AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 THEME l My Worst Nightmare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministères étrangers

Parchemins : 819
Âge : o6.12.1989 ;; 23 ans
Actuellement : Ministre de la Magie & Roi du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: THEME l My Worst Nightmare   Lun 31 Oct - 0:00


Rien qu'à la voir, j'en ai déjà ma claque...


Ce matin là, quand Nicolas s’était levé, il n’avait pas eut de réflexe magique. Pas de draps remontés grâce à un sortilège, pas de cheveux séchés en deux secondes grâce à un coup de baguette magique, rien. Ce matin là, quand Nicolas s’était levé, il avait remonté ses draps machinalement, à la main, avait tapé sur ses oreillers pour leur redonner du volume. Puis il s’était douché, et avait sécher ses cheveux en les frottant vigoureusement dans une serviette épaisse en coton blanc aux armoiries du Liechtenstein. Nicolas avait presque oublié ses habitudes magiques de tous les jours. Pour ce qui était du reste, il avait encore un peu de mal à s’y faire, pourtant, la magie était absente de sa vie depuis dix mois, ou presque, le jeune prince avait depuis longtemps arrêté de compter. C’était d’ores et déjà bien trop long à son goût. Il était un prince, un sorcier, il devait pouvoir se servir de sa magie. Il l’avait toujours fait. Ses pouvoirs s’étaient manifestés très tôt, et avaient ravis ses parents royaux, mais là, sans sa magie, il ne savait pas comment passer le temps. Alors il s’était plus impliqué dans Sterne, même si cela était plus compliqué maintenant qu’il n’était plus avec Ena. Encore heureux pour eux, ils s’étaient quittés en bons termes et ne se faisaient présentement pas la tête. Ils arrivaient à rester ensemble assez longtemps, se parlaient sans aucun problème et riaient encore ensemble... Donc de ce côté là, tout allait bien. Il avait également joué dans l’équipe de Serpentard pour le «Freeze-truc». Nicolas n’avait jamais réussi à retenir le nom de ce nouveau sport. Il fallait avouer qu’en réalité, il s’en fichait pas mal de ce jeu. Il lui permettait uniquement de se dépenser et de penser à autre chose qu’à sa chère magie disparue. Côté coeur, il était de nouveau en couple. Non, Heaven n’avait toujours pas laisser tomber ce gros balourd de Raphaël pour l’homme de sa vie, le prince Nicolas. Non, la belle brune écossaise était toujours en couple avec le troubadour, mais Nicolas s’en moquait presque. En ce moment et depuis peu, il sortait avec Caroline Fayr, ex-petite amie de son meilleur ami Emeric et grande amie qui le consolait souvent lorsque la magie venait de disparaître. Si Nicolas avait, lors de ses deux premières années, pensé que Caroline serait un bon substitut à Heaven, puisqu’elle lui ressemblait assez, maintenant, il avait appris à l’aimer pou ce qu’elle était. En tant qu’amie tout d’abord, puis tout avait basculé le soir de Noël, puis il y avait quelques temps de cela.

Enfin bref. Celle qui n’avait pas changé par contre, au grand désespoir du jeune homme, c’était cette idiote de Lana Morrison, qui lui collait toujours aux basques comme si elle était sa meilleure amie, sa confidente et la femme de sa vie. Genre ! Nicolas en avait plus qu’assez de cette fille, et il espérait sincèrement ne pas retomber sur elle lors des vacances d’été de l’année qui arrivait. L’année dernière, il avait eut le malheur d’aller se promener dans les rues de Vaduz alors qu’elle venait d’arriver. Bien évidement, elle l’avait remarqué directement, difficile en même temps, de passer à côté du prince lorsqu’il se baladait dans les rues de sa propre ville... Tout le monde se retournait sur son passage, le saluait et lui souriait... Donc pour ne pas le voir, il fallait être aveugle et sourd, car un aveugle l’entendrait et un sourd le verrait... Enfin bref. Il espérait donc avoir la paix pour ces vacances, surtout qu’à la rentrée, sa soeur ne serait plus là. La liberté autrement dit, car il allait pouvoir montrer à l’école entière que c’était lui, le prince du Liechtenstein, lui le prince des Serpentard et que cette école était un peu la sienne. Certes, son père ne l’avait pas payée, il n’avait pas fait de donations à l’école, mais cette école se devait d’avoir un chef. Et pas une vieille peau pro-Gryffondor qui se proclamait directrice ! Non, il fallait un chef, un vrai. Une personne qui savait comment régir un royaume, et cette personne, c’était bien entendu Nicolas ! Marie avait beau être une princesse, elle n’était qu’une fille, une idiote qui plus est, puisqu’elle n’avait d’yeux qu’en cet abruti de Joseph... Donc Nicolas était LA personne qui reprendrait l’école en main... C’était sûr et certain ! Et même si Emeric et Adam se moquaient de ses envies un peu trop grandes à leur goût par rapport à la taille du garçon, Nicolas s’en fichait. Il savait ce qu’il voulait et il l’aurait quand bien même il devrait écraser d’autres élèves. Pas de pitié pour accéder au pouvoir !

Son petit-déjeuner pris, Nicolas était reparti se terrer dans la salle commune des Serpentard. Caroline était restée à la surface, mais lui, il n’avait pas envie d’aller en cours ce jour-là, il se sentait bizarre, et comme à chaque fois qu’il commençait à se sentir mal, nauséeux ou juste insupportable, il prenait place dans un confortable fauteuil en velours vert, devant la cheminée, avec vue sur le lac, s’il vous plait. Il avait donc plusieurs fois vu les ventouses du Calmar Géant se fixer aux vitres, il avait vu les sirènes, qui ne ressemblaient aucunement aux créatures de rêves que vous décrivaient les contes, ainsi que les Strangulots, qui passaient rapidement, cachant juste les rayons du soleil sur leur passage. Il ne s’était pas attendu à avoir Lana sur le dos, à croire qu’elle l’avait suivit. Elle avait à peine eut le temps d’ouvrir la bouche que le jeune homme lui avait demandé de se taire. Chose qu’elle n’avait pas fait, bien entendu... Alors il en avait eut assez, et sans s’en rendre compte, il avait sorti sa baguette et avait jeté un sort à la blondinette. Bien sûr, une fois l’incantation prononcée, il s’était attendu à un vide total, et à entendre Lana se moquer de lui. Au lieu de cela, Lana le regardait, déconcertée et visiblement mal... Puis de nombreuses chauves-souris apparurent sur son visage. Visiblement, son sortilège avait fonctionné. Nicolas avait regardé sa main droite, dans laquelle trônait sa baguette avec des paillettes pleins les yeux. Puis il la pointa vers un livre laissé sur une table et lança le sort «Accio». Le livre s’envola de sur la table et atterri dans les mains du prince. La magie était de retour ! Chez lui en tout cas, le reste il n’en savait rien. Cependant, Lana, en face de lui, se débattait avec ses chauves-souris... Bon, hélas, il devrait l’emmener à l’infirmerie... Hélas oui, il allait devoir passer du temps avec elle... Mais comme il était heureux d’avoir retrouvé sa magie adorée !!! Il se sentait renaître, littéralement !

[ 1 222 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

Invité
avatar



MessageSujet: Re: THEME l My Worst Nightmare   Lun 31 Oct - 0:11


La journée était horrible. Tout d'abord, Lana avait pensé qu'elle se déroulerait bien, comme elle avait rencontré son grand ami et fidèle compagnon, le prince Nicolas de Liechtenstein. Tout du moins, compagnon d'après la version officielle, qu'elle n'hésitait pas à dire à tous les élèves qu'elle croisait et qui l'écoutait. En réalité, il la détestait. Mais cela, elle n'en avait rien à faire, bien au contraire. Elle voulait être son amie, et elle le deviendrait, c'est tout. Encore une fois, il lui avait prouvé à quel point la compagnie de la jeune fille lui était agréable, en lui jetant un sors en plein village. Lana commença à rire, quand il sortit sa baguette magique, et ce rire ce termina bien vite une fois qu'elle réalisa que le sortilège fonctionnait. Impossible, la magie avait disparut ! Pourtant, en un instant, elle se retrouva le visage plein de chauve souris qui ne voulait pas partir. Lâchant un cri strident, elle se débattis du mieux qu'elle le pouvait pour empêcher ces pigeons de lui griffer son précieux visage. « Enlève-moi ça ! », dit-elle entre deux cris. Bien évidemment, il n'en fit rien, trop content que le sortilège ait fonctionné. « Ah ! Mais tu n'es qu'un méchant ! », continua-t-elle tout en se dirigeant vers la porte, pour partir vers l'infirmerie. Ce n'était pas toute seule qu'elle parviendrait à se sortir de là, bien au contraire.

Toujours poursuivie par des chauves souris, elle eut à peine le temps de faire quelques pas qu'elle réalisa que son grand ami, le prince, cette pourriture, était à côté d'elle. Pourquoi était-il là ? Elle n'avait pas le temps d'y réfléchir, trop occupée par les picotements qu'elle ressentait sur le visage. « Je vais être défigurée par ta faute ! », avait-elle hurlé en quittant la pièce. « J'espère que tu regrettes ! », continuait-elle. Elle en aurait presque pleuré, si elle avait eu le temps de penser au dégats infligés. Heureusement, elle était trop occupée à courir. Elle failli de peu se cogner contre un mur à deux reprises, chose que, bien évidemment, le jeune garçon n'essaya même pas d'éviter. Ah oui ? Il ne regrettait même pas ? C'est ce que l'on verrait ! Trébuchant volontairement contre la dernière marche de l'escalier qui menait à l'infirmerie, elle se retint rapidement au mur. « Aïe ! Aïe ! », dit-elle, tout en continuant d'avancer.

Et la voilà en plein milieu de l'infirmerie, allongée sur l'un des lits que lui avait désigné Madame Pomfresh, cette dernière entrain de lui faire boire encore une potion, tandis qu'un chauve souris continuait de tourner à côté d'elle. « Madame Pomfresh, vous rendez-vous compte à quel point il a été méchant ? Il n'a même pas essayer de me rattraper quand je me suis cognée par terre dans le couloir, à cause des chauve souris ! Il n'a aucun sens des responsabilités si vous voulez mon avis... », continuait-elle tout en ignorant Nicolas. « Je ne comprends pas pourquoi il a été si méchant avec moi, tout à l'heure. Je ne lui ai rien fait ! Je lui ai juste demandé comment il se sentait, par courtoisie, tout simplement ! Moi qui ait toujours été gentille avec lui... je me rend compte qu'il n'a aucun respect pour moi, une jeune fille si respectable ! », termina-t-elle tout en remuant la tête d'un air résigné, sous le regard fatigué de Madame Pomfresh. Cette dernière termina ce qu'elle devait faire, et quitta la pièce.

« J'espère que tu es content de toi ! », lança-t-elle, acide, à Nicolas. « Je dois être véritablement défigurée ! J'espère que mon visage retrouvera bien vite toute la beauté dont il fait preuve. Et dans le cas contraire, je suis au regret de devoir t'annoncer que notre merveilleuse amitié ne pourrait plus continuer. Quoi que.. En réalité, tu te dois de rester en ma compagnie ! », réalisa-t-elle, le regard pétillant. Elle venait tout juste de penser que, en réalité, et malgré le fait qu'elle n'y ait pas pensé immédiatement, il lui était redevable. Il lui était redevable, du fait qu'il n'ait eu aucun problème à lui lancer des chauves souris sur le visage. Il devrait donc rester avec elle. Comme quoi, elle obtenait ce qu'elle voulait, en fin de compte.

« Tu te dois de rester à côté de moi jusqu'à ce que je t'excuse de m'avoir fait ça. D'ailleurs, laisse-moi vérifier l'ampleur des dégâts par moi-même ». Elle attrapa le petit miroir que Madame Pomfresh avait posé sur la table de chevet, comme elle le lui avait demandé au moins dix fois, et elle regarda son reflet. Quand elle vit les petites griffures et les joues un peu boursouflée, elle manqua de peu de s'évanouir. Cependant, ce qui la terrorisa le plus, c'était ses cheveux... Quelques mèches étaient devenues vert pomme. « Mes cheveux ! Regarde mes cheveux ! Tu as vu ? C'est toi qui a fait ça ? » Une chose était certaine, elle lui en voudrait beaucoup. Elle ne comprenait pas comment ils avaient pu changer de couleur. Pourquoi n'étaient-ils plus comme avant ? Elle saisi une mèche entre ses doigts et l'examina de plus près. « Vert pomme.. », dit-elle, les yeux grand ouvert. « Mes cheveux sont vert pomme... Comment tu as réussi à changer la couleur de mes cheveux ? » Une chose était au moins positive, le vert, c'était la couleur de leur maison. C'était toujours mieux que du rouge ou du bleu... « Comment je peux faire pour qu'ils redeviennent comme avant ? Madame Pomfresh ! Où êtes-vous ? Revenez ici ! », criait-elle, encore une fois. L'infirmière devait très certainement en avoir marre de l'entendre, et elle ne revint pas. De plus, elle avait comprit que Lana était métamorphomage, et elle pensait que la petite était au courant. Croisant les bras, boudeuse, elle était bien décidée à rester comme ça toute la journée. « Je te déteste ! », cria-t-elle pour Nicolas. Elle l'appréciait puis elle le détestait, tous les jours. Que de contradictions !

1010
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministères étrangers

Parchemins : 819
Âge : o6.12.1989 ;; 23 ans
Actuellement : Ministre de la Magie & Roi du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: THEME l My Worst Nightmare   Lun 31 Oct - 12:04


Nicolas devait, hélas pour lui, accompagner Lana à l’infirmerie, pour éviter qu’elle ne raconte n’importe quoi à Madame Pomfresh, ce qui était fort possible quand on connaissait le degré de mythomanie de la demoiselle. Elle mentait comme elle respirait, et Nicolas se demandait vraiment pourquoi elle le collait comme ça. Ce n’était pourtant pas comme si il l’adorait et qu’il lui parlait tous les jours ! Au contraire d’ailleurs, il la snobbait un peu plus chaque jours, l’ignorait comme si elle n’était rien de plus insignifiant qu’un mur. Et forcément, les murs ça ne parle pas, et pour ne pas passer pour des malades mentaux, on ne parlait pas aux murs. Nicolas s’efforçait donc, chaque sainte journée que Dieu faisait, de ne pas parler au «Mur Morrison». Oui, c’était le surnom qu’il avait trouvé, et qu’il employait le plus souvent dans sa forme contractée «Mur» quand il parlait de cette peste avec ses amis. C’était bien sûr, uniquement pour la critiquer et faire admettre au monde entier qu’elle ne servait à rien sur cette belle planète ronde et bleue. C’est pourquoi il voyait clair dans son petit jeu stupide. Si elle tombait, elle dirait que c’était de la faute à Nicolas. Or, il avait clairement vu qu’elle l’avait fait exprès ! Et bien si elle souhaitait qu’il l’aide à marcher, elle pouvait se brosser, parole de De Liechtenstein !

«Si tu tombes, je ne te ramasserais pas. Un prince ne s’abaisse pas à de pareils agissements ! Tu te débrouilleras toute seule. Donc arrête de le faire exprès, ça ne marchera pas.»

Nicolas continua donc son chemin sans préter attention aux divers gémissements et atres cris du coeur de la blonde. Il s’en fichait comme de l’an quarante en fait, qu’elle ait mal à une cheville ou au visage, elle n’avait eut que ce qu’elle méritait ! Alors il n’allait pas la plaindre ! Lorsqu’ils furent à l’infirmerie, Madame Pomfresh fit s’allonger Morrison tandis qu’elle voulait parler «en privé» avec Nicolas. Elle voulait savoir ce qui était arrivé, et Nicolas lui compta toute l’histoire sans essayer de se donner bonne conscience. Oui, il avait perdu son sang froid, et oui il n’avait éprouvé aucun remord à la faire taire à coup de Chauve-Furie... Et le pire dans tout ça était qu’il en était passablement fier... Au moins, il venait de ruiner la journée de Morrison, qui avait ruiné la sienne. C’était donnant-donnant... Puis Pomfresh lui dit d’aller au chevet de la blonde, et lui apporta une potion pour faire passer le sortilège. Après presque dix mois sans magie, la magie de Nicolas s’était décuplée et avait explosé, comme pour vider un trop plein. Du coup, le sortilège avait été plutôt sévère. Tant pis, ce n’était pas son visage...

«Bah, un peu plus ou un peu moins, t’es plus à ça près, Morrison...»

Bah quoi ? Il n’aimait pas Morrison, ne la trouvait pas jolie et ne la supportait pas. Alors il n’allait pas, uniquement parce qu’elle était allongée à cause de lui, lui dire ce qu’elle voulait entendre, si ? Et bien non, désolé, mais ce n’était pas du ressort du petit Prince ça ! Il n’était pas quelque de fondamentalement gentil, depuis le temps, le «Mur» devait le savoir. Et puis de toute façon, elle avait beau dire tout ce qu’elle voulait, ça entrait par une oreille et ça ressortait par l’autre ! Non, franchement, Nicolas n’allait pas s’embêter avec des broutilles pareilles ! le «Mur» n’en valait absolument pas la peine !

« Je ne crois pas non. Je dois rester jusqu’à ce Madame Pomfresh me dise que je puisse partir. Et crois pas, je ne suis pas là pour le plaisir, mais parce que je n’ai pas le choix.»

Nicolas prit place sur une chaise, relativement loin du lit de Lana. Sait-on jamais qu’elle ne tente de l’assomer avec ses pieds ou autre chose... Alors qu’elle criait tout ce qu’elle savait sur Nicolas et sur Madame Pomfresh, qui se refusait de réapparaitre juste sur demande d’une gamine capricieuse et insupportable, Nicolas remarqua les cheveux de la blonde, qui n’était plus si blonde que ça au final. Les points de ses cheveux avaient virés au vert... Mais pas un vert pâle, non, un vert pomme, bien voyant... Nicolas, pensant que cela était réellement du à son sortilège esquissa un sourire satisfait. Mais c’est qu’il était doué ce petit en sorts et enchantements !

« Je suis un prince, tu devrais le savoir. Je fais ce que je veux de ce que je veux. Et tes cheveux sont ignobles de toute façon. Être blond n’est vraiment pas un cadeau, tu m’en remerciera plus tard. Et non, je ne vais pas attendre que tu me pardonnes, tu peux te mettre ta baguette où je pense !»

Franchement, lui ne voyait pas le problème. Le vert, c’était super classe, et c’était sans aucun doute bien mieux que le blond ! Nicolas avait de la chance lui, il n’était pas blond, il était châtain, quand bien même ses cheveux tendaient doucement vers le blond. Mais il avait cette révulsion pour les cheveux blonds à cause de ce «parfait futur roi» de Joseph, qui était en fait un arriéré total, et cette «peste et insupportable» princesse de Marie qui se donnait des airs de grande pour se donner bonne conscience. En attendant, elle était sûrement la plus mal lotie de la famille, puisque son petit ami l’avait trompé, qu’il était un Sang-de-Bourbe et qu’elle avait une touche avec un de ces horribles et insignifiants Poufsouffle. Tiens, peut-être que Lana aurait sa place chez les Poufsouffle ! Ils ne servaient à rien, et elle non plus... L’un dans l’autre, ça collait parfaitement ! Aller hop, on la fait partir, plus vite que cela !

«Ravi de l’apprendre. Je vais donc m’en aller, je n’ai plus rien à faire ici.»

Nicolas était pressé de partir. Sa petite matinée de glande n’allait finalement pas avoir lieu à cause de cette garce de Morrison, puisqu’il allait devoir se rendre à ses cours, puisque la magie semblait de retour. Chez lui en tout cas. Quoi que Madame Pomfresh eut vérifié également lorsque le petit Prince lui compta l’histoire qui s’était réellement passée. Car Lana avait beau dire qu’elle était toujours agréable avec Nicolas, ce n’était pas vraiment le cas ! La preuve, il l’avait sommé de se taire, à plusieurs reprises, et elle n’en n’avait fait qu’à sa tête ! Finalement, elle récoltait simplement ce qu’elle avait mérité, ni plus ni moins ! Et puis les chauves souris, ça lui allait tellement bien ! Au moins, on ne voyait plus son visage et elle n’avait pas pu parler durant quelques minutes... Franchement, cela avait été de véritables vacances pour le prince !
[ 1 105 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

Invité
avatar



MessageSujet: Re: THEME l My Worst Nightmare   Lun 31 Oct - 14:26


« Oh ! Bien évidemment ! Quelle idée d'avoir pensé qu'un infâme petit monstre tel que toi serait capable de courtoisie ! Toutes mes excuses, cher Prince, de vous avoir cru capable d'un acte charitable », répondit-elle, tout en continuant de courir vers l'infirmerie, tandis qu'il lui expliquait que, peu importe l'état dans lequel elle était, il ne l'aiderait pas. Evidemment, c'était trop demander. Il pouvait jeter des sort à de pauvres petites filles, qui ne faisaient rien d'autre que de lui souhaiter une bonne journée, et lui, il n'avait aucun remord à la défigurer. De nos jours, plus personne n'avait la moindre idée de ce qu'étaient les bonnes manières, de toute évidence. Et Nicolas encore moins que les autres. « Prince de pacotille ! », dit-elle avant d'entrer dans l'infirmerie. Heureusement, Madame Pomfresh, certainement arrivée vite à cause des cris et des plainte de Lana, ne mit pas beaucoup de temps pour lui trouver un lit et lui administrer une potion. Le garçon lui expliqua ce qu'il venait d'y avoir ( ce qui n'était pas la véritable version, évidemment. Comment aurait-elle pu l'ennuyer au point qu'il doive utiliser sa baguette pour la faire taire ? C'était un mensonge éhonté ), en long en large et en travers, bien que rien de tout cela ne soit totalement vrai, évidemment. Et donc, la petite Lana devrait rétablir la vérité ( qui, elle non plus, n'était pas tout à fait vraie, en réalité ). Très vite, elle conta l'histoire à l'infirmière, qui ne l'écoutait même pas, et cette dernière parti bien vite, malgré les suplications de la jeune fille.

La gentillesse de Nicolas était indéniable, et au moment où il lui dit que, un peu plus ou un peu moins, son visage n'était pas à ça près, elle lui lança un regard sombre, tout en haussant un sourcil. « Je ne ferais aucune remarque, cela n'en vaut pas la peine et, de plus, tu es un cas désespéré. Les bonnes manières ne t'ont, de toute évidence, pas été enseignée, ou tout du moins tu ne juge pas nécéssaire d'y faire attention, et de plus, tu te permets des remarques totalement innapropriées. Heureusement que tu n'es pas l'héritier de ton pays, tu lui ferais de toute évidence honte. Les habitant doivent être heureux que tu n'accèdes jamais au trône. En tout cas, moi, à leur place, je ne te cache pas que je serais soulagée », lui dit-elle, presque sincèrement. Elle exagérait peut-être, mais au moins, elle pensait qu'il ne serait pas content qu'elle lui dise quelque chose comme ça, et donc, il arriverait peut-être à se calmer.

Quand il lui expliqua qu'il ne resterait que jusqu'à ce que l'infirmière lui dise qu'il pouvait partir, Lana décréta qu'elle n'était pas d'accord. Réfléchissant à ce qu'elle pourrait trouver pour que le gentil prince reste encore plus longtemps à côté d'elle, elle repensa à la chute malencontreuse qu'elle avait faite dans les escaliers un peu plus tôt. Chute totalement involontaire, bien évidemment. Et elle pensa que, comme elle avait un peu mal, elle pourrait continuer de dire que la blessure n'était pas bien guérie, et qu'elle ne pouvait toujours pas bouger. Donc, le prince devrait rester avec elle. C'était de loin, une idée géniale, et Lana retint un sourire. Quelle bonne idée ! Il devrait rester ! Tournant légèrement un regard triste vers Nicolas, elle fit une petite moue « Aurais-tu la gentillesse de demander un peu de glaçons à Madame Pomfresh pour mon genou ? Il me fait souffrir... Merci ! », lui dit-elle avec un sourire magnifique et, pour une fois, presque sincère. Elle ne mentait qu'à moitié, elle avait un peu mal au genou, et donc de la glace l'aiderait à ne plus ressentir de douleur.

Il n'y avait que très peu de chance pour qu'il accepte, mais elle pouvait toujours essayer. Elle continua de le regarder, tout en clignant des yeux avec insistance, pour lui montrer qu'elle disait vrai. Tout de même ! Quelle idée d'être comme il était ! Ce n'était pas croyable ! Pourtant, il ne pourrait pas refuser d'apporter de l'aide à quelqu'un qui en avait véritablement besoin. Ou tout du moins, il ne pourrait pas priver quelqu'un de l'aide qu'il pourrait apporter, quand cette personne ne peut pas se déplacer. Il était peut-être tordu, mais il ne pourrait tout de même pas être méchant à ce point. En tout cas c'est ce que Lana espérait. Continuant de le fixer avec insistance, elle était bien décidée à ne pas le lâcher ! Et il lui rapporterait de la glace.

Elle écouta attentivement ce qu'il lui disait à propos de ses cheveux, et elle lui répondit immédiatement. « Excuse-moi, tu as raison. Des cheveux châtain délavé, qui ressemblent, de près comme de loin, à un balais mal coiffé, c'est tellement mieux... Tu me vois navrée de ne pas être parvenue à le réaliser plus tôt », dit-elle d'un ton ironique. Cependant, elle était de plus en plus énervée, et tandis que le vert pomme disparaissait, c'était autour d'un beau rose bonbon, vif et foncé, de venir colorer ses cheveux, ce que la petite Lana ne remarqua pas. Ce n'était peut-être pas plus mal, d'ailleurs. Elle aurait été panniquée si elle l'avait remarqué, et elle ne regardait pas les mèches les plus longues de ses cheveux. En réalité, plus elle était énervée, et plus ses cheveux changeaient de couleur rapidement, et plus ils devenaient vif.

Cependant, au moment où il menaça de partir, Lana se releva, et, assise sur le rebord de son lit, elle retint Nicolas par le bout de la cape du jeune garçon. « J'ai mal à la jambe. Tu es obligé de rester ». Et c'est à ce moment qu'elle réalisa que ses cheveux, qu'elle pensait toujours être verts, étaient devenus d'un rose vif, tandis que le bout des pointes, resté encore un peu vert, commençait à disparaître. Ouvrant de grand yeux choqués, elle attrapa une mèche de cheveux entre ses mains et la regarda de plus. Examinant les pointes, elle pouvait voir le peu de vert pomme qu'il restait partir, pour ne laisser que du rose sur ses cheveux.

1024
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministères étrangers

Parchemins : 819
Âge : o6.12.1989 ;; 23 ans
Actuellement : Ministre de la Magie & Roi du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: THEME l My Worst Nightmare   Mer 2 Nov - 18:53


Lana se plaignait, encore et toujours, comme à son habitude en réalité. Mais Nicolas avait depuis longtemps appris à ne plus l’écouter. Et franchement, ça lui faisait des vacances ! Alors si Lana pouvait en plus de cela se taire, il en serait d’autant plus ravi ! Bien évidemment, ce n’était pas évident de faire Lana Morrison, dite le «Mur», mais bon... A force de tenter, il finirait bien par réussir, non ? Après tout, il réussissait souvent à faire fermer le clapet des jeunes abrutis et autres membres des autres maisons, alors pourquoi pas elle aussi ? Car après tout, elle n’était qu’une fille comme les autres, aussi insignifiante que les filles des autres maisons ! Bon, d’accord, en ce moment, Nicolas n’était pas du tout capable d’apprécier d’autres filles que sa Caroline chérie qu’il aimait d’amour, mais bon... Toutes les autres filles, même quand il n’était pas avec Caroline, étaient insignifiantes à ses yeux ! Rien que le fait de ne pas être à Serpentard était une tare pour le petit Prince, et celles qui le soulaient un peu trop et qui, malheureusement étaient de sa maison, et bien elle étaient placées dans le même sac !

«Je n’ai d’acte charitable que pour les personnes en valant la peine. Ce qui n’est absolument pas ton cas !»

Nicolas avait une seule envie, partir d’ici, le plus rapidement possible. Cependant, Madame Pomfresh ne semblait pas décidée à le laisser partir. C’était à croire qu’elle voulait lui faire payé d’avoir lancé un sortilège... Ce n’était pas sa faute si la magie était réapparue à ce moment là ! Il n’avait rien demandé lui, quoi qu’il avait été bien content de voir qu’il avait retrouvé son corps et son esprit en entier. Car oui, pour Nicolas, la magie était une partie intégrante de sa personne, de son corps et de son âme. Si Marie ne jurait que par Dieu, comme une bonne chrétienne, Nicolas lui, ne jurait que par la magie. La magie, c’était la vie, et c’était tout ! Alors forcément, quand cette idiote de Lana lui fit une remarque sur sa capacité à régner, Nicolas fut piqué à vif. Il aurait été sans gêne qu’il n’aurait pas hésité à la frapper ou à lui lancer un sortilège encore plus coriace que le Chauve-Furie. Cette peste ! De quel droit se permettait-elle de dire qu’il n’était pas capable de régner ?! Il en était parfaitement capable ! Il était très apprécier de son peuple, et il ne voyait donc pas où était le problème ! Il n’y avait qu’elle pour dire des sottises aussi grosses qu’elle !

« Et bien, arrête de me coller comme une Sangsue, si tu ne me vois pas assez doué comme Prince. Ca me fera des vacances.»

D’abord ! Si elle le trouvait vraiment si inutile que cela et si peu apte à devenir Roi, et bien qu’elle arrête de le coller ! Car il était clair et net que Nicolas n’allait absolument pas lui laisser la possibilité de rencontrer le reste de sa famille. Constantin n’avait pas besoin de la connaître, et vu ce que lui racontait son frère dans ses nombreux hiboux, il ne pourrait absolument pas l’aimer ! Quant à Marie et Joseph, il étaient tellement imbus d’eux-même et sûrs de leur supériorité qu’ils n’allaient sûrement pas laisser une roturière les approcher. Surtout ce suffisant de Joseph, insupportable et franchement horrible ! Non mais c’est vrai quoi, quelle idée avait eut les parents du petit Prince de donner vie à cet idiot de première classe ! C’était une faute qui ne pouvait pas être réparée, et qui embêtait bien Nicolas, mais il ne pouvait rien y faire... Jamais il ne serait appelé à régner, il le savait, mais ce n’était pas la peine de remuer le couteau dans la plaie ! Pour la peine, lorsque cette garce de «Mur» lui ordonna de demander des glaçons à Madame Pomresh pour son genou, il l’envoya balader en beauté !

«Va voir chez les Moldus si j’y suis ! Je ne t’aiderais pas ! Tu cries depuis le début, continue.»

Nicolas et ses expressions typiquement sorcières aurait fait un bien piètre moldu par ailleurs. Quand il se promenait dans la capitale du Liechtenstein, Vaduz, il devait faire grandement attention à ce qu’il disait et comment il le disait ! Bien entendu, il savait quelles personnes du Royaume étaient sorcières ou non, puisqu’il y avait un registre qui les recensaient tous autant qu’ils étaient, du coup, il réussissait sans trop de mal à ne pas dire n’importe quoi à n’importe qui, mais bon, il y avait des fois, dans le château même, où il ne pouvait pas vivre comme il le voulait, même si la plupart des personnes qui travaillaient pour le Roi et la Reine étaient des Cracmols ou des Sorciers qui n’étaient pas très doués en magie, ou alors, des moldus dont des membres de la famille étaient sorciers... Alors forcément, ce n’était pas facile tous les jours, mais dans la plupart des cas, Nicolas n’avait pas de problème. Il était le Prince, il pouvait trouver toutes les excuses qu’il voulait ! Des effets spéciaux, des tours de passe-passe... Mais à vrai dire, les Moldus ignorants n’étaient que très rares et vraiment de passage dans le staff du palais... Pas de quoi s’inquiéter beaucoup !

« Et pourquoi devrais-je rester ? La magie est revenue, je vais plutôt aller fêter cela, loin de toi !»

Nicolas se dégagea brusquement de Lana, qui s’était accrochée à sa cape de sorcier. Non mais, elle pensait réellement que le Prince du Liechtenstein allait rester avec une insupportable gamine qui lui prenait le chou toutes les cinq secondes ?! Non mais franchement, à part un abruti qui ne comprenait pas l’anglais, personne ne serait capable de supporter la blonde plusieurs heures d’affiler ! Enfin, la blonde... La verte plutôt ! Quoi qu’en y regardant de plus près, finalement, les cheveux de la verte n’étaient plus verts mais ils étaient devenus roses. Sous le nez des deux Serpentard, les cheveux de Lana étaient passé du vert au rose, sans prévenir... Bon, là, il refusait toute implication ! Il n’avait absolument rien à voir dans ce changement de couleur, et il en était sûr, son sortilège de Chauve-Furie non plus !
[ 1 021 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

Invité
avatar



MessageSujet: Re: THEME l My Worst Nightmare   Sam 5 Nov - 23:30


Nicolas de Liechtenstein n'était qu'un affreux, un vilain crapeau visqueux qui, s'il n'avait pas été prince, n'aurait pas été digne du moindre intérêt. Tout du moins, pour Lana. Cette dernière, toujours aussi choquée par la couleur que ses cheveux avaient pris, ne comprenait pas comment il avait pu faire pour modifier deux fois leur couleur. Vil ! Nicolas n'était qu'un vil et méchant garçon, qui était beaucoup trop obnibulé par un très important sentiment d'infériorité. Il n'était pas héritier et risquait, de plus, de ne jamais le devenir. Ah ! Remuer le couteau dans la plaie était, de loin, la meilleure idée que Lana n'ait eut de la journée. Il lui en voudrait encore plus à cause de cela, mais de toute façon, elle ne pouvait pas risquer pire. Il lui avait envoyé un sortilège en plein visage ! Le malotru ! Et tout à coup, une idée de génie lui vint à l'esprit. Et si elle essayait de l'imiter ? Après tout, bien que la magie avait disparut, elle avait toujours gardé la baguette magique avec elle, et donc, à présent que la magie semblait être de retour, elle devrait en profiter ! Le seul problème, c'était qu'elle n'avait plus de baguette.. Madame Pomefresh lui ayant pris la sienne, du fait qu'elle devait se reposer. Ah ! Elle était bien trop reposée à son goût...

« Quel méchant... Priver une malade d'une aide précieuse.. Cela n'est pas digne d'un héritier ! Très sincèrement, je pense que je ferais une bien meilleure princesse que toi. Et bien que tu dois chercher une horrible phrase à me répondre, il n'y a que la vérité qui blesse. D'ailleurs, je pense me faire offrir une île privée pour mon anniversaire.. », dit-elle, tout se remémorant toutes les belles îles qu'il y avait un peu partout dans le monde.. Princesse Lana Morrison. Que cela était beau à prononcer. Pourtant, en parler à voix haute ne devait très certainement pas être une bonne idée, bien au contraire. Et elle se doutait déjà que Nicolas ricanerait. Il penserait très certainement qu'elle était idiote, et que, de toute façon, acheter une île ne ferait pas d'elle une princesse. Lana n'en avait rien à faire. « Madame Pomefresh ! Nicolas ne veut pas m'aider ! C'est pourtant le rôle d'un garde malade ! Vous rendez-vous compte ? Et pourquoi m'avez-vous privée de ma baguette ? », criait-elle, encore, pour que l'infirmière daigne bien vouloir remettre les pieds dans l'infirmerie.

Bien évidemment, cette dernière n'arriva pas. Pourquoi donc ? Lana était blessée ! Et l'infirmière devait prendre soin des gens bléssés ! Elle n'était pas gênée, tout de même ! Ou bien elle n'était peut-être pas là ? A peine cinq minutes plus tôt, un jeune élève était entrée dans la pièce pour parler à l'infirmière, et ils étaient partis presque immédiatement. L'élève en question avait tout de même l'air légèrement paniqué, à bien y réfléchir, et Lana n'y avait porté aucune attention, à cause du fait qu'elle était bien trop occupée à dire qu'elle avait mal et à se disputer avec Nicolas. Ce qui, de toute évidence, était un passe-temps comme un autre, pour la jeune vert et argent. Une minute plus tard, les portes de l'infirmerie s'ouvrirent de nouveau, et l'infirmière entra avec trois autres élèves, deux étaient mal en point, et le dernier les aidait à arriver jusqu'à l'infirmerie. Relevant un sourcil perplexe, elle leur porta un peu plus d'attention. L'un deux avait mal au bras, l'autre, c'était la jambe. Elle réussit à percevoir les mots « escalier » et « tombé », ce qui lui permit de comprendre très vite.

Cependant, ce n'était pas parce qu'elle avait compris ce qui se passait qu'elle était d'accord. « Madame Pomefresh ! Je vous appelle depuis une heure au moins ! Que faites vous donc ? », criait-elle encore. L'infirmière était partie chercher quelques potions dans la réserve personnelle qu'elle avait à côté de son bureau, et elle revint presque tout de suite pour aider les élèves accidentés. Il fallait reconnaître que ces deux là étaient de toute évidence bien mal en point et ils avaient besoin de soins immédiats. Elle ne regarda même pas la jeune élève qui continuait de se plaindre, et elle commença à soigner les blessures des deux élèves, qui avaient presque recraché ce qu'elle leur avait dit de boire.

Lana n'était pas contente. Elle ne comprenait pas pourquoi il n'y en avait que pour eux. Toujours boudeuse, elle criait encore. « Madame Pomfresh ! Pourquoi ne venez-vous donc pas ? Vous n'êtes pas gentille ». Exaspérée, et perdant de toute évidence son calme, elle se tourna vers elle, et reprit : « Mademoiselle, vous n'êtes pas une grande blessée comme vous vous plaisez à le dire. Je vous demanderais donc d'arrêter vos gerémiades. Il y a des personnes qui ont réellement besoin de soins, ici, ce n'est nullement votre cas. Retournez ennuyer votre camarade dans la salle commune au lieu de rester ici à vous plaidre. Tenez, je vous rend votre baguette », termina-t-elle. La baguette de Lana apparut à côté d'elle, et Lana l'examina, tout en réfléchissant à ce qu'elle devait faire. En quittant l'infirmerie, elle pouvait mettre au point la vengeance contre Nicolas, et lui lancer tous les sortilèges qui lui viendraient à l'esprit... Pourtant, il y avait de fortes chances pour qu'il décide de la semer, et donc, elle risquait de ne plus le voir de la journée. Il n'avait pas de gardes du corps qui risquaient de la mettre dehors comme c'était la cas au Liechtenstein, mais il pourrait emprunter d'autres couloirs... « Vous êtes sûre de cela Madame ? Je ne me sent pas tout à fait en forme pour le moment... », dit-elle, en dernier recour. Elle était pourtant consciente qu'elle devait quitter l'infirmerie, et qu'elle ne pourrait pas y rester indéfiniement. Elle pouvait toujours essayer d'y rester le plus possible. Il y avait des personnes dans Poudlard qui avait bien plus besoin d'aide qu'elle, pourtant, elle préférait continuer de jouer la comédie. C'était bien plus drôle.

1010
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministères étrangers

Parchemins : 819
Âge : o6.12.1989 ;; 23 ans
Actuellement : Ministre de la Magie & Roi du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: THEME l My Worst Nightmare   Dim 6 Nov - 23:58


Nicolas n’en pouvait plus, vraiment. Entendre le «Mur» se plaindre constamment lui mettait les nerfs en pelote, et honnêtement, il se demandait comme il faisait pour rester aussi calme. En tant normal, il aurait d’ores et déjà fait taire la blonde en lui envoyant un bon Petrificus Totalus en pleine figure, histoire de la faire taire une bonne fois pour toute. Bien sûr, le mieux aurait été de la tuer complètement, histoire d’en être définitivement débarrassé, mais si Nicolas réussissait à la pétrifier dans un coin sombre des cachots de l’école, personne ne tomberait sur elle avant bien longtemps... Et du coup, lui, il aurait la paix tant que son sortilège fonctionnait ! Bon, d’accord, ce n’était peut-être pas la meilleure des solutions puisque Nicolas pourrait en subir les conséquences lorsque son sortilège s’effacerait... Mais quitte à avoir une bonne tranche de rire... Il ne fallait pas lui en demander de trop non plus ! Tant qu’il pouvait être tranquille sans le «Mur» pendant un certain temps, Nicolas ne disait non à rien du tout ! Pas même les idées les plus folles ! Les plus dangereuses oui, mais pas les plus folles ! Alors forcément, quand elle parla d’acheter une île privée, Nicolas ne put que rêver de la situation. Morrison, loin, très loin de lui, et lui, tranquillement allongé dans un transat à Vaduz, à savourer ses vacances sans ce pot de colle ambulant... Y’a pas à dire, cela serait vraiment magnifique !

« Très bonne idée. Restes-y à vie que je puisse avoir la paix ! »

Nicolas esquissa un sourire mesquin. Rien que d’imaginer Lana échouée sur une île déserte, il jubilait. C’était presque encore mieux que de gagner la Coupe des Quatre Maisons ou la Coupe de Quidditch. Oui, décidément, le jour où Lana serait super loin de lui, Nicolas serait ravi! Il aurait la paix à longueur de journée, et n’aurait plus à se soucier de qui était à ses côtés. Il n’aurait plus non plus de maux de tête, à force d’entendre la voix criarde de la blonde... Mon dieu, mais pourquoi ce moment n’arrivait-il pas rapidement ?! Quoi qu’à y repenser, elle pouvait devenir princesse et exiger un mariage arrangé... Et pourquoi pas avec lui, tiens, juste pour l’embêter jusqu’à la fin de sa vie ?! Finalement, cette idée n’était peut-être pas si brillante que ça, quand on pensait à tout ce qui pouvait arriver à côté... Bon, si elle pouvait juste se perdre dans la jungle amazonienne ou dans la savane africaine... Ca lui allait aussi ! Tant qu’il n’était pas obligé de la côtoyer de force...

« Tu ne veux pas cesser de te plaindre ?! Je ne peux même plus m’entendre penser ! Tu n’as rien du tout, Morrison, alors arrête de faire la gamine, et grandis un peu, veux-tu ?»

Ca y est, il finissait par craquer. Franchement, il en avait plus que marre, et entendre cette peste blonde gémir, se plaindre, et appeler Madame Pomfresh comme si elle allait mourir dans la seconde qui suivait, ça l’insupportait. Mais visiblement, cela insupportait aussi Madame Pomfresh, qui refit finalement surface, un papier à la main et un air grave sur le visage. Généralement, quand madame Pomfresh avait ce regard là, ce n’était pas bon signe. Soit elle allait crier dans la seconde qui suivait, soit elle allait annoncer une très mauvaise nouvelle... Nicolas aurait actuellement préféré l’entendre crier, plutôt que d’annoncer, par exemple, qui Nicolas était contraint et forcé de rester aux côtés de Lana pendant encore un long moment. Non, cela était impensable pour le petit prince, il ne pouvait pas rester une minute de plus avec cette gamine insupportable qui ne faisait que de se plaindre ! Franchement, qui pouvait supporter cela ?! Elle ne pouvait pas avoir d’amis, ce n’était pas possible, elle était bien trop soulante ! La preuve, lui même ne pouvait pas la supporter plus de deux minutes ! Mais Madame Pomfresh tendit le papier à Nicolas, qui le regarda avec peur. Mais finalement, un sourire vint sur son visage. C’était l’heure de la libération, dieu merci !

«Monsieur De Liechtenstein, regagnez votre salle commune, je vous prie. Ou n’importe quel autre endroit du château... Tenez, allez en cours, par exemple...»
«Je peux partir, c’est vrai ?!»
«Si je vous le dis... Aller, plus vite que cela je vous prie...»


Nicolas ne se le fit pas dire deux fois. En plus, Madame Pomfresh lui donnait un mot signer de sa plume pour excuser l’absence du petit prince en cours. Sur le mot, il était venu en aide à une camarade qui était malade... Mouais, bon, elle avait tourné les choses dans le bon sens pour que le prof ne prenne pas la mouche et qu’il ne file par une retenue au brun ! Encore heureux d’ailleurs, sinon Nicolas aurait lui aussi fait un scandale ! Il n’y avait pas de raison pour que seule Morrison puisse en faire ! Et si cela pouvait marcher pour lui aussi, il n’allait bien évidemment pas se priver ! Le jeune Prince se dirigea donc vers sa salle de cours, frappa à la porte et entra, s’approchant se son professeur pour lui donner le mot de Madame Pomfresh. Après l’avoir parcourut, le professeur désigna sa place à Nicolas, qui était justement à côté de sa chère et tendre Caroline. Nicolas avait un magnifique sourire aux lèvres et prit place avec joie à la table. Il n’avait pas son livre, donc il lorgna sur celui de sa petite amie pour voir le sujet. Okay, il ne serait pas totalement perdu... Puis enfin, il chuchota, à l’oreille de sa belle brune pour lui raconter ce qui venait de lui arriver. Forcément, il ne pouvait pas garder cela pour lui ! C’était bien trop beau !

« Caro ! T’imagineras jamais ce qui m’est arrivé ! La magie est de retour ! Je suis de nouveau entier !»

Nicolas était ravi, et même sa colère envers le «Mur» s’était effacée. Décidément, la vie commençait par lui sourire pour de bon. Il sortait avec Caroline, la magie était revenue... Il ne manquait plus que le «Mur» disparaisse pour de bon et tout serait magnifique dans le meilleur des mondes !
[ 1 010 ]

[ Terminé ]

TOUT COMPTE
MAGIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: THEME l My Worst Nightmare   

Revenir en haut Aller en bas
 
THEME l My Worst Nightmare
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» This is your worst nightmare !
» [F] ? MEGHAN ORY - You're my worst nightmare
» (M) CHRIS WOOD ? my worst nightmare
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» [THEME] En prévision du bal [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 12-
Sauter vers: