AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Sommeil Dangereux [Aelita]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Sommeil Dangereux [Aelita]   Mer 27 Sep - 20:46

Nous étions le 14 février, ce jour là dans son pays les jeunes filles offraient aux garçons des chocolats et un mois plus tard c'était au garçon de leur offrir un cadeau 10 fois supérieur si leur sentiment était réciproque. Cette année il avait bien une fille dans ses pensées mais encore une fois une serpentard avait agis contre son intérêt et les avait séparé. Maintenant il déprimait seul au bord du lac gelé. Il souffrait du froid, il n'était pas très habitué à des températures aussi basse étant plutôt quelqu'un de studieux il passait en temps normal la moitié de sa vie en bibliothèque.

Pourtant cette souffrance bassement physique l’empêchait de penser à sa douleur sentimentale, c'est pourquoi il ne portait ni veste ni pull, par cette journée abominablement froide il était en simple chemise assis devant le lac... parfois la pensée lui prenait qu'il devrait peut être se plonger dedans et attraper une pneumonie... la fièvre lui ferait oublier tout ça. Mais il n'était sans doute pas encore assez fou pour réaliser cet acte et traîner dehors aussi peu vêtu était déjà en soit un acte suicidaire.

Il voulait revoir Aelita, il voulait tout lui expliquer, qu'il avait été séduit par magie, que ce n'était pas vrai, qu'il n'avait pas réussi à lutter contre parce qu'il pensait qu'elle l'avait quitté... mais le mal était fait, il avait touché, embrassé, aimé même si l'on peut dire une autre qu'elle, il ne pouvait rien contre ça et il se sentait sali... tellement sali... Alexander était quelqu'un de profondément pur en amour et avec énormément de règles morales, c'était ce qui régissait sa vie sentimentale et sans ça il se sentait perdu et plus que tout incapable.

Son aplomb et son narcissisme l'avaient soudainement quitté et il se mettait à douter de lui même, son intelligence avait failli, il était tombé dans un plan machiavélique et ne l'avait pas vu venir. Quel horreur, quel malheur, ce jour là il aurait dû voir qu'une serpentard se baladant chez Poufsouffle c'était anormal, bien trop anormal, il aurait dû être plus méfiant... mais comment se douter qu'une fille de douze ans ferait ça ? Et pourtant il connaissait Myrielle mais... jamais elle ne montait des plans comme ça. Qu’est ce qui était passé par la tête de cette folle de Dawn machin chose ? Il était tellement frustré et malheureux qu’il en avait oublié son nom de famille… vraiment pourquoi eux… pourquoi TOUJOURS eux…

Il était plongé dans toutes ces pensées amères, c'était vraiment dommage car il avait prévu de longues dates les cadeaux de Noël et de white day de Aelita et il n'aurait pas l'occasion de les lui offrir... peut être anonymement par courrier ? A voir.

Il mit la main dans l'herbe légèrement humide d'eau sur le point de gelée, il ne sentait plus le froid, il ne souffrait même plus. En fait il était sur le point de sombrer dans un sommeil dangereux, un sommeil presque mortel.

Il ne pensait plus qu'à elle et elle uniquement quand peu à peu il s'affaissa, fiévreux déjà, son carnet si précieux tombant de sa poche et glissant jusque sur la surface du lac.


[530 mots]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Sommeil Dangereux [Aelita]   Mer 27 Sep - 23:17

Le 14 février 1992, je crois que je n’oublierais jamais cette date, je me réveillais, où plutôt on me réveilla car quelqu’un ou quelque chose avait sauté sur mon lit. Je levais les yeux, pour voir et je vit des yeux verrons en train de me fixer, ils avaient une fente noir en leur centre.

Tu m’as réveillé alors que je faisait un beau rêve, lui dis-je en le regardant.

Le chat se mit à miauler et à me lécher le bout du nez comme pour s’excuser.

Ca va c’est bon, de toute façon maintenant je suis réveillée, dis-je en regardant le médaillon sur lequel il faisait marqué j’appartiens à Clara Toppinen. Je parie que tu es un cadeau de Blaise, y a que lui pour offrir un animal à sa petite copine pour leur un an, me dis-je à haute voix avant de sauter du lit pour me rendre à la salle de bain.

Le chat m’y suivit, en se frottant à mes jambes, je me déshabillais alors que le chat se cachait sous ma chemise de nuit que j’avais jeté par terre.

On dirait que mon odeur te plait, mais ne t’y habitue pas car tu n’es pas à moi mais à Clara !, lui dis-je avant de m’engouffrer dans la douche. Je pris une douche bien chaude et au bout d’un moment je sentis à nouveau un frottement contre mes jambes.

Non mais c’est pas vrai, tu manques vraiment de tendresse où quoi ?, lui demandais-je en regardant le chat qui était désormais trempé. En plus, tu sais que ça ne se fait pas d’aller voir les filles sous les douches !, dis-je en le soulevant pour constater qu’il s’agissait bien d’un mâle, bien sûr pourquoi aurais-je dû douter ?, me demandais-je en faisant sortir le chat de la cabine pour pouvoir finir ma douche tranquillement, mais rien n’y fit il revint à la charge -_-‘.

J’avais fini par le tolérer dans la douche, je plaignis Clara de tout mon cœur car ce chat était vraiment très collant, je n’avais jamais vu ça. Je m’habillais, mis ma robe de sorcier et enferma le chat dans le dortoir des filles de seconde année.

Ouf, enfin débarrassée, me dis-je en souriant et en me rendant vers le lac, j’avais besoin de prendre l’air, et par le temps qu’il faisait c’était idéal.

J’avais encore le gâteau d’Alexander dans une de mes poches et je ne savais pas si je devais aller lui porter ou non, la balade allait s’en doute m’apporter la réponse que j’attendais, du moins je l’espérais. C’est alors que prés du lac gelé, j’aperçu une silhouette que je connaissais bien, je me mis en marche pour arriver jusqu’à lui. Une fois sur place, je ne savais plus quoi faire, j’avais peur qu’il me rejette comme la dernière fois, je m’installais près de lui sans dire un mot, puis au bout d’un moment, je sortis le gâteau que j’avais fait pour lui d’une de mes poches et lui tendis.

Je sais qu’on est plus ensemble mais je tenais à te le donner, j’aurais voulu au moins que l’on reste ami…, mais peut-être que tu ne le souhaites pas. Je n’attends pas de cadeau, ni quoi que ce soit de ta part, c’est juste que…, je tenais à te dire que tu me manques, voilà, lui dis-je en me relevant pour partir.

******
563 mots
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Sommeil Dangereux [Aelita]   Jeu 28 Sep - 18:56

Il entendit les paroles de la jeune fille comme à travers un bourdonnement gênant, sa fièvre augmentait mais à ces mots son désespoir, lui, diminuait et il eu la force d’attraper sa main.

- A… attend !

Il la re-tutoyais sous le coup de l’émotion et parce qu’elle était de toute façon la seule à qui il avait jamais voulu ouvrir son cœur. Il n’avait pas pu lui dire tout ce qu’il voulait avant leur séparation forcée et il n’avait pas pu après parce qu’il avait trop honte de s’être fait avoir.. ; maintenant il rassemblait ses dernières forces pour elle, pour lui parler…

- Je… je n’ai… je n’aime que toi… je te le jure… j’étais… sous l’effet… d’un filtre… je… suis… désolée…

Il avait du mal à parler car il avait attrapé froid, maintenant il regrettait de ne pas s’être couvert un peu plus.

- Je m’en veux… je suis tombé… dans son piège… pardon… je n’ai jamais voulu être l’instrument de ta peine…

Il vit alors son carnet sur la glace, il se pencha et l’attrapa, il était frigorifié mais bizarrement il avait totalement repris ses esprit.

- Tu… me manque aussi… je ne suis peut être plus digne de toi mais… si tu voulais bien… j’aimerais… qu’on recommence… je ne te demande pas le pardon… juste une chance de recommencer… ma vie perd de son sens quand tu n’es plus à mes côtés… tu..

Il s’interrompit car il n’avait jamais vraiment osé lui parlé tant à cœur ouvert, il avait toujours craint que ce soit trop lourd pour elle, qu’elle en souffre et lui il ne souhaitait que son bonheur.

- Tu… m’as donné une raison d’espérer que les choses changent… une raison de vivre et de croire que ma vie existait pour quelque chose et non pas seulement pour payer les crimes de ma famille.

Il était à genoux alors qu’elle était debout non loin de lui, il attrapa une nouvelle fois la main de la jeune fille et plongea son regard dans le sien, il n’avait pas ses lunettes car elles étaient tombé et la fièvre lui donné des yeux plus brillant que la normal. Sa main était gelé mais sa voix elle était au contraire pleine d’un feux inconnu.

- Mon honneur est souillé mais mon cœur lui n’a d’yeux que pour toi et n’a jamais cessé de se tourner vers toi… je peux le jurer en mon âme et conscience sur tout ce que tu voudras.

Il sortit rapidement quelque chose de sa poche :

- C’est pour toi. Ton cadeau de Noël.

A l’intérieur d’une boite se trouvait un bracelet avec une perle unique sur lequel était gravé le symbole japonais amour, la perle était véritable et le bijoux avait été acheté avec toutes ses économies dés le début du mois de décembre, autant dire que c’était le bas de laine d’une vraie fourmis qui y était passé. Le reste du bracelet était en argent, moins coûteux que l’or, et le tout était très fin et on sentait que ça sortait d’une grande bijouterie.

- Crois moi ma bien aimée…

Il était vraiment dans l’inquiétude la plus extrême, tant et si bien qu’il ne sentait plus vraiment la douleur autre que celle de son esprit.

[544 mots]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Sommeil Dangereux [Aelita]   Jeu 28 Sep - 21:27

Je sentis la main d’Alexander m’attraper, mais je n’avais pas eu la force de me retourner pour le regarder. Sa voix me paraissait faible et lointaine, comme si il était malade ou allait le devenir, ses paroles…, par Merlin, je crois que je n’oublierais jamais ses paroles. Mon cœur se serra dans ma poitrine quant il me dit je n’aime que toi, comme j’aimerais le croire, ses paroles étaient vrai il ne me mentait pas je le sentais au plus profond de moi, je ne sais pas pourquoi mais je le ressentais comme ça. Certain de ses mots me blessèrent et me réconfortèrent à la fois, me blessèrent car il avait souffert au tant que moi, sinon plus.

*Alexander mon tendre ami, je vous crois et je vous pardonne, vous m’avez tellement manqué je me suis sentie si seul sans vous*, me dis-je en retenant mes larmes.

Alexander, dis-je en me retournant vers lui, je défis ma cape et la posa sur ses épaules, il était frigorifié, mon amour tu es gelé, lui dis-je sans prendre grand attention à son présent.

Ce qui m’importait avant tout c’était lui et rien d’autre, il était ce que j’avais le plus cher, j’aurais dû me rendre compte de cela plutôt mais ce n’est qu’une fois qu’on a perdu quelqu’un qu’on se rend compte de la place importante qu’il avait dans nos cœur.

Je t’aime, je n’ai jamais cessé de t’aimer, Alexander et je te crois, je te crois, lui dis-je avec les larmes aux yeux, tu m’as tellement manqué Alexander, lui dis-je en le serrant dans mes bras, rentrons sinon tu vas attraper la mort, allons nous réchauffer dans la Grande Salle, lui dis-je en le regardant droit dans les yeux.

Je l’aidais à ce mettre debout, il était faible je le sentais mais je l’aidais à tenir droit pour qu’il avance vers le château.

La prochaine fois, pense à prendre quelque chose de chaud pour te couvrir, je ne voudrais pas te perdre une nouvelle fois, lui dis-je en mettant devant lui, je soulevais mes tallons pour être à sa hauteur et l’embrassa tendrement. Je ne veux plus jamais que tu me quittes, moi j’ai le droit de te quitter, vu que je l’ai déjà fait, mais pas toi ! lui dis-je avec un sourire espiègle. Je t’aime Alexander, lui dis-je en le soutenant du mieux que je pouvais.

Il fallait qu’Alexander se réchauffe, La Grande Salle était pour moi le meilleur endroit car il y faisait toujours bon, chaud en hiver, frais en été. Puis si il tombait malade là il faudrait se rendre à l’infirmerie, lieu honnis par nombre d’élève, mais celui qui faisait un tour régulièrement c’était le célèbre Harry Potter, cette année encore on était sûr de le voir couché sur un des lits. Mais bon, ce qui me préoccupé pour le moment n’était pas Harry Potter mais bien mon cher et tendre Alexander, qui allait sûrement avoir une bronchite ou pire. Heureusement madame Pomfresh était toujours gentille envers ses patients…, enfin certain…, il est vrai qu’avec les Serpentard quelque fois elle n’allait pas avec le dos de la cuillère.

[La Grande Salle]
*****
522 mots
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sommeil Dangereux [Aelita]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sommeil Dangereux [Aelita]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» Haïti : Un dangereux précédent par Patrick Elie
» Kylan Hummel [ACCEPTE] ~ Poufsouffle (4e année)
» Exécution d'un dangereux bûcheron [Torino Island, Rang S, Solo, Contre-attaque][Réservée]
» Malade [Aelita]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 2-
Sauter vers: