AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Etrange mais pas folle, battue mais pas victime [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Indépendant

Parchemins : 1486
Âge : 20 ans {29 mars 1993}
Actuellement : étudiante en art/vendeuse dans une boutique de BD moldue


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Etrange mais pas folle, battue mais pas victime [PV]   Dim 7 Avr - 11:27


Étrange n'est pas folle..

« Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensé. »


    Linwood avait toujours eu des problèmes relationnelles avec les autres. Petite fille, elle ne supportait pas de porter des couleurs pastels, elle avait une nette préférence pour le gris, le blanc, le noir et le violet, mais surtout le noir. Et elle était rousse. On se moquait d'elle. Après, il y avait eu l'accident. Si pour les parents de Wood cela avait été le début du calvaire, pour la jeune fille, ça avait plus raisonné comme une révélation. Certes, sa vie était devenue compliquée à bien des égards car le souvenir de la boue nauséabonde la hantait chaque jour, néanmoins, elle avait aussi découvert que l'avis des autres ne lui importait pas. Mieux : ne devait pas lui importer. Si elle était prête à faire des efforts pour guérir, c'était pour ses parents, pour son frère, car au fond, porter des gants, ne rien toucher, ça ne la rendait mal à l'aise que lorsqu'elle aurait voulu pouvoir faire faire autrement. C'est à dire rarement. Elle vivait avec ses TOC, elle les avait apprivoisé. Ils étaient une partie d'elle. Le style gothic lolita avec des rubans et des robes longues ne jurait pas avec sa collection de jolies gants. Ce n'était pas comme si elle en mettait des affreux, vrai ? Et ceux qu'elle mettait avec son uniforme, des noirs très discrets ou des blancs avec un ruban jaune, elle les trouvait simplement adorable. Wood n'acceptait pas qu'on la rejette pour ses différences. C'était de la discrimination sur l'apparence. Elle ne faisait de mal à personne, elle n'obligeait personne à l'aimer non plus, elle voulait seulement qu'on lui fiche la paix !

    Si à Poudlard c'était le cas la plupart du temps, il y avait toujours un moment où les choses dérapent. Linwood ne savait pas très bien comment ça avait commencé mais pour la énième fois dans sa jeune vie, elle avait fini contre un mur, puis par terre. Son regard d'un bleu clair comme un ciel d'été fixait avec animosité ses assaillants, mais elle ne répondait pas aux coups. La violence la répugnait. Ils n'étaient pas bien forts d'ailleurs, ils la maltraitaient pour s'amuser. Une violence sans haine n'a pas d'écho dans le cœur, elle n'a, pour tout dire, aucun intérêt.

    Cela ne dura pas longtemps. « Eh ! Les mecs ! Quelqu'un arrive ! » Ils partirent tel une nuée d'oiseaux sans demander leur reste. Wood se releva, s'asseyant contre le mur, réfléchissant à ce qu'elle pourrait faire pour se venger. Ce n'était peut-être pas très Poufsouffle, mais elle ne comptait pas rester une victime, il fallait qu'elle leur montre qu'on ne s'amusait pas à maltraiter les plus jeunes impunément. Il faudrait qu'elle demande à ses camarades plus âgés. Une bonne vieille farce devrait les guérir.

    Elle sortit de sa réflexion lorsqu'elle s'aperçut au bout de quelques secondes que la personne qui arrivait ne passait pas son chemin et s'était arrêté. Elle leva les yeux et reconnut une de ses connaissances. C'était un garçon qu'elle avait rencontré un jour où elle cherchait un livre à la bibliothèque, depuis, ils discutaient ensemble quand ils en avaient l'occasion.

    « Tiens, salut Max. Tu es passé pile au bon moment. » Elle ne savait pas quelle tête elle faisait exactement, mais son expression n'était pas celle d'une fille qui venait de se faire frapper même si les quelques bleus (sans gravité) qui commençaient à apparaître aurait pu laisser croire qu'elle fondrait en larme. En fait, elle était moins préoccupée par les bleus que par la poussière du sol qui avait sali son visage. Elle fit d'ailleurs le geste d'ouvrir son sac pour prendre ses lingettes nettoyantes. La poussière... ce n'était pas de la saleté liquide donc ça ne lui donnait pas de malaise, mais ça restait de la crasse, elle détestait ça.

{631}

CALME
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 502
Âge : 20 ans {26/08/1992}
Actuellement : Employé au Département des Jeux et Sports Magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Etrange mais pas folle, battue mais pas victime [PV]   Lun 8 Avr - 18:32



Maximilien & Linwood
© Belzébuth


Quand il avait fait ses premiers pas dans le monde magique, Max l'avait d'abord idéalisé. Il avait cru que, contrairement à l'école moldue, à Poudlard on ne discriminait pas les élèves selon leurs origines. Et en un sens, il avait eu raison: on n'excluait pas spécialement un élève parce qu'il était Bulgare ou Américain plutôt qu'Anglais, ou selon sa couleur de peau. A ce niveau là, tout le monde était à peu près sur un pied d'égalité. Mais le blond avait vite été amené à réaliser qu'au lieu de ça, certains jugeaient les autres selon leur sang. Et étant né moldu, il avait été un des premiers de son année à en faire les frais. Certes, le temps de Voldemort était révolu mais les pro-sang purs ? Ils n'avaient pas tous disparu, loin de là. Et puis, au-delà de ça, il y avait les jugements classiques: discriminer selon l'apparence semblait être universel. Moldu ou sorcier, même combat au final. Alors certes, le Serdaigle avait tendance à classer, dans son esprit, ses camarades selon leur culture - pas leurs prouesses académiques, lui-même était bien placé pour savoir que briller en classe ne faisait pas tout -, mais en venir aux mains pour faire valoir son avis ? C'était une méthode qu'il laissait à son frère, et aux autres grosses brutes.

A la base, il se trouvait un peu par hasard dans les sous-sol. Il savait que la salle commune des Poufsouffle se situait plus ou moins par là, et il se disait qu'il arriverait peut-être à y croiser Ava, histoire de l'embêter un peu, voire de bosser ensemble sur le devoir de Potions qu'ils avaient à rendre sous peu. Mais il venait à peine de dévaler escaliers y menant depuis le Grand Hall lorsqu'il entendit des rires gras et un bruit sourd. Il avait un mauvais pressentiment, aussi accéléra-t-il le pas, se dirigeant droit vers les l'origine de voix qu'il percevait de plus en plus clairement. Il s'agissait d'une bande d'élèves - ils n'avaient pas l'air bien plus âgés que lui -, si on passait outre le manque évident de subtilité dans leur façon de s'esclaffer ou leur vocabulaire peu développé - il les classait typiquement parmi les élèves à ne pas fréquenter, trop peu de neurones -, ils auraient pu apparaître comme innocents. Oui mais... ils ne l'étaient pas. Une fois qu'ils aperçurent le blond, ils détalèrent sans demander leur reste, et Max put contempler ce qui était à l'origine de bruit sourd: Linwood était à terre. Il ne l'avait pas vue tant qu'il était loin, tant elle était encerclée par le petit groupe de décérébrés, mais maintenant qu'il était plus proche, il n'y avait aucun doute à avoir.

Max courut sur les derniers mètres restants, les poings serrés. « Wood ? » Il était partagé entre l'inquiétude et la colère. Ce qui s'était passé - dans les grandes lignes - semblait assez évident. Le Serdaigle n'était pas très doué pour se battre. Il se bagarrait souvent avec son frère aîné, quand il était à la maison, et même si ça pouvait devenir assez violent à l'occasion, Jer était bien la seule personne avec qui il se retrouvait confronté sur le plan physique volontairement. Il se prenait des raclées monumentales, en plus. Mais là, quand il voyait sa camarade dans cet état - et même s'il n'était pas aussi proche d'elle qu'il ne l'était d'Aélys, par exemple, qui était après tout sa meilleure amie -, il avait sérieusement envie de rattraper ces crétins et de leur mettre son poing dans la tronche. Voire d'avoir recours à sa baguette, il était meilleur à ce jeu là. Il ne comprit pas vraiment comment sa cadette pouvait réagir avec autant de calme. Elle semblait mal en point, mais pas anéantie. « Est-ce que ça va aller ? Tu veux que je t'emmène à l'infirmerie ? » demanda-t-il en l'observant avec sollicitude, hésitant encore sur l'attitude à adopter. Elle semblait tellement frêle, il n'arrivait pas à croire que quelqu'un ait pu lui faire du mal délibérément. Elle lui rappelait un peu Alex. Et pourtant, le regard de la jeune Poufsouffle n'était en aucun cas celui d'une petite fille fragile. Il tendit la main pour l'aider à se relever, avisa les lingettes nettoyantes et connaissant un peu les manies de sa camarade, décida qu'il valait mieux la laisser se remettre peu à peu. Il se laissa glisser contre le mur, s'asseyant à côté d'elle. « Il s'est passé quoi exactement ? C'est qui ces mecs, tu les connais ? C'est la première fois que ça se produit ? » enchaîna-t-il, les sourcils froncés. Il n'avait pas vraiment l'habitude de ménager son interlocuteur. Il voulait savoir clairement ce qui s'était passé, et s'assurer que sa camarade allait - relativement - bien, avant de faire quoi que ce soit - à savoir, potentiellement se lancer à la poursuite de ces abrutis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Indépendant

Parchemins : 1486
Âge : 20 ans {29 mars 1993}
Actuellement : étudiante en art/vendeuse dans une boutique de BD moldue


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Etrange mais pas folle, battue mais pas victime [PV]   Jeu 11 Avr - 13:17


    « L'infirmerie ? Pourquoi faire ? » Elle n'avait que quelques bleues, elle finirait par s'en remettre toute seule, pas besoin d'aller à l'infirmerie. Ce dont elle avait vraiment besoin, là, maintenant, c'était de se débarbouiller le visage de la poussière qui s'y trouvait (on se demandait vraiment ce que fichait Rusard pour que ce château soit toujours aussi sale!). Ainsi, elle prit ses lingettes et se les passa sans ménagement sur le visage. Elle n'hésitait pas à frotter, quitte à se faire les joues un peu rouge. Il fallait qu'elle soit propre, toujours, c'était réellement très important à ses yeux. Elle savait bien que beaucoup de gens ne comprenaient pas ses manies, mais ce n'étaient pas parce qu'ils pouvaient vivre dans un univers microbien et sans hygiène qu'elle devait en faire de même.

    « Je ne les connais pas personnellement, mais il est déjà arrivé que je les croise. Jusqu'ici, ils s'étaient contentés de se montrer désagréable, il faut croire qu'aujourd'hui ils s'ennuyaient. » Elle n'avait pas cherché à comprendre le geste des jeunes garçons. D'après elle, il n'y avait jamais de raison valable pour des actes pareils. La plupart du temps, ça commençait par une boutade à l'intérieur du petit groupe du genre : A dit à B Eh t'as vu cette mocheté, elle est comme toi, vous iriez bien ensemble, B répond quelque chose comme 'Tain mais t'es vraiment naze, t'as vu sa tronche!, et c'est à C de renchérir Ouai, une fille comme ça, on devrait la cacher. Et bam, ça y est, c'était parti. La pauvre demoiselle qui était visée alors qu'elle n'avait rien demandé passe à côté d'eux, à leur hauteur, et c'est là qu'elle se fait bousculer. Si elle a le caractère de Wood (c'est à dire celui de quelqu'un qui en a un peu marre de se faire traiter de bizarre ou de moche à tout bout de champ), la fille répond, et la bousculade devient une brimade en règle. Le dos de la fille rencontre le mur, puis une gifle vole, et la fille finit par terre. C'était plus commun que ce qu'on croyait. La violence était devenue quelque chose de banal. Encore que le verbe devenir était ici inapproprié. L'Histoire prouvait que la violence était une partie du genre humain qu'on ne saurait nier. Wood n'irait jamais jusqu'à dire que le fait qu'elle existe la justifiait, seulement, elle mieux que quiconque avait appris que parfois il valait mieux ne pas lutter et attendre que ça passe. Elle n'était pas de taille face à trois garçons plus âgé de toute façon, et elle comptait sur sa passivité pour les lasser.

    « ça semble te contrarier ? » remarqua-t-elle en se tournant vers son camarade. « Il ne faut pas, tu sais, j'ai l'habitude. C'est à cause de gens comme eux que je porte des gants, et pourtant, je suis persuadée qu'à force de se comporter comme des imbéciles, les idiots payent. La chance ne peut pas toujours être du même côté. » Elle termina de se débarbouiller avant d'ajouter. « Mon rêve ce serait que plus tard, je sois chef d'une petite entreprise avec les bêtas sans cervelles qui me bousculent ici sous mes ordres. Mais comme ce n'est pas pour tout de suite, il va falloir que je trouve un plan applicable dans un avenir plus proche. Si tu as des suggestions, je suis preneuse. » Elle aurait tout aussi bien pu se lever et se faire raccompagner par max' quelque part, mais même si elle ne le montrait pas, cette altercation l'avait quand même un peu remué, donc elle se laissait le temps d'avoir les jambes qui flageolent moins avant de se lever.


Dernière édition par Linwood Saroyan le Lun 29 Avr - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 502
Âge : 20 ans {26/08/1992}
Actuellement : Employé au Département des Jeux et Sports Magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Etrange mais pas folle, battue mais pas victime [PV]   Ven 19 Avr - 23:20

Max était clairement déconcerté par le calme qu'affichait Linwood. S'il avait été à sa place, il aurait tremblé de rage, crié, fait quelque chose. Il avait beau ne pas avoir la carrure nécessaire, il n'était pas prêt à se laisser faire, d'où ses nombreuses altercations avec Jer qui se terminaient en batailles apocalyptiques. Il le prenait trop à coeur, et ça finissait forcément mal. Quoiqu'il en soit, il était pratiquement à deux doigts de péter un câble à la place de Wood, là tout de suite. Mais plutôt que de perdre son sang-froid immédiatement, et de partir en chasse des imbéciles, le blond prit le temps de vérifier que sa camarade n'était pas trop mal en point. Il était prêt à l'emmener à l'infirmerie si nécessaire. « Ben je sais pas, ils t'ont pas fait mal ? Madame Pomfresh peut soigner ça. » répondit-il avec simplicité, scrutant le visage de sa camarade à la recherche d'une quelconque blessure alarmante. Hormis les bleus, il ne distinguait pas grand-chose, mais en même temps il ne pouvait pas exactement ausculter Linwood pour faire un bilan complet.

« J'te comprends pas. » finit-il par déclarer suite à la réponse de la rouquine, n'y tenant plus. « Pourquoi t'es aussi... impassible ? C'est pas normal qu'un truc pareil se produise ! Ces mecs sont des abrutis finis. » protesta-t-il en s'énervant rien qu'à y repenser. Linwood paraissait tellement... blasée ? Preuve que cet incident n'était pas une première, elle ne serait pas aussi calme autrement. Il était dégoûté à l'idée qu'elle ait pu s'habituer à un tel traitement. Révolté que des mecs puissent traiter une fille de douze ans comme ça. Alex avait le même âge. Et comme Linwood - bien qu'à sa façon -, elle ne passait pas nécessairement inaperçue. Il n'était pas question qu'il laisse un truc pareil lui arriver. Ou à Linwood à nouveau, d'ailleurs. Il y avait bien quelqu'un qui était en mesure de régler le problème, non ? S'attaquer physiquement et à plusieurs à un autre élève, ça méritait bien une exclusion, de son point de vue. « Oui ça me contrarie, et tu devrais l'être davantage, Wood ! On ferait mieux d'aller en parler à McGonagall, ou Flitwick. » décida-t-il avec conviction, s'attendant déjà à ce que sa camarade proteste. Il savait qu'en référer aux adultes n'était pas toujours la meilleure solution - au vu des risques de récidive / vengeance -, mais là, il ne pouvait pas laisser passer ça.

Il haussa les épaules, pas très convaincu par le raisonnement de la Poufsouffle, qui consistait à dire qu'ils le paieraient un jour. Oui mais, et en attendant ? Contrairement à ce que le blond commençait à redouter - à savoir qu'elle était prête à accepter cette réalité en attendant un futur meilleur, où elle pourrait mener cette bande de crétins à la baguette (ce qui était parfaitement réalisable, du point de vue du blond, il ne contestait pas cette idée) -, la rouquine en vînt finalement aux faits: rêver d'un avenir meilleur n'était pas tout, il fallait aussi trouver une solution immédiate. Il avait déjà proposé son plan: en parler directement aux profs, mais il n'était pas certain que c'était là où Linwood voulait en venir. Pour la première fois de sa scolarité, Max regretta que Roy Bradley ne soit pas dans les parages. Certes, il était bruyant et de son point de vue, assez niais, mais il avait le mérite d'être suréquipé en farces attrapes, utiles quand on voulait jouer un tour à quelqu'un. « Je suis sûr que tu pourras réaliser ton rêve, et j'suis d'accord pour dire que se comporter comme des grosses brutes décérébrées ne leur suffira pas pour réussir dans la vie, mais effectivement, le mieux ça resterait de leur donner une leçon maintenant. » acquiesça-t-il vigoureusement, faisant tourner les rouages de son cerveau. Tout seul, il n'était pas capable de s'attaquer aux trois crétins, sauf via la magie, peut-être ? Mais serait-ce suffisant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Indépendant

Parchemins : 1486
Âge : 20 ans {29 mars 1993}
Actuellement : étudiante en art/vendeuse dans une boutique de BD moldue


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Etrange mais pas folle, battue mais pas victime [PV]   Lun 29 Avr - 15:35

    Linwood baissa les yeux pour voir s'il y aurait une blessure quelconque qu'elle n'aurait pas encore senti (sous le coup de l'émotion), mais non, sa chemise était froissée mais toujours bien boutonnée, le tissu l'avait protégé des éraflures lors de sa chute (au moins un avantage à être toujours très couverte...), elle n'avait donc bien que des bleus. « J'ai quelques bleus parce que je me suis cognée et que j'ai rencontré d'un peu trop près une de leurs épaules, mais sinon, je dirais que tout va bien. Enfin, en tout cas, je n'ai rien qui nécessite d'aller à l'infirmerie. » Elle ajouta aussi, juste au cas où son ami aurait voulu insister : « En plus, je préfère ne pas y aller, elle risquerait d'alerter mes parents, et ça n'en vaut pas la peine. » Elle était beaucoup moins angoissée qu'eux. Beaucoup disaient qu'elle réagissait comme ça parce qu'elle était un peu lente. Et il était vrai qu'elle avait un côté naïf, simple, et qu'elle parlait lentement, cela dit, elle n'était pas idiote, elle savait que ses parents penseraient la protéger en intervenant auprès de la directrice et que ça ne ferait qu'envenimer une situation déjà compliquée. Elle se montrait passive parce qu'elle n'avait pas envie de se fâcher pour ça. Peut-être parce qu'elle était peu réactive par nature (aussi, fallait bien le dire), elle avait l'impression que si elle se mettait d'un coup à éclater, elle tomberait dans un autre type d'excès et qu'elle n'en aurait que plus d'ennuis encore.

    « Quelque part, si, c'est normal. Pas dans le sens où c'est bien, mais dans le sens où c'est humain. Mes cheveux roux, ma façon de parler, de m'habiller... je suis différente. Toute notre histoire est remplie d'intolérance, regarde la dernière guerre, c'en est un exemple flagrant, et il n'a que quelques années. Je n'ai pas envie de me pourrir l'existence pour des imbéciles. » Comme beaucoup de gens dans sa situation, elle en avait simplement pris son parti et avait décidé avec une certaine sagesse de ne pas s'en préoccuper outre mesure. Après tout, à quoi bon ? Ils ne méritaient pas qu'elle s'en préoccupasse plus longuement. Surtout qu'elle ne les changerait pas, même en faisant des efforts. Et elle ne changerait pas non plus, ça semblait évident. Elle s'aimait bien, elle, à défaut que ce sentiment soit partager.

    « Non. » Elle n'irait pas voir un professeur, une infirmière, un adulte quoi. « Je te l'ai dit, je ne peux pas me payer le luxe qu'on prévienne mes parents. Ils ne sont déjà pas très enthousiastes à l'idée que je sois en internat, alors s'ils savent que j'ai des ennuis – aussi ponctuels soient-ils -, ils me retireront de force de l'école. » Et puisque Aiden était ici, elle comptait bien y rester avec lui. Savoir que son jumeau respirait le même air qu'elle suffisait à le rendre plus pur. Après tout, il n'y avait personne de plus gentil que lui sur cette planète, et vu qu'il existait, Wood n'avait pas totalement perdu foi dans le reste de l'humanité. D'autres personnes dans cette école était gentille, Max' par exemple, il ne fallait pas faire d'amalgame douteux à ce propos. Mais ses parents se faisaient déjà tant de soucis qu'ils feraient des raccourcis fâcheux. Ce qui, d'un point de vu autre que celui de la principale concernée, se justifiait aussi...

    Restait (maintenant que les choses étaient posées) à trouver une solution pour se venger qui n'impliquait pas les adultes. Wood hésitait. Elle n'était pas une grande habituée des vengeances, préférant le sarcasme. Mais elle doutait que des brutes pareilles comprennent un tant soit peu l'ironie, il leur fallait donc une leçon moins théorique. « On pourrait peut-être faire tomber un sceau d'eau sur leur passage, c'est un classique indémodable. » Réfléchit-elle à voix haute, peu imaginative en la circonstance. « Sinon, il faut demander à quelqu'un qui s'y connaît mieux en farce. Je ne tiens pas à utiliser la violence, je préférerais... je ne sais pas... les vexer disons. » Surtout que niveau violence, Wood se disait qu'elle n'avait juste aucune chance. Elle était d'un petit gabarit en plus de n'avoir que douze ans et d'être une fille.


{699}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 502
Âge : 20 ans {26/08/1992}
Actuellement : Employé au Département des Jeux et Sports Magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Etrange mais pas folle, battue mais pas victime [PV]   Jeu 2 Mai - 19:24

Maximilien était rassuré de savoir que Linwood n'avait rien de grave (d'après ses propres vérifications), même s'il aurait préféré l'amener à l'infirmerie pour en être entièrement sûr. Bon après, objectivement, il était conscient qu'elle n'avait rien de cassé, et qu'elle n'était pas en train de se vider de tout son sang par terre. Elle avait été brutalisée, mais pas trop amochée. Il n'était pas plus serein pour autant. "Tout va bien" restait donc tout à fait relatif, et il était parfaitement conscient que son amie cherchait surtout à le rassurer histoire qu'il ne fasse pas tout un scandale dans l'immédiat. Bien que toujours ébranlé, il comprenait néanmoins - à peu près -, les craintes de la rousse, et ne chercha par conséquent pas à la forcer à aller où que ce soit. « Bon, si tu le dis alors... » accepta-t-il, battant en retraite sur ce front là. Si seulement il connaissait lui-même quelques sortilèges de soin, il aurait pu lui proposer une solution d'appoint pour les bleus, mais malheureusement, ce niveau de magie n'était pas au programme de troisième année.

L'histoire ne faisait que se répéter, Max était d'accord sur ce point, mais il refusait d'accepter cet état de fait comme une vérité immuable pour autant. Reconnaître que c'était normal, c'était laisser la voie ouverte à des abrutis de ce genre là. Certes, la dernière guerre n'avait pas suffi à éradiquer tous les préjugés - ce serait trop beau -, mais l'idée, c'était de continuer à sa battre encore et encore, jusqu'à ce que ça finisse par rentrer, non ? Il était loin d'être un utopiste, il se doutait bien qu'il y aurait toujours des ignorants, et toujours des gens maltraités sur la base de prétextes fallacieux, mais ça ne l'empêchait pas d'être révolté pour autant. On le jugeait sur ses origines, on jugeait Linwood sur son apparence. Dans tous les cas, c'était ridicule. Beaucoup plus logique de juger sur la vivacité d'esprit, voyons ! « J'suis pas d'accord. » répondit-il, les sourcils froncés. S'il appliquait ce principe, alors il aurait été capable d'aller au-delà des remontrances de Jer, et de mettre un point final aux conflits qui les opposaient. Mais ça ne semblait pas près d'arriver. « C'est pas parce que c'est 'humain' qu'on doit l'accepter. Sinon à quoi a servi la guerre ? Dans tous les cas y aura toujours des idiots, mais si on contre-attaque, y a peut-être une chance de convertir ceux qui ont quelques neurones de plus que leurs congénères. » Il fixait un point du mur en face de lui, impassible. Peut-être que se montrer indifférent était la vraie bonne solution. Peut-être que trop montrer ses émotions dans ces cas là était une faiblesse.

Il soupira quand Linwood lui ré-affirma qu'elle ne ferait appel à aucun adulte. Il ne se sentait pas vraiment à la hauteur de la situation, en l'occurrence. Il aurait préféré qu'un professeur qualifié prenne en charge le problème. Mais à défaut d'avoir une solution miracle, ses pensées se focalisèrent sur un point: si ça avait été Alex à la place de Wood, il aurait tenu à être au courant. « Alors au moins ton frère. Il est au courant ? Il a pas franchement le physique pour faire peur à ces gars, mais si j'étais lui, je voudrais pouvoir agir. » reprit-il, scrutant le visage de sa camarade avec sérieux. Certes, Aiden était plutôt du genre gringalet, mais il était quand même à Serdaigle: peut-être aurait-il une meilleure option que la force brute, qui était essentiellement celle sur laquelle Max était figé pour l'instant. Il était tellement furieux qu'on ait traité son amie comme ça... Devant son impassibilité, il s'était quelque peu calmé - surtout qu'il était conscient de ne pas faire le poids -, mais il avait toujours envie d'en découdre.

Puisque Linwood refusait d'en référer aux adultes, il s'agissait donc pour les deux enfants de se débrouiller par eux-mêmes. Sa suggestion fut cependant accueillie par un hochement de tête négatif de la part du blond. « Pas assez humiliant. Il faudrait quelque chose qui leur foute vraiment la honte, et sans qu'ils puissent remonter à toi. Sinon les représailles seront encore pires. » Il s'interrompit, réfléchissant intensément. « Bradley est dans ta maison, tu le connais bien ? » interrogea-t-il, vert de devoir en recourir à l'aide du trublion en chef, mais conscient que c'était une bonne piste. Bradley était un vrai clown, mais il était également plus âgé, et plus expérimenté dans le domaine des farces. Les Poufsouffles étaient connus pour être solidaires entre eux, il y avait peut-être moyen de le mettre sur le coup. Max aurait préféré pouvoir faire sans, et il se jugeait en possession de capacités magiques suffisantes pour jeter un maléfice aux crétins, mais il n'était pas certain du processus à adopter.
[799]
TERMINER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Indépendant

Parchemins : 1486
Âge : 20 ans {29 mars 1993}
Actuellement : étudiante en art/vendeuse dans une boutique de BD moldue


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Etrange mais pas folle, battue mais pas victime [PV]   Sam 18 Mai - 21:41

    Wood avait envie de rétorquer que, par définition, une guerre ne sert à rien. C'est la lutte sans aucun sens de deux idées, la plupart du temps portée par des grands sorciers, des grands politiciens, des grands chefs de guerre, et ceux qui mourraient au combat étaient des petites gens, parfaitement normales, qui n'avaient rien demandé. Cependant, ce n'était pas politiquement correct de parler ainsi, souvent, on lui disait aussi que ce n'était pas de son âge, que c'était l'affaire des adultes et qu'elle ne devait surtout pas s'en mêler. Peut-être parce qu'elle avait déjà assez d'ennuis comme ça ?

    « Quand ils seront adultes, peut-être, à l'heure actuelle, je ne sais pas. » Pour ne pas dire qu'elle en doutait. Elle ne croyait pas possible de convertir des adolescents, des jeunes enfants peut-être mais à cette époque c'était elle qui était trop jeune, et maintenant, ils étaient vieux, ou du moins dans une très mauvaise phase de transition. Sa mère lui avait dit que c'était normal, Wood la croyait, après tout, c'était pas facile d'être un ou une adolescent(e), elle-même le vivait avec un sentiment mitigé alors qu'elle était encore assez petite fille dans l'esprit... en ce qu'elle ne s'intéressait pas aux garçons, et qu'elle se préoccupait de son apparence à sa façon, sans les contraintes sociales qu'impliquaient souvent la crise débutant vers 13/14 ans.

    « Aiden est au courant depuis... toujours... mais le pauvre n'y peut pas grand chose. » Elle savait que ça ennuyait son frère, mais il était impuissant à l'aider, un peu comme elle le serait si les rôles étaient inversés. « Alors je lui en parle, mais pas trop, ça lui ferait de la peine. » Chose qu'elle ne voulait surtout pas. Aiden était pacifiste dans l'âme (ça valait mieux vu sa carrure), pour autant, il risquait de se fâcher, et de se rendre compte qu'il n'était pas capable d'y changer quoi que ce soit. Il n'y avait rien de plus douloureux que d'être le spectateur de la douleur d'autrui dans ces conditions, et là, ils étaient jumeaux en plus. Et au-delà de tout ça, Wood voulait se débrouiller toute seule. Elle en avait marre d'être la source de soucis de son entourage (tout en étant la seule à ne pas s'inquiéter par ailleurs).

    C'est alors que Max' lui parla de Roy pour une vengeance plus travaillée. La rouquine n'avait jamais beaucoup parlé au jeune homme parce qu'il était plus vieux, mais elle savait qui c'était et ils avaient des rapports cordiaux (comme des bons camarades de maison qui ne sont pas du même âge quoi, ni plus, ni moins). Elle réfléchit quelques instants à cette option et hocha la tête de manière affirmative, songeuse. « Je n'y avais pas pensé, mais c'est vrai que je connais Roy et qu'il est meilleur que moi – nous – en blague en tout genre. Je devrais peut-être aller le lui demander. » Elle sourit à cette idée même si ça sous-entendait qu'elle allait devoir dire à une personne de plus qu'elle était le souffre douleur régulier de certains élèves. Enfin, ça n'avait pas d'importance. Elle n'était pas du genre victime à avoir honte d'en être une, ce n'était pas sa faute si les autres étaient idiots tout de même ! « Tu m'accompagnes pour le chercher ? » Parce qu'elle faisait la fière intérieurement, mais elle n'avait que moyennement envie d'aller se balader dans le château toute seule...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etrange mais pas folle, battue mais pas victime [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etrange mais pas folle, battue mais pas victime [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais t'es ou ? Mais t'es pas là ? Mais t'es ouuuu ?... [END]
» Mais t'es où ? Pas là, mais t'es pas là !
» [Validée]Kurogane Shinobu, folle moi? Mais non, c'est les autres qui sont tous fous! (finie)
» Galerie dédiée au corps d'Alex Turner et aux dessins d'un strangulot ( mais surtout sur le corps d'Alex :D)
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujet Clos année 15-
Sauter vers: