AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Défi#2] Rowen Lone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Messages : 1645
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation: Londres, Angleterre
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: [Défi#2] Rowen Lone   Dim 29 Aoû 2010 - 19:14


Rowen Lone - Les 30 Baisers ( liste )
............................................................................................................................


#1 : Où est la sortie s’il vous plait ?
#2 : Bal masqué
#3 : Le baiser qui n’en est pas vraiment un
#4 : Cauchemar
#5 : Grimm, Perault
#6 : Drapeau blanc
#7 : Help
#8 : Embrasse-moi
#9 : Noir et Blanc
#10 : Les sept pêchés capitaux
#11 : Crépuscule
#12 : En pièces
#13 : La pire erreur de ma vie
#14 : Enfer et damnation
#15 : Logique
#16 : Conte de Noël
#17 : Adieu
#18 : La cerise sur le gâteau
#19 : Double jeu
#20 : Il était une fois
#21 : Chaque jour qui passe
#22 : Le bon côté des choses
#23 : Colocation
#24 : Echecs
#25 : Si seulement je pouvais lui manquer
#26 : Pacte avec le diable
#27 : Attention… Moteur… Ca tourne !
#28 : A l’envers
#29 : Euphorie
#30 : Tea Time
#31 : Reviens-moi
#32 : Silence absolu





Dernière édition par Rowen Lone le Mer 13 Mar 2013 - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr
Messages : 1645
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation: Londres, Angleterre
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mar 12 Mar 2013 - 20:44


" La Suite du Sang Souillé "
...................................................................................................................................................................



"La Suite du Sang Souillée" est un arc composé de 6 parties qui se déroulent les unes à la suite des autres.

Le Seigneur des Ténèbres est mort depuis 7 ans, vaincu par Harry Potter, dit "Le Survivant". Cependant, le Bureau des Aurors constate un regain d'activité chez les Mangemorts... Harry Potter, Directeur des Aurors depuis peu, découvre progressivement des pistes qui lui permettront de remonter à la nouvelle source de Magie Noire : les Sombrarcanes. Il charge deux aurors, Daneelson et Artemis Lone de découvrir l'identité de l'un de ces nouveaux ennemis. Pendant ce temps, Rowen Lone, âgée de 23 ans et chasseuse de Mages Noirs, mène une vie de couple avec Michael Corner.

Principaux personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, Olivier Dubois, Lexy Terrence





Dernière édition par Rowen Lone le Mer 13 Mar 2013 - 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr
Messages : 1645
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation: Londres, Angleterre
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mar 12 Mar 2013 - 21:11


La Suite du Sang Souillé ( partie 1 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Olivier Dubois
Personnages concernés : Rowen Lone, Olivier Dubois, Artemis Lone, Harry Potter, l'Auror Daneelson, une Médicomage.
Rating : PG
Thème : #26 : Pacte avec le diable
Tome concerné : 7 ans après Harry Potter et les Reliques de la Mort.
Nombre de mots : 2084 mots
Cadre : Le Seigneur des Ténèbres est mort depuis 7 ans. Cependant, le Bureau des Aurors constate un regain d'activité chez les Mangemorts... Harry Potter, Directeur des Aurors depuis peu, découvre progressivement des pistes qui lui permettront de remonter à la nouvelle source de Magie Noire : les Sombrarcanes. Il charge deux aurors, Daneelson et Artemis Lone de découvrir l'identité de l'un de ces nouveaux ennemis. Pendant ce temps, Rowen Lone, âgée de 23 ans et chasseuse de Mages Noirs, mène une vie de couple avec Michael Corner.





" Choix, Décision, Condamnation "
...................................................................................................................................................................

La lumière vacillante que projetait une petite lampe à huile dans la pièce parvenait à peine à chasser l’obscurité qui s’y était engouffrée. Un unique lit de camp de fortune occupait le milieu de la salle, et des sorciers, au nombre de 4 ou 5 étaient positionnés tout autour, abattus. Une sorcière aux cheveux blonds et bouclés, vêtue d’une cape de voyage blanche et d’un petit chapeau assorti portant le sigle de deux os entrecroisés secoua tristement la tête de gauche à droite en signe de dénégation. D’un coup de baguette magique, les outils dont elle s’était servie s’envolèrent et se rangèrent tous seuls dans une caissette médicale. La lueur de la lampe s’intensifia un instant, éclairant les autres sorciers présents. Un sorcier au teint blême, aux cheveux marrons marbrés d’argent se tenait immobile, debout, raide comme s’il venait d’être pétrifié. A ses côtés, un autre avait des cheveux bruns en bataille, et des yeux d’un vert brillant. La lumière rougeoyante semblait danser sur le verre de ses lunettes rondes. Un troisième sorcier châtain, à la carrure imposante, était assis sur une chaise et fixait d’un air préoccupé une sorcière brune qui sanglotait en silence, la tête enfouie dans le drap du lit. Enfin, le dernier personnage était un jeune homme qui était allongé sur le matelas, les yeux fermés brutalement dans une expression de douleur, les traits tendus, le front luisant de sueur froide. D’une main, il appuyait avec force sur une compresse imbibée de sang au niveau de sa poitrine, tandis que l’autre était étroitement serrée sur celle de la sorcière. Il haletait, et son corps était secoué de tremblements, comme si chacune de ses respirations lui demandait un effort surhumain.

« Combien de temps lui reste-t-il ? » demanda dans un murmure rauque, le sorcier aux yeux émeraude.

« Je ne saurais le dire, Mr Potter… Les blessures causées par la Magie Noire… aucun remède. Le maléfice se propage dans son sang et l’infecte de l’intérieur, il n’y a rien que nous puissions faire… j’en suis profondément navrée… mais au rythme où ça va, il ne tiendra pas plus de 48 heures… » répondit la guérisseuse aux cheveux blonds d’une voix brisée.

Le silence retomba sur la pièce. La brune sanglota de plus belle, tandis que le sorcier sur la chaise se retenait visiblement de la prendre dans ses bras et de lui murmurer des mots rassurants. Harry, dont le visage avait pris une délicate teinte verdâtre, se pencha sur l’homme allongé, et lui demanda :

« Ecoute, Lone. Est-ce que tu m’entends ? J’aimerais savoir… Il faut que tu me dises… as-tu vu le visage de celui qui t’a fait ça ? »

Un raclement de chaise se fit entendre. Olivier Dubois s’était redressé, et faisait face au Directeur du Bureau des Aurors.

« Harry, voyons ! Il est mal en point, il ne peut pas te répondre ! Et puis quelle importance, comparé à la perte que nous venons de subir ? »

L’ancien Gardien de Gryffondor tendit un doigt tremblant vers Artemis Lone, étendu sur le lit, condamné.

« Justement. Il a été blessé pendant qu’il effectuait une mission avec Daneelson… » -il désigna d’un index rageur le sorcier à la tignasse marron ravagée par les premiers signes de vieillesse- « … Leur but était de découvrir l’identité de ceux qui se font appeler les Sombrarcanes. Ce serait quand même bête qu’il soit mort pour rien, non ? »

« Daneelson n’a rien vu ? » interrogea Olivier en se tournant vers l’Auror blême, qui sembla perdre le peu de couleur qui lui restait.

« N…Non… Nous nous étions séparés. Dès que j’ai entendu le cri d’Artemis, et vu des éclairs de lumière, je l’ai rejoint. Mais le Sombrarcane s’était déjà volatilisé. Alors j’ai ramené Artemis par transplanage d’escorte le plus vite possible ici, et je vous ai prévenu… »

« Notre seul espoir, c’est que Lone ait vu quelque chose. Et qu’il soit en mesure de nous le dire. » marmonna Harry en commençant à faire les cents pas.

« Notre seul espoir ?! » demanda une voix aigüe, aussi tranchante que la lame de poignard de Bellatrix Lestrange.

La jeune fille brune s’était redressée, et on pouvait à présent avoir un aperçu de son apparence. Elle n’était pas grande, et sa chevelure ébène tombait en cascade sur sa cape de sorcière, s’arrêtant un peu en dessous de ses épaules. Ses grands yeux en amande couleur noisette étaient rougis et ses joues baignées de larme. Sa ressemblance avec Artemis Lone était frappante. Elle fixait Harry avec un air de profond dégoût.

« Tu dois faire quelque chose pour lui, Potter ! C’est de ta faute si Artemis a été blessé mortellement ! Si tu n’avais pas été aussi impatient, tu aurais attendu qu’il y ait d’autres Aurors plus expérimentés que lui pour ce genre de missions dangereuses ! »

« Rowen, calme-toi… » implora Olivier, en tendant les bras, prêt à la retenir si elle décidait de bondir sur Harry.

« Il savait à quoi il s’exposait quand il a accepté cette mission » répondit Harry avec patience.

« IL N’A QUE 20 ANS !! » hurla Rowen en tapant du pied « Il vient tout juste d’être diplômé, Potter ! Il est intrépide, inconscient, et veux faire ses preuves ! Bien sûr qu’il ne savait pas à quel danger il allait être confronté ! C’était à toi de juger s’il était assez doué pour y faire face ! C’est toi le Directeur des Aurors, me semble-t-il ! »

« Il était assez doué. » murmura Harry, ce qui sembla calmer légèrement l’aînée des triplés Lone. « L’autre sorcier a juste usé d’une forme de magie qui nous était inconnue. C’était une erreur, je le reconnais. Mais il avait toutes les capacités nécessaires pour y faire face. »

Le silence retomba, tandis que Rowen se jetait rageusement sur une chaise. Harry se pencha de nouveau vers Artemis, et lui reposa sa question. Le blessé, n’était cependant pas en mesure de dire quoi que ce soit, et la guérisseuse décida de lui administrer un puissant somnifère pour qu’il dorme d’un sommeil sans rêve et sans douleur. Sa sœur se releva, et, dans un bruissement de cape, sortit de la pièce sans adresser la parole aux autres. Elle traversa un couloir, puis ouvrit la porte du hall d’entrée qui menait vers l’extérieur. Le ciel était sombre, pailleté d’étoiles lumineuses, et de la brume épaisse recouvrait tout l’endroit. Des Détraqueurs… De nouveau.

Toujours aussi furieuse que Potter ait envoyé son frère au front comme un porc à l’abattoir, Rowen marcha d’un pas énergique, souhaitant plus que tout s’éloigner de cette maison qui respirait le deuil.

« Rowen ! »

Olivier l’avait rejointe en courant, sa longue cape noire volant élégamment derrière lui. En se retournant, la brune s’aperçu que la maison était à présent devenue invisible : les deux anciens Gryffondor avaient quitté le périmètre du sortilège de Fidelitas. On ne voyait à présent plus que le sommet d’une colline déserte.

« Quoi ?! » demanda-t-elle d’un air buté en le toisant d’un regard hautain.

« Ecoute, ce n’est pas de la faute de Harry, d’accord ? Personne n’aurait pu prévoir ce qui se passerait… Il n’empêche qu’à présent, nous savons ce que les Sombrarcanes sont capables de faire… le genre de magie qu’ils utilisent. »

Elle ne répondit rien, et se contenta de le fixer de ses grands yeux noisette. Interprétant dans son silence une permission de continuer à parler, Olivier demanda :

« Te souviens-tu de ce que je t’avais proposé, il y a un mois de ça ? »

Elle eut un sursaut, et recula d’un pas.

« Je… tu veux dire… »

« De rejoindre la Suite du Sang Souillé. »

Il lui lança un regard flamboyant, et elle se mit à trembler.

« Je ne sais pas si c’est une bonne idée… » murmura-t-elle, cependant bien moins convaincue que lorsqu’elle avait refusé, un mois plus tôt.

« Je ne vois ce qu’il y a de mal dans la Suite. Les Sombrarcanes utilisent la Magie Noire, pour tuer, torturer, contrôler et commettre des actes horribles. Nous, nous l’utilisons simplement pour nous battre contre eux, pour avoir une arme de taille. Nous ne sommes pas comme eux. La Magie Noire n’a rien de maléfique. Ce sont les intentions de ceux qui s’en servent, qui le sont. Mais la Magie seule ne peut venir à bout des Mages Noirs. Elle ne peut pas faire de mal. Tu es bien d’accord avec moi pour dire qu’il est inutile d’adopter la tactique d’Harry, et de se contenter de gentiment désarmer l’ennemi en se disant qu’il est vaincu à partir de ce moment, n’est-ce pas ? C’est cette stupide gentillesse qui a permis le retour des Mages Noirs. Tant que nous ne nous débarrassons pas définitivement d’eux, ils continueront de se relever. Rejoins-nous, Rowen. Et là, tu pourras réellement changer les choses. Tu es une Auror talentueuse. Tu gâches ton talent en restant à la basque du Ministère. Viens avec nous. »

Il lui tendit la main, sans la quitter des yeux, un demi sourire énigmatique sculpté sur ses lèvres. Voyant qu’elle hésitait toujours, Olivier soupira.

« La Magie Noire peut sauver ton frère. Si tu rejoins La Suite, tu connaîtras le moyen de lever le maléfice qui empoisonne son sang. »

« Sauver Artemis ? Mais… comment ? Si tu le connais, pourquoi ne l’aides-tu pas maintenant, Olivier ?! » le supplia-t-elle d’une voix brisée, tremblante…

« Je ne peux malheureusement pas, je ne partage pas son sang. Mais toi, oui. On t’enseignera la façon de le garder en vie. »

Elle baissa ses yeux humides de larmes. La Magie Noire l’avait toujours effrayée. Elle était malsaine, maléfique… Mais si elle devait l’apprendre pour sauver son frère… pour sauver Artemis… Ce n’était pas comme si elle faisait quelque chose de mal, non ? Et puis Olivier n’avait pas totalement tort. Magie Noire contre Magie Noire. L’équilibre était respecté. La seule façon de faire disparaître les Sombrarcanes, était de les combattre avec leurs propres armes. La Magie Blanche ne pouvait triompher sur les Sortilèges Impardonnables… ou sur les autres horreurs dont ces anciens Mangemorts étaient capables. Alors, lentement, mais déterminée, Rowen leva la main et saisit celle de Dubois.

« Fais de moi l’une des vôtres. »

« Bien. » murmura Olivier, en tirant la jeune fille vers lui pour qu’ils soient plus proches. Aussitôt, il ferma les yeux et se concentra. Ce fut comme si l’atmosphère s’était transformée tout autour d’eux. Le vent s’était arrêté de souffler et la brume s’était volatilisée. Même les étoiles semblaient s’être éteintes. Olivier et Rowen étaient comme prisonniers d’une cloche en verre invisible et impénétrable. Un signe lumineux se traça alors sur la main droite du jeune homme, qui tenait celle de la brune. Alors, dans un murmure, il prononça des incantations dans une langue ancienne.

Des volutes de fumée dorée tourbillonnèrent autour de leurs pieds, s’enroulant autour d’eux en formant une étrange spirale. Rowen tressaillit, mais ne bougea pas. Et, comme si son esprit s’était brusquement ouvert, éclairé, elle se joignit à Olivier pour prononcer les incantations. Lorsque la dernière parole fut rendue, Olivier reprit :

« Rowen Lone. Acceptes-tu de rejoindre la Suite du Sang Souillé ? »

« Oui. »

Les volutes de fumée se métamorphosèrent en une pluie d’étincelles, puis se reformèrent aussitôt comme une brume dorée.

« T’engages-tu à faire partie des nôtres, en t’appropriant l’art de la Magie Noire ? »

« Oui. »

Nouvelle pluie d’étincelle, aussitôt remplacée par la fumée.

« Fais-tu le serment de t’en servir uniquement dans l’intérêt de La Suite, et pour sauver ton frère ? »

« J’en fais le serment. »

Le nuage doré explosa en une gerbe d’éclairs ardents, comme un feu d’artifices, mais ne se reforma pas.

« Bien. A présent, signe le Pacte. »

Il plongea son regard dans le sien, sans pour autant lâcher sa main qu’il tenait fermement. Alors, comme si elle savait d’avance ce qu’il convenait de faire, Rowen, sans une pensée pour Michael, se pencha vers Olivier et effleura ses lèvres brièvement. La bulle sous laquelle ils étaient prisonniers se brisa alors, et ils furent de nouveau exposés aux intempéries et à la nuit noire et turbulente.

« Tu fais à présent partie la Suite du Sang Souillé. » déclara le jeune homme.





Dernière édition par Rowen Lone le Jeu 14 Mar 2013 - 1:35, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr
Messages : 1645
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation: Londres, Angleterre
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mar 12 Mar 2013 - 21:18


La Suite du Sang Souillé ( partie 2 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Michael Corner
Personnages concernés : Rowen Lone et Michael Corner.
Rating : PG
Thème : #14 : Enfer et damnation
Tome concerné : 7 ans après Harry Potter et les Reliques de la Mort.
Nombre de mots : 1680 mots
Cadre : Suite de la fanfiction #26 : Pacte avec le diable. 3 heures plus tard. Michael attend Rowen chez eux après qu'elle lui ait envoyé un Patronus depuis le Ministère de la Magie, l'informant que Artemis avait été blessé et qu'elle devait s'envoler vers l'endroit où il se trouvait. Les Sombrarcanes étant un sujet "confidentiel" au sein du Bureau des Aurors, Michael, bien qu'au courant de leurs agissements, n'a pas eu l'autorisation de l'accompagner chez Daneelson et sa maison soumise au sortilège de Fidelitas. La jeune fille revient après avoir eu son premier contact avec les autres membres de la Suite du Sang Souillé.





" Détermination, Incompréhension, Adieux "
...................................................................................................................................................................

La porte de la résidence du 3 Edgebourg Street s’ouvrit avec un léger cliquetis et pivota sur ses gonds. Michael Corner, le jeune batteur du groupe Carnal Spark, était assis sur un gros fauteuil marron et fixait d’un air anxieux la fenêtre, comme s’il attendait un hibou. Lorsqu’il entendit la porte s’ouvrir, il fit volte-face, et se précipita vers la nouvelle arrivante, qui se jeta dans ses bras tendus. Les deux jeunes adultes s’enlacèrent longuement, s’embrassèrent, et l’ancien Serdaigle passa une main dans les cheveux bruns de la demoiselle qui venait de franchir le pallier. Toute la pression qu’il avait accumulée durant ces 4 dernières heures était à présent retombée. Il aurait voulu rire nerveusement, savourer ses retrouvailles avec celle qu’il aimait, et pour qui il s’était tant inquiété. Mais la situation était loin d’être cocasse. Ils se séparèrent au bout de plusieurs longues minutes, et il la regarda d’un air inquiet, cherchant à tâtons ses mains pour les saisir.

« Quelles sont les nouvelles ? » demanda-t-il à mi-voix.

Rowen serra la main de Michael, et inspira un grand coup, comme si elle se préparait à annoncer quelque chose de particulièrement déplaisant.

« Il a été attaqué par un Sombrarcane alors qu’il le poursuivait. Un Maléfice de… de contamination. Son sang s’empoisonne et on ne peut rien y faire. C’est de la Magie Noire, tu sais ? Il lui reste moins de 48 heures à vivre. Une fois que le venin ce sera totalement répandu, il… il va… »

Elle n’acheva pas sa phrase, et Michael la prit rapidement dans ses bras pour qu’elle ne se mette pas à pleurer. Cependant, à sa grande stupéfaction, la brune ne versa pas une seule larme. La jeune Auror se recula, et eut un petit rictus qui ne lui ressemblait pas. Elle avait le regard un peu fou des gens désespérés, mais semblait être plus joyeuse que la situation ne le nécessitait. Son comportement était réellement anormal. Inquiet, l’ancien Aigle passa une main sur sa joue, et demanda :

« Rowen ? Pourquoi tu… qu’est ce qui se passe ? »

« Michael ! Ils peuvent… non… je peux sauver Artemis ! »

« Hein ? Mais comment ? Je croyais que la Magie Noire ne pouvait être combattue… »

«…que par la Magie Noire » acheva Rowen. « Précisément ! En rejoignant la Suite du Sang Souillé, je serai en mesure de lever le maléfice ! »

Un silence s’installa. Rowen était rayonnante, avait un grand sourire aux lèvres, mais semblait également en proie à une grande détresse. Elle ne savait certainement plus où elle en était, et réagissait définitivement d’une étrange façon. Michael, au contraire, plus lucide, leva un sourcil interrogateur, qu’il fronça tout de suite après.

« On en a déjà parlé, Rowy, ce n’est pas une bonne idée, et tu étais d’accord avec moi. Une fois qu’un sorcier fait usage de la Magie Noire, il est condamné. Son sang devient pollué, et il ne peut plus avoir qu’une vie maudite, une demi-vie. Comme lorsqu’on s’abreuve du sang d’une Licorne. La plupart des Mages Noirs ne s’en rendent jamais compte : ils sont trop maléfiques de toute façon. Mais nous, Rowen, nous ne sommes pas comme ça. Si tu la pratique, tu vas te contaminer de l’intérieur. Te plonger dans la folie. Ca va te détruire. »

Elle hocha vigoureusement la tête en signe de dénégation, un sourire toujours inscrit sur ses lèvres.

« Tu ne comprends pas, Michael. La Magie Noire n’est pas mauvaise. C’est l’utilisation qu’on en fait qui détermine son essence même. Je veux sauver Artemis. Juste le sauver. Et je vais le faire. »

D’un geste vif, Michael attrapa la main droite de sa petite amie, et en examina le dos. Un élégant motif en 7 parties était légèrement gravé dans la chair, comme s’il s’agissait d’une coupure superficielle qui venait de cicatriser. La trace était blanche et fine.

« Tu as déjà fait le Pacte, n’est-ce pas ? Olivier avait la même quand il nous a proposé de rejoindre La Suite du Sang Souillé. Bordel, Rowen ! Tu n’aurais pas pu m’en parler avant de te lancer inconsciemment dans cette… organisation, secte, ou je ne sais quoi ! »

La brune arracha sa main de celle de Michael, et se recula de quelques pas. Pour la première fois depuis qu’elle était revenue, la crainte se lisait sur son visage blafard.

« Je savais que tu m’en empêcherais ! Que tu ne voudrais pas que je sauve Artemis ! Mais c’est mon frère, Michael ! Je ne peux pas l’abandonner ! »

Evidemment, qu’elle ne laisserait jamais mourir son frère triplé. S’il y avait bien des personnes pour lesquelles Rowen était prête à faire ce genre de sacrifice, c’était bien Artemis et Sarah. Ses compagnons de méfaits. Ses êtres les plus chers depuis qu’ils étaient dans le berceau. Elle était l’aînée, la plus grande. Même si ce n’était que de quelques secondes. Elle se devait de les protéger. Elle avait déjà échoué le jour où elle avait accepté qu’Artemis passe l’examen pour devenir Auror, bien qu’elle ait été pleinement consciente de tous les dangers qui le guetterait. Elle n’allait pas refaire l’erreur de l’abandonner de nouveau en le laissant mourir.

« Que dois-tu faire ? »

Michael plongea ses yeux sombres dans ceux couleur noisette de la jeune fille. Elle avait déjà commis l’irréparable en signant le Pacte qui la rattachait aux Sangs Souillés. Il ne pouvait plus rien dire à ce sujet, mais pouvait au moins tenter de l’empêcher de faire quelque chose de regrettable. Car pour sauver de la mort quelqu’un par Magie Noire… il fallait sûrement offrir un objet comparable pour équilibrer la balance.

« Une vie… contre une vie » répondit-elle dans un souffle.

Le batteur la regarda, éberlué.

« Tu ne vas quand même pas… te sacrifier, Rowen ! »

« Non ! Je ne peux pas donner ma vie ! Et je n’échangerais pas la vie de Sarah non plus. Mais une personne de Sang neutre… un Moldu. N’importe lequel ferait l’affaire ! Et une fois que je l’aurai tué… une fois que son sang sera offert à Artemis… il sera guérit. »

« … Tu ne vas pas t’en prendre à un innocent, Rowen ! Je ne te laisserai pas faire ! »

« JE N’AI PAS LE CHOIX !! » hurla-t-elle à plein poumons, secouée de tremblements incontrôlables. « Je dois sauver Artemis ! »

« Artemis ne sera pas heureux de savoir que sa guérison est due au sacrifice d’une innocente victime. »

« Comment peux-tu savoir ce qui le rendra heureux ?! Il n’est pas en mesure d’avoir son mot à dire ! C’est une question de vie ou de mort ! »

« Plus je te parle, et plus j’ai l’impression de le comprendre mieux que toi, qui es pourtant sa sœur. »

« JE CONNAIS ARTEMIS ! Mieux que toi ! Mieux que personne ! Il n’avait PAS envie de mourir, personne ne le veut ! »

« Et la personne que tu veux faire mourir à sa place, elle en a envie ? »

« Sa vie n’a pas autant de valeur que celle de mon frère ! »

Il la toisa de haut, en la regardant comme s’il n’avait rien vu d’aussi infâme.

« Tu me dégoûtes Rowen, réellement. »

D’un geste vif, le brun tira sa baguette avant qu’elle n’ait eu le temps de lui jeter un sort. Il l’agita d’un coup sec, et envoya valser la jeune fille contre la porte fermée qu’elle percuta de plein fouet. Elle hurla, plus d’indignation que de douleur, et resta assise sur le sol froid, haletant de fureur.

« Michael ! Espèce de… »

Elle agita sa baguette à son tour, mais il parvint à bloquer le maléfice grâce à un Charme du Bouclier parfaitement exécuté. L’Armée de Dumbledore ne lui avait pas servi à rien. Il s’avança ensuite de quelques pas vers elle, et vit toute la hargne et la colère qui était perceptible dans ses yeux flamboyants.

« Sectum… »

Rapidement, il exécuta un mouvement en trois parties, et Rowen se tordit en deux, comme si un poing invisible l’avait frappée en plein ventre. Elle lâcha sa baguette magique sous le choc, les mains sur l’abdomen, et hoqueta deux fois.

« Tu as donc déjà appris les immondices de tes nouveaux copains… » cracha-t-il en la regardant avec dégoût.

Il avait beau l’aimer. Elle avait beau être la personne la plus importante pour lui. Elle n’était à présent plus rien. Plus rien qu’une Mage Noire aussi détestable que les Mangemorts ou les Sombrarcanes. Il devait lui couper les ailes, avant qu’elle ne devienne trop dangereuse. Et puis il voulait dès maintenant mettre un terme à leur histoire. Du moment qu’il était furieux… du moment qu’il s’en sentait encore capable. Il savait que s’il laissait tarder, il ne pourrait plus le faire. Il l’avait trop aimée… Mais c’était comme ça. Il ne pouvait se résoudre à continuer d’aimer quelqu’un qui avait sombré aussi profondément. Qui comparait la vie des humains. Et qui prévoyait de commettre un meurtre…

« Va-t’en Rowen. Et n’apparaît plus jamais devant moi. »

Elle le regarda un instant, les sourcils tellement froncés qu’ils se rejoignaient presque.

« Tu oses… me chasser de chez moi… » siffla-t-elle entre ses dents.

« Va-t’en. » répéta-t-il en avançant d’un pas. « Va les rejoindre, et ne croise plus jamais ma route. Sinon, c’est moi qui tu tuerais. »

Sa baguette lança des étincelles bleues et bronze menaçantes. Rowen ramassa la sienne, ouvrit la porte sans tourner le dos à Michael, et, après un dernier regard empli de haine, sortit à reculons de la maison. Elle claqua ensuite la porte qui se referma. Sur lui. Sur eux. Sur leur histoire. C’était la fin du temps où ils se disputaient pour un rien, se réconciliaient deux jours plus tard… C’était la fin du temps où ils étaient jeunes, insouciants… et amoureux.





Dernière édition par Rowen Lone le Mer 13 Mar 2013 - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr
Messages : 1645
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation: Londres, Angleterre
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mar 12 Mar 2013 - 21:23


La Suite du Sang Souillé ( partie 3 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Olivier Dubois
Personnages concernés : Rowen Lone, Artemis Lone, Olivier Dubois, Lexy Terence, Adam Sallers, Richard Harper, une bande de fêtards.
Rating : PG
Thème : #10 : Les sept péchés capitaux
Tome concerné : 7 ans après Harry Potter et les Reliques de la Mort.
Nombre de mots : 3173 mots
Cadre : Suite de la fanfiction #14 : Enfer et damnation. Aux environs de 6 heures du matin, Rowen revient au Quartier Général de La Suite du Sang Souillé après avoir trouvé la vie à échanger contre celle de son frère. Olivier et elle entament alors le Rituel qui permettra la guérison du triplé Lone...





" Résolution, Fragmentation, Fin "
...................................................................................................................................................................

Noir. Noir. Tout était noir. La pluie s’était mise à tomber à grosses gouttes et les sentiers étaient devenus boueux et glissants. Une bande de fêtards venait de sortir d’une boîte de nuit quelque part dans Londres, dans un joyeux tintamarre mêlant des chants grotesques, des voix bourrues, et le tintement des bouteilles d’alcool qui s’entrechoquaient. La pluie qui les laissait ruisselants et pantelants ne les dérangeait pas. Ils semblaient prendre plaisir à cette douche glacée, et vociféraient gaiement des compliments déplacés à l’adresse d’un groupe de filles qui gloussaient et se pavanaient dans des tenues provoquantes. L’un des personnages de la bande se détacha des autres, et, titubant et se traînant d’une démarche approximative, s’affala sur le capot de ce qui semblait être sa voiture en ricanant.

« Hi hi hi… Zioupla ! Booooon, les meeecs, ze rentre chez moi oooook ? On ze *hips* Ouh, hi hi hi… On ze voit demain soir pour remettre çaaa d’accooooord ? »

Il sortit de la poche de son jean une clé, et essaya sans grand succès de l’insérer dans le trou de la serrure. Derrière lui, sa bande de copains étaient en proie à un énorme fou rire, se tenant les côtes, les yeux baignés de larmes qui se mélangeaient à la pluie.

« Maiiiiis arrêtez-euuh ! Z’est pas drôle, j’voudrais bien vous z’y voir, moaaaa. Et pourquoi zette clé ne rentre paaaas ? » rumina le fêtard en enfonçant sa clé tout autour de la serrure, rayant la peinture bleu sombre de sa voiture.

Au bout de quelques minutes supplémentaires d’effort –et aussi en changeant de clé, puisqu’il s’était enfin aperçu qu’il essayait d’ouvrir sa voiture avec le passe de son appartement- le blond, ruisselant de pluie, parvint à déverrouiller la portière et se jeta sur son siège, mettant de l’eau un peu partout à l’intérieur. Il baissa ensuite la fenêtre, et adressa de grands signes de la main à ses potes, avant d’insérer la clé dans le contact et de démarrer. La voiture gronda, crachota, puis se mit en mouvement. Inconscient, sous l’emprise de l’alcool, l’étudiant roula à vitesse non autorisée sur les routes rendues glissantes par la pluie. Il prit des petites routes, grilla plusieurs feux rouges, et siffla à l’adresse d’une jolie demoiselle brune et vêtue d’un étrange imperméable noir qui se tenait sur le trottoir. La jeune fille se tourna lentement vers lui, mais le fêtard n’eut pas le temps de lui dire quoi que ce soit. Il venait de s’engager dans un virage, et ses pneus, dans un crissement épouvantable, soulevèrent la voiture sur un côté. La carcasse du véhicule bondit dans les airs, et roula plusieurs fois sur le côté en percutant de plein fouet un énorme chêne. Il y eut un cri, un éclair blanc, puis…. Plus rien.

Noir. Noir. Tout était devenu noir.

La brune emmitouflée dans une cape de voyage s’avança d’un pas mesuré vers la voiture, pointa un étrange bâton de bois sur la portière et l’envoya valser au loin d’un coup d’étincelles dorées. Le fêtard était basculé sur le côté, des branches basses cassées sur ses genoux, les yeux écarquillés et le cou rompu. Il était mort. Lentement, la jeune fille agita négligemment sa baguette, et la ceinture qu’il avait attachée se défit. Elle se pencha alors sur le corps inerte du décédé, et le porta sur son épaule. Puis, sans être gênée par le poids du fêtard, qui avait de toute façon été diminué par magie, la brune pivota sur elle-même et se volatilisa.

Dans un CRAC sonore, les deux personnages réapparurent dans un immense hangar désaffecté, où plusieurs autres sorciers attendaient. Un lit était posé dans un coin, et un sorcier aux cheveux bruns y était allongé, recouvert d’une couverture. Il semblait dormir d’un sommeil profond, et les autres personnes n’y accordaient aucune attention. Un jeune homme à la carrure imposante se redressa cependant la tête en entendant le bruit caractéristique du transplanage, et se leva pour aller accueillir la nouvelle venue.

« Rowen, enfin ! Tu en as mis du temps. Ca fait bien 3 heures qu’on t’attend… j’ai pu récupérer Artemis chez Daneelson en disant que j’allais le transférer chez toi selon tes souhaits. J’ai dut lui jeter un petit sortilège de Confusion mais qu’importe… »

Rowen Lone, nouvellement membre de La Suite du Sang Souillé, déposa le jeune Moldu ivre et mort à ses pieds. Une grande tâche rouge maculait une grande partie de son visage détendu. La jeune fille lui avait fermé les yeux avant de l’amener avec elle. Olivier contempla le cadavre un instant, puis débarrassa sa camarade de sa cape, passant sa baguette au niveau de son corps pour la sécher. Un beau sorcier à la carrure de mannequin et aux cheveux ébène se leva à son tour, et vint rejoindre la petite procession, en jetant un coup d’œil curieux au Moldu.

« Eh ben, Miss Satan ! T’as pas tué très proprement, il en a partout. »

Avec son pied, Lexy Terence, figure de mode et membre de La Suite depuis un an retourna le fêtard sur le dos, et le regarda avec une expression de dégoût feinte. Rowen, lui donna un coup de pied pour qu’il arrête de malmener le cadavre du jeune homme, et répliqua d’un ton agressif :

« La ferme, Lucifer… et arrête de salir la mémoire de ce pauvre type. »

« Oh, ne me parle pas sur ce ton la mioche ! T’étais peut-être une Auror pas trop naze au Ministère, mais au sein de La Suite, tu n’es rien d’autre qu’une novice. Alors surveille ton langage si tu ne veux pas te retrouver avec un bras en moins. » lui balança Lexy en la foudroyant du regard et en dégainant sa baguette magique d’un geste vif.

Olivier intervint et se plaça entre les deux jeunes gens. Il se tourna ensuite vers le mannequin, et lui murmura :

« Calme-toi s’il te plaît… »

« Tu prends sa défense, Léviathan ? T’es peut être dans les bonnes grâces du boss, mais je ne pense pas que tu ferais le poids si on devait se battre en duel. »

Des étincelles vert et argent menaçantes surgirent du bout de la baguette de Lexy, tandis qu’Olivier sortait la sienne en lui jetant un regard noir. Rowen avait déjà la sienne en main, et surveillait ses deux collègues, prête à réagir au moindre mouvement.

« Ca suffit. » ordonna une voix froide, qui se répercuta sur les murs du hangar.

Les trois Mages firent volte-face, et cessèrent aussitôt de se disputer, regardant avec une révérence silencieuse, le chef des Sang Souillés.
Grand, brun et ténébreux. C’était la description même du sorcier qui incarnait la vice-présidence de La Suite. Ses traits étaient fins, et dénués de toute expression. Il était allongé de tout son long sur une pile de grimoires jaunis par le temps, et avait daigné baisser le livre qu’il était en train de lire quelques instants plus tôt. Adam Sallers, l’ancien Serpentard et noble sang-pur de longue lignée toisa ses trois sous fifre brièvement, puis reprit d’une voix sifflante :

« La Suite du Sang Souillé. Chacun des membres les plus talentueux, au nombre de 7, incarne l’un des péchés capitaux. Lorsqu’un des péchés commet une erreur, ou est surpassé par un nouvel arrivant, il lui cède sa place. Nous avons beau représenter un défaut, nous nous devons de coexister, pour la survie de notre Ordre. Je ne tolérerais aucun différend au sein de La Suite. »

Il lança un nouveau regard glacial, à Lexy en particulier.

« Est-ce bien compris, Lucifer ? »

Le brun eut une expression mécontente, puis baissa la tête en signe d’assentiment.

« Bien, Belphégor… » marmonna le mannequin, comme si ces deux paroles lui brûlaient la gorge.

Et, après un dernier regard plein de haine aux deux autres, le sorcier s’éloigna et repartit s’assoir sur un fauteuil confortable qu’il avait lui-même amené dans ce taudis.

La Suite, comme l’avait rappelé l’héritier Sallers, se composait de 7 membres principaux, incarnant chacun l’un des 7 péchés capitaux. Pour le moment, ils n’étaient pas assez nombreux pour mener une armée aussi étendue que les Mangemorts, ou rivaliser avec les Sombrarcanes –bien que leur chiffre exact leur soit inconnu-. Cependant, en dehors des 7 grands, il devait y avoir 4 ou 5 autres Mages Noirs, qui avaient soit commencé leur existence au sein de La Suite comme des « inférieurs », soit l’étaient devenu lorsqu’un nouveau partisan leur prenait leur place. Les duels entre membres étaient interdits, mais la concurrence n’était pas totalement éradiquée. Adam comptait d’ailleurs sur l’acharnement des Sang Souillés pour obtenir des Partisans d’un niveau toujours plus haut. Bien qu’il ne soit en réalité pas réellement le Chef de La Suite -le « grand patron » l’utilisant uniquement comme un pantin pour contrôler une Troupe sans se dévoiler…- Après tout, un jeune de 23 ans à peine n’aurait pas pu mettre en place une Organisation de cette envergure, seul…

Quant aux noms… Chacun des 7 grands devait s’appeler uniquement par un Surnom. Bien que certains se connaissaient auparavant, ils ne devaient en aucun cas –tout du moins, devant les autres membres de La Suite- dévoiler leur véritable identité. Cette mesure tendant évidemment à éviter les possibles fuites et les taupes. Aussi conservaient-ils l’appellation des Démons du péché qu’ils incarnaient. Adam Sallers, nommé Belphégor, puisqu’il représentait la paresse. Lexy Terence, l’Orgueil, dont le démon était Lucifer. Olivier Dubois était le Léviathan, rongé par l’envie… oubliant par ailleurs beaucoup de fois d’appeler son dernier collège par son pseudonyme plutôt que par son prénom… Rowen… dont le démon était Satan : la colère. Au sujet des autres membres, l’ancienne Auror savait que le Grand Chef était nommé Asmodée, la Luxure, bien qu’elle n’ait aucune idée de son identité. Elle n’avait non plus jamais vu Belzébuth, la Gourmandise. En revanche, elle savait que cet aristocrate amoureux de l’argent de Richard Harper était Mammon, l’avarice. Quant aux Inférieurs… elle n’en avait pas croisé un seul. En même temps, elle n’avait rencontré La Suite il y avait à peine 6 heures…

« Bon… On commence ? » demanda au bout d’un moment Olivier.

Il se baissa et souleva le mort qu’il passa sur son épaule. Rowen acquiesça d’un signe de tête nerveux, puis tous deux se dirigèrent vers le lit où était allongé Artemis Lone. Derrière son roman, Adam jetait quelques fois de petits coups d’œil à ceux qui comptaient effectuer le cruel rituel. Lexy, quant à lui, les observait avec une curiosité non dissimulée, affalé sur son fauteuil avec une élégante désinvolture. Rowen et Olivier se placèrent autour d’Artemis, et d’un coup de baguette magique, firent apparaître un lit à côté de celui du triplé Lone. Le Léviathan y déposa alors le fêtard, et se recula d’un pas. La Colère et l’Envie tracèrent alors des signes dorés sur le sol, tandis que les deux corps inertes allongés se soulevaient, comme tirés par des filins invisibles. En même temps qu’ils imprégnaient le carrelage et la poussière de motifs complexes, ils marmonnaient des incantations dans la même langue ancienne que lors de la signature du Pacte. Les acteurs du rituel s’immobilisèrent à la même altitude, et un halo inquiétant et argenté semblait les entourer. Une étrange mélodie, peut être semblable au chant d’un Phénix flotta dans l’air. Exténué, Olivier se laissa choir sur le sol, et s’épongea le front d’un coup de manche. Rowen, elle aussi épuisée, se recourba et posa ses mains sur ses cuisses, comme si elle venait de courir un long marathon. Le rituel était à présent engrangé.

« Il faut attendre… environ sept heures, maintenant. » réussit à articuler le Léviathan entre deux souffles.

« D’accord… Merci. » répondit Rowen, en relevant légèrement la tête vers son aîné.

A présent, Adam ne levait même plus les yeux de sa lecture, et Lexy avait trouvé une autre occupation : il pointait négligemment sa baguette dans les airs et faisait apparaître des créatures maléfiques aussi naturellement que s’il avait s’agit de canaris. Olivier, prenant appui sur l’une de ses jambes pour se relever, dépoussiéra sa cape à l’endroit où il s’était assis, puis amorça quelques pas vers la sortie du hangar :

« Inutile de rester là pour les surveiller. On va faire une petite balade ? »

Rowen jeta un coup d’œil à son frère Artemis, qui ressemblait à un spectre derrière cette étrange lumière grisâtre.

« Ne t’inquiète pas, il ne risque rien. Quand bien même des gens mal intentionnés tenteraient de lui jeter un sort. »

Il jeta un rapide coup d’œil à Lexy, qui avait changé de position sur son fauteuil et métamorphosait maintenant les créatures en d’autres objets. Il semblait terriblement s’ennuyer. Rowen était toujours hésitante, mais se décida à suivre Olivier. Après tout, elle pouvait lui faire confiance… il l’avait tant de fois tirée d’un mauvais pas. Et à présent, il réalisait son action la plus formidable en sauvant Artemis.

« Bon. Ok. »

Elle lui emboîta le pas, et ils sortirent tous deux du hangar par une petite porte métallique. L’Envie et la Colère débouchèrent sur une petite cour circulaire, bordée d’un petit jardin recouvert uniquement de gazon et d’un vieil arbre triste et courbé, comme si on l’avait forcé à s’incliner. Une unique balançoire de bois était suspendue à deux cordes nouées à une branche haute, et Rowen s’y installa, tandis qu’Olivier grimpait sur un support plus bas et plus solide. La brune commença à se balancer d’avant en arrière dans un léger grincement, les yeux dans le vague. Ce fut l’ancien Gryffondor qui rompit le silence en premier.

« Rowen. Ce n’est pas toi qui l’as tué, n’est-ce pas ? »

L’ancienne Auror, ses yeux noisettes toujours dirigés vers l’horizon neutre, continuait se de balancer, indifférente.

« En effet. Ca ne pose pas de problème, je pense. Tu as simplement dit qu’il fallait que je ramène un Moldu qui venait tout juste de mourir. »

« C’est vrai. Comment t’y es-tu prise pour trouver celui-ci ? »

« Tous les samedis soirs, il y a des fêtards qui sortent de boîte de nuit et se rompent le cou à un virage. Le temps était favorable à ce genre d’accident. Il m’a suffi de pister les sorties, et de transplaner vers d’autres endroits s’il n’y avait aucune activité. »

« Plutôt astucieux. Et tu ne t’es même pas sali les mains. Il n’empêche que, Rowen, j’ai l’impression que tu refuses de tuer des gens. »

Elle ne répondit rien. Olivier continua de la fixer, puis tourna la tête vers le Hangar.

« Ils ne le permettront pas, eux. Tu le sais ? »

« Je croyais qu’il n’y aurait qu’un seul sacrifice d’innocent à faire. Le reste, ce sont des Sombrarcanes. Je n’aurai pas autant d’état d’âme. »

Léviathan soupira, en passant une main dans ses cheveux châtains.

« C’est à cause de Michael ? Tu l’as revu avant de revenir, j’en suis certain. Il n’était pas d’accord sur le fait de tuer des gens, n’est-ce pas ? »

« Michael n’a rien à voir là-dedans, ok ? »

« C’est bon, ne t’énerve pas. Je n’allais rien lui faire, de toute façon. Tu essayes de le protéger ? Malgré tout ce qu’il a pu te dire… ? »

« La ferme Olivier. »

« Bon, tu n’as pas envie d’en parler, d’accord… »

Il arrêta de parler un instant. Rowen, de son côté, n’arrivait même pas à formuler des idées dans son esprit. Tout était flou, brouillé. Depuis qu’elle s’était fait jeter dehors par Michael, elle avait été aveuglée par une colère sourde. Elle lui en voulait horriblement, de ne pas la comprendre, de s’être mis à la détester… Elle se disait que si c’était ainsi, elle le détesterait aussi… Mais elle n’y parvenait pas. Elle avait partagé tant de choses avec lui… A Poudlard… Durant les années qu’ils avaient passées tous les deux dans le petit appartement du Serdaigle. Puis dans leur petite maison à Edgebourg… En petite fille naïve qu’elle était, elle s’était persuadée qu’ils s’aimeraient toujours. Jusqu’à la toute fin. Michael et Rowen… Mais non. Tous ces beaux rêves étaient terminés. Ils avaient tous deux tracé une croix définitive sur leur histoire. Il était tellement furieux contre elle qu’il ne la laisserait plus jamais revenir. Même si de son côté, elle conservait un petit espoir au fond de son cœur… Sans qu’elle ne puisse se contrôler, des larmes commencèrent à perler dans le coin de ses yeux noisette. Ici, la pluie s’était arrêtée de tomber, mais les joues de Rowen étaient humides… Salées… Chaudes…

Olivier tourna la tête vers elle, et se leva avec douceur pour venir la réconforter. Il passa ses mains autour de ses épaules, approcha son visage tout près du sien, et déposa sur ses lèvres un long baiser. Les lippes de la jeune brune étaient salées et humides… Cependant, il avait tellement attendu ce moment, qu’il lui sembla découvrir un morceau du paradis. Il décolla ses lèvres un instant, puis voulu l’embrasser de nouveau… mais Rowen plaqua sa main contre son cou, le tenant en respect, l’empêchant de renouveler l’expérience. Sans un mot, elle accentua un peu plus la pression pour qu’il se recule, et il finit par défaire son étreinte, un air à la fois déconfit et honteux sur le visage.

Il soupira une nouvelle fois. Elle n’eut aucune réaction, et essuya d’un revers de la main, ses joues baignées de larmes.

Décidément. Olivier avait beau vouer une affection toute particulière à la jeune fille, et admirer bon nombre de ses qualités... il fallait reconnaître qu'ils étaient loin d'être faits l'un pour l'autre. Ce n'était pas qu'un couple improbable. C'était un couple impossible. Alors, le châtain, en passant une dernière fois ses mains dans les cheveux de la brune pour la réconforter, amorça quelques pas vers l'entrée. Elle avait besoin de rester seule, c'était certain. Et quand bien même elle aurait besoin de compagnie... il fallait bien s'avouer que ce n'était pas la sienne.

« Je vais rentrer. » murmura-t-il avec douceur et sans amertume, en la laissant seule sur la balançoire, et en se dirigeant d’un pas lourd vers le hangar.

Une fois qu'elle fut de nouveau solitaire, elle put réfléchir pleinement. Ce fut alors qu’elle mesura l’ampleur de la situation. Même si elle avait fait ce qu’elle voulait accomplir en soignant Artemis, et avait signé un Pacte. Elle s’était engagée à faire partie des Sangs Souillés… Elle deviendrait une meurtrière. Une hors la loi. Oh. Elle avait toujours eu une aversion pour les règlements. Oui… Mais à cette époque, elle était encore une enfant. C’était plus un jeu qu’une réalité. Et puis… à cette époque… elle était aimée par l’une des personnes qui comptait le plus pour elle. Mais tout ça était terminé. Son monde s’était morcelé. Et il ne restait de ses souvenirs, qu’un parterre de verres brisés. C'était la fin de tout. La fin de son monde.





Dernière édition par Rowen Lone le Jeu 14 Mar 2013 - 1:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr
Messages : 1645
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation: Londres, Angleterre
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mar 12 Mar 2013 - 21:30


La Suite du Sang Souillé ( partie 4 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Michael Corner
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, Harry Potter, Aurors, Employés du Ministère.
Rating : PG
Thème : #31 : Reviens-moi
Tome concerné : 7 ans après Harry Potter et les Reliques de la Mort.
Nombre de mots : 4670 mots
Cadre : Suite de la fanfiction #10 : Les sept péchés capitaux. 6 mois après que Rowen ait rejoint La Suite du Sang Souillé, les Sombrarcanes continuent d'agir dans l'ombre, sans que les Aurors ne parviennent à les démasquer. Harry Potter, Directeur du Bureau des Aurors mobilise tous les effectifs possibles : il fait appel à l'ancienne Armée de Dumbledore pour lui prêter main forte, tandis que les forces des Mages Noirs grandissent... Les Sangs Souillés, toujours inconnus au bataillon, poursuivent leur apprentissage de la Magie Noire sans oublier leur objectif principal : éliminer les Sombrarcanes.





" Espoir, Proximité, Ultime Baiser "
...................................................................................................................................................................

Tap Tap Tap… Des pas précipités martelaient à une cadence irrégulière les dalles crasseuses de l’Allée des Embrumes. Quelques lampadaires vandalisés chassaient faiblement l’obscurité des ruelles noires de saleté, et un brouillard glacé s’engouffrait avec perfidie dans les moindres recoins, insufflant terreur et désespoir. Deux Détraqueurs immenses glissaient avec fluidité, la tête recouverte par une sombre cagoule, poursuivant deux sorciers qui eux même tentaient de rattraper une ombre qui tentait de leur échapper. L’un des sorciers se retourna vers les silhouettes encapuchonnées, et cria quelque chose en agitant sa baguette magique. Aussitôt, un magnifique aigle à quatre ailes argenté surgit dans la pénombre, et fonça sur les Détraqueurs qui reculèrent, chassés pas cette inattendue source de lumière éblouissante. La poursuite repris alors, tandis que, gagnant du terrain, les deux poursuivants n’étaient plus qu’à quelques mètres du fuyard.

« Stupéfix ! » cria le second sorcier d’une voix rauque, en essayant de viser sa victime qui détalait à une vitesse vertigineuse. Le sortilège rouge vif rata néanmoins sa cible, et Michael Corner pesta entre ses dents, tandis que Liam Darling, son meilleur ami, faisait d’inutiles moulinets avec sa baguette magique, tentant vainement de ralentir la course de celui qui voulait leur échapper.

« Impedimenta ! » beugla Liam en dirigeant son sortilège vers la silhouette, qui, de nouveau, parvint à éviter le jet lumineux. Avec un ricanement mauvais, le fugitif tourna à son tour sa baguette vers ses poursuivants, et marmonna une incantation d’une extrême complexité.

BANG ! Soudainement, Liam fut projeté en arrière dans un spectaculaire bond de 3 mètres, avant de retomber lourdement sur la pierre froide.

« LIAM ! »

Michael s’arrêta immédiatement, et fit volte face pour rejoindre son ami à terre, tandis que, pivotant sur lui-même, le Mage Noire se volatilisait dans un CRAC sonore. L’ancien Serdaigle se jeta aux côtés du châtain allongé sur le sol, les vêtements complètement déchiquetés et le visage lacéré de profondes entailles comme s’il venait de traverser une vitre qui avait explosé en millions d’éclats de verre, n’épargnant aucun centimètre carré de sa peau meurtrie. Liam gisait faiblement et gémissait de douleur, tandis que Michael arrachait sa propre cape de sorcier afin d’en confectionner des bandages de fortunes. Tremblant, il tenta de refermer les blessures de son ami par Magie, mais tous ses sortilèges demeuraient inefficaces.

« Merde ! Merde ! Merde ! » jura-t-il, tandis qu’il essayait vainement de stopper l’hémorragie -bien trop inquiétante- de son meilleur ami.

Et Michael était tellement concentré à tenter de maintenir Liam en vie, qu’il était bien incapable de faire attention à ce qui l’entourait. Profitant de ces longues minutes d’inattention, une ombre encapuchonnée s’approcha à pas feutrés du duo… Ce fut le blessé, qui parvenait aux prix de rudes efforts à conserver les yeux à demi ouvert, qui vit en premier l’inconnu. Affolé, il leva faiblement un bras tremblant vers le nouvel arrivant, en murmurant dans un souffle rauque une mise en garde :

« Mi…ch… atten... tion ! »

Michael, dans un brusque sursaut, se tourna alors vers la direction indiquée par son meilleur ami, et brandit immédiatement sa baguette magique sur l’inconnu cagoulé, prêt à jeter un sort si celui-ci se révélait être une menace. Ami ? Ennemi ? Le batteur de Carnal Sparks n’aurait su le dire. Et pourtant, il avait l’impression de connaître cette personne…

Le nouvel arrivant regarda un moment Michael et Liam, puis se baissa avec lenteur vers le blessé, tirant doucement sa baguette magique de sa poche. Corner, qui avait toujours la sienne brandie vers l’inconnu, se mit à trembler comme une feuille tandis qu’il se demandait s’il vivait ses derniers instants ou non.

« Je vous préviens… ne tentez rien, sinon… »

Mais il n’eut même pas le temps de finir sa phrase qu’il sentit une secousse. Il fut projeté en arrière, et son corps s’engourdit comme si mon métabolisme s’était mis à fonctionner au ralenti. Il aurait été incapable dans cette situation d’user du moindre sortilège, et la silhouette en profita pour se pencher un peu plus à Liam, complètement indifférente à la présence de Michael. A la lueur du faible lampadaire qui projetait sur eux une auréole pâle et trouble, le musicien vit une main gantée tenir la baguette magique qui venait de l’attaquer se pointer sur le jeune Darling. Il se mit à beugler avec force :

« Ne le TOUCHE pas !! »

Il essaya de résister, de se débattre afin de se libérer de l’emprise du sort, mais il ne parvint qu’à s’épuiser un peu plus. Pendant ce temps, l’inconnu sous la cagoule devait certainement utiliser une incantation imprononcée, car les entailles visibles sur le visage blême de Liam semblaient se refermer peu à peu, tandis que le sang coagulait à une vitesse trop importante pour être naturelle. Michael bouillonnait de rage, et aurait voulut se jeter sur le Mage Noir qui était juste devant lui, mais ne pouvait que l’admirer, impuissant, soigner son meilleur ami. De nombreuses pensées se bousculaient dans son esprit, tandis qu’il tentait de toujours conserver cette même hargne contre cette branche obscure de la sorcellerie qu’il haïssait tant… Mais il fallait reconnaître que sans, Liam aurait certainement été défiguré à vie.

Au bout de quelques longues minutes, toutes les entailles furent refermées et cicatrisées, bien qu’une horrible odeur de sang persistait encore dans les airs. La silhouette se leva alors, et, d’un geste élégant, pointa sa baguette magique sur Michael avant de tournoyer et de transplaner vers une destination inconnue. Corner mis quelques secondes à se rendre compte que le Mage Noir venait de le libérer du sort qui l’emprisonnait et ses jambes tremblantes qui le retenait en position accroupie le lâchèrent. Il s’effondra sur le sol, assis, la tête entre les bras, les yeux toujours fixés vers l’endroit où venait de disparaître le guérisseur.

« … Même pas une parole… Pfff… comme si je ne t’avais pas reconnue. Idiote… » murmura-t-il.

Après quelques longues minutes supplémentaires de médition, Michael se releva, se dirigea vers Liam et le hissa précautionneusement sur son épaule. Puis il transplana à son tour.

[ 3 jours plus tard, Ministère de la Magie ]

Michael se trouvait dans le Bureau du Directeur des Aurors, aménagé pour l’occasion en salle de réunion. Des dizaines d’autres sorciers comme lui écoutaient dans un silence religieux Harry Potter, l’Elu, faire le bilan des dernières semaines, tapotant de temps en temps un grand tableau blanc dont les inscriptions apparaissaient ou disparaissaient au fur et à mesure de l’avancée de la conférence. Une faible lumière filtrait à travers les stores à moitié baissés, mais l’attention et le sérieux des Aurors était palpable…

« …et nous avons subi plusieurs pertes au cours des quatre dernières semaines. Des Aurors expérimentés comme Daneelson ou Darling ont été attaqués par des Mages Noirs et sont actuellement à Ste Mangouste. Nous sommes sûrs et certains qu’il s’agissait de Sombrarcanes, même si nous n’arrivons toujours pas à les identifier. J’ai consigné de nouvelles données sur ces brochures, et espère qu’elles nous permettront d’enfin découvrir l’identité de ces partisans de la magie noire… » -il agita sa baguette magique et les dossiers allèrent se déposer devant chaque sorcier assistant à la réunion- « Nous allons continuer à mener des enquêtes. Restez vigilants, et n’entamez rien sans en avoir eut l’autorisation. Bien, vous pouvez disposer. »

Harry agita la main d’un geste désinvolte, et dans un raclement de chaise combiné, les Aurors sortirent un à un de la pièce, dossier sous le bras, un air plus que déterminé sur le visage. Le jeune Directeur ramassa ensuite à son tour les papiers qui étaient restés sur la longue table de réunion, puis d’un coup de baguette, la métamorphosa en un petit bureau sur lequel il entreprit la tâche de ranger ses documents. Ce ne fut que lorsqu’il releva la tête pour voir si le dernier sorti avait bien refermé la porte, qu’il s’aperçu que Michael Corner était encore là.

« Ah, Michael… C’est vrai, j’ai oublié que je devais te passer les clés du bureau de Liam pour que tu ailles récupérer quelques unes de ses affaires. »

Le batteur s’avança vers le bureau de Potter, tandis que celui-ci lui tendait une petite clé argentée reliée à une étiquette imprimée au nom de LIAM DARLING.

« Merci. » répondit Corner en inclinant légèrement la tête.

« Excuse moi de t’avoir infligé ça » dit Harry d’une voix claire en parlant de la réunion « Mais en cette période de troubles, nous avons autant besoin des Aurors certifiés, que des anciens membres de l’Armée de Dumbledore. »

« Oui, je comprends, c’est tout à fait normal. Si je peux faire quoi que ce soit, n’hésites pas à demander… Bon eh bien, au revoir.»

Puis il sortit du bureau en prenant bien soin de fermer la porte. Soupirant, Michael se dirigea vers celui de son meilleur ami, inoccupé depuis 3 jours déjà, et fourra dans un sac les quelques objets auquel Liam tenait le plus, et qu’il avait absolument voulu sur sa table de chevet à Ste Mangouste –histoire d’égayer l’endroit, avait-il dit-. Les jours de l’ex Serdaigle blessé n’étaient plus en danger, mais Harry avait tenu à ce qu’il reste à l’hôpital pour prendre un peu de repos, et être surveillé par des Médicomages certifiés. Lorsque Michael lui avait raconté l’histoire, il avait volontairement omis quelques détails –comme celui de l’identité du mystérieux inconnu-, et de ce fait, Harry pensait que la magie de guérison allait peut-être cesser d’agir à un moment ou à un autre. Il préférait donc que Liam reste sous surveillance, ce qui était bien normal. Il avait besoin d’effectifs, certes. Mais il ne voulait pas avoir la mort de ses Aurors sur la conscience… Enfin… Depuis que le batteur avait accepté de prêter main forte au Ministère et à Potter pour les aider à démasquer et mettre sous verrous ces fichus Sombrarcanes, il avait vu la mort de près bien trop de fois à son goût. Une chance que Liam ait été secouru à temps… par Rowen.

Oui… Il en avait la certitude à présent. Lorsqu’il l’avait vue sous sa cagoule, il ne l’avait pas tout de suite reconnue. Mais dès qu’elle s’était approchée de Liam, il avait perçu ce très léger parfum sucré, reconnaissable entre milles. De plus, il était persuadé d’avoir aperçu une mèche de cheveux bruns glisser de sous la capuche lorsqu’elle s’était penchée sur son meilleur ami. Oui… Cette Sang Souillée gantée… ça ne pouvait être qu’elle. Depuis qu’il l’avait mise à la porte, il ne l’avait plus jamais eut en face. Evidemment, lorsqu’il venait jusqu’à l’étage des Aurors pour assister aux réunions comme aujourd’hui, il lui arrivait de voir son ex petite amie, qui exerçait toujours ses fonctions sans que personne ne se doute qu’elle avait viré Mage Noire. Pourtant, ils ne s’étaient plus reparlés. Et cette situation lui était insupportable.

Il aurait aimé qu’elle se jette sur lui, qu’elle le martèle de coups, qu’elle lui hurle dessus en public., qu’elle lui écrase les orteils, qu’elle le gifle, ou qu’elle fasse pleuvoir sur lui une cascade de sortilèges, même… Mais cette indifférence… C’était pire que tout. Il devait parfois faire de gros efforts pour ne pas aller lui reparler. Même s’il ne la comprenait plus. Même si elle était devenue une infâme Mage Noire… Il l’aimait toujours. Elle restait celle dont il était tombé éperdument amoureux à la terrasse de Florian Fortarôme… Celle qu’il avait secourue dans ces couloirs, alors qu’elle sortait d’une retenue avec Ombrage et avait la main meurtrie… Celle avec qui il s’était follement amusé à Pré au Lard, dans la neige, et sur ce lac gelé sur lequel ils avaient patinés… et où il lui avait volé un second baiser. Celle qu’il avait invitée le même jour aux Trois Balais… Et celle à qui il s’était déclaré comme un gros maladroit, ce soir de Bal, à l’Infirmerie… Elle était tout pour lui. Son passé de collégien à Poudlard, puis celui de sa vie de jeune adulte, dans son appartement, et dans leur petite maison à Edgebourg… Son présent… et son avenir.

Et, lorsqu’il releva les yeux, il vit justement la jeune brune se faufiler entre ses collègues, et s’engouffrer poliment dans l’ascenseur. Michael sentit son estomac se retourner, mais sa décision était prise. Il courut aussi vite que ses jambes le lui permettaient, bouscula deux ou trois sorciers au passage, et bloqua la porte de l’ascenseur tandis que celles-ci allaient presque se refermer.

« Excusez-moi » lança-t-il d’une voix forte, tandis que toutes les têtes se tournaient vers lui.

Les portes se refermèrent dans un cliquetis métallique, et un vieux sorcier dégarni écrasa le bouton du Niveau 1. Le plancher se mit alors en mouvement, tandis que Michael regardait avec un intérêt non camouflé, Rowen Lone, appuyée contre l’un des murs, des dossiers sous le bras. Comme tous les autres employés du Ministère, elle avait levé les yeux vers ce nouvel arrivant si bruyant, mais les avait immédiatement rebaissés en tentant de faire passer ce signe de gêne comme un besoin compulsif de consulter ses notes. Son visage restait cependant imperturbable, bien que le regard perçant de Michael ait aisément repéré les légères tâches rouges qui empourpraient ses joues.

Elle était toujours aussi magnifique… Ses longs cheveux marron foncés virant au roux s’arrêtaient juste en dessous de ses épaules, et elle était vêtue d’un pull en fine laine marron et d’un jean légèrement évasé en dessous de sa cape de sorcière. Elle portait une paire de gants en peau de Moke à aspect de daim, et ses yeux noisette consultaient ses documents avec beaucoup trop de sérieux pour que cela puisse paraître naturel. La jeune fille était néanmoins bien décidée à faire comme si elle n’avait pas remarqué la présence dans cet ascenseur de son ex petit ami, et continua de l’ignorer superbement.

« Niveau 1 : Département de la Recherche Magique » annonça une voix tandis que l’ascenseur s’immobilisait avec douceur. Le sorcier dégarni et une de ses collègues sortirent en pressant le pas sans prêter plus d’attention à Michael et à l’Auror.

Rowen se risqua à lever les yeux, et s’aperçu qu’il ne restait plus que Michael et elle. Elle amorça alors un pas vers la sortie, déterminée à ne pas demeurer dans un espace aussi confiné en présence de l’ex Serdaigle, quitte à reprendre l’ascenseur ensuite. Cependant, le jeune homme lui bloqua l’accès au Niveau 1, et pressa les boutons pour que l’ascenseur se remette en route vers les autres étages. La brune, les mains sur les hanches, le toisa du regard en plissant légèrement les yeux, dans une attitude de défi.

« Allons, allons… Ne me dis pas que tu avais quelque chose à faire au Département de la Recherche Magique, avec tous leurs laboratoires, et les trucs du genre... Sinon je commencerai à sérieusement m’inquiéter pour toi. » plaisanta-t-il en guise de réponse à son expression de tueuse en série, un léger sourire en coin.

Rowen renifla d’un air méprisant, mais ne répondit rien, tandis que l’ascenseur poursuivait son bout de chemin. Michael continuait de l’admirer les bras croisés, son cœur tambourinant avec force dans sa poitrine. Il avait l’impression d’être revenu à leurs années collège, lorsqu’il l’aimait comme un dingue et qu’elle le détestait pour son insolence et ses taquineries qui l’agaçaient… Sauf que cette fois ci, elle le haïssait parce qu’il avait lui-même mis fin à leur relation. Et par la même occasion, à toute tentative de se retrouver de nouveau face à face… Après tout, n’avait-il pas juré qu’il la tuerait si elle se représentait devant lui ?

« Niveau 2 : Département de la Justice Magique » reprit toujours la même voix, lorsque l’ascenseur s’arrêta.

Cette fois ci encore, elle essaya de sortir de l’ascenseur, mais Michael lui barra le chemin en tendant son bras et en faisant barrage.

« Quoi ?! » lança la jeune fille, frustrée d’être coincée dans un pauvre ascenseur avec ce type qu’elle ne pouvait même plus voir en peinture. Les portes se refermèrent à nouveau dans un cliquetis métallique, tandis qu’elle écumait de rage et fusillait du regard cet imbécile qui avait toujours un stupide sourire fixé sur ses lèvres.

« Tu es montée dans l’ascenseur à cet étage pour y retourner ? Ca m’étonnerait beaucoup. » lui répondit Michael, qui semblait bien s’amuser.

« J’ai oublié quelque chose, et maintenant, laisse-moi-sortir. » ordonna-t-elle en tendant à son tour le bras pour atteindre le bouton et appuyer sur celui du Niveau 2 –le plus proche-.

Plus vif, Michael passa son bras valide en dessous de celui tendu de la demoiselle, et la retint légèrement, une main sur ses hanches, l’autre agrippée à son épaule. Surprise par ce soudain contact, Rowen leva la tête vers son ex petit ami, et plongea ses grands yeux noisette dans ceux de Corner. Ses joues virèrent au rouge plus soutenu, mais elle ne dit rien. Ce fut Michael qui brisa le silence, dans un murmure, d’un ton beaucoup plus sérieux que ses plaisanteries précédentes.

« Non, je te laisserai pas sortir. Pas avant que tu n’ais écouté ce que j’ai à te dire. »

« Rien à faire, lâche-moi ! Lâche-moi j’te dis ! Espèce de… »

Mais ses mots se perdirent. Michael s’était penché vers elle et l’avait longuement embrassée, tandis que, surprise par ce brusque baiser, Rowen cessait de se débattre, comme vidée de toute énergie. Au bout de plusieurs minutes, le jeune batteur décolla avec douceur ses lèvres de celles de la brune, et planta son regard dans le sien.

« Niveau 3 : Département des Accidents et Catastrophes Magiques. »

Les portes se rouvrirent, et un sorcier essaya d’entrer. Mais Michael lui barra le passage, sourd aux protestations de l’employé du Ministère, et lui lança, autoritaire :

« Tu prendras le suivant, c’est complet. »

« Quoi ? Mais non, laissez moi entrer, je… »

« Tu prendras le suivant. » ordonna l’ancien Serdaigle en prenant un air menaçant. Les portes se refermèrent sur le sorcier qui pesta à voix haute en tambourinant inutilement sur l’accès clos à l’ascenseur. Michael se retourna alors vers Rowen, qui n’avait même pas tenté de sortir, cette fois-ci, et vit qu’elle avait détourné le regard, les yeux brillants.

« Je croyais que tu allais me ‘tuer si je réapparaissais devant toi’. » murmura-t-elle dans un souffle.

Il soupira, et son expression devint soudain beaucoup plus grave… beaucoup plus triste.

« Eh bien… j’étais furieux. Furieux que tu ais pris cette décision sans m’en parler… et que tu planifies de tuer quelqu’un. Ca m’a mis hors de moi. Je ne pensais pas forcément ce que je disais. J’essayais juste de… te faire le plus de mal, pour me séparer définitivement de toi. »

Il la regarda fixement dans les yeux, tandis qu’elle se tournait vers lui, retenant ses larmes avec grand peine.

« Je… je voulais me persuader que je te détestais… que je détestais celle que tu allais devenir… mais je n’ai pas pu. »

Sa voix se brisa, mais il serrait toujours fermement ses épaules. Comme s’il avait peur qu’elle se volatilise. Il ne voulait pas la perdre de nouveau. Non… Il ne la laisserait pas partir et claquer la porte… encore une fois.

« Je n’ai tué personne. » reprit Rowen à voix basse. « Je n’ai pas tué pour sauver Artemis. Je n’ai pas tué ensuite, bien que je fasse partie des Sangs Souillés. Jamais. »

Cet aveu le fit se sentir encore plus minable. Durant ces derniers mois, il s’était persuadé qu’elle était devenue une ignoble criminelle. Tout ça pour justifier ce qu’il lui avait dit lors de leur dernier face à face…

« Je n’ai appris qu’une Magie qui me permette de guérir les blessures infligées par la Magie Noire… »

Incapable de se retenir plus longtemps, il la prit dans ses bras et la serra avec force, une main dans son dos, l’autre dans ses cheveux bruns.

« Niveau 4 : Département de Contrôle et Régulation des Créatures Magiques. »

« Je suis tellement… désolé Rowen. Si j’avais su… Non… même. Quoi que tu fasses, je t’aime, et t’aimerai toujours. Ces 6 derniers mois ont été une torture. Il n’y a que toi… tu es la seule… Je ne peux vivre avec personne d’autre. »

Les portes de l’ascenseur se refermèrent après qu’une volée d’avions en papiers/notes se furent engouffrées. Michael avait achevé sa déclaration, et attendait, mort d’angoisse, que Rowen se manifeste. Une phrase, une parole, ou quoi que ce soit. Mais rien ne vint. Elle restait muette à tout ce qu’il lui avait dit, et semblait réfléchir sans rien laisser paraître.

« Niveau 5 : Département de la Coopération Magique Internationale. »

« Collaporta. » lança Michael en direction des portes, et celles-ci se soudèrent dans un bruit de succion, empêchant quiconque d’autre d’entrer dans l’ascenseur, tandis que celui-ci poursuivait sa course vers les sommets.

Rowen, indifférente, caressait machinalement le dos de sa main droite couverte par le gant de daim. Elle faisait partie des Sangs Souillés, à présent… même si elle pouvait agir à sa guise, le risque que l’un des autres péchés capitaux s’en prenne à Michael un jour ou l’autre n’était pas à écarter… Sa proposition était tentante… Que n’aurait-elle pas donné, quelques mois auparavant, pour pouvoir retourner vivre avec lui à Edgebourg ? Lui cuisiner des plats par Magie, l’accueillir lorsqu’il rentrait d’une répétition particulièrement tardive, ou le voir avachis sur le canapé lorsqu’elle revenait du travail… Toutes ces petites choses faisaient partie des habitudes qu’elle avait prises, et qui restaient ancrées en elle. Elle aimait le voir lorsqu’elle rentrait chez elle. Elle aimait l’attendre et se jeter à son cou quand il regagnait leur petit nid. Tout ça… tout ça lui avait tant manqué. Mais à présent… A présent ? Que souhaitait-elle réellement ? Sa propre satisfaction égoïste, et le retour à ce train de vie qui lui avait tant plu ? Ou bien le bonheur de Michael ? Son bonheur sans elle…

Au moins, pensait-elle, ses jours ne seraient pas en danger, si elle ne le réintégrait pas à sa vie. La Suite ne s’en prendrait jamais à lui : ils n’auraient aucune raison de le faire. Mais la brune n’avait pas oublié que ses collègues faisaient ce qui leur plaisait. Olivier avait peut-être renoncé à elle, mais peut-être verrait-il dans sa réconciliation avec Michael, une occasion de briser sa vie une seconde fois… Il l’avait déjà fait plusieurs mois avant, en la persuadant de rejoindre les Sangs Souillés… Même si ce sacrifice lui avait permis de sauver Artemis… Et puis ce fichu Lucifer ? Il adorait lui jouer tout un tas de coups tordus. Pour lui, tuer une personne de plus ou de moins, Mage Noir ou non, ne l’aurait pas dérangé… Michael serait en danger… Sans parler d’Adam Sallers, qui, bien que paresseux, restait impulsif… Non… elle ne pouvait pas faire ça. Pas à Michael…

« Niveau 6 : Département des Transports Magiques. »

Ils entendirent tambouriner aux portes de l’ascenseur, qui ne voulaient toujours pas s’ouvrir. Les quelques notes de services violettes qui voletaient au dessus de leur tête avaient fini par se poser sur le sol, attendant patiemment que le sortilège se lève pour enfin livrer leurs messages, se promettant d’emprunter les escaliers, la prochaine fois…

Rowen, sans se soucier des bruits autour d’elle, releva à nouveau la tête vers Michael, et le regarda droit dans les yeux. Elle sentit qu’il resserrait un peu plus son étreinte, comme s’il voyait dans cet échange visuel un signe encourageant… et son cœur n’en fut que plus meurtri.

« Je ne peux pas, Michael. » murmura-t-elle, brisant le silence de l’ascenseur.

Il ne dit pas un seul mot, mais son visage se décomposa, tandis qu’il continuait de la fixer, comme s’il croyait qu’elle lui faisait une énorme blague.

« Je ne peux pas revenir avec toi… c’est impossible… plus jamais. Une fois que nous sortirons de cet ascenseur, n’essaye plus jamais de me reparler, s’il te plaît… »

C’était plus une supplication qu’un ordre. Même si le ressentir de Michael n’était certainement pas le même que le sien. Elle le sentit chanceler, et la main qui était fermement posée contre sa hanche glissa lentement jusqu’à terminer sa course dans le vide, pendante.

« Mais… je… pourquoi ? » demanda-t-il, désespéré.

« Nous ne pouvons tout simplement pas. » répondit-elle, calme et mesurée. « Toi et moi… ce n’est plus possible. »

Brusquement, il passa ses mains dans les cheveux bruns de l’Auror, et la plaqua contre lui, l’embrassant furieusement. Inoffensive une nouvelle fois, Rowen lui rendit son baiser, les joues brûlantes, et s’agrippa à la cape de sorcier de Michael. Le baiser se prolongea, effusif, sublime. Les deux jeunes adultes glissèrent le long de la paroi sur laquelle La Colère était appuyée, savourant cet échange magnifique, interdit…

« Niveau 7 : Département des Jeux et Sports Magiques. »

Michael se dégagea lentement, haletant, et lui lança un regard pénétrant.

« Ne dis pas des choses… comme ça… Tu sais tout comme moi que nous deux, ce n’était pas un hasard. Rowen… tu ne peux aimer personne d’autre que moi, et je n’ai d’yeux que pour toi. Ne le nie pas. Ne fais pas comme si ce baiser ne signifiait rien. »

« Je ne le nie pas… mais nous ne pouvons pas, Michael. Nous ne pouvons tout simplement pas… et lorsque nous serons sortis d’ici, nous… »

« Alors restons ensemble, toi et moi, dans cette cage d’ascenseur » la coupa-t-il. « Je me fiche de savoir où. Je veux juste rester avec toi. Ne t’en va pas… »

Il se pencha vers elle, et l’embrassa de nouveau.

« Niveau 8 : Atrium. »

« Reste… » la supplia-t-il.

Elle ferma les yeux, passa ses mains autour de son cou, et l’approcha de ses lèvres pour l’embrasser à son tour. Ils étaient là, tous les deux, ensemble… Plus rien autour n’avait d’importance… Ils continuaient de s’étreindre, de combler réciproquement leur désir des lèvres de l’autre, de laisser courir leurs doigts sur le visage l’un de l’autre, pour imprimer chaque courbe, chaque détail… Graver chaque instant dans leur mémoire. Sans penser à ce qui se passerait après. A ce qui arriverait lorsque les portes de l’ascenseur se rouvriraient…

Bien qu’ils n’aient aucune idée du temps qui s’était écoulé, et de ce qui se passait à l’extérieur, Rowen et Michael commençaient à ressentir la fatigue. Le jeune homme était allongé sur l’Auror, assise sur le sol, et, sa tête reposant sur son épaule, humectant le doux parfum sucré qui s’en dégageait, serrant sa main gantée. Puis, sans prévenir, tandis que l’ascenseur s’arrêtait de nouveau au Niveau 1, le batteur s’endormit, paisible.

« Michael ? » murmura la jeune fille sans cesser de lui caresser les cheveux.

Il n’y eut pas de réponse. Les portes s’ouvrirent, mais aucun employé n’attendait pour entrer. La nouvelle de l’ascenseur hors service avait dut se répandre, et tout le monde devait emprunter plutôt les escaliers. A moins qu’il ne soit si tard que tous les sorciers aient débauchés. Rowen n’en savait rien. Mais lorsque les portes se refermèrent, elle pointa sa baguette droit devant elle, et murmura :

« Collaporta. »

Non. Personne n’avait le droit de gâcher cet instant. Elle ne voulait pas qu’il s’achève. Encore un étage… encore un étage… se répétait-elle inlassablement, tandis que l’ascenseur continuait de monter et de descendre sans relâche. Contre elle, Michael bougea légèrement, glissant de son épaule pour atterrir sur ses genoux. Il dormait profondément. Alors, tandis que l’ascenseur s’arrêta une énième fois au Niveau 8, Rowen caressa une dernière fois le visage du brun, et, précautionneusement, le fit s’allonger sur le sol, se dégageant. Puis, en lui jetant un ultime regard embué de larmes, elle leva le sortilège et ouvrit les portes de l’ascenseur.

« Je t'aime, Michael... » souffla-t-elle.

Persuadée qu’elle avait pris la bonne décision, elle s’engouffra ensuite dans l’Atrium, et transplana. Il serait mieux sans elle. Oui... Sans elle.





Dernière édition par Rowen Lone le Mer 13 Mar 2013 - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr
Messages : 1645
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation: Londres, Angleterre
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mar 12 Mar 2013 - 21:36


La Suite du Sang Souillé ( partie 5 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Lexy Terrence
Personnages concernés : Rowen Lone, Lexy Terence, Adam Sallers, Richard Harper
Rating : PG
Thème : #3 : Le baiser qui n’en est pas vraiment un
Tome concerné : 7 ans après Harry Potter et les Reliques de la Mort.
Nombre de mots : 1356 mots
Cadre : Suite de la fanfiction #31 : Reviens-moi. Lexy Terrence est revenu de Mission contre les Sombracarnes, blessé et proche de la mort. Ses blessures, infligées par la Magie Noire, ne peuvent être soignées que par Rowen Lone, la guérisseuse de la Suite du Sang Souillé. Néanmoins, le processus de guérison demande une certaine condition... assez particulière.





" Affrontement, Guérison, Rivalité "
...................................................................................................................................................................

« Non, j’ai dit non ! »

Adam Sallers leva légèrement les yeux de sa lecture, et regarda d’un air las les deux abrutis qui se débattaient comme des fauves au centre de la pièce. Il hésita à ouvrir la bouche pour leur dire de se calmer s’ils ne voulaient pas tous les deux recevoir la marque de ses chaussures hors de prix imprimée sur leurs arrière-trains, mais estima qu’il n’avait pas envie de se fatiguer pour ça et retourna silencieusement à son bouquin. Dans un autre coin de la pièce, Richard Harper était en train de compter machinalement une grosse liasse de billets Moldus, installé comme un prince sur une espèce de trône qu’il avait lui-même fait apporter. Des monceaux et des monceaux de Gallions d’or étaient empilés tout autour de son siège, mais un quelconque maléfice punissait quiconque tentait de poser ne serai-ce qu’un orteil dessus. Certains s’y étaient déjà risqués, malgré les interdictions de celui qui incarnait l’Avarice. Ils s’étaient tous retrouvés avec un ou deux membres de leur anatomie en moins, et avaient écopé d’un séjour gratuit à Ste Mangouste. Qu’on se le dise. Même les parents de Richard Harper n’avaient pas le droit de toucher à son argent.

Le jeune aristocrate s’apprêta donc à compter les derniers billets de sa liasse, lorsqu’une masse sombre et non identifiable fut projetée près de son siège, renversant au passage une grosse pile de Gallions qui roula dans toute la pièce. L’homme qui venait de percuter le trésor ensorcelé hurla de douleur lorsqu’une profonde entaille apparut sur son visage déjà couvert de blessures. Une sorcière aux longs cheveux noirs, vive comme l’éclair, bondit sur son ventre à califourchon et lui attrapa les poignets pour l’empêcher de bouger. Le blessé continua de se débattre tout en gesticulant, et parvint à dégager l’une de ses mains qu’il plaqua sur la joue de son agresseur.

« Non c’est non ! N’y compte pas là-dessus ! » cria-t-il une seconde fois en essayant de tenir son adversaire en respect –une tâche pas si facile, étant donné qu’il était littéralement en train de se vider de son sang-.

« Arrête-de-gigoter-espèce-de-stupide-ver-de-pot ! J’essaye juste de te soigner ! » grinça la jeune fille.

Ses longs cheveux ébène volaient dans tous les sens tandis qu’elle essayait de maîtriser son blessé. Ses yeux en amande étaient plissés par la concentration, et ses joues, rosies par l’effort. Rowen Lone, ancienne Gryffondor et employée du Ministère, tentait de calmer Lexy Terrence, l’imprévisible Serpentard dont le visage de mannequin était à présent couvert d’horribles plaies.

« Me soigner ?! » Il eut un petit rire nerveux. « A ce rythme-là tu vas me tuer, oui ! »

Dans un geste colérique, il montra de sa main valide la nouvelle blessure qu’il venait d’avoir à cause des Gallions de Richard Harper –Rowen en profita pour le maîtriser-.

« Ou bien c’est moi qui vais m’en charger…. »

Rowen et Lexy sursautèrent, et se retournèrent d’un même mouvement vers Richard Harper, que la rage rendait méconnaissable. Le jeune aristocrate tenait une pile de ses Gallions qu’il avait dut partir récolter partout dans la pièce, et avait un air tellement furieux que Rowen se demanda s’il n’allait pas bouffer sa baguette magique.

« C’est elle qui a… » commença Lexy après avoir avalé sa salive d’un air paniqué.

Richard agita sa baguette magique, et Rowen et Lexy furent projeté hors du manoir comme si une main invisible les avait tirés jusqu’à la sortie. Les portes se refermèrent derrière eux dans un claquement sourd, et le jeune brun cru qu’il allait mourir sur le coup tant il perdait de sang.
Rowen regarda un instant les grandes portes noires, puis reporta son attention sur son camarade, qui gisait pitoyablement sur le sol à demi inconscient.

« Si tu t’étais laissé faire, rien de tout ça ne serait arrivé » , soupira-t-elle en fronçant les sourcils.

« Oh ferme là… » répliqua Lexy, les yeux rivés vers le ciel étoilé comme si sa conscience était en train de s’évaporer –il voyait déjà sa grand-mère sur la barque du Passeur du Styx lui faire des signes pour qu’il la rejoigne-.

La jeune brune ne répondit rien, et se contenta d’attacher ses longs cheveux en une queue de cheval. Elle se pencha ensuite au-dessus du Serpentard, une main de chaque côté de sa tête.

« Tu vas me laisser te soigner, maintenant ? » railla-t-elle aves sarcasmes.

« De toute façon avec le peu de forces qu’il me reste, je ne peux même plus lever le moindre petit doigt. Va, abuse de moi tant que tu veux, vile femelle. »

Elle lui décocha un coup de poing dans le ventre.

« T’es stupide. »

« Et toi t’es violente. La vache, si c’est comme ça que tu t’occupes d’un malade, j’ose pas imaginer la gueule de tes autres patients. »

« Mes-autres-patients-se-portent-très-bien-merci. Et tu crois vraiment que j’ai envie de faire ça ? »

« Quoi ? Tu parles du coup de poing dans le ventre ? Ah ben ça c’est sûr, tu y as mis tout ton cœur »

« On peut vraiment pas avoir de conversation avec toi… » soupira-t-elle. « Bon, très bien. Ferme les yeux. »

« Fermer les yeux ? T’es dingue, quand le Spectre de la Mort plane au-dessus de ma tête je préfère le v… »

Ses derniers mots furent étouffés lorsque la jeune fille se pencha sur lui et l’embrassa longuement. Il ferma les yeux, plus par réflexe que parce qu’elle lui avait demandé, et sentit une vague de chaleur lui parcourir le corps, sans qu’il puisse définir s’il s’agissait du sortilège de guérison qu’elle utilisait sur lui, ou une quelconque autre obscure magie qui faisait que lorsqu’une fille embrassait un garçon, ce dernier se transformait en parfait crétin. Lorsque la sensation se dissipa, Rowen se releva, essuya les gouttes de transpiration qui perlaient sur son front, et analysa d’un œil expert son patient.

Elle aida ensuite Lexy à se redresser, un air ahuri sur le visage, mais totalement guérit. La totalité de ses plaies –et même celle infligée par les Gallions ensorcelés- s’étaient refermées, et ses joues avaient repris des couleurs, comme s’il n’avait jamais été blessé. Le jeune homme admira ses mains parfaitement intactes un moment, passa ses doigts aux endroits où les mages noirs l’avaient touché, et soupira de soulagement… avant de cracher à plusieurs reprises sur le sol.

« Erk ! Erk ! Je me suis fait embrasser par Lone, mais quelle horreur ! Je crois que je ne vais jamais m’en remettre ! »

La brune leva les yeux au ciel, et dut se retenir pour ne pas l’étrangler –mais bon, soigner quelqu’un pour ensuite l’expédier en Enfer n’aurait pas été très malin-. Elle se contenta donc de s’accroupir vers lui avec un sourire malicieux fixé sur les lèvres, tout en susurrant :

« Mais dis-moi, Terrence… Tu n’es pas arrivé parmi les premiers au sein de la Suite, non ? »

Il leva un sourcil interrogateur, et continua de s’essuyer la bouche avec sa manche.

« Non pas vraiment, mais je suis quand même arrivé avant toi… Enfin on s’en fout un peu. »

Rowen sourit de plus belle.

« Oui, et quand tu es arrivé, vu que je n’étais pas là, il n’y avait aucune autre fille dans la Suite, n’est-ce pas ? »

« Non, aucune. Mais pourquoi tu me poses toutes ces questions ? »

La brune eut un petit rire, et se rapprocha de l’oreille de son camarade.

« Dans ce cas… je me demande bien qui a pu te donner ton baiser, lors du Pacte. »

Elle se recula en riant de plus belle, tandis que Lexy la fusillait du regard. S’il s’écoutait, il aurait bondit sur elle pour lui faire regretter. Néanmoins, il était indéniable qu’il avait une dette envers elle… Et Lexy Terrence n’oubliait jamais une dette. Alors, il se contenta de secouer la tête de gauche à droite, et de dire, partagé entre l’envie de l’étrangler et celle d’exploser de rire :

« Oh toi… un jour tu me le paieras Lone. »





Dernière édition par Rowen Lone le Jeu 14 Mar 2013 - 1:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr
Messages : 1645
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation: Londres, Angleterre
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mer 13 Mar 2013 - 1:19


La Suite du Sang Souillé ( partie 6 | FIN )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Michael Corner
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, La Suite du Sang Souillé, Les Sombrarcanes, Le Ministère de la Magie (Harry Potter, Liam Darling, Artémis Lone, …)
Rating : PG
Thème : #11 : Crépuscule
Tome concerné : 7 ans après Harry Potter et les Reliques de la Mort.
Nombre de mots : 3417 mots
Cadre : Suite de la fanfiction #3 : Le baiser qui n’en est pas vraiment un. Peu après les adieux de Rowen à Michael, dans l’ascenseur du Ministère de la Magie, le directeur du bureau des Aurors, Harry Potter, découvre la liste des personnes liées à La Suite du Sang Souillé. Accompagné de ses meilleurs aurors, il lance une véritable chasse à l’homme, qui se révèlera totalement infructueuse, l’information ayant mystérieusement filtré. La totalité des membres de la Suite affiliés au Ministère (un total de 16 aurors confirmés) désertent alors leurs postes pour éviter la rafle . 1 an plus tard, le combat entre le Ministère et les Sombrarcanes fait rage. Après plusieurs complots, les deux camps décident d’en finir une bonne fois pour toute, et se défient dans ce qui deviendra l’une des Grandes Guerres les plus marquantes de l’histoire des sorciers. Mais tandis que le camp des Sombrarcanes, qui compte de plus en plus de partisans, semble enfin obtenir une victoire écrasante sur les Aurors, un rebondissement inattendu va survenir…





" Dernière Bataille, Baiser, Retour "
...................................................................................................................................................................

Les explosions qui fusaient dans tous les sens soulevaient des volutes de fumée tels que le monde semblait engloutit dans un épais brouillard multicolore. Les bruits pétaradants des sortilèges mortels envoyés dans toutes les directions rendirent Michael Corner momentanément sourd. Plongé dans la brume polychromatique, le jeune sorcier ferma les yeux un instant, déboussolé par cette horrible impression d’être devenu à la fois aveugle et sourd. Il continuait d’avancer vers la bataille, baguette brandie, ne se fiant qu’à ses instincts pour contourner les corps qui jonchaient le sol, et éviter de buter contre les pièges dressés par la nature. Il avait déjà ressenti cela auparavant. Plusieurs années plus tôt, lorsqu'il avait participé à la Grande Bataille de Poudlard, contre Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom et ses Mangemorts. Cette fois ci, la guerre était encore plus sanglante. Tous les anciens élèves et jeunes sorciers qui avaient autrefois combattu contre les forces de Voldemort étaient à présent de fiers combattants surentraînés. Michael resserra sa prise sur sa baguette magique, jusqu’à en avoir les jointures blanches. Il avait déjà vécu ça. Il survivrait encore cette fois ci.

L’ancien Serdaigle ouvrit brusquement les yeux et se jeta sur le côté lorsqu’il sentit un sortilège fuser vers lui. Il évita de peu le rayon mortel, et se tourna vers son agresseur, à qui il décocha un coup d’Expelliarmus bien placé, l’envoyant virevolter au loin. Il essuya la sueur de son front, et se recoiffa brièvement avec un sourire satisfait. Mais son expression de contentement ne dura pas longtemps. Avec une détonation sourde, il fut plaqué au sol par le sortilège d’un des Sombrarcanes, et cracha une gerbe de sang lorsque son agresseur lui infligea une profonde entaille au niveau du dos. Pantelant, le brun leva ses yeux troubles de douleur, et serra les dents pour éviter de s’évanouir. Le Sombrarcane émit une espèce de sifflement perçant, aussitôt suivi de la réponse de ses coéquipiers, quelques mètres plus loin. Les coups de sortilèges avaient cessés, et la brume se dissipait progressivement. Michael eut un haut le cœur lorsqu’il reconnut plusieurs de ses camarades, terrassés par la supériorité de leur adversaire.

Liam, quelque part plus loin, gisait, inconscient, le teint cadavérique. A en croire par le soulèvement de sa poitrine, il était encore vivant, mais dans un bien mauvais état. Artémis Lone, que Michael avait juré de protéger, disparaissait sous un monceau de bouts de bois, tandis que Jonathan Harkin, qui avait tenté de lui porter secours, était soumis à un sortilège qui le maintenait à genoux devant le Sombrarcane qui l’affrontait. A quelques mètres de là –Michael sentit une bouffée de colère monter en lui-, Harry avait le visage ensanglanté, un Mage Noir le tenant à la gorge comme un vulgaire chaton, une expression d’intense sadisme gravée dans ses traits.

« Bien, bien, il semblerait que le Ministère soit tombé. On nous envoie les meilleurs aurors de la génération, et c’est tout ce dont ils sont capables ? » ricana une femme aux allures de psychopathe.

Un son indistinct s’échappa de la gorge de Harry, tandis qu’il fixait ses yeux verts émeraude sur son geôlier, comme si, par un simple regard, il espérait le faire exploser en morceaux.

« Eh bien, qu’est-ce qu’il y a Potter ? Ce n’était qu’un coup de chance, contre le Seigneur des Ténèbres ? On dirait qu’il aurait mieux valu que tu ne te débarrasse pas de la Baguette de Sureau, hm ? Montre-moi un peu ce que tu as dans le ventre.»

Le Sombrarcane qui le tenait par la gorge lui asséna un violent coup de pied au niveau du ventre, et Harry tomba à genoux devant lui, sous les ricanements goguenards de ses ennemis. Michael tremblait, tant de peur que de colère, mais toutes ses bonnes volontés ne lui permettaient pas de se relever et d’attraper sa baguette magique. Il fallait se rendre à l’évidence. La bataille était finie. Ils avaient perdu.

« Eh, Dolt ! On dirait que le misérable asticot que tu viens d’étaler par terre n’a pas retenu sa leçon ! On sent encore beaucoup trop d’insolence dans son regard ! »

Michael sentit son estomac se retourner lorsque la Sombrarcane qui était à quelques mètres d’eux interpella son acolyte, qui était celui qui le tenait en joue.
« Ah ouais, on dirait qu’il va bien falloir que je l’achève, alors. Désolé mon pote, mais ta tête me revient pas. » ricana le dénommé Dolt.

Le cœur de Michael tambourina contre sa poitrine, comme s’il voulait désespérément sortir de sa cage thoracique. Il était fini. La baguette en bois de houx qui se levait dans les airs, entre ses deux yeux, allait bientôt avoir raison de lui. Mais malgré les larmes qui brouillaient sa vue, malgré la douleur, malgré le spectre de la mort qui le menaçait de sa faux aiguisée, Michael ne pouvait se résoudre à fermer les yeux. Il voulait affronter la mort comme un homme. Comme un véritable sorcier. Comme…

Un tonnerre étourdissant se fracassa contre le sol de terre et de pierre. Sombrarcanes comme Aurors sursautèrent lorsque des détonations se firent entendre de toutes parts. Un vent de peur et de panique balaya la plaine, tandis que des silhouettes transplanaient sur le champ de bataille. Encapuchonnés, près de 50 sorciers et sorcières apparurent, baguette en main, prêts à reprendre la guerre là où ses principaux protagonistes l’avaient laissée.

« Mais que… » commença Dots, avant de se recevoir un sortilège et de tomber inconscient contre un rocher glacé.

Michael eut à peine le temps de cligner des yeux qu’une sorcière se penchait déjà sur lui pour lui éviter une nouvelle rafale de sortilèges qui volaient dans toutes les directions. La cape noire de l’inconnue lui caressa le dos comme une brise printanière, et un rideau de cheveux auburn lui chatouilla le visage. Des gants en daim lui serraient fermement les épaules, tandis que les yeux noisette de la jeune femme ne quittaient pas la bataille qui faisait rage au-dessus de leurs têtes. Son cœur manqua un battement lorsqu’il reconnut sa sauveuse.

« C’est La Suite du Sang Souillé ! » cria un des aurors de son camp, libéré de l’emprise des maléfices des Sombrarcanes, à nouveau maître de son propre corps.

Un brouhaha de panique parcourut les rangs des Aurors et des Sombrarcanes, aucun d’eux ne sachant dans quel camp se rangeaient ces nouveaux arrivants. Tout ce qu’ils pouvaient dire à cet instant, c’était que leur venue venait de sauver la peau d’un bon nombre d’Aurors. Cependant, les gens du Ministère ne devaient pas relâcher leur garde pour autant. Qui pouvait leur garantir que La Suite était là pour les aider ? Peut-être avait-elle attendu de laisser les deux camps s’entretuer, pour ensuite venir s’occuper des sorciers affaiblis restants et remporter la bataille.

« Repliez-vous ! » parvint à hurler Harry à ses camarades, traînant le corps inerte de son meilleur ami Ron Weasley, à l’abri des rayons mortels.

Qu’importe la raison de la venue de La Suite du Sang Souillé, le sorcier voyait en cette arrivée imprévue, une chance de sauver ses amis. Et il n’allait pas être assez stupide pour se lancer à l’assaut de ceux qui venaient de les secourir, volontairement ou non.

« Vous croyiez que vous alliez vous amuser sans nous ? Tocards ! » hurla Lexy Terrence en se débarrassant de la cape qui camouflait son visage.

Il envoya ensuite un sortilège à un Sombrarcane, qui tomba presque immédiatement par terre.

« J’espère qu’Asmodée me payera pour avoir pris part à cette querelle ridicule » railla Richard Harper, l’Avarice, tandis qu’il abattait d’un geste lent et paresseux, deux Sombrarcanes sur son chemin.

« Voyons Mammon, ne soit pas si égoïste » , soupira Olivier Dubois, l’Envie, à l’adresse de son camarade.

La sorcière qui était venue en aide à Michael soupira, et se releva pour participer à la Bataille. Michael, dont le cerveau avait presque oublié de fonctionner pendant les quelques secondes où les 7 Péchés Capitaux étaient venus à leur rescousse, sentit ses sens lui revenir. Il attrapa le pan de la cape de la jeune femme, et fit glisser son capuchon.

« Rowen… » murmura-t-il dans un soupir rauque, en croisant les yeux noisettes de celle qu’il avait toujours aimé.

La sorcière le regarda un instant, puis s’accroupit doucement auprès de lui pour caresser son visage, un léger sourire dessiné sur ses lèvres.

« Tout ira bien Michael. Je suis là. »

Elle se releva ensuite férocement, et envoya de véritables bourrasques de sortilèges à tous les malheureux qui avaient l’audace d’entrer dans son périmètre.

La guerre continuait de faire rage, mais bientôt, les effectifs des Sombrarcanes commencèrent à dégringoler de façon alarmante. Les sorciers de La Suite, en possession de tous leurs moyens, n’ayant pas participé à la première partie de la bataille, s’en donnaient à cœur joie en exterminant les derniers Sombrarcanes encore debout, et épuisés par leurs combats précédents. Encouragés par ce brusque retournement de situation, les Aurors encore en état de se battre se relevèrent et rejoignirent de nouveau l’affrontement, le courage et la bravoure comme armes les plus fatales. Ensemble, les Pêchés et le Ministère se levèrent contre les Mages Noirs, et les dominèrent, tant par leur supériorité numérique que par leur rage.

Rowen continuait de faire déferler des sortilèges sur ses opposants, tout en restant assez près de Michael pour lui venir en aide s’il était menacé. Elle abattit un Sombrarcane qui courait vers elle sans baguette, rendu fou par la défaite, et trébucha lorsque ce dernier continua sa trajectoire vers elle en lui attrapant les jambes dans son dernier souffle.

« Rowen ! Attention ! » cria Olivier, paniqué, lorsqu’un maléfice voltigea vers son amie.

La jeune fille regarda le sort fuser vers elle, impuissante dans sa chute, sa baguette lâchée lorsqu’elle avait commencé à perdre l’équilibre. Alors que le rayon n’était plus qu’à une distance dérisoire d’elle, Rowen ferma les yeux, et se sentit projetée vers le sol par une masse.

Lorsque son dos percuta avec violence la terre sèche, elle entrouvrit les yeux et vit Michael étalé sur elle, un filet de sang au coin de la bouche, la recouvrant de ses deux bras protecteurs.

« Michael… ? » murmura Rowen, sentant un liquide chaud et visqueux couler son ventre.

Un sanglot s’étrangla dans sa gorge lorsqu’elle s’aperçu que ce n’était pas son sang.

« Eh… tout… va bien ? » haleta Michael avec son habituel regard charmeur, ses traits néanmoins dévastés par la douleur.

Rowen tâta le dos de Michael avec ses mains gantées, et recommença à sangloter de plus belle lorsqu’elle sentit la profondeur de la plaie. La blessure était d’ailleurs encore brûlante, ce qui signifiait que Michael avait été atteint d’un sortilège de magie noire.

« Tiens prends ça, raclure ! » cria Lexy en abattant le Sombrarcane qui avait jeté le sort. « Eh tu vas bien, sale môme ?! » demanda-t-il à l’adresse de Rowen.

Mais celle-ci n’écoutait pas. Ses yeux étaient noyés de larme, et le sourire de Michael ne faisait qu’aggraver son état.

« C’est de ma faute… c’est de ma faute… » sanglota-t-elle tandis que l’ancien Serdaigle passait une main dans ses cheveux.

« Je serai… mort… bien avant de toute façon… si tu n’étais pas arrivée… » murmura Michael.

Il rassembla ses dernières forces pour l’embrasser et la serrer encore plus fort dans ses bras. Si c’était la dernière chose qu’il pouvait faire, alors il pourrait partir en étant heureux.

« Je suis désolée Michael... » parvint à articuler Rowen entre deux sanglots.

« Pour… la fois où tu m’as laissé dans l’ascenseur ?... » répondit-il en rigolant doucement. « Ouais… c’était la pire… des ruptures… T’aurais au moins pu… m’envoyer un hibou pour me l’annoncer… ça aurait été plus classe…»

« Crétin. » lâcha-t-elle en se frottant les yeux. « Je… »

Elle se figea lorsque ses yeux se posèrent sur les gants en daim qu’elle portait. Elle pensait qu’elle ne parviendrait pas à le sauver, même avec ses pouvoirs, puisque le processus prendrait bien trop de temps avant que Michael ne rejoigne l’autre rive, mais… elle le pouvait.

« Michael… »

Elle mordit le bout de son gant en daim pour l’enlever, et posa sa main sur la blessure béante de Michael.

« Qu’est-ce que… non… c’est trop tard. » murmura Michael, avant de grimacer de douleur.

« Une vie contre une vie… » soupira-t-elle, un sourire triste aux lèvres. « Si j’utilisais une des personnes tombée au combat, je ne serai pas en mesure de te soigner, effectivement… Mais je peux encore faire quelque chose. »

Il la regarda avec un air perplexe, tandis qu’il sentait son corps vidé de toute énergie.

« Ta vie… contre la mienne. » chuchota Rowen en continuant de sourire.

Michael sentit qu’une enclume venait de tomber dans son ventre.

« Non… je t’interdis… »

« Je t’aime, Michael… »

« Non… »

La main de Rowen se posa doucement sur la blessure de Michael tandis qu’elle prononçait l’incantation. Une vague de chaleur l’enveloppa avec douceur, et elle sentit son esprit s’évaporer. Elle n’entendait même plus Michael la supplier d’arrêter, et se débattre avec le peu de force qui lui restait pour s’éloigner d’elle. Une larme qui n’était pas la sienne s’écrasa comme une goutte de pluie sur sa joue, tandis qu’elle continuait de sourire. Elle ferma les yeux, et embrassa pour la dernière fois celui qu’elle aimait. La nuit noire autour d’elle, de plus en plus sombre, sembla l’engloutir et la dévorer goulument. Les bruits s’éteignirent, et bientôt, elle ne sentit même plus le contact des lèvres de Michael sur les siennes.

Ce serait la chose qui lui manquerait le plus… Mais elle avait fait la bonne décision. Elle l’avait sauvé. Sa vie dénuée de sens dès lors qu’elle avait rejoint La Suite du Sang Souillé avait alors repris de la valeur… Quel dommage qu’elle ne puisse plus revenir sur ses pas et remonter dans la barque du Passeur du Styx qui allait dans l’autre sens…

Rowen discerna un picotement le long de sa main, à l’endroit où la marque du Sang Souillé était gravée à même sa peau. La brune cligna des yeux de façon incrédule, sentant peu à peu ses sens, qu’elle avait perdus, revenir à elle. Elle bougea doucement les doigts, et regarda le dos de sa main. Progressivement, la fleur du Sang Souillé disparaissait, comme si une peau neuve et intacte se reformait.

Elle eut alors l’impression de sortir de l’eau après avoir longtemps retenu sa respiration, et se réveilla en sursaut.

Elle était revenue sur le champ de bataille. Quelques explosions continuaient de fuser dans le lointain, mais la guerre était pratiquement achevée. La brune cligna des yeux, et sentit son visage humide des larmes de Michael, qui la serrait dans ses bras en appelant son nom.

« Rowen… »

« Oui ? » murmura-t-elle, vidée de ses forces mais bel et bien vivante.

« Rowen… »

« Michael je suis là… » répéta-t-elle en respirant une bouffée d’air à plein poumons, heureuse de ne pas être morte.

« Je suis tellement désolé… Rowen… Je t’aime… »

« Michael ne me serre pas aussi fort, tu me fais mal. »

« Je… »

Elle lui asséna un coup violent à l’arrière du crâne pour qu’il relâche son étreinte.

« Mais bordel ! Tu veux m’envoyer en Enfer encore une fois ! Crétin ! »

« Que… »

Michael se redressa en se massant l’arrière du crâne, une expression de totale incrédulité sur le visage.

« Row… Quoi ?! Je croyais que tu étais… »

Elle lui sourit et se jeta dans ses bras, n’ayant pas d’explication plus pertinente pour le moment. Ils s’étreignirent longuement en s’embrassant fougueusement, ne se séparant que pour reprendre leur respiration et repartir de plus belle.

« Oh eh, c’est pas bientôt fini ça ? Je suis en train de mourir et c’est tout ce que tu penses à faire, Mich’ ? »

Les deux sorciers se séparèrent brusquement, comme s’ils venaient d’être surpris dans une situation embarrassante, et levèrent les yeux vers Liam Darling, soutenu par Andgy Kortigas, qui les regardait, une expression mi exaspérée, mi amusée sur le visage.

« Mec ! J’étais super inquiet pour toi ! Comment ça va ? » s’exclama Michael en regardant son meilleur ami, bien amoché, mais hors de danger.

« Ouais c’est ça, fout toi de moi. » railla le jeune homme aux yeux bleus.

« T’es vraiment dans un sale état, mec. »

« Et toi t’as l’impression d’être sorti tout droit de la machine à laver. Même pas une égratignure sur le visage. Non mais va y, avoue, t’es parti te cacher pendant toute la bataille par peur de plus avoir envie de te regarder dans le miroir après ? »

Michael lui adressa un sourire goguenard, et Liam lui décocha un coup de pied dans la seule partie de son corps qu’il pouvait atteindre –c’est-à-dire, les côtes-.

« Rowen, que s’est-il passé ?! » demanda Olivier en rejoignant le groupe, essoufflé et les vêtements tous déchirés, mais sans blessure majeure. « Je t’ai vu guérir Michael, et après… normalement tu aurais dut être… »

La jeune fille hocha la tête.

« Je ne comprends pas non plus. Pourtant j’ai… » elle s’arrêta. « Olivier ! La marque ! »

Elle lui montra le dos de sa main, sans aucune cicatrice.

« Disparue ? » s’étonna-t-il, avant d’enlever son gant, et de regarder sa propre main. « La mienne est encore là. »

« Rien d’étonnant à cela » murmura une voix douce et paisible juste derrière eux.

Ils se retournèrent tous, et se retrouvèrent face à un vieillard encapuchonné qui appartenait vraisemblablement aux 7 Péchés Capitaux.

« Asmodée… » commença Olivier, avant de se taire et de faire une révérence devant le chef de La Suite du Sang Souillé.

Le vieux sorcier regarda de ses yeux bleus électriques Rowen un instant, avant de dire.

« Ma chère… vous aviez fait un Pacte en rejoignant la Suite… Celui de dévouer votre vie à notre cause et de n’utiliser vos pouvoirs que dans nos intérêts, n’est-ce pas ? »

« En effet » marmonna Rowen en baissant les yeux, consciente qu’elle n’avait pas respecté sa part du marché.

« Or, vous avez utilisé vos pouvoirs, et même donné votre vie, pour sauver ce jeune homme ici présent… » poursuivit le vieillard, un air amusé tirant ses traits ridés. « Vous n’étiez censée ni faire l’un, ni faire l’autre… Apparemment, lorsqu’un de nos Pacte est brisé, vous n’êtes plus considérée comme faisant partie de notre organisation… et ce qui perd la vie n’est alors pas vous, mais la part de marché qui était gravée… » il posa un index osseux sur le dos de la main de la jeune fille « …ici. »

Rowen sentit l’étreinte de Michael se resserrer sur son bras, tandis que le jeune homme frémissait de bonheur.

« Hm… je pense que ceci est l’explication la plus plausible. » conclut le Chef des 7 Pêchés, en claquant dans ses mains d’un air réjouit. « Ceci signifie donc que dès à présent, vous ne faites plus partie des nôtres… Je suppose que cela doit vous déchirer le cœur »

Il esquissa un bref sourire, avant de se retourner et de claquer des doigts.

« Léviathan, je pense qu’il est temps de retourner au QG. J’ai quelques modifications à faire pour que Miss Lone ne puisse plus retrouver l’endroit. Je pense que cela me prendra un petit peu de temps, autant s’y mettre tout de suite. Prête-moi ton bras pour que je puisse m’y appuyer, ce genre de guerre met à rude épreuve mes rhumatismes. Lucifer et Mammon se chargeront de poursuivre les derniers Sombrarcanes, et de s’assurer que tout le monde a bien été envoyé à Azkaban. » sifflota d’un air joyeux le vieillard.

« Attendez ! Je… heu… merci beaucoup » murmura Rowen à l’adresse des deux sorciers.

Ils se retournèrent doucement vers elle. Olivier lui adressa un sourire, et le vieillard ricana d’un air espiègle. Ils firent ensuite un pas en avant, pivotèrent, et transplanèrent dans un CRAC sonore.

Rowen regarda Michael, et, sans crier gare, l’embrassa de nouveau. Il passa une main dans ses cheveux bruns et les ébouriffa un instant avant de lui dire :

« Bon retour parmi nous, Rowen. »

Ils s’embrassèrent tandis que le crépuscule recouvrait le champ de bataille de sa chaude lumière. C’était une nouvelle vie qui commençait.




Voilà, l'arc de "La Suite du Sang Souillée" est enfin terminé, merci d'avoir lu, et désolée de la fin peut être un peu tirée par les cheveux (à la base, j'étais pas partie sur ça, mais finalement, je me sentais pas d'humeur à faire une fin triste) !
Au final, vous pouvez considérer que, étant donné que Rowen n'a plus la marque, elle n'est plus considérée comme une fugitive/membre de La Suite. Par ailleurs, Harry a arrêté les poursuite contre les membres de l'organisation, étant donné qu'ils les ont bien sauvés pendant la Grande Bataille. Tout rentre donc en ordre pour Michael et Rowen.

A très bientôt pour un nouvel arc !





Dernière édition par Rowen Lone le Jeu 14 Mar 2013 - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr
Messages : 1645
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation: Londres, Angleterre
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mer 13 Mar 2013 - 18:51


" Attention… Moteur… Ça tourne ! "
...................................................................................................................................................................



" Attention… Moteur… Ça tourne ! " retrace les aventures de Rowen et Michael qui, pour le bien d'une pièce de théâtre, décident d'expérimenter un des nouveaux produits de la boutique Farces pour Sorciers Facétieux des frères Weasley. Les deux protagonistes se réveillent donc chaque matin dans la peau de personnages de films ou livres célèbres, et doivent évoluer dans un décor qui n'a rien à voir avec celui dans lequel ils vivent ! En étant encore conscients de leur véritable identité, évidemment.

Alerte spéciale : Il se peut que la fanfiction révèle plusieurs passages importants des films/livres desquels elle est adaptée. Si jamais vous ne voulez pas être spoilé(e) sur un film que vous n'avez pas encore vu, passez votre chemin, même si en général, aucun détail vraiment important n'est révélé. Si toutefois vous décidez de lire la fanfiction malgré tout, une description succincte de l'univers ainsi que de ses principaux personnages figurera dans la case de présentation. A noter que ces fanfictions sont à prendre au 46ème degré, et que j'apprécie bien évidemment tous les films qui seront parodiés, donc ne le prenez pas trop sérieusement. Bonne lecture !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr
Messages : 1645
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation: Londres, Angleterre
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mer 13 Mar 2013 - 20:10


Attention… Moteur… Ça tourne ! ( pilot )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Michael Corner
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, Neville Londubat, Parvati Patil, Lavande Brown, Seamus Finnigan, Dean Thomas, Sybille Trelawney, Firenze.
Rating : PG
Thème : #27 : Attention… Moteur… Ça tourne !
Tome concerné : 6ème Tome
Nombre de mots : 1069 mots
Cadre : Poudlard décide d'organiser pour l'une de ses soirées, une pièce de théâtre dirigée par Sybille Trelawney et Firenze, les deux professeurs de Divination. Réquisitionnés par Lavande Brown et Parvati Patil, Rowen et Michael se voient dans l'obligation de participer à la pièce... Mais tout ne se passe pas comme prévu, et Rowen se révèle être une bien mauvaise comédienne ! Les jumeaux de Farces pour Sorciers Facétieux lui viennent alors en aide en commercialisant le produit le plus exceptionnel de leur gamme "Rêve éveillé"...





" Roméo ô mon Roméo "
...................................................................................................................................................................

« Non non non ! Lone ! Coupez ! Coupez ! »

Les comédiens s’arrêtèrent en maugréant, tandis que la directrice du club Théâtre de Poudlard, Sybille Trelawney, agitait son bras osseux en faisant cliqueter ses innombrables bracelets de perles bon marché. Ses yeux agrandis par les lunettes-loupes qu’elle portait constamment parcoururent la scène un instant, et s’arrêtèrent sur Rowen Lone, qui, pataude, la regardait d’un air innocent.

« Je suis désolée Professeur Trelawney » marmonna la jeune Gryffondor en lui adressant son sourire le plus candide, tandis qu’à ses côtés, Neville Londubat se tenait le nez en couinant de douleur. « Réaction… heu… naturelle. »

« C’est une réaction naturelle pour toi d’envoyer un pain dans la figure d’un de tes camarades qui essaye de t’embrasser ? » questionna d’un air furibond Lavande Brown, en tapotant le dos de Neville d’un air maternel.

« Ma chérie, ça suffit ! » coupa le Professeur Trelawney en s’enveloppant dans son châle à l’odeur prononcée de Xérès, de la façon la plus théâtrale et mystérieuse possible. « Tout cela, je l’avais vu pas plus tard que ce matin, dans ma boule de cristal… » murmura la vieille enseignante en baissant la voix de plus en plus, ce qui eut pour don d’exaspérer Dean Thomas et Seamus Finnigan. « Mais je suppose que cela avait échappé à Canasso… heu je veux dire, à ce très cher Professeur Firenze »

Firenze le centaure, qui supervisait également la pièce de théâtre, s’arrêta un moment de contempler le décor fait d’arbres et de mousses, pour fixer ses yeux bleus lagons sur le Professeur Trelawney.

« Nous autres centaures ne nous attachons pas à vos préoccupations d’humains… » répondit le centaure de sa voix lointaine, ce qui eut pour effet de faire glousser Parvati et Lavande –à cet instant, Neville était bien loin des inquiétudes de cette dernière-.

« Humpf. Bon, je suppose que nous pouvons prendre une pause à présent » , reprit le Professeur Trelawney en essayant d’imiter le ton mystique de son collègue.

Rassurée, Rowen se releva avec un sourire, et se dirigea dans les coulisses sous les regards courroucés de Lavande Brown. Michael, qui avait assisté à toute la scène, un script de la pièce de théâtre qu’ils étaient en train de pratiquer dans la main, se mit à ricaner lorsqu’il vu l’air mi exaspéré mi gêné de sa petite amie.

« Apparemment, tu as du mal à assimiler ce qu’il y a écrit sur ce bout de papier. Je savais que les Gryffondors n’étaient pas de grands intellectuels… mais à ce point ? » railla-t-il en évitant le coup de poing que la lionne essayait de lui asséner.

« Bon écoute, il était un petit peu trop près de moi et j’ai paniqué, ok ? Je ne suis pas faite pour jouer ce genre de rôles qui requière de plaquer sa bouche sur la première chose qui se pointe –sans vouloir t’offenser, Neville- »

« Pas de soucis » lui répondit Neville en se tenant le nez, tandis que Seamus essayait de le lui guérir à coup de sortilège aléatoire –ce qui, si vous voulez mon avis, n’était pas la solution la plus sage-.

« Ouais je comprends » , se moqua Michael. « Tu es plutôt faite pour des rôles bien bourrins. Comme Godzilla ou King Kong, par exemple… »

Le Serdaigle esquiva le coup de pied de Rowen, et lui mit une main sur l’épaule.

« Bon si ça peut te rassurer, si tu ne l’avais pas frappé, je l’aurais fait à ta place. Je n’aurais pas vraiment supporté que tu te mettes à embrasser n’importe quel idiot venu –sans vouloir te vexer, Londubat-. »

« Pas de soucis » répondit la voix lointaine de Neville, tandis que son nez se mettait à enfler de plus en plus, sous le regard paniqué de Seamus et Dean.

Rowen soupira.

« Ouais enfin en attendant, ça va être compliqué de jouer cette pièce. D’ailleurs, pourquoi sommes-nous obligés de faire ça ? »

« Parce que nous sommes le couple le plus en vogue de Poudlard, et que Lavande et Parvati nous l’ont gentiment demandé. Ok ? Maintenant, remet tes jupons, et retourne t’entraîner » répondit Michael avec un sourire de gentleman.

« Je ne vais pas y arriver. Dès que je vois quelque chose s’approcher de ma zone de confort, mes instincts naturels resurgissent et je… frappe. »

« Hum… »

Michael réfléchit un instant, et sortit de sa poche un petit emballage aux couleurs criardes, qui provenait visiblement de la boutique des jumeaux Weasley, Farces pour Sorciers Facétieux.

« J’ai acheté ça à la dernière sortie de Pré-au-Lard, en me disant que ça pourrait être pratique pour toi, vu que tu aurais certainement du mal à rentrer dans la peau d’un personnage. »

Rowen attrapa le paquet aux allures douteuses.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda-t-elle, tandis qu’elle essayait de lire les inscriptions écrites à l’encre dorée à la lueur de la seule bougie allumée dans les coulisses.

« Il parait que ça te fait vivre une expérience sensationnelle. D’après Fred et George, si tu prends ça, tu feras un véritable rêve éveillé où tu te retrouves dans la peau de personnages de films célèbres. Génial, non ? Voilà qui pourrait t’aider à jouer un rôle… »

« Michael… »

Sans crier gare, la brune se jeta dans ses bras et l’embrassa longuement, sous le regard scandalisé du Professeur Trelawney qui venait de débouler dans les vestiaires.

« Reprenez vos postes immédiatement ! » meugla la vieille sorcière en faisant cliqueter de plus belle ses longs colliers de perles. « La pause est terminée ! »

Rowen et Michael se baissèrent pour éviter un coup de châle meurtrier, et se regardèrent en souriant.

« Tu es un génie. On va essayer ça tous les deux après la répétition, ok ? J’oublierais même que tu as dit que tu pensais que j’aurais du mal à rentrer dans la peau d’un personnage. »

L’expression du Serdaigle changea, tandis que son teint pâlissait.

« Heu… j’ai pas dit ç… »

Un coup de talon dans le tibia le fit taire immédiatement.

« Moi aussi je t’aime. Bon, on y retourne ? »

Et, se tenant la main sans prêter attention aux reniflements désapprobateurs du Professeur Trelawney, le jeune couple rejoignit la répétition. Sans se douter que les aventures qu’ils allaient vivre allaient être… exceptionnelles.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Aujourd'hui à 23:20

Revenir en haut Aller en bas
 
[Défi#2] Rowen Lone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Défi#2] Rowen Lone
» (M/FAMILY) MARTIN FREEMAN + Lone wolf
» je fais quoi maintenant?!...PV[Rowen / Rawane]
» Rowen's Kingdom
» Présentation de LoneWolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Les galeries :: Défi - Les 30 baisers-
Sauter vers: