AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Deux amies + un parasite = ? [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Sport et culture

Parchemins : 417
Âge : 33 ans [14-02-1980]
Actuellement : Chanteuse et claviériste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Deux amies + un parasite = ? [PV]   Sam 13 Mar - 14:31


    Cinquième mois de grossesse. Roze regardait son reflet dans le miroir comme s’il était… dangereux. Edward avait beau lui assurer chaque jour que Dieu faisait que tout allait bien se passer, qu’elle était toujours la plus belle et qu’il était très heureux (ce dernier point était vraiment très important pour Roze), elle ne pouvait s’empêcher de se sentir profondément angoissée. Etait-elle capable d’être mère, elle qui avait déjà du mal à s’occuper d’elle ? Ne risquait-elle pas de blesser son enfant, son fils – puisque c’était un garçon – à cause de ses hallucinations ? Les animaux comprenaient toujours les sentiments de Roze, elle avait une certaine empathie avec eux, en revanche, un bébé, ce n’était pas du tout pareil. Elle ne savait pas si elle saurait s’en occuper, pire, elle doutait qu’on la laisse le faire. Et ils avaient raison, elle était dangereuse pour son bébé. Quand il serait plus grand, ce ne serait plus un problème, mais tant qu’il était petit… elle risquait de le laisser tomber. Ce serait affreux, elle ne pourrait jamais se le pardonner ! Et pourtant, malgré toutes ces craintes, quelque part au fond d’elle-même, elle était contente de donner naissance au fruit de son amour. Finalement, ce n’était pas donner la vie qui était problématique mais bien tout ce qui en découlerait. Malgré tous ses soucis mentaux ou plus généralement de santé – Roze n’avait jamais été solide -, ses deux parents (dont son papa décédé en septembre dernier) avaient été merveilleux, ils n’avaient jamais abandonné, ils avaient parfois été un peu dur (son mariage avec Edward avait eut du mal à passer) mais ils avaient toujours tout fait pour qu’elle soit heureuse. Mais ces deux parents formidables n’avaient pas à faire face aux mêmes problèmes que Roze. Elle était malade, elle le savait, tout le monde le savait ! Son enfant en souffrirait sûrement, même s’il héritait de Erward une patience sans commune mesure…

    Oui, Roze avait peur. C’était d’ailleurs pour ça qu’elle ne voulait pas aller à son échographie toute seule. Malheureusement, Edward n’était pas disponible ce jour là, du coup, Roze avait embauché (en faisant comme si elle n’entendait pas les diverses protestations) Keira pour l’accompagner. C’était les vacances de noël, le groupe en profitait pour se retrouver, du coup, autant faire d’une pierre deux coups.

    Kapri ramenant sa maîtresse à la réalité, Roze attrapa son manteau et son écharpe et transplana jusqu’à l’hôpital. Keira l’attendait devant, parfait, elle était quand même venue finalement. En même temps, comment résister à une Roze qui vous prenait par les sentiments ? Elle avait tellement l’air d’une fragile poupée de porcelaine malgré son petit ventre de future mère, qu’on ne pouvait juste pas lui dire non n’est-ce pas ?

    « Keira ! Je suis là ! » Dit Roze en manquant deux fois de s’étaler par terre parce qu’elle trébuchait, son équilibre étant de plus en plus instable à mesure qu’elle avançait dans sa grossesse. « Rah, y’en a marre ! Je ne peux plus mettre de talon sans avoir l’impression de chanceler. » Problème d’équilibre, heureusement, elle arriva saine et sauve auprès de la rouquine, une tête et demi plus grande que son amie, pourtant plus vieille. Mais Roze ne mesurait qu’un mètre 43 (45 quand celui qui mesurait y allait à la louche), et ce n’était pas près de changer.

    « Bien, allons-y veux-tu ? » Et prenant le bras de sa camarade de CS, elle entra dans l’hôpital. A la salle pour l’échographie, Roze s’installa, l’air un peu distraite. « Je n’aime pas beaucoup les hôpitaux » dit-elle finalement « En fait, c’est les médecins que je n’aime pas. » Et là, le médecin entra justement, mais il fit comme s’il n’avait rien entendu. Installant l’écran et sortant sa baguette, il la passa sur le ventre de Roze qui frémit, ça la chatouillait. Alors, l’image du bébé apparut sur l’écran et on entendit son cœur battre régulièrement, calmement. Tournant la tête vers Keira, soit à l’opposé de l’écran, elle commenta sans sourire « Je crois bien qu’il dort. » le tout en ignorant le médecin qui essayait d'attirer son attention, histoire de commenter l'image.

    A côté de la plaque la Roze, comme d’hab !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emeraudia.forumsactifs.com

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Deux amies + un parasite = ? [PV]   Dim 14 Mar - 14:12


Roze n’était vraiment pas possible. Voilà ce que pensait la rouquine ce matin là, alors qu’elle grimaçait devant son reflet… Pourquoi donc devait-elle tomber enceinte ?? (Pour commencer !) Elle ne pouvait pas mettre des capotes, comme tout le monde ? Prendre la pilule ? Cumuler les deux ??? (Solution pour laquelle la rouquine avait voté il y a un petit moment déjà…). En admettant que la grossesse ait été souhaitée (question que se posait quand même la jeune chanteuse, parfois… m’enfin, soit, admettons !), elle était vraiment obligée d’infliger ça à Keira ??? C’était vraiment juste trop nul… Quand elle voyait Roze et son ventre ‘façon montgolfière’, ce n’était pas compliqué, la jeune femme avait presque la nausée. Keira ne comprenait pas ces femmes qui ressentaient le besoin oppressant de procréer. Pour le s**e, elle comprenait très bien, mais de là à vouloir accoucher… u__U Non, ça la dépassait totalement. Keira savait très bien que jamais, elle n’aurait d’enfants d’ailleurs !!! Déjà, elle n’en voulait pas (pour commencer !) et puis de toute façon, même si elle en aurait désiré, il aurait été préférable qu’elle s’abstienne. La rouquine était déjà dangereuse pour elle-même, alors si elle se retrouvait avec un enfant dans les bras, ce serait plus que catastrophique… Si son enfance à elle n’avait pas été celle qu’elle aurait aimé avoir, celle de son enfant serait sans doute encore pire. Alors merci, mais elle comptait bien faire sans !

Revenons-en aux faits. Quand Roze avait supplié son amie (et le tout par surprise, qui aurait pu croire que la jolie poupée blonde puisse être aussi fourbe ??? o__0), Keira avait grimaçait (et elle n’y pouvait vraiment rien, c’était venu tout seul !). Ca avait commencé par : « Eu… et Edward ? » (genre elle ne lui avait pas demandé à lui en premier !) « Il ne peut pas… ». Bon, ok… saleté de mari à la noix, tu engrosses ta femme, tu l’accompagnes chez le gynéco par tous les saints ! Ben que dalle, il file le sale boulot aux copines… merci le mari, on te le revaudra ! (Et pas la peine qu’il compte sur les copines pour (en plus !) s’occuper du petiot qui allait ramené sa pomme sur Terre sous peu… haha !!! IL POUVAIT TOUJOURS COURIR ! *tu entends ça Eddy ?*). Keira voulait bien être gentille, mais elle avait certaines limites, hein ? Hors de question qu’elle s’approche du bébé ! Tant qu’il n’était pas né, ça pouvait aller (bien qu’elle se serait très volontiers passé de ces ridicules échographies de m**de…), mais après, RAF ! Elle refusait de le voir. Pourquoi ? Parce que et puis mince !

Râlant un peu elle finit par céder à la requête de son amie (pffff). Et ce matin, alors qu’elle allait voir Roze (et optionnellement son gosse), Keira remuait de sombres idées en son fort antérieur. Si elle était face à son miroir, elle ne se voyait pas pour autant. Ses doigts glissaient mécaniquement dans ses longs cheveux ondulés, et ses prunelles se perdaient dans une galaxie lointaine.

Rapidement, elle fut prête à partir. Elle s’était arrangée un minimum (donc maquillée coiffée et tout le tralala) et transplana (bien contente d’avoir eu son permis, l’air de rien !) se laissant tomber sur un banc de pierre, à peine arrivée à destination, secouée par le transport sorcier… Rien à faire, vraiment, elle souffrait de mal de transplannage, à chaque fois, ça lui faisait le coup ! Au début, elle croyait que c’était uniquement parce qu’on la transportait, elle… mais non. Quand elle se transportait toute seule, elle avait la nausée aussi… Génial, quoi.

Relevant la tête, cinq minutes plus tard, elle avait retrouvé son équilibre et un peu de couleurs. Roze arrivait, courrant presque… Un sourire naquit sur les lèvres de la rouquine, une grimace suivit (quand elle vit son amie trébucher –le principe c’est de tuer le gosse avant qu’il voit le jour ? Fallait avorter dans ce cas, ç’aurait été moins crade quand même… /sbaf/-). Les sourcils froncés, laissant échapper un soupire lourd de sens, Keira suivit son amie dans l’hôpital. Vraiment, c’était la totale quoi ! Keira aimait énormément Roze pour la suivre ici… 1/ Elle n’aimait pas l’idée d’être enceinte (on l’aura compris) 2/ Elle aimait encore moins l’idée que Roze soit enceinte (même si elle l’adorait vraiment, elle avait du mal à voir une bonne mère en elle… c’était comme ça, c’était peut-être dégueulasse de sa part de penser ça, mais elle n’approuvait pas du tout…) 3/ Elle ne supportait pas les hôpitaux (normal, quand elle y allait c’était soit pour l’anorexie, soit pour la désintox, et dans les deux cas ce ne fut pas une partie de plaisir, alors tant qu’à faire, elle préférait éviter un maximum !). Quand Roze parla justement de ce dernier point, Keira enfouie son visage dans ses mains… Puis les autres propos de la sorcière firent (enfin !) sourire la rouquine qui répondit, rêveuse :

« Ah oui ? Moi je préfère les médecins aux hôpitaux… Surtout quand ils s’appellent Erwan. »

Rayonnante la sorcière songea à son ami… Il avait réalisé son rêve en travaillant ici… Et elle ne pouvait s’empêcher de l’admirer. Il avait tant de volonté, de détermination… d’ambitions ! Toutes ces choses qu’elle-même n’avait pas, ou qu’elle avait mal développé… A présent, elle se demandait si elle allait croiser son ami ou pas… Elle aurait du lui envoyer un mail hibou pour savoir s’il travaillait aujourd’hui… tant pis ! Alors qu’elle songeait à cela, le fameux médecin (qui n’était, hélas, pas son meilleur ami) fit son entrée et l’échographie pu commencer (non, je peux toujours pas sortir ??? Ok… Cool… Pas de soucis, je m’éclate, t’inquiète…). Malgré elle, Keira observa l’échographie, tandis que Roze partait dans son délire (ce qui, en soit, ne dérangeait jamais Keira, qui elle-même était loin d’être bien équilibrée…).

Risquant un sourire, la sorcière chuchota (sait-on jamais, qu’elle le réveille !) :

« Regarde… »

Raaah, ça la faisait bien ch**r de l’avouer, mais voir l’échographie et écouter le cœur, ça lui faisait tout bizarre… Bon elle ne voulait toujours pas d’enfant et pensait toujours que c’était bien débile ce qu’elle faisait, là, Roze, mais elle était un brin émue… Non, elle ne comptait pas pleurer ou s’émouvoir comme certaines femmes –des malades, de l’avis de la rouquine-, mais bon… Elle était un brin touchée, quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

avatar
Sport et culture

Parchemins : 417
Âge : 33 ans [14-02-1980]
Actuellement : Chanteuse et claviériste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Deux amies + un parasite = ? [PV]   Lun 15 Mar - 15:48

    Roze haussa les épaules, soulevant au passage ses anglaises brunes, d’un air désappointé. « Je suppose qu’ils ne peuvent pas tous être comme le croque-mitaine mais ça ne change pas grand-chose. » Car si Roze détestait les médecins c’était parce que c’était la profession de celui qui avait tué sa nurse et qui l’avait ensuite torturé psychologiquement pendant deux ans et demi, jusqu’à ce qu’elle entre à Poudlard et soit à des centaines de kilomètres de son influence en réalité. Quand elle fermait les yeux, elle voyait clairement sa blouse blanche avec l’insigne des médicomages, non, elle ne pourrait jamais oublier. Heureusement, Edward avait changé d’avis car au début il voulait faire ce métier.

    Enfin, malgré ça, l’échographie suivait son cours. Keira regardait l’image tandis que Roze elle n’osait pas. Cependant, comme son amie semblait un peu émue et qu’elle exhortait à regarder, elle finit par jeter un coup d’œil à l’image. Il allait bien visiblement, il semblait tranquille, apaisé. Levant les yeux vers le médecin, elle demanda de sa petite voix flûtée « Tout va bien ? » Le médicomage prononça une formule et l’image du fœtus prit forme en 3D tandis qu’une série de symbole l’entourait. « Oui, parfaitement bien. » L’image disparut et le médicomage rangea sa baguette dès qu’il eut donné des photos de l’échographie à Roze. « Je vais aller écrire le rapport, vous pouvez m’attendre ici ? » Roze fit signe que oui et regarda les photos en fronçant les sourcils, visiblement encore un peu inquiète malgré les assurances du médecin.

    Celui-ci sortit et Roze se tourna vers Keira. « Nous l’avons réveillé, il bouge. » Elle ne proposa pas à Keira de le sentir, ne voulant pas lui imposer ceci en plus car elle savait bien que Keira n’approuvait pas vraiment cette grossesse. Toutefois, elle était là quand même. Cela faisait vraiment plaisir à Roze d’avoir une amie qui sache passer sur ses opinions pour l’aider.

    « Tu sais… j’espère qu’il ressemblera à Edward. » Elle posa les doigts sur l’image avant de glisser sa main jusqu’à son ventre et de dire doucement « Calme toi Lucas, Mutty est fatiguée. » Et c’était vrai que Roze semblait dépourvu de cet entrain qu’on lui connaissait d’habitude. Intuitivement, elle savait qu’elle accoucherait avant terme. Son corps n’était pas un corps de femme, il était trop longtemps resté figé dans le temps, à ses huit ans. Mais elle tiendrait le plus longtemps possible, d’ailleurs, dans trois semaines le bébé serait viable même s’il serait mieux qu’elle arrive à le garder jusqu’au huitième mois minimum.

    « S’il est comme moi, je m’en voudrais beaucoup. » continua-t-elle en soupirant. Quand elle disait comme elle, elle parlait de sa schizophrénie. Bien entendu, ce qui l’avait rendu folle pour de bon, c’était les tortures mentales qu’elle avait subies, mais on était schizophrène de naissance, de plus la famille de Roze était très fragile physiquement. Elle ne voulait pas que son fils soit comme elle, qu’il souffre d’être différent. Elle voulait qu’il soit heureux, épanoui, accepté par tous. C’était ce qu’elle souhaitait le plus et peut-être que c’était la première pensée de Roze en tant que mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emeraudia.forumsactifs.com

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Deux amies + un parasite = ? [PV]   Mer 24 Mar - 18:45

Keira ne pouvait répondre aux dires de son amie… Elle n’avait pas vécu l’enfance de la jolie blonde et ne pouvait (et ne pourrait certainement jamais) comprendre ce que la jeune femme avait vécu dans son enfance… Il y a avait des blessures qui ne pouvaient être partagées, et ce malgré tous les efforts que l’on pouvait déployer… Certaines choses restaient inatteignables… Et le passé de Roze était de ces choses que Keira apercevait sans jamais pouvoir y toucher pour autant… Roze finit par regarder l’échographie à son tour (pas qu’il fallu insister, mais presque !). Keira, quant à elle, restait bouche bée… Que les choses restent bien claires. Elle trouvait ça vraiment stupide de vouloir donner la vie… c’était infiniment ridicule ! Le monde était tellement laid !!! Pourquoi obliger un être à survivre (car on ne pouvait même pas dire ‘vivre’ à ses yeux) dans pareilles immondices ? C’était de l’égoïsme, de l’égocentrique… Juste pour se prouver que oui, on peut mieux faire que les autres… Alors qu’au final, tout le monde échouait lamentablement… mais de toute évidence, les génération suivante se jugeait toujours plus malignes que les précédentes et elles recommençaient… ha, quelle blague ! Ceci étant, elle avait beau campé sur ses convictions, ben elle avait du mal à le haïr ce futur bébé, mine de rien… Elle pouvait même presque (oui presque) comprendre qu’on puisse en désirer un… (Même si, elle, de son côté, elle préférait laisser les autres femmes accoucher plutôt que devoir le faire elle-même ! Faut pas abuser quand même ^_^)

Roze observa (enfin, donc) l’écran, questionnant le médecin sur la santé de son fils. Le médicomage répondit positivement… Tout semblait aller bien… Roze ne semblait pas être aussi confiante que le médecin… Keira quant à elle s’en fichait un peu… Ce gosse, franchement, elle ne l’aimait pas du tout… mais elle aimait son amie alors, elle était bien obligée de s’inquiéter un minimum pour elle… (halala, dure la vie !) :

« Ca ne va pas, Rozie ? »

Le surnom, c’était normal. Keira surnommait quasiment l’intégralité de ses amis et connaissances (quelques veinards y échappaient, mais ils se comptaient sur les doigts d’une main =D). L’enfant du donner un coup à sa mère qui lui adressa alors al parole (ça aussi, Keira avait toujours trouvé ça ridicule ! M’enfin… Paraît qu’ils entendaient dans le ventre… Soit…). Heureusement que Roze ne lui proposa pas de sentir le futur bébé la frapper (le pire c’est que des tonnes de mères sont ravies de se faire tabasser par leur gosse u__U), et honnêtement, ça arrangeait vraiment la rouquine. Elle n’était vraiment pas à l’aise avec toutes ces choses là… Vraiment…

Ce que dit la jeune allemande ensuite attrista son amie… Que pouvait lui dire Keira ? Elle n’avait pas envie de mentir… Elle n’aimait pas ça (et elle le faisait déjà beaucoup trop, en l’occurrence !). Se pinçant les lèvres, elle prit la main de Roze et la porta à ses lèvres, chuchotant simplement :

« J’imagine que s’il est élevé dans l’amour tout devrait très bien se passer… »

Elle n’aimait pas dire ça. Elle ne savait pas du tout comment ça se passait dans les familles normales… Apparemment, il y avait toujours des problèmes, mais ça finissait souvent par s’arranger comme il faut… Keira en avait déduit ça des dires de ses amis… Ceci étant, Roze et Edward pouvaient-ils être considérés comme un couple ‘normal’ ? Entre Edward qui était enseignant à Poudlard (donc rarement chez lui…) et Roze qui avait ses problèmes de santé… Honnêtement, Keira n’était pas sûre qu’il s’agisse d’un bon environnement pour un enfant. Mais avait-elle son mot à dire ? Elle savait bien que ses pensées blessaient son amie. Mais elle ne pouvait pas penser différemment… c’était ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

avatar
Sport et culture

Parchemins : 417
Âge : 33 ans [14-02-1980]
Actuellement : Chanteuse et claviériste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Deux amies + un parasite = ? [PV]   Sam 27 Mar - 10:18

    Roze ferma les yeux quelques secondes lorsque son amie lui demanda si ça allait (ou plutôt si ça n’allait pas). Elle n’eut en apparence aucun signe d’abattement mais le seul fait que Roze ferme les yeux était inquiétant puisqu’elle n’était pas le genre à le faire (sauf dans des périodes de délires pseudo romantiques) car pour Roze, fermer les yeux lorsqu’on ne dormait pas, c’était tenter de fuir la réalité. C’était d’ailleurs ce qu’elle s’efforçait de faire en ce moment. Son père était mort et elle s’inquiétait pour son enfant. Elle n’avait pas l’habitude de ne pas réussir à rationaliser ce qu’elle ressentait et ça l’angoissait. En effet, sous ses airs de douce folle et de rêveuse, il n’y avait pas plus terre à terre que Roze. Elle avait besoin de s’accrocher à la réalité pour ne pas sombrer dans les limbes de la folie, mais la mort, la naissance, c’était des domaines que même la science ne connaissait pas totalement alors elle perdait pied.

    « Si, ça va. Je suis juste un peu inquiète. » Dit-elle en rouvrant les yeux, baissant les armes face à ce qui se déroulait dans sa vie en ce moment. Il y avait des moments où se rendre était plus fatiguant que de lutter, c’était ce que vivait Roze. Elle ne se sentait pas malheureuse, elle avait une vie enviable par bien des aspects. Elle était riche, plutôt mignonne (sans être un canon), elle avait un mari qui donnerait tout ce qu’il avait, sa vie y compris, pour elle… une famille et des amis qui l’entouraient. Elle n’était pas à plaindre. Elle était schizophrène bien sûr, mais elle se soignait et elle le vivait plutôt bien maintenant qu’elle était suivie. Seulement, elle savait par quels épreuves il fallait passer quand on était différent, elle ne voulait pas ça pour son enfant. De plus, elle ne se sentait pas capable de s’en occuper. Elle serait une mauvaise mère, c’était une évidence pour tout le monde (sauf Edward, trop aveuglée par son amour pour elle), et elle en souffrait.

    « L’amour ne règle pas tout. Mes parents m’aimaient sincèrement et regarde moi… » Elle passa la main sur son front d’un air las et reposa son regard azur sur le bébé. « Même si je l’aime, ce ne sera peut-être pas son cas. Aucun enfant au monde ne devrait avoir une mère comme moi, qui ne pourra même pas le prendre dans ses bras. » Elle pâlit un peu plus et secoua légèrement la tête. « Malheureusement, j’ai été bien trop faible pour renoncer à lui donner naissance. J’ai toujours été égoïste, je le serais toujours. On pourrait croire que j’ai accepté d’avoir un enfant parce qu’Edward en voulait un, mais c’est faux. Je ne suis pas si altruiste. C’est pour moi que je voulais le garder, par amour… en quelque sorte. Mais s’il naît malade, je devrais porter le poids de ce péché. » Il fallait bien comprendre que pour Roze, tenir ce genre de discours parfaitement cohérent tenait presque de l’exploit. Mais si d’habitude elle partait dans ses délires, ce n’était pas parce qu’elle n’était pas capable d’avoir une vraie conversation, c’était seulement que ça la fatiguait de lutter contre ses tendances et qu’elle considérait aussi n’avoir rien à prouver à personne. Quiconque la connaissait un peu savait que Roze était plus qu’une gentille folle, qu’elle cachait sous cette carapace quelqu’un de très intelligent et de très réfléchi.

    « Enfin, je te dis tout ça mais tu le savais déjà je suppose. » Puisque Keira ne devait sûrement pas se faire beaucoup d’illusion sur les capacités de son amie à s’occuper d’un enfant et qu’elle devait bien savoir qu’il y avait un risque pour que la maladie de Roze se transmette à son fils. « Edward pense que si je peux vivre avec la maladie, Lucas le pourra aussi dans le cas où il serait comme moi mais Edward a toujours été un idiot utopiste. » Et à ces mots, un sourire éclaira le visage de Roze, un sourire tendre de femme amoureuse, car finalement, ce qu’elle aimait le plus chez Edward c’était justement qu’il soit un idiot utopiste si différent d’elle. Roze pouvait dire ce qu’elle voulait mais Keira avait raison sur un point, dans la vie de ce futur bébé, il y aurait beaucoup d’amour car le foyer de Roze n’en manquait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emeraudia.forumsactifs.com

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Deux amies + un parasite = ? [PV]   Lun 29 Mar - 19:51

Les sourcils froncés, Keira écouta Roze parlait sans rien répondre en retour. Que pouvait-elle lui dire en retour de toute manière ? Elle avait bien quelques éléments à glisser, afin d’argumenter son point de vue… mais honnêtement, elle n’en n’avait pas la force, et, en plus, elle n’avait pas forcément très envie de poursuivre cette discussion non plus. Keira se sentait terriblement mal. Les lieux, qui lui rappelaient de bien mauvais souvenir (une cure ce n’est jamais facile), le sujet qui était loin d’être (pour elle) un sujet de prédilection… Tout semblait s’être liguée contre elle, afin qu’elle se sente au plus mal ouai bon là on a une pensée un tantinet nombriliste… mais bon !.

« Non mais… Bon, laisse tomber. »

Non vraiment, Keira ne se sentait pas la force ni même l’envie d’argumenter. Tout lui déplaisait là, à l’instant. Absolument tout ! Cet enfant qui devait venir et qui, avant même d’être né était un problème… Cet amour qui flottait dans l’air et qui la faisait souffrir, lui rappelant que ses amours à elle, avaient tous pris la flotte, et ce d’une manière plus que lamentable. Elle n’était pas forcément jalouse de Roze (quoique…) mais disons qu’elle l’enviait. Pas pour son enfant (oh non alors, pas du tout, même !) mais plutôt pour l’amour qu’elle pouvait quotidiennement donner et recevoir. Pensive, la sorcière rousse laissa ses songes l’emporter dans un monde parallèle où tous ses soucis n’avaient plus le même sens. Elle rêvait d’un autre présent, mais il fallait être réaliste. Elle avait bien cherché tout ce qui lui était arrivé… C’était sa faute. Uniquement sa faute, à elle. Elle n’avait qu’à faire avec, sinon elle sortait du jeu. Tel un pion renversé par le cavalier sur un jeu de damme. Elle, elle avait récupéré la place du fou. Elle allait en tout sens, sans avoir de réelle ambition, si ce n’est s’en sortir…

Finalement, portant ses paumes de mains sur son front, la rouquine tangua légèrement sur sa chaise, n’ayant rien à redire… C’est ce pourquoi, elle finit par souffler, doucement :

« Je… Je ne peux pas répondre à tout ça, Roze. »

Keira n’avait pas de boule de cristal, ni de tasse de thé à disposition. De toute façon, pour elle, la divination n’était que foutaise. Comme toutes ces histoires de destin. Elle traçait sa propre vie, sans penser aux conséquences plus que cela... Avec ses échecs et ses réussites, elle avançait comme elle le pouvait. Mais elle ne croyait pas à cette force qui poussait une personne à faire tel ou tel choix. Non, ça, elle n’y croyait pas le moins du monde. Keira se sentait de plus en plus mal, ici, entre ces quatre murs blancs, face à cette vie à venir, face à tout cet amour qui émanait de la jolie sorcière blonde qui lui faisait face. Un sentiment d’étouffer, de ne pas pouvoir s’en sortir, le tout agrémenté d’une pincée d’échec… Tout cela affluait en elle sans qu’elle ne sache réfréner ses sentiments. Elle ne désirait plus qu’une chose. Sortir. Respirer. Oublier. Elle avait besoin d’air… et c’était de plus en plus urgent. Le visage livide, les joues dénuées de la plus petite pointe de couleur, elle ne levait pas la tête, le front toujours enfoui dans ses paumes de mains. Elle ne voulait plus voir tout ça… C’était trop. Mais en même temps, elle n’avait pas la force de planter Roze ici même. Elle aimait trop l’allemande pour agir ainsi avec elle… Et pourtant, ce n’était pas l’envie qui lui manquait de fuir les lieux, de déserter au plus vite… les fesses collées à sa chaise, malgré tout, elle attendait que le médecin revienne… Pour, enfin, pouvoir sortir.
[ 6 1 9 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

avatar
Sport et culture

Parchemins : 417
Âge : 33 ans [14-02-1980]
Actuellement : Chanteuse et claviériste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Deux amies + un parasite = ? [PV]   Lun 5 Avr - 18:59

    Roze sentit la détresse de son amie et par réaction, elle quitta la banquette d’auscultation et descendit précautionneusement les marches avant de s’approcher de la petite Keira. Oui, bien sûr, physiquement Keira était bien plus grande que Roze, mais pour la blondinette, son amie était encore si fragile, si perdue, comme un enfant qui viendrait de naître et qui est aveuglé par la lumière du jour.

    Passant ses bras autour de son amie, elle la pressa légèrement contre sa poitrine, caressant d’une main les mèches rousses du leader de son groupe. « Excuse moi ma chérie, je ne voulais pas te faire de peine. » Elle avait seulement voulu exorciser ses angoisses mais Keira n’était pas la bonne personne pour ça. Du moins, elle n’en avait peut-être pas la force. Roze, elle, était très forte. Depuis toujours, même lorsqu’elle était sous l’emprise du Croque-Mitaine, elle avançait en regardant droit devant elle. Aucun obstacle ne pouvait la faire plier une fois qu’elle avait pris une décision, néanmoins, il lui fallait parfois longtemps pour se décider car elle pesait toujours le pour et le contre. Ce qui la dérangeait dans cette grossesse, c’était justement qu’elle n’avait pas eut le temps de la planifier jour pour jour comme elle l’aurait désiré, elle n’avait pas eu le temps de s’habituer à la présence de ce petit être en elle et bien il serait déjà là, sans qu’elle sache bien quoi en faire. C’était très troublant pour elle, mais malgré ses peurs et ses craintes pour l’avenir, elle tenait trop à Keira pour continuer à parler d’un sujet qui lui déplaisait tant. Non que Roze ait des masses de personnes à qui parler de tels sujets – les amis ne se bousculaient pas au portillon – mais elle l’avait dit, elle était égoïste à sa façon, de fait, elle n’avait besoin de personne pour résoudre ses problèmes. Keira en revanche…

    « Viens, on s’en va. » Elle se redressa et tendit la main à Keira comme si dans ce tableau, elle faisait bien plus femme que poupée de porcelaine. Parce que les apparences sont trompeuses avec Roze et qu’elle n’était pas ce qu’elle semblait. Serrant les doigts de son amie dans sa petite main fine, elle leva le menton de la rousse pas encore levée vers elle et lui sourit. « Rentre avec moi Keira, je vais te préparer des biscuits et un bon chocolat chaud pour te redonner des couleurs. » Roze n’était pas naïve, elle savait parfaitement que son amie avait souvent une vie plus que dissolue à cent lieu de celle qu’elle, Roze Maiden-Montgomery, pouvait avoir. Mais jamais elle n’avait donné d’alcool à Keira, jamais elle ne l’avait laissé fumer en sa présence non plus (moins encore depuis qu’elle était enceinte, déjà que la santé de Roze était défaillante, pas besoin d’en rajouter !). Roze ne faisait jamais la morale à son amie, quand elle la voyait arriver plus ou moins mal remise à une répétition, elle ne disait rien et lui faisait un thé à la rose. Peu habile en matière de communication, c’était la façon qu’elle avait de montrer son affection, par petite touche, comme un impressionniste sur un tableau. Ça ne changerait pas la vie de Keira, mais elle saurait au moins que bébé ou pas, elle avait une vraie amie là, en face d’elle, qui l’accueillerait toujours dans son cottage avec un sourire et des douceurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emeraudia.forumsactifs.com

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Deux amies + un parasite = ? [PV]   Ven 9 Avr - 19:43

Keira n’aimait pas ça. Pas du tout, même. Donner du souci à ses amis, c’était justement ce qu’elle essayait toujours d’éviter ! Mais là, que pouvait-elle dire, faire ??? Elle était dans une impasse et cette situation l‘écoeurait au moins autant qu’elle-même pouvait se dégoûter toute seule. Elle avait vraiment envie, et besoin de ses bras réconfortants, mais une chose en elle hurlait de rage et crachait du mépris. Une fierté mal placée, peut-être ? Elle était tellement… habituée à tout maîtriser (ou à en donner au moins l’illusion) qu’elle avait le sentiment de sombrer dès qu’une chose n’allait pas dans son sens. Une petite gouttelette et ses peurs et craintes débordaient sans qu’elle ne parvienne plus à les retenir.

« Non, c’est moi qui suis désolée, Roze, je suis nulle comme amie… »

Elle le pensait. Vraiment, Keira s’en voulait de ne pas être capable d’aider son amie dans cette ‘joyeuse’ aventure… Elle aurait réellement aimé pouvoir lui être utile, être capable de lui dire des mots qui l’auraient apaisée, qui l’auraient rassurée… Elle le souhaitait. Sincèrement. Mais elle en était incapable. Et c’était ce qui la dégoûtait le plus. Ne pas savoir être là et se rendre utile quand il le fallait. Oui, la rouquine ne supportait pas (ou plus) son rôle de potiche. Etre là et faire joli c’était amusant… au début. Mais avec certaines personnes, elle aurait sincèrement aimé pouvoir donner plus qu’un sourire (souvent mensonger, qui plus est). Et la liste de ces personnes n’était pas immense mais elle était quand même importante… En tête actuellement : Roze… pas loin derrière : Enry… Et il y avait Heaven, aussi… et Erwan ! Lexy… Toutes ces personnes qui comptaient tant pour elle et auxquelles elle ne pouvait rien donner… C’était vraiment dur pour elle. Se rendre compte qu’elle n’avait aucune utilité.

Puis elles finirent par quitter les lieux. L’invitation de Roze fit réellement plaisir à Keira, mais elle restait réaliste. Elle ne pouvait rien avaler en présence de qui que ce soit. Y compris ses amis les plus proches. Si elle n’était plus considérée comme étant anorexique, elle restait avec des difficultés notoires vis-à-vis à l’égard de la nourriture. Et manger en compagnie d’une personne lui demandait plus d’effort qu’elle ne se sentait capable d’en fournir à l’heure actuelle.

« Eu, écoute, c’est gentil, vraiment… mais j’ai… ben je dois aller à un casting d’ici peu, et puis j’ai rendez-vous avec eu… ma… mon… enfin, tu sais quoi, le médecin bientôt, donc je préfère éviter de faire trop de transplanage aujourd’hui, je ne me sens pas trop d’attaque… »

Le fameux médecin étant le psychomage que la rouquine devait consulter à intervalles réguliers pour ses soucis alimentaires. Elle n’était certes, plus considérée comme anorexique, mais restait, au regard des médecins, un sujet dit ‘à risque’ et elle était donc encore forcée de suivre une thérapie afin de vérifier, régulièrement si tout ne se déréglait pas (l’équilibre installé étant déjà plus que fragile).

Keira aimait énormément la façon dont Roze l’accompagnait. Jamais elle ne donnait d’avis ou n’interférait dans la vie de la sorcière. Elle la laissait toujours faire ce qu’elle voulait et ne l’avait jamais critiquée (et elle était bien une des seules à ne pas le faire !). Roze se contentait d’être là, quand Keira en avait besoin, et le tout en toute discrétion. L’Allemande savait très bien gérer la sorcière égarée en réalité. On pouvait la traiter de folle, Keira ne la considérait pas du tout de la sorte. Au contraire, elle semblait être, au regard du mannequin, la personne la plus censée qu’elle n’ait jamais rencontrée. A sa façon, certes… Mais cela restait fort plaisant. Et rassurant.

« Ca va aller, toi ? Pour rentrer… Et eu… le reste ? »

Elle observait son aînée avec un peu d’inquiétude quand même (pas inquiète pour sa propre personne mais plutôt pour la future maman).

« C’est toujours bon pour la répétition de demain ? On se voit à 14 heures ? »

Embrassant son amie sur la joue, elle la serra doucement contre elle, esquissant un léger sourire, puis, posant ses yeux sur sa montre, elle grimaça :

« Bon, la mégère m’attend… A demain… »

Un dernier sourire et Kira retourna dans la clinique (quelle joie !) direction, l’étage réservé aux personnes atteintes de troubles psychologiques… Yahou !
-FIN POUR KEIRA-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux amies + un parasite = ? [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux amies + un parasite = ? [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Deux humoristes virés du poste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: