AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministère

Parchemins : 590
Âge : 30 ans [03/09/1982]
Actuellement : Employé au Département de la coopération magique internationale


MessageSujet: Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith    Ven 4 Jan - 20:44

Les narines du garçon se dilatèrent, non décidément passé quelques jours chez auprès de soeur n'avait pas été une bonne idée : " FAAAAAAITH ! " s'exclama-t-il un grand sourire sur le visage avant d'ajouter toujours en hurlant : " J’ESPÈRE QUE T'ES HABILLÉE ET LAVÉE ! " Avait-il une idée en tête ? C'était quasiment certains, mais il n'en ferait part à la concernée qu'une fois que cette dernière serait face à lui. En attendant qu'elle sorte de sa tanière (oui, oui on ne pouvait pas donner une description moins animal de l'antre dans laquelle vivait la brunette), le garçon fit l'inventaire de ce qu'il leur dans le réfrigérateur. C'est bien le vide intersidéral de l'appareil d'électroménager qui l'avait fait appeler la jeune femme.

C'est qu'il n'y avait plus grand chose dans leur frigo. Il ne la blâmait certainement pas, il n'y avait déjà pas grand chose lorsqu'il était lui même parti, mais depuis elle aurait pu faire un petit passage par la case supermarché, hypermarché, ou dans le cas présent supérette vu l'heure qu'il était. Il n'avait pas de permis et même si l'année où il n'y avait pas eu de magie, il en aurait bien voulu un, il n'avait toujours pas cherché à le passer par manque de temps et d'envie. Maintenant qu'il avait retrouvé sa baguette, transplaner était un jeu d'enfant et le déplacement était bien meilleur. Pourquoi se casser la tête à passer son permis de véhicule moldus ?

Il prit un papier trainant sur la table et appela un stylo à l'aide de sa baguette magique avant de noter ce dont il pourrait avoir besoin pour les jours à venir. Pas la peine de trop acheter non plus, il y aurait sans aucun doute des produits qui passeraient la date de péremption avant même qu'il ne les utilise : " Ah te voilà. " dit-il lorsqu'il aperçu la jeune femme aux cheveux bruns dans le salon du haut de la mezzanine où se trouvait la cuisine. Il la laissa le rejoindre tout en tapotant le stylo sur le plan de travail de la cuisine : " Tu comptais manger quelque chose ce soir ? " demanda-t-il en souriant face au réfrigérateur vide puis il ajouta : " Va falloir que tu viennes faire les courses avec moi ce soir Miss. " Les tâches ménagères et Faith c'était comme l'eau et le chat, ça se mariait très mal, mais il allait la pousser un peu pour ce soir et ne voulait pas y aller seul.


Dernière édition par Faris Mosan le Mer 16 Jan - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 577
Âge : 30 ans [27/01/1982]
Actuellement : Gérante d'une salle de concert à Londres


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith    Sam 5 Jan - 16:35


Supérette et diner, la vie de colocataires
Faith & Faris
© Belzébuth


Confortablement installée dans le fauteuil de sa chambre, Faith consultait la liste de programmation de la salle de concert pour le lendemain, mais elle ne pouvait s'empêcher d'être distraite. D'un, parce qu'elle l'avait déjà relue une bonne dizaine de fois dans la matinée (on sait jamais, un clin d’œil et tout pourrait avoir changé !), et de deux, parce qu'elle était bloquée sur le nom du premier groupe depuis quinze bonnes minutes. Faris était parti chez sa sœur pour quelques jours (Faith s'était d'ailleurs rendue à son mariage seulement quelques années plus tôt - il lui semblait que ça remontait à des siècles à présent !), et elle était donc livrée à elle-même, seule dans l'appartement depuis. Comprendre, Faith n'a rien mangé de consistant depuis six jours. Son regard remontant malgré elle vers son bureau, et les photos qui y étaient posées, elle grimaça. Damon travaillait encore tard ce soir.

Quelque part, elle commençait à se demander si ça n'était pas plus simple à l'époque où son petit-ami était encore à Poudlard oui, on ne vous a pas dit que Faith était une cougar ? et qu'elle faisait à peine ses débuts dans le monde du travail. Certes, elle ne pouvait alors le voir que durant les vacances et les sorties à Pré-au-Lard, mais au moins, elle l'avait rien que pour elle dans ces moments là. Maintenant, entre son propre job, le travail de serveur de Damon au 4Dream, et leurs horaires qui ne s'accordaient pas nécessairement comme elle l'aurait souhaité, tout était plus compliqué. Ou peut-être qu'elle s'inventait des problèmes: ce ne serait pas la première fois. Une petite voix au fond d'elle lui souffla que le souci n'était pas nécessairement les horaires de travail de l'ancien Lion, mais plutôt les personnes avec il bossait. Un nom particulier venait en tête.

Elle sursauta violemment quand une douce voix chantonna beugla son prénom. Ok, ça, elle ne s'y était clairement pas attendue. Perdue dans ses réflexions, elle avait complètement oublié que Faris était censé rentrer aujourd'hui. Car il n'y avait aucun doute à avoir, cette voix si mélodieuse ne pouvait appartenir qu'à son colocataire. "Habillée et lavée" ? Dis tout de suite que je pue. Elle leva les yeux au ciel, délaissant ses parchemins et se dirigeant d'un pas léger vers le salon. « Faris ? » appela-t-elle à tout hasard, mais loupé, il était hors de vue. Elle n'était vraiment pas d'humeur à jouer à cache-cache ! Évidemment, à peine arrivé, il avait pris d'assaut la cuisine. Elle lui fit un petit signe de la main lorsqu'elle le vit se pencher du haut de la mezzanine. « Tu m'as convoquée ? » lança-t-elle avec ironie, en référence aux hurlements qui avaient pris place dans ce même appartement quelques minutes plus tôt.

Elle jeta un regard curieux au stylo qu'il avait à la main, puis ses yeux passèrent sur le réfrigérateur, et une seule conclusion s'imposa à elle: il allait la forcer à aller faire les courses. Et effectivement, la confirmation ne se fit pas attendre. « Je pensais commander un truc... Ou attendre que tu prépares quelque chose ! » répondit-elle précautionneusement, ouvrant la porte du réfrigérateur d'un mouvement souple du bras. Hem. Je crois qu'on est à court de victuailles ! Elle soupira, se tournant à nouveau vers Faris. « Ok, ok, laisse moi aller chercher mon sac. » se résigna-t-elle d'un air fataliste un poil exagéré. « Au fait, c'était bien chez ta sœur ? Tu trouves encore son mari louche ? » interrogea-t-elle en revenant quelques minutes plus tard, équipée pour aller faire le plein de nourriture. Quand faut y aller, faut y aller ! Et puis, le concept de sélectionner joyeusement des aliments à consommer ne la dérangeait pas en soi, c'était plus le côté paiement et transport du tout qui était un brin fatigant. Mais après tout, ils étaient des sorciers, la deuxième partie serait donc un peu plus aisée.



    You're the reason that I feel so strong. The reason that I'm hanging on. You know you gave me all the time, or did I give enough of mine ? Hold on, darling. This body is yours, this body is yours and mine. Well hold on, my darling. This mess was yours, now your mess is mine. ♘  .ReedNight
    love is all you need
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 590
Âge : 30 ans [03/09/1982]
Actuellement : Employé au Département de la coopération magique internationale


MessageSujet: Re: Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith    Mer 16 Jan - 19:47

La voix de Faith s'était fait entendre dans le salon, amenant Faris à passer la tête par dessus la mezzanine pour discerner sa colocataire qui lui demandait alors s'il l'avait appelé : " Non non pas convoquée, trop solennel, disons que je t'ai amené à l'aide de ma belle voix à venir me voir. " dit-il. Oui il avait émis une objection tout à fait inutile, mais sans ce genre d'inutilité il ne s'appellerait pas Faris n'est ce pas. Il l'a laissa monter dans la cuisine tapotant nerveusement son stylo sur le plan de travail. Il lui demanda alors si elle avait l'intention de manger quelque chose ce soir ce à quoi elle répondit qu'elle pensait commander quelque chose. " Ça... ça veut dire que tu as oublié que je rentrais aujourd'hui, que...que tu ne voulais pas que je mange. " lança-t-il en sanglotant faussement avant d'en rajouter en sortant un mouchoir en tissu de sa poche de pantalon et de faire semblant de se moucher de la façon la moins gracieuse possible. Il réadopta ensuite rapidement un visage sérieux avant d'informer Faith (qu'elle le veuille ou non) qu'elle venait faire les courses avec lui.

" Oh mon dieu, dis moi que tu sais où se trouve ton sac sinon on est pas parti. " dit-il avant d'éclater de rire et de la suivre en descendant de la cuisine, sa liste de course rangé dans sa poche de veste. Oui, il faisait encore bien bon dehors pour qu'il ne porte qu'une veste. On était début Septembre, il avait passé son anniversaire chez sa soeur (vingt trois ans n'était pas franchement un âge bien terrible donc bon) et à présent il se rendait à faire les courses avec sa colocataire pas douée (en cinq lettres, Faith mais ça tout le monde le sait ah ah). Il la laissa se préparer pour sortir tandis qu'elle lui demanda comment ça s'était passé chez sa soeur : " Plutôt bien, ouais. Et non, c'était ses parents qui étaient louches, il semble avoir coupé les ponts avec eux d'ailleurs depuis. Eux comptaient juste profiter de l'argent de ma famille, mais lui n'était pas du tout dans ça, quand il l'a appris eh ben je peux te dire qu'il était pas content. En revanche je l'aime bien, grâce à qui j'ai obtenu ce boulot au ministère à ton avis. " dit-il. Oui, le mari de sa soeur était le directeur du département dans lequel Faris travaillait. Il lui avait offert ce petit emploi afin que le garçon n'ait pas à accepter l'aide de son père qui cherchait à tout prix à avoir une emprise sur l'ex Gryffondor qui avait déjà eu du mal à s'en défaire.

En revanche aussi généreuse ait pu être cette offre d'emploi, c'était loin d'être ce qui passionnait Faris, lui qui aimait plutôt la cuisine. Avec le retour de la magie il aurait très bien pu retourner bosser à Aberdaron, mais il aimerait évoluer vers quelque chose de plus indépendant, mais il cherchait encore vers quoi. Ils sortirent de leur appartement, puis de leur immeuble, la supérette se trouvait à cinq minutes à pied de leur bâtiment. Il faisait nuit, mais les rues de Londres étaient toujours vivantes. Ils finirent par arriver à la supérette, Faris prit un panier pour Faith et lui tout en souriant à la jeune fille avec un sourire du genre moqueur et ils s'avancèrent entre les rayons : " Sinon comment ça va avec ton chevalier servant ? " demanda-t-il. Il l'appelait ainsi parce que Damon l'avait clairement exaspéré le jour où il l'avait rencontré à absolument vouloir défendre Faith sur les moqueries de Faris alors que ça n'était que des moqueries. Mais bon c'était comme ça et d'un autre côté ça contrebalançait avec le fait que Faith n'aime pas Bérénice : " Fromage de chèvre, ou camembert ? " demanda-t-il à sa colocataire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 577
Âge : 30 ans [27/01/1982]
Actuellement : Gérante d'une salle de concert à Londres


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith    Sam 19 Jan - 20:53

Faith ne vit pas d'intérêt à répondre à la correction de Faris, qu'il n'avait énoncée en premier lieu que dans le but de la contredire, elle en était convaincue. Convoquée, appelée, même combat. Dans tous les cas, il avait beuglé. S'il voulait être pointilleux sur le vocabulaire employé pour désigner son mugissement, c'était son droit. Mais ça ne signifiait pas qu'il avait raison pour autant, juste qu'elle ne ressentait pas le besoin d'avoir le dernier mot (pour l'instant). En revanche, elle leva les yeux au ciel devant le petit numéro qu'il lui fit ensuite, lorsqu'elle lui apprit qu'elle avait prévu de commander quelque chose à manger. Bon, certes, elle avait un peu... et très brièvement omis qu'il reviendrait aujourd'hui, mais c'était un détail, vraiment ! Et elle ne cherchait pas à l'affamer. Seulement à s'affamer elle-même: nouvelle méthode minceur ! On ne mange plus rien tant que son colocataire n'est pas rentré préparer le repas. « Non, ça veut dire que j'avais la flemme de faire la cuisine, donc je comptais commander quelque chose. C'est-à-dire exactement ce que je t'ai répondu initialement ! Et je suis sûre que tu préfères ne pas manger ce que j'aurais pu préparer, de toute façon. » ajouta-t-elle après réflexion, en jetant un regard accusateur au brun. Il était toujours en train de lui dire de se tenir écartée des fourneaux, et d'un seul coup il voulait qu'elle fasse la cuisine ! Et pour que ce soit dit, elle n'était pas aussi nulle qu'il le prétendait. Elle était capable de respecter une recette, en tout cas.

Pff, comme si c'était son genre de perdre ses affaires ! Elle lança un regard noir à son meilleur ami (qui devait y être habitué, depuis le temps, ses menaces perdaient un peu plus de crédibilité chaque année, à son grand désespoir), avant de se diriger vers sa chambre. En plus, elle avait quitté Poudlard depuis des lustres à présent, elle était parfaitement habilitée à user de la magie hors de l'école, merci pour elle. Donc au pire, un 'accio', et c'était gagné. « Bien sûr que je sais où il est ! » répliqua-t-elle fièrement, avant de filer dans sa pièce attitrée... Et de passer le regard dans tous les coins sans trouver ledit sac. Oups. 'Accio sac à main' murmura-t-elle avec mécontentement, avant de jeter un regard suspicieux au couloir pour s'assurer que Faris ne l'espionnait pas. Évidemment, il émergea du dessous du siège sur lequel elle était installée précédemment, entraînant des partitions de violon avec lui (le sac hein, pas Faris !). Jusque là, tout paraissait normal. Elle vérifia que ses clés, son portefeuille et son portable s'y trouvaient bien, puis elle revînt à l'entrée de l'appartement, où l'attendait le brun. « Wow. T'es sûr à 100% qu'il a coupé les ponts avec ses parents ? On a beau vouloir le faire, c'est pas toujours aussi facile qu'on le pense à réaliser. » Et elle en avait fait l'expérience. Elle ne savait pas que cette affaire avait connu de tels développements. C'était dingue de voir jusqu'où étaient prêtes à aller certaines personnes au nom de l'argent.

Elle fit mine d'être choquée quand son colocataire lui apprit qu'il avait obtenu son poste au Ministère grâce à ses 'relations'. « Mais mais mais... Et moi qui croyais qu'ils t'avaient engagé sur la seule base de ton immense talent ! » contra-t-elle avec dramatisme, une main sur le cœur. Alala. Par ailleurs, elle avait toujours été surprise qu'il ait choisi de travailler dans cette voie. Lui qui semblait si passionné par la cuisine autrefois ! Cependant, elle n'insista pas davantage sur le sujet, étant donné qu'ils avaient finalement atteint le magasin, et surtout, que Faris venait de l'interroger concernant Damon. Ce qui la dérangeait. Du moins, il était toujours délicat de parler de son petit-ami avec Faris, aussi évitait-elle le sujet autant que possible, mais en l'occurrence, il y avait également le fait que pour la première fois depuis bien longtemps, elle n'était pas certaine de la réponse à donner. Elle fit mine de s'intéresser avec attention à un emballage contenant quatre malheureux citrons en promotion, avant de se retourner vers lui d'un air qu'elle voulait détaché. « Bien. Je crois... » fut finalement la réponse la plus éloquente qu'elle put lui offrir. Et puis, elle n'avait pas envie d'en parler avec lui, d'abord. Il était biaisé lorsqu'il s'agissait de Damon. « Et toi et BB, quoi de neuf ? » Œil pour œil, dent pour dent. Et en ce qui concernait l'achat de produits laitiers... « Peu importe, prends celui que tu veux, je n'aime pas beaucoup le fromage. » répondit-elle dans un haussement d'épaules, après avoir jeté un rapide regard aux produits en question.



    You're the reason that I feel so strong. The reason that I'm hanging on. You know you gave me all the time, or did I give enough of mine ? Hold on, darling. This body is yours, this body is yours and mine. Well hold on, my darling. This mess was yours, now your mess is mine. ♘  .ReedNight
    love is all you need
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 590
Âge : 30 ans [03/09/1982]
Actuellement : Employé au Département de la coopération magique internationale


MessageSujet: Re: Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith    Lun 28 Jan - 19:48

Il sécha ses fausses larmes et adopta une mine sévère se pinçant légèrement les lèvres face à la défense de sa colocataire : " Ça ne marche pas avec moi ça, si tu avais fait les courses j'aurais très bien pu cuisiner, mais non tu n'y as pas pensé parce que tu m'as oublié. Quoique tu dises je le sais, je ne compte plus pour toi autant qu'avant. " dit-il et dans un affreuse grimace se remit à pleurer dans son mouchoir toujours aussi sec que la première fois qu'il avait joué la comédie. Il releva la tête finalement, rangea son mouchoir, c'était terminé la comédie il fallait se mettre au boulot à présent avant la fermeture de tous les magasins qui étaient encore ouverts pour des acheteurs tardifs comme eux. Il la titilla encore cependant lorsqu'elle alla chercher son sac tandis qu'il remettait ses chaussures. Elle lui avait alors demandé comment ça s'était passé avec sa famille et aussi posé quelques questions sur son beau frère : " Ouais je suis sur, enfin après peu m'importe, c'est sur que s'il fait un sale coup je serai grandement déçu, mais il m'a quand même offert un job. " dit-il et ça il ne pouvait pas cracher dessus.

Elle rigola à ce propos : " Je cuisine bien mieux que je sais rédiger un rapport sur l'importance de réguler la taille des fonds de chaudrons à l'international. Puis c'était soit ça, soit je dépendais à nouveau de mon père et ça... " il fit une légère grimace, rien que d'y penser " Je ne veux clairement pas. " dit-il pour terminer. Il soupira et ils se mirent enfin en route de la supérette. Une fois arriver là bas, les discussions repartirent de plus belle entre les rayons tandis que Faris demanda à sa colocataire comme se déroulait sa relation amoureuse : " Hum ? " La légère incertitude de Faith lui fit lever les yeux de son panier encore bien vide. Il s'apprêtait à dire quelque chose pour l'embêter un peu, mais se retint, en revanche elle lui retourna la question tout en en profitant pour appeler la petite amie du garçon par son surnom. BB, beaucoup de personnes l'appelaient comme telle, mais lui n'aimait pas et quoiqu'en dise la concernée, il préférait l'appeler par son vraie prénom, Bérénice qu'il trouvait très joli. " Ça va très bien, ça stagne dirons nous. " répondit-il avec un léger sourire. Il n'avait aucune crainte concernant une possible séparation, tout se passait bien entre eux, mais c'est certains que leur relation n'évoluait plus grandement si vous voyez ce qu'il voulait dire.

Il grimaça lorsqu'elle ne lui facilita pas la tâche pour choisir le fromage : " T'es nulle. " dit-il puis ajouta le fromage de chèvre : " Des feuilletés au fromage de chèvre avec du miel c'est délicieux ! " s'exclamait-il en prenant un paquet de six yaourts aux fruits puis un paquet de six crèmes dessert au chocolat. " Tu veux quoi comme jus de fruits ? " demanda-t-il, lui il préférait tout ce qui était fruits rouges, donc il en prit une bouteille, mais laissa à Faith le soin d'en choisir une autre pour elle si elle n'appréciait pas le jus de Faris (c'est louche dis comme ça). " Oh tiens tant que j'y pense, demain je ne travaille pas, mais le midi je vais déjeuner avec mon demi-frère. " dit-il. Il ne savait plus s'il avait fait part de cette nouveauté datant d'il y a peut être deux ans maintenant. Mais étant donné qu'elle n'avait pas été mise à la page concernant son beau frère, il ne savait plus ce qu'il avait pu ou non raconter à Faith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 577
Âge : 30 ans [27/01/1982]
Actuellement : Gérante d'une salle de concert à Londres


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith    Sam 2 Fév - 23:20

Décidément, Faris était parti pour lui faire porter le chapeau. Et pour cela, il sortait le grand jeu en plus: fausses larmes, reniflements, mouchoir d'un état douteux. La totale. S'il n'était pas autant dans l'exagération, Faith l'aurait poussé à rejoindre une troupe de théâtre, ou se présenter à des auditions pour jouer dans un film. Ce qui par ailleurs, aurait pu être drôlement cool. Elle l'aurait obligé à l'amener avec lui aux avant-premières, et aurait eu l'occasion de rencontrer plein de célébrités du monde moldu. Mais non, hélas, il travaillait simplement au Ministère de la Magie. Qui plus est, même pas au département de la Justice Magique. Il ne pourrait pas la faire libérer si jamais on l'arrêtait à la suite d'une affreuse machination tout le monde veut avoir la peau de Faith Of Curty, c'est bien connu voyons !. Tss. Et après il se demandait pourquoi elle l'avait oublié (ce qui restait toujours faux, entendons-nous bien !). Colocataire ingrat ! « A vrai dire... » Un air victorieux était brusquement apparu sur son visage: elle avait trouvé la parade parfaite. L'excuse en or. Le Graal du faux prétexte ! « J'y ai pensé. Mais je me suis dit qu'il serait préférable que nous allions ensemble, comme ça tu pourrais acheter des trucs qui te plaisent aussi. » conclut-elle avec satisfaction. Et c'était parfaitement plausible, oui Monsieur ! Elle avait prévu de commander quelque chose à manger ce soir, puis de faire les courses le lendemain avec Faris. Comme ça, il ne se fatiguerait pas le soir de son arrivée. Parfait. Si ça avait été la réalité, ça aurait été encore mieux. Du moins, mieux pour elle en tant que personne: mieux que d'être une flemmarde à côté de la plaque.

Faith n'était pas complètement convaincue en ce qui concernait le beau-frère de Faris. Certes, ça devait faire quelques temps qu'il avait intégré la famille Mosan à présent, mais elle ne voulait pas que son meilleur ami se fasse plumer. « Si tu le dis. Cela dit, comment savoir si la proposition de job n'était pas une manière de te mettre dans sa poche ? » interrogea-t-elle avec hésitation. Elle avait vu le bonhomme au mariage de Lina, la sœur de Faris. Certes, il n'avait pas l'air d'un psychopathe. Mais parfois les apparences étaient trompeuses, non ? En revanche, en ce qui concernait les problèmes avec les parents et l'envie de ne surtout pas dépendre d'eux, là elle comprenait totalement. « Oui tu m'étonnes. Tu comptes te remettre à la cuisine un jour, malgré tout ? Quand tu auras suffisamment de moyens pour pouvoir te débrouiller sans le boulot au Ministère ? » Parce que c'était quand même mieux d'exercer un job qui était aussi sa passion. Ils étaient encore jeunes, globalement, ils avaient le temps. Mais elle trouvait ça dommage qu'il passe à côté de quelque chose qui lui plaisait vraiment faute d'argent.

Elle nota bien le regard que lui lança son colocataire lorsqu'elle se montra peu loquace concernant sa relation amoureuse. Le problème, c'était qu'elle avait probablement besoin d'en parler, mais qu'elle ne s'en sentait pas capable. Elle n'était pas certaine de pouvoir identifier le problème précisément de toute façon. Et puis après tout, peut-être qu'elle s'en faisait pour rien. Peut-être qu'elle avait tort. Elle n'était pas prête à en parler avec Faris en tout cas: il serait trop prompte à enfoncer Damon. Elle ne voulait pas non plus s'adresser à Luca, qui de son côté était toujours rapide à prendre le parti de l'ancien Lion, et qui surtout, était la meilleure amie du frère du brun. Cela laissait donc Johan, mais celui-ci ne semblait pas très disponible en ce moment, il lui préférait les dragons, apparemment. Mais quand on y réfléchit: entre Faith et un dragon, y a-t-il vraiment une si grande différence ? Elle préféra embrayer directement sur Bérénice, la petite amie de Faris. Et certes, l'emploi de son surnom, BB avait été fait sarcastiquement, ce pour répondre au 'chevalier servant' dont avait fait usage son colocataire quelques instants plus tôt. En outre, le conte de fées semblait foncer droit dans le mur, mais ça, c'était une autre histoire. « Comment ça, "ça stagne" ? Tu veux qu'il se passe quoi ? » commenta-t-elle avec incompréhension. Il voulait la demander en mariage ? Il voulait un enfant ? Mais penser à ses propres soucis tout en discutant de Bérénice l'amena à se poser une question, qu'elle ne tarda pas à communiquer à son ami. « Dis, est-ce que... Enfin... Quand Bérénice était avec Tyler, elle l'a trompé avec toi. T'as jamais peur que... Je sais pas, elle recommence ? » demanda-t-elle d'une petite voix. Elle ne cherchait pas à instaurer des doutes dans l'esprit de son colocataire elle voulait plutôt savoir comment... comment faire confiance à quelqu'un à 100%. Quoiqu'il arrive.

Faith haussa les épaules, laissant Faris faire le choix du fromage. Peu lui importait: il serait bien plus en mesure qu'elle de gérer ça. C'était lui le spécialiste, après tout ! « Jus de pomme. » Ce disant elle se se saisit d'une bouteille. Histoire de diversifier. Puis, elle se tourna vers le brun, qui lui faisait part de son programme du lendemain. « Caedan, c'est ça ? Il faudra que tu me le présentes, une fois. Comment ça se passe entre vous deux ? » Faith, elle aussi, avait un demi-frère, qu'elle chérissait probablement plus que son propre frère désormais. Mais à la différence de Faris et de Cadean, Faith et Erwan ne partageaient aucun lien du sang. Il était simplement le fils du malotru que sa mère avait décidé, un beau jour, d'épouser. Et si elle n'éprouvait aucune affection pour Charles Of Curty, la relation qu'elle partageait avec Erwan compensait largement.



    You're the reason that I feel so strong. The reason that I'm hanging on. You know you gave me all the time, or did I give enough of mine ? Hold on, darling. This body is yours, this body is yours and mine. Well hold on, my darling. This mess was yours, now your mess is mine. ♘  .ReedNight
    love is all you need
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 590
Âge : 30 ans [03/09/1982]
Actuellement : Employé au Département de la coopération magique internationale


MessageSujet: Re: Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith    Dim 3 Fév - 0:03

Avoir le dernier mot, même quand il avait tort, c'est ce que Faris aimait, mais Faith après avoir vécu plusieurs années avec lui et après qu'ils aient partagé pendant un long moment les bancs de l'école ensemble, commençait à bien connaitre le fonctionnement du garçon et ne se laissait pas faire dans sa contre argumentation. Lui non plus n'abandonnerait pas et tandis que la jeune femme lâchait son dernier argument concernant le fait qu'elle préférait attendre Faris pour faire les courses afin qu'il puisse choisir ce qu'il aime, il répondit : " Mais en aucun cas tu n'as prévu de quoi diner ce soir, qu'attendais-tu, que je meurs de faim et toi avec ? Quoiqu'en mon absence ça n'a pas du être la première fois. " dit-il avant d'ajouter avec un sourire malsain sur le visage : " Dans tous les cas tu as tort Faith Elizabeth Marylise of Curty, oui ces prénoms sortent de mon imagination, tu as beau dire quoique ce soit, tu es une mauvaise colocataire puisque tu m'as oublié. Si réellement tu avais pensé à moi, il y aura quelque chose de prêt que ça soit un de tes misérables plats, en tout bien tout honneur, ou un plat commandé, mais commandé à l'avance ! " Il reprit quelques petites secondes son souffle et d'un ton solennel délivra sa dernière phrase : " Le colocataire affamé a voté et sa sentence est irrévocable, tu es dans tous les cas obligée de m'accompagner à la supérette. " lança-t-il avant d'esquisser un grand sourire.

Encore dans leur immeuble, ils discutaient de la situation professionnelle de Faris et Faith continuait d'émettre des doutes concernant le beau frère du garçon. Il en fallait bien au moins un. Il haussa les épaules : " Je n'en sais rien et à moins de pratiquer la Legilimancie ce dont je suis tout à fait incapable, eh bien je n'en saurais rien dans le futur non plus. Si c'était pour me mettre dans sa poche il a tout à fait réussi. " dit-il. Il soupira, il n'y avait jamais pensé mais il ne voulait pas l'avouer, c'était possible que ça soit vrai, mais d'un autre côté il espérait bien que non : " Je ne suis pas du genre à me méfier sauf quand je vois que le pot de pâte à tartiner a disparu. " ajouta-t-il en louchant peu discrètement sur le fessier de sa colocataire tandis qu'ils marchaient dans la rue : " Dis donc tu n'aurais pas pris un peu de...poids ? " lança-t-il un grand sourire sur le visage.

Ils arrivèrent à la supérette et les conversations, entre le choix de deux articles, dérivèrent sur leurs amours respectifs. Si Faith ne désirait pas en parler et que Faris ne chercha pas à insister, lorsque la jeune femme demanda à son colocataire ce qu'il en était pour lui, il n'hésita pas à répondre. " Je veux dire par là que ça fait un peu " train train " quotidien si tu vois ce que je veux dire. Et puis, je ne sais pas si je serai capable de lui offrir plus au niveau de la relation si tu vois ce que je veux dire. " répondit-il. Si on revenait un peu au temps de l'adolescence de Faris qui n'avait alors jamais eu de petit ami, ce dernier en profitait du coup pour prôner l'abstinence à qui voulait bien l'écouter, mais maintenant qu'il sortait avec Bérénice il ne savait pas vraiment ou donner de la tête et bien que pour l'instant rien ne se soit passé comme il l'avait toujours désiré, il commençait à hésiter. Quand il entendit la nouvelle question de Faith, cette fois il leva un sourcil contrarié : " Pardon ? " lança-t-il sèchement.

La bouche grande ouverte, car surpris, il souriait à présent, mais pas vraiment parce qu'il était content : " Et qui t'a dit que Bérénice avait trompé Tyler avec moi ? " demanda-t-il. Sidéré ? Il l'était un peu si bien que la bouteille de Jus de Pomme qu'avait choisi Faith avait failli se briser dans son panier de course. Il ne s'arrêta pas là, voulant absolument savoir d'où Faith tenait ses abominations et aussi expliquer clairement ce qu'il s'est passé. A tous les coups, sachant que Faith était amie avec Tyler, c'était lui le responsable : " Bérénice et moi avons d'abord été amis tandis qu'elle sortait avec Tyler et la seule chose qu'elle avait malencontreusement faite a été de m'embrasser alors qu'elle était saoule. De la tromperie ? Non je ne pense pas. Outre ça nous ne sommes jamais sortis ensemble ou quoi ou qu'est-ce tant qu'elle n'avait pas rompu avec Tyler. Les seules sorties qu'on ait pu faire étaient totalement amicales. " dit-il. Il souffla, il n'avait aucune raison d'être en colère contre sa colocataire alors il lui avait répondu d'un ton posé, mais sec.

Pour ce qui était de son demi-frère, un sujet un peu plus léger tout se passait " Très bien, il est très gentil et bosse au Ministère aussi. On déjeune de temps en temps ensemble et je n'hésiterai pas à l'invité, tu me diras quand tu es libre. " répondit-il. Son demi frère vivait seul, sans aucun doute qu'un peu de compagnie le soir ne le dérangerait pas. Il faisait la gueule à sa mère pour avoir débarqué chez les Mosan d'une terrible manière alors que lui il avait voulu simplement connaitre son père sans demander son reste. Selon Faris cependant il n'aurait pas du, il n'y avait aucun avantage à connaitre son père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 577
Âge : 30 ans [27/01/1982]
Actuellement : Gérante d'une salle de concert à Londres


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith    Sam 2 Mar - 14:30

Faith ouvrit la bouche pour protester d'un air indigné, offrir un argument en sa faveur pour révoquer les accusations éhontées de Faris, mais le brun était en pleine tirade enflammée, et elle se ratatina un peu, soupirant. Elle n'avait pas le choix, il ne l'écouterait pas si elle l'interrompait, de toute façon. Pour ce qui était de mourir de faim en son absence, sans commentaire. Il suffisait de dire que les services de livraison de plats à domicile avaient probablement fait leur recette du mois, et puis elle déjeunait/dînait avec Damon lorsque leurs emplois du temps le leur permettaient, ce qui constituait un repas de moins à assurer oui, elle ne sort avec lui que pour sa bouffe en fait. Puisque Faris n'avait pas tort (il parait même qu'il aurait raison), la brune profita de l'instant de répit qu'il s'était donné pour répondre à ce qui lui paraissait le plus primordial: « Marylise ? » Chacun ses priorités. « Enfin, Elizabeth, je veux bien, ça sonne pas mal avec Faith, mais Marylise c'est complètement superflu. Quitte à me donner des faux prénoms, choisis-les avec rigueur, Faris. » commenta-t-elle d'un air un peu renfrogné. Pour ce qui était de sa 'sentence', elle leva les bras au ciel en signe d'impuissance, admettant sa défaite. « D'accord, d'accord. »

Du point de vue de Faith, Faris devrait malgré tout continuer à se méfier du mari de sa sœur, étant donné les antécédents que possédait sa famille. Si Luca avait eu un comportement louche, Faith aussi l'aurait surveillée, c'était sûr et certain. Le fait qu'elle se comportait récemment de manière anormale était un détail puisque ça avait été lié au mariage, et que sa meilleure amie était psychologiquement instable lorsqu'il s'agissait de parler engagement et tout ce qui suit. Détail, donc, dont la brune était déjà au courant pré-fiançailles. C'était écrit dans les clauses du contrat, en tout petit en bas: "Peut devenir folle et hystérique et convoquer sa belle-sœur à toute heure de la journée sous des prétextes fallacieux". Elle haussa finalement les épaules, songeant que l'avenir leur dirait bien si le mari de Lina était digne de confiance. « Quoi ? » Elle se retourna d'un air courroucé vers son colocataire, dont le regard était dirigé vers son illustre postérieur. « C'est la disette depuis que t'es parti, comment veux-tu que j'aie pris du poids. » répliqua-t-elle en levant les yeux au ciel, le poussant devant elle pour qu'il arrête de regarder dans cette direction. Les amis, c'était plus ce que c'était.

Leur arrivée dans le supermarché fut synonyme d'un nouveau sujet de conversation, qui laissa la brune perplexe. C'est que ça faisait beaucoup de 'si tu vois ce que je veux dire', tout ça. Son meilleur ami n'était pas le roi des sous-entendu. « C'est peut-être un truc dont tu devrais discuter avec elle, alors. Sortir de la routine, ça ne dépend que de vous. » remarqua-t-elle avec neutralité, avant de décrocher un peu, songeant à Damon. Quelque chose ne tournait pas rond, et ça la rongeait de l'intérieur. Peut-être que la meilleure solution aurait été de suivre le conseil qu'elle venait de donner à Faris et d'en parler directement à son petit ami. Au lieu de ça, elle divagua complètement, et lui posa une question sortie de nulle part, qu'elle regretta aussitôt. Stupide, stupide, stupide. Et elle qui avait répété maintes et maintes fois qu'elle ne voulait pas se retrouver au milieu de cette histoire, étant à la fois l'amie de Faris, et de Tyler. Elle avait mis les pieds dans le plat, comme une grande. Perturbée d'avoir provoqué un tel ouragan, elle se tut, laissant le brun parler. Dans sa tête, embrasser quelqu'un d'autre - un ami proche, qui plus est - alors qu'on était en couple, quel que soit le contexte, ça restait de la tromperie. Si Damon lui annonçait aujourd'hui qu'il avait embrassé Charisma - sa meilleure amie -, elle le prendrait vraiment mal. Ça impliquait une intimité toute particulière, à laquelle Faith ne voulait pas songer. Et au final, Faris et Bérénice sortaient ensemble à présent, comme quoi ce baiser représentait vraiment quelque chose. Le souci, c'était qu'elle réalisait qu'elle avait mélangé ses problèmes avec ceux de son colocataire, ce qui n'était pas initialement son intention.

« Tu as raison, désolée ce n'était pas... je ne voulais pas induire ça. Oublie ce que j'ai dit. » répondit-elle après quelques instants un peu nerveusement. Elle ne tenait pas à s'appesantir sur le sujet. Ce n'était pas ses oignons, et elle ne souhaitait pas être davantage impliquée. Qui plus est, c'était du passé à présent. Faris et Bérénice étaient heureux ensemble, et Tyler allait de l'avant. « Tu me connais, je parle souvent sans réfléchir. » ajouta-t-elle histoire de détendre un peu l'atmosphère qui était devenue quelque peu tendue. Ne pas parler quand elle était distraite, c'était très mauvais. Et elle n'avait même pas eu sa réponse sur la confiance au final. Quelle galère. « On fait comme ça, ça me ferait plaisir de le rencontrer. » acquiesça-t-elle concernant le demi-frère du brun. Elle était bien placée pour savoir qu'un demi-frère pouvait largement occuper la place d'un frère dans la vie de quelqu'un. Et elle espérait que Faris connaîtrait la même chance qu'elle.



    You're the reason that I feel so strong. The reason that I'm hanging on. You know you gave me all the time, or did I give enough of mine ? Hold on, darling. This body is yours, this body is yours and mine. Well hold on, my darling. This mess was yours, now your mess is mine. ♘  .ReedNight
    love is all you need
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 590
Âge : 30 ans [03/09/1982]
Actuellement : Employé au Département de la coopération magique internationale


MessageSujet: Re: Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith    Lun 29 Juil - 23:24

« Non justement Marylise te va dignement. C’est l’horreur que tu mérites, ta punition ! » scanda-t-il. Dans tous les cas Faith allait l’accompagner à la supérette qu’elle le désire ou non, il fallait bien qu’elle fasse quelque chose de temps à autre cette fille là non ? Ils terminèrent par la suite leur sujet concernant son beau frère et sans gêne, Faris s’attarda sur le fessier de sa colocataire pour lui sortir le plus agréable des compliments (ceci est une blague). « Je sais pas en finissant le pot de pâte à tartiner dont je viens justement de te parler, ça m’étonnerait pas d’ailleurs je t’imagine bien te lamentant seule sur le canapé, pleurant mon absence, le pot de pâte à tartiné déjà à moitié terminé. » Pour cette phrase à rimes, il osa s’applaudir, tout en riant devant la consternation de sa colocataire.

Comme d’habitude on avait plus tendance à parler de Faris que de Faith, bien qu’elle n’était sans doute pas en reste niveau histoire croustillante (mais bien évidemment elle ne désirait pas en parler) et du coup c’est Faris qui fit part de son ressenti au niveau de son couple et notamment du fait qu’il trouvait que c’était un peu le quotidien finalement. Après il ne se sentait pas forcément capable d’avancer parce qu’il savait ce que cela signifiait, mais pour lui tout était nouveau et donc aller plus loin c’était s’arpenter vers un chemin qu’il connaissait encore moins. « Peut être, mais ça ne m’aide pas cela dit hmpf. » finit-il donc pas répondre, déçu de ne pas pouvoir compter sur Faith pour lui prodiguer quelques conseils mais d’un autre côté toujours aussi taquin pour embêter l’ancienne Poufsouffle. Cela dit, le sujet amena Faith a posé une question qui ne plu pas trop à Faris. Non pas parce qu’elle était indiscrète, mais parce qu’elle faisait usage de faux. Du coup aussi sèchement qu’il pu il montra sa désapprobation concernant la question de la jeune femme avant de lui demander d’où elle tenait cette fausse information. Elle n’alla pas plus loin, pourtant Faris avait une piste, mais ne cherchant pas à se disputer avec elle, se dissuada d’en faire part à Faith et se contenta donc d’ignorer ce qu’elle avait pu maladroitement suggérer abordant un nouveau sujet, son demi frère.

« Cool, je lui enverrai un hibou alors quand la date sera décidée. » dit-il. Une fois qu’il eut vérifié qu’il avait tout dans son sac et après qu’il eut vérifié qu’il avait tout de sa liste (et même toujours un peu plus) il déclara : « Je pense qu’on ait bon et oui t’inquiètes pas je n’ai pas oublié le pot de pâte à tartiner. Faudrait pas que tu perdes tes fesses hein même si c’est gras. » Il éclata de rire tout en marchant en direction des caisses pour aller payer ses articles.

Terminé pour Faris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith    

Revenir en haut Aller en bas
 
Supérette et diner, la vie de colocataires. PV Faith
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La problématique de l’enseignement supérieur Ayitien
» L’enseignement supérieur à Cuba et la Nouvelle Université (de Leslie Yañez, vice
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Diner entre maitre et apprenti
» Diner aux chandelles [PV Ion]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujet Clos année 15-
Sauter vers: