AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Chacune son job... *pv*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Chacune son job... *pv*   Dim 10 Mar - 21:53

- Oui Tristan, je te rapporterai quelque chose de New York. Mais maintenant tu vas te coucher, ou Mamie me le dira et tu n'auras rien du tout! ... Non, allez oust et tu me repasses Mamie... Bisous mon trésor, dors bien! Je t'aime.

Britanny était assise sur le bord du lit, la déco était neutre, plutôt dans les tons jaune, il faut dire que les hôtels Moldus n’étaient pas les plus doués, mais au moins c'était pas trop cher et on ne risquait pas un accident de magie à tout instant. Trois pigeons la regardaient depuis la fenêtre, elle sourit en s'en apercevant.

- Allô! oui il m'avait l'air bien énervé, faut pas le laisser regarder la télé trop longtemps, il va encore vouloir manger des trucs après. Apo n'est pas venu le prendre si je comprends bien... non c'est pas grave, je m'y fais! Bon aller je te laisse, bonne nuit Maman.

Elle raccrocha le téléphone moldu et soupira. La jeune femme se trouvait à l'autre bout du globe, façon moldu ça faisait loin, manière sorcier elle aurait pu aller coucher son fils elle-même. Le gamin de huit ans commençait à bien comprendre ça, et il essayait d'en jouer de plus en plus souvent. Il faut dire qu'il se sentait de plus en plus seul... son père ne prenait plus la peine de venir le prendre de temps en temps, c'est tout juste s'il recevait un hibou dans le mois. Notre sorcière vivait très mal la situation, tout le monde l'avait mise en garde, mais elle n'avait pas voulu les croire... Maintenant, Tristan était là et il n'y étais pour rien!

Elle se leva, ouvrit la fenêtre ce qui ne fit pas fuir les deux volatiles, alors elle se recula un peu dans sa chambre et se métamorphosa en oiseau. C'était sa manière de refouler ses sentiments, elle se sentait tellement libre en usant d'animagie! Elle s'élança ainsi contre les parois du building et rejoignit un groupe d'oiseau qui volait au-dessus du fleuve. Britanny poursuivit ce petit manège pendant un moment, puis elle alla voler du côté de l'Opéra. Elle visita chaque fenêtre et s’aperçut que la danseuse qu'elle cherchait était encore en répétition. Tant mieux, cela lui laissait encore du temps. L'oiseau retourna à l'hôtel, et Britanny se prépara. Lorsqu'elle sortit en direction de l'Opéra, elle était habillée très sobrement et ses cheveux étaient laissés libres.

L'interview n'allait pas être simple, elle le savait, mais bon, il faut bien manger, alors cette danseuse allait quand même devoir assumer la partie la moindre drôle de son travail. Lorsqu'elle arriva au lieu dit, elle montra sa carte de presse moldue. Comme tout bon journaliste, Britanny avait les deux, une moldue et une sorcière, dans un lieu tel que celui-ci, la prudence était de mise. On la fit avancer vers une petite pièce, et elle y patienta un bon moment, avant d'entendre des pas qui semblaient stationner devant la porte.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Indépendant

Parchemins : 2146
Âge : 31 ans [21 Décembre 1979]
Actuellement : Organisatrice de mariage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Charly

MessageSujet: Re: Chacune son job... *pv*   Ven 22 Mar - 18:58


Le mariage était pour bientôt, et Dawn était totalement obsédée par ce dernier. Il y avait le repas, les lieux à préparer, surtout qu’ils avaient choisi l’hiver, alors il fallait prier pour qu’ils ne finissent pas tremper par la pluie ou la neige… la Suède les attendait, tendant ses bras vers le couple qui, prochainement, annoncerait son union devant tout un chacun. La sorcière avait beau ne pensait qu’à ça (ou presque), elle restait bien concentrée. Oh, les premières minutes, celles qui marquaient la séparation entre la ‘vraie vie’ et celle de l’art n’étaient pas évidentes. Il fallait savoir oublier aux vestiaires tous ses soucis de planning, d’invités, de coordination, de réservation, et on en passe des vertes et des pas mûres, afin de pouvoir se concentrer sur sa raison de vivre (paraît-il, parce qu’elle commence à avoir des doutes à ce sujet) à savoir : la danse.

Elle avait rêvé d’une carrière de ballerine, mais était Coryphée, encore… Et avec ses dernières blessures, elle doutait de pouvoir un jour toucher le niveau tant espérer, et ça avait tendance à la ronger de l’intérieur… sa vie entière avait été dédié à la danse, et peut-être qu’au final, elle n’aurait pas ce qu’elle avait tant désiré. La défaite n’entrait ni dans ses habitudes, ni dans son vocabulaire, aussi le vivait-elle mal. Plus mal que la moyenne en tout cas. Heureusement, elle avait la capacité de cacher ses émotions tel un maître dans l’art de la dissimulation. La jeune femme possédait un visage qu’on pouvait aisément qualifié d’impénétrable. Des yeux froids, rarement décrits comme étant particulièrement expressif, un visage de marbre et des allures à faire froid dans le dos. Elle était plutôt petite, toisant difficilement le mètre soixante, et était aussi très mince (sans être frêle pour autant, c’était une danseuse après tout). Pourtant, elle en imposait. Dawn était de ceux qui n’ont pas besoin d’ouvrir la bouche pour impressionner qui que ce soit. Elle possédait une grâce certaine qui se dévoilait même dans sa façon de marcher, mais aussi un charisme plus que certain. Elle était impressionnante, d’ailleurs, à l’époque où elle était encore à Poudlard, elle faisait partie des terreurs de Serpentard. Froide, méchante, et plutôt vicieuse, il valait mieux ne pas s’en faire une ennemie car dès lors qu’elle sortait les crocs, elle déversait un poison des plus mortels.

Alors que l’entraînement prenait fin, la jeune femme se reconnectait avec ses problèmes de femme ‘normale’, laissant la danseuse dans la salle de répétition. Elle passa rapidement dans les vestiaires, où elle se doucha rapidement, et quitta finalement les lieux (du moins était-ce son but, initialement). Elle était vêtue très simplement, un pantalon noir, près du corps, un pull beige. Ses cheveux noirs étaient relevés en un chignon très strict, et son visage dénué de la moindre trace de maquillage était d’une pâleur presque maladive (mais qui, chez elle, était naturelle). Elle écoutait à peine ce qu’on lui disait (d’ailleurs, elle entendait parler, de là à savoir si on s’adressait à elle, c’était une autre histoire, elle était bien trop concentrée sur sa liste de mariage et le dilemme du menu pour écouter les babillages d’autrui. Ce n’est que lorsqu’elle se trouva face à elle qu’elle comprit qu’on lui avait parlé… Une journaliste. Elle puait la journaliste à mille lieues à la ronde. C’était répugnant. Inspirant, sans rien laisser paraître ni de sa colère, ni de son dégout, la jeune femme, qui venait de passer la porte et se trouvait face à la nouvelle venue demeura de marbre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x59sxo_dawn_webcam

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Chacune son job... *pv*   Mar 30 Avr - 21:44

Britanny eut la très désagréable impression de ne pas être attendue. Elle avait l’habitude de ce genre de réaction, son métier le suscitait chez beaucoup de personnes, mais on ne s’y fait jamais réellement. Elle tenta de cacher son impression par un gentil sourire à la danseuse. Cette dernière n’avait peut-être réellement rien entendu de ce qu’elle lui avait dit, laissons-lui le bénéfice du doute. Et puis ça avait un autre avantage, la pièce dans laquelle on l'avait parquée était vraiment sinistre, en courant après la danseuse, cela lui donnait l'occasion de faire son entretien dans un lieu plus sympa.

- Bonjour mademoiselle Terence. Vous semblez avoir oublié que nous avions rendez-vous. Venez donc vous assoir près d’un café, à moins que vous ne préfériez un thé.

Règle numéro une : accueillir avec un sourire, mais garder le cap en étant résistante comme le fer. En l’occurrence, Britanny avait beaucoup d’expérience, car ça lui faisait maintenant ni chaud ni froid d’être recalée comme une vieille chaussette. Les jeunes journalistes, eux, n’étaient pas doués dans les situations comme celle-ci, ils bégayaient, se perdaient en excuses diverses et variées. Mais la sorcière avait dépassé cela depuis longtemps, et elle planta son regard clair dans celui de la jeune femme qui lui faisait fasse sans le craindre.

Lorsqu’elles furent installées, la journaliste déposa sur la table sa carte de journalisme, mine de rien et prouva ainsi qu’elle était bien celle qu’elle prétendait être, mais également un carnet et un stylo. Toute la panoplie d’une parfaite journaliste moldu. Heureusement que la carte mentionnait son journal de rattachement, sinon Dawn aurait pu croire à une interview ordinaire.


- Vous allez bien ? Ne vous inquiétez pas, répondez naturellement aux questions nous ferons le tri dans vos réponses ensuite. La Gazette n’est évidemment pas un journal à scandale, nous nous voulons proches de nos lecteurs et de la réalité.

Passé la speech habituel, elle put observer davantage la demoiselle. Elle n’avait presque rien à voir avec la danseuse que Britanny avait vu danser un instant plus tôt. Mais pour avoir longtemps pratiqué cet art, la journaliste savait qu’on ne pouvait pas être pareil en dansant que dans la vie ordinaire. L’esprit était tout à l’art pendant l’entrainement ou la représentation, on était le personnage, on le faisait vivre à travers notre interprétation.

- Commençons si vous le voulez bien : Racontez-nous en quelques mots votre actualité. Quels sont vos projets ?

Notre sorcière sentait que ça serait difficile, mais apparemment elle n’avait encore rien vu. Elle attendait les réponses, tout en remuant la cuillère qui se trouvait dans son café, et en écrivant quelques mots sur son carnet. Il fallait noter un maximum d’éléments si on voulait rendre l’atmosphère de l’interview au moment de la rédaction. Elle décrypta donc la tenue de Dawn, ainsi que sa posture, la façon dont étaient placés ses cheveux, son maquillage, tout. On ne peut pas savoir à l'avance ce qui nous sera utile au moment d'écrire le papier.

Puisque la jeune femme ne semblait pas pressée de répondre, Britanny laissa son regard vagabonder autour d'elles. Le café était envahit de moldus, mais tout au fond de la salle elle crut reconnaître un collègue pour un journal concurrent. Ah les journalistes, moldu ou sorciers se sont tous des charognards! Peut-être qu'il ne venait pas pour le même sujet, et puis quand bien même, elle l'avait trouvé avant. La journaliste reporta donc son attention sur la sorcière-danseuse qui se trouvait devant elle, et lui attribua un léger sourire pour l’encourager à répondre.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chacune son job... *pv*   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chacune son job... *pv*
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vocaloid : Miku Hatsune
» " Il est dit qu'en passant une minute devant chacune des oeuvres d'art qui y sont exposées, il faudrait huit ans pour le visiter dans sa totalité "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujet Clos année 15-
Sauter vers: