AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Tu veux être mon amie? [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Tu veux être mon amie? [PV]   Jeu 15 Sep - 20:45

Rhys marchait sans but à travers l’école. Il réfléchissait à ce qui lui avait dit Eva-Rose, il y avait peu de temps. Fallait-il vraiment qu’il se socialise, qu’il se fasse des amis ? Peut-être. Du moins, sa tendance aux sautes d’humeur semblait vouloir dire que oui. De toute urgence même. Malgré tout, le caractère du jaune et noir pesait lourd dans la balance. Les groupes d’élèves s’étaient déjà formés depuis longtemps et, même s’ils pouvaient se rapprocher, en général, ce n’était que temporaire. Ces groupes ne posaient pas de problème en eux-mêmes mais Rhys se sentirait coupable de les déranger quant bien même ce ne serait pas le cas.

Finalement, résolu à se bouger les miches, il ne voulait pas non plus se retrouver avec sa préfète sur le dos, il se mit à analyser les gens qu’il pouvait croiser. Il ne fallait pas laisser cette entreprise au hasard. Qui devait-il éliminer? Les plus âgés? Bien sûr, ils avaient tendance à l’intimider passivement, autant rester parmi les deux promotions les plus récentes. Sans compter que ça éviterait de se refaire de nouveaux amis chaque année à cause des départs. Après? Homme ou femme? Enfin… garçon ou fille vu l’âge concerné. Non, pas de problème particulier, en dehors de Romilly, il ne paraissait pas plus stupide que d’habitude selon la présence ou non d’une paire de roupette dans le slip. Oui, pour le garçon, pas de culotte, pas de caleçon et encore moins de string. Tous à la même enseigne. Houra pour la domination du slip Bon, reprenons. Maison? Tant qu’à faire, hors de Poufsouffle. Ce serait une preuve qu’il pouvait sympathiser avec une personne avec qui il n’avait pas forcément de trait de caractère en commun. En plus, si ça se passait mal, il ne serait pas obligé de recroiser cette personne.

Il se mit ensuite à fouiller dans sa mémoire. Qui correspondait à ses critères? Il ne pouvait faire que chou blanc. Il ne connaissait vraiment personne en dehors de quelques gens de sa propre maison. Non pas parce qu’il n’aimait pas se mélanger aux autres, juste que l’occasion ne s’était pas vraiment présentée. Finalement, ça allait se montrer bien plus difficile que prévu.

Il marchait et marchait encore. Errer était presque devenu un sport, un mini-marathon. Ceci dit, il fut rapidement interrompu par l’ouïe de Super Rhys, le héro aux oreilles décollées au grand cœur. Venant d’un coin relativement proche, il avait entendu renifler. Ce pouvait être un simple rhume vu la température extérieure mais il voulait faire un détour sur son chemin non tracé. Son flair ne l’avait pas trahi, il y avait une jeune fille, assise dans des escaliers sombres, les genoux regroupés sous le menton. Elle pleurait.

Ni une ni deux, il se dirigea vers elle. Sur le coup, sa réflexion ne se porta pas sur ce qui le tracassait. Pourtant, il savait pertinemment qu’elle correspondait à ses critères. Elle n’était visiblement pas plus vieille que lui, ou de peu, elle se trouvait assez logiquement soit parmi les hommes ou les femmes, on n’avait pas trouvé de troisième genre, et elle était Serdaigle. Sur ce dernier point, pas de grande difficulté vu le temps que Rhys avait passé dans la bibliothèque. Il y a des lieux de prédilection pour chaque maison. Le seul véritable hic, c’était qu’il ne connaissait rien de plus sur elle. Ni son nom, ni son caractère, ni ses gouts. Rien.

S’avançant tranquillement, comme si de rien était, il est venu s’asseoir sur la marche, à ses côtés. Il prit dans sa main un carnet de croquis qui reposait là, afin de ne pas se poser dessus. Il ne posait pas le regard sur la demoiselle, ne disait pas un mot. Il finit par prendre un paquet de mouchoir dans sa poche, vu son état, il avait trouvé prudence d’en avoir toujours un en réserve, et le tendit à sa voisine.

- Sale temps aujourd’hui, hein?


A vrai dire, il n’avait aucune idée du temps qu’il faisait dehors. Il pouvait très bien faire un soleil radieux et une température tout à faire acceptable. Le but était simplement de faire diversion.

- Rhys Ellis. Poufsouffle errant.

Il lui tendit la main en signe de salut, avec le sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu veux être mon amie? [PV]   Ven 16 Sep - 17:51

La nouvelle lui était parvenue la matin même par Brume, sa chouette. Sa grand-mère venait de décéder des suites d'une longue et épouvantable maladie. Lors du petit-déjeuner, Hayley avait contenu ses larmes tant bien que mal. Ensuite, elle avait couru chercher son précieux journal et était partie se cacher dans un coin sombre de l'école. Malgré sa récente rencontre avec Sawyer, un jeune Poufsouffle, elle ne voulait parler à personne à part son petit cahier.

Un fois assise sur les marches d'un escalier plongé dans l’obscurité, les larmes qu’elle contenait depuis des mois, montèrent toutes d'un seul coup. Et elle ne put s'empêcher de pleurer une minute de plus. Depuis le début, elle avait eu envie de pleurer. Elle se sentait si seule et désirait rentrer chez elle plus que tout. Mais, ce serait décevoir ses parents qui l'avaient toujours encouragées. Elle enfoui son visage pleins de larmes dans ses bras et resta là à pleurer pendant un long moment. Elle savait pas depuis combien de temps elle sanglotait quand qu'elle était venu s’asseoir à côté d'elle. Elle soupçonnait Sawyer. Il l'avait vu quitter la Grande Salle avec précipitation et il avait du la suivre pour savoir ce qu'il se passait.

Mais lorsqu'elle releva la tête, elle remarqua tout de suite que son voisin n'était pas son nouvel ami. C'était un Poufsouffle par contre. Elle était décidément un aimant pour les élèves de cette maison. Il lui avait tendu un paquet de mouchoir qu'elle prit avec précipitation sans même le remercier. Il se présenta, Rhys Ellis, et lui tendit la main en souriant. Elle s'essuya le visage à l'aide d'un mouchoir et la lui serra pour se présenta en retour.

-Je...Je m'appelle Hayley, Hayley Cinnamon. Mer...Merci pour les mouchoirs, sanglota-t-elle.
Elle renifla plutôt bruyamment et regarda son interlocuteur. Il n'avait pas l'air de vouloir partir. Il devait lui aussi manquer de compagnie, mais Hayley faisait, pour l'instant, un peu pitié. Ça devait être pour cela que le jeune garçon restait. Cependant, la jeune Serdaigle s'en fichait complétement. Elle était trop dévastée pour cela.
-Je suis désolée de me présenter dans cet état. Mais...hum...problème familial.

Elle hésitait à se confier à Rhys. Après tout, il lui était complétement inconnu. Mais ça aussi, elle s'en fichait. Elle avait beau affirmer qu'elle voulait juste s'exprimer à travers de son journal, elle avait besoin d'une présence humaine à ces côtés dans un moment aussi difficile.
-Ma grand-mère vient juste de mourir, j'ai peur que la magie ne revienne jamais et pour couronner le tout, je me sens vraiment seu...

Elle laissa sa phrase en suspend et étouffa un nouveau sanglot. De nouvelles larmes brûlèrent ses yeux noisettes. Elle ne les cacha pas et les laissa couler le long de sa joue. Rhys l'écoutait mais ne disait rien.

-Je suis désolée de t'importuner avec mes problèmes. Mais je te remercie de m'écouter.
Et pour la première fois, elle lui adressa un sourire malgré les larmes qui courraient toujours sur son visage. Elle se sentait bien ici, en sa compagnie. Bien, elle était la seule à parler mais Hayley appréciait qu'il l'écoute aussi attentivement.

-Au fait, moi, je trouve qu'il fait beau aujourd'hui!





Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu veux être mon amie? [PV]   Lun 19 Sep - 0:38

Rhys écoutait sa camarade dans un silence quasi-religieux. Il est toujours difficile de discuter avec une personne en larme. Encore que là, il connaissait au moins la raison, ce qui donnait un pied d’appuie. Pour le coup, savoir lui rendait les choses plus difficiles encore. Il est toujours particulièrement ardu de trouver les mots dans le cas d’un décès. Certains préfèrent la solitude. Certains préfèrent pleurer toutes les larmes de leurs corps. Certains aiment avoir une présence silencieuse. Pour d’autres, il faut leur secouer les puces pour qu’ils se reprennent. Il y a toujours ceux qui ont besoin de quelques mots de soutien. Quelle catégorie choisir? Le mieux reste d’écouter, les gens donneront toujours des indications sur ce qu’ils veulent. Parfois, ce ne sont pas les mots qui parlent mais les gestes, les regards et les silences.

La réponse était vite trouvée, elle lui avait serré la main et parlait. Elle avait donc besoin de s’ouvrir, d’entendre que le monde continuait de tourner et que sa tristesse allait s’estomper petit à petit. Restait à trouver que dire. Ce qui n’était pas une mince affaire.


- Enchanté, Mlle Hayley Cinnamon des Serdaigles.


Il gardait son sourire, sans la moindre interruption. Cela met toujours un peu plus à l’aise qu’une personne dont les traits sont tirés. Même si ce n’était pas vraiment prévu au programme de la journée, il prendrait soin de sa nouvelle connaissance.


- Je suis désolé pour ce qui est arrivé… Tu as envie d’en parler?


En ce qui concernait la magie, il préférait éviter le sujet. Il avait déjà pris position à plusieurs reprise sur la possibilité ou non de son retour. Il ne faisait pas partie du clan qui croyait dur comme fer, ou du moins qui voulait croire dur comme fer, que la magie allait revenir. Il exprimait à l’occasion le fait que ça pouvait bien ne pas être le cas et qu’il fallait se mettre dans la tête qu’il faudrait se résoudre à continuer de vivre. Par contre, pour le côté solitude, il en connaissait un rayon, il ne s’était pas vraiment fait d’amis depuis qu’il avait atteint l’école.


- Tu parles à quelqu’un qui compte deux amis. Une élève qui quittera l’école dans quelques mois et une chaise à la bibliothèque. Sache qu’à partir de maintenant, qu’importe la coupe des maisons, qu’importe les heures, tu pourras toujours me trouver. Sache que même si je ne te connais pas, tu ne me déranges pas.


Les yeux du garçon se posèrent sur le cahier qu’il tenait dans la main. Ce n’était visiblement pas un cahier de cours. Trop petit format. Pas de matière marquée dessus. Pas assez corné comme ceux qui étaient lus et relus par les Serdaigles. Il le souleva pour attirer l’attention dessus.


- Tu écris?


C’était une chose qu’il avait pensé à faire. Ecrire est un bon moyen de s’exprimer quand on se sent seul ou que les mots peinent à sortir devant les gens. Après tout, un morceau de papier ne vous juge pas quand vous vous épanchez. Il avait tenté de le faire mais il se l’a avoué rapidement, il n’avait aucun talent pour ce genre d’exercice.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu veux être mon amie? [PV]   Mar 20 Sep - 18:20

Hayley se sentait un peu mieux. Elle avait pu parler à quelqu'un de ce qu'elle avait sur le cœur depuis si longtemps. Les larmes étaient si exceptionnelles pour elle. Mais la mort de sa grand-mère avait été la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase.

Elle était un peu rassurée de savoir qu'elle n'était pas la seule à ne pas avoir beaucoup d'amis. Et amusée du fait qu'ils aient un ami en commun. La chaise de la bibliothèque. Elle s'ouvrit à lui pour lui confier l'utilité de son cahier qui se trouvait auparavant posé à côté d'elle:

-Oui, j'écris beaucoup. J'aime pas vraiment parler de moi à quelqu'un, alors m'exprimer dans un cahier, c'est plus facile. J'étais venue ici pour ça, mais à la place, j'ai pleuré. Pitoyable, n'est-ce pas? Avoir pour seul confident un simple journal intime. C'est tellement banal! Je dois te dire que c'est ma faute, si je n'ai aucun ami. Je ne fais pas vraiment d'effort pour rencontrer de nouvelles personnes.

Elle regarda le jeune Poufsouffle qui l'écoutait toujours avec attention. Elle s’aperçut qu'elle lui avait plus parlé d'elle que le contraire. Très égocentrique de sa part. Elle désirait apprendre des choses au sujet de la personne qui l'avait si patiemment écouté durant ses longues minutes de lamentation.

-Je suis désolée de parler autant de moi. Et toi, qu'est-ce qui te retiens d'aller vers les autres. Tu as pourtant l'air très sociable vu la façon dont tu es venu vers moi.

La jeune Serdaigle était à l'aise en la présence de Rhys. A aucun moment, elle n'avait désiré fuir ou qu'il parte. Non, ce garçon était gentil et elle pouvait compter sur lui. Enfin, c'est ce qu'il lui avait dit plus tôt. Et elle était très tentée de le croire, malgré les difficultés qu'elle avait pour faire confiance à quelqu'un. Hayl's était intriguée par la spontanéité avec laquelle il était venu vers elle, comme s'il avait su qu'ils pourraient faire la paire tous les deux. Et alors qu'il n'avait pas encore répondu à sa première question, elle lui en posa une autre.

-D'ailleurs, pourquoi es-tu venu vers moi, alors que j'étais totalement inconnue? Non, pas que cela me dérange, ajouta-t-elle dans un sourire timide. Car je suis ravie d'avoir fait ta connaissance Rhys.

A partir de ce moment là, Hayley espérait vraiment s'être fait un ami parmi la centaine de sorciers qui vivait dans l'enceinte de l'établissement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu veux être mon amie? [PV]   Mer 21 Sep - 21:46

Ainsi, ce qu’il tenait entre ses mains faisait office de journal intime ou, du moins, quelque chose du genre. C’était un objet si commun aux jeunes femmes (et moins jeunes bien sûr). Le garçon ne trouvait absolument pas idiot de se confier à un cahier, au contraire, il considérait qu’il serait stupide de ne jamais s’exprimer. Il ne s’exprimait jamais… Il connaissait la valeur que ces objets pouvaient revêtir pour leurs propriétaires, une preuve écrite de leurs états d’âmes, leurs faiblesses, leurs secrets. Il le tendit donc à Hayley pour qu’elle puisse le mettre à l’abri de ses yeux, même s’il n’avait nulle intention de soulever la couverture.

- Pitoyable? Pourquoi pitoyable? C’est plus intelligent d’écrire que de se taire. Le plus important, c’est que ça te fasse du bien. Si on a envie de pleurer, on pleure. Si on a envie d’écrire, alors on écrit. Au maximum, je dirai que c’est triste que tu n’ais pas eut quelqu’un à qui parler jusque là.


Bien sûr, maintenant, elle pouvait compter sur son presque confrère. Oui, presque, parce que Rhys avait beaucoup de considération pour les Serdaigles et, puisqu’il les côtoyait beaucoup à la bibliothèque, il les voyait un peu comme des membres de sa maison. Après tout, il partageait leur soif de connaissance.

- En fait, si je ne parle pas avec les gens, c’est parce que je suis timide. J’ai tout le temps peur de déranger les autres… En plus, en début d’année, ça n’allait pas super fort et j’ai cru que ce que je devais faire, c’est beaucoup travailler pour donner des points à ma maison mais, pendant que j’étais à la bibliothèque, les autres se sont regroupés. Et, à vrai dire, je n’ai quasiment parlé avec personne d’autre que les Poufsouffles.

Répondre à la question sur la raison de sa venue allait être un peu plus délicat. Il faut choisir ses mots pour ne pas être mal interprété. Chez Rhys, c’était un comportement systématique, si quelqu’un n’allait pas bien, il fallait qu’il y aille pour aider. Pour quelqu’un qui manque de confiance en soi, il était possible de croire qu’il se fichait royalement de cette personne, que c’était automatique alors qu’en réalité, c’était parce qu’il s’intéressait à l’inconnu qu’il venait toujours.

- Je suis venu parce que je trouve que personne ne devrait pleurer. Encore moins toute seule dans un escalier sombre isolé de tous.

Il se tenait bien de rajouter que les lieux étaient probablement un nid d’araignées. Y penser l’aurait obligé à partir en courant sans se retourner, sans se soucier de qui que ce soit. C’est ainsi avec les phobies.

- En plus, un jaune et noir ne saurait ignorer quelqu’un qui ne va pas bien. Nous sommes les amis de tout le monde ici.

Il souriait à sa semi-blague. Ami de tout le monde était peut-être exagéré mais pour ceux qui savaient se montrer respectueux envers eux, il y aurait toujours la possibilité de créer des liens.

- En tout cas, si tu en as envie, on peut se revoir n’importe quand. Je ne suis pas trop surchargé en sortie entre amis.

Ce coup-ci, il riait vraiment. Enfin, pas d’éclat de rire, un petit ricanement discret, ce serait manquer de respect envers le travail de deuil même si bien souvent, les gens en arrivent à rire à pleine gorge après les mises en terre.

- Et toi? Pourquoi tu ne vas pas voir les autres?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu veux être mon amie? [PV]   Lun 26 Sep - 18:19

-On peut dire que nous sommes presque pareille toi et moi, j'ai toujours peur de déranger les autres aussi. Et si j'avais passer moins de temps dans mes bouquins, j'aurais, je dis bien j'aurais, pu me faire au moins quelques amis. Moi aussi, je trouve ça triste de n'avoir personne à qui parler qu'un petit cahier, tu sais. C'est ce que je voulais dire par pitoyable. En plus, j'ai de mal à m'exprimer avec un étranger sans rougir et bafouiller.

Hayley, grande timide, commençait déjà à prendre des marques avec le Pouffsouffle. Elle n'y pouvait rien, c'était sa capacité d'adaptation.

-Je te remercie du fond du cœur d'être venu, Rhys. Jamais on ne se serait rencontrés, et cela aurait été bien dommage, il me semble. Car nous avons l'air d'avoir beaucoup en commun. J'espère vraiment te revoir. Comme tu les dis si bien, je ne suis également pas surchargée de sorties ces temps-ci.

Et voilà, elle venait presque de proposer à Rhys d'être son ami, même si elle le connaissait encore très mal. Après tout, se dit-elle,c'est le but d'une amitié d'apprendre à se connaître. Donc, elle décida de tenter sa chance et de demander au jeune blaireau d'être son nouvel ami.

-Dis, Rhys, tu veux être mon ami? Parce que...
Puis elle se tut. A quoi bon se justifier? Cette demande était toute innocente et pouvait réellement aboutir à une réelle et durable relation amicale entre les deux jeunes premières années. Et pour la première fois depuis le début de leur discussion, Hayley rougit! Non pas qu'elle se sentait ridicule de poser cette question, mais elle avait peur que le jaune et noir refuse.

-Je voudrais pas te forcer non plus. Mais je me disais que deux jeunes premières années qui ont beaucoup de choses en commun comme nous pourraient être de bons amis pour longtemps, tu ne penses pas?
Elle rigole. Elle venait de se dire qu'elle n'avait pas à se justifier mais elle l'avait quand même fait à cause de son sentiment de peur. Elle avait toujours des réactions excessives dans l'appréhension. Comme la fois où elle avait demandé à Charisma Kostovak, pourquoi les gens la trouvait bizarre. Sauf, que maintenant, elle ne voulait pas affronter la réponse du jeune garçon. C'est pourquoi, elle lui arracha son carnet des mains et se leva d'un bond pour partir.

Hayley avait mal au cœur de quitter aussi brutalement un aussi gentil garçon qui l'avait quasiment consolée. C'est pourquoi, avant de vraiment rejoindre son dortoir, elle lui jeta un dernier coup d’œil en espérant qu'il lui réponde
positivement. Mais, la réponse se fit trop tarder à son gout, alors elle lui lança, pleine d'amertume:
-Encore merci Rhys. Si tu veux que l'on se revoie, préviens-moi. Je serais probablement à la bibliothèque durant les prochains jours.

Elle s'essuya les joues et les yeux avec un pan de sa robe de sorcière et sortit de le couloir. Elle voulait que son jeune ami la poursuive pour lui dire qu'il voulait lui aussi être son ami.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu veux être mon amie? [PV]   Mar 27 Sep - 20:25

Pourquoi partait-elle comme ça? Certes, il avait été un peu long à répondre mais ça n’avait nullement de raison de provoquer une telle réaction. Sa réponse était évidemment « oui », il essayait juste d’y mettre les formes. Ce n’était pas le genre de chose où il fallait laisser penser qu’on acceptait par pitié ou par dépit, à défaut de trouver mieux. Voilà que le garçon quittait son rôle de protecteur pour devenir un jeune homme sociable et il foirait lamentablement… encore. Pas de doute, il lui fallait réparer ses erreurs ou assumer de sacrifier une personne qui pourrait lui être proche, sur l’autel de la timidité. D’autres fois, peut-être, mais pas celle-ci, pas Hayley.

Il se mit vivement sur ses pieds et courut derrière Hayley. Diable qu’elle marchait vite. Diable que les jambes de Rhys étaient faibles et peu productives. C’était totalement essoufflé qu’il parvint à lui attraper le bras et l’arrêter. Comment pouvait-il avoir des membres inférieurs, pourtant symboles de la puissance de la race, aussi peu musclés. Haletant, il serait bon de faire une révision des poumons aussi, pi le cœur… Rhys était penché en avant, les mains sur les genoux, tentant de ne pas mourir. Quelle distance avait-il pu parcourir? Cent, cent dix mètres? Quelle prouesse.

Une fois en état de communiquer, il attaqua.


- Désolé… Je… ne voulais pas que tu penses que… je ne voulais pas. Je veux qu’on soit ami. Ce serait bête de ne pas l’être alors qu’on est pareil tous les deux. A une différence près, mon écharpe est plus jolie.



Une petite boutade tellement courante entre les maisons ne pouvait que désamorcer un peu la situation. Enfin, il préférait tout de même les couleurs de sa maison, mais c’était juste une question de gout vestimentaire.


- Tu veux qu’on marche? Enfin, si on ne m’ampute pas les jambes à cause de la douleur.


Il se mit en route, à moitié boitillant Le petit bonhomme en mousse, qui s’avance et rate le plongeoir…


- Dis? Comment est-ce que tu as découvert que tu es une sorcière?


C’était une question qu’il posait souvent, enfin dans la limite où il pouvait avoir une conversation assez longue pour se permettre d’aborder le sujet et qu’il ne soit pas en train de travailler. A la réflexion, il n’avait dû la poser qu’à sa préfète lorsqu’il était en train de déprimer sous son arbre. Mais, quoi qu’il en soit, il l’avait souvent pensé, ce n’était tout de même pas sa faute si les gens ne comprenaient pas ce qu’il n’avait pas verbalisé. Si?
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu veux être mon amie? [PV]   Ven 30 Sep - 16:42

Hayley était aux anges. Souvent, elle avait des réactions excessives quand elle était stressée, en colère ou encore très heureuse. Cette fois, sa réaction fut de presque sauter dans les bras de Rhys pour le remercier d'être son ami. Elle le serra jsute contre à vrai dire. Mais c'était déjà pour elle un grand signe d'affection. Son geste étonna le Pouffsouffle, bien sûr. Mais, elle s'en fichait. Après tout, elle était tout à fait capable de reconnaître quand elle avait l'air ridicule, et là, la jeune Serdaigle avait l'air d'un lutin ayant mangé trop de sucre.
Elle ne marchait pas au côté de son ami, elle sautillait. Enfin, elle se conduisait comme une enfant de son âge, curieuse de découvrir une nouvelle chose. La question posée par le jeune garçon était très intéressante. Hayley lui répondit très franchement:

-Tu vas rire! Le jour de mes neuf ans, une de mes vieilles tantes moldues m'a offert une horrible robe à fleurs. Pendant tout le diner, je n'ai pu m’empêcher de la fixer comme si j'allais pouvoir effacer les motifs floraux avec un simple regard.
Elle s'interrompit pour voir si Rhys suivait. En fait, il semblait suspendu à ses lèvres. Il devait sûrement penser qu'elle avait réussi à effacer les fleurs du tissus. Elle reprit son histoire:

-Comme je le disais, je trouvais vraiment cette robe à fleurs laide. J'étais en colère contre ma tante d'avoir OSER acheté une telle horreur. Et je ne te l'ai pas encore dit, mais quand je ressens de émotions intenses, j'ai des réactions excessives, comme le câlin de tout à l'heure. Alors, je crois que j'ai...comment dire...déversé ma colère par mon regard. Et le vêtement a pris feu!!! Ma tante était horrifiée, elle est partie en courant. Mais mes parents souriaient et riaient. Moi, je ne savais pas ce qu'il se passait. Et c'est là que me mère m'a annoncé que j'étais une sorcière.

Voilà son histoire. Hayley aimait bien raconter cette anecdote car elle la trouvait vraiment drôle. Jamais la tête de la vieille dame ne quittera son esprit. Et dire qu'elle la traitait de sorcière avant de savoir que c'était elle qui en était une.

-Et je tiens à te dire que...Mon écharpe est bien plus jolie que la tienne, ajouta-t-elle en tirant la langue à son ami. Tu n'es pas bien sportif pour un garçon. Je devrais demander à Sawyer Rae de te donner quelques leçons. Il est à Pouffsouffle également, tu le connais?

Elle riait, son chagrin était presque oublié. Hayley ressentait néanmoins un pincement au cœur que plusieurs éclats de rie ne suffiraient pas à effacer. La perte d'un membre de la famille est toujours difficile. Mais, elle ne voulait plus pleurer pour l'instant. Elle tenait à se montrer telle qu'elle était., c'est à dire forte mentalement.


-Et toi, Rhys, comment t'as découvert que t'étais un sorcier? Parce que j'aimerais vraiment savoir moi aussi!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu veux être mon amie? [PV]   Lun 3 Oct - 0:30

Décidément, le jaune et noir ne comprenait vraiment rien aux femmes. Bon, ça, ce n’était pas un scoop non plus, mais plus le temps passait plus il se rendait compte qu’il était encore plus à côté de la plaque. Pauvre garçon, si tu savais à quel point ça se compliquera encore dans l’avenir… En fait, si tu le savais, tu deviendrais probablement gay en avance, mon mignon. Dans quelques années, tu sauras que ce qu’il y a de pire au monde, ce n’est pas la bombe nucléaire, ce n’est pas l’indifférence des gens à la misère des autres, c’est lorsqu’il pleut des cordes, que tu crèves un pneu, que tu t’énerves à changer la roue en sachant que tu vas tomber malade et qu’en rentrant chez toi, au lieu de trouver du réconfort, tu auras ta femme qui t’attendra de pied ferme, te suspectant de la tromper parce que tu n’as pensé à prévenir de ton retard. Oui mon gars, tu galères et ce n’est pas finit.

Bref, Rhys ne comprenait pas vraiment pourquoi, après l’avoir littéralement fuit, elle lui sautait au cou. Il en arrivait à se dire qu’il ne fallait plus chercher d’explication. Prends les choses comme elles viennent, pense juste à esquiver si la chose en question est une main qui vise ta tête. Incompréhension et manque d’habitude, il s’était retrouvé idiot avec la jeune femme contre lui, ne sachant comment réagir. La serrer aussi? Faire une tape amicale sur l’épaule? La repousser? Difficile de faire un choix sans savoir lequel lui ferait risquer l’émasculation, parce que ça, faut dire, ce n’est vraiment pas cool. L’étreinte se desserra sans qu’il ait bougé mais visiblement, elle ne lui en tint pas rigueur.

L’étonnement se poursuivit quand sa mémoire lui rappela les dernières personnes qui l’avaient enlacé. Sa mère pour commencer. La dernière fois, c’était avant son départ pour l’école. Un moment qu’il chérissait parce qu’il n’avait pas la possibilité de le renouveler avant un bon moment. Pour continuer, il y avait Romilly, lors du bal de Noël, lorsqu’ils avaient dansé. Le simple fait de penser à ça le rendait tout chose, tout gai. Et absolument pas gay, bien au contraire Même sans savoir pourquoi, il savait pertinemment qu’il donnerait beaucoup pour revivre cet instant. Mais l’espoir était faible.

Ainsi donc, Hayley était la troisième personne à toucher le Poufsouffle depuis l’été précédent et cela procurait un plaisir intense au gamin. Dans les sociétés occidentales, le toucher est presque un sens banni, honteux, uniquement réservé à l’intimité ou aux malades. Pourtant, il est souvent la base du lien entre les gens, le bébé posé sur le ventre de sa mère à la naissance, les câlins ou encore les baisers… Si Rhys avait apprécié ce contact malgré son éducation occidentale, c’était parce qu’il se sentait seul depuis longtemps et qu’il venait de recevoir une marque d’amitié, la preuve d’une présence avec lui.

Il était en de bonnes dispositions pour passer un moment agréable. Il ne réagissait pas à sa camarade sautillante à côté de lui bien qu’en temps normal, une attitude aussi peu discrète, qui attirait l’attention l’aurait mis mal à l’aise. Il ne faut pas exagérer non plus, il restait à marcher le plus naturellement du monde, affichant ce sourire qu’il avait un peu de mal à sortir ces derniers temps.

Le garçon écoutait attentivement les explications de la Serdaigle sur sa découverte de la magie. Un vêtement qui prend feu et la panique. Comment ne pas faire le lien avec sa propre histoire. Par contre, il était beaucoup moins joyeux en sachant que c’était la colère plus ou moins volontaire qui avait déclenché l’incident. La colère est toujours une mauvaise chose, elle entraine une perte de contrôle, une réaction excessive.


- Attention à la… non rien.


Ce n’était ni l’endroit, ni le moment, ni les bonnes personnes pour une leçon de morale sur le contrôle de ses sentiments et la responsabilité qu’entrainait la magie.


- Visiblement, ca s’est bien passé pour toi si vous rigoliez. En une seule soirée, tu t’es débarrassée du problème de porter la robe et tu as gagné ton entrée pour Poudlard, ce n’est pas mal du tout. Tu as revu ta tante depuis?


Des oncles et tantes, Rhys en avait aussi mais il ne les avait jamais vus, du moins, il n’avait aucun souvenir d’eux. Peut-être étaient-ils venus pour sa naissance mais sa mémoire de bébé n’avait pas imprimé l’information. Le garçon ne savait pas exactement pourquoi il ne les voyait jamais, on ne parlait pas d’eux à la maison. Il avait juste vaguement comprit qu’il y avait eut des disputes et que son père n’était pas le bienvenu parce qu’il était un sorcier. A moins que ça soit l’inverse, sa mère qui était une moldue, handicapée de surcroit, n’était peut-être pas assez bien pour la famille de l’homme. La notion de sang-pur était au cœur de beaucoup d’idées mauvaises, il ne fallait pas longtemps pour en entendre parler, même lorsqu’on cherchait à l’éviter. Est-ce que M. Ellis était de sang-pur? Il n’avait pas l’air de faire partie du groupe des fanatiques de la lignée mais ça ne voulait rien dire. Quoi qu’il en soit, pour Rhys, son statut était clair, il était de sang-mêlé.

Revenons à l’écharpe. Comment osait-elle dire une chose pareille avec une telle effronterie? L’écharpe des Serdaigles plus belle que la sienne…


- Je ne peux te laisser dire une chose pareille. Le jaune, c’est la couleur du soleil, de la chaleur, de la vie alors que le noir est la couleur de la discrétion, de la modestie, de la classe. Tu as déjà vu un smoking tout bleu? Non, ce serait moche. Le gris, c’est la couleur du délavé, il ne sait pas s’il doit être blanc ou noir. C’est triste le gris. Donc, les Poufsouffles sont meilleurs que les Serdaigles.


Comment ça son argumentation ne tenait pas la route? Peu importait, il ne s’agissait que d’un débat de forme alors que le fond était sans importance pour lui.


- Effectivement, je ne suis pas sportif et tout maigrichon mais ça me va très bien. Le sport, c’est pour ceux qui ne trouvent pas le chemin de la bibliothèque.


Il souriait pour bien signifier qu’il s’agissait à nouveau d’une boutade, il n’avait rien contre les sportifs, si ce n’est qu’il ne comprenait pas leur engouement pour quelque chose qui fatiguait physiquement sans enrichir intellectuellement. Une différence manifeste de culture qu’il ne souhaitait pas classer l’une par rapport à l’autre. Les deux devaient surement se valoir.


- Je connais un peu Sawyer mais pas plus que ça. On a déjà travaillé ensemble quelques fois mais, pour moi, c’est un Poufsouffle de première année. On ne se fréquente pas s’il n’y a pas de raison spéciale de le faire.


Effectivement, puisque Rhys n’avait pas d’ami, peu de chance que Sawyer en face partie.


- J’ai découvert la magie un peu comme tout sauf que je ne fêtais pas mon anniversaire, qu’on ne voulait pas que je porte de robe et que ça ne s’est pas bien passé. Je devais avoir sept ans ou quelque chose que ça, je dois dans la salle à manger et, je ne sais pas pourquoi, un rideau à prit feu. Ca ne pouvait être que moi vu que j’étais seul. Le problème, c’est que la moitié de l’appartement à brûlé dans l’incendie, on a dû partir à cause de ça.


Comme à chaque fois qu’il mentionnait cet épisode tragique de sa vie, Rhys n’était pas fier de ce qu’il avait fait. Il était honteux.

1259 mots
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu veux être mon amie? [PV]   Mar 4 Oct - 18:33

L'histoire de Rhys la toucha profondément. Hayley venait d'évoquer les flammes en rigolant et il lui annonçait qu'il avait détruit sa maison par le feu. Elle était gênée, elle ne savait pas comment réagir. Elle décida de détendre l'atmosphère car elle sentait la honte du jeune homme.

-Bref, je faisais de l'humour pour l'écharpe, tu sais. Je trouve que les couleurs de toutes les maisons sont très belles. Elles ont chacune leurs différences et leurs ressemblances, et c'est ce qui fait de Poudlard une si grande école. Mais, si ça peut te faire plaisir, il est vrai que les couleurs de ma maison sont assez froides.

Elle décida ensuite de revenir sur l'accident qu'avait provoqué son ami alors
qu'il était encore incapable de contrôler ses pouvoirs.


-Dis toi, que, contrairement à moi, tu n'as pas décidé de détruire quelque chose. Ce qui fait de moi une personne horrible...Oh mon Dieu, jamais je n'avais pensé à ça! Je suis une garce!!!

Vrai, jamais la jeune Serdaigle n'avait réaliser qu'elle avait mal agi en tentant de détruire le vêtement par un simple regard. Elle se sentait aussi mal que le jeune homme.

-Il est vrai que nous rigolions bien ce jour-là, mais on va dire que ce n'était pas à la même échelle que ton histoire. Je suis vraiment désolée,Rhys.

Elle ne voulait plus revenir sur ce passage de la vie de son ami. Hayley savait bien au fond d'elle, que ce n'est pas le genre de choses que l'on évoque deux fois. Elle décida de clôturer une bonne fois pour toute cette conversation

-Non, je n'ai jamais revu ma tante. En fait, je crois qu'elle me soupçonne d'être une sorcière, elle avait déjà vu plusieurs choses étranges à la maison avant cet incident.

La jeune Serdaigle changea de sujet pour ragaillardir le jeune Pouffsouffle. Seulement, elle ne savait pas quel thème aborder. Elle pouvait lui parler de Sawyer, son autre ami, mais Rhys n'avait pas réellement l'air de l'apprécier. Il faut dire qu'elle non plus, au début, ne l'aimait pas beaucoup. Elle pouvait également lui parler de l'école, mais cela aurait été bien trop simple. Que pouvait-elle bien faire? Elle réfléchi quelques secondes avant de se souvenir de la phrase que le jaune et noir n'avait pas finie. Attention à la... A quoi avait-il
voulu faire allusion? Surement à sa découverte de la magie. Hayley ne voulait vraiment pas remettre ça sur le tapis. Le pauvre Rhys devait être suffisamment perturbé comme ça.

-Alors, c'est quoi ta matière préférée ici? Moi, ce sont les sortilèges incontestablement. Mais, bon, avec la magie, ça doit être encore mieux!! Tu sais, j'ai tellement de questions à te poser. Est-ce que tu as des frères et sœurs? Es-tu le premier de ta famille à venir à Poudlard? Oh lala, tu dois me trouver vraiment bavarde maintenant,non? Bon, c'est mieux que pleurnicharde.

Elle était d'humeur vraiment joyeuse, enfin aussi joyeuse que possible dans le
deuil. Deuil...une autre question lui vint en tête. Et si Rhys avait perdu des membres de sa famille dans l'incendie? Elle n'osait pas lui poser la question. Mais, elle y songeait. Elle reprit la conversation là où elle l'avait laissée. Pas vraiment, elle changea encore de sujets. Elle désirait à tout pris éloigner l'ombre du récit du Pouffsouffle.


-Je ne suis pas tellement sportive non plus. Je me suis essayée plusieurs fois
au Flyzbee, mais, je dois dire que je suis pas très douée pour cela. Je suis plutôt intellectuelle, si tu vois ce que je veux dire. Le sport, c'est pas mon truc non plus.


A court de conversation, elle se tut, essoufflée par son monologue des
dernières minutes.

{628}
608
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu veux être mon amie? [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu veux être mon amie? [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tu veux être mon amie? [PV]
» Personne ne veux de moi comme amie ? (Fiche de lien et de RP de Yuki.)
» Tu veux bien être mon amie ? [PV : Bee]
» recherche amie
» j' ai déjà la rolex, je veux le gronavionkivanavex

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 12-
Sauter vers: