AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  




Partagez
 

 Embrasse moi . Tosca Levine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Anonymous




Embrasse moi . Tosca Levine Empty
MessageSujet: Embrasse moi . Tosca Levine   Embrasse moi . Tosca Levine EmptyMar 8 Mai - 21:36

Tosca Levine
« Défi des 30 baisers »


1. Regarde-moi [MARTIN/TOSCA]
2. Nouvelle ; lettre [MARTIN/TOSCA]
3. Scandale [CHARISMA/TOSCA]
4. Toi et moi
5. « J’ai quelque chose à te dire… »
6. Entre le rêve et la réalité
7. Superstar
8. Jardin secret
9. Course folle
10. #10
11. Fleur
12. De bonne humeur
13. Liens
14. Musique
15. Le bleu le plus pur
16. Invincible, sans égal
17. kHz (kilohertz ; unité de mesure de fréquence)
18. « Dites ahhh… »
19. Rouge
20. Retour à la maison
21. Violence ; pillage ; extorsion
22. Bercer
23. Bonbon
24. Bonne nuit
25. Obstacle
26. Si seulement tu étais à moi
27. Débordement
28. Médicament
29. Le bruit des vagues
30. Baiser [TOSCA/ANH]


fiche par century sex.


Dernière édition par Tosca Levine le Ven 11 Mai - 12:10, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Embrasse moi . Tosca Levine Empty
MessageSujet: Re: Embrasse moi . Tosca Levine   Embrasse moi . Tosca Levine EmptyMar 8 Mai - 22:23


#02 : Lettre, nouvelle
« Numéro 1 »


Cher Martin,
Je sais que tu n'attends pas cette lettre et la blessure qu'elle pourrait te causer et sans doute la toute dernière chose que tu attends. Je ne veux pas te faire du mal, cette simple idée me blesse, et me détruit également. Je refuse de croire une seule seconde que ce que je pourrais dire te blessera, je refuse de croire une seule seconde que mes mots te feront mal. J'ai peur, j'ai peur de te laisser là, maintenant et de te perdre. Je m'éloigne de toi et du coup, j'ai l'impression que je vais finir par te perdre. Et dans un sens, c'est normal bien sûr, comment aurait-on pu une croire une seule seconde que ça pourrait être différent de ça ? On aurait jamais pu le croire une seule seconde. Je pensais que tout irait bien, que le contact entre nous se ferait sans l'ombre d'un problème et bien sûr, je n'aurais jamais pu y croire. J'ai peur de tout ça. Je sais que je dois te laisser partir du coup, tu n'es plus à moi, tu ne m'appartiens plus et je suis censée faire avec ça. Et c'est horrible, vraiment horrible. Je refuse de te perdre mais c'est moi qui suis parti et c'est sans doute ce qu'il y a de plus insupportable, au milieu de tout ça, je n'ai absolument pas mon mot à dire, c'est moi qui t'ai laissé seul.

La jalousie ne cesse de me ronger, de me dévorer de l'intérieur au moment où j'écris cette lettre, alors que je t'avoue que j'accepte ton départ, que j'accepte que tu t'éloignes, sans rien ajouter. Je me meurs Martin et je sais que tôt ou tard tu devras refaire ta vie. Si je t'écris cette lettre, c'est justement pour te pousser à prendre une décision, c'est justement pour te pousser à accepter tout ça et te faire comprendre que tu auras été l'homme de ma vie. Le premier garçon à avoir fait battre mon cœur mais aussi le dernier. Tu es la personne la plus importante qui soit. Et rien ni personne ne pourra aller contre ça. Je t'aime. Et on aura beau dire ce que l'on voudra, ce n'est pas ça qui arrangera la chose. Même si mon cœur vient à s'arrêter de battre, il continuera à ressentir cet amour pour toi. Tu seras toujours le seul, l'unique. La seule personne qui aura un jour compté pour moi. J'ai besoin de toi, encore, pour le peu de temps qu'il me reste encore. Et j'aurais beau dire ce que je veux, je sais parfaitement que je ne peux pas aller contre ça. Et c'est réellement horrible. Je m'en vais et je m'en prends presque à toi en te suppliant de ne pas m'oublier et de toujours rester là pour moi.

Mais je ne peux pas te demander ça, pour la simple et bonne raison que tu ne pourras pas toujours être là, tu ne le pourras pas, pour la simple et bonne raison que ce n'est pas comme ça que ça marche. Si je ne suis pas là, j'espère que tu seras heureux et c'est la seule chose que je peux réellement te demander. Et c'est surtout là que tout peut aisément devenir difficile. Mais à côté de ça.. Il n'y a pas grand chose à y faire. Et il n'y a pour ainsi dire absolument rien à y faire. Il faut juste apprendre à faire avec et ce, que cela soit facile ou pas. Tes lèvres sur les miennes, le goût sucré qu'elles avaient. J'ai toujours aimé tes baisers et je sais qu'une nouvelle fille finira par aimer tes lèvres. J'en suis convaincue. Dans ma tête, je continuerais encore et encore à t'embrasser, dans ma tête en tout cas. Même si mes lèvres ne touchent plus les tiennes, je sais que quoi qu'il se passera, je continuerais à avoir l'impression de toucher tes lèvres dans mon esprit, et ce sera ce qui compte. Ca et rien d'autre jamais. Mais que cela soit facile ou non, il fallait juste apprendre que l'on ne pouvait absolument rien faire avec ça. Rien non, absolument rien. Je t'aime et je t'aimerai. Mais à côté de ça, je ne serais plus là.

Le goût de tes lèvres me hantera encore. Mais toi, tu oublieras le goût des miennes, tu m'oublieras parce que derrière tout ça, je ne deviendrais plus qu'une ombre, qu'un vulgaire souvenir auquel tu essayeras de t'accrocher un temps. L'égoïsme m'invite à te supplier de ne pas me tourner le dos, mais à côté de ça, je sais également que mon cœur ne me permet pas d'ainsi te priver du bonheur que tu auras perdu en me perdant moi. Je sais que je continuerais de veiller sur toi de là haut, mais pour autant, je sais que toi, tu n'en sauras rien.

Je t'aimerai éternellement.
Tosca.

[ 810 mots ]
Codage fait par .Jenaa


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Embrasse moi . Tosca Levine Empty
MessageSujet: Re: Embrasse moi . Tosca Levine   Embrasse moi . Tosca Levine EmptyMar 8 Mai - 22:54


#01 . Regarde moi
« NUMERO 2 »


Il n'était jamais facile de savoir si on plaisait ou non à un garçon. On ne pouvait jamais avoir l'illusion de plaire à quelqu'un de toute manière. Ce qui était plutôt logique de toute manière, et de ça, il fallait en être pleinement conscient, même si ce n'était pas évident pour tout le monde. Mais ça, la jeune fille ne pouvait pas vraiment le comprendre. Elle n'avait jamais eu de petit ami, elle n'avait jamais été en mesure de savoir si les choses allaient être faciles ou non, mais c'était loin d'être aussi évident qu'on pouvait bien vouloir que cela le soit. Et c'était souvent ça qui était un léger soucis, là que se trouvait la complication même si ce n'était probablement pas aussi facile qu'on le voulait. Ce qui était normal, mais bon, il fallait juste faire avec, même si ce n'était pas facile. Enfin bon, au final, si on voulait vraiment tout savoir, il fallait facilement réaliser que ce n'était pas pour autant aussi facile que ça, et c'était souvent là que se trouvait la partie la plus complexe de la chose. Et c'était loin d'être facile, très loin oui. Mais il fallait quand même apprendre tout ça. Même si ce n'était pas pratique, pas pratique du tout. Qu'on se comprenne bien, pour faire court, la jeune fille était amoureuse. Et ça, ce n'était pas la partie la plus compliqué en faite. Et c'était souvent là que se trouvait la complication, oui voilà, c'était loin d'être aussi facile qu'on pouvait bien vouloir que ça le soit. Il fallait juste apprendre, il fallait juste savoir qu'il fallait faire avec. Mais ce n'était pas facile, pas facile du tout.

Eprouver des sentiments pour un garçon qui ne semblait pas en avoir n'était pas facile. Et ça, elle avait bien vite fini par le comprendre quand le garçon de ses rêves ( si on pouvait vraiment le dire comme ça ) ne lui montrait aucune trace d'intérêt. Donc oui, ça avait vraiment fini par la perturber. Par lui miner le moral. Elle qui n'avait jamais éprouvé le moindre sentiment pour les garçons, voilà qu'il n'y avait pas la moindre réciprocité entre le garçon et elle et c'était vraiment horrible. Absolument affreux même, si on voulait entrer dans le moindre détail. Enfin bon, tout ça donc, pour dire que oui, la situation était juste insupportable. Et elle aurait beau dire ce qu'elle voulait, ça ne voulait pas dire que ça allait être vraiment facile. Il fallait juste faire avec. Que cela soit bien ou mal. Voilà. Elle n'avait pas d'autre choix, absolument pas le choix d'ailleurs. Et c'était là que se trouvait la complication, on aurait beau dire ce que l'on voulait, il n'y avait pas d'autres solutions. Il fallait juste apprendre à faire en sorte que les choses aillent comme elle pouvait bien le vouloir. Martin Davidson. Un garçon de sa maison, de son année. Et avec le temps, elle avait fini par éprouver une sorte d'attachement à son égard. Elle avait fini par l'aimer aussi, pour tout dire. Et cet amour lui était juste nécessaire. Elle avait besoin de lui, et on aurait beau dire ce que l'on voulait, ce n'était pas vraiment ça qui allait changer, pour l'heure du moins. Et c'était ça le plus important. Quoi que l'on puisse en dire, il faudrait juste faire avec, il n'y aurait rien que l'on puisse faire avec ça, de toute manière et c'était ça le plus important.

Enfin bref. Voir le garçon que l'on aime ne pas s'intéresser à nous était loin d'être facile, insupportable, méprisable aussi. Mais il fallait juste apprendre à faire en sorte que les choses aillent comme on pourrait bien le vouloir. Mais que cela soit facile ou non, il faudrait juste apprendre à faire avec. Mais rien n'était vraiment facile dans tout ça, et c'était ça le problème, c'était là qu'était le problème. Quelque soit le choix que l'on pourrait bien faire, de toute manière. Elle, quand elle le voyait, elle l'imaginait toujours de la même manière. Elle l'imaginait en train de se tourner vers elle, s'avançant d'un pas lent et nonchalant, les mains dans les poches, un sourire en coin sur le visage. Et elle l'imaginait ensuite en train de se pencher vers elle et en train de poser ses lèvres sur les siennes. Elle les imaginait sucré, douce et tendre, et elle l'imaginait adorable, et présent pour elle. Mais tout ça n'était qu'une sorte de fantasme et les choses étaient loin d'être aussi simple qu'on pourrait bien le vouloir. Elle n'avait qu'une envie, l'inviter à la regarder, lui crier de la regarder et lui demander de l'aimer. Mais bien sûr, les choses n'étaient jamais aussi facile que ça. Et elle aurait beau rêver de ses lèvres, ça n'irait sans doute.. Jamais plus loin.

TO BE CONTINUED
[800 mots]
Codage fait par .Jenaa


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Embrasse moi . Tosca Levine Empty
MessageSujet: Re: Embrasse moi . Tosca Levine   Embrasse moi . Tosca Levine EmptyMer 9 Mai - 15:14


#30 . Baiser
« NUMERO 3 »


Le bal de Noël faisait parti des grandes fêtes, des grandes soirées où l'on se devait d'être. Même si, dans l'idéal, il fallait y aller quand on avait un cavalier bien sûr, c'était ce qu'il y avait de mieux, de toute évidence. Et il n'y avait, par ailleurs, absolument aucune raison de s'en plaindre. Ce qui était parfaitement logique, de toute manière, puisque se rendre à un bal lorsque l'on ne possède pas de cavalier était le meilleur moyen de perdre toute contenance et d'être humilier aussi. Oui parce que ça, c'était le petit plaisir de tout le monde ( ce qui était débile aussi.. Mais bon. ). Mais Tosca ne faisait pas partie de ces gens, et elle ne comptait pas en faire partie. D'ailleurs, en réalité, elle avait bel et bien un cavalier, donc pas du tout la peine de paniquer. Elle allait au bal avec Anh Karisteas. Et ça promettait vraiment d'être une très bonne soirée et ce, même s'il n'était pas vraiment le cavalier qu'elle avait attendu. Mais il s'était proposé et bien sûr qu'elle avait accepté. Elle s'était mise en tête que si Martin ne lui proposait rien, cela voulait dire qu'il ne voulait pas d'elle. Il ne la regardait pas, il ne se retournait jamais vers elle. Donc oui, voilà, il était absolument hors de question de croire que ça allait vraiment être simple, et facile, d'une certaine manière. Elle connaissait le jeune Serdaigle et du coup, elle ne savait que trop bien qu'elle allait passer une bonne soirée. C'était logique, donc elle n'avait pas eu la moidre raison de dire non, absolument pas la moindre raison. Et bien sûr, elle avait accepté ( ce qui était la suite logique des choses ).

Du coup, elle était là, installée dans le dortoir des filles de Gryffondor. Elle ne savait pas trop comment se préparer, elle était plutôt gauche dans tous ces trucs de filles. Elle y mettait de la bonne volonté hein. Mais derrière ça, ce n'était pas si facile que ça. Enfin bon, elle se contenta donc de prendre une douche, d'enfiler sa robe, ses talons et elle entreprit coiffure et maquillage. Et une fois qu'elle fut réellement prête, tout fut prêt. Et c'était même le parfait idéal en faite, si on s'y attardait un peu plus du moins. Mais cela ne voulait pas dire que ça allait être plus facile et c'était souvent là que pouvait se situer la complication. Enfin bon, pour autant, il était absolument hors de question pour elle de trop se casser la tête. Elle n'avait pas l'impression que le Serdaigle attendait beaucoup de cette soirée. Du coup, elle ne se tracassait pas, et ne stressait même pas un peu. Ce qui était plutôt une bonne nouvelle en plus ! Enfin.. C'était l'impression qu'elle avait du moins, ce qui était déjà plutôt pas mal. En soit.

Lorsqu'elle descendit au bal, il était là, juste en bas des marches, à l'attendre. Un sourire se dessina machinalement sur ses lèvres. Elle aimait passer des moments avec lui, souvent, elle passait d'agréables moments avec elle et c'était plutôt important à ses yeux. Ou en tout cas, c'était l'impression qu'elle avait, ce qui n'était pas négligeable bien sûr. Et c'était ça le plus important. C'était sur ce point qu'il fallait surtout que l'on se concentre, même si ce n'était pas toujours facile, ce dont elle était parfaitement consciente. Enfin bon, en clair, elle aimait passer du temps avec elle mais ça ne voulait absolument pas dire que la situation allait être aussi simple que ça et c'était même très loin d'être aussi simple que ça, si on voulait entrer dans tous les détails. Non, elle ne savait pas quoi penser de lui. Dans sa tête, il n'était qu'un ami et c'était sur ça qu'elle voulait que l'on se tourne. Même si elle ne savait pas ce qu'il pouvait bien penser de son côté. Il accrocha une fleur à son poignet, un sourire timide sur ses lèvres. Dans un tel moment en réalité, oui, elle aurait aimé être en mesure de lire dans ses pensées.  « Tu es magnifique Tosca. Vraiment ». Elle rougit légèrement, toujours aussi peu habituée aux compliments. Ca la touchait en tout cas, et ça lui faisait vraiment bizarre. Mais ça lui plaisait au final. Elle aimait les compliments mais uniquement lorsqu'il n'y en avait pas beaucoup et c'était tellement mieux comme ça oui..

Ils passèrent une très bonne soirée. De rires, de joie. En tout cas, il n'y avait absolument rien de vraiment triste dans tout ça, et elle se sentait même très bien, pour tout dire, elle pétait le feu, pour la simple et bonne raison que tout ça était juste parfait, tout ça était merveilleux et le temps d'une soirée, elle avait parfaitement oublié Martin. Ce qui était assez spectaculaire quand même. Et à la fois merveilleux d'ailleurs, si on voulait vraiment tout savoir. Ce qui était assez cool en faite, et important aussi. Cela allait de soit. Enfin bon, tout ça donc pour finalement dire qu'elle était bien, qu'elle se sentait bien et qu'elle n'avait absolument pas la moindre raison de se prendre la tête. Elle se sentait bien et depuis que son cœur battait pour l'autre Gryffondor, elle n'avait jamais vraiment pris conscience de tout ça. Elle n'avait jamais eu conscience qu'elle pourrait être heureux avec une autre personne, et elle n'aurait jamais pu croire qu'un autre garçon pourrait la rendre heureuse aussi facilement, mais magré ça, malgré tout ça, elle se rendait finalement compte que oui, tout ça était important, oui, tout ça comptait. Et c'était sur ça qu'il fallait qu'on se centre, même si ce n'était pas facile, et ça n'était jamais facile d'ailleurs, si on voulait vraiment tout savoir.

 « Je te raccompagne à la porte de ta salle commune ». La porte n'était pas le bon terme mais à côté de ça, il fallait quand même se rappeler que c'était le tableau de la grosse dame hein, logique oui voilà. Parfaitement logique d'ailleurs, si on voulait vraiment tout savoir. Un sourire sur les traits de son visage, ils marchèrent jusque là bas. Un silence de gêne sembla s'installer entre eux. Et alors qu'ils étaient enfin arrivé devant le tableau, il la retint du bout du bras, alors qu'elle s'apprêtait à franchir le portrait.  « Attends ». Cette demande était venue surprenante et bizarre. Ca lui faisait presque peur en plus. Enfin.. Juste un peu donc bon, il était hors de question pour elle de trop se prendre la tête avec ça. Elle resta donc sur place. Patiente.  « J'ai passé une très bonne soirée. Je savais que le moment serait bien mais à côté de ça.. C'était vraiment la grande joie oui.. C'était un plaisir ». Un sourire un peu gêné se dessina sur les lèvres de Tosca. Ce n'était pas vraiment le genre de dialogue que l'on attends, quand on passe une soirée entre amis. Il parlait avec le regard baissé, il bafouillait un peu aussi. Mais il n'en restait pas moins touchant. Genre vraiment hein. Adorable même.  « J'ai passé une très bonne soirée avec toi aussi hein.. Ce fut parfait ». Ou presque, parce qu'il n'était pas Martin. Mais il prit presque ça pour une attente et il finit par se pencher vers elle pour l'embrasser. Elle ne fut capable de rien, elle ne parvînt pas à faire le moindre geste, elle ne s'y était absolument pas attendue en faite. Mais ça le touchait, ça le touchait vraiment.. Bien sûr, quoi de plus normal de toute manière.. Elle était surprise, pour ne pas dire choquée et elle ne s'était vraiment pas attendue à ça et.. Et ça lui faisait peur aussi. Lorsqu'il s'écarta, elle n'osa rien dire, elle ne bougeau même pas. Elle bafouilla, ses mots n'avaient aucun sens et du coup, elle avait l'impression d'être débile. Mais il sembla comprendre quelque chose dans tout ça et ce fut horrible..  « Je suis désolé. J'ai cru que.. Je me suis trompé ». Et il finit par s'éloigner d'elle et par quitter les lieux. Elle voulut faire un pas vers lui mais elle n'osa pas et il finit par s'éloigner.. Et elle fut seule.

[1372 mots]
TO BE CONTINUED
Codage fait par .Jenaa


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Anonymous




Embrasse moi . Tosca Levine Empty
MessageSujet: Re: Embrasse moi . Tosca Levine   Embrasse moi . Tosca Levine EmptyVen 11 Mai - 12:09


#03 . Scandale
« NUMERO 4 »


Lorsqu'elle repensait au bal, elle n'arrivait toujours pas y croire. Elle qui avait sincèrement pensé qu'elle allait passé une bonne soirée avec un ami, voilà qu'elle se retrouvait avec un prétendant. Okay oui, on ne pouvait pas vraiment dire que c'était si incroyable ou si nul que ça hein. Impossible en faite, si on voulait vraiment tout savoir. Enfin bon, pour le reste, elle devait quand même bien avoué que ça restait super flippant. Elle ne s'y était tellement pas attendue que l'idée que les signes d'attraction qu'on pouvait peut être lui envoyer passaient inaperçus ? Si c'était ça, elle allait clairement s'en mordre les doigts. Normal en même temps et on ne pouvait quand même pas lui en vouloir pour ça non ? Que l'on se comprenne bien sur le sujet, la jeune fille n'avait jamais eu de petit copain. Certes oui, à seize ans, cela n'avait rien de vraiment exceptionnel mais à côté de ça, la jeune fille était amoureuse d'un garçon dont elle ne voyait pas le moindre signe et c'était surtout ça qui lui faisait bizarre. Surtout ça oui, voilà. Et ça commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs en faite, si on voulait tout savoir. Mais à côté de ça, elle aurait beau dire ce qu'elle voulait, ce n'était pas ça qui allait y changer grand chose, en fin de compte. Mais là, il ne s'agissait que d'un vulgaire détail auquel elle refusait de songer. Parce que si les choses étaient vraiment ainsi, elle allait bien vite finir par péter un plomb. Et croyez le ou non, c'était bien là la toute dernière chose que les gens pouvaient bien vouloir. Et de ça, elle en était pleinement convaincue. Enfin bon, pour le reste, ça ne voulait vraiment pas dire que les choses allaient être plus simples. Loin de là même. Mais bon, il fallait juste apprendre à faire avec, et ce, que cela nous plaise ou non, cela allait de soit, en faite. Enfin bon, pour le reste, il était absolument hors de question pour elle de vraiment trop se prendre la tête avec ça. Et que cela soit facile ou non, elle était consciente du fait que ce n'était jamais facile. Et parfois, les choses pouvaient facilement dégénérer.

Anh avait beau être un garçon adorable, pour autant, elle en venait à se demander ce qu'elle pouvait bien ressentir pour lui. Et elle ne parvenait pas du tout à le savoir. Enfin bon, tout ça pour dire que Tosca avait rencontré le tout premier garçon qui lui montrait un peu d'intérêt. Un soupir s'échappa de ses lèvres, tout ça lui échappait, tout ça lui faisait vraiment peur et elle avait vraiment cette impression d'être totalement perdue. Oui voilà, et ça commençait vraiment à lui taper sur les nerfs, ça l'insupportait. Mais.. Bon, il fallait juste savoir faire avec, il n'y avait pas grand chose à faire, à côté de ça, et ça lui faisait peur. L'amour était un sentiment sombre, difficile à cerner et elle ne le comprenait pas. Oui elle avait peur, mais peur de l'inconnu. Elle savait qu'elle aimait Martin mais elle n'avait jamais pensé une seule seconde à quelqu'un qui l'aimerait. Elle avait perdu espoir pour le Gryffondor alors elle s'était juste contentée de croire que personne ne l'aimerait jamais. Et voilà que le Serdaigle sortait de nulle part. Et surtout, voilà qu'elle se retrouvait parfaitement perdue. Elle ne savait pas comment est-ce qu'elle devait réagir, elle l'ignorait totalement et elle avait peur. Peur de blesser quelqu'un, et même peur de prendre la mauvaise décision. Elle ignorait parfaitement comment elle aurait dû réagir et c'était sincèrement en train de lui prendre sincèrement la tête.

Elle le fuyait, elle désertait oui, elle n'osait pas venir vers lui parce qu'elle ne savait pas comment réagir. Et en réalité, elle fuyait tout le monde. Ce jour là, elle avait esquivé tout le monde, elle avait tout fait pour ne pas à avoir la moindre conversation mais Charisma finit par lui bloquer la route.  « J'ignore parfaitement ce qui vous prend et cela me désole fortement. Mais je tiens malgré tout à vous signaler que vous n'avez absolument pas la moindre raison de me fuir. D'après ce que je suis en mesure de savoir, je ne vous ai rien fait ». Bien sûr qu'elle n'avait rien fait mais souvent, le meilleur moyen de ne pas avoir à se casser la tête était de fuir tout le monde afin de ne pas être contraint à avoir la moindre conversation. Mais ça ne voulait pas dire pour autant qu'il s'agissait de la bonne résolution, de la bonne décision à prendre aussi. Mais elle savait qu'éviter ses amis était loin d'être la bonne décision. Elle en était pleinement consciente, de toute manière.  « Ce n'est vraiment pas contre toi Charisma. Disons juste que je ne sais pas où j'en suis. Je suis totalement perdue ». Oui voilà, elle était perdue et à côté de ça, elle ne savait juste pas quoi faire, ni comment. Elle ignorait parfaitement comment se comporter. Cela lui échappait, cela lui échappait parfaitement. C'était bizarre mais il fallait faire avec. Elle ne savait pas gérer le stress, la peur et le manque de réponse. Alors oui, elle préférait prendre la fuite. Et alors qu'elle allait passer à côté de Charisma pour tracer, cette dernière lui attrapa le bras et l'empêcha de partir.

Ah bah super tiens. Etait-elle donc véritablement obligée de l'empêcher de fuir ? C'était vraiment du gros n'importe quoi, du délire, même, si on voulait tout savoir.  « Ne soyez pas ridicule ». Ridicule ? Oui, elle l'était peut être mais en réalité, il lui était parfaitement impossible de trop se prendre la tête. Elle essayait bien sûr, elle faisait ce qu'elle pouvait pour fuir ou ce genre de chose, mais elle en était parfaitement incapable et c'était ça le pire, ça qui se trouvait être la partie la plus complexe de l'exercice. Tout ça était insupportable. Une grosse prise de tête. Un point insupportable. Oui voilà. Et les choses ne pouvaient sans doute pas être plus simples.  « Lâche moi, je ne veux pas en parler ».  « Vous allez y être contrainte ! J'ai entendu parler de ce baiser que monsieur Karisteas vous a donné, est-ce pour ça que vous êtes comme vous êtes ? ». Oui, c'était ça. Mais elle refusait de l'avouer. Elle avait peur. Et les gens étaient un peu trop en train de les regarder là tout de suite. Ca allait faire un scandale..  « Si ce n'est que ça, autant vous donner l'occasion d'être un peu plus effrayée encore ». Et sur ces mots, elle posa ses lèvres sur les siennes. Un baiser auquel Tosca mit très vite un terme, il en était hors de question bien sûr. Elle refusait parfaitement de se prendre la tête avec ça, même si ce n'était pas toujours aussi facile qu'on pouvait bien vouloir que cela le soit.  « Tu es folle ! ». Oui, totalement folle bordel, tout ça était du gros délire.  « Non, je vous explique juste, en agissant ainsi, qu'un baiser ne veut pas toujours dire quelque chose. Il est stupide de fuir pour une si petite chose. Vous devez parler à ce jeune homme. ». Et elle partit, comme si de rien n'était, alors que les chuchotements se faisaient entendre autour d'eux. Tout ça était ridicule oui, voilà. Et insupportable aussi. Ah.. Si seulement ça pouvait être plus simple..

TO BE CONTINUED
[ 1253 mots ]
Codage fait par .Jenaa


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Embrasse moi . Tosca Levine Empty
MessageSujet: Re: Embrasse moi . Tosca Levine   Embrasse moi . Tosca Levine Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Embrasse moi . Tosca Levine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Embrasse moi . Tosca Levine
» J'embrasse ou J'embrasse pas?
» J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer ? Colin
» J'embrasse, j'épouse, je tue.
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Hors-jeux :: Les galeries :: Défi - Les 30 baisers :: Les anciens 30 baisers-
Sauter vers: