AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 [THEME] Chouette alors ! [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Anonymous




[THEME] Chouette alors ! [PV] Empty
MessageSujet: [THEME] Chouette alors ! [PV]   [THEME] Chouette alors ! [PV] EmptyLun 1 Aoû - 0:05

Sagement avachie appuyée à son bureau, ses deux mains retenant une petite tête à moitié intriguée, Pandore McAllister laissait plus ou moins son esprit se perdre dans les méandres sinueux des vastes et grandioses pyramides de l'Égypte ancienne. Toutankharton avait beau faire le fier, les sorciers irlandais eux aussi pouvaient très bien construire des maisons en pointe, ce n'était pas réservé qu'aux Égyptiens, nom d'un Magyar à pointes ! D'ailleurs, qui nous disait que les Égyptiens n'avaient pas des ancêtres Irlandais, hein ? Comment pouvait-on savoir qu'aucun pharaon n'avait jamais été roux ? Ils portaient tous leurs toques sur la tête, même quand ils dormaient apparemment, alors. Non, c'était évident, Pandore en était certaine, il y'avait forcément eut au temps de l'Égypte ancienne des Irlandais (pas très nets, ceci dit), qui avaient quitté leur pays natal pour peupler l'Égypte, ses chats sacrés et ses momies embaumées comment auraient-ils pu avoir l'idée de construire des bâtiments aussi grands, sinon ? Cette idée lumineuse venait sans aucun doute d'un pays celte !.

Sortant de sa semi-torpeur, Pandore jeta un long coup d'œil à Louise, qui se tenait au bureau voisin. Elles étaient la veille de Noël, soit le 24 décembre et bien que l'après-midi de leur 4ème jour de vacances ne soit pas encore terminée ce qui incluait donc que l'heure du goûter approchait, Pandore savait qu'elle aurait du mal à attendre le soir pour donner son cadeau à Louise. Le soir d'ailleurs, avait lieu une grande soirée organisée dans la salle commune avec un échange de cadeaux au programme... ce ne serait donc pas trop le moment pour offrir des cadeaux personnels à ses amis proches. Du moins, Pandore préférait offrir ses cadeaux à Zane, Emmett, Roy et Louise en petit comité, c'était plus intime.

Se perdant une nouvelle fois dans la contemplation d'une Louise occupée à rédiger son ultime paragraphe du devoir d'Histoire de la magie (que Pandore avait déjà terminé : ce qu'on pouvait aisément comprendre vu le peu d'information qu'elle avait réussi à condenser en un seul parchemin), Pandore sauta d'un bond sur sa chaise, affolant au passage Sweeney qui s'était confortablement vautré sur le lit de Louise dans l'espoir vain de réussir à dormir plus de 15 minutes c'était mal connaître sa maîtresse, et se dirigea vers sa malle, posée au pied de son lit.

* Je lui donne maintenant ou pas ? Oui, allez, ça sera fait au moins !*

« Bon Lou', je peux pas attendre ! Si je ne te donne pas ton cadeau de suite je sens que ça va me trotter dans la tête jusqu'à ce soir ! »

La jeune fille en sortit une petite carte musicale Jingle bells ! Jingle bells ! Jingle... sur laquelle étaient écrits les mots suivants : « Très Joyeux Noël Lou, que ce cadeau te soit utile pendant très très longtemps et surtout, j'espère que tu t'y attacheras beaucoup ! Elle mange toute sorte de graines et on m'a dit qu'elle était très facile à vivre (vous devrez bien vous entendre) ! Joyeux Noël, Louse ! »

« Tiens, lis ça ! Alors par contre, oui, j'ai fait une faute à la fin, désolée... »

Pandore commença à tourner les talons pour sortir de son dortoir et lança à la volée, à son amie :

« Reste là, je reviens, je vais le chercher ! Ne bouge surtout pas ! Surtout pas ! »

La petite Poufsouffle quitta son propre dortoir pour se diriger vers celui des garçons, un couloir plus loin. Quand elle avait reçu le cadeau de Louise par hibou (un comble), la veille, Pan' n'avait su quoi en faire. Elle avait naturellement donc quémandé l'aide généreuse de Roy et Zane qui de toute manière, n'avaient pas le pouvoir de refuser de l'aide à une Irlandaise pure souche : C'est une très ancienne tradition qui remonte au temps des Irlandais Pharaons et si l'on refuse de l'aide à un Irlandais, une malédiction s'abat sur vous sans même crier gare., qui lui avaient très gentiment gardé le cadeau de Louise toute la nuit la passant ainsi blanche.

La jeune fille arriva dans le dortoir de ses camarades de jeux en tout genre : échecs, bataille navale, loup-garou, citadelle, et on en passe... et constata avec regret qu'aucun des garçons n'étaient présents. Pourvu qu'il n'aient pas amené la chouette Merlin savait où dans le château, par pitié ! C'était bien leur genre, ça tiens, pour ne pas la laisser seule ! En entrant dans la pièce oui hein, faisons comme chez nous j'ai envie de dire !, la petite Irlandaise constata cependant avec satisfaction que la chouette n'arpentait pas les couloirs du château et pour cause, une chouette ça vole jusqu'à preuve du contraire, mais était bel et bien dans sa cage au chaud, pénarde, sirotant son dé à coudre de bourbon quotidien. Leroy Merlin soit loué !

Pan arriva près de la cage et ne put retenir un sourire attendri à la vue de la petite chouette, futur animal de compagnie de sa meilleure amie. Il fallait dire que de base, une chouette, c'était franchement moche : on ne s'en servait pas comme animal de compagnie, empaillée ça faisait carrément tâche dans la salle à manger et rien que d'imaginer ses deux gros yeux jaunes Poufsouffle globuleux et sa tête qui pouvait tourner à 360° façon 'la colonne vertébrale c'est carrément trop surfait', donnait des cauchemars pendant au moins trois nuits.

Mais quand on voyait la petite chouette blanche que Pandore avait choisie sur catalogue pour son amie, on ne pouvait que craquer. Le petit animal était pour sa race, particulièrement petit. Ne dépassant pas les 15 cm, son pelage blanc marqué de fines rayures dorés donnait l'impression d'avoir en face de soi un objet de décoration particulièrement précieux et fragile. La chouette Chevêche, car s'en était une, était la seule de la boutique à s'être mis de côté elle-même (alors que la mère aurait pu la rejeter pour sa taille anormalement réduite). Quand sa maman lui avait donné ce détail (par lettre), ainsi que toutes les descriptions possibles et imaginables des chouettes de la boutique, Pandore avait su que celle-ci devait revenir à Louise. Un animal spécial pour un animal une sorcière spéciale.

(1040)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




[THEME] Chouette alors ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: [THEME] Chouette alors ! [PV]   [THEME] Chouette alors ! [PV] EmptyLun 1 Aoû - 10:14

Les vacances de Noël venaient tout juste de commencer et, pour les fêter dignement, Louise s’était payé le luxe de tomber malade, complètement malade. L’arrivée d’un froid mordant sur l’Ecosse associée à la bise glaciale qui ne cessait de s’engouffrer à travers les couloirs de pierre du château avait eu raison de la fragile constitution de la petite Louise : la superposition de couches de vêtements, technique pourtant efficace dans d’autres cas, était demeurée vaine, la fillette éternuait à tout va et toussait comme une malheureuse. Poussée par Pandore (car sans son amie, elle n’aurait jamais osé déranger l’infirmière), la jeune sorcière était allée trouver Madame Pomfresh la veille, dans l’espoir que cette dernière lui ferait prendre un breuvage, certes immonde, mais néanmoins capable de la remettre sur pied en moins de temps qu’il n’en fallait pour dire « j’ai raté mon examen de métamorphose » (phrase que Louise pouvait prononcer très, très vite, ne vous fiez pas à sa longueur). Elle était même prête à prendre de la pimentine si la potion pouvait calmer son mal de gorge et lui éviter de se promener avec un nez pelé (« Pandore, j’ai un problème : quand je mange, je n’arrive plus à respirer. C’est normal, tu penses ? »). Pourtant, Merlin seul savait à quel point elle détestait voir ses oreilles fumer : elle avait toujours le sentiment que ses tympans allaient imploser ou son cerveau fondre, ce qui n’avait rien de très agréable. Malheureusement pour la blondinette, alors qu’elle consentait de bonne grâce à sacrifier ses oreilles et sa dignité (mais quelle dignité restait-il à une pauvre deuxième année parlant du nez ?), l’infirmière lui avait prescrit un traitement moldu, dix fois plus lent (« D’ici une semaine, tu seras comme neuve. Ou deux, remarque… »), dix fois plus pénible (« Et surtout, n’oublie pas les cinquante gélules et les trois cuillères un quart de sirop contre la toux… ») et dix fois moins efficient (« Et si la toux persiste, n’hésite pas à revenir me voir ! »). Même à l’infirmerie, la crise de la magie frappait : la diminution du stock d’ingrédients magiques nécessaires à la préparation des potions obligeait Madame Pomfresh à une gestion drastique des traitements sorciers. Louise n’ayant ni fièvre ni symptômes inquiétants, elle n’était pas prioritaire pour obtenir une goulée d’une pimentine d’autant plus précieuse que l’hiver débutait à peine.

Si Louise avait été habituée, toute son enfance, à prendre son mal en patience (jeu de mot, jeu de mot) et à traîner une gorge irritée de jour en jour en attendant que le doliprane effervescent (un truc franchement dégueulasse, soit dit en passant) fasse effet, elle avait (trop) rapidement pris le pli de la médicamentation sorcière qui tuait les germes dans l’œuf, et même en dehors. C’est pourquoi, elle qui d’ordinaire avait toujours fait montre d’une douceur d’ange quand, petite, elle tombait malade, se révélait soudain étonnamment morose et irascible tant son mal de crâne lui pesait. En réalité, la Poufsouffle n’avait qu’une idée en tête : rentrer dans son Oxford natal pour se glisser sous la couette de sa chambre pendant que sa mère lui préparerait un grog digne de ce nom. Hélas ! En raison du bal de Noël, le Poudlard-Express ne ramènerait pas les élèves désireux de retrouver la chaleur familiale avant deux jours, ce que Louise trouvait d’autant plus insupportable qu’elle se moquait comme d’une guigne du bal. A douze ans, elle ne lui trouvait encore d’autre intérêt que celui du buffet, qui débordait toujours de mets aussi délicieux qu’inhabituels, et encore cet attrait lui paraissait bien faible à côté de la perspective d’avoir à passer toute une soirée au milieu d’élèves qui, pour l’immense majorité, étaient bien plus âgés qu’elle et, de ce fait, beaucoup trop impressionnants pour qu’elle se sente à son aise. L’année passée, elle était parvenue à s’amuser grâce à la présence de Pandore à ses côtés, mais, cette année, Pandore allait au bal avec Zane, et les deux compères n’avaient certainement pas envie de voir Louise traîner dans leurs pattes toute la soirée : la fillette était donc plus ou moins décidée à ne pas aller au bal. De toute façon, elle n’avait pas de robe et, elle détestait quand la musique était trop forte.

Pour tromper son angine et son ennui, la Poufsouffle avait sorti son devoir d’Histoire de la Magie de son sac, dans l’espoir que les âpres discussions diplomatiques entre sorciers et gobelins auraient raison de son mal de tête. Malheureusement, ce type de traitement 100% intellectuel n’était pas réellement connu pour son efficacité et Louise se demandait si elle la fièvre n’était pas venue avec la conclusion de son devoir.
* En plus, si ça se trouve, j’ai raconté n’importe quoi à cause du rhume ! Je vais avoir une très mauvaise note ! Et puis mon devoir est dix fois plus long que celui de Pandore ! Pourquoi il est dix fois plus long ? Ce n’est pas normal du tout ! * Songea la fillette, en mettant, un peu fébrilement, un point final à son devoir. Elle reposa la plume et se passa une main sur le visage : elle avait les joues un peu rouges, mais ce pouvait être aussi bien le fait de la concentration que de la fièvre. Avec un soupir désespéré paf, j’envoie des miasme à travers la pièce, la petite blonde se moucha, sans cesser de lorgner d’un œil circonspect son rouleau de parchemin : aurait-elle le temps de le relire intégralement et de le corriger pendant qu’elle serait chez ses parents ? La masse de devoirs que leurs professeurs leur avaient imposée pendant les vacances était proprement scandaleuse impressionnante, et la pauvre Louise n’était pas certaine d’en venir à bout, même en commençant à travailler si tôt.
* Je vais le mettre dans ma valise, et si je n’ai vraiment pas le temps, je le relirai la veille de la rentrée…* se promit-elle en roulant soigneusement son parchemin. La perspective d’en avoir terminé avec cette première d’une longue liste de dissertation (la crise de la magie avait entraîné un bond spectaculaire des sujets de dissertation donnés par les professeurs, officiellement pour ne perdre ni le rythme, ni le niveau, officieusement par plaisir sadique de voir l’élève lambda travailler d’arrache-pied) l’avait quelque peu revigorée et elle se sentait presque prêter à entamer celle de métamorphose lorsque Pandore qui, visiblement, rongeait son frein depuis un bon moment déjà, vint la tirer de ses pensées.

- Comment ? Demanda-t-elle, abasourdie cette enfant est un peu lente, car elle ne s’attendait pas à ce qu’il fût question de cadeaux si tôt. Mais à peine avait-elle parlé que Pandore, réjouie, lui collait une carte dans les mains et filait plus vite que l’éclair de feu. Complètement perdue (* Mais qu’est-ce qui se passe ? C’est une carte explosive, c’est ça ? *), Louise ouvrit précautionneusement la carte et en lut le contenu, plissant de plus en plus le front avec inquiétude.

* Elle aime les graines ? Holàlà… Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ? Qu’est-ce qu’elle a trafiqué ? Et c’est qui, « elle », d’abord ? Ce n’est quand même pas la carte qui mange des graines, non ? * Pensa la fillette en retournant la carte dans tous les sens, perplexe. * Oh Merlin ! * Réalisa-t-elle soudain avec un frisson d’appréhension, * Elle va m’offrir une souris blanche ! * A cette idée, Louise pâlit sensiblement : elle avait les rongeurs en horreur. Vite, vite ! Il était encore temps de fuir !

(1262 mots)


Dernière édition par Louise Waugh le Mar 2 Aoû - 19:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




[THEME] Chouette alors ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: [THEME] Chouette alors ! [PV]   [THEME] Chouette alors ! [PV] EmptyLun 1 Aoû - 14:24

Regardant rapidement autour d'elle pour voir si Louise ne l'avait pas suivie et avait profité d'une minute d'inattention de Pan' pour aller se planquer sous le lit de Zane, Roy ou même Emmett, dans l'unique but de lui chopper la cheville dès qu'elle passerait à côté, Pandore finit par attraper la cage de la petite chouette et quitta d'un pas franchement décidé le dortoir des garçons. Arpentant quelques instants les tunnels chaleureux de la salle commune de Poufsouffle au cas où vous n'auriez rien suivi depuis le début, la petite Irlandaise arriva devant la porte de sa chambre, près de laquelle elle resta quelques secondes. Se montrant dans l'entrebâillement de la porte, Pandore cacha la cage tenu par sa main gauche, derrière le mur, de telle sorte à ce que Louise ne voit que le tronc corps de Pan' et non ce qu'elle tenait en main : effet de surprise garanti, elle pouvait s'attendre à tout !

« Bon, déjà, il faut savoir que j'ai beaucoup hésité sur le cadeau à t'offrir. D'abord j'ai pensé à t'offrir un écureuil blanc du Bengale, mais finalement, je me suis dit que Sweeney faisait assez de dégâts tout seul et qu'il n'avait pas besoin d'aide, même s'il s'est quand même bien calmé. Après j'ai pensé à une girafe souris blanche, ou un hamster mais encore fois ça demande de l'entretien, du temps, beaucoup de surveillance et surtout j'avais comme la vague intuition qui me restait en tête que tu n'aimais pas les rongeurs. J'ai donc choisi un animal utile mais tellement attachant, que tu vas fondre de suite en le voyant ! »

Un sourire suspendu jusqu'à ses oreilles, Pandore, un visage radieux entouré de ses cheveux châtains aussi bien coiffé qu'après un crêpage de chignon entre filles, sortit de l'entrebâillement de la porte et dévoila enfin la petite cage à sa meilleure amie. Elle approcha de Louise à petits pas pour ne pas affoler l'oiseau et une fois près de la petite blondinette qu'était Miss Waugh, Pandore cessa de bouger, la cage tenue en hauteur avec le petit doigt, façon Ford Boyard : le premier qui lâche la cage a perdu ! et sourit tant ce qu'elle pouvait, manifestement convaincu que ce petit cadeau allait convenir comme un gant à la petite Poufsouffle et qu'en plus de cela elle n'aurait pas pu faire meilleur choix.

« C'est une Chevêche d'Athéna naine, ou bien une Chouette Chevêche, comme tu préfères ! Dans tous les cas, c'était la seule du magasin qui avait cette taille là, et je me suis dit qu'elle te plaira forcément ! C'est mes parents qui me l'ont envoyés de Waterford, ce qui veut dire qu'en plus d'être particulièrement belle, cette chouette est : Irlandaise D'ailleurs, on raconte que son ancêtre Chevêchasis la Grande, était l'animal de compagnie préféré de Ramses III, c'est pour dire !. Elle te plait ? »

La question ne se posait pas vraiment pas, le petit animal était tellement beau que personne – même celui qui avait les plus mauvais goûts de la terre au hasard, un Gryffondor – ne pouvait le trouver moche. Honnêtement, vous en avez vu des chouettes de base, très très belle en plus de cela, tellement petite qu'on aurait dit une peluche de poche pocket plush so, et dont le pelage blanc et or faisait carrément penser à une œuvre d'art sacrée ? Non, alors bon ! Louise devait sans aucun doute être la seule fille de Poudlard qui avait un animal aussi parfait et Pandore la seule fille de Poudlard dont les parents n'avaient plus un rond.

« Tu peux l'appeler comme tu veux, mais bien sûr si tu as besoin de moi pour t'aider à choisir son prénom, il n'y a vraiment pas de soucis ! J'espère juste qu'elle s'entendra bien avec Sweeney ! J'ai entendu des choses juste incroyables sur les animaux personnellement : tu savais qu'un jour, un dragon est tombé amoureux d'une licorne ? D'une licorne, oui, tu as bien entendu ! Alors que je veux dire, les chances pour que la licorne ne finisse pas en poulet carbonisé au bout de 30 seconde est assez maigre ! Donc tu vois ! Les animaux sont vraiment des bêtes incompréhensibles, qui sait, peut être qu'à la même période l'an prochain, Sweeney sera dans la cage de ta chouette en train de partager ses graines avec elle, tout en sirotant une tasse de thé... »

Les chances étaient relativement faibles, certes, mais au moins tout autant que de voir une licorne se frotter amoureusement contre les écailles d'un dragon carnivore.

Pan' posa la cage sur le bureau de Louise, manifestement impatiente de savoir ce que son amie en pensait. Bon, qu'on se rassure, Pandore ne roulait pas sur l'or et si elle avait fait un aussi beau cadeau à Louise (parce qu'un animal de compagnie de qualité et Irlandais de surcroit ! ce n'est pas donné !), elle n'avait pas frappé aussi haut chez ses compagnons de route masculines. Emmett, Roy et Zane avaient eut droit à un cadeau de sa part également, mais un bien plus raisonnable (ses parents n'auraient de toute manière pas voulu lui payer 50 cadeaux à 300 Gallions).

« Avec ça, c'est clair que tu pourras te la péter dans la grande salle, au moment du courrier... »

Ou pas en fait : vu la taille de l'animal, à moins que Lou ne lui fasse quotidiennement boire des solutions de force ou bien qu'elle lui muscle les pattes avec des altères, il y'avait peu à parier qu'elle porterait plus qu'une simple lettre de taille standard. Mais c'était pour ça après tout que Pan la lui avait offerte : pour les petites lettres standards. Tout le monde, quand il avait un colis à envoyer, utilisait les hiboux de l'école, c'était nettement plus intelligent vu leur taille. Non mais puis, la chouette de Lou était plus un petit animal de compagnie, tel un chat ou un crapaud petit rongeur sympathique, qu'un réel moyen d'envoi de courrier : elle était tellement mignonne, que sa place était plus quotidiennement sur l'épaule de Louise, que dans les airs, à vrai dire...

(1025)


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




[THEME] Chouette alors ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: [THEME] Chouette alors ! [PV]   [THEME] Chouette alors ! [PV] EmptyMar 2 Aoû - 19:54

Profitant de ce que Pandore s’était absentée, Louise tira un large mouchoir à pois de son sac (chez les Waugh, on se faisait passer les mouchoirs de génération en génération), et se moucha aussi doucement que possible (d’une part parce qu’elle avait déjà le nez complètement irrité, et d’autre part parce qu’elle était toujours affreusement gênée à l’idée que quelqu’un pût l’entendre), non sans cesser de relire, d’un œil tantôt perplexe, tantôt inquiet, la carte de Noël de son amie. Finalement, elle abandonna toute tentative pour percer à jour l’identité de ce « elle » mystérieux, et, se penchant en avant dans une contorsion des plus étranges, tira précautionneusement sa lourde malle de sous son lit pour se cacher à l’intérieur, des fois qu’une attaque de souris se préparerait. D’un coup d’œil vif, elle s’assura que Pandore ne revenait pas dans l’immédiat et, après avoir farfouillé un court instant dans une malle extrêmement bien organisée (car Louise croyait à l’ordre et au classement, et détestait par-dessus tout avoir à fouiller des heures parmi les paires de chaussettes et les chemisiers froissés pour trouver quelque chose), elle en retira, victorieuse, un petit paquet qui, de toute évidence, renfermait une boîte de forme allongée.

* Mince ! Je n’ai pas fait de carte, moi… * Réalisa-t-elle brusquement, en se mordant la lèvre d’un air anxieux. Pandore lui en tiendrait-elle rigueur ? Est-ce qu’une carte devait nécessairement accompagner chaque cadeau de Noël ? * Je croyais que les cartes, c’était seulement pour les gens qu’on ne voyait pas à Noël… * Poursuivit-elle en son for intérieur. Dans un effort louable pour tenter de se rappeler ce que sa mère lui avait expliqué, lorsqu’elle était petite, au sujet des conventions sociales réglant l’art délicat des cartes de vœux, la jeune sorcière plissa le front. Il lui semblait se souvenir qu’il fallait toujours faire en sorte que le destinataire voit la signature avant toute chose, en ouvrant l’enveloppe, mais ce point précis n’était pas d’un grand intérêt en la circonstance. * Attends, est-ce qu’il y a une différence entre les cartes de Noël, et celles du Nouvel An ? Et si j’envoie une carte au Nouvel An, à Pandore, est-ce que ça rachète mon oubli de Noël ? * Se demanda-t-elle, un peu perdue dans les méandres des subtilités de la civilisation.

Un bref instant, la Poufsouffle hésita à griffonner un mot sur une feuille de parchemin vierge, mais cette idée fut, pour ainsi dire, étouffée dans l’œuf : ouvrir un bout de parchemin en guise de carte de vœux lui paraissait presque plus impoli que de ne pas offrir de carte du tout. Pandore ne manquerait pas de remarquer qu’elle avait oublié de préparer un mot digne de ce nom et s’en offusquerait certainement… A bon droit ! Si encore elle avait su dessiner, elle aurait pu sauver les meubles, mais, malheureusement, Dame Nature, qui avait généreusement doté la fillette d’un sens inné de l’organisation, s’était montrée beaucoup plus pingre en matière de talents artistiques : la classe d’art plastique, ou le traumatisme de la jeunesse de Louise ( « C’est une fleur/un lapin/une maison, ça, Louise ? » répétait immanquablement, cours après cours, d’un air à la fois dégoûté et désespéré son institutrice, chaque fois qu’elle se penchait sur sa peinture… De toute façon toujours trop imbibée d’eau). Estimant donc plus sage de renoncer à toute prétention artistique pour le moment, Louise se rassit convenablement sur son lit, et posa le paquet sur ses genoux, la mine pensive. Sur le coup, ce cadeau – préparé de longue date, puisqu’il avait été acheté durant l’été – lui avait semblé être une bonne idée, mais, à présent que cette histoire de carte la turlupinait, elle n’en était plus si sûre.

La famille Waugh était, en effet, partie en vacances quelques jours dans le Sud de l’Irlande où le père de Louise les avait tous traînés, officiellement pour respirer un peu d’air pur, officieusement pour voir en avant-première les merveilleux vestiges antiques qu’une équipe de chercheurs venait d’y découvrir. C’était là, dans le petit village où ils avaient trouvé à se loger, que Louise avait vu un fin bracelet d’opales noires, aux reflets d’un vert profond oui, figure-toi que ça existe. Faire du RP mène à toutes les découvertes, soigneusement taillées en forme de trèfle, symbole de l’Irlande. Dès qu’elle l’avait remarqué, Louise avait aussitôt pensé à son amie, dont le chauvinisme était un fait connu de tous : difficile d’ignorer l’amour inconditionnel que la fillette portait à sa terre natale ! A vrai dire, Louise s’étonnait toujours de ce qu’elle n’eût pas tenté de décorer leur dortoir aux couleurs de l’Irlande. Peut-être le peu d’affection qu’elle portait à Serpentard l’empêchait-elle de passer à l’action ? A moins que cette idée ne lui ait pas encore traversé l’esprit… Auquel cas, Louise se garderait bien de la lui suggérer. Elle n’avait rien contre le vert, mais se voyait mal passer les six années restantes de sa scolarité à dormir dans une chambre tenant de la vaste prairie irlandaise. Quoi qu’il en fût, le bracelet était un peu cher, et Louise avait été obligée de demander une avance sur son argent de poche, pour l’avoir. C’était, d’ailleurs, le seul souvenir tangible qu’elle avait rapporté d’Irlande, mais elle en était très fière… Du moins jusqu’à ce qu’elle réalise qu’elle n’avait pas de carte.

* Si ça se trouve, elle a déjà un bracelet comme ça… Je suppose qu’on doit en trouver partout, en Irlande ! Ou alors, justement, elle n’en a pas parce qu’elle trouve que c’est une breloque ridicule faite pour les touristes… * Pensa-t-elle, un peu fébrile à l’idée que Pandore pût ne pas apprécier son présent. Elle n’eut cependant pas le loisir de s’appesantir plus longuement sur la question : les pas de Pandore lui parvenaient depuis le couloir et elle eut tout juste le temps de cacher son paquet sous son oreiller avant que son amie ne passe de nouveau le pas de la porte, l’air très satisfaite d’elle-même. La fillette adressa un sourire tellement innocent qu’il en aurait mis la puce à l’oreille à n’importe qui à la Poufsouffle et croisa sagement les mains sur sa jupe d’uniforme ( « Moi ? Comploter ? je ne vois pas du tout de quoi tu parles ! »)… Avant d’étouffer une exclamation de surprise en découvrant la minuscule chouette que lui tendait Pandore.

- Oh ! S’exclama-t-elle, visiblement très émue, en bondissant sur ses pieds. Elle ouvrit de nouveau la bouche, mais parut ne pas trouver les mots à même de traduire sa joie : à défaut, elle gratifia le petit volatile d’un coup d’œil signifiant clairement qu’elle l’avait adoptée au premier regard. C’est… Tenta-t-elle encore, d’une voix étranglée, Oh, Pandore ! Elle est vraiment superbe… Holàlà… Tu… Tu… Tu crois que je peux la toucher ? Je ne vais pas lui faire mal ? Questionna-t-elle d’une voix inquiète. De toute évidence, elle mourait d’envie de prendre l’animal, sans oser pour autant approcher de la cage, tant elle était intimidée. Elle esquissa un pas en direction de son bureau, mais s’arrêta net et, au lieu de cela, alla, dans un mouvement impulsif qui n’avait rien de très britannique, embrasser avec chaleur les deux joues de son amie.
- Merci Pandore ! Je ne sais vraiment pas comment te remercier… C’est le plus beau cadeau qu’on m’ait jamais fait, je crois… Tu… Tu peux l’appeler comme tu veux, toi ! S’exclama-t-elle avec ravissement.

A présent qu’elle avait vu la chouette, son propre cadeau lui paraissait encore plus risible. Il aurait toutefois été ridicule de ne pas l’offrir à Pandore, aussi Louise alla-t-elle chercher le petit paquet et le tendit-elle à la jeune sorcière, l’air soudain un peu gêné :
- Tiens… J’avais aussi quelque chose pour toi… Ce n’est pas aussi bien et… Enfin, je n’ai pas fait de carte mais… Je veux dire, j’espère que tu aimeras, parce que j’ai tout de suite pensé à toi et enfin tiens, prends-le…

(1332 mots)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




[THEME] Chouette alors ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: [THEME] Chouette alors ! [PV]   [THEME] Chouette alors ! [PV] EmptyJeu 4 Aoû - 0:02

Manifestement, le cadeau semblait plaire à Louise en même temps j'ai envie de dire, qu'il lui plaise ou pas, qu'es-ce que ça aurait changé ? Elle ne comptait pas le renvoyer par hibou pour le changer ! et même : plus que ça pour preuve, Louise venait de sauter par terre et se roulait à présent sur le sol, en hurlant. Pandore était ravie que son amie soit contente, c'était après tout le but principal de l'opération en plus de celui de ruiner ses parents, aussi. Un bref instant, Pandore avait imaginé le pire (chose qu'elle faisait toujours, en fait, question de culture de vie) : qu'un Gryffondor débarque dans le dortoir et ne leur lance une grosse Bombabouse au nez, par exemple Louise était peut être huhulophobe oui ça existe, j'ai vérifié, qui savait ?! En tout cas, Louise n'avait jamais parlé de ses craintes en matière animale à sa meilleure amie, ou alors ça tenait peut être du fait qu'à force d'entendre Louise angoisser parce qu'elle avait fait tomber son boût de pain au repas du midi ou parce qu'elle avait oublié sa plume – ô malheur ! - en cours de Métamorphoses, Pandore avait occulté toutes les plaintes non justifiée de son amie autrement dit, elle ne l'écoutait jamais.

« Bien sûr ! Elle est à toi... »

Quelle question ! C'était du Louise tout craché ça ! Est-ce qu'elle pouvait la toucher, cette petite chouette ? Non, bien sûr que non, ne manquerait plus que ça, tiens ! Pandore leva presque les yeux au ciel, mais le visage réjouit de son amie l'en empêcha. D'ailleurs, Lou lui sauta presque au cou et lui plaqua deux bises sur les joues, ce à quoi Pandore ne s'attendait pas le moins du monde (surtout venant de Louise). La jeune Irlandaise afficha une mine surprise quelques secondes et finit par sourire de nouveau, manifestement contente de l'effet que sa petite chouette Chevêche avait fait à la jaune et noire.

Louise lui demanda ensuite de choisir un nom à sa chouette. Quoi ? Pourquoi elle, c'était SA chouette maintenant, non ? Pandore n'avait pas beaucoup d'idées pour donner des noms à des animaux, il n'y avait qu'à voir combien de semaines elle avait mis avant de nommer Sweeney, Sweeney. Pandore se décida quand même à aider son amie parce qu'elle était une Poufsouffle, quand même, et qu'il justifier un minimum sa répartition.

« Et bien... En Irlande pour dire brillante ou radieuse, on dit Niahm. Mais d'un côté ta chouette est blanche, et dans ce cas Fiona irait bien. Orfhlaith veut dire princesse dorée, mais bonjour la prononciation...Ah et Saoirse veut dire liberté, aussi. Mais bon c'est toi qui choisi ! Et tu n'es pas obligée de prendre un prénom Irlandais, hein tu peux viser dans l'Égyptien si tu veux, aussi, ça revient au même. »

Pandore se posa soudainement la question : avait-on réellement besoin de nommer une chouette ? Vous avez déjà vu vous une chouette qui se rapplique au pied et qui se couche quand on le lui dit ? Autant se l'avouer, les hiboux et les chouettes étaient des animaux capricieux, qui n'obéissaient qu'à la cruelle mais vraie règle de la nourriture. Donnez à manger à un hibou, et il vous fera le tour du monde ! Ne lui donnez rien, il vous bouffera un doigt.

« Tu n'es pas obligée de choisir de suite, hein, moi Sweeney j'ai presque mis plus de temps à lui donner un nom qu'à me faire comprendre de lui, ce qui n'est pas peu dire... »

C'est alors que contre toute attente cette après-midi est vraiment pleine de surprises, dites-moi ! Louise tendit un cadeau à Pandore. Dans sa précipitation à vouloir offrir cadeaux et merveilles on est modestes, chez les McAllister à ses amis, la jeune Irlandaise avait complètement sorti de son esprit la possibilité d'avoir elle-même des cadeaux ! Il fallait dire que le fait qu'elle ait du choisir après de ses parents d'avoir ou bien un nouveau violon, ou bien le choix d'offrir des cadeaux à ses amis, avait pas mal embrouillé son jugement. Pour elle, ce Noël-ci, elle n'aurait rien du tout, et de personne ! FAUX !

« Hein ? Qu'est-ce que c'est ? Tu as vu, je pose la même question idiote que toutes les autres personnes existantes sur Terre au moment de Noël »

Pandore ouvrit le petite paquet cadeau et sous l'effet de la surprise, faillit le lâcher ET PAF, un mois d'argent de poche sous le lit, dans le couloir, la salle de bain, le petit trou de la souris et cie !

Il s'agissait d'un bracelet, en forme de petits trèfles, en opale noire, où des reflets verts de toutes beauté s'échappaient. Le tout n'aurait pu être plus beau et plus adapté à son destinataire. Comme sur un petit nuage, Pandore n'aurait pas pu espérer plus beau cadeau de Noël, surtout de la part de Louise.

« Oh Merlin, Louise... »

Sans attendre, oubliant toute retenu, Pan' se jeta dans les bras de son amie et lui plaqua maladroitement une énorme bise sur la joue droite. Un cadeau pareil, elle n'allait pas le porter, elle allait le placer un compte secret à Gringotts et ne plus jamais y toucher.

« C'est tellement, tellement beau ! Tu as acheté ça où ? Tu ne t'ai pas ruinée au moins ?! »

Parce que si pour elle la question de l'absence de cadeau de Noël n'avait pas été trop dure elle savait qu'elle l'aurait à son anniversaire, le violon, alors..., elle voyait immédiatement l'aspect pécunier clignoter en grosses lettres rouges quand il s'agissait d'un cadeau non pas pour les autres, mais pour elle. Si Lou avait trop dépensé pour ce bracelet, il était clair qu'elle le reprendrait, et ce même si ça briserait le cœur de Pandore. Au fond, Pandore serait malade que son amie ait du renoncer à quelque chose pour elle, ça ce n'était pas concevable. Qu'elle-même se sacrifie pour ses amis, c'était normal, mais surement pas l'inverse fierté Irlandaise, il ne manquerait plus que ça tiens !

(1017 à une nuit de sommeil complète en moins près)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




[THEME] Chouette alors ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: [THEME] Chouette alors ! [PV]   [THEME] Chouette alors ! [PV] EmptyJeu 4 Aoû - 23:27

Si Pandore semblait considérer comme tout à fait naturel que Louise prenne sa chouette, ce n’était pas le cas de la petite blonde, qui n’était pas encore sortie de sa stupeur première. L’air à la fois franchement réjoui et légèrement apeuré, la Poufsouffle ne cessait de lancer des coups d’œil furtifs en direction de la cage du volatile, comme pour s’assurer qu’elle n’était pas victime d’hallucinations nées de son rhume (auquel, soit dit en passant, elle ne prêtait plus aucune attention depuis que Pandore était revenue dans la pièce. Pandore : Un, paracétamol : Zéro). Finalement, n’y tenant plus, et profitant de ce que son amie était occupée à découvrir son propre cadeau ( « Euh… Louise ? C’est quoi cette daube ? »), la fillette s’approcha en crabe, et à pas feutrés tel l’espion venu du froid du bureau. Un instant, elle se tint parfaitement immobile, perdue dans la contemplation de l’animal, qui, recroquevillé sur lui-même, paraissait presque autant impressionné que sa jeune propriétaire. Puis, d’un geste hésitant, elle tendit une main tremblante vers la porte de la cage et l’ouvrit avec mille précautions afin de pouvoir passer le bras à l’intérieur. Peu rassurée face à cette intrusion subite, la chouette darda ses trois deux grands yeux couleurs d’ambre sur la main de la fillette et se dandina maladroitement sur son perchoir, non dans l’espoir d’intimider la Poufsouffle, mais bien plutôt dans celui de s’en éloigner le plus possible. De toute évidence, Louise venait de trouver une compagne aussi froussarde qu’elle ! La petite sorcière faillit d’ailleurs abandonner et refermer la porte, au vu de cette première approche décevante ( « Pandore ! La chouette ne m’aime pas ! Je veux mourir ! »), mais l’attrait du plumage de la chevêche fut plus fort que ses craintes : sans geste brusque, de façon à ne pas effrayer davantage la chouette, elle avança les doigts jusqu’à pouvoir lui caresser le ventre avec douceur.

Surprise, la chouette se raidit sensiblement, mais ne chercha pas à s’enfuir en même temps, à moins de passer à travers les barreaux… : bien au contraire, lorsqu’elle comprit que Louise n’avait aucune intention de lui faire mal, elle frissonna , ébouriffa ses plumes et laissa échapper un hululement étouffé qui n’avait rien d’hostile, loin s’en fallait ! Dans la minute qui suivait, en effet, le petit volatile mordillait affectueusement les doigts de la Poufsouffle (ou plutôt, étant donné la taille de son bec, tentait de lui mordiller un doigt) avant de sauter allégrement sur son poignet. Louise, ravie et toute émue, put alors sortir sa chouette de la cage et, plantée au milieu de la pièce, elle garda le bras incroyablement tendu, de peur que le moindre mouvement n’effraie le volatile… Qui semblait pourtant tout à fait à son aise.
- Fiona ? Répéta la blondinette d’un ton incertain, fixant la chouette d’un air interrogateur, Je ne sais pas… J’avais une Fiona dans mon école moldue, et elle était vraiment méchante elle se moquait toujours de mes dessins… Euh… Sans vouloir t’offenser, hein ! Euh… Je ne crois pas qu’elle était Irlandaise de toute façon… Enfin tu vois, quoi… Rajouta-t-elle précipitamment, en rosissant de gêne. Elle ne voulait surtout pas que Pandore s’imagine qu’elle critiquait ses propositions de nom, a fortiori pas après le beau cadeau qu’elle venait de lui faire ! En réalité, Louise aurait beaucoup aimé trouver un nom issu quelle surprise du latin, à la petite créature : quelque chose comme « paula », par exemple, pour faire allusion à son apparence fragile, mais il lui paraissait incroyablement égoïste et indélicat de ne pas tenir compte des préférences de son amie, aussi resta-t-elle muette un moment, cherchant, parmi ses maigres connaissances en matière de patronymie irlandaise, un nom qui fût à même de les satisfaire toutes deux.
- C’est une petite chouette, alors il lui faut un petit prénom… Décréta-t-elle d’un ton rêveur, en levant le poignet, de manière à mieux voir l’animal, qui en profita pour remonter un peu plus le long de son avant-bras, en hululant joyeusement, visiblement ravi de pouvoir se dégourdir les pattes hors de la cage. Pandore ? Appela-t-elle, après une nouvelle pause durant laquelle le silence environnant ne fut troublé que par le bruit du papier cadeau que Pandore déchirait sauvagement avec les dents ôtait pour dévoiler la petite boîte contenant le bracelet, Est-ce qu’il n’existe pas un diminutif pou Niahm ? Quelque chose comme Nim ? Ou Nya ? Je ne sais plus comment fonctionnent les diminutifs, en irlandais… Précisa-t-elle, avec une grimace contrite à l’intention de son amie, qui n’aimait pas beaucoup qu’on méconnaisse la culture irlandaise ( « Pitié, Pandore, ne me frappe pas ! J’ai déjà énervé Zane à mort cette semaine, en plus… »).

Une fois n’est pas coutume, toutefois, Pandore était bien trop occupée pour prêter attention à l’ignorance de Louise (ah ces Anglais !) : dans un élan d’affection incontrôlé et, apparemment, incontrôlable, la jeune sorcière s’était jetée sur son amie pour la serrer contre elle. Déséquilibrée, Louise manqua de tomber à terre et redouta un instant que la chouette ne prenne peur Pandore, on s’en moque mais cette dernière, sans se soucier des moulinets désordonnés que sa propriétaire avait été obligée d’effectuer pour rester sur ses pieds, grimpa hardiment jusqu’à son épaule, où elle se mit à sautiller sur place en gonflant les plumes d’un air ravi, comme si elle cherchait, elle aussi, à participer aux réjouissances.
- C’est… C’est vrai ? Il te plaît vraiment ? Demanda Louise, encore un peu secouée, lorsque Pandore lui eut rendu sa liberté de mouvement. Je l’ai trouvée en vacances, tu sais, quand je suis allée en Irlande avec ma famille. Mais j’avais peur que tu n’aies déjà un bracelet de ce type… Expliqua-t-elle en s’asseyant sur son lit. Tu veux que je t’aide à le mettre ou tu le trouves vraiment trop laid pour l’essayer ? Proposa-t-elle, plus vivement. Maintenant qu’elle était assurée d’avoir fait au moins un peu plaisir à Pandore avec son présent (ou alors son amie était excellente comédienne), Louise se sentait tout à fait à son aise : une (non, mieux ! sa) petite chouette sur l’épaule, sa meilleure amie à ses côtés et la perspective des festivités de Noël, qui approchaient à grands pas, en tête… Finalement, ces vacances ne s’annonçaient peut-être pas si mauvaises qu’elle l’avait imaginé !

(1064 mots)

CADEAUX
TOUT COMPTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




[THEME] Chouette alors ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: [THEME] Chouette alors ! [PV]   [THEME] Chouette alors ! [PV] EmptyJeu 11 Aoû - 21:38

« Pandore ? Pour une chouette ? Non, c'est trop commun et ça peut prêter à confusion dans la grande salle... « Oh non ! Pandore vient de tomber dans mon assiette de soupe ! » ! »

Trop commun oui, et ta sœur, elle fait du balai non ? Si pour Pandore, son prénom était 'commun', ce ne devait sans aucun doute pas être le cas de Louise qui n'en connaissait qu'une seule – Pandore - et devait déjà bien trouver cela suffisant. Appeler une chouette (super mignonne en plus) Pandore, c'était un peu comme avoir un chat qui s'appelait Minerva, un crapaud Horace ou bien un chien prénommé Albus Et PAF, Albus. A la différence que pour Louise, Pandore était sa camarade de dortoir, son amie et sa camarade de classe, ce qui compliquait encore plus la chose Pandore va manger tes graines. ET DÉPÊCHES-TOI ! Ne me regarde pas comme ça. Pandore !.

« Oh Niahm ! Brillante ! C'est un excellent nom ! Nya c'est un diminutif oui, ça lui irait très très bien, je pense mais bon, ça ne vaut pas Fiona, quand même. Si c'est ton choix, je l'approuve ! »

Mine de rien, Louise s'y connaissait bien plus qu'elle ne voulait le dire en science Irlandaise. Oui enfin science, façon de parler hein, Pandore englobait dans ça tout ce qui avait un rapport avec son pays natal Tu aimes les trèfles ? Mais tu es vachement callée en science Irlandaise dis moi !, en fait. Déjà, Louise s'était rendue en Irlande (Un bon point, un !), elle lui avait acheté comme cadeau un bracelet Irlandais (Et deux, bons points!) et maintenant, elle donnait à sa chouette un prénom Irlandais (Plus trois). Que demandait Pandore de plus ? Rien, à vrai dire, l'instant était parfait : Noël, dans toute sa splendeur.

« Non non je n'en ai pas des comme ça ! Et oui je veux bien que tu m'aides ! Et alors, ça t'as plu l'Irlande ? Ça te dirait de passer plusieurs jours chez moi aux prochaines vacances ? Si ton papa et ta maman sont d'accord, bien sûr ! Je te ferai visiter Waterford ! Et on pourra même aller voir ma cousine, je te parie que Finbar nous aura des places pour un match de Quidditch, même ! Je t'ai déjà parlé de Finbar et de Noreen, hein ?! »

'A peu près une centaine de fois, oui...' Pandore avait la fâcheuse tendance de beaucoup parler de sa cousine (son unique cousine, en fait, du côté de son père) et son actuel petit ami (maintenant fiancé !), qui jouait en professionnel dans une équipe de Quidditch et qui en était même le capitaine depuis de nombreuses années.

« Ca te dit d'aller chiper quelques carrés de chocolat dans les cuisines ?! Toutes ces bonnes nouvelles m'ont donné faim, moi ! »

Pandore afficha un sourire radieux sur son visage marqué de tâches de rousseurs et se tourna brusquement vers la porte, faisant virevolter fiou fiou ses cheveux châtains sur ses épaules pour aller ranger le paquet cadeau de Louise sur son bureau. Elle allait y faire attention comme à la prunelle de ses yeux, à ce bracelet, ça c'était clair ! Dès à présent, il était devenu son troisième objet fétiche dont elle ne se séparerait jamais, avec sa harpe, et son violon !

[TERMINE pour Pan']
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




[THEME] Chouette alors ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: [THEME] Chouette alors ! [PV]   [THEME] Chouette alors ! [PV] EmptyDim 14 Aoû - 19:35

Louise lança un coup d'oeil anxieux à Pandore. Pardon ? Appeler sa chouette Pandore ? Mais... Elle n'avait jamais suggéré une telle chose, n'est-ce pas ? Non qu'elle trouvât le nom de son amie rebutant, mais il lui paraissait très étrange de donner à un animal, si mignon fût-il, le prénom d'un être humain. Pandore avait-elle fait cette proposition parce qu'elle n'avait rien écouté de ce que Louise disait trouvait particulièrement ingrat de la part de Louise de ne pas l'avoir suggéré elle-même ? Ou bien était-elle, elle aussi, gagnée par une grippe si virulente qu'elle en délirait ? Peut-être Louise devrait-elle suggérer à la Poufsouffle de se rendre à l'infirmerie ? Inquiète, la fillette coula un oeil prudent en direction de Pandore, comme si elle cherchait à déterminer, à la couleur de ses joues, si elle n'était pas victime d'une montée de fièvre subite. Elle fut toutefois soulagée en constatant, à la suite de son bref examen, que son amie semblait se porter tout à fait bien... Elle ne devait donc être que seule à blâmer dans cette histoire, et cette conclusion fit monter le rose aux joues de la petite blonde : bien entendu, qu'elle aurait dû songer à donner à la chouette le nom de Pandore ! Quelle égoïste elle était, de ne pas avoir su percer à jour le désir de sa meilleure amie ! Elle méritait d'aller se coincer les doigts dans la porte d'un four au plus vite ah, c'est donc pour ça, que Pandore suggère d'aller aux cuisines ! Fort heureusement, sa bévue semblait quelque peu réparée par sa propre suggestion Oui, suggérer, suggestion... Répétition, répétition, tu le sens, le RP bâclé ? de nom, et Louise s'empressa de s'engouffrer dans la brèche pour se sortir de toute cette désagréable situation :

- Nya ? Répéta-t-elle d'un ton vif, Très bien, alors ce sera Nya ! Enfin... Si tu es d'accord... Rajouta-t-elle en s'adressant, cette fois, directement à la chouette qui était, après tout, la première concernée dans cette histoire. Le volatile se dandina joyeusement sur l'épaule de Louise pour aller lui mordiller l'oreille avec affection. Je vois donc que c'est un oui à l'unanimité... Conclut la blondinette, avec un sourire radieux.

Bien entendu, elle n'était pas certaine que ses parents se montrent aussi contents qu'elle, en découvrant le présent de Pandore, eux qui avaient toujours refusé les bourreaux d'enfants ! d'adopter le moindre poisson rouge, mais, après tout, Louise passait la majeure partie de l'année à Poudlard aussi n'auraient-ils jamais à supporter la présence de Nya bien longtemps. La fillette chassa donc bien vite de son esprit la pensée de ses parents, d'ailleurs bien aidée en cela par la proposition de son amie : stupéfaite et très émue (oh Merlin, quelqu'un avait envie de la voir, elle, pendant les vacances ? Elle était invitée ?), Louise écarquilla les yeux, et demeura un moment muette de surprise, fixant Pandore de ses prunelles bleues :
- Tu... Tu veux dire, venir chez toi ? En Irlande ? Cette île de sauvages ? Répéta-t-elle timidement, et visiblement sous le choc. Mais... Tes parents seraient d'accord ? Je veux dire... tu n'aurais pas honte de me présenter à eux ? Je ne veux pas m'imposer...
Incapable d'en dire plus, Louise se tut, la tête pleine d'images de ses futures vacances, et alla attacher le bracelet au poignet de la Poufsouffle : sous le coup de l'émotion, ses mains tremblaient tant qu'elle dû s'y reprendre à deux fois avant d'y parvenir ("Mais il est pourri, ce truc !").

- Je serai vraiment heureuse de voir ta famille, reprit-elle finalement d'une petite voix, après être venue à bout de l'attache du bracelet "Oups, j'ai tout cassé !" Elle recula de quelques pas et fit mine de contempler d'un air fasciné la cage de Nya, dans l'espoir de cacher son émotion à Pandore, qui se serait certainement moquée d'elle si elle l'avait remarquée ! Une chance pour Louise, cependant, la perspicacité de la jeune sorcière était vaincue par son estomac c'est une Poufsouffle cheers et le chocolat lui semblait, en cet instant, beaucoup plus intéressant qu'une analyse fine du comportement de Louise (comme je la comprends).
- Pas de chocolat pour moi, Décréta la fillette, soulagée de changer de conversation, Mais je prendrais bien un bon grog histoire d'être bien bourrée pour rester dans l'ambiance Noël ! S'exclama-t-elle.

Et de quitter la pièce, sa chouette toujours sur l'épaule, en emboîtant le pas à Pandore.

[FIN LOUISE]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





[THEME] Chouette alors ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: [THEME] Chouette alors ! [PV]   [THEME] Chouette alors ! [PV] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[THEME] Chouette alors ! [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [THEME] Chouette alors ! [PV]
» Petite Chouette
» Un chouette wagon scratchbuild
» [THEME] En prévision du bal [PV]
» Alors beau brun, ça te dit de me rejoindre ? ? 12/06 à 16h03

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 12-
Sauter vers: