AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Train-train quotidien...ou presque [PV Faith]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Train-train quotidien...ou presque [PV Faith]   Mer 21 Avr - 21:46



Pour bien comprendre la situation, William était rentré de sa garde vers 8h30 et s'était direct couché, crevé par sa journée...ou plutôt sa nuit. Il n'avait pas eu une nuit aussi calme que d'habitude puisqu'on lui avait assigné les urgences. Le service des urgences étaient bien le seul à ne jamais avoir de temps mort. Fort heureusement pour lui, il avait 48 heures devant lui avant de reprendre le taf. P*t***, qu'est-ce qu'il pouvait l'aimer son lit à cet instant.
Douze heures de garde, peut-être, mais il avait 48h à dormir. Enfin...presque. En rentrant, il s'était tout de même forcé à prendre une douche. Avoir les effluves de l'hôpital sur lui n'était pas le meilleur moyen de se couper du travail. Certes, le fils Harris aimait son boulot, mais parfois, comme toute personne saine et équilibrée, il avait besoin de faire une pause. Passer 24h/24 et 7j/7 à Ste Mangouste ne l'intéressait pas, surtout si c'était pour commettre des erreurs. Il s'y refusait. Pourtant, il était résistant de nature. Mais on était en fin de semaine, et il avait déjà près de 70 heures de boulot derrière lui. Si, si, c'était tout à fait possible. Il en était la preuve vivante. D'ailleurs, il n'était pas le seul à être dans le même cas. Alors les fonctionnaires et leurs 35h, ils n'avaient pas à se plaindre. Encore heureux que le Royaume ne soit plus en guerre. Erwan et lui passeraient leurs journées et leurs nuits là-bas.

William n'avait même pas eu le courage de sortir cette semaine. Pas de sorties, pas de filles! Ça ne lui ressemblait pas trop. Depuis plusieurs mois à présent, il avait quelque peu...changé. Au fond, il était toujours le même. Mais il s'était libéré sur certains principes fondamentaux. S'amuser autant qu'il le voulait, tant qu'il voulait. Le remède? Les filles, des filles, encore des filles, toujours des filles.
Ça ne voulait pas dire pour autant qu'il ne dormait pas. La preuve! Erwan était déjà parti depuis plusieurs heures quand l'ancien Poufsouffle daigna enfin sortir de son plumard. Bon, il aurait peut-être voulu y rester un peu plus longtemps, mais il avait aussi quelques obligations. Ouais, le plus chiant quand t'es adulte, c'est les responsabilités. Même en se levant, il devait en plus penser à ce qu'il devait faire dans la journée. Enfin...dans le peu de temps qui lui restait. Il était près de trois heures de l'après-midi. Alors autant se dépêcher. Il n'avait pas très envie de faire encore le ménage. Oui encore, parce que depuis qu'Erwan et lui étaient colocataires, son pote ne foutait pas grand chose niveau tâches ménagères. Will rouspétait parfois, mais ce n'était jamais bien méchant. Il lui tombait surtout dessus quand il tombait sur des sous-vêtements féminins. Ce à quoi Erwan lui répondait parfois:


« Ce n'est pas à moi! » l'air faussement innocent. (impossible d'être crédible!)

« Je me doute que tu ne portes pas de soutif! A moins que tu m'ais caché ta récente reconversion. »

« Ah bah tiens, maintenant que t'en parle, j'me disais bien que cette couleur irait bien à mon teint. T'en penses quoi? » mais devant le regard mi-perplexe mi-amusé de Will, il se reprend « Je te disais donc que ce n'était pas à moi. Celle que j'ai ramené hier n'avait qu'un string. »

Erwan ou la délicatesse incarnée!
Bref! Et là encore, William avait du boulot. Enfin, normalement, il ne devrait y avoir rien de féminin, puisque ça faisait trois jours que son coloc' n'avait ramené personne. Et ne parlons même pas de Harris. Ils avaient été tout les deux surbookés cette semaine. Heureusement, personne ne travaillait ce soir.
Encore ensommeillé, il se demandait s'il aurait le courage de se faire un café. Mais grande nouvelle, Erwan avait pensé à en faire. Agréable surprise! La plupart du temps, la cruche est vide. Un bon café avant de commencer la journée, ça mettait de meilleure humeur. Non pas qu'il soit de mauvaise humeur, mais ça aidait à mieux entamer la journée.
Il ne s'attarda pas dans la cuisine. C'était la pièce de la maison dans laquelle il passait le moins de temps. Pourtant, grâce à sa mère, fin cordon-bleu de son état, il savait cuisiner de bons petits plats, mais avec son boulot et ses sorties, il avait peu l'occasion de s'en servir. La preuve, le frigo était quasiment tout le temps vide. Et s'y leur venait à l'idée d'y laisser quelque chose dedans, le « quelque chose » en question devenait très vite incomestible.

Pourtant, William était tenté de faire un effort. Juste pour ce soir du moins. Mais peut-être que son coloc' prévoyait de sortir? Hum...à vrai dire, après 12 heures de boulot, ça l'étonnerait quand même qu'Erwan sorte chasser la donzelle quand même. Il avait aussi besoin de se reposer un minimum pour être en forme. Harris se décida donc à aller faire quelques courses à l'épicerie du quartier. Mais avant ça, il préférait courir. Hé oui, William tenait à garder un corps de rêve. Bah quoi? Ce n'est pas comme s'il s'en cachait. Le sport, ça ne fait pas qu'entretenir. Ça modèle aussi. Après avoir passé un pantalon de jogging et un simple tee-shirt noir, il déserta l'appartement, laissant le foutoir tel qu'il était.
Il rentra ¾ d'heures après, en pleine forme, prit une douche, passa un jean et un tee-shirt marine, puis...entreprit enfin de faire le ménage. Enfin..façon de parler. Bizarrement, sa mère avait tenu à ce qu'il maîtrise les sortilèges ménagers. Il n'avait pas spécialement protesté, mais il n'avait pas trouvé la chose des plus intéressantes. Sauf à présent! Bah oui, Erwan est du genre bordélique. Bon, avouons-le, Will aussi n'est pas le roi du rangement. Mais il prenait sur lui quand c'était...trop...désordonné. Il ne trouva, pour une fois (le miracle de l'année), rien de préjudiciable. Hé oui, désolé pour les amateurs, pas de string en dentelles pour aujourd'hui ou de shorty dans le coin. En quelques coups de baguette magique, l'appartement était enfin présentable. Puis il s'absenta de nouveau aux alentours de 17 heures pour se rendre à l'épicerie. Il ne comptait pas faire un festin, mais un repas sympa, pas trop compliqué, mais très agréable pour les papilles.

Portant le sac de provisions d'une main, il monta rapidement les étages afin d'ouvrir la porte et de la refermer derrière lui. Alors qu'il posait le tout sur la banque de la cuisine, la sonnette annonçant un visiteur se fit entendre. Il n'avait aucune idée de qui ça pouvait être. Il réfléchissait à son potentiel invité lorsqu'il découvrit sur le pallier...une jeune fille brune. Moment d'hésitation. Puis la première chose qui lui vint à l'esprit: « Tiens, je ne me souviens pas d'elle. Ça doit être une des conquêtes de Erwan. » William n'avait pas reconnu Faith. Bon, en même temps, ce n'est pas comme s'il n'était pas connu pour être légèrement tête en l'air. Pourtant, il était sûr de la connaître (ah, ce bon vieux Will). Et puis pour sa défense, ça faisait tout de même presque un an qu'il ne l'avait pas revu et elle avait changé. Pourtant, ils avaient de temps à autre parlé ensemble lorsqu'il était encore à Poudlard, et le feeling passait bien, mais le fils Harris passait plus son temps avec Shawn et Erwan ou encore Anastazya (à l'époque où ils étaient ensemble).
Ce n'est que lorsqu'il faillit lui demander s'il pouvait l'aider que le flash se fit dans sa tête. Faith! Ah bah oui, c'était bien la soeur d'Erwan. Bon, d'accord, sa demi-soeur, mais pour lui, il ne voyait pas bien la différence. Et puis il savait Erwan et Faith proches.


« Excuse-moi Faith, sur le coup, j'ai failli ne pas te reconnaître. » fit-il d'un sourire embarrassé. Bah oui, confondre Faith avec un plan c**, c'était limite accablant. Il s'en voulait déjà.

Il se retint de dire qu'elle était encore plus jolie qu'avant parce que ça pourrait paraître déplacé.


« Erwan n'est pas là. Mais si tu veux entrer, fais comme chez toi. » annonça-t-il en se déplaçant sur le côté pour lui laisser la voie libre.

Elle était toujours libre de refuser, c'était juste une invitation. Ça faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas vus. Will pourrait en profiter pour savoir ce qu'elle devenait. Maintenant qu'il l'avait reconnu, il était plus accueillant qu'au début où il était resté comme qui dirait « hésitant ». Et puis ça lui ferait vraiment plaisir d'avoir la compagnie d'une fille sans qu'il n'y ait aucune ambiguïté. Ça la changera.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Sport et culture

Parchemins : 577
Âge : 30 ans [27/01/1982]
Actuellement : Gérante d'une salle de concert à Londres


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Train-train quotidien...ou presque [PV Faith]   Jeu 22 Avr - 23:15

Vacances de Pâques, ou encore orgie d'Avril, on pouvait bien appeler cela comme on voulait finalement. En bonne amatrice de chocolat, Faith n'avait pas eu le cœur –ou la force, mais ça c'est une autre histoire– de refuser les œufs ou autres lapins qu'on avait pu lui offrir. Après tout, un cadeau, ça ne se refuse pas, n'est-ce pas ? Surtout lorsqu'il s'agit de chocolat ! Quoiqu'il en soit, la Poufsouffle, une fois n'est pas coutume, avait décidé de quitter Poudlard pour ces vacances-ci. Etant donné qu'elle y passait sa toute dernière année, on aurait pu penser que la nostalgie la pousserait à y rester, néanmoins, elle n'en avait pas l'envie. Il n'y avait pas tellement d'élèves de septième année qui restaient à l'école pour les vacances d'ailleurs, et quitte à s'ennuyer comme un rat crevé, elle préférait encore que ça soit dans sa propre chambre. Quoique l'ambiance qui régnait chez elle lui donna presque envie de reprendre aussitôt le premier train pour l'Ecosse. De toute manière, ça n'avait jamais été la grosse ambiance genre "Oooh ce que tu m'as manqué ! C'est dingue, j'ai l'impression qu'on ne s'est pas vu depuis des mois, viens là que je t'embrasse !" Non non non, sa mère n'était pas vraiment du genre câlins, bisous, et son beau-père, eh bien n'en parlons même pas. Quoique si, justement, pourquoi se forcer à lui donner ce titre de beau-père alors que 1) Il n'avait rien de vraiment beau. Oui c'est un mot composé, mais si cet adjectif y est inclus, il y a bien une raison non ? En tout cas, elle le rejetait, et 2) Il n'avait absolument rien d'un père. Passons qu'il ne se comporte pas comme tel avec elle, après tout, ils n'avaient absolument aucun lien, rien du tout, juste une bague en or au doigt de sa mère. Mais même avec Erwan il s'était montré infect, son propre fils ! Et même si le tempérament de la jeune fille la poussait toujours à se montrer indulgente envers les autres, là c'était trop. En fait, pour elle, c'était comme s'il y avait un inconnu vivant sous son toit. Ou non, l'inverse, elle vivait chez un inconnu. Et ce sentiment l'horripilait. Elle détestait ça, et depuis le départ d'Erwan, c'était carrément devenu insupportable. Alors lorsqu'elle passa la porte d'entrée de la villa, il lui parut aussitôt évident que deux semaines de plus ici seraient abominables.

Mais où aller ? Chez qui ? Qui accepterait de la loger comme ça, par charité, par pure bonté ? Elle ne pouvait pas s'imposer chez les gens, pas pour deux semaines. Et retourner à Poudlard était juste impossible désormais. Alors il ne lui restait qu'une seule personne. Edwaaaaard ! Dans mes bras mon frère ! Peut-être qu'il allait regretter de l'avoir pour sœur à force de le voir débarquer chez lui à l'improviste ? Bon bien sûr, la dernière fois c'était prévu, mais il n'avait pas l'air super au courant, donc ça comptait en quelque sorte comme une arrivée à l'improviste. Mais elle n'avait pas de meilleure idée, et il était le seul chez qui elle pouvait se rendre sans prévenir. Elle réagit impulsivement, comme elle le faisait souvent, Faith et la réflexion, eh bien ça faisait deux. Et ce n'est que lorsqu'elle arriva sur le chemin de Traverse couverte de suie qu'elle le réalisa. A quoi jouait-elle ? Elle ne pouvait pas débarquer chez Erwan d'un seul coup, en prétextant qu'il était son frère et qu'il lui devait bien ça ! Parce qu'en vérité, il ne lui devait rien du tout, et qu'elle avait déjà logé à son appartement durant les vacances de Noël. C'était déjà bien assez, non ? Partagée, elle finit quand même par sortir du pub pour se retrouver en territoire moldu.

Rien ne l'obligeait à rester en y réfléchissant, mais elle avait juste envie de le voir. Envie de savoir qu'un élément dans sa vie était encore stable, que sa vie familiale n'était pas complètement naze, que toutes ces disputes valaient la peine. Alors, suivant le chemin qu'elle avait déjà emprunté moult fois durant le mois de Décembre, elle commença à réfléchir à ce qu'elle allait lui dire. Avait-elle vraiment besoin de lui dire quoi que ce soit au fond ? Le voir était une raison suffisante pour justifier sa présence après tout. Bien sûr, elle trimballait un sac, mais c'était un sac plutôt banal en fin de compte, elle ne trimballait pas non plus sa valise et un chameau. Elle se promit une chose, elle ne s'imposerait pas. Elle viendrait le voir, passer du temps avec lui, et ensuite eh bien, elle ferait ce qu'elle avait à faire. Elle rentrerait chez elle. Tant que cette villa était son domicile, elle n'avait pas de raison de squatter l'appartement d'autrui. Lorsqu'elle aurait quitté Poudlard, lorsqu'elle aurait un job, lorsqu'elle serait indépendante, elle aviserait. Pourtant avant, vivre avec son beau-père et sa mère ne lui posait aucun problème. Alors pourquoi ça avait changé du tout au tout ? Peut-être à cause de qui s'était passé entre Erwan et son frère, peut-être parce qu'elle réalisait que tout ça, cet univers, ça ne lui correspondait pas et qu'elle ne voulait pas y être mêlée. Et finalement, rien ne la retenait ! A part toutes ces contraintes.

Une vingtaine de minutes plus tard, elle arrivait devant l'immeuble. Le trajet s'était déroulé bien plus rapidement cette fois-ci, elle ne s'était pas perdue, pas arrêtée, elle avait l'habitude. Et elle devait admettre que ce temps de marche lui avait été bénéfique, il lui avait permis de réfléchir, de mettre les choses à plat, et d'être plus consciente de ce qu'elle faisait. Elle était trop impulsive, elle le savait. Elle n'avait pas à partir à peine arrivée pour aller rejoindre son demi-frère, mais ça avait été plus fort qu'elle. Et au fond, si elle avait pu recommencer, elle aurait certainement agi de la même manière. Elle n'avait pas vu Erwan depuis le mois de Décembre, et ils ne communiquaient donc que par lettres, elle avait bien le droit de lui rendre visite, non ? Et tant pis si ça ne plaisait pas à Marianne !

Il y avait bien une chose à laquelle elle n'avait pas réfléchi sur le chemin, une chose à laquelle elle n'avait même pas songé. Qui lui disait qu'Erwan serait forcément là ? Elle ne prit conscience de ce petit détail que lorsqu'un beau blond à l'air un peu paumé lui ouvrit la porte. Mais ce blond là, ce n'était pas son frère. C'était Will, son amant son colocataire, qui visiblement n'arrivait pas à mettre de nom sur son visage. Elle-même trop prise de court pour dire quoi que ce soit, Faith resta là à l'observer, tel un splendide bonsaï chinois. Le jeune homme la dévisagea pendant quelques instants, attendait-il qu'elle lui dise quoi que ce soit ? Il attendait quelqu'un d'autre peut-être, le livreur de pizza ? Une charmante blonde à forte poitrine ? Raté, c'était la petite sœur inconsciente de son pote. Néanmoins, Will finit par prendre la parole, après l'avoir reconnue, ce qui visiblement n'avait pas été immédiat. Mais elle ne lui en voulait pas le moins du monde, l'adorable sourire qu'il lui adressa suffisait à réparer tous ses torts. Oh... Pas de souci. Moi par contre, je n'ai eu aucun mal à te reconnaître, même le fait de devenir un graand médicomage ne t'a pas changé apparemment ! Ça y est, elle avait fini par retrouver sa langue. L'instant de surprise passé, elle redevenait finalement elle-même.

C'était assez amusant d'ailleurs, le fait qu'Erwan et Will bossent tous les deux ensemble, en plus de vivre ensemble. Presque autant que s'ils formaient un couple même. Ils arrivaient à se supporter quasiment 24 heures sur 24, et rien que pour ça, ils avaient du mérite, non ? En tout cas, elle était assez contente qu'Erwan fréquente Will, au moins il avait toujours eu une réputation bien moins sulfureuse que celle de son frère, enfin, jusqu'à assez récemment. Lorsqu'il lui proposa d'entrer, elle eut un instant d'hésitation, lui adressant un sourire gêné. Je... Ne sais pas. Je ne suis même pas censée être là en fait ... Peut-être que je devrais juste laisser tomber ? Elle s'apprêtait à faire demi-tour, mais finalement elle se ravisa. Pourquoi pas après tout ! Mais j'espère qu'il y a moins de déchets radioactifs que la dernière fois dans votre appart', parce que j'ai vraiment flippé lorsque j'ai vu ce morceau de pizza se déplacer ! Et sur cette joyeuse évocation, elle entra dans l'appartement. On ne s'est pas vus depuis au moins l'époque où tu étais à Poudlard ! Qu'est-ce que tu deviens ? Mon frère ne te rend pas la vie trop insupportable ? Il ne faut pas que tu te laisses faire hein, ça devient très vite incontrôlable ces petites bêtes là, il faut être impitoyable dès le début ! assura-t-elle tandis qu'elle redécouvrait l'appartement où elle avait jadis séjourné, enfin quelques mois plus tôt, pour être exact. Etrangement, ça semblait plus propre qu'à sa précédente arrivée, visiblement quelqu'un avait fait le ménage cette fois, et les courses aussi !



    You're the reason that I feel so strong. The reason that I'm hanging on. You know you gave me all the time, or did I give enough of mine ? Hold on, darling. This body is yours, this body is yours and mine. Well hold on, my darling. This mess was yours, now your mess is mine. ♘  .ReedNight
    love is all you need
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Train-train quotidien...ou presque [PV Faith]   Lun 26 Avr - 23:24

Il est vrai que William n'avait pas été très réactif en apercevant Faith sur le perron de son appartement. En même temps, il n'attendait personne et la demi-soeur d'Erwan était loin d'être l'idée première. Bah quoi? Au moins, il ne jouait pas les hypocrites. Ce qui était sûr en tout cas, c'était qu'il était ravi de la revoir. Certes, il ne l'avait tout de suite reconnu, mais Faith ne lui en tenait pas rigueur. Il avait juste été un peu surpris qu'elle ne parle pas. Elle avait peut-être été étonné de le trouver là. Pourtant elle savait qu'il habitait ici. Mais il est vrai que pas une fois il n'avait été présent quand elle était venue rendre visite à son frère.
Par contre, elle, elle l'avait reconnu. Genre Will a marqué Faith bien plus que nécessaire.
Certes, il n'avait pas trop changé depuis un an. Excepté que sa pratique du sport l'avait aidé à garder une forme olympique. Sauf le matin! Là, il était plutôt du genre « mou ».
Mais Faith voulait sûrement faire référence à son côté tête en l'air. Du genre, t'as pas changé, t'es toujours aussi à l'ouest. Il ne le prenait pas mal. C'était vrai!


« Je ne suis qu'apprenti-médicomage. Je suis encore sous la tutelle d'un praticien diplômé. » précisa-t-il à la jeune fille.

Il ne voulait pas qu'il y ait de malentendu. Il n'était pas encore arrivé à la fin de ses études en médicomagie. Certes, il avait ses propres patients, mais il avait des comptes à rendre à son maître d'apprentissage. William ne pouvait pas tout se permettre, sinon il aurait très vite des ennuis. Être l'auteur d'une grave erreur médicale nuisait grandement à la réputation d'un médicomage. Si le jeune Harris dérapait, il s'en voudrait énormément.

Lorsqu'il lui proposa d'entrer, il ne s'était pas attendu à ce qu'elle hésite. Il le promettait sur sa vie, il ne la mangerait pas. Pas qu'il soit végétarien, mais il ne faisait pas dans le cannibalisme. Trop...gore! Et puis pas sûr qu'Erwan lui pardonne d'avoir bouffer sa soeur. Surtout que la disparition de Faith ne passerait pas inaperçue. Et il devrait se débarrasser de ses affaires pour ne pas détenir de preuves qui pourraient lui coûter Azkaban. Son sac, il devrait le jeter dans la Tamise. Ou plutôt le carboniser d'un coup de baguette magique. Son sac? Arrêt sur image! Aaah bah ouais, Faith avait bien un sac en main. Pas très grand, mais il ne ressemblait certainement pas à un sac à main. Son regard s'arrêta dessus l'espace d'un instant avant de reporter son attention sur la jeune Poufsouffle et ses propos. Plaît-il? Laisser tomber quoi? N'a pas tout compris le Harris. Pas possible de faire retour?
Ah, enfin de compte elle avait décidé d'accepter son invitation. Passant devant lui sans procédure, il referma la porte derrière elle, son regard rivé de nouveau sur ses fesses son sac. Euh...pas le temps de réfléchir, Faith ayant avalé un véritable moulin à paroles.
Quels déchets radiocatifs? Une pizza se déplacer? *Illumination* Trois heures après quoi!


« Aah...tu dois sûrement parler du dépotoir d'Erwan. Il n'est absolument pas porté sur le rangement...alors je me tape le ménage lorsque j'ai le temps. » fit-il en haussant les épaules, l'air « j'y peux rien, il est comme ça! ».

Ce qui était tout à fait vrai. Heureusement que Will était cool comme gars et qu'il maîtrisait les sortilèges ménagers, mais il serait tombé sur Elizabeth, elle lui aurait remué les fesses au roumain. Cette idée le fit sourire. Sa sœur lui manquait. Il faudrait vraiment qui lui accorde un peu plus de temps quand même. Il trouverait bien un moment quand même.


« Depuis Poudlard en effet. Ça fait un bout de temps. »

Et il est vrai qu'on ne s'en rendait pas toujours compte. Sauf quand une personne d'avant réapparaissait dans vos vies. Là, la dimension temporelle reprenait sa véritable place. Et il était toujours un peu effrayant de se rendre compte que le temps passait vite. Trop vite. Mais pas assez parfois pour vous faire oublier les éléments douloureux du passé.
Il chassa bien vite de son esprit, ne voulant pas retomber dans de sombres pensées. Il n'en avait vraiment pas besoin. Seul, il s'y serait peut-être laissé glisser, mais là, il avait une invitée. Il n'allait pas l'indisposer avec son soudain changement d'humeur. D'ailleurs, y avait bien mieux à faire.

A l'évocation d'Erwan, il lui offrit un sourire amusé. Insupportable...? Erwan...? Non, mais tu rigoles, c'est le coloc' de rêve! Il ramène des nanas plusieurs fois par semaine (hypocrite, toi aussi), il laisse traîner des strings partout (ce sont ceux du roumain en plus), il ne range rien et ne fait pas le ménage. Il est bien utile pour payer les factures et le loyer, mais à part ça... Sérieux, si William n'était pas là, cet appartement ressemblerait plus à un squatte qu'à autre chose. Dur!


« Tu connais ton frère. Il...il n'a pas changé en fait. A vrai dire, si je n'étais pas là, l'appart' serait un véritable merdier, si tu peux me passer l'expression. Il ramène des filles presque tout le temps...ou presque. Non, parce qu'il ne faut pas oublier qu'il bosse aussi. Heureusement, nos chambres sont insonorisées, ça empêche les bruits indésirables quand on veut dormir. Puis il laisse traîner ses slips kangourous. C'est un véritable traumatisme à chaque fois. Aucune pitié! Mais j'avoue qu'il est bien utile en tant que réveil-matin. Enfin, ça dépend de la manière dont il s'y prend. Parfois il est correct...et puis y a d'autres fois où la seule envie que j'ai, c'est l'étrangler. » fit-il d'un sourire railleur.

Bon...tout n'était pas vrai. Il ne se souvenait pas avoir vu de slips kangourous...et alors? Il était sûr qu'Erwan ne s'était pas retenu de le railler un peu. Quant à mater son pote...euh...oh ouais, au fouet même! Sans problème! Aucun!


« Sinon moi... A part travailler, je ne fais pas grand chose tu sais. Je sors pas mal quand mon emploi du temps me le permet et je fais du sport régulièrement aussi. Mais ça, c'est pas super important. Parle-moi plutôt de toi? Que je sache un peu ce que tu deviens. »

Genre je suis un type super sérieux tu vois! Ton frère il fait que le c** et moi je suis super bosseur comme mec. J'ai une vie équilibrée, j'suis sportif, je ne porte pas de slips kangourous. Bref, la perfection! (William tourne mal là). Rien à voir! C'est à se demander ce que Will peut encore trouver à son pote. Erwan qui? Désolé, connaît pas!
Le sac attirant de nouveau son attention, il marqua un temps d'arrêt.
Erwan était un idiot! Et après c'était William le type tête en l'air. Bon, il n'avait jamais nié qu'il était du genre à être à côté de la plaque. Mais là, quand même! Son pote aurait quand même pu lui dire que Faith venait passer quelques jours chez eux. Il n'y aurait trouvé aucun inconvénient, bien entendu. Mais qui le prévienne. Juste par principe.


« Euh...je suis désolé, Erwan ne m'avait pas dit que tu venais séjourner quelques temps à l'appart' », dit-il en faisant un signe du menton vers le sac. « Il te passe son lit? Ça m'étonnerait qu'il te laisse le canapé du salon. Mais on peut toujours le transformer en lit si tu préfères. Un simple enchantement et l'affaire est réglée. Mais c'est mieux la chambre quand même. C'est insonorisée et tu ne risques pas d'être réveillée par nos allers/retours continuels. On se lève tôt, on rentre tard...au moins tu ne serais pas dérangée. » poursuivit-il, toujours aussi chaleureux que d'habitude, ne laissant même pas le temps à Faith de répliquer quoi que se soit.

Que Faith soit là pour quelques jours ne le dérangeait vraiment pas. C'était la soeur de son pote et elle était sympa. Et puis il avait fait les courses et il y en avait largement pour trois. Il réalisa enfin qu'ils étaient toujours debout. William se reprit.


« Mais vas-y installe-toi. Tu mets tes affaires où tu veux. D'ailleurs, je manque à tous mes devoirs. Tu veux boire quelque chose? Tu as faim? Je viens de rentrer de l'épicerie, tu as l'embarras du choix. » fit-il en se dirigeant déjà vers la cuisine ouverte sur le salon.

Hé oui, un Harris, ancien Poufsouffle de surcroît, sait accueillir ses hôtes comme il se doit.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Sport et culture

Parchemins : 577
Âge : 30 ans [27/01/1982]
Actuellement : Gérante d'une salle de concert à Londres


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Train-train quotidien...ou presque [PV Faith]   Dim 9 Mai - 22:53

Être médicomage, synonyme de grandes études, d'un travail énorme à fournir, et finalement, acquérir un certain prestige, être reconnu pour son travail, sauver des vies à l'occasion... Faith était énormément admirative du but que voulait atteindre Erwan, de son rêve même, qui bientôt, elle le savait, ne tarderait pas à se réaliser. C'était un métier plus que respectable, et plutôt bien rémunéré, en contrepartie du boulot fourni. Enfin pas pour l'instant, parce que Will et Erwan n'étaient "que" des apprentis, mais bon, ça ne saurait tarder avant qu'ils ne deviennent titulaires ! Quoiqu'il en soit, l'ami de son frère tînt à la corriger concernant son affirmation, et elle ne put que hausser les épaules, assez amusée par le sérieux du garçon. « Oh aller Will, fais pas ton modeste ! Je suis sûre que t'es déjà deux fois plus doué que la majorité des autres médecins diplômés », assura-t-elle d'un ton léger. Puis, songeant que peut-être le garçon prenait vraiment ça au sérieux et que sa légèreté pourrait le vexer, elle reprit: « Enfin je sais que toi et Erwan n'êtes pas encore diplômés, mais ça va venir ! En tout cas... Tout se passe bien à l'hôpital ? Dis, t'aurais pas besoin d'une assistante pour faire le café, tout ça ? » enchaîna-t-elle sur le ton plaisanterie, même si au fond, elle ne plaisantait pas vraiment. Elle n'était toujours pas fixée concernant son futur choix de carrière, et arrivée à ce stade de l'année, ça commençait quand même à la préoccuper.

Pendant tout le temps où elle hésitait entre entrer dans l'appart' et retourner chez elle, elle se rendit à peine compte que Will avait l'air complètement largué. Il faut dire qu'elle-même l'était déjà pas mal, alors prendre en compte l'état des autres, c'était un peu au-dessus de ses capacités. Pourtant elle essayait, si, si ! Quoiqu'il en soit, elle finit par se décider à rester, ne serait-ce que pour passer un peu de temps en compagnie de l'ex-Poufsouffle, rattraper le temps perdu et tout ce qu'on voudra. Ceci dit, elle ne le connaissait pas si bien que ça non plus, étant donné qu'il était le meilleur ami d'Erwan, elle avait dû pas mal l'éviter lors de leur scolarité, tout le temps où elle ne devait pas non plus parler à son demi-frère. Lorsqu'ils n'étaient pas ensemble, elle pouvait se le permettre bien sûr, et elle trouvait Will vraiment sympathique, mais voilà, sans plus, elle n'avait pas spécialement eu l'occasion d'en apprendre plus sur lui, si ce n'est lors de sa dernière année, à partir du moment où tout s'était arrangé avec Erwan. Enfin, au final, elle finit par s'apercevoir qu'il était à côté de la plaque au moment où elle termina son monologue concernant les souvenirs qu'elle avait conservés de l'appartement. Regard vide, face de poisson rouge, allô Will ? Raccroche les wagons mon vieux ! Il répondit finalement, visiblement peu habitué à ce qu'on lui parle autant, et énonçant l'évidence, à savoir qu'Erwan était un porc oui enfin dit comme ça ou autrement ! « T'en as du courage ! Le pire c'est qu'il dit savoir exactement où se trouve chaque chose dans sa porcherie, c'est dingue ça quand même ! Bon, d'accord, moi non plus je ne suis pas la reine du ménage, mais je ne suis pas pire que lui ! » se défendit-elle comme si quelqu'un venait de l'accuser d'un pareil crime. En fait, c'était surtout qu'ils n'avaient pas la même technique, mais au fond, niveau rangement, le frère et la sœur n'étaient pas si différents. Avec Faith, ça se voyait moins, c'est tout. Et ce parce qu'au lieu de tout laisser traîner n'importe tout, elle planquait toutes ses affaires dans des armoires archibondées dès qu'il y avait des invités.

"Depuis Poudlard..." Elle regrettait vraiment l'époque où son demi-frère était encore à l'école de sorcellerie. Pendant tout un temps, elle ne l'avait pas fréquenté, c'est vrai, mais même, il était là, et ça faisait toute la différence. Le simple fait de le voir. Mais maintenant, c'était à elle de quitter Poudlard, et de laisser derrière elle sept ans de sa vie. Et ça lui paraissait juste tellement inimaginable ! Elle n'avait, pour ainsi dire, jamais vécu en dehors de l'école, jamais travaillé, jamais été indépendante. Elle avait toujours dépendu d'autres gens, que ce soit ses parents, ou ses professeurs, et maintenant, elle allait être seule. Et en dehors de l'appréhension, elle était impatiente. C'était quelque chose qu'il lui fallait expérimenter, voir si elle était capable d'être autonome, non, ça lui était même nécessaire. Elle n'avait pas envie d'être une de ces filles incapable de se débrouiller sans leurs parents, ou leur mari. Elle voulait être une femme indépendante.

Si Will s'était montré un peu lent à démarrer au départ, lorsqu'il fut question d'Erwan, c'était comme s'il ne pouvait plus s'arrêter ! Mesdames et messieurs, le bureau des réclamations est ouvert ! Elle rougit légèrement à l'évocation des slips kangourous, lui adressant un petit sourire désolé. « Ah... T'es sûr que c'est pas plutôt léopard ? Je crois que je lui en avais offert un à Noël... Pour plaisanter bien entendu, on n'a pas vraiment l'habitude de s'offrir des sous-vêtements en cadeau », le rassura-t-elle presque aussitôt. Non mais parce qu'il ne fallait pas abuser non plus, ça faisait suffisamment louche comme ça, sans qu'on croie qu'Erwan l'accompagnait pour aller acheter ses soutien-gorge entre autres. « Désolée d'être responsable de tes traumatismes. Comment je peux me faire pardonner ? » continua-t-elle en lui adressant un sourire angélique. Tu veux un string kangourou ? Si elle avait cru qu'un jour, elle se retrouverait à parler lingerie avec William Harris ... ! « Je suis rassurée de savoir que ses activités extra-médicales ne t'enlèvent pas le sommeil au moins. Et pour l'étranglement, je compatis, j'ai vécu ça ! Mais il peut quand même être adorable quand il veut », nuança-t-elle, tandis qu'un sourire quelque peu attendri se dessinait sur son visage. Oui, son frère lui manquait. Plus qu'elle ne l'aurait cru d'ailleurs ! Enfin, quoique l'histoire des chambres insonorisées montrait bien à quel point ce type était pervers, et ça avait tendance à dégager vite fait bien fait le côté adorable nounours.

Ce qu'elle devenait ? Grande question, elle se mordilla la lèvre tout en réfléchissant. « Eh bien... Je suis toujours à Poudlard, alors j'étudie pour essayer de terminer ma dernière année avec les honneurs, ce qui n'est pas vraiment gagné pour l'instant. Enfin, tu sais ce que c'est, en dehors de Poudlard, je n'ai pas grand chose quoi, on est un peu isolés de tout là-bas. Oh, et je réfléchis toujours à ce que je vais bien pouvoir faire lorsque tout ça sera terminé. » "Tout ça", c'est-à-dire l'école bien entendu, et son avenir nébuleux. Que faire après Poudlard ? C'était la question à un million d'euros, et elle aurait bien aimé que quelqu'un y réponde à sa place. En tout cas, ce qu'elle pouvait conclure des affirmations de Will, c'était qu'il avait une vie plutôt saine et équilibrée, comparée à l'existence de débauche d'Erwan, mais bon, elle n'était pas dupe non plus, sa chambre à lui aussi était insonorisée, n'est-ce pas ? Ceci dit, elle avait toujours vu Will comme quelqu'un de plus sérieux que son demi-frère. Ça avait peut-être changé depuis Poudlard, mais ça elle n'en savait rien. Elle aurait voulu lui demander s'il avait quelqu'un, mais ce n'était pas comme si elle le connaissait depuis toujours, et elle ne se voyait pas user des mêmes familiarités qu'elle pouvait utiliser en compagnie d'Erwan par exemple, donc elle se contenta d'un petit sourire poli, bien que peu convaincu.

Euh séjourner ? Quoi ? Comment ça ? Elle suivit le regard de Will, qui s'était arrêté sur le sac qu'elle tenait à la main. Hm, oups ? Quelle idiote elle faisait, elle avait complètement oublié qu'elle avait débarqué ici à peine après être arrivée de la gare. Et comment elle justifiait ça maintenant, hein ? Elle n'eût même pas le temps de le détromper, Will jouait déjà l'hôte parfait en enchaînant tout un petit speech sur le meilleur endroit pour dormir dans leur appart'. C'était bien gentil tout ça, mais elle avait pris sa décision, et pour une fois, elle ne comptait pas revenir dessus. Dès qu'il la laissa enfin en placer une, elle hocha la tête en signe de dénégation. « Non non non ! S'il ne t'a rien dit, c'est parce que je ne reste pas. Je passais juste... Y a rien de prévu... » Elle marqua un temps d'arrêt. Mouais, dans le genre peu crédible ! Elle pouvait quand même se montrer honnête, non ? « Bon écoute, pour tout te dire, je ne devrais même pas être ici, là tout de suite, je suis censée être chez moi, à la villa. Sauf que, tu vois, à l'instant même où j'ai posé les pieds là-bas, j'ai réalisé que je n'avais pas envie d'y être et... Je sais pas, j'ai cru, que je serais mieux ici, réflexe stupide. Sauf que je ne peux pas m'imposer comme ça non, j'assume. Si je suis entrée c'est juste parce que j'avais envie de rester un peu avec toi... » avoua-t-elle tout en jouant distraitement avec l'une de ses mèches de cheveux. Mais qu'est-ce qu'elle racontait ? N'aurait-elle pas pu se contenter d'un "Non on s'est mal compris, en fait je reste pas" ? Il avait fallu qu'elle lui raconte toute sa vie, comme si ça pouvait l'intéresser, quoiqu'elle n'avait pas l'habitude de faire autrement. Faith parlait toujours beaucoup, et même trop parfois, mais elle n'y pouvait rien, c'était dans sa nature !

Il lui proposa de s'asseoir, et en effet, même si le voyage n'avait pas été très long, se reposer un peu n'était pas de refus. Elle se laissa donc tomber sur le canapé avec un certain soulagement, adressant un sourire reconnaissant à William. « Non je n'ai pas faim, mais je veux bien quelque chose à boire oui ! Tu veux que je t'aide à ranger les courses ? » interrogea-t-elle en se relevant aussitôt, réalisant qu'il s'était éloigné. Elle prit à son tour la direction de la cuisine, qu'elle avait eu l'habitude de côtoyer (grâce à Erwan) lors de son dernier séjour. Elle s'aperçut, sans grande surprise, que la pièce était toujours aussi immaculée, à croire qu'ils ne cuisinaient pas plus que pendant l'hiver. Travail oblige, sans doute.



    You're the reason that I feel so strong. The reason that I'm hanging on. You know you gave me all the time, or did I give enough of mine ? Hold on, darling. This body is yours, this body is yours and mine. Well hold on, my darling. This mess was yours, now your mess is mine. ♘  .ReedNight
    love is all you need
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Train-train quotidien...ou presque [PV Faith]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Train-train quotidien...ou presque [PV Faith]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» How train your dragon
» Assise dans le train
» Un coupe papier intégré et du silicone dans l'arrière train.
» besoin conseil pour avant train
» Un bien joli train

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 9-
Sauter vers: