AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Anonymous




Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] Empty
MessageSujet: Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]   Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] EmptyMar 13 Avr - 19:55

Leçon numéro 1 : déjà savoir ses goûts à l'avance...

Apophis sortit sa tête littéralement fourrée dans les robes pour jeune fille et les jeans divers et variés. Il souhait du solide pour Erica, sa fille, rencontre du troisième type qui avait eu lieu près de deux ans auparavant, lorsque la gamine était venu le trouver la bouche en coeur en lui annonçant la si merveilleuse nouvelle. La mère ? Partie ou morte il ne savait plus vraiment... Enfin la morveuse n'avait plus que lui, quoi... Et depuis les tests de paternité effectué à Sainte-Mangouste s'étaient révélas concluant : Apophis, à l'âge de 26 ans avait fait le c*n, avait couché avec une fille qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam, une coincée qui avait décidé de garder son lardon et de le lui refiler plus de dix ans plus tard... Parfois le préservatif a du bon ! Combien allait-on lui en réforuguer des comme ça ? Parce qu'il ne fallait pas se gêner ! Tant qu'on y était, sollicitions toutes les bonne-femmes d'Angleterre et des alentours... Bref !

Sentant qu'il ne s'en sortirait point, il décida tout bonnement de demander à son ado prépubère en crise que la société et lui-même particulièrement... Depuis quelques temps elle l'appelait "géniteur". Il n'avait rien contre ça mais dans les lieux fréquentés, ça faisait désordre...

"Eriiiiicaa !! Appela-t-il, se rehaussant pour la chercher des yeux, tu portes quoi d'habitude ? Jupe ou pantalon ?".

"Des pantalons !!!! Jamais des jupes !! Tu m'prends pour une vioque ?!".

"Ok...".

Avant de replonger la tête dans le rayonnage de pantalons en tout genre...

Leçon numéro 2 : ne jamais s'opposer à ses "coups de coeur"...

Après avoir finalement trouvé un lot de pantalons passables, pas trop kitchs, pas trop moches, pas trop voyants ou provoquants qui lui plaise à elle autant qu'à lui-même, Apophis rejoignit sa fille au rayon des chaussures -et manqua hurler en voyant les espèces de talons hauts qu'elle s'était dégottée. Une p*te viendrait l'aborder comme ça, même particulièrement... "bien disposé" jamais il n'oserait la fiche dans son lit. Quelle horreur ! Et je pèse mes mots. Voulant faire jouer son autorité -une fois de temps en temps pour marquer le coup...- il prit son courage à deux mains, la saisit par le bras et la ramene vaillamment à la raison.

"Non, Erica ! Pas ça ! Je ne veux pas !".

"Mais pourquuuoii ? Elles sont bien ces pompes !".

*Mais c'est moche à hurler !!! Tu as l'air d'une trainée avec ça !*.

"Ma chérie -et je m'efforce de sourire, hein, je M'EFFORCE- c'est... pas vraiment de ton âge".

"Mais... mais put... Raahh P'pa, t'es ultra lourd quoi, tu comprends rien... ppppfff...".

*HEIN ??!! C'est moi qui comprends rien au bon goût ?!!! Ah nan mais c'est le monde à l'envers ! C'est MOI qui...
Hin ! Quand je pense qu'elle découle de moi et qu'elle n'est même pas fichue de trouver quelque chose qui lui aille...
Tout le portrait de sa mère tiens...*.

"F'ch*er...", coula-t-elle en douce côôôôômme s'il n'avait riiiien entendu.

"Et ma main dans ta tête ?!...".

*Non mais...*

Leçon numéro 3 : Pas de limite de budget...

Et après avoir finalement oublié jusqu'à l'existence de ces magnifiques chaussures en plastiques rouge magma immonde, Erica daigna bien regarder ce qu'il lui avait trouvé. Ses réactions pouvant se lire sur sa figure, Apophis apprécia les grimaces dégoûtées qu'elle octroyait à toutes ses trouvailles qu'il avait mis pourtant un certain temps à choisir. Finalement, rien n'allait. Sauf peut-être UN ultime pantalon. LE pantalon noir comme il aimait, scintré comme il aimait -ça vaaa, il va pas loucher sur les fesses de sa fille tout de même !!!- avec des strass sur les poches qui brillaient comme des étoiles. La classe. Vraiment. Pour son âge, c'était ce qui se faisait !

"Haaaaannn, p'paaaaaa !! Il est trop méga beau ce jean quoi ! Rahh, j'l'adooooree !!".

Et de le serrer contre son coeur. Aahh s'il avait pu être un jean pour sa chérie d'amour...
Un peu confus, un peu bête, Sykes esquissa maladroitement et surtout discrètement un petit sourire en coin. Le regard baissé il foula du pied une poussière inexistante histoire de se donner consistance.

"Combien il coûte ? Aaaaahhhhh !!! Seulement 100 Gallions !!! Pas cher !!".

*GGNH ?!...*.

"J'peux l'avoir diiiss ?!".

Vous avez beau être la pire ordure qui soit, collectionner les conquêtes d'un soir, traiter les femmes comme un plaisir de plus ou de moins et j'en passe... comment résister simplement à un regard d'une gosse reconnue comme votre fille légitime qui sert contre son petit coeur le jean qui vous lui avez choisi et vous regarde comme si vous étiez, pour elle, le meilleur homme du monde ?
Sykes soupira et voulut se montrer magnanime. Trop extra comme sensation ! Il faudra réessayer.

"Bien sûr, tu peux ! Allons, quelle question !".

"Aaaaaaahhhhh !!!!!!!!! Mercccciiiiiiiiii !!!!".

Crise d'hystérie dans tout le magasin mais ça valait la peine, enfin selon lui...

Leçon numéro 4 : Etre patient, trèèèèss patient...

"Attends !! Deux secondes ! Je prends celle-là en plus !".

Et une robe à paillettes blanc cassé dont elle fait déjà la collection à la maison, une ! C'en était fini de lui ! S'il continuait comme ça il allait finir par jouer le portier jusqu'à la fin de ses pérégrinations stupides dans les dédales du magasin de Guipure. Et toutes ces bonne-femmes qui le regardaient avec un sourire des plus attendris, lui, transformé en papa-gâteau -ou gateux- suivant de près sa petite fille en chemin de dévaliser littéralement la boutique. Les "ohh comme c'est mignons !" ou "ohh, voila un père adorable !" ne lui étaient pas épargnés, en effet... Et lui de ronger son frein dans son coin, préférant cacher sa mine exaspérée et tendue. Erica s'arrêta devant un nouveau rayonnage, se baissa pour voir les chaussures qui y étaient exposées.

"Ahh non ! Trop old school, trop pas fashion ! Faut que je continue à chercher !".

Continue, ma fille, continue... Ca ne fera jamais que deux heures qu'on tourne dans les mêmes rayons...

Leçon numéro 5 : Eviter de draguer les vendeuses...

Cette fois-ci, c'était l'heure des essayages. Après avoir fait la queue pendant près d'un quart d'heure Erica s'était finalement glissée dans une cabine, sommant son père d'enfourrer toutes les affaires qu'il pouvait enfourrer dedans. Au bout de quelques minutes elle était ressortie, look grungie atroce, il ne lui manquait plus que les cheveux sales... Sykes n'ayant pu s'empêcher un rictus affecté et une mine pénétrée de perplexité elle était rentrée rageuse dans sa cabine, avait retiré le tout -lui jetant les affaires par-dessus le rideau histoire qu'il puisse les rattraper au vol. De nouveau sortie pour lui montrer sa nouvelle confection : un style un peu plus proche de ce qu'il pouvait apprécier chez une enfant de DOUZE ans, on le rappelle : jupe écossaise -hhhaaann ?! Qui c'est qui mettait pas de jupe y a à peine deux heures, heeinn ?!-, collant blanc, trench, chemise, simple et sobre. Sykes fourra les mains dans les poches de son éternel et long manteau noir et acquiesça d'un signe de tête appréciateur.

"Mouais. Là ouais. Là c'est bien, Erica ! C'est chouette !".

"Ah ! Enfin !".

*Calme, Apophis, calme. C'est ta fille, tu ne vas pas la gifler devant tout le monde même si elle le mérite depuis que vous avez foutu les pieds ici... Y a du monde, ne te donne pas en spectacle ici !*.

"Vous avez trouvé quelque chose, Monsieur ?".

Interloqué il se retourna et fut ainsi confronté à une jeune demoiselle, probablement d'une vingtaine d'année vu sa fraîcheur et les habits franchement dans le coup qu'elle portait. Une queue de cheval réhaussée d'une rose fushia pailletée, un débardeur noir et laaaargement échancré, un jean simple et des baskets blanches, le tout agrémenté d'une veste scintrée et noire. La jolie blondinette lui tendit un grand sourire et s'approcha de la cabine, la désignant du pouce.

"C'est votre fille qui est là-dedans ?".

HAHA ! Il savait bien que ça marcherait ! EH OUAIS ! Il en était convaincu ! Les mômes, c'est idéal pour apâter, voila !
Il se râcla la gorge, toussa dans son poing et ajouta de son air qui se voulait incroyablement gêné qu'on lui demande ça.

"Eh bien, oui. C'est ma chérie !".

"Elle a trouvé son bonheur ?" Chuchota-t-elle pour qu'elle n'entende pas -visiblement elle devait savoir comment ne pas jeter de l'huile sur le feu avec des questions stupides.

"Hmm... non, pas encore".

"P'paaa !! J'vais sortir, j'suis prête !".

"Vas-y, ma chérie !".

Ohh le beau regard fier histoire de faire craquer la demoiselle. Haha, c'est moi son papa ! J'assure, j'assure...
Et en effet Erica sortit dans un look encore tout à fait différent et pour bien faire sentir, bien malgré elle d'ailleurs, qu'elle se cherchait... Un instant, il eut presque de la peine pour elle. C'était le début de l'adolescence, de la découverte de son corps et de ce qu'on pouvait faire avec. Cette prise de conscience que l'on pouvait plaire et surtout que l'on voulait plaire et être remarqué. S'il y avait bien quelqu'un pour la comprendre, c'était lui...
Mademoiselle Sykes of Woodbury avait donc sur le dos une veste en jean piquée de clous façon rockeuse -détail qui lui fit chaud au coeur : elle en avait relevé le col- en dessous un t-short entièrement fait de strass dorés et bien sûr son jean fétiche sur lequel elle avait craqué. Sykes faillit ouvrir la bouche pour lui dire que, franchement, cet accoutrement faisait trop "moldu", qu'il fallait qu'elle trouve autre chose... Mais la vendeuse était là et :

"Waaaouhhh !! Ca te va super bien ! Attends, laisse-moi voir que je regarde si le jean est bien coupé !".

Erica se laissa faire, non sans tirer une tête de dix pieds de long.

"C'est parfait je crois. Qu'en dites-vous ?".

*Ahem, c'est trop moldu...*.

Un instant de silence...

"Eh bien... réflexion faite, c'est pas mal du tout !".

*C'est trop moldu...*.

"Ouais, je suis d'accord. Elle est chou dedans !".

Il eut à peine le temps de donner du pied contre le sol pour empêcher sa fille de faire la moindre remarque. Il la voyait déjà dire ""chou", comme qu'ça craint cette expression". Décidemment, pour la connaître...
Non et puis même comment résister aux charmes de l'autre allumeuse/chaudasse vendeuse, absolument gaga devant sa gamine. Inutile...

"Très mignonne, très...".

La jeune femme lui sourit à nouveau.

"On voit qu'elle a du goût. Ou que vous deux avez du goût. Vous avez choisi ensemble ?".

"Eh bien...".

"Nan, j'ai choisi toute seule ! Il m'a pas aidé !".

"J'ai bien sûr choisi ses affaires".

"Aahh, comme c'est mignon ! Vraiment !!".

"Héhé".

Un échange de regard, un moment de stase puis une voix qui vient briser tout le charme.

"Bon Papa, je continue ?".

*Aha... ha...*.

"Hein ??!".

"Euh, attends ma ch...".

"P'PA ?!".

"Bon, ajouta la vendeuse pour finir et comme sortie de sa rêverie, je vais vous laisser alors".

Puis elle passa devant lui, un peu comme dans un rêve, frôla doucement de l'index un coin de sa cuisse et partit sans se retourner. Erica croisant les bras fixait son père avec insistance.

"C'est qu'une pouff', elle te convenait pas...".

Leçon numéro 6 : faire appel à quelqu'un d'extérieur... mais pas à la vendeuse !!!!

Il était vanné... épuisé... lessivé... il ne pensait pas qu'une petite fille puisse être aussi fatigante et exigeante qu'une femme. Erica avait son caractère il le savait, il avait été préparé mais il n'osait imaginer ce qui l'attendait dans trois ou quatre ans...
Soupirant, adossé au mur à force d'attendre et attendre, il vit ressortir sa fille coiffée d'un beret, d'une blouse refermée à tous les boutons pour se donner un genre de petite fille d'orphelinat sur une jupe plissée et noir -et qui c'est qu'aimait pas... bon, autant arrêter.
Apophis haussa les épaules pour toutes réponses lorsqu'elle tourna sur elle-même et lui demanda son verdict. Manquant se mettre dans une rage impossible et incontrôlable, l'enfant retourna se réfugier en cabine pour passer ses nerfs. Mais entretemps, Apophis avait repérer ce qui ferait peut-être bien son affaire... pour au moins déléguer un peu ses fonctions. Une gamine blonde, de quelques années de plus qu'elle vraisemblablement, à l'allure assez branchée pour son âge et pas vulgaire s'approchait des rayonnages où il se trouvait. L'occaison ne se présenterait certainement pas deux fois. Elle était seule et les seuls jeunes qu'il ait pu voir dans le coin étaient tous en groupe. Ni une, ni deux il fondit sur elle, tapota sur son épaule pour la faire se retourner et l'attrapa avant de lui dire sur le ton de la confidence :

"Ecoutez, Mademoiselle, vous ne voulez pas par hasard faire une action salvatrice ?".

Il jeta un coup d'oeil à la cabine au cas où elle ressortirait... Ouf, pas encore !

"Ma fille... elle a douze ans, hein... n'arrive pas à se trouver des fringues correctes. J'essaye depuis deux bonnes heures de lui trouver quelque chose d'adapté à son âge, qui ne fasse pas pouffiasse, ni bonne à tout faire, ni mémère de quartier ni quoique ce soit d'immonde mais elle me sort les pires horreurs qui puissent exister sur Terre, et je pèse mes mots.
S'il vous plaît, vous avez son âge ou... un peu plus à dire vrai, vous êtes une inconnue, elle ne vous enverra pas bouler dès que vous essayerez de lui donner votre avis. Vous êtes d'accord ?".

Mais non, il n'était pas désespéré ! Qu'est-ce que vous allez chercher là ?

"Vous êtes d'accord ?".

Et il était loin d'être insistant aussi...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] Empty
MessageSujet: Re: Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]   Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] EmptyMer 14 Avr - 1:10

Leçon numéro une : Savoir ses goûts à l'avance.

« Tom chéri, si tu ne fermes pas ta bouche, je te jure que je vais t'enfoncer un truc dans la gorge pour que tu la fermes ».

Un sourire angélique sur les lèvres, Corann en avait tout simplement assez d'entendre son meilleur ami pester contre les boutiques du Chemin de Traverse. En faite, il avait toujours eu une certaine préférence pour les boutiques moldus d'Irlande, alors il était effaré d'être entraîné ici par son amie blonde qui, était pareil que lui. En faite, elle avait envie de changement, alors elle voulait tester les boutiques sorcières d'Angleterre. A peine arrivé qu'il se mettait déjà à râler alors il devait bien pouvoir se taire, au moins de temps en temps non ? C'était quoi son tripe là ? Et puis en quoi devait-il lever les yeux hein ? Son père à elle, de l'autre côté, n'était pas mieux en faite, il semblait râler tout autant, insistant sur le fait qu'au moins, les boutiques moldus étaient moins cher. Mais merde à la fin ! Ce n'était pas non plus comme s'il manquait d'argent hein ! Ils n'étaient pas spécialement pauvre et en général, Corann ne faisait pas trop chier... Bon, elle mentait, d'accord. Si elle faisait grave chier niveau fringues. Mais Tom était riche, alors c'était lui qui lui payait ses habits en général ! bah quoi ? Il ne disait jamais non, elle profitait.

« Corann, comment tu parles ? »

A son tour, elle leva les yeux, surtout s'il s'y mettait aussi. Là, on n'était vraiment pas arrivé et ça allait sérieusement lui prendre la tête. Pourquoi avait-elle entraîné Tom et son père ? Bah en faite, la réponse n'était pas si compliquée que ça ! A la base, elle ne devait venir qu'avec son père. Parce qu'il avait quelques bricoles à acheter. Mais Tom avait voulu s'incruster, dès que la blonde lui avait parlé de shopping. Oui, il ne supportait pas qu'elle s'achète des habits sans qu'il ne soit là pour la conseiller. Le pouvoir gay disait-il. Mais bon, c'était lui qui avait voulu venir quoi ! Mais quand elle avait parlé des boutiques anglaise du Chemin de Traverse, il n'avait pas fait la même tête !

« Je parle comme il le mérite. Et tu sais très bien que je parle comme ça non ? C'est toi qui m'a faite comme ça ».

Le désavantage d'avoir une fille de 17 ans ? Elle n'a peur de rien. Elle est majeure alors elle ne craint pas de mal parler, d'être engueulée, punie. Elle s'en fout puisque le résultat sera le même. Et puis, ses parents ne lui disent rien en général de toute façon. Donc bon. Enfant pourri gâtée ? Oui c'était évident. Mais bon, elle ne s'en plaignait pas. Et puis, quand on lui parlait, elle n'avait pas cet air de personne à qui l'on ne refuse rien. De toute évidence, Corann a su rester une fille simple. Sauf lorsqu'il est question de vouloir s'acheter des habits, là, elle devient une peste insupportable. Mais bon, elle était sympa sinon !

Son père s'arrêta devant un magasin d'habits. Mais ça ne faisait pas du tout sourire Corann. Même sa mère ne portait pas ce genre d'habits alors il était complètement hors de question qu'elle entre dans un magasin qui possédait une vitrine aussi laide. En général, on expose ce que l'on a de plus joli non ? Bah dans ce cas présent, tout était moche dans la victime. Alors c'était hors de question. Jamais non.

« Si tu crois que je pourrais entrer un jour là, j'espère que tu te fous bien de ma gueule parce que même pas en rêve tu vois ? ».
« Pourquoi ? C'est joli non ? »
« Je suis heureuse de voir que même après 17 ans de vie commune, tu ne connais toujours pas mes goûts. ».
« Nuance, t'étais moins chiante y a dix ans de ça ».
« Y a dix ans de ça, je m'étais n'importe quoi. A 7 ans, on ne sait même pas ce que c'est que la mode ».


Ahah, elle disait ça mais la mode, elle ne s'y intéressait pas le moins du monde. Mais bon, à sept ans, c'est principalement nos parents qui choisissent nos habits non ? Donc bah ouais, normal qu'elle soit moins chiante à l'époque. Disons juste que bah, les temps avaient changé, elle avait grandi. Il soupira, leva les yeux, et ne dit plus un mot. Au final, il ne voulut même pas avancé plus. Rabat-joie tiens. C'était quoi le délire, il croyait vraiment qu'elle allait se fier à ses idées ? Si c'était ça, il se fourrait le doigt dans l'œil et jusqu'au coude. Ce fut au tour de sa fille de soupirer et elle décida même de le laisser planter là. Tiens, qu'il aille se faire voir. Tel père telle fille, ils avaient vraiment le même caractère ses deux là !

« Vous êtes insupportable ».
« Pas insupportable. Stanley s'il te plait ».

Leçon numéro deux : Ne jamais s'opposer à ses « coup de coeur ».

Finalement, le père avait suivi les deux autres. Bah ouais, il ne voulait pas se faire lâchement abandonné comme ça le vilain. Déjà qu'il se trouvait tarte alors bah il n'allait pas rester tout seul dans son coin. Bien qu'il ait des choses à faire bien sûr. Mais il avait une certaine tendance à trouver que Corann achetait des habits de moins en moins décents donc bon, il voulait pouvoir surveiller tout ça. Ce n'était pas tant un mal non ? Mais ce qu'il ne savait pas, c'était que lâcher, les deux jeunes avec qui il était étaient des plus insupportables !

« Corann regarde ça, c'est juste trop canon ! ».
« Tom, je ne suis toujours pas une prostituée ! ».

Soupirant, Corann leva un regard vraiment indigné vers son meilleur ami. Il lui tendait une robe super courte, super décolleté, et rouge vive. En clair, un truc qu'elle ne mettrait jamais. Surtout que Shawn ne pourrait jamais lui pardonner ! Bah quoi ? Il ne sortait pas avec une prostituée aux dernières nouvelles non ? Alors il était hors de question qu'elle mette ça ! Le problème avec Tom, c'était que pour lui, plus c'était court, mieux c'était. Une chose qu'elle ne pourrait probablement jamais comprendre au final, parce que c'était quand même bizarre. Le pire, c'était que ce n'était pas pour qu'il puisse mater hein ! Il était gay ! Donc il ne matait pas les filles ! Il aimait juste quand c'était court, voilà tout. Ridicule.

« Tu crains Corann, cette robe est trop bien ».
« Ben mets-la donc ».


Les coups de coeurs de Corann n'était jamais les mêmes que ceux de Tom, c'était évident. Mais ils se mettaient souvent d'accord.

« C'est vrai que c'est court ».

Un regard vers le père de Corann qui venait de l'ouvrir entraîna la baisse du regard de son dernier, ce qui était d'ailleurs plutôt drôle. Et Corann, attrapant la robe par le cintre sourit, tandis que Tom faisait le V de la victoire.

«  Je la prends ! ».

Les jeunes aiment aller contre les parents.

Leçon numéro trois : Pas de limite au budget.

« T'as l'impression que je suis riche ? ».


Inspirant un grand coup, Corann fusilla son père qui avait semble-t-il décidé de ne pas lui faire plaisir aujourd'hui. A croire qu'il avait décidé de l'accompagner juste pour la faire rager. Pourtant, elle était gentille la petite Corann hein ! Disons que sur ce coup, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi son père avait tenu à l'accompagner quoi. Sa mère était certes, occupée aujourd'hui, ce n'était quand même pas une raison. C'était trop bizarre quoi !

« J'ai dit ça ? Non, je dis juste que t'es un peu radin aujourd'hui ».

Lui qui d'habitude lui filait sa carte bleue sans problème, quand elle était dans des boutiques moldus, voilà qu'il refusait de lui filer sa besace à gallions aujourd'hui. Ridicule, parce que ça revenait au même là non ? Et si c'était pour qu'il se mette à dire non, pourquoi ne l'avait-il pas fait plus tard hein franchement ? C'était là que se trouvait vraiment le ridicule. Parce que bon, s'il lui avait dit, avant qu'elle ne sorte de la maison, qu'il ne lui paierait rien, elle n'aurait pas pris la peine de se déplacer. Elle aurait pris quelques pièces, aurait été s'acheter une bouteille d'alcool avec Tom et ils auraient été chez lui pour se mettre à picoler comme des trous. Comme ils aimaient à le faire d'ailleurs. Mais bon, non, il n'avait rien dit.

« Pour une fois que tu me qualifies de radin et non pas de sale con ».

Nouveau regard au ciel, nouveau soupire. Décidément, par moment, Tom avait la sale impression que c'était lui l'adulte dans leurs sorties à trois. Ridicule pensée bien sûr, mais les échanges verbaux qu'il pouvait y avoir entre Corann et son père pouvait facilement ressembler à ceux que Corann avait avec Tom. En moins drôle. Parce que la blonde n'insulterait jamais son père de la même manière qu'elle ne l'insultait lui.

« Ouais bah les deux termes te vont très bien ».

Bon, il s'affichait un peu trop là sur ce coup. Mais bon, ce n'était pas comme si cela pouvait en être autrement. Corann allait continuer comme ça jusqu'à avoir ce qu'elle voulait. Tom savait qu'elle allait l'obtenir bien sûr, mais ça commençait déjà à le saouler là. Etre affiché en Irlande, okay, il avait l'habitude. Mais non, affiché en Angleterre, il ne pouvait pas alors c'était hors de question ouais. S'avançant vers eux, il tendit sa propre besace à Corann.

« Tiens, et fais pas chier ».

Souriante, elle avait eu ce qu'elle voulait. De toute manière, elle savait très bien que peu importait d'où ça venait, elle avait toujours ce qu'elle voulait. Qu'on ne se leurre jamais, elle parvenait toujours à avoir ce qu'elle voulait. Elle n'avait jamais le moindre problème avec les gars. Jamais. Elle en faisait ce qu'elle voulait alors bien évidemment, elle ne perdait jamais la moindre occasion hein. Quoi de plus normal, lorsque l'on sait que ça marche ? Elle avait un charme particulier, un peu comme les vélanes sans même en être une, si ça, ce n'était pas la classe franchement ?

« Tom, tu sais que je t'aime ? »
« Non, t'aimes m'arnaquer ».
« Tu chipotes chou, c'est pareil ».


Leçon numéro quatre : Etre patient, très patient.

Un numéro qui ne marche pas du tout pour le père de Corann. Il était parti alors qu'elle avait tiré de son cintre la première tenue, une robe choisie par Tom et donc courte et très légère. Mais bon c'était surtout parce qu'il avait ses bricoles à faire et que voir sa fille ainsi vêtue ne lui plaisait pas le moins du monde. Ridicule tiens. Enfin bon, il était son père et voilà tout, alors qu'il ne cherche même pas à faire changer tout ça. Il lui fallait bien des tenues pour sortir en boîte non ? Corann ne se ferait jamais refusé la moindre entrée et pour ça, il lui fallait des tenues convenables bien sûr, c'était évident.

« Il est chiant ».
« Il est impatient »
« C'est quoi la différence ? »
« Lui est impatient, toi t'es chiante ».


Tirant la langue à son meilleur ami, elle entra dans la cabine pour enfiler une autre tenue. Oui parce qu'il fallait bien qu'elle essaie pour pouvoir vraiment décidé. Et puis cette fois, elle avait fait fort, il n'y avait que 10 tenues dans la cabine avec elle ! Oui c'était un effort, parce que bon, elle aurait très bien pu en prendre davantage. C'était ce qu'elle faisait d'habitude d'ailleurs, mais non, pas cette fois, elle avait pris très peu de chose. En même temps, il suffisait de voir sa penderie pour comprendre, elle était déjà pleine à craquer ! Donc bon, il fallait savoir se calmer de temps en temps, sinon, on en venait à en avoir trop ! Et après, quand on sort, on ne sait pas quoi mettre ! La catastrophe ! Et elle, elle sortait déjà trop pour se permettre de se poser cinquante question à chaque fois.

« Je sais que tu m'aimes ».
« Bon tu l'essaie ta tenue ! »
« Tu perds patience ? »
« Avec toi toujours ! ».
« Allez dis le ! »
« Oui je t'aime mais enfile cette putain de tenue ! ».


Un sourire victorieux sur les lèvres, elle entra dans la cabine.

Leçon numéro cinq : Ne pas draguer les vendeuses

Le père de Corann avait finalement décidé de revenir. Espérant probablement par un curieux hasard qu'elle en aurait eu fini ? Belle erreur, c'était loin d'être le cas, mais bon, on ne pouvait pas lui en vouloir d'y avoir cru n'est-ce pas ? Mais attention, il n'était toujours pas revenu vers elle, et il était doucement en train de bavarder avec une vendeuse franchement pas laide pour un sou ! Il faisait quoi au juste ? Il avait oublié qu'il avait plus de cinquante ans, de un, et que de deux, il était déjà marié ? Aux dernières nouvelles, ce n'est quand même pas le genre de chose qui s'oublie ça non ? Parce que bon, c'était un peu chiant de s'imaginer qu'il ait pu oublier ça ! Soupirant doucement, la blonde ne retourna pas dans la cabine, pour changer de tenue et se dirigea vers celui qui se trouvait être son géniteur. Se collant à son bras, elle lui susurra:

« Dis papa, oublie pas que demain, c'est ton anniversaire de mariage hein ».

Hop, ça coupe court à la conversation et la cliente se casse rapidos. Un regard qui tue de la part du père avec un brin de gêne et le tour est joué. Papa est certes, pas content, mais Corann peut parfaitement l'être pour deux.

« Je ne la draguais pas ».
« Non bien sûr, tu essayais juste de retrouver tes yeux dans son décolleté. »


Hop, en deux minutes, cela faisait déjà deux points à zero pour Corann, si c'était pas beau ça !

Leçon numéro six : Faire appel à quelqu'un d'extérieur, mais pas la vendeuse ! 

Père disparu, Tom ayant prétendu qu'il avait un truc à acheter et hop, la blonde se retrouvait seule dans le magasin. Elle avait cessé les essayages et arpentait les rayons pour trouver de nouvelles perles. Bon, maintenant, elle était censée faire quoi au juste ? Tom était son conseiller vestimentaire, il abusait ! Surtout que si elle venait à acheter un truc qui ne lui plaisait pas, il allait encore se permettre de râler ! Bon ben étant donné son taux de timidité ( inexistant le taux, ne cherchez pas ) elle allait tout simplement demander à des gens. Oui voilà, elle verrait bien. Mais pas la vendeuse. Oui parce que bon, que les choses soient claires. Une vendeuse ne vous dira jamais si un truc ne vous va pas. C'est ça l'arnaque. Vous aurez beau ressembler à rien dans une tenue, une vendeuse ne vous le dira pas. Avantage de Corann ? Tout lui va. Enfin bon, pas tout non plus mais la majeure partie.

Quand une main se posa sur son épaule, elle sursauta. C'était pas prévu donc bah ouais, ça surprend hein, vous notez la logique ? Une action salvatrice ? Il voulait quoi ? S'il manquait de l'argent à ce type, il pouvait aller voir ailleurs, elle avait elle-même mendier auprès de ses proches, ce n'était pas pour lui filer de l'argent à lui ! Douze ans.. Ah oui, c'est un âge qui pose problème. Si son père avait été seul, il se serait probablement déjà donné la mort d'ailleurs. Mais non, c'était maman qui supportait la gentille et toute douce Corann oui oui. Son âge ? Euh non la blonde que voilà, elle est majeure hein, et elle n'est pas une référence vestimentaire, faut voir avec Tom. Quoi ? La rendre à son image ? N'oublions pas que Coco, elle picole, et fait la fête aussi souvent qu'elle peut, il ne veut probablement pas que sa fille lui ressemble hein. Et qu'elle essaie donc de l'envoyer bouler, et elle verrait l'effet Stanley tiens. Une main dans la gueule c'est vite réglé, rien à faire du paternel.

« T'as l'air tellement désespéré que je vois pas comment refuser hein. Et ta gamine, je préviens que si elle m'emmerde, elle va déguster, je suis pas une fille facile tu vois. Bon, niveau look, je suis pas la personne idéale pour elle mais je peux faire ce je peux ouais. Elle est où d'ailleurs? ».

Lui tendant une main chaleureuse, elle lui sourit doucement, Corann n'était pas la personne la plus adorable du monde, mais elle était sympa. Parfois.

« Corann Stanley ».
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] Empty
MessageSujet: Re: Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]   Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] EmptyVen 16 Avr - 0:39

Leçon numéro 7 : ne jamais se comporter comme un rustre dans un endroit public...

*"T'as l'air tellement désespéré que je vois pas comment refuser hein."

Qu'avait-il entendu ? Elle prétendait bien qu'il avait l'air désespéré ? Lui ?! Désespéré par sa fille ?! Ah Non, il en fallait beaucoup à un tel personnage pour s'effondrer... Comme il le disait si souvent : j'irai dormir quand je serai mort. Hélas, cela avait manqué et de peu. Mais ne restons pas dans le passé...
Apophis tendit le genre de sourire dont il avait toujours le secret : bien dégoulinant d'hypocrisie si bien qu'il n'y avait qu'une seule façon de l'effacer : à coup de claques. Il voulut ajouter quelque chose mais la jeune fille fut plus rapide :

Et ta gamine, je préviens que si elle m'emmerde, elle va déguster, je suis pas une fille facile tu vois. Bon, niveau look, je suis pas la personne idéale pour elle mais je peux faire ce je peux ouais. Elle est où d'ailleurs? ».

Oui, ça, il voyait. Il voyait surtout le genre de gosse sur laquelle il venait de tomber. Aucune manière, ou alors très peu, de quoi se comporter en public -en un mot le minimum syndical doublé d'une grande g*eule. Et cela vous prend en plus pour le dernier des ahuris, pour ne pas dire autre chose.
Nulle intention de lui répondre directement, simplement l'envie de lui faire goûter ce qu'il réservait à certaines privilégiées en des circonstances bien plus savoureuses... une bonne paire de claques. Voyant qu'elle cherchait des yeux sa propre fille, Apophis apposa son énorme patte sur son épaule, la fit se retourner pour envoyer voler sa main dans son joli petit visage d'enfant malapprise. Au moins, malgré la cuisante douleur du plat de sa main contre sa joue cramoisie désormais, cela soulageait. Oui, grandement !

Et dire que cette tentative n'appartenait qu'à ses rêves et qu'au grand jamais il ne se serait permis de gifler cette jeune femme... Enfin, pas devant tout le monde, il lui restait encore un semblant de dignité et de retenu. Tiens donc ?
Comme si tout était revenu à la normale et que rien ne s'était passé, Sykes restait planté là toujours à lui sourire et à faire passer ce goût amer de vouloir lui en retourner une... sans grand effet hélas, et cela resta dans ses poings gourds et de plombs de ne pouvoir accéder à ses pulsions.
Elle se présenta à cet instant et il sortit alors brusquement de sa rêverie, opinant du chef comme pour dire qu'il avait reçu le message et rétorquant à son tour d'un air des plus magnanimes :*

"Apophis Sykes".

Avant de montrer du pouce une cabine au rideau rouge un peu en retrait.

"Elle est là-dedans...".

Ce qui fut largement confirmé par une voix criarde et exaspérée venant de cet endroit précis...

"Papaaaaa !!!!! J'arrive plus à défaire ma robe !! Viens m'aider !!".

Sykes resta stoïque, juste pour la forme. Juste pour se dire que, mince, il avait peut-être bientôt quarante ans mais qu'il n'en était pas venu à demeurer un papa soumis, complètement assujetti à la volonté et aux moindres désirs de ses enfants. Les trois autres avaient beau être plus petits son rôle d'homme ne s'arrêtait pas à faire le biberon, changer les couches et leur lire une histoire -aux mères de s'en charger. Pas de chance pour Erica, la sienne était morte... Il devait y mettre un peu plus du sien, jusqu'à un certain point tout de même.
Sa fille l'appela à nouveau et il sentit comme les poils de sa nuque se dresser un par un. Egoïste à l'extrême il ne bougea pas d'un iota. Elle devrait apprendre tôt ou tard à se débrouiller seule, mieux valait que cela soit dans les plus brefs délais. Lui ne serait pas là pour ça. D'ailleurs, si l'on y réfléchissait bien, il n'était plus là pour ça... Cette adolescente bientôt femme, peut-être mère, s'en chargerait bien mieux que lui, du reste.

Un sourire sinistre aux coins des lèvres, il borda ses yeux d'azur sur Corann Stanley et ajouta d'une voix tout à fait mielleuse et apprêtée :

"Si j'entre dans cette cabine pour l'aider à retirer sa robe, je passerai pour un odieux pédophile... ou alors un de ces pères peloteurs avides de ce que leur enfant a entre les jambes. Mais je crois que vous, en tant que demoiselle, devriez très bien vous en tirer !".

Bref ricanement -comme un exutoire à cette gifle qu'il n'avait pas donnée- Apophis prit son air absolument blasé et affligeant, croisant les bras sur sa poitrine et entendant avec une certaine satisfaction et pour la troisième fois consécutive la voix irritante de sa morveuse. Troisième tentative, troisième raté... Erica Sykes apprendrait ! A la dure ou pas...

"Allez-y, fit-il en rehaussant le menton, je vous regarde".

Et afin d'être sûr que sa nouvelle alliée ne se débinait pas, il déposa une main d'un contact glacial derrière son dos avant de l'amener tout doucement jusqu'à la cabine qu'Erica avait réussi à transformer en véritable centre de toutes les attentions. Comme son digne père avant elle...

"Ne crains rien, chérie. J'ai amené quelqu'un pour t'aider ! -et coulant un regard espiègle vers Corann- tu verras elle est très gentille".

"J'veux de personne !! J'veux toi ! Viens !!".

"C'EST AINSI !".

Et sa voix de claquer comme un fouet, strillant l'air, faisant sursauter la moitié des bonne-femmes trop curieuses qui s'empressèrent de quitter les parages jusqu'à ce que le père ait retrouvé un semblant de sérénité et de détente. Puis il poussa Corann dans un soupir afin qu'elle fasse définitivement son office comme promis...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] Empty
MessageSujet: Re: Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]   Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] EmptyMar 20 Avr - 12:51

Leçon numéro sept : Ne jamais se comporter comme un rustre dans un lieu public.

Ce gars là, cet homme qui se trouvait avec elle, franchement, Corann ne le sentait pas. Attention à ne pas mal formuler ou penser ce qu'elle venait de dire, elle n'avait pas dit qu'il sentait mauvais alors il ne fallait pas imaginer les choses. Quand même ! Et puis pour qu'elle puisse vraiment affirmer qu'il sentait mauvais, il aurait probablement déjà fallu qu'elle soit réellement capable de le sentir, il aurait fallu qu'elle se rapproche, qu'elle le renifle et après, elle aurait pu le dire. Quoique... En général, lorsqu'une personne sentait vraiment mauvais, il n'y avait pas vraiment besoin de la sentir de près, une mauvaise odeur, ça se propage tellement vite. Enfin bon, il ne sentait pas particulièrement mauvais alors ce n'était pas vraiment le moment de parler de ça, encore et encore. Surtout que c'était plutôt débile de penser à un truc comme ça quoi !

Apophis Sykes... Ce nom là ne lui disait vraiment absolument rien, et c'était bien dommage tiens ! Quoique.. De quoi elle parlait ? Ouais bon, on ne pouvait pas connaître tout le monde magique et donc toutes les personnes, c'était tout bonnement impossible, voilà. Et puis, elle n'aimait pas particulièrement sa tête et ça aussi, ça jouait n'est-ce pas ? De toute évidence, elle n'avait absolument pas la moindre envie d'en apprendre plus à son sujet, rien chez lui ne lui plaisait. Mais bon, maintenant qu'elle lui avait demandé un service, elle comptait bien le lui rendre oui. Sauf si bien sûr, il s'avérait que sa cabine était monstrueuse et qu'il ne fallait que lui donner un coup dans la tronche, bien sûr. Là, elle n'hésiterait pas mais bon, vu la tête du bonhomme, elle devrait filer vite après ! Quoique non, impossible en faite. Parce que bon, quand on y pense vraiment, il ne suffit pas de fuir pour que l'on puisse échapper aux griffes de quelqu'un. Chez les sorciers, y a le transplanage, et il ne faut surtout pas oublier qu'elle lui avait donné son nom alors il ne devrait pas y avoir trop de difficulté pour qu'il la retrouve hein. Donc... Voilà !

Le regard de la jeune Gryffondor se posa sur le rideau rouge, un instant. Se demandant quel genre de fille pouvait bien se trouver derrière ce rideau. Mais bon, parfois, il valait mieux ne pas savoir parce que la connaissance, ça fait peur parfois ! De toute façon, elle n'avait pas vraiment le choix, puisqu'elle avait dit qu'elle était d'accord pour l'aider, pas la peine d'espérer pouvoir changer d'avis maintenant. Et puis, ce n'était pas non plus ce qu'elle avait l'intention de faire donc voilà.

Lorsque la gamine cria, la jeune Gryffondor put faire une sorte de pronostic pour tenter de deviner son âge. 12, peut être 13 ans non ? Elle était coincée dans sa robe, et elle réclamait son père. Normal vous me direz tiens ! Non mais elle n'avait aucune manière la gamine ! Si son père pénétrait dans la cabine, il serait aussi catalogué là ! D'ailleurs, il n'hésita pas à le lui dire. Oui, il passerait directement pour un pédophile, c'était clair. Aucun doute là dessus. Mais bon, elle se voyait mal, elle, entrer dans la cabine, étant donné qu'elle demandait son père et non un parfait inconnu ! Ce qui, en soit, n'était pas non plus si anormal que ça bien sûr !

•• Moi ? Non mais c'est vous que la gamine appelle et puis si j'entre là dedans et qu'elle me fait une crise de nerfs merci hein ! Mais bon, vous ne pouvez pas non plus y aller, c'est une tout égale évidence bien sûr. Vous me regardez ? Ah ben ça fait toute la différence tiens ! ••

Levant les yeux au ciel, elle se mit à soupirer de manière plutôt bruyante oui. De toute façon, elle se moquait bien de savoir ce que les gens pouvaient bien penser d'elle. Oui, elle était insupportable, mais bon, on l'aimait comme ça ! Non ? Enfin, pas toujours non mais elle n'avait pas tant d'ennemis que ça malgré son franc parler. En tout cas, il semblait bien se moquer de savoir si elle était d'accord ou non puisqu'il se mit à la pousser vers la cabine sans le moindre ménagement.

Si ça se trouvait, le père n'était pas pédophile, mais la gamine visait l'inceste ? Elle voulait que son père la déshabille quand même ! Jamais Corann n'avait demandé une telle chose à son père, préférant encore demander à une vendeuse ! Non mais c'était vrai quoi, il était hors de question qu'elle se prenne la tête pour si peu quoi. Ah et sinon, c'était Tom qui entrait dans la cabine, ça aussi ça arrivait. Enfin bref.

•• Non mais eh, c'est pas de ma faute si votre fille veut de l'inceste là ! Elle vous demande d'aller la déshabiller là quand même, je ne suis pas folle ! ••

En tout cas, il la poussa encore jusqu'à ce qu'elle finisse par entrer dans la cabine pour faire face à la gamine. Qu'elle n'essaie même pas de l'esquiver tiens, où ça allait vraiment mal aller !

•• Bon gamine, tu me laisses faire ou ça va mal aller. Je vais t'aider à faire criser ton père en t'aidant à choisir tes tenues. Tu aimes ce que je porte ? ••

Là, sur elle, elle avait une chemise à carreaux, plutôt larges et un short de rien du tout. C'était tendance et puis bon, Corann ne suivait peut être pas la mode, mais elle savait ce qu'il se faisait ou non ! Quand même !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] Empty
MessageSujet: Re: Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]   Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] EmptyLun 3 Mai - 8:08

"Qu'est-ce que tu fais là ? S'écria la gamine une fois que Corann fut entrée, qui tu es ?".

Elle la dévisagea longuement et de haut en bas pour bien s'assurer que cette demoiselle au look plutôt original ne s'apprêtait pas à l'éviscérer sur place. Elle en avait tellement entendu de bonne à ce sujet qu'elle avait fini elle aussi par se méfier de sa propre ombre. De plus, le contrôle de son pouvoir n'était pas totalement parfait, si bien qu'elle se sentait parfois comme nue et sans défense. Mais elle se détendit un peu, visiblement cette ado un peu plus vieille qu'elle ne lui voulait pas de mal. Elle croisa automatiquement les bras sur la petite robe bustier bordeaux qu'elle portait comme pour dire que, non, elle ne pensait déjà pas à ce genre de tenue à son âge. Mais à nouveau elle se détendit. A quoi bon ? Cette grande blonde avait beau avoir été mendatée par son propre père en personne elle ne devait pas risquer grand chose vu son accoutrement... Elle semblait plutôt ouverte et Erica sourit à cette éventualité -un sourire narquois bien entendu.

"Alors je vois, reprit-elle un brin minaudante, mon père a voulu que tu inspectes toutes les tenues que je pouvais choisir, hein ? Hmmm...".

Et regardant ailleurs, l'air de réfléchir.

"Moi j'veux bien que tu m'aides, y a aucun problème. Seulement... je veux pas de son avis et je m'en contrefiche ! Toi tu es une gamine comme moi donc tu vas forcément aller vers MES goûts ! D'ailleurs, j'aime bien ce que tu as sur le dos, ça en est la preuve, nan ?
Donc j'espère compter sur toi pour lui refermer la bouche, c'est entendu ?".

Puis de tendre sa main avant d'annoncer :

"Erica Sykes. Mon père est le Directeur de Taliesin. Et t'inquiète ni lui ni moi ne te ferons de mal. Enfin... (légère grimace) lui ça reste à voir. Il est barge ! Il pense qu'il y a des esprits qui viennent le hanter ou un truc du genre... mais bon...".

Elle haussa les épaules et se tourna pour laisser à Corann tout le loisir excitant n'est-ce pas ?, de pouvoir défaire sa robe bustier dix fois trop ample -et que d'ailleurs elle peinait à retenir pour qu'elle ne lui arrive pas sur les chevilles.

"Et toi tu es de quelle école ? Je t'ai jamais vu à Taliesin, tu dois être de Poudlard ?".

Et une fois qu'elles eurent terminées la petite fille se tourna vers sa "nouvelle amie" ou plutôt alliée avec un large sourire. Enfin débarrassé de cet horrible carcan qui retombait à chaque mouvement du bras ! Elle était plutôt soulagée pour dire vrai... Bon maintenant la partie de plaisir n'était pas encore terminée. Il fallait qu'elle trouve des tenues adéquates, de quoi lui plaire et surtout, surtout de quoi faire enrager son vieux schnoque de père. Le convaincre serait le travail de Corann plus le sien et ça promettait d'être amusant ! Elle sortit de la cabine, lui tenant le rideau pour qu'elle la suive. Un regard suspicieux à droite et à gauche puis elle rehaussa un sourcils exagérément blasé en voyant qu'il avait retrouvé la vendeuse et qu'il était encore en train de vouloir la draguer... C'était minable. Il était minable. Et l'autre idiote de vingt ans sa cadette de glousser comme une dinde. Elle grogna puis se tourna vers Corann, désespérée.

"J'espère que tes parents sont pas comme ça...".

Tout en croisant les bras et en le fusillant du regard, ce à quoi il répondit par un ignorance parfaite et totale de sa personne. Elle voulut hurler, s'écrier d'effoir mais n'en fit rien. Son alliée était juste à côté d'elle et elle n'aurait pas aimé se donner en spectacle sous les yeux d'une grande comme elle. Elle attendit simplement que Corann lui montre où elles pourraient commencer les recherches ou encore lui donne quelques conseils... Bon, elle la devança en lui précisant elle-même ce qu'elle souhaitait porter et ce qu'elle détestait par-dessus tout. Replaçant une mèche de ses cheveux bruns derrière l'oreille elle s'efforça d'expliquer en gestes... simples -et désordonnés :

"Bon alors voila. Ce que je cherche ce sont pas des tenues provocantes à la base ! Je veux pas ressembler à une... -elle se baissa un peu plus et dit tout bas- une p*te. Seulement, mon père croit dur comme fer que je veux aller dans ce sens là alors que c'est faux ! Je veux des trucs branchés, des trucs d'ado de mon âge tu vois ? Et pas de petite gamine à qui tu donnerais des claques ? On a suffisamment envie de m'en donner quand on me voit", finit-elle sur un ton et une mine boudeuse.

C'était vrai. Parfois s'appeler "Sykes" et être la fille du Directeur de l'école où vous étudiez n'était pas gai tout les jours... Heureusement son pouvoir faisait qu'elle se retrouvait avec Monsieur Gibson et qui, merci Merlin, ne lui faisait aucune grâce ni consession quelconque. Elle détestait devoir jouer les petites princesses pour un père qui la plupart du temps oubliait jusqu'à son existence et ne parlait alors que de "Néron", "Eireen" ou "Tristan" des bébés ! Des nourrissons qu'il pouvait voir grandir et qu'il avait ainsi pu surveiller... qu'il pourrait élever, pas comme elle. Oh, s'il avait été là pour sa mère aussi, ils n'en seraient pas à ce stade tous les deux ! Et parfois c'était contradictoire... Elle souhaitait qu'il fût présent tout au long de son enfance comme elle aspirait à ce qu'il soit bel et bien mort, disparu, qu'elle ne l'ait jamais connu. Le trainer dans ce magasin n'avait pas été une mince affaire et il devait penser à l'instant qu'il aurait mieux fait de refuser comme d'habitude. Sans le savoir, Erica lui prouvait exactement et par a+b qu'il avait entièrement raison.
Elle poussa un lourd soupir puis chassa ces idées, préférant en revenir à Corann.

Aloors ? C'était quoi la suite du programme ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] Empty
MessageSujet: Re: Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]   Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] EmptyMar 15 Juin - 16:37

Ce qu'elle faisait là ? Elle allait l'aider à choisir des vêtements. Elle était vraiment si stupide que ça la gamine ? Non mais parce que bon, c'était un peu ce que son père lui avait annoncé à la base, non Corann ne débarquait pas du tout dans sa cabine d'essayage sur un vulgaire coup de tête et tout ça, c'était juste qu'elle avait été quelque peu embauchée contre son gré, oui voilà. Qu'on se le dise, il n'y avait absolument aucune raison de se prendre la tête, vraiment aucune et puis bon, ce n'était pas non plus comme s'il y avait de bonnes raisons à ce qu'elle se trouve là. Il n'y en avait aucune, vraiment aucune. Enfin bon, elle allait tout simplement faire une petite bonne action et le tour serait tout simplement joué, oui voilà. Enfin bref, il n'y avait pas la moindre raison de se prendre la tête, voilà. Surtout que si cette fille, cette gamine venait d'un seul à lui prendre la tête, et bien oui, ça serait vraiment sa fête !

•• Oui oui, moi aussi je suis tout aussi enchantée que toi vraiment. Corann Stanley. ••

Son père avait voulu qu'il inspecte toutes ses tenues ? La bonne blague ! S'il pensait qu'elle allait faire attention à ce qu'elle porte des tenues qui ne laissent voir aucune parcelle de sa peau, il n'y avait aucun risque à ce sujet. Elle avait une tête à faire attention à ce genre de chose ? Elle se moquait de ce qu'une personne puisse porter, dans le sens où c'était trop court ou non, la seule chose qui pouvait bien l'intéresser, c'était de savoir si les habits choisis pouvaient vraiment bien aller ensemble, et aussi si c'était une si grande idée que ça de choisir un tel ou un tel. On pouvait très bien trouver un truc beau mais une fois que cela se trouve sur notre dos, ça ne nous plait plus ! Oui voilà, Corann était uniquement là pour décider si les choses allaient vraiment ensemble et aussi pour dire si c'était une bonne idée ou non, voilà tout. Sinon, elle pouvait tout aussi bien donner son avis sur certains trucs, proposer et tout ça. Mais en aucun cas, elle ne demanderait l'avis de son père et tant pis pour lui, si ce qu'elle allait choisir ne lui plaisait pas !

Le directeur de Taliesin ? Ouah, il était probablement encore plus bizarre qu'il n'en avait l'air ! Non mais c'était vrai quoi, elle avait toujours trouvé que cette école était bizarre, trop secrète pour qu'elle ne cache rien de spécial. Donc bon, elle n'en était pas sûre, mais elle restait persuadée qu'il devait vraiment lui manquer une bonne grosse case. Mais bon, l'idéal était probablement de ne pas trop le chercher de toute manière. Enfin, pas plus qu'elle n'était capable de chercher les gens. Oui parce qu'en faite, elle était plutôt douée pour ça, elle savait mentir bien comme il fallait, et elle était plutôt sympa dans son genre. Enfin bon, elle n'était jamais vraiment méchante, c'était ça le mieux. Voilà tout.

•• Ouais enfin, non, je ne compte pas demander l'avis de ton père, je vais me contenter de te donner le mien. De toute façon, un parent ne va jamais aller décidé si un truc est beau ou non, il va se contenter de dire si c'est trop court ou pas. Donc bon. Ca sert à rien de faire du shopping avec les parents, sauf quand c'est eux qui paient, cela va de soit. Sinon ouais, ça se voit qu'il lui manque une case à ton père, mais on fera avec. ••

Lorsqu'elle se retourna, pour que Corann l'aide à retirer le bustier, Corann devait bien dire qu'elle lui aurait bien fait une petite remarque bien cinglante. Non mais elle n'avait pas signé pour qu'elle doive aussi l'habiller et la déshabiller hein ! Sur ce coup, elle était d'accord pour l'aider mais c'était bien le seul, il ne fallait donc pas qu'elle espère trop de trucs, sinon ça allait clairement mal aller !

•• Ouais, c'est parce que je suis à Poudlard c'est pour ça. ••

Enfin bon, il était quand même pas gêné le vieux ! Il refilait sa fille à une parfaite inconnue tout ça pour pouvoir mieux draguer la vendeuse ! Ah ben tiens, s'il croyait vraiment que ça allait se passer comme ça, elle espérait sincèrement qu'il rigolait ! Lâchant un clin d'oeil à Erika, elle passa une main dans ses cheveux et s'avança, bien droite et bien fière vers Apophis. Un gars barge ? Et bien elle s'en moquait totalement, tout ce qu'elle voyait, c'était une fille qui aimait son père, et qu'il laissait un peu trop de côté là ! Une fois à sa hauteur, elle passa une main sur son épaule, de manière toute innocente et pourtant si naturelle et elle sourit, doucement, alors qu'elle posait un baiser sur la joue de l'homme. Elle savait parfaitement jouer la comédie alors pourquoi ne le ferait-elle pas hein ?

•• Et bien alors chéri que fais-tu ? Ne vois-tu pas que ta fille veut te montrer les autres tenues ? ••

Ahah, ce qu'il était drôle de voir la gêne sur le visage de la vendeuse. Mais voyons, pourquoi tu t'éclipse comme ça ? Un sourire de victoire sur le visage de Corann et elle retourna auprès d'Erika. Bon alors, elle voulait porter quoi ? Oui parce qu'il y avait des chances pour que son père ait vraiment détesté ce qu'elle venait de faire mais bon, elle s'en moquait pas mal de toute manière. Des trucs d'ado alors ? Elle voyait plutôt bien ce qu'elle voulait dire et elle se lança à la recherche de vêtements, laissant Erika dans la cabine d'essayage. Elle attrapa des jeans, des jupes pas trop courts et flottantes, des T-shirt, des tops, des débardeurs, tout une bonne masse de fringues jeunes ! Il y aurait forcément, dans le lot, des habits qui lui plairait ! Elle revint vers la cabine, presque totalement caché par les habits, et elle les lui fila tous.

•• Voyons voir ce qu'il y a de bons là dedans ! ••
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] Empty
MessageSujet: Re: Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]   Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] EmptyMar 29 Juin - 10:41

Erica avait l'habitude des frasques de son père... qu'elle désapprouvait au plus haut point. Suite à la disparition de sa mère, la seule personne vers laquelle elle avait pu se tourner, était cette espèce de gros plein de soupe inconscient de son âge (et de sa vieillesse) qui s'amusait à draguer et à flirter avec tout ce qui pouvait avoir des jambes longues et séduisantes... Elle répugnait ce côté écoeurant de sa personnalité, et cela car ça la mettait toujours extrêmement mal à l'aise lorsqu'elle était en sa compagnie. A croire qu'il ne pouvait pas s'en empêcher, même lorsqu'il était de sortie avec sa fille...

Lorsque Corann l'eut aidée à se déshabiller, Erica lui offrit un mince sourire. Une grande de Poudlard qui volait à son secours, c'était quand même assez classe ! C'est pas à Taliesin qu'ils feraient ça, ils étaient tous bien trop coincés ou sur d'eux-mêmes... et même ! tout le monde sachant qu'elle était la "petite Sykes" comme on la surnommait, personne ne voulait ni lui parler, ni travailler avec elle, encore moins croiser sa route. Ce qui, parfois, donnait lieu à une atmosphère agréable pour personne, surtout pour elle...

De ce fait, elle s'apprêta à répliquer quelque chose de gentil, pour une fois, histoire de ne pas montrer qu'elle n'avait qu'un seul caractère, et observa ainsi sa nouvelle connaissance détaler comme un lapin. Allons bon ! que se passait-il encore ? Pourquoi allait-elle vers son père et cette vendeuse provocante ? Erica passa sa petite tête par-delà le rideau de la cabine et vit Corann l'embrasser sur la joue. Quoi ?! Qu'est-ce qu'elle cherchait à faire à son père ?! C'était un vieux, un vieux croûton, qui devait boire des mixtures indigestes, puantes et dégoûtantes pour pouvoir "rester en forme" comme il disait... alors pourquoi elle faisait ça ? En tous les cas, cela avait fait fuir la vendeuse qui, rougissante, n'avait presque pas eu assez de ses deux jambes pour déguerpir et se trouver un autre client. A voir la tête médusé de son cher "papa", cette tentative n'avait pas dû lui faire très plaisir... Elle gloussa dans sa main mais resta silencieuse, attendant que Corann revienne.

Elle s'était adossée au fond de la cabine, roulant ses pouces, et chantonnant une vieille et petite chanson qui lui revenait comme ça, sans raison. Elle redressa immédiatement la tête lorsque sa comparse revint sur un claironnant :


"Voyons voir ce qu'il y a de bons là dedans !".

Erica lui sourit avec enthousiasme -enfin ce qui ressemblait à de l'enthousiasme sur un visage opalin ne témoignant pas d'une grande gaieté de vivre- et s'approcha du monceau d'affaires qu'elle avait pu lui dégotter. Certaines étaient clairement géniales ! D'autres... pas trop son goût. Elle en sélectionna cinq, dont une robe qui lui plaisait particulièrement car noire et à froufrous (j'imagine ^^), toute simple avec de la dentelle au bout. Son sourire ne l'avait pas quitté et un instant, juste l'espace de cet instant, elle se demanda bien ce que Corann avait pu dire à son père qui fasse partir la vendeuse. Et surtout pourquoi elle l'avait embrassé sur la joue. Cette jolie jovialité d'enfant radieuse dévala son visage en moins de temps qu'il ne faut pour l'écrire et elle s'évertua à pendre les affaires qu'elle avait choisie à ces crochets, dans l'attente de les essayer. Mais avant un point restait à éclaircir :

"Pourquoi tu as embrassé mon père ?", demanda-t-elle bras croisés, ses yeux bleu-gris braqués droit sur elle.

Sa petite mine sérieuse d'enfant de 12 ans la fixait avec la plus grande intention de celle, bien décidée à ne pas lâcher le morceau...



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] Empty
MessageSujet: Re: Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]   Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] EmptySam 7 Aoû - 8:26

Corann n’était pas une fille prise de tête, elle était gentille, douce, drôle et moqueuse aussi. On ne pouvait pas vraiment dire de toute manière que l’on pouvait lui e vouloir d’être ainsi non ? Elle était comme ça depuis quand... Depuis qu’elle état née, facilement ! Mais attention, aussi gentille qu’elle puisse être, il ne fallait pas se mettre à s’imaginer qu’elle soit la fille la plus gentille du monde, loin de là. Avec son petit caractère elle devait bien avouer qu’elle n’était pas la personne la pus adulée du monde entier. Non pas qu’elle soit si monstrueuse que ça hein ! Nuance ! Corann était une fille forte et c’était ce détail qui pourtant, était capable d’en effrayer plus d’elle. Justement, les gens avaient montré qu’ils n’étaient très rassurés quand ils se trouvaient avec une fille capable de répondre, de mordre aussi. Une fille capable de se défendre, et c’était vraiment le genre de chose qui en effrayait plus d’un, sans qu’elle ne soit capable de savoir pourquoi, d’ailleurs. Mais elle était gentille, et serviable aussi, pas du tout le genre de personne à se montrer méchante sans raison. Sauf quand il y en avait, là, direct, elle pouvait être peste. Il ne fallait pas oublier que c’était de Gryffondor qu’elle sortait, et non d’une maison tel que Serpentard. Ça montrait donc qu’elle avait un bon fond.

De toute manière, si ça n’avait pas été le cas, elle ne serait pas en ce moment même avec Apophis et Erica, loin de là même, elle n’aurait jamais montré le besoin de les aider et elle aurait tout simplement tracé sa route. Chose qu’elle n’avait finalement pas fait et c’était ça le plus important. Oui voilà. Un sourire sur le visage, elle espérait vraiment l’aider d’ailleurs. Le père de la jeune fille ne semblait pas vraiment être capable de se débrouiller. Et puis bon, il était comme n’importe quel père, il ne voulait pas que les habits soient trop courts ou ce genre de chose. Ce à quoi Corann allait bien faire défense. Hors de question !

Bon, par contre, le geste qu’elle avait eu avec son père ne collait pas vraiment pour la gamine, qui après lui avoir demandé pourquoi elle avait fait ça, ne tournait plus le regard d’elle. Elle voulait une réponse, c’était normal bien sûr, mais bon, en même temps, dans un sens, il n’avait pas fait exprès, oui voilà. Un sourire sur le visage, la jeune blonde platine n’avait pas la moindre pensée décalée hein ! Vraiment aucune. C’était juste qu’elle avait trouvé le geste du père abusé. Non mais c’était vrai quoi ! Il se mettait à draguer tranquillement et sans gène, alors que sa fille était juste là ! C’était du n’importe quoi ! Ne pouvait-il donc pas se comporter comme un père responsable ?  « Oh je n’ai rien fait de mal hein ! C’est juste que je trouve insupportable ce genre de comportement. Il est censé se comporter comme un père aujourd’hui, et non pas comme un garçon en manque. Il a une fille, c’est une grande responsabilité. Il pourra draguer un autre jour ! » Un sourire bienveillant sur le visage, elle trouvait cette gamine plutôt adorable et gentille. Bien sûr qu’elle semblait avoir son petit caractère, mais les personne qui n’avaient pas le moindre caractère finissait par se faire dévorer par les autres personnes, et c’était le genre de chose que l’on ne pouvait pas supporter, oui voilà.  « Je n’ai aucune vue sur ton père, si c’est ce que tu as cru hein ! Bon, allez retournons aux habits ! »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] Empty
MessageSujet: Re: Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]   Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Relooker sa fille en 10 leçons [PV Corann]
» |Selena Kristen Stiwart ? Une fille parmis tant d'autres...|
» À fleur de peau [pv la fille aux cheveux roses]
» /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]
» Mika ramene une fille [ pv pauline ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 11-
Sauter vers: