AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 La question qui me taraude [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministère

Parchemins : 720
Âge : 26 ans [27 mai]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: La question qui me taraude [PV]   Mer 31 Mar - 15:06


"Le sage médite encore, le fou a terminé l'affaire."
Proverbe Russe

    Le parc de Poudlard au printemps. Carry avait laissé l’un de ses deux larbins ranger ses bêtises à elle dans la salle de botanique. Elle donnait l’impression d’être si fragile avec sa peau translucide et ses grands yeux bleus que les êtres faibles s’y laissaient prendre. Elle ne le faisait même pas exprès, elle était comme ça naturellement… mais si on se proposait de faire son travail à sa place, elle n’allait pas dire non.

    Egoïste mais tout de même un minimum reconnaissante, elle attendait le dit larbin perchée sur la branche basse d’un arbre tandis qu’elle balançait les jambes dans la vide, comptant les brins d’herbes (sa récente question étant « combien y-a-t-il de brin d’herbe dans un mètre carré en moyenne ? »). Toute à cette occupation, elle ne vit arriver l’opportun qu’assez tard, quand son ombre vint cacher son soleil et l’empêcher de compter. Cet arbre était-il déjà réservé ?

    Carry leva les yeux et reconnu le garçon en question. C’était quelqu’un de sa maison, d’une année au-dessus. Son cousin jouait au Quidditch même (encore un sport idiot selon Charisma à ce propos). Elle chercha son nom mais il mit un moment à lui revenir durant lequel elle resta silencieuse à continuer à balancer les pieds, fixant d’un air faussement hautain son camarade.

    « Monsieur Griffins, vous m’empêchez de compter les brins d’herbe. » Non, finalement, le prénom ne revenait pas lui. Tant pis, c’était un détail. Elle se laissa tomber du haut du mètre qui la séparait du sol et elle se redressa devant Axel qui était – en fait – plus grand que vu d’en haut (question de perspective). Regardant le sol autour d’elle, elle en revint à son camarade et fronça les sourcils, désappointée. « Et mon mètre carré est tout écrasé en plus. » Elle soupira et passa les doigts sur sa natte.

    « Tu ferais mieux de partir d’ici. Damon t’attends. » Lui souffla la voix dans sa tête. Damon c’était l’autre larbin, mais elle ne pouvait pas contenter tout le monde, il fallait déjà qu’elle attende le premier. Chaque chose en son temps. Damon patienterait, au pire il partirait en salle d’étude sans elle, il n’y avait pas mort d’hommes. « Ce ne sera pas nécessaire, j’étais là avant. » Répondit-elle à voix haute à son amie imaginaire (qui pour elle était très réelle soit dit en passant). Passant un bras sous sa poitrine tandis qu’elle relevait l’autre pour poser un doigt sur sa tempe très légèrement, elle se plongea à nouveau dans une réflexion avant de dire de but en blanc « Je crois bien que j’ai oublié votre prénom. » Avant d’ajouter en marquant le périmètre d’un geste furtif, et de montrer ensuite le côté droit, pas encore clairement délimité dans l’esprit de Carry mais un carré d’un mètre carré ce n’est pas bien dur à tracer.
    « Quant à moi je suis Charisma Kostovak et maintenant je ne sais plus combien il y avait d’herbe sur mon mètre carré. Auriez vous l’obligeance de m’aider à recompter sur celui d’à côté ? »

    Et vous savez le pire ? Elle ne blague pas…


{522}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: La question qui me taraude [PV]   Mer 31 Mar - 21:44

Le printemps... C'était quand même une superbe saison. D'ailleurs, aux yeux d'Axel, c'était la meilleure. C'est la période de l'année où le soleil est doux, le vent est frais. Mais pour autant, cela ne veut pas dire qu'il fait froid. Il fait beau. C'est le moment de l'année où il fait le meilleur. Et ça, justement, c'est le pied, quand on y pense. D'ailleurs, c'était surtout au Printemps que l'on pouvait trouver le jeune Griffins dehors. Quoi qu'à bien y repenser, on le trouvait toujours dehors. Ce n'était pas de sa faute hein, il aimait être dehors, il aimait vraiment ça. Ca lui permettait d'avoir la belle vie, de s'amuser, ça lui permettait de dormir au soleil, de s'éclater, tout ça quoi. Ce n'était certainement pas lui qui allait s'en plaindre d'ailleurs. Il était bien content d'être dehors, et ce n'était pas prêt de changer. Ca, c'était certain.

Enfin bref, il n'était pas temps pour lui de papoter encore et encore, surtout que lorsqu'on y repensait, bah là, ce n'était pas son principal problème. Non son problème là tout de suite maintenant, c'était cette folle furieuse, totalement folle qui avait totalement perdu un câble. Non mais sérieux quoi, c'était quoi cette pauvre fille hein ? Parce que bon, il devait bien dire qu'elle était spéciale hein ! Comment ça il l'empêchait de compter les brins d'herbe ? En quoi il pouvait l'empêcher de compter ? Non, pire, en quoi avait-elle bien besoin de compter ça ? Personne ne comptait ce genre de connerie ! Alors pourquoi est-ce qu'elle trouvait vraiment cela nécessaire ? C'était d'une telle stupidité franchement, qu'elle avait du mal à comprendre où était le but de la manœuvre ! « Je m'en tape de ton mètre carré poulette hein. Sérieux. ».

Qu'elle lui fiche donc la paix parce que bordel, il s'en tapait totalement de tout ce qu'elle pouvait bien lui dire. Il allait où il voulait, il faisait tout ce qu'il voulait. Alors franchement, elle pouvait bien aller se faire cuire un oeuf, elle pouvait bien se pendre et tout ça. Parce que franchement, il s'en foutait totalement de tout ça. Il s'en moquait totalement. Et là, il n'avait qu'une seule envie, c'était de piétiner encore plus l'herbe qui l'entourait. Parce que bordel, il voulait vraiment qu'elle lui foute la paix, là tout de suite. Surtout qu'il n'était pas vraiment réputé pour être le garçon le plus calme de l'univers ! Il était capable de garder son sang froid par rapport à Vincent mais ça, c'était uniquement parce qu'il y avait Fredericke dans l'histoire hein ! Là, cette fille qui se trouvait devant lui, il n'y avait rien qui puisse réellement l'empêcher de faire une connerie. Enfin non, il n'allait quand même pas la cogner, ce n'était pas son genre. Pour autant, il n'allait pas garder sa langue dans sa poche, ça, c'était évident par contre.

D'un coup, elle parla, mais pas à Axel. De ce fait, il fut totalement perdu et l'idée qu'elle soit vraiment folle lui traversa totalement l'esprit. Elle était plus que folle en faite, elle était à enfermer là, carrément même. Une folle furieuse qui n'avait sa place que dans un asile, et nul part ailleurs ! Ah, voilà qu'elle lui adressait à nouveau la parole à lui. Enfin ! Quoi que bon, il n'était pas totalement sûr de vouloir lui parler. « Axel ». Ouais voilà, elle n'avait fait que dire qu'elle avait oublié son prénom, et lui, il lui avait donné. Voilà. Son prénom n'étant pas un secret, il se moquait bien de le donner.

L'aider à compter ? Il se mit doucement à rire. Elle était folle et en plus de ça, elle tentait de l'entraîner bêtement dans sa folie. Mais lui, il n'était pas fou, pas du tout. Alors non, il ne comptait pas plongé dans son délire, il comptait bien la laisser faire ce qu'elle souhaitait et quant à lui, il allait se contenter de se foutre de sa gueule. Oui voilà. « Tu rêves ma pauvre, chacun sa merde. Or là, c'est la tienne. Donc à toi de te débrouiller. ». Adorable le jeune Axel hein, en même temps, il n'avait jamais été question pour lui d'être adorable. Il était lui même. Et il savait parfaitement que ça ne plaisait à personne.
716
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 720
Âge : 26 ans [27 mai]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: La question qui me taraude [PV]   Dim 4 Avr - 17:02

    Charisma s’offusqua sincèrement d’un tel langage, elle porta la main à son cœur visiblement outrée et croisa les bras sous sa poitrine, relevant le menton même si elle restait trop petite pour plantée ses yeux bleus dans ceux d’Axel pour le foudroyer comme elle souhaitait le faire. Elle en aurait presque tapé du pieds mais non, elle resta droite comme un i à jauger son camarade en se mordant légèrement la lèvre inférieure, signe qu’elle essayait de décrypter la situation. Quand elle reprit la parole, ce fut d’une voix restée calme mais avec une expression un peu moins figée. « Je ne suis pas une… poulette. » Elle avait lâché le mot comme s’il la dégoûtait, et c’était le cas. On ne parlait pas comme ça à une Kostovak ! Et puis, elle n’avait rien d’une poule bon marché, même miniature, non mais >.<

    Il lâcha ensuite son prénom comme s’il n’en avait rien à faire et ça agaçait de plus en plus Charisma qui restait néanmoins plutôt zen, uniquement parce que son tempérament était peu porté sur l’énervement, sauf si elle se mettait à devenir hystérique mais ils n’en étaient pas là. « Et bien… Axel. Vous n’êtes guère poli. » le petite voix lui souffla « Qui plus est inintéressant et pas spécialement bien fait de sa personne. » Ce qui fit sourire Charisma qui ne répondit pas parce qu’elle n’avait pas d’avis sur la question. Elle ne connaissait pas Axel et il ne la connaissait pas non plus et les trois secondes écoulées prouvaient qu’en fait c’était limite mieux comme ça.

    Lorsqu’il lui dit que c’était chacun sa merde, elle soupira, comme elle l’aurait fait avec un petit garçon bruyant, et secoua la tête, faisant voler ses boucles châtains autour de son visage. « Vous voyez, vous êtes encore vulgaire. » Puis, elle sortit sa baguette et lança un sort sur l’herbe pour tracer son carré. « Soit, je compterais donc seule alors, mais vous devriez avoir honte de parler comme vous le faites à une jeune fille. »

    « Carry ! » Raisonna la voix dans sa tête, provoquant une douleur aux tempes à Charisma qui fronça les sourcils et porta la main à son front. « Moins fort… Tu me fais mal. » « Tu ne vas pas te laisser faire quand même ? » « Qu’est-ce que tu veux que ça me fasse ? » Un sifflement aigu raisonna dans ses oreilles mais la jeune fille préféra l’ignorer et se baisser pour compter ses brins d’herbes. Elle ne mit pas longtemps à en compter déjà la moitié en réalité car elle utilisait la magie pour l’aide, histoire de ne pas compter deux fois le même brin, et puis un mètre carré ce n’est pas si grands que ça en fait.

    Se retournant pour voir s’il était encore là, elle vit que c’était encore là. Marquant la délimitation de ce qu’elle avait déjà compté elle se releva dans un froufrou de tissu et revint se poser les deux poings sur les hanches en face du garçon. « Vous ne m’aidez pas mais vous me regardez faire, vous êtes vraiment impossible ! » Du point de vu (tout particulier bien sûr) de Carry, Axel était vraiment un garçon étrange et elle avait bien du mal à le cerner. Il faut dire qu’il n’avait pas grand-chose à voir avec ceux de sa cour personnelle. Qui sait, elle allait peut-être apprendre de nouvelles choses sur le genre humain ? Carry aimait bien apprendre après tout…


{587}

# TOUS COMPTES # CUPIDON
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: La question qui me taraude [PV]   Sam 15 Mai - 17:05

Bien sûr qu'elle n'était pas une poulette, et une chose était sûre, il n'en voulait même pas comme telle. Il n'était pas en sa compagnie depuis bien longtemps et pourtant, voilà qu'elle était déjà en train de grave lui taper sur les nerfs hein. Mais bon, il ne pouvait pas lui en vouloir, si c'était ainsi qu'elle était mais dans ce cas, ne pouvait-elle pas aller compter l'herbe plus loin ? Ou dans ce cas, qu'elle le laisse un peu tranquille tiens, parce que mine de rien, il ne voulait absolument rien savoir à propos d'elle, vraiment. Elle lui tapait sur les nerfs et il ne voulait absolument rien savoir à son sujet. Vraiment. Alors franchement, elle ne pouvait pas se contenter de dégager et de me laisser tranquille ? Parce que c'était vraiment ça qu'il voulait, au final. Qu'elle s'en aille bordel ! Et qu'elle retire donc de son visage le côté ampli de dégoût hein, elle semblait tellement écœuré de lui parler, que ça ne pouvait que le faire rire en faite. Il étouffa un bâillement et leva les yeux au ciel devant cette fille pleine de défaut.

•• Non mais sérieusement, tu en tiens une sacré couche toi ! Tu veux pas aller voir ailleurs si j'y suis ? ••

En faite, en parlant de cette manière, Axel en venait à penser qu'elle était probablement capable de vraiment partir voir s'il n'était pas ailleurs. Non mais parce que bon, elle semblait vraiment avoir une case en moins, alors il ne voyait pas pourquoi est-ce qu'elle pourrait avoir en tête de rester ici hein. Enfin bon, il ne fallait pas non plus se mettre à s'imaginer qu'elle allait partir. Elle semblait, en faite, un peu trop stupide pour qu'elle puisse avoir l'idée d'aller voir plus loin. Enfin bon, tout ça pour dire qu'il était plutôt déçu de voir qu'elle ne comptait pas bouger. Enfin bon, si vraiment, il pourrait toujours aller voir ailleurs, si elle y était quoi. Il ne comptait pas non plus rester ici, à la regarder lui taper sur les nerfs et tout ça, c'était un peu trop difficile. Enfin bon, il ne pouvait pas non plus toujours fuir, alors il comptait bien rester là, encore et encore et puis si vraiment, elle venait à trop le gonfler et bien... Il pourrait vite régler ça, c'était sûr. Non pas en la cognant, ni en la tuant hein ! Quoique ce n'était pas lui qui allait se faire impasse sur le fait qu'elle soit une fille. Il n'en avait encore jamais cogné une, mais ce n'était pas parce qu'il se disait qu'il ne fallait pas le faire, en aucun cas, c'était tout le contraire.

Quand elle se mit à lui dire qu'il n'était pas poli, il ne put s'empêcher de rire doucement. Non pas d'un rire doux et joyeux hein, alors là, c'était bien loin d'être le cas, ça, c'était clair. Il s'agissait plutôt de ce genre de rire que l'on pouvait qualifier haineux, et de diabolique. Bah oui qu'est-ce que vous croyez ? Axel était vraiment super détestable en faite hein. Il ne fallait pas non plus se mettre à s'imaginer qu'il était si facile que ça d'être un vilain garçon hein ! Il savait parfaitement que l'on ne pouvait pas le sentir. A le voir comme ça, on pouvait se dire qu'il était gentil tout ça, il n'était qu'un petit Serdaigle après tout, et ce n'était pas quelque chose que l'on pouvait si facilement oublié, lorsque l'on y réfléchissait de manière plus attentive. C'était évident.

•• Non, pas très poli hein... Tu me diras, je ne suis poli qu'avec les personnes en qui je suis capable de porter un intérêt quelconque, penses-tu réellement en faite partie ? ••

Et puis franchement, en quoi est-ce que le fait qu'il ne soit pas poli pouvait bien la déranger ? Parce qu'elle avait une certaine tendance à mal lui parler ? Si c'était la seule chose qui était capable de l'atteindre, et bien ils ne pouvaient pas vraiment voir ce qui avait bien pu les lier, l'un à l'autre hein. De ce fait, il n'était pas bien difficile de comprendre pourquoi, alors qu'ils étaient dans la même maison, ils ne s'étaient pas fréquentés un seul instant hein. Parce qu'au final, il ne voyait pas ce qui aurait bien pu les lier, l'un à l'autre, c'était aussi simple que ça, oui voilà. Il ne pouvait pas supporter de la voir. Ne pouvait-elle donc pas se barrer ? Elle lui aurait alors fait un très beau cadeau là ! Et une chose était sûr, ce n'était certainement pas lui qui allait avoir honte de parler comme il le faisait à une fille. Que cela pour une fille ou pour un garçon, il n'en avait absolument aucun intérêt, il s'en moquait totalement. Oui voilà. Et puis bon, qu'on soit bien d'accord, il y avait des chances pour qu'il déteste bien plus cette idiote que n'importe qui dans cette école ! Quoique, pour dire cela, il aurait fallu que Vincent Fayr change d'école, puisque c'était surtout lui qu'il ne pouvait pas voir, au final. E

Et il était clair qu'elle compterait toute seule. Ce n'était pas non plus comme s'il avait décidé, d'un seul coup, de se mettre à compter avec elle hein ! Il en était véritablement hors de question. Même pas en rêve, vraiment. Comme s'il avait une tête à se mettre joyeusement à compter l'herbe à ses côtés. Non mais franchement ? Et une autre chose était tout aussi sûr, il n'avait pas la moindre honte non, quant au fait qu'il lui parle de cette manière. Allez quoi. Il s'en moquait comme de sa dernière paire de chaussures !

•• C'est toi qui devrait avoir honte. De faire chier les autres, notamment. ••

Et voilà qu'elle se remettait doucement à parler toute seule. C'était les gens qui n'avaient pas d'amis qui faisaient ça non ? Enfin bon, il disait ça mais cela ne voulait strictement rien dire bien sûr, il ne s'agissait que d'une fille qui parlait toute seule. Non mais honnêtement, il lui manquait vraiment une très sérieuse case ! Et puis, elle croyait parler à qui au juste ? Un ami imaginaire ? Dans ce cas, Axel aurait bien aimé savoir ce que cet ami invisible pouvait bien lui dire à son sujet. Mais il préféra faire aucun commentaire. Il n'avait pas spécialement envie de se lancer là dedans, avec la petite peur de se retrouver dans son gens stupide.

Et sinon, oui, il ne l'aidait pas, mais il était d'accord pour la regarder entreprendre sa stupide activité. Juste histoire de voir si cela n'allait pas finir par lui prendre la tête au bout d'un moment.

•• Ah bah oui attends, t'es juste trop drôle pour que je ne regarde pas. ••
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 720
Âge : 26 ans [27 mai]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: La question qui me taraude [PV]   Ven 11 Juin - 8:12

    « Pour être franche j’aurais plutôt tendance à fuir les lieux où vous êtes. » Donc partir pour aller voir ailleurs s’il y était, merci mais… non merci. Quant à ce qui concernait l’intérêt qu’il pouvait bien lui porter (ou plus exactement celui qu’il n’avait pas) elle s’en fichait comme de sa première chaussure – et non chaussette, trop vulgaire, d’ailleurs elle portait des collants -. Par ailleurs, si elle savait qu’Axel osait la considérer à un rustaud comme Vincent j’veux dire, y’a que Fredericke qui peut penser autrement, elle aurait été plutôt mécontente, même comme ennemi mortel, elle valait mieux que ça non ? Bien que l’avis d’un pauvre type comme son camarade de maison ne lui importait guère, il était tellement… pas comme elle. Bah oui, finalement, ça résumait toute cette conversation.

    « Je n’ai jamais honte, c’est une perte de temps pour quelqu’un comme moi. » Bon, du coup, ce devait sûrement être aussi le cas d’Axel puisque leur seul point commun était qu’à priori ils se moquaient de l’avis de tous. Par ailleurs, par quelqu’un comme moi, elle sous entendait qu’elle n’était pas normal mais qu’elle s’en fichait, après tout, qu’y pouvait-elle ? Et puis, elle s’accrochait aux paroles de sa mère qui disait toujours que la seule chose anormal en ce monde était d’être normal ce qui est aussi la philosophie de Fred’, je reste logique avec moi-même.

    « Je ne vois pas ce qu’il y a de drôle et… » Elle allait ajouter quelque chose mais une voix (et non pas LA voix) lui souffla que celui qu’elle attendait arrivait, enfin, plutôt les deux garçons qu’elle attendait puisque Damon arrivait aussi. Un fin sourire étira les lèvres de la jeune Serdaigle qui se redressa de toute sa hauteur et lissa les plis de sa jupe. En jeune femme qui se respecte, elle se devait bien entendu d’être parfaite pour ses larbins. Gaël en la voyant et en remarquant Axel (qui n’avait pas très bonne réputation), accéléra le pas et s’interposa subtilement entre la jeune fille et son nouvel ennemi.

    « Gaël… vous avez été long mon ami. » Elle lui tendit la main et son larbin made in Serdaigle la prit pour l’aider à se relever avec grâce. Elle lui prit ensuite le bras et s’approcha de Damon « Damon, pouvez prendre mon sac s’il vous plaît ? » Le petit groupe de Carry et d’une partie de sa cour avancèrent de quelques pas avant qu’elle ne se retourne pour un dernier regard à Axel.

    « Profitez bien de votre solitude retrouvée monsieur Griffins et à jamais, dans la mesure du possible. » Sur quoi, elle lui tourna vivement le dos et s’éloigna avec ses amis, ou du moins ce qu’elle avait de plus approchant, tout en discutant à propos du nombre d’herbe moyen dans un mètre carré, oubliant déjà Axel… mais pour combien de temps ?


{Terminé pour Carry}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La question qui me taraude [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La question qui me taraude [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La question qui me taraude [PV]
» Le débat sur la question du protectorat
» Question à nos historiens
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: