AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Inquiétude en sous-sol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Inquiétude en sous-sol   Sam 12 Aoû - 17:10

Les rats sont des explorateurs, tout le monde le sait.
Cette nuit là pourtant aurait été marquée d’une pierre sombre si les rongeurs s’étaient adonné à ce genre de pratique. De mémoire de rat, jamais une brigade entière n’avait disparue sans que quelques survivants ne reviennent raconter de quoi était faite la menace. On prenait alors les mesures adéquates. On envoyait des rats spécialisés dans le déclenchement des pièges ou dans les mesures de détournement d’attention, on postait des guetteurs pour annoncer si la voie était libre, on envoyait des goûteurs pour déterminer quelles substances étaient poisons. Si aucune mesure ne pouvait être prise, on pissait alors des messages d’avertissement mais jamais, au grand jamais, on n’avait senti « N’allez pas plus loin ! Danger inconnu ! »

A la vérité, la mémoire des rats est courte. Ce n’était pas la première fois qu’une telle chose arrivait mais les dangers du château étaient tels que ceux qui auraient pu siffler ces histoires avaient disparus sans avoir pu les transmettre. Ainsi s’effaçait la mémoire collective du peuple rat.

Après une rapide enquête auprès des familles des disparus, il apparut que l’expédition était partie vers le bas, dans les profondeurs du château. Cela était inhabituel car les explorateurs sont plutôt à la recherche de nourriture ou de passages vers d’autres lieux colonisables. Peu de chance de trouver quelque chose en descendant !

La curiosité des rats fut bientôt remplacé par l’inquiétude. Tout le monde se mis a penser à un prédateur. Mais ce qui pouvait faire disparaître une équipe de 5 pattes de rats [ les rats ne sont pas mathématiciens, ils comptent en griffes ou en pattes, une patte faisant 5 griffes. On parle donc de vingt-cinq rats ] pouvait aussi bien s’attaquer au clan.

Voyant que les murmures commençaient à s’amplifier, certains parlant même d’évacuer les lieux, le Roi des rats pris la parole.

## Rongeurs ! ## siffla-t-il ## il n’y a pas de raison de s’affoler. Pensez à tous les dangers que nous affrontons quotidiennement. Ne commencez pas à imaginer des prédateurs imaginaires. Les disparus vont peut-être revenir ; ils ont peut-être trouvé une galerie extrêmement longue. Il peut y avoir eu un éboulement qui les empêche de revenir. Ou des tas d’autres raisons… ## conclut-il, à court d’imagination.

Voyant que cela ne diminuait pas vraiment l’inquiétude de ses sujets, il ajouta ## Nous allons envoyer notre explorateur le plus expérimenté et nous saurons rapidement ce qui est arrivé ##.

Il descendit alors du rocher sur lequel il était monté pour rendre plus impressionnants ses cris et sifflements et, se retournant vers les rats subalternes chargés de ses corvées, (ses serviteurs, quoi) il demanda ## Mais où est donc passé ce … Skiìrt ? ##
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Inquiétude en sous-sol   Sam 12 Aoû - 19:40

Skiìrt vit venir vers lui Skriîtirik, son frère de portée [ les rats distinguent les frères, c’est à dire ceux qui ont la même mère, des frères de portée, qui ont donc même mère ET même père ]

Celui-ci lui expliqua dans des sifflements empressés que le roi le demandait immédiatement pour une nouvelle mission. Les explications sur la mission que tentait de lui donner son frère étaient trop confuses pour expliquer quoi que ce soit. L’intelligence naturelle de Skiìrt, suractivée récemment par Dumbledore, n’était pas également répartie entre ses frères et le pauvre Skriîtirik s’embrouillait dans ses tentatives d’éclaircir son message.

Skiìrt suivi donc rapidement son confrère sous les escaliers. Arrivés au rez-de-chaussée, un coup d’œil aux alentours, un coup d’œil en l’air. Pas de félin, pas de rapace, pas d’humain. Les trois premières conditions de la survie au château étant remplies [il y en a plus d’une centaine mais ils étaient pressés] ils filèrent d’un trait vers la jointure de deux grosses dalles où un éclat manquant laissait un passage vers les galeries du sous-sol.

Avant même de rencontrer le roi, Skiìrt et son frère furent arrêtés par un groupe de rats qui discutaient d’un air inquiet. S’arrêtant quelques instants pour écouter, Skiìrt compris rapidement que le Roi n’allait pas tarder à lui annoncer qui serait le fameux explorateur suicidaire…

C’est donc d’une course bien moins rapide que les deux rats arrivèrent près du Trône. [Ce que les rats appellent le trône est en réalité une chaise de poupée qu’une élève a été contrainte de jeter et que les rats considèrent depuis comme une offrande pour distinguer le plus puissant d’entre eux. Seul donc le roi est autorisé a grimper sur la chaise ]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Inquiétude en sous-sol   Dim 13 Aoû - 22:53

Devant le roi, tout le monde baisse la tête. Et surtout lorsque celui-ci est de mauvaise humeur.
Visiblement, ce n’était pas un bon jour et c’est donc la tête au ras du sol que Skiìrt vint se présenter.
Cette attitude de soumission sembla plaire au Roi qui s’adressa au nouveau venu avec des sifflements dépourvu des notes ultrasoniques significatives d’une humeur belliqueuse.

Le Roi éclaircit rapidement la situation mais Skiìrt en confirmant ce que Skiìrt avait déjà compris en grande partie. Effectivement, le Roi le chargeait d’une enquête sur la disparition du groupe dont on s’inquiétait. Le départ devait être immédiat et il devait partir seul et revenir faire son rapport avant 4 repas [ les rats bruns, vivants habituellement dans l’obscurité, ne sont pas très attachés aux jours et aux nuits pour mesurer les longues périodes de temps ].

On lui donna quelques indications sur la direction qu’avait pris le groupe. Il flaira quelques odeurs dans les nids des disparus et se mis rapidement en chemin.

Les galeries s’enfonçaient rapidement et bientôt rejoignirent de véritables passages creusés dans la roche tendre par des infiltrations d’eau incessantes. L’humidité rendait le terrain de plus en plus glissant et lavait les odeurs de la piste.
Craignant de ne plus pouvoir revenir, Skiìrt commençait à se demander s’il n’allait pas tomber dans le même piège que ses prédécesseurs. S’arrêtant un instant, il poussa un sifflement d’appel qui se répercuta longuement dans le tunnel. Aucune réponse ne vint. S’ils étaient vivants, ils devaient être loin.

Ne pouvant pas aller plus loin sans glisser irrémédiablement, Skiìrt observa la pente. Puis, relevant la tête, il vit une fente dans la roche à laquelle un rat particulièrement suicidaire pourrait s’accrocher pour parvenir jusqu’à cette petite plateforme à partir de laquelle, le reste serait facile.

Les rats sont de bons sauteurs et Skiìrt ne faisait pas exception. Il était même parmi les meilleurs. Mais depuis un certain temps, son énergie physique avait diminué. Comme si la nouvelle activité de son cerveau avait drainé celle-ci. Néanmoins, il restait suffisamment de ressort dans son corps pour ce saut spectaculaire qu’il accomplit après avoir respiré un grand coup.

Après un rétablissement tout à fait honorable, il reprit son chemin courageusement et longea bientôt une structure maçonnée. L’être humain était descendu jusque là ! Il y aurait donc sûrement d’autres passages ! La remontée serait peut-être moins pénible que prévue.

Au bout de quelques minutes, La piste le conduisit droit dans une canalisation qui n’était pas naturelle. L’odeur devenait plus forte. Le groupe avait survécu jusqu’ici. Poursuivant sa route pendant un laps de temps qui sembla terriblement long, Skiìrt sentit ses nerfs se tendre. Soudain sa patte se mit à le brûler. Il venait de marcher dans une petite flaque jaunâtre. Rapidement il apaisa la douleur en plongeant la brûlure dans l’eau. Il en serait quitte pour boiter un jour ou deux. Cette flaque était bizarre. On aurait dit une des maudites potions du cachot du professeur noir…

Il allait faire une pose quand le chemin se termina brusquement en cul-de-sac.
Un mur de petites dalles brillantes étroitement maçonnées barrait le chemin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Inquiétude en sous-sol   Lun 14 Aoû - 22:50

Skiìrt maudissait son manque de chance. Comment avait-il pu perdre la piste et échouer dans ce cul-de-sac ? Pourtant, la piste venait jusqu’au pied du mur, il pouvait le sentir. Seraient-il passés sous le mur ? Y avait-il un passage secret ? Skiìrt colla son oreille à la paroi et frappa légèrement de la patte droite. Après un instant, il entendit un bruit sourd. Puis un autre. On lui répondait ? Non, un troisième coup puis encore un autre montrèrent l’accélération du rythme.

Bientôt, cela ressembla à la pulsation d’un cœur géant.
Anxieux, Skiìrt recula de quelques pas. Soudain, la paroi commença à coulisser vers la gauche. C’était bien un passage secret.
La paroi continua à glisser dans un bruit de froissement. Elle paraissait quand même anormalement grande. Skiìrt n’était pas un expert en passages secrets, (les rats n’en ont généralement pas besoin) mais quelque chose ne tournait pas rond.

Les mosaïques de la paroi devenaient de plus en plus petites, comme des écailles… de serpent…. Le raton avala sa salive. Puis fit brusquement demi-tour et commença à courir comme il ne pensait pas qu’un rat puisse courir.

Son boitement s’était envolé. Derrière lui un sifflement. Ses pattes arrières se mirent encore à accélérer comme si elles voulaient le doubler. La peur lui insufflait une énergie farouche. Il ne voyait pas où il allait. Les murs défilaient à toute vitesse. Les coudes des canalisations voyaient Skiìrt sur les parties verticales, tel un bolide utilisant ce moyen pour lutter contre la force centrifuge.

Skiìrt se mit à penser que son corps n’allait pas résister. Ses pattes allaient se détacher. Son cœur allait exploser. Ses poumons allaient prendre feu. Il ne put savoir quel morceau de son corps faiblirait en premier car, à l’instant où il eu cette dernière pensée, ses pattes se mirent à courir dans le vide. Il était en train de tomber.

Heureusement cela ne dura que quelques secondes et, dans un énorme PLOUF tout de suite étouffé par la boue qui lui entra dans les oreilles, Skiìrt termina sa course folle au fond d’une mare qui ne sentait pas la rose.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Inquiétude en sous-sol   Mar 15 Aoû - 11:05

Etourdi et suffocant, le rongeur sorti la tête de la mare fétide et recracha le liquide nauséabond qui était entré dans sa bouche. Il ne pensait pas avoir avalé cette horreur et puis, de toute façon, c’était trop tard, les rats sont incapables de vomir.

Il se rapprocha de la paroi mais celle-ci était trop abrupte pour grimper. Il commença à nager en longeant le mur quand il entendit un bruit. Figé de terreur, il expira très doucement pour se laisser couler en ne laissant émerger que ses narines. Quelques secondes plus tard, une énorme présence pénétra dans la mare. Sous la surface, Skiìrt ne voyait rien. Son pelage, enduit de la boue du fond, isolait ses sensations tandis que ses narines, saturées de l’odeur infecte étaient comme anesthésiées. Le rat ne bougeait plus quand l’obscurité se fit soudain plus dense comme si une masse gigantesque occultait une lumière pourtant inexistante.
Une vague de pression l’atteignit et il devina le frôlement d’un corps sinueux passant lentement et puissamment à quelques centimètres.
La sensation s’évanouit et Skiìrt était encore vivant. Son cœur battait frénétiquement malgré ses tentatives pour le faire taire. Ses narines, un instant submergées par le passage du monstre, n’étaient plus battues par les remous du terrifiant sillage. Les réflexes de survie commencèrent à exiger plus d’air et commandèrent un mouvement de nage vers le haut.
La tête de Skiìrt émergea. Plus aucune présence dans la salle. Un lointain glissement qui s’éloignait indiquait la fin de l’alerte.

Prudemment, le survivant recommença sa nage dans l’espoir de trouver une paroi moins raide.
Après quelques mètres, le museau entra en contact avec un objet circulaire que Skiìrt reconnu aussitôt. Un tuyau. Excellent ! Les tuyaux mènent toujours quelque part et, le plus souvent aux habitations humaines. Il suffisait de le suivre vers le haut pour se retrouver au château. Les griffes de ses pattes étaient comme aimantées. Malgré l’eau qui dégoulinait du tuyau en lavant au passage Skiìrt des immondices dont il était recouvert, l’ascension fut facile. Grimper à un tuyau est un des fondements de l’art d’être rat.

L’odeur, au fur et à mesure où elle devenait moins puissante, se fit plus reconnaissable. Une odeur d’égout, de fosse d’aisance. Les rats sont moins facilement dégoûtés que les humains mais ça ne veut pas dire forcément qu’ils apprécient. C’est donc avec soulagement que Skiìrt arriva en haut du tuyau et trouva un interstice pour se glisser dans la pièce où pénétrait le tuyau.

Immédiatement, Skiìrt reconnu la pièce. Il valait mieux ficher le camp rapidement ou bien des cris n’allaient pas tarder à amener des tas d’humains pourvus de balais. Les toilettes des filles sont un lieu capable de passer du calme à l'agitation la plus folle en l'espace d'un hurlement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Inquiétude en sous-sol   Dim 20 Aoû - 10:14

Epuisé par sa folle course, Skiìrt resta quelques instants à observer et écouter. Les toilettes semblaient inoccupées mais le couloir semblait un lieu de passage trop fréquenté pour offrir au rat le tranquille chemin de retour qu’il cherchait.
Heureusement qu’il connaissait d’autres passages.
Mais, a son grand désappointement, les fissures et autres passages avaient été récemment colmatés. Le concierge avait probablement pris des mesures contre les inondations régulières des toilettes du second étage.
Ces fameuses toilettes étaient à une épaisseur de plancher, seulement les murs de la pièce étaient trop glissants pour offrir des prises. Après plusieurs chutes, Skiìrt en vient à cette conclusion. Il avait besoin de reprendre des forces pour effectuer d’autres tentatives.
Il restait encore le chemin par lequel il était venu mais, pour rien au monde, il ne voulait recroiser la terrifiante menace à laquelle il venait juste d’échapper.
La lumière déclinante indiquait que la nuit s’approchait. Le va-et-vient du couloir allait bientôt se calmer. Dans cet espoir, le rongeur se blottit derrière le siège de la cabine la plus éloignée de la porte et attendit, roulé en boule.
La fatigue finissait de l’envahir. Il détendit ses pattes, posa sa tête sur le sol, lutta un court instant pour garder les paupières ouvertes et s’endormit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Inquiétude en sous-sol   Lun 21 Aoû - 19:00

[HJ : manifestement, les toilettes ne sont pas très fréquentées. Qui dit que les filles y vont à chaque instant ? Wink ]

Ses rêves étaient peuplés de griffes, de dents, de serres. D’écailles et de plumes. De courses et de chutes. Si les rats suaient, Skiìrt aurait été trempé.
Une gueule dégoulinante de venin s’ouvrit brusquement devant lui et le fit se réveiller en sursaut. Le cœur encore battant du cauchemar, il réalisa tout de suite où il était. Un regard autour de lui, toutes oreilles ouvertes, le rassura tout de suite. Un silence bienfaisant emplissait la pièce. Personne.

L’énergie qui lui manquait il y a quelques heures était revenue dans ses membres.
C’est donc plein d’une vigueur retrouvée qu’il s’approcha de la porte. Malheureusement, le colmateur frénétique avait frappé là aussi et une fine planche clouée sous la porte en rabaissait le niveau à un point tel qu’il était impossible de passer. A moins de grignoter un passage.
Cela était bien sûr possible mais il s’agissait de chêne, un bois dur sur lequel plus d’un rat s’était cassé les incisives. Cela aurait pris trop de temps.

Le cerveau de Skiìrt avait retrouvé sa vivacité.
Abandonnant pour l’instant son projet de franchissement de porte, il sauta sur le montant de celle-ci et, en quelques secondes, s’éleva des deux mètres que mesurait l’imposante porte. Il restait encore 2 mètres avant d’atteindre le plafond. Le rat observa méticuleusement la partie accessible de celui-ci pour voir si un trou n’avait pas échappé à la vigilance du concierge.
Apparemment, les anciennes traces d’humidité étaient maintenant toutes sèches, preuve de l’étanchéité de plafond que Skiìrt aurait bien aimé franchir.

Qu’à cela ne tienne. Un rat n’abandonne pas facilement Surtout un explorateur chevronné comme il l’était.

Il sauta à terre et se rapprocha d’un siège de toilette.
Hop, d’un saut rapide, il sauta à l’intérieur et emplit ses poumons d’air. Pénétrant dans l’eau, il franchit le siphon.
Toutes pattes écartées, il descendit pas à pas à l’intérieur du tuyau. Il allait prudemment car, s’il s’agissait d’un cul-de-sac, il aurait à faire demi-tour. Mais rapidement, la canalisation en rejoignit une autre qui descendait verticalement.
Pas question de descendre, en bas était le danger.
D’un retournement de reins qu’on aurait pu qualifier d’élégant, Skiìrt s’introduisit dans le tuyau de descente, la tête orientée vers le haut. Ce tuyau était plus important que le précédent. Impossible de rejoindre les parois en écartant les pattes. Il était obligé de tendre son corps pour s’accrocher aux deux côtés opposés. Cette position était précaire, le rat le devinait. Un déversement d’eau sur son corps et c’était la chute assurée. Très certainement suivie de la noyade.
S’accrochant des griffes avants et arrières, se contorsionnant, sa progression fut malgré tout assez rapide. En quelques minutes, il arriva à hauteur d’un nouvel embranchement. Très certainement une évacuation des toilettes du deuxième étage. Là, Skiìrt était presque certain de trouver une sortie.
Manquant de peu de glisser, le rongeur pénétra dans le tuyau qui présentait une pente facile, comparée à la dangereuse verticalité qu’il venait de franchir.
Retrouvant rapidement un autre siphon, et conformément à ses espérances, Skiìrt déboucha dans ces fameuses toilettes abandonnées de tous, sauf du spectre de la jeune fille.

Cette jeune fille était bien connue des rats. Plusieurs témoignages concordaient pour dire que le fantôme se distrayait de temps en temps en enveloppant le corps de ses visiteurs rongeurs et en projetant des sons (incompréhensibles d’ailleurs) et des images dans leur cerveau. Cela se révélait heureusement sans danger. Mais on n’est jamais trop prudent. Aucun rat ne revient jamais de l’estomac du chat pour raconter que c’est dangereux mais personne ne souhaite pour autant y aller.
C’est donc prudemment et silencieusement que Skiìrt émergea de la petite mare sanitaire et entra dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Inquiétude en sous-sol   Ven 6 Oct - 20:22

[Ouah y a foule ici xD ^^]

April ouvrit la porte des toilettes dans un grincement assourdissant. Elle fit une légèrement grimace en arrivant dans le lieu plutôt sale et totalement vide. Elle laissa un moment ses yeux traîner au-dessus des lavabos. Mimi Geignarde était là, elle entendait ses pleurs, et pourtant elle ne la voyait pas. Il valait mieux, ce fantôme tapait vraiment sur les nerfs des jouvencelles de Poudlard, à toujours se plaindre de ceci à de cela. Elle fit un pas et se rapprocha des lavabos. Elle serait volontier allé dans d'autres toilettes, simplement elle avait mal au crâne et besoin de calme. C'était toujours ainsi lorsqu'elle pensait trop à son frère. La tristesse se transformait en migraine et les larmes lui faisaient mal aux yeux. Yeux plutôt proméminents qui fixèrent leur reflet dans un des miroirs ébréché. April se regarda attentivement. Ressemblait-elle à Nicolas ? Ils avaient les mêmes grands yeux, un brun et l'autre bleu, un visage plutôt bien tracé, même si celui de la fillette était beaucoup plus féminin. Elle portait un foulard autour de la tête, cachant le sommet de ses cheveux noirs. Soudain, alors qu'elle ouvrit un robinet, elle crut entendre un bruit.

Comme de tous petits pieds sur du carrelage. Mais voilà, personne à Poudlard n'avait de petits pieds. Des pattes alors ? Un chat venu squatter ? Non, il n'y en avait jamais. Un hibou ? Ils préféraient voler. Un rat ? UN RAT ?

*Pourquoi pas, on est dans des toilettes ici ma pauvre April Swann !*

Elle n'avait pas peur des rats, mais savoir qu'un animal, même minime, même inintelligent, pouvait l'observer dans son dos la remplissait d'un sentiment étrange. Souvenir de ces hommes venus chez elle, dans son dos, pour abattre Nicolas ? Sûrement. Elle se retourna, posant ses mains sur les rebords des lavabos. Ne le vit pas. Se tourna de nouveau, intriguée, et passa l'eau froide sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inquiétude en sous-sol   

Revenir en haut Aller en bas
 
Inquiétude en sous-sol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Disparition, inquiétude et retrouvailles...[PV Heïan]
» Inquiétude en sous-sol
» Panne de leadership:L'eurodéputé Michèle STRIFFLER exprime son inquiétude
» L'inquiétude sursaute au frisson d'une crainte [Pv]
» Au sujet de cet été... inquiétude partagée (pv) TERMINE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 2-
Sauter vers: