AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Jamais obligé de connaître pour bavarder <Frederique>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Jamais obligé de connaître pour bavarder <Frederique>   Lun 19 Avr - 16:02

Célibataire. Et oui, maintenant c'était clair et au moins, c'était elle qui avait enfilé le beau rôle puisqu'Ana était allée voir Oliver, avait mis les choses au clair, et l'avait envoyé bouler plus loin. Au moins, maintenant, elle savait pourquoi elle était seule et elle ne s'en portait pas plus mal ! C'était un mal pour un bien. Et puis au moins, elle était fixée plutôt que de vivre encore et encore dans les illusions fragiles dont elle s'était bercée. Elle qui s'était promis de tout faire pour ne plus souffrir, voilà que les autres s'étaient mis à vouloir lui faire du mal. M'enfin... Elle savait sur qui elle pouvait compter, c'était toujours ça n'est-ce pas ? Elle n'avait pas d'autres problèmes à se poser. Enfin voilà, maintenant qu'elle était seule, elle n'avait plus la moindre chance de souffrir et c'était là que tout devenait magique. Quoique, à force de voir des gens se bécoter, elle en avait déjà ras le bol. Et voilà que son frère aussi se mettait à sortir avec une fille. Ne lui avait-il pas dit il y a pas longtemps qu'il n'avait que deux femmes dans sa vie ? Sale mec ! Enfin bon, elle ne pouvait pas lui en vouloir et puis, c'était tout à fait normal en plus. Donc bon.

S'étirant de tout son long, la jeune Serdaigle se décida enfin à quitter les couvertures bien chaudes de son lit douillet. Et se mis assise sur son lit. Première étape avant de se lever bien sûr. Comment ça cela manquait de logique ? Alors là pas du tout, c'était on ne peut plus logique tiens ! Les deux bien sur le sol, elle les habituait doucement et elle se leva. Elle était encore une des dernières à être debout dans son dortoir. Bah oui, c'était toujours comme ça le weekend, ce n'était pas de sa faute, disons juste qu'elle était un peu flemmarde sur les bords le weekend. Et puis bon, ce n'était pas tant un mal que ça non plus. Elle aimait profiter du fait qu'elle n'avait pas école pour pouvoir dormir un peu. Enfin... Un peu n'était pas le bon mot à utiliser puisqu'elle avait une certaine tendance à dormir plus qu'un peu. Enfin bref.

Lorsqu'elle fut enfin totalement levée, elle s'étira une nouvelle fois. S'approchant de son armoire, elle en tira doucement une jupe, d'ailleurs, c'était la jupe de son uniforme et elle mit un débardeur bleu. Serdaigle dans l'âme oui, tout à fait. Elle enfila ensuite des ballerines et sortit de son dortoir. L'uniforme basique, c'était bien sympa oui, mais uniquement en semaine quoi, lorsqu'il y avait la possibilité de mettre ce que l'on voulait, elle n'hésitait pas un seul instant. Pour preuve, elle avait tout simplement enfilé autre chose. Mis à part la jupe bien sûr, mais ça, elle l'aimait bien en faite.

Alors qu'elle était dans un couloir, elle croisa une Serpentarde, et comme elle n'était jamais bien méchante et qu'elle était toujours à la limite du naïf, elle lui sourit doucement, de façon sincère bien sûr. Comme toujours de toute façon.

•• Hey salut. Tu vas bien ? ••
Non, elles ne s'étaient jamais parlées. Mais elles étaient toute seule dans le couloir alors Ana s'était tout simplement dit qu'elle pouvait bien lui parler ne serait-ce qu'un peu non ?Ce n'était pas la mort non plus, c'était juste histoire de lui faire un peu la conversation.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Jamais obligé de connaître pour bavarder <Frederique>   Mer 21 Avr - 22:50

    On était en week-end et Frédérique n’avait rien trouvé de mieux que de se lever tôt. Pas qu’elle l’avait choisi mais le soleil se levait à peine que elle, elle n’arrivait plus à se rendormir. Après avoir lutté tant bien que mal, elle avait décidé de quitter son dortoir où ça dormait encore profondément. Tous les Serpentard semblaient dormir profondément. Elle ne trouva donc personne dans la salle commune, même si elle aurait aimé trouvé Heaven avec qui elle n’avait pas pu discuter depuis un moment. Elle alla prendre son petit déjeuner, seule, même si ça, ça ne changeait pas à d’habitude. Le matin elle relisait toujours ses notes pour les cours à venir afin d’être toujours à jour, ce qui l’empêchait et lui permettait surtout, de ne pas avoir de discussion avec quiconque de bon matin. Il fallait dire que les bonjour, ça va, bien dormi, une fois ça allait, mais tous les jours, ça l’agaçait. Et pas question de dire non, sinon tout de suite on s’intéressait à votre cas. Et ce qu’elle ne voulait pas, c’est qu’on la questionne de trop près surtout de bon matin où elle était rarement d’humeur.

    Elle prit donc son temps pour prendre son petit déjeuner, en rêvassant encore et toujours mais n’ayant aucune note, ni cours devant elle. Un miracle pour ceux qui pouvait la connaître.
    Après son repas qu’elle avait pu prendre copieusement, elle s’accorda une petite promenade dans le château saluant les tableaux qui la regardaient passer. Vêtue d’une sort gris avec des collants noir dessous, d’un haut à rayure blanche et noir, elle marchait en gardant les mains dans ses poches, comme elle le faisait toujours. Seule son écharpe, nouée harmonieusement autour de son cou rappelait son appartenance pour les verts et argents.
    Une journée tranquille s’annonçait devant elle.

    Au détour d’un couloir, une Serdaigle, seule être présent dans le coin à ce moment là en plus d’elle, lui adressa la parole avec un grand sourire sincère. A force de parler à des jaunes, elle n’aurait pas été étonné si il avait s’agit d’une Poufsouffle, mais d’une bleue, là elle était presque choquée. Bon, on allait pas aller jusque là non plus. En tout cas, elle ne savait pas bien quoi y répondre ni même si s’était bien à elle qu’on avait adressé la parole. Elle n’allait en tout cas pas rester bêtement là.


    « Heu moi… ? »

    Premiers mots qu’elle disait de la journée. Ce n’était pas fameux, mais elle avait dit quelque chose même si ça ne révélait pas d’une grande intelligence, le contraire de ce qu’elle était, elle, Frédérique LeeRoy l’élite intellectuelle de Serpentard. Bref, en tout cas, les mains toujours dans ses poches, elle avait arrêté sa marche pour se rendre compte de ce qui se passait à ce moment même comme si quelque chose d’étonnant venait d’arriver et qu’elle devait analyser le tout.
    Surprise et surtout prise au dépourvu, elle regarda à droite, à gauche, même derrière elle. Mais il n’y avait personne qu’elles deux dans ce couloir. Elle haussa les épaules et souleva un sourcil dévisageant la Serdaigle avec étonnement se demandant même qui elle pouvait être. Elle l’avait forcement croisé mais elle était sur qu’elle ne lui avait adressé aucun sourire ni regard au point qu’elle lui parle quasiment comme à une bonne camarade. Bon, elle n’allait pas rester non plus comme ça à la regarder bêtement et la moindre des politesses était de lui répondre.


    « Salut… Heu… on se connaît… ? Tu dois te tromper là non… »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Jamais obligé de connaître pour bavarder <Frederique>   Ven 7 Mai - 17:31

Oui bon, interpeller une fille que l'on ne connaît pas dans le couloir, et lui parler comme si c'était le cas, c'était malgré tout quelque chose qui pouvait parfaitement paraître stupide. Non mais c'était vrai quoi, à bien y réfléchir, la jeune Serdaigle pouvait facilement passer pour une psychopathe, et ce, à tout moment, et sans difficulté. On ne parlait pas aux inconnus ! Non pas sous peine de danger bien sûr. Bah oui, ce n'était pas dans une école qu'elle allait se faire agresser par un fou dangereux ! Bon, quoique cela pouvait parfaitement resté à vérifier parce que par moment, on en venait vraiment à se poser la question de savoir si c'était vraiment comme ça quoi. Et bon, si l'on ne se mettait pas à parler aux gens dont on ignorait tout, on ne pouvait pas faire de nouvelles connaissances, ça aussi, c'était un certain point non négligeable, bien sûr. Donc voilà, aujourd'hui, si Ana avait décidé de parler à cette fille, c'était parce qu'elle avait un petit quelque chose dans le visage qui lui donnait vraiment l'envie de lui parler. C e n'était pas de sa faute quand même, c'était juste qu'elle en avait envie. Et puis bon, si vraiment, la conversation qui s'avançait n'était pas intéressante ou si vraiment, rien ne se décidait à aller entre elles, et bien là, oui d'accord, elle partirait, elle irait voir ailleurs si elle y était et ça serait aussi simple que ça, oui voilà !

Enfin bon, en tout cas, cette fille, elle avait vraiment l'air surprise, d'ailleurs, elle demanda à Ana, si c'était bien à elle qu'elle parlait, et en plus de ça, elle ajouta à ça, elle ajouta des regards tout autour d'elle pour pouvoir vraiment voie si c'était uniquement à elle qu'elle parlait. Enfin bon, rien de bien étonnant dans son comportement, lorsque l'on pensait qu'en définitif, c'était surtout le comportement d'Ana qui était bizarre. Mais bon, elle avait toujours été une fille plutôt sociale, loin d'être timide alors forcément, pour elle, cela n'avait rien de bien étonnant au final. Mais bon, si elle, elle ne se choquait pas, c'était bien entendu normal. Pour le reste, c'était bien entendu différent, normal quoi.

En tout cas, au moment où elle en vînt à lui demander si elles se connaissaient, Ana réalisait qu'elle ne se comportait pas vraiment comme quelqu'un qui ne connaissait pas la personne à qui elle s'adressait. Mais bon, ce n'était pas non plus comme s'il y avait réellement un mode d'emploi à tout ça non ? Enfin bon, en tout cas, Ana ne le connaissait pas. C'était un fait.

•• Oui bon, non, on ne se connait pas, mais non, je ne me trompe pas hein ! Enfin bon, tout ça pour dire que notre école a beau être super grande, ce n'est pas une raison pour que l'on ne connaisse pas tout le monde non ? Enfin bon, ce que je veux dire, c'est que je m'appelle Ana Miller. Je sais que je dois vraiment me montrer plutôt brusque mais bon euh... Je voulais faire connaissance quoi ! ••

Passant doucement la main dans ses cheveux, Ana s'approcha un peu plus de la jeune Serpentard afin que bon, si quelqu'un passait près d'elles, cette personne pourrait facilement voir qu'elles étaient tout simplement en train de parler. Donc voilà ! En tout cas, la jeune Serdaigle espérait qu'elles pourraient s'entendre quoi. Parce que ce n'était pas toujours facile, entre les gens, on ne pouvait pas se lier avec tout le monde. Quoi de plus normal hein ? Mais bon, la jeune brune devant elle allait peut être décidé de partir en courant au final, parce que si on la regardait bien, on pouvait facilement se rendre compte qu'elle semblait folle hein. Sa manière de trop parler pouvait en effrayer plus d'un en même temps !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Jamais obligé de connaître pour bavarder <Frederique>   Mar 11 Mai - 19:04

    La fille qui venait de l’interpeller et qu’elle avait commencé à prendre pour une folle lui confirma ses doutes, elle ne la connaissait pas. Au moins elle n’avait plus de doute à ce sujet. Mais elle semblait de bonne humeur, rien à avoir avec le coté renfermé et inexpressif de la Serpentard. En tout cas, cette dernière n’aurait jamais eu l’idée d’interpeller comme ça au hasard la première personne qui semblait un minimum sympathique dans les couloirs de l’école. Oui un minimum car tout le monde savait que ce qu’on montrait en apparence n’avait rien à voir avec ce qu’on cachait au fond de soit. Et s’était bien la preuve à son sujet. Elle avait à la fois un air froid et distant mais aussi mélancolique et attirant. Elle ne voulait donc pas paraître étrange face à cette fille quand elle lui demanda si elle était sur que c’était à elle qu’elle parlait. Peut-être que s’était courant d’interpeller comme ça les gens qu’on ne connaissait pas, mais sortant à peine depuis peu son nez de ses livres, elle n’était pas au courant de tous les us et coutumes qui avait cours.

    « Enchantée Ana… Je suis Frédérique LeeRoy… »

    Elle s’était présentée à elle alors poliment, elle vint à en faire de même. Elle ne savait pas de suite quoi répondre au reste de ses paroles mais elle allait devoir se secouer un peu et sortir de sa gêne afin de ne pas paraître plus sauvage qu’on avait l’impression qu’elle soit.
    LeeRoy était vraiment étonnée mais flattée qu’on veuille faire connaissance avec elle en particulier. Jusque là, elle avait pensé que les autres élèves de Poudlard la fuyait ou même ne la voyait pas mais cela ne semblait plus le cas. Il fallait dire qu’en un an, elle s’était faite plus de connaissances que durant toute sa scolarité réuni. Mais on ne pouvait pas vraiment parler d’ami, à part dans de très rares cas. C’était Heaven qui allait être contente de ce changement. Elles en discuteraient, sans aucun doute. Elle qui avait l’air si froide et associable d’ordinaire, elle se montrait un peu plus intéressante et abordable qu’avant. Peut-être qu’un jour elle allait devenir populaire, mais pas de suite, en fin d’année par exemple.


    « Je pense qu’il est difficile de connaître tout le monde… Nous sommes quand même nombreux à Poudlard… Mais excuse moi de mon étonnement, on ne m’a jamais abordé ainsi avant ni même cherché à faire connaissance avec moi… »

    Frédérique la dévisagea. Elle avait un style littéralement différent d’elle et elle était étonnée toujours que ça soit avec elle qu’elle cherche à faire connaissance et pas avec une fille qui aurait pu se rapprocher de ses goûts ou autre. En tout cas, elle ne se souvint pas si elle l’avait croisé quelque part avant. En tout cas, elle était prête à la discussion mais ne savait pas vraiment par quoi commencer ce qui était le plus embêtant quand on ne se connaissait pas : trouver un sujet de conversation commun.
    Ce jour là, elle n’avait pas beaucoup d’effort sur son habillement. Un jean assez large et une chemise cintrée à carreaux verts, s’il vous plait. N’attachant jamais ses cheveux, les boucles châtains de ceux ci retombaient ça et là sur ses épaules fines. Les mains dans ses poches cachant un certain gêne qu’elle ne savait toujours pas gommer. Et sa tenue était l’inverse de la sienne : jupe, débardeur dans les tons bleus. Elle ne connaissait ni sa maison ni son année mais au premier abord, à part le fait qu’elle l’avait prise pour une folle, elle semblait sympathique.


    « Tu ne profites pas du beau temps… ? »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jamais obligé de connaître pour bavarder <Frederique>   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jamais obligé de connaître pour bavarder <Frederique>
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mulan | Non jamais, je ne serais faite pour le mariage
» Cecylia Okword [Fini] Il faut apprendre pour connaître, connaître pour comprendre, comprendre pour juger.
» Elias ~ nous sommes de ceux qui desserreront jamais les mâchoires, sauf pour sortir les crocs.
» La lune illumine la scène sublime en la fin du jour connaître pour toujours l'amour[Sara]
» Comment peux-tu te connaître si tu ne t'es jamais battu ? | shane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: