AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Confession sur canapé [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Confession sur canapé [PV]   Lun 29 Aoû - 0:22

Camille & Nina ♥



    Nina était dans la salle commune ce qui tombait très bien parce qu’il avait pas le moral alors il avait envie de passer la journée avec sa sœur. Enfin la fin d’après midi plutôt, parce que la journée était déjà bien entamée. Il y avait quelques jours, il avait fait une balade nocturne avec sa meilleure amie, ça lui avait fait du bien sur le moment, puis il avait replongé dans un état apathique… il fallait absolument qu’il en parle à quelqu’un ! Il ne pouvait pas en parler à Ella, pas à Alix… vu le nombre assez restreint d’amis de Camille, et même s’il aimait bien Tosca aussi, il ne voyait que sa sœur à qui se confier. Le truc c’est qu’il ne savait pas si le remède n’allait pas être pire que le mal vu ce qu’elle pensait de sa vie amoureuse (pourtant pas si remplie que ça hein !). Avec Nina, il fallait s’attendre à tout. Cela dit, autant le tenter, comme ça, elle ne pourrait pas dire qu’il ne lui en avait pas parlé au moins (comment ça rancunier ? je ne vois pas ce qui vous fait dire ça du tout !).

    « Salut Soeurette ! » Salua-t-il sa sœur qui était assise sur le canapé à lire un livre qu’ils avaient l’obligation de lire pour les cours. Il s’étala de tout son long sur les coussins et posa la tête sur les genoux de sa sœur. Il ne faisait pas tant de choses que ça de ses journées mais il se sentait crevé à force de se prendre la tête tout seul dans son coin. En fait, la solution serait peut-être de se faire moine, comme ça il faisait vœux de chasteté, et puis basta ! Le truc c’est qu’il semblait que pour entrer dans les ordres, il fallait être un minimum croyant, et Camille était très athée dans son genre. Bon, peu importait.

    « Tu peux laisser tomber ton livre, je te filerais mon résumé, je l’ai terminé hier. Mais en échange tu restes avec moi, pour l’aprem, c’est honnête pas vrai ? » D’habitude, il évitait de filer ses devoirs à sa sœur, déjà ce n’était pas très honnête (mais là c’était juste un bouquin à lire après tout), et ensuite il fallait bien qu’elle bosse aussi. Camille était un rabat-joie comme on en fait peu de nos jours, sa déclaration était donc surprenante à bien des égards, mais il préférait ça, parce que si elle lisait ce fichu bouquin jusqu’au bout, il ferait nuit avant qu’il puisse lui parler ! (Même en comptant qu’elle se lasse avant !).

    « J’ai un problème… j’aimerais bien t’en parler. Mais il faut que tu me promettes d’être ouverte d’esprit ok ? » Pour tous les autres sujets, il n’aurait même pas émis ne serait-ce que l’ombre d’un doute que Nina soit ouverte d’esprit, après tout leurs parents les avaient élevé pour être des enfants bien, mais en ce qui concernait ses problèmes avec les filles, il avait besoin d’un avis objectif, pas qu’elle se montre… heu… quel était le terme approprié ? Possessive ? Même pas, il avait besoin qu’elle ne se comporte pas comme lui le ferait si leurs positions étaient inversées et que c’était Nina qui venait lui parler garçon. Vu qu’il était à peu près sûr que la première chose qu’il ferait serait d’éclater le mec en question contre un mur, vous voyez qu’il avait de quoi prendre des pincettes…

    « Et aussi de ne le dire à personne. C’est un secret. Tu ne dois même pas le dire à Estelle. » Elle allait finir par trouver ça louche, mais bon, tant pis. Peut-être aussi qu’ainsi il retardait le moment fatidique de parler de ce qu’il ressentait… exercice dans lequel il ne brillait pas, handicapé social qu’il était.

{637}
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Confession sur canapé [PV]   Lun 29 Aoû - 0:43

Voir Nina un livre à la main était un petit évènement en soi. La voir tranquillement assise dans un canapé en train de lire ce livre était donc quelque chose d’exceptionnel, surtout quand la blondinette demandait à ce que personne ne vienne la déranger pendant sa lecture. Ne vous y trompez pas : ce n’était pas parce qu’elle était particulièrement intéressée par le sujet traité par l’auteur – les utilisations magiques des champignons vénéneux – mais parce qu’il fallait que ce livre soit lu et plus ou moins connu pour le prochain cours de botanique et que comme d’habitude la Gryffondor s’y était prise à la dernière minute, trop occupée à plein d’autres choses tellement plus importantes (comme, par exemple, préparer le bal de Noël, car oui, ça faisait depuis si longtemps qu’ils devaient lire ce livre).

Bref, elle ne tourna donc pas la tête quand elle entendit le panneau de la salle commune pivoter pour laisser entrer quelqu’un, trop occupée à s’ennuyer dans le chapitre consacré à l’Amanite Tue-Mouche. Nina fut donc surprise quand elle vit son frère la saluer avec fracas – enfin, relativement à Camille, on se comprend – et s’installer sur ses genoux. Voulait-il un câlin ? De l’avis de la blondinette, si son frère presque jumeau venait ainsi, ça n’était pas pour rien, mais en tout cas ça ne la gênait pas : ces moments de tendresse lui manquaient pas mal depuis les quelques disputes qu’ils avaient eues au début de l’année.


- Salut, Frérot. Ca n’a pas l’air d’aller fort.


Nina dans toute sa splendeur, sans discrétion, ni tact. D’ailleurs, les faits semblaient lui donner raison, puisque Camille lui proposait – chose inédite – de lui passer le résumé du livre qu’elle tentait désespérément de terminer. D’ailleurs, passer l’après-midi avec son frère serait un vrai plaisir, ne serait-ce qu’en comparaison d’une seule petite heure de lecture. La blondinette attrapa donc la main de son frère.


- Vendu


Restait maintenant à savoir ce qui tracassait tant Camille pour qu’il vienne rechercher sa présence à ce point. D’ailleurs, quand il lui demanda d’être ouverte d’esprit, Nina pressentit quelque chose qu’elle n’allait pas aimer. Bah, elle savait faire des efforts quand il le fallait, surtout que ça avait l’air de salement trotter dans la tête de son frère et que la jeune femme n’aimait pas ça.


- Je suppose que j’arriverais à faire ça pour toi,
répondit-elle avec un petit sourire. Que n’aurait pas fait Nina pour lui, d’ailleurs ? Bon, un certain nombre de choses selon le contexte (quoi ? danser nue devant Rogue pour que tu gagnes 100 gallions ?).

Il fallait également qu’elle ne raconte rien à personne. Pour qui la prenait-il ? Bon, d’accord, Nina était une pipelette reconnue et adorait répandre des rumeurs plus ou moins vraie, mais pas quand cela concernait son frère – et donc indirectement elle. La blondinette n’était pas folle, et outre tout l’amour qu’elle avait pour Camille elle savait que chacun était plus ou moins touché par la réputation de l’autre. Ils étaient pour ainsi dire liés dans ce domaine également.


- Vas-y, déballe tout,
dit-elle simplement, attendant les révélations et prête à encaisser ce que son frère allait lui raconter.


[528 mots]

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Confession sur canapé [PV]   Lun 29 Aoû - 9:40

    Camille avait l’habitude de la franchise de Nina, et contrairement à celle d’Alix ces derniers temps (il allait lui faire bouffer ses histoires d’amour avec Haven et Axel un de ces quatre ! Elle ne comprendrait même pas ce qui lui arrivait !), ça ne le heurtait pas. Déjà il la connaissait depuis qu’il était tout petit et elle avait toujours été ainsi, d’ailleurs les gens francs c’était rafraîchissant quand on est incapable d’exprimer ce qu’on ressent clairement. Ce n’était pas qu’il ne savait pas dire ce qu’il pensait mais dès que c’était sur des choses intimes, ça ne sortait pas. Maintenant, à toute chose sa pudeur, il fallait un juste milieu, mais avec sa sœur, aucun soucis de cet ordre jusqu’ici.

    La tête sur les genoux de sa sœur, il ferma les yeux un moment. Il était vrai que ça faisait longtemps qu’il ne s’était pas montré aussi tactile. A un moment donné ça l’avait gêné parce qu’il avait des arrières pensées et ensuite il avait tout bonnement perdu l’habitude de l’être, ce qui était bête vu que quand ils étaient petits, ils dormaient parfois dans le même lit. Enfants, se séparer même pour la sieste tenait du châtiment, leurs parents avaient vite laissé tomber, surtout que quand Camille et Nina faisaient front, c’était quelque chose !

    « Mouai… ça va pas fort comme tu dis. » Il soupira et regarda de nouveau sa sœur adoptive qui laissait tomber sa lecture. Elle n’avait pas été difficile à persuader… pourquoi n’était-il pas étonné ? Bah ! De toute manière, vu qu’il s’était embêté à faire un résumé écrit du livre, autant que ça serve à quelque chose. Il avait vraiment rien d’autre à faire de sa vie pour bosser autant lui dernièrement… ça le désespérait ! Mais moins que de devoir penser à ce qu’il devrait faire dans les prochains jours.

    Nina lui promit de se montrer à la fois discrète et ouverte d’esprit, donc Camille qui lui prit la main, croisant ses doigts dans les siens (signe que ça n’allait vraiment pas), resta un instant silencieux pour mettre de l’ordre dans ses pensées avant de parler.

    « Je suis bien avec Ella… mais je ne suis pas amoureux d’elle. Je suis amoureux d’une autre fille, mais je ne peux pas être avec elle. Et je crois que je ne pourrais jamais l’être. Elle me trouve trop jeune… et puis elle a un copain… elle me voit pas comme un copain potentiel. Alors bien sûr, je pourrais rester avec Ella puisqu’on s’entend bien, mais ce ne serait pas honnête pour elle, parce que… enfin… c’est prétentieux ce que je vais dire… mais si un jour elle tombait amoureuse de moi, bah… je ne pourrais pas lui rendre ses sentiments… alors il vaudrait mieux que je la quitte, et que je reste tout seul… enfin… pas tout seul, tout seul, mais sans copine quoi. » Parce que évidemment, il ferait tout pour rester ami avec Ella et se faire pardonner, et il verrait toujours Alix, de toute façon elle trouverait ça suspect s’il l’évitait, et puis en plus ça la rendrait triste, et il ne voulait pas qu’elle le soit. Il ferma à nouveau les yeux pour cacher maladroitement des larmes à sa sœur, et il prit une profonde respiration. Quand il reprit la parole, ce fut d’une toute petite voix. « Parfois, je me dis que si les choses avaient été différentes, si je n’avais pas été ton frère, on aurait pu rester ensemble pour toujours toi et moi, et peut-être que je n’aurais pas eu si mal. »


{598}
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Confession sur canapé [PV]   Lun 29 Aoû - 23:55

Son frère toujours posé sur elle, Nina attendit patiemment que son frère trouve les mots pour raconter ce qu’il avait sur le cœur, sa main serrée dans la sienne, comme quand ils étaient gosses, comme il n’y avait pas si longtemps encore. C’était ce genre de moments qui manquaient le plus à Nina, et la blondinette devait bien avouer qu’elle avait aussi une part de responsabilité là-dedans. A quel moment leur unité si forte quand ils étaient entrés à Poudlard s’était-elle rompue, ou du moins fissurée ? Dans tous les cas, chacun allait devoir faire des efforts s’ils voulaient se retrouver, à condition que Camille le veuille, bien entendu ; or la petite lionne n’était plus sûre de savoir ce que voulait son frère.

Comme Nina l’avait plus ou moins deviné, il s’agissait d’histoire de cœur, les seules qui pouvaient mettre son frère mal à l’aise ces derniers temps, même si a priori tout allait bien avec sa Lewis. Bref, il n’en était apparemment rien et sans rien dire, la blonde laissa Camille tout raconter, lui dire ce qu’il avait sur le cœur. Ainsi, il ne pensait pas être amoureux de sa petite amie. Soit. La lionne se retint de dire qu’il aurait fallu y penser avant : elle avait promis d’être ouverte d’esprit et donc de mettre sa jalousie de côté. Et bien que ses pires craintes fussent réalisées quand Camille lui parla d’une autre fille plus vieille et ayant un copain, elle n’en laissa rien paraître, même si ça ne durerait pas. Le tout était de trouver un moyen de faire sentir ce qu’elle pensait sans rompre sa promesse. L’idée lui vint d’un coup.


- Tu ne diras pas que je ne t’avais pas prévenu, n’est-ce pas ?


Nina ne poussa pas plus loin son avantage : d’une part parce qu’elle ne voulait pas briser ce moment et d’autre part parce que profiter maintenant de Camille ne serait définitivement pas juste, sans compter, encore une fois, qu’elle avait promis. La blonde inspira un grand coup, chercha à savoir ce qu’elle pensait objectivement de la situation de son frère et repris enfin la parole.


- Toute jalousie mise de côté, je ne peux qu’être d’accord avec toi. Pour le reste, ne t’inquiètes pas, tu en trouveras bien une autre libre qui saura estimer et que tu aimeras. On est encore jeunes, alors autant profiter.


C’est vrai, après tout ils n’avaient que quatorze ans, rien ne pressait pour Nina, qui avait soigneusement évité de nommer Davidson. Non qu’elle doutât de la pertinence de son idée sur l’identité de la femme aimée, mais elle ne voulait pas enfoncer l’épine plus profondément dans le cœur de son frère en rappelant à ses yeux l’image de la grande lionne à qui elle aurait d’ailleurs deux mots à dire à l’occasion.

Nina entendit son frère respirer profondément tandis qu’elle gardait les yeux rivés sur la cheminée. Il reprit dans un murmure et la blondinette serra les lèvres. Avec des « si » Poudlard serait déjà dans le lac et Nina chevaucherait le calamar. Ils n’en étaient cependant pas là.


- Je ne sais pas. Tu crois qu’on se serait connus, qu’on se serait aimés ?


Sa réflexion détaillée ci-avant n’empêchait pas Nina de tirer ses propres plans sur la comète. Elle aussi aimait jouer avec les si, elle aussi aurait voulu que ça se passe autrement. Rester là longtemps aussi, serrée contre son frère. A deux, ils pouvaient bien lutter contre n’importe quoi et n’importe qui.


[582 mots]

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Confession sur canapé [PV]   Mar 30 Aoû - 9:37

    Camille n’était pas vraiment sûr de savoir en quoi sa sœur l’avait prévenu, mais bon, en même temps, il n’était pas d’humeur à débattre, aussi se contenta-t-il de ne pas répondre, parfois, c’était ce qu’il y avait de mieux. Il se sentait beaucoup trop las pour une dispute donc pour un débat (depuis quelques temps, chez les Moreau, tout débat finissait en dispute !) et il n’était pas venu pour ça non plus, il était venu pour chercher du réconfort. Le seul avantage à avoir Nina pour sœur plutôt que pour amie c’était qu’au moins, elle serait toujours là. Il avait affirmé le contraire un mois plus tôt à Tosca en lui disant que ce qui lui faisait peur dans sa relation avec Nina, c’est que sans liens du sang, ils n’avaient aucun lien, mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et pour l’instant, il avait l’impression que sa seule relation stable et sûre était celle qu’il entretenait avec sa sœur.

    « Je vais te paraître bêtement romantique mais… je n’en veux pas une autre… c’est elle que j’aime, c’est elle que je veux… ça fait des mois que je lutte avec ce sentiment, et je crois que là, j’ai perdu la dernière bataille. Le pire c’est que je ne suis même pas jaloux de son copain, j’ai déjà accepté de me rendre. C’est ça qui me rend dingue… ce sentiment d’avoir été vaincu sans combattre, juste parce que je suis jeune. En plus, elle dit exactement la même chose que toi, que j’ai le temps, que je trouverais une fille super, quand c’est toi qui le dit ça va, mais quand c’est elle, j’ai envie de la secouer comme un prunier, surtout qu’entre nous, elle a pas deux grammes de jugeotte, alors elle est mal placé pour parler de mon âge. » Il n’était pas sûr que ça fasse du bien à Nina qu’il lui parle de ses sentiments pour Alix, mais en même temps, elle n’avait aucune raison d’être jalouse, au fond, puisqu’il ne ferait qu’être le meilleur ami d’Alix, rien de plus que ce qu’il était déjà, donc pas un danger potentiel pour Nina. D’ailleurs, finalement, aucune fille n’était un danger pour Nina, parce que les copines, ça va, ça vient, et même plus tard, un couple peut divorcer, mais une sœur, ça reste toujours une sœur… sauf que voilà, s’il était honnête, ça lui avait parfois pesé d’être le frère de Nina, ce qui était son autre problème, dont il n’avait jamais osé lui parler, mais c’était le jour des confessions. Il se disait que ça irait mieux s’il ne gardait plus tout pour lui. Il avait probablement en parti raison, ne jamais parler de ce qu’on ressent, cela ronge de l’intérieur.

    « On est tous les deux sorciers, on se serait forcément connu à Poudlard. Et mes parents biologiques étaient amis avec nos parents. » Il gardait les yeux fermés, toujours tout contre sa sœur. Ce n’était pas un sujet facile, mais c’était leur première conversation honnête depuis des lustres maintenant qu’il y pensait.

    « Alors, je n’aurais pas été ton frère, j’aurais pu tomber amoureux de toi, et il n’y aurait eu aucune autre personne qui aurait pu se mettre entre nous… Mais je sais aussi qu’on ne saura jamais si cela se serait passé comme ça, peut-être que le Camille que je suis n’aurait jamais existé tel quel s’il n’avait pas été adopté et élevé par les Moreau, et peut-être que sans deux frères avec toi, tu aurais été différente aussi, alors c’est complètement improductif comme pensée… mais malgré tout, j’y ai souvent réfléchi… tu sais… avant… avant Alix… j’ai eu une période où le fait qu’on ne soit pas lié par le sang me troublait… » Il avait enfin dit le prénom de Alix, mais il savait qu’en réalité, Nina avait déjà deviné. « Et c’est pour ça que je m’étais éloigné… parce que ce n’était pas normal, je suis ton frère, on a grandi ensemble... je suis désolé si ça t’a fait de la peine. Mais ça me gênait de t’en parler… j’avais l’impression d’être un pervers, c’était horrible… » Camille n’avait jamais autant parlé à Nina de sa vie d’une seule traite. Avec Alix, s’était arrivé de temps en temps qu’il parle beaucoup parce qu’il avait toujours été parfaitement franc avec sa meilleure amie jusqu’à ce jour, mais ces derniers temps, la balance de la franchise penchait en faveur de Nina. Il n’était plus amoureux de Nina (même s’il y avait des restes, il vivrait très mal qu’on la lui prenne), à la place il était amoureux d’Alix, mais dans les deux cas, il avait le chic pour choisir la fille qu’il ne pouvait pas avoir. Bien sûr, dans l’absolu, Alix, c’était mieux que Nina, entendez par là que au niveau de la morale, mieux valait désirer une fille de deux ans plus âgée que sa sœur, même adoptive (l’adoption était sa circonstance atténuante quand il avait besoin de se rassurer sur son état mental), mais puisqu’au final, il finissait avec un gros chagrin d’amour… quand c’était Nina, il se sentait moins triste quand même. Peut-être parce qu’il n’avait jamais été complètement à fond, que ce n’était qu’une partie de lui qui voyait Nina ainsi, que l’autre restait le gentil frangin. Avec Alix, c’était tout son être, et comme il devait renoncer, ça faisait mal.

    Il avait enfin avoué tout à Nina, pendant des mois il avait craint de le faire, ça l’avait hanté, il avait eu tellement honte de lui… et là, il se sentait tellement malheureux qu’il fallait qu’il balaie l’ensemble du problème. Bien sûr, il n’avait pas expliqué les choses en détail, mais dire que sa sœur le troublait suffisait, à son échelle, c’était déjà un bel aveux, car cela signifiait qu’il l’avait vu comme une fille, pas comme sa sœur, et que pendant tout ce temps où il n’avait plus été lui faire de câlin comme aujourd’hui, c’était ça son problème. C’était un pas en avant, un petit pas, certes, mais avant d’apprendre à courir, il faut apprendre à marcher.


{1 019}
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Confession sur canapé [PV]   Ven 2 Sep - 0:21

Nina l’avait promis, elle était et resterait ouverte d’esprit. Depuis la rentrée, elle s’était faîte à l’idée que son frère voyait d’autres filles et que ça n’était pas prêt de s’arranger avec l’âge, si elle en croyait l’exemple donné par Hugh qui, lui, avait commencé bien plus tôt, évidemment, mais c’était là une question de caractère alors que le problème était génétique ou hormonal, du moins la blondinette se doutait-elle de quelque chose du genre. Il était normal que Camille finisse par s’intéresser à la gente féminine comme elle-même finirait par trouver un garçon qui l’occuperait au moins autant que ses amies. Bref, elle n’en était pas encore là et pour l’instant sa mission principale était de consoler son frère qui, le premier des deux, était en proie aux affres de l’amour – ou de ce qui y ressemblait.

Ce n’était pas là cependant, sa seule mission : en entendant la tirade « romantique » de Camille, Nina manqua de faire un bon, et si elle resta en place c’était uniquement parce que son frère se trouvait pour ainsi dire sur elle. Pour une fois, c’était bien à lui de savoir ce qu’il voulait et d’avoir une attitude digne d’un Gryffondor. La blondinette ne se fit d’ailleurs pas prier pour le lui faire remarquer :

- Ah non, ça je peux pas accepter. Ou tu me dis que tu abandonnes et tu t’en trouveras une autre, ou tu l’aimes vraiment et tu te bats pour l’avoir, nom de Merlin ! Vaincu sans combattre ? T’es à Gryffondor ou non ? Va faire un tour chez Poufsouffle si c’est pour avoir une telle attitude ; et encore ils sont combattifs, eux, ils ont au moins ce mérite ! Alors arrête un peu de te la jouer l’amoureux désespéré et fait ce qu’il faut pour la conquérir. Tu vas quand même pas te laisser abattre par un Serdaigle a l’air sérieusement dérangé !

Si Nina détestait quelque chose, c’était bien ça, ceux qui se laissaient faire et ne se défendaient pas, ne faisaient pas tout pour arracher leur morceau de viande. D’accord, c’était parfois son attitude en cours, quand elle réfléchissait un instant à son avenir, mais ça ne durait généralement pas bien longtemps, même si ces moments de désespoir n’étaient pas suivis des effets qu’il aurait fallu pour remettre la blondinette sur les bons rails. Là n’est cependant pas le sujet.

La réflexion continuait sur ce qu’il se serait passé dans l’hypothèse où les parents de Camille ne seraient pas décédés – même si ça n’avait pas été formulé ainsi. Une fois n’est pas coutume, Nina n’était pas d’accord avec son frère. Heureusement, le moment n’était pas au débat virulent mais au câlins et à l’évocation d’hypothèses qui ne se réaliseraient jamais dans la mesure où ils discutaient de choses passées.

- Aurait-on eu la même relation pour autant ?

Nouvelle réponse laconique de Nina, ce qui décidément ne lui était pas habituel, mais la situation ne l’était pas plus. Surtout, c’était à Camille de parler plus qu’à elle, puisque la blondinette imaginait savoir à peu près où elle en était sentimentalement parlant, du moins tant qu’elle ne laissait pas la jalousie prendre le dessus sur le peu de raison dont elle pouvait faire preuve quand il s’y mettait vraiment. Toujours est-il que Camille entrait de plus en plus profondément dans ses pensées qui se mettaient à perturber quelque peu l’adolescente qu’était Nina.


- Tu as toujours trop réfléchi,
dit-elle simplement après un moment. Tu crois pas que ça aurait été plus simple de me le dire tout de suite ?

Bon, ça lui allait bien de dire ça, elle qui avait fait la tête à Camille un moment pendant les vacances avant d’enfin lui expliquer quel était son problème, mais Nina espérait que son frère ne le relèverait pas.



[628 mots]




Edit Marie : 637
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Confession sur canapé [PV]   Ven 2 Sep - 12:35

    « Mais comment veux-tu conquérir une fille qui te vois comme un gamin ? » Protesta Camille faiblement. Il savait bien que Nina avait raison, il devrait se bouger un peu et prouver à Alix que le seul garçon qui la comprenait vraiment et l’aimait à sa juste valeur c’était lui, et lui seul ! Mais voilà, hein, les belles résolutions, c’est bien sympa, sauf qu’il ne voyait pas du tout comment accomplir la chose sans risquer de lui faire du mal, ou, dans une moindre mesure, de la choquer. Parce qu’il existait bien des méthodes pour lui faire comprendre que même s’il avait quatorze ans, il mesurerait bientôt vingt centimètres de plus qu’elle et qu’il était aussi nettement plus mature, ainsi que parfaitement maître de tous ses moyens, mais il n’en voyait aucune qui ne mettrait pas en périle l’équilibre de leur relation. Si elle avait été célibataire, il aurait pu tenter le coup et voir ce qui se passerait parce que au pire, avec un peu de temps, elle serait au moins revenue vers lui comme amie (oui, il se pensait indispensable pour l’équilibre d’Alix donc il n’avait aucun doute qu’elle puisse supporter une déclaration d’amour de sa partn c’était pas ça le problème !), mais elle ne l’était pas, elle avait un mec. Et un pas terrible en plus.

    « Toi aussi tu le trouves bizarre ce type ? Ça au moins, ça me réconforte. Il est carrément louche. Je suis mieux que lui à tous les niveaux. Mais j’ai trois ans de moins. Rah ! Ça m’énerve ! » Attention sursaut d’énergie ! Ce qui ne réglait pas le problème en soit, mais au moins semblait-il moins abattu grâce aux paroles de sa sœur, cependant, reparler du reste, de quand il n’était pas encore amoureux d’Alix mais un peu perturbé par d’autres éléments, cela le fit retomber dans une profonde, mais temporaire, léthargie.

    Parler d’Axel, ça l’agaçait. Ce n’était pas comme avec Haven où ça le faisait carrément souffrir de pas pouvoir aller lui foutre une raclée, mais il était dégoûté parce qu’il se pensait nettement plus beau, intelligent et charismatique que ce pauvre Serdaigle qui n’avait comme avantage sur Camille que d’être en septième année et de jouer dans un groupe. Il pouvait parfaitement apprendre un instrument lui aussi s’il le voulait hein ! Il était sûr que ce n’était pas si compliqué que ça, surtout que la musique d’Axel, ça ressemblait surtout à du bruit.

    En revanche, parler de ses problèmes avec son adoption, ça l’épuisait. Il ne répondit pas à la première phrase, purement rhétorique à son avis, de sa sœur, mais reprit en revanche la parole suite à sa seconde intervention (ou troisième, ça dépend comment on compte).

    « D’habitude c’est une bonne chose, de réfléchir. » Avant de poursuivre, rassuré que Nina ne semble pas vouloir le pousser en apprenant son honteux secret (la honte, c’était tout le problème à la base). « J’ai essayé… mais je n’y arrivais pas…j’avais besoin de faire le point, un peu, alors je discutais avec Alix, parce qu’elle me comprend, elle aussi, elle est attachée à Martin au-delà du raisonnable… sauf qu’au final, le remède a été pire que le mal. Je me sens plus à l’aise par rapport à mon adoption maintenant, mais c’est tout le temps pareil, dès qu’un problème est résolu, un autre apparaît. » La fin de cette phrase avait été dites avec une mauvaise humeur qui n’était clairement pas destinée à Nina, mais à lui-même. Il s’en voulait, lui qui était si pragmatique, d’avoir autant de problèmes à contrôler ses sentiments. Ok, d’accord, le cœur a ses raisons que la raison ignore, mais ça devrait avoir ses limites, mince à la fin !


{623}
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Confession sur canapé [PV]   Dim 4 Sep - 15:46

- En lui prouvant que tu n’es pas un gamin, contrairement à ce qu’elle pense? Si Nina n’avait pas remarqué que la situation était grave depuis le début, elle en aurait été sûre dès la dernière réplique de Camille. Non mais sérieusement, c’était quoi cet argument ? Même elle en aurait produit un bien meilleur, c’est dire. Bref, le plus jeune des Moreau était apparemment sérieusement atteint, et il allait falloir y remédier. Deux solutions pour cela : traiter le problème à la racine – comprendre s’en prendre à Davidson pour qu’elle n’approche plus son frère et à la limite lui arranger un peu la face – était de loin plus facile à réaliser, mais plus douloureux pour tout le monde : pour Camille, pour Davidson, pour Nina qui risquait de prendre des coups et de voir son frère mécontent et pour Gryffondor qui risquait de perdre beaucoup de points. Deuxième solution, traiter son frère et lui mettre dans la tête que rien n’était perdu parce qu’à l’instant T sa belle était avec un autre qui était loin d’être un prince et parce qu’elle le considérait comme trop jeune pour elle. Cela lui semblait bien plus compliqué, notamment parce qu’il s’agissait d’argumenter avec lui. Encore, si elle avait pu s’adjoindre les compétences d’Estelle, ça aurait sans doute été – à deux, c’était quand même bien plus simple, mais elle avait promis de n’en parler à personne, aussi ce n’était tout simplement pas possible.


- Eh bien ! Raison de plus pour te bouger les fesses et montrer ce que tu vaux ! En plus, vous êtes tous les deux de Gryffondor, donc vous vous ressemblez bien plus que l’autre Serdaigle ! Et comme on dit, qui ressemble s’assemble !
Bon, certes, ça n’était pas bien choisi dans la mesure où justement, Nina et Camille ne se ressemblaient pas beaucoup et pourtant s’était assemblés, si on peut dire ça comme ça. Cependant, ils étaient de la même famille, donc les choses ne se faisaient pas de la même manière. Et puis de toute façon, le but ici n’était pas pour Nina d’énoncer des vérités, mais de convaincre sn frère de ne pas lâcher l’affaire et de continuer à courtiser son amie – sa meilleure amie même, si elle avait bien compris – jusqu’à ce que celle-ci se rende compte que le jeune Gryffondor valait mille fois mieux que le Serdaigle. Le tout était qu’il se bouge un peu les fesses puisque Davidson était déjà en sixième année.

- J’y crois pas que je sois en train de te convaincre de tout faire pour sortir avec Alix, murmura-t-elle entre ses dents alors que pas plus tard que trois mois auparavant, elle lui avait fait une scène parce qu’il était parti là-bas en vacances. Bah, les choses changeaient, elle aussi, et puis la dernière fois, il n’y avait aucun enjeu réel, la blondinette sachant pertinemment que Camille ne lâcherait pas son amie comme ça. Là, en revanche, il s’agissait du bonheur de son frère et Nina ne comptait pas tout gâcher pour un peu de jalousie. Comme l’avait dit le jeune Moreau, ils ne pourraient pas rester éternellement ensemble et aussi proches, alors autant s’y faire de suite.


- Mouais,
répondit simplement Nina. Pour elle qui parlait si facilement aux gens de n’importe quoi – y compris de ses problèmes pour peu qu’elle leur fasse un peu confiance, il était plutôt compliqué de comprendre les difficultés des autres à s’exprimer, et ce bien qu’elle connût Camille depuis fort longtemps, si ce n’est depuis toujours.


[585 mots]




TOUT COMPTE

QUÊTE

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Confession sur canapé [PV]   Mar 13 Sep - 19:53

    « Chérie, si elle me voit comme un gamin alors qu’elle a elle-même la maturité d’un oursin et qu’en plus je fais vingt centimètres de plus qu’elle à la louche, qu’est-ce que je peux faire d’autre ? La plaquer contre un mur et l’embrasser ? Franchement… ce serait sûrement très efficace mais je doute du résultat. » Camille se considérait comme particulièrement mature pour un gamin de quatorze ans. Cela ne l’empêchait pas d’avoir des moments de pure immaturité (comme lors de sa mémorable crise de jalousie de l’année précédente ou lorsqu’il se disputait avec Hugh) mais il pensait s’en sortir avec les honneurs en ce qui concernait le quotidien. Sérieux, il faisait toujours correctement son travail de préfet et d’élève modèle, il évitait de taper sur tout ce qui bougeait quand bien même son caractère n’ait rien de pacifiste et en plus, comme il l’avait souligné, il était parfaitement « mature » physiquement. Et ce qui était une preuve de plus de son bon sens c’est que justement il n’avait pas encore sauté sur Alix, et vu comme elle le collait, ce n’était pas les occasions qui avaient manqué. Il lui fallait un self-control de dingue pour résister… même si après réflexion, parler de plaquer Alix contre un mur avec Nina était légèrement surréaliste, voire déplacé. Mais tant pis, c’était la seule solution (extrême) qui lui venait à l’esprit pour l’instant.

    « Je ne sais pas si l’argument de la maison est bon, il y a plein de couples inter-maison qui marchent… mais lui, je suis sûr qu’il n’est pas assez bien pour elle ! » Aucun mec si ce n’est lui ne pouvait être assez bien pour elle de toute façon et quelque part il en avait conscience, il était jaloux, point. Son caractère possessif n’était même pas en cause, il ressentait juste l’aspect le plus embarrassant des sentiments amoureux… et comme il ne pouvait décemment pas provoquer Axel en duel pour le cœur de sa dame (un usage désuet qu’il aurait bien aimé voir revenir à la mode) et que lui casser la figure sans raison n’était pas terrible pour son insigne et sa maison… ça ne lui laissait pas grand-chose d’autre qu’une rage sourde au ventre et un cœur en miette.

    La remarque suivante de Nina lui arracha cependant un sourire sincère, car effectivement, la situation était plutôt coquasse. Nina ne supportait pas Alix par pure jalousie (de ce côté-là, ils n’étaient pas frère et sœur pour rien, avec ou sans liens de sang), et pourtant, elle jouait les supporters du cœur uniquement parce qu’il était triste. Il lui en savait gré et il essaierait autant que faire se peut de lui rendre la pareille un jour (mais pas trop tôt le jour hein, parce qu’il avait assez de problèmes comme ça en ce moment !).

    « C’est vrai que c’est amusant quand on y pense… » Et, un air légèrement ironique sur le visage, il ferma de nouveau les yeux. Il allait finir par s’endormir à ce compte là, ça l’épuisait de devoir gérer tous ces sentiments, il n’était pas habitué… et puis il devait faire sa ronde tout à l’heure. A ce propos… « Tu veux venir faire la ronde avec moi tout à l’heure ? » Il trouverait bien une excuse s’il croisait un prof’.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Confession sur canapé [PV]   Jeu 15 Sep - 0:02

Effectivement, Camille n’avait pas tort et Davidson devait avoir quelques problèmes si elle considérait son Préfet comme pas assez mature. Certes, pour Nina, ça n’était pas tellement nouveau, elle qui considérait son frère comme amoureux depuis…depuis presque le début, en fait, mais son frère sortant avec une fille et leurs disputes incessantes l’avaient fait garder le silence. Cela dit, la demoiselle ne pouvait qu’approuver le fait qu’Alix avait la maturité d’un oursin. Et encore, c’était beaucoup dire du point de vue de la blondinette, qui aurait sans doute trouvé pire si on le lui avait demandé. Cela dit, ça n’empêchait pas son frère d’être amoureux de l’oursin en question.

- Bah, tu peux toujours essayer. Tu admettras quand même que tu fais tout pour te convaincre que c’est impossible !

D’ailleurs, ça n’allait pas s’arranger puisque Camille critiquait (comment osait-il ?) son argument certes faible mais qui avait le mérite d’exister selon laquelle ils devaient plus se ressembler que l’aigle et Davidson (soit dit-en passant, la blondinette ne trouvait pas que le copain d’Alix eut la même classe que l’animal emblème de sa maison, mais c’est une autre histoire). Toujours est-il que Nina n’en démordait pas : ce n’était pas parce que certains couples inter-maisons fonctionnaient qu’un couple au sien même d’une maison n’avait pas plus de chances d’aller mieux. Cela dit, la lionne savait très bien que ce n’était pas un argument à utiliser devant Davidson.

- La vie est faite de choses drôles, conclut-elle d’un air très philosophique. Quelle sera la prochaine surprise ? Rusard qui démissionne, Carter qui quitte le collège, que sais-je d’autre ?

Tout cela, malheureusement, ne risquait pas d’être pour demain, et peut-être Nina aurait-elle quitté l’école avant sa pire ennemie qui avait pourtant un an de plus. Bref, l’avenir des fraudeurs en tout genre dont elle faisait partie ne s’annonçait pas particulièrement heureux, même si la boutique des Weasley ne cessait de faire de nouvelles trouvailles pour contourner le règlement, même si les dernières n’étaient plus aussi magiques qu’avant, la faute aux baguettes qui refusaient obstinément de fonctionner. D’ailleurs, en parlant de fraude, ce fut un regard étonné que la demoiselle tourna vers son frère.

- Un Préfet me propose quelque chose d’interdit ? Ma foi, c’est tentant, répondit finalement la jeune lionne avec un grand sourire qui ne laissait aucun doute sur ses intentions. Finalement, ça n’était d’ailleurs pas si étonnant que ça, elle savait depuis longtemps déjà que Camille n’était plus aussi respectueux du règlement qu’il voulait bien l’afficher, du moment qu’il s’agissait de sortir avec Davidson. Certes, la façon dont elle l’avait apprise était peu conventionnelle, mais il n’en restait pas moins que la blondinette avait perdu quelques illusions le jour où Kostovak le lui avait révélé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Confession sur canapé [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Confession sur canapé [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Confession sur canapé [PV]
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Confession au père Joseph ou père Mara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 12-
Sauter vers: