AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Escaliers farceurs [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministère

Parchemins : 516
Âge : 21 ans {26/08/1992}
Actuellement : Poursuiveur remplaçant dans le Club de Flaquemare


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Escaliers farceurs [ PV ]   Dim 4 Aoû - 11:07


Escaliers farceurs
Ava & Maximilien

© Belzébuth



On était à la fin du mois d’octobre. L’agitation créée par l’accident dans les serres de botanique avait fini par se dissiper, laissant place à la préparation de la fête d’Halloween. Par un mystérieux hasard – qui n’était pas si mystérieux que ça –, Halloween semblait être la pire période pour se retrouver coincé en compagnie de Roy Bradley. Si le brun était en temps normal un agité du bocal bruyant et remuant, il devenait alors plus surexcité qu’un gosse ayant abusé sur les sucreries. Maximilien quittait un double cours de Défense Contre les Forces du Mal concernant les contre-maléfices. Pendant les doubles cours, les élèves de Serdaigle étaient généralement associés à ceux de Poufsouffle, tandis qu’on mettait plus volontiers les Gryffondor avec les Serpentard, selon une tradition vraisemblablement ancestrale. Max’, pour sa part, trouvait cette pratique profondément stupide : les Lions et les Serpents étaient réputés pour entretenir une rivalité tendant occasionnellement vers le malsain. Quoi de plus suicidaire que de tous les enfermer dans une même salle, baguettes à la main, et de leur suggérer de tester des sortilèges d’attaque les uns sur les autres ? Dites tout de suite qu’il y a un sureffectif à Poudlard et que McGonagall a opté pour la solution sanglante pour régler le problème.

Cette association des maisons induisait deux faits : d’un, il ne partageait pas ces cours avec Aélys et Arthur, et ne pouvait donc travailler en binôme avec aucun des deux (et de toute façon, il les soupçonnait de se mettre ensemble, or les trio étaient proscrits), de deux, il y avait ainsi à Poufsouffle une élève de son année avec qui il travaillait depuis le début. Si cela s’était initialement fait par hasard, c’était aujourd’hui la source d’un certain enthousiasme auprès du blond. Il adorait enquiquiner McCornick. C’était d’ailleurs la consistance essentielle de leurs échanges pendant leurs premières années au château. Depuis, le blond avait un minimum mûri, et balancer des avions en papier sur ses camarades de classe paraissait d’un goût quelque peu douteux, mais il ne se lassait pas pour autant d’asticoter l’Ecossaise. C’était trop tentant.

Au sortir du cours de Défense, il était justement à la recherche de sa camarade. Elle était sortie de la salle plus vite que lui, mais il avait besoin de lui parler concernant le devoir d’Astronomie qu’ils devaient rendre à deux. Ils avaient une carte du ciel à remplir pour la semaine suivante, et même si l’Astronomie était loin d’être son domaine de prédilection, le Serdaigle avait pris le temps de se renseigner une fois le devoir donné. Il n’avait vraiment pas envie de passer pour un imbécile auprès d’Ava. Il ne se définissait pas uniquement par ses connaissances, mais c’était une grande part de l’image qu’il tâchait de renvoyer à ses camarades. C’était un peu différent avec Ava, parce que depuis ils étaient devenus amis, et elle savait des choses le concernant autres que les informations de base (passionné de Quidditch, un peu condescendant à l’occasion, pas très loquace concernant ses émotions). Elle connaissait quelques bribes d’informations concernant sa vie de famille, tout comme il en avait appris au sujet de la sienne. Malgré tout, le Serdaigle s’était investi en Astronomie plus qu’il ne le faisait d’ordinaire, histoire peut-être, d’essayer d’impressionner McCornick.

Cependant, un ralentissement inattendu vînt compliquer sa tâche : Bradley (mâle) avait engagé le mode « hyperactif édition Halloween » et encombrait le couloir avec ses idioties. Ce type était une plaie. Pas méchant, certes, et sans doute moins crétin que son autre collègue de Poufsouffle, Spencer, mais irritant malgré tout. Il savait se rendre utile à l’occasion – il l’avait fait lorsque Linwood avait eu besoin de son aide –, aussi Max’ ne le détestait-il pas ardemment, mais il était clair que moins il le voyait, mieux ses nerfs se portaient. Esquivant une pluie de chauve-souris, le Bleu et Bronze se pressa dans la direction qu’avait pris Ava quelques minutes plus tôt. Il accéléra le pas, apercevant la chevelure rousse de la Poufsouffle, venant de rejoindre la plateforme d’un escalier mouvant. Escalier qui semblait prêt à s’envoler vers d’autres cieux. Mettant ses entraînements de Quidditch – et les séances de footing imposées par leur entraîneur – à profit, le blond piqua un sprint, et parvînt à rejoindre in extremis la plateforme. Un dérapage contrôlé plus tard, il atterrissait tout sauf conventionnellement devant Ava. Bonjour la honte.

« C’était juste ! » remarqua-t-il en tâchant de jouer la carte de la décontraction. Genre « oui, je fais ça tous les jours, pourquoi pas toi ? ». Il se redressa sans attendre, et s’aperçut d’une chose : l’escalier s’était immobilisé. En plein milieu de sa trajectoire. « Rhâ mince, il est coincé. » observa-t-il grâce à la sagesse légendaire des Serdaigle en faisant quelques pas sur le côté pour jeter un coup d’œil au vide infini qui se profilait à perte de vue. Ce genre d’imprévus étaient loin d’être rares. Ces maudits escaliers n’en faisaient qu’à leur tête. Si on y ajoutait l’énigme de la salle commune de Serdaigle, et sa situation géographique, on faisait clairement tout pour mettre des bâtons dans les roues des Aigles sans doute pour laisser une chance aux autres maisons. Oublier quelque chose dans son dortoir un matin de cours revenait soit à tirer un trait soit sur ledit objet, soit sur ses chances d’arriver à l’heure en classe. « Heum, je te cherchais pour te parler du devoir d’Astronomie en fait, mais c'est pas si urgent que ça... » reprit-il en s’asseyant sur les marches, faute d’une meilleure solution. Ils pouvaient rester là un moment, autant être confortable. Cela étant parler des cours semblait un peu ennuyeux à présent, aussi enchaîna-t-il: « Sinon, quoi de neuf, McCornick ? Enfin, on vient de se voir en cours, mais on ne peut pas vraiment discuter en DCFM. » Quitte à rester bloqué dans les escaliers mouvants de Poudlard, autant que ça soit avec elle, songea-t-il en observant sa camarade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 607
Âge : 20 ans - 29/08/92.
Actuellement : Département de la Justice Magique / Employée au Magenmagot


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Jules, Moïshe, Hugh et Gemma.

MessageSujet: Re: Escaliers farceurs [ PV ]   Lun 5 Aoû - 22:02

Ava Ҩ Maximilien
« Méfiez-vous des escaliers, ils n'en font qu'à leur têtes. »  


Ava doutait de plus en plus de sa capacité à être préfète. C'était sa troisième année en tant que telle, mais jamais elle ne s'était sentie si inutile... Depuis l'incident dans les serres de botaniques en fait. Elle était préfète, devait représenter l'exemple mais ce jour là, elle n'avait pas pu ne pas céder à la panique, d'autant plus qu'elle n'était pas assez expérimentée niveau magie pour créer un protégo. Elle se sentait nulle et inutile et se demandait bien ce qu'avait pu lui trouver les professeurs pour lui accorder une place si importante au sein de l'école. Ho, elle était heureuse d'être préfète -Tu m'étonnes! Elle était devenue encore plus prétentieuse qu'avant.- puisque le fait d'avoir une sorte de "pouvoir" sur les autres élèves lui avait permis de soigner, en quelques sortes, sa timidité maladive. En effet, désormais, elle trouvait toujours une excuse, bidon ou pas, pour pouvoir aborder ses aînés masculins la plupart du temps sans trop craindre d'être prise de haut. La vague noire ayant été de retour, la petite rouquine se sentait désormais nettement plus comme un boulet traîné par les autres préfets. Elle avait été blessée gravement à la cuisse et donc n'avait pas pu exercée son rôle de préfète jusqu'au bout, comme elle aurait dû le faire alors qu'elle avait vu nombre de ses ami(e)s en détresse. Maintenant, sa cuisse était comme neuve mais elle était toujours inquiète quant à sa réaction devant une autre catastrophe magique de ce genre, s'il devait y en avoir une.

Enfin c'était Halloween, et malgré ce petit problème, Ava était bien décidé à s'amuser lors de la fête des Poufsouffle. L'année dernière, c'était une petite soirée déguisée entre eux, et elle s'était changée en une des principales ennemies de Batman, et même si un nombre non négligeable de ses camarades ne connaissait pas son costume comme il faut avoir un minimum de connaissance sur les bande dessinées moldue. Ho, ça ne dérangeait pas la jeune préfète de renseigner tout le monde sur le personnage qu'elle incarnait. Elle adorait parler, et même si c'était pour répéter tout le temps la même chose, elle s'en fichait royalement. Quoiqu'il en soit, cette année, elle se demandait si Samara aurait préparé quelque chose de tout aussi bien ou si ce serait une surprise des professeurs, ou encore s'il n'y avait tout simplement rien. De toute manière, Ava s'en fichait, il y avait le banquet d'Halloween, et ça, c'était vraiment cool.

La jeune quatrième année quittait donc son cours de Défense Contre les Forces du Mal, bien songeuse aujourd'hui et ne savait pas vraiment où elle se dirigeait. Ava prônait haut et fière que le fait qu'elle laisse ses jambes la guider où celles ci voulaient aller ne lui avait jamais failli, alors c'est tout naturellement qu'on pouvait suivre la longue chevelure rousse de la blairelle en voyant pertinemment dans son regard qu'elle ne savait pas où elle allait. De toute manière, là, elle avait bien de trop chose à penser en même temps. En plus de son problème d'infériorité vis-à-vis de son rôle de préfet, celui-ci induisait que depuis sa deuxième année, Ava consacrait clairement moins de temps à ses études. Elle n'était pas mauvaise, mais ne faisait pas d'efforts. Aucun en fait.

Rendue sur une des plateformes d'un des nombreux escaliers de Poudlard, Ava vit débouler juste au moment où l'escalier bougeait, un tête blonde qui n'était qu'autre que Maximilien. « C’était juste ! » La rouquine aimait beaucoup ce garçon qu'elle connaissait depuis sa première année. Ils se cherchaient tout le temps tous les deux, mais comme on dit souvent, "qui aime bien, châtie bien." Et justement, la jeune fille ne rata pas une occasion de se moquer gentiment de son ami en rigolant de son arrivée in extremis. « Bah alors Malouille, on est si pressé que ça de me voir? » Le gratifiant d'un clin d'oeil, Ava repensa à la manière dont elle venait d’appeler Maximilien. "Malouille", c'était vraiment moche en fait. Mais bon, elle savait bien que ce charmant sobriquet était parmi ceux que le blond aimait le moins. Alors entre "Malouille", "Milouille" ou encore d'autres "Maximilixounet", la rouquine prit le premier qui lui vint en tête. Ouais, j'invente des surnoms de ouuuf à tous nos persos.

« Rhâ mince, il est coincé. » En effet, l'escalier était bel et bien coincé mais Ava ne se bilait pas pour autant. Elle n'avait rien à faire pour l'instant et Maximilien n'était pas de mauvaise compagnie, alors si elle pouvait passer du temps avec lui, ce serait avec plaisir. Elle ne connaissait pas par cœur l'emploi du temps du Serdaigle, mais elle, avait un beau paquet de temps à dépenser devant elle. « Heum, je te cherchais pour te parler du devoir d’Astronomie en fait, mais c'est pas si urgent que ça... » Ho oui, c'était vrai, les deux compères avait un devoir à faire tous les deux... Tête-en-l'air, on ne peut pas vraiment dire que Ava avait oublié, non, mais elle se disait que de toute manière, elle l'avait bien noté quelque part et connaissant Bowman, elle savait qu'il lui l'aurait rappelé. S'asseyant à la suite du blond, la quatrième année reprit avec son enthousiasme légendaire. « Oui, le devoir d'Astronomie. Je ne sais pas si c'est ton point fort mais ça n'est pas le mien en tout cas. Enfin, comme tu dis que ce n'est pas urgent, je pense qu'on a encore largement assez le temps d'y réfléchir. Je veux dire, j'aime bien ça l'Astronomie mais ce qu'on a à faire... Un carte quoi. C'est pas tellement intéressant. Je préfère regarder les étoiles, pas toi? » Un deuxième sourire enchanté et le devoir d'Astronomie finissant d'être abordé, la préfète se vit poser une deuxième question par son ami blondinet. « Sinon, quoi de neuf, McCornick ? Enfin, on vient de se voir en cours, mais on ne peut pas vraiment discuter en DCFM. » Là dessus, Max' avait raison. En cours il était quasiment impossible de parler, au plus grand malheur de la petite rouquine. Elle qui ne faisait que ça, qui était un vrai moulin à parole, parfois quand elle ne pouvait pas parler, c'était horrible. Aussi se défoula-t-elle pour répondre. « Et je trouve ça nul qu'on puisse pas parler. Je t'accorde que je parle tout le temps, ça, je ne peux pas le nier, mais je pense qu'il devrait y avoir un juste milieu. » Elle se reconcentra sur le fond de la question de l'aigle et reprit. « Ho tu sais, ça va, ça va. » Elle posa son menton entre ses deux mains, esquissant une légère moue. « En fait, j'ai peur de pas être à la hauteur de mon statut de préfète. Ça fait trois ans que j'y suis, mais j'ai l'impression que je régresse. C'est vrai, je me suis sentie tellement inutile lors de l'incident dans la serre... » Mais reprenant ensuite sa bonne humeur habituelle, la jeune fille regarda Maximilien. « T'as l'air d'aller mieux toi d'ailleurs. Ta soeur aussi aussi au fait? J'espère qu'elle va bien, c'est pas drôle ce qui lui est arrivé, et comme j'ai pas eu l'occasion de la voir sérieusement j'ai pas pu lui demander correctement, mais tu feras bien le messager Max' en me disant comment elle va, hein? » Ho bien sûr, Ava savait que trop de questions tuaient la question, mais elle était comme ça, et quiconque la connaissait un minimum, comme Bowman, savait bien qu'elle ne comptait pas changer de si tôt au niveau de son débit de parole.

« Tu as des quelconques projets pour Halloween toi? » Décidément, c'était encore une question, plus ou moins intéressante, mais qui permettait d'entretenir a conversation, et comme les escaliers n'avaient pas l'air de vouloir de bouger...

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 516
Âge : 21 ans {26/08/1992}
Actuellement : Poursuiveur remplaçant dans le Club de Flaquemare


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Escaliers farceurs [ PV ]   Mer 7 Aoû - 0:09


Dans sa tête, quand Maximilien réussissait à rattraper Ava, il l'interpellait, elle se retournait vers lui, ce qui lui donnait le temps de lui adresser un demi-sourire amusé et lancer une pique fine et de bon goût en guise de salutation. Au lieu de ça, il avait failli la manquer, manqué de justesse de sauter dans le vide et finalement atterri avec une élégance de pachyderme devant elle. Certes, il était loin d'être la grâce incarnée en temps normal, mais là c'était quand même pousser le bouchon. Il se releva néanmoins l'air de rien "pas vu pas pris", il ne restait plus qu'à éliminer McCornick, témoin gênant et joua la carte de la nonchalance. Mais voilà qu'avec toutes ces acrobaties, il avait commis une grave erreur: il avait laissé la voie libre à son amie pour lancer les hostilités. Il se retrouva donc affublé d'un sobriquet fort ridicule - il grimaça, elle savait que ça ne lui plaisait pas, la fourbe ! - en moins de temps qu'il n'en faut pour dire Quidditch. Il sentit ses joues chauffer et les frotta par automatisme, tandis qu'il se redressait. « Ah, ah. » Il s'épousseta avec dignité. Entre les surnoms féminins ("Mily") et les horreurs qu'inventait Ava ("Maximilixounet", franchement ?), il ne lui en restait plus tant que ça. « Tu devrais créer un club d'élaboration de surnoms tordus avec ma sœur, je t'assure, tu commences à me faire regretter "Mily", là. » ajouta-t-il en lui adressant un regard éloquent. Alexandra, à l'origine du surnom, était la seule et unique personne autorisée à l'appeler comme ça, par ailleurs. Un peu comme McCornick pouvait l'appeler "Malouille" sans qu'il ne l'assomme avec un exemplaire de l'Histoire de Poudlard très pratique pour caler sa table. Il commençait à penser qu'il se montrait trop tolérant avec ces filles, trop d'entourloupe !

Il ne savait pas trop pourquoi il avait joué les cascadeurs, mais maintenant c'était fait, et pour couronner le tout, l'escalier s'était arrêté. En plein milieu de sa trajectoire. La qualité du matériel laisse à désirer. En trois années d'étude, Max' avait compris une chose: les escaliers faisaient ce qui leur plaisait, et rien ni personne ne pouvait y faire quoi que ce soit. La meilleure solution était d'accepter son sort, poser ses fesses, et s'occuper en attendant que les escaliers décident de reprendre leur boulot. En l'occurrence il se retrouvait bloqué avec McCornick, ce qui était clairement mieux que la fois précédente: une demie heure en tête avec un Hagrid monté sur ressort, tenant à la main une cage couverte d'un drap qui produisait des grognements alarmants toutes les trois secondes. Heureusement, l'escalier s'était remis en marche au moment où Max' tombait à court d'excuses pour justifier son incapacité à dorloter la Chose cachée dans la cage.

Le blond évoqua finalement la raison pour laquelle il s'était mis en quête de l’Écossaise en premier lieu: le devoir d'Astronomie. En temps normal, Max' était loin de se lancer dans ses devoirs avec de l'avance. Il avait mieux à faire et la majorité de ses camarades stressaient suffisamment pour dix personnes. Il avait le sentiment qu'il était de son devoir de se montrer bien plus relax, histoire de ne pas gâcher tout ce stress accumulé par ses amis pour lui. Seulement en l'occurrence, ils devaient rendre ce devoir à deux, et il ne tenait vraiment pas à passer pour une quiche auprès d'Ava. Le surplus d'informations offert par la jeune fille le déstabilisa quelque peu. Qui aurait cru qu'il y avait tant de choses à dire sur l'Astronomie ? « C'est pas trop mon truc non plus, mais ça va. » répondit-il en ce qui concernait la difficulté de la matière. Il savait que les mouvements des planètes influaient sur les effets de certains sorts ou certaines potions, mais à leur niveau, ça paraissait quand même assez inutile. « On peut toujours compléter la carte en utilisant la pratique. La prof a dit qu'on avait le droit de se servir des télescopes... Ce sera plus intéressant - et plus simple - que de se baser sur des bouquins d'Astronomie. » proposa-t-il en haussant les épaules. Ils avaient toujours cours à minuit, au sommet d'une tour monstrueusement haute. S'y rendre pour faire leur devoir ne le dérangeait nullement, ça serait clairement plus sympa que de moisir à la bibliothèque, ou en étude. « Mouais, les étoiles ne m'intéressent pas plus que ça. » avoua-t-il pour conclure, jetant un regard curieux à McCornick, qui semblait enthousiasmée par l'idée.

Un sourire amusé vînt éclairer les lèvres du blond lorsqu'Ava se mit à protester contre l'interdiction de parler en cours. Elle semblait tellement... révoltée. Et il était bien placé pour savoir qu'elle parlait effectivement beaucoup. De son point de vue, il n'était pas très étonnant qu'on lui demande de se taire. Si elle commençait à raconter l'histoire de sa vie en cinq volumes à chaque fois qu'ils étaient censés se concentrer pour lancer un sort, toute leur classe risquait de s'entretuer à coups de sortilèges ratés. Elle a été engagée par McGonagall pour amoindrir les effectifs en fait, c'est ça ? Traîtrise ! « Ils font ça pour ton bien, Avalanche. Si tu parles à tout va, tu ne peux pas te concentrer, et tu vas faire n'importe quoi. Non, en fait c'est sûrement pour mon bien, parce que c'est moi ton binôme. Je ne veux pas finir avec un œil en moins parce que t'étais trop occupée à te remémorer tes vacances ! » lança-t-il en lui adressant un sourire narquois. Ça, c'était pour le surnom.

Il perdit de sa superbe lorsqu'Ava évoqua l'incident dans les serres. Il ne l'avait pas vue ce jour-là, il était trop occupé à essayer de retrouver Alex'. Et il était lui-même dans un état second. « T'y pouvais rien. Personne n'y pouvait rien. Même les élèves plus âgés étaient en galère. Et t'es très bien à ton poste, t'as commencé super jeune, c'est pas évident ! » lui fit-il remarquer avec sincérité. Les préfets étaient habituellement choisis parmi les élèves de cinquième année, or Ava occupait le poste depuis la deuxième. Ce n'était pas rien ! Ce qui s'était passé dans les serres... C'était un cas exceptionnel. Ils ne savaient pas utiliser le charme du Bouclier, ce n'était pas de leur ressort. « Moi je pense qu'au lieu de nous faire rempoter des plantes, on devrait nous apprendre à lancer des sortilèges de protection. Ça serait cent fois plus utile. » observa-t-il avec mécontentement. Si on les formait correctement, il y aurait eu beaucoup de blessés dans les serres ce jour-là.

« Toi aussi t'as l'air d'aller mieux. » commenta-t-il en adressant un sourire à la jeune fille, frottant inconsciemment les cicatrices laissées par la plante qui l'avait mordu aux doigts. Le venin empêchait une cicatrisation via potion. Résultat classique à la suite d'un cours de botanique. Les traces laissées par la tornade magique, elles, avaient aisément été soignées par l'infirmière, Madame Pomfresh. « Alex' va bien. Plus de peur que de mal. Elle m'a vraiment fait flipper sur le coup... Elle est inconsciente, aussi, sortir de son abri pour aller sauver une plante... » marmonna-t-il en fronçant les sourcils. Et certes, il avait peut-être été imprudent lui aussi, en se lançant à la poursuite de sa sœur, mais c'était différent. Lui faisait ça pour la protéger. Elle, elle se mettait en danger volontairement, sans même se soucier de ce qu'il serait devenu si jamais il lui était arrivé quelque chose de grave.

Parler d'Halloween ramena un peu de légèreté au sein de la conversation, mais le blond dut hausser les épaules en guise de réponse. Il n'avait rien de folichon de prévu. « Éviter Bradley comme la peste, ça compte ? » offrit-il en lui adressant un sourire en coin. Il ne doutait pas qu'elle comprendrait de qui il s'agissait: Romilly Bradley était loin d'être aussi... hyperactive que sa version masculine. Et puis, Roy était dans sa maison, elle connaissait le phénomène. Ce n'était pas comme si c'était la première fois que Max' pestait le concernant. D'ailleurs, c'était de sa faute s'il s'était ridiculisé en arrivant. Les premiers jours, il avait semblé que l'accident des serres l'avait calmé, mais vraisemblablement, c'était une fausse impression. Sans doute un stratagème pour mieux traumatiser tout le monde ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 607
Âge : 20 ans - 29/08/92.
Actuellement : Département de la Justice Magique / Employée au Magenmagot


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Jules, Moïshe, Hugh et Gemma.

MessageSujet: Re: Escaliers farceurs [ PV ]   Mer 7 Aoû - 18:03



Grâce à son rôle de préfète néanmoins, la petite rouquine avait réussi à prendre le dessus sur sa timidité maladive qui l'empêchait d'adresser la parole à un garçon lors de sa première année. Elle se sentait beaucoup plus à l'aise et son comportement avec Maximilien en témoignait largement. Jamais elle n'aurait pu se permettre de l’appeler par un sobriquet fort charmant il y a de ça même un an et demi. Enfin, elle venait de le faire et était plutôt fière d'elle puisque généralement c'était le blondinet qui commençait les taquineries. Ho, elle ne manquait jamais de répliques cinglantes mais là, elle avait su profiter du désavantage de son ami. C'est pas bien d'enfoncer quelqu'un dans son ridicule petite fille rousse! « Ah, ah. » L'Ecossaise savait bien qu'il l'avait bien pris, et de toute manière, il ne pouvait pas lui en vouloir pour si peu. Elle n'avait pas pu résister et elle savait très bien qu'il aurait fait de même à sa place. « Tu devrais créer un club d'élaboration de surnoms tordus avec ma sœur, je t'assure, tu commences à me faire regretter "Mily", là. » Bowman ne se doutait pas à quel point il n'aurait jamais dû dire ça. Un sourire malin se profila sur le visage angélique de la petite préfète. « Vraiment? Si t'y tiens Maximilixounet, je peux le faire ce club. Tu sais, avec de la bonne volonté on peut tout faire. » Parlant d'une voix pompeuse qui était tout sauf naturelle, elle le regarda avec malice. Même si elle savait qu'Alexandra avait du mal à laisser les filles approcher son frère, la rouquine avait désormais un très bon prétexte pour entamer une conversation avec la petite sœur Bowman. « Mais ils ne sont pas si tordus que ça tu sais, c'est de ta faute aussi. Pourquoi est-ce que tu t'appelles avec un prénom à rallonge comme ça? Regarde, "Ava", c'est concis, court, direct, net, précis Je peux continuer à trouver d'autres adjectifs si tu veux., donc les gens ont beaucoup de mal à me trouver des surnoms. » Pour se moquer un peu plus de lui, elle rigolait de toutes ses dents et lui parlait comme à un enfant de cinq ans. Il y avait bien sa sœur jumelle qui l’appelait "Nanou", mais ça, elle ne le dirait sûrement pas à Maximilien, ça non. Pour qu'il puisse se venger, alors que le terrain des surnoms était sans doute le seul qui lui permettait de faire le poids face au blond? Non, vraiment pas, non.

Une fois le sujet du devoir en binôme sur l'astronomie abordé, Ava exposa clairement son point de vue, comme quoi, la pratique valait cent fois la théorie du papier en ce qui concernait cette matière. « C'est pas trop mon truc non plus, mais ça va. » La blairelle sourit. Au moins, les deux quatrièmes années étaient d'accord là-dessus. Quoique Ava ne savait pas vraiment qu'elle était sa matière préférée, les soins aux créatures magiques peut-être... Bref, « On peut toujours compléter la carte en utilisant la pratique. La prof a dit qu'on avait le droit de se servir des télescopes... Ce sera plus intéressant - et plus simple - que de se baser sur des bouquins d'Astronomie. » Enthousiasmée par cette idée, Ava repris, « Ho oui, ça, ça me va amplement! On pourrait se donner rendez-vous au sommet de la tour la semaine prochaine histoire d'avancé un peu sur ce sujet là. Et puis si on va assez tard, ce n'est pas très grave, le statut de préfète peut me permettre de rester seule avec quelqu'un tard le soir. » Elle lui sourit une nouvelle fois, ok, elle venait clairement de se vanter d'être préfète et d'être un peu privilégiée, mais Max' ne lui en voudrait pas, elle le savait. Il était plutôt accro à ses connaissances et si Ava pouvait l'aider à avoir une bonne note, il serait ravi, elle le savait, et de son côté, faire plaisir à quelqu'un était cool aussi. « Mouais, les étoiles ne m'intéressent pas plus que ça. » Barf, la jeune fille haussa les épaules. Chacun avait le droit d'avoir son avis, et si les deux quatrièmes années n'étaient pas d'accord sur leur appréciation de la matière qu'était l'Astronomie, Ava s'en fichait au possible.

« Ils font ça pour ton bien, Avalanche. Si tu parles à tout va, tu ne peux pas te concentrer, et tu vas faire n'importe quoi. Non, en fait c'est sûrement pour mon bien, parce que c'est moi ton binôme. Je ne veux pas finir avec un œil en moins parce que t'étais trop occupée à te remémorer tes vacances ! » Ava fut semblant d'être offusquée. Doublement offusquée. Premièrement, elle voyait que Maximilien avait clairement retenu le fait qu'elle disait qu'avec son prénom, il était difficile de trouver un surnom puisqu'il venait de faire pire. Il avait trouvé un jeu de mot ridicule! A moi de le traiter de fourbe, l’infâme! Exagérant l'expression de son visage, après avoir été offusquée, la jeune fille pris un air d'exaspérée. « T'es pas sérieux Milounet là si? Je pense que tu perds des points avec le manque d'originalité. On me l'a fait depuis que j'ai six mois celle-là. » Après, comment la jeune fille pouvait s'en souvenir alors qu'elle était si jeune, ça c'était autre chose. Mais la double offuscation venait du fait que le blondinet insinuait qu'il était forcé d'être avec elle en binôme et qu'elle était plus que saoulante à parler tout le temps. « Fais genre que t'es obligé de te mettre avec moi. Je peux trouver mieux tu sais comme partenaire. » Lui faisant un clin d'oeil, la jeune fille réfléchit quelque instant. Elle ne pensait pas sérieusement se séparer de son binôme et bon, pour tout dire, elle pensait bien qu'elle était irritante à parler de tout et de rien tout le temps. « Ouais bon, ok, je peux être fatiguante. Mais n'empêche que là, c'est exagéré le fait qu'on ne puisse pas du tout parler. » Heureusement, l’Écossaise savait pertinemment qu'il ne fallait pas qu'elle s'arrête à sa première, sinon, l'aigle aurait pu crier victoire. C'était assez difficile de la faire taire, la McCornick!

« T'y pouvais rien. Personne n'y pouvait rien. Même les élèves plus âgés étaient en galère. Et t'es très bien à ton poste, t'as commencé super jeune, c'est pas évident ! » Curieusement, les paroles de son ami eurent un effet positif sur la blairelle. « Houw, t'es trop mignon, merci. » Ouais, bon, Ava était une fille, alors forcément, même quand un garçon n'envoyait pas un vrai compliment, elle le prenait comme tel. « Moi je pense qu'au lieu de nous faire rempoter des plantes, on devrait nous apprendre à lancer des sortilèges de protection. Ça serait cent fois plus utile. » Posant un léger bisou sur la joue du blondinet, Ava approuva les sages paroles de Bowman et constata qu'il allait mieux que pendant l'épisode des serres. « Toi aussi t'as l'air d'aller mieux. » Machinalement, la rouquine sourit et frotta sa cuisse qui avait été blessée avant de demander comment allait la sœur de l'aigle. « Alex' va bien. Plus de peur que de mal. Elle m'a vraiment fait flipper sur le coup... Elle est inconsciente, aussi, sortir de son abri pour aller sauver une plante... » Cela, Ava ne le savait pas, mais elle ne pouvait pas en vouloir à Alexandra. En effet, la rouquine était aussi une amoureuse de la nature, des animaux et des plantes et elle aurait tout à fait pu réagir ainsi. Elle se contenta donc d'hausser les épaules, ne voulant contredire ou se mettre à dos, ni le frère, ni la sœur Bowman. Après tout, les événements s'étaient déroulés comme ça, et personne n'y pouvait plus rien.

En revanche, quand Ava demanda à Max' ce qu'il avait prévu pendant Halloween, elle fut surprise de la réponse. « Éviter Bradley comme la peste, ça compte ? » Elle rit néanmoins. Roy n'était pas méchant, hyperactif mais pas méchant et la petite préfète s'entendait bien avec lui, même si elle avait dû le rappeler à l'ordre parfois. « J'aime bien ce type... Il me fait rire. » Et faire rire Ava, c'était déjà gagner une grande part de son affection. « Je ne te cache pas devoir l'eng*euler gentiment de temps en temps, préfète oblige, mais il est très sympa. » Elle lui adressa un sourire avait de penser au brun de sa maison. En effet, il était quelque peu casse-cou et savait s'attirer des ennuis, mais l'école s'ennuierait sans doute s'il n'était pas là. Ou c'était du moins comment le voyait Ava.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 516
Âge : 21 ans {26/08/1992}
Actuellement : Poursuiveur remplaçant dans le Club de Flaquemare


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Escaliers farceurs [ PV ]   Ven 9 Aoû - 22:29


Il sut qu'il avait commis une bourde lorsqu'un sourire malicieux vînt se glisser sur les lèvres d'Ava suite à sa suggestion de fonder un 'club' avec Alexandra. Mauvais signe, très, très mauvais signe. La rouquine était en position de force, et il n'aimait pas trop ça. D'habitude, c'était lui qui lançait l'offensive, pas l'inverse. Comme il l'avait prédit, les choses tournèrent mal: elle l'affubla d'un nouveau surnom (qui n'était pas si nouveau que ça). Il avait vaguement l'impression que le contrôle lui échappait. Il se contenta de grimacer, refusant de lui donner le plaisir d'une capitulation. Sa remarque était rhétorique, dans tous les cas, non, il ne souhaitait pas la création d'un tel club. Qui savait quels genres de surnoms hybrides abominables ces deux-là pourraient créer ? Encore que, contrairement aux sobriquets qu'affectionnait Ava, ceux qu'attribuaient Alex' restaient relativement raisonnables: Mily, Rémy, Lilly... C'était loin d'être aussi traumatisant que d'être appelé Maximixitruc. Les Écossais n'étaient pas nets.

Le blond ne put retenir un ricanement narquois quand la rouquine se mit à prétendre que son prénom n'appelait aucun qualificatif ridicule. « Tu rigoles ? » Il se tut, lui laissant l'opportunité de rétropédaler et d'admettre que oui, il existait des milliards de surnoms possibles pour son prénom. Je parle en connaissance de cause. « Ok, juste quelques contre-exemples qui me viennent immédiatement à l'esprit: Avalanche, Avarice, Avou, Vava, Vavache, avec l'alternative Avavache... L'avantage avec ton prénom, c'est qu'on peut même faire des jeux de mots. Mes années de traumatismes sont enfin mises à profit ! » conclut-il avec légèreté, content de reprendre la main. « Et je te ferais remarquer que je n'ai pas choisi mon prénom, il faut dire ça à mes parents ! » objecta-t-il après coup dans un haussement d'épaules. Certes, son prénom était long, mais il ne l'avait jamais trop mal vécu. Son frère et sa sœur aussi avaient des prénoms de plus de trois lettres. C'est la vie !

Ne souhaitant pas franchement passer ses soirées le nez dans des bouquins poussiéreux traitant d'Astronomie, Maximilien proposa aussitôt de choisir l'autre option fournie par le professeur Sinistra, c'est-à-dire de compléter leur carte du ciel "sur le terrain". Il suffirait qu'ils le signalent dans la matinée, et ce serait bon. Il fut content de voir que sa suggestion suscitait l'enthousiasme de son amie, tout en tiquant intérieurement sur un terme. C'était une impression, où elle avait accentué bizarrement le mot "rendez-vous" ? Il jaugea la rouquine du regard, mais elle avait enchaîné comme si de rien n'était, lui faisant savoir que son statut de préfète pouvait leur permettre de contourner quelque peu le règlement, et en l'occurrence le couvre-feu. Ouaip, c'était donc juste son imagination qui lui jouait des tours. « Oui, d'accord, t'auras qu'à me dire quel jour t'arranges le plus ! » acquiesça-t-il en jouant machinalement avec le bracelet de sa montre. Ou bien elle le taquinait, comme d'habitude. En tous les cas, ce n'était peut-être pas la peine de s'attarder sur le sujet. « Eh ben ! Ça devient préfète et d'un seul coup ça se vante de pouvoir accorder des faveurs à nous autres, pauvres mortels ! » se moqua-t-il en lui adressant un sourire amusé. Chassez le naturel, il revient au galop. En soi, il n'avait même pas le sentiment qu'Ava ait voulu frimer, elle avait un poste à responsabilités et ça allait leur être utile la semaine prochaine, c'est tout. Mais ne pas saisir l'opportunité de lui adresser une pique ? Ce serait criminel.

Ce joyeux échange se poursuivit sans attendre, Max' en profitant pour enfoncer le clou concernant les surnoms d'Ava. Rien de mieux qu'une petite mise en situation. Il dut se retenir d'éclater de rire lorsqu'elle l'observa d'un air de kangourou courroucé, tâchant de lui renvoyer un regard sérieux, voire humble. Pas la peine de la titiller davantage en lui riant au visage. « Mais c'est indémodable ! Il faut savoir apprécier les classiques. » répondit-il en hochant la tête pour appuyer ses propos, espérant dégager une aura de profonde sagesse. L'espoir fait vivre. Avec de tels arguments, McCornick ne pouvait que se ranger de son côté. En revanche, ce fut à son tour d'afficher un air vexé quand elle lui dit qu'elle pourrait trouver un meilleur partenaire. Coup bas ! « Ah ouais ? Qui ça ? » demanda-t-il en observant la rouquine avec attention. Eh, elle prétendait vouloir le remplacer, il avait le droit de savoir par quel individu, non ? Histoire de pouvoir se débarrasser discrètement du corps. « Rhô mais non, je te charrie. C'est pas si horrible que ça, je dirais que c'est... supportable. » offrit-il, un grand sourire aux lèvres pour montrer qu'il plaisantait et conscient qu'elle risquait de le balancer par-dessus bord d'ici peu. Adieu monde cruel. Il mourrait comme il avait vécu: en se moquant de McCornick. « Quand tu te mets au fond, ça passe si le prof reste à son bureau. » remarqua-t-il plus sérieusement. Il se retînt néanmoins d'ajouter que si ça la dérangeait tant que ça, elle pouvait toujours le faire savoir au prof, en tant que préfète et tout ça. Les bonnes blagues sont les plus courtes.

La légèreté laissa cependant place à une atmosphère plus sérieuse quand il fut question de ce qui s'était produit dans les serres de botanique. Ava lui faisant partager ses réserves vis-à-vis de son poste de préfète, Max' s'empressa de la détromper. Il n'était pas dans sa nature d'embellir la réalité aussi la Poufsouffle pouvait-elle savoir qu'il était à cent pour cent sincère. Il n'eût néanmoins pas le temps d'ajouter grand-chose car elle se rapprocha dangereusement de lui pour l'embrasser sur la joue. Intrus dans le périmètre de sécurité, je répète: intrus dans le périmètre de sécurité. Déstabilisé, il sentit ses joues chauffer à nouveau et recommença à les frotter machinalement. « Oh, hm... De rien. » parvînt-il à énoncer avec une grande éloquence, avant d'adresser un léger sourire à son amie. Ne s'attardant pas, il évoqua l'état de sa sœur, retrouvant aussitôt toute sa verve. Quand il pensait à ce qui aurait pu se produire... Ils avaient été chanceux, vraiment.

Bien sûr, McCornick appréciait Bradley. De manière générale, le brun était plutôt populaire au sein de leurs camarades, mais pour sa part, Max' restait méfiant. Il songea que lui aussi la faisait rire parfois mais n'en dit rien, préférant donner son opinion honnête: « Ouais, il est pas méchant c'est sûr... Je le trouve juste un peu lourd à force. Surtout à cette période de l'année. Je l'ai croisé devant la salle de DCFM en venant, il était déchaîné. » Il haussa les épaules, il ne cherchait pas à imposer son opinion sur le jeune homme. Et puis en soi, ce n'était vraiment pas comme s'il le haïssait. Il ne voyait simplement pas de quoi applaudir à tout va à chaque pitrerie du Poufsouffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 607
Âge : 20 ans - 29/08/92.
Actuellement : Département de la Justice Magique / Employée au Magenmagot


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Jules, Moïshe, Hugh et Gemma.

MessageSujet: Re: Escaliers farceurs [ PV ]   Dim 11 Aoû - 13:21



« Tu rigoles ? » Comment Ava, avait elle pu sérieusement prétendre que son prénom n'était pas sujet aux calembours? Elle savait qu'elle venait de commettre une énorme erreur. Autant elle avait bien eu Maximilien pour cette histoire de créer un club pour les surnoms du blond, autant elle venait de baisser la garde trop facilement pour laisser le Serdaigle reprendre du poil de la bête. « Ok, juste quelques contre-exemples qui me viennent immédiatement à l'esprit: Avalanche, Avarice, Avou, Vava, Vavache, avec l'alternative Avavache... L'avantage avec ton prénom, c'est qu'on peut même faire des jeux de mots.  » Le premier sobriquet passait encore, Avalanche n'était pas foncièrement méchant, mais Avarice? Alors là non, il abusait. Même si la rouquine n'était pas au bout de ses peines quand elle entendit arrivé le très mesquin Avavache. Celui-là, elle ne l'avait encore jamais entendu, genre vraiment. Elle qui pensait qu'on les lui avait tous fait, c'était l'apothéose. En soi, elle n'était pas mécontente que ce soit son ami qui lui l'est sorti. D'une part parce qu'elle aimait beaucoup Maximilien et d'autre part parce qu'elle savait qu'il plaisantait. Enfin bon, rien n'est moins sûr avec des plaisanteries de ce genre. Et puis, Ava était plutôt contente que le blond n'est pas pensé à Ravale. En y pensant bien, c'était sans doute celui-là, le pire de tous. Et tu comprendra pourquoi, Mouahaha. Comme elle ne savait pas tellement comment palier à cette vilainie, et que, malheureusement, l'aigle semblait avoir gagné cette manche-ci, Ava joua la carte de la pauvre-petite-fille-malheureuse-et-maltraitée.« Ho mais t'es méchant! Moi, les surnoms que je te donne il ne sont pas mesquins ni grossiers. Toi, avec Avavache et autre, tu me traites de grosse. » Faisant semblant de bouder dans son coin, tête baissée, la jeune fille, très mauvaise actrice, ne pu s'empêcher de relever la tête deux minutes plus tard et d'exploser de rire. Ok, elle pouvait clairement admettre que sa tentative d'apitoyer l'ennemi avait échoué. Mais comme elle adorait rire, mieux valait ça que de faire semblant de bouder son ami pendant un quart d'heure, non? « Et je te ferais remarquer que je n'ai pas choisi mon prénom, il faut dire ça à mes parents ! » Ce qu'il disait était totalement pourvu de sens, même si la petite rouquine voyait ça sous un autre angle. « Je ne connais pas tes parents Maxililly, tu n'auras qu'à faire le hibou, je suis sûre que tu t'en sortira trèèès bien. Surtout vu ta capacité à apparaître devant les gens avec une grâce incomparable. » Bien sûr, la quatrième année faisait allusion à l'arrivée de son ami sur la plateforme des escaliers. Mais attention Ava, la vengeance est un plat qui se mange froid, voir congelé Blague pourrie, je te l'accorde. ne t'avise pas de relancer les hostilités dans l'immédiat.

En ce qui concernait leur devoir d'Astronomie, l’Écossaise fut ravie de voir que sa proposition fut bien accueillie du côté du blondinet. « Oui, d'accord, t'auras qu'à me dire quel jour t'arranges le plus ! » Elle lui sourit en acquiesçant sa demande. « Ho tu sais moi peu m'importes, du moment que tu viennes et que tu ne me laisse pas seule en haut de la tour, ça me va! » Elle lui sourit une nouvelle fois. L'ennemi numéro un de la rouquine c'était la solitude, suivie par le silence. Donc si l'aiglon désirait vraiment une blague supplémentaire à la blairelle, qu'il n'ose même pas penser à faire celle-là, parce que pour le coup, ça ne la ferait pas rire du tout, même si elle était très bon public. Mais elle enchaîna en faisant remarquer, quelque peu pompeuse, que son statut de préfète lui accordait des droits en plus Oui, Môssieur! « Eh ben ! Ça devient préfète et d'un seul coup ça se vante de pouvoir accorder des faveurs à nous autres, pauvres mortels ! » Hoho, Bowman voulait jouer sur ce terrain, ok, il allait jouer, mais il fallait qu'il se prépare à perdre, parce que la rouquine avait de sacrés bon arguments à porter de baguette! « Ha ouais? Bah tu sais quoi Maximilien? Je vais devenir une simple élève rien que pour ce devoir et notre rendez-vous en haut de la tour, bhein il va passer à l'as. Et puis t'auras qu'à le faire tout seul ce devoir parce que ça aura été de ta faute à me provoquer comme ça. » Lui adressant un sourire malicieux, la jeune fille joua des cils en regardant son ami. Elle voulait bien savoir ce qu'il pourrait répondre à ça! Surtout qu'elle venait de l’appeler par son prénom en entier, le blondinet pouvait plutôt se méfier.

« Mais c'est indémodable ! Il faut savoir apprécier les classiques. » Bien sûr, le jeune homme n'en manquerait pas une seule pour rappeler à Ava quelle horrible faute elle avait commise en osant supposer que son prénom ne portait pas à l'invention de surnoms grotesques. En soi, elle n'avait pas tord, ce que disait le blond c'était plutôt des jeux de mots ridicules mais la jeune fille ne voulait pas plus partir sur le sujet de la réelle signification des mots, elle savait qu'elle avait en face d'elle quelqu'un de plus fort qu'elle dans ce domaine. Non, elle savait qu'elle raison, et pour cette fois, cela lui suffisait et c'est pour ça qu'elle afficha un petit sourire satisfait avant de répliquer que de toute manière, elle pourrait aisément trouver un autre binôme si elle ne convenait pas à Bowman à cause de sa capacité d'être un moulin à paroles sur pattes. « Ah ouais ? Qui ça ? » Levant les yeux aux ciels, la jeune fille fit mine de réfléchir alors qu'elle savait pertinemment ce qu'elle allait dire. « Ho je ne sais pas, ce cher Tyler par exemple. Tu sais, il m'aime beaucoup Tyler. » Ne m'en veux pas, j'ai inventé un prénom au hasard, tu peux le changer dans ta tête si tu veux, huhu. Oui parce que bon, même si ce garçon de leur année l'aimait plus que bien, la rouquine ne comptait pas et ne voulait pas casser son binôme. Elle avait toujours réussi à travailler avec Maximilien, pourquoi ça changerait? Non, elle le taquinait c'était tout, et c'était plutôt drôle en fait. « Rhô mais non, je te charrie. C'est pas si horrible que ça, je dirais que c'est... supportable. » Au moins, Ava avait essayer de penser pendant approximativement deux secondes que son ami plaisantait, juste avant de voir s'afficher un énorme sourire sur son visage. Trop important pour être honnête. « Quand tu te mets au fond, ça passe si le prof reste à son bureau. » Gardant son air offusquée, Je n'ai pas voulu te reprendre ton expression avec un kangourou, mais elle me plaît trop! la préfète répliqua. « Parce qu'en plus tu insinues que je parle fort? Je sais être discrète quand je veux. » Ouais ok, non ça, ce n'était pas vrai du tout. La jeune fille ne savait pas être discrète. C'était bien simple, elle ne faisait pas les choses qu'à moitié. Certains ne l'aimaient pas, croyant qu'elle voulait toujours faire remarquer sa présence, mais ce n'était pas du tout ça, du moins pas, pour elle.

Atmosphère pesante oblige, la rouquine venait d'entamer le sujet de la tornade qu'avait subie les serres de botaniques quelques semaines plus tôt. S'inquiétant pour son rôle de préfète, Maximilien sut la rassurer comme il le fallait et la jeune fille le remercia en l'embrassant sur la joue. Bien sûr, elle remarqua tout de suite que la couleur des joues de son ami c'était modifié mais n'en pris pas garde, le trouvant au contraire, encore plus mignon qu'il ne venait de l'être, si c'était possible. « Oh, hm... De rien. » Elle sourit, sincèrement cette fois, avant de prendre des nouvelles d'Alexandra. D'après Maximilien, elle allait mieux, et c'était souhaitable, parce que la préfète avait vu dans quel était le frère et la sœur, et si la blonde avait récupéré comme son frère, cela ne pouvait être que mieux.

Abordant le sujet d'Halloween, la rouquine ne pensait pas qu'elle et son ami en viendrait à parler de Bradley. Elle signifia qu'elle l'aimait bien, même si ce n'était pas difficile de se faire aime de la blairelle. La faire rire deux ou trois et la complimenter sur ses cheveux suffisait à gagner une partie de son amitié, alors bon, Bradley n'avait sans doute pas beaucoup de mérite, mais c'était comme ça, elle l'appréciait. « Ouais, il est pas méchant c'est sûr... Je le trouve juste un peu lourd à force. Surtout à cette période de l'année. Je l'ai croisé devant la salle de DCFM en venant, il était déchaîné. » Ho, Ava ne le trouvait pas spécialement fatiguant. De toute manière, elle vivait dans le monde des Bisounours. Bon, elle pouvait accorder à son ami que Roy dépassait parfois les bornes, comme elle avait dû le réprimander le plusieurs fois, c'est pour cette raison qu'elle haussa les sourcils à l'entente des propos de Maximilien. « Qu'est-ce qu'il a fait encore? Il bloquait tout le couloir? » Roy était, dans sa catégorie, un cas désespéré. Ava ne pensait pas ça méchamment, elle pensait elle même l'être dans la catégorie "jeparletoutletempsbonjouuur". Non, le Poufsouffle était un incorrigible, c'était tout. « Mais... T'as réussi à contourner Roy Bradley et ses plaisanteries pour venir jusque ici? » Si vraiment c'était le cas, la rouquine lui tirait son chapeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 516
Âge : 21 ans {26/08/1992}
Actuellement : Poursuiveur remplaçant dans le Club de Flaquemare


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Escaliers farceurs [ PV ]   Lun 12 Aoû - 22:04


A bien y réfléchir, traiter une fille qu'on aimait bien de vache - même si c'était indirect et pas du tout intentionnel - n'était pas la meilleure des marches à suivre. Mais enfin, après tout, Maximilien avait toujours eu un don pour mettre les pieds dans le plat. Aurait-il préféré avoir une faculté un peu plus utile - et moins dangereuse - comme par exemple, des aptitudes surhumaines au Quidditch ? Évidemment. Malheureusement, la fée qui s'était penchée sur son berceau à la naissance non il ne lisait pas de contes pour filles, pourquoi ? n'avait pas été du même avis. Du coup, il se retrouvait souvent comme un idiot, à dire ce qu'il ne fallait pas - sans que ça le choque outre mesure - quand il ne le fallait pas. L'expression que prit le visage d'Ava fut d'abord indéchiffrable à ses yeux - Est-ce qu'elle allait le trucider ? Est-ce qu'elle allait pleurer ? Nom de Zeus, faites qu'elle ne pleure pas, il n'avait aucune idée de ce qu'il fallait faire dans ces cas là. Lui tapoter maladroitement l'épaule ? Lui offrir un mouchoir ? Lui en restait-il seulement ? Il avait utilisé le dernier suite à un saignement de nez surprise dans la matinée, non ? Est-ce que lui faire don d'un mouchoir parsemé de taches écarlates serait pire ou mieux que de rester là à la regarder d'un air embarrassé ? -, aussi resta-t-il figé dans son sourire taquin, scrutant son visage avec incertitude. Hé, qu'elle n'oublie pas qu'elle venait tout juste de l'appeler en employant le plus que douteux surnom "Malouille", hein ! Faudrait pas non plus inverser les rôles, et utiliser cet instant d'égarement (il aurait pu s'arrêter à 'Vava', certes) pour le balancer de la plateforme et maquiller ça en accident. (Je vous assure, je suis aussi choquée que vous professeur McGonagall. Il a couru vers les escaliers mouvants, glissé sur sa propre robe de sorcier et est tombé droit dans le vide. Bon, en même temps, c'est vrai qu'il n'a jamais été très doué comme garçon. Intelligent, mais prompt à la chute.")

Plutôt que de programmer son assassinat, Ava finit par jouer la carte de la martyre, prétendant que les sobriquets qu'elle lui attribuait avaient le mérite de ne pas être grossiers. Et surtout, elle ajouta un argument fatal: il l'avait plus ou moins traitée de grosse. Il lui adressa un sourire coupable, portant spontanément la main à ses cheveux pour les ébouriffer d'un air mal à l'aise. « Je... Hm... » Sous quel angle se défendre ? Aborder ce genre de sujet avec une fille était extrêmement délicat. S'il se plantait une nouvelle fois, il courait à la catastrophe. « Ce n'était pas mon intention ! » déclara-t-il finalement, levant les mains en l'air comme pour se rendre pour certifier son innocence. « Et 'Maximixitruc' ? C'est mesquin. Réducteur je dirais. J'ai l'air de quoi moi, si tu m'appelles comme ça devant d'autres gens ? » lui fit-il remarquer avec, de son propre point de vue, une infinie sagesse. Pire, et si les autres commençaient à reprendre ses surnoms de panda sous acide ? Ok, ça c'est pas gentil, mais elle ne lit pas dans les pensées donc tant pis pour elle ! Il faillit croire à son cinéma et la liste des comportements à adopter envisageables recommença à défiler dans son esprit est-ce qu'elle pourrait lui reparler d'ici le cours de Potions ? Si elle ne le faisait pas pour lui, qu'elle prenne sur elle pour Slughorn, son mutisme rendrait le cours incommode pour tout le monde, sinon !, mais se détendit quand McCornick se mit à rire. Bombe désamorcée: la situation était sous contrôle dermatologique.

Bien que la rouquine se moqua ouvertement de lui, Max' ne put étouffer un rire amusé quand elle évoqua sa 'grâce incomparable'. Oui, d'accord, il s'était irrémédiablement ridiculisé devant elle. « Rhô, ça va. » balaya-t-il malgré tout rapidement, peu désireux de retourner à ce sujet de conversation. Ce qui se passait sur les escaliers mouvants restait sur les escaliers mouvants, n'est-ce pas ? Pitié. Il ne commenta pas non plus sur le nouveau surnom hybride par lequel elle l'avait appelé (Maxi-lilly. Mi-homme, mi-femme. Il ferait un tabac dans les spectacles de monstres de foire si jamais ses études se révélaient être un échec.), jugeant qu'à présent, ils étaient quittes. « Je te réserve le privilège de le leur dire, t'auras qu'à le faire si tu viens chez moi un jour. Enfin, il faudra le faire en deux fois, du coup. » remarqua-t-il en débouchant sur un sujet moins léger qu'il ne l'avait prévu. Le divorce de ses parents n'était pas exactement ce à quoi il avait envie de penser dans l'immédiat.

Max' aimait se moquer d'Ava, c'était un fait, mais l'abandonner toute seule en haut de la tour d'Astronomie ? Vraiment, vraiment pas drôle. Jamais une idée pareille ne lui traverserait l'esprit, aussi ne perdit-il pas de temps pour rassurer son amie: « Mais non, je ne ferais jamais un truc pareil. Et dans l'optique - complètement fictionnelle - où ça se produirait, je te donne l'autorisation de me jeter par-dessus la tour d'Astronomie pour te venger. » ajouta-t-il pour montrer la sincérité de ses propos. Bon, physiquement, elle ne faisait pas nécessairement le poids pour le balancer par-dessus bord mais comme elle venait de le dire elle-même, tout est une question de volonté. Et puis, s'il lui posait réellement un lapin, il jugerait qu'il l'avait mérité. Sauf si c'était pour une raison valide et incontournable, par exemple, s'il était arrivé quelque chose à Alexandra et qu'il avait fallu qu'il soit immédiatement à ses côtés. Sa sœur passait toujours avant tout le reste.

Stop. Il ne rêvait pas, cette fois elle l'avait bien accentué bizarrement. Le reste de sa phrase passa quelque peu à la trappe, tant il était concentré pour déterminer s'il avait bien entendu ce qu'il avait entendu. Bravo, tu l'as rendu dingue ! Elle le faisait exprès, cette crapule, c'était la seule explication ! La fixant d'un regard perçant (genre "Je sais à quoi tu joues tu ne m'auras pas !"), il constata que McCornick avait cessé de parler. Tout arrive. Et pour couronner le tout, elle avait l'air super contente d'elle. De quoi parlait-elle déjà ? Il est tellement attentif, ça fait chaud au cœur. Ah, du devoir ! Il laissa un sourire narquois se glisser sur ses lèvres. « Oui eh bien, tu sais ce qu'on dit, on n'est jamais mieux servi que par soi-même ! » conclut-il avec la satisfaction de quelqu'un qui ne sait pas encore qu'il court droit à sa propre perte. Eh, au moins il aurait été heureux jusqu'au bout.

Occupé à remuer le couteau dans la plaie en réutilisant un des surnoms qu'il avait précédemment listé, Maximilien ne vit pas le coup arriver: elle voulait le remplacer ? Certes, il était conscient qu'elle disait ça pour l'embêter, mais le fait qu'elle ait une idée précise en tête changeait toute la donne. C'est plus drôle, on arrête ! « Tyler ? » répéta-t-il en plissant les yeux, incrédule. Oui, il a perdu l'ouïe devant l'ampleur du choc. Elle avait pété les plombs ! « T'es sérieuse ? Ce mec est un crétin ! » s'insurgea-t-il en conservant néanmoins un certain calme apparent. Non mais franchement, Tyler ? D'accord, il n'était peut-être pas si idiot que ça mais tout le monde est bête par rapport à Max', donc c'est difficile d'évaluer. *soupir* Certains jours c'est difficile d'être lui. mais en tout cas, il était tout sauf subtil dans sa façon d'exprimer son attachement envers McCornick. « Si tu perds une narine parce qu'il était trop occupé à t'observer avec ses yeux de merlan frit pour lancer son sort correctement, tu ne pourras t'en prendre qu'à toi-même. » déclara-t-il d'un air buté, cherchant quelque part à déterminer la réaction de McCornick à l'annonce des sentiments de Tyler-face-de-rat.

Le kangourou offusqué marque déposée fit son grand retour lorsque McCornick comprit qu'il sous-entendait qu'elle parlait trop fort (alors qu'il cherchait simplement à lui faire comprendre qu'elle pourrait toujours papoter s'ils s'asseyaient au fond, la prochaine fois), et Max' opta pour un hochement de tête affirmatif, décidé à ne pas contredire la rouquine. « Mais oui, je le sais bien. » confirma-t-il avec un peu trop de conviction pour que ça soit tout à fait vrai. Au moins il essayait d'aller dans son sens, pour une fois ! Il se moquait d'elle au passage, mais c'était un détail. De toute façon, elle ne pouvait pas sincèrement croire qu'elle était quelqu'un de discret, si ? Son volume de chuchotements correspondait au volume de parole d'une personne normalement constituée.

Sentant ses joues rosir à vitesse grand V suite à la bise qu'il reçu pour avoir encouragé Ava, Maximilien accueillit le changement de sujet avec soulagement. En soi, il aurait préféré parler d'autre chose que de Roy Bradley, mais se plaindre de son comportement infantile était un moyen comme un autre de reprendre contenance. « C'est une façon de voir la chose, oui, même si je doute que ça ait été son objectif initial. Je dirais que le blocage du couloir est une conséquence de ses joyeuses pitreries. Ça impliquait l'apparition de chauve-souris multicolores d'une taille un brin alarmante, en tout cas. » raconta-t-il en en profitant pour vérifier qu'il n'avait pas été mordu au passage. Il s'était protégé la tête de ses bras, après tout. Mais à part les cicatrices laissées sur ses doigts par la plante dans les serres, il semblait indemne. Il lança un regard éloquent à Ava quand elle finit enfin par atteindre la conclusion la plus importante de la journée: « Oui. Tu ne rends même pas compte du périple que j'ai dû vivre pour arriver jusqu'ici. » répondit-il avec dramatisme. Ce qu'il ne faisait pas pour elle, franchement
[1638]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 607
Âge : 20 ans - 29/08/92.
Actuellement : Département de la Justice Magique / Employée au Magenmagot


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Jules, Moïshe, Hugh et Gemma.

MessageSujet: Re: Escaliers farceurs [ PV ]   Mer 14 Aoû - 23:32


Depuis son plus jeune âge, Ava pouvait aisément affirmer qu’elle avait un ou peut-être deux complexes. En soi, c’était tout à fait normal d’éprouver ce genre de malaises étant adolescente. Des tas de filles se trouvaient trop grosses, trop maigres, moches, avec un grand nez, avec des longues dents Et j’en passe et des meilleures et Ava les comprenaient parfois… Quoi ? On ne pouvait pas dire que toutes les filles sur cette Terre était des Déesses si ? Il y avait bien les vélanes, mais ça c’était différent hein ! La jeune fille, étant Née-moldue n’avait jamais vraiment compris le principe de la vélane. Non mais c’est vrai, c’était quoi au juste ? Une créature maléfique ou quoi ? A bien y réfléchir, ça devait être horrible d’être une vélane. Tout le monde t’aime parce qu’il te trouve beau quoi, non merci. Très peu pour la rouquine. Bref, Ava avait des complexes depuis son enfance puisqu’elle toujours sentie différente. Le faite qu’elle soit une sorcière dans ce monde de moldus bien évidemment, mais aussi, et personne ne pouvait le nier, la préfète était minuscule. Elle se sentait toute petite et avait toujours des problèmes avec ça. Elle n’était pas naine non plus, mais plus petite que la moyenne. Ho, elle essayait toujours de se réconforter en se disant qu’il valait mieux être une fille petite plutôt qu’un garçon. Ouais finalement, dans le sens là, ça allait mieux. Mais cela ne l’empêchaient pas de complexer quand même et donc, bien évidemment, la jeune fille en était venue depuis cette année à porter des talons. Pas des échasses hein, fallait pas abuser non plus, mais elle était déjà très contente de pourvoir gagner quatre à cinq centimètres, et il fallait dire, elle se débrouillait très bien à marcher avec, donc pourquoi s’en priver ? Deuxième complexe ; ses cheveux roux. Ho, elle, elle les avait toujours trouver beaux, magnifiques même persuadée que les femmes les plus belles de la Terre étaient des rousses ! mais ce n’était apparemment l’avis de tout le monde, et Ava avait l’objet de différentes railleries toutes plus débiles les unes que les autres à cause de sa couleur de cheveux. Alors même si elle adorait sa chevelure, elle savait bien que parfois, ça ne passait pas, et avait même songé une fois à les teindre… Sans aboutissement bien sûr, sa jumelle avait réussi à l’en dissuader. Elle tirait sur le châtain elle, traitresse !

Bref, tout ça pour dire, que non, Ava n’avait pas le complexe de la taille en largeur et donc qu’elle s’en fichait bien que Maximilien la traite de vache. Mais elle savait bien que de parler de ça avec un garçon était fatal pour ceux-ci. Ils ne savaient plus où se mettre et c’était plutôt drôle à regarder. Ce que la rouquine aurait fait avec plaisir, mais n’aurait pas pu s’empêcher de rire en regardant son ami alors elle n’avait pas pu se permettre d’observer le spectacle qu’elle était sûre, se produisait à ses côté de la part de son ami. « Je... Hm... » Preuve irréfutable que le garçon avait été pris au piège, le bégaiement. Je te tiens Bowman, prépare toi à mourir de ne plus jamais pourvoir parler correctement ! « Ce n'était pas mon intention ! » Mais c’est qu’il s’enfonçait en plus. Ho non, vraiment, le jeune homme était trop mignon, surtout dans ses mimiques pour se défendre. « Et'Maximixitruc' ? C'est mesquin. Réducteur je dirais. J'ai l'air de quoi moi, si tu m'appelles comme ça devant d'autres gens ? » Finalement, la rouquine ne put s’empêcher de littéralement exploser de rire. Elle n’avait pas se retenir plus longtemps, le blondinet était trop drôle. Reprenant son souffle, elle sourit néanmoins, la remarque que venait de faire son ami était irrésistible, elle se devait de rebondir dessus. « Tu aurais l'air d'un adorable garçon qui ne se considère pas comme une brute et qui accepte aisément les marques d'affection que lui procure la gente féminine. » Ava appuya son propos par un regard de biche. Elle doutait bien que Maximilien la prendrait au sérieux, mais il ne pouvait pas nier une chose: Toute fille normalement constituée n'aimait pas les garçons qui se croient soit-disant virils et sont macho. Là était le point de vue de la préfète de quatrième année, après, les gens en faisait ce qu'il en voulait, ce n'était que parfaitement subjectif.

« Rhô, ça va. » fut la phrase qui clôt la sujet sur l'apparition de Bowman devant l'Ecossaise. Et elle n'en rajouta pas, après tout, elle l'avait assez charrié là-dessus, ça suffisait comme ça. « Je te réserve le privilège de le leur dire, t'auras qu'à le faire si tu viens chez moi un jour. Enfin, il faudra le faire en deux fois, du coup. » Ava savait que son ami avait des parents divorcé. Elle était amie depuis quatre ans, donc forcément le sujet "famille" avait été abordé et c'était d'ailleurs ainsi qu'ils s'étaient trouvés énormément de points communs. Un frère/soeur sans pouvoir et des parents divorcées entre autres. La rouquine savait bien alors que le sujet du divorce était délicat à aborder ou du moins pour elle, parce que celui de ses parents ne s'était pas bien passé, elle ne voyait pratiquement plus sa mère, trop occupée à exercer son métier et Ava lui en voulait pour ça. Enfin bon, non, elle ne souhaitait pas parler de divorce, elle non plus. Donc, elle se rapprocha dangereusement de son ami l'aigle Fuis pendant qu'il en est encore temps! et le regarda dans les yeux. « Ho vraiment Maxichou? Tu veux déjà me présenter de manière officielle à tes parents? Tu devrais quand même attendre selon moi, nous sommes encore jeunes tu sais. » Bon, ok, elle pouffa de rire. Le sous-entendu était trop gros pour passer incognito, mais il lui avait tendu la perche, et encore, cela avait été irrésistible. Il ne lui en voudrait pas, non, bien sûr que non!

Bien, le devoir d'Astronomie maintenant. Oui, je ne sais plus comment introduire mes parties. Ava signifia très sérieusement que le blond n'avait pas du tout intérêts à la laisser seule en haut de la tour d'Astronomie un soir, alors qu'il devait se voir pour un devoir. Ce serait criminel! « Mais non, je ne ferais jamais un truc pareil. Et dans l'optique - complètement fictionnelle - où ça se produirait, je te donne l'autorisation de me jeter par-dessus la tour d'Astronomie pour te venger. » Alors ça c'était trop bon! Non vraiment, Ava n’espérait pas sérieusement pas que le jeune homme lui pose un lapin, mais si elle pouvait au moins essayer de le balancer de la Tour, ça ce serait cool! Non pas qu'elle voulait le tuer à peeeeeeeeine! mais elle se sentirait capable, si c'était le cas, de tester la gravité d'un corps lancer à tout allure par dessus cette tour, qui était, elle le croyait, la plus haute de tout Poudlard. Ha non vraiment, elle adorait cette tour finalement. Elle se contenta de sourire malicieusement à Maximilien. Il comprendrait ce que cela voudrait dire, elle n'en doutait pas. Puis elle supposa qu'elle pouvait oublier son statut de préfète pendant ce devoir pour que Maximilien n'est que ce qu'il mérite à se moquer d'elle comme ça! Naméoh! « Oui eh bien, tu sais ce qu'on dit, on n'est jamais mieux servi que par soi-même ! » Ho, alors là, c'était le pompom. Encore l'air de kangourou courroucé J'ai pas pu résister, je t'envoie 10 mornilles! et la jeune fille fit mine de bouder en s'écartant de son ami et en repliant ses bras sur ses genoux. Ces cinq ans de théâtre allaient lui servir dans la vraie vie, Alleluiah! Ça s'écrit comment ce mot?

Se reprenant bien vite, Ava sut qu'elle allait heurter un point sensible en évoquant leur camarade de classe comme remplacent éventuel du blond. « Tyler ? » Ouioui, il avait bien entendu, ce mec là oui. Vicieuse! « T'es sérieuse ? Ce mec est un crétin ! » Oui en effet, Tyler était un crétin fini, un niais sans aucune utilité. Il était inintéressant au possible Toi, tu es un Dieu Maximilien! mais justement, c'était pour ça, que McCornick avait pensé à lui. Bon ok, aussi parce qu'il était amoureux d'elle, mais ça bien sûr, ce n'était qu'un détail. « Si tu perds une narine parce qu'il était trop occupé à t'observer avec ses yeux de merlan frit pour lancer son sort correctement, tu ne pourras t'en prendre qu'à toi-même. » Voir Maximilien Bowman s'acharner sur l'autre aigle était plutôt drôle en fait. J'ai d'ailleurs vu que tu l'avais réutilisé ce Tyler, moi aussi je vais déposer un brevet pour ce type! « Lui au moins, apprécie quand je parle Maximilien Bwman! Et puis... Il est gentil, lui. Il ne me trouve pas grosse. » Lui lançant un regard faussement assassin qu'elle savait si bien faire, la rouquine ne put réprimer un sourire. Elle était plutôt douée pour remettre des sujets sur le tapis, C'était une fille quoi. mais il ne le prendrait pas mal, il pouvait aisément voir qu'elle plaisantait quand même. Et puis, elle resterait avec Maximilien par paire, c'était évident.

« Mais oui, je le sais bien. » Ha ouais parce qu'en plus il était ironique? Bah super. Sympa le pote! Ava ne prit néanmoins pas dessus, lui tirant simplement la langue et lui adressant un « Gningningnin. » à peine audible. Elle ne pouvait pas le nier pour une fois, elle n'était vraiment pas discrète comme fille. Au moins, ce qu'il y avait de bien avec elle, c'était que quand on voulait informer plusieurs personnes de quelques choses, il lui suffisait de parler assez fort pour que les gens croit qu'elle crie, et le tour était joué. Que voulez-vous, dans la famille McCornick, les gens ont la voix qui porte!

Ayant embrassé son ami sur la joue, la jeune fille en vint à demander ce que Roy Bradley fabriquait dans un couloir à la sortit de la salle de classe. Bloquait-il un couloir? « C'est une façon de voir la chose, oui, même si je doute que ça ait été son objectif initial. Je dirais que le blocage du couloir est une conséquence de ses joyeuses pitreries. Ça impliquait l'apparition de chauve-souris multicolores d'une taille un brin alarmante, en tout cas. » Haha, des chauves souris multicolores, ha oui, cela ressemblait bien à Roy Bradley! Tout craché même. « Au moins, je trouve que ce mec à l'avantage de faire des farces plutôt esthétiques. Ce n'est pas un gros bourrin, c'est toujours un peu distingué. Il est gay, c'est ça! » Bon ok, Ava passerait sur les bombabouses pour cette fois. Lui demandant s'il avait vraiment réussi à contourner Roy, Ava ne s'attendait pas au soulagement qui marqua le visage du blondinet lorsqu'il répondit: « Oui. Tu ne rends même pas compte du périple que j'ai dû vivre pour arriver jusqu'ici. » C'est vrai que ça n'avait pas dû être drôle, surtout que Maximilien ne semblait pas réellement porté le blaireau dans son cœur. Bref, la rouquine afficha un visage tout mignon, faussement plein de compassion. « Ho Mon Pauvre Chouchou. Tu veux un massage? Tu m'as l'air exténué. »

[Sans les citation de Maximilien: 1629 mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 516
Âge : 21 ans {26/08/1992}
Actuellement : Poursuiveur remplaçant dans le Club de Flaquemare


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Emma Carter

MessageSujet: Re: Escaliers farceurs [ PV ]   Ven 16 Aoû - 14:52


Maximilien fut à la fois soulagé, et vaguement vexé lorsque McCornick se mit littéralement à lui rire au visage. Il s'était senti mortifié de l'avoir potentiellement offensée, puisqu'après tout, ce n'était pas du tout ce qu'il cherchait à faire. Il y avait toujours ce moment, cet instant fatal lorsqu'on plaisantait avec quelqu'un où la farce tournait court et où on pouvait lire dans le regard de l'autre qu'on avait dépassé la ligne à ne pas dépasser. Celle séparant la blague de l'insulte. Des amitiés s'étaient dissoutes pour moins que ça. C'était un jeu dangereux à pratiquer, et Max' en était parfaitement conscient. Néanmoins, il était incapable de s'en empêcher. Vraiment. Il avait - brièvement - essayé, mais c'était devenu un automatisme chez lui, surtout lorsqu'il était en présence de McCornick. Son gros problème étant qu'il avait toujours eu du mal à repérer ladite ligne. Il était tellement adepte du sarcasme et du second degré doublé d'un sens du je m'enfoutisme assez développé une vraie perle que parfois, les mots allaient plus loin qu'ils ne l'auraient été s'il avait pu y réfléchir à tête reposée. Et en général, ça n'était pas un problème, tant pis si les gens étaient trop susceptibles, mais il n'avait clairement pas envie de perdre des amis pour autant.

Néanmoins, cette possibilité qui l'avait alarmé en voyant l'air affiché par McCornick suite à son énumération de surnoms disparut aussitôt qu'elle se mit à rire. Est-ce que son semi arrêt cardiaque était vraiment si drôle que ça ? Quelle cruauté, franchement ! Décidant qu'il n'était pas le seul coupable dans tout ça, il lui fit part de ses réserves (pour ne pas dire traumatismes) vis-à-vis des surnoms qu'elle lui attribuait. Elle était bien prompte à rejeter la faute sur lui, et ça, ça n'allait pas du tout ! Seulement, c'est cette dernière remarque qui sembla achever sa camarade, et la fit rire à s'en tenir les côtes. Il l'observa d'un air perplexe, se demandant quelle mouche l'avait piquée à présent. Cette fille passait de l'outrage à la bouderie en passant par l'hystérie non, il n'exagère pas à une vitesse alarmante. Voilà McCornick, tu as été diagnostiquée comme étant bipolaire. Prends tes médicaments, s'il te plait. Se retournant finalement vers lui, elle finit par lui offrir une réponse à sa - très juste - question. Ok. Cette fois il était perdu. Elle avait vraisemblablement pété une durite - était-ce sa faute ? Etait-il à l'origine de la folie de sa camarade ? Arrêtez-moi monsieur l'agent, je suis coupable. -, surtout qu'elle semblait croire qu'on ne se moquerait pas de lui si elle l'appelait comme ça en public ? Il suffisait qu'Ally l'entende, et il était mort de chez mort. Est-ce bien raisonnable de confier un poste à haute responsabilité à une personne mentalement instable ? McGo est vraiment à fond dans sa purge de l'école ! « Ouais, moi je pense que j'aurai surtout l'air d'un idiot, et qu'on va probablement se moquer de moi jusqu'à la fin de ma scolarité. Voire de ma vie. » objecta-t-il avec sérieux, observant la rouquine comme si elle pouvait perdre le contrôle et l'attaquer à tout instant. Bien sûr, il exagérait mais il n'y a pas qu'Ava qui peut mettre ses dons pour le théâtre à profit de son point de vue, il y avait tout un monde entre être un macho, et se laisser appeler Maximilixounet à haute voix.

McCornick étant apparemment décidée à lui faire comprendre que son prénom était trop long et qu'il était par conséquent de sa faute si les surnoms ridicules lui pleuvaient dessus, Max' lui proposa négligemment de transmettre directement son message à ses géniteurs si elle venait un jour à les rencontrer. Erreur. Grosse erreur. Manifestement, ça n'était pas son jour. La présenter officiellement à ses parents ? « Pft, tu n'attends que ça McCornick ! Ce n'est pas parce que tu emploies le second degré pour cacher la vérité que je ne suis pas en mesure de lire entre les lignes ! Essaye déjà de survivre à ma sœur, et on verra après pour les vieux. » répliqua-t-il du tac-au-ac, un sourire charmeur aux lèvres. D'accord, il avait été à deux doigts de perdre ses moyens et de bégayer comme un idiot à nouveau, mais il s'était magistralement rattrapé. Cette fille avait le don de le mettre dans des situations délicates. Elle prenait un malin plaisir à l'embarrasser, or il n'avait pas l'habitude que ce genre de chose se produise. Qui plus est, elle lui parlait de rendez-vous et de rencontres avec les parents, bien sûr que ça allait le troubler !

Décidément, le blond commençait à penser qu'Ava aimait jouer les offensées. Croisement de bras, mine boudeuse, elle se débrouillait franchement bien. Heureusement qu'elle n'était pas sérieuse, parce qu'autrement il l'aurait moins bien pris. C'était tellement lourd lorsque les filles se mettaient à vous faire la tête pour un oui ou pour un non ! En l'occurrence il l'a traitée de vache, mais c'est pareil. Il préférait gueuler un bon coup sur la personne qui le dérangeait pour ne plus rien avoir sur le cœur et passer à autre chose, plutôt que de passer des journées entières à leur faire savoir que "non, je ne te parle plus, ça se voit à mon air de bouledogue indigné non ?". Et puis, à sa décharge, il n'avait entendu que la moitié de ce que McCornick lui avait dit, tant il était concentré sur la prononciation et l'usage d'un mot en particulier. Sa réponse par défaut était donc de se la jouer, normal. Il venait quand même de lui donner l'autorisation de le jeter d'une tour monstrueusement haute - s'il lui posait un lapin, pas dans la vie en général, merci bien -, est-ce que ça n'aurait pas dû lui accorder une certaine immunité ? Visiblement, McCornick était sans pitié aujourd'hui.

Comme d'habitude, Max' n'eut à attendre que quelques minutes pour que la rouquine lui adresse à nouveau la parole. Cependant, ce qu'elle lui fit alors savoir lui déplut fortement. Finalement tu peux recommencer à bouder, merci. Elle voulait soi-disant changer de binôme pour s'associer avec Tyler. Pourquoi pas Rudy Spencer tant qu'elle y était ? Nouveau jeu d'alcool: bois un shot à chaque fois que Rudy est cité dans un post. Quoique, niveau carrure, Tyler restait plus gérable que Rudy pour le blondinet. Pas qu'il compte le jeter du haut d'une pente très abrupte, mais un peu. Agacé, il fit néanmoins savoir à sa camarade qu'il lui donnait carte blanche pour changer, si c'était son désir, tout en précisant que si elle finissait estropiée, ça relèverait de sa seule et unique responsabilité. « Nom complet, carrément ? » nota-t-il avec étonnement, perdant quelque peu de son sarcasme. « Et je ne te trouve pas grosse non plus ! » précisa-t-il tout en sachant parfaitement qu'elle ne disait ça que pour le contrarier à nouveau. « En somme tu préfères perdre gentiment une narine plutôt que de rester avec un binôme normal. » conclut-il sans cacher son incrédulité, observant McCornick comme si elle avait définitivement perdu les pédales. Alexandra au couvent, et Ava à l'asile. Moui, ça semble raisonnable.

McCornick semblait décidée à confirmer les soupçons que Max' développait concernant sa santé mentale, car elle se mit alors à défendre Bradley et l'esthétique de ses farces. Solidarité entre Poufsouffle, tout ça. Visiblement, le fait qu'il ait été agressé par des chauve-souris géantes et de couleur anormale ne la traumatisait pas plus que ça. « Oh oui, c'est sûr que manquer de décapiter trois personnes avec un frisbee était très distingué. » confirma-t-il d'un ton dégoulinant d'ironie. Ce type était un danger public, oui ! Dixit l'individu qui a participé à une bataille de bouffe dans la grande salle la semaine de la rentrée. A choisir, il préférait sans doute Bradley à Tyler, cela étant, ça n'était pas mettre la barre très haut. Plutôt que d'être impressionnée devant les aventures qu'avait dû vivre Max' pour parvenir jusqu'à elle, McCornick préféra cependant - comme à son habitude - se moquer de lui, ce qui fit soupirer le Serdaigle avec exagération. « Non ça ira, pas la peine. » répliqua-t-il, réalisant non sans une certaine résignation qu'il ne parviendrait jamais à lui faire cesser de l'appeler par des sobriquets ridicules au possible. Injustice.
[1385]
Cadeaux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Escaliers farceurs [ PV ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Escaliers farceurs [ PV ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujet clos année 16-
Sauter vers: