AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DEFI - 30 baisers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 1089
Âge : 23 ans (21/03/1988)
Actuellement : Chasseur de prime


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: DEFI - 30 baisers    Sam 26 Mai - 12:17


→ Alek Benson« Défi des 30 baisers - Serdaigle »

1-The Call – Regina Spektor (Ava)
2-Maître de ma vie - Vegastar
3-I'm with you - Avril Lavigne
4-In the End – Linkin Park (Blake)
5-Taking over me – Evanescence

6-100ème étage remix - vegastar
7-Perdus cette nuit - BB brunes
8-The Riddler - Nightwish
9-Say good bye Hollywood – Eminem (Opalyne)
10-Super pouvoir d'achat - la chanson du dimanche

11-Black and blue - BB brunes
12-You found me – Nickelback
13-Let there be light - Justice
14-How we kill stars - Shaka ponk
15-Toi et moi - Guillaume Grand

16-The Story of the impossible – Peter von Poehl (Romily)
17-Je crois que je ne t'aime plus - Cali
18-Mr Brightside – The Killers
19-If today was your last day - Nickelback
20-The kids aren't alright - The Offprings

21-Le gang - BB brunes
22-Sweet dreams - Marilyn manson
23-Clowns - TATU (Blake)
24-Nobodys home - Avril Lavigne
25-Nelly - Superbus

26-La lettre de metal - Indochine (Blake)
27-Rock n roll star - Saez
28-Untouched - The veronicas
29-Tristania - Nightwish
30-So far gone - James Blunt




Dernière édition par Alek Benson le Dim 7 Oct - 18:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1089
Âge : 23 ans (21/03/1988)
Actuellement : Chasseur de prime


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: DEFI - 30 baisers    Dim 27 Mai - 20:59


Alek & Romily
«
16-The Story of the impossible – Peter von Poehl »
Avec : Blake & Cameron
556 mots


Toi et moi, nous avons une histoire de l’impossible. On se croise, on s’échappe, on se perd, et on se retrouve. Mais jamais au bon moment. Nos pendules sont déréglées, tu t’échappes quand j’arrive, je m’enfuis quand tu me rattrapes. On se cherche mais aucun ne parvient à retrouver l’autre. Une course vers l’infini, une course vers l’impossible.

Je te voie de ma fenêtre, tu t’éloignes dans cet océan de béton, loin de moi. Ta main sert la sienne. Il se penche vers toi et te chuchote quelque chose à l’oreille. Sont-ce là des promesses d’amour infini ? Sont-ce là des paroles anodines ou au contraire t’offre-t-il son cœur ? Fait-il ce que je n’ai jamais pu faire ? Sait-il t’offrir son amour sans condition ? Sait-il t’aimer sans limite ? Parvient-il à tout te confier sans conserver le moindre secret ? Je l’ignore. Je vous voie vous fondre dans la masse humaine et disparaître dans ce brouillard de larmes et de haine. Je n’arrête pas de te rater, de louper la correspondance. Tu t’en vas, loin de moi, et je n’arrive pas à t’arrêter, je n’arrive jamais à te rejoindre. Et si jamais tu fonds la foule dans ma direction, j’ai peur et je m’enfuis encore et encore. C’est notre histoire impossible. A toi et à moi. Elle se répète, encore une fois.

Des bras m’enlacent et je me détourne de cette vision. Elle n’est pas toi. Elle n’a ni ton sourire, ni ta joie éternelle. Elle est magnifique, c’est certain. Mais elle n’est pas toi. Elle n’a, à mes yeux, qu’un physique très avantageux. Une personnalité intéressante, mais incomparable à la tienne. Tu as toujours été tout pour moi, et tu seras toujours tout pour moi. Rien ni personne ne pourra jamais le changer. Elle me sourit, et je me baisse vers elle, posant doucement mes lèvres sur les sienne. Sa pression autour de mon corps s’accentue, et nous nous envolons dans un monde censé être réservé aux amoureux. Je l’aime, mais pas comme je t’aime toi. Elle me plait, son caractère me séduit, son physique est plus qu’avantageux… Mais je ne l’aime pas comme je t’aime toi. Mon cœur ne s’emballe pas pour elle, et je ne tuerais pas la planète entière pour elle. Tandis que pour toi… Oh oui pour toi, je ferais même l’impossible. Tout aurait un sens pour que je puisse voir ton sourire. Pour que je puisse posséder ton cœur.

Ceci n’est que l’histoire de l’impossible. Nous sommes deux, deux êtres qui s’aiment et qui se fuient. Nos chemins sont destinés à restés éloignés l’un de l’autre. Fierté, peur, faiblesse… On n’arrive pas à surmonter ces petits obstacles. Notre histoire n’a pas de fin, elle s’étend vers l’infini, c’est une course qui n’a pas de but. On court sans connaître la destination. On espère juste pouvoir se rapprocher légèrement de l’autre. Mais dis-moi, as-tu senti la distance se rétrécir ? Moi non. J’ai le sentiment qu’on reste à la même distance depuis le début. A portée de bras, mais sans parvenir à atteindre le cœur malgré tout.

Je veux faire tout ce qui est en mon pouvoir pour rendre cette histoire possible. Même si la course est vaine, je vais poursuivre, j’insisterais le temps qu’il faudra. Parce que je t’aime. Toi et seulement toi. A jamais et pour toujours.


fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1089
Âge : 23 ans (21/03/1988)
Actuellement : Chasseur de prime


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: DEFI - 30 baisers    Dim 27 Mai - 21:20


Alek & Blake
« 4-In the End – Linkin Park »
567mots


Ca a commencé avec une relation toute simple. Le hasard qui nous avait réuni là, comme ça… Mais peut-être que nous devrions penser à parler de destin plutôt que de hasard ? On a été lié, dès le début, nos routes étaient tracées. Le temps a de la valeur. Il s’écoule doucement mais sûrement. Le tic tac des horloges nous rappelle au présent, et nous annonce la venue imminente du futur. Une fin qui s’approche, au fur et à mesure que passent les secondes. Tu as tant fait pour moi. Tu m’as fait confiance, j’ai tout gardé pour moi.

Tu t’es sacrifiée pour moi, sans jamais rien me demander. Tu m’as toujours tout donner, et alors que le temps passait, je ne voyais pas ce qui était si évident. Je n’ai jamais pensé à regarder en bas, et pendant que je m’envolais, tu t’ensevelissais dans la douleur. J’ai échoué. Tu es partie, et tout mon présent est sur le point de devenir le passé. Tu en as eu assez. Et il a fallu que je tombe plus bas que terre pour enfin comprendre. Tu es tout pour moi, sans toi je ne suis plus rien.

Le temps a continué à filé. Ca commencé par des secondes, puis des minutes et finalement des années. Tu ne devais n’être plus qu’un souvenir, mais je n’arrivais pas à t’effacer. On s’est battu ensemble, nous avons soulevé des montagnes. Nous avons tout écrasé sur notre passage. Je ne pense pas que tu m’aurais reconnu, si je ne t’avais pas annoncé mon retour. Je sais que j’ai changé. Les cicatrices ont transformé mon corps, la dureté éclaire mes prunelles et la haine fait plus que jamais battre mon cœur. Mais alors que tu te dresses juste là, devant moi… Je comprends enfin ce qui était demeuré mystérieux jusqu’alors.

« Blake… »

Plus belle que jamais, le soleil éclaire tes cheveux blonds. Ton visage me dit que tu me pardonnes et je comprends enfin. En fin de compte nous étions destinés à être ensemble. Je devais te faire confiance, dès le début… j’aurais dû tout te dire, alors que tu te battais pour moi, malgré le peu que je t’offrais en échange. Tu me rejoins d’un pas aussi assuré qu’à l’époque. Et tu me souris. C’est plus fort que moi, alors que tu prononces mon nom avec ta douceur habituelle, j’éclate en sanglot. Tu te dresses et m’embrasse, comme pour me souhaiter bon retour d’un voyage qui n’aurait duré que quelques jours, une semaine à la rigueur. Alors qu’en réalité, ce voyage a duré dix ans. Cela fait dix ans que je t’ai perdue. Pourtant tu es restée pour moi. Et je t’aime plus encore que je ne t’ai jamais aimée. Dire que je croyais cela impossible. Chaque seconde loin de toi m’a fait comprendre à quel point tu comptais pour moi. Je croyais te perdre toutes les nuits… Et je ne veux plus jamais revivre ça. Je suis tombé, mais à présent je me relève. Je suis là, et cette fois je me battrais non plus avec toi mais pour toi. Tu as trop donné. Il est temps que je prenne la relève. En fin de compte, le destin ne nous aura jamais laissé tomber.

« Je t’aime. »

Nos voix ne sont qu’un souffle commun. Une union qui ne sort que plus forte encore de ces dix longues années de séparation.


fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1089
Âge : 23 ans (21/03/1988)
Actuellement : Chasseur de prime


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: DEFI - 30 baisers    Sam 9 Juin - 21:35


Alek & Blake
« 26-La lettre de metal - Indochine »
564 mots


Je suis sur le pas de la porte, et je te regarde partir. Tu es grand, beau, fort. Mais le seras-tu assez pour nous revenir ? Tu es tout ce qu’il nous reste. Tu es juste là, penché au-dessus de lui. Tu l’embrasses doucement, et je ne peux plus contenir mes larmes. Je sais très bien où tu pars. Je sais parfaitement où on t’envoie. Tout ceci ne connaît qu’une fin… Et ce n’est pas une fin heureuse. J’aurais aimé savoir te retenir… J’aurais aimé que tu t’enfuies. Peu m’importe que tu sois traité de lâche, de traître ou de je ne sais quoi d’autre. Je ne veux que toi. Nous avons besoin de toi. Et je te veux en vie. On te veut vivant ! Kaïn ne comprend pas encore. Il est dans tes bras, ses prunelles bleues te dévisagent et tu l’embrasses une dernière fois. Tu fais ça pour nous… c’est ce que tu prétends. Mais crois-tu que c’est sincèrement ce que l’on souhaite ? T’imagines-tu qu’à nos yeux tu vaux mieux mort et honoré que vivant et insulté ? Si seulement tu savais à quel point je me fiche de l’honneur ! Je ne veux que toi… J’ai tellement besoin de toi…

Tu t’approches de moi, Kaïn toujours blottit dans tes bras tend sa petite main potelée vers ta joue. Je n’en peux plus. Les larmes inondent mon visage, et tu me souris. Je hais tellement cette expression résolue ! Comme si tu n’avais pas le choix ! Comme si l’honneur seul comptait ! Je sais ce que tu crois, mais tu te trompes. Du début à la fin ! Tu es induit en erreur ! Kaïn a besoin de son père et j’ai besoin de toi. Tu es ma moitié, ma raison d’être, et tout ce qui compte en ce monde… Kaïn n’est pas tout ! Je ne pourrais jamais me satisfaire de sa seule présence. J’ai besoin de ton amour, de ton aide et de ta présence.

Tu reposes Kaïn dans son berceau et t’avance vers moi. Cette étreinte est notre toute dernière étreinte. Et tu as enfin la décence de me pleurer. Je sens tes larmes se mêler aux miennes. Je resserre d’avantage encore mon étreinte. J’aimerais pouvoir t’enlever et t’empêcher d’y aller. On se moque des autres ! On se moque des opinions ! Je te veux toi et seulement toi ! Je veux tes bras, je veux tes lèvres. Je veux ton corps entier, tes prunelles qui me dévorent d’amour…

Nos lèvres s’unissent une dernière fois… Puis tu t’éloignes de moi. Mon cœur tout entier est déchiré… mais ce n’est pas le pire jour de ma vie, et je le sais… je sais que le pire de tous, ce sera ce fameux jour… Quand ta plaque de métal me reviendra… Quand tu seras mort et que même ton corps ne pourra m’être remis. Je sais que c’est là la dernière fois que je peux te voir, et ça me tue. Tu te bas pour moi, pour notre fils, pour toi et pour tous les habitants du pays… malgré cela, je ne parviens pas à comprendre pourquoi tu as accepté de nous abandonner… De mourir au combat… Parce que je sais que tu le sais… je sais que tu sais que tu ne reviendras jamais… Et que ce baiser, au goût métallique et notre tout denier baiser…



fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1089
Âge : 23 ans (21/03/1988)
Actuellement : Chasseur de prime


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: DEFI - 30 baisers    Sam 16 Juin - 19:23


Alek & Ava
« 1-The Call – Regina Spektor »
567 mots


Rien n’avait jamais été prévu. Tout cela n’aurait jamais dû se produire. Nous nous connaissions depuis tellement longtemps. Tu étais ma petite rouquine. Une enfant, rien de plus. Sûrement un peu folle, amusante et parfois très naïve. Mais je te trouvais marrante. Mais je n’avais jamais vu la femme qui vivait en toi. Elle s’épanouissait pourtant. Sans doute avais-je été bien trop prêt mais malgré tout, trop éloigné aussi, pour le réaliser. Je te voyais sans vraiment te regarder. Tu étais un membre actif de mon décor. Quand cela a-t-il définitivement changé ? Quand cela a-t-il cessé ? Je n’arrive pas à me rappeler. J’ai beau cherché, je n’arrive pas à trouver ce fameux élément déclencheur. Et pourtant, nous sommes là, à présent...

Tu es une femme accomplie. Tu es magnifique. Réellement. Tes cheveux encadrent un visage fin, délicat, souriant. Tes pommettes se colorent toujours quand je me penche vers toi. Mais à présent, tu oses sans ciller. Tu joins tes lèvres aux miennes, et je t’embrasse sans la moindre hésitation. Tu vas tellement me manquer, mon cher coquelicot... Glissant mes doigts dans tes cheveux cuivrés, je soupire. L’heure est venue... déjà. C’est toi, qui me souris, et qui me rassure. Nos rôles sont inversés depuis quand, exactement ? Tu es devenue si mature... Tout en gardant ce regard espiègle et ce sourire incroyable...

Nos chemins ont été séparés par la guerre. Je suis parti, longtemps. Et lorsque je suis rentré, tu avais changé... A moins que ce ne soit mon regard qui avait fini par changer ? Je n’arrive plus à me souvenir... Et, alors que nous nous rencontrions enfin, en amants, et pas seulement en amis, nous voilà de nouveau séparés. J’aurais aimé rester pour toujours. Entendre ton rire me réveiller le matin, écouter ta voix me raconter les mêmes histoires à longueur de journée... sans jamais m’en lasser. J’aurais aimé vieillir à tes côtés. Qu’on soit ensemble à jamais... Mais ce n’était qu’illusions. Rêves, espoirs... Tout ça n’a pas sa place dans notre univers... Pourtant, tu es bien là, devant moi, me fixant de tes grands yeux clairs. Tes mains encadrant mon visage, tu me murmures ce dont j’ai besoin :

« Pas besoin de nous dire au revoir... Je sais qu’on se reverra. Tu me reviendras. »

Ton optimisme... Ton sourire... c’est tout ce qu’il me faut. Nos lèvre s’effleurent une dernière fois, et nos soupires se rejoignent. Je veux croire en toi, en nous, en tes paroles, et nos rêves... Alors je vais essayer d’y croire. Pour de bon, cette fois. Doucement, je passe ma main dans tes cheveux et te souffle ce qu’il nous offrira encore un peu d’espoir :

« Je te reviendrais. »

Soudain, je suis persuadé qu’il suffira que tu m’appelles, dans tes rêves ou encore, chez toi, bien éveillée, pour qu’on me permette de te rejoindre. Notre lien est puissant. Je le sais. Et soudain, alors que tout semblait perdu, l’espoir renaît en moi, et je te murmure ces quelques mots, pâles reflets de notre réalité :

« Je t’aime, Ava. »

Notre dernier baiser n’en n’est pas vraiment un. Nous en aurons encore plein d’autres. Tu le sais, et même moi, j’y crois à présent. Tu es ma raison de vivre. Et je ne partirais pas sans toi. Crois moi. Alors nous ne nous dirons pas au revoir, parce qu’on se reverra rapidement. Nous le savons.




fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1089
Âge : 23 ans (21/03/1988)
Actuellement : Chasseur de prime


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: DEFI - 30 baisers    Lun 13 Aoû - 19:05


Alek & Opalyne
« 9-Say good bye Hollywood – Eminem »
505 mots


Elle était belle… Amusante… Et folle. Totalement folle. Je ne sais pas pourquoi elle ‘ma aveuglé. Vous aviez tous bien vus clairement dans son jeu. C’était si évident, pour vous, qu’elle se moquait de moi… Mais je ne sais pas pourquoi j’ai continuer à y croire. Je suis sûrement fou, moi aussi. Qui ne l’est pas, dans ce monde ? On touche des millions à ne plus savoir qu’en faire. On vient profiter de nous tout naturellement et on ferme les yeux. J’aurais dû mettre fin à tout ça avant…

…………

Nous sommes en boîte de nuit. Opalyne est plus déjantée que jamais. Je la voie danser à moitié nue avec un autre, et d’un coup, cette mascarade a raison de moi. Je ne me reconnais plus quand je me lève et file vers elle. Le coup part sans que j’en ai ne serait-ce conscience. Je frappe ce salaud qui est avec ma copine, et je ne m’arrête plus. Il va payer pour tout ce que j’ai sur le cœur. Et j’en ai gros sur le cœur... Et on part. Il baigne dans son sang, je ne sais pas si il se relèvera un jour, et je m’en fous.

J’ai à peine le temps de l’embrasser, ma rousse incendiaire qu’on vient me chercher. Ces menottes ne sont pas pour moi. J’ai une carrière. Je suis une star. Une p*tain de star. Hollywood m’adule, sans moi il n’a plus lieu d’être. Je suis sur le devant de la scène. Je ne tirerais pas ma révérence en partant en taule. Je préfère mourir. Et je l’aurais fait, si j’en avais trouvé… Quoi, au juste ? La force ? Le courage ? Sommes-nous courageux en fuyant la réalité ? J’ai des doutes… Mais je sais qu’il est temps pour moi de dire au revoir…

Au revoir Opalyne, folle au cheveux en feu. Nous aurions dû cesser tout cela bien avant… Au revoir Hollywood, toi qui m’a doucement mais sûrement détruite. Quand je me regarde dans la glace, je n’arrive même plus à savoir qui est en face de moi. Je ne sais pas qui je suis, je fuis la réalité depuis si longtemps que je ne fais plus la différence entre le vrai et le faux. Je suis perdu, je deviens fou.

………….

Tout sera bientôt derrière moi. Je ferais un sac et je partirais dans un autre monde imaginaire. Un monde où je saurais qui je suis… J’abandonne célébrité, reconnaissance, effervescence. Tout cela n’a plus le moindre sens… Je me sens perdu. Je me sens ailleurs. Et je tire ma révérence. Adieu Hollywood, rêves de gloires, vous m’avez trahis. Il y a une telle noirceur derrière les paillettes… On avait seulement oublié de me prévenir. Oublié de me dire à quel point tout ceci était moche, terne, violent… A quel point la célébrité peut vous gâcher l’existence… Alors j’abandonne, il est trop tard, je le sens bien au fond de moi… Mais j’essaie de garder espoir… peut-être qu’au final je m’en sortirais un peu ? Alors Adieu.





fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1089
Âge : 23 ans (21/03/1988)
Actuellement : Chasseur de prime


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: DEFI - 30 baisers    Sam 29 Sep - 19:44

Alek & Blake
« 23-Clowns - TATU »
562 mots


Tout est si froid. Tout était devenu si noir. Il n’y avait plus rien. Et lorsque je t’ai retrouvée, tu ne m’as pas regardé. Tu étais pourtant juste là, sous moi. Je m’envolais, te suivant partout où tu allais. Je te voyais pleurer sans jamais pouvoir te consoler. Je te voyait m’appeler, sans que tu ne puisses jamais entendre ma réponse. Je te promets que je ne t’ai jamais abandonnée. Même si tu ne m’entends pas… Essaie de me voir…

Je suis mort par une matinée d’octobre. Je ne sais plus comment tout a bien pu se passer. Tout ce dont je me souviens, c’est le choc, puis les ténèbres et ce besoin, pressant, urgent, de ne surtout pas m’éloigner de toi. Et je suis revenu. Mais je n’ai plus jamais pu te toucher. Je n’ai rien pu faire pour t’aider à traverser cette épreuve. J’étais là, mais c’était comme si cela ne comptait pas, pour toi. Tu ne m’as ni vu, ni entendu.

Puis tout s’est précipité. Je n’ai rien pu contrôler. Je n’ai pu qu’être spectateur de ta chute. Et au fur et à mesure que tu sombrais, ce qu’il restait de mon cœur se brisait, lentement mais sûrement. J’ai tout fait pour que tu me survives. Je voulais que tu te battes, que tu aies ta vie, que tu ne perdes pas tout par ma faute. Je te l’ai répété… je te l’ai di tant de fois… mais ces paroles, tu ne les as jamais entendues. A moins que tu aies tout simplement préféré ne pas m’écouter ?

Alors qu’enfin, tes prunelles se posent sur moi. Alors que je croyais que c’était là tout ce que je souhaitais : qu’enfin, tu me voies, je réalise que je me suis trompé. Je me suis fourvoyé. Je voulais simplement que tu sois heureuse. Je suis mort, et je n’aurais jamais dû insister, je n’aurais pas dû te suivre et tout faire pour que tu m’entendes. Je n’aurais pas dû te parler. Mais je n’ai pas pu résister, et voilà où ça t’a mené. Ton esprit m’a rejoint, mais je n’arrive pas à détacher mon regard de ton corps. Il est là, étendu à terre, mort. Je ne voie plus ton sourire, si vivant. Je ne sens plus ton odeur. Même si tu es face à moi, ce n’est pas vraiment toi. Celle que j’ai aimé était pleine de vie. Je n’aurais pas dû t’entraîner ici. Et alors, ta voix résonne à mes oreilles. Je ne sais plus que penser… je n’arrive plus à savoir si c’est toi ou pas, qui te tient devant moi. Tu sembles si réelle… Puis ta main touche la mienne. Je m’attendais à de la froideur, mais c’est tout le contraire. Ce contact me réchauffe le cœur, et soudain, je comprends que nous serons ensemble pour toujours. Je comprends qu’à présent, tu peux m’entendre, et tu peux me voir.

Nos lèvres s’unissent alors, dans un ultime baiser et je sens que ma vie sera pour toujours, à tes côtés. Certes, nous ne sommes plus ‘vivants’ mais pourtant, nous avons encore ces sentiments, ces sensations… n’est-ce pas là ce qui est censé définir la vie ? Même si les autres ne nous voient pas, nous, nous continuons à nous voir, à nous désirer et à nous aimer. Envers et contre tout. Nous nous regardons, et la vie continue.
fiche par century sex.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1089
Âge : 23 ans (21/03/1988)
Actuellement : Chasseur de prime


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: DEFI - 30 baisers    Mer 30 Jan - 19:17

Alek & Samara
« 30-So far gone - James Blunt»
619 mots


Comment tout cela avait-il commencé ? Alors que je fermais les yeux, je se remémorai le commencement. C’était flou, et en même temps, j’avais le sentiment qu’on ne s’était rencontrés qu’hier seulement. C’était à la laverie automatique. Elle n’avait pas de monnaie et m’en avait demandé. Moi non plus je n’en n’avais pas. Et sans que je ne m’’y attende, elle s’était mise à pleurer. C’était la première fois que je voyais autant de naturel, autant de spontanéité et j’avais finit par lui proposer un café, en dédommagement. Elle avait accepté après avoir hésité un moment et depuis, on ne s’était plus quittés. J’apprenais chaque jour à la connaître un peu plus et la femme que j’avais sous les yeux me séduisait d’avantage encore. Elle était joyeuse (malgré la crise de larme de la laverie automatique). A sa décharge, elle avait passé une très mauvaise semaine, et j’avais été, d’après elle, son rayon de soleil. Moi, j’étais convaincu que ce n’était pas fondé. Le vrai rayon de soleil c’était elle, pas moi.

Nous avions fait de notre mieux pour nous trouver. On était fait pour être ensemble. Sa façon de rire m’émerveillait. Son sourire m’enchantait. J’aurais pu tuer pour son bonheur. Je peux tuer pour son bonheur. Je me souviens qu’on était en train de boire un verre dans un petit café, en terrasse, quand elle m’en a parlé. Des hommes du quartier qui s’amusaient à la terrifier. Sa voiture volée, ses vitres brisées… Les insultes dans la rue, les bouteilles et pierres lancées. Je dus me contenir pour ne pas exploser de rage. Elle n’était pas du quartier, elle était une étrangère, alors certains faisaient tout pour la faire fuir. Et ça, c’était inexcusable. Contenant tant bien que mal ma colère, je m’inquiétais :

« Mais tu les as vu ? Ils sont comment ? »

Nous étions deux étrangers qui essayons de réunir leurs univers. Je savais que nous étions différents, et elle savait que je n’étais pas vraiment comme les hommes qui travaillaient en Banque avec elle. Elle cachait tant de souffrance derrière ses sourires. Tout ça à cause de vauriens. De sale c*ns. ET j’étais fermement décidé à faire évoluer les choses. En nous quittant, je l’embrassais doucement sur les lèvres, lui souhaitant une bonne soirée.

Peu après j’arrivais dans l’appartement que je partageais avec Emeric. On avait grandit ensemble. On avait toujours tout partagé. Je contenais difficilement ma rage. Face à mon ami, je lançais :

« J’ai besoin de toi. Je peux pas tout te dire, c’est trop long, mais on va tabasser des mecs. On va leur faire mal. »

Un instant, Emeric me contempla en silence puis lâcha :

« Ok. On prend quoi ? »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Nous rejoignons l’appartement de ceux qui s’amusaient à mener la vie dure à Samara. S’ils pensaient s’en tiraient si facilement, ils se plantaient. J’étais près à tout faire pour elle. Je pouvais dire ce qu’elle ne dira jamais, je pouvais pendre tous les risques, toutes les responsabilités, juste pour elle. Je savais que nous ne pourrions plus reculer, mais peu importait. Nous allions aller trop loin. Mais pour elle, je n’avais aucune frontière. Je ne connaissais aucune limite.

Nous avons mis des masques et on a défoncé la porte de leur appartement. On ne les a pas épargnés, on les a matraqué. Je sais qu’on aurait dû régler ça plus proprement, mais ce n’était pas dans mes habitudes. Samara était obligée de faire un détour, elle n’avait plus de voiture. Ils lui avaient pourri la vie, ce n’était qu’un juste retour des choses. Même si nous étions allés trop loin, je savais que jamais je ne m’en voudrais pour ce soir.



fiche par century sex.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1089
Âge : 23 ans (21/03/1988)
Actuellement : Chasseur de prime


Informations supplémentaires
Lieu d'habitation:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: DEFI - 30 baisers    Mer 30 Jan - 19:42

Alek & Samara
« 12 You found me - The fray »
594 mots


Trois semaines étaient passées depuis qu’on avait tabassé les mecs. Ils n’avaient pas cafté, évidemment. D’un, ils ne savaient pas qui on était, et de deux, ils avaient bien trop à se reprocher pour oser faire un pas vers les flics. Quant aux représailles… Ils les craignaient trop pour rester. Ils avaient donc laissé samara tranquille et la vie reprenait son cours. J’avais finalement présenté Sam à Emeric. Il avait eu du mal à y croire. Comment un mec comme moi avait pu plaire à une femme comme elle. C’était simple : je ne le savais même pas, moi non plus. Mais els faits étaient là, j’étais avec elle, et heureux.

Celui qui s’imagine que le bonheur dure pour la vie se trompe grandement. Le bonheur n’a rien d’éternel. C’est un répit éphémère. J’avais beau le savoir, la chute n’en n’a pas été moins dure. Samara ne savait pas tout sur moi, c’était mieux comme ça. Si je ‘lavais connue plus tôt, peut-être n’aurais-je pas été cet homme là, celui qui n’était pas fait pour elle. Si nous nous étions trouvés plus tôt, on aurait pu être ensemble, heureux. Plus longtemps. Mais c’était trop tard.

Ce matin là, Emeric était passé me voir. On avait notre casse, prévu depuis plusieurs mois déjà. Nous braquions des banques, oui… Amusant, n’est-ce pas, que je sorte avec une employée de banque dans ce cas là… Si je l’avais connue plus tôt, tout cela ne serait jamais arrivé. Alors que tout aurait dû être parfait, il y a eu une faille. Tout a capoté. Et à partir de là, c’était finit pour moi. Je revoie la rue, puis le ciel. Et ses cheveux blonds… Encadrant son visage totalement paniqué. Je n’entendais plus rien… Puis j’ai pensé à tout ce que j’aurais aimé te dire.

………………..

Perdu et sans défense, tu m’as trouvé. Pourquoi as-tu attendu ? Qui je suis… qui je suis… Je sais que je ne t’ai pas tout dit, et j’en suis sincèrement désolé. Où étais-tu ? Tu m’as trouvé, mais c’était trop tard. J’étais déjà cet homme, ce cas désespéré. Tu n’as pas pu me changé. Tu m’as trouvé, étendu sur le sol, juste un peu tard…

Alors que la ville s’écroule et que le sang quitte mon corps je voie tes larmes glisser encore et encore sur tes joues. Un flot intarissable que j’aurais aimé pouvoir arrêter. J’aurais tant aimé pouvoir tendre ma main, pour sécher tes larmes. J’aurais voulu t’embrasser, t’emmener dans un autre monde, plus sûr, plus tranquille. J’ai appelé pendant des années et des années. Mais tu n’étais pas à portée de voix. Et maintenant que nous nous sommes enfin trouvés, notre histoire est déjà terminée. Pourquoi as-tu attendu pour me trouver ? On aurait pu vivre heureux, toi et moi…

………………

Alors que le dernier souffle quitte ses lèvres, Samara pleurant, hurlant, le serre dans ses bras. Le désespoir enserre son cœur, détruit son bonheur. Ses lèvres se posent sur celles d’Alek dans un ultime baiser. Elle aurait aimé être là pour lui. Elle aurait voulu l’aider à sortir de tout ça. Elle aurait pu l’aider… Lui sauver la vie en le sortant de sa condition. Mais c’était trop tard. C’était fini. Elle l’avait trouvé, son âme sœur. Mais elle avait eu un temps de retard qui s’était avéré être… fatidique.

On finit par emporter son corps ne lui laissant plus que ses larmes. Perdue et sans défense, elle errait, dans la rue, ne pouvant accepter cette cruelle réalité. Elle ne voulait pas le croire parti… Et pourtant. C’était fini.




fiche par century sex.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DEFI - 30 baisers    Aujourd'hui à 23:18

Revenir en haut Aller en bas
 
DEFI - 30 baisers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [DEFI 30 BAISERS] ~ Charisma Kostovak ~
» [DEFI] 30 Baisers - Faith Of Curty |11/30|
» DEFI // 30 baisers // Megan Jones
» [DEFI] 30 Baisers - Aelita Stones [11]
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Les galeries :: Défi - Les 30 baisers-
Sauter vers: