AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 Tu me rends luciole [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Charisma Kostovak
Ministère

Parchemins : 744
Âge : 26 ans [27 mai]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy


Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] EmptyMar 30 Mar - 14:19

Tu me rends luciole [PV] Iconecarry03 Tu me rends luciole [PV] Ryry03
Le marchand de sable
Est parti, sans dire bonne nuit
Tant pis, j'ai le sommeil bohémien.

    Assise confortablement dans l’un des fauteuils de la salle commune, Charisma lisait une lettre de son tuteur. Elle était brève, comme d’habitude, mais jamais il n’oubliait de le faire, une lettre tous les trois jours quand elle ne recevait presque jamais de nouvelles de son vrai père. Au fond, elle s’en moquait, du moins c’est ce qu’elle plaisait à penser. Ayant terminé sa lecture, elle jeta un coup d’œil au feu qui brûlait dans la cheminée et recula plus profondément dans son fauteuil. Il était tard et c’était la seule lumière, néanmoins, elle détestait les flammes et elle regrettait que l’électricité ne fonctionne pas à Poudlard uniquement éclairé aux flambeaux magiques.

    « Tu devrais aller te coucher. » Charisma chercha des yeux la voix familière mais elle n’en trouva pas la source, comme toujours. Elle venait de son esprit. Depuis la mort de sa mère et suite à la solitude qui en avait découlé, Carry voyait des choses, parlait à des chimères. Elle n’en avait pas conscience, pour elle après tout c’était réel, peu importait que cela fut seulement le résultat de son cerveau malade. « Je ne suis pas vraiment fatiguée. » Répondit-elle donc à voix haute. « Si un préfet te trouve, tu vas encore te faire gronder. » La voix était douce, Charisma sourit. « Aucune importance, je ne fais rien de mal pas vrai ? » Il y eut un silence, puis la voix répondit « Tu as raison, mais je ne sais pas s’il sera d’accord. » Hein ? Qui il ? Elle eut rapidement la réponse quand elle vit en bas des escaliers Enry Stanley, le préfet-en-chef. Elle se mordit la lèvre inférieur et repoussa d’un air hautain ses cheveux derrière ses épaules. Elle ne portait que sa longue chemise de nuit à manche longue en dentelle digne d’une poupée de porcelaine. Elle n’avait pas froid, le temps était plus clément en Angleterre qu’en Russie, en fait l’été elle avait même trop chaud.

    « Dobryĭ vecher monsieur le préfet-en-chef. » dit-elle avec un lourd accent russe tout en se redressant dans son fauteuil, son regard toujours vide se fixant vers le jeune homme. « Je devine que ma présence ici vous incommode mais ne répétons pas la conversation de la dernière fois voulez-vous. Je désirerais rester ici encore un peu. » Car la seule fois où elle avait vraiment échangé plus de trois mots avec Enry (qu’elle évitait d’habitude parce qu’elle n’aimait pas les représentants d’une autorité) c’était dans une situation similaire.

    « Tu vas te faire coller. » Souffla la voix. « Mais non, ne t’inquiète pas. » Répondit-elle en tournant légèrement la tête sur le côté, vers les flammes. Elle s’en fichait qu’on pense (parce que pour elle, ce n’était qu’une pensée, fausse en plus) qu’elle parlait seule, on l’avait déjà traité de folle tout bas, elle s’en fichait. Carry réussissait quand même à s’imposer tel qu’elle était dans cette école par la force de son caractère et par son assurance. Rien ne la déstabilisait jamais, et même si ça avait été le cas, encore aurait-il fallu que cela se voie. Elle reposa ses yeux azurs sur Enry et remonta son bras jusqu’à l’accoudoir, laissant ensuite y reposer sa tête. « Il y a trop de lumières… » Gémit-elle, fermant les yeux alors même que tout autour, ce n’était que pénombre. Elle resta ensuite ainsi, ignorant la petite voix qui lui conseillait encore de partir, d’aller se coucher sans se retourner pour éviter d’être collée.


[ 583 mots ]
CUPIDON
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Anonymous




Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Re: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] EmptyMer 21 Avr - 14:45

    Toutes les lumières avaient éteinte. À cette heure-ci, tout le monde devait dormir. Mais quelques visages étaient tournés vers la fenêtre. Dont le regard de notre jeune Stanley. Impassible, il détaillait les nuages qui dissimulaient quelques étoiles, l'esprit ailleurs. Ces derniers temps, il arrivait de moins en moins à dormir, il se demandait s'il n'était pas en train de devenir insomniaque. Et en cours, il peinait à garder les yeux ouverts et à être attentif. Ces derniers, tout était tellement compliqué. Il ne se sentait lié à personne, ne parlait à pas grand monde. Il faisait ses devoirs sans réel plaisir, il apprenait pour apprendre. Une vie d'étudiant tout à fait banal en soi me direz-vous ! Si on regardait à la surface bien entendu. C'était bien la première fois qu'il se lassait autant de la solitude. Certes, il sentait qu'il avait constamment besoin d'être seul, mais par moment, il se sentait étouffer.

    Le meilleur moyen de trouver le sommeil, c'était de ne penser à rien. Alors pourquoi, malgré tout, des pensées, des images, venaient lui obstruer l'esprit. Impossible de chasser toutes ces conneries de sa tête. Le visage d'Heaven. Ou encore celui de Keira, d'Ethele. Même Juliet. Surtout le visage de ces quatre filles avec qui il n'entretenait plus tant de lien que ça. Le vide... total. Lentement, il avait fini par se redresser. Exaspérer. Il en avait plus qu'assez de somnoler, en attendant que le marchand de sable daigne passer chez lui. De toute façon, il était sans nul doute passer depuis longtemps, et l'aigle ne l'avait même pas remarquer.

    Les escaliers manquaient de craquer lorsqu'il descendit les escaliers du dortoir. Certes, il arborait encore son pyjama couleur nuit, et il se fichait pas mal qu'on le voit ainsi. Mais... En temps normal, à cette heure de la soirée, il n'y aurait personne. Alors pourquoi distinguait-il une légère lumière qui danser sur les murs ? Il ne manqua pas de se figer et d'arrêter de progresser jusqu'en bas des escaliers. Lorsqu'une voix douce s'était élevé, il reconnaissait bien cette voix, Charisma. La fille la plus étrange qu'il ait pu rencontrer récemment. Il avait beaucoup de mal à saisir son caractère, et jamais il n'était parvenu à lire sur son visage. Certes, elle éprouvait des émotions. Mais elle était très contradictoire. Et, le fait qu'elle soit folle lui était déjà arrivé aux oreilles, la plupart des camarades de sa maison parlait d'elle de cette façon. Est-ce que lui pensait la même chose ? Après tout, c'était bien elle qu'il entendait parler tout seul. Du moins, en apparence. Charisma devait être persuadé de discuter avec quelqu'un, dans sa tête...

    Un frisson parcourut son échine. Mais il finit par poursuivre sa progression, jusqu'à arriver à l'avant dernière marche. L'adolescente s'était retournée, parce qu'elle avait tout simplement entendu le craquement des marches. « Cela fait quelques heures que tu es installé ici... Je me trompe ? » Enry était loin de paraître hostile, il parlait d'une voix calme et mesurer, et la fixer d'un air neutre. Charisma avait l'air de savoir qu'elle n'avait pas le droit de traîner ici, mais il ne pouvait pas non plus la chasser non plus. Il se souvenait clairement de leur précédente conversation dans ce même lieu. En effet, pas la même d'essayer de la raisonner. Elle s'en fichait. Complètement. Mais elle n'était pas en train d'enfreindre le règlement. Ou presque... L'aigle ne fit même pas attention aux nouveaux propos qu'elle murmurait à cette personne invisible. « Il y a moins de lumière dans les chambres, si elle te gêne tant que ça. » Toujours, il gardait ce même ton monotone avant de poursuivre après avoir descendu les dernières marches : « Pourquoi t'attardes-tu ici ? »
Revenir en haut Aller en bas

Charisma Kostovak
Ministère

Parchemins : 744
Âge : 26 ans [27 mai]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy


Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Re: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] EmptyJeu 22 Avr - 20:20

    « Da, konechno. » répondit-elle sans aucune hésitation lorsque son préfet lui demanda s’il se trompait lorsqu’il supposait qu’elle était là depuis plusieurs heures. Elle ajouta, en anglais cette fois pour être totalement comprise, « Je crois que j’ai oublié comment on faisait pour dormir. » Elle n’était pas à proprement parler insomniaque mais il y avait des soirs où ça ne venait pas, tout simplement. Elle restait les yeux ouverts, à attendre que ça passe. Cela arrivait à tout le monde, mais dans le cas de Carry, être éveillée signifiait entendre les voix dans sa tête lui poser des questions, chercher à entamer la conversation, hors elle ne pouvait juste pas parler quand les autres dormaient, alors elle descendait pour papoter tranquillement avec elle-même. Si on cherchait bien, c’était plutôt une intention louable.

    Elle émit un son proche d’un grognement (pour aussi peu délicat que ça fût) mais en moins fort. En fait, c’était à l’origine un gémissement teinté de mécontentement. Il faisait sombre dans la salle commune, aussi sombre que dans les chambres, la lumière, il n’y avait qu’elle à la voir, comme il n’y avait qu’elle à entendre les voix. « Il n’y a pas d’incendie Charisma, tu peux relever la tête. » Soit, mais il y avait des flammes. « Je n’aime pas ce château, je n’aime pas les flambeaux, je n’aime pas les flammes… le feu brûle. » Elle ne savait pas trop si elle disait ça pour Enry ou pour la voix, c’était assez flou, même pour elle. Dans la mesure où elle parlait à voix haute, peu importait, ce serait pour les deux et puis c’est tout.

    Se relevant brusquement, elle planta son regard azur dans celui de son préfet. Il avait posé une question, elle se devait d’y répondre, ne serait-ce que parce que elle, elle détestait qu’on ne lui réponde pas ! Les questions sans réponse… sa hantise !

    « Je n’arrive pas à dormir alors elle me parle. Mais je ne peux pas lui répondre depuis mon lit, cela dérangerait mes compagnes. » Elle fit une petite pause et se leva pour se planter devant son préfet, ce qui lui permettait par ailleurs de s’éloigner de l’âtre l’air de rien. « Cette réponse vous satisfait-elle ? » Charisma était toujours étonnée que tout le monde la tutoie quand elle, elle utilisait presque systématiquement le vouvoiement. En fait, elle pensait simplement qu’ils étaient tous des rustres qui ne savaient pas qu’on ne tutoie que ses proches. Même ses cousins germains elle ne les tutoyait pas ! En même temps, elle ne leur parlait pas non plus ce qui facilitait les choses. Elle n’aimait pas l’idée d’avoir de la famille en Angleterre, des gens qui connaissaient son père, qui peut-être savaient qu’il l’avait vendu comme si elle était un animal ou, pire, un meuble !

    « Par ailleurs mon cher monsieur, je pourrais vous retourner la question. Que faites-vous ici si tard ? L’heure de la dernière ronde est passée. » Le visage de Charisma n’exprimait pas sa curiosité, elle restait impassible, froide comme de la glace, à l’opposée de l’élément qu’elle haïssait. « Puisqu’il est là, il peut toujours servir. » Murmura la voix ce qui fit apparaître un fin sourire – un peu effrayant sur ce visage de poupée de porcelaine, car trop inhabituel -, « C’est vrai, il pourrait servir, même si à mon avis ce n’est pas l’idéal. » « Mais l’heure se prête à ce genre d’expérience, tu ne voudrais pas que des bruits courent. » Charisma fit une petite moue dubitative, elle n’était jamais si expressive que quand elle parlait avec ses voix. « Les rumeurs sont une plaie… » répondit-elle, toujours en regardant Enry, après tout, elle ne pouvait pas regarder la voix puisqu’elle était dans sa tête !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Anonymous




Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Re: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] EmptyVen 9 Juil - 10:16



Ce n'était sans doute pas la première fois que la brune venait se réfugier ici parce qu'elle n'avait pas sommeil. L'aigle pouvait très bien la faire immédiatement monter dans sa chambre, mais il n'en n'avait pas spécialement envi. Sans oublier que d'une certaine façon, lui était aussi fautif qu'elle. Il n'avait pas à descendre à cette heure. Pourtant, il pouvait très bien mentir sur la raison qui l'avait poussé à descendre dans leur salle commune. Il hocha lentement la tête avant de dire :

« Tu as sans doute oublier, mais ton corps finira pas s'en souvenir si tu vas te reposer dans ton lit. »

Propos déguisé en ordre. Certes. Mais l'aigle savait pertinemment que la demoiselle n'hésiterait pas à répliquer. Elle savait le piéger comme il fallait, or, il n'était pas non plus du genre à perdre la face. Enry la fixait sans ciller, alors que des propos bien étranges sortaient de sa gorge. Si le feu, la lumière, le château l'agaçait tant que ça, que faisait-elle ici ? De plus, il avait la forte impression que ses mots avaient comme des sens cachés qu'il ne parvenait pas à décrypter. De plus, à cette heure de la nuit, l'aigle n'avait pas envi de réfléchir, ni de s'intéresser d'avantage à l'état mental de la jolie brune. Elle était simplement comme ça, bizarre, étrange, plein de secret. L'aigle eut un léger mouvement de recule qu'il ne contrôla pas lorsqu'elle se redressa brusquement pour planter son regard azur dans le siens. Le sorcier ne parvint pas non plus à conserver un tic nerveux lorsqu'elle lui demanda si sa réponse lui convenait-il.

Cette sorcière le mettait vraiment mal à l'aise, même s'il n'avait pas concrètement peur d'elle. Sinon, il serait rapidement monter dans sa chambre sans demander son reste. Non, le fait qu'elle soit étrange, et indéchiffrable était sans doute la raison cachée qui le poussait à lui adresser la parole, alors que son fort intérieur n'en n'avait pas forcément l'envi.

« Tu devrais donc demander une autorisation spéciale pour venir ici. » Ses propos n'étaient aucunement teintés de sagesse, disons plutôt qu'elle était presque ironique. Il n'y avait pas d'entorse au règlement pour telle ou telle personne, mais il était vrai aussi qu'aller dans la salle de commune n'avait rien de dangereux. Surtout si on restait installé sur le divan à attendre que le temps file.
Puis, Enry ne fut pas surpris que la demoiselle lui demande ce qu'il faisait ici. Il aurait pu soupirer, parce qu'il s'attendait bien à cette question, et qu'il savait pertinemment que la brune était très douée pour piéger les gens. Mais il n'allait pas se laisser démonter pour si peu, il allait rester sur son idée première, mentir tout simplement. Son air impartial empêchait les émotions de passer, même si beaucoup de chose échapper par moment à son contrôle. Il leva de nouveau les yeux vers la brune avant de dire :

« J'avais entendu un bruit. Et je ne me suis pas trompé. C'est difficile quand on a un sommeil très léger. »

Quelques secondes s'écoulèrent. Son mensonge ne marcherait peut être pas, mais il s'en fichait complètement. Le lendemain matin, lorsqu'il se réveillerait pour se préparer pour le début des cours, il la croiserait, ils se salueraient peut être, mais comme d'habitude, n'auraient pas de grande conversation. Cependant, les avant derniers propos de Charisma retint quand même son attention. Elle parlait de quoi au juste ?
L'aigle fronça légèrement les sourcils, alors qu'il tendait l'oreille comme si la demoiselle murmurait des choses étranges avant qu'il ne lance d'un air surpris :

« -Il- ? Qui ça il ? »

Encore une émotion qui avait passé les filets qu'il avait bâtis autour de lui, la surprise. Parce que d'une certaine manière, il avait évidemment compris que la brune parlait de lui. Et qu'elle avait sans doute une nouvelle conversation avec ces êtres imaginaires créer par son esprit. Et ce qui agaçait le préfet en chef, c'était surtout qu'il ne comprenait absolument rien, et qu'il sentait l'envi de comprendre ce qui se passait dans la caboche de son interlocutrice. Or, cela voulait dire poser des questions précises, et montrer son intérêt pour une fille qui était quelque peu. Déluré ? Il n'avait rien envi d'avoir affaire avec elle. Même s'il avait très bien vu qu'elle n'avait pas un immense cercle d'amis non plus, elle ne semblait pas non plus s'attacher réellement, concrètement aux gens. En outre, elle était très proche de ses amis imaginaires.

• Soit je fais marche arrière, et je viens bien gentiment dormir. Soit j'attends qu'elle me réponde. •

Les paroles de la brune étaient incompréhensibles, tout bonnement parce qu'il manquait une partie, un passage. Ce qui se passait dans sa tête entre autre. Pourtant, Enry n'avait pas réellement envi de poser d'avantage de questions, sachant qu'il n'était pas sur d'avoir de réponse. La brune n'avait sans doute pas envi de partager ce qui se passait dans sa tête, c'était un peu son jardin secret, et pénétrer dans cette zone danger risquait peut être de la mettre en colère. De plus, rester en retrait, c'était aussi un excellent moyen de garder ses distances avec elle. Charisma n'était sans doute pas violente, mais elle était un peu trop étrange à son goût. Il y avait trop de chose chez elle qu'il ne comprenait pas.

Le jeune apprentis sorcier jugea bon de changer de sujet. Du moins, de retourner au sujet précédent.

« Ce n'est pas tes amis, les voix, qui t'aideront à t'endormir. Et tu as certainement besoin de sommeil. »

Que la conversation soit écourtée le plus possible, c'était aussi une solution pour avoir le canapé à lui tout seul pour pouvoir remonter rapidement dans son dortoir et tenter de retrouver le sommeil. Pourtant, son petit doigt lui disait qu'il n'allait pas pouvoir se défiler de si tôt, la jolie brune aux yeux perçants n'avaient pas l'intention de se coucher, et apparemment, elle n'aimait pas du tout qu'on lui imposait des choses. De toute manière, elle devrait faire avec. Peut être qu'à un autre moment, il s'attardait plus à comprendre ce que racontait les voix dans la tête de sa camarade de maison (ou pas), mais là tout de suite, il avait plus envi qu'elle remonte rapidement se coucher, et que la discussion s'arrête là. De toute façon, il n'était pas fait pour les relations humaines. Et encore moins, quand la personne en face de lui était trop surprenante. Oui, en bref, l'aigle voulait pas se l'avouer, mais la brune lui foutait un peu la frousse.


1108 mots environs
Revenir en haut Aller en bas

Charisma Kostovak
Ministère

Parchemins : 744
Âge : 26 ans [27 mai]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy


Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Re: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] EmptyVen 9 Juil - 11:55

    Les intentions de son préfet étaient peut-être louables (et encore, elle était loin d’en être certaine) mais Charisma les trouvait de trop. Ce n’était pas exactement qu’elle ne l’aimait pas, hein, mais elle avait un problème avec l’espèce humaine en général, le sexe masculin en particulier et tout particulièrement avec les figures d’autorité. Enry était tout ça, c’est pourquoi il hérissait passablement la brunette qui jouait avec une mèche de ses cheveux, l’air absent et froid, à priori peu convaincu par ce qu’il lui racontait.

    « Vous n’avez donc aucune pitié pour mes camarades de chambre qui devraient supporter mes cris ? » Parce que pour peu qu’elle parvienne à s’endormir, elle ferait sûrement des cauchemars. « Il n’est pas très intelligent pour un Serdaigle. » releva la voix, ce qui fit sourire Charisma bien qu’elle se dit aussi que ce n’était sûrement pas un manque d’intelligence, plutôt un manque de… comment dire ? Hum… de connaissance. A son sujet à elle bien sûr. Il ne savait rien d’elle, peu de personnes la connaissaient d’ailleurs assez pour pouvoir prétendre savoir.

    « Je n’ai pas besoin d’autorisation, ce n’est pas ma faute si je suis comme ça. » Le ton de sa voix était sec et sans appel. Elle ne laissait à personne le loisir de la juger. Qui pouvait comprendre ce qu’elle ressentait, qui pouvait comprendre les voix ? Personne n’était dans son esprit, nul ne pouvait les entendre murmurer à chaque fois qu’elle était consciente ! Comment faire la part des choses entre ce qu’elle imaginait et ces voix dont on lui disait qu’ils étaient un pouvoir ? Charisma ne pouvait pas faire la différence, elle le vivait, pour elle, c’était ça la réalité, rien d’autre. Ceux qui ne l’acceptaient pas n’avaient qu’à la laisser vire dans son coin, elle n’attendait rien de l’être humain de toute façon, ils n’étaient bon qu’à mentir, mépriser et blesser…

    « Veuillez donc m’excusez de vous avoir réveillé. » Elle ne pensait pas un traître mot de ces excuses, pas plus qu’elle ne le croyait lorsqu’il lui disait qu’il s’était levé à cause du bruit. Il la prenait juste pour une quiche lorraine, c’est tout, une jolie quiche au moins espérait-elle. Elle n’était pas dupe mais faisait comme tel car si sa question avait un intérêt à ses yeux, le fait qu’il mente l’était bien plus. Carry aimait les mystères… Et Enry en était un, en quelque sorte, justement parce qu’il était le représentant d’une race qu’elle n’aimait pas. Le papillon est attiré par les flammes, il sait pourtant qu’elles sont dangereuses pour lui… carry était assez souvent dans cette optique. Elle haïssait l’humanité, elle ne croyait pas en ses semblables, mais elle ne supportait pas d’être seule non plus, elle cherchait sans cesse à établir des ponts entre elle et les autres tout en ayant conscience de leur fragilité. Il serait même exact de dire qu’elle tentait plutôt de faire traverser le pont par les autres que de le franchir elle-même, mais on entre ensuite dans des considérations qui n’ont pas à voir avec notre situation. En effet, il n’était pour l’heure pas question de réel lien, plutôt de tentative de conciliation. Disons que le pont que Carry tente de construire est fait de bois, elle ne songe pas à le rendre solide ou définitif. Elle souhaitait juste rester dans la salle commune… avec l’approbation de son préfet, qui voulait y être aussi, ou bien dormir mais sans la laisser seule, en réalité, elle ignorait ce qu’il voulait.

    « Il ? Ah oui… bah… vous en fait. » Faut le temps de transition entre la conversation avec la voix et celle avec Enry voyez-vous, mais cela répondait sans fioriture à sa question.

    « Les voix ne sont pas mes amis. » Elles lui tapaient même régulièrement sur le système, mais bon, au moins elles étaient là quand Carry en avait besoin. « Néanmoins… elles et moi sommes d’accord sur une chose. Elles veulent bien se taire, et moi je veux bien aller me coucher… mais j’y pose une condition. » Elle se leva et s’avança vers Enry. Dans sa longue chemise de nuit blanche, ses cheveux châtain foncés tranchaient avec la pâleur de sa peau. Ses yeux bleus ourlés de longs cils noirs observaient le préfet en chef, un léger sourire sur ses lèvres roses. Carry souriait rarement, mais ce soir, elle avait une idée qui l’amusait, quelque chose qu’elle voulait essayer depuis longtemps. Pas particulièrement avec Enry pour être honnête, mais il faisait aussi bien l’affaire qu’un autre, il était de plus célibataire et voulait quelque chose de Carry (qu’elle s’en aille, en l’occurrence), le pigeon idéal si on exceptait que ce n’était pas celui avec qui elle s’entendait le mieux. Mais à qui demander d’autre ? Elle ne voyait pas, alors elle allait jouer avec lui. Elle aimait bien jouer – comme tout le monde non ? -.

    « Je voudrais que vous m’embrassiez. » Plouf, bombe larguée.


{827}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Anonymous




Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Re: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] EmptySam 10 Juil - 13:35

Charisma avait tout ce qu'il y avait de plus intriguant, l'aigle avait l'habitude de côtoyer des gens étranges, mais elle, c'était un peu différent. Il ne l'évitait pas comme la peste, disons plutôt qu'il ne préférait pas avoir de conversation avec elle. Il sentait très bien que la brune n'appréciait pas trop sa présence. Au moins, ce qu'il y avait de bon, c'est que c'était pareil pour lui. L'aura qu'elle dégageait avait quelque chose de trop différent à son goût, et la façon dont elle le regardait aussi. Si seulement il y avait moyen de lire ce qu'elle avait en tête.

Et puis, l'obliger à monter, c'était un peu son travail. Normalement, il devrait la coller, sachant qu'il lui avait déjà donner un avertissement la dernière fois. Or, elle n'était pas concrètement parlant en faute, puisqu'elle empêchait que les autres viennent râler auprès de lui quant aux cauchemars que pouvaient faire la brune. Mais il n'y avait quand même pas d'exception à la règle. Mais toujours est-il que les propos de Charisma sonnait comme un reproche, et il n'aimait pas ça du tout. Il avait beau rester de marbre, ses émotions en lui se bousculaient. Enry avait réellement envi que tout ça s'arrête, et se reprochait de ne pas être remonter directement dans sa chambre.

« Preuve du contraire, je ne t'ai pas reproché de faire des cauchemars, ni d'avoir eu la gentillesse d'épargner tes camarades de chambre. Mais tu ne fais exception à la règle. Si on se met à faire des exceptions pour tout le monde, c'est l'anarchie. »

Si tout le monde se mettait à vouloir se coucher dans la salle commune pour ne pas réveiller ses camarades, on n'en avait pas fini. Charisma et ses reproches. Elle n'aimait pas qu'on lui donne des ordres, même si c'était dit aimablement. Mais l'aigle n'avait pas l'intention de se défiler. Pas qu'il voulait la salle commune pour lui tout seul, plutôt qu'il n'avait pas le choix. Et maintenant qu'il était tombé sur elle, lorsqu'elle aurait enfin décidée d'aller se coucher, il n'aurait pas le choix de remonter dans sa chambre. Il lirait sans doute dans son lit avec sa baguette magique. ou alors, il pourrait très bien se réfugier dans les douches pour ne déranger personne. Maintenant qu'il avait eu droit à ce face à face, il ne risquait pas de retrouver le sommeil. La brune parlait toute seule, ce n'était pas très normal. Après, qu'est-ce qu'il y avait de normal dans ce monde...

Là, en cet instant, il avait juste eu besoin de tranquillité, au lieu de ça, ses émotions se battaient en duel à l'intérieur de sa tête.

Les fausses excuses de la demoiselle auraient pu le faire sourire à moitié, il devinait qu'elle ne pensait pas un traître mot de ce qu'elle avait dit. Mais après, comment le prendre, ça c'était une autre histoire. La meilleure chose à faire, c'était de ne pas répliquer. Sinon la conversation n'en finirait pas. Et à cette heure ci, il n'avait franchement pas envi de se prendre la tête. En réalité, il se prenait plus la tête depuis l'année dernière. Il avait abandonné le navire comme on dit, et il préférait attendre que la tempête passe. Même s'il risquait de se noyer.

« Peu importe. »

* De toute façon, je suis pas prêt de me rendormir *

Comme il le savait si bien, elle avait bien parlé de lui. Génial, alors elle le prenait pour un jouet ou quoique se soit d'autre. Et il ne saurait probablement pas à quoi elle voulait jouer. Cette fois, il ne put s'empêcher de grimacer. Il pourrait servir. Cette fille était vraiment déglinguée. Mais il ne fallait pas non plus paniquer pour si peu, ce n'était pas comme si elle allait le tuer sur le champ. Elle avait sûrement une idée encore plus tordu en tête. Et il n'avait franchement pas envi d'en savoir de trop.

Le petit air de la brune ne lui plaisait tout à coup pas du tout, elle venait de parler d'une condition. Il ne voyait pas pourquoi elle n'allait pas se coucher directement tout simplement. Une condition... Le piège se refermait sans doute autour de lui, et il ne cessait de se répéter qu'il aurait dû être plus violent et plus dure dans ses propos. Or, l'aigle ne se sentait pas d'humeur à être vraiment autoritaire. Hausser le ton, ce n'était pas du tout son genre. La seule fois où il s'était vraiment énervé, c'était avec Keira. Et il n'aurait jamais dû réagir ainsi. Silencieux, il attendait la suite, mais il n'était franchement pas préparer à entendre ça... Il aurait bien pu s'étrangler avec sa salive en l'avalant, tellement il était surpris. Ça se lisait sans doute sur son visage. C'était vraiment une condition bizarre. De toute façon, de la part de notre étrange quatrième année, ce n'était pas très étonnant.

« Pardon ? »

C'est tout ce que monsieur trouvait à dire.
Mais il avait déjà assembler quelques pièces du puzzle, ces fameuses voix dans la tête de Charisma lui avait sans doute proposer cela. C'est ce qu'on appelle se trouvait aux mauvais endroits au mauvais moment, certes, la situation n'était pas non plus catastrophique mais l'aigle n'avait aucune envi de l'embrasser. N'allait pas croire que ça le dégoûter non plus. Mais déjà il ne l'aimait pas, et c'était réciproque. Alors, forcément, il ne comprenait pas trop pourquoi une telle demande.

« Tu n'aurais pas une condition qui me conviendrait un minimum ? Ou alors, tu m'expliques. Parce que franchement, on ne s'aime pas particulièrement. Et je n'embrasse pas la première venue. »

Aussi jolie soit-elle.
Enry s'était pas gêné pour être plus sec, l'idée de l'embrassait ne le répugner pas non plus, mais l'idée en elle même était un peu loufoque. Le principale là maintenant tout de suite, c'était de comprendre pourquoi elle avait de tels idées. Mais elle lui donnerait sans doute aucune raison, elle était tellement étrange, différente des autres. Peut être que c'était une simple idée qui lui était passé par la tête, où comme elle l'avait si bien supposer il y a quelques minutes, il ferait juste l'affaire maintenant. Elle voulait peut être simplement tester quelque chose. N'avait-elle jamais embrasser ? Elle se fichait pas mal du reste la demoiselle, elle voulait sans doute tenter une expérience.

« Je ne suis le jouet de personne. Et encore moins de toi. »

Ah, mais t'as oublié coco, t'as quand même été le jouet de cette vipère, Heaven, pendant plus de deux ans ? Enry serrait les dents à ces pensées, puis plonger de nouveau son regard dans celui de la brune. Elle avait l'air bien déterminé. Mais en fin de compte, ça passerait bien le temps. Peut être aurait-il envi de dormir après. Et ces derniers temps, il n'avait pas éprouvé l'envi d'embrasser quiconque, s'amuser un peu, c'était pas si dramatique. C'était de son âge après tout. Peut être devrait-il se mettre à jouer un peu avec ses dames. Marre d'être le pion de service.

1191 mots

Revenir en haut Aller en bas

Charisma Kostovak
Ministère

Parchemins : 744
Âge : 26 ans [27 mai]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy


Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Re: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] EmptySam 10 Juil - 14:23


    « Il suffit que personne ne le sache. Je vous promets que je ne dirais rien à personne. » Carry utilisait sa voix la plus chantante pour tenter d’amadouer le préfet. Ce n’était pas forcément simple dans la mesure où bah… il ne semblait pas beaucoup l’apprécier. Elle non plus me direz-vous, mais ce n’était pas qu’elle le détestait, c’était différent d’Axel, Enry, elle le trouvait juste encombrant parce qu’il était préfet et qu’il ne la laissait pas faire ce qu’elle voulait quand elle le voulait. Il y avait une différence entre les deux, qui pour ce qui allait suivre, avait vraiment beaucoup d’importance. En effet, Charisma ne proposerait jamais un baiser à quelqu’un qu’elle jugeait totalement inintéressant ou qui l’agacerait. Son seul problème avec le Serdaigle qui était là en face d’elle, c’était son insigne. Ceci étant, ça restait un problème de poids quand on craint l’autorité au point de la braver (contradictoire ? si peu !) comme elle.

    « Vous m’avez parfaitement comprise. » Sourit-elle lorsqu’il exprima sa surprise. Quant à la suite, elle s’y était attendue. Il est vrai que son choix pouvait paraître étrange, mais avouez que la situation avait un certain charme pour ce genre d’expérience… Il faisait nuit et l’âtre faiblissante était le seule lumière de la pièce, ils étaient totalement seul et le silence régnait en maître dans la pièce. Carry se savait jolie et Enry était assez mignon (pour un préfet XD), ça devrait aller n’est-ce pas ?

    Elle se rapprocha d’un pas, scrutant son visage, absolument pas effrayée. Certaines filles font toute une histoire de leur premier baiser, pas Charisma. Elle se moquait pas mal de le donner à quelqu’un dont elle n’était pas amoureuse, d’ailleurs, quelle valeur y verrait-il ? Aucune certainement, comme elle, ça n’avait pas d’importance de ne pas s’aimer pour s’embrasser, puisque l’amour n’existe pas.

    « C’est vrai, on ne s’aime pas. Mais je ne vous demande pas le mariage, juste un baiser. Ne me faites pas croire qu’il faille s’aimer pour ça, je ne l’ai jamais fait, mais je sais que c’est faux. » Andrew avait eut plusieurs maîtresse et Charisma savait pertinemment qu’il n’en avait aimé aucune. Les relations physiques, du simple baiser aux autres étapes, n’étaient jamais qu’une simple question d’hormones et de chimie du cerveau. « Cela dit, si vous voulez mes raisons, elles sont assez simple. Mes camarades de dortoirs n’arrêtent pas de dire que c’est quelque chose de très agréable, elles en font même toute une histoire, j’ai juste envie d’essayer. » Elle pencha ensuite la tête très légèrement sur le côté pour mieux le voir malgré le peu de lumière, un sourire toujours fiché sur ses lèvres… Elle était l’image même de l’innocence. Et pourtant… « Mais peut-être ne me trouvez-vous pas à votre goût ? » Et là, elle parlait de son physique seulement hein, elle savait très bien qu’elle passait pour folle (elle l’était d’ailleurs) et qu’il n’y avait que les garçons trop gentils pour l’apprécier, simplement parce qu’ils passaient au-delà de sa différence et de sa froideur pour voir ce qui se cachait derrière. Après, avait-il besoin d’apprécier son caractère hors norme pour avoir envie de l’embrasser ? Elle était presque sûre que non, toujours en référence à son idée bien arrêter sur ce genre de chose.

    « Personne n’est le jouet de personne, un baiser se donne et se prend avec égalité. Remarquez, moi je n’y connais rien, mais c’est ce que disent les livres. » Et Charisma croyait ses bouquins, elle ne pouvait pas faire autrement, ils étaient un peu comme son soutien, sa bible en plusieurs volumes. Ensuite, elle faisait la part des choses, mais justement, si elle voulait être embrassé (par Enry) c’était pour réussir à faire la différence entre la fiction et la réalité. Elle se disait qu’on exagérait sûrement beaucoup l’intérêt de ce léger contact entre deux personnes.

    Elle avança encore d’un pas et leva la tête vers lui tout en posant simultanément son index sur les lèvres de son préfet. Elle était presque certaine qu’il ne pouvait pas la coller pour ça, tout bien compté, c’était même la première fois qu’elle faisait ce genre de geste mais dans la situation présente, cela lui était venu naturellement. « S’il vous plaît. »

    Charisma ou comment tenter un numéro de charme à l’impro’. Et on ne pouvait pas dire, elle se débrouillait plutôt pas mal !


{734}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Anonymous




Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Re: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] EmptyDim 11 Juil - 16:31

Que personne ne le sache ? Peu importe si cela se savait. Ou plutôt non, en fin de compte, il préférait que rien de ce qui se serait produit ici à cette heure ne fasse le tour de l'école. Enry n'avait aucune envi de se faire questionner à ce sujet, il n'avait pas non plus envi de finir dans le hibou bavard. Ce genre de situation pourrait le rendre dingue en deux minutes, aussi calme qu'il pouvait paraître. L'aigle ne put cependant pas retenir un haussement de sourcil, manquant de lui demander à qui elle le dirait sinon. Elle n'avait franchement pas énormément d'amis proches. Pourtant, en toute honnêteté, il était un peu dans la même tasse qu'elle. Même si elle, semblait ne pas supporter la solitude. Voilà pourquoi il trouvait cette fille trop complexe à son goût. Trop complexe, certes, mais elle était jolie. Elle n'avait rien à envier à personne. Et puis, comme elle ne disait si bien, ce n'était qu'un baiser.

Mais alors, pourquoi ça le surprenait autant ? Tout simplement parce qu'il n'avait jamais réussis à être tenter d'embrasser quelqu'un dont il n'était pas amoureux. La question donc, ne se posait pas réellement. Heaven, il l'avait beaucoup aimé. Keira, il en était tombé amoureux. De toute évidence, il était légèrement paumé, et ne savait vraiment pas comment réagir après cette demande plus qu'étrange. Enfin, venant de Charisma, cela n'aurait pas dû le surprendre autant. L'aigle passa sa main dans ses cheveux comme si ça allait lui permettre de mieux faire la part des choses...

« Ça n'a sans doute pas autant d'importance à tes yeux. Mais en ce qui me concerne, je n'ai jamais embrassé une fille simplement pour m'amuser. »

Enry avait beau lui dire ça, si on parlait de nouvelles expériences, c'était bien autre chose. Expérience secrète. D'ailleurs, quelque coup d'oeil discret en direction des escaliers l'échappèrent. Pas très naturel sur le coup. Puis, plongeant de nouveau son regard dans celui de la brune qui s'expliquait enfin, il ne put s'empêcher cette fois de soupirer. Trop d'émotions l'échappaient, c'était pas bon signe. Pas qu'il commençait à se sentir à l'aise, c'était vraiment pas du tout le cas, plutôt que l'excuse était un peu trop dans les normes. Les filles, vraiment bien étrange. Et puis, franchement, l'aigle n'avait pas envi de se casser la tête à lui expliquer que c'était peut être mieux qu'elle tente cette expérience avec quelqu'un qu'elle apprécie un peu plus. Ces propos d'amoureux transits allaient sans doute la faire rire, alors valait mieux qu'il tienne sa langue.

La brune était l'image même de l'ange innocent. Elle demandait cela avec un tel naturelle que s'en était désarçonnant. Charisma était parvenue en quelques secondes à peine à lui clouer le bec. Tâche très complexe tout de même. La seule qui était parvenue à faire cela jusqu'ici, c'était bien Heaven. L'aigle haussa les épaules (genre y a mieux tiens), mais finit par répondre (sous un ton désinvolte en plue =_=) :

« C'est pas du tout ça. Tu sais très bien que t'es plutôt jolie. » Le plutôt était sans doute de trop. Parce que dans quelques années, quand elle serait adulte, elle pourrait sans doute avoir tous les garçons à ses pieds. Elle avait de jolies formes, des yeux magnifiques, un sourire magnifique, un visage d'ange, de beaux cheveux soigneux tu t'éternises un peu là. Elle avait tout pour elle. Seul point sombre, son caractère quelque peu tordu et indéchiffrable. Mais là, il commençait à se répéter. Et ça commencer à lui faire tourner la tête. Et puis, en tant normal, il aurait dû la coller. Simplement. Mais finir en préfet diabolique dont les petits premières années auraient peur de croiser le regard, ce n'était pas non plus son truc. Il préférait rester plutôt discret dans son rôle de préfet. Et dans tous les cas, s'il collait Charisma ici, maintenant, on lui demanderait peut être qu'est-ce qu'il faisait là, lui aussi, à une heure pareille. Tiens, tiens, il tendrait juste l'excuse bidon. Mais ça marcher pas toujours. Il n'empêche qu'il fut quand même sortit de ses pensées par les propos de son interlocutrice.

« On m'a appris un jour que les livres ne disent pas toujours tout. » Et la demoiselle avait sans doute compris que les expériences ou les essaies étaient toujours différents des livres. On ne ressentait pas réellement les émotions des personnages de certains romans, sauf si on l'avait réellement vécu. En plus, un serdaigle qui dit qu'on apprend pas tous dans les livres, c'est peut être un peu étrange... D'ailleurs, il était aussi étonnant qu'il dise une phrase de sa soeur. Celle avec qui il n'avait plus d'affinité depuis qu'il était rentré à Poudlard.

La jeune fille s'était approchée de lui d'un pas lent tout en posant son index sur ses lèvres. Elle se fit même suppliante. Mais il fallait avouer que la demoiselle était bourrée de charme, sans oublier qu'elle était une excellente manipulatrice. Qu'est-ce qui était pire... ? Savoir qu'on était manipuler et quand même foncer tout droit, ou ne pas savoir qu'on était manipuler et foncer tout droit ? Il ne saurait pas trop quoi répondre à cette question intérieur. Et la fatigue faisait peut être aussi bien les choses. Ou alors, fallait quand même que le jeune homme avoue qu'il était en manque d'étreinte non ? L'aigle passa ses doigts près du visage de la brune, puis les glissa à l'arrière de son cou pour attirer la jeune fille vers lui. Il s'en fichait maintenant d'avoir été piéger par le petit numéro de la jeune séductrice (elle était pas si débutante que ça apparemment), il prendrait un peu de bon temps aussi non ? Pourtant, il la sentait bien la gamelle.

Enry et le romantisme, toujours un peu trop au rendez-vous... Lentement, il posa ses lèvres sur celle de Charisma, elles étaient chaudes, douces. Et malgré la distance qu'il avait entre les deux jeunes gens, il appréciait cette chaleur qui venait de naître en lui. Comme si ça faisait une éternité qu'il n'avait pas embrasser quelqu'un. Il attira d'avantage le visage de la brune vers lui, sachant pertinemment que les quelques centimètres de distance qui les avait séparé étaient déjà partis en fumer. Il se sentait bizarre, sans pour autant avoir le coeur qui battait la chamade. C'était qu'un simple divertissement... ? Drôle de divertissement tout de même. Entrouvrant les lèvres, lentement, sans se précipiter, il se rendait à l'évidence qu'elle avait raison, ce n'était juste qu'un baiser.

1082 mots
Revenir en haut Aller en bas

Charisma Kostovak
Ministère

Parchemins : 744
Âge : 26 ans [27 mai]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy


Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Re: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] EmptyDim 11 Juil - 21:36


    « Et bien… il y a un début à tout n’est-ce pas ? » Charisma ne se laissait pas démonter par les grands idéaux romantiques de ce cher Enry. S’il avait déjà été amoureux (et de qui d’ailleurs ? Carry ne suivait jamais les potins de l’école), Charisma n’était pas au courant du tout, mais en ce qui la concernait, du haut de ses quatorze ans, elle était fière de dire qu’elle n’avait strictement aucune attache de ce genre, ni même aucune réelle attache tout court. Elle avait sa Cour bien entendu, mais ils étaient avant tout là pour céder au moindre de ses caprices. En échange, elle leur donnait son sourire et sûrement, en quelque sorte, son amitié. Mais cela n’empêchait nullement qu’elle trouvât les liens inutiles… elle ne savait pas ce qu’elle ferait si Damon disparaissait subitement. Elle serait triste peut-être… mais c’était bien pour ne pas augmenter plus ce qu’il adviendrait dans ce cas que, pour aussi amis qu’ils puissent être, elle ne le laissait pas approcher son jardin secret.

    Même physiquement parlant, à part lorsque c’était pour son service, elle ne le laissait que rarement posé la main sur elle. Pour aussi imbu d’elle-même que cela puisse la laisser paraître, elle considérait l’offre qu’elle venait de faire à Enry comme un grand privilège. Après tout, il allait pouvoir l’embrasser non ? Bon, objectivement, elle doutait beaucoup être très douée en baiser alors qu’elle n’y connaissait rien, mais il saurait pour deux. C’était l’avantage qu’il soit plus âgé et plus expérimenté qu’elle, non ? Et encore, plus que tu ne crois ma cocotte.

    « Plutôt ? Ce n’est pas très engageant. Dans ce cas, disons que moi je vous trouve plutôt mignon. » C’était de bonne guerre, Carry essayant tout de même d’être le plus avenante possible, comme on se le devait dans une telle situation. Elle n’avait jamais fait ça avant, alors elle faisait à l’instinct et en copiant aussi un peu dans les livres pour ce qui était des postures ou du ton. Ce n’était, après tout, qu’une question d’adaptation. En plus, elle savait qu’il n’était pas entièrement sincère, elle voyait bien la façon dont il la dévisageait. Il la trouvait peut-être bizarre, agaçante ou tout ce qu’il voulait d’autre, mais joli, c’était indéniable. Elle n’était pas la cousine de Dawn, la Perfect Slytherin pour rien après tout.

    « J’aurais même ajouté que les livres modifient la réalité à leur souhait. » Parler bouquin dans une telle situation… c’était bien des Serdaigles tiens ! Mais rapidement, la conversation laissa place à l’action ce qui n’était pas pour déplaire à Charisma, qui obtenait ainsi ce qu’elle avait demandé. Toutefois, comme c’était quand même son tout premier baiser, elle ressentit un léger frisson – d’appréhension peut-être ? – lorsqu’il glissa ses doigts sur son visage puis sa nuque. Elle se laissa faire (le contraire aurait été illogique, même pour elle) et maintenant autant dire que la distance qui les séparait était devenue dérisoire, bien qu’encore présente, de deux ou trois centimètres, juste de quoi ne pas être dans les bras l’un de l’autre dirons-nous. Finalement, il l’embrassa et Carry ferma les yeux (elle avait songé un instant à les garder ouvert, et puis, elle s’était dit que ça ne se faisait pas… oui, elle réfléchit trop XD). Imperceptiblement, elle se rapprocha du jeune préfet, qui lui cherchait son contact… et dans un geste hésitant posa une main sur son épaule tandis que ses lèvres s’entrouvraient, prolongeant le baiser.

    Ce qui ne devait être qu’un petit baiser de rien du tout devint en réalité bien plus, le tout sans confusion pourtant… Charisma se laissait faire avec l’idée persistante que ceci ne se passait que parce qu’elle l’avait demandé. Quelque part, ça la rassurait, parce que ça n’engageait à rien… contrairement à un baiser qu’elle aurait pût laisser à un garçon plus… intéressé. C’était simple, désengagé, facile… exactement ce à quoi Carry aspirait. De fait, sans qu’elle comprenne ni comment, ni pourquoi, il y eut plusieurs baisers… mais enchaînés de telle façon qu’elle n’arrivait pas à les distinguer. Puis, quand ils furent obligés de vraiment reprendre leur souffle, Charisma fit le geste de reculer d’un pas et dit d’une voix qui se voulait moins enrouée qu’elle ne résonnait dans ses oreilles en réalité « Bien, vous allez pouvoir aller dormir. » Bah oui… c’était le deal quoi…


{726}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Anonymous




Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Re: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] EmptySam 17 Juil - 14:55

Oui, comme elle le disait si bien, il y avait un début à tout, et ce n'était qu'un simple baiser. Là où il en était de toute façon, ce baiser n'aurait aucune valeur, aucune importance. Et peut être que l'aigle devrait songer à être plus ouvert à ce genre de chose. Il pouvait bien flirté de tant à autre, avec des hirondelles telle que Charisma. Il ne s'attacherait pas, et dans ces cas là, il aurait moins de chance de se sentir encore moins bien que d'habitude. Ses histoires d'amours avaient toutes étaient chaotique, et Charisma lui offrait ses lèvres. Elle était juste une jeune fille avide d'apprendre, de pouvoir marcher dans la cour des grands, et qui en avait marre d'entendre ses camarades de chambre parlaient de baiser langoureux et tout ce qui va avec. Il pouvait bien lui offrir ça, et à une heure aussi tardive, il ne risquait pas grand chose. Les serdaigles étaient généralement tous sérieux, et restaient pelotonner dans leur lit douillet. Ils ne viendraient pas les déranger.

De plus, de près, lorsqu'elle ne parlait toute seule, Charisma semblait moins étrange. Comme si au contact de l'autre, elle oubliait un peu ces voix. Cela dit, cela ne voulait pas dire qu'il ne la trouvait pas toujours aussi bizarre. Sa proposition avait été bizarre, mais elle manipulait incroyablement bien. Même si l'aigle se sentait tout à fait capable de juger si ce qu'il allait faire été bon ou pas. Pour lui, pour elle ? Peu importe. Il n'avait pu s'empêcher d'exciser un léger sourire lorsqu'elle lui dit qu'elle le trouvait plutôt mignon. Elle tournait ses propos à son avantage, et cela le faisait bien évidemment sourire.

Puis il avait fini par l'embrasser, encadrant son cou de ses mains, joignant ses lèvres aux siennes délicatement. Le baiser qui aurait dû durer quelques secondes dura en faites quelques minutes. Il appréciait la chaleur qui venait de naître en lui, comme une flamme, une étincelle qui avait été ravivé. Elle était agréable. Il rapprochait toujours plus, Charisma posant sa main délicate sur son épaule, brisant encore la mince distance qui séparait leur deux corps. Leurs lèvres étaient toujours jointes, s'animant lentement, le baiser se prolonger. Enry ne pensait même pas à reprendre son souffle, comme si cela n'avait plus grand intérêt. Oui ben en attendant, ses poumons n'aiment pas trop. Son autre main libre glissa sur la hanche de la jeune fille, tandis que les minutes défilaient à vive allure.

Mais le contact fut finalement brisé, parce que chacun des deux avaient sans doute besoin de reprendre leur souffle. Charisma avait reculé d'un pas, rompant le contact. Il se sentait encore bizarre, mais ses jambes le tenaient encore debout. Etait-ce son romantisme prononcer qui le rendait aussi ... bizarre ? Ou simplement le fait d'avoir embrasser une presque parfaite inconnue ? La soirée venait de se terminer, alors qu'elle lui disait qu'il pouvait disposer. Enfin, elle ne l'avait pas dit de cette manière, mais c'était bien le but premier de ce baiser. Que chacun aille se coucher. Alors que l'aigle savait pertinemment qu'il ne s'endormirait pas.

« Bien. Bonne nuit Charisma. »

Puis il monta les escaliers, l'esprit ailleurs. Oui, ça avait été vite expédié, mais il n'était quand même pas près d'oublier. Même si ce n'était qu'un simple baiser.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Tu me rends luciole [PV] Empty
MessageSujet: Re: Tu me rends luciole [PV]   Tu me rends luciole [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu me rends luciole [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tu me rends luciole [PV]
» Luciole jument de la nuit
» Charlie ? Si un âne te donne un coup de pied, ne lui rends pas.
» Sceau et blason du Comté
» Questions,interrogations et suggestions autour de la Soule artésienne (ouvert à tous les souleurs)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujet Clos année 10-
Sauter vers: