AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 The Hogwarts Express • Retrouvailles sans saveur PV. Joy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministère

Parchemins : 270
Âge : 22 ans ( 02-01-1990 )
Actuellement : Employé à la brigade de police magique


MessageSujet: The Hogwarts Express • Retrouvailles sans saveur PV. Joy   Lun 7 Jan - 0:20

Il passa la main dans ses cheveux les trouvant encore un peu court par rapport à ce dont il était habitué : « Tu es sur ? » demanda Nikolaï à la jeune femme qui venait de lui couper les cheveux et de lui offrir donc une nouvelle coiffure bien plus courte qu'à l'accoutumée : « Avec ça les filles vont tomber à tes pieds. » disait-elle. Il déglutit. Il n'était pas encore à l'aise avec cette pensée, il faut dire qu'il n'était plus avec la seule fille qu'il avait toujours aimé et que du coup il n'avait jamais cherché à draguer qui que ce soit. « Tu mettras un peu de gel pour qu'il tienne, tiens prends ce pot. » Du gel, il connaissait mais non avec ses cheveux mi longs il n'en avait jamais utilisé. Elle lui fit une démonstration avec lui avoir légèrement mouillé les cheveux, rebiquant ces derniers un peu en l'air : « T'as vu c'est cool non ? » dit-elle. Il haussa les épaules. Au moins il avait une coiffure à domicile.

L'avantage du foyer était certainement cela, avoir un peu de tout en tant que pensionnaire. Quelques uns avaient fini par le quitter, maintenant adultes, ils n'étaient pas obligés de rester contrairement à Nikolaï qui lui était encore mineur. Il y avait bien eu quelques nouveaux arrivants, mais très peu ce qui rendait parfois les couloirs déserts. Le Docteur Lubenovitch se présenta de nouveau au poste comme à chaque rentrée. C'était lui qui accompagnait Nikolaï, encore une fois le garçon était seul à se rendre à Poudlard. Sa sœur était passée pendant l'été il avait été content de la voir, mais elle ne quittait pas Beauxbatons pour autant. Du coup il ne la reverrait que l'année prochaine. Dans la petite automobile de son tuteur, ils roulèrent tous les deux jusqu'à la gare : « Comment est-ce que ça va avec cette délicieuse jeune fille chez qui je t'ai emmené la dernière fois ? » demanda le spécialiste.

Une nouvelle fois Nikolaï fut interrogé dans un lieu où il n'était pas capable de s'échapper à moins de vouloir finir renversé par une voiture : « Évidemment je ne t'oblige pas à me rép...
- C'est terminé. » répondit sèchement le garçon même s'il aurait voulu répondre cela avec moins de conviction. Le truc c'est que même en parlant à Joy il se sentait mal à l'aise et avant d'être ensemble ils étaient amis, pourquoi est ce que ça ne reviendrait pas comme avant ? Peut être parce qu'ils n'allaient plus se voir comme avant avec le même regard innocent. « Tu cogites beaucoup, cette situation ne te plait pas ? » demanda le Docteur. Nikolaï le regarda blasé, non non et non il n'était pas satisfait de cette situation, mais pour autant il ne voudrait pas retourner avec Joy pour la simple et bonne raison qu'il était en colère contre elle. Ceci, il ne le laissa pas entendre au Docteur Lubenovitch, mais son expérience de professionnelle rendait les pensées de Nikolaï aussi claires que de l'eau de roche.

Le voyage en voiture fut enfin terminé, après trois longues heures ils étaient arrivés à la gare de King's Cross où bien évidemment ce fut Nikolaï seul qui sortit ses bagages de la voiture. Certes le Docteur Lubenovitch était intelligent, mais non il n'était pas surhumain et à son âge à moins d'utiliser la magie, on ne portait pas de lourds bagages comme ceux des élèves de Poudlard. Après avoir pris un chariot, Nikolaï plaça sa grosse malles et quelques paquets contenant de nouveaux objets de cours, puis ajouta au dessus de tout ça la cage de son animal avant de quitter le Docteur pour rejoindre le quai de la gare. Bien évidemment il sentait qu'il faisait tâche parmi tous les moldus autours de lui, mais une fois qu'il se serait rendu sur le quai 9 ¾, tout irait bien mieux

Il marcha, arriva entre les quais 9 et 10, puis attendant que personne ne fasse attention à sa personne, traversa la barrière à grande vitesse toujours effrayé à l'idée de se la voir fermé et de se retrouver les fesses au sol pour avoir foncé dans un mur aussi solide que le sol du quai de la gare contre lequel il se serait éclaté le coccyx. Il avait traversé la barrière et c'était enfin retrouvé sur le Quai 9 ¾ au milieu d'un grand nombre de sorciers dont certains qu'il reconnu facilement pour les avoir fréquenté durant l'année. En revanche sa seule bande de copain avait été toujours ceux avec qui il avait trainé en compagnie de Joy et il se rendait compte à présent qu'il n'était plus avec Joy, que finalement il n'avait plus tant d'amis que ça. Du coup c'est bien seul qu'il se sentait.

Le voyage qui menait jusqu'à l'école de sorcellerie était bien long, mais il trouverait bien un moyen de s'occuper. Il entra à l'intérieur et pris bien une bonne dizaine de minutes avant de trouver une cabine. Vide, il avait de la chance et d'ailleurs il était (à moitié) étonné de ne pas y voir quelqu'un. Il faut dire que les autres cabines étaient bondés du coup cette cabine libre avait du être victime de la fainéantise des autres élèves n'ayant pas envie de traverser tout le train en se voyant prendre la seule place, certes qui ne le rendait pas maitre de la cabine, mais qui aurait au moins le mérite de ne pas le faire se retrouver près de celui qui n'avait pas pris de douche depuis quelques semaines. Nikolaï avait tenté le coup et ça avait payé, le voici dans une cabine vide.

Il installa sa malle et ses autres affaires dans le panier à bagage au dessus puis s'installa avec la cage de son rongeur sur les genoux. Bien évidemment il trouverait bien vite quelqu'un avec qui passer le voyage. Aucune cabine ne restait vide très longtemps, il l'avait vécu durant déjà quatre année, alors ça n'allait pas être bien différent lors de la cinquième. Lorsque le train démarra, il fut tout de même un peu surpris de ne voir personne être encore entré jusqu'au moment où la porte de sa cabine coulissa et que quelqu'un apparu dans l'encadrement de la porte. Bien évidemment les choses auraient pu bien se passer sauf quand ce fut Joy Vodianovskaia qui apparu : « Salut. » lança-t-il dans un élan de politesse puis comme on dit trop bon, trop con, il proposa : « Tu veux de l'aide avec ta valise ? »

1096
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 829
Âge : 14.07.1990 - 22 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: The Hogwarts Express • Retrouvailles sans saveur PV. Joy   Lun 7 Jan - 14:49


Ca y est, la rentrée était arrivée. Joy avait passé un été assez sympa, et relativement calme, il fallait bien l’avouer. Elle n’avait vu que peu de monde de Poudlard, dont Ava, sur qui elle était tombé par hasard chez Madame Guipure, alors qu’elle devait refaire toutes ses robes et tous ses uniformes, mais aussi Roy. Pas de Kolia à l’horizon comme deux été plutôt cela dit, hélas. Mais bon, le jeune homme ne parlait plus à Joy, donc elle comprenait tout à fait qu’elle ne pouvait pas avoir tous ceux qui lui étaient chers à ses côtés durant l’été. Et puis, elle n’allait pas non plus le forcer à la voir. S’il n’avait pas envie de la voir, c’était ainsi, point final. Joy avait parlé de sa rupture à son père, puisqu’il avait été le premier à se soucier du bien-être de sa fille quand cette dernière s’était mise en couple avec le jeune Bulgare. Nul doute qu’il ait d’ailleurs fait de nombreuses recherches à propos du jeune Gryffondor. Mais il n’en n’avait pas dit un seul mot à sa fille, donc Joy ne pouvait que supposer. Quand elle lui avait dit qu’elle n’était plus avec Kolia, son père avait été surpris. Certes, il ne l’avait que croisé, une seule fois quand il était venu chez eux, dans la campagne anglaise du Surrey, et à l’époque, ils n’étaient pas ensemble, mais il s’était posé des questions et n’avait pas hésité à faire subir un interrogatoire à sa fille. Joy savait que son père était très protecteur envers elle, aussi elle l’avait rassurée. Oui, elle allait très bien malgré les circonstances, et non, elle n’avait pas d’étranges envies d’en finir avec la vie ! Elle était certes triste de voir que Kolia refusait de lui adressait la parole, mais pas au point de mettre fin à ses jours ! De toute façon, elle était bien trop peureuse pour faire quoi que ce soit... A moins qu’on puisse mourir de peur, bien évidement, mais bon, elle préférait éviter.

Dans sa maison de campagne du Surrey, Joy finissait de remplir sa valise. Elle avait pensé à prendre ses nouvelles robes, ses uniformes et tous les nouveaux livres dont elle aurait besoin cette année, et lorsque la valise fut fermée et verrouillée, son père se chargea de la faire descendre au rez-de-chaussée. C’était lui qui l’emmenait à King Cross en ce premier Septembre, et, par miracle, Corann ne venait pas. Joy n’appréciait toujours pas la blonde, et elle avait du ravaler ses remarques de nombreuses fois cet été, essentiellement pour que son père ne la dispute pas. Parce qu’elle savait que, malgré le fait qu’elle soit sa petite fille chérie, son amour pour la greluche blonde le rendait totalement aveugle et il ne pensait qu’à une chose, la protéger, hélas pour Joy. La demoiselle n’avait d’ailleurs jamais remercié la blonde pour sa louve. Joy caressa Inga avec amour, la câlinant le temps que son père descende toutes ses affaires, puis la laissa partir. Elle la retrouverait en Ecosse, au château de Poudlard, elle le savait. Peu de personnes partageaient ce secret avec la brunette, Inga ne risquait donc absolument rien. Yuuhi dans les bras, Joy saisit le bras de son père, et tous les deux transplanèrent jusqu’à la gare principale de Londres. Ils passèrent sur la voie 9 3/4 où de nombreux élèves et parents étaient déjà présents. La brunette resta un long moment avec son père, avant de monter dans le train. Elle passa de nombreux wagons, tous pleins, et comme Roy était lui aussi introuvable, elle décida de pousser jusqu’au bout du train. Que ça soit à la tête ou à la fin de ce dernier, les wagons se désengorgeaient au fur et à mesure. Le train démarra et Joy fut forcée de se retenir sur une poignée d’un des compartiments pour ne pas s’étaler par terre. Yuuhi, son chat, sauta à terre et la porte, sous la force -de moineau- de la brunette s’ouvrit. Joy s’avança jusqu’à l’entrée et se figea sur place. Kolia était dans le compartiment qu’elle avait plus ou moins choisit, et elle ne savait pas quoi faire. S’excuser et partir, le laisser tranquille, puisqu’il ne voulait pas lui parler ? Peut-être que cela était la meilleure chose à faire oui. Pourtant, son chat lui s’était empressé d’entrer dans le compartiment et s’était lové sur une des banquettes. Joy ouvrit la bouche pour s’excuser et filer, quand Kolia la salua. Un peu stressée, apeurée et pas franchement convaincue qu’elle était la bienvenue, Joy bafouilla une réponse à peine audible.


«Sa... Salut...»

Joy baissa les yeux, ayant presque envie de se carapater très vite, ou de se cacher dans un trou de souris. Un virage du train la fit se cogner contre sa valise et lui arracha un petit cri de douleur. Elle saisit sa valise, quand Kolia lui demanda si elle voulait de l’aide avec sa valise. Ainsi, il voulait bien qu’elle reste ? Elle ne disait pas non, bien sûr, mais elle ne voulait pas qu’il soit forcé de la laisser s’installer dans son compartiment.

«Euh... Oui, je veux bien... Merci Kolia.»

A deux, ils mirent dont la valise correctement, histoire qu’elle ne gêne personne, et Joy pris place sur la banquette en face de celle où le rouquin était assis, évitant soigneusement de le regarder. Elle ne savait pas quoi lui dire, tellement qu’elle finissait par triturer une mèche de ses cheveux, tant elle était stressée. D’habitude, les voyages dans le Poudlard Express étaient drôles et tous les élèves s’amusaient, mais là, Joy ne savait pas trop quoi dire, quoi faire. Du coup elle préférait se taire et rester ainsi comme une statue plutôt que de faire une bourde monumentale. Mais elle ne s’y tient pas bien longtemps, puisque rapidement, un son perça ses lèvres, et elle se mit à parler.

«Je... Je suis désolée Kolia... Et tu me manques vraiment, tu sais...»

Joy faisait référence à la dernière qu’elle lui avait parlé. Très peu de temps, peut-être cinq minutes, à tout cassé, et à ce moment là, elle lui avait aussi dit qu’il lui manquait. Mais elle voulait qu’il le sache. Car ils étaient tout de même amis de longue date ! On ne pouvait pas oublier cela, si ?

[1o46]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministère

Parchemins : 270
Âge : 22 ans ( 02-01-1990 )
Actuellement : Employé à la brigade de police magique


MessageSujet: Re: The Hogwarts Express • Retrouvailles sans saveur PV. Joy   Dim 13 Jan - 17:15

Nikolaï n'avait aucun droit sur le compartiment et il était plutôt contre ceux qui en émettaient quand ces derniers refusaient que quelqu'un de non souhaité s'installe dans ce dit compartiment. Il était donc tout naturel pour lui de laisser Joy entrer, aussi grande soit l'aversion qu'il éprouvait pour elle. Oui parler d'aversion était un grand mot, surtout pour les quelques sentiments qu'il avait encore pour la jeune fille, mais il alimentait lui même sa colère contre la rouge et or pour être sur de ne pas faiblir et chercher par tous les moyens à la récupérer. Elle l'avait largué, elle, ce n'était pas sa faute, c'était la sienne, pourquoi il n'en savait rien, mais il lui en voulait tellement ça c'était certains. Du coup lorsqu'il lui proposa après l'avoir salué, dans un élan de bonté de l'aider avec sa valise, il se mordit la langue en guise de punition. Si déjà lui il avait eu du mal à monter la sienne en haut du filet à bagage, c'est certains, elle aurait les mêmes difficultés, mais cela ne signifiait pas qu'il devait forcément l'aider.

Mais bon, à quoi bon être le méchant dans l'histoire et laisser une demoiselle en détresse (physique pas émotionnelle, il était en détresse émotionnelle) sans aide. Face à tant de bonté de sa part, elle ressentirait sans aucun doute encore un peu de culpabilité, c'était comme cela que Nikolaï l'envisageait. Ils s'y mirent donc à deux pour placer la valise sur un porte bagage, en hauteur, puis Nikolaï retourna à sa place ne cherchant pas le regard de la jeune fille. Intérieurement il se répétait inlassablement les mots de rupture qu'elle avait prononcé l'an passé, ainsi qu'un sans cesse " c'est elle qui a rompu, c'est elle la coupable ". Pour se changer les idées il sortit son livre d'histoire de la magie de son sac, le cours où il s'en sortait le mieux. Aucune pratique n'était demandé, que de l'apprentissage et il s'avérait avoir une très bonne mémoire. Maintenant qu'il maitrisait l'anglais, il avait pu se concentrer sur les méthodes d'apprentissage qui lui étaient les plus pratiques. A la fin de l'année il avait son B.U.S.E, il comptait bien le réussir.

Sauf que ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait s'intéresser à l'histoire de la magie. Il faut dire de un qu'il n'aurait pas voulu passer son voyage à lire un livre de cours et de deux qu'avec Joy dans le même compartiment, eh bien, malgré toutes ses tentatives pour ne pas avoir affaire à la jeune fille il allait vite se rendre compte que l'espace clos dans lequel il se trouvait, serait bien contraignant pour l'ignorer. D'ailleurs elle commença à murmurer quelques mots qui firent rougir Nikolaï. Touché ou simplement en colère ? Même lui ne saurait le dire, en revanche il allait clairement se mettre en colère contre elle : " Stop ! " lança-t-il. Il posa son livre s'apprêtant à parler d'une voix plus posé. il n'allait pas non plus engueuler la jeune fille, il se détesterait lui même si c'était le cas. " T'en as pas marre dit ? " demanda-t-il.

Marre de quoi, elle pouvait se poser la question c'est sur. " Tu sais ce qui fait que je t'en veux ? Enfin non tu ne dois pas savoir et c'est sans doute ma faute, je n'ai jamais su te dire ce que j'avais sur le coeur depuis. " continua-t-il. Il faisait aussi bien allusion à son passé qu'au présent. Aussi bien à son passé familiale qu'à son présent amoureux. " Je veux dire... Je sais pas t'as rompu sans être vraiment précise. Ne plus être amoureuse comme avant ça signifie quoi ? Il y a bien quelque chose qui t'a fait changer d'avis non ? " demanda-t-il. On sentait légèrement l'énervement au fond de sa voix, mêlé à une pointe d'agacement. Il ne voulait pas passer pour celui qui agressait, même verbalement, mais il avait besoin de réponse, et le jour de la rupture, lorsque Joy lui avait donné les pauvres raisons qui avait rendu compte du choix de la jeune fille, il était loin d'avoir été satisfait parce qu'elle avait pu dire. " On ne se lasse pas de l'amour comme d'un pull-over si ? " demanda-t-il les yeux brillants. Oui, les larmes commençaient à monter et pour l'instant il se concentrait fortement pour les empêcher de couler.

728

OBJET TOUT COMPTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 829
Âge : 14.07.1990 - 22 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: The Hogwarts Express • Retrouvailles sans saveur PV. Joy   Mar 15 Jan - 21:54


Joy ne s’était pas attendue à ça. Elle pensait qu’au pire, Kolia l’ignorerait et qu’il ne lui répondrait, qu’il ferait comme si elle n’existait pas, qu’elle n’était pas dans ce wagon avec lui... Et pourtant, ça avait été tout le contraire. Nikolaï lui avait demandé d’arrêter, de se taire. Enfin, Joy avait interprété cela comme ça. Ce qui l’avait le plus surprise, c’était le ton qu’il avait employé. Il tentait de rester calme, mais la brunette avait capté sa colère avant même qu’il ne se mette à parler. Sûrement de la même manière qu’elle pouvait comprendre sa louve, ou sentir quand Alek ne se sentait pas bien. Il était en colère, et toute cette colère était dirigée vers Joy. Avait-elle marre de quoi ? Joy n’en savait rien, peut-être de s’excuser ? Elle avait d’ores et déjà essayé de s’excuser et ça n’avait rien changé, ça n’avait pas marché..

«Je...»

Que pouvait-elle dire ? Elle le laissa continuer, percevant toujours sa colère. Pour le coup, Kolia lui faisait peur. Elle ne l’avait jamais vu en colère, elle avait ressentit sa tristesse quand elle avait rompue avec lui, et elle avait bien sentie qu’une certaine animosité existait entre lui et elle, quand elle avait voulu lui parler au mois de janvier, mais jamais elle n’avait ressentie ce genre de colère venant du rouquin. Du coup, elle ne savait ni quoi dire, ni quoi faire, du coup, elle restait là, assise, à le regarder de ses yeux vert mordorés. Ou étaient-ils déjà devenus complètement dorés ? Elle n’en savait rien, parce qu’elle était trop apeurée. Oui, Kolia lui faisait peur. Alors qu’il lui demandait si l’amour s’évaporait comme ça, en un claquement de doigts, Joy baissa les yeux avant de reprendre la parole.

«Je t’aime toujours... Mais ce n’est pas de l’amour... C’est que... Tu es comme un frère pour moi et... Et je ne pouvais...»

Elle l’aimait oui, comme elle aimait Alek. Parce que pour elle, Kolia avait toujours été comme un frère, quelqu’un à qui elle pouvait tout dire, chez qui elle pouvait pleurer quand ça n’allait pas, et surtout, quelqu’un avec qui elle s’amusait comme si ces moments à l’arrière du jardin de sa grand-mère n’étaient jamais partis. Et pourtant, en ce moment, elle n’avait franchement pas l’impression qu’ils furent des amis aussi proches fut un temps.

«Un frère, ce n’est pas comme un petit ami... On n’aime pas pareil...»

Elle n’avait pas de frère, bien sûr, mais Alek était plus qu’un simple cousin pour elle. Et Nikolaï aussi occupait cette place, donc oui, elle l’aimait, mais c’était un amour fraternel plus qu’autre chose. Et quand elle l’avait compris, elle avait voulu éviter le pire. Mais visiblement, ce n’était pas assez aux yeux de Nikolaï et il devait la détester jusqu’au profond de lui-même. Donc, elle n’avait rien à faire ici.

«Je suis désolée. Je vais changer de wagon, je ne veux pas t’embêter.»

Joy se leva, et entreprit de faire descendre sa valise de son porte-bagages, chose qui s’avéra encore plus compliquée que de la mettre dedans. Elle s’efforçait, tant bien que mal, à continuer, en se demandant comment ils avaient pu en arriver là. Quelle idiote, elle le savait, bien évidement, tout était de sa faute à elle ! Quand elle avait rompu avec Nikolaï, elle avait été vague, bien trop vague. Et il venait de le lui dire. Elle aurait du lui dire ce qu’elle avait vraiment sur le coeur, peut-être... Mais aurait-il réagit autrement si elle lui avait dit que celui qu’elle aimait était Roy ? Cependant, ce qu’elle venait de lui dire était vrai. Pour elle, il était comme un frère, et elle l’avait toujours aimé comme un frère, il lui avait juste fallu un peu trop de temps pour qu’elle ne s’en rende compte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministère

Parchemins : 270
Âge : 22 ans ( 02-01-1990 )
Actuellement : Employé à la brigade de police magique


MessageSujet: Re: The Hogwarts Express • Retrouvailles sans saveur PV. Joy   Lun 4 Fév - 20:03

Non, Nikolaï ne se serait pas amusé à l’ignorer tout au long du voyage pour la simple et bonne raison qu’il n’était pas aussi gamin, non il avait bien d’autres choses à faire que ça et il voulait mettre les points sur les i en faisant bien comprendre à son ancienne petite amie qu’il ne voulait plus avoir affaire à elle même si à présent ils étaient tous deux ensemble dans ce compartiment. Enfin c’étaient les premières pensées qui avaient envahi l’esprit du garçon, c’est ce qu’il essayait de croire, il essayait de s’en persuader et pourtant c’était bien différent, il avait du mal à ne pas penser à elle. Tandis qu’il s’énervait après elle, ce qu’il n’appréciait pas vraiment connaissant le côté plus émotif de Joy, il continuait de lui dire ce qu’il avait sur le coeur et finalement elle lui répondit et il grimaça. D’après elle, elle l’aimait toujours mais comme un frère, il déglutit. C’était en quelque sorte une douche froide, il aurait plutôt préféré apprendre qu’elle ne l’aimait plus du tout, ou alors qu’elle aimait quelqu’un d’autre en même temps, mais elle avait juste quoi…confondu ses sentiments ?

A travers ces derniers aveux, ce n’est pas seulement les idées qu’il s’était fait de la rupture de Joy qui s’envolaient, mais aussi la possibilité qu’il recommence une relation amoureuse puisqu’il avait envisagé l’idée qu’elle regrettait et qu’elle aurait aimé retourner avec lui. Oui, parce qu’au fond de lui il ne la voyait pas que comme une soeur lui, mais comme une fille avec qui il était sorti et pour qui il avait réellement éprouvé de l’amour. Elle venait de conclure son explication, il restait plutôt sans voix se contentant de la suivre du regard alors qu’elle envisageait de changer de wagon. Devait-il la retenir, lui pardonner ? Il ne voyait pas vraiment comment et pourquoi. Il lui en voulait pour sur, maintenant qu’il s’était clairement fait de fausses idées, mais d’un autre côté il savait que tout pourrait rentrer dans l’ordre s’il acceptait dès à présent ses explications.

Mais il ne voulait pas, il voulait continuer à lui en vouloir, il voulait qu’elle se sente mal pour ne pas avoir été sincère dès le départ. D’un autre côté l’avait il vraiment été depuis qu’ils s’étaient retrouvés ? Il y avait bien une chose qu’il ne lui avait jamais dit de sa propre vie à savoir la mort de ses parents. Jamais d’ailleurs Nikolaï n’en avait parlé à qui que ce soit qu’à quelqu’un du foyer où il vivait et pourtant en sortant avec Joy, celle avec qui il appréciait partager sa vie, il aurait très bien pu. Il avait confiance en elle, il sentait qu’il pouvait se livrer, mais ça n’avait pas abouti et la rupture n’avait pas arrangé les choses. Maintenant qu’elle était là face à lui et qu’il cherchait un moyen pour lui faire mal, il voulait lui dire, mais d’un autre côté ça le rendrait pitoyable et il ne voulait pas qu’elle ait une quelconque pitié pour lui. Et si ça l’aidait à la récupérer ? C’était une idée stupide, après tout elle avait bien été claire non, elle le considérait comme un frère. Un frère, pff, si ça avait été vrai elle aurait été au courant de la situation de ses parents : « Si on avait vraiment un lien fraternel entre nous tu saurais que je n’ai plus de parents. » lâcha-t-il.

Il écarquilla les yeux, non pas parce qu’à présent Joy le fixait ou quoi ou qu’est-ce, il ne faisait pas attention à elle, mais il écarquillait les yeux pour avoir délibérément lâcher ce qu’il venait de dire. « Vous voulez quelque chose les enfants ? » demanda la sorcière derrière son chariot à friandises. Il n’avait pas d’argent sur lui alors il fit non de la tête, de toute façon il avait des restes de bonbons dans son sac qu’il n’avait guère envie de manger pour l’instant. Elle s’en alla laissant de nouveau Joy et Nikolaï en tête à tête. Il respira un bon coup, tentant de parler d’un ton posé sans ramener la colère de nouveau dans la conversation comme il l’avait fait au début puis lança : « Je n’ai en tout cas aucunement envie d’une quelconque relation fraternel Joy, à ça tu aurais pu y réfléchir avant de sortir avec moi et tant que je t’en voudrais, rien de bien amical n’arrivera entre nous. » finit-il par dire sans pour autant oublier ses propos concernant ses parents. Allait-elle y faire attention ? Pouvait-il continuer de mentir et nier ce qu’il avait dit. Il ne savait pas vraiment, Joy était loin d’être bête, elle allait sans doute chercher à savoir, mais par tous les moyens il tenterait de la mener en bateau. Maintenant qu’il avait un peu retrouver son calme, l’attaquer avec de tels propos était sans aucun doute pour lui assez mal venu. Il respira profondément attendant alors la réaction de son interlocutrice.

826 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 829
Âge : 14.07.1990 - 22 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: The Hogwarts Express • Retrouvailles sans saveur PV. Joy   Mar 5 Fév - 17:17


Joy se sentait mal. Elle avait l'impression d'être celle qu'on devait blâmer, celle qu'on devait haïr jusqu'à la fin, celle qui avait fait du mal à tout le monde et qui devait être punie. Et alors qu'elle cherchait à sortir sa malle des filets, Kolia lâcha une bombe. Une révélation sur un ton si dur que Joy fut comme stupéfixiée sur place.

« Quoi ? »

Joy fixait Kolia des yeux, ne sachant pas trop quoi faire, quoi dire. La femme aux bonbons ouvrit la porte du wagon et leur demanda s'ils voulaient quelque chose. Nikolaï répondit négativement, et Joy ne prit même pas la peine de lui répondre. Elle assimilait ce que le bulgare venait de lui dire. Ses parents étaient morts, enfin, c'était ce qu'elle avait compris quand il avait dit qu'il n'avait « plus de parents ». Et puis, maintenant qu'elle y repensait, Kolia ne lui parlait jamais de ses vacances avec ses parents, n'était-ce pas étrange ? Joy elle, se plaignait toujours un peu de la présence de Corann dans la maison anglaise de son père, alors que Nikolaï ne racontait jamais rien. Finalement, la brunette reprit ses esprits, et elle sentit une colère l'envahir. Généralement, cette colère était tournée vers Corann, mais aujourd'hui, elle était dirigée vers Nikolaï. Alors que c'était lui qui venait de lui dire qu'il lui en voulait et qu'il lui en voudrait sûrement jusqu'à la fin de sa vie si elle ne changeait pas d'avis, elle, restait bloquée à la bombe qu'il lui avait donné. Et maintenant, elle devait se débrouiller avec cela ? Non, c'était impossible, et elle ne le pourrait pas.

« Tes parents sont... Morts ? Et tu comptais me le dire quand ? J'avais confiance en toi, je te croyais sur paroles parce que tu était celui que je connaissais depuis le plus de temps, celui à qui je pouvais tout dire ! Et toi, tu fais quoi ? Tu me cache quelque chose d'aussi important ?! Qu'est-ce que tu croyais, que je ne comprendrais pas ce que tu ressentais ? Ma mère est morte, je sais ce que ça fait ! »

Elle ne le savait que trop bien oui. Bien sûr, elle n'était pas orpheline, elle avait toujours son père, et ce dernier l'aimait plus que tout. Mais elle savait tout de même ce que cela faisait de perdre un parent. Maintenant, Joy ne savait plus du tout quoi penser de Nikolaï. Lui avait-il mentit depuis qu'ils s'étaient retrouvés ? Et sa sœur, était-elle encore de ce monde, ou le rouquin avait-il monté de toute pièce cette histoire de scolarité à Beauxbâtons ? Joy ne savait plus quoi croire, qui croire, et honnêtement, elle ne souciait même plus d'être en colère ou non, parce qu'il était juste impossible pour elle de mettre sa colère et sa blessure de côté. Oui, elle était blessée, vexée et indignée aussi. Après tout, ils avaient été des amis de longue date, d'enfance et ils étaient même sortis ensemble... Et jamais il ne lui avait dit quoi que ce soit à propos de cela.

« Et tu m'en veux, à moi, alors que toi, tu n'es même pas fichu de me dire quelque chose comme ça... Tu te fiches de moi là ! C'est le monde à l'envers ! Si tu n'avais pas confiance en moi, tu n'aurais même pas dû me demander de sortir avec toi ! Parce que je t'aimais pour de vrai, et puis après ça a changé, mais visiblement, je n'étais pas assez bien pour que tu te sentes en sécurité ! »

Joy n'arrivait pas à se calmer. Pas du tout. Pourtant, elle le devait. Elle n'était pas habituée à crier sur les gens, à être méchante. Généralement, c'était l'inverse, c'était elle qui subissait, et elle finissait en larmes. Là, elle sentait ses larmes perler aux coins des yeux puis rouler sur sa joue. Elle se mordit la lèvre inférieure pour reprendre possession d'elle même, et tenta, tant bien que mal de poser une question calmement.

« Quand ? Quand est-ce arrivé ? »

Elle voulait savoir. Depuis quand lui mentait-il ? Sûrement depuis qu'il était arrivé à Poudlard sans doute, puisqu'il avait quitté Durmstrang si subitement... Mais elle espérait se tromper, même si elle n'y croyait pas beaucoup...
[ 714 ]


DISCORDE TOUT COMPTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministère

Parchemins : 270
Âge : 22 ans ( 02-01-1990 )
Actuellement : Employé à la brigade de police magique


MessageSujet: Re: The Hogwarts Express • Retrouvailles sans saveur PV. Joy   Sam 16 Mar - 19:52

La bombe venait d'être définitivement relâché et Nikolaï aurait bien voulu user d'un retourneur de temps pour éviter à son lui passé de dire ce qu'il venait de dire à Joy. Puisque depuis ce qu'il venait de lui dire et jusqu'à la fin de leur conversation, tout ça il n'allait pas l'assumer dans le futur pour la simple et bonne raison qu'il n'aurait jamais rien dit de plus stupide. D'ailleurs tout entre Joy et lui aurait pu très bien se terminer s'il n'avait pas été rancunier, mais non il voulait lui en vouloir, il appréciait de lui en vouloir ça lui permettait de relâcher toute la colère qu'il avait accumulé en lui. Malheureusement cette colère qui s'était accumulée depuis la mort de ses parents, ça n'allait pas être en s'acharnant sur Joy qu'il allait pouvoir s'en défaire bien au contraire, il ne faisait que l'alimenter. La demoiselle venait donc d'apprendre la nouvelle de la mort des parents du Gryffondor et le regard maintenant avec de grands yeux qu'il sentait peser au dessus de lui alors qu'elle était quelques secondes auparavant, debout à essayer d'enlever sa valise du filet à bagages.A présent elle l'engueulait sur son manque d’honnêteté, sur le fait qu'elle lui ait tout caché. Comme l'avait prédit le Docteur Lubenovitch, tout finissait par lui exploser à la figure.

Il s'enfonçait petit à petit dans sa banquette tandis que Joy lui assénait tout ce qu'elle avait sur le coeur maintenant qu'elle avait appris la nouvelle. Elle enchainait les reproches, se sentant trahie pendant qu'intérieurement Nikolaï était en train de bouillir de rage. Des larmes commençaient à perler sur les joues de la jeune fille mais cette fois Nikolaï ne se laisserait pas attendrir : " Tu te fous de moi ?! " gueula-t-il alors. Le train poussa un long hurlement de son sifflet tout en continuant d'accélérer. Il traversait à présent un imposant viaduc qui séparait de morceau de terre au dessus d'un imposant lac, mais même la splendide vue qu'ils avaient de leur position ne suffirait à calmer l'ardeur des deux Gryffondor. Elle venait de lui demander quand la mort de ses parents était arrivée mais en aucun cas il n'avait envie de lui répondre. " Tu t'entends ? Je t'aimais pour de vrai mais après ça a changé, commença-t-il dans une très mauvaise imitation de la voix féminine de Joy avant d'enchainer avec sa propre voix. Si tu aimes quelqu'un pour de vrai, tu l'aimes pour toujours. Dans ton cas je dirais que t'avais plutôt l'impression. " Il n'avait aucune envie de faire une thérapie des sentiments de Joy à son égard alors il se reconcentra rapidement sur le vif du sujet : " Mais tu vois moi je t'aimais et si je ne te disais rien c'est bel et bien parce que je ne voulais pas t'attrister autant que j'avais pu l'être. Tu sais ce que c'est, on sait ce que c'est tous les deux alors pourquoi chercher à faire du mal à l'autre. Mais maintenant j'espère que tu vas comprendre.... " Il tentait de respirer calmement mais il se sentait chauffer, sans doute devait il être complètement rouge de colère lui qui rougissait déjà très vite : " Maintenant je n'ai aucun désir de te protéger ou de ne pas vouloir faire du mal. Tu te sens quoi maintenant, trahie ? Blessée par mes mensonges, eh ben je vais te dire une chose, c'est très bien, c'est tout ce que je te souhaite à présent. " Violent dans ses mots, il l'avait été clairement, mais c'est tout ce qu'il ressentait pour elle sur le moment.

Il se leva de sa banquette d'un bon et prit sa valise et le reste de ses affaires avec lui. Avant d'ouvrir la porte de la cabine pour y laisser la Gryffondor toute seule, il lâcha : " Je vais te dire une bonne foi pour toute maintenant et clairement ce que je ressens pour toi. " dit-il. Il avait adopté un ton calme qui jurait sincèrement avec ce qu'il avait pu lui lâcher il y a quelques minutes : " Je ne veux plus avoir affaire à toi et si on a à se croiser il est préférable qu'on s'ignore. Tu ne m'inspires plus rien que de la colère et je préfère avoir à ressentir bien d'autres choses. Des excuses je n'en veux pas, de la pitié non plus, je veux simplement que tu me foutes la paix. Au revoir. " et sur ses derniers mots, il ouvrit la porte de sa cabine et la claqua en sortant avant d'en chercher une autre ou s'installer durant le reste du voyage.

- Fini pour Nikolaï -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Hogwarts Express • Retrouvailles sans saveur PV. Joy   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Hogwarts Express • Retrouvailles sans saveur PV. Joy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujet Clos année 15-
Sauter vers: