AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Stade fantôme (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Stade fantôme (PV)   Sam 17 Avr - 14:23

La douceur du samedi. Il fallait être à l’école pour la sentir. Et ne pas aimer travailler, aussi. Quel plaisir c’était, de pouvoir rester assise, comme ça, sans penser à rien de fatiguant, comme les devoirs à rendre pour le lendemain, puisque justement, il n’y en avait pas. Nina ne retrouverait le chemin des salles de classes que le lundi suivant, et ne penserait à ce que les différents professeurs lui avaient demandé de travailler que le dimanche, après une grasse matinée qui serait des plus salutaires, comme celle de la matinée : il n’y avait pas de match de Quidditch à aller voir, rien à faire. La blonde avait pu se lever à l’heure qu’elle voulait – soit le plus tard possible - et choisir ce qu’elle voulait faire, soit en cette journée de fin mars aller se balader dans les environs de stade de Quidditch, si étonnant quand il était vide. Nina n’avait en effet l’habitude que de le voir remplis à craquer d’élèves en furie devant ce qui se passait au dessus d’eux. Mais là, tout semblait mort, une sorte de terrain fantomatique dans une ville qui le serait tout autant. Il ne restait plus aucune trace de l’effervescence qui avait agité l’endroit une semaine auparavant, lors de l’affrontement toujours très attendu entre Gryffondor et Serpentard.

Un vent frais de mars se leva, et Nina frissonna, toujours debout au milieu des gradins qui avaient accueillis les supporters des rouges et ors la semaine passée. Elle n’y était pas, puisqu’elle avait été sur le terrain, au milieu de garçons et de filles bien plus expérimentés qu’elle, dont sept Serpentard bien décidés à lui faire manger l’herbe en dessous. Heureusement, elle avait plus ou moins bien réussi à rester sur son balai et à rester en vie jusqu’à ce que le vif d’or soit attrapé.

Nina finit par s’asseoir, les yeux fixés sur la tribune d’en face. Que ferait Camille, s’il était là, à sa place ? Trouverait-il quelque chose qui lui plaisait à dessiner ? Il n’y avait pas d’oiseau, mais c’était sans doute parce qu’ils n’étaient pas encore revenus de leur migration annuelle. Mais voir l’étendue vide dans laquelle elle se trouvait inspirait la demoiselle. Pour faire quoi ? Sans doute rien, elle n’avait pas une fibre artistique très développée, manque de concentration sans doute. C’était cependant certain que cela lui amenait des images dans la tête, sans suite, juste un sentiment que quelqu’un à sa place aurait eu quelque chose à dire, ici.

Finalement, Nina se décida à repartir. Il n’y avait personne ici, et elle avait besoin de parler à quelqu’un. Qui ? Peut importait, la première personne qu’elle trouverait, ça n’était pas ce qui comptait, tant qu’elle était écoutée, et que dans une certaine mesure on avait quelque chose à lui répondre, même si la demoiselle était tout à fait capable de parler seule quand la situation l’exigeait. Si si, et même sans passer pour une folle, c’était plutôt qu’elle animait la conversation et que l’autre ne répondait que par des micro-phrases genre « oui », « non », etc.
Mais alors qu’elle allait partir, comme je le disais, Nina vit quelqu’un qui arrivait. Une fille qu’elle ne connaissait pas, mais qu’elle se souvenait vaguement avoir vue passer avant elle lors la cérémonie de répartition, et qui était vraisemblablement dans sa classe. Elle devait s’appeler..Fender ? Oui, Eve Fender. La blonde s’approcha :


- Salut, comment tu vas ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Stade fantôme (PV)   Dim 18 Avr - 23:17

    Il faisait beau, cette après-midi-là. Un grand ciel bleu, seulement parsemé de quelques nuages par-ci, par-là. Enfin, alors qu’Avril approchait, l’hiver se décidait à céder sa place au printemps. Les bosquets commençaient à fleurir, les arbres reprenaient de leur splendeur. Même le vieux Saule Cogneur, qui, étrangement, n’attirait personne pour s’installer contre ses racines, semblait moins effrayant. Les fenêtres ouvertes de la salle commune des Aigles laissaient s’infiltrer une légère brise.
    La plupart des élèves étaient sortis, et se prélassaient dans le parc du collège, profitant pleinement de ce début de week-end. Eve, en bonne Serdaigle qui se respecte, avait préféré rester dans la salle commune pour travailler. En effet, les examens de fin d’année approchaient, et il ne lui restait que trois mois pour apprendre le programme entier sur le bout des doigts.

    Ainsi, ce matin-là, la roussette s’était levée à 8H30, était descendue dans la grande salle pour avaler un petit déjeuner à la hâte, avant de remonter, trois marches par trois marches, les escaliers menant au sommet de la Tour Ouest. Et enfin, elle avait pu se poser, devant une fenêtre entrouverte, son livre et ses notes de botanique sur les genoux. Elle n’avait quitté ses cours qu’une demi-heure, temps largement nécessaire pour engloutir le repas de midi.
    Cela faisait donc six heures qu’Eve planchait sur les sciences de la flore, et elle ne commença à sentir que réviser d’avantage ne lui était pas d’une grande utilité que lorsqu’elle se rendit compte qu’elle avait confondu les utilisations du Filet du diable et du Gingembre. Elle ferma les yeux, et reposa sa tête contre le dossier de son fauteuil en expirant un bon coup. Puis, elle regarda longuement autour d’elle, avant de réaliser que les quelques élèves qui révisaient avec elle avaient tous plus de quinze ans.

    Peut-être s’était-elle emballée dans son programme de révisions ? Quoi qu’il en soit, elle avait besoin de repos. Elle ferma son bouquin d’un coup sec, monta ses affaires dans son dortoir, attrapa sa baguette, et sortit de la salle commune, pour aller se vider l’esprit dans le parc du château. Une fois arrivée en bas, elle regarda longuement autour d’elle.
    Sur les rives du lac, quelques groupes d’élèves faisaient des concours de ricochets avec des cailloux ensorcelés, qui réapparaissaient dans la main de leurs propriétaires une fois échoués au fond du lac. Aux cimes des arbres, des couples bavardaient tranquillement, main dans la main. Par endroits, des âmes solitaires s’étaient plongées dans un roman. L’ambiance générale était paisible, loin, bien loin de la tension permanente de la semaine.

    Eve respira un bon coup. L’air était frais à cette période de l’année, mais ce n’était pas désagréable. Elle sentait la chaleur du soleil caresser son visage, et songea qu’elle aurait intérêt à passer à l’infirmerie, plus tard, pour demander un onguent contre les coups de soleil, si elle ne souhaitait pas que ses camarades pensent qu’elle avait été la nouvelle victime des Scroutts à pétards de Hagrid.
    Elle réfléchit un instant à sa future destination avant de se rappeler qu’un troisième année lui avait récemment dit qu’elle pourrait trouver certaines des plantes utilisés dans la fabrication de potions en première année (des asphodèles et de l’armoise) sur le terrain de Quidditch. Elle ne savait qu’en penser, il n’était pas rares que les élèves plus âgés fassent des farces de ce genre aux nouveaux. Mais qu’avait-elle à perdre ? Une semaine après le match des Serpents contre les Lions, il n’y aurait sûrement personne. De plus, c’était également pour Eve un bon moyen de se déculpabiliser d’avoir abandonné ses révisions de la journée.

    Elle reprit donc sa route vers le terrain de Quidditch, ses yeux fixés sur le sol. Plongée dans ses pensées, elle tentait de se réciter, pour la énième fois de l’après-midi, ce qu’elle avait appris sur la façon de faire germer des fleurs géantes en moins de quatre jours. Aussi dut-elle retenir un cri lorsque, arrivée à destination, une voix la sortit de ses pensées. Salut, comment tu vas ?
    Se remettant doucement de ses émotions, Eve regarda l’élève qui venait de la surprendre. Ainsi, elle n’était pas la seule à s’être « aventurée » dans le stade. Waw ! Tu m’as fait peur, je m’attendais pas à trouver quelqu’un ici ! Ça va bien, et toi ? La jeune fille qui se tenait devant elle était une élève de Gryffondor, avec qui elle partageait ses cours de Métamorphose, d’Enchantements, et de Défense Contre les Forces du Mal. Mais comme toujours, Eve était incapable de se rappeler du nom de sa camarade de classe. Fatiguée de réfléchir, elle préféra le lui demander directement. Désolée, je sais que ça fait… Elle compta dans sa tête, levant les yeux vers le ciel. … sept mois qu’on est dans la même classe, mais je me souviens plus de ton prénom , avoua-t-elle sur un ton d’excuse.


Dernière édition par Eve Fender le Mer 21 Avr - 20:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Stade fantôme (PV)   Mer 21 Avr - 14:24

Visiblement, Nina avait surpris la nouvelle arrivante qui avait l’air d’avoir la tête dans les nuages quand elle lui avait parlé. En même temps, c’était logique qu’on ne pense pas voir quelqu’un au stade de Quidditch une semaine après la fin du dernier match. Même s’il en restait deux à jouer, ce n’était pas pour tout de suite et il était rare que les équipes s’entraînent le samedi, les joueurs préférant généralement avoir leur week end pour penser à autre chose que ça, être avec leur copine ou leur copain pour les plus vieux, jouer dans le parc avec le retour des beaux jours pour les autres, même si, certes, il arrivait que quelques capitaines tyranniques programment des entraînement ce jour là, ça restait rare et n’était pour le moment pas le cas.

La fille ne se souvenait pas de son nom. Logique : Nina non plus ne connaissait pas encore les quatre-vingt élèves avec qui elle avait cours. Elle avait déjà retenu les prénoms des Gryffondor de son année, de ses amies (logique) et de deux ou trois autres personnes à Poudlard, mais bon, d’ici à connaître tout le monde, même elle n’en était pas capable, alors qu’elle allait facilement vers les autres. Et puis bon, comme le disait la Serdaigle, cela ne faisait que sept mois, pas déjà. Quand elle en serait à sa septième année, alors là seulement la blonde prétendrait connaître une bonne partie de ses condisciples. On n’en était pas encore là, et comme je sens que je m’embrouille, je continue avec la réponse de la lionne à l’aigle :

- C’pas grave, t’inquiètes pas. Je m’appelle Nina, Nina Moreau. Et toi, c’est Eve, c’est ça ? Je t’ai vue passer à la répartition.

Ce devait être pendant l’un des rares moments où elle n’était pas (déjà) en train de discuter avec son voisin, soit Camille, ce qui était évidement logique, puisqu’ils avaient le même nom de famille et qu’ils avaient fait le voyage ensemble. Et si elle n’était pas en train de parler, on pouvait suppose que McGonagall était passée dans les environs pour faire taire ceux qui, comme elle, n’étaient pas trop impressionnés par ce qu’ils voyaient pour s’empêcher de bavarder. Il faut dire qu’il en fallait beaucoup pour couper l’envie de parler à la blonde.

- Ca va aussi. Désolée de t’avoir fait peur. Dis, qu’est ce qui t’amène ici. Tu as déjà joué au Quidditch ?

En quoi ça la concernait, me demanderez-vous ? En rien, vous répondrait-elle, mais bon, après tout, elle ne forçait pas Eve à répondre, hein. Après, elle n’allait pas faire que demander à la Serdaigle comment elle allait puis repartir : elle venait de trouver une personne aveuc qui discuter tant que l’autre l’accepterait, elle n’allait pas laisser passer l’occasion de rencontrer vraiment une autre élève de son année. Le but ? Parler avec des amis est quand même plus facile qu’avec des inconnus, même si ça doit forcément commencer par là. Enfin, bref.

- Sinon, comment tu trouves Poudlard ? Et les profs ? Tu préfères qui ?

Une question existentielle, que celle-là : la critique des professeurs était de tout temps l’une des activités favorites des élèves, sorciers ou moldus d’ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Stade fantôme (PV)   Mer 21 Avr - 22:52

    Nina Moreau. En effet, ce nom lui disait quelque chose. Il lui semblait qu’elle l’avait souvent entendu en classe de Défense Contre les Forces du Mal, lorsque le professeur Mordeus les réprimandait, elle et son frère, pour « trop de bavardages ! ». D’ailleurs, cela l’étonnait beaucoup qu’elle n’ait pas réussi à poser un visage sur ce nom, elle qui, pourtant, retenait si souvent les paroles de ses professeurs.
    Probablement était-il temps pour Eve de se décentrer un peu des études, et de faire d’avantage attention aux personnes qu’elle côtoyait pratiquement tous les jours. Car il était vrai que la jeune Serdaigle était une fille très solitaire, et plutôt timide. Elle avait mis un mois pour se retenir des prénoms des filles qui partageaient son dortoir, et bien le double pour se décider à leur adresser la parole – en dehors, naturellement, des habituels « Je vais prendre ma douche », « Bonne nuit », voire même encore « Tu devrais commencer ton devoir de Métamorphose ». Alors bien sûr, partie comme cela, Eve avait eu un peu de mal à s’intégrer dans un groupe, si bien qu’aujourd’hui ses principales occupations se comptaient sur quatre doigts : travailler, lire, chercher des passages secrets inconnus dans le château, et revérifier les devoirs avant de les rendre. Pas fameux, songea la rousse. Pas fameux du tout.

    Une fois de plus, elle jeta un coup d’œil autour d’elle. Etrangement, elle s’était dirigée vers l’endroit de Poudlard où elle avait le moins de chances de rencontrer quelqu’un en cette belle journée de printemps sans match de Quidditch, avec le but précis de rechercher des plantes qui lui seraient utiles à la fois dans la confection de potions magiques et dans la révision des cours de Botanique, et elle s’était retrouvée face à face avec une de ses camarades de classes réputées pour être parmi les plus sociables et les plus bavardes.
    Peut-être était-ce un signe du destin, qui lui conseillait de lâcher prise sur ses études, pour se concentrer d’avantage sur le développement de ses relations avec d’autres filles de son âge. Car oui, Eve faisait partie de ces filles qui croient dur comme fer au destin, aux prédictions, et surtout aux signes, tant et si bien qu’elle avait développé une fâcheuse manie à déférer le nom présage aux moindres évènements de la vie quotidienne.
    La présence de Nina dans ce lieu si peu fréquenté en temps normaux était donc un message, pour Eve, qu’il était temps de se sociabiliser. Ainsi soit-il. Redoublant d’efforts pour tenter de rivaliser face au débit de parole dont, Eve le savait, était capable la Gryffondor, la petite tête rousse ouvrit la bouche, la tête abondante de longues réponses, pour ne parvenir à prononcer que… Cinq mots. Ouais, Eve Fender, c’est ça.
    Essaie encore, c’est un bon début, s’encouragea-t-elle silencieusement. Il semblait cependant que la blonde ne s’était pas formalisée de la timidité de la Serdaigle, car, après qu’un ou deux anges aient eu le temps de passer, elle poursuivit la conversation comme si de rien était. Désolée de t’avoir fait peur. Dis, qu’est ce qui t’amène ici. Tu as déjà joué au Quidditch ? Nina, ou l’art de savoir parler à quelqu’un d’inconnu le plus naturellement du monde. Eve n’était pas capable de cela. Lorsqu’elle ne connaissait pas quelqu’un, elle ne savait tout simplement pas de quoi parler.
    Pas par manque d’intérêt pour la personne, non. Bien au contraire. Elle aimait beaucoup écouter les gens parler d’eux, si cela ne tombait pas dans un monologue narcissique. Cependant, elle avait toujours peur d’être mal jugée de ses interlocuteurs, de paraitre creuse, inintéressante. Peut-être était-ce parce qu’elle-même ne se trouvait pas beaucoup d’importance. Surement, même. Mais dans l’urgence, le problème n’était pas là. Dans l’urgence, il lui fallait répondre à Nina.
    Euh… Non, je ne joue pas, commença-t-elle tout doucement. C’est bien. Continue. Elle poursuivit, levant à peine la voix. Enfin… Je joue chez moi, de temps en temps avec mes cousins. Mais pas ici. Je suis pas assez douée. Elle s’apprêtait à poursuivre en expliquant que, douée ou pas, elle n’avait pas souhaité postuler au poste de Poursuiveuse car les entrainements lui prendraient probablement trop de temps sur ses heures de travail, avant de se rendre compte que, finalement, Nina se foutait peut-être de savoir comment elle avait décidé d’organiser son emploi du temps. Elle se retint donc, préférant répondre à la première question de sa camarade. Après tout, cela pouvait toujours lui servir dans ses études.
    En fait, je suis juste venue voir s’il n’y avait pas des Asphodèles et de l’armoise qui poussaient sur le stade, reprit-elle. Ce sont des plantes qu’on a étudiées en Botanique, tu te souviens ? Et puis, on les utilise aussi en potion. Un troisième année m’a dit que je pourrais en trouver ici. On pourrait peut-être en chercher ens- Elle s’interrompit, alors qu’elle balayait le terrain du regard. L’herbe y était salle, totalement arrachée par endroits – probablement là où des Cognards fou-furieux avaient manqué leur cible pour se cracher sur le sol.
    Comment des plantes, telles que l’Asphodèle, qui avaient besoin de calme pour se développer, auraient-elles pu pousser dans un tel espace ? L’élève de troisième année en question avait sûrement confondu avec un autre lieu. En fait, je crois qu’il s’est trompé. Un peu honteuse de ne pas avoir réfléchi au préalable, elle continua cependant à fixer le terrain, dans l’espoir que quelques plantes veuillent bien sortir de terre soudainement. Il n’en fut rien, et elle fut contrainte de se tourner à nouveau vers Nina qui, déjà, reprenait la parole.
    Sinon, comment tu trouves Poudlard ? Et les profs ? Tu préfères qui ? Comment elle trouvait Poudlard. Difficile, de répondre. Elle hésita un instant entre différents adjectifs. Magique, extraordinaire, fantastique, ahurissant, magnifique… pour finalement se décider pour : J’aime bien. Y a plein de choses à découvrir, puis les cours sont drôlement intéressants. Ça oui, ils étaient intéressants. Tout la passionnait, et elle parvenait même à rester éveillée, et les yeux fixés sur leur fantôme de professeur d’Histoire de la Magie. Ils étaient d’ailleurs en train d’étudier la première chute du Mage Noir, réduit à l’état d’âme errante par le grand Harry Potter, alors que celui-ci n’avait que quinze mois. Captivant. Néanmoins, préférant la pratique même de la magie, Eve ne comptait pas l’Histoire parmi ses cours préférés.
    J’adore les Potions et la Métamorphose. C’est fascinant, je trouve, de transformer des objets, ou d’apprendre à faire des antidotes. Pour les profs… J’sais pas, je les aime tous bien. Celui de Défense me fait un peu peur, parfois, mais c’est un bon prof’ je trouve. C’était également un des gros défauts de la Serdaigle. Elle était totalement incapable de ne pas aimer quelqu’un, et parvenait toujours à trouver des excuses à tout le monde. Elle préféra renvoyer sa question à Nina. Et toi ? Tu préfères quoi ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Stade fantôme (PV)   Ven 23 Avr - 0:58

Nina ne put s’empêcher de ressentir une certaine pointe de satisfaction quand Eve lui répondit qu’en effet, tel était son nom. Bon, ce n’était certes qu’une toute petite victoire de rien du tout, mais la jeune fille au naturel joyeux pouvait et voulait s’amuser de tout, ou presque. Le sérieux n’était pas siens tant que la situation n’était pas assez exceptionnelle pour l’exiger. Or, en l’occurrence, la Serdaigle n’avait pas l’air plongée dans la détresse ou la tristesse la plus profonde qu’on ait jamais vue. En fait, mis à part le fait qu’elle était arrivée en étant un peu dans la lune, l’aigle semblait aller tout à fait bien. D’ailleurs, c’est ce qu’elle lui avait dit à peu près trente secondes auparavant. Pas la peine de se torturer l’esprit donc, et restons naturelle.

- Youhou, je suis la meilleure, s’exclama Nina avec un sourire amusé, comme si elle-même ne croyait que peu à ce qu’elle disait, ce qui était en partie vrai. Ce n’était pas pour rien que le groupe qu’elle formait avec Maybel et Estelle s’était auto-nommé les « imparfaites ».

Nina était bien contente d’être venue ici, finalement, puisqu’après avoir trouvé les quelques minutes de solitude qu’elle avait cherchées, elle avait également rencontré une fille de son année, une camarade qui avait bien voulu engager la conversation avec elle, ou du moins qui avait accepté de la continuer après avoir été abordée sans cérémonie par la lionne hyperactive dont le bavardage était l’activité principale. Bon, la plupart des gens de Poudlard connaissant la politesse, rares étaient les premières années, voire même les autres, qui auraient rembarrés la demoiselle, si l’on exclut les Serpentard purs et durs, et ceux qui méprisaient les élèves plus jeunes qu’eux, ce qui faisait une certaine part des étudiants en sorcellerie, mais largement pas une majorité. Et puis, encore une fois, la blonde était particulièrement contente d’être tombée sur une fille de son année, parce que mine de rien, c’était ceux-là qu’elle allait le plus côtoyer pendant les six prochaines années, et ça, c’était important.

Par contre, Nina tiqua un peu à la réponse d’Eve a propos du Quidditch. Pas assez douée ? Mais qui avait parlé de don ? Il n’y avait pas que ça, pensait-elle. Certes, pour certains, ça avait une certaine importance. Certes, les plus grands joueurs, comme Harry Potter ou Charlie Weasley (deux Gryffondor, par ailleurs), étaient doués, mais pour le reste…
C’est quoi cette histoire d’être pas assez douée ? Si tu aimes le Quidditch, tu devrais passer les sélections l’année prochaine. Bon, après, faut le vouloir, je dis pas. Ca prend du temps.

Embrayage direct sur la raison de la venue au stade de Quidditch d’Eve donc, si ce n’était pas pour admirer ce lieu si important à Poudlard, cette église de la sorcellerie qui vibrait si fort lors des matchs. Nina eut à ce moment l’occasion de se rendre compte de tout son retard dans l’apprentissage des cours, alors que les examens se rapprochaient de plus en plus. Les deux plantes – et encore, elle n’aurait pas deviné si la Serdaigle ne l’avait pas précisé – lui étaient tout à fait inconnues et la blonde se demandait quand Chourave avait bien pu leur en parler. Après tout, c’était Camille, qui était bon à l’école, pas elle. Certes, surtout à cause d’un manque de travail, comme depuis…toujours ? Mais bon. Et puis Nina ne s’en plaignait pas. Par contre, trouver des plantes autres que des mauvaises herbes ou du gazon sur le terrain de Quidditch relevait un peu de l’illusion ou de la douce folie, comme l’aigle sembla bientôt s’en apercevoir.


- Il s’est trompé, ou alors il t’a fait une blague. Mais une chose est sûre, c’pas ici que tu trouveras des plantes magiques, à moins que le gazon n’aie des propriétés que je ne connais pas,finit-elle avec un petit sourire amusé.

Prochain sujet, Poudlard. Nina ne trouva pas Eve très enthousiaste sur l’école, mais après tout, tout le monde n’était pas comme elle à s’exciter pour un oui ou pour un non. D’autant que tout le monde trouvait de toute façon le collège de sorcellerie magique et merveilleux. Bon, il y avait toujours des exceptions, mais on ne pouvait rien y faire et à l’âge de Nina, les généralisations vont vite. Et pour les cours…bon, certes, tout ce qu’ils apprenaient pouvait être utile un jour, et puis c’était de la magie, mais de là à tout aimer comme ça semblait être le cas pour la Serdaigle…


- Le vol, sans aucun doute, je trouve ça vraiment super. Et puis les sortilèges, aussi, c’est marrant comme cours. Et pis Flitwick est sympas.

Visiblement, les deux premières années n’avaient pas les mêmes critères d’appréciation.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Stade fantôme (PV)   Sam 24 Avr - 12:14

    Eve ne put retenir son sourire lorsque Nina se félicita d’avoir retenu son nom. Il était clair qu’elle n’était pas sérieuse dans ses paroles. Elle avait l’air d’être une fille pleine de vie. La lionne lui faisait un peu penser à sa petite sœur, Jane. Toujours souriante, toujours quelque chose à dire, et incroyablement à l’aise avec les inconnus, chose rare pour une petite fille de neuf ans. Et, malgré leurs différences de caractère, les deux petites Fender restaient très proches. Qui sait ? songea la Serdaigle. Si l’on devient amies, je pourrais peut-être rencontrer plus de monde. Une fille comme ça doit bien connaitre la moitié des élèves de première année, si ce n’est plus… Puis, ça me permettrait de m’ouvrir un peu plus. J’en ai besoin, je crois bien.

    En effet, elle en avait besoin. Car si Eve pouvait paraitre très timide et peu intéressante face aux personnes qu’elle ne connaissait pas, son comportement et son attitude changeaient du tout au tout lorsque qu’elle parvenait à créer des liens avec des filles de son âge. De filles oui, car la jeune fille a toujours eu un mal fou à s’adresser aux garçons. Étrange, direz-vous, car elle ne s’est jamais intéressée à eux d’un point de vue de amoureux. Probablement qu’avoir grandi toujours collée avec sa cadette y était pour quelque chose.

    Elle rigola lorsque Nina lui conseilla de se présenter aux sélections l’année suivante. Elle aimait le Quidditch, certes, mais elle aimait le bon Quidditch. Or, si elle savait plutôt bien voler, elle ne connaissait aucune notion sur jeu en équipe, les techniques et les plans de match. Non, si elle souhaitait que sa maison gagne la coupe, il valait mieux qu’elle reste dans les gradins. A la limite, ceci lui permettrait d’étudier les différentes équipes et leur organisation, pour pouvoir envisager de se présenter dans quatre ou cinq ans. Mais pas plus tôt, elle en était certaine.

    Non, non, je m’inscrirai pas, j’ai bien compris que tu veux que les Serdaigles perdent pour que vous puissiez gagner un rang sur le podium, plaisanta-t-elle. Je t’assure, si je veux que l’on gagne, il vaut mieux que je reste dans les tribunes à regarder. Je ne suis pas faite pour les sports en équipe. Les sports tout court, en fait, ajouta-t-elle après un instant de réflexion.

    Non, Eve n’était pas sportive. Véritable rat de bibliothèque, elle préférait de loin s’avachir dans un fauteuil avec une pile de bouquins côté d’elle, plutôt que d’aller faire un footing dans le parc, ou s’entrainer au cent mètres crawl (un sport moldu qu’elle avait eu l’occasion de regarder dans la télévision de sa grand-mère) dans le lac. Ainsi, inutile pour elle de songer à intégrer l’équipe de sa maison en s’infligeant au moins quatre heures d’entraînement hebdomadaires.

    Il était d’ailleurs tout aussi pénible pour Eve de rester debout un long moment. Elle proposa donc d’aller s’installer sur les gradins et, sans attendre sa réponse, se dirigea vers sa place favorite : à l’extrémité Ouest du stade, juste derrière les anneaux. Si cet emplacement ne lui permettaient pas d’avoir une vue panoramique sur le jeu des équipes, il lui permettait d’être aux premières loges lorsque le Souaffle passait un de ces trois anneaux. Aussi, le côté Ouest lui permettait d’être dos au soleil, ce qui lui facilitait la vue. A chaque but marqué, la petite rousse ne pouvait retenir un sursaut. Car, bien que consciente du sort de protection lancé sur les gradins qui protégeaient les spectateurs contre les Cognards et les Souaffles, il est toujours assez impressionnant de voir une balle arriver sur soi à grande vitesse.

    Même si son objectif de rechercher des plantes pour les cours venaient de tomber à l’eau, Eve se surprit à retrouver un semblant de bonne humeur. Elle était, mine de rien, plutôt satisfaite de ses révisions. Elle se rendait compte que c’était peut-être la première élève de sa classe à avoir commencé à étudier pour les examens de fin d’année. Ceci lui assurait donc d’avoir plus de facilités lors des révisions de dernière minutes, et compenserait peut-être ses lacunes dans la mise en pratique des sorts étudiés.

    Car si Eve était capable de réciter, sans moment de réflexion le fonctionnement et la réalisation d’un sort, elle avait énormément de difficultés à les réussir. Probablement n’y croyait-elle pas assez. Encore une fois, son manque d’assurance lui gâchait sa vie quotidienne. Elle tentait de ne pas trop s’en formaliser, songeant qu’elle avait le temps de progresser, et que, si vraiment elle s’avérait incapable de faire voler une petit objet, elle pouvait toujours se contenter de le porter façon moldue. Mais bien entendu, son naturel angoissé revenait toujours au galop, et il lui arrivait de se demander si, finalement, elle n’était pas née Cracmole.

    La réponse de Nina ne la surprit pas, lorsqu’elle expliqua qu’elle préférait le Vol et les Enchantements. Eve retint une moue. Si elle estimait beaucoup le directeur des Serdaigles, qui s’avérait être un grand sorcier, et ce malgré sa petite taille, elle ne pouvait s’empêcher de regretter son manque d’autorité. Ses cours étaient probablement ceux durant lesquels les élèves bavardaient le plus, et beaucoup voyaient en Flitwick un simple surveillant d’heures de permanences où il était permis de parler de tout et de rien, sauf des leçon.

    La Serdaigle aimait l’ordre, la rigueur. Certes, elle n’aimait pas travailler sur ses parchemins à la bibliothèque, qu’elle jugeait bien trop calme, et préférait la salle commune et son léger brouhaha. Mais quand elle était en cours, il était naturel pour elle de se taire, d’écouter l’enseignant, et de s’exercer en silence et dans la concentration. Elle considérait qu’il devait en être de même pour tous les élèves, et déplorait le capharnaüm permanent des cours d’Enchantements.

    Justement, je pense pas qu’un cours devrait être marrant… china-t-elle. A mon avis, Flitwick devrait essayer d’imposer un peu plus de calme dans ses heures. Je ne sais pas toi, mais moi j’aime bien être au calme pour m’entrainer, et je ne pense pas être la seule.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Stade fantôme (PV)   Lun 26 Avr - 20:07

Contente d’avoir réussit à faire rire Eve (quand je vous dis qu’il ne lui fallait pas beaucoup), Nina haussa en suite les épaules en écoutant sa réponse. Après tout, elle faisait ce qu’elle voulait, la Serdaigle, et ce n’était pas son rôle à elle, la Gryffondor, de la pousser à se présenter aux sélections si elle n’en avait pas envie. Quelle utilité cela aurait-il, à part embêter sa nouvelle connaissance ? Et puis, surtout ce n’étaient pas ses affaires. La bleue ne venait pas (encore) farfouiller sur la façon dont elle faisait ses devoirs. Heureusement d’ailleurs, Camille suffisait amplement dans ce rôle et la demoiselle ne se croyait pas prête à supporter une deuxième personne aussi sérieuse, ou en tout cas qui soit toujours derrière elle. Mais en tout cas, elle ne pouvait pas nier que son interlocutrice avait un certain sens de l’humour, ce qui ne pouvait être que positive pour la jeune lionne.

- Comme tu veux
, répondit-elle simplement. Dommage. Si tu dis vrai, ça nous aurait facilité les choses, même si on n’a pas besoin de ça, ajouta la Gryffondor en faisant allusion au dernier match qui avait opposé sa maison à celle d’Eve, remporté grâce aux prouesses de leur attrapeur, Fredericke Maiden, une fille de cinquième année qui sortait avec un Serpentard. La blonde s’en fichait – de toute façon elle ne connaissait pas son aînée plus que ça – mais avait entendu certains élèves parler d’une trahison. Nina, elle, n’était pas sectaire, même s’il fallait bien l’avouer, la seule personne qu’elle détestait vraiment à Poudlard était bel et bien une vipère. Le hasard, que voulez vous.

Nina fut d’ailleurs contente de la proposition d’Eve : aller s’asseoir, c’était assurément une très bonne idée. D’ailleurs, elle l’était, assise, avant qu’elle ne se décide à partir et donc qu’elle ne rencontre la Serdaigle. Parce que bon, rester debout en plein milieu des gradins du stade de Quidditch, on a quand même vu mieux pour discuter. La lionne suivit donc l’aigle à la place que cette dernière avait choisie derrière les anneaux. Un petit bout de chemin par rapport à la place où elles se trouvaient et que Nina, partisane du moindre effort, aurait choisie.

La réponse d’Eve à propos du cours de sortilèges fit un peu réfléchir Nina. Elle n’avait pas tout à fait tord, dans le sens ou en effet, un cours n’était pas fait pour s’amuser, et la lionne en était bien consciente. Elle tenta néanmoins de reformuler son propos pour être bien comprise de son interlocutrice :


- En fait, ce que je veux dire, c’est que c’est pas plat et ennuyeux comme un cours de Binns. Et puis Flitwick, en lui-même, il fait quand même rire, dans son attitude, sa maladresse…c’est un peu dur à expliquer. Pis après pour le bruit…j’crois que ça va un peu avec la pratique. Bon, McGonagall est spéciale et Mordeus fait peur, mais en sortilège faut aussi dire que c’est particulier. Prend la lévitation par exemple : forcément, ça part dans tous les sens !

Et une chose était sûre : ça n’était pas à Nina que ça allait déplaire : le bruit ambiant lui évitait tout simplement d’avoir à se cacher quand elle voulait dire quelque chose à quelqu’un, soit au bas mot toutes les trente secondes, et encore, quand elle était fatiguée. A cet égard, Mordeus et McGonagall étaient deux vraies plaies pour la jeune lionne.

[568 mots]

BAVBOULES
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Stade fantôme (PV)   Dim 2 Mai - 10:03

    Eve se redressa, et croisa ses mains sur ses genoux, un petit sourire sur ses lèvres. Pendant un moment, Nina s’était tue, et semblait réfléchir aux paroles de la Serdaigle. Il était rare qu’Eve soit satisfaite de ce qu’elle disait, car son caractère la poussait à se remettre sans cesse en question pour, au final, se discréditer et se rabaisser six pieds sous terre. Mais cette-fois-ci, il semblait qu’elle avait réussi à prouver son sérieux et sa sagesse à sa camarade, chose importante pour toute Serdaigle qui se respecte.

    Ainsi donc, Eve abordait un air fier, voir même vaniteux. Certes, ceci pouvait sembler totalement ridicule, et digne d’un Serpentard accompli, que de se pavaner de la sorte pour pas grand-chose. Et à vrai dire, ça l’était. Car si la jeune fille avait été envoyée à Serdaigle, cela n’empêchait pas qu’elle détienne des traits de caractères de chaque maison. Ainsi, il lui arrivait d’être suffisante comme les serpents, téméraire comme les lions, et loyale comme les blaireaux.

    Et si un cinquième fondateur s’était ajouté aux quatre premiers pour recueillir les enfants en manque total d’assurance, probablement le Choixpeau l’y aurait-il envoyé avant-même de n’avoir touché un seul de ses cheveux. Car, passé, cet instant de quasi-jubilation, Eve perdit bien vite son sourire en réalisant qu’elle avait peut-être mis Nina mal à l’aise, en comparant ouvertement leurs intérêts pour les études, pour qui cette dernière ne donnait visiblement pas une place très importante.

    Et en effet, Nina tenta de se justifier, en expliquant pourquoi il était naturel que les cours du professeur McGonagall et de Flitwick ne soient pas tenus dans le même calme lorsque l’on passait à la pratique. Il était vrai qu’essayer de transformer un objet ne demandait pas beaucoup de place, et ne dérangeait pas vraiment les voisins (excepté, bien sûr, les erreurs de métamorphoses qui font apparaître un parasol géant au milieu de la table plutôt qu’un minuscule parasol en bois utilisé pour la décoration des déserts), tandis qu’il est difficile de contrôler, aux premiers essais, la direction que prendra une plume que l’on veut faire voler.

    Eve poussa un léger soupir, et plia ses jambes en tailleur. C’était généralement la position qu’elle prenait lorsqu’elle était gênée. Elle le savait. On le lui avait dit, de nuancer ses propos, surtout quand elle venait à peine de rencontrer une personne. Son père lui avait souvent répété, sur le ton de l’amusement bien sûr, que si elle continuait comme ça, elle pourrait bien devenir aussi psychorigide que sa mère. Et c’était sûrement vrai, car elle se rendait bien compte qu’elle avait tendance à rester trop ancrée sur ses positions. Et il était plutôt difficile pour elle que de revenir sur ce qu’elle avait dit. Nina devait probablement la prendre pour une de ces filles coincées, qui n’ont que le travail dans la tête – et pas injustement.

    Alors, à son tour, la Serdaigle tenta de s’expliquer. Oui, c’est sûr que c’est pas pareil… C’est juste que ça peut être gênant pour certains élèves. J’ai toujours eu du mal en sortilèges, donc bon… Peut-être que Flitwick devrait diviser sa salle en deux, et lancer un sort d’insonorité entre les deux parties, comme ça, ceux qui veulent du calme pourraient en avoir… Ça pouvait être une idée, et Eve se promit d’en parler à son professeur dès qu’elle pourrait lui parler.

    Puis, pressentant que la discussion risquait de se dégrader, elle préféra changer de sujet. Sinon, je crois que ton jumeau est dans la classe aussi non ? Donc tes parents sont sorciers. Tu viens d’où ? Le genre de question typique que l’on sort lorsque l’on ne sait plus quoi dire, et qu’Eve n’aimait pas poser. Mais il faut bien y passer quand on fait connaissance avec quelqu’un, non ?
[Désolée, c’est lourd, pas très intéressant, mais j’ai pas vraiment eu d’inspiration pour cette réponse-là...]

[ 629 mots ]
BAVBOULES
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Stade fantôme (PV)   Jeu 13 Mai - 21:34

Nina regarda sans mot dire le petit manège de mouvements d’Eve, sans connaître non plus quelles pensées de son interlocutrice en étaient la cause, et puis l’aurait-elle su, quelle importance ? Elle n’était pas là pour juger les autres et ce qu’ils pouvaient avoir à tête ne la concernait strictement pas tant que ça ne lui causait pas le moindre tord, et dans l’esprit de la petite blonde très terre-à-terre, les pensées ne pouvaient pas faire de mal. Logique, donc, et puis de toute façon elle n’avait rien qui lui permette de deviner ce que la bleue avait en tête, alors pourquoi même se demander cela ? Bref, revenons-en à des choses plus concrètes que ce que ne pensait pas la lionne.

- Pas pareil…ouais, j’crois bien que t’as raison, les deux sont pas vraiment comparables. En fait, tu sais quoi ? Y a une rumeur à Gryffondor selon quoi McGonagall resterait pas professeur de métamorphose parce qu’elle est directrice et que ça fait beaucoup de boulot, mais depuis que cette rumeur tourne, ben rien de nouveau. Ca devait être faux.

L’intérêt de ce long monologue ? (parce que oui, il faut bien le dire, c’était plus un monologue qu’une incitation à la réponse que venait de formuler Nina). Et bien sans doute aucun d’autre que celui d’informer la Serdaigle, si l’on pouvait vraiment parler d’une information. Ou peut être que cela avait seulement été un moyen pour la Gryffondor de parler, elle qui se préoccupait si rarement d’obtenir une réponse, surtout sur un tel sujet. Autant dire que parler toute seule ne l’embêtait donc pas, tant qu’elle avait quelque chose à dire et quelqu’un pour l’écouter. Mais aujourd’hui, la demoiselle avait la grandeur d’esprit et la générosité (non non, je n’exagère pas), de laisser du temps à Eve pour répondre. Il ne fallait pas frustrer sa camarade, sinon elle ne voudrait plus jamais la revoir, un drame pour Nina.

Et voilà que la fatidique question de Camille était abordée, avec une erreur ô combien importante dans l’esprit des deux jeunes Moreau. Bon, elle était pardonnable pour quelqu’un qui ne la connaissait pas, et Nina n’était pas du genre à monter au créneau pour si peu. D’ailleurs, il valait mieux qu’on lui en parle à elle plutôt qu’à son frère adoptif, qui risquait de mal le prendre, lui qui était déjà si peu sociable quand il s’y mettait vraiment. Bref, la lionne sourit de plus belle à l’aiglon et entreprit de réparer le malentendu amené par l’évidence. Or, tout le monde sait bien que les apparences sont trompeuses (tout ce qui est d’or ne brille pas, n’est-ce pas ?)


- Camille n’est pas mon jumeau. Juste mon frère adoptif. J’en ai un autre, Hugh, il est en deuxième année. Et oui, nos parents sont des sorciers. Pis je viens d’un village pas très loin de Londres. Et toi ? Tes parents sont sorciers ? T’as des frères et sœurs ?

La famille, un sujet sur lequel Nina pouvait longtemps s’attarder, tant elle aimait les siens. Quand on l’y poussait, elle ne prononçait presque que des éloges sur eux, même si il y avait toujours eu de petites disputes, avec Hugh et ses parents notamment. Si peu avec Camille…

[Tes posts sont très bien, t’inquiètes ^^]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stade fantôme (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stade fantôme (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stade fantôme (PV)
» Un stade de Football à cité Soleil...
» Gâteau des fantômes
» Cédric Diggory [ Pouffy-Fantôme ]
» Flocgascon Manager du STADE TOULOUSAIN31

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: