AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Console myself that i didn't [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Console myself that i didn't [PV]   Lun 29 Mar - 0:23

Le mois de mars était déjà bien entamé et les températures augmentaient petit à petit. Bérénice tournait entre ses doigts la dernière lettre d’Erwan. Il lui disait toujours la même chose, qu’il allait bien, ses journées, ce genre de choses… Elle n’y avait pas répondu et, en réalité, elle songeait à ne pas le faire. Elle n’avait pas envie d’avoir la conversation qu’il faudrait qu’ils aient. Elle savait maintenant que c’était vrai, Erwan la trompait. La petite voix de sa conscience lui souffla qu’en fait elle l’avait toujours su. Il ne l’avait jamais aimé, même pas un tout petit peu. Elle savait bien que ce n’était pas le grand amour, tout ça, elle n’était pas stupide et surtout, elle était trop observatrice pour se leurrer à ce point. Néanmoins, elle avait sincèrement cru qu’il serrait sincère avec elle, que s’il ne voulait plus d’elle, si elle ne suffisait pas, il la quitterait simplement. Cela ne l’aurait pas spécialement choquée, rendue un peu triste seulement. Là, elle ne savait pas trop ce qu’elle ressentait. Elle avait voulu lui faire confiance quand personne ne croyait qu’Erwan pouvait être quelqu’un de bien et elle se sentait peut-être juste un peu bête, naïve. Elle n’arrivait même pas à pleurer alors qu’elle décidait qu’il était temps de se délier de cette relation qui ne correspondait pas à ses aspirations.

Remontant les genoux, elle s’appuya sur sa main, la lettre effleurant son front et elle regarda le paysage du parc. Elle n’arrivait pas à définir ce qui était le pire : qu’elle trouve normal qu’un garçon comme Erwan joue avec ses sentiments ou bien qu’il le fasse justement. L’estime que BB avait d’elle étant assez basse (pour ne pas dire nulle), c’est comme si elle s’était toujours attendu à devoir à un moment prendre cette décision. Cela lui semblait tellement naturel de ne pas être aimée qu’elle n’arrivait même pas à en vouloir à Erwan, c’était elle qu’elle haïssait d’être à la fois aussi conne (fallait le dire franchement) et incapable d’être aimée.

Cherchant à se consoler tout en se redressant un peu, elle se dit que ça n’aurait pas été vain. Plutôt rationnelle par nature – au point d’en être assez froide finalement -, elle se dit que tant qu’à se faire avoir, Erwan avait été plutôt un bon petit ami. Il n’avait jamais oublié de lui écrire alors qu’il était très occupé – et là, ironiquement, elle ne songeait pas qu’aux études du jeune homme – et lorsqu’il lui avait pris sa virginité, ça s’était vraiment bien passé. Elle qui se faisait une montagne de la chose avait réalisé que ce n’était pas si terrible que ça (dans le sens dangereux) et c’était plutôt et bah… bien de l’avoir fait. Enfin, elle supposait. Et puis, elle était sincèrement amoureuse même si ce n’était pas réciproque, alors… elle s’efforçait de ne pas avoir de regrets. Pour le moment ce n’était pas facile mais pour aussi naïve qu’elle ait été, elle savait qu’on reste rarement avec son premier petit ami – même si ça pouvait arriver aux chanceux, mais elle n’était pas chanceuse – et elle avait déjà cette idée bien en tête il y avait un mois quand ça avait eut lieu.

Elle laissait ces pensées tourner dans son esprit et se mélanger sans chercher à distinguer ce qui était rationnel de ce qui était amer. Elle mit plusieurs secondes à réaliser que quelqu’un s’était penché sur elle. Quand elle leva enfin les yeux, elle vit que c’était Tyler et elle resta un moment interdite, comme si elle avait été prise en faute.

« Oh… » Finit-elle par lâcher sans trop savoir pourquoi. Puis, elle attrapa un pan de la chemise de Tyler et sans transition, sans même un bonjour, dit « Puisque t’es là, tu veux pas rester avec moi ? »

{633}

[ 638 mots ]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 311
Âge : 27 ans
Actuellement : Employé administratif au MagenMagot


MessageSujet: Re: Console myself that i didn't [PV]   Mar 30 Mar - 18:33

La journée était déjà bien entamée, mais Tyler avait l’esprit ailleurs, la discussion avec sa sœur sur son petit ami ne l’avait pas rassuré complètement, mais elle vieillissait, il fallait le reconnaître quand même. Elle grandissait, devenait une jeune fille au caractère bien trempée, au moins, elle ne se laisserait pas marcher dessus, et malheur au garçon qui essayerai de la faire plier dans son sens à lui. Bah oui, ana avait son caractère et Tyler avait laissé tomber depuis quelques années à la raisonner, enfin il essayait toujours, mais il y avait une certaine façon à prendre avec elle. Après tout, c’était sa sœur, il la connaissait très bien, et puis, il était comme elle, pourtant, il savait avoir l’air heureux quand il fallait, jamais montrer de faiblesse qu’il soit triste ou non… Bref, il avait forgé au même titre qu’Ana une carapace à émotions, rien ne le rendrait plus triste qu’il ne l’a déjà été lors du décès de son père, c’était comme ça, et il irait de l’avant maintenant. En tout cas, rien ne l’empêchait pour autant d’être un peu pensif… surtout quand il était seul en faite.

Alors que les cours du garçon était fini, ses devoirs également, en bon serdaigle, il faisait toujours en temps et en heure ses devoirs, qui sait, le surmenage n’était pas vraiment dans ses habitudes, et quand on prend le temps de courir tout les matins, de jouer de la guitare quand on en a envie, avoir des devoirs de dernières minutes à faire, ce n’est vraiment pas le genre de chose qui plait. Tyler errait donc dans le parc, après tout, un peu d’air aidait toujours à la réflexion non ? Dans un sens, si on lui demandait pourquoi il était seul dehors, il pourrait répondre que c’est son statut de préfet qui lui fait faire ce genre de ronde le soir, vérifier que tout est en ordre, que tout va bien, qu’il est juste en fonction et non en réflexion. Il était d’ailleurs toujours étonné d’avoir eu ce poste, mais en même temps, le rôle de préfet ne pouvait pas mieux lui aller, après tout, il était quelqu’un de confiance, à qui on pouvait parler sans problème, sans risque de se faire juger, sans avoir de préjugés sur les autres, et peut importe la maison, il se ferait toujours un réel plaisir à aider les autres.

D’ailleurs, pendant qu’il continuait à faire le tour du bois, le garçon observa au loin une silhouette qu’il connaissait assez bien, et pour cause, il s’agissait d’une amie, mais également de sa cavalière du bal. Qu’est ce que BB faisait la toute seule dehors… Bizarre, en même temps, on ne pouvait dire que Bérénice était complètement ordinaire comme fille, c’est peut-être pour ça que Tyler l’appréciait autant, ce n’était pas le genre de fille à se fondre dans la masse, ni à être complètement comme les autres… En même temps, elle ne le faisait pas spécialement exprès d’être différente, mais quand même… s’approchant donc de la jeune fille, il resta un moment immobile à coté d’elle, mais elle ne semblait pas réagir, il se décida donc à prendre la parole pour la tirer de ses pensées.

« Que fais une jolie fille toute seule dans le parc ? »

La réaction de la blonde fut un peu étonnante, dans la mesure où il avait vraiment l’impression de la sortir de ses rêveries. En tout cas, même si elle resta un peu silencieuse, la phrase qu’elle lui annonça un peu après fut assez surprenante. Elle voulait qu’il reste la, avec elle, elle ne semblait vraiment pas en forme, elle avait une petite voix, plus petite que d’habitude, et en plus, elle avait une enveloppe qu’elle fixait par moment qui intriguait un peu l’aigle. Curieusement, il s’abaissa à coté d’elle, histoire de s’asseoir à sa hauteur avant de lui poser quelque question.

« Bah alors, qu’est ce qui va pas ? Tu as reçu une mauvaise nouvelle ? Tu veux en parler ? Promis, je reste avec toi mais seulement si tu m’expliques ce qui ne va pas ? »

A cela, le garçon resta silencieux, regardant son amie et attendant surtout des explications quand à la manière ou il pourrait lui donner un réel coup de main.

[714 Mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Console myself that i didn't [PV]   Mer 31 Mar - 7:24

La voix de Tyler avait réveillé la jolie blonde (enfin jolie du point de vu de Tyler tout au moins) qui leva sur lui ses grands yeux bleus secs malgré la détresse qu’on pouvait y lire. Elle avait beau être résolue, elle se sentait mal. Mais elle n’arrivait pas bien à définir quelle réaction elle était censée avoir. Pleurer sans doute, mais pour le moment elle n’y parvenait pas. Ce n’était pas qu’elle n’était pas triste, très loin de là, c’était seulement qu’elle ne se sentait pas capable de… comment dire ? D’extérioriser son sentiment, voilà. Elle n’avait été très douée pour ça. Elle était fragile alors elle se forgeait une carapace tout autour d’elle. Et puis, elle était perdu face aux autres, intellectuellement, elle savait à quelle réaction correspondait quel sentiment mais ce n’était pas si simple en pratique car émotionnellement, elle n’était pas faites comme tout le monde, tout simplement.

Heureusement, Tyler accepta de rester avec elle mais il y posa une condition. Elle tira un peu plus sur le pan de la chemise du jeune homme pour qu’il s’installe à côté d’elle, elle n’avait pas envie de crier pour lui dire ce qu’il y avait, elle voulait le souffler, ne surtout pas le dire trop fort, car une fois que ce serait fait, et bien ce serait vrai, qu’Erwan le sache ou non. D’ailleurs, elle ne savait même pas encore si elle allait lui dire ou non. Il s’en fichait sans doute d’elle puisqu’il la trompait alors elle n’avait peut-être qu’à disparaître discrètement de sa vie… La discrétion, c’était une de ses principales qualités après tout. Mais justement, elle l’était trop peut-être, c’était pour ça qu’il l’avait trompé ? Elle ne savait plus, ça lui serrait le cœur d’être aussi incapable de se faire aimer, et puis, d’être aussi naïve aussi. Elle avait tellement voulu croire en lui, lui faire confiance… alors même que tout son entourage l’avait prévenu que ça se passerait mal, qu’il ne fallait pas qu’elle reste avec lui. Mais ça avait été plus fort qu’elle. Elle voulait croire, juste ça, et c’est pour cette raison qu’elle n’avait pas écouté Tyler et les autres, et que maintenant elle se retrouvait dans cette profonde détresse.

« Pas de mauvaises nouvelles… » Chuchota-t-elle en regardant la lettre. « C’est une lettre d’Erwan, il me dit… la même chose que d’habitude. » Et la voix de Bérénice s’éteignit dans un soupir tandis qu’elle baissait les yeux. Quand elle avait reçu cette lettre, elle avait vaguement espéré que ce soit une lettre de rupture. Peut-être que la fille qu’on l’avait vu embrassé était sa nouvelle petite amie, que le hibou de rupture avait juste eut un peu de retard… oui, étrangement, ça lui aurait fait moins mal dans ce sens là. Elle aurait pu se dire que ce n’était pas sa faute, que leur histoire était fini, qu’elle avait juste atteint ses limites. Alors que là, elle en venait simplement à se dire qu’elle était la seule à s’être imaginée qu’il y avait quelque chose entre eux, elle n’avait jamais rien été pour Erwan si ce n’est un passe temps. Pourtant au lieu de lui en vouloir, c’était elle qu’elle détestait. Encore une fois, on la trahissait, la rejetait, elle n’était pas assez bien pour se fondre parmi les gens normaux, elle ferait peut-être mieux de quitter Poudlard et d’aller dans un institut spécialisé avec des gens comme elle.

« C’est toi qui avais raison… toi et tous les autres… » Et elle prononça enfin les mots qui la faisait souffrir « Je vais rompre… »

{598}


Dernière édition par Bérénice Bones le Jeu 1 Avr - 10:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 311
Âge : 27 ans
Actuellement : Employé administratif au MagenMagot


MessageSujet: Re: Console myself that i didn't [PV]   Mer 31 Mar - 15:59

Tyler avait vraiment un rôle de grand frère, qu’il s’agisse de sa famille ou tout simplement de ses amis. Il était toujours la pour donner des conseils, proposer son aide, après tout, il était lui tout simplement. Seulement, voir ses amis dans un état aussi triste ne le réjouissait guère, même si il les avait prévenu un peu plus tôt, même si il avait été mis en garde à plusieurs reprises, savoir qu’il avait eu raison, et que maintenant, à cause de ses craintes et de ces certitudes, ces amis mangeaient la poussière en réalisant qu’ils avaient eu tord de ne pas l’écouter. De toute façon, ce n’était pas dans le tempérament du garçon de fanfaronner en disant qu’il avait eu raison, et puis, il préférait remettre son avis en question, quitte à faire adoucir la dure réalité, plutôt que de répéter à ses amis ce qui leur avait fait mal.

Bérénice était déjà fragile, lors du bal, elle allait bien pourtant, mais il la connaissait bien, il savait que sa carapace à émotions la protéger comme elle pouvait des autres. Seulement voila, quand on est amoureux, on baisse sa garde, on laisse l’autre entrer dans son monde, on baisse les armes, on protège plus son cœur, et c’est souvent dans ce cas la qu’on réalise qu’il est trop tard, que ce n’était peut-être pas le bon garçon, pas celui qu’il fallait. Tyler donnerait ce qu’il pourrait pour retourner en arrière et sauver son amie des bras d’Erwan, parce que oui, pour lui, c’était forcément la faute du garçon si BB était comme ça aujourd’hui, bien qu’il n’en avait aucune confirmation à l’heure actuelle, voir son amie comme ça ne lui indiquait que son petit ami avait fait quelque chose qui n’allait pas.

Assis donc à coté d’elle, il l’écouta, elle murmurait à peine ses mots, pas grand-chose, ni des phrases très longues, une suite de mot qui résumait la situation… Erwan lui avait envoyé une lettre pour dire que tout allait bien… ah c’est sur que de son coté, tout ne pouvait qu’aller, surtout si les rumeurs disaient vrai, qu’il prenait du bon temps avec une autre fille, loin de la poufsouffle, quel garçon ne dirait pas qu’il va bien dans la situation du roumain ? Il fallait le reconnaître quand même, les hommes sont lâches devant la vérité, jamais un garçon ne dirait qu’il trompe sa petite amie par lettre, encore moins face à face de toute façon, mais quand même, il pourrait tourner ça autrement, annoncer que c’est fini, qu’il cherche autre chose… bref qu’il se montre un peu respectable devant sa petite amie.

« Hé BB, si il ne t’annonce pas de mauvaise nouvelles, ça n’explique pas ta tête aujourd’hui… Allez souris un peu… Tu sais que je ne porte pas Erwan dans mon cœur, mais si il ne te dit rien de négatif, c’est plutôt bien non ? »

Bon, il n’avait pas lu la lettre, donc ce n’était pas facile de se faire une idée de ce à quoi pensait la jeune fille. En plus, il fallait reconnaître que deviner ceux à quoi pensait Bérénice n’était pas une partie de plaisir, bien que, en connaissant un peu la jeune fille, on pouvait se faire une petite idée, elle devait avoir une estime d’elle pas très haute, et devait surement se miner le moral toute seule, tentant de la réconforter, il passa un bras autour d’elle avant de frotter son épaule comme pour la rassurer. C’est le moment qu’elle choisit pour reprendre la parole et annoncer aux garçons qu’il avait raison, qu’elle aurait du l’écouter, lui et les autres d’ailleurs, et qu’elle allait rompre avec Erwan. Il leva un sourcil, ne comprenant pas vraiment ce changement de situation, si la lettre était sans mauvaise nouvelle, si tout allait bien, pourquoi vouloir se séparer de lui ? Avait-elle sur des choses que Tyler ignorait ?

« Tu es sure de toi ? Qu’est ce qui te fait prendre une telle décision ? Te connaissant, j’imagine que ce n’est pas sur un coup de tête que tu te décides, mais quand même… Pourquoi le quitter ? Tu as eu confirmation qu’il se moquait de tes sentiments en allant flâner ailleurs ? »

C’est vrai, il était sous le choc, il ne s’attendait vraiment pas à ce que BB prenne une tel décision, donc heureusement qu’il s’était assis, sinon, il serait tombé de haut… très haut en faite… Maintenant, il ne restait plus qu’à espérer que son amie lui en apprennes un peu plus, parce que la, il était dans le brouillard et pas qu’un peu en plus…

[770 Mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Console myself that i didn't [PV]   Jeu 1 Avr - 10:13

Non, ce n’était pas bien. Cela voulait dire qu’il se moquait effectivement d’elle. C’est ce qu’elle avait du mal à supporter parce qu’elle lui avait fait confiance. Le pire c’est que s’il l’avait quitté proprement, elle n’aurait pas tant souffert. Elle aurait réussi à se raisonner mais maintenant, elle se sentait trahie, et puis aussi incroyablement bête. N’osant pas répondre alors que tout était flou dans sa tête, elle se blottie contre Tyler, posa sa tête contre le bras de son ami, ses doigts serrant sa veste d’uniforme. Elle était crispée, comme tendue par un effort incroyable, pourtant aucune larme ne coulait, toujours pas, elle ne pouvait pas pleurer. Elle en était physiquement et psychologiquement incapable.

Quand Tyler lui demanda de plus amples explications, elle sortit sa baguette et la pointa à quelques mètres de là où était son sac. « Accio sac. » Murmura-t-elle avant de réceptionner sa besace et de l’ouvrir. Elle en sortit une photo sorcière où on voyait Erwan rire avec une fille et l’embrasser sur les lèvres par moment. C’était l’une des nombreuses cousines de BB qui avait pris cette photo par hasard, en effet, au premier plan, c’était une fille souriante qui leur faisait signe, la meilleure amie de la cousine en question. Mais quand les photos avaient été devellopées, Erwan avait été reconnu et la preuve envoyée à la petite amie trompée, pour son bien, c’est du moins ce qu’on lui avait dit et elle ne voyait pas pourquoi elle ne l’aurait pas cru.

Tendant l’objet à Tyler, elle reprit sa position initiale contre lui. Elle n’était en général pas fan des contacts physiques mais là, elle avait l’impression que si elle ne se raccrochait pas à son ami, un gouffre allait s’ouvrir sous ses pieds et l’engloutir.

« Je ne peux plus rester avec lui… » Souffla-t-elle comme si parler trop fort lui faisait peur. Elle ferma les yeux plusieurs secondes et quand elle les rouvrit, elle se rendit compte que non, elle n’y arrivait pas. « Tant que je pensais qu’il y avait du respect entre nous, je me moquais que mes sentiments ne soient pas tout à fait réciproques… Je ne crois pas… » Elle hésita et finit « Je ne crois pas qu’on obtienne les choses avec facilité, je ne crois pas que l’amour s’obtient par hasard, alors je m’accrochais, je faisais des efforts… mais finalement, je me suis trompée. Il ne m’a jamais aimé, il ne m’aimera jamais… si j’avais la moindre chance, il ne me ferait pas ça, n’est-ce pas ? » Si on ressentait de la tristesse dans sa voix, c’était plus parce qu’elle manquait d’intonation que parce qu’elle en avait beaucoup. BB était incapable de savoir comment elle était supposée réagir à tout ça, comment exprimer son problème. Elle tournait en boucle et elle avait peur de se sentir partir, que son esprit aille elle ne savait pas trop où et qu’elle recommence à fuir, comme avant. Ses doigts se crispèrent un peu plus sur le bras de Tyler à cette pensée.

« Je suis si fatiguée Tyler… » murmura-t-elle enfin d’une voix toujours faible. Mais elle ne savait pas ce qui la fatiguait vraiment, lutter contre ses tendances ou se dire qu’elle n’était qu’une nulle qui ne méritait pas d’être aimée. Au final, peut-être était-ce les deux, en tout cas, son esprit n’avait qu’un désir, se fermer.

{563}
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 311
Âge : 27 ans
Actuellement : Employé administratif au MagenMagot


MessageSujet: Re: Console myself that i didn't [PV]   Ven 2 Avr - 22:40

La blondinette était déprimée, pire que ça, elle semblait complètement abattue, en même temps qui ne le serait pas ? Il y avait ses rumeurs qui couraient au sujet de son petit ami depuis plusieurs semaines maintenant, peut-être même plus en faite, mais comme Tyler ne prêtait pas attention à ces bruits de couloirs, il avait appris la nouvelle bien plus tard que les autres élèves. Cela n’empêchais pas qu’il faisait de son mieux pour conseiller son amie, la réconforter, lui laisser éventuellement croire que c’était juste des rumeurs, mais bon, vu la tête de son amie aujourd’hui, les rumeurs étaient peut-être très proches de la vérité en fin de compte. Voyant la détresse de son amie, Tyler ne savait pas trop quoi lui dire ou quoi faire, il n’avait jamais été confronté à ce genre de situation, il n’avait pas eu des tonnes de petite amie, à la limite on aurait pu les compter sur une main, et de toute façon, ça n’avait jamais duré bien longtemps, pas assez pour qu’il y ait des suspicions de tromperie et autres… De toute façon, Tyler était un garçon fidèle, et voir des garçons réagir comme le faisait Erwan, c’était tout simplement inadmissible, à cause de gars comme lui, les filles se méfiaient des garçons, les soupçonner de tout, bref, les gars biens en prenaient plein la tronche à cause de quelques imbéciles qui savent pas voir la chance qu’ils avaient avec une fille géniale, qui les aiment, et qui ne posent pas trop de questions.

La jeune fille resta silencieuse un long moment, chaque parole semblait lui arracher la gorge, comme si elle voulait pleurer, ou avait pleuré mais rien, ses yeux semblaient rester secs, pas le moindre signe que ses yeux voulaient laisser tomber cette pression, il fallait qu’elle relâche cette pression qui était en elle, ça se sentait que Bérénice était sur le point de craquer, mais pourquoi elle ne le faisait pas ? Une fierté peut-être ? Enfin quoi qu’il en soit, elle attira son sac vers elle pour en sortir une photo et la montrer à Tyler. Avec cette photo, le doute n’était plus possible, elle avait la preuve sur papier que son petit ami la trompait, il ne pouvait même pas nier l’évidence quoi, pas de doute possible, à moins qu’il sorte qu’il ait un frère jumeau, mais là, ça serait vraiment très fort. Aucun scrupule à sortir des excuses moisies, de toute façon, il n’avait déjà pas le cran de lui dire en face qu’il ne voulait plus d’elle, alors lui avouer qu’il était avec une autre fille quand elle était à Poudlard ça en disait long sur le caractère du roumain.

« Je ne suis pas dans sa tête, je ne peux pas me prononcer pour lui, mais une chose est sure, c’est que pour moi, c’est un idiot. Quand on est avec quelqu’un, qu’on se dit être amoureux et en couple, on ne fait pas se genre de chose, on prend son courage et on dit clairement à sa petite amie que les sentiments ne sont plus là, que ça ne marche pas, on est honnête avec, la ce qu’il fait, c’est simplement être un lâche, et ce genre de comportement montre qu’il ne te mérite pas. »

Il prit la jeune femme dans ses bras, essayant de la consoler un peu plus, embrassant son front tel un ami protecteur, puis, hésitant à arracher la photo, il se tourna vers son amie pour lui proposer de faire la chose elle-même… Qui sait, ça la défoulerait peut-être non ?

« Tu n’as pas à te sentir responsable, ce n’est pas ta faute, tu n’as rien à te reprocher. Allez, tu veux te faire du bien ? Arrache cette photo, il faut que tu fasses sortir cette rage qui est en toi, ou ta tristesse, bref, ce que tu ressens, et que tu t’en sert pour rebondir et aller de l’avant. »

Il n’aimait pas voir BB de la sorte, que se soit sa meilleure amie ou quelqu’un d’autre à qui il tenait, bref, il ne fallait pas qu’elle se laisse aller de la sorte à cause de lui. Pourtant Bérénice n’était pas spécialement connu pour avoir un caractère fort, au contraire, elle était plutôt du genre à se rabaisser, à s’enterrer toute seule, plutôt à se sortir des situations les plus mauvaise, et face à cela, Tyler ne pouvait que tenter de soutenir son amie, l’encourager à relever la tête, bref, montrer qu’il était là pour elle, qu’elle pouvait compter sur lui. Il proposa donc de lui changer les esprits, parce que rester assis à ce morfondre, très peu pour lui.

« Allez princesse, tu ne vas pas rester la avec cette tête… Tu veux faire quoi ? Propose quelque chose, et je serais forcement partant, pas le droit de refuser, promis ! »

Il attendit donc ce que son amie aller lui proposer, aussi tenté serait-elle…

[823 Mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Console myself that i didn't [PV]   Dim 11 Avr - 20:36

Machinalement bien que dans un geste légèrement saccadé, signe de sa nervosité, elle attrapa une mèche de ses cheveux – blonds foncés voire châtain clairs alors qu’ils étaient encore platine il y a peu – et la tourna autour de son index tandis qu’elle posait la tête sur l’épaule de son ami, cherchant du réconfort à défaut d’une paix bienvenue. Elle n’arriverait pas à pleurer, pas complètement, pas au point de craquer et de se laisser aller. Elle ne saurait pas l’expliquer mais elle en était incapable. Comme réagir lorsqu’on a confié son cœur à quelqu’un et qu’il l’a blessé ? Elle n’en savait rien, elle n’avait jamais rien vécu de tel avant… et puis, à quoi bon pleurer ? Tout le monde disait que ça soulageait mais ça ne changerait rien aux faits : il l’avait trompé. Elle pourrait remplir un océan avec ses larmes que ça ne rendrait pas les choses moins cruelles, non elle ne pourrait pas pleurer, ce n’était pas l’envie qui lui en manquait pourtant.

« Est-ce lui qui ne me mérite pas ou bien n’est-ce pas plutôt moi qui ne le méritait pas ? Peut-être que j’ai voulu aimer une étoile trop lointaine pour moi et que comme le fils de Dédale… je me suis brûlée les ailes à ses flammes. » Bérénice se sentait d’humeur poétique, la mélancolie lui inspirait vers et chansons, elle qui aimait tant écrire. Mais elle ne pouvait rien coucher sur le papier, alors elle se contentait de faire pat à son ami de ces métaphores qui, sans nul doute, ne lui plairait pas.

« Déchire la, toi, si tu veux. Moi, je n’en vois pas l’intérêt. » Elle regarda la photo d’un air sombre mais résigné. « Ce n’est pas parce que je détruis les preuves que ça deviens moins vrai. Et puis, je ne suis pas en colère contre lui. Un peu triste… déçue aussi certainement… mais pas en colère. Ça devait arriver je suppose, je n’étais pas assez bien pour lui et puis… je connaissais sa réputation. » Et elle regrettait de ne pas l’avoir cru, d’avoir voulu lui faire confiance, mais maintenant que c’était fait, à quoi bon s’en prendre à Erwan pour ce qu’il était par nature ? Il y avait eu tant de victimes avant elle… mais un cœur brisé, ce n’est pas si grave. Après tout, c’était sa faute à elle, elle savait bien qu’elle n’aurait jamais dû tomber amoureuse de lui.

Elle sourit, légèrement, d’un sourire un peu forcé, lorsque Tyler essaya de la faire sortir de sa léthargie. « Hum… restons là d’accord ? » Elle attrapa le bras de son ami et le bougea de manière à ce qu’il entoure ses épaules, geste qu’elle avait déjà fait lors du bal. Posant la tête contre le torse de son ami – et se fichant pas mal qu’on les voit maintenant que dans son esprit c’était fini avec Erwan puis de toute manière, c’est elle qui écrit les potins – elle écouta le son du cœur du Serdaigle (qui a on ne sait quel rythme à l’heure actuelle XD) et demanda pour ce qui était de leurs activités. « Parle moi, raconte moi une histoire ou parle-moi de ta sœur, n’importe quoi fera l’affaire. » Elle avait juste besoin d’entendre une voix lui parler à elle, lui prouver qu’elle était là, qu’elle existait dans ce bas monde et dans cette société et que quand son chagrin serait passé, elle saurait se relever et continuer son chemin, aussi pourvu de ronces soit-il.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 311
Âge : 27 ans
Actuellement : Employé administratif au MagenMagot


MessageSujet: Re: Console myself that i didn't [PV]   Lun 12 Avr - 14:24

Pour quelqu’un qui n’avait connu que très peu de filles, celles qui l’entouraient lui prenaient déjà pas mal de temps dans la mesure où il était toujours en train de les réconforter, de faire attention à elle, prendre de leur nouvelles, bref, un vrai garçon pleins de bonne attention. Que se soit sa mère, sa sœur, ses amies, il ne faisait pas de différence entre elles, chacune avait la même attention, une chance d’ailleurs qu’elles n’avaient jamais besoin de lui toute en même temps… La il n’aurait eu d’autre choix que de se jeter dans le lac avec un bloc de pierre accrocher à sa cheville… Histoire de ne pas remonter tout de suite… Pas qu’il avait des idées suicidaires hein, juste qu’il aurait pris un peu de branchiflore et aurait été au calme quelques heures… avec les sirènes et autres créatures des profondeurs des eaux. Tout cela pour dire donc, que Tyler n’aimait pas voir les gens qu’il aimait être triste, pas besoin de larmes, juste l’expression sur le visage lui suffisait à lui faire mal et c’était le cas ici avec Bérénice. La jeune fille n’avait pas une haute estime d’elle, et se faire tromper par son petit ami n’arrangeait rien, elle pensait que c’était sa faute… Faut croire que l’on rêve la, c’est lui qui la trompe et c’est sa faute à elle… De toute évidence, elle avait une logique un peu particulière…

« Attends BB, tu rigoles, c’est lui qui ne te mérite pas, tu as voulu croire que se qu’on disait à son sujet été faux, c’est toi qui lui a laissé sa chance et qui n’a pas su la saisir, c’est toi qui a voulu croire qu’il y avait du bon en lui. Erwan devrait se mordre les doigts de ne plus être avec quelqu’un comme toi, peu de filles sont aussi indulgentes que toi, et je sais de quoi je parle… Tu n’as aucune raison de t’en vouloir ce n’est pas TA faute compris miss ? »


Il ne voulait vraiment pas qu’elle s’accuse de quoi que se soit, c’est vrai ce n’était pas de sa faute, Erwan ne la méritait pas c’est tout aussi simple, et quand au fait qu’elle voulait toucher les étoiles, et bien, il suffit de comparer Erwan à une comète, oui voila, BB voulait toucher une étoile, et elle pensait que Erwan en était une sauf que c’était une comète, l’un était une boule de gaz l’autre de la glace et de la poussière. Comment ça Tyler était trop précis, bah oui sa avait son importance dans cette histoire, et puis, il venait de se découvrir une passion soudaine pour l’astronomie… Bref, BB ne devait pas se reprocher d’avoir voulu être ambitieuse, personne ne lui en aurait voulu d’avoir mis trop d’espoir dans quelqu’un comme l’était le roumain. En tout cas, une chose qu’il ne pouvait pas lui reprocher c’est d’être très poétique, bon les circonstances n’étaient certes pas les meilleurs pour écrire et composer, mais il fallait reconnaître que les vers étaient très beaux, peut-être que d’ici quelques jours, quand la douleur serait moins forte, elle pourrait en faire une nouvelle chanson.

Quand à la photo, dans l’immédiat, elle n’avait pas tord dans la mesure où le fait de l’arracher n’effacerait pas le fait que ça se soit passé, mais juste qu’il n’y aurait pu de trace matériel pour lui rappeler en tout cas. Après, elle ne pouvait pas se faire un lavage de cerveau non plus, histoire de repartir à zéro coté sentimental, mais bon, peut-être qu’elle pourrait se sortir les idées noires de sa tête à l’occasion.

« Je sais bien que ça ne supprime en rien ce qu’il s’est passé, mais ça te ferait du bien de ne plus voir cette photo, alors ce n’est pas moi qui vais la déchirer ou la détruire, mais toi, tu le feras quand tu seras prête, j’ai lu dans un lire de psychologie moldu que c’était une méthode pour aller de l’avant, ne pas rester à broyer du noir, bref, garde la et détruit la quand bon te semblera. »

Il lui rendit la photographie avant de déposer un baiser sur son front, il passa ensuite son bras autour d’elle. La demoiselle voulait rester la, au moins, elle avait décidé quelque chose, c’était un bon début. Quelques instants de silence, et la voila donc qui voulait qu’il lui raconte une histoire… euh oui, bien sur… on va plutôt choisir l’option numéro deux, à savoir, parler de sa sœur, certes, ça n’occuperait pas toute la conversation, mais c’était toujours ça de gagner, parce que niveau histoire, le garçon n’était pas spécialement doué.

« Et bien, que dire d’Ana, fidèle à elle-même, elle dort toujours autant le matin, ce qui fait que je la vois pas beaucoup. Si je veux passer du temps avec elle, je dois me coucher super tard, et tu me connais, j’ai du mal à rester éveiller très tard en soirée. Elle est toujours avec son serpentard au dernière nouvelles, Oliver… je comprends toujours pas ce qu’elle trouve à ce jeunot, mais bon, c’est comme ça… »

Il regarda alors les nuages, comme si il espérait trouver la raison pour laquelle sa sœur était amoureuse d’un serpent, mais les nuages n’étaient pas bien bavard aujourd’hui, et il décida donc de revenir sur terre et de demander à son amie ce qu’elle voulait comme histoire, puisque de toute évidence, il ne pouvait pas éviter la chose.

« Et que désires-tu comme histoire ? Je te préviens, je ne connais que des histoires de conte de fées ou alors des histoires bien ennuyeuses, donc si tu veux dormir, tu n’as qu’à me le dire… »

Il sourit, attendant la réponse de son amie, après tout, peut-être que si elle dormait un peu ça irait mieux quand elle se réveillerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Console myself that i didn't [PV]   Jeu 15 Avr - 23:12

« Hum… C’est toi qui es trop indulgent. Je peux te donner des milliers de preuve de ce que j’affirme. » Et là elle parlait du fait qu’elle n’était pas du tout une bonne fille, pas le genre de celles auprès de qui les garçons courent. Elle n’était pas spécialement belle, pas spécialement intelligente, un peu bizarre – au mieux spéciale – et elle n’était pas bavarde non plus. Elle n’était pas une fille intéressante, alors c’était forcément sa faute, elle n’était pas assez bien pour retenir un garçon comme Erwan, tout simplement. Elle lui avait donné ce qu’elle avait de plus précieux mais chez une fille comme elle, ce n’était pas encore suffisant.

« Tu es trop gentil Tyler, mais tu es un garçon, tu sais bien que tes semblables ne me trouve pas belle, j’ai pourtant essayer de changer, d’attirer ces regards qui me faisaient peur… mais ça n’a rien changé. Il m’a trompé parce que je n’étais pas assez bien, je ne le comblais pas… j’ai pourtant tout fait pour me mettre à son niveau. J’ai même… » Mais elle ne termina pas. Elle n’avait pas très envie de parler de ça. De ce premier amour, de cette première fois, de ses regrets qu’elle n’avait pas mais qu’elle pensait devoir ressentir parce qu’elle était triste. Puisqu’elle savait que le premier amour ne durait jamais, puisqu’elle savait qu’Erwan lui briserait le cœur à un moment donné ou à un autre, pourquoi est-ce qu’elle se sentait aussi triste ? Son esprit rationalisait complètement, comme d’habitude, en revanche elle avait mal, alors qu’elle arrivait d’habitude à juguler la douleur derrière la réflexion.

« Je ne crois pas que les méthodes de psychologie dont tu parles puisse s’appliquer à quelqu’un comme moi. »
Elle était incapable de faire les choses comme tout le monde. Elle était autiste après tout même si ce n’était pas non plus à un stade inquiétant. C’était tout à fait le genre de situation où elle ressentait sa maladie. Elle n’arrivait pas à pleurer, ni à faire quoi que ce soit d’ailleurs puisque même déchirer une photo lui semblait être trop fatigante.

Niché contre son ami, elle ferma les yeux et l’écouta parler. « Hum… » soupira-t-elle avec un petit sourire légèrement moqueur. « Tu es jaloux parce que ta sœur a trouvé quelqu’un et pas toi. Monsieur le préfet est de mauvaise foi ! » Elle avait gardé les paupières closes. « Je doute de réussir à dormir… raconte moi ce que tu veux tant qu’il n’y a pas de princesse forcément plus belle que moi. » Elle aurait voulu être une princesse, malheureusement, elle ne serait jamais qu’une cendrillon couverte de cendres.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 311
Âge : 27 ans
Actuellement : Employé administratif au MagenMagot


MessageSujet: Re: Console myself that i didn't [PV]   Ven 16 Avr - 23:27

Tyler reconnaissait bien là le caractère de la jeune fille, vraiment pas positive, il fallait qu’elle travaille la dessus, parce qu’elle ne pouvait pas continuer de se rabaisser de la sorte, ce n’était pas possible. De son coté, Tyl’ partait de l’avant, il le fallait de toute façon, il avait eu sa période noire et s’était juré intérieurement de tout faire pour que jamais il ne se retrouve dans une situation identique. En même temps, quand on perd sont père, disons qu’on voit la vie un peu plus différemment et avec du recul, on se dit qu’il y a des choses bien plus grave que de se faire larguer par son copain par exemple. D’ailleurs, il fallait que BB le comprenne, parce qu’elle en verrait d’autre, pas seulement avec les garçons d’ailleurs, et il fallait qu’elle se fortifie une bonne petite carapace, comme sa sœur et lui avait fait.

« Tu ne m’affirmeras rien du tout puisqu’il n’y a rien à avouer, tu es comme tu es, et Erwan le savait quand il est sortit avec toi, donc tu n’as pas à t’en vouloir d’être toi dans la mesure où tu ne lui as pas caché et qu’il te connaissait quand même… C’est comme si tu voulais à un gâteau à la fraise et que tu râles qu’il y a de la fraise dedans… Ce n’est pas logique, c’est tout… »

Il ne savait pas quoi ajouter de plus, pour lui, Erwan était le seul fautif, il n’avait qu’à être sincère avec la jeune fille, rompre proprement avec elle plutôt que de lui faire miroité des choses et la tromper quand celle-ci est à Poudlard. Bérénice continua d’exprimer son rejet vis-à-vis d’elle-même, pour elle, elle était la seule fautive, c’est tout, mais la ou Tyler n’était pas d’accord, c’est qu’elle n’était pas moche, et justement les garçons, ils les connaissaient bien, d’ailleurs, elle était responsable du hibou bavard, n’avait-elle pas vu les votes la dernière fois ? D’accord elle n’était pas dans le top 10 , mais quand même et puis, les garçons disent qu’elle est jolie, un peu bizarre certes, mais jolie, d’ailleurs, certains la préférait brune, d’autre blonde, quoi qu’il en soit, la jeune fille avait tout faux c’est tout…

« Tu sais, les garçons te regardent, et ce n’est pas parce qu’ils te le disent pas que c’est que tu ne leurs plais pas… D’ailleurs, il y a Ethan qui m’a dit qu’il te trouvait bien plus belle depuis que tu étais redevenue brune, et je suis de son avis d’ailleurs. Sa te va beaucoup mieux je trouve… »

La seule chose qui retint l’attention du garçon, c’est quand la demoiselle se bloqua sur la fin de sa phrase, elle en avait trop dit, ou pas assez, mais en tout cas, elle ne pouvait pus faire marche arrière, maintenant, elle devait dire ce qu’elle allait dire sur le moment, de toute façon, Tyl’ ne lâcherait pas le morceau.

« Et tu allais dire quelque chose mais tu t’es arrêtée avant… tu disais donc que tu avais même… »

Le garçon attendit de savoir ce que lui cachait son amie, si elle ne voulait pas en parler au garçon, c’est que c’était un sujet délicat à aborder, mais Tyl’ n’était pas n’importe qui, et il ne lâcherait pas le morceau aussi facilement… Pour le moment, il laissa donc tomber l’idée de la psychologie moldue, parce que primo, ce n’était pas vraiment applicable dans l’immédiat avec BB, et puis secondo, bah Bérénice n’était pas non plus une fille ordinaire, donc autant laisser tomber… Elle trouverait la force en elle pour arracher cette photo, reprendre le dessus, et reprendre le court de sa vie en changeant un peu.

Le garçon ne put s’empêcher de sourire, elle le connaissait bien le ptit Tyler, il n’était pas jaloux, mais c’est vrai que l’idée d’avoir une petite amie ne le déplairait pas. Qui ne voudrait pas avoir de petit ami ? On est moins seul, on partage des bons moments, bon d’accord avec des amis, c’est pareil, mais voila, avoir une petite, c’est peut-être ce qui manquait au garçon… Il répondit tout aussi calmement, gardant son amie dans ses bras.

« Ce n’est pas être de mauvaise fois, c’est juste que je l’envie, et en même temps, je reste méfiant, pas envie que ma petite sœur souffre à cause d’un garçon comme toi aujourd’hui. Tout comme je ne voudrais pas être un jour, le garçon qui fait souffrir une fille, même si ce n’est pas volontaire, une rupture n’est jamais facile à avaler… »

Et c’est vrai que ce n’est jamais évident d’être celui qui se rends compte qu’une histoire est vouée à l’échec, ou que c’est mieux de rester ami, bref, dans tout les cas, quelqu’un en souffre, et il n’aimait pas être dans cette situation, de toute façon, il s’était toujours fait largué, et ça l’arrangé bien en quelque sorte. Bon maintenant, il fallait trouver matière à raconter une histoire à la jeune fille, et la, c’était un vrai défi pour le garçon.

« Bon, alors c’est parti… »

Toussotant un peu pour s’éclaircir la voix, le garçon lui raconta l’histoire d’une jolie princesse du nom de Bérénice, ces parents l’avaient appelé puisqu’il signifiait celle qui porte la victoire, elle était brune aux yeux bleu, et tout le monde pensait que c’était quelqu’un de très étrange. La jeune fille, pour rencontrer l’amour devait affronter divers monstres, chacun plus difficiles et plus éprouvant que le précédent. Une chance qu’elle avait un sombral et un écureuil pour l’aider à voyager, parce que la princesse pouvait parler aux animaux et était également une sorcière… Bref avec tout cela donc, la princesse continua son aventure, arrivant dans un château ou se trouvait trois portes, l’une avec une poignée en or, l’autre avec une poignée en bronze et la dernière avait une poignée en argent. L’écureuil proposa la porte or, le sombral celle en argent, la princesse décida donc de prendre celle en bronze qui lui révéla un homme ordinaire, simple, mais qui lui promettait de l’aimé, de lui faire de beau enfant, mais en contre partie la princesse devait laisser le trône et vivre avec lui, dans une petite maison. Hésitante, la princesse fit demi-tour, pour voir ce que lui proposait la porte de l’écureuil, celle en or, et la, elle rencontra un homme très beau, très riche, qui lui promettait monts et merveilles, de l’aimer, etc… et il fallait qu’elle l’épouse tout de suite pour mettre leur domaine en commun. La princesse, pour pouvoir mieux faire son choix, alla enfin voir la porte en argent, et la il s’agissait d’un noble, avec une certaine richesse, quelques domaine, mais qui cherchait une femme pour pouvoir accéder à la richesse familial, le père ayant promis de le laisser seul héritier du domaine si il se mariait le premier.

Le garçon fit une pause, puis regardant la jeune femme, il lui sourit avant de la regarder et de lui demander le choix qu’elle ferait à la place de la princesse.

« Et comme dans toute les histoires, tu as le droit de donner ton avis, tu ferais quoi à la place de la princesse ? Chaque homme peut se ranger en trois catégories… a toi de savoir celle que tu voudrais sortir ton type de garçon… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Console myself that i didn't [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Console myself that i didn't [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: