AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Mayday! (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Mayday! (PV)   Lun 24 Oct - 0:14

Les examens de fin d’année approchaient, et Tarek commençait à stresser : il avait peur de les louper et de devoir refaire sa première année, ce qui l’effrayait au plus haut point : ce serait certainement un échec bien cuisant pour le garçon qui considérait qu’aller à Poudlard était la chance de sa vie, contrairement à son frère qui avait préféré ne pas y aller, en partie par imitation de leur plus vieux frère qui lui s’en sortait très bien sans jamais avoir eu de diplôme de magie. Enfin, s’en sortir c’était beaucoup dire, et selon les nouvelles il passait plus de temps avec deux-trois amis et avec sa copine – une moldue – qu’au boulot. Malheureusement, il n’avait pas l’impression que quelqu’un dans son dortoir soit vraiment capable de l’aider : ses camarades féminines, toutes plus volubiles les unes que les autres, semblaient mieux parler que travailler. Il fallait donc aller voir ailleurs.

Il avait donc fait sa petite enquête, tenté de savoir qui parmi les premières années serait susceptible de lui donner quelques conseils sans se moquer de lui, parce qu’il y avait là quelque chose qu’il ne pouvait supporter. Et puis un garçon, de préférence, les demoiselles ayant une fâcheuse tendance à le déconcentrer. Son malheur était que la première année de Gryffondor était composée quasi exclusivement de filles, qui, comme je l’ai dit, ne pouvaient pas trop l’aider. Quant aux Serdaigle, ils n’étaient pas son genre : trop sérieux, tout ça…sans compter que là encore, il n’y avait que des filles ! A croire qu’aucun sorcier n’était né cette année là ! Il avait donc jeté son dévolu sur un Poufsouffle discret mais à l’air intelligent : Rhys Ellis.

Le problème, ensuite, était de le chopper à un moment où ils pourraient discuter sans être dérangé par la perspective d’un repas ou d’un autre cours dans l’heure qui suivait, et ces moments étaient assez rares dans la mesure où il y avait deux emplois du temps à concilier, ceux qui avaient des amis dans plusieurs maisons le comprendront. Ce moment se présenta un samedi après midi, bien que travailler le week end relevât pour Tarek du sacrilège : il y avait déjà tout le reste de la semaine pour ça ! Bref, au moment où les deux premières années se croisaient, le Soudanais arrêta son camarade :

- Eh, salut, Rhys, c’est ça ? Moi c’est Tarek, ça va ?

Voilà une façon tout à fait originale d’engager la conversation, n’est-ce pas ? Il ne fallait pas que Rhys croie que Tarek venait seulement pour qu’il l’aide, ce qui n’était d’ailleurs pas vraiment le cas : le garçon en avait quelque peu assez de ne voir que des filles : bien qu’il appréciât ses camarades et les trouvât fort jolies, les garçons étaient quand même mieux, puisqu’ils avaient tout pour eux. Un peu macho, Tarek ? A peine, sa confidente n’était autre que sa sœur, après tout, y compris quand il était loin d’elle, comme c’était le cas actuellement.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mayday! (PV)   Ven 25 Nov - 22:32


- Ce soir, nous avons un nouveau parmi nous. Veux-tu venir te présenter?


Rhys se lève et va se mettre face à la foule


- Bonsoir. Je m’appelle Rhys, stress, Ellis. Ca fait maintenant trois mois que je suis accroc. Au début, c’était des petites doses mais maintenant, je ne peux pas passer une heure sans ma dose.

- Soit le bienvenu aux stressés anonymes Stress Ellis.

Ce n’était pas la réalité mais ça ne semblait qu’une question de temps avant qu’il ne se fasse interner. L’approche de exams de fin d’année le bouffait de l’intérieur. Ridicule vous me direz, il faisait partie des élèves les plus brillants de sa promo mais c’est toujours lorsqu’on atteint des sommets qu’on se mets à douter de ce que l’on fait. C’est un paradoxe bien connu de tous, ce sont ceux qui sont les moins talentueux qui ne se remettent jamais en cause, contrairement à leurs opposés.

Travailler, travailler et travailler encore. Quoi que puisse dire sa chère Eva-Rose, il ne prendrait pas de repos. S’il n’avait pas un « optimal » aux trois quarts de ses matières, hormis la botanique encore et toujours, se serait l’horreur absolu, un déshonneur sans nom. Son objectif personnel, vaincre les Serdaigles sur leur terrain. Cependant, il ne faut toujours pas y voir une marque de compétition entre les maisons mais plutôt une légère marque d’orgueil du garçon.

Ce week end si, le Poufsouffle avait mal au crane à cause de trop de théorie. Il se mit en tête d’aller marcher un peu et peut-être que ses pas le mèneraient à la bibliothèque où il reprendrait son dur labeur sur un autre des nombreux sujets qu’il devait potasser dans la journée. Quand il bloque, il repart souvent d’autre part avant de revenir et peut-être qu’une solution miracle lui apparaitrait. Il remit son bras brisé correctement dans son écharpe non sans laisser une grimace de douleur s’échapper et partit dans les couloirs.

Il n’avait pas parcouru une longue distance qu’il se fit alpaguer par un autre élève ce qui, en soi, est assez rare vu le ratio féminin de l’année.

- Oui, c’est moi. Ca va.


Il jeta un coup d’œil vers son bras. [/]

- Enfin… Et toi? Tu fais quoi de beau en cette si charmante après-midi?
[i]

D’humeur joviale le jeunot? Non, il ne faut pas exagérer, il sait parfaitement se montrer poli et hypocrite. Oui, oui, hypocrite. Rhys n’est pas dupe, depuis le début de l’année, lorsqu’on venait lui parler, ça concernait beaucoup un coup de main d’ordre scolaire puis c’était de nouveau le silence. Il attendait donc de savoir ce que son collègue voulait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mayday! (PV)   Mer 30 Nov - 0:39

Ce fut un mouvement de bras de Rhys qui fit remarquer à Tarek que le Poufsouffle avait le bras dans le plâtre. Sur le moment, il n’avait pas fait le rapprochement, le nom, la maison, tout ça…puis tout à coup, une petite lumière apparut au-dessus de son crâne et il comprit. C’était donc lui le petit Poufsouffle qui avait montré un courage sans commune mesure – ou une imbécilité sans nom – en venant s’interposer entre la Préfète de Poufsouffle et un septième année de Gryffondor. La salle commune avait longtemps jasé là-dessus, il fallait le dire, tantôt insultant la Préfète, tantôt s’en prenant à McGonagall, tantôt rigolant de la bêtise d’un garçon qui, bien qu’en septième année, s’en était pris à une Préfète avant de littéralement tabasser un gosse de onze ans, ce que soit dit en passant, Tarek ne trouvait pas très brave ni correspondant aux idéaux de sa maison.

- Ah ! Mais oui ! C’est toi qui as tapé un élève de ma maison ! Respect, lui dit-il en lui tendant la main, je sais pas si j’aurais osé, moi. Mais pourquoi t’as fait ça ? T’en pinces pour la Préfète ?

Tarek s’arrêta soudain en se rendant compte que tout ça n’était pas très poli et que sa mère lui aurait sans aucun doute tiré les oreilles si elle l’avait entendu parler ainsi, à un étranger qui plus est. Enfin, Rhys et lui étaient de la même année, mais c’était à peu près tout : ils ne s’étaient pas parlés en presqu’un an, et ça n’aurait sans doute pas changé si le jeune Gryffondor n’avait eu besoin de l’aide de son camarade. D’un autre côté, ça n’était pas vraiment de sa faute : le Poufsouffle n’était pas très loquace non plus, et les filles dont il était entouré occupaient tout le temps du Soudanais.

- Oui, ça va aussi, répondit-il de sa petite voix fluette, enfin, celle d’un gamin de onze ans, vous aurez compris. Quand à ce qu’il faisait, c’était une bonne question. Ah ben si, il s’en souvenait maintenant. Je me promenais, à la recherche de compagnie pour échapper aux filles, elles arrêtent pas de parler. Ca te dérange pas ?

Bon, certes, depuis quelques secondes, c’était Tarek qui n’arrêtait pas de parler, mais il fallait bien que quelqu’un le fasse, non ? Et ça n’était pas la même chose, d’ailleurs, car encore une fois, si Tarek adorait les filles de sa maison, elles avaient quand même beaucoup de discussions de filles, et le garçon ne se voyait pas débattre longtemps avec Opalyne sur le Préfet de Gryffondor ou Lexy Terence. Après tout, il était un garçon et ne regardait pas les autres mecs, assez logique, non ? Pis si Rhys ne voulait pas de sa présence, c’est que de toute façon il ne voudrait pas l’aider pour les examens, pour cette toute petite question qu’il avait, mais néanmoins d’une importance extrême. Dans ce cas, le Soudanais partirait sans demander son reste, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mayday! (PV)   Ven 2 Déc - 22:25

Rhys était toujours aussi gêné de l’intérêt que les gens pouvaient porter à toute cette histoire. Rhys n’aimait pas du tout attirer l’attention et n’avait pas penser un seul instant que les choses tourneraient ainsi mais les faits étaient clairs, ça avait fait les gros titres des journaux. Pendant un bon moment, les élèves avaient parlé de ça. Selon les maisons, les réactions n’étaient pas vraiment les mêmes. Il semblait que les Gryffondors reportaient la faute sur les Poufsouffles, les Poufsouffles se moquaient ouvertement du septième année qui s’était fait briser les noix par un gosse. On approche presque les drames de plus belle la vie.

- En effet, c’est moi. Ca n’a pas été une grande victoire, il n’y a rien à respecter. Chez les Poufsouffles, on est tous solidaire et ma préfète est une amie très chère, c’était normal d’y aller.


C’est vrai, pas un instant, il n’avait pensé aux divers risques qu’il prendrait en intervenait. Malgré tout, même en connaissant les conséquents pour le moins douloureux et handicapant, il n’hésiterait pas à recommencer quitte à perdre l’usage de son deuxième bras et de devoir demander un coup de main à chaque fois qu’il irait aux toilettes.


- Echapper aux filles? Je connais bien ce problème.


Ca on peut le dire, si Eva-Rose n’est pas la fille la plus bavarde qu’il connait, il faut avouer qu’il fréquente son strict opposé, mademoiselle Opalyne Hummingbird, une concitoyenne de Tarek d’ailleurs.


- Je parle à Opalyne Hummingbird. Je suppose que tu la connais, il est difficile de ne pas de pas la remarquer. Elle… parle… C’est le moins qu’on puisse dire.


N’allez pas y voir une quelconque critique ou un jugement sur la demoiselle, il l’appréciait mais il faut dire qu’elle pouvait être un peu … envahissante avec son flot perpétuel de parole. Malgré tout, elle était devenue son coach personnelle de relation sociale. Qui mieux qu’une pipelette peut enseigner à parler sans retenue? Enfin bref, nous nous éloignons un peu du sujet.


- J’allais travailler à la bibliothèque mais rien ne presse.


Quel menteur né! Bien sûr que pour lui les révisions étaient une priorité absolue mais, à l’occasion, il faut savoir se montrer un peu sociable.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mayday! (PV)   Dim 4 Déc - 18:58

Tarek trouva étonnant que Rhys le détrompe à propos de son coup de maître face au septième année : s’il avait été à sa place, le jeune Soudanais s’en serait gargarisé. En effet, mettre à terre un gars de six ans de plus en s’en sortant uniquement avec un bras cassé, et tout ça pour les beaux yeux d’une fille, le jeune lion aurait aimé avoir le courage de le faire ! Certes, il n’en aurait pas lui-même parlé dans toute l’école, mais il aurait laissé le bouche à oreille répandre la rumeur – ou la vérité, en l’occurrence, et n’aurait certainement pas dit à ceux qui venaient le féliciter que non, il n’y avait rien d’exceptionnel.

- Tu rigoles ? Pas une grande victoire ? Tu l’as mis KO ! Tu parles bizarrement, t’sais ?

Ouais, Rhys lui paraissait un peu bizarre, mais pas de problème, sa maman lui avait toujours dit qu’il fallait savoir accepter les gens différents, même s’ils pouvaient sembler bizarres, et là encore, évidemment, Tarek comptait écouter sa maman qui avait toujours raison, ou au moins la moitié du temps. Et puis, d’un autre côté, il ne pouvait pas changer les Poufsouffle, alors à quoi bon essayer ? Il n’était pas Rhys, Rhys n’était pas lui. Le Soudanais n’aurait sans doute pas eut le courage (ou l’imbécilité) nécessaire pour s’attaquer à plus fort que lui, le Poufsouffle l’avait fait mais ne s’en ventait pas. Même le jeune lion pouvait voir ce qui était le mieux entre les deux.

Les deux garçons avaient cependant au moins une chose en commun : tous deux connaissaient Opalyne. Evidemment, pour Tarek, c’était logique, puisqu’ils étaient dans la même classe, mais ça n’était pas forcé qu’elle eût parlé à Rhys puisqu’ils n’étaient pas de la même maison. Non qu’il y eût un problème particulier à cela, mais c’était juste moins probable, moins inévitable. En tout cas, le Soudanais ne pouvait qu’être d’accord avec le Poufsouffle : Opalyne parlait beaucoup et il était difficile de l’arrêter à moins de trouver un sujet sur lequel elle ne sût rien dire.

- T’as raison, mais elle est trop sympa, Opalyne ! Dommage que ce soit une fille !


Oui parce que ça, Tarek l’avait quand même remarqué : la jeune lionne était loin d’être un garçon, et du coup elle avait des goûts fort différents des siens et par exemple la dérangeante manie de sauter sur tous les garçons qu’elle voyait, surtout quand ils étaient beaucoup trop vieux, comme ce Lexy machin chose ou Camille, le Préfet de Gryffondor. Or, être ami avec une fille, ça n’était pas possible, sauf avec ses sœurs, mais justement parce que c’étaient ses sœurs.

Bon, apparemment Rhys allait travailler. Ils n’avaient qu’à se diriger ensemble vers là bas, et comme ça Tarek trouverait peut-être un moment pour demander un peu d’aide à son camarade, sur deux-trois points particulièrement épineux. Bref, il verrait ça plus tard, au moment opportun qui n’était pas arrivé.

- Ok, bah on a qu’à faire ça et on verra là bas !

Etrange d’ailleurs qu’ils se soient trouvés sur le chemin de la bibliothèque puisqu’a priori les deux salles communes ne prenaient pas les mêmes escaliers et couloirs pour y arriver, mais ça n’était pas le problème de Tarek : l’important était qu’il eut trouvé Rhys. Ce devait être le destin qui l’avait aidé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mayday! (PV)   Mar 6 Déc - 23:44

Visiblement, c’était une idée fixe chez le jeune soudanais, frapper son adversaire est une marque de puissance, de force, de pouvoir et de virilité. En gros, un peu tout ce que n’est pas Rhys. La force avec ses bras en mousse, ce n’est pas vraiment ça. Visiblement, les taux de testostérone devaient être anormalement bas pour qu’à aucun moment, le garçon n’ait eut envie de s’imposer et de se mettre en valeur devant les autres. Ceci dit, le jeune fille aiment se mettre en valeur aussi, l’explication ne se trouvent peut-être pas dans les hormones. Est-ce culturel? Difficile de dire si Tarek et Opalyne avait reçu cette culture commune à des lieux si éloignés. Oui, Rhys n’était pas le plus sociable des résidents mais il ne fallait tout de même pas le prendre pour une crèpe, quand un élève vient de si loin que le Soudan, ça finit par se savoir de tout le monde.

- Il y a une chose qu’on m’a toujours enseignée. Se battre est une défaite car elle veut dire que les mots n’ont pas suffit. Vaincre l’homme le plus fort du monde ou frapper un bébé, c’est la même chose, un défaite.

D’un côté, peu importait à Rhys cette différence de point de vue, c’est bien parce que certaines personnes n’hésitent pas à utiliser la violence qu’il y avait du monde pour défendre les gens qui ne se battaient pas. Imaginez la gueule de la bataille finale, quelques années plus tôt, si Lord Voldemor et Harry Potter avaient joué l’avenir du monde aux dominos… Tout de suite moins classe, il faut en convenir. Quand on a quelqu’un qui ne joue pas le jeu en face, il faut qu’il y ait du monde qui ait le courage d’utiliser les mêmes armes pour contrer la menace.

Sur un tout autre plan, il ne voyait absolument pas pourquoi, aux yeux du gryffondor, être une fille était un problème chez Opalyne. Si elle n’était pas une fille, elle aurait surement moins cette propension à parler à tout va et n’aurai pas parler de Marius alors, d’un côté, c’est bien parce qu’il s’agit d’une fille que Rhys la connaît.

- Pourquoi est-ce que c’est dommage? Moi, ça ne me pose aucun problème. Elle parle beaucoup de garçon mais regarde, nous, on parle d’une fille, c’est la même chose. Tu n’aimes pas les filles?

Aucune notion d’homosexualité pour la question du jaune et noir, il faudrait déjà avoir une sexualité pour après définir si elle est hétéro ou homo. En plus, le jour où il arrivera à se mettre au clair au sujet de sa très chère Romilly, il pourra faire la moindre réflexion sur les sentiments des autres. Par contre, s’il s’agissait de sexisme alors les choses étaient très différentes. Puisque le sexisme est relativement du racisme, ça ferait tâche pour un élève Soudanais venu au royaume uni, de faire la moins réflexion. Non? Le bénéfice du doute jouant pour le rouge et or, Rhys ne s’y attarda pas.

Ce qui interpela plus le garçon, c’est qu’on l’accompagne à la bibliothèque. Avez-vous déjà entendu des jeunes se dit « Hey, je m’ennuie, on va se faire un tour à la bibliothèque des fois qu’il y aurait un Nietzsche de libre ?».


- Tu es sûr de vouloir m’accompagner? Ca n’a rien de passionnant de me voir bosser.


Dernière démarche pour voir les intentions de son visiteur.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mayday! (PV)   Mar 13 Déc - 22:36

Tarek regarda Rhys avec des yeux ronds avant de se mettre d’abord timidement, puis de plus en plus, à rigoler. Non, sérieusement ce garçon était trop rigolo, il était bien content d’avoir été le voir, il en oubliait presque (j’ai bien dit presque) les examens qui approchaient à trop grands pas (comme les miens, d’ailleurs). Il fallut un certain temps au jeune homme pour se calmer et ne plus avoir besoin de se tenir le ventre. Quand enfin il put se redresser et répondre à son camarade, il le fit précautionneusement afin d’éviter de s’étouffer en rigolant trop tout en parlant.

- N’importe…quoi, dit-il sans trop réussir à s’arrêter. Ceux qui disent ça, c’est ceux qui tapent pas assez fort.

En somme, ceux qui se faisaient frapper, qui perdaient. Tarek lui-même en avait subis, des coups, il en avait donnés aussi. Il ne pouvait en tout cas pas dire que frapper un bébé était la même chose que frapper quelqu’un de plus fort ! Frapper un faible, c’était ne pas avoir d’honneur, y avait-il pire chose que s’attaquer à quelqu’un qui ne peut pas se défendre ? Certes, quand il se battait avec ses frères, il n’avait pas de grandes chances de gagner, mais il n’y avait pas que la force qui comptait : l’intelligence, la vitesse, tout cela aussi était important. Rhys, par exemple, avait frappé le point faible du Gryffondor et c’était bien pour cela qu’il avait réussi à le mettre KO, alors que l’autre avait attaqué bien plus petit que lui, aucun honneur là-dedans. Comme dans le fait de s’attaquer à une fille, d’ailleurs.

- Si, mais comme tu dis, on parle pas de la même chose, on fait pas les mêmes choses, tout ça. Je peux pas parler des filles avec Opalyne, ou de foot.

Bon, pour ce dernier point, ça n’était pas tout à fait exact dans la mesure où la dernière fois la jeune lionne l’avait écouté parler de son sport favori dont elle ne connaissait rien. D’ailleurs, la Gryffondor serait peut-être plus apte à l’écouter que Rhys, Tarek le soupçonnait, mais ne pouvait en être sûr comme il finirait par l’être une fois qu’il connaîtrait mieux le Poufsouffle (oui oui, j’anticipe, vous pouvez m’appeler Madame Irma).

Rhys, en tout cas, ne l’avait pas compris : quand Tarek parlait de le suivre à la bibliothèque, il n’entendait pas le regarder travailler. Même s’il n’aimait pas bosser, regarder les autres le faire était sans doute encore pire, et si le jeune homme ne voulait vraiment pas s’atteler à ses révisions, il partirait, tout simplement.

- J’vais pas te regarder travailler, répondit-il en haussant les épaules.[/b][i] J’ai des exams aussi, si tu sais pas. Pis sinon, j’irais autre part.[/b][i]

D’ailleurs, Tarek avait bien parlé de l’accompagner jusqu’à la bibliothèque, histoire qu’ils puissent continuer à discuter d’ici là. Le reste, et bien il aviserait une fois arrivée devant la porte de l’antre de Mme Pince.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Mayday! (PV)   Sam 17 Déc - 0:25

Rhys mit du temps à comprendre pourquoi son camarade et collègue de première année s’était mise à rire. Il resta totalement stoïque face à la réaction du Soudanais, il était habitué à ce qu’on se moque de lui et ne prenait même pas le temps de s’énerver. Avec un peu de patience, le rieur finirait par expliquer la cause de son hilarité, ce qui finit par arriver. Ainsi donc, il pensait que la violence était la réponse à tout, une fierté.

- Tu penses réellement la meilleure manière de faire passer une idée est de frapper le plus fort possible?


Il l’écouta ensuite parler des choses qu’on ne peut pas faire avec une fille. Certes, les centres d’intérêt ne sont pas forcément les mêmes mais cela ne signifie pas pour autant que la discussion n’est pas possible.

- C’est un point de vue qui se défend mais très limité à mon avis. Tu peux très bien discuter d’une autre fille, après tout, elles se connaissent les unes les autres. Personnellement, je suis ami avec ma préfète qui a de la conversation en dehors des garçons. A vrai dire, je ne crois pas l’avoir déjà entendu parler de mec. Et si tu veux parler sport, il y a toujours les joueurs de Flysby. Samara. Ehawee. Ruby. Je ne les connais pas personnellement mais elles doivent aimer le sport. Ce ne sont que des exemples.


Il aurait pu donner un certain nombre d’autres raisons pour parler aux filles mais il considérait qu’il avait sorti une tirade déjà exceptionnellement longue pour lui alors il ne fallait pas trop abuser d’un même coup.

- Si tu veux, on peut travailler ensemble. Il paraît que c’est plus efficace comme ça.


Il paraît seulement parce que même si cette technique à l’avantage de pouvoir utiliser les connaissances des autres pour combler ses propres lacunes mais bon, sur la pratique, on se prend la tête, on ne se comprend pas, on met le doute à l’autre et au final, on n’avance pas. Mais bon, le petit à l’ame généreuse alors il ne va pas refuser d’aider s’il le peut.

C’est donc dans cet état d’esprit qu’il marche vers la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mayday! (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mayday! (PV)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mayday, une jolie fille en détresse ?
» Inscription Partie 86 - MAYDAY! L'île perdue de l'Atlantique
» Mayday ! Mayday ! Houston, nous avons un problème !... [PV qui n'en veut]
» mayday, maydayyyy.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 12-
Sauter vers: