AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 [ La Perfection n'a pas d'âge ] -PV-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministère

Parchemins : 1174
Âge : 26 ans [16 Avril 1985]
Actuellement : Assistante Ministre de la Magie du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: [ La Perfection n'a pas d'âge ] -PV-   Mar 13 Avr - 20:11



Nous étions au mois de Mars et l’anniversaire de Marie approchait à grand pas. La jolie princesse blonde n’avait que cet événement en tête depuis la st Valentin (puisqu’il n’y avait rien eu de particulièrement intéressant entre temps, au château… Que ce soit niveau évènement, fêtes, ou autres ‘news’ en tout genre…). La vipère ne s’était pas ennuyée cependant. Ce n’était pas parce qu’il ne se passait rien d’officiel, qu’elle ne faisait rien. La blondinette avait une vie particulièrement active. Entre sa meilleure amie, Heaven avec laquelle elle passait pas mal de temps, son petit ami, Tobias avec lequel elle aimerait passer encore plus de temps, sa grande (pas meilleure, mais presque !) amie Fredericke, qui avait toujours une chose importante (ou pas, en fait…) à lui dire –ou demander-, ses amis (plus généralement) et évidemment, Isadora, la jeune fille que la préfète suivait avec grand intérêt depuis son entrée au château, la blondinette n’avait pas le temps de s’ennuyer. Et ce n’était que le côté social, ça… Ensuite il y avait ses devoirs de préfets, les entraînements pour le piano et l’orgue, optionnellement, les temps de prière, et enfin, dernière activité au goût du jour : trouver l’ordure qui embêter Fredericke Maiden. Depuis que la jeune Allemande avait parlé de ses problèmes de persécution (en quelque sorte) à Marie, cette dernière fouinait dans sa maison, à la recherche de l’ordure qui en avait après son amie. Attention, la Vert et Argent était du genre tenace quand on touchait à des choses interdites. Et ces amis, et bien on ne les blessait pas sans en payer le prix ! Parole de Marie Caroline Elizabeth de Liechtenstein [strike]on peut aussi dire Marie tout court, mais ça casse un peu l’effet de style, en fait…strike].

Et le travail dans tout ça ? Grommelait les enseignants… pas le temps !! Non mais c’est vrai ! Dans la vie il fallait faire des choix. Marie avait ait les siens. Elle préférait se coiffer plutôt que bouquiner ! Franchement… Comment ça, elle était superficielle ? Tout de suite les grands mots ! Non, elle aimait séduire, s’attirer les foudres de la jalousie des autres filles et attirer les regards charmés des garçons. En quoi était-ce si mal que ça ? En rien !!! Marie était très fière de sa personne, et si elle se faisait belle tous les jours, c’était pour elle, mais aussi pour tous ses fans (genre, le château est rempli de mecs dingues d’elle, on y croit tous, évidemment !) et pour les beaux yeux de son petit ami… De plus, depuis que la Vipère avait été élue ‘fille la plus jolie de Poudlard’ ses accents égocentriques n’avaient guère pu se calmer… Bien au contraire. Son orgueil reboosté à bloc, elle se pavaner plus fière que jamais (même un paon à côté se sentirait ridicule, tant elle faisait d’effets de styles -incluent jets de cheveux et battement de cils-) c’est pour dire le niveau…

Marie venait d’achever sa ronde, à l’instant, et rejoignait, radieuse, la Grande Salle, afin d’y prendre son dîner. Elle était un peu en avance cependant, et les derniers cours de la journée s’achevèrent quand elle traversait le deuxième étage. Elle ne mit pas des années lumières à apercevoir Isadora et c’est avec fierté qu’elle rejoignit la jeune élève de première année, n’hésitant pas à pousser les élèves qui mettaient un peu trop de temps, à son goût, à lui libérer le passage.

« Isadora ! Le hasard fait tellement bien les choses ! Comment te portes-tu ? »

Souriante, la vipère saluait sa cadette avec assurance, sans dénier regarder les autres élèves. Isadora aurait sans doute eu droit au même traitement si elle n’avait pas été aussi… intéressante. En réalité, marie se retrouvait en elle et elle était presque la petite sœur que la sorcière n’avait jamais eu. La vipère trouvait en effet sa consoeur charmante, de conversation intéressante et physiquement parfaite (bien évidemment, elle l’était moins que Marie elle-même –de son humble et on ne peut plus objectif avis, cela va de soit- mais elle avait de l’avenir, c’était plus qu’évident.).

« Tu m’accompagnes vers la Grande Salle ? »

Un petit sourire à sa cadette, avant d’ajouter :

« Il va falloir que je te parle de mon anniversaire ! Comme d’habitude, mon père veut avoir une liste, pour les idées de cadeaux, mais je n’arrive vraiment pas à me décider. Tu sais ce que c’est… Tellement de choses peuvent nous mettre en valeur. Alors tant qu’à faire autant choisir les plus belles ! Que préfères-tu déjà, entre des boucles d’oreilles ou un collier ? »

A l’heure actuelle, Marie portait les deux. Les boucles d’oreilles que Tobias lui avait offert à Noël, en forme de cœur, ainsi qu’une croix chrétienne et son médaillon de baptême –tous deux attachés à une même chaîne, fine et toute en or- en pendentif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [ La Perfection n'a pas d'âge ] -PV-   Mer 14 Avr - 22:47

Dans le dortoir des filles de Serpentard, Isadora se regardait dans le miroir, lissant les pans de sa jupe.

L'année était déjà bien entamée et le printemps venait d'éclore en cette partie de l'Angleterre. Bourgeons s'épanouissaient, arbustes poussaient, fleurs embaumaient. Le parc resplendissait de la renaissance de la végétation qui puisait sa volonté dans les profondeurs du sol. A l'intérieur de Poudlard, en revanche, d'autres fleurs s'épanouissaient. Des fleurs comme Isadora. De jolies fleurs qu'on a envie de cueillir à pleines mains et que l'on s'aperçoit, au moment où elles nous blessent, qu'elles étaient couvertes d'épines. Mais Isadora n'était pas la seule fille dans ce cas-ci. Il y en avait d'autres. Tant d'autres. Trop, même. Et c'était justement cela le hic.

La jeune blonde remonta imperceptiblement sa jupe d'uniforme pour la raccourcir, replaça un serre-tête dans sa crinière de feu qui avait été dérangé au cours de cette dure journée de cours et jeta un nouveau coup d'œil dans le miroir. La concurrence était rude dans le château, alors pas question de se laisser devancer ! Tout en se passant un nouveau coup de mascara sur les cils et du crayon sous ses yeux azurs, elle eut une pensée pour Marie. Marie. La fille qui l'avait prise en mains dès son arrivée au château et qui avait fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui. Son caractère lui venait de plus loin, pour sûr, mais la quatrième année avait le don de lui donner toutes sortes de conseils pour se surpasser -enfin, surtout surpasser les autres-. Que lui avait-elle dit la dernière fois déjà ? Elle se tourna vers sa table de chevet où deux flacons de parfum trônaient. Elle prit celui de droite, celui qui était contenu dans un flacon rosé qu'un peu de dentelle venait orner. C'était celui-ci que Marie lui avait conseillé. Alors, se remettant aux bons soins de Miss de Liechtenstein, elle saisit le flacon et s'en pulvérisa le creux du cou et légèrement son foulard afin que l'agréable fragrance atteigne toutes les narines à portée. Plus elle se faisait remarquer, mieux Isadora se portait.

Jetant un dernier regard à son incomparable reflet, elle se saisit d'une petite veste en laine et descendit les escaliers du dortoir menant à la Salle Commune. Celle-ci, à cette heure-ci, se vidait petit à petit. L'heure du dîner approchait et les élèves, "par l'odeur alléchés", se rendaient à la Grande Salle pour les renommés festins de Poudlard. Qu'y aurait-il ce soir ? Dinde aux marrons ou poulet rôti ? A moins que ce ne soit de l'agneau à la sauce au vin... Isadora chassa ces idées incongrues d'un mouvement désordonné du poignet. Elle qui avait entamé un régime sévère depuis qu'elle avait moins de temps pour pratiquer son sport préféré, la danse, se devait de ne pas transgresser les règles frêles qu'elle avait instaurées.

Elle sortit donc de la Salle Commune et suivit le troupeau des autres élèves qui se dirigeait, lentement mais sûrement, vers le rez-de-chaussée. La foule, déjà présente, se vit rejoindre par les élèves qui sortaient des dernières heures de cours. Le couloir était bondé. Presque impossible de respirer. Isadora veilla à avoir un périmètre de sûreté en poussant sans ménagement les autres élèves ou en adressant quelques écrasements de pieds bien sentis. Non, mais eh ! Isadora Payne passait, voyons !

La jeune fille se retourna au son de son nom et aperçut Marie. Comme quoi, les grands esprits se rencontrent. Qu'allait-elle lui enseigner aujourd'hui ? Quelle conversation trépidante allait-elle lui fournir ? Isadora stoppa donc sa marche pour permettre à la quatrième année de la rejoindre.

- Marie, heureuse de te revoir ! Je vais bien... enfin, j'irais encore mieux si toutes ces sangsues ne venaient pas s'agglutiner contre moi, dit-elle en affichant une petite moue hautaine. Et toi ? Tu as l'air de te porter comme un charme.

Marie eut un petit sourire qui vint illuminer ce visage taillé dans de l'albâtre le plus pur. Étant fille unique, Isadora avait, dès la rentrée, considéré Marie comme sa grande sœur. Leurs caractères se ressemblaient tellement qu'il était impossible qu'il n'y ait pas un lien, n'est-ce pas ? Narcissisme et orgueil, beauté et supériorité, amitié et mépris...

La jeune fille invita Isadora à l'accompagner à la Grande Salle. Alors, avec un hochement de tête entendu, la petite blonde lui emboita le pas.

- Il va falloir que je te parle de mon anniversaire ! Comme d’habitude, mon père veut avoir une liste, pour les idées de cadeaux, mais je n’arrive vraiment pas à me décider. Tu sais ce que c’est… Tellement de choses peuvent nous mettre en valeur. Alors tant qu’à faire autant choisir les plus belles ! Que préfères-tu déjà, entre des boucles d’oreilles ou un collier ?

- M'en parle pas ! Pour mon anniversaire précédent, j'ai mis plus de deux semaines pour rédiger la liste complète.

Si elle préférait les colliers ou les boucles d'oreille ? Devait-elle vraiment choisir ? Les deux étaient indispensables. Autant l'un était pratique lorsque la tenue présentait un cou dégagé ou au contraire lorsqu'elle présentait un col roulé, autant l'autre s'accordait avec toutes les tenues. Petites ou grandes, pendantes ou courtes, elles ajoutaient une pointe de fignolage dans la tenue portée.

- Les deux, bien sûr ! Bon, si je devais choisir, je crois que je pencherais plutôt pour les boucles d'oreille. Elles peuvent aller avec presque tout et ajoute une petite touche supplémentaire au visage... Mais toi, que penses-tu choisir alors, pour remplir ta liste ?

Les deux jeunes filles se frayant facilement -quelques bousculades par-ci, quelques bousculades par-là- un chemin parmi les élèves, elles arrivèrent en vue de la grande porte en bois qui s'ouvrait sur la Grande Salle au plafond magique.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 1174
Âge : 26 ans [16 Avril 1985]
Actuellement : Assistante Ministre de la Magie du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: [ La Perfection n'a pas d'âge ] -PV-   Jeu 15 Avr - 17:25

Elles se comprenaient. N’était-ce pas merveilleux ? De toute façon, il était évident que la jeune Marie ne s’amuserait jamais à s’entourer de personnes incapables de la suivre. Les filles (ou garçons, tout le monde entre dans le même panier, haha !) qui étaient incapable de comprendre ce qu’elle vivait ne méritaient pas qu’elle perde son temps si précieux (nous l’avons bien souligné précédemment) en leur compagnie. Isadora faisait partie des personnes qui savaient très bien qu’être une jolie fille ce n’était pas facile. Pourquoi jolie et pas carrément parfaite ? Et bien tout simplement parce qu’il était évident pour la petite préfète des vipères que sa cadette ne lui arrivait pas à la cheville. Bien qu’Isadora se défendit plutôt bien, il fallait l’avouer, jamais Marie ne lui céderait sa place –de son vivant en tout cas, haha !-. Ceci étant, elle aimait passer du temps avec la jeune fille et la coacher (si l’on veut). Leur dernière discussion avait porté sur les parfums, d’ailleurs, et c’est avec une satisfaction certaine que Marie reconnu celui qu’elle avait conseillé à la première année. Dans un petit sourire amusé, à tendance sarcastique (sarcasme qu’elle destinait au bas peuple qui encombrait quelque peu le couloir) que la vipère répondit à sa cadette :

« Oh oui, tout va pour le mieux. Je ne voie pas ce qui pourrait me gâcher mes journées à venir, si ce n’est un imprévu pour mon anniversaire. Même eux… elle désigna d’un signe de la main (à connotation péjorative, nous noterons) ne sauraient influencer mon moral. Et ce quoiqu’ils fassent ou disent. »

Ce n’était donc pas peu dire ! Les deux sorcières marchaient avec grâce et une assurance plus que certaine les enveloppait dans leur évolution. Si elle faisait partie de la foule formée par tous ces élèves rassemblés en cet instant précis ? Non. Pas du tout. Elles les dépassaient, elles les ignoraient. C’était enfermées dans un nuage de totale supériorité qu’elles évoluaient. Et les problèmes qui touchaient le bas peuple ne les concernait d’aucune manière qu’il soit. C’est beau d’être hautaine et pleine de suffisance parfois…

« Ca ne m’étonne pas. C’est tellement difficile de se décider ! Et encore, je regrette de devoir rester à Poudlard pour cet évènement. En temps normal, je réfléchirais aussi aux familles que je désirais voir à la réception. Bien sûr, il faut toujours inviter quelques indésirables qui ne sont là que pour la prestance de leur nom, mais la fête vaut le détour ! Mon père a toujours organisé d’excellentes réceptions au château. Si tu veux, je t’inviterais à l’une d’elles, cet été, tu verras, les familles que nous côtoyons au Liechtenstein sont particulièrement intéressantes. Nous nous mêlons souvent aux Allemands et aux Autrichiens. Mais on a quelques personnalités anglaises qui viennent aussi parfois. As-tu assisté à quelques présentations officielles Isadora ? »

Si Marie posait cette question c’était parce qu’elles n’avaient jamais vraiment parlé de leurs familles toutes deux. Au fond, ce qui intéressait Marie c’était la personnalité (et surtout le physique) de sa cadette. Les histoires de familles étaient toujours secondaires. Ceci étant, il était toujours bien vu de descendre d’une lignée noble. C’était le cas de Marie, mais aussi de Fredericke et d’Heaven. Soit, sa meilleure amie et une de ses plus proches amies. Mais Marie ne jugeait pas forcément les gens par leurs origines… la preuve avec ses petits amis. Vincent, le premier n’avait jamais rien eu de ‘pur’. Ni le sang sorcier, ni les origines nobles. D’ailleurs il n’avait pas de manières non plus. Et pourtant ça n’avait pas empêché la blondinette de l’aimer comme une folle. Tobias non plus n’était pas noble, ni même de lignée pure, mais il avait des manières, lui. Un vrai gentleman, comme elle les aimait. Et elle sortait avec lui depuis l’été dernier déjà… Le temps passait tellement vite…

Arrivées à destination, les deux sorcières entrèrent dans la Grande Salle. Marie salua quelques unes de ses connaissances. Des sourires, ou des bises, voire un simple signe de la main, puis elles prirent place à la table des vipères et la Préfète sourit doucement à sa cadette :

« Je partage ton avis, pour les boucles d’oreille… Et puis si on venait à m’offrir un collier, il me faudrait choisir entre mon cadeau et ma croix… Et je ne pourrais pas renoncer à cette dernière… Donc les boucles d’oreilles sont une bonne idée ! »

Ravie, la sorcière sortit de la poche de sa robe de sorcière un bout de parchemin, soigneusement plié en trois, puis sa plume de son sac. Un pot d’encre et elle trempa la pointe de la plume dans le pot, écrivant d’une belle écriture ronde la nouvelle idée de cadeau pour son anniversaire.

« Je sais déjà que mon père va m’offrir un nouveau cheval. Celui que j’ai essayé l’été passé n’était pas à mon goût. Tu sais, c’était un bâtard, un de ses ancêtres était croisé avec un selle français, et ça rendait ses allures plus lourdes qu’un sang pur. Evidemment, les personnes qui n’y connaissent rien n’y voyaient que du feu mais ce n’est vraiment pas agréable à monter. Cette fois je vais avoir un vrai pur sang anglais. Quant aux autres cadeaux, il y aura forcément des robes… je ne m’en lasse jamais ! »

La sorcière laissa ses pensées vagabondaient avant de reprendre, à l’intention d’Isadora :

« Et toi, dis moi, quand es-tu née ? Il faudra organiser une petite fête si nous sommes encore à Poudlard, pour l’évènement… »

Confiante, marie savait qu’elle pouvait se permettre beaucoup de choses au château. Son statut de préfète jouait en sa faveur et elle n’était pas du genre à ne pas en profiter. Elle secoua doucement ses boucles blondes, d’un petit mouvement de la tête, presque imperceptible, et elle observa ce que les elfes proposaient pour le dîner… Elle devait faire un choix stratégique ce soir… Qu’allait-elle manger ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [ La Perfection n'a pas d'âge ] -PV-   Sam 17 Avr - 20:27

Tandis qu'elles survolaient les marches des escaliers et dépassaient les autres par leur orgueil... euh... non, par leur taille, Isadora ne put s'empêcher de remarquer que le petit peuple s'écartait sur leur passage. Cela était sûrement dû à la présence de Marie. Qui oserait se trouver en travers de son chemin ne pouvait être que fou. La preuve qu'il n'y en avait pas à Poudlard car tout le monde s'écartait pour laisser Miss de Liechtenstein évoluer jusqu'à la Grande Salle. Observer ces élèves qui, comme les portes automatiques des magasins moldus, leur cédait la voix libre, provoquait une jouissance jusque là inconnue dans le cœur d'Isadora et faisait gonfler son orgueil pourtant déjà imposant.

Lorsque son aînée aborda le sujet des réceptions qu'elle donnait, un frisson d'excitation parcourut l'échine de la petite blonde. Elle n'était au château que depuis quelques temps, mais les réceptions signées "De Liechtenstein" faisaient souvent la une des bavardages, proférées à demi-mots dans la plus totale trépidation. Être invitée à l'une d'elle était un honneur ! Isadora s'imaginait déjà, arborant une robe de haute couture et abordant différentes figures du moment, le rêve !

- Je me ferai une joie de venir, ça c'est certain ! Disons que, comme ma mère descend d'une lignée d'aristocrates de Sang-Pur, commença la petite blonde en omettant intentionnellement de parler de son père. "Quoi ? Ce moldu (l'italique en était presque visible) barbare et sans coeur ?" Eh bien j'ai l'habitude de me rendre à des galas et côtoyer des personnalités, essentiellement anglaises. Pour ce qui est des Allemands et des Autrichiens, non, je n'ai jamais eu l'occasion de pouvoir intégrer leur milieu.

Parler de sa famille à elle, procura une soudaine satisfaction à Isadora. C'était vrai ça, "De Liechtenstein par-ci, De Liechtenstein par-là", malgré le fait que Marie était son idole, elle ne lui en faisait pas moins de l'ombre. Autant profiter un maximum de ses conseils pour ensuite s'émanciper. Et la surpasser. Ce qui suivit gonfla encore plus son orgueil à bloc. C'était bon, elle allait pouvoir dormir tranquille et sur ses deux oreilles pendant longtemps avec toute cette autosatisfaction. Enfin, longtemps... une semaine tout au plus. En espérant que la prochaine soit aussi clémente envers elle et lui octroie encore des joies inespérées pour la combler de bonheur narcissique et égocentrique. Marie approuvait sa décision des boucles d'oreille ! Carrant les épaules, rejetant ses cheveux en arrière et redressant la tête, elle se pavanait et lançait des regards méprisants aux petits passants. Petits passants. Ils avaient son âge. Voir plus. Isadora n'en revenait toujours pas. Marie avait écouté son conseil. Et l'avait approuvé. Elle rentrait maintenant dans le monde des grands.

Les deux jeunes filles étaient arrivées dans la Grande Salle et, sans accorder un seul regard, même blasé, au plafond magique, Isadora s'installa à la respectable table des verts comme chez elle. Pendant ce temps, Marie saluait des amis de toutes sortes. Elle était populaire, sans aucun doute. Encore une corde à son arc. Dont Isadora pourrait tirer profit. Elle adressa donc un sourire lumineux à tous ces inconnus et attendit que Marie la rejoigne.

- Je dois dire que le monde de l'équitation m'est complètement étranger donc ce n'est pas moi qui aurait remarqué cette différence, crois-moi, rigola-t-elle. En tout cas, si l'erreur va être corrigée, c'est l'essentiel !

Isadora posa son regard sur les différents mets qui apparurent tout à coup sur la table en bois. Gésiers, pâtés, foies, se côtoyaient en un ensemble harmonieux (et gras). Poudlard était rempli de goinfres et de "bouffe-tout" ou quoi ?! Déjà qu'elle avait du mal à maintenir son régime sévère qu'elle avait entamé depuis qu'elle avait délaissé quelque peu la danse, Poudlard s'efforçait de lui rendre la tâche que plus ardue. Grrr. Son regard indigo se posa sur une salade verte quelque peu abandonnée par les élèves. Mais Isadora avait l'œil et, vive, elle s'en empara et s'en servit une assiette.

- On dirait que Poudlard veut faire une sélection naturelle parmi les élèves et ne garder que les gros, grommela la petite blonde. Tu en veux ? s'enquit-elle en se tournant vers Marie qui semblait se demander par quel plat commencer.

Le sujet "anniversaire" étant lancé, son aîné s'enquit sur la date du sien. Pour sûr, si elle voulait l'aider à la réalisation de sa petite fête, aucun doute qu'elle ne mettrait pas tous les moyens en son possible pour l'organiser. Ce n'était que l'anniversaire d'Isadora, pas le sien !

- C'est pas dans très longtemps, un mois tout au plus. Je suis née le trente avril, répondit la jeune fille en enfournant une fourchette de salade dans sa bouche. Tu pourras m'aider à l'organiser ? Je dois dire qu'avant Poudlard, je donnais tout le sale boulot à ma mère. Bien sûr, je supervisais, il s'agissait pas qu'elle m'accroche des petits ballons roses, mais, en général, elle avait du goût. Ce qui fait que je ne me suis jamais vraiment investie dans une organisation de fête, donc je compte sur toi ! lança-t-elle, accompagné d'un petit clin d'œil malicieux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 1174
Âge : 26 ans [16 Avril 1985]
Actuellement : Assistante Ministre de la Magie du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: [ La Perfection n'a pas d'âge ] -PV-   Mer 2 Juin - 10:09

Marie adressa un petit sourire à sa cadette. Parfait, ainsi ferait-elle ses débuts dans la haute société allemande. Il fallait avouer que Marie trouvait, en règle générale les anglais assez ‘coincés’ ne faisant des réceptions qu’avec la noblesse anglaise (en règle générale) tandis que le Liechtenstein (pourtant très petit) n’hésitait pas à s’intégrer aux polonais, autrichiens, allemands ou suisses… Bref, ils savaient étendre leur influence et conserver une excellente réputation.

« Bien, je te préviendrais deux semaines à l’avance par hiboux alors. »

Le choix boucle d’oreille (essentiel pour la survie de toute jeune fille qui se respecte, évidemment !) enleva un soucis à la (petite) liste qu’avait déjà dressé la sorcière du Liechtenstein. Elles passèrent le seuil de la Grande Salle et les deux miss prirent place à leur table oui oui la verte, on ne va quand même pas aller avec les Blaireaux ! une fois que les habituelles politesses furent échangées (évidemment, l’essentiel des connaissances/amitiés de Marie se trouvaient à Serpentard. Fredericke devait être la seule exception à dire vrai… La Gryffondor était la seule amie de Marie qui soit dans une maison autre que la sienne. Mais c’était plutôt normal que les deux sorcières soient devenues amies. Elles avaient tant de points communs ! Même si elles avaient mis du temps à s’entendre, elles semblaient, à présent, être unies par un lien très fort…

Marie expliqua brièvement à Isadora les soucis que lui avait causé sa dernière monture. Oui, même pour les chevaux qu’elle montait, Marie était ridiculement superficielle. Elle préférait monter un cheval de race (même s’il était plus difficile ou moins intéressant à monter) qu’un cheval ‘bâtard’ comme elle le disait si bien. Il était, de toute façon, évident que la blondinette n’était pas du tout une cavalière émérite. Elle savait monter des chevaux plus ou moins difficile mais manquait cruellement de patience et ne supportait pas d’entretenir ses chevaux (d’où le nombre impressionnant de lads et palefreniers au château). Elle ne faisait assurément pas honneur à l’image des cavaliers. En revanche (contre toute attente) Marie était une très bonne escrimeuse. C’en surprenait plus d’un, mais la blondinette aimait énormément ce sport. Elle le trouvait très digne de son rang et était particulièrement agile. Elle avait hâte de retrouver Joseph, son aîné, pour s’entraîner à nouveau avec lui…

Un sourire naquit sur les lippes de la préfète à la remarque de sa cadette. Il était vrai que l’alimentation à Poudlard laissait parfois à désirer. Dans un petit mouvement de tête (le tout pour réaliser un jeté de cheveux délicat et classe –toujours !-) Marie acquiesça avec malice :

« Ce sont le elfes. Tous des incapables… Ils sont tellement pathétiques. Heureusement qu’il y a toujours quelques petites choses qui nous sauvent. Comme cette salade, j’en veux bien, je te remercie. »

Une fois servies, toutes les deux bienvenue au pays de la verdure, les herbivores vous accueillent ! marie n’ajouta pas de sauce (trop grasse et puis qui sait, les elfes ne savent peut-être pas la faire (en plus, bande d’incapables !). Marie commença à manger, avant de parler (la bouche vide, évidemment !). Le sujet anniversaire était (sans nul doute) d’une importance plus que capitale (pour toute personne qui se respecte en tout cas…). Marie écouta sa cadette en hochant doucement la tête.

« Oui j’aurais sûrement un peu de temps libre pour t’aider. En ce qui me concerne je préfère tout diriger quand il s’agit de mon propre anniversaire. Ceci étant, mon père a toujours engagé de très bons organisateurs. Ils avaient intérêt, de toute façon, sinon ils pouvaient dire adieu à leur carrière ! »

Un petit sourire sarcastique et Marie acheva sa salade. C’est à ce moment précis qu’Amber et Cristal rejoignirent les deux blondes déjà installées à la table des vipères. Les deux vipères qui venaient d’arriver étaient elles aussi on ne peut plus blondes. Marie leur adressa un petit sourire et se leva de table.

« Bien, je vais devoir te laisser. Nous nous reverrons ce soir, et tu me diras quand tu auras besoin d’aide pour l’organisation. »

Marie lui adressa un petit sourire avant de partir avec ses deux amies blondes.

[TERMINE pour MARIE]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ La Perfection n'a pas d'âge ] -PV-   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ La Perfection n'a pas d'âge ] -PV-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Perfection s'absente
» "La perfection n'est approchable que par la répétition" [Sairyo Hiko]
» Ne craignez pas la perfection, vous ne l'atteindrez jamais • Dylan E. Stark
» La perfection n'existe pas sur terre. Parfois je me demande d'où je viens
» Perfection girls of Asgard [Pv Sigyn]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: