AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 This is the end ( Tomas )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: This is the end ( Tomas )   Mer 21 Avr - 1:56


On ne pouvait pas toujours prévoir sa vie à l'avance, dire que les choses se passeraient de telle ou de telle manière. Lorsque l'on tentait de se prévoir un avenir, c'était comme s'il y avait une malédiction. Vouloir prévoir, c'était une manière de vouloir tout gâcher. Pour preuve, la vie d'Helena avait été prévu, revisité, et rendue encore plus jolie pour qu'au final... Tout tombe à l'eau parce qu'il... Ne voulait plus d'elle. C'était fini oui, elle avait beau essayé encore et encore, revenir vers lui et tout ça, c'était tout bonnement impossible, il continuait de la rejeter, encore et encore. Comme si sa simple présence était capable de le rendre malade. Il n'avait jamais été aussi méchant qu'il ne l'était devenu en si peu de temps. C'était comme s'il avait changé, du tout au tout, en l'espace d'une seule et unique semaine. Aujourd'hui, la jeune Gryffondor ne le reconnaissait absolument plus et d'ailleurs, elle n'était même pas sûre de vraiment vouloir le reconnaître... De toute façon, elle s'était elle-même probablement perdue, dans toute cette histoire...

Helena n'était plus vraiment ce qu'elle avait été. Elle avait perdu son énorme potentiel de joie de vivre, et avait au contraire, doubler son taux de malchance. Ses chutes étaient suivies de crises de larmes, de crises de nerfs aussi parfois... Et elle fuyait le monde, la foule, les gens qui tentaient de lui parler, elle ne les supportaient plus. Même Billie, même Axel, même eux, ils n'avaient plus le droit de l'approcher... Elle n'y arrivait pas oui, c'était probablement plus fort qu'elle mais elle ne pouvait tout simplement pas s'empêcher de s'éloigner, de les fuir, de peur de... Peut être de peur de souffrir encore. Voilà qu'elle se mettait doucement à fuir le moindre contact avec les gens. Ce n'était pas bon et bien sûr, elle le savait mais elle ne pouvait pour autant, pas s'en empêcher un seul instant. Son coeur hurlait, il hurlait à la mort mais elle ne parvenait pas à faire taire ses jérémiades. Qu'on fasse donc taire ce qui hurlait en elle, ou alors qu'on le lui arrache oui ! C'était une solution également.

Elle n'avait pas été en cours aujourd'hui. Aujourd'hui non plus, était peut être la formule la plus adéquate. Elle avait tout donné oui, tout, pour ce garçon. Tout ça pour quoi... Pour rien. Une nouvelle fois un garçon avait fini par la duper. Et là, de la plus belle des façons. En lui promettant monts et merveilles pour au final, la laisser tomber sans lui donner la moindre explications, en se contentant juste d'être froid, dur, et cruel. Tout ce que d'ordinaire, il n'était pas, d'ailleurs.

Peut être que s'attacher comme ça, ça lui avait fait peur, peut être qu'il avait cru qu'il ne s'était pas mis si fort dans cette relation ? Très franchement, elle ne parvenait pas le moins du monde à tenter de lui chercher une excuse, vraiment. Mais ça avait beau lui faire du mal, cela ne changeait rien au reste. C'était fini, et il fallait qu'elle réalise, il était temps.

Elle était au lac, ses pas la guidant au bord de l'eau, tandis que l'air frais semblait doucement la bercer. Il n'y avait pas grand monde bien sûr, il ne faisait pas chaud. Oh, ils n'étaient pas tous en cours, parmi les 4e années par exemple, seul les Gryffondor et les Serpentard avaient cours cet après-midi. Mais encore une fois, elle s'en moquait. Et son professeur l'avait doucement excusé, voyant son état des plus anéantis, pensant même que c'était dans l'infirmerie que se trouvait vraiment sa place, mais n'était pas sûr de cela pour autant.

Elle se mis assise, doucement et plia ses jambes jusqu'à ce qu'elle puisse les entourer de ses bras, posant son menton sur ses genoux, le regard rivé vers le lac. A croire que tout était fait pour être difficile pour elle tiens... Elle ne pourrait donc jamais... Etre heureuse ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: This is the end ( Tomas )   Mer 21 Avr - 23:49


Il faisait moche, il n'y avait pas de soleil, pas un temps à sortir dans le parc. Pourtant, Tomas était dans son dortoir, occupé à rassembler ses affaires avant d'aller faire son jogging. Comme si un malheureux facteur tel que la température extérieure ou le degré d'ensoleillement suffirait à décourager un sportif comme lui. Déjà que pendant les périodes où il était à Poudlard, il avait tendance à se ramollir, si en plus il arrêtait de courir, alors il était bon pour la casse. Qu'on s'en souvienne, il avait une petite compétition prévue avec Tobias, et il comptait bien la gagner, ne serait-ce qu'au niveau de la course, la natation, ça c'était accessoire ! Mais il devait se maintenir au niveau, d'une part parce que le Serpentard n'était certainement pas mauvais, et ensuite, tout simplement parce qu'il aimait courir, il avait besoin de ça. Courir lui permettait d'oublier, de ne penser à rien, de se dépasser. Ça avait toujours été comme ça, et ça le serait toujours.

Ainsi, le Serdaigle troqua sa robe de sorcier contre un T-shirt noir tout ce qu'il y a de plus banal et un pantalon de jogging, écarta son sac de cours du passage, histoire d'éviter de se ramasser en rentrant, et dévala tranquillement les escaliers menant à la salle commune des Aigles. Salle commune plutôt peuplée compte tenu du temps, les Bleu et Bronze préféraient visiblement rester bien tranquilles au chaud plutôt que de se risquer à l'extérieur. Sage décision sans doute, mais ce n'était pas suffisant pour lui faire rebrousser chemin. Il ne s'était jamais fié aux comportements des autres, ce n'était pas maintenant qu'il allait commencer à les imiter !

Tomas traversa tranquillement plusieurs couloirs, descendit quelques escaliers avant de croiser un Rusard à l'air visiblement mécontent et aux dents toujours aussi jaunâtres. Pas de doute, il était en quête d'une victime à accuser d'un prétendu délit, preuves fallacieuses à l'appui. Son regard ne trompait pas. Soucieux de ne pas perdre son temps avec le concierge, l'Aigle dut faire un léger détour et se retrouva finalement dans le Grand Hall de Poudlard, quelques minutes plus tard. Au fond, les Poufsouffle et les Serpentard avaient quand même du bol, leurs salles communes étaient bien plus proches du Hall et de la Grande Salle que celles des deux autres maisons. Et ça en soi, c'était un gros avantage ! Mais les marches à grimper et le chemin à parcourir n'effrayaient pas le jeune homme, et de toute manière, à quoi bon se plaindre ? Ce n'était pas comme s'il y avait moyen de démonter Poudlard et de se replacer les pièces comme il le voulait !

Comme prévu, le parc était quasiment désert, et même si cela était synonyme de mauvais temps, Tomas y trouvait quand même de quoi se réjouir. Au moins, pas de hurlements, pas de première années hystériques, pas de batailles de bombabouse, il allait être tranquille. Il suivit son trajet habituel, prenant la direction du lac comme il le faisait toujours, lorsqu'il l'aperçut. Elle était assise face à l'eau, légèrement affaissée, et surtout l'air profondément triste. C'était difficile à décrire, mais c'était visible. Doucement, il ralentit, il n'était qu'à quelques mètres d'elle. Que faire ? En temps normal, il ne se serait pas gêné pour passer juste à côté d'elle sans lui prêter la moindre attention, mais elle avait l'air si seule et si désemparée ... Il ne se sentait pas de la déranger. Il continua à faire quelques pas en avant, ayant l'étrange sentiment de connaître cette jeune fille, peut-être parce qu'ils partageaient les mêmes cours tout simplement. Il s'approcha encore et finalement, il prit la parole, signalant sa présence. « Je ne vais pas te demander si ça va, je me doute bien que tu ne serais pas assise ici toute seule, les yeux fixés dans le vague si tout allait bien dans le meilleur des mondes mais ... Je peux me joindre à toi ? Je suis très silencieux », garantit-il tandis qu'il arrivait à sa hauteur, toujours debout. Faire de l'humour, communiquer avec les autres, tout ça, ce n'était pas dans ses habitudes, mais ces temps-ci, ses habitudes, il les avait un peu bousculées donc bon ... Sur ce, il n'attendit pas de réponse de la jeune fille, parce qu'il restait quand même lui-même, et il s'assit à côté d'elle, gardant néanmoins les yeux fixés droit devant lui. Il ne savait pas pourquoi il faisait cela, mais le fait est qu'il le faisait.


Dernière édition par Tomas Habsbourg le Ven 7 Mai - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: This is the end ( Tomas )   Jeu 22 Avr - 21:50

Le vent soufflant légèrement, Helena glissa sa main dans ses cheveux pour essayer de maîtriser une mèche rebelle, et la glissa doucement derrière son oreille. Posant doucement son front sur ses genoux, elle ferma les yeux et se mit à respirer de manière quelque peu plus calme. Mais elle sentait qu'elle aurait beau essayé de respirer le plus calmement possible, cela ne pourrait rien changer du tout. Son coeur lui, battait à tout rompre. D'ailleurs, il lui faisait plutôt mal, il semblait être près à lui rompre les os, à exploser et à sortir de sa poitrine. Une larme glissa doucement sur sa joue et elle l'essuya du revers de la main. Retirant sa tête de ses genoux, elle laissa à nouveau son regard se perdre dans le lac.

En définitif, Helena n'allait pas bien non. Bien sûr, cela ne pouvait pas passer inaperçu, on sentait bien qu'elle allait mal. Mais malgré tout, elle ne pouvait pas, elle ne voulait pas se lamenter sur son propre sort, c'était le genre de chose qu'elle ne parvenait pas à supporter. Mais pourtant, elle n'allait probablement pas suffisamment bien qu'elle puisse ne serait-ce que pas faire attention. Elle ne se plaignait pas, elle ne disait rien. Bien sûr que l'on pouvait voir que son état était médiocre et inquiétant, mais pour autant, elle ne disait rien. Bien sûr que les gens se mettaient doucement à s'inquiéter, mais pour ne pas mentir, elle s'en moquait royalement parce qu'elle trouvait qu'il n'y avait pas vraiment de raison d'en parler. Ils savaient. A ses yeux, tout le monde savait alors non, elle n'avait plus vraiment besoin d'en parler. Voilà tout.

Une voix derrière elle la fit sursauter et elle se tourna doucement pour voir de qui pouvait bien venir la voix. Un Serdaigle. Un bleu... Comme... Son regard retourna au lac et elle ne répondit rien. Il ne sembla pas nécessiter de réponse de toute façon puisqu'il se posa à côté d'elle, sans attendre son accord. Qu'il fasse, de toute façon, elle n'était pas vraiment sûre qu'elle lui aurait donné, s'il avait attendu. Au moins, il n'attendait pas et c'était très bien comme ça. Plutôt qu'il n'attende et se fasse envoyer voir ailleurs. Ce qui serait arrivé bien sûr, s'il avait attendu. Mais il ne l'avait pas fait. Heureusement. Ou pas. Parce que mine de rien, elle avait bien envie de rester seule. Mais il fallait bien croire que dans cette école, on ne pouvait pas rester seul, dans un coin. A croire que c'était réellement impossible.

•• Si, tout va bien comme dans le meilleur des mondes, vraiment. Et puis oui, vas y assieds toi, de toute façon, il me semble que ce lac ne m'appartient pas ••

Se tournant un instant vers lui, elle lui lança un regard un peu vide, pour se concentrer à nouveau dans le lac. Mais l'envie de parler la brulait. Allez savoir pourquoi alors qu'elle ne connaissait en rien le garçon qui se trouvait à côté d'elle. Enfin si, elle le connaissait quand même. Ne serait-ce qu'un peu, elle l'avait déjà vu, et puis bon, elle ne lui avait certes jamais parlé mais elle ne parlait pas à tout le monde après tout. Elle n'était pas si sociale que ça, bien qu'un peu. Et puis... Elle avait vécu, ces dernières années, dans une petite bulle, alors forcément, cela changeait un peu les choses.

Ben oui, lorsque l'on vit dans une bulle, on se met doucement à croire que le monde est beau, vraiment gentil. Mais bon... D'une certaine manière, elle devait bien avouer qu'au moins, maintenant, elle avait ouvert les yeux, elle était revenue dans le monde réelle... De manière brutale et en souffrant atrocement mais... Voilà quoi. Ca faisait mal, tellement mal qu'encore maintenant, Helena avait du mal à s'imaginer que l'on pouvait avoir si mal que ça, d'un seul coup.

•• Helena Smith. Tu dois me trouver pathétique je sais. Disons que j'aurais beaucoup aimé être un peu plus présentable tu vois... ••
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: This is the end ( Tomas )   Jeu 22 Avr - 23:53

Elle semblait avoir pleuré. Il n'en était pas certain, mais elle avait les yeux humides, et même sans ça, elle avait l'air vraiment mal. Pas comme quelqu'un qui a eu une sale note, ou qui s'est fait une égratignure en tombant par terre, non, mal comme quelqu'un qui souffrait de l'intérieur. Il n'était pas quelqu'un d'insensible, pourtant peu de choses le touchaient, il n'était pas hermétique aux sentiments, il était juste prudent. Et ce parce que c'était dangereux, que c'était le genre de choses qui pouvaient vraiment vous détruire, et aussi parce que jusqu'à il y a quelques mois, tout ce qui avait toujours compté, c'était lui-même, et sa cousine. Mais tout avait pas mal changé depuis. Et voir cette fille seule alors qu'elle était dans un tel état, ça l'amena, sans qu'il sache trop pourquoi à s'approcher. Pas par une curiosité malsaine, pas par pitié non plus, mais parce qu'à ses yeux, on ne devait pas être seul lorsqu'on allait aussi mal. Enfin, lui, il préférait être seul, mais ce qui s'appliquait à lui ne s'appliquait pas aux autres.

En prenant la parole, il la fit sursauter. En même temps il n'allait pas juste rester là à la regarder. Quitte à être venu jusque là, autant faire quelque chose. Il n'avait pas voulu lui faire peur ou la brusquer néanmoins, juste signaler sa présence. Mais elle ne lui prêta même pas attention de toute manière, elle le vit, certes, mais c'est tout. Pas une expression indiquant qu'elle était irritée, qu'elle voulait qu'il dégage, qu'elle était contente d'avoir de la compagnie. Rien. Ceci dit, ce n'était pas ça qui le ferait partir, le dénuement d'expression, ça il y était habitué. Les larmes, moins. Mais elle ne pleurait plus de toute façon. Il n'avait même pas attendu sa réponse pour s'asseoir, il n'était pas sûr qu'elle aurait été positive de toute façon. Il ne comptait pas partir en tout cas, pas tant qu'elle ne l'aurait pas viré. Par contre, lorsqu'elle prétendit que tout allait bien, il fronça les sourcils, se tournant finalement vers elle. « Si tu me mens à moi, après tout, ça n'a pas d'importance, on ne se connait même pas. Mais ce qui est plus inquiétant, c'est si tu te mens à toi-même », trancha-t-il d'un ton dur. « Même moi je le vois. Je ne sais pas ce qui t'arrive, mais ce qui est sûr, c'est que pour aller mieux, il faut forcément que tu passes par là, et que tu t'en sortes. » Au fond, de quel droit se permettait-il de lui dire qu'elle mentait ou pas ? Aucun, mais ce n'était pas ce qui le gênait en général. Elle allait clairement mal, et la seule solution, c'était qu'elle l'accepte, pour qu'elle puisse ensuite aller mieux. Et tant pis si ça ne lui plaisait pas. Il était comme ça, il ne comptait pas changer. Il n'était pas vraiment du genre à ménager les autres non, parce que la laisser se lamenter sur son sort, ça ne l'aidait en rien. Quoiqu'il soit arrivé, il fallait qu'elle en ait conscience pour avancer.

Et puis du reste, oui, le lac était à tout le monde, mais si elle ne voulait réellement pas de lui ici, il partirait. Il n'était pas un monstre non plus, il ne s'amusait pas à torturer les autres. Lui, tout ce qu'il voyait, c'est qu'elle n'allait pas bien, et c'était un peu tout ce qui comptait pour l'instant. C'est bien pour ça qu'il se retrouvait là n'est-ce pas ? Lui qui ne parlait jamais à personne... Il était là, assis à côté d'une fille visiblement dépressive, qui ne lui avait absolument rien demandé.
La trouvait-il pathétique ? Il se tourna à nouveau vers elle quelques instants, l'observant. Elle était jolie, même en ayant cet air aussi résigné et presque dépressif, elle restait jolie. Elle l'était sans doute davantage lorsqu'elle souriait, mais visiblement ce n'était pas partir pour. Il ramena son regard sur les profondeurs insondables du lac. « Tomas Habsbourg. Et je ne te trouve pas pathétique. » Le ton était sans appel, il ne faisait que dire ce qu'il pensait, comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: This is the end ( Tomas )   Ven 23 Avr - 0:59

Helena ne mentait pas. Son ton avait été ironique mais il ne semblait pas l'avoir remarqué. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Pas un vrai bien sûr, elle n'était pas d'humeur à sourire. Pas vraiment en tout cas. Pas maintenant et peut être pas avant longtemps. Secouant la tête de gauche à droit d'un air résigné, elle soupira doucement tout en lançant un léger regard vers le garçon à côté d'elle, du coin de l'œil. Son ton dur la surprit en tout cas, vraiment. Et non, elle ne se mentait pas à elle même, la douleur, elle était vraiment là, elle la sentait, comme si elle pouvait la caresser du bout des doigts. Alors, la ressentant au plus profond de son âme, il lui était vraiment impossible de faire comme si cette douleur n'existait pas, c'était évident. Mais pour autant, elle ne pouvait pas le crier sur tous les toits quand même ! Comme si c'était possible !

S'en sortir. La jeune Gryffondor n'était même pas sûre d'en être capable. Non mais vraiment hein. Elle avait mal et elle avait l'impression qu'il s'agissait d'une douleur qui ne pourrait jamais s'envoler. Comme si elle était venue s'installer en elle pour ne plus jamais sortir. C'était douloureux, et difficile. Enervant et blessant. Et pourtant, elle savait qu'elle ne pouvait pas faire autrement, c'était une tout autre évidence, bien sûr.

•• Je ne me mens pas non, c'est juste que l'on dirait bien que tu as été incapable de reconnaître le ton ironique de ma voix. Je dois bien dire que ma voix est.. Particulière elle aussi en ce moment. Je suis désolée. Mais je sais que je ne vais pas bien, oui, je le sais. Je ne peux bien sûr pas faire abstraction. ••

La voix d'Helena était éteinte, vraiment. Il n'y avait plus le moindre son. Elle était vide, vraiment vide. Vide de toute intonation, de la moindre impression. C'était assez bizarre vraiment. Son ton pouvait probablement en effrayer plus d'un d'ailleurs. Puisqu'elle était neutre. On ne pouvait y sentir aucune colère, ni aucune joie. C'était un peu comme si elle était en train de réciter un texte, ou de lire même, c'était pareil.

Se replongeant dans sa contemplation du lac, elle soupira une nouvelle fois et baissa les yeux. Passant les mains sur son visage, elle se demanda si sa pseudo bonne humeur allait finir par le faire partir. Mine de rien, sa présence à côté d'elle ne la dérangeait pas tant que ça. Vraiment pas. C'était un peu comme s'il l'apaisait. Tout en le dérangeant à la fois parce que bon, elle devait bien dire que cela n'était pas pareil. Et puis, elle ne le connaissait pas en plus. Pourquoi c'était lui qui était venu s'asseoir à côté de lui ? Etait-elle à ce point pathétique... ?

Lorsqu'il lui avoua qu'il ne la trouvait pas pathétique, elle le regarda, plutôt surprise. Se demandant s'il disait ça de manière sincère ou si c'était seulement pour lui faire plaisir. Non mais c'était vrai quoi, il aurait pu lui dire ça de manière totalement innocente. Quoique... Bordel... Baissant la tête, elle pouffa. Se moquant d'elle même mais pas de manière si drôle que ça quand même.

•• Je crois que la formule la plus exacte serait de dire que je me trouve pathétique. Je suis tellement stupide.. Ou peut être que j'ai été un peu trop stupide... Tu sais quoi ? Ne tombe jamais amoureux, c'est un sentiment stupide et insupportable. Qui finit un jour ou l'autre par vous briser le coeur. J'espère que le tiens est toujours entier. Le mien a totalement explosé... ••

Baissant les yeux, une nouvelle larme coula sur sa joue. L'amour... Un sentiment auquel elle ne pouvait tout simplement plus croire, oui voilà, c'était impossible, cela ne pouvait pas exister non, ce n'était pas permis. Un nouveau soupir sortit doucement de ses lèvres. Elle posa doucement une main sur la jambe du garçon à côté d'elle, un sourire en coin, léger, mais un sourire malgré tout et elle plongea son regard dans le sien.

•• C'est bête, mais je crois que j'aime ta présence à mes côtés. Je ne te connais même pas, mais tu m'apaise... Je t'ai plus parlé à toi en cinq minutes qu'à mes amis... ••
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: This is the end ( Tomas )   Sam 24 Avr - 22:53

Elle avait souri... Ou quelque chose qui y ressemblait vaguement en tout cas, une moue, une esquisse de sourire, une grimace peut-être, mais pendant un instant, elle avait paru moins impassible. Ce fut bref cependant. Mais à sa réponse, le jeune homme sentit ses joues chauffer quelque peu, il ramena son regard sur le lac. Il se sentait assez stupide pour le coup. Mais il avait vraiment du mal avec l'ironie, pourtant il parlait parfaitement anglais, ça ça ne lui posait pas de problème. Mais il ne parvenait pas toujours à distinguer l'ironie du reste. Mais il faut avouer qu'elle le troublait aussi, c'était peut-être ça. Mieux valait partir là-dessus que de se dire qu'il était trop lent pour distinguer l'ironie du premier degré. Et puis son ton était tellement morne ! Il n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi déprimé, et il commençait à se demander ce qui pouvait l'avoir mis dans un état pareil, ou quoi. « Oh. C'est irritant, j'ai vraiment du mal avec l'ironie », avoua-t-il en secouant la tête, un peu gêné. Il était rarement gêné, pratiquement jamais en fait, mais bon, en trois secondes elle avait réussi à le faire se ridiculiser il faut croire. Oh bien sûr, ses problèmes de langage n'intéressaient certainement pas la jeune fille, elle avait visiblement de bien plus grands soucis, et surtout, ils ne se connaissaient même pas ! Mais c'était une manière comme une autre de la divertir après tout, non ? Mieux valait peut-être que pendant dix minutes, elle le prenne pour un imbécile au lieu d'être triste. Ce n'était pas comme s'ils allaient forcément se revoir ou quoi. « Quoiqu'il t'arrive, ça ne sera pas comme ça éternellement tu sais, ça passera, forcément... » Que pouvait-il lui dire d'autre ? Que ça allait ? Bien sûr que non, mais ça finirait par aller, il le fallait.

Sa voix était tellement éteinte et faible que ça avait quelque chose d'inquiétant. Pas flippant, mais inquiétant pour elle, pour sa santé. Depuis combien de temps était-elle dans cet état ? Mais partir n'était pas dans ses projets pour l'instant, au contraire, ça le poussait même davantage à vouloir rester, elle n'avait pas à être seule. Elle avait besoin de quelqu'un... Il ne savait pas s'il était ce quelqu'un, mais il pouvait toujours essayer puisqu'il était là. C'était la deuxième fois qu'il prenait la parole, et là elle se mettait carrément à pouffer, bon c'était pas le gros éclat de rire genre aller maintenant on se tape des barres, mais c'était toujours mieux que rien, non ? Sauf qu'il n'avait rien dit de drôle. En tout cas, il apprit finalement quelle était la cause de son chagrin. Il tourna la tête vers elle, scrutant son visage, croisant son regard vide. L'expression qu'affichait le jeune homme n'avait pas changé, elle était toujours neutre, mais il fronça les sourcils. « Qu'est-ce qui s'est passé ? Ou peut-être que tu ne veux pas en parler justement... Moi, non, je n'ai jamais été amoureux, et mon cœur est vraisemblablement intact... Mais ce n'est pas parce que ça s'est mal passé que tu dois bannir tout sentiment amoureux... » ajouta-t-il maladroitement. Il n'était pas doué pour parler de sentiments, peut-être qu'il n'était pas la bonne personne finalement. Mais même s'il était en apparence froid et distant, il restait un romantique, à sa façon. Il croyait en l'amour, le vrai, tout ça, mais à ses yeux, peu de personnes avaient la chance de le vivre, et il n'en faisait pas partie. Mais ça, c'était peut-être sa faute, parce qu'il ne faisait pas confiance aux autres, et l'amour, ça reposait sur la confiance.

Et là, elle recommença à pleurer. Pas les grandes eaux, type chutes du Niagara, non, juste une larme, et c'était peut-être pire au fond ? Elle avait baissé la tête. Maladroitement, précautionneusement, il se rapprocha d'elle, passant son bras autour de son dos tandis qu'il posait à nouveau son regard sur le lac. Il ne voulait pas qu'elle croie qu'il profitait de son malaise ou quoi, parce ce que ce n'était pas le cas. Il ne savait juste pas exactement comment réagir dans ce genre de situation. A ses yeux, un geste pouvait parfois être plus fort que des mots. Lorsqu'elle posa une main sur sa jambe, il releva la tête vers elle le plus simple ce serait qu'il arrête de se tourner en fait et lui adressa un demi-sourire. Ça tombe bien alors, parce que je ne compte pas partir de sitôt, assura-t-il doucement. Ce qu'il ne disait pas forcément, c'est que lui aussi se sentait assez à l'aise à ses côtés. Peut-être le côté demoiselle en détresse qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: This is the end ( Tomas )   Dim 2 Mai - 10:14

On ne pouvait bien sûr pas toujours dit de quoi demain serait fait. On pouvait y aller d'hypothèse, s'imaginer les choses, essayer de se dire qu'il y aurait telle chose ou telle chose mais c'était tout, on ne pouvait rien faire de plus puisque de toute façon, on ne pouvait être sur de rien. C'était là que l'on pouvait trouver la tragédie de la vie. Le regard dirigé droit devant elle, Helena en vînt à se dire qu'elle n'aurait jamais dû essayer de s'organiser, essayer de mettre sa vie en place... Après tout, tout pouvait parfaitement s'effondrer demain non ? N'était-ce donc pas le cas, aujourd'hui ? Mais bon, il ne servait à rien de continuer, encore et encore, de parler de ça. C'était une manière propre de retourner le couteau dans la plaie. Et ce n'était pas ce qu'elle voulait. Elle aurait aimé oublier, oh oui, oublier, encore et encore. Mais c'était impossible bien sûr. C'était une évidence. N'y avait-il pas un sort pour ça ? Cela aurait été tellement magique franchement, qu'elle aurait adoré pouvoir faire ça tiens !

Du mal avec l'ironie... En même temps, la jeune blonde devait bien dire que là, tout de suite, elle n'était pas non plus spécialement douée en faite, pour l'ironie. Et le son de sa voix était si neutre que franchement, il y avait de très forte chance qu'elle ne puisse pas en faire parfaitement. Baissant la tête, un sourire fin et délicat se glissa sur ses lèvres et elle se tourna vers le garçon à côté d'elle et glissa sa main dans la sienne.

•• Ce n'est pas de ta faute, je pense que le ton de ma voix n'est pas le meilleur pour l'ironie, cela va de soi bien sûr. ••

Ca passera... Oui, oh oui elle le savait, il ne fallait pas être stupide de toute façon pour ne pas se douter que ça allait finir par passer. Mais quand ! Helena en venait à se dire qu'elle aurait aimé que ça passe dès demain mais son coeur ne semblait pas en avoir décidé ainsi, c'était d'un énervant bordel, tellement qu'elle ne pouvait pas vraiment juger du fait qu'elle puisse oublier, passer à autre chose. L'amour ? Ahah, elle était persuadée que cela ne rimait plus à rien, elle ne tomberait probablement plus amoureuse non ! Cela faisait une semaine que son coeur était brisé, et rien n'avait changé en elle. Oh oui, bordel, que cela passe, par pitié !

•• Je rêve de me lever un matin, et d'avoir oubliée toute cette douleur, mais cela ne semble pas venir, mon coeur est brisé... Je crois qu'il n'y a aucune formule magique pour qu'il puisse être réparé. J'ai mal comme je n'ai jamais eu mal... Mais je sais que cela passera, oui je le sais, je n'en ai aucun doute bien sûr. Mais j'aimerais tellement que cela passe demain... ••

Lorsqu'il lui demanda de lui en parler de ce qu'il s'était passé, elle se braqua, voulu s'isoler. Mais cela ne servit à rien, elle se calma, soupira doucement. Après tout, il ne fallait pas non plus qu'elle se mette à faire n'importe quoi bien sûr. Elle avait probablement besoin d'en parler oui. Son coeur perdrait peut être une grosse douleur, ce poids insondable ? Non ? Mais il était un parfait inconnu après tout, ce n'était pas toujours facile, ce genre de chose. M'enfin...

Le fait qu'il ne soit jamais tombé amoureux, c'était réellement une chance avec lui, vraiment ! Non mais c'était vrai quoi, elle devait bien dire qu'elle n'aurait jamais voulu tomber là dessus. C'était un peu trop le bordel dans sa tête, et dans son coeur maintenant. Retomber amoureuse ? Oui, elle savait que ça allait arriver, c'était une évidence oui. Elle pourrait oui, un jour, lorsque son coeur irait mieux oui. Tomber à nouveau amoureuse... D'un garçon comme lui ? Hm... Le regardant doucement, en coin, elle ne put s'empêcher de le trouver beau. Mais bien sûr, ce n'était pas le moment, et puis, il n'était pas venu ici pour la draguer bien sûr. Et elle n'avait pas envie d'être draguée, de toute façon...

•• Cela fait... De cela deux ans... Je crois que mon esprit est trop brouillé pour que je puisse réellement me rappeler, là, tout de suite, du temps, que j'étais avec un garçon... Un Serdaigle hum... Comme toi. Un allemand... Et là, du jour au lendemain, il n'a plus voulu de moi, il n'a... Plus voulu me voir et euh... C'est terminé quoi... Je... Tu as de la chance de n'être jamais tombé amoureux, j'aimerais avoir cette chance... ••

Lorsqu'il passa un bras autour d'elle, elle se serra contre lui et posa la tête sur son épaule, doucement. Là, tout de suite, elle se sentait en sécurité, elle avait réellement l'impression qu'il ne pourrait jamais lui faire du mal, et que de toute façon, il ne voudrait jamais essayer de lui en faire. Elle était bien oui, alors elle était assez... Contente qu'il puisse dire qu'il ne voulait pas la quitter, qu'il voulait rester là. Se serrant contre lui, elle ferma les yeux et ses larmes se calmèrent d'elles même.

•• Merci ••

864

[ 856 mots ]
BAVBOULES
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: This is the end ( Tomas )   Ven 7 Mai - 22:23

Il eut un tressaillement presque imperceptible lorsqu'elle glissa sa main dans la sienne. Il ne s'était pas attendu à ce contact. Ceci dit, il avait réussi à la faire sourire au final, ce qui était plutôt positif, non ? Après tout, il fallait bien dire que faire sourire les gens, ce n'était pas spécialement dans ses habitudes. Un regard suspicieux à la limite, curieux, admiratif pourquoi pas (c'est beau d'être Tomas) mais un sourire non. Il n'était pas forcément quelqu'un de drôle aussi, ce qui pouvait expliquer cela, il ne cherchait pas à attirer l'attention en faisant le pitre, et il n'était pas adepte des blagues. Sarcastique, ça à la limite il l'était, cynique même parfois, lorsqu'il était d'humeur sombre. Mais bon, elle souriait, et finalement, c'était bien le plus important, qu'elle ne pleure plus. Il ne retira pas non plus sa main de la sienne, même s'il n'avait pas tellement l'habitude des contacts. Et peut-être parce que ce contact n'était pas désagréable non plus. Il lui adressa un demi-sourire. « Oh bah, si c'est toi qui dis que ce n'est pas ma faute, je ne vais pas te le dire contraire finalement ! C'est vrai que ta voix est un peu... Monocorde ceci dit... » reconnut-il sans trop insister cependant. Bon, c'est sûr qu'au début ça avait quelque chose d'un brin flippant, comme si elle était possédée ou quoi, mais au final, il faisait avec. Et de toute façon, même lorsque les gens utilisaient un ton normal, il n'était jamais sûr de bien les comprendre alors bon.

Une telle tristesse émanait d'elle, c'était juste déconcertant, et même, ça le peinait de la voir comme ça. Il trouvait juste ça tellement stupide ! Lui, un truc pareil, ça ne lui arriverait jamais. Se rendre aussi malheureux pour une fille... Pas question, ou encore fallait-il que cette fille en vaille vraiment la peine, et jusqu'à maintenant, ça n'était jamais arrivé. Il ne savait pas quoi lui dire, que pouvait-il lui dire ? Il aurait aimé pouvoir faire quelque chose pour l'aider, pour qu'elle soit moins triste, qu'elle arrête de se torturer comme ça, mais niveau relations sentimentales, il était franchement une quiche, et il n'avait pas envie de dire quelque chose de maladroit, qui de toute façon ne l'aiderait pas. Ce n'était pas comme si ses paroles allaient faire quoi que ce soit après tout, comme s'il pouvait réparer son cœur brisé. Alors il se contenta de serrer sa main un peu plus fort, pour lui montrer qu'il était là lui, qu'elle pouvait compter sur lui en quelque sorte, même s'ils ne connaissaient pas, même s'il ne savait même pas qui elle était exactement. Juste lui signifier sa présence, si ça pouvait l'aider en quoi que ce soit.

Il lui demanda ce qui était arrivé. Il eut tort, il crut qu'elle allait partir. Et au fond, même s'il ne voulait pas tout à fait se l'avouer, il n'avait pas envie qu'elle parte, il ne savait même pas encore son nom. Il tenta de revenir sur ses paroles, mais elle sembla se reprendre d'elle-même, se calmer, il n'aurait pas dû lui poser la question. Il n'avait pas besoin de savoir de toute façon, ça ne changerait rien à sa vie, ni à la sienne... Mais quelque part, il voulait quand même savoir pourquoi elle était dans un tel état, pourquoi elle était aussi triste, aussi malheureuse. Au mot Allemand, il tiqua un peu, plus surpris qu'autre chose. Bon déjà, ça lui faisait deux points communs avec son ancien copain là, mais surtout, des Allemands, il n'y en avait pas non plus des masses à Poudlard. Et les premiers qui lui venaient à l'esprit c'était... Les Maiden. Il ne dit rien à ce sujet cependant, peu désireux de la faire se braquer à nouveau. « Tu sais quoi ? Tant pis pour ce type, il a perdu une fille géniale, ok ? Pourquoi tu te fais autant de mal ?... » Il parlait doucement, scrutant son visage d'un air quelque peu soucieux. Il ne comprenait pas non. Comment on pouvait se mettre dans un état pareil. Il... n'avait jamais vécu ça aussi, ce genre d'amour, mais ce dont il était sûr, c'est qu'il ne fallait pas qu'elle soit aussi triste, pas à cause de ce type... Il avait envie de la voir sourire vraiment.

S'il était déjà tombé amoureux ? Pas tout à fait, pas vraiment, il avait cru, peut-être... Et finalement, c'était juste trop compliqué pour lui. Il n'avait pas envie de se prendre la tête, et en fait, il ne savait vraiment pas ce que ça faisait, d'être amoureux, il n'en avait pas grande idée. « En te voyant effectivement, je dirais que je n'ai pas raté grand-chose mais... Je sais pas, je pense pas que toutes les histoires finissent comme ça, et heureusement. Et même si pour le moment tu souffres de ce qui s'est passé, t'auras quand même vécu quelque chose de fort, qui aura valu le coup, j'imagine... » Elle ne pouvait pas non plus décider de vouloir tout effacer comme ça, c'était clair que dans l'instant, elle était obnubilée par la rupture, c'était juste normal mais l'amour c'était pas seulement ça... Si ? Il nageait un peu en eaux troubles là, de toute façon. N'empêche qu'il fut soulagé de voir qu'elle avait arrêté de pleurer, il ne savait vraiment pas quoi faire d'autre pour la réconforter.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: This is the end ( Tomas )   Sam 8 Mai - 11:22

Bien sûr qu'il ne fallait pas qu'il dise le contraire. Après tout, déjà qu'il était venu là dans une certaine tentative de la réconforter, alors elle n'allait pas l'accuser de quoi que se soit. Et puis bon, il fallait être d'accord quoi, vraiment d'accord. Helena savait parfaitement que sa voix était particulière depuis peu. Monocorde, un seul et unique ton et donc, on ne parvenait vraiment pas à décerner le sens d'une phrase et tout ça quoi. C'était assez particulier, oui voilà. Mais bon, elle n'y pouvait rien, c'était allé contre sa volonté, à la base. Enfin.. Voilà quoi.

•• Oui donc forcément, je ne vais pas t'en vouloir parce que tu ne parviens pas à comprendre le sens de ma voix quoi. C'est normal, je n'y arrive pas moi même. ••

La tristesse qui s'échappait de chacun de ses pores ne semblaient jamais en venir à bout. C'était à tel point étourdissant que vraiment, la jeune fille était incapable de se comprendre, elle ne parvenais pas du tout à essayer de se ressaisir quoi. C'était tellement difficile tout ça. Vraiment. Enfin bon, elle ne pouvait pas non plus faire abstraction de tout ça, bien qu'elle l'aurait réellement souhaité oui. Donc... Soupirant doucement, elle réalisait doucement qu'elle se trouvait vraiment stupide. Non mais c'était vrai quoi, elle ne pouvait pas faire comme s'il ne s'était rien passé, c'était tout bonnement impossible. Et si elle avait si mal en elle, ce n'était pas uniquement de sa faute quoi ! Elle regrettait chacun des sentiments qu'elle pouvait ressentir en ce moment. Mais elle n'y pouvait rien. Un coeur brisé ne mettait vraiment pas deux minutes à se réparer. Cela prenait du temps, beaucoup de temps. Et puisqu'elle avait une certaine tendance à fuir les gens et bien... C'était probablement plus difficile que l'on aurait pu le croire. Bien sûr. Donc ça prenait un peu plus de temps. Quoique bon, là ça semblait réellement aller mieux, d'une certaine manière...

Tant pis pour lui ? Arf, à ses yeux à elle, c'était principalement tant pis pour elle. Mais bon, elle ne pouvait pas s'en vouloir, elle n'y pouvait rien. Elle avait quelque peu mal au coeur, rien qu'à l'idée qu'ils ne puissent plus être ensemble quoi. Et quant à savoir pourquoi elle se faisait autant de mal, c'était principalement parce qu'elle avait vraiment cru dans cette histoire. Tellement cru que c'était pour ça qu'elle avait si mal, c'était parce qu'elle ne parvenait pas à se comprendre, elle n'y arrivait absolument pas. Alors elle avait mal au coeur, vraiment très mal et ça, elle ne savait réellement pas comment est-ce que c'était censé passer.

•• Oui, je suppose que tu as raison, c'est juste vraiment difficile de le comprendre. Vraiment difficile. J'ai mal et je ne parviens réellement pas à atténuer cette douleur alors je ne sais pas ce que je suis censé faire. Ca brûle, et je ne sais pas comment je suis censée apaiser cette douleur. C'est la première fois que j'ai si mal... ••

Serrant fort la main du garçon, elle enlaça leurs doigts, la tête doucement posée sur son épaule. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle était en train de faire, mais elle se sentait tout de suite un peu plus en sécurité et c'était un réel plaisir, vraiment. Il était on ne pouvait pas mieux. Totalement. Alors il n'avait pas du tout dans l'intention de bouger de là. Oui, c'était une évidence. Bien sûr. Fermant les yeux, elle se sentait bien. Là. Du moins, aussi bien qu'elle le pouvait quoi. Mais elle se sentait déjà bien mieux que jusqu'à présent, c'était une certitude. Alors elle espérait sincèrement qu'il ne comptait pas partir tout de suite, elle était réellement bien là, vraiment bien. Donc c'était une certaine évidence quoi. Elle n'avait pas du tout envie de bouger de là, elle était réellement bien avec lui. Et s

•• Dis moi Tomas, pourquoi tu es là hein ? Et comment est-ce que tu fais pour être aussi gentil ? ••

L'amour ne pouvait pas toujours être brisant, ça ne pouvait pas toujours être douloureux, c'était une évidence. Mais pour aujourd'hui, elle en venait réellement à se demander si elle était le genre de fille qui allait pouvoir trouver un garçon bien, qui ne lui briserait pas le coeur. Elle était elle même incapable de briser un coeur, alors pourquoi est-ce que les gens tenaient-ils à ce point à lui briser son coeur à elle hein ? C'était incompréhensible quoi. En tout cas, ses larmes avaient enfin décidé de s'arrêter de couler. Un sourire sur les lèvres, bien que fin, elle ne pouvait empêcher tant de tristesse en elle mais en tout cas,

•• L'amour est un beau sentiment, c'est l'amour tu vois. Mais c'est un sentiment douloureux, affreux et brûlant ••
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: This is the end ( Tomas )   Lun 10 Mai - 22:10

Comment était-elle, comment se comportait-elle avant ? Lorsqu'elle était plus heureuse, lorsqu'elle allait bien ? C'était les questions qui lui traversaient l'esprit tandis qu'il était assis là, face au lac à côté d'Helena. Le plus fou dans cette histoire, c'est qu'avant ça, ils ne s'étaient pour ainsi dire jamais parlé, même pas un sujet bateau type "Aurais-tu l'obligeance de me passer la carafe d'eau je te prie ?" car ils n'appartenaient pas à la même maison. En fait, il ne se souvenait même pas avoir réellement prêté attention à la jeune fille jusqu'alors. Il ne savait rien d'elle, et pourtant c'était lui qui se retrouvait assis à ses côtés, tentant tant bien que mal de la réconforter. Ça avait quelque chose de bizarre, et en même temps de flatteur, dans le sens où il jouait un rôle différent de celui des autres élèves. Il n'en était pas non plus à se jeter des fleurs, il était bien conscient qu'il n'avait rien fait de particulier pour elle, mais malgré tout, elle lui avait parlé à lui, ça comptait ça, non ?

Clairement, sa voix était bien plus que neutre, elle était détachée, et presque déshumanisée même, mais ça ne le dérangeait pas plus que ça. Tant qu'elle parlait, c'était toujours ça, non ? Parce qu'il n'était pas un grand spécialiste des monologues lui, il n'était pas de ceux qui pouvaient blablater des heures et des heures à partir de presque rien, qui pouvaient vous détourner de vos sombres pensées aussi facilement. Non, il était peu bavard, et peu enclin à s'ouvrir aux autres, donc pas le compagnon idéal pour une grande discussion philosophique sur la migration des botrucs vers les contrées ensoleillées lors de la saison des amours. Il préférait écouter à dire vrai, et même ça, ça variait selon les personnes. Supporter les commérages complètement inutiles du premier venu, ça ne l'intéressait pas et dans ce cas là, aucun problème pour rembarrer la personne en question. Mais en l'occurrence, il n'était ni dans une situation où il fallait meubler le silence, ni dans une où il lui fallait supporter son interlocutrice. Mais du coup, il réalisait que ça faisait une chose de plus qu'il ignorait d'elle, le ton de sa voix. La liste s'allongeait visiblement. Il lui adressa un sourire compréhensif, signe qu'il ne prêtait pas d'importance à sa façon de parler de toute manière, que ça ne l'ennuyait pas alors elle n'avait pas à s'en soucier non plus.

« Essaye de ne pas y penser d'accord ? Je sais que c'est pas évident mais ça sert à rien de t'imposer une telle souffrance comme ça... Il faudrait... que tu te changes les idées », suggéra-t-il sans avoir vraiment d'idée à lui soumettre, et étant bien conscient que c'était plus facile à dire qu'à faire. Mais dans l'instant, la laisser s'abandonner à sa douleur ne lui paraissait pas être la meilleure solution possible. Bien sûr il fallait qu'elle s'y confronte, qu'elle soit réaliste, mais pas qu'elle se laisser submerger, il fallait qu'elle garde le dessus, pour aller de l'avant. Ça ne lui plaisait pas de la voir dans cet état, et il aurait sincèrement aimé pouvoir l'aider, mais voilà, il ne voyait pas comment, c'était sa peine à elle, pas la sienne. Sa main toujours serrée dans la sienne, il la laissa s'appuyer contre lui sans broncher. La position était plutôt confortable en vérité, il était à l'aise et il n'avait pas spécialement envie de bouger. « T'es quelqu'un de fantastique d'accord ? Ne laisse jamais personne te faire penser le contraire. » C'est vrai quoi, il ne fallait pas qu'elle se laisse démoraliser comme ça, par un mec, il pouvait comprendre qu'il lui manque, et qu'elle ait le cœur brisé, il était humain après tout, mais il savait aussi qu'elle trouverait quelqu'un d'autre, il était impossible qu'il en soit autrement.

Plus de larmes, plus de pleurs, c'était ce qu'il semblait en tout cas, elle avait l'air plus apaisée. Il ne pouvait plus tourner la tête vers elle ceci dit, vue qu'elle était appuyée contre son épaule. Mais, surpris par sa question, il ne put s'empêcher de la faire bouger quelque peu. Etait-il vraiment gentil ? Vraisemblablement, et pourtant ce n'était pas tellement son genre. Il n'était pas méchant par nature, il était juste détaché, insouciant, sauf dans le cas présent. Il eut un sourire en songeant qu'il était vraiment rare qu'on le qualifie de gentil. Mais la vraie question, c'était pourquoi il était là, alors qu'ils ne savaient rien l'un de l'autre... « Je... Sais pas trop. T'étais toute seule et tu avais l'air triste. C'est pas bon d'être seul lorsqu'on est triste, et moi je passais par là alors... Voilà » , expliqua-t-il de manière assez peu claire. Lui-même ne savait pas pourquoi il était venu, il était juste là pour courir à la base. Mais il ne s'était pas senti capable de la laisser là sans personne. « Et c'est pas très difficile d'être gentil avec toi. Tu dois m'influencer », justifia-t-il en se concentrant à nouveau sur le lac.

Quant à l'amour... « J'en ferai peut-être l'expérience un jour, je te raconterai », promis-t-il non sans une pointe d'ironie. Il ne se voyait pas tomber amoureux de qui que ce soit autant qu'elle avait pu l'être. Peut-être qu'il était incapable de tomber amoureux ? Ou bien il cherchait trop à se préserver pour pouvoir l'être.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: This is the end ( Tomas )   

Revenir en haut Aller en bas
 
This is the end ( Tomas )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tomas Kaberle signe au Minnesota
» Pub
» Le tant attendu quizz 37 : niaiseries
» Mais qui est-ce ? [1 PPM]
» Première image de NHL 14

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: