AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Keira et ses 30 baisers <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Keira et ses 30 baisers <3   Sam 2 Jan - 21:58


« 19 -Sarah – Kyo »
(suite de La boulette)
567 mots
Keira & Faris

Cela faisait dix jours, jour pour jour, qu’elle m’avait embrassé. Dix jours qui semblaient avoir duré une éternité. Dix jours pendant lesquels je pensais à elle, à ce baiser. Je me surprenais à la contempler, de loin. Et c’est en l’observant ainsi, en catimini, que j’ai compris. Elle n’était pas ce qu’elle semblait être. Derrière ses sourires, ses allures assurées elle était triste et pleine de doute. Quand elle pensait que plus personne ne la voyait, son regard devenait gris, sombre. Je ne la connaissais pas, je ne savais rien d’elle. Mais je la voyais triste, et ça me faisait mal au cœur. Ce que j’avais vu d’elle n’était que gentillesse et douceur. Quand je posais mes yeux sur elle, j’avais l’impression de voir un ange tombé sur terre. La voir seule, triste, me fendait le cœur. Oh, oui, elle était entourée, mais quand je la voyais avec sin groupe, elle semblait plus seule que jamais, perdue au milieu d’eux. Je restais à distance. J’étais intimidé. Et puis nous n’étions pas du même monde. Pourtant, j’ai fini par craquer.

Il était dix-neuf heures passé. Il faisait déjà nuit et si elle n’avait pas reniflé, je ne l’aurais peut-être pas vue. Je rentrais chez moi, après avoir donné des cours particulier à un gamin du quartier. Elle était là, assise sur le trottoir, et pour la première fois de ma vie, je la voyais pleurer. Je ne savais pas quoi faire, j’étais intimidé, mais je voulais la réconforter. Elle qui avait été là pour moi dix jours plus tôt. Je traversais la route et m’asseyais à ses côtés, sans un mot. Je ne savais pas quoi dire, et ses larmes me renversaient. Alors, sans rien dire, je lui pris la main. Doucement. Elle ne fit pas mine de s’éloigner, se contentant de hoqueter. Je lui tendis un mouchoir qu’elle saisit en me soufflant un petit ‘merci’. Elle sécha ses larmes et demeura silencieuse un moment encore, avant de finalement poser ses yeux turquoise sur moi. Ils étaient bouffis, rougis par les larmes qu’elle avait versées. Je ne savais pas si je pouvais lui demander ce qu’elle avait. Baissant les yeux, je surpris des marques sur ses bras, comme si on le lui avait saisi avec force. Surprenant mon regard, elle tira nerveusement sur ses manches. Alors, sans réfléchir, je retins son geste, et la saisit par le menton. Plongeant mes yeux dans les siens j’y vis tout ce qu’elle avait pour habitude de cacher. La peur, la douleur, le doute, la fatigue. Alors, pris d’une soudaine impulsion, ne pouvant plus résister, je repoussais en arrière ses mèches sauvages et approchait mon visage du sien. Caressant sa joue avec lenteur, je l’interrogeais du regard. Puis nos lèvres se rejoignirent.

Ce fut comme un électrochoc, soudain : je compris. J’avais eu la vie facile, elle avait dû lutter pour survivre. Une bataille sans fin. Sa vie avait été bercée par la violence, la peur, le doute. Nous ne venions pas du même monde mais j’avais l’impression que nous pouvions nous comprendre. J’avais envie d’être là, à ses côtés. J’avais envie de la soutenir. Qu’elle voit qu’elle valait bien plus qu’elle ne l’imaginait. Je voulais que la tristesse quitte son regard. Que son masque d’assurance devienne réalité. Elle passa sa main derrière ma nuque, m’attirant contre elle, plongeant son visage dans mon cou. Doucement, je lui caressais les cheveux, en silence.



 Will you still love me ?

Will you still love me when I'm no longer young and beautiful ?
Will you still love me when I got nothing but my aching soul ?
I know you will... I know you will...
Will you still love me when I'm no longer beautiful ? @Lana Del Ray
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog


Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Keira et ses 30 baisers <3   Dim 2 Oct - 18:30


« 25-Valentine’s day – Linkin park »
538 mots
Keira & Camille

« Camille… si tu ne t’engages pas, je vais finir par partir… »

Ces quelques mots résonnaient. Encore et encore. Elle avait posé ses lèvres sur les miennes une toute dernière fois, et elle s’en était allée.  C’était la dernière fois que je l’avais vue. Elle avait tout simplement disparu de ma vie.

J’avais encore du mal à y croire. Nous étions restés ensemble quatre ans. Quatre années pendant lesquelles elle me reprochait mon engagement. J’avais eu peur, j’avais été ralenti et finalement, je l’avais perdue. Je ne m’étais pas jeté à l’eau quand je l’aurais du et nous étions le 14 février. Cela faisait maintenant trois mois que nous n’étions plus ensemble et c’était ma première saint Valentin seul depuis ces dernières années. Je ne savais plus ce que c’était et bien que son souvenir ne se soit jamais envolé de ma mémoire il m’était brutalement revenu en cette journée enneigée.

De ma fenêtre, j’observais les flocons tomber et je pensais à elle, à nous à ce que nous avions été et n’étions plus. J’avais envie de la revoir, de lui parler, de lui expliquer. Ce qu’elle me reprochait n’était pas juste. Je m’étais préparé, tout avait été réfléchi, calculé, mais elle était partie et je n’avais pas eu le temps. Juste pas eu le temps. J’aurais aimé remonter le temps, mais je n’avais pas ce pouvoir, pas cette faculté. Et je me contentais de la regretter. Tous les jours, je pensais à elle, et je regrettais. Aujourd’hui plus que jamais. J’avais une seule et unique envie. Un seul besoin.

Je savais qu’elle ne travaillait pas aujourd’hui et je me décidais. J’irais la retrouver. Où qu’elle soit, je la retrouverais. Je ne pouvais pas rester sur cet échec, sur cette absence et ces regrets. Si après m’avoir écouté elle préférait ne plus jamais me voir, alors j’essaierais de l’oublier, mais pour le moment, j’en étais incapable et j’avais besoin de le lui dire. Tout lui dire.

La fête de l’amour battait son plein. Les lumières roses, les cœurs aux fenêtres. La ville avait revêtu une tenue de fête pour célébrer l’amour et je la parcourrais à la recherche de la seule femme que je n’ai jamais aimée. J’avais besoin de la voir maintenant. Attendre une seconde de plus me semblait impossible. La neige se répandait sur la ville, la revêtant de légers flocons qui fondaient au contact du bitume.

Le métro était rempli de couples. Les cris de l’amour n’avaient jamais été aussi puissant et j’étais seul, à courir derrière celle que j’avais toujours aimé et que j’avais bêtement regardé partir. Quand elle m’avait di que c’était fini, je n’y avais pas cru. Choqué, je l’avais regardé sans réagir, sans rien dire. Je n’arrivais pas à le croire. Mais elle n’était jamais revenue et alors j’avais compris. Elle était réellement partie et je n’avais pas réagi. Je sortais de la rame et filait dans la ville. J’avais tellement besoin de la voir, de lui parler, de m’excuser… Arrivé devant sa porte, je restais hésitant, sur le seuil. Puis je me rappelais. J’inspirais profondément et sonnait. Mon cœur reposait dans ses mains. Aujourd’hui plus que jamais. Et j’avais attendu qu’elle parte pour comprendre… J’étais lent. Désespérément trop lent…



 Will you still love me ?

Will you still love me when I'm no longer young and beautiful ?
Will you still love me when I got nothing but my aching soul ?
I know you will... I know you will...
Will you still love me when I'm no longer beautiful ? @Lana Del Ray
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog


Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: Keira et ses 30 baisers <3   Dim 2 Oct - 18:57


« 30-Just a dream - Nelly »
781 mots
Keira & Camille

Ces quelques secondes à attendre devant son interrupteur semblaient être les plus longues de toute ma vie. J’attendais, et je pensais à elle, je pensais à moi. Je pensais à nous. J’avais échoué, je n’étais pas allé jusqu’au bout. J’étais prêt pourtant, mais je ne sais pas ce qui m’avait retenu. J’avais aimé avant elle, mais jamais comme je l’aimais, elle. Je ne pouvais pas envisager une autre femme à mes côtés pour le reste de ma vie. Mais pourquoi l’avais-je laissée partir? Repenser à ce qu’on avait vécu semblait relever du rêve. Mais je ne voulais pas de ça. J’en voulais plus…

« Oui ? »

Sa voix résonnait dans l’interphone. J’inspirais profondément. Et d’une voix hésitante, je murmurais :

« C’est moi… »

L’attente qui s’ensuivi me sembla durer une éternité. Mais finalement, elle débloqua la porte et je la poussais, sans trop y croire. Je montais les escaliers, les mains dans les poches, et lorsque j’arrivais devant son appartement, elle m’attendait sur le seuil. Elle esquissa un petit sourire, plus peiné qu’enjoué.

« Qu’est ce que tu fais là Camille… ? »
« J’avais besoin de te parler, et je ne peux plus attendre. J’ai déjà bien trop attendu. »
« Camille… »
« Non, cette fois c’est moi qui vais parler et toi qui vas m’écouter. Je n’attends rien de toi, ne t’inquiète pas. Je sais que j’ai été trop lent, que je n’ai pas di ce qu’il fallait, quand il le fallait. Mais j’avais déjà tout de prêt dans ma tête, je ne savais juste pas comment le dire, comment le vivre et à trop réfléchir, je t’ai perdue. On a toujours été très différents toi et moi, on le savait. Je mets du temps avant d’agir, je réfléchis trop. Et toi… Tu fonces. Toujours. »

Je serrais les poings, dans mes poches. Elle ne m’interrompait pas, ce qui était quelque peu inattendu, aussi je continuais dans ma lancée :

« Je devrais te laisser partir, mais j’en suis incapable. Je pense à toi tous les jours, je ne peux pas te laisser partir comme ça. Toi et moi, on a toujours marché bizarrement, mais on est bien un peu bizarre de toute façon, non ? Et tu ne le sais pas, mais ça fait plus d’un an que je l’ai et que je n’ai pas trouvé comment te la donner… C’est tard, maintenant, mais je ne peux pas te laisser partir sans te le dire, sans te la donner ? Fais en ce que tu veux, elle est à toi. Et pour personne d’autre. Tu peux la jeter, la vendre, la faire fondre… Peu importe, mais je veux te la donner… Parce que j’aurais voulu t’épouser, et finir mes jours à tes côtés en te regardant la porter… »

Je lui tendais la bague, dans son étui. Elle ne bougea pas, demeurant immobile, juste là, en face de moi. J’inspirais bruyamment et posait l’étui sur la commode située juste à côté d’elle. Je lui avais di. Enfin. Je pouvais partir. J’aurais aimé plus mais je n’avais pas le droit de lui en demander plus. J’esquissais un sourire à son attention qui devait plutôt ressemblait à une grimace et je m’éloignais à reculons, chuchotant un douloureux :

« Adieu… »

Mes pas résonnaient dans le couloir qui me semblait être devenu immense et minuscule en même temps. Chacun de mes pas me coutait et la sortie s’avançait bien trop rapidement à mes yeux. Je savais que c’était fini. Définitivement et j’en souffrais terriblement. Etait-ce de cette souffrance qu’on parlait dans les livres, les films ? Je pensais avoir souffert, avant, mais ce n’était rien à côté de ce que je ressentais aujourd’hui. Je quittais l’immeuble en la laissant derrière moi. J’avais entendu une voix d’homme, quand je m’étais éloignée. J’avais été remplacé. J’avais été trop lent…

La neige continuait à tomber, recouvrant la ville d’un filet blanc. Le froid ne m’atteignait pas. Seule la souffrance de mon cœur résonnait à mes oreilles. Je sursautais en sentant une main se poser sur mon épaule. Elle était là. Ses grands yeux bleus me fixant, elle se jeta à mon cou, m’embrassant comme elle ne l’avait plus fait depuis bien longtemps…

« Moi aussi je veux vieillir à tes côtés… Imbécile… »

Sans trop y croire je demeurais immobile, la dévorant du regard, elle se mit à rire :

« Tu n’as pas changé… »

Son rire libéra une énergie incroyable en moi. Je me mis à pleurer, et brutalement, je la serrais dans mes bras comme si je craignais qu’elle ne s’évapore. Puis je l’embrassais encore et encore. D’une seule voix, nous murmurâmes :

« Je t’aime… »



 Will you still love me ?

Will you still love me when I'm no longer young and beautiful ?
Will you still love me when I got nothing but my aching soul ?
I know you will... I know you will...
Will you still love me when I'm no longer beautiful ? @Lana Del Ray
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Keira et ses 30 baisers <3   

Revenir en haut Aller en bas
 
Keira et ses 30 baisers <3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» | Défi - 30 Baisers * [ 25/30 ] |
» Les Baisers de Malmédy
» [Défi] 30 baisers - Quentin Montgomery [TERMINE]
» 30 Baisers - Alehandra Stones [Défi][17]
» [UPTOBOX] Bons baisers de Hong-Kong [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Les galeries :: Défi - Les 30 baisers-
Sauter vers: