AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 { Le soleil vient de se lever - - - PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
Anonymous




{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV EmptyMar 23 Aoû - 18:25

Alix était une rebelle, une vraie, une pure une dure… Si si, vrai de vrai !!!! Elle était insolente, s’absentait parfois sans raisons et là, elle avait carrément séché un cours. Non, ne la jugeons pas… Elle est jeune, peut-être innocente (du moins bénéficie-t-elle de la présomption d’innocence jusqu’à ce que le juge ait donné son verdict concernant sa conduite de ces derniers temps…). Il était difficile de déterminer la date où tout cela avait débuté… Alix avait surtout chutait très lentement sans jamais remonter… c’avait été des pensées, d’abord, puis des réponses, désobligeantes, et elle avait fini par devenir une peste. Pas avec tout le monde, non, et tout dépendant des jours, du contexte… bref, de ses hormones, quoi ! Mais il y avait des facteurs qui l’emportaient à tous les coups : sa famille (que ce soit sa salle co**e de nouvelle cousine par mariage qu’elle détestait parce qu’elle lui avait volé son cousin –oui Jason Harris est une propriété privée, on n’y touche pas !!! Surtout si on s’appelle Pénélope et qu’on ramène avec soit une sale gosse qui n’est même pas la fille du mec qu’on drague… Franchement !), son frère (qui ne fait pas parti du facteur famille malgré les apparences, et non… Martin il est unique, on ne l’englobe pas dans un tout, ce serait insultant !) qui fréquentait cette pauvre idiote de préfète de Gryffondor… Tosca… tsssss, rien qu’en pensant à elle, Alix sentait la colère monter…

Heureusement, dans tout cet univers de sombre colère, il y avait Axel ! Son petit ami… Que de bonheur !!!! Lui, au moins, il la comprenait (enfin, elle n’était pas allée jusqu’à lui parler de son brother complexe qu’elle avait eu jusqu’alors, se disant que ce genre de remarque, valait toujours mieux les garder pour soit…). Le problème Oui parce que s’il n’y a pas de problème, on ne peut pas s’amuser, comprenez moi bien… c’était qu’il était encore pire qu’elle… Alors forcément, le fréquenter n’améliorait en rien le comportement (déjà plus qu’insupportable) de la Lionne… Aussi suivait-elle de moins en moins en classe, étant de plus en plus distraite… Oh, elle était là (en règle générale…) mais seulement de corps… Son esprit, lui, vagabondait totalement. Et quand on s’en rendait compte et qu’on l’interrogeait, là, elle devenait furieuse… Pourtant Alix était une enfant calme avant… Elle ne faisait pas d’excès, si ce n’est concernant son frère qu’elle avait toujours surprotégé… Mais depuis un moment, elle changeait… Et c’était assez impressionnant… Elle n’était plus la Alix gentille, calme et réfléchie. Elle devenait une adolescente qui brûlait de l’intérieur, ne tenait en place et répondait à tout va… ce qui, en soit, n’est que très rarement une bonne idée…

La veille, au soir, Alix avait séchait le cours d’Astronomie… Et si à 11 ans, cette idée lui semblait inconcevable et stupide, à 16 ans, elle l’appliquait sans se poser la moindre question. Elle avait donc séché en toute connaissance de cause pour passer la soirée avec Axel. Ils avaient discuté de tout et de rien… Revenant souvent sur LE sujet qui les faisait rêver tous deux : le prochain concert du Serdaigle. Pour cela, Alix attendait avec impatience les vacances de Noël. Elle avait envie de revoir Axel sur scène… La première fois avait été fantastique et elle ne doutait pas le moins du monde qu’il aille de même pour ce nouveau concert ! Ils s’étaient séparés, à contre cœur, sur les coups de une heure du matin. Bien heureusement, personne ne les avait surpris… Mais Alix avait eu une seconde d’appréhension, en pensant au cours qu’elle avait manqué… Et si le professeur Burton s’en était rendu compte ??? Mieux valait ne pas y penser… Oui, et d’ici le prochain cours (soit la semaine prochaine) il aurait sans nul doute oublier et sinon, Alix prit le Seigneur Bisounours, maître de l’Univers tous les soirs Very Happy.

Manque de chance, ce jour là, Seigneur Bisounours (plus communément appelé ‘Destin’, mais c’est une question de culture et de croyance, rien de plus…) n’était pas du côté d’Alix ça lui apprendra à avoir laissé sa totote rose bonbon saveur myrtille-chocolat dans sa table de nuit !. En effet, la Lionne n’avait même pas eu le temps de prendre son petit déjeuner qu’elle vit son chemin croiser celui d’un enseignant qui n’était autre que… Jason Harris, son scousin !!!! –ha non ???- Hadès Burton… Et dans ces grands moments critiques, on dit quoi ????

« Oups. »

Voilà, si on n’a aucune éloquence, ça peut convenir (en tout cas, nous nous en contenterons…). Bien sûr, Alix n’avait pas hurler cet onomatopée (non non, elle n’est pas très futée, mais elle a ses limites, comme tout un chacun…). Agacée (de bon réveil, ça n’est de très bonne augure…), elle inspira à fond et, à hauteur de son enseignant lâcha dans un grand sourire hypocrite :

« Bonjour Professeur. »

Et c’est maintenant qu’on court, non ? Hum… non, ce serait sans doute suspect…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: Re: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV EmptyMar 23 Aoû - 19:43

LIEU DE PASSAGE QUELCONQUE
LE SOLEIL VIENT DE SE LEVER.

{ Le soleil vient de se lever  - - - PV 2qdzgo5

Le matin était un moment particulièrement agréable, surtout lors des semaines calmes. Hadès rentrait souvent le soir à Londres, refusant de passer la soirée loin de son frère. Ses cours avaient lieux d’ordinaire le soir, mais ce jour ci, il avait fait un cours sur les étoiles de jour. Il avait donc été chercher son frère au Ministère, et il avait mangé ensemble au Chaudron Baveur, avant de rentrer à la maison. Ils avaient ensuite dansé au rez-de-chaussée jusqu’à ce que la lumière du jour disparaisse, plongeant la salle de danse dans l’obscurité. Le restant de la soirée se passa très calmement, au rythme d’un jazz ronronnant dans la RITM, pendant que les jumeaux, assis de part et d’autre du sofa principal, étiquetaient des cassettes en parlant et en buvant quelques bières. C’était une soirée très calme. Caméra en main par instant, l’un filmait l’autre en lui posant une question. Un comportement quelque peu étrange dont il avait toujours été victime, ce qui avait nourrit cette collection immense de bandes et cassettes vidéo.

Ce n’est qu’aux alentours d’une heure du matin qu’Hadès céda à ses yeux endoloris par la fatigue, dis bonsoir à son frère et parti dans sa chambre se coucher. Une nuit sans rêve était particulièrement frustrante, mais reposante. L’esprit partiellement léger, il ne chassa même pas son frère de sa chambre le matin. Hippolyte avait la fâcheuse habitude de venir réveiller Hadès d’une humeur joyeuse et taquine, tandis que ce dernier tentait désespérément de s’accrocher aux bras de Morphée. Il allait un jour lui faire payer à celui là, avait-il lâché lorsqu’il était encore enfant.

Enfin bref, Hadès se leva et s’habilla en hâte, se rappelant qu’il avait toute la journée de libre. Être professeur d’astronomie lui permettait d’avoir un emploi du temps plutôt confortable, étant donné que ses cours étaient la plupart du temps, organisés le soir, juste avant le dîner, ou après celons la saison. Il se servit un porridge en soupirant, pendant que son frère tentait de rallumer le feu de sa casserole de lait à la main, l’air particulièrement boudeur contre cette dernière. En effet, leurs baguettes étaient devenues inutiles depuis quelques temps. Hippolyte se retourna pour voir la mine de son frère de nouveau inquiète ou morose, comme souvent le matin d’ailleurs. Le répit ne s’installerait tant que sa tâche du jour aurait été accomplie. Son frère se pencha sur le comptoir, presque nez à nez face à son frère et eu un sourire. « Un problème prof ? » Hadès leva mollement ses pupilles vers lui et roula des yeux et repoussant son porridge, qui avait une consistance peu ragoutante.

« Je dois voir une élève qui sèche les cours ces temps-ci. J’aime pas engueuler les gosses. Déjà j’aime pas ça et j’ai pas envie. » Lança Hadès en se levant, refusant d’avaler ce porridge raté, qui apparemment avait fait les frais du feu de la gazinière défectueuse. Son frère haussa les épaules, ne pouvant rien faire d’autre que de compatir pour son frère. D’ailleurs Hippolyte était déjà habillé pour le travail. Il devait partir au Ministère tôt ce matin, pour une affaire de Dragon. Un jean, un haut noir, une veste de costume cintrée, et longues chaussures de ville noires en cuir. Un air parfaitement décontracté. On n’en voyait pas beaucoup de comme ça au Ministère. D’ailleurs, Hadès s’habilla pareil, à l’exception du T-shirt qu’il mit blanc. Il s’attacha les cheveux en catogan, attrapa son chapeau qu’il jeta négligemment sur sa tête, avant de prendre sa baguette et de se préparer au transplanage.

« Bon, quand faut y aller. Je passe te chercher ce soir ? » Demanda-t-il à son frère en ajustant le col de sa veste. Son jumeau acquiesça de la tête. Hadès soupira à l'idée de devoir faire le chemin en taxi. Il devrait être déposé près de Pré-Au-lard et marcher un bon moment. Après ce dur périple, il arriva enfin au village de sorcier, qui semblait un peu tourner au ralentit. Prit de court par la fraîcheur environnante, il referma le bouton central de sa veste, accentuant sa silhouette déjà maigre et avança à travers le village. Il passa les portes de Poudlard et traversa le parc en respirant l’air frais qui s’y dégageait. Il adressa un signe de main à Hagrid, le garde chasse, qui venait tout juste d’ouvrir sa fenêtre pour vider une vieille bouilloire pleine de thé. En quelques pas, Hadès atterrit dans le Hall d’entrée.

À peine avait-il franchit la porte de la Grande Salle, il se retrouva nez à nez avec Alix Davidson, une jeune Gryffondor de sixième année qui faisait l’objet de nombreuses plaintes auprès du corps professoral. Elle sembla surprise de tomber sur son professeur, à qui elle avait faussé compagnie dans l’après midi pour préférer se balader au parc avec son petit ami. Au début, ils restèrent immobiles face à face, jusqu’à ce qu’elle se mettre à décrocher un énorme sourire, dévoilant un attirail de dent blanches et parfaitement alignées, l’air presque innocente. Hadès retira son chapeau et acquiesça. Il n’avait vraiment pas envie de la persécuter. Lorsqu’un élève agit de la sorte à multiples reprise, c’était forcément pour une raison particulière non ? Il releva la tête en esquissant un sourire très quelconque et dit :

« Bonjour Miss Davidson… » Puis il pointa un doigt, seulement un doigt, vers le ciel à peine éveillé qui ornait le plafond de la Grande Salle. Il eu un nouveau sourire, celui-ci assez amusé de la situation et poursuivit. « Vous savez l’avantage de donner cours à la tour d’astronomie ? C’est qu’on a une magnifique vue vers le ciel, mais pas seulement. » Il baissa un peu plus la voix « … Sur le parc aussi. » Puis il lui adressa un clin d’œil.

Il n’avait pas foule dans la Grande Salle, certains élèves préférant terminer leurs devoirs au petit matin. Hadès n’avait ni la patience, ni le courage, ni même l’envie de reporter cette conversation avec la jeune Gryffondor. Il jeta un œil à un pichet de jus de citrouille à la table des Gryffondors. Il commença à se diriger vers elle et s’assit de trois quart sur le banc, en se servant un verre. « Une petite conversation s’impose Alix. » Dit-il après avoir avalé une gorgée, une fois son chapeau posé sur la table des Gryffondor, sur une assiette vide en or. Il lui montra le banc sur lequel il était assit pour l’inviter à s’asseoir. Il aperçut la directrice acquiescer de la tête en croisant son regard. Il détourna les yeux de la table des professeurs et se servit un muffin au chocolat.

« Il va falloir que tu m’expliques Alix, je ne comprend pas. » Dit-il à la jeune fille pour après mordre dans le muffin. Il avait l’habitude d’appeler les élèves par leurs prénoms lorsqu’il leur parlait directement. Les manières n’étaient que superflues, une sorte de code pour imposer la hiérarchie. Les élèves avaient apprit naturellement qu’il fallait le respecter, tout simplement parce qu’il était professeur, et qu’il avait toujours été réglo avec eux. « Pourquoi sécher mon cours ? Si l'astronomie ne te plaît plus, rien ne t’empêchait de ne pas la poursuivre après tes BUSE’S. Je me souviens que tes résultats étaient corrects d’ailleurs. » Oui, il n’avait aucune envie de l’engueuler pour un simple cours séché. Le seul hic, c’est que la tâche qui lui importait de parler avec la jeune Gryffondor était tombée sur lui, car il était le dernier professeur en date à avoir subit une « infraction » de la part de la jeune Davidson.


Dernière édition par Hadès Burton le Mer 24 Aoû - 19:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: Re: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV EmptyMar 23 Aoû - 21:59

Elle savait qu’elle aurait mieux fait de ne pas se lever ce matin… Elle le savait…. Sauf que si elle l’avait fait, elle s’en serait aussi pris plein la tête… Voilà, en fait le monde était trop injuste, c’était abusé !!!! On se lève, on se fait engueuler, on reste couché, on se fait aussi engueuler… Alors la question que tout le monde devrait se poser (et qu’Alix se posait, là, avec son prof devant elle) c’était bel et bien celle qui suit : que doit-on faire alors ??? Quelle est la ‘méthode’, le ‘truc’ à faire pour être d’un peu moins mauvais poil après un début de journée aussi chaotique ??? Rester assis ?. La réponse, Alix ne l’avait pas (sinon on se doute bien qu’elle l’aurait mise en œuvre !!!). Et lorsque son enseignant l’interrogea sur l’avantage de donner un cours d’Astronomie, la Lionne ne sut se taire :

« Je suppose que si on veut se suicider, on peut tenter de se jeter de là-bas et avoir moins de chance de s’en sortir que du haut des autres Tours de Poudlard ?»

C’était une possibilité, en soit, non ? Ceci étant… Alix ajouta rapidement :

« Mais je dois avouer qu’il y a aussi un côté sportif, à monter sans arrêt tous ces escaliers… Vous avez beaucoup gagné en musculature depuis que vous travaillez ici ? »

Elle avait très envie de poursuivre en avouant qu’elle ne voyait aucun intérêt à être prof de quoique ce soit, que c’était trop barbant, qu’en plus la paye devait être super basse et que pour passer toute a vie à Poudlard, il fallait être bien siphonné… Tout en ayant envie d’ajouter que c’était la profession par défaut, quand on ne savait pas quoi faire d’autre de sa vie… mais elle eut, néanmoins, l’intelligence de se la boucler… surtout avec ses deux cousins qui bossaient comme enseignant ici, elle n’était pas du tout dans la bouse d’hippogriffe si on leur répétait ce qu’elle avait di… Bien qu’en soit, elle ait pris l’habitude de les envoyer paître tous les deux… Edric (prof de Botanique) et Jason (prof de Potion) ne comptaient plus pour elle. Le dernier parce qu’il avait épousé une sale co**e et le premier parce qu’il avait défendu le second… Soit, Alix se débrouillait sans eux !

Aussi écouta-t-elle une version totalement différente, de la part de son professeur d’Astronomie… Quand il parla du parc, elle fronça les sourcils, passablement agacée. Elle eut la chance de ne pas rougir (ni de honte ni de colère) et se contenta de se pincer les lèvres, répondant encore :

« Sans aller en Cours d’Astronomie, j’ai une assez bonne vue sur le parc depuis mon Dortoir vous savez… »

Elle n’aimait pas ce clin d’œil qu’il lui avait fait. Il se prenait pour son pote ou quoi ???? Non mais sérieux !!!! Cette journée était vraiment très très mal partie, et à présent… Et lorsqu’Hadès Burton prononça les mots fatals du genre ‘faut qu’on parle’, Alix sut ce qu’elle aurait mieux fait de faire ce matin là… rester couchée (quitte à se recevoir une beuglante en pleine face une autre fois…). Suivant son enseignant à regret dans la Grande Salle elle le dévisagea avec stupéfaction quand il prit place à sa table à elle :

« Vous devriez pas aller rejoindre vos collègues ? On peut parler une autre fois, vous savez… »

Voire même jamais, ça aurait bien arrangé la Lionne, soit dit en passant ! Sauf que non… Il s’était installé, mangeait et buvait, et elle, elle se tapait la honte en se le coltinant dès le réveil ! Il n’avait jamais été jeune ou quoi ??? Lasse, la sorcière prit place à une distance respectable de l’enseignant –elle va quand même pas se coller à lui, faut pas abuser o_O- et ne mangea ni ne bu rien, puisque de toute façon, il l’avait bien trop énervée pour qu’elle se rende compte qu’elle mourrait de faim. Agacée, la Lionne répliqua donc dans un soupire qui montrait fort bien son état d’esprit :

« C’est pas que ça m’intéresse pas ou que ça me plait pas. »

Elle rejeta ses longs cheveux châtains qui tombaient sur son visage dans son dos et posa ses prunelles chocolatées dans celles de l’enseignant :

« C’est juste que hier j’avais pas envie. »

Pardon ??? Ceci n’est pas une excuse recevable ? Et pour Alix ça l’était, voilà tout… Bon après ce qu’elle ne précisait pas non plus, c’était que c’était de plus en plus souvent qu’elle ‘n’avait pas envie’ et que si c’était la première fois qu’elle séchait l’Astronomie, il en allait autrement pour d’autres matières…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: Re: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV EmptyMar 23 Aoû - 23:17

LIEU DE PASSAGE QUELCONQUE
LE SOLEIL VIENT DE SE LEVER.

{ Le soleil vient de se lever  - - - PV 2qdzgo5

La jeune fille, de mémoire d’Homme, n’avais pas été toujours comme ça. Hadès se souvenait d’elle comme une jeune fille plutôt quelconque, et depuis peu, elle avait changé du tout au tout depuis quelques temps, peut être à cause de ces fréquentations allez savoir ? Hadès fronça des sourcils en l’entendant répondre ainsi mais ne répliqua pas. Ce n’était un de ses profs à vouloir que ses élèves la boucle, mettent la queue entre les jambes et lui obéissent comme de parfaits petits chiots. La liberté d’expression avant tout. Malgré tout, il but une nouvelle gorgée avant de croiser les bras d’un air plutôt las. Il l’écoutait d’un œil qui commençait à se faire vitreux. Les histoires de rébellion d’adolescent, ça durait cinq minutes. En attendant, cette jeune fille allait bientôt être majeur et en terme de résultats scolaires, c’est comme si elle avait commencé à montrer les marches de la tour d’astronomie pour aller s’y jeter du haut.

« Alix… » Lança-t-il d’une voix las, en se frottant les yeux à l’aide de deux doigts. Elle était légèrement trop sûre d’elle, ce qui amusait à moitié le professeur. Cette jeune fille, du haut de ses seize ans, pensait tout connaître de la vie. Mais elle avait tort. Elle n’y connaissait rien, et ce n’était pas maintenant qu’elle allait impressionner Hadès, même si elle le regardait dans les yeux, un air légèrement provocateur sur le visage.

Pourtant, lorsque les jumeaux Burton étaient à Poudlard, Hadès n’avait pas en mémoire que de tels comportements se développaient dans l’école. Des rébellions, des remarques. D’habitude, c’était l’affaire des Serpentards ! Pourquoi est-ce que cette gamine se mettait-elle à manquer de respect aux professeurs, à faire tant d’histoire pour une simple heure de cours ? Elle aurait très bien pu retrouver son petit ami après le dîner et même faire le mur la nuit, Hadès s’en fichait, il n’était plus en service passé dix heures. Deux professeurs avaient déjà dit du mal d’elle et demandait à l’emmener directement devant McGonnagall. Mais manque de pot, avant ce dénouement qui s’avérait être funeste pour la jeune fille, on avait confié la « dernière chance » d’Alix à Hadès. Essayer de mieux cerner le personnage. Super comme mission ? Qu’il sache, Hadès était professeur d’astronomie, pas assistante sociale, songea-t-il en la jaugeant du regard avec un air légèrement blasé. Il secoua la tête à la question de la jeune fille.

« J’ai d’autres choses à faire que m’occuper de sottises, mais il se trouve que j’y suis obligé. Ça ne m’enchante pas plus que toi. » Avoua-t-il d’une voix tout aussi professoral malgré ses propos sincères. Elle ne risquait pas de le faire tourner en bourrique car déjà, Hadès n’était pas du tout influençable, ni attendrit simplement parce que la jeune fille paraissait parfaitement innocente, et en plus, il n’avait aucune envie de se prendre le choux avec un élève. Ça ne lui était jamais arrivé. Il était le genre de prof qui « n’enlève jamais de point » et qui encourage ses élèves.

Après les phrases cinglantes de la jeune fille, Hadès se frottât de nouveau les yeux et regarda Alix en face. Peut être valait-il mieux l’informer de ce qui risquait de lui arriver. Si elle ne serait pas un poil paniquée, Hadès jetterais l’éponge et la laisserait entre les mains de la hiérarchie supérieure. Il détendit les bras et termina le muffin, en réfléchissant pendant qu’il mâchait distraitement. « Écoute Alix, je ne vais pas te faire la morale parce que je te sais assez intelligente pour savoir ce que tu fais. » Il but une gorgée de jus de citrouille et posa le verre sur la table. « Tu sais très bien que les professeurs se plaignent sans arrêt. Et c’est ça que je ne comprends pas. Avant l’incident d’hier, tu as toujours été une élève… « Normale », à mon cours, plus ou moins. Puis tu te mets à t’en moquer complètement… » Lança un coup d’œil rapide au plafond partiellement éclairé, légèrement nuageux et eu un soupire. « Tu donnes vraiment l’impression d'en avoir plus rien à faire. » Et c’est dommage, pensa intérieurement Hadès. Il resserra son catogan et hésitât.

Oui parce que dans son cours des sixièmes années, il ne restait que ceux qui avaient choisi cette matière par choix, par envie. Elle représentait un boulet potentiel pour sa propre maison. Nôtre danseur n’avait aucune envie de se mettre à retirer des points à cause de ses bêtises. Il fallait également que sa propre hésitation de décision, était partagée partiellement par la plupart des professeurs qui avaient subit le caractère boudeur et j’en-foutiste de la jeune Gryffondor.

« Si tu ne te reprends pas, je ne pourrais pas te garder dans ma classe. Et je n'ai pas envie d'y être obligé. » Lança-t-il très sérieusement. « Je me doute qu’à ton âge, on aime un peu faire ce que l’on veut, je ne suis pas si vieux que ça, je sais ce que c’est. » Même si non, il ne savait pas. Il avait été, et reste encore dans la vie de tous les jours, un grand introverti. Son métier l’obligeait simplement à se donner un autre air. « Mais tes autres camarades eux, arrivent à être présent en cours et à travailler, puis à côté ils vivent leur vie. » Dit-il avec la plus logique des logiques.

Il était vrai qu’hormis quelques cas à part comme cette jeune fille de sixième année, la plupart des élèves étaient plutôt normaux, dans l’ensemble. Il y avait quelques coincés, exclus, un peu comme l’avaient été Hadès et Hippolyte à Poudlard, d’autres qui étaient les plus heureux du monde, en apparence du moins. Et quelques rebelles, comme Alix, refusait de se ranger dans ce moule « d’élève moyen ». C’était pourtant ce qu’il fallait faire. « Mon job consiste à ce que tu ne perdes pas ton ASPIC’S d’Astronomie, d’évité que tu ne rates ta dernière année. Ton travail à toi consiste juste à travailler. Et je sais que les parents le rabâchent souvent, mais tu ne travailles ni pour eux, ni pour moi ! » Il eu presque un sourire et ajoutât d’un ton beaucoup plus détaché : « Quand je rentre chez moi le soir je ne suis pas là, à faire des insomnies en aillant peur que vous ne réussissiez pas vos études. C’est à toi de t’en soucier. »

Oui bon finalement… Il avait du user quelques peu d’une certaine morale. Mais avouons qu’elle était moins barbante et plus sincère que l’habituel sermon des professeurs à la voix monotone.


Dernière édition par Hadès Burton le Mer 24 Aoû - 19:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: Re: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV EmptyMer 24 Aoû - 11:43

Et bien au moins étaient-ils à égalité… Ni l’un ni l’autre n’avait envie de s’ennuyer e la sorte dès le petit matin… Ils pouvaient donc mettre fin à ce stupide débat à la noix en moins de temps qu’il n’en faut pour dire ‘Quidditch’, non ? Ben non, évidemment ! C’aurait été tellement plus simple et agréable si cela avait été le cas… il fallait que le Professeur insiste lourdement sur des choses qui, du point de vue (très personnel, je l’accorde) d’Alix était sans grand intérêt… lasse, elle soupira à son tour, levant les yeux au ciel (c’est le cas de le dire, étant donné le plafond de la Grande Salle la lionne lâcha :

« Non mais faut pas exagérer, quand même… ce n’est pas parce que je ratte un malheureux cours que c’est bon, j’en ai plus rien à faire ! Je n’avais juste pas envie de venir hier, c’est tout. Et comme vous l’avez très bien souligné, ce fut ma seule et unique absence à votre cours. Il n’y a pas eu mort d’homme non plus. »

Ben oui, quoi ? Alix se sentait terriblement incomprise ! elle est la réincarnation de Calimero, et oui….. Elle loupait un pauvre cours de m*rde et on en faisait toute une montagne, si ce n’était pas n’importe quoi, ça, quand même… Et lorsqu’il la menaça carrément de la renvoyer de sa classe, elle monta sur ses grands chevaux. Furieuse, elle ne pu que s’emporter, haussant la voix sous l’effet de la colère :

« Non mais n’importe quoi ! Je ratte un cours, un seul cours en six ans de scolarité et déjà faut envisager de me fiche à la porte !!! Vous vous entendez ? C’est juste hallucinant ! On n’est plus au moyen âge, vous savez… Et je le rattrape ce cours, m*rde à la fin. »

Quant à sa remarque sur son âge, Alix l’observa d’un air particulièrement sceptique… pas si vieux que ça ? Mouai, ça se discute, hein… Au-delà de 22 ans, on est vieux, tout le monde le sait ça quand même, non ? *sort*. Et parler des autres ‘camarades’ donna un sourire sarcastique à la jeune Lionne. Asociale, elle n’avait que très peu d’amis… Et tous étaient des garçons, elle n’avait jamais réussi à s’entendre avec les filles (et en grandissant ça ne s’était jamais amélioré…). Alix était d’une nature si jalouse et possessive qu’elle vivait sans cesse dans la crainte qu’on tenta de lui voler son frère jumeau… raison pour laquelle elle ne pouvait apprécier aucune fille et se méfiait même des garçons de son année et de sa maison (puisqu’ils partageaient le dortoir de Martin…). Soupirant, elle ne répondit rien. Elle se moquait pas mal de ses ‘camarades’. La moitié l’ignorait, l’autre la détestait (parce qu’elle avait fait quelques coups vaches sur certaines personnes trop entreprenantes…). Bref, elle n’aimait pas ce sujet et ne voyait absolument rien à ajouter.

Lasse, la sorcière l’écouta parler de réussite dans les études. Sauf que voilà, Alix avait la moyenne, et en fait, elle ne voulait pas avoir plus. Elle voulait vivre et pas être une lumière. Et puis à quoi bon, de toute façon, quand on ne sait même pas quoi faire plus tard ? Elle ne voulait même pas y penser… le futur, ça lui faisait peur. Elle ne voulait pas grandir, elle ne voulait surtout pas partir… Parce que ça voulait dire qu’un jour, martin et elle allaient se séparer… ça voulait aussi dire qu’elle allait abandonner Camille, il resterait à Poudlard, quand elle, elle serait partie… Et puis Axel partait l’an prochain, elle allait faire comment sans lui ? les yeux fixés sur une carafe de jus de citrouille, elle préférait garder le silence. De toute façon, il ne la comprendrait pas. C’était trop évident. Pas la peine d’essayer, ça ne mènerait à rien. En revanche, lorsqu’il parla de ses parents, la sorcière sentit toutes ses défenses s’effondrer. Ca faisait 5 ans qu’ils étaient morts, ses parents, alors ils s’en fichaient pas mal, à présent, de ce qu’elle faisait à Poudlard et dans la vie en générale, ils n’étaient plus là. Jason non plus n’était plus là, il avait Pénélope, Payton et son deuxième qui allait bientôt arriver… Elle n’avait plus personne sur qui compter. Ses cousins et cousines ne la comprenaient pas. Pas plus que ses oncles et tantes… Ni même son frère qui s’éloignait d’elle pour aller vers Tosca. Elle n’avait que Camille et Axel maintenant, mais bientôt, elle serait séparée d’eux, et ça lui faisait terriblement mal au cœur, quand elle y pensait… Finalement, Alix murmura :

« Vous allez me punir ou vous êtes déjà en train d’appliquer la punition en me retenant ici ? »

Parce que là, tout ce qu’elle voulait, c’était partir loin de lui. Il lui prenait la tête ! Il était trop vieux pour comprendre, malgré ce qu’il disait, il était loin le temps où il était à Poudlard quand même (ben oui, quoi… 10 ans, quand même !)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: Re: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV EmptyMer 24 Aoû - 15:45

LIEU DE PASSAGE QUELCONQUE
LE SOLEIL VIENT DE SE LEVER.

{ Le soleil vient de se lever  - - - PV 2qdzgo5

Hadès ne cessait de froncer les sourcils en écoutant la jeune Gryffondor. Il appliquait à la lettre ce que lui avait conseillé son jumeau. « Laisse-les causer, s’exprimer, gueuler même ! Si ça leur fait plaisir de s’époumoner pour rien. Et puis comme ça, ça te permet de mieux cerner le personnage. » Le jeune danseur entendait presque son frère parler dans sa tête. Il eu presque la sensation de l’avoir derrière lui, à lui ébouriffer les cheveux comme d’habitude. Mais non. Non, bien sûr, Hadès n’était pas fou, simplement, il essayait de garder le contrôle de ses nerfs et de la situation. Et quoi de mieux que de penser à la personne que vous aimez le plus ? Après tout, son frère était tout pour lui.

Leur père n’avait jamais été tendre avec eux. Il était plongé dans cette idée de réaliser les films le plus « réel » possible. Quant à leur mère, elle était morte avant d’avoir pu les prendre dans les bras. En treize minutes d’écart, l’un des jumeaux aurait très bien pu mourir. Mais leur mère avait été plus courageuse que ça, et avait préféré offrir ses dernières forces pour qu’Hadès puisse lui aussi voir la lumière du jour, quitte à ce que ce soit la dernière chose qu’elle accomplirait dans sa vie.

Au début de l’accouchement, elle l’avait dit à son mari. Elle lui avait dit de bien s’occuper d’eux, que si les choses se passaient mal pendant le dit accouchement, elle n’hésiterait pas à faire passer les jumeaux en priorité. Peut être que leur père leur en voulait inconsciemment d’avoir prit la place de la femme qu’il aimait. En tout cas, même si depuis peu, leur relation père/fils s’était arrangée, les jumeaux avaient encore ce lourd passé d’un père autoritaire et dur. C’est comme s’ils s’étaient élevés l’un l’autre. Hippolyte avait toujours été le plus protecteur avec son frère. Il était aussi le plus possessif. Hadès lui, jouait le rôle de l’inquiet.

Ce seul jour de deuxième semaine des vacances d’été de leurs quinze ans avait inversé les rôles. En s’énervant comme d’habitude, leur père était cette fois sorti de ses gongs à propos de leur dernier film. Il avait commencé à frapper Hippolyte en répétant qu’ils étaient la honte de la famille. À ce moment là, Hadès avait fait comme sa mère, il avait fait passer la vie des autres avant la sienne. C’est ainsi qu’il avait prit les coups à la place de son père. Il fallut quelques minutes à l’homme pour comprendre qu’il venait de faire « une erreur ». Peut être s’était-il rappelé cette promesse faite à leur mère ? De bien s’occuper d’eux ? En tout cas, le restant de leur scolarité, ils n’eurent pas tellement de contact avec leur père. Dès qu’ils eu atteint dix sept ans, juste après leur ASPIC’S, ils achetèrent la maison et emménagèrent ensemble.

Cette relation difficile, de l’adolescence à l’âge adulte, Hadès l’avait en travers de la gorge. Son adolescence ne fut pas ce qu’on pourrait qualifié de normal. Il ne voyait donc pas pourquoi cette jeune fille agissait ainsi. Quoi qu’après tout, il ne connaissait pas sa vie personnelle à proprement parler. La seule chose qu’il savait de la jeune Davidson, c’est qu’elle avait elle aussi un jumeau. C’est d’ailleurs une raison qui poussait nôtre jeune professeur d’Astronomie à ne pas être aussi sec avec elle. Il voulait comprendre pourquoi elle ne suivait pas son parcourt scolaire à lui. Pourquoi elle ne s’appuyait pas sur lui ?

Hadès haussa les yeux en ciel en l’écoutant s’emporter. Apparemment, elle semblait se contenir par la suite. Hadès lissa la manche de sa veste d’un geste embêté. « Encore une fois je ne t’ai pas dis que je voulais le faire. C’est ce qu’on m’a conseillé. Mais je n’en ai aucune envie. » Lança-t-il d’une voix toujours très calme. Élever la voix aussi forte que ne l’avait été celle de la jeune Lionne un peu plus tôt aurait été une réaction professorale plus que stupide. « On m’a juste chargé de te parler parce qu’à la prochaine absence de cours, que ce soit le mien ou un autre, c’est devant la directrice que ça se passera. Mais je ne te dis pas ça pour te faire peur. Je sais juste que tu es assez intelligente pour comprendre ça. » Il leva les yeux et plongea son regard sombre dans celui de la jeune Gryffondor, qui avait la mine toujours boudeuse.

« Prends cette conversation comme tu veux, en tout cas il fallait bien qu’elle ait lieux à un moment donné, c’est la directrice qui me la demandé. J’y suis obligé. » Il parlait avec les mains, ses gènes hispaniques prenant toujours le dessus, comme d’habitude. Même pendant ses cours, Hadès marchait dans l’observatoire autour des élèves, qu’il faisait la plupart du temps s’asseoir ou s’allonger dans le dôme. C’est ça non plus qu’il ne comprenait pas. Sécher un de ses cours était assez vexant, les élèves appréciant d’ordinaire un cours sortant de la "normale". « En tout cas pour commencer, me concernant, je veux que tu rattrapes le cours. Tu n’as qu’à demander à ton frère. Vous êtes jumeau il me semble ? » Poursuivit Hadès avec cette question étrange.

Bien sûr que la réponse, qui ne serait un simple oui n’avait rien à voir, mais cette pointe de curiosité avait touché le jeune homme subitement. Après tout, pourquoi tous les jumeaux n’étaient pas comme Hadès et Hippolyte ? Aussi proches et soudés ? Il s’expliqua précipitamment, fermant ce stupide aparté. « Je pensais simplement que les jumeaux avaient tendances à agir de la même manière. Martin a toujours été assidu en cours à ce que je sache. Enfin peut être que les jumeaux ne fonctionnent pas comme nous… » Acheva-t-il en baissant la voix d’un ton distrait, le nous désignant son frère et lui. En même temps, des jumeaux, il n’en connaissait pas non plus des dizaines.


Dernière édition par Hadès Burton le Mer 24 Aoû - 19:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: Re: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV EmptyMer 24 Aoû - 18:00

Le temps passait, mais la situation ne s’arrangeait pas. Plus ça allait, et plus la sorcière mourrait d’envie de se faire la malle. Elle détestait cette situation dans sa globalité… Se trouver face au prof qu’on préférait éviter dès le petit matin, avant même de prendre le petit déjeuner… Etre obligé de l’écouter parler, pour menacer, pousser à bout (si si, Alix le voit ainsi !!!). Et en bonus (ça c’est seulement pour ceux qui ont très mauvais karma, et visiblement Alix a tiré le gros lot, en cette –moche- matinée à Poudlard) se trouver forcer d’arriver dans la Grande salle accompagné d’un prof qui va jusqu’à s’asseoir à votre table pour… vous faire la morale !!!! Tsss

Des menaces, toujours des menaces… sauf que Alix ne roulait pas aux menaces, bien au contraire. Plus elle se sentait ‘mise en danger’ et plus elle devenait incohérente. Elle avait ce besoin de liberté, de s’affirmait grandissant qu’elle ne savait maîtriser parfaitement… Et donc parfois, elle jetait tout (en l’air, par terre, peu importait, le résultat étant, au final, le même…). Hier avait été une de ces fois où elle cédait à une pulsion. Elle-même ne se comprenait pas, pour tout avouer. Elle ressentait seulement le besoin d’être remarquée, peut-être même de se faire enguirlander, juste pour se sentir exister… parce qu’elle perdait Martin, chaque plus d’avantage que le précédent, et ça la brisait. Sauf qu’elle n’osait pas le dire à son frère, parce qu’elle savait qu’il était fâché après elle et elle ne savait pas pourquoi alors que la raison était la même que celle d’Alix : il s’agissait d’Axel, ‘celui de trop’, voilà tout….

Directrice, directrice… il n’avait que ce mot à la bouche ! c’en devenait extrêmement exaspérant… Non, mais sérieusement… c’était crispant à la fin, quand même… Elle n’en n’avait rien à fiche de cette directrice (d’ailleurs elle aussi se moquait pas mal de l’avenir d’Alix… Elle voulait juste limiter le nombre d’ombres au tableau. Vous parlez d’éducation… Alix pensait d’avantage à ‘répression’). Soupirant toujours (histoire de bien montrer à quel point il la gonflait…) Alix répondit :

« Mais oui j’vais le rattraper, je l’ai di à l’instant. »

Quant à Martin… Elle grimaça lorsqu’il fut importé dans la conversation.

« Oui on est jumeaux, mais je ne vais pas lui demander son cours. »

Hors de question ! Déjà qu’il n’aimait pas beaucoup Axel (pas besoin d’être devin pour le deviner) s’il comprenait qu’elle avait loupé le cours pour voir Axel, il allait les tuer tous les deux (Axel en premier). Donc merci, mais non merci !!! Quant à son truc des jumeaux qui fonctionnaient de la même manière… Alix le toisa avec lassitude et agacement (il n’allait donc pas la laisser tranquille à un moment donné ???) :

« Martin me fait la tête depuis des lustres de toute façon, parce qu’il n’aime pas mon copain, ni mon meilleur ami. Ce qui représente, en soit, mes seuls amis, avec mon frère… Jusqu’à peu, concernant Martin, évidemment… Puisque pour être amis, il faudrait déjà qu’on s’adresse la parole. Et puis de toute façon, il s’en fiche pas mal que je m’en sorte ou pas avec les études, maintenant il n’a d’yeux que pour cette salope de Tosca, préfète de mes deux… »

Ha mince, elle avait été vulgaire devant un enseignant… Bon ben tant pis, n’ayant pas de retourneur de temps à disposition, elle allait faire comme si de rien n’était, avec un peu de chance il ne lui en tiendrait pas rigueur ? Ceci étant, le ‘nous’ interpellant (finalement) la jeune Lionne, elle s’enquit :

« Vous dîtes ça parce que vous avez un jumeau vous aussi ? »

Ben quoi ? Elle ne savait rien de al vie de ses enseignants (à l’exception d’Edric et Jason, mais eux c’était très différent, puisqu’ils étaient ses cousins, et ne pas connaître al vie de ses cousins, ça craignait un max !). Mais de toute façon, en règle générale, un élève ne s’intéresse pas du tout à la vie de son prof. Pour que cela se fasse, il faudrait déjà qu’il considère l’enseignant comme un être humain à part entière (ce qui n’est pas le cas de la majorité des étudiants, soit di en passant…) et puis sinon, les élèves se moquent bien de la vie de leurs profs…. C’est déjà la torture de les écouter en salle de classe, alors aller leur parler de la pluie et du beau temps, merci, mais ils s’en passent très volontiers !

Du point de vue d’Alix aucune relation fraternelle n’était comparable à une autre… Suffisait de regarder ses cousins (qui sont nombreux à être frères et sœurs). Les triplettes s’entendent à leur manière, les cadets et les aînés peuvent aussi bien se tirer dans les pattes qu’être les meilleurs amis du monde… Alix et Martin, eux, ils avaient d’abord été tellement liés que rien n’avait su les séparer… Et puis il y avait eu cet accident, le décès de leur parent, et leur rupture en 2ème année… Martin partant pour Salem, Alix, condamnée à rester à Poudlard… A force de cris et de menaces, elle avait pu rejoindre Martin, en Amérique… dans cette famille d’adoption… Puis ils étaient rentrés à Poudlard, finalement… Beaucoup de péripéties, mais ils ne s’étaient jamais remis, en réalité, de cette rupture d’un an… depuis, la Lionne avait le sentiment qu’une chose s’était brisée et ne s’était jamais plus resoudée…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: Re: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV EmptyMer 24 Aoû - 19:18

LIEU DE PASSAGE QUELCONQUE
LE SOLEIL VIENT DE SE LEVER.

{ Le soleil vient de se lever  - - - PV 2qdzgo5

Et là, comme une fleur, les conseils d’Hippolyte semblaient fonctionner à merveille. Laissez les s’époumoner jusqu’à ne plus avoir de souffle, et vous obtiendrez quelques informations à se mettre sous la dent pour en savoir plus. La jeune fille répliqua qu’elle ne rattraperait sûrement pas les cours auprès de son frère. Hadès arqua un sourcil avec un air interrogateur se dessinant sur le visage. Et en quelques minutes, comme s’il avait été transporté de force dans la tête de nôtre petite Gryffondor, voilà que cette dernière relatait quelques faits qui lui causaient soucis ces derniers temps. Pas difficile d’en savoir plus finalement.

Hadès eu envie de sourire, mais se retint. L’adolescente le prendrait sûrement très mal, croirait qu’il se moque d’elle. C’est simplement qu’à l’entendre parler, il se serait vu dans une de ses séries Moldus qu’on peut voir à la TV. Brandon ne parle plus à Lena parce qu’elle sort avec Michael, qui est comme tout le monde le sait, le jumeau caché et rival de Bob, qui est lui-même le cousin de Brandon… Compliqué tout ça.

Il fallait essayer de mettre au clair la situation, dans la tête d’Hadès, pour espérer mieux comprendre la situation. Martin, qui était le frère d’Alix, sortait avec une fille qui apparemment est exécrable aux yeux de la jeune Gryffondor, étant donné le nom fleurit par lequel elle désigna cette dernière. Quant à elle, elle sortait avec un jeune homme, du nom d’Axel si la mémoire du professeur d’astronomie ne lui faisait défaut ; et apparemment, Martin ne supportait pas Axel. Aucun ne supportait les relations de l’autre en somme. Sympathique. Hadès hocha la tête et se permit de sourire en raclant de la gorge lorsqu’Alix avait prononcé ce mot qui ne serait pas apte à apparaître dans un livre pour enfant.

Toutes ces histoires sordides, Hadès ne les comprenait pas tant que ça, bien qu’il réussisse quelques temps à ce mettre à la place de cette pauvre élève apparemment incomprise. De son temps, il y avait sûrement des histoires de la sorte, mais Hippolyte et Hadès restaient tellement entre eux qu’ils n’avaient pas le « temps » de s’y consacrer. Ni l’envie d’ailleurs. Pourquoi se compliquer l’esprit avec de telles histoires ?! C’était à s’en arracher les cheveux. Comment voulez vous qu’un élève se concentre avec ce genre de choses, qui évidemment, font l’objet de ses priorités.

« Délicat en effet… » Murmura Hadès en passant une main sur sa barbe de quelques jours. « C’est un dialogue de sourd en somme. Mais je ne suis pas assez bête pour dire à ton frère de te donner les devoirs parce que tu as séché. C’est le genre de chose qui pousserait un frère à t’arracher la tête, je sais de quoi je parle. » Poursuivit-il avec un sourire presque nostalgique sur le visage. Hadès se reprit et répondit à la jeune fille, qui avait baissé le volume de l’agressivité pour opter pour une once de curiosité. « Oui, un frère jumeau. Nous sommes plutôt proche. C’est pour ça que je ne reste pas à Poudlard le soir. » En effet, il était rare de le voir à la table des professeurs, du moins le soir, à l’heure du dîner, ou au petit déjeuner.

La plupart du temps, Hadès prenait congé après son dernier cours et rentrait à la maison. Bien évidemment, depuis cette histoire de privation de pouvoir, il fallait être plutôt organisé. Quelques fois, il utilisait la cheminée de son bureau, mais la poudre de Cheminette ne pouvant être fabriquée sans magie, Hadès l’utilisait vraiment avec modération. Sinon, il devait aller jusqu’à Pré-Au-Lard, et prendre un train ou un taxi, enfin bref, tout engin motorisé magiquement ou non modifié pour rentrer à Londres. Quelque chose de délicat donc, mais de toute manière, nôtre jeune danseur ne pouvait se résigner à rester constamment à Poudlard. Il avait besoin de voir son frère, comme il avait besoin de respirer, de manger, ou même de danser. Même si parfois leur relation pouvait engendrer quelques disputes, il ne se lassait jamais de passer du temps en sa compagnie. Il était une partie de lui comme l’inverse était également vrai, l’un complétant l’autre par son caractère.

Déjà à Poudlard, ils étaient sans cesse fourrés entre eux. Pas une seule fois, on ne les voyait pas ensemble, sauf peut être, lorsqu’Hippolyte jouait au Quidditch. Il était gardien dans l’équipe des Serdaigles. Hadès lui, n’avait jamais été très fort à ce sport, et préférait encourager son frère dans l’activité magique qu’il aimait. Pour le reste, ils fonctionnaient en symbiose. Lorsqu’ils filmaient, c’était pareil. Chacun filmait l’autre, actionnait sa caméra lorsque l’autre la posait. Pour la danse, c’était exactement la même chose. Ils n’avaient pas forcément besoin de se concerter pour les pas de danse. Tout se mettait en place naturellement.

« Je vois le phénomène des jumeaux comme une équipe. » Expliqua Hadès en joignant ses deux mains, comme s’il serrait la sienne à celle d’un autre. « Jamais l’un sans l’autre. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai du mal à comprendre pourquoi un problème relationnel peut affecter autant vôtre relation à Martin et à toi. » Il s’arrêtât et hocha la tête en glissant « Si je te parle de ça ce n’est pas pour assistance sociale, mais parce qu’une telle relation affecte ton comportement en cours. En d’autre terme, ça me concerne aussi bien que toi, et cette « idiote » de Tosca ». Il avait ajouté le mot « idiote » sans le penser mais avec un léger sourire. Après tout, il ne faisait que reprendre la jeune fille sur son expression employé un peu plus tôt, et lui expliquer qu’une fois encore, il ne cherchait pas à « sermonner » juste parce qu’il était prof. Certains enseignants ne cherchaient pas à savoir pourquoi leurs élèves changeaient brutalement de comportement.

McGonnagall, sûrement lassée des plaintes des autres professeurs, avait lâché le fait qu’Hadès devrait la retirer de sa classe d’astronomie si elle ne changeait pas. C’était une raison idiote, tant qu’on ne comprenait pas le problème. Il fallait simplement qu’Alix comprenne qu’il discutait avec elle, pas pour la menacer, mais justement pour se ranger de son côté.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: Re: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV EmptyJeu 25 Aoû - 17:21

Alix ne savait pas vraiment ce qu’elle préférait… Tout était si compliqué avec Martin depuis quelques temps… Elle regrettait tant leurs premiers temps à Poudlard quand elle seule comptait pour lui, quand son univers entier n’était centré que sur son jumeau… Que diable s’était-il passé entre temps ? Etait-ce dû à l’accident ? Etait-ce dû à la séparation qui s’en était suivie et qui avait créé ce ‘fossé’ entre eux ? Ou bien était-ce simplement parce qu’ils grandissaient, tous deux, et que la fin approchait à grand pas, se faisant terriblement proche à présent ? Elle l’ignorait, mais elle était tétanisée… Morte d’inquiétude. Et si jamais martin et elle se séparaient définitivement ? Et si jamais… Ils ne parvenaient plus à s’entendre du tout ? Comment ferait-elle, sans lui ? Comment pourrait-elle se débrouiller sans son frère qui avait toujours tenu un rôle de pilier dans sa vie toute entière… c’était inimaginable… Et terrifiant à la fois. Aussi soupira-t-elle :

« Je préfèrerais que Martin m’arrache la tête, si ça pouvait seulement m’éviter de le voir avec cette bouffonne. »

Quoi ???? C’était moins vulgaire que le qualificatif précédent, tout de même, on pouvait noté un petit effort au moins (même si nous sommes encore bien loin du respect et de la politesse… mais bon, Alix prenait un peu sur elle, parce que sinon, si elle s’exprimait comme elle le désirait, en disant tout ce qu’elle pensait, alors il était clair que Tosca serait la pire des traînées (en paroles, évidemment, les dires et les faits d’autrui sont bien différents…), le tout en quelques secondes seulement.

Le Professeur Burton acquiesça, par la suite, expliquant à Alix qu’il avait un frère jumeau, lui aussi… raison pour laquelle il n’était pas à l’école les soirs ? Et bien c’était toujours ça à apprendre, al sorcière n’avait jamais vraiment fait attention à ça… Elle savait que Jason rentrait souvent, mais bon, ça elle le savait plus parce que c’était son cousin, que parce que c’était un enseignant (et quand on sait pourquoi il rentre, franchement, il ferait bien mieux de rester à Poudlard !). La Lionne interrogea derechef son enseignant, donc, curieuse, tout simplement :

« Et vous n’avez jamais eu de problèmes avec votre frère, Monsieur ? Comme Martin et moi en ce moment ? »

Parce que très franchement c’était ingérable (non mais attendez, les soucis d’amour d’une ado de 16 ans, c’est TOUTE SA VIE !!!! Forcément, d’ici quelques années, elle prendrait du recul, mais à l’heure actuelle, elle n’en n’avait pas le moindre, et c’était sans nul doute un des piliers principal de son actuel problème avec son frère… Entre autre… Quant à ce que son enseignant ajouta… ‘un simple problème relationnel’… Non, il n’avait décidément rien compris (oh les vieux, j’vous jure, faut vraiment tout leur expliquer !!!! Tss).

« Ce n’est pas qu’un simple problème relationnel ! »

Elle l’annonçait sur le ton de l’évidence, puisque pour elle, c’en était une, assurément…

« C’est bien plus que ça ! Le problème, là, c’est que Martin ne me parle plus comme avant, et ça fait des lustres que c’est comme ça. Mais plus le temps passe, et plus je trouve qu’il s’éloigne de moi. »

Bon, en réalité, le problème, à la base, ç’avait été Alix l’origine (mais cette dernière l’ignorait !!). Martin n’avait jamais accepté qu’elle devienne amie avec Camille, même si ce garçon avait deux ans de moins que les jumeaux et n’était autre que l’ami de complot d’Alix pour qu’elle puisse garder son frère avec elle à tout jamais…. Ca, bien sûr, Martin l’ignorait (peut-être était-il temps, d’ailleurs, de le lui expliquer ?). Quant aux cours, très franchement, c’était bien la dernière préoccupation de la Lionne à l’heure actuelle ! Et pour cause, s’il vous plait !!! Il y avait, évidemment, le problème martin, doublé du phénomène Tosca qui puait les hormones à plein nez (poua) et il y avait aussi le concert d’axel qui approchait, et ses parents adoptifs qui refusaient qu’elle s’y rende… Et elle était prête à parier que du côté de ces cousins, ce serait la même chose ! Tant qu’elle n’était pas majeure, ils ne voulaient rien laisser passer, et ça la rendait folle de rage. Ce n’était qu’un malheureux concert de métal dans lequel chantait son petit ami !!! Mais ça, bien sûr, personne ne le comprenait (ceci étant, la jeune fille ne comptait pas se démoraliser de si tôt, faut pas croire !!! Elle avait de la suite dans ces idées *niaaaark*). Sauf que ça, elle n’allait pas en parler à son prof, fallait pas abuser (en plus avec la chance qu’elle avait, il la balancerait à Jason qui l’enfermerait ad vitam eternam dans les cachots après Noël pour l’empêcher d’aller voir Axel, plutôt crever, alors !!!!

Décidément, ce n’était pas facile du tout, la vie d’une incomprise.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: Re: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV EmptyJeu 25 Aoû - 18:23

LIEU DE PASSAGE QUELCONQUE
LE SOLEIL VIENT DE SE LEVER.

{ Le soleil vient de se lever  - - - PV 2qdzgo5

À la réponse première d’Alix, Hadès eu un sourire de compassion. La pauvre. Elle ne semblait pas avoir une aussi « belle » relation qu’avait Hadès avec son frère. Quoi qu’être aussi proche qu’ils ne l’étaient, n’était pas toujours évidant. Dans la vie, ils avaient tout partagés, des vêtements à leurs occupations de l’après midi, à la danse, aux films et tout ce qui s’en suit.

Seulement, niveau relationnel, Hadès n’avait jamais eu l’occasion de voir autant de monde que depuis qu’il travaillait à Poudlard. Cette soudaine individualité était vraiment nouvelle et étrange à accepter. Hippolyte et lui essayait de se séparer un minimum l’un de l’autre. Bien que vivant sous le même toit, ils avaient leur indépendance, mais chacun avait besoin de l’autre. C’était comme un médicament luttant contre une maladie incurable : La peur de l’abandon.

Peut être que leur père aurait dû agir avant ? Se préoccuper de cet attachement presque trop fusionnel, pour leur apprendre qu’il fallait savoir tracer sa propre route avec le temps. Mais non. Trop occuper à faire de lui les meilleurs réalisateurs qui soit, à se montrer dur et à faire d’eux des hommes, l’avait éloigné de cet objectif d’éducation. Une petite erreur en soit, mais les jumeaux vivaient plus ou moins bien avec ça.

Espérons qu’ils réussissent néanmoins à construire quelque chose dans le futur. En effet, il était bien difficile de trouver, ne serait-ce qu’une compagne, qui comprenne cet amour fraternel si fusionnel. Hadès n’était pas encore vraiment sûr s’il saurait faire passer une femme avant son frère. Donc pour l’instant, chacun préférait rester seul, c’était beaucoup plus simple ainsi. Mais ça ne tarderait peut être pas à venir se compliquer.

« Tu n’aimes pas cette fille parce qu’elle te « vole » ton frère ? Je te comprends, quand nous étions jeunes, nous nous étions disputé mon frère et moi, parce que j’avais des vues sur une fille. » Hadès eu un rire en levant le nez vers le plafond, un tantinet gêné. « Mais Hippolyte ne la trouvait pas à son goût, alors au final, j’ai refusé d’essayer de sortir avec elle. Je préfère mille fois garder mon frère à mes côtés que de risquer de le perdre. » Poursuivit-il en regardant de nouveau la jeune fille.

Le ton de la jeune fille semblait à présent beaucoup plus curieux, lorsqu’elle lui demanda si, hormis cette petite anecdote qui n’avait fait l’affaire de quelques jours, Hadès n’avait pas vécu de conflit relationnel aussi fort avec son frère qu’Alix avait en ce moment. Hadès réfléchit en passant une nouvelle fois la main sur le menton. Il hocha la tête en signe de négation et sortit de la poche de son jean sa montre à gousset. Il l’ouvrit et montrât à l’intérieur à la jeune Gryffondor.

Bien sûr, le premier côté montrait une simple montre, avec trois aiguilles dont une petite trotteuse, noire, défilant beaucoup plus vite que ses consœurs argentés. Mais si on observait l’autre intérieur de la montre, qui était d’ordinaire concave, celui-ci possédait une petite vitre de verre, comme à la montre. À l’intérieur, il y avait une photo magique ronde des jumeaux, apparemment récente. Pour cause, c’était un cadeau que lui avait fait son frère lors de leurs dix huitième anniversaires, une fois leur emménagement à Londres effectué.

La photo était animée bien sûr, comme toutes photos magiques, apparemment celle-ci prise de la main d’un des jumeaux tenant l’objectif. L’un poussait la tête de l’autre pour être au sens et se mettait à rire, avant qu’Hippolyte n’ébouriffe les cheveux d’Hadès. Hormis la petite cicatrice à la joue qu’avait son frère, dissimulée sous une barbe de trois jours, trace de sa première expérience de Quidditch, les deux étaient parfaitement identiques.

Hadès referma le couvercle et remit la montre de sa poche en expliquant à Alix. « C’est un automatisme. Nous avons été élevés en nous protégeant l’un l’autre. » Il se racla la gorge, pour faire passer sa phrase sur un air détaché et poursuivit. « C’est différent d’une relation amoureuse ou amicale, même familiale. C’est différent. Ça ne s’explique pas et je doute que je puisse trouver les mots justes pour essayer. »

Il eu un sourire presque réconfortant à l’adresse d’Alix et tentât de lui donner un coup de main. « Certains jumeaux sont plus distants, mais cette forme de fusionnisme existe chez toutes les paires. Il faut savoir peut être « rallumer cette flamme » pour que tout s’arrange. »

Tout ce qu’il disait était sincère, vraiment réfléchit, et vécu. Il ne s’agissait pas d’un simple professeur tentant de calmer les ardeurs d’une adolescente un peu trop perturbée ces temps-ci, il s’agissait simplement de lui raconter, faits réels à l’appui, que tout n’était pas perdu. Il devait sûrement y avoir un mal entendu quelque part, et il fallait le résoudre, au lieu de mettre la tête dans le sable comme une autruche. La Gryffondor haussa légèrement le ton en s’efforçant (enfin il le croyait) d’expliquer son professeur en quoi la situation était tout bonnement critique.

Le maître des étoiles hocha la tête en fermant les yeux, un air purement compréhensif sur le visage. Il posa une question à Alix, pour essayer de mieux comprendre le souci. « Il s’est passé quelque chose de grave pour que vôtre relation change à ce point ? Il y a forcément une bonne raison. Un frère, qui plus est un jumeau, ne peux pas du jour au lendemain, oublier cet attachement qu’il a pour sa sœur. C’est impossible. »

Hadès ne pouvait imaginer une seconde son propre frère s’éloigner de lui du jour au lendemain, juste parce qu’il ait envie d’un peu d’air. Si l’un ou l’autre voulait un peu de « moment à lui », de temps en temps il était vrai, il se contentait de sortir un moment faire un tour, ou d’aller boire un verre quelque part. Mais jamais de la vie, une séparation définitive était envisageable. Peut être la mort, si, et encore. Hadès doutait de sa capacité à survivre si un jour son frère venait à disparaître, mais en l’occurrence, la question n’était pas d’actualité.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





{ Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty
MessageSujet: Re: { Le soleil vient de se lever - - - PV   { Le soleil vient de se lever  - - - PV Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
{ Le soleil vient de se lever - - - PV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ? Le soleil vient de se lever... ?
» { Le soleil vient de se lever - - - PV
» Le soleil vient toujours après la pluie [2NAM]
» Legolas Greenleaf || Un soleil rouge se lève...
» Un stade de Football à cité Soleil...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 12-
Sauter vers: