il était, avec ses bizarreries. Il faut préciser qu’en plus Camille trouvait toujours un peu étrange qu’on le trouve si hors norme. C’était quand même pas si grave qu’il n’aime pas parler si ?

    Souriant légèrement à ce qu’elle lui disait (point trop n’en faut !), il posa un coude sur la table (hou malpoli !) et regarda Nina un moment, la joue posé sur sa paume. Camille fixait souvent autrui, à défaut d’être un grand bavard, il observait beaucoup. Chaque expres​sion(lui qui n’en avait pas des masses), chaque sourire, soupire, rire, rixe, rien ne lui échappait. Même un petit cheveu de travers il le remarquait dans la coiffure la plus compliquée. Tout le temps qu’il passait à ne rien dire, à ne pas se faire beaucoup d’amis, il l’utilisait en regardant ce qui se passait autour de lui. C’était une qualité car de ce fait il comprenait beaucoup de choses, en savait beaucoup aussi. De toute façon, leur mère lui avait toujours dit qu’il se forçait trop à être mûre jeune avec ce comportement. Peut-être parce qu’il ne voulait pas être un poids pour les Moreau ? Qui sait ? Lui-même ne s’analysait pas assez pour connaître cette réponse. Lui-même s’intéressait peu, il préférait comprendre les autres, c’était bien plus passionnant.

    « Aucune utilité de faire ce qui n’a pas été vu en cours. Mais c’est bien, il faut être sérieuse, pour ne pas laisser passer tout seul en classe supérieure. » Une des hantises de Camille quand il voyait les notes de Nina (les appréciations surtout). D’aussi loin que remonte ses souvenirs, il avait toujours été dans la même classe que sa sœur adoptive, il ne voulait surtout pas que ça change. Sans elle, il se sentirait peut-être un peu trop… incompris ?

    « D’accord. » Répondit-il ensuite avant de sortir son carnet de croquis et de lui montrer ses derniers dessins sans les commenter, les faisant seulement glisser vers sa sœur. Il y en avait beaucoup d’oiseaux, mais il y en avait un aussi de Ana Miller, une amie de Camille, une « grande » amie, dans la mesure où elle avait quand même seize ans…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Comme à la maison (Camille)   Mer 24 Fév - 1:35

Youhou ! Victoire ! Nina avait réussit à faire sourire Camille de bon matin. Bon, elle ne savait pas exactement ce qui dans tout ce qu’elle avait dit était la source de cet exploit, mais quand même. Voilà quelque chose qui était propre à renforcer la bonne humeur de la première année pour la journée. Si Camille avait sourit, ça ne pouvait pas mal aller. Bon, certes, la demoiselle exagérait, vous l’aurez compris. Même si faire dans la demi-mesure, ce n’était pas son truc, elle devait bien avouer que son frère était très bon public, et c’était encore peu dire. Vous en connaissez, vous, des petits frères (l’adjectif petit étant plutôt superflu), qui vous laissent parler pendant un temps inimaginable sans vous interrompre ? La Gryffondor, en tout cas, n’avait que Camille en tête et n’avait donc besoin de personne d’autre, puisque pour le moment, et elle espérait pour encore longtemps, ils ne se quittaient pas.

- Bah, les examens, ça ne doit pas être si terrible que ça. Il n’y en a pas beaucoup, des recalés, à ce que j’ai entendu. D’ailleurs, y en a-t-il seulement dans notre classe, hein ? J’suis pas sûre. Et puis, tu sais, j’ai un peu discuté avec des plus grands, et ils disaient que même des élèves vraiment pas doués avaient eu des résultats acceptables au BUSEs. Et puis, tu crois vraiment que je supporterais de me retrouver toute seule alors que tu passes ? Même Hugh se moquerait de moi…

Tout en parlant pour plus ou moins essayer de rassurer Camille sur son passage en année supérieure (alors que Noël n’était pas encore passé, notons-le), Nina avait commencé à regarder les dessins que son frère lui montrait. Cela suffit à la faire taire, captivée qu’elle était par la finesse de l’observation du jeune Gryffondor, et surtout de la concentration qu’il fallait pour cela. Cette pensée rappela à la demoiselle sa rencontre avec Sophie Kirte, une Poufsouffle qu’elle avait trouvée tout aussi concentrée à broder un mouchoir pour sa sœur. L’une et l’autre activité étaient impossibles pour la première année : comment pouvait-on sérieusement ne s’occuper ainsi que d’un sujet pendant on ne sait combien de temps ? Une part d’elle-même admirait les efforts dont était capable Camille pour atteindre ses objectifs, elle qui préférait tout laisser couler et s’adapter au jour le jour à ce qu’elle avait devant les yeux et aux évènements. C’était d’ailleurs ce qui l’empêchait de prendre sérieusement de l’avance sur son travail pendant les week end, même si l’hiver approchant lui laissait moins la possibilité de sortir. Elle s’y mettait donc sérieusement, d’autant que Camille rappelait ses devoirs à son bon souvenir chaque matin, ou peur s’en faut.

- J’avais pas remarqué qu’il y avait autant d’oiseaux différents à Poudlard…commença Nina. Même si elle avait été quelques fois dans la volière, la jeune fille n’avait pas vu de grandes différences entre toutes les espèces qui s’y trouvaient, et c’était sans compter ceux qui n’étaient pas dans le château en lui-même, car il devait également y avoir un bon nombre de volatiles dans le parc et la forêt. Mais les élèves n’avaient pas le droit d’aller dans la forêt et il était peu probable que Camille transgresse cet interdit. Soudain, un dessin retint plus son attention que les autres : ce n’était plus un oiseau, mais bel et bien une humaine.

- C’est qui, elle ? lui demanda-t-elle, sans ajouter d’autre commentaire. Inutile de dire qu’elle trouvait – forcément – la fille jolie, mais ça ne la renseignait pas vraiment. Par contre, elle devait avoir marqué Camille, pour qu’il prenne la peine de la dessiner. Du moins, c’est ce que pensait la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Indépendant

Parchemins : 397
Âge : 23 ans [08.07.88]
Actuellement : Etudiant en histoire naturelle.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Comme à la maison (Camille)   Jeu 4 Mar - 9:06

    Nina parla d’Hugh rapidement alors qu’elle lui répondait au sujet du redoublement et cela eut pour effet que Camille chercha du regard son frère aîné. Son vrai frère pour le coup bien qu’en fait, il ne se sentait pas beaucoup plus proche d’Hugh par le caractère que de Nina leur sœur adoptive. Mais sa mère actuelle lui avait expliqué que ses parents biologiques (avec qui elle était très amie, presque comme des sœurs avec son ancienne maman) étaient eux même très différents. Sa vrai mère était comme Hugh alors que lui il ressemblait beaucoup à son vrai père. Mais Cynthia Moreau lui avait aussi dit que malgré leur apparente différence, ils ne l’étaient pas tant que ça et que le plus passionné des deux n’était pas celui qu’on pouvait croire. Camille avait depuis bien réfléchi à tout ce qu’on lui avait raconté, il en avait simplement déduit qu’au fond il devait avoir des points communs avec son frère (et même avec Nina) puisque après tout, ils étaient aussi dans la même maison.

    « C’est vrai que si même Hugh a réussi à passer même toi tu devrais pouvoir y arriver. » Comment ça l’était méchant ? C’était même pas vrai d’abord ! Il était juste franc ! Il avait toujours eut de bonnes notes lui, par contre son frère et sa sœur c’était nettement plus variables. En même temps, quand on court partout pour jouer ou discuter avec autrui, on a moins de temps pour bosser. « Mais tu m’as moi pour réussir. » Dit-il enfin, magnanime. Elle ne risquait pas de redoubler tant qu’elle l’aurait dans les pattes et il ne comptait pas s’en aller ! Sa sœur c’était un peu le centre de son univers (ô combien étriqué il est vrai) même s’il s’était ouvert à quelques autres personnes récemment.

    « Il faut aller dans le parc pour les voir, mais il y en a moins avec l’hiver. » Il avait trouvé l’automne plus intéressant mais bon, il fallait se faire une raison, les oiseaux migrateurs étaient partis depuis deux mois et ils ne reviendrait pas avant qu’il fasse de nouveau chaud et irl aussi on attends le printemps avec impatience parce qu’il fait frrrrrrroid. En attendant, il se plongeait dans ses bouquins, c’était pas mal non plus après tout !

    La question de Nina prit vaguement Camille de cours. Au début, il ne sut même pas ce qu’il devait répondre ! Puis, se trouvant lui-même ridicule, il mit le doigt sur le bas de la page où il y avait le nom de la jeune fille « Ana Miller » écrit en tout petit de la main de Camille qui avait tendance à faire des pattes de mouches lorsqu’il gribouillait autre chose qu’un dessin. « C’est une amie. Je la trouve jolie alors je l’ai dessiné. » Il n’ajouta pas qu’elle ressemblait à sa mère biologique, pas parce qu’il ne voulait pas le dire, simplement parce qu’il n’y pensait pas non plus à chaque instant et aussi parce qu’il n’y avait pas grand-chose à dire de plus. Il aimait beaucoup Ana bien qu’elle soit beaucoup plus vieille et qu’elle soit à Serdaigle. C’était très étonnant de sa part d’avoir ce genre d’amitié, mais après tout, pourquoi pas hein ? Il n’avait pas un cœur de pierre non plus après tout !


{554}
{Et planté de couleur, j'éditerais plus tard X_x' }
SAPIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Comme à la maison (Camille)   Dim 14 Mar - 15:21

Non mais c’est qu’il en devenait carrément insultant, Camille ! En tout cas, c’était ce que quelqu’un d’extérieur aurait pu croire en l’entendant parler à Nina qui, elle, savait qu’il n’en était rien. D’ailleurs, ce que venait de dire le plus jeune des Moreau s’apparentait plus à une moquerie malicieuse et gentille qu’à quelque chose de méchant, et puis la Gryffondor savait que son frère n’était méchant avec elle que quand elle le méritait, ce qui n’arrivait bien sûre presque jamais. Il n’en restait pas moins qu’elle devait se défendre face à ces accusations presque fallacieuses : la demoiselle pensait évidemment être meilleure qu’Hugh et voulait étonner Camille, le grand frère et ses parents. Elle ne savait pas encore comment elle allait s’y prendre, mais l’idée et la volonté y étaient, et ce n’était déjà pas si mal. Bien qu’une petite voix lui disait que ça irait bien mieux en travaillant un peu plus, la blonde ne l’écoutait pas : si elle voulait réussir, elle n’irait pas jusqu’à sacrifier tout ce qu’elle aimait faire pour l’école, même pour Poudlard, qu’elle adorait déjà.

- Hé ! Tu sais, ici c’est pas pareil qu’avant, si ça se trouve je serais super forte en magie. Bon, j’avoue, en potions c’est mal partie, mais Flitwick il a dit que je me débrouillais bien, même s’il faut aussi que j’apprenne ses leçons…

C’était vrai, évidemment. Nina n’allait pas se mettre à mentir, même pour défendre son honneur d’élève peut être pas modèle mais qui n’était pas non plus une incapable face à son frère travailleur comme ce n’était pas possible. Du point de vue de la demoiselle, bien entendu, mais je crois que je l’ai déjà dit. Et puis dans l’ensemble, elle était quand même plutôt d’accord avec lui : les résultats divers qu’elle avait obtenus tout au long de sa courte scolarité n’étaient pas vraiment encourageants, même si elle avait toujours réussit à passer en assurant le service minimum et grâce à l’acharnement de Camille, qui d’ailleurs avait encore raison quand il disait qu’elle l’avait lui, pour l’aider. Et la jeune Gryffondor, tout aussi franche que son frère adoptif, ne pu qu’approuver.

- C’est vrai, je t’ai toi, même si parfois tu me donnes plus envie de tout claquer par terre et de m’envoler sur un balais pour je ne sais où à force de me parler de la tonne de devoirs que je devrais faire pendant le week end. Mais bon, en même temps c’est aussi toi qui me pousse à rester. Et puis Hugh, aussi. Et la magie. Mais toi d’abord.

On voyait là Nina dans toute sa plénitude, à parler plus pour elle-même que pour les autres, voire même à exposer ses pensées, peut être sans s’en rendre compte d’ailleurs, quoique…de toute façon, on s’en fout finalement, donc revenons à ce petit déjeuner des deux plus jeunes Moreau attablés devant un jus de citrouille et d’autres mets que seuls les Elfes de maison de Poudlard pouvaient préparer aussi rapidement pour autant d’élèves.


- Faut surtout les chercher, à mon avis. J’vais souvent dans le parc, mais j’ai pas tout le temps le nez en l’air, ajouta-Nina pour taquiner son frère au sujet des oiseaux qu’il aimait tant, alors qu’elle-même ne leur trouvait rien de particulier, à part qu’ils étaient bruyants et qu’ils puaient, et qu’ils étaient pratiques pour envoyer le courrier. Bref, rien de bien passionnant ni excitant. Ou alors elle ne regardait pas assez. Puis, à propos de cette Ana Miller…Elle est à Poudlard ?

Ce n’était pas ses affaires, certes, et alors ? Tout ce qui concernait Camille la concernait, et Nina était prête à affronter quiconque oserait dire le contraire.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Indépendant

Parchemins : 397
Âge : 23 ans [08.07.88]
Actuellement : Etudiant en histoire naturelle.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Comme à la maison (Camille)   Lun 29 Mar - 12:45

    Camille fixa sa sœur avec un semblant de sourire. C’était très furtif et tellement peu visible qu’on pouvait ne pas le voir mais Nina connaissait bien son frère et ses expressions, après tout ils avaient grandis ensemble, au même rythme. Camille n’était arrivé qu’à trois ans dans le foyer de Nina mais il avait peu de souvenirs de tout ce qui s’était passé avant. Il revoyait vaguement l’orphelinat où il avait été pendant un peu plus d’un an mais ça restait flou, il y pensait si peu depuis. Contrairement à beaucoup d’enfants adoptés, Camille n’avait jamais mal vécu de ne pas être le véritable enfant des Moreau, peut-être parce qu’ils étaient très proches de ses parents biologiques, il ne s’était jamais posé de question quant à savoir pourquoi. Ce qui lui faisait de la peine par contre c’était justement qu’on le prenne en pitié alors que ses parents adoptifs faisaient tout pour qu’il soit à l’aise, ceci même s’il avait un caractère très particulier, il fallait l’admettre. Oui, Camille vivait mal qu’on lui fasse remarquer tristement qu’il était l’enfant d’un autre. Il n’était pas triste, merci, s’il ne souriait pas c’est seulement parce que ce n’était pas dans son tempérament, c’est tout. Il était très bien traité chez les Moreau qui ne faisaient jamais de différence et il adorait littéralement Nina, sa sœur, que contrairement aux apparences il mettait sur un piédestal. Aucune fille au monde n’était aussi bien que sa sœur pour Camille, c’est bien pour ça qu’il les regardait comme des petites choses stupides. Bon, après, c’est souvent le cas chez les garçons de onze ans, ça n’était pas inquiétant, même pas chez Camille.

    « Tu as raison. » Dit-il simplement en accompagnant sa phrase d’un léger hochement de tête, content de la voir motivé même s’il connaissait bien l’ordre des priorités de sa sœur.

    « Hugh sert à rien de toute façon. » Commenta Camille quand sa sœur lui dit que c’était surtout lui qui la faisait rester malgré tous ses devoirs. On pouvait trouver Camille tranchant mais même s’il adorait son frère, il le trouvait aussi très fatiguant depuis qu’il était à Poudlard. Peut-être parce qu’il y connaissait tellement plus de monde que Nina et lui (vu qu’il y était depuis plus longtemps) que ça donnait le tournis à son cadet. Ou alors simplement parce qu’il aimait charrier son frère, tout bêtement.

    Il haussa les épaules, savourant la taquinerie tout de même (oui, il aimait bien le jeu des taquineries avec sa sœur), mais ne répondit rien. Il n’aimait pas beaucoup parler, enfin, sauf quand on lui posait une question car il considérait comme très impoli de ne pas répondre. Hors justement, sa sœur lui posait une question à propos de Ana.

    « Oui. C’est une grande de Serdaigle. Elle est belle pas vrai ? » Nina ne connaissait sûrement pas cet aspect de son frère, mais il faut dire que tout ce qui touchait sa mère biologique (qui ressemblait beaucoup à Ana) restait au fond du cœur du jeune garçon qui n’en parlait jamais, même pas avec ses parents adoptifs qui eux par contre l’évoquait de temps en temps. Il y avait même une photo d’elle dans le salon des Moreau, Camille l’avait souvent regardé, cherchant à qui il ressemblait physiquement, comme par jeu. Même s’il était heureux chez Nina, peut-être que dans le fond, il avait toujours eu ce regret de ne pas avoir connu ses vrais parents… en tout cas c’était cette ressemblance qui motivait l’affection de Camille pour Ana.


{587}

CUPIDON
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Comme à la maison (Camille)   Jeu 15 Avr - 0:30

Ignorant ce que Camille pouvait penser au plus profond de lui – et même si elle en avait parfois l’intuition, ce n’était pas le cas à ce moment là – Nina ne put cacher un sourire de satisfaction quand Camille reconnu qu’elle avait raison. Et bien ? On a les victoires qu’on veut, après tout. Et puis c’était tellement rare : forcément, dans tout le flot de paroles qui sortaient de la bouche de la jeune blonde se trouvaient quelques bêtises, et parfois un grand nombre. Camille, lui, beaucoup plus sérieux, mature et réfléchi, la reprenait donc assez souvent quand elle s’aventurait sur des terrains où elle ne savait pas tout. Impossible de vouloir jouer à la plus maline avec lui. Ca n’était pas mauvais pour Nina, qui gardait en tête ce qu’elle avait appris…au moins jusqu’à la fin de la journée, ce qui n’était pas si mal. Facile alors de comprendre que la jeune Gryffondor était contente d’avoir raison.

Et puis une petite pique pour Hugh ! Comme ça chacun y aurait eu droit, c’était juste dommage que le plus grand des Moreau ne soit pas là avec eux pour en profiter et se défendre, mais du point de vue de Camille, Nina ne pouvait nier qu’il avait raison. Ce n’était pas lui qui la poussait à travailler ou qui l’aidait vraiment dans sa découverte du collège. Il avait ses propres amis, ses propres habitudes, et des envies différentes. Même s’il n’avait qu’un an de plus que son frère et sa sœur, c’est finalement beaucoup quand ça signifie un an hors de la maison. Il n’était pas comme eux, toujours ensemble depuis le début de leur scolarité, attachés l’un à l’autre comme des jumeaux, voire parfois plus, car ils étaient en même temps très différents. Nombreux avaient cru qu’ils l’étaient, sans comprendre leur non ressemblance. La blonde n’y prêtait plus attention depuis quelque temps déjà.


- Mais si, mais si, commença-t-elle pour défendre son frère aîné, mais sans trouver quoi que ce soit pour continuer. Quand je vous disais qu’elle était d’accord avec Camille, sur le coup.

Retour sur la grande fille. De Serdaigle, qu’il disait ? Possible. Nina commençait à se dire qu’elle devait aller rencontrer cette fille. Si Camille la connaissait et l’appréciait, c’est qu’elle devait être intéressante. Ou bien l’avait-il seulement dessinée parce qu’elle était belle ? Quelle importance, de toute façon ? Ce serait toujours une enquête amusante à mener, du genre « A la recherche de… » ah mais non, elle ne connaissait pas son nom. Bah, ce ne pourrait être qu’un obstacle de plus, quelque chose de rigolo à faire avec Maybel et Estelle. Il fallait qu’elle y réfléchisse et qu’elle en parle aux filles.


- Ouais, elle est belle.


Là encore, Nina ne pouvait deviner ce qui avait poussé Camille à s’attacher à cette fille. Elle ne savait que très peu de choses sur les parents biologiques de ses frères, seulement ce que ses parents lui en avaient dit avant l’arrivée des garçons, et un peu plus récemment, avant son entrée à Poudlard, même si ce n’était pas grand-chose. De toute façon, Camille faisait partie de sa famille.

- On a quoi comme cours, aujourd’hui ?

Oui, histoire d’être au courant quand même.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Indépendant

Parchemins : 397
Âge : 23 ans [08.07.88]
Actuellement : Etudiant en histoire naturelle.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Comme à la maison (Camille)   Lun 26 Avr - 12:05

    S’il y avait bien quelqu’un de déçu de l’éloignement de Hugh, c’était bien Camille. Il trouvait que son grand frère aurait dû être plus présent pour ses cadets… mais il était trop occupé avec ses nouveaux amis, trop occupé aussi à baver sur Billie Ziegler, la préfète de la maison. C’était ridicule, il n’avait aucune chance avec cette fille. Déjà elle était plus vieille (ils auraient la vingtaine encore, Camille ne disait pas, mais plus jeune…), ensuite elle était hyper populaire et plutôt jolie, bref, pas pour ce crétin de Hugh. Camille était intimement persuadé que quand il serait plus vieux, il serait plus doué avec les filles que son grand frère. Peut-être parce que les donzelles lui tournait déjà autour avec l’approche du bal. Faut dire que même s’il faisait encore très enfant, Camille avait une bouille adorable et son caractère sombre en intriguait plus d’une. Le truc c’est que Camille lui n’avait d’yeux que pour sa sœur chérie, il trouvait en plus que l’amour c’était nul voire dégoûtant, il verrait ça plus tard, quand il serait plus vieux.

    Tout ça pour dire qu’il n’y avait rien qui puisse sauver son imbécile de frère aux yeux de Camille, même s’il l’aimait bien hein, là n’était pas le problème ! Il passa donc directement au sujet Ana qui était de toute façon plus constructif, du moins en ce qui concernait la conversation. Rien ne servait de déblatérer sur Hugh après tout, ils le connaissaient déjà par cœur, ils vivaient avec depuis des lustres. Surtout Camille.

    « Je l’aime bien. » Attention, chez Camille ce genre de phrase était plus qu’étonnante ! Il n’avait pas pour habitude de bien aimer les gens, en fait, pour le jeune garçon, il valait mieux haïr la race humaine dans son ensemble et puiser quelques exceptions dans le tas. De fait, même s’il se faisait sans mal un cercle d’amis (il avait Enzo par exemple à Poufsouffle, son meilleur ami), il restait quand même assez rare qu’une phrase comme celle-ci sorte de sa bouche. Aimer bien, c’était accepter que cette personne soit différente, qu’elle vaille le coup. Famille exceptée (et donc Nina par la même occasion, qui était hors catégorie !), les personnes dont il avait dit ça se comptait sur les doigts d’une seule main. Bien sûr, ça ne ferait qu’augmenter avec le temps, mais pour le moment, il n’avait jamais eu de vrais coups de cœur pour les gens comme celui qu’il avait eu pour Enzo ou Ana, peut-être parce que dans leur village à Nina et lui, il ne cessait d’être traité comme la pièce rapportée chez les Moreau. A Poudlard, avec la guerre, il y avait tellement d’orphelins qu’il était un parmi les autres, il était même l’un des plus chanceux puisqu’il avait une famille adoptive absolument géniale.

    Camille rêvassa un moment en pensant à Ana (mais on vous rassure, il n’est pas comme Hugh, il n’a pas de béguin), et revint sur terre lorsque sa sœur lui demanda leur emploi du temps. Elle ne le savait pas ??? Rah ! Heureusement qu’il était là ! Oui, Camille se sent indispensable pour sa sœur, et ce n’était pas près de s’arranger protecteur comme il était !

    « Double cours de métamorphose, une heure de sortilège, un trou, déjeuner, une heure de potion, un trou, et ce soir après dîner on a une heure d’astronomie. » L’avantage des jours où ils avaient astronomie c’est que comme le cours avait lieu le soir (pour des raisons évidentes), ils avaient une journée moins chargée.


{590}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme à la maison (Camille)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme à la maison (Camille)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Maison de Nara
» Camille Chalmers rejette le DNSCRP comme un instrument de politique Néo-libérale
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: