AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 [Défi#2] Rowen Lone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1647
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Dim 17 Mar 2013, 01:41


Hogwarts High ( épisode 7 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Cormac McLaggen
Personnages concernés : Rowen Lone, Cormac McLaggen, Jonathan Harkins, Seamus Finnigan, Dean Thomas, Keira Williams, Lavande Brown, Parvati Patil, …
Rating : PG
Thème : #28 : A l’envers
Tome concerné : Aucun
Nombre de mots : 1765 mots
Cadre : Cet épisode se déroule deux semaines après l'épisode 6. Michael commence à éprouver des sentiments pour Rowen depuis l’incident du baiser, mais refuse de se l’avouer. Afin de se persuader qu’il ne ressent rien pour elle, il commence à sortir avec Marietta Edgecombe. En attendant, Rowen ne semble pas s’en préoccuper, et a bien plus à faire avec la soirée à laquelle elle a été invitée, où elle va faire une rencontre plutôt inattendue.





" Premier baiser "
...................................................................................................................................................................

Depuis l’incident du baiser, Rowen avait refusé catégoriquement d’adresser la parole à Michael en dehors de leurs Travaux Pratiques en commun. Mais rapidement, le bande de Corner avait arrêté d’enfermer Neville dans les casiers, et la brune avait décidé qu’il était peut-être temps de lui pardonner afin que leur relation redevienne comme avant -ce qui impliquait insultes, piques, et regards meurtriers-.

De son côté, Michael avait l’air un peu perdu avec ses sentiments. Il ne pouvait s’empêcher de rougir et d’avoir un regard crétin à chaque fois qu’il voyait Rowen, mais gardait une attitude tout à fait exécrable lorsqu’elle venait lui parler. Afin de ne pas s’avouer qu’il était en train de craquer pour cette horrible et peu féminine bonne femme, Michael avait décidé de sortir avec une de ses camarade qui lui faisait de l’œil depuis le début de l’année. C’est-à-dire Marietta Edgecombe, une blonde aux épaisses boucles et à la cervelle de moineau. Ceci dit, il pouvait à présent se pavaner fièrement avec une cheerleader à son bras, sans que quiconque ait pu se douter qu’en réalité, il avait un terrible faible pour la marginale Rowen Lone.

Sur internet cependant, il se confiait à son amie virtuelle en lui exposant ses insécurités et ses doutes quant à sa santé mentale. Ce à quoi elle lui répondait qu’il était parfaitement sain d’esprit, et devait certainement prendre le temps de bien réfléchir afin de ne pas faire des erreurs. Etais-ce cependant son imagination, ou son amie souhaitait-elle qu’il ne reste pas avec Marietta ? Peut-être avait-elle deviné qu’il ne l’aimait pas du tout, et essayait simplement de se voiler la face en essayant de passer –comme toujours- pour quelqu’un qu’il n’était pas.

Quoi qu’il en soit, Michael était plus qu’irrité de constater que sa relation avec Marietta ne semblait pas déranger Rowen plus qu’il n’aurait été de coutume. Pire que ça, il la voyait sans cesse avec son stupide blondinet de Jo’ dans les parages, et ne pouvait s’empêcher de se demander si ces deux-là sortaient ensemble. Mais aller lui en parler directement l’aurait grillé sur le champ, et s’il y avait une chose qu’il voulait absolument éviter, c’était qu’elle soit au courant. Ne dit-on pas que celui qui tombe amoureux en premier a, -en quelques sortes-, perdu le jeu ?

Mais Michael avait bien peu de raison de s’inquiéter pour au moins une chose : Jonathan et Rowen ne sortaient pas ensemble. Bien que cela n’aurait pas vraiment dérangé le blond, qui avait de plus en plus de mal à résister aux attaques surprises de sa meilleure amie, comme le va-y-que-je-met-mes-mains-dans-tes-poches ou Jo-laisse-moi-de-la-place-dans-ton-écharpe. Cependant, le Quaterback ne savait pas que, prochainement, il aurait à s’inquiéter d’une toute autre chose…

Aussi ce soir-là, Jonathan et Neville avaient été invités par Seamus Finnigan et Dean Thomas –leurs voisins de dortoirs- à faire une petite soirée tranquille dans leur chambrée. Comme Seamus et Dean s’entendaient plutôt bien avec Rowen et Keira, les deux jeunes filles avaient également été appelées pour égayer un peu la fête. D’après le message qu’elles avaient reçu, il ne s’agirait que d’une petite beuverie entre 5 ou 6 bons copains, grand maximum.

Quelle ne fut pas leur surprise lorsqu’elles virent la chambre pleine à craquer d’au moins une vingtaine de personnes.

Vêtue pour l’occasion d’une jolie robe noire –sur obligation-sinon-je-te-tranche-la-tête de sa coloc’ Keira-, Rowen se fraya un chemin entre les gens qu’elle ne connaissait pas, pour aller se servir un verre à côté de Seamus, qui plaisantait avec un grand type qu’elle n'avait jamais vu.

« Oh tiens Rowen, salut ! Content de te voir là ! » s’enthousiasma Seamus en donnant des tapes dans le dos de son amie. « Je te présente Cormac McLaggen, il fait partie de l’équipe de foot avec Dean et moi. Enfin c’est plutôt notre aîné, il est déjà en terminale. Cormac, je te présente Rowen. C’est elle qui est allée gueuler sur Corner et sa bande pour qu’ils arrêtent d’enfermer Neville dans les casiers. »

« C’est tout à ton honneur. » la félicita Cormac en levant son verre.

« L’équipe de foot et celle de foot américain sont assez en rivalité, » lui expliqua Seamus. « Corner et Cormac ne se supportent pas, vu qu’ils sont tous les deux les joueurs phares de leur équipe. Mais bon, notre équipe de foot est bien meilleure, hein, Cormy’ ?! »

Les deux garçons se tapèrent dans les mains, tandis que Rowen rejoignait Keira, entourée des seules filles de la soirée qui essayaient de se serrer les coudes au milieu de toute cette testostérone.

« Où as-tu acheté ta robe ? Elle est chouette ! » gloussa une fille nommée Lavande Brown, tandis que son amie Parvati Patil acquiesçait frénétiquement.

Rowen leva les yeux vers le plafond et changea immédiatement de direction, n’ayant pas vraiment sa place dans une conversation de filles qui parleraient forcément de fringues, maquillages et mecs –trois sujets qui lui étaient totalement inconnus-. Elle se retrouva alors de nouveau nez à nez avec Cormac, qui lui fit un sourire.

« Tu t’es éclipsée rapidement, on n’a même pas eu le temps de parler. » lui dit-il en lui faisant un petit clin d’œil. « J’admire ce que tu as fait pour ce cher Neville, c’était brave de ta part. »

Rowen sentit le rouge lui monter aux joues.

« Alors laisse-moi te demander… » reprit Cormac en baissant la voix afin que personne d’autre ne l’entende. « Tu préfères plutôt le football ou le foot US ? »

« Aucun des deux, je ne suis pas vraiment sports d’équipes. A part le Hockey sur glace, que je trouve plutôt impressionnant. »

« Aha ! J’aime ton honnêteté ! » répondit Cormac en buvant une nouvelle gorgée. « J’aime aussi le Hockey sur glace, même si je suis trop maladroit pour y jouer. »

Ils continuèrent à parler de sports et autre, et Rowen fut rassurée qu’il soit aussi facile de parler avec un senior, sportif vedette de surcroît –à croire que les sportifs n’étaient pas tous aussi stupides et auto suffisants que Corner-.

La soirée avançait progressivement et calmement, jusqu’à ce que Lavande Brown –largement alcoolisée-, ne propose de jouer au jeu de la bouteille. L’idée fut accueillie avec de grands cris enthousiastes, et Rowen tenta de s’éclipser avant d’être rattrapée par Seamus qui la força à entrer dans le cercle, sous le regard noir et menaçant de Jo’.

« Eeeeet, je commence ! » lança joyeusement Keira en faisant tourner la bouteille.

Le goulot de la bouteille pointa vers Dean, qui se leva, plutôt satisfait, pour embrasser Keira. Le jeu continua donc ainsi pendant un bon quart d’heure, sans que Rowen n’ait à embrasser qui que ce soit –par chance, certains, comme Seamus et Lavande, restaient collés l’un à l’autre assez longtemps pour que le tour de Rowen soit retardé-. Mais la brune ne se voilait pas la face, et bientôt viendrait le moment où elle devrait se jeter à l’eau. Et son tour arriva bien rapidement après celui de Parvati, qui venait d’embrasser un première de l’équipe de foot de Seamus.

« A ton tour Rowen ! » s’exclama Lavande en lui tendant la bouteille. « Fait la tourner ! »

Résistant à l’envie de vomir, Rowen attrapa la bouteille, et la fit tourner en espérant que celle-ci se brise et ne désigne pas de cible… La bouteille tourna, tourna, et tourna encore, avant de désigner…

« Cormac ! » appela Lavande, surexcitée, tandis que Seamus sortait du cercle pour vomir dans une bassine –ce qui n’avait rien à voir avec le partenaire choisi de Rowen, évidemment-.

« Bon, je crois qu’il va falloir se lancer. » conclut Cormac en faisant un petit sourire gêné à Rowen. Elle ferma les yeux tandis qu’il se rapprochait d’elle en mettant une main sur sa joue. Elle eut juste le temps d’entendre un très faible « Désolé. » murmuré dans le brouhaha ambiant, et ses lèvres rencontrèrent celle de Cormac.

Contrairement à ce qu’elle avait pensé –étais-ce un effet de l’alcool-, le contact fut doux et chaud. Presque agréable. Sentant des picotements le long de son dos et de son cou, Rowen se laissa guider par son aîné, et Cormac lui donna le premier véritable baiser de sa vie.

Lorsqu’il se recula, Rowen regagna sa place, les joues en feu, tandis que le jeu reprenait sous les rires et les exclamations de ses camarades. Profitant du fait que plus personne ne faisait attention à elle maintenant que son tour était passé, Rowen s’éclipsa discrètement et alla s’enfermer un moment dans les toilettes –Jo’ était parti chercher des bouteilles de bière dans une autre chambre, et n’avait donc pas vu la scène-. Elle regarda alors son reflet dans le miroir de la salle de bain. Le cœur battant, elle se vit la mine déconfite, et les joues tellement rouges qu’elle avait l’impression d’avoir couru un marathon. Reprenant son calme un instant, Rowen se dépêcha de finir son verre contenant un curieux mélange, avant de le jeter dans la poubelle, espérant que l’alcool allait inhiber un peu le trop plein de sentiments étranges qu’elle était en train de ressentir.

Elle sortit ensuite de la salle de bain, et se dirigea vers la porte pour sortir de l’appartement. Cormac, qui l’avait suivie des yeux depuis qu’elle avait quitté le cercle, vint à sa rencontre.

« Tout va bien ? Tu n’as pas l’air très en forme. »

« C’est rien… » répondit Rowen en posant une main sur son front. « Je suis juste un peu… fatiguée. Je crois que je vais rentrer. »

Cormac la retint par les épaules pour éviter qu’elle ne tombe par terre.

« Tu veux que je te raccompagne à ton dortoir ? » lui demanda-t-il.

« Non ça va. »

Elle le repoussa et sorti de la pièce, en ayant l’impression que son cœur allait exploser s’il restait encore près d’elle comme ça.

« Attends ! » l’interpella Cormac avant qu’elle ne disparaisse au bout du couloir.

Il la rattrapa rapidement.

« On pourra se revoir au moins ? » lui demanda-t-il, le plus sérieusement du monde.

Rowen réfléchit un instant –ou tout du moins, autant que son cerveau alcoolisé le lui permettait-, et acquiesça lentement avant de tourner les talons et retourner dans son dortoir.

Lorsqu’elle ouvrit enfin la porte de sa chambre, elle laissa tomber toutes ses affaires sur le sol, et s’écroula, la tête à l’envers, sur le canapé qui trônait au milieu de leur dortoir. Puis, sans même se déshabiller, elle ferma les yeux, et s’endormit aussitôt.





Dernière édition par Rowen Lone le Lun 18 Mar 2013, 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1647
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Dim 17 Mar 2013, 13:49


Hogwarts High ( épisode 8 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Michael Corner
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, Cormac McLaggen, Ron Weasley, …
Rating : PG
Thème : #24 : Echecs
Tome concerné : Aucun
Nombre de mots : 2114 mots
Cadre : Cet épisode se déroule une semaine après l'épisode 7. Cormac McLaggen continue de s’intéresser à Rowen, tandis que celle-ci ne sait pas vraiment ce qu’elle veut. Michael, que ce nouveau petit copain semble beaucoup déranger, essaye de la prévenir et de la persuader d’arrêter de fréquenter le Terminale. Mais est-ce vraiment parce qu’il pense que McLaggen est un total abruti, ou ses propres sentiments prennent-ils le dessus ?





" Pari "
...................................................................................................................................................................

Une semaine après la soirée chez Seamus et Dean, Rowen avait eu plusieurs fois l’occasion de recroiser Cormac McLaggen. Ou plutôt, le jeune homme semblait avoir élu pour seconde résidence, le casier de la brune. Il passait donc lui faire un petit coucou tous les jours, à la pause du matin, ce que ne manqua pas de remarquer Corner. Rowen ne savait pas vraiment si elle ‘sortait’ avec le Terminale, et jamais il ne lui avait exposé clairement ce qu’il voulait, mais elle appréciait de parler avec lui lorsqu’il était là. Il apportait des sujets de conversations différents de ceux de Keira –fringues/thé/maquillage/fringues/thé/t’asvucommecettecheerleaderal’airstupide ?- ou ceux de Jo’, qui, bien que divers et variés, ne couvraient jamais le topic suivant : le sport.

Malgré tout, Rowen se sentait un peu gênée en la présence de Cormac, depuis la scène du baiser lors du jeu de la bouteille –jeu que pratiquement toutes les personnes présentes avaient déjà oublié, mais qu’elle n’arrivait pas à effacer de sa mémoire. Stupide alcool !-, d’autant plus qu’il n’était pas vraiment clair sur ses intentions. Ceci dit, Rowen se doutait qu’il s’intéressait peut-être un peu à elle –un garçon de Terminale ne vient pas s’amuser à vous parler tous les jours s’il ne vous apprécie pas-. Son dernier petit copain datait peut être de la primaire, mais elle avait un minimum de bon sens. Elle trouva par ailleurs rapidement un moyen d’avoir une véritable utilité à cette pseudo-relation, lorsque Cormac lui proposa un matin, alors qu’il était à son casier, de lui donner des cours particuliers de maths.

« Pas de soucis, envoie moi juste un message et on trouvera une salle tranquille pour te faire digérer les maths. » lui dit le châtain, avant de faire un de ses habituels sourires Colgate et de partir rejoindre ses équipiers de football.

Michael Corner, qui se trouvait par le plus pur des hasard non, je n’espionnais pas, c’est pas vrai à côté d’eux lors de cette conversation –bien que son casier soit un peu plus loin-, ne put retenir son indignation.

« Apprendre les maths avec lui ? Il est con comme un balai ! » s’était-il exclamé en plein milieu du couloir, faisant se retourner plusieurs autres élèves de seconde. « Enfin c’est un joueur de football, quoi. »

Il fit une moue dégoûtée, comme si ce sport était totalement ridicule, et enchaîna –Rowen le laissait parler sans vraiment l’écouter, trop occupée à ranger ses livres par ordre de taille dans son casier- :

« Tu es avec lui Lone ? Je te conseille pas, tu peux sortir avec beaucoup mieux. » *comme le mignon Quaterback que tu as en face de toi, par exemple* s’interdit de penser Michael. « En plus c’est un Terminale, il va traîner une semaine avec toi, te lâcher dans les pires conditions, et Pasta la vista ! »

« On dit Hasta la vista, d’abord. Et ensuite, je ne vois pas en quoi ça te concerne, Corner. » soupira Rowen en secouant la tête.

Michael devint blême un instant es-tu repéré ? Oui ? Non ? Oui ? Non ? avant de juste dire :

« Je l’aime pas. »

« Oui je sais, à cause de votre stupide gue-guerre football américain-football. Ah les mecs ! »

Elle ferma son casier avec un coup sec, et retourna dans la salle de classe, en laissant derrière elle, un Michael désemparé.

******

Quelques jours passèrent, et Corner n’avait pu trouver réconfort qu’auprès de son ordinateur, ne souhaitant pas vraiment parler de ses problèmes de cœur à ses nouveaux amis –Liam était un chic type d’après lui, mais cet imbécile était bien capable de courir dans les couloirs en criant à qui voulait l’entendre, que Michael avait le béguin pour Lone.-


E@gle : Et il y a cette…

Il réfléchit un instant sur la nature de sa relation avec Lone, et opta pour un mot qui lui éviterait de s’expliquer auprès de sa confidente virtuelle.

E@gle : …amie à moi, qui commence à sortir avec ce mec qui n’est pas du tout bien pour elle.

Red ♦ Lion : En quoi n’est-il pas bien ? Si cette amie est heureuse avec lui, essaye de l’être toi aussi pour leur relation. Après, s’il n’est vraiment pas fréquentable, tu peux toujours lui dire le fond de ta pensée, et à elle de choisir si elle prend le conseil ou non. A ce point-là, il n’y a rien que tu puisses vraiment faire hormis attendre que les choses se calment.

E@gle : Tu as raison. Tu es vraiment la meilleure. Bon ! Je te laisse, je vais dîner.


Il cliqua sur ‘envoyer’, et sorti en trombe de son dortoir pour se rendre au self. Sur le chemin, il passa devant McLaggen et deux de ses copains de l’équipe de foot, et se retint de leur balancer une remarque sarcastique –ils étaient trois, il était tout seul, le calcul était vite fait #PAF#-. Il s’arrêta néanmoins lorsqu’il entendit le nom de Rowen prononcé.

« Aaah, ouais, la petite seconde que t’essayes de chopper ! » dit l’un des amis de Cormac –Michael sentit la colère lui monter aux joues-.

« Ouais, Rowen Lone. » répondit Cormac avec un sourire goguenard. « Elle semble pas décidée à sortir avec moi, mais je vais la faire craquer à la prochaine soirée organisée par le Lycée. »

Michael tendit l’oreille.

« Et après tu vas la lâcher au bout de deux jours comme toutes les autres, c’est ça ? » s’esclaffa la troisième joueur de foot. « T’es vraiment horrible ! »

« Tu vas briser le cœur de cette pauvre petite chose » ajouta l’autre footballer, sans que cela ait l’air de l’atteindre le moins du monde.

« J’en ai rien à faire d’elle. » conclut Cormac, avant de retourner vers ses dortoirs, suivi de ses deux potes.

Michael bouillonnait de rage.

******

Dès le lendemain, il déboula dans le dortoir de Keira et Rowen, et demanda à voir cette dernière.
Comme on était le week end, Rowen était encore vêtue d’un pyjama anti sexy au possible, mais elle vint tout de même à la porte pour voir ce que Corner lui voulait.

« Faut que je te parle. » dit-il simplement, avant de l’entraîner dans les couloirs –Keira fronça ses sourcils mais ne fit aucun commentaire.-

Il entraîna Rowen dans un couloir annexe, où il n’y avait aucun passage, et lui dit de but en blanc :

« Arrête de voir McLaggen, ce type s’amuse juste avec toi. »

« Gné ? »

Rowen se frotta les yeux, et fini d’avaler le morceau de tartine qu’elle avait à la main lorsque Corner était venu la déranger.

« Je t’assure. » ajouta Michael, en se retenant de dire qu’il l’avait entendu la veille au soir. Il ne voulait pas lui donner l’impression qu’il écoutait aux portes.

« Ecoute Corner, je sais que tu ne l’aimes pas, mais… »

Il ne la laissa pas finir sa phrase, furieux. Il la prit par la main et l’amena dans l’aile réservée aux dortoirs des garçons, et frappa à une porte, restant sourd à toutes ses protestations –« Corner ! Bas les pattes ! Laisse-moi finir mon petit déjeuner en paix ! »- Rowen s’arrêta néanmoins de se débattre lorsqu’elle se rendit compte que le numéro de ce dortoir n’était pas celui de Michael.

« Oui ? » demanda Ron Weasley, en ouvrant la porte de sa chambre –décorée de violet et orange, ce qui jurait horriblement avec la couleur de ses cheveux, si vous voulez mon avis-.

« Weasley, je peux t’emprunter ton échiquiers s’il te plaît ? »

« Corner, j’ai pas de chéquier… » marmonna Ronald, encore dans les vapes, avant de refermer la porte sur celui qu’il pensait être en train de le racketter.

« Mais non, ton jeu d’échec. » répéta Michael.

« Ah ouais, attend une seconde, alors. »

Il disparut dans sa chambre, et revint quelques instants plus tard en tendant une vieille boîte à Michael.

« Fais y attention, j’y tiens beaucoup. » dit-il à Corner, avant de se rendre compte de la présence de Rowen. « Salut Lone ! »

« Salut ! » répondit Rowen, avait de se faire entraîner dans la direction opposée par Michael.

Le Quaterback se posa finalement sur un coin détente en plein milieu d’un couloir vide, et ouvrit le jeu d’échec, avant d’installer les pièces.

« Joue avec moi. » ordonna-t-il à Rowen.

« Quoi ? Mais j’ai autre chose à faire que de supporter tes sautes d’humeur ! T’as tes règles ou quoi ? »

« Pour quelqu’un qui se vantait de savoir plutôt bien jouer aux échecs, je tiens à dire que tu fuis vite. » ricana Corner.

Rowen fronça les sourcils, puis s’installa en face de Michael.

« J’prends les noirs. » dit-elle.

Ils commencèrent donc leur partie.

« Ah oui, je voulais te préciser aussi… » commença Corner tandis qu’il bougeait un pion.

« Quoi ? » -elle déplaça son cavalier pour prendre une des pièces de Corner-

« Si jamais tu perds, tu auras un gage. »

« C’est mesquin. Mais qu’importe, de toute façon, je ne perdrai pas. »

« T’es plutôt prétentieuse. »

« Et c’est toi qui me dit ça ? »

Michael réfléchit un instant, et déplaça son fou.

« Bon donc… si tu perds… Promets-moi que si McLaggen essaye de te toucher à la soirée de l’école, tu m’appelleras immédiatement. »

Rowen s’arrêta pour regarder Michael, perplexe.

« Quoi ? »

Elle voulut lui demander une énième fois pourquoi il était tant persuadé que Cormac allait lui faire quelque chose –elle n’était pas en sucre, non plus-, mais la phrase qui sorti de sa bouche à cet instant fut totalement différente de ce qu’elle se représentait dans sa tête :

« Pourquoi je devrais t’appeler ? »

Michael déplaça son roi et décapita le cavalier de Rowen.

« Parce je t’ai prévenu, et que tu ne m’as pas écouté. Alors maintenant, j’estime que j’ai le droit de savoir quand est-ce que je pourrais casser la gueule de ce type. »

« Et pourquoi ça t’inquiète tant, ce qui peut m’arriver ? »

Cette fois ci, le Quaterback arrêta de se concentrer momentanément sur le jeu, et regarda la brune, en essayant de contrôler son visage pour ne pas afficher une expression qui le grillerait sur le champ – « Va y Corner, tu es maître de ta plastique, ne fait pas cette tête, ne fait pas cette tête, ne fait paaaargghhh ! » -.

« Heu… Non ! Pas que ça m’inquiète particulièrement. C’est pas pour toi précisément, mais… »

Il préféra ne pas continuer sa phrase, et se contenta donc de déplacer sa Reine. A présent, il avait anticipé tous les cas de figures, et voyait que dans trois tours, Rowen n’aurait pas d’autre choix que d’abandonner la partie ou de subir un cuisant Echec et mat. Et il savait qu’elle aussi s’en rendait compte.

« Hm. » marmonna Rowen en se grattant la tête et en réfléchissant à toute allure.

Elle déplaça un pion sans grand conviction, et, comme prévu, Michael remporta la partie deux coups plus tard.

« Echec et Mat ! Ça fait 4-3 en ma faveur ! » dit-il, victorieusement. « Maintenant, tu respectes ta promesse. Va y, met moi en numéro favoris d’urgence. » ajouta-t-il, surexcité, en prenant le portable des mains de Rowen et en le faisant lui-même. Il tira la grimace lorsqu’il vit que le premier numéro de la brune était celui de Jonathan Harkins, mais fut bientôt satisfait quand son nom fut en tête de liste. Il lui rendit ensuite son téléphone.

Deux élèves de seconde passèrent alors à côté d’eux, et l’un d’eux lança à Rowen :

« Lone, t’as déjà largué McLaggen pour Corner ? Tu t’es déjà lassée de ce loooong baiser langoureux qu’il t’a donné à la soirée de Seamus, y’a deux semaines ? »

Les lycéens la saluèrent d’un signe de main puis regagnèrent leur dortoir, sans faire attention à l’expression furieuse/dépitée/déboussolée (si, si, c’est possible) qu’affichait Michael à l’entente de cette nouvelle.

« Tu l’as déjà embrassé ?! » s’exclama-t-il en la regardant comme s’il ne la reconnaissait pas.

« Ouais ouais, pendant le jeu de la bouteille » railla Rowen. « Mais c’était rien. »

Puis, voyant la mine totalement déconfite de son binôme, elle s’approcha de lui et déposa un rapide baisé sur ses lèvres.

« Voilà, comme ça on est quitte. 4-4, j’égalise Corner. »

Elle récupéra ensuite son téléphone et regagna son dortoir, en laissant derrière elle, un Corner à la fois surpris, furieux, et heureux.




Dernière édition par Rowen Lone le Dim 17 Mar 2013, 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1647
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Dim 17 Mar 2013, 15:02


Hogwarts High ( épisode 9 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Cormac McLaggen
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, Cormac McLaggen, Keira Williams, Liam Darling, Cho Chang, Croûtard.
Rating : PG
Thème : #7 : Help
Tome concerné : Aucun
Nombre de mots : 1257 mots
Cadre : La soirée du lycée est enfin arrivée, et Rowen, pour une raison inconnue, a gardé le numéro de Michael. Comme prévu par ce dernier, Cormac invite alors Rowen à s'isoler dans une salle de classe... Michael aura-t-il eu raison de la mettre en garde ?





" Un Rat permet d'en débusquer un autre "
...................................................................................................................................................................

La grande soirée organisée par le Lycée était enfin arrivée. Le Thème, annoncé une semaine avant, était celui du Casino. Aussi la majorité des filles de l’école avaient dépensé des sommes folles pour se procurer LA robe du siècle chez leur boutique de marque préférée. Rowen, qui avait interprété le thème différemment, s’était habillée tout simplement en croupière, ce qui aurait pu passer aux yeux de Keira si seulement elle avait porté une jupe au lieu d’un pantalon. Mais comme ce n’était pas le cas, ce fut de nouveau la guerre entre les deux colocataires, et Rowen s’était une fois de plus laissée convaincre par la rouquine, qui lui avait prêté une de ses robes –robe plus ou moins normales qu’elle ne mettait plus-. Elle portait donc un mignon petit accoutrement composé d’une chemise blanche et d’une sorte de jupe noire à volants et à bretelles, qui ressemblait plus ou moins à sa tenue de croupière de départ –bien que le bas soit beaucoup plus aéré, évidemment-.

Les deux jeunes filles s’étaient ensuite rendues à la soirée, déjà pleine à craquer, et Keira était immédiatement allée parler à Liam Darling. Liam avec qui elle s’entendait plutôt bien depuis qu’il l’avait défendue contre une bande de cheerleaders mesquines et qu’il avait arrêté de se conduire comme un idiot, d’ailleurs. Rowen avait donc laissée sa coloc’, et avait évité Parvati Patil et Lavande Brown, préférant se diriger vers Seamus et Dean, qui étaient de bien meilleure compagnie. Jonathan n’était pas là ce soir-là, puisqu’il avait préféré passer le week-end chez lui avec sa famille. Aussi se contenta d’elle du groupe de joyeux luron avec qui elle traînait occasionnellement.

A peine eut-elle le temps de rejoindre Seamus, Dean et Neville, que Cormac l’intercepta et lui proposa un verre. N’ayant aucune excuse valable pour refuser, elle l’accompagna et ils se mirent à parler de tout et de rien dans un coin de la salle bondée. Rowen avait repéré Corner dans un coin, qui semblait garder un œil sur elle, et fut rassurée. Bien qu’elle doute fort que Cormac essaye de lui faire quoi que ce soit ce soir-là, elle avait son téléphone et le numéro de Michael à portée de main, sans savoir vraiment pourquoi elle comptait sur lui. Ceci dit, elle n’avait pas eu le cœur à rétrograder le Quaterback de ses ‘numéros d’urgence’ à ses ‘numéros tout court’.

« Ça te dirait qu’on trouve un coin plus tranquille ? » lui demanda Cormac en la prenant par la main.

Rowen réfléchit un moment puis acquiesça. Elle détourna son regard de Corner, qui les vit sortir de la salle et mit immédiatement sa main dans sa poche afin de sentir son portable si jamais elle l’appelait. Michael hésita à les suivre, mais savait que la brune le lui reprocherait si jamais tout se passait comme sur des roulettes. Aussi se contenta-t-il d’écouter distraitement Cho Chang, sa nouvelle copine, qui roucoulait en essayant de se faire complimenter sur sa jolie robe.

Une fois sortis de la salle de fête, Cormac entraîna Rowen dans une salle vide, et ferma la porte derrière lui. La brune bu une gorgée de son verre pour essayer de chasser sa nervosité, et sursauta lorsqu’il s’approcha d’elle. Près. Trop près.

Cormac se pencha vers elle et l’embrassa en la tenant par les épaules. Elle ferma les yeux, mais ne ressentit pas le petit picotement lui parcourir le dos comme lors de la soirée de Seamus. Ce baiser était même… désagréable.

Elle se dégagea de lui et regarda le sol, un peu gênée.

« Ecoute, je suis pas trop dans l’ambiance là alors… je crois que je vais rejoindre la soirée. »

Elle se rendait enfin compte qu’elle n’éprouvait absolument rien pour le Terminale, et que sa perception des choses avait largement été inhibée par l’alcool la dernière fois. Elle tenta de se diriger vers la sortie, mais il la retint contre le mur, et lui posa une main sur la hanche.

« Comme si je te demandais ton avis. » répondit-il simplement avec un sourire mauvais, avant de recommencer à l’embrasser.

Rowen essaya de le repousser, mais Cormac avait beaucoup plus de forces qu’elle, ce qui rendait la tâche malaisée. Des larmes apparurent au coin de ses yeux, et elle pensa brièvement à Corner qui l’avait prévenue. A quel point avait-elle pu être stupide ? Puis, dans un éclair de lucidité, l’image de Michael lui vint à l’esprit, et elle glissa discrètement une de ses mains dans sa poche pour appeler son premier numéro d’urgence…

******

Dans la salle de fête, Corner continuait de faire semblant de s’intéresser aux sujets de conversations de sa cheerleader de petite amie, quand tout à coup, son portable se mit à vibrer. Il s’empressa de regarder l’émetteur, jura un coup, et déboula hors de la salle, fou de rage.

Ses yeux balayèrent le couloir vide et sombre, et il se rendit rapidement compte qu’il ne savait pas du tout où McLaggen et Rowen étaient partis. Jurant une nouvelle fois en se disant qu’il avait été stupide de ne pas les suivre, une idée brillante lui traversa soudain l’esprit, et il se dirigea automatiquement vers la salle de biologie.

Lorsqu’il ouvrit la porte, il ferma un instant les yeux en essayant d’ignorer tous les petits couinements des rats enfermés dans les cages, et alluma la lumière pour ne pas céder à la panique. Il courut ensuite vers sa paillasse et celle de Rowen, sur laquelle dormait paisiblement Croûtard, dans sa cage.

Michael se mordit la lèvre en poussant une petite lamentation déchirante, puis se reprit et ouvrit la cage. Il avait toujours une peur panique de ces vermines porteuses de germes -vite, où est mon gel hydroalcoolique ?-, mais l'urgence de la situation était plus forte que tout. Rowen était quelque part, en train de se faire malmener par cet idiot de McLaggen, et elle avait besoin de lui.

« Réveille-toi boule de poils, j’ai besoin de ton aide. » dit-il au rongeur, avant de le prendre à pleine main et de le sortir.

Croûtard semblait cependant ne pas avoir vraiment envie de sortir de sa torpeur.

« Allez, crétin ! » le pressa Michael. « I…I…It’s a… ne…new life fo…for me, and I’m fee…feeling good » entonna-t-il, resistant à l’envie de tomber dans les pommes.

A cette mélodie familière, Croûtard ouvrit un œil, et couina en direction de Michael, qui sembla sur le point de défaillir. Il posa ensuite le rat à ses pieds, qui resta docilement à ses côtés, comme un fidèle chien de chasse.

« Bon… en classe, on t’as entraîné à suivre Rowen grâce à l’odeur de son parfum. » rappela-t-il au rat, sans savoir s’il le comprenait. « Alors… je voudrais que tu la retrouves s’il te plaît. Conduit moi à elle. »

Il chanta ensuite le dernier couplet de la chanson « Feeling Good » de MUSE, qui avait normalement pour effet de faire courir le rongeur vers Rowen. Et, comme les chiens de Pavlov et leur réflexe de saliver lorsqu’ils entendaient le son des cloches, Croûtard renâcla l’air un instant et fila hors de la salle de sciences, suivi de près par Michael qui courrait derrière lui.

Le rat tourna par un couloir, renifla encore un moment, et alla finalement gratter à la porte d’une salle de classe, avant de s’engouffrer sous la porte.

Corner su au son de la voix de Rowen qu’il entendait derrière le mur, qu’il avait fait mouche. Il abaissa alors la poignée de la porte, et entra sur le ring.

<à suivre>




Dernière édition par Rowen Lone le Lun 18 Mar 2013, 18:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1647
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Dim 17 Mar 2013, 16:39


Hogwarts High ( épisode 10 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Michael Corner
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, Cormac McLaggen, Croûtard
Rating : PG
Thème : #12 : En pièces
Tome concerné : Aucun
Nombre de mots : 1506 mots
Cadre : Suite directe de l'épisode 9.





" Un Souvenir qui en efface un autre "
...................................................................................................................................................................

Rowen tourna la tête et les lèvres de McLaggen palpèrent son cou. Elle se retint d’éclater en sanglots tandis qu’elle essayait de repousser ses mains baladeuses. Elle n’avait aucune idée de ce qui allait lui arriver, et la panique, la peur, la rage, et la honte se mêlaient en elle comme un très mauvais cocktail de soirée. Le Terminale commençait déjà à glisser une main sous ses jupons –maudite soit Keira et sa manie de vouloir laisser ses jambes respirer- et à la poser sur sa cuisse. Rowen le regarda dans les yeux et grinça un « Bas les pattes ! » entre ses dents, tandis que Cormac riait aux éclats.

« Je t’ai pas demandé ton avis » susurra-t-il avec un sourire carnassier.

Ce fut à ce moment-là que la porte s’ouvrit à la volée. expulsant Croûtard qui se trouvait juste derrière, vers l’infini et au-delà

Michael, rouge et haletant à cause de sa course folle à travers le lycée, se tenait sur le pas de la porte. Si Rowen avait pu le regarder à ce moment-là, elle aurait remarqué que son visage, pourtant toujours si cool et charmant, était déformé par la rage. Mais elle était trop occupée à sangloter dans son coin et à se cacher derrière ses bras. McLaggen se tourna vers lui, et lui lâcha un :

« Qu’est-ce que tu fous là, toccard ? »

Avant de faire un signe dédaigneux vers sa direction pour lui indiquer de dégager. Il retourna ensuite à ses occupations, et souleva un peu plus la jupe de Rowen.
Michael avança à grands pas vers son rival, et l’attrapa par le col pour qu’il laisse la brune tranquille.

« T’es pas capable de remarquer quand une fille n’a pas envie de faire quelque chose, McLaggen ?! » articula-t-il rageusement entre ses dents.

Cormac le regarda de haut –il faisait bien une demi tête de plus que Michael, même si sa carrure de joueur de football était un peu moins développée que celle de Corner-, et posa une de ses grosses mains sur le poignet de son adversaire.

« J’ai pas l’habitude de leur demander leur avis. » répondit simplement Cormac. « Maintenant lâche moi et retourne d’où tu viens, avorton. »

Sans réfléchir, Michael le frappa de toutes ses forces au niveau du visage. McLaggen, que le coup avait surpris, recula de quelques pas, et abattit son coude en essayant de viser le nez de Michael. Aussi vif qu’habile, le Quaterback dévia légèrement de sa trajectoire et ne fut percuté qu’au niveau de la joue. Il prit cependant ce retour pour une invitation, et asséna un coup de boule à McLaggen, qui tomba par terre sous le choc, et ne se releva pas.

« Reste loin d’elle. Sinon tu auras affaire à moi » , lui cracha Michael, avant de se tourner vers Rowen, qui était toujours en train de pleurer dans son coin, recroquevillée sur le sol comme une enfant.

Il fut incroyablement peiné de la voir dans cet état, et se baissa vers elle pour essayer de la réconforter. Il lui semblait qu’elle avait été plus traumatisée qu’il ne l’aurait pensé, et le Quaterback passa un bras sous celui de la jeune fille pour l’aider à se relever et à quitter cette salle qui empestait les mauvais souvenirs. Docile, elle se laissa guider par Michael en enfouissant sa tête dans le creux de son cou, et en continuant de pleurer à chaudes larmes.

Au bout de quelques secondes, le Quaterback parvint à l’installer dans un couloir qui était vide –il se doutait bien qu’elle était assez traumatisée pour le moment des salles de classes vides en compagnie d’un garçon louche-, et la serra dans ses bras pour qu’elle puisse y pleurer tout son soûl. Il n’avait même pas le cœur à lui rappeler qu’il l’avait prévenue, et se contenta de lui caresser les cheveux pour l’apaiser.

« Tout va bien… » murmura-t-il. « Je suis là. »

Il en voulait énormément à McLaggen, et se jura qu’il irait le cogner de nouveau quand l’occasion se présenterait. Quel abruti ! Michael se mit cependant à repenser à ce qu’il avait fait au début de l’année, lorsque Rowen et lui s’étaient rencontrés pour la première fois. Au final, peut-être n’étais-ce pas si différent ? Il l’avait un peu embrassée sans son accord à de nombreuses reprises. Cela faisait-il de lui quelqu’un d’aussi détestable que Cormac ? Non… Ce n’était pas exactement pareil. Il ne l’avait jamais faite pleurer comme ça. Et quand bien même il agissait comme un parfait abruti, il n’avait aucune intention de lui faire du mal. Jamais il ne lui ferait du mal…

« Je vais le tuer… » marmonna-t-il lorsqu’il sentit Rowen trembler comme une feuille, plus pour se persuader qu’il était différent de McLaggen, que pour la réconforter.

Elle leva alors la tête vers lui, et son visage était tellement inondé de larme que Michael se demanda un instant s’il était possible de pleurer autant.

« Tu… avais raison » bégaya Rowen entre deux sanglots. « Tu me l’avais dit et je ne t’ai pas écouté. »

Malgré le déchirement qu’il avait à la voir aussi triste, Michael eut un petit élan de satisfaction lorsqu’elle lui avoua qu’il était dans le vrai depuis le début.

« N’y pense plus » lui dit-il cependant. « Ce type est un crétin. T’en rencontreras un tas des comme ça. Mais au moins, tu sauras qu’il y aura toujours quelqu’un qui sera là pour veiller sur toi. Cette fois-ci, c’était moi. Mais il y a beaucoup de gens qui t’apprécient. Ça aurait très bien pu être Harkins, Keira, Finnigan, Thomas, Weasley, Potter, ou même Londubat. »

Elle eut un petit sourire à l’évocation du nom de Londubat.

« Merci… » lui dit-elle en plongeant une nouvelle fois sa tête dans sa chemise.

Il lui caressa les cheveux tandis qu’elle commençait progressivement à se calmer.

« Et désolée d’avoir ruiné ton rancard avec Chang. » ajouta-t-elle en se pelotonnant dans ses bras.

Le fait qu’il prenne soin d’elle comme ça parvenait à la réconforter un petit peu de sa soirée catastrophique avec Cormac.

« Bah t’inquiète pas. Tu m’as rendu un grand service, au contraire. J’attendais une occasion pour prendre mes jambes à mon cou. C’est fou ce que vous, les filles, pouvez parler autant de fringues ! Je suis complètement perdu moi ! » plaisanta-t-il pour détendre l’atmosphère.

Rowen eut un petit rire nerveux.

« Je ne comprends pas non plus. Après tout, comme tu l’as dit, je ne suis pas une fille. »

Michael eut un sourire à l’évocation de ce souvenir.

« Oui, et comme tu l’as aussi dit, tu n’es pas une fille comme les autres. »

Elle pouffa en se remémorant leur première rencontre, et il la trouva particulièrement adorable à ce moment précis.

« Tu t’en souviens encore. » dit-elle en essuyant les dernières traces de larmes sur ses joues, se remettant progressivement de ses émotions.

« Evidemment. »

Il arrêta de la serrer dans ses bras –un peu à contrecœur- lorsqu’elle se recula, et lui tapota la tête d’un air gêné.

« Je vais un peu mieux maintenant, merci. Je crois que je vais rentrer directement au dortoir, j’ai vécu assez de choses pour ce soir. »

Il se releva en même temps qu’elle, un peu déçu qu’elle ne veuille pas rester un peu plus en sa compagnie. Cependant, il comprenait parfaitement ce qu’elle pouvait ressentir, et décida donc de la laisser partir. Il la raccompagna toutefois jusqu’à sa chambre, histoire de s'assurer qu'elle ne ferait pas de mauvaises rencontres. Il s’imaginait qu’elle allait ressasser les évènements de la soirée pendant toute la nuit, avant de parvenir à trouver le sommeil, plusieurs heures plus tard. Aussi eut-il une dernière brillante idée avant de la quitter.

Alors qu’elle le remerciait une énième fois d’être venu à son secours, il lui attrapa la main, et l’embrassa avec douceur. Il sentit une décharge lui parcourir le corps, comme s’il venait de toucher une anguille électrique, et la regarda dans les yeux lorsqu’il mit fin à cet agréable contact.

« On dit qu’un bon souvenir peut en remplacer un mauvais. Alors voilà pour toi. Comme ça ce soir, tu pourras penser à autre chose qu’à McLaggen et son déficit neuronal. »

Il lui fit ensuite un sourire, et reparti vers son dortoir, satisfait. Sur le chemin, il sifflota le tube de MUSE qu’il avait l’habitude de chanter avec elle pendant tout le trajet vers sa propre chambre, et parvint même à faire venir Croûtard à lui. Ayant vaincu toute sa phobie des rongeurs grâce à l’acte héroïque de son petit ami sur quatre pattes, Michael laissa le rat grimper sur son épaule, et lui caressa le pelage avec reconnaissance.

« Bravo p’tit gars. Ce soir, toi et moi, on est devenus des hommes. »

Puis il posa l’animal sur son bureau et alla s’allonger sur son lit, un sourire aux lèvres. Finalement, il n’avait pas passé une si mauvaise soirée que ça.




Dernière édition par Rowen Lone le Mer 24 Avr 2013, 19:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1647
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Dim 17 Mar 2013, 23:29


Hogwarts High ( épisode 11 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Michael Corner
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner
Rating : PG
Thème : #25 : Si seulement je pouvais lui manquer
Tome concerné : Aucun
Nombre de mots : 1835 mots
Cadre : Plusieurs jours après l'épisode 10. Le mois de Février arrive enfin, et Keira commence à faire des cachotteries à sa colocataire en sortant en douce. Afin de découvrir ce qu'elle est en train de préparer, Rowen la suit en cachette, mais tombe sur Michael. Elle découvre alors plusieurs aspects de sa personnalité qu'elle n'avait jamais soupçonné jusqu'à là...





" Ce que je ne savais pas sur toi "
...................................................................................................................................................................

Le mois de Février était enfin arrivé, et les neiges avaient commencées à fondre pour laisser filtrer de doux rayons de soleils. Depuis que Michael l’avait aidée avec l’affaire Cormac McLaggen, Rowen avait un peu changé son regard sur le Quaterback, même si leur relation restait toujours la même : ils continuaient tous deux à se chamailler et à s’envoyer des répliques cinglantes à tout bout de champ. Ceci dit, ils avaient cessé de se détester, et pouvaient avoir une conversation décente quelques fois, lorsqu’ils étaient trop épuisés pour être désagréables l’un envers l’autre. Sur un conseil de Jonathan –qui était fou de rage lorsqu’il apprit de la bouche de Rowen ce qui s’était passé à la soirée Casino-, Rowen était partie parler de McLaggen au directeur, le Professeur Dumbledore, un vieil homme bienveillant qu’elle avait pris pour le jardinier le jour de la rentrée. Cormac avait donc écopé d’une bonne semaine d’expulsion, et devait effectuer des tâches ingrates pour le compte de l’administration, comme nettoyer les salles de classes, par exemple.

Rowen n’avait jamais parlé de ce qui s’était passé ce soir-là à E@gle, parce qu’elle ne voulait pas qu’il s’inquiète inutilement. Et puis, elle n’avait pas non plus envie d’aborder le sujet de Corner, qu’elle se surprenait parfois à regarder lorsqu’il était dans les parages. Elle était vraiment confuse au niveau de ses sentiments, et espérait mettre du clair dans ses idées sans l’aide de son ami virtuel, pour une fois.

De son côté, Keira passait de plus en plus de temps hors du dortoir, sans que Rowen ne sache où elle était allée. Et lorsqu’elle le lui demandait, la rouquine se contentait de sourire de façon espiègle, avant d’aller se préparer un thé –et en général, Rowen s’enfuyait à grandes enjambées de la chambre pour ne pas mourir intoxiquée-.

Jonathan et Rowen avaient beau essayer de mener l’enquête, la jeune Williams réussissait toujours à échapper à leur vigilance et à s’éclipser discrètement –ce qui relevait du pur génie, vu son accoutrement flashy qui attirait normalement l’œil. A moins que Rowen et Jo soient vraiment peu doués-. En général, Michael apparaissait systématiquement dans leur champ de vision, et Rowen se déconcentrait, laissant juste le temps qu’il fallait à Keira pour filer en douce.

Ce jour-là donc, Rowen avait décidé de suivre sa colocataire afin de voir ce qu’elle mijotait. Elle avait peur qu’elle ne soit en train de faire quelque chose de dangereux, comme préparer un gâteau pour l’anniversaire de Jonathan, qui arrivait très prochainement. Si jamais c’était le cas, la date de naissance de Jo’ deviendrait aussi celle de sa mort, et Rowen souhaitait éviter ce scénario le plus possible. Seule, -Jonathan était allé planifier deux trois bricoles pour sa soirée d’anniversaire-, Rowen se décida à exécuter sa filature jusqu’au bout, cette fois-ci, quand bien même Corner se mettrait sur son chemin.

Et, comme par miracle, dès qu’elle eut cette pensée, le jeune brun déboula devant elle dans son habituelle veste de footballer américain, plongé en plein dans une conversation téléphonique. Elle le contourna sans lui dire bonjour pour ne pas le déranger, et de son côté, il ne sembla pas la voir, absorbé par son coup de fil. Etais-ce une impression où le ton était-il en train de monter entre Michael et son interlocuteur ? Rowen avait fait quelques pas –Keira avait tourné à l’angle d’un couloir, et si elle voulait la rattraper, c’était maintenant ou jamais !- lorsque Michael donna un grand coup de pied dans une poubelle métallique, qui résonna dans tout le couloir. Par chance, personne ne traînait dans ce couloir ci un dimanche –et surtout pas un Professeur-.

« Je le hais… » marmonna Michael, avant de taper dans un casier de toutes ses forces.

Rowen s’arrêta, déchirée entre l’envie de suivre Keira, et celle d’aller voir Corner pour lui demander ce qui n’allait pas. Puis, estimant que son binôme était peut être un cas plus urgent, elle se décida à retourner sur ses pas pour venir à sa rencontre.

« Heu Salut » , dit-elle en restant à distance, au cas où ses accès de rage reviendraient.

Il se retourna vers elle, les sourcils froncés en se demandant qui osait le déranger, lorsqu’il se rendit compte qu’il s’agissait de Rowen. Son estomac fit un looping, et son expression redevint identique à celle qu’il affichait constamment : sourire charmeur et air suffisant.

« Salut Lone. Encore à suivre Keira en douce ? » lui demanda-t-il.

« C… Comment tu sais ça ? » répondit-elle, en se rendant compte qu’elle aurait juste pu nier.

« Allons, vous êtes pas discrets, le blondinet et toi. Laissez donc cette pauvre Keira tranquille. Ne t’inquiète pas, elle est en bonne compagnie. »

Rowen haussa un sourcil.

« Ah bon ? Elle voit quelqu’un ? » -elle fut rassurée de savoir que son amie n’était pas en train de préparer un ticket direct pour le paradis à ce pauvre Jonathan- « Tu sais qui c’est ? »

« Ouep, mais je te le dirai pas » répondit Michael avec un clin d’œil, ce qui la fit rougir.

Elle se rappela alors pourquoi elle était venue le voir en premier lieu.

« Enfin bon, tu m’embrouilles, je venais pas pour parler de ça. Tout va bien ? »

« Pourquoi ça n’irait pas ? » lui répondit Michael –un peu trop rapidement à son goût-, en prenant une pause de mec cool et en déchirant sa chemise comme un mannequin

Le regard de Rowen se posa un instant sur le téléphone portable que Michael tenait à la main, et celui-ci blêmit.

« Tu… m’as entendu ? »

Le ton de sa voix avait un peu changé. Il la fixait à présent avec un air presque menaçant.

« Heu, pas que je voulais vraiment écouter, mais je passais à côté et… »

Il plaqua ses deux mains contre le casier, emprisonnant Rowen entre ses deux bras tendus, et se rapprocha d’elle, les sourcils froncés.

« Lone… ne répète à personne ce que tu as pu entendre. Si tu le fais je… »

Elle tapa dans un de ses bras du revers de la main pour pouvoir se dégager, et pinça des lèvres.

« C’est bon calme toi, je n’ai rien entendu de ta conversation. Je parlais juste du coup dans la poubelle et dans le casier. Pour ta gouverne, figure-toi que même Croûtard aurait pu t’entendre de la salle de biologie, qui est pourtant deux étages plus bas ! »

Il esquissa un sourire, soulagé.

« Désolé. Je suis un peu sur les nerfs aujourd’hui. »

Rowen croisa les bras.

« Je comprends, mais évite de t’en prendre aux gens qui ne t’ont rien fait et qui te demandent gentiment si ça va. »

Il baissa les yeux d’un air dépité, et s’écroula sur le sol, la tête dans les mains. Rowen s’accroupi immédiatement à ses côtés, paniquée par ces soudains changements d’humeurs, et essaya de trouver de quoi réconforter Michael. Elle opta pour le classique tapotage d’épaule.

« C’était mon père… » dit Michael à voix basse, presque sur le point d’éclater en sanglot. Bien qu’il ait eu peur à l’idée qu’elle ait pu l’entendre parler au téléphone, il avait à présent plus que tout envie de se confier et de dire tout ce qu’il avait sur le cœur.

« Ce type a quitté la maison quand j’avais cinq ans, nous laissant ma mère et moi seuls. Il n’a pas donné de nouvelles pendant toutes ces longues années. Je croyais que c’était de ma faute, et qu’il reviendrait si je devenais comme lui dans sa jeunesse. Populaire. Cool. Quaterback de l’équipe de football américain. Admiré et craint en même temps… Mais tous ces efforts n’ont servi à rien. »

Il enleva rageusement sa veste de footballer américain et la jeta au loin.

« Je me suis forcé à être quelqu’un que je n’étais pas, pour du vent. Il ne reviendra jamais. »

Puis il serra les dents en regardant le bout de ses chaussures. Rowen se leva doucement, et alla récupérer la veste de Corner, qu’elle reposa sur ses épaules.

« Peut-être, mais en attendant, c’est ce que tu es. Un type sensible mais un peu maladroit, qui essaye de faire de son mieux pour être apprécié de quelqu’un. Et ça, Corner, c’est quelque chose qu’on ne peut pas t’enlever. »

Il leva la tête vers elle, et la regarda droit dans les yeux. Elle ne cilla pas.

« Et puis le football américain. Je t’entends en parler des heures et des heures durant, à un point que tu en deviens presque agaçant. Tu l’aimes, ce sport, non ? Si tu ne l’appréciais pas, tu n’aurais pas cette sorte de petite danse de la joie ridicule quand tu marques des points. »

« Ouais, le Michael move. » dit-il en souriant.

« Voilà. Qui t’empêches de commencer une nouvelle vie à partir de maintenant ? Soit un peu plus naturel, lâche toi un peu. N’essaye plus de plaire aux autres, mais fait en sorte de te plaire à toi-même. Ne cours pas après le fantôme de ton père, le passé appartient au passé. Il n’a pas su t’apprécier à ta juste valeur ? Et alors ? Il y a un tas de gens ici qui t’adorent. Pas pour la carapace de mec dur. Mais pour qui tu es à l’intérieur. »

Elle posa une main sur son épaule. Elle n’était pas vraiment sûre pour la dernière partie, mais à défaut de parler pour la totalité des amis de Michael, elle avait dit ce qu’elle avait à dire. Ce qu’elle pensait de lui.

Elle l’avait détesté dès leur première rencontre. Elle l’avait détesté même après, pour son attitude horripilante et sa manie à croire que le monde tournait autour de lui. Mais elle avait pu apercevoir à de nombreuses reprises ce qu’il y avait en dessous de la carapace. Ce n’était pas une coquille vide. Il y avait réellement une personne. Et une personne qu’elle appréciait.

« Merci. » murmura Michael. « C’est la première fois qu’on me dit quelque chose d’aussi gentil. »

Il lui sourit timidement. Pas de ce sourire de charmeur qu’il adressait à toutes les filles qui passaient. Mais un réel sourire. Qui venait du fond du cœur.

Alors, sans réfléchir, Rowen se pencha vers lui et l’embrassa brièvement.

Elle se recula aussitôt, surprise par ce qu’elle venait de faire, et ne sachant pas trop ce qui venait de se passer, tandis que Michael la regardait d’un air perplexe.

« Tu m’as dit la dernière fois qu’un bon souvenir pouvait en chasser un mauvais. » finit-elle par dire, essayant de sauver les apparences. « Alors voilà. »

Elle lui sourit, et se releva en lui adressant un signe de la main.

« On se voit lundi, Corner. En forme. Oh, et ça fait 5-4 en ma faveur. » ajouta-elle, avant de tourner les talons.

Des foules de sentiments tourbillonnaient dans sa tête. Bon sang. Qu’est-ce qu’il lui avait pris ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1647
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Lun 18 Mar 2013, 18:06


Hogwarts High ( épisode 12 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Michael Corner
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner
Rating : PG
Thème : #19 : Double jeu
Tome concerné : Aucun
Nombre de mots : 1974 mots
Cadre : Bien après les confessions de Michael à propos de son père, dans le couloir, Rowen commence à apprécier ce qu'elle arrive de plus en plus à apercevoir chez le Quaterback. Cependant encore confuse dans ses sentiments, la jeune fille se sent plus perdue que jamais... D'autant plus qu'une situation particulière va les mettre tous deux dans l'embarras, allant jusqu'à mettre en péril le semblant de relation qu'il y a entre eux. Comment l'histoire se finira-t-elle ?







" Derrière cette carapace "
...................................................................................................................................................................

« Eh, Lone, réveille-toi ! »

« Quoua ? »

Rowen leva la tête mollement, et remarqua qu’elle venait de s’assoupir durant le cours de Physique. Michael, qui était assis sur le pupitre à côté d’elle puisqu’il était son binôme attitré, s’arrêta en plein mouvement, la main en l’air, une boulette de papier à l’intérieur. Rowen se redressa, et vit tomber de sa tête et de sa table, une demi-douzaine de petits projectiles, que Corner avait sans doute dut lui balancer dessus pour la réveiller –et aussi parce que ça l’amusait-.

« Enfoiré ! » gronda-t-elle à voix basse, en se faisant la plus discrète possible pour que le Professeur Sinistra ne la remarque pas.

Corner ricana, tandis que la cloche sonnait la fin du cours.

Le Professeur Sinistra, qui était réputée pour faire crouler ses élèves sous une masse impressionnante de travail personnel, arrêta son explication sur la rotation des planètes, et leur donna comme seul devoir, celui d’observer un spectaculaire phénomène astral qui se produisait très rarement, dans la nuit du vendredi au samedi qui arrivait. Elle avait également noté au tableau quelques adresses pour que les plus curieux puissent l’observer au travers d’un télescope, à l’observatoire universitaire de la ville. Rowen, qui avait toujours bien aimé regarder les étoiles, avait rapidement griffonné les coordonnées sur un bout de papier, avant de ranger ses affaires. Elle se dirigea ensuite vers la sortie, et grimaça lorsqu’elle s’aperçu que l’observatoire le plus proche était bien loin du Lycée, et qu’elle n’avait pas de voiture pour s’y rendre.

« Qu’est-ce que t’as Lone ? Troubles intestinaux ? » se moqua Corner en passant à côté d’elle.

Elle lui donna un coup de pied dans le tibia.

« Non. Juste que j’aimerais bien aller à l’observatoire, mais que c’est loin. »

Michael attrapa le bout de papier, regarda les adresses, et froissa le morceau avant de le jeter dans la poubelle, sourd aux protestations de la jeune fille.

« J’ai un télescope chez moi. » finit-il par dire. « Si tu veux on peut aller les regarder là-bas, c’est pas vraiment loin d’ici, mais c’est assez en hauteur pour que la vue ne soit pas gâchée par les immeubles. Et puisque ça ne se finira sûrement pas très tard, on pourra revenir à pied jusqu’au lycée. »

Rowen le regarda d’un air suspicieux.

« Tu m’invites chez toi ? »

Le Quaterback vira rapidement au rouge, et s’empressa de protester.

« Mais non ! Je me disais juste que puisque tu es mon binôme, on pourrait faire notre exposé sur ça et rétamer la tronche à tout le monde. A mon avis, personne ne va se déplacer jusqu’à un observatoire. »

Elle éclata de rire.

« Je sais, je rigolais. Mais c’est une bonne idée, je suis partante. »

« Parfait, on en reparlera alors. »

Puis il sauta par-dessus une table, et alla rejoindre sa nouvelle petite copine à la porte. Contrairement aux autres, et bien qu’elle soit aussi une cheerleader –Michael semblait avoir un faible pour ces uniformes-, Padma Patil avait eu la chance d’avoir un cerveau. Elle était d’ailleurs déléguée de sa classe, et était la jumelle de Parvati, ce qui impliquait qu’elle était très jolie. Rowen les regarda un instant, à la fois contente que Michael ait arrêté de sortir avec n’importe qui, et légèrement contrariée qu’il soit avec une personne aussi irréprochable.


******

Le vendredi soir, comme prévu, Michael avait tout organisé pour que Rowen puisse venir chez lui, ce qui impliquait faire dégager sa mère et sa petite sœur, qui auraient pu poser tout un tas de questions gênantes à la jeune fille, et raconter des anecdotes embarrassantes sur son enfance. Il avait aussi voulu faire les choses en grand, en étalant une large couverture sur le grand balcon en lattes de bois sur lequel était installé son fidèle télescope -Eh oui. Michael avait toujours aimé regarder les étoiles, et s’était passionné pour l’astrophysique dès le collège-. Par ailleurs, il voulait que la soirée soit parfaite pour ne pas déplaire à la demoiselle Lone. Bien qu’il se soit mis à sortir avec Padma Patil, il avait toujours des sentiments pour la brune, qui étaient devenus plus forts que jamais lorsqu’il lui avait parlé de son père, dans le couloir. Mais il préférait encore et toujours sauver les apparences en faisant comme si de rien n’était, persuadé qu’elle lui infligerait le râteau le plus humiliant de toute sa vie. Sortir avec Padma était donc une façon pour lui de se refreiner et de brouiller les pistes. Encore et toujours.

Vers l’heure du dîner, Rowen sonna à la porte de Michael, avec quelques trucs à grignoter qu’elle était partie récupérer sur le chemin. Comme à son habitude, elle était vêtue d’un jean délavé et d’une chemise qui ne la mettaient pas du tout en valeur, mais Michael fit bien peu attention à son accoutrement, et remarqua simplement qu’elle avait attaché ses longs cheveux en une jolie natte.

« Tiens monte, c’est par là » lui dit-il en la faisant prendre les escaliers, et en restant derrière elle pour éviter qu’elle ne tombe –cette partie de sa maison était plutôt dangereuse-.

Ils s’installèrent ensuite sur le balcon, grignotèrent un peu et réglèrent le télescope en attendant que le fabuleux phénomène du Professeur Sinistra se produise. D’après elle, une météorite entrerait en contact avec la Terre, ce qui produirait une longue traînée colorée dans le ciel. Impatients, les deux jeunes lycéens parlèrent de tout et de rien, en commençant par Keira Williams.

« Tu es sûr que tu ne veux toujours pas me dire qui elle fréquente ? » lui demanda Rowen en prenant un air de petit chiot.

« Non, j’ai promis » dit Michael en lui faisant un clin d’œil, comme pour indiquer qu’il ne cèderait pas à ses tentatives de persuasions, quelles qu’elles soient.

« Ils sortent ensemble ? Tu peux me dire ça au moins, non ? » le supplia-t-elle, rongée par la curiosité.

« Non je ne crois pas. »

« Pour quelle partie ? Le ‘ils sortent ensemble’ ou le ‘tu peux me le dire ?’ »

« Ahaha, je répondrais pas à cette question » dit-il pour l’exaspérer un peu plus, bien qu’à la base, il voulait dire que Keira ne sortait en effet pas avec le mystérieux inconnu. « Oh ça commence ! » ajouta-t-il pour détourner son attention, en pointant son doigt vers le ciel.

Ils arrêtèrent de se chamailler et regardèrent à tour de rôle à travers le télescope, l’immense météorite qui déposait une longue traînée de poussières dorée dans le ciel, comme s'il voulait absolument laisser une trace de son passage.

« C’est magnifique ! » s’exclama Rowen, ravie.

Michael esquissa un petit sourire, et enleva sa veste de sportif pour la poser sur les épaules de sa binôme et éviter qu’elle n’attrape froid. Ils regardèrent les étoiles pendant encore un long quart d’heure, durant lequel la grande traînée dorée scintilla de mille feux, avant de s’éteindre progressivement.

Puis, lorsque le ciel fut redevenu d’un noir d’encre, Rowen tenta de nouveau sa chance, espérant que cet interlude serait parvenu à délier la langue de Michael.

« Avec qui sort Keira ? »

« Je-te-le-dirai-pas ! Ma foi ! T’es vraiment curieuse comme fille ! »

« Ouais, quand ça concerne mes meilleurs amis. Allez, crache le morceau, Corner ! »

« Jamais ! »

« Rah, tu ne me laisses pas le choix. Je vais employer les grands moyens. »

Elle se pencha vers lui elle l’attaqua à coup de chatouilles pour qu’il avoue –son grand frère faisait toujours ça avec elle-.

Michael tomba à la renverse sur la couverture, mort de rire, et essaya d’attraper les poignets de Rowen pour l’empêcher de le chatouiller plus. Malheureusement, elle était en position de force, et le Quaterback cru qu’il allait finir par avoir une crise d’asthme tant il riait. Dans un élan de réflexe chatouilleux, Michael tira Rowen vers lui, et le dos de la brune rencontra la couverture. Elle était à présent allongée juste à côté de lui, et leurs visages se touchaient presque. Michael tenait encore Rowen par les poignets.

« Dis le… moi… » murmura-t-elle, les yeux plongés dans ceux de Corner.

Le temps sembla s'arrêta entre les deux lycéens, puis, comme dans un film, Michael passa ses mains derrière son cou, et ils s’embrassèrent lentement. Rowen posa ses deux mains autour du visage du brun, et sa jambe s’enroula autour de celles du Quaterback. Elle voyait à présent clairement la différence entre ce baiser et celui que McLaggen lui avait donné lors du jeu de la bouteille. C’était un sentiment totalement différent. Elle pouvait sentir chaque battement de cœur de Michael, et ses mains brûlantes autour de son cou. Ils s’embrassèrent ainsi pendant une longue minute, avant que Rowen ne le repousse brutalement.

Elle se redressa, les joues écarlates, la mine déconfite.

« On ne peut pas… » dit-elle tandis que sa respiration s’accélérait, et qu’elle avait en avait du mal à respirer. « Tu sors avec Padma. »

Michael se releva à sa hauteur, et passa une main autour de la taille de Rowen.

« T’inquiète pas pour ça, je lui dirai que c’est fini, elle comprendra… »

« Non. »

Rowen plaqua ses mains sur le torse de Michael et le força à reculer de nouveau lorsqu’il voulut l’embrasser une seconde fois.

« On ne peut vraiment pas… » dit-elle, les larmes lui montant aux yeux. « Je… j’aime déjà quelqu’un. »

Il la fixa un instant, sans trop savoir quoi dire. Comme il l’avait craint, et même s’il ne s’était pas vraiment déclaré, il venait de se prendre le râteau le plus magistral de sa vie –et le seul aussi, d’ailleurs-.

« Mais, je croyais que… » bredouilla-t-il.

Une enclume venait de lui tomber dans le ventre, et il ne savait vraiment pas où il en était. Il se serait cru dans un très bon rêve qui avait rapidement tourné au cauchemar.

« Désolée… » dit Rowen en essuyant les larmes qui coulaient sur ses joues.

Et, après ces derniers mots, elle se leva et quitta la maison de Corner.

Il eut envie de lui courir après, mais il se contenta de fermer les yeux avec tristesse, et de s’allonger sur sa couverture. Il n’avait pas envie de se rendre encore plus pitoyable qu'il ne l'était déjà, quand bien même il avait enfin fait un point sur ses sentiments. Il avait toujours été horrible avec elle. Sa réaction était donc normale. Il était juste un total abruti…


******


Rowen avait regagné son dortoir aussi vite que ses jambes le lui avait permis. Comme prévu, Keira n’était pas là, ce qui la rassura : elle n’avait pas envie que sa colocataire la voit dans un tel état de détresse. Surtout que ce qu’elle venait de faire à Michael était impardonnable. Le faire espérer pour ensuite le rejeter ? Elle se sentait juste horrible.

Tamponnant ses yeux avec un kleenex pour sécher ses larmes, la jeune fille ouvrit son ordinateur. Bien sûr, elle appréciait Michael. Comme un ami, et en tant ennemi aussi. Mais étais-ce réellement tout ce qu’elle ressentait pour lui ? N’y avait-il pas un autre sentiment mystérieux caché derrière tout le reste, depuis qu’il l’avait sauvée des griffes de McLaggen ? Elle n’en savait rien… Rien du tout…

Mais elle était déjà amoureuse de quelqu’un. Quelqu’un qu’elle avait toujours apprécié pour ce qu’il était. Quelqu’un qui la faisait rire, la rendait jalouse parfois, et lui prêtait toujours une oreille attentive. Etait-il temps d’enfin se confesser ? Oui. Certainement… Alors, se mettant en tailleur sur son lit, elle rapprocha son ordinateur d’elle, et tapa :


Red ♦ Lion : Dis-moi. Est-ce que ça te dirait qu’on se rencontre pour de vrai ?


Puis elle cliqua sur ‘envoyer’.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1647
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mar 19 Mar 2013, 19:33


Hogwarts High ( épisode 13 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & "E@gle"
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, Liam Darling
Rating : PG
Thème : #29 : Euphorie
Tome concerné : Aucun
Nombre de mots : 3219 mots
Cadre : Le grand jour de la rencontre entre les deux amis virtuels est enfin arrivé. Mais que se passera-t-il lorsque Michael se rendra compte que celle à qui il s'est confié jusque là n'est autre que Rowen ?







" Quinny "
...................................................................................................................................................................

Depuis que Michael et Rowen s’étaient embrassés à la maison des Corner, les choses s’étaient rapidement dégradées entre eux deux. Autrefois, ils avaient l’habitude de se chamailler, de se disputer, et de faire d’interminables matchs et concours de qui aurait le dernier mot ou la meilleure réplique. Ils ne s’entendaient pas forcément bien, mais avaient une espèce de cohésion qui faisait en sorte qu’ils pouvaient rester côte à côte et parler de choses normales, sans forcément avoir un besoin irrépressible de s’étrangler –ou presque pas, tout du moins-. Bref. Ils avaient un semblant de relation d’amitié, difficilement définissable, mais bel et bien présente. On aurait pu croire que le fait que Michael ait essayé de faire des avances à Rowen aurait pu se solder par un impressionnant coup de poing de cette dernière, accompagné d’un « Corner ! Enfoiré ! » clamé haut et fort, suivi d’une sortie dramatique. Ou bien, que Michael aurait été tellement vexé de s’être fait repousser par Rowen, qu’il l’aurait traitée de coincée, et serait allé bécoter la première cheerleader qui passait dans son périmètre. Les choses auraient alors peut-être pu redevenir ‘normales’ entre ces deux-là. Mais ce n’était pas le cas.

Michael se sentait tellement anéanti et déprimé, qu’il osait à peine poser ses yeux sur sa camarade. Il s’en voulait d’avoir été aussi stupide avec elle avant, et s’apitoyait sur son comportement passé, pensant qu’il était totalement normal qu’elle le déteste. De son côté, Rowen culpabilisait d’avoir fait espérer Michael, et de l’avoir ensuite repoussé. Elle était malheureuse d’avoir perdu l’amitié de la personne qu’elle commençait enfin à connaître –et apprécier-, et avait du mal à supporter les longs silences gênés qui suivaient chacun de leur croisement de regard. Elle ressentait aussi un autre sentiment étrange, qu’elle ne parvenait pas à définir, et qui la dérangeait. Plusieurs fois, elle se surprenait à penser qu’il s’agissait d’amour. Mais elle chassait bien rapidement cette idée de son esprit, en se persuadant qu’elle aimait déjà quelqu’un. Il n’y avait pas de place pour deux personnes dans son cœur.

Dans tous les cas, Rowen avait décidé d’arrêter d’essayer d’embrasser Michael à chaque fois que l’occasion se présentait. Elle en avait déjà trop joué auparavant, et savait qu’il serait déplacé de faire espérer le Quaterback de nouveau. Leurs échanges se résumaient donc à présent à des saluts monotones, et à quelques dialogues banals comme « C’est à mon tour de me charger de Croûtard », ou « A demain, bonne soirée. ». Croûtard semblait d’ailleurs être le seul sujet sur lequel ils pouvaient parler plus de deux minutes.

La seule chose qui semblait égayer leur journée, à l’un comme à l’autre, était le fait d’avoir l’occasion de voir leur meilleur ami virtuel très prochainement. E@gle avait en effet accepté de rencontrer Red ♦ Lion, à qui il avait donné rendez-vous dans un café, situé à plus d’une demi-heure du lycée. Ainsi, Michael espérait éviter de rencontrer des gens de Hogwarts –et en particulier Rowen-, afin d’éviter toute rumeur à son sujet. La perspective d’enfin se voir ‘dans le vraie vie’ était donc l’espoir désespéré auquel ils se raccrochaient.


******

Ce samedi-là, donc, Michael devait rejoindre son amie virtuelle aux Trois Balais, un petit café chaleureux qui servait d’excellents chocolats viennois. Pour l’occasion, il avait troqué sa veste tape-à-l’œil de sportif contre une tenue plus sobre, censée refléter l’esprit sensible et non superficiel qu’il avait tant de fois décrit à Red ♦ Lion. Comme il paniquait à l’idée de se retrouver en face d’une fille de son lycée –ou pire, d’une de ses ex. L’idée du pervers menteur et douteux ne lui était même pas venu à l’esprit-, Michael avait fait appel à Liam pour que ce dernier entre en premier dans le café, et lui dise à quoi ressemblait son amie. Il avait brièvement expliqué la situation à celui qui était devenu son meilleur ami –au final, il n’était pas si stupide que ça, était différent du reste de la bande et ressemblait énormément à Michael-, qui l’avait écouté sans le juger, même si toute cette histoire avait de quoi être cocasse.

« Bon donc, normalement, il s’agit d’une fille aux cheveux bruns et longs. Et elle devrait porter un ruban blanc autour du poignet, c’est comme ça qu’on a décidé qu’on allait se reconnaître. » dit Michael, caché avec Liam derrière un gros bosquet, à l’abri des regards.

Puis il sortit de sa poche un long ruban blanc, qu’il montra à son meilleur ami, le tout accompagné d’un regard du style ‘tu vois ?’.

« Ok, ok », répondit Liam. « Donc je vais voir rapidement, si c’est un canon, je reviens te voir pour te dire que tu peux entrer, et si elle est moche, on se barre. »

« Mais non ! » répondit Michael. « Je me fiche bien de son physique. Tout ce que je veux savoir, c’est si c’est quelqu’un qu’on connaît du lycée. » -Liam le regarda suspicieusement- « Bon et oui, si elle est jolie, c’est un plus, évidemment. » reconnu-t-il en soupirant.

« D’accord mec. Bon, tu m’attends ici, bien caché, je vais faire un petit tour et je reviens illico. »

Il lui fit un clin d’œil, puis se leva et entra dans le café. Michael attendit plusieurs secondes qui lui parurent interminable, en essayant discrètement de regarder à travers la vitre du café pour voir s’il arrivait à apercevoir la jeune fille. Liam revint alors.

« Bon. » dit celui-ci, en réponse au regard interrogateur de Michael. « D'abord, décale toi vers là, elle est plutôt par là-bas. D’ici, tu peux pas la voir. »

Michael bougea de quelques pas, et attendit le verdict.

« La bonne nouvelle » , dit Liam, « c’est qu’elle est jolie. »

Le Quaterback souffla, un peu soulagé et rassuré tout de même.

« La mauvaise » , continua son meilleur ami, sans transition, « c’est que c’est Lone. »

« QUOI ?! »

Liam lui plaqua la main sur la bouche de toutes ses forces.

« Chuuut, pas si fort, tu veux que tout le monde t’entende ? » -il salua rapidement des passants sur la rue opposée, qui les regardaient d’un air suspicieux-.

« Pardon ! Punaise ! Je l’avais vraiment pas vue venir, celle-là ! »

« Les risques des rencontres sur internet » résuma Liam en haussant les épaules. « Bon, qu’est-ce que tu veux faire ? »

« Je sais pas, mais je ne peux clairement pas entrer là-dedans et lui dire que c’est moi. Cette fille me déteste. Pourtant, elle adore la personne que je suis sur internet. Si je vais là-bas que et que je lui dis la vérité, elle va penser que j’ai menti depuis le départ, et notre relation va encore plus se dégrader. »

Liam le regarda d’un air triste.

« Mais tu ne lui as pas menti, non ? Je veux dire… Tu as peut être un peu masqué la réalité, mais au final, tu ressembles à cette personne qu’elle a envie de voir, non ? »

« Non… probablement pas » marmonna Michael, sans savoir quoi faire. « Et en même temps, je ne peux pas la laisser attendre des heures, un mec qui ne viendra jamais. »

Liam se leva un moment pour regarder Rowen qui attendait sagement une personne qui ne viendrait probablement jamais. La jeune fille se tourna pour refuser une fois de plus de passer commande au serveur qui était venu la voir, en disant qu’elle attendait quelqu’un. Ce fut à ce moment-là qu’il remarqua la pince avec un gros nœud dont elle se servait pour remonter ses cheveux.

« Michael, Michael ! » appela-t-il d’un air surexcité.

Le Quaterback leva les yeux vers son meilleur ami, la mine toujours dépitée.

« Dis-moi, mec. Lone, elle est d’origine anglaise ? »

« Ouais bien sûr, t’as pas remarqué son accent lorsqu’elle dit ‘tea’ ou ‘jerk’ ? »

« Elle habite dans ce drôle de village où il y a tout un tas de familles anglaises ? »

« Je sais pas, ouais, je pense. Elle dit souvent que là où elle habite, on se croirait en Angleterre. Le temps pourri en moins. Pourquoi toutes ces questions ? »

Liam plaqua une main sur sa bouche, estomaqué.

« Mec ! Je viens de me rendre compte d’un truc ! Je la connais ! Je connais Rowen Lone ! »

Michael leva les yeux en l’air.

« Bien sûr, on est tous les trois dans la même classe depuis le début de l’anné… »

« Non ! » le coupa Liam. « Je veux dire, je la connaissais avant ! Mais je ne l’avais pas reconnue. On était dans le même centre aéré, et dans le même club de sport, en primaire. On était super potes ! »

« C’est pas possible. Comment t’as pu ne pas t’en rendre compte avant, alors ? »

« A l’époque, j’avais des difficultés à retenir les prénoms, alors je surnommais tous les gens que je rencontrais en fonction d’un de leur trait caractéristique. Du coup, je n’ai jamais su comment elle s’appelait. »

« Et comment tu peux être sûr que c’est elle, alors ? »

« Facile. » lui dit Liam. « En fin de primaire j’ai déménagé, donc j’ai dut quitter tous mes amis. J’étais tellement triste de ne plus pouvoir la voir, que je lui ai fabriqué moi-même une pince à cheveux. Et c’est celle qu’elle porte aujourd’hui ! Je la reconnaitrais entre milles ! »

« C’est pas vrai ! » Michael se releva.

Il trouvait la situation un peu tirée par les cheveux, mais il pouvait facilement la tourner à son avantage.

« J’ai une idée, écoute moi ! Tu vas entrer dans ce café avec mon ruban blanc, te faire passer pour E@gle, discuter rapidement avec elle de vos souvenirs d’enfance, puis vous redevenez les bons amis que vous étiez, et voilà ! Après ça, E@gle va disparaître et tout rentrera dans l’ordre, elle ne saura jamais que c’était moi, et tant mieux. »

« Tu es sûr que ça te va ? » demanda Liam, en piétinant sur place, comme s’il luttait entre l’envie de soutenir Michael et de s’en aller de cet endroit au plus vite, et celui d’aller reparler avec sa vieille amie.

« Mais oui, c’est parfait ! Tu entres par la grande porte, j’entre directement par celle de derrière, je me met à cette table derrière la grosse plante, là où elle me verra pas, et comme ça, je peux suivre votre conversation et t’aider par SMS en cas de pépin. »

Liam réfléchit un instant, puis répondit avec un sourire.

« Ouais… ouais ça se tient. De toute façon, après ce soir, tu ne comptais plus lui reparler par internet, pas vrai ? »

« Tout à fait. Donc autant que E@gle meure en héros, plutôt qu’en gros crétin fuyard. »

« Bon, marché conclu. »

Ils se levèrent tous deux, et entrèrent dans le café de façon à ce que seul Liam se fasse repérer –c’est-à-dire qu’il fit une entrée aussi bruyante et remarquée que possible-. Comme Michael lui avait donné le ruban blanc, Liam se dirigea rapidement vers Rowen, et s’assit en face d’elle, sans prêter attention à son regard d’incompréhension totale. Puis, sans crier gare, il pencha par-dessus la table et l’enlaça longuement.

« Quinny ! »

« Que… »

Liam la lâcha, puis se rassit en la regardant, un sourire radieux d’enfant sur les lèvres.

Des foules de questions se bousculèrent dans la tête de Rowen, allant du « C’est TOI E@gle? » à « C’est une blague, n’est-ce pas ? » . Néanmoins, ce fut la phrase suivante qui s’échappa de ses lèvres :

« Tu t’en rappelles ? Je croyais que tu avais oublié ! »

Liam esquissa un petit sourire gêné.

« Bien sûr que je m’en rappelle. Le centre aéré, le sport, la balançoire, tout ça… Queen Elizabeth ! Quinny ! Le surnom que je t’avais donné parce que je trouvais que ta façon de prononcer les mots était marrante. Je ne m’étais juste pas rendu compte que c’était toi, avant que je ne vois la pince. »

Il montra la pince à cheveux, et Michael y jeta un petit coup d’œil, caché derrière sa plante de décoration. Et en effet, il se rendit enfin compte de la raison pour laquelle Liam ne pouvait la confondre avec aucune autre : il n’existait certainement pas dans cet univers, un seul nœud qui aurait pu être brodé aussi maladroitement de grenouilles vert pomme.

« Ah, ça ! » Rowen toucha sa pince avec un sourire. « Ouais, je la trouve rigolote. »

Le serveur revint à leur table, soulagé que la fille qui attendait là depuis un quart d’heure se décide enfin à commander, puis reparti préparer leurs chocolats viennois.

« Mais tu savais que c’était moi, non ? Pourquoi tu ne me l’as pas dit au début de l’année ? » demanda Liam, sans trop comprendre comment ils avaient pu être dans la même classe tous les jours, sans se rendre compte de rien.

« Oh. » -Rowen baissa les yeux vers le poivrier avec lequel elle jouait depuis qu’elle était arrivée-. « Je me disais que tu avais sûrement oublié, un truc du genre. Et puis on ne s’entendait pas vraiment très bien en Septembre, je te rappelle. »

« Ouais, j’étais un total abruti à la rentrée. Encore désolé pour ça. »

« Pas de soucis. Mais du coup, ça veut dire que c’est avec toi que je parlais sur internet ! Je n’aurais vraiment jamais pensé à ça ! »

« N’est-ce pas ! » -lui dit Liam en lançant un regard de détresse vers Michael, qui était déjà en train de taper frénétiquement un SMS de secours-. « Je… » -il regarda rapidement sur son téléphone ce que son meilleur ami venait de lui envoyer- « J’avais besoin de parler de ce dont je ne pouvais pas parler aux autres. Tu vois, j’ai toujours essayé de trouver ma place, même si pour cela je devais rentrer dans un moule et me comporter de façon un peu stupide. » -il fronça les sourcils en disant cette partie du SMS- « Mais tout ce dont on a parlé, ce n’était pas des mensonges. J’essayais seulement de te montrer le véritable moi. »

Rowen eut un sourire.

« Je comprends. » répondit-elle simplement. « Et je me rend aussi compte de la raison pour laquelle je me sentais aussi proche de toi, sur internet. Tu vois, je te parlais comme si je parlais à un véritable ami, que j’avais l’impression de connaître depuis longtemps. Au final, je ne m’étais pas vraiment trompée. »

Un voile de tristesse passa sur le visage de Michael, qui baissa les yeux vers la table. Qu’aurait-il donné pour être à la place de Liam ? Mais il ne pouvait tout simplement pas débouler et lui dire la vérité… Elle le détesterait encore plus qu’elle ne le haïssait déjà…

Il resta donc là pendant deux longues heures, à écouter Liam et Rowen parler de leurs souvenirs d’enfance, l’air complice. Il se sentait de trop, comme s’il ne faisait pas partie de leur univers, et n’avait même pas besoin d’envoyer des SMS à Liam pour lui venir en aide si elle parlait de E@gle. Il lui semblait que leur nostalgie avait totalement éclipsé les longs mois durant lesquels Michael et Rowen avaient passé à dialoguer entre eux, à se confier, à être là l’un pour l’autre. Le Quaterback se sentait lamentable. Il avait perdu celle qu’il aimait dans la vraie vie. Et il perdait de nouveau celle qui avait été une véritable source de réconfort pour lui, durant toute son adolescence. Il était seul, à présent. Atrocement seul.

La soirée avançait progressivement, et bientôt vint le temps de se quitter. Mais Michael savait que même si c’était un adieu pour lui et Red ♦ Lion, ce n’était qu’un au revoir pour Liam et Rowen. Et cette pensée le rendait plus jaloux que jamais. Mais en même temps, tout cela était mieux ainsi. Il avait fait ce qu’il avait à faire, et de toute façon, Liam et Rowen se seraient probablement reconnus au bout d’un moment. Il n’avait fait que faciliter les choses en donnant à son meilleur ami, une façon supplémentaire de bien se faire voir.

Rowen remit sa veste sur ses épaules, et fit un sourire timide à Liam, qui s’était déjà levé en lui proposant de la raccompagner au lycée. Elle avait hésité pendant toute la soirée, mais elle s'était enfin décidé à se confesser. Elle prit donc une grande inspiration, et se jeta à l’eau.

« Liam… A la base, j’étais venu pour te dire quelque chose… Enfin pas à toi, mais à E@gle... Or, puisque vous êtes les mêmes personnes… »

« Oui ? »

Elle se rapprocha de lui et lui tint la main. Michael, qui était toujours caché derrière sa plante, mais les observait avec grand intérêt, eut l’impression qu’une épée venait de le transpercer au niveau de la poitrine. Les pièces du puzzle s’assemblaient enfin dans son cerveau.

« Je… suis tombée amoureuse de toi. »

La phrase tomba comme une condamnation à mort pour Michael. Il sentit la Faucheuse le trancher en deux, et son rythme cardiaque s’accéléra. La personne que Rowen aimait, et pour laquelle elle l’avait rejeté, était en fait lui-même ?!

« Enfin, de la personne avec qui j’ai discuté pendant toutes ces années sur internet. » s’empressa d’ajouter Rowen. « Mais puisque c’est toi, ça facilite les choses, on va dire… »

Michael regarda son meilleur ami, en écarquillant les yeux. Liam ne répondait rien. Pourquoi ? Il attrapa son téléphone, en réfléchissant à une solution à communiquer à Liam. Il fallait qu’il la rejette, mais en le faisant intelligemment. Il ne voulait pas que Rowen en souffre. Il ne fallait pas qu’elle soit blessée. Il commençait déjà à taper frénétiquement sur son clavier téléphonique, lorsque Liam attrapa Rowen par la taille et l’embrassa en plein milieu du café des Trois Balais.

Michael s’arrêta d’écrire, et regarda son meilleur ami, le teint pâle. Il eut l’impression que le monde venait de s’arrêter de tourner, et que le temps s’était figé. Tout était devenu noir dans sa tête, et il ne voyait plus que les silhouettes de Rowen et Liam en train de s’embrasser. Ce n’était pas la réaction qu’il avait attendue. Et ça ne pouvait pas être vrai. Il était en train de faire un cauchemar, n’est-ce pas ? Liam ne pouvait pas lui faire ça. Pas lui. Pas à lui. C’était impossible.

Doucement, Liam décolla ses lèvres de celles de Rowen, et lui dit, sans accorder un seul regard à Michael.

« Sortons ensemble, Quinny. Comme avant. »

Puis il la prit par la main, et ils quittèrent tous deux le café.

Lorsque la porte en verre se referma en faisant joyeusement tinter la clochette, Michael regarda un long moment la table sur laquelle il aurait dut prendre un chocolat avec Rowen, et les deux rubans blancs attachés entre eux autour du poivrier. Puis, totalement amorphe, il se traîna jusqu’à la petite porte par laquelle il était arrivé, et disparu dans la nuit.





Dernière édition par Rowen Lone le Dim 07 Avr 2013, 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1647
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Mer 20 Mar 2013, 20:58


Hogwarts High ( épisode 14 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Liam Darling
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, Liam Darling, Sirius Black, Alicia Corner, Keira Williams
Rating : PG
Thème : #15 : Logique
Tome concerné : Aucun
Nombre de mots : 3106 mots
Cadre : Suite directe de l'épisode 13







" Se relever malgré tout "
...................................................................................................................................................................

Michael avait erré pendant toute une nuit. Après avoir vu Rowen et Liam quitter tous les deux le café ensemble, il était parti là où ses pas l’avaient guidé, sans but, ni vie. Il ne savait pas ce qu’il comptait faire par la suite, ni où il se rendait. Il se contentait simplement de marcher, de courir, de crier… Il avait un besoin irrépressible de se défouler, mais en même temps, il avait l’impression que son âme avait quitté son corps. La pluie s’était mise à tomber vers les premières heures du matin, mais Michael s’en contrefichait. Plus rien ne semblait avoir d’importance. Il avait perdu la fille qu’il aimait. Il avait perdu sa meilleure amie virtuelle. Et il avait perdu son meilleur ami. Il était juste seul, à présent. Il se demandait parfois si Rowen et Liam étaient déjà arrivés au lycée. S’ils avaient regagnés leur chambre respective, ou s’ils étaient restés côte à côte toute la nuit, à se parler de petites anecdotes drôle sur leur enfance commune. Toutes ces pensées de ces deux-là ensembles le dégoûtait. Comment Liam avait-il pu lui faire ce coup ? Pourquoi ne lui avait-il juste pas dit qu’il était déjà sorti avec Rowen ? Certes, cette relation datait de leur primaire… mais Michael était bien placé pour savoir qu’on n’oubliait jamais son premier amour. Ou tout du moins, il pensait qu’il ne l’oublierait jamais. Rowen…

Rowen. Ce nom lui revenait sans cesse en mémoire, comme une entêtante et obsédante chanson. Il aurait voulu qu’elle le laisse tranquille. Qu’elle sorte de sa tête. Toute cette situation serait beaucoup plus simple à digérer. Mais non. Elle était là. Son visage flottait dans ses souvenirs, et tout lui revenait en mémoire. Leur première rencontre. Leur second baisé, lorsqu’ils avaient découvert qu’ils seraient colocataires. Leur réaction lorsque le Professeur McGonagall leur avait annoncé qu’ils seraient binômes pour toute l’année. Leurs interminables disputes pour savoir qui allait nettoyer la cage de Croûtard. Leur super duo de MUSE sur la chanson ‘Feeling Good’. Leurs prises de bec à propos de McLaggen. Leur partie d’échecs. Leurs corps étroitement serrés après que Michael l’ait défendue contre le joueur de football. Leur discussion sur le père de Michael. Leur baiser sous les étoiles… Et si à ce moment-là, Rowen avait su que la personne qu’elle aimait se trouvait juste en face d’elle ? Aurait-elle mis fin à cette intimité qu’il y avait entre eux ? Aurait-elle repoussé Michael lorsqu’il avait essayé de l’embrasser de nouveau ? Aurait-il eu une chance si elle n’avait pas poursuivi le fantôme d’E@gle ?

Dans tous les cas, tout cela était fini. Il avait échoué sur toute la ligne. Il lui avait menti, il s’était comporté comme un réel idiot, il avait fait confiance à la mauvaise personne… et voilà le résultat. Elle était sûrement très heureuse avec Liam, à présent. Mais il lui avait menti. Toute leur relation était basée sur un simple mensonge, que Michael avait tissé de toutes pièces. C’était lui qui avait proposé à Liam de se faire passer pour E@gle. Que pouvait-il faire, à présent ? Que se passerait-il lorsqu’il reviendrait au Lycée ?

La journée défila ainsi sans qu’il ne trouve de réponse. Allongé dans un champ, Michael se contentait de regarder le ciel changer de couleur et d’humeur. Il ne dormi pas la nuit suivante non plus. Il fixait simplement les étoiles en se rappelant de cette soirée avec elle. Lorsque les rayons se levèrent, Michael était toujours là à méditer en silence. Il se fichait bien de manquer des cours. De toute façon, il n’aurait pas eu le courage d’affronter la réalité. Qu’allait-il faire ensuite ? Fuir ? Il n’en avait aucune idée, et resta donc allongé, puisque c’était la seule chose qu’il se sentait capable de faire. Aux alentours de midi, son portable commença à sonner sans relâche, mais Michael ne répondit à aucun appel, ni aucun message. Il trouvait une satisfaction féroce à laisser les autres s’inquiéter. Même s’il était persuadé qu’en réalité, seule l’administration du lycée voulait savoir la raison de son absence. Michael se retourna, et ferma enfin les yeux. Toute cette fatigue accumulée commençait à peser sur lui. Il se laissa donc enlacer par les bras de Morphée, puisque c’étaient sûrement les seuls bras qui voulaient encore de lui…

******

« Hey tocard, réveille-toi. »

Michael ouvrit les yeux faiblement, et les referma immédiatement, ébloui la lumière des phares de la voiture était vive. La nuit était de nouveau tombée, et à en croire par la luminosité des étoiles, il était aux alentours de 22 heures. Le Quaterback sentit un pied tâtonner sans ménagement son dos, sans que cela ne lui fasse mal.

« Eh, t’es mort ? »

Le brun se tourna vers son interlocuteur, et mis une main devant ses yeux.

« A… Alicia ? » dit-il à faible voix, en reconnaissant la jeune fille qui lui tapait dans le dos. Il se rendit compte qu’il ne pouvait pas parler plus fort, tant sa gorge était déshydratée.

« C’est bon, il est encore vivant ! » cria Alicia à l’attention du chauffeur, qui baissa l’intensité de ses phares, et descendit de la voiture.

Michael reconnu une chevelure d’un brun ondulé. Il grogna.

« Qu’est-ce qu’il fait là… »

« Moi aussi je suis content de te voir » , répondit Sirius, l’oncle de Michael, avec un sourire.

Il se pencha vers Michael, et l’examina des yeux un instant pour voir s’il n’était pas blessé.

« Pourquoi tu l’as amené ? » demanda Michael à Alicia, en regardant dans la direction opposée.

« Ta sœur m’a appelée parce qu’elle n’avait pas de voiture, et s’inquiétait pour toi. Ton Lycée a appelé chez vous pour savoir pourquoi tu n’étais pas en cours, et pourquoi tu ne répondais pas. Par chance, ta mère n’était pas là et c’est Alicia qui a répondu. Elle s’est ensuite demandée si quelque chose clochait, et t’as appelé plusieurs fois. Mais comme tu n’as jamais répondu, elle s’est inquiétée. »

« Je ne l’ai pas dit à Maman, mais il me fallait quelqu’un qui puisse conduire, crétin. » ajouta Alicia, en essayant de camoufler le fait qu’elle était au bord des larmes. « Oncle Sirius était un choix plus judicieux, je pense, non ? En tout cas, j’ai utilisé mon ordi pour essayer de capter le signal de ton téléphone et te retrouver. Quelle surprise quand j’ai vu que tu étais dans ce champ ! C’est à au moins 4 heures de marche du Lycée ! »

« Je me demande d’ailleurs où tu as acquis toutes ces connaissances, Alicia… » gronda Sirius avec un froncement de sourcil.

« C’est pas important. Le plus important, c’est que ce tocard a séché les cours, et qu’on l’ait retrouvé dans un champ ! S’il avait été nu, je penserai que tu as été kidnappé, et t’aurais eu une excuse. Mais ce n’est même pas le cas… »

« Oh, oh, calmez-vous tous les deux. Je n’ai pas été kidnappé. J’avais juste… quelques problèmes. Mais ça va mieux maintenant, on peut rentrer. J’ai merdé, ok ? Pas la peine d’y revenir… »

« Tu as raison sur le point qu’il est temps de rentrer. Mais pour le reste… on en reparlera dans la voiture. »

Sirius se pencha et aida Michael à se mettre sur ses pieds. Il l’amena ensuite jusqu’à la voiture, où il l’assit sur la place passager. Alicia se glissa sur la banquette arrière comme un félin, et Sirius démarra.

« Bon alors, tu veux bien nous dire ce qui t’es arrivé ? » demanda Sirius, tandis que la voiture s’élançait sur les routes de campagne, tous phares allumés.

« Je veux pas en parler devant elle. » marmonna Michael en faisant un signe de tête vers Alicia.

« Alicia ? »

« Bon ça va, ça va, j’ai compris » râla Alicia en vissant ses écouteurs sur ses oreilles et en mettant la musique à fond. « MAINTENANT J’ENTENDS RIEN » cria-t-elle pour couvrir le son de son tube de rock alternatif.

« Je crois que c’est bon. On peut avoir une conversation entre gars. » dit Sirius avec un sourire.

Michael hésita un long moment, puis se décida à parler devant son oncle. Il lui raconta tout, depuis les discussions sur internet, jusqu’à la soirée dans le café, où Liam était parti avec la fille qu’il aimait. Sirius l’écoutait attentivement, en fronçant les sourcils et en faisant semblant de ne pas ressentir l’émotion dans la voix de son neveu à chaque fois qu’il parlait de Rowen.

« Je vois bien où es ton problème. Alors écoute les conseils de ton vieil oncle, si tu les veux. Pour le moment, essaye de ne rien faire. Si elle est vraiment tombée amoureuse de toi, elle se rendra rapidement compte que ce Liam n’est pas la personne avec qui elle veut être. A moins qu’elle soit stupide, ce dont je doute. La question qui se pose est la suivante : que vas-tu faire, ensuite ? Veux-tu être honnête et tout lui dire, quitte à mettre en péril votre amitié ? »

« De toute façon, notre amitié est finie. Elle me déteste. » répondit amèrement Michael.

« Justement. Dans ce cas, tu ne risques rien à tout lui révéler, n’est-ce pas ? Votre relation ne peut pas aller plus bas. Je ne comprends pas pourquoi tu ne l’as pas fait à ce café. Mais bon, tu devais être paniqué… »

Michael réfléchit un court instant. Oncle Sirius marquait un point. Pourquoi n’y avait-il pas pensé avant ? Etait-il vraiment stupide ?

« Tu devrais tout lui dire, dans ce cas-là. Tu seras soulagé, et je pense qu’elle voudrait connaître la vérité, quelle qu’elle soit. »

« Tu veux donc dire que je devrais aller lui parler maintenant ? »

« Oh grands dieux, non ! » s’exclama Sirius en faisant un écart sur la route pour éviter un camion qui ne roulait pas droit. Il appuya généreusement sur le klaxon avant de reprendre : « Si tu fais ça maintenant, elle va simplement croire que tu es jaloux et que tu mens pour leur mettre des bâtons dans les roues. Qui penses-tu qu’elle croira ? Liam ou toi ? Je suis désolé fiston, mais ta seule alternative est d’attendre. Ne fais rien avant. »

Michael s’affala sur le dossier de son siège.

« Tu as sûrement raison, tu es vraiment toujours de bon conseil, Oncle Sirius. »

« C’est pour ça que tu avais l’air si peu heureux de me voir tout à l’heure ? » ricana Sirius.

« Oh allez, tu sais bien que c’était parce que je ne voulais pas que tu caftes à Maman. »

Sirius esquissa un sourire sans rien répondre. Il se tourna ensuite vers Alicia, et lui demanda :

« Tiens, depuis quand tu as enlevé tes écouteurs, toi ? »


*******


Le lendemain, Michael revint en cours. Il passa d’abord par l’administration pour s’excuser longuement de son absence, en prétextant quelques problèmes de santé –et vu son état de fatigue intense dut au jeûne, à la soif et au manque de sommeil, personne ne fit d’histoires-, puis retourna en classe. Lorsqu’il entra, Liam et Rowen se tournèrent tous deux vers lui avec des regards gênés, mais Michael ne leur adressa même pas un signe de la main, et alla s’assoir à sa place habituelle.

Lorsque l’heure de la pause sonna, il quitta rapidement la salle de classe sans prêter attention à Liam qui avait ouvert la bouche lorsqu’il lui était passé devant. Il alla ensuite s’isoler dans les toilettes des garçons, où il était sûr que Rowen ne pourrait pas le suivre.

La matinée passa ainsi sans que Michael n’ait à parler à Rowen ou Liam. Mais lorsque la pause midi arriva, le Quaterback su qu’il lui serait difficile de les esquiver. Aussi décida-t-il de manger avec des gens de son équipe de football américain, en tournant le dos au reste de la salle pour bien indiquer qu’il n’était pas d’humeur à parler.

Ni Rowen ni Liam ne fut assez stupide pour aller le voir.

Après avoir terminé, Michael se leva et quitta le self sans jeter un coup d’œil en arrière. Il décida ensuite de remonter dans son dortoir pour faire une petite sieste avant la reprise des cours. Il sut que son idée était très mauvaise, lorsqu’au second étage, il tomba sur Rowen et Liam en train de s’embrasser devant les casiers. Il savait bien qu’ils n’avaient pas fait exprès de faire ça juste devant lui, et qu’ils étaient là avant qu’il n’arrive, mais il vit immédiatement rouge.

Malgré les conseils de Sirius, Michael n’était pas du genre patient. Il jeta son sac au sol d’un geste rageur, et se dirigea en courant vers Liam. Il l’attrapa par le col sans ménagement, et le frappa de toutes ses forces. Son ancien meilleur ami recula de quelques pas, et essaya de dire quelque chose, mais Michael le frappa de nouveau et l’étala sur le sol. Il se mit ensuite à califourchon sur lui et continua de marteler son corps, extériorisant toute sa détresse et sa haine cumulée depuis deux jours.

« Corner ! Arrête ! » cria Rowen en essayant de retenir le bras du Quaterback, tandis qu’une quinzaine d’élèves assistaient à la scène en encourageant les deux garçons.

Liam essaya de se défendre en renvoyant des coups à Michael, mais celui-ci était trop hors de contrôle.

« Je te faisais CONFIANCE ! » hurla Michael à l’adresse de son meilleur ami. « Je t’ai toujours soutenu, toujours ! Tu étais comme un frère pour moi ! Et tu me remercies de cette façon ?! »

Rowen s’accrocha au bras de Michael. Il la sentait trembler de peur, mais même ça ne parvenait pas à le calmer.

« Arrête Corner ! Ce n’est pas de sa faute ! »

« Je t’ai couvert ! Je t’ai encouragé quand tu essayais de sortir avec Keira ! Je t’ai donné des conseils ! Quel bel enfoiré ! »

Rowen lâcha Michael, en mettant la main devant sa bouche. Keira ? Mais alors… cela signifiait que la personne que Keira allait toujours voir lorsqu’elle s’absentait du dortoir, et dont elle ne voulait pas parler, était Liam ? Cela voulait donc dire qu’elle sortait avec le garçon que sa meilleure amie aimait ?
La brune leva les yeux un instant, et croisa le regard de la rouquine qui était dans le couloir depuis le début de la scène. Elle vit une larme briller au coin de son œil, puis Keira tourna les talons, et disparu dans les escaliers.

Elle ravala alors sa salive, et s’interposa entre les deux garçons avant que les choses ne s’enveniment.

« Stop ! Stop ! »

Michael s’arrêta immédiatement de bouger. Même s’il était fou de rage, il n’oserait jamais frapper Rowen. Celle-ci croisa son regard et fondit en larmes.

« Je suis désolée, Michael » -il se calma un petit peu lorsqu’elle l’appela par son prénom pour la première fois-. « Je suis tellement désolée… tu ne comprends pas… »

Il la regarda un instant, et se mordit la lèvre. Non… C’était elle qui ne comprenait pas. Elle ne savait pas que la personne dont elle croyait être amoureuse était un imposteur. Elle ne savait rien de tout cela. Mais comment l’en blâmer ? Les sentiments qu’elle avait pour E@gle étaient réels. Ce dernier s’était présenté à elle, et il lui avait proposé de sortir avec lui. Comment aurait-elle pu refuser ? Elle était persuadée d’avoir des sentiments pour Liam… imposture… tout ce que Liam avait pu dire lors de cette soirée pour se justifier de son comportement passé, étaient les propres mots de Michael…

« Ecoute, Lone, je… »

Un bras passa autour de son torse, et il fut tiré avec force vers l’arrière, sans pouvoir continuer sa phrase. Son souffle fut coupé un moment, et il leva la tête pour voir ce qui se passait. Il se sentit un peu en panique lorsqu'il s’aperçut qu’un Surveillant venait de l’attraper. De son côté, Liam était aussi emmené par un Professeur, vers le bureau du Directeur.

« Se bagarrer dans un couloir ! » s’exclama son geôlier, « J’en connais qui vont passer un sale quart d’heure ! »

Michael ne chercha même pas à se débattre, tandis que tous les élèves essayaient de se disperser discrètement pour ne pas se faire pincer. Il regarda une dernière fois Rowen, debout là où on l’avait laissée, en train d’essuyer ses larmes, avant de disparaître derrière un mur.


******


Lorsque Rowen rentra dans son dortoir, elle trouva sa colocataire assise sur son lit. Une boîte de kleenex était posée auprès d’elle, et ses yeux étaient légèrement rougis. Mais lorsqu’elle aperçut Rowen, elle esquissa un sourire radieux et la salua comme si de rien n’était.

« Rowy, tu veux une tasse de thé peut être ? Tu n’as pas l’air dans toute assiette… Je vais essayer de le faire bien cette fois… »

« Keira… »

Mais Keira s’était déjà levée, et avait commencé à faire bouillir l’eau. Elle avait ensuite sorti ses jolies tasses en porcelaines, et ses soucoupes assorties, pour les poser sur la table basse. Comme toujours.

« Mon thé a toujours un goût horrible, mais je suis sûre de le réussir aujourd’hui. »

Elle fit tomber une tasse tandis qu’elle les installait, et se pencha rapidement pour ramasser les morceaux de porcelaines.

« Ahaha, qu’est-ce que je suis maladroite aujourd’hui… » dit-elle d’un air candide, la voix cependant légèrement tremblante.

« Keira… »

La rouquine se tourna vers elle, et Rowen vit ses fines lèvres trembler, comme si elle se retenait de pleurer. Ce fut cependant Rowen qui éclater en sanglots en premier.

« Keira je suis désolée, je ne savais pas ! » dit-elle, en mettant ses mains devant son visage pour cacher ses larmes, la voix brisée.

Keira fit un ‘o’ parfait avec ses lèvres, puis se leva précipitamment et alla rejoindre Rowen en lui tapotant le dos.

« Je sais, je ne t’avais rien dit, tu n’avais aucune raison de le savoir… » murmura doucement la rouquine.

Une larme roula cependant sur sa joue.
Comme elle regrettait le Collège, où elle avait toujours été seule. Au moins, elle ne blessait personne… cette vieille période de sa vie n’était peut-être pas si mauvaise, après tout.

« Tu ne peux rien y faire, Rowy… Tu n’y es pour rien. » murmura Keira en la regardant tristement. « C’est toi qu’il a choisie, pas moi. »

Puis, sur ces mots, Keira sortit de la chambre.





Dernière édition par Rowen Lone le Dim 07 Avr 2013, 15:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1647
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Lun 01 Avr 2013, 14:22


Hogwarts High ( épisode 15 )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & Liam Darling
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, Liam Darling
Rating : PG
Thème : #17 : Adieu
Tome concerné : Aucun
Nombre de mots : 3322 mots
Cadre : Rowen et Liam sortent ensemble depuis déjà trois semaines. Mais Rowen a beaucoup de mal à reconnaître E@gle à travers son ami d'enfance, et commence à penser qu'il n'a jamais été sincère avec elle. De l'autre côté, Michael s'est refermé sur lui même, et ne lui adresse plus du tout la parole, ce qui la préoccupe bien plus que de nécessité. De nouveau, la jeune fille ne sait plus vraiment où elle en est...







" L'aigle qui s'envole par la fenêtre "
...................................................................................................................................................................

Depuis l’histoire de la bagarre entre Liam et Michael, Rowen était au 36ème en dessous. La rumeur du carré amoureux (Michael-Rowen-Liam-Keira) s’était répandue comme une trainée de poudre dans tout le lycée, et les commentaires allaient bon train. Les élèves, comme de coutume, s’étaient scindés en différents « clans », supportant chacun l’un des quatre protagonistes, et se montrant presque agressifs envers les autres. C’était le genre de situation que Rowen détestait le plus, et dont elle avait déjà fait les frais lorsqu’elle était au collège. D’une différente façon, certes, mais le fond restait identique. Partout où elle allait, elle avait l’impression que les gens murmuraient en se donnant des coups de coudes, jugeant sa personne sur ce qu’ils avaient pu entendre des évènements passés. Et, comme toujours, ce qui s’était passé le jour du retour de Michael au lycée après sa brève absence avait été bien amplifié, exagéré et transformé, tant et si bien que Rowen, en entendant quelques rumeurs, se mit à douter de sa propre présence sur les lieux.

Deux jours après les évènements, Lavande et Parvati passèrent devant Rowen en la toisant avec mépris, et en changeant de direction, bras dessus bras dessous, comme si elles n’avaient jamais rien vu d’aussi répugnant. La jeune fille comprit que ces deux-là avaient choisi le parti de soutenir Keira, et elle ne put les en blâmer. Si n’importe qui s’était retrouvé à sa place, elle aurait sans l’ombre d’un doute aussi supporté sa meilleure amie.
Le clan de Liam et Michael s’était également scindé en deux, certains hostiles envers Liam pour s’en être pris à la proie de son meilleur ami, et d’autres envers Michael, pour ne pas avoir respecté le « bro code ».
Et enfin, les derniers élèves lançaient de temps en temps des regards compatissants à Rowen, pour être au milieu de toute cette bataille et arriver à supporter les choses malgré tout. Jo’ avait bien évidemment continué de soutenir sa meilleure amie, même s’il n’était rentré dans aucune équipe en particulier.

Les relations entre Rowen et Keira ne s’étaient pas dégradées pour autant, et la rouquine continuait d’agir toujours de la même façon avec sa colocataire. Quelque chose dans son sourire et dans son attitude semblait cependant forcé, et Rowen se demandait si son amie était déchirée entre l’envie de la soutenir dans son couple, et celle de l’étrangler férocement. Cette situation était plutôt insupportable pour Rowen, qui déprimait à chaque fois qu’elle pensait à son amie –souvent, malheureusement-.

Pour couronner le tout, sa relation avec Liam la rendait mal à l’aise. Outre le fait d’avoir déclenché des situations plutôt houleuses et gênantes –Michael lui adressait à peine la parole en travaux pratiques, et faisait son travail avec le plus grand sérieux, ce qui était particulièrement perturbant-, Rowen sentait qu’il y avait quelque chose d’étrange. Elle était folle amoureuse de E@gle, il n’y avait pas de doutes à avoir là-dessus. Et le comportement de son ami d’enfance avait complètement changé depuis qu’il sortait avec elle, et avait cessé d’agir comme un imbécile. Mais voilà. Plusieurs petites choses faisaient que Rowen ne reconnaissait pas E@gle en Liam. Elle ne savait pas vraiment comment l’expliquer, et peut être que ces impressions étaient simplement dues au fait que l’histoire entre elle, Michael, Keira et Liam était assez compliquée. La magie s’était-elle envolée dès lors qu’elle avait rencontré son ami virtuel ? Les espérances n’étaient-elles pas à la hauteur ? Non… Certainement pas. Liam était extrêmement attentionné, et faisait tout pour lui faire plaisir, en essayant de se faire le plus discret possible sur leur relation pour ne pas froisser Michael et Keira. Alors quoi ?

« A quoi tu penses ? » demanda une voix qui lui sembla lointaine.

Rowen sursauta, et se rendit compte qu’elle avait les yeux dans le vague depuis une bonne dizaine de minutes. Elle était assise à une table du réfectoire, et Liam la regardait avec un sourire, un plateau à la main. Elle agita la tête de gauche à droite, pour ne pas qu’il s’inquiète.

« A rien de particulier, je suis juste un peu fatiguée. »

Elle lui sourit à son tour, puis reporta son attention sur le plateau qu’il était parti chercher.

« Qu’est-ce que tu as pris ? »

Il s’assit à côté d’elle, et lui tendit une assiette.

« Un fondant au chocolat pour toi, et un moka pour moi. Il me semble que c’est ton gâteau préféré, non ? Tiens. »

Il lui sourit de nouveau, et commença à s’attaquer à sa pâtisserie d’un air distrait. Rowen le regarda un instant, et se remémora des bribes de conversations qu’elle avait eue avec E@gle :


Red ♦ Lion : non je n’aime pas vraiment les gâteaux aux chocolats, je préfère ceux aux fruits. Moins bourratifs.

E@gle : j’aime tout pour ma part, tant que ce n’est pas au café. A boire ça ne me dérange pas. Mais le goût est vraiment ignoble dans les pâtisseries !


Elle fronça les sourcils lorsqu’elle vit Liam engloutir son gâteau, sans se soucier du goût prononcé de café qu’il devait avoir, mais ne fit aucun commentaire.


******

Le lendemain, Rowen avait un travail pratique avec Michael. Elle y alla avec la boule au ventre, et fit une tentative pour saluer le Quaterback, mais celui-ci se contenta de regarder ailleurs pour ne pas avoir à lui répondre. Sa relation actuelle avec Michael était pire que tout. Certes, avant qu’elle ne se mette à sortir avec Liam, ils ne se parlaient déjà plus vraiment. Mais après la scène du couloir, Michael agissait comme si elle n’existait tout simplement pas. Pourtant, il avait essayé de lui dire quelque chose, non ? Si les surveillants n’étaient pas intervenus à ce moment-là, Rowen aurait pu savoir ce qu’il tenait absolument à partager. Mais à présent, il semblait s’être refermé sur lui-même comme une huître. Muré de nouveau derrière son épaisse carapace.

La brune lui jeta un coup d’œil chagriné, puis alla voir Croûtard, qui dormait paresseusement dans un coin de sa cage. Elle n’avait pas vraiment le cœur à chanter ‘Feeling Good’ pour le faire venir. Aussi se contenta-t-elle d’attraper le rongeur, et de le poser sur la table pour lui donner un morceau de gruyère, qu’il se mit à grignoter d’un air distrait. Michael lisait attentivement le protocole, à l’autre bout de la table, et lui tournait le dos d’un air déterminé, avec la volonté ferme de ne pas lui adresser la moindre parole. Comme elle s’ennuyait, Rowen pivota la tête vers Liam pour voir où il en était, et l’entendit entonner le premier couplet d’un morceau de rap qu’elle ne connaissait pas.

« Quand je pense que tu as été voir ce chanteur en concert, mec ! » s’exclama son binôme de TP en faisant une espèce de petite danse de la joie ridicule.

« Ouep » répondit Liam avec un sourire. « Il fait partie de mon groupe préféré. »

Rowen s’arrêta net de nourrir Croûtard. Les mots de son ami virtuel semblaient virevolter devant ses yeux.


E@gle : j’aime tous les styles de musique à part le rap ! Et mon groupe préféré est MUSE. Même si j’en apprécie énormément d’autres aussi.


Elle passa une main dans ses cheveux, et secoua la tête, essayant de chasser ses mauvais pressentiments de son esprit.


******


Rowen était dans la chambre qu’elle partageait avec Keira. Comme la rouquine n’était pas là –sûrement était-elle partie prendre le thé avec Lavande et Parvati-, Rowen en profita pour sortir son vieil ordinateur portable, dont elle se servait rarement depuis qu’elle sortait avec Liam, et ouvrit ses historiques de conversations. Rapidement, elle relu les échanges entre elle et E@gle, et se rendit compte qu’elle ne s’était pas trompée. Elle avait bien en mémoire tout ce que son ami virtuel lui avait dit, et n’en avait perdu aucune miette. Aussi trouva-t-elle étrange que tout ce que lui disait Liam ne correspondait pas à la personne qu’il était sur internet. Rowen était d’accord avec le fait que derrière l’écran, il avait peut-être embelli certaines choses, et passé silence sur des aspects peu reluisants de sa personne -c’était ce qu’il lui avait expliqué lors de leur première « vraie » rencontre, dans le café-.
Mais pourquoi aurait-il également menti sur des petites choses comme ses goûts ?

Rowen ferma son ordinateur, et sortit son téléphone portable de sa poche en le sentant vibrer. Quand on parlait du loup, il rappliquait toujours à une vitesse folle.


Liam : Hep ! Ça te dit qu’on aille faire un tour au centre commercial ? Faire un peu les boutiques et autre ? J’ai un truc chouette à te montrer.


La brune relu le message deux fois, et soupira. Elle détestait faire les boutiques, et elle n’avait cessé de le répéter à E@gle au cours de leurs échanges. Mais Liam semblait avoir oublié la totalité des choses qu’elle lui avait dites sur ses propres goûts, et cumulait gaffes sur gaffes. Avait-il accordé si peu d’importance à leur relation, tout au long de ces années passées à s’écrire ? Avait-il oublié tout ce qu’elle lui avait dit auparavant ? Quelque peu attristée, Rowen répondit cependant positivement à la demande de son petit ami. Comme elle le faisait à chaque fois, quand bien même elle se forçait à faire des choses qu’elle n’appréciait pas. Elle s’habilla donc rapidement, et sortit dans le hall pour rejoindre Liam.

Lorsqu’il la vit, il lui fit de grands signes de la main, et tous deux prirent la route vers le centre commercial. C’était peut être la première fois qu’ils faisaient une sortie aussi loin, depuis qu’ils étaient ensemble. En général, ils se contentaient de rester dans l’enceinte de l’établissement, ou de se balader dans les rues aux environs. Aussi Rowen essaya de balayer ses aprioris, et de profiter de la sortie. Mais le cœur n’y était pas réellement.

Marchant côte à côte, ils arrivèrent dans le centre commercial, et Rowen refusa gentiment la proposition de Liam de faire les boutiques, ce qui parut le rassurer : il n’avait pas non plus l’air très emballé d’entrer dans des magasins de filles.

« Dans ce cas, on va directement voir ce que je voulais te montrer. » dit Liam en souriant et en la prenant par la main. « C’est au dernier étage, tu verras, c’est magnifique. »

Il l’entraîna ensuite vers l’ascenseur, et Rowen sentit une enclume descendre dans son ventre. Elle arrêta de marcher, et Liam se retourna vers elle, les sourcils levés, en se demandant ce qui se passait.

« Tu ne veux pas plutôt prendre les escaliers ? » suggéra Rowen, d’une toute petite voix.

Liam secoua la tête d’un air enjoué.

« C’est au dernier étage, on mettra moins de temps si on prend l’ascenseur. Allez, viens ! »

Il la força à entrer dans l’ascenseur, et appuya sur les boutons. Rowen lâcha la main de Liam pour aller se coller contre un des murs, et se tint à la rambarde, la respiration saccadée. Les portes de refermèrent, et l’ascenseur commença à monter vers le dernier étage. La brune sentait son cœur cogner dans sa poitrine, et elle se mit à trembler. Dans son esprit, elle priait pour que l’ascenseur ne se bloque pas. S’il se bloquait, que ferait-elle ? Elle détestait les endroits confinés. Elle détestait les ascenseurs. Tout ça la rendait morte de peur.

Au moment où elle croyait que ses jambes allaient la lâcher, la porte se rouvrit sur le dernier étage, et Liam sorti sans lui jeter un coup d’œil, et sans remarquer qu’elle n’était pas dans son assiette. Rowen le suivit rapidement, craignant que les portes ne se referment avant qu’elle n’ait pu s’échapper, et rattrapa le jeune homme.

Elle haletait, mais Liam ne sembla pas s’en apercevoir, et l’invita à admirer le panorama.

Rowen s’approcha de la grande vitre transparente, et regarda le magnifique paysage qui s’étalait devant elle. De là où ils étaient, elle pouvait voir toute la ville. Son ancien collège, leurs lycée, la maison de ses parents, la maison de Jo’, celle de Michael, où ils s’étaient embrassés pour la première fois réellement. La brune rougit lorsqu’elle se remémora ce souvenir. Pour une raison inexpliquée, elle qui aurait dut avoir toutes ses pensées dirigées vers Liam, se surprenait à penser à Michael bien plus que de nécessité. Lorsqu’elle allait en cours, c’était toujours « Corner va-t-il me répondre aujourd’hui ? » ou « Va-t-il oser me regarder dans les yeux ? ». Jamais elle n’avait songé « Je vais retrouver Liam, il m’avait manqué » ou « Il me tarde de le voir ! ».

« C’est beau, hein ? » lui demanda Liam.

Rowen sortit de sa rêverie, et acquiesça. Le jeune homme ne sembla cependant pas satisfait.

« Tu n’as pas remarqué ? Regarde, là-bas. »

Il pointa le doigt vers une petite habitation, près de là où se trouvait sa maison, et elle reconnut immédiatement l’endroit où ils s’étaient rencontrés. Le centre aéré où ils jouaient quand ils étaient en primaire, et où ils étaient devenus amis, avec les deux arbres côtes à côtes sur lesquels ils grimpaient souvent. Rowen eut un petit sourire à cette pensée, et se demanda comment elle avait fait pour ne pas remarquer la vieille bicoque. Elle avait vu la maison de Michael, mais pas ce lieu chargé de souvenirs ?

Liam se pencha vers elle pour l’embrasser, mais il n’effleura que ses lèvres. Rowen n’était pas vraiment d’humeur à lui rendre son baiser. Pour faire passer ce bref moment de gêne, elle regarda le panorama de nouveau, et s’exclama.

« Oh ! Et là, il y a le café des Trois Balais, celui où on s’était donné rendez-vous ! »

Liam tourna la tête vers le paysage.

« Où ça ? Je ne me rappelle plus de l’endroit où il était. »

Rowen le fixa en silence. Non… Décidemment, ce n’était pas possible. E@gle se souvenait toujours de tout ce qu’elle lui disait. Les petits détails insignifiants, les petites choses qu’elle-même ne se rappelait pas avoir dit, tant ces mots étaient sans importance. Il gardait tout, et avait toujours semblé chérir ces petites bribes de conversations. Pourquoi Liam ne se rappelait même pas de l’endroit où ils avaient eu leur premier rendez-vous ? Ce café était un lieu spécial. Comment avait-il pu ‘oublier’ ?

Elle avait hésité. Longtemps hésité à continuer cette relation qui faisait tant souffrir Keira. Elle avait fait du mal à sa meilleure amie pour un garçon, ce qu’elle n’aurait jamais fait en temps normal. Elle s’était persuadée qu’elle aimait E@gle depuis tant d’années, qu’elle ne pouvait pas se permettre de le laisser filer. Mais il y avait trop de choses qui étaient différentes de ce qu’elle avait imaginé. Son amour pour Liam était totalement illusoire. Elle s’était laissé influencer par cette image qu’il renvoyait de lui lorsqu’ils s’envoyaient des mails. Ce portait parfait qu’elle avait chéri, mais qui était totalement différent de la véritable personne. E@gle était quelqu’un de sensible, avec un passé, des blessures et une vulnérabilité. Liam était tout le contraire. Il semblait ne jamais avoir été brimé de toute sa vie.

« Tout ça n’avait pas d’importance pour toi ? » lui demanda-t-elle, en le regardant d’un air grave.

« Quoi ? Si, si, bien sûr que si. J’ai juste oublié… »

« Ne mens pas. Je sais que tu n’aurais pas oublié quelque chose qui te tenais à cœur. »

Il la regarda sans trop comprendre.

« Liam, je me demande si tu m’aimes vraiment… »

« Qu’est-ce qu’il t’arrive ? Bien sûr que oui, je te l’ai déjà dit quand on était dans ce caf… »

« Non. Je pense que tu t’es laissé entraîner par tes souvenirs de quand nous étions enfants. C’est la personne que j’étais avant, que tu penses aimer. Pas moi. Tu ne m’as jamais appréciée cette année. Tu ne m’avais jamais parlé avant le rendez-vous dans le café. »

« J’ai déjà dit que j’étais désolé pour ce qui s’est passé tout au long de l’année. Et si, je t’avais déjà parlé, tu ne te rappelles pas ? Les conversations par mail… »

« Ces conversations… t’en rappelles-tu vraiment ? Ne jouais-tu pas un personnage pour essayer de sortir un peu de ton rôle ? Parce que je ne te retrouve pas. Tu es complètement différent de ce que je m’imaginais de toi. Et la personne que j’aime… c’était celle que tu prétendais être. Pas toi. »

Voilà. Les mots s’étaient échappés sans qu’elle n’ait pu les retenir. Elle n’avait pas prévu de lui balancer tout ça à la figure, mais elle s’était laissée emportée par ses émotions. Elle commençait à regretter d’avoir été si dure avec lui, mais au moins, elle avait joué la carte de la sincérité… ce qu’il aurait dut faire avec elle également.

Liam la regarda bouche bée un instant, comme s’il n’en revenait pas, puis baissa finalement les yeux. Elle avait totalement raison sur le fait qu’il était différent de E@gle. Tout simplement parce que ce n’était pas lui. Elle l’avait deviné. Elle s’en était rendu compte. Lui qui pensait que l’attachement qu’ils avaient l’un envers l’autre dans leur enfance serait parvenu à éclipser les mails… Mais au final, Rowen lui avait dit la vérité dès le départ. Elle était amoureuse de cette personne cachée derrière l’aigle virtuel. Pas Liam. Pas un autre. Et il n’avait aucun argument pour faire face à tout ça.

« Je suppose… que c’est donc terminé. » murmura Liam, sans oser la regarder dans les yeux.

Il ne savait trop que penser. Tout ce dont il avait la certitude, c’était qu’il venait de se faire jeter. Et ce genre de choses ne faisait jamais vraiment plaisir.

Rowen eut un petit sourire triste, et posa une main sur l’épaule du jeune homme.

« Oui, mais ne soit pas triste. Tu t’es accroché à ce souvenir que tu avais de moi, mais je sais qu’au fond, ce n’est pas moi que tu aimes. »

Elle se sentit désolée pour lui, mais savait qu’il s’en remettrait rapidement. Après tout, il n’était pas réellement attaché à elle. Elle en avait la certitude.

« Une fois que tu auras réfléchi à tout ça, tu comprendras. » dit-elle doucement, en déposant un rapide baiser sur le front de Liam.

Il eut un petit rire nerveux.

« C’est une phrase cliché pour larguer quelqu’un ça, non ? Je m’attendais à plus d’originalité de ta part, Quinny. »

Elle eut un sourire.

« Non, pas du tout. Tu me remercieras plus tard. Si tu arrives à comprendre ce que j’essaye de te dire. »

Puis, après s’être assuré qu’elle pouvait partir en toute tranquillité, Rowen redescendit les étages, en prenant les escaliers, cette fois-ci. Elle était sûre que Liam remonterait dans l’ascenseur. Aussi se dépêcha-t-elle de retourner au rez-de-chaussée, puis quitta le centre commercial, désireuse de ne pas le recroiser maintenant.

Quand bien même elle avait fait ce qu’elle pensait être juste, elle sentait son cœur se serrer. C’était comme si elle avait passé des années à chasser une ombre qui n’était pas réelle. Et le laisser partir lui faisait peut être autant de mal que de se rendre compte qu’il était bien loin de ce qu’elle avait imaginé. Mais il en était ainsi. Et Liam serait bien mieux avec Keira. Tout redeviendrait comme avant. Ou presque.

Rowen avait laissé s’envoler l’aigle par la fenêtre. C’était une part de son cœur qui s’en était allée. Il fallait qu’elle trace un trait définitif sur tous ces souvenirs qu’elle avait chéris…






Dernière édition par Rowen Lone le Dim 07 Avr 2013, 14:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1647
Âge : 30 ans [18 Juillet 1981]
Actuellement : Poursuiveuse de l'Equipe des Pies de Montrose


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alexandra Bowman/Rudy Spencer/Hainoa Stewart/Nicolas Caremis

MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   Dim 07 Avr 2013, 14:58


Hogwarts High ( épisode 16 | FIN )
............................................................................................................................

Couple : Rowen Lone & ?
Personnages concernés : Rowen Lone, Michael Corner, Liam Darling, Keira Williams, Jonathan Harkins, etc.
Rating : PG
Thème : #13 : La pire erreur de ma vie
Tome concerné : Aucun
Nombre de mots : 7636 mots
Cadre : Suite de l'épisode 16. Liam et Rowen reviennent tous deux au lycée, et tombent chacun à leur tour sur Michael. Rowen a rompu avec Liam en se rendant compte que sa personnalité est très différente de celle d’E@gle et déprime, déçue. Michael va alors lui faire une proposition. L'histore avance à grands pas vers son ultime conclusion.





" Suivez les flèches (partie 1)"
...................................................................................................................................................................

A cette heure-ci de la journée, les couloirs étaient complètement déserts. Tous les élèves étaient partis dîner dans le réfectoire, et aucun retardataire ne se baladait dans les étages, de peur de devoir sauter le repas du soir. Michael avait donc profité de ce court moment de répit pour pouvoir se promener librement dans le lycée, sans avoir à subir les effets de sa triste célébrité. Il ne supportait plus que les gens chuchotent sur son passage à propos de sa bagarre avec Liam, ou du fait que Rowen avait choisi son meilleur ami plutôt que lui. Les choses étaient déjà assez difficiles comme ça. Il n’avait pas besoin que tout le lycée le lui rappelle sans arrêt.

Il s’installa donc sur un banc de bois, et savoura sa tranquillité. Il avait encore énormément de mal à pardonner à Liam de lui avoir fait ce sale coup, mais il savait qu’à sa place, il n’aurait pas respecté le « bro code ». Rowen lui était bien trop importante pour qu’il fasse passer ses amis avant. Il ne savait pas comment l’expliquer, mais cette fille était spéciale à ses yeux. Et bien que son oncle Sirius lui ait conseillé d’attendre sagement sans rien faire, le Quaterback avait énormément de mal à ne pas tout lui avouer à chaque fois qu’elle le fixait. C’était d’ailleurs principalement pour cette raison qu’il ne voulait plus lui adresser la parole ou la regarder droit dans les yeux. Il ne savait vraiment pas quoi faire, et toute cette histoire le rendait complètement dingue.

Michael soupira, et fit craquer ses articulations. Il avait beau jouer le gros dur, il se sentait incroyablement seul et vulnérable. Il n’avait plus aucun ami à qui parler de ce qu’il pouvait ressentir –sa formidable confidente virtuelle s’était envolée en même temps que son meilleur ami et la fille qu’il aimait- et se voyait très mal redemander des conseils à son oncle. Ce type avait beau avoir une classe immense avec ses longs cheveux bruns et sa Harley, il n’en restait pas moins un ancien taulard un peu louche. D’autant plus qu’il soupçonnait sa petite sœur de l’avoir mis sur écoute. Cette gamine était tellement intenable qu’elle était bien capable d’infiltrer le FBI. Alors espionner son propre frère ? Aucune difficulté.

Le Quaterback se releva, et décida de reprendre sa marche. A défaut de trouver des idées, bouger lui permettrait de se défouler un peu et d’avoir l’impression de faire avancer les choses. Même si ce n’était pas du tout le cas. Au pire, son moral ne pouvait pas tomber plus bas... Michael su immédiatement que cette dernière pensée était une erreur, lorsqu’il tomba sur Liam au détour d’un couloir.

Son ancien meilleur ami ne semblait pas l’avoir vu, et était à plusieurs mètres de lui. Il avait les yeux fatigués, voire un peu rougis, et passait nerveusement une main dans ses cheveux châtains, ce qui indiquait –Michael le savait très bien pour avoir passé toute l’année avec lui-, qu’il était soucieux, ou déprimé. Dans tous les cas, ce geste, en apparence anodin, annonçait ce que Michael connaissait sous le nom de « catastrophe, grosse déprime en vue ». Ce qui était étrange. Quoi donc pouvait-il mal se passer dans la vie de Liam ?
Malgré leur dispute et la fin de leur amitié, Michael ne put s’empêcher d’être inquiet pour son camarade. Au fond, ce n’était pas à Liam que le Quaterback en voulait. Mais à lui-même. Il avait mérité tout ce qui lui arrivait et il n’y avait personne d’autre sur qui rejeter la faute. Il avait essayé de se dire que Liam avait mal agit, et qu’il était à lui seul la pomme d’or de la discorde, mais c’était faux. Ses mensonges étaient la seule et unique raison pour laquelle il avait perdu Rowen.

« Hey. Qu’est-ce qui se passe ? »

Voilà. Les mots s’étaient échappés sans qu’il puisse les retenir. Mais il ne pouvait décidemment pas laisser un ami dans le besoin. Quitte à ravaler sa fierté.

Liam, surpris, releva la tête et se rendit enfin compte de la présence de Michael. Il parut étonné sur le moment, puis son expression se fit méfiante. Même s’il était trop vidé et perdu pour que son visage paraisse menaçant ou suspicieux.


« Je croyais que tu ne me parlais plus. » dit-il simplement, en fronçant un sourcil.

« Tu es mon ami, que je sache. » répondit Michael en restant impassible.

« Etais, vieux. Tu te souviens pas ? Tu m’as envoyé un crochet du droit parce que je t’ai trahi, et tu me détestes. »

« Il n’empêche que tu n’as pas l’air d’aller bien, et que je m’inquiète pour toi. »

Liam regarda un moment Michael, puis baissa les yeux.

« T’as toujours été trop sympa, Mich’. Tu peux décidemment pas abandonner tes amis, quoi qu’ils te fassent subir, n’est-ce pas ? »

Il eut néanmoins un petit sourire, et se rapprocha de quelques pas de Michael.

« C’était de ma faute depuis le départ. J’ai menti, je t’ai demandé de me couvrir, et je t’ai ensuite reproché de m’avoir trahi. »

« Eh, eh, attend ! Tu ne vas quand même pas t’excuser ! Ce serait indigne de toi. »

Michael eut un petit rire.

« Non, je ne compte pas le faire, mais j’ai été stupide. Quoi qu’il arrive, tu es mon meilleur ami, et j’aurais dut te soutenir au lieu de… heu tu vois, parler avec mes poings. »

Ils se toisèrent un instant, et Liam parut ému par ces paroles. C’était comme si leur querelle de ces dernières semaines n’avait jamais existée.

« On oublie tout. Et tout redevient comme avant. » dit simplement Liam en tapant doucement avec son poing sur le torse de Michael.

« Ouais. Faudra juste que je m’habitue à te voir avec… tu sais. »

Liam soupira.

« Pas de soucis pour ça, on est plus ensemble. »

Michael le regarda avec de grands yeux, totalement incrédule.

« QUOI ? »

« C’est pour ça que je n’avais pas l’air en forme. Décidemment, rien ne t’échappe. Enfin quoi qu’il en soit, je pense qu’elle sait que ce n’était pas moi, E@gle. Ou en tout cas, je n’ai pas pu longtemps me cacher derrière ton identité. »

« Attend, parle moins vite, j’ai du mal à digérer, là. »

Liam eut un petit rire.

« Elle n’a pas menti. Elle était réellement amoureuse de cette personne sur internet. Tellement amoureuse qu’elle a eu vite fait de me démasquer. Ce n’était pas avec moi qu’elle voulait être. »

Il regarda Michael avec insistance, comme s’il essayait de lui faire passer un message. Ce dernier ne savait pas s’il devait être content, triste, estomaqué, nauséeux, ou quoi que ce soit d’autre. Tout se mélangeait dans sa tête comme un très mauvais cocktail de fin de soirée. Dans tous les cas, Liam su que son meilleur ami avait compris.

« Mec… je suis désolé pour toi. »

Liam balaya sa phrase d’un revers de la main.

« Pas d’inquiétudes. On en a bien discuté, et ça va. T’as intérêt à prendre soin d’elle, ok ? Je ne sais pas encore trop quoi penser. Elle a essayé de me dire que je ne l’aimais pas non plus réellement, mais c’était sûrement une phrase comme ça. »

Michael ébouriffa les cheveux de Liam, et eut un petit sourire.

« Le temps seul t’apportera la réponse. » dit-il avec un pseudo air de philosophe. « Dans tous les cas, je pense qu’il y a une petite rouquine de notre connaissance qui attend impatiemment qu’un vieil ami à elle aille frapper à sa porte pour discuter, comme au bon vieux temps. »


******


Rowen était partie du centre commercial bien avant Liam, mais était arrivée après lui, au final. Elle avait en effet décidé en cours de route de faire un détour, et avait bifurqué vers la maison de Michael, sans vraiment savoir pourquoi. Elle ne comptait pas rentrer, mais avait regardé quelques longs instants le balcon sur lequel ils avaient admiré les étoiles, perdue dans ses pensées. Elle s’était ensuite enfuie en manquant de rentrer dans une belle Harley étincelante garée sur le trottoir, lorsqu’elle avait vu les rideaux bouger et un homme de grande stature aux cheveux bruns la regarder à travers la vitre.

De retour au lycée, Rowen avait fait un petit passage au réfectoire –vide, puisque tous les élèves avaient déjà fini de manger, et étaient retournés dans leurs dortoirs respectifs- pour prendre de quoi dîner, et était remontée vers l’étage où se trouvait la chambre qu’elle partageait avec Keira. Elle ne savait pas encore trop comment elle allait annoncer à la rouquine qu’elle n’était plus avec Liam, mais elle espérait qu’après ça, les choses redeviendraient plus naturelles et moins cordiales entre elles deux.

La brune était tellement perdue dans ses réflexions, qu’elle eut pratiquement une crise cardiaque lorsqu’elle aperçut Michael, adossé contre le mur du seul couloir qui menait à son dortoir. Les chambres des filles se trouvaient en effet dans une partie du lycée à laquelle on ne pouvait accéder que par une seule entrée. Aussi trouva-t-elle étrange le fait que le Quaterback se trouve à cet endroit en particulier. A moins d’aller rendre visite à une des filles, on ne se trouvait pas par hasard ici.

Le rouge lui monta aux joues, et elle essaya de l’éviter en tournant la tête, pour qu’il ne puisse pas voir son visage. De toute façon, il ne lui parlait plus depuis un bon moment, alors il n’était certainement pas là pour elle.

Michael, voyant que Rowen comptait s’échapper sans même lui adresser un bonsoir, attrapa son poignet pour éviter qu’elle ne s’en aille. La jeune fille se tourna vers lui, et il put clairement voir ses yeux rougis.

« Tu as pleuré ? » demanda-t-il, surpris, en se traitant mentalement d’idiot juste après.

On ne demandait pas aussi peu subtilement à une fille si elle venait de pleurer. On ne commençait pas non plus une conversation comme ça. Et d’ailleurs, il avait prévu de l’aborder d’une toute autre façon, mais sa longue demi-heure de préparation n’avait visiblement servi à rien.

« Ça ne te regarde pas, Corner. » répondit-elle en évitant de le regarder dans les yeux.

Elle n’aurait peut-être pas dut dire ça, mais c’était la seule chose qui lui était venue à l’esprit. Elle ne savait simplement pas comment réagir face à une personne qui avait totalement arrêté de lui adresser la parole, et semblait à présent s’inquiéter pour elle.

Michael s’approcha de son visage pour la voir de plus près, et posa une main sur la joue de Rowen.

« Tu as les yeux rouges »

Elle recula, étonnée par ce contact inattendu.

« C’est la lumière. »

« Tu sais pas mentir. Qu’est ce qui ne va pas ? »

« Encore une fois, ça ne te… » elle s’arrêta net.

Michael la fixait avec tant de sérieux, et semblait si soucieux, qu’elle en oublia d’être désagréable. Les larmes lui montèrent aux yeux, et elle se mit à sangloter. Comme lorsqu’il l’avait sauvée de McLaggen, le Quaterback la prit immédiatement dans ses bras, et la laissa pleurer au creux de son cou. Rowen savait qu’il n’était pas correct de parler de sa relation avec Liam au jeune homme, mais il arrivait si bien à la réconforter qu’elle n’eut pas le cœur à le repousser.

« Raconte-moi tout. » lui demanda Michael en passant une main dans ses longs cheveux châtains.

Alors, sans se faire prier d’avantage, Rowen lui raconta toute son histoire. Depuis les mails échangés avec son ami le plus précieux, jusqu’à maintenant. Elle lui expliqua la rencontre dans le café des Trois Balais, le fait qu’elle ne reconnaissait pas E@gle en Liam, et enfin, la rupture au centre commercial. Elle occulta le passage de l’ascenseur, parce qu’elle ne voulait pas se rendre plus vulnérable qu’elle ne l’était déjà.

« Je pensais que c’était une personne spéciale pour moi. Mais E@gle n’a jamais été qu’un imaginaire. »

Elle lui confia sa tristesse d’avoir fait du mal à Liam, et celle d’avoir l’impression qu’une partie d’elle s’était envolée. Michael l’écouta attentivement sans rien dire, mais sa présence avait quelque chose de réconfortant pour la jeune fille.

Lorsqu’elle eut fini de raconter son histoire, et que ses pleurs se furent calmés, Rowen essuya son visage avec sa manche, et baissa les yeux.

« Je suis désolée de t’embêter avec ça. »

« C’est moi qui ait demandé à savoir, alors ne t’en fais pas. » la rassura Michael avec un sourire.

Elle se força à en faire de même.

« Et puis ne t’inquiète pas pour Liam, il se consolera bien vite. »

« J’espère que ça ira bien avec Keira. J’espère qu’il comprendra ce que j’ai voulu dire. »

« Ces deux-là n’auront aucun problème, je te le garantis. » affirma Michael en posant une main sur la tête de Rowen.

Ces mots parurent lui enlever un poids. Aussi eut-elle un sourire plus détendu lorsque Michael ébouriffa ses cheveux.

« J’avais l’impression que sans E@gle, je serai seule comme au collège. Mais je sais maintenant que je ne serai jamais seule. »

Elle ferma les yeux. Non. Elle avait Jonathan, son meilleur ami. Elle avait Keira, avec qui elle comptait bien retrouver sa relation habituelle. Et puis il y avait Michael. Michael, qui était toujours présent lorsqu’elle avait besoin d’être réconfortée. Il n’y avait pas de soucis à se faire.

Le Quaterback eut un nouveau sourire.

« Liam ira donc avec Keira au bal de promo de cette année. Ce qui fait que tu n’auras pas de cavalier ? Aïe. Je crois donc que je suis bien obligé de te proposer de m’y accompagner, alors. »

Il lui fit un clin d’œil, et elle éclata de rire lorsqu’il lui présenta son bras.

« Je pense que je n’ai pas le choix, en effet. » répondit Rowen.

Elle ne savait toujours pas ce qu’elle ressentait à l’égard de Michael, même s’il occupait bien trop souvent ses pensées, mais l’idée d’aller au bal en tant qu’amis était séduisante. Au moins, elle pourrait s’y amuser sans trop réfléchir, et tous ses soucis s’envoleraient. Michael avait prouvé bien plus d’une fois qu’il était excellent pour la réconforter. Et une fois de plus, il volait à son secours.

« Dans ce cas, je vous donne donc rendez-vous dans un mois exactement, milady. »

Il lui fit ensuite un baiser sur la main, et, après s’être assuré qu’elle ne déprimait plus, prit congé et retourna dans son dortoir. Au final, il avait bien fait d’attendre pendant une demi-heure qu’elle rejoigne sa chambre. Le mois prochain risquait d’être riche en évènements… et Michael avait pris d’importantes décisions. Plus de mensonges. Plus de faux-semblants. Le soir du bal, il lui avouerait toute la vérité…

( à suivre au prochain post )






Dernière édition par Rowen Lone le Mar 09 Avr 2013, 20:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavenly.dream.free.fr

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Défi#2] Rowen Lone   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Défi#2] Rowen Lone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Défi#2] Rowen Lone
» (M/FAMILY) MARTIN FREEMAN + Lone wolf
» je fais quoi maintenant?!...PV[Rowen / Rawane]
» Rowen's Kingdom
» Présentation de LoneWolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Les galeries :: Défi - Les 30 baisers-
Sauter vers: