AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 THEME l I hate those freaking ghosts !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Commerce

Parchemins : 843
Âge : 14.07.1990 - 23 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: THEME l I hate those freaking ghosts !   Lun 3 Fév - 11:49



Romilly Bradley

La dernière année de Joy avait commencé depuis environs deux mois et demi. On était mi-novembre, et tout semblait bien se passer pour l’anglo-bulgare. Son histoire avec Roy allait comme sur des roulettes, même s’ils étaient loin d’être un couple normal. Enfin, si ils étaient tout à fait normaux, mais ils ne passaient pas tout leur temps à s’embrasser, devant le nez de tout le monde. Joy n’était pas Opalyne, quand bien même elle aimait toujours autant sa meilleure amie. Même si cette dernière avait quitté l’école, d’ailleurs. Joy avait finit par recevoir une lettre de la rousse, et elles s’écrivaient maintenant assez régulièrement. La Gryffondor s’inquiétait pour son amie, ce qui était normal. après tout, elle avait quitté l’école du jour au lendemain et avait été muette comme une carpe pendant quelques temps ! Heureusement, tout allait bien. Malgré les pluies diluviennes d’octobre, tout était calme à Poudlard. Ou presque. Il y avait une telle agitation pour les entrainements et autres matchs de Quidditch que parfois, Joy avait du mal à suivre. Le premier match avait été gagné par Serpentard, qui avait fait un match serré contre Poufsouffle… Joy était triste pour Poufsouffle, c’était la maison de sa mère et celle de son petit-ami, alors forcément, elle l’aimait bien, cette maison… Mais bon, elle était une grande fille, et un peu chauvine quand même -ce n’était pas pour rien qu’elle continuait de parler en bulgare quand elle le pouvait- donc elle était quand même à cent pour-cent derrière l’équipe de sa maison !

Aujourd’hui, Joy était plutôt contente. Elle devait retrouver Roy un peu plus tard, et elle avait reçu une lettre de son père ainsi qu’une d’Alek. Elle ne voyait pas beaucoup son cousin, alors elle lui avait fait promettre de lui écrire. Bizarrement, il s’y tenait. Joy n’était pourtant pas la personne que l’on pouvait le plus craindre, mais bon… Après tout, ils étaient un peu comme frère et soeur. Ce qui était sûr, c’est qu’ils étaient plus que de simples cousins. Enfin bref. Elle devrait leur répondre, mais là, elle devait se rendre à la bibliothèque, pour un devoir de potions. Joy adorait les potions et avait de très bonnes notes dans cette matière. C’était pour elle, l’une des matière les plus simples. Il suffisait de tout retenir par coeur, et elle n’avait pas besoin de prononcer quoi que ce soit. Même si son accent s’était fortement diminué en six ans de scolarité, elle avait toujours du mal quand il fallait dire un sortilège. Mais avec tous les efforts qu’elle faisait, on ne lui en voulait généralement pas trop… Après tout, depuis sa première année, où aucun sortilège ne réussissait du premier coup, elle s’était nettement améliorée !

Alors qu’elle tournait dans un couloir, elle eut une désagréable sensation. Une sensation de froid, de mort, qui lui traversait tout le corps. C’était horrible, désagréable au possible et Joy laissa un petit cri de panique sortir d’entre ses lèvres. Quand elle se retourna, elle vit le Baron Sanglant qui lui faisait face, l’air en colère. Joy n’aimait pas les fantômes, bien que ceux de Poudlard étaient relativement gentils. Sauf le Baron… D’ailleurs, ce n’était pas pour rien si les autres fantômes l’évitait également. Joy esquissa un geste de recule mais il se mit à lui crier dessus en gesticulant comme un fou. Joy paniqua et prit ses jambes à son cou. Elle n’aimait pas les fantômes, les bêtes qui étaient énormes et qui faisaient peur, alors forcément, le Baron en colère… Mais ce n’était même pas sa faute en plus ! Alors qu’elle se retrouvait dans un autre couloir, elle tomba sur Romilly. Ouf, plus de Baron… Au moins, il ne l’avait pas suivie, c’était déjà ça.

« Romilly ! Salut ! »

Joy reprit sa respiration. Elle n’était pas sportive, alors courir autant, non ce n’était pas dans ses habitudes. Bon, Romilly n’était pas non plus sa super copine -Joy l’aimait beaucoup, elle la trouvait sublime et elle la jugeait même comme étant son modèle- mais elles se connaissaient, pour être de la même année, parce que Romilly était la jumelle de Roy et qu’elle sortait avec Alek. En fait, les   Benson -oui, parce que Joy était une Benson par sa mère, ne l’oublions pas !- avaient un truc pour les Bradley et inversement…

« Euh, tu vas bien ? Je… Je suis tombée sur le Baron… Il n’est pas commode… »

D’un, il n’était pas commode, de deux, il lui avait crié dessus alors qu’en fait, c’était lui, quand même, qui l’avait traversée comme si elle n’était qu’un mur…


[756]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Indépendant

Parchemins : 440
Âge : 23 ans (6 juin 1990)
Actuellement : Organisatrice dans l'événementiel sorcier.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: THEME l I hate those freaking ghosts !   Lun 3 Fév - 18:57


    Tomber sur une Joy essoufflée était le pompon d'une journée qui avait mal commencé pour Romilly. Ses cheveux frisottaient à cause de l'humidité ce qui avait le don de l'énerver, une fille s'était moquée d'elle (oui, quelqu'un avait osé, mais attention, ça finirait par lui retomber dessus) parce qu'elle portait trop strictement son uniforme (Romilly aimait les règles, tout le monde à Serpentard n'était pas obligé de braver l'autorité juste pour le plaisir de le faire) et elle n'avait pas obtenu un optimal à son dernier devoir de métamorphose (or, Romilly obtenait toujours des optimals ! Elle s'en faisait une règle!). Et voilà que pour couronner le tout, elle tombait sur cette cruche de Joy. Entendons-nous bien, Romilly se montrait toujours aimable avec Joy, elle s'en faisait une règle là aussi, comme pour ses bonnes notes, parce que Joy était la cousine d'Alek avant d'être la petite amie de son frère. Si ça n'avait été que ce dernier statut, elle l'aurait ouvertement détestée. Mais pour Alek (et un peu pour Roy), elle faisait un effort. Cela dit, comme Romy n'était pas vraiment une fille chaleureuse avec ceux qui n'entraient pas dans la catégorie de ses proches (et non, en dépit des trop nombreux liens entre elles, Joy n'était pas quelqu'un de proche selon Romilly), elle resta bien droite perchée sur ses chaussures à talon – comme quoi, son uniforme n'était pas si strict que ça – et gratifia la copine de son frère d'un haussement de sourcil interrogateur.

    « Bonjour Joy. » Le ton était neutre, pas d’agressivité, pas spécialement de froideur non plus, juste neutre. Jamais elle ne se permettrait de montrer à Joy combien elle l'agaçait avec sa gentillesse mielleuse et son teint parfait sans maquillage (si, si, ça fait bien parti des raisons de l'agacement de Romy). Tout chez Romilly de son image jusqu'à ses réactions était contrôlé, millimétré et, par le fait, insondable. Même si Alek devait bien se douter que Joy était un problème pour Romilly, elle ne lui avait jamais laissé la moindre occasion de lui faire un reproche sur le sujet. Idem pour Roy. D'autant, qu'au fond, Romilly savait bien qu'il fallait qu'elle s'y fasse, voilà des années que son frère n'était plus juste à elle. Il y avait d'autres femmes dans sa vie tout comme elle était elle-même un peu sortie de son brother complex pour faire de la place à Alek. Mais là résidait aussi une partie du problème de Romy avec Joy, car elle ne devait pas partager que Roy avec elle, elle devait aussi partager Alek. C'était beaucoup pour une une fille comme elle. Quand elle y pensait, elle se disait que, ma foi, c'était aussi le cas dans l'autre sens. Roy serait toujours son frère jumeau et ils seraient toujours très proches, et comme elle était la petite amie d'Alek, il devait lui accorder du temps qu'il ne passait pas avec Joy. C'était supposé être équitable. Ça l'était. Elle le savait. Mais le cœur a ses raisons... enfin vous connaissez la suite.

    Cela étant, elle ne désespérait pas de se faire un jour à Joy dans la mesure où elle n'avait rien contre elle de réel. N'empêche que la vipère doutait pouvoir un jour être amie avec elle. Qu'auraient-elles à se dire ? Elles avaient peut-être des affinités avec plusieurs personnes communes, mais elles deux, elles étaient comme le jour et la nuit. La preuve à l'instant. Comment pouvait-on réagir ainsi juste à cause d'un fantôme ? Elles étaient en septième année nom d'un gobelin ! Le Baron Sanglant n'avait plus rien d'effrayant et de mystérieux après tant d'années ! Comment Roy avait-il pu passer d'une casse-cou comme Ehawee à une pleurnicheuse comme Joy ? Remarquez, elle ne devait pas être si peureuse qu'elle en avait l'air, c'était une Gryffondor après tout (mais là, dans l'instant T, Romy se sentait plus courageuse qu'elle).

    « Il ne l'a jamais été. Après tout, il a tué la dame grise avant de se suicider quand il était vivant. Mais c'est un fantôme tu sais, aussi peu commode soit-il, il ne peut absolument rien te faire. » Le ton de Romilly était raisonnable, un peu comme une grande sœur parlant à une petite, mais bon, ça c'était le ton qu'elle prenait avec presque tout le monde, y compris Roy (il faut dire qu'elle gérait les bêtises de son jumeau depuis leur naissance).

    « Sinon, ça va. Tu as reçu une lettre de Alek toi aussi ? » Elle en avait eu une dernièrement, elle supposait que Alek faisait dans le package et qu'il leur écrivait à toutes les deux en même temps. Elle l'avait vu récemment lors d'une sortie à Pré-au-lard mais elle avait hâte d'être aux prochaines vacances pour pouvoir à nouveau être avec lui. Quant à Roy, elle l'avait vu quelques heures avant, elle lui avait confié ses préoccupations du moment, mais bon, comme toujours, ils avaient été obligé de se séparer rapidement pour vaquer à leurs obligations respectives. Elle était habituée maintenant !

{832}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 843
Âge : 14.07.1990 - 23 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: THEME l I hate those freaking ghosts !   Lun 3 Fév - 19:46

Joy ne parlait pas vraiment à Romilly. Le fait qu’elles soient dans la même année leur permettait d’échanger les politesses de base, mais il était vrai qu’à part cela, elles ne se parlaient pas vraiment. Romilly était pourtant une amie d’Opalyne, qui était la meilleure amie de Joy. Elle était également la jumelle de Roy, qui était le meilleur ami de Joy, et qui, plus récemment, était devenu son petit-ami. Et pour finir, elle était la petite-amie d’Alek, qui n’était personne d’autre que le cousin de Joy -qu’elle considérait d’ailleurs plus comme son frère que comme son cousin- Et pourtant, les deux septièmes années ne se parlaient pas tant que ça. Joy trouvait que Romilly était un modèle à suivre. Bon, peut-être pas sur tous les points, Romilly était tout de même bien différente de Joy, et la bulgare n’arriverait sûrement pas à capter son ton neutre et sa distance avec les autres, même avec un siècle d’entrainement, mais elle avait une assurance exceptionnelle. Elle avait confiance en elle, savait ce qu’elle voulait et ce qu’elle devait faire pour l’obtenir. Non, vraiment, si Joy avait pu, elle aurait aimé être un peu plus proche de Romilly, parce qu’elle était persuadée qu’elle pouvait apprendre beaucoup de choses de la Serpentard. Oui, bon, Romilly était une Serpentard, ça compliquait un peu les choses, mais avec tous les liens énumérés plus tôt, Joy pouvait tout à fait faire une exception ! D’ailleurs, elle était bien amie avec Arlan, qui lui aussi était à Serpentard !!

Comme elles ne se parlaient pas, Joy ne savait pas si Romilly l’appréciait ou pas. Ce qui était sûr, c’est qu’elle ne lui parlait pas comme elle parlait à ses amies. Elles ne devaient donc pas être amies. Cette pensée chagrina Joy, qui aurait vraiment voulu que se soit l’inverse. Elle était peut-être trop différente de Romilly pour que cela soit possible… Pourtant, la plus grande différence était celle qu’il y avait entre les jumeaux Bradley eux-même… Romilly était à Serpentard et Roy à Poufsouffle… Ce n’était pas vraiment les mêmes maisons ! Si Joy avait pu être répartie à Poufsouffle, peut-être que Romilly l’aurait acceptée d’avantage… Les querelles Serpentard/Gryffondor lui semblait pourtant bien lointaines… Mais bon, elle ne faisait que supposer… Après tout, Romilly ne s’était jamais montrée méchante avec elle -peut-être à cause d’Alek, qui la protégeait comme la prunelle de ses yeux, ou que Roy et elle étaient très proches- donc Joy pouvait espérer un peu plus, plus tard ?

« C’est triste, tu ne trouves pas ? De tuer la personne que l’on aime… D’accord, elle ne l’aimait pas, mais quand même… Et oui, je sais mais… Enfin, il n’est vraiment pas très sympathique… »

Joy avait été traumatisée dans son enfance par un Loup-Garou qui voulait la dévorer elle, alors qu’elle n’avait que cinq ans. Sa mère s’était interposée et le temps que son père puisse dire ou faire quoi que se soit, le monstre s’en était pris à sa mère. Alors bon, quand on était trop violent avec elle, Joy revoyait cette époque de sa vie défiler devant ses yeux. Elle avait nourris ses cauchemars pendant des années, et maintenant, seulement, elle arrivait à s’en détacher. Mais ce n’était pas évident. Alors même si le Baron ne pouvait rien lui faire, Joy ne supportait quand même pas qu’on la brusque. C’était sans doute pour cela que des idiots -dont cet affreux Riley, de son année- lui en faisait voir de toutes les couleurs… Franchement, elle ne voyait pas ce qu’il y avait de drôle là-dedans.

« Ah, oui, j’en ai reçue une ce matin ! J’attends une réponse d’Opalyne aussi, je ne pensais pas qu’elle quitterait l’école comme ça… Enfin bref. Tu vas reprendre Sterne cette année aussi ? Roy ne m’en dit que du bien ! »

Et c’était vrai. Joy ne mentait jamais de toute façon. En fait, elle était peut-être un peu trop Poufsouffle pour Gryffondor… Quoi que, malgré le fait qu’elle ait eut du mal à se remettre de l’attaque du Loup-Garou, elle n’était plus autant une poule mouillée. Grace à Roy, en grande partie. Le jumeau de Romilly était une tête brûlée et il poussait toujours Joy au-delà de ses limites. Bien sûr, il faisait cela pour son bien -ou du moins, c’était ce qu’il lui disait- mais des fois, Joy se demandait si ce n’était pas juste pour ne pas être tout seul si jamais sa farce tournait mal… Enfin, le jour où elle entrerait dans la Cabane Hurlante n’était quand même pas près d’arriver !

[760]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Indépendant

Parchemins : 440
Âge : 23 ans (6 juin 1990)
Actuellement : Organisatrice dans l'événementiel sorcier.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: THEME l I hate those freaking ghosts !   Mar 4 Fév - 10:00

    Ce qui avait parfois tendance à agacer Romilly à propos de Joy, c'est que tout le monde dans Poudlard savait combien la vipère ne supportait pas les filles qui approchaient son frère de trop près et que Joy ne s'était jamais rendu compte de cet état de fait. Enfin, elle n'était pas idiote, elle devait bien savoir que Romilly n'était pas toujours cette façade polie et aussi lisse que de la glace. Elle l'avait déjà vue en compagnie de Roy justement où elle était toujours souriante même si elle se comportait quand même comme la grande sœur moralisatrice qu'elle était (enfin, ils étaient jumeaux, mais c'était une question de caractère), en compagnie d'Alek aussi où elle était gracieuse et envoûtante comme une féline en recherche de câlin (normal, c'était son copain), sans compter d'autres personnes qu'elles avaient en commun dans leur relation par Sterne et avec qui Romy, en dépit de ses airs de cheftaine scout, était quand même un peu plus souriante qu'avec la cousine de son petit ami. Cependant, quel chance elle avait d'être, justement, la cousine d'Alek ! Depuis le début, c'était ce qui l'avait protégé de la méchanceté gratuite dont Romilly savait faire preuve quand on pénétrait dans son territoire sans autorisation. Car même avant que la bulgare ne sorte avec son frère, elle en était très proche, mais de son côté aussi Romy était déjà amie avec Alek. Elle bénéficiait d'une sorte de grâce diplomatique que notre vipère lui conférait avec toute la retenue dont elle savait faire preuve.

    Tout ceci n'avait donc rien à voir avec la maison de la jeune lionne, elle aurait pu être à Serpentard comme elle, ça aurait été du pareil au même, après tout, Romy n'avait jamais vraiment réussi à pardonner à Ehawee d'être sortie avec Roy alors qu'elles se voyaient au club toutes les semaines. Seulement ça, Joy semblait ne pas le comprendre. Peut-être parce qu'elle n'était elle-même pas possessive et que donc elle ne voyait pas le problème. Romy savait bien que c'était elle qui avait un problème et pas Joy. Tout aussi bien qu'elle avait pleinement conscience que Joy devait être une fille sympa puisque tout le monde autour d'elle l'adorait. Le truc c'est qu'entre savoir et ressentir, il y avait un gouffre, et Romilly étant ce qu'elle était, elle se contentait simplement de le traverser avec mesure et pondération pour ne froisser personne.

    Jamais elle ne se montrerait désagréable avec Joy, mais jamais Joy n'avait eu l'occasion de voir la vraie Romilly, elle avait toujours à faire à sa façade publique soigneusement travaillée depuis son enfance. Une façade, polie, attentive, souriante même parfois, mais qui n'avait rien à voir avec la fille qu'elle était vraiment. Malgré ses défauts (nombreux), la vraie Romilly était bien plus sympathique que son image publique, parce qu'elle était plus proche de ce qu'était Roy notamment. En gros, ce qui manquait dans la relation de Romy avec Joy, c'était un peu de spontanéité, mais la vert et argent croyait vraiment que c'était mieux comme ça. Elle n'était pas encore guérie de ses blessures au cœur, alors elle n'était pas prête, peut-être qu'avec du temps Alek arriverait à combler le vide laissé par Roy et que tout s'arrangerait, mais ils n'y étaient pas encore. Alek était Alek, Roy était Roy, et c'était la partie d'elle-même qu'elle avait laissé à son jumeau qui la faisait souffrir. Sans s'en apercevoir, Roy avait pris avec lui tout un morceau de ce qu'elle était et il l'avait emmené très loin sans même se retourner, sans voir la souffrance de sa jumelle. Romilly avait beaucoup pleuré à cette époque là, désormais, elle l'acceptait, comme on accepte une cicatrice qui ne disparaîtrait jamais vraiment mais qui s'estompait peu à peu. Roy ne savait pas, Alek non plus, Joy encore moins par le fait, le seul qui savait c'était Rhys, son meilleur ami. Mais franchement, ça ne rendait pas les choses plus évidentes, Rhys ayant pour elle des sentiments qu'elle ne partageait pas.

    Mais revenons-en à nos histoires de fantômes et plus particulièrement aux histoires d'amour des dits fantômes. « Un tueur de jeune femme ne peut certes pas être sympathique, mais tu ne devrais pas faire attention à lui, c'est lui accorder bien trop d'importance, crois-moi. Je déteste ce fantôme encore plus que Mimi Geignarde, si tout ceux qui souffrent par amour devaient en venir au meurtre, l'humanité n'en aurait plus pour très longtemps. » C'était peut-être la plus longue phrase que Romilly adressait à Joy depuis qu'elle la connaissait, la plus personnelle aussi. Romilly savait bien ce que ça faisait de souffrir par amour car elle avait souffert (oui, elle aimait son frère d'un amour fraternel mais d'un amour quand même bien plus profond que tout ce qu'on pourrait imaginer) et elle avait aussi fait souffrir ce pauvre Rhys. Aux dernières nouvelles, tout le monde était encore en vie et elle trouvait que c'était très bien ainsi. Ils n'étaient pas des animaux tout de même ! Et puis, le Baron Sanglant avait poussé le crime jusqu'au vice, en témoignait les tâches de sang qui le poursuivait jusque dans la mort. En bref, le fantôme des Serpentard était un être odieux qui avait pour seul avantage d'avoir un peu d'influence sur cet affreux Peeves, un des autres problèmes de fantôme récurent de l'école (mais Peeves était un esprit frappeur, ce n'était pas exactement pareil).

    « Je n'ai pas de nouvelles d'Opalyne, mais je ne suis pas tellement étonnée de son départ. Les études ne semblaient pas l'intéresser plus que ça, elle a été jusqu'aux BUSES, c'est déjà ça, elle ne part pas sans diplôme dans la vie. » Carriériste jusqu'au bout des ongles, Romilly n'imaginait pas qu'on puisse arrêter avant d'avoir un diplôme, ou au moins, un diplôme moldu comme ce que faisait Rhys, la vie devenait tellement plus compliquée dans le cas contraire ! « Je reprends Sterne pour la dernière année, mais je vais organiser une élection pour choisir ma remplaçante, je ne peux pas laisser le club sans personne pour y veiller. » Sens des responsabilité : 100%. ça aussi c'était Romilly. Ce n'était pas pour rien qu'on la traitait pour surmenage...


{1 017}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 843
Âge : 14.07.1990 - 23 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: THEME l I hate those freaking ghosts !   Mer 5 Fév - 21:36

Joy comprenait tout à fait ce que disait Romilly. Mais quand même, elle ne pouvait pas ignorer le Baron. Il lui fichait la trouille dès qu’il passait près d’elle, avec ses tâches de sang partout, son air hautain et suffisant et sa légendaire gentillesse… Alors bien sûr, elle aurait mieux fait de faire comme s’il n’existait pas, comme la plupart des autres élèves et des autres fantômes, mais elle avait un passé qui faisait que c’était impossible pour elle. Elle essayait, pourtant, d’être un peu plus courageuse, un peu plus Gryffondor, mais elle avait l’impression de faire trois pas en arrière quand elle en faisait un en avant… Cela dit, elle avait tout de même trouvé le courage de dire à Roy ce qu’elle ressentait réellement pour lui ! D’accord, il avait parlé le premier, mais au moins, elle n’avait pas pris ses jambes à son cou !

« Oui mais… Sir Nicholas est tout de même plus gentil… »

Après, Sir Nicholas n’était pas de la même trempe que le Baron. Quoi que, on l’avait tout de même décapité ! Enfin, presque décapité… Mais quand même ! Sir Nicholas n’avait tué personne ! Il avait juste été accusé de sorcellerie dans un temps où il ne faisait pas bon d’être un sorcier… Concernant Opalyne, Joy fut surprise que Romilly n’ait pas de nouvelles. L’an passé, elles étaient pourtant souvent ensemble non ? Mais après, Opalyne faisait ce qu’elle voulait, ce n’était pas à Joy de décider pour elle à qui elle devait écrire. Elle se rassurait déjà toute seule d’avoir eut des nouvelles de sa meilleure amie et de ne pas l’avoir perdue une seconde fois. -Oui, car rappelons le, Lyne s’était éloignée de la Gryffondor fut un temps, avant de revenir en s’excusant. Joy n’étant pas vraiment rancunière, l’avait pardonnée sans chercher bien loin… Mais tout était de la faute d’Emeric… Oui, les absents ont toujours tort !-

« Oui, c’est sûr… Je ne sais pas où elle va aller travailler… Tu sais ce que tu vas faire toi, plus tard ? »

Joy n’avait plus à se poser de questions depuis cet été. Si au départ, elle avait pensé travailler dans une animalerie, sur le chemin de Traverse, ou dans une librairie -ou quelque part où il n’y aurait pas de bêtes énormes, qui faisaient peur et qui risquaient de l’avaler toute crue- elle avait rapidement oublié tout cela. Son père l’avait convoquée dans son entreprise, pour lui dire qu’elle allait en hériter, qu’elle deviendrait, un jour, la patronne de tout ce petit monde. Joy avait été sur les fesses vraiment. Elle n’aurait jamais cru que son père lui laisserait une telle responsabilité. Oh, bien entendu, Joy n’allait pas devenir gérante de Chaudrons et Apoticarius du jour au lendemain ! Son père n’était pas fou non plus -quoi que…- Elle allait devoir apprendre les différents métiers que l’on pouvait y avoir, prendre des cours pour savoir comment gérer une entreprise… Mais son père avait déjà presque tout régler, Joy n’avait plus qu’à dire oui ou non. Elle avait dit oui, bien entendu, ravie que son père lui fasse tant confiance. Elle aurait aimé travailler main dans la main avec son cousin, mais elle savait qu’Alek avait d’autres chats à fouetter… Bref. Le sentiment de mal-être suite au passage du Baron à travers son petit corps s’effaça enfin, mais Joy ressentit autre chose. Elle était empathe, mais du niveau débutante voire même grande débutante. Cependant, elle savait faire la part des choses.

« Dis euh… Tu… Tu ne m’aimes pas trop, non ? Je… C’est difficile à expliquer mais… J’ai l’impression que… Enfin, que tu préfèrerais être autre part que là à me parler… »

Bien sûr, Romilly préfèrerait sûrement être avec Alek, ça coulait de source. Ou avec son frère, Joy n’était pas non plus stupide… Mais oui, elle ressentait quelque chose de froid provenant de Romilly. Quand elle comparait cela à ce qu’elle ressentait quand elle était avec Ehawee, Roy ou encore son cousin, c’était bien différent. Cela se rapprochait même un peu de ce qu’elle ressentait quand elle était près de Nikolaï ou de Riley. Sauf que Nikolaï la détestait ouvertement, qu’il le lui faisait savoir dès qu’il en avait la possibilité, et que Riley la prenait pour son punching ball portable… Oh, ce n’était pas si intense avec Romilly, et Joy ne faisait d’ailleurs pas vraiment la différence entre les différents sentiments et émotions que les autres pouvaient ressentir, elle ne sentait que du bon et du mauvais, à plus ou moins grande échelle. Elle se sentait par exemple très mal aux côtés de Kolia et rayonnait aux côtés d’Ehawee qui était pleine de vie et de bons sentiments… C’était compliqué à vivre, mais pour l’instant, elle se contentait de cela. Son père lui avait dit qu’elle pouvait éventuellement travailler son don pour l’améliorer, mais elle préférait finir sa scolarité avant. Son don pouvait bien attendre…

[805]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Indépendant

Parchemins : 440
Âge : 23 ans (6 juin 1990)
Actuellement : Organisatrice dans l'événementiel sorcier.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: THEME l I hate those freaking ghosts !   Jeu 6 Fév - 18:39

    Romilly haussa nonchalamment les épaules : « Oui, en effet, heureusement qu'il y a des fantômes plus sympathiques, sinon ce serait vraiment désagréable de les avoir à Poudlard. Déjà qu'ils font des cachotteries. » Romilly avait remarqué ça récemment, mais comme elle était un peu égocentrique par moment, elle n'y prenait pas vraiment garde. C'était juste quelque chose qu'elle avait noté, comme ça, simplement en passant.

    « Je ne sais pas, elle ne me l'a pas dit non plus. » Répondit la brunette à propos de l'avenir de leur amie commune, quant à elle « Je compte travailler dans l’événementielle pour mettre à profit mes qualités d'organisation. » On aurait pu croire (et certains l'avaient fait) qu'elle se lancerait dans une carrière artistique ou du moins dans un milieu où elle pourrait briller, mais elle avait depuis longtemps abandonner ses rêves de grandeur. Elle voulait être parfaite mais plus être reconnue comme telle. L'opinion d'Alek et, parfois, celle de Roy, étaient les seules qui comptaient à ses yeux. En parlant de ça, justement, Joy se mit à avoir une réflexion complètement sortie de nul part (c'était quand même dommage vu les efforts que faisaient Romilly pour être aimable). La plus posée des Bradley haussa un sourcil perplexe (parfaitement épilé au passage) et observa la petite amie de son frère un moment en silence. Elle le laissa s'installer, rester, elle ne pouvait pas répondre à ça comme ça, sans réfléchir, c'était trop brutal. Elle aurait pu mentir, mais elle ne supportait pas le mensonge. Romilly était quelqu'un de droit qui voulait toujours pouvoir se permettre d'être droite dans ses chaussures et le menton haut quelque soit la situation. Bien sûr, sa fausse personnalité était une forme de mensonge, mais ce n'était pas comme dire à quelqu'un qu'on l'aime quand ce n'est pas le cas. Sa carapace ne faisait de mal à personne et ne concernait qu'elle.

    Finalement, elle se défigea et reprit la parole pour répondre. « Disons que tu n'es pas la personne que je préfère dans l'école. Mais je ne te déteste pas non plus. Tu es indirectement responsable de quelque chose de grave qui s'est passé dans ma vie il y a quelques années, donc je ne peux pas te voir comme une amie. Crois-moi cependant quand je te dis que j'aimerai qu'il en soit autrement, ne serait-ce que pour faire plaisir à Roy et Alek. Par ailleurs, sache que tu n'es pas mon ennemie, je ne te ferai ni te dirai du mal, je pense même que si la situation se présentait, je serai prête à prendre des risques pour te venir en aide dans une situation dangereuse. Tu es importante. Mais tu n'es pas mon amie. T'en plains-tu ? Trouves-tu mon attitude dérangeante ? Si tu le juges nécessaire je peux en changer. Ce que je ressens en revanche, je n'y peux rien, j'ai trop souffert.... » Et elle lui dirait volontiers pourquoi si elle le demandait pour peu qu'elle puisse être sûre que Joy n'irait pas le répéter. Car c'était déjà beaucoup pour Romy d'avouer sa souffrance, mais elle voulait que Joy comprenne que ce n'était pas de la haine, elle était juste la concrétisation involontaire de ce qu'elle avait perdu voilà déjà trop longtemps...


{540}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 843
Âge : 14.07.1990 - 23 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: THEME l I hate those freaking ghosts !   Jeu 6 Fév - 23:07


Les fantômes étaient tous différents, encore heureux. Comme le disait si bien Romilly, s’ils étaient tous comme le Baron -ou comme Peeves, en soit, c’était presque pareil- cela aurait été insupportable ! Par contre, elle ne voyait pas du tout de quelles cachoteries Romilly voulait parler. Mais comme elle ne fréquentait pas tant que ça les fantômes non plus, peut-être que la Serpentard avait vu ou entendu quelque chose qui lui laissait penser que les fantômes avaient des petits secrets. Joy s’en fichait à vrai dire, plus elle en était loin, mieux elle se portait. C’est pourquoi elle ne lui demanda pas d’explications là-dessus. Les fantômes, très peu pour Joy. Quant au travail que visait Romilly, cela étonna Joy. Oh, elle la voyait briller, bien sûr, mais contrairement aux autres, elle ne la voyait pas forcément dans le domaine artistique. Selon elle, Romilly avait besoin de reconnaissance dans un monde où il était difficile d’en obtenir. Certes, le monde du spectacle, ce n’était pas le monde des Bisounours… Mais elle la voyait bien plus femme d’affaires que danseuse…

« Oh, je pensais que tu irais au Ministère… Enfin, ça doit être possible d’avoir ce genre de place là-bas… »

Joy ne connaissait pas tous les postes qu’il y avait au Ministère, mais peut-être y avait-il ce que Romilly recherchait. Quant à la suite… Un long silence s’installa entre les deux jeunes femmes. Un silence qui ne disait rien de bon à Joy et qui la stressait d’avantage. Elle n’aurait peut-être pas du poser cette question, au final… Oui, rester dans le doute, ce n’était peut-être pas plus mal… Elle aurait pu en parler avec Ehawee, voir ce que sa camarade avait à lui dire là dessus, si elle pouvait la conseiller… Mais forcément, Joy avait voulu savoir… Quelle idiote ! Quand Romilly reprit la parole, Joy resta bouche bée. Elle avait blessée Romilly, gravement, apparemment, sans même s’en rendre compte. Joy se sentit mal. Elle était sûrement l’une des dernières personnes de Poudlard capable de faire du mal à qui que ce soit… Pas dit que Kolia dise la même chose, mais en tout cas, elle n’avait jamais voulu blesser Romilly !

« Hein ? J’ai… Je ne voulais pas te blesser ou te faire du mal, c’est… Je suis vraiment désolée, ce n’était pas dans mes intentions… »

Joy mourrait d’envie de lui demander ce qu’elle avait fait. Car elle avait beau chercher dans ses souvenirs, elle ne voyait ce qu’elle avait bien pu faire pour faire souffrir autant Romilly. Et elle s’en voulait vraiment ! Parce qu’elle avait trouvé la jumelle de Roy comme un modèle, un exemple à suivre. Oh, bien sûr, tout le monde ne pensait pas la même chose que Joy, mais si elle ne pouvait lui copier qu’un peu son aisance et son estime d’elle-même…

« Oh, non, tu es très polie, ça c’est pas un problème, en tait, oui, j’aurais préféré qu’on soient amies, tu… Enfin, tu es tellement sûre de toi, c’est… Je t’envie mais… Je ne te trouve pas méchante, hein, ne penses surtout pas ça ! J’ai juste… Je ressens les émotions des autres et… Enfin voilà… »

Joy triturait ses doigts, nerveuse. Peu de gens savaient pour son don. Son père, ses grands-parents maternels et paternels, Alek, bien évidement, et Roy. Pour le reste, elle laissait planer le mystère. Bon, il fallait avouer qu’elle ne s’en servait jamais aussi, elle se contentait de le ressentir, sauf quand elle était avec Inga, sa louve, ou Yuuhi, son chat. Mais il s’agissait d’animaux, c’était encore différents. Elle avait peur de passer pour un monstre, déjà que Riley ne s’était pas gêné pour lui faire remarquer qu’elle avait grandit d’un coup et que ses yeux changeaient de couleurs… Mais Riley ne l’aimait pas, c’était un fait.


[631]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Indépendant

Parchemins : 440
Âge : 23 ans (6 juin 1990)
Actuellement : Organisatrice dans l'événementiel sorcier.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: THEME l I hate those freaking ghosts !   Ven 7 Fév - 15:53

    « Je ne sais pas encore si je ferai ça au ministère ou dans le privé, je verrai en fonction des offres qui se présenteront à moi. » Ce n’était pas vraiment une question réglée, mais au moins avait-elle décidé dans quel milieu elle ferait son entrée dans le monde professionnel. Elle y avait mûrement réfléchi avant de prendre sa décision.

    « Evidemment, tu es désolée… » Soupira Romilly, elle se doutait que quelqu’un comme Joy allait aussitôt s’excuser, mais c’était désespérant pour quelqu’un comme elle. Surtout que la jeune fille n’avait strictement aucune raison de s’excuser, Romy savait très bien qu’entre elles le souci venait de la serpentard et pas de la gryffondor. Le sentiment négatif que la brunette ressentait envers la cousine d’Alek n’avait rien de raisonné. Elle détestait cette partie d’elle bien plus qu’elle ne détestait Joy en réalité. Elle allait dire quelque chose, raconter, mais les fantômes (le Baron Sanglant et Nick justement), passèrent juste à côté d’elle. Romilly se mit entre les fantômes et Joy pour la protéger (en quelque sorte du moins), mais les deux fantômes étaient en grande conversation et ils disparurent rapidement. Elle leur jeta un coup d’œil circonspect et elle se reconcentra sur Joy.

    « Allons nous asseoir, je vais t’expliquer. » Finit-elle par dire, entraînant (presque de force) Joy. Romilly était au moins rassuré sur le fait qu’elles étaient d’accord : elle n’avait jamais fait preuve d’impolitesse à son égard. Elle était un peu surprise que Joy ressente les émotions. C’était bien la peine de se donner tant de mal pour cacher ce qu’elle pensait. Quant au fait qu’elle soit sûre d’elle, ah ! Si Joy savait ! Enfin, en théorie, elle allait savoir. Romilly allait crever l’abcès une fois pour toute. Si leurs relations respectives avec Alek et Roy devaient perdurer, elles seraient amener à beaucoup se côtoyer, autant que les choses soient claires.

    « Je vais te raconter ce qui s’est passé, mais jamais tu ne devras en parler à Roy ou à Alek. » Qui n’auront pas l’idée d’aller lui poser la question si on voulait son avis, le premier était trop à l’ouest, le second trop loin géographiquement. « De ma naissance jusqu’à mes onze ans, j’ai vécu à l’écart dans un petit village, nos maisons à l’écart des autres, avec mon frère jumeau, Roy, et ma cousine Rosalie. Ce parce que nos pères sont sorciers. Nous allions dans une école moldu où je dominais par ma maturité et mon intelligence presque tous les autres – Rosalie est très intelligente aussi mais c’est plutôt une suiveuse -. » Elle enleva son pendentif et le regarda d’un air distrait. A l’intérieur se trouvait une photo de son frère, d’elle et de sa cousine à l’époque bénie où ils n’étaient pas encore à Poudlard et où tout n’était qu’innocence et naïveté. « A l’époque, je croyais que tout était possible avec un peu d’effort et que je ne serai jamais séparée de mon frère. Malheureusement, nous avons chacun été mis dans une maison différente, ça a été le début des problèmes. Au bout d’un an ou deux à Poudlard, Roy s’était fait des amis et petit à petit nous avons été moins proche. Tu faisais parti de ces amis. » Elle fit une pause. « Mais j’avais un meilleur ami ici, Rhys, et tant qu’il est resté à Poudlard, j’ai essayé de gérer à peu près. J’ai commencé à sortir avec Alek, ça ne comblait pas le vide parce qu’on a pas la même relation avec un petit ami qu’un frère jumeau, mais ça allait encore à peu près… Puis Rhys a quitté l’école en me disant qu’il était amoureux de moi,et là j’ai réalisé que mon petit monde parfait ne l’était pas, que j’étais obtuse à beaucoup de choses et que mes rêves ne se réaliseraient jamais. Roy m’avait laissé tomber pour toi et d’autres, Alek est mon amoureux, mais il n’a jamais été mon confident, Rhys était parti. J’ai pensé à me tuer, à disparaître, j’ai pensé que puisque ma moitié n’avait plus besoin de moi, je n’avais plus de raison d’exister… mais j’avais Alek encore, alors même si on a eu quelques disputes à cause de ça, on a surmonté cette période où j’ai cru tout ça et j’ai décidé de continuer… pour lui, pour les autres, pour essayer de me trouver une place sans cette partie de moi que j’ai perdu. Roy ignore à quel point j’ai souffert, ça ne servirait à rien qu’il le sache d’ailleurs, car il n’a jamais eu l’intention de me blesser, il a juste grandi et c’est normal à un moment donné qu’un frère et sa sœur se séparent. On a chacun nos vies, on n’est plus les jumeaux Bradley. Mais moi je n’arrive pas encore à oublier qu’il m’a laissé sans même un regret, sans un regard, qu’il n’a pas vu, même, que je souffrais… » Voilà, en gros, l’histoire de Romilly. Mais ça ne voulait pas dire qu’elle était claire.

{832}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 843
Âge : 14.07.1990 - 23 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: THEME l I hate those freaking ghosts !   Sam 8 Fév - 15:07

Pourquoi Joy avait-elle l’impression de faire bourde sur bourde ? A croire qu’elle était la poisse incarnée et que rien ne pourrait un jour se passer correctement dans sa petite vie. Elle avait d’abord retrouvé Kolia, pour ensuite se faire détester comme jamais par ce dernier –alors qu’au fond, elle voulait juste éviter qu’il souffre à rester avec elle alors que ses sentiments n’étaient pas réciproques-, puis elle avait fait la tête à Ehawee bien trop longtemps, pour une histoire bien trop stupide, elle s’en rendait bien compte maintenant et enfin, elle semblait être la pire ennemie (à peu de choses près) de Romilly, la fille qui l’impressionnait le plus et qu’elle aurait volontiers pris comme modèle, si elle était un peu moins Joy et un peu plus… Un peu plus pas Joy quoi ! Quand la Serpentard soupira, Joy comprit qu’elle venait de faire une nouvelle bourde. Bon, elle mourrait d’envie de lui demander ce qu’elle avait bien pu faire pour blesse Romilly, mais c’était un peu tôt non ? Après tout, si Rommilly ne l’appréciait pas des masses, elle ne lui dirait sûrement pas ce qui l’avait tant fait souffrir –sait-on jamais que Joy ne recommence tiens !- Cependant, quand le Baron et Sir Nicholas apparurent, Romilly cacha Joy. La Rouge et Or souffla un « merci » à peine audible à Romilly. Finalement, elle n’était peut-être pas l’ennemi numéro 1… -Et Romy avait eut beau lui dire qu’elle ne la détestait pas, Joy considérait quand même qu’elle n’en n’était pas loin. Autant ne pas se faire de faux espoirs !-

Elle fut surprise que Romilly décide de lui expliquer ce qu’il s’était passé. Elle la suivit, un poil terrorisée mais en même temps, elle avait hâte de comprendre ce qu’il s’était passé, ce qu’elle avait pu faire. Car si elle savait, peut-être pouvait-elle arranger cela…

« Oh, je te promet que je ne dirais absolument rien ! Je serais aussi muette qu’une tombe ! »

Joy savait garder un secret. Parce qu’elle aussi avait des secrets qu’elle n’avait pas spécialement envie qu’on connaisse. Tout le monde savait que sa mère était morte dans d’atroces circonstances. La raison exacte ? Un mystère pour tous, sauf quelques privilégiés –toujours les même- à qui Joy ne se voyait pas mentir. Elle n’avait jamais rien dit pour les parents de Kolia non plus. Pourtant, avec toute la haine qu’il lui déversait au visage dès qu’il la voyait, elle aurait pu. Mais Joy n’était pas comme ça, alors Romilly pouvait lui faire confiance sur ce point ! Joy ne dirait jamais rien à qui que se soit !

Joy écouta ensuite attentivement ce que Romilly lui racontait. Elle savait où vivait Romilly, parce qu’elle s’y était déjà rendu quelques fois, les étés. Quoi que, peut-être parlait-elle d’une autre maison, qu’est-ce qu’elle en savait ? Que Romilly soit la plus mature des trois, la Gryffondor n’en doutait pas, aujourd’hui encore, c’était le cas, même si Joy ne pouvait rien avancer pour Rosalie, car elle ne la connaissait absolument pas. Enfin, si, elle voyait parfaitement qui elle était et lui disait bonjour puisqu’elles étaient de la même année, mais elles ne parlaient pas plus que cela quoi… L’enfance de Romilly semblait avoir été parfaite en tout cas, contrairement à Joy qui avait été enfermée entre quatre murs de la mort de sa mère jusqu’à ses onze ans. Mais bon, elle n’allait pas se plaindre, Romilly n’apprécierait sûrement pas… Elle continua d’écouter, comprenant que le problème était survenu à Poudlard. Poudlard était pour beaucoup une deuxième maison, une deuxième famille, alors elle comprenait qu’on s’éloigne légèrement des siens pour faire de nouvelles rencontres. Après tout, vivre sept ans avec les mêmes personnes, ça créait forcément des liens ! Mais comme elle avait toujours été seule, Joy devait bien avouer qu’elle ne comprenait pas vraiment pourquoi cela faisait si mal à Romilly. Elle lui parla de Rhys, dont Joy avait déjà entendu parler grâce à Opalyne, elle le connaissait aussi. Elle savait qu’il avait quitté l’école, mais pas tout le reste. Maintenant que Romilly lui expliquait tout, Joy comprenait, à peu près. Elle avait grandit seule, donc dire qu’elle partageait ou comprenait réellement la peine de Romilly, cela serait mentir. Mais elle aussi avait perdu, dans son enfance, deux personnes chères à son cœur. Sa mère, d’abord, qui était morte, sauvagement tuée par un loup-garou, et son père par la suite, qui l’avait confiée à sa mère pour aller traquer la bête. Joy n’avait vu son père que quelques fois en si ans, avant qu’il ne la reprenne sous son aile. Et si Joy avait été ravie, elle n’en restait pas moins meurtrie. Grandir sans parents, ce n’était pas évident. Mais ce que Romilly venait de lui raconter la rendait encore plus importante et majestueuse aux yeux de Joy… Elle était tombée très bas et s’était relevée, n’avait jamais rien montré. Enfin, Joy n’avait jamais vu Romilly mal en point à Poudlard en tout cas…

« Je sais que tu ne vas sûrement pas aimer ce que je vais te dire, peut-être juste parce que ça vient de moi, mais il t’aime tu sais. Roy t’aime toujours autant… Il s’est fait des amis, mais tu restes sa jumelle, sa Romilly… Il me parle souvent de toi, il se fait du souci aussi, parce qu’il a un peu peur d’Alek je pense… Mais il t’aime. Alors non, il ne s’est sûrement pas rendu compte qu’il t’avait blessée, mais je suis sûre d’une chose, c’est qu’il ne pourra jamais te laisser tomber Romilly… »

C’était sûrement stupide de la part de Joy de dire cela à la vipère. Elle devait bien le savoir… Mais c’était la vérité. Joy et Roy parlaient de Romilly et Alek des fois. Joy savait que Roy faisait des efforts pour ne pas descendre Alek devant elle, mais elle comprenait qu’il s’inquiète. On lui volait sa sœur après tout… Mais Joy ne voulait en aucun cas que Romilly pense que Roy n’en n’avait absolument rien à faire d’elle. C’était faux, complètement faux, archi faux !

« Je ne peux pas te dire que je comprends. Tu as souffert, je le sais maintenant, et je suis désolée d’avoir fait parie de ceux qui ont déclenché tout cela… Mais je l’aime vraiment, de tout mon cœur, et je n’ai pas envie que tu me déteste à cause de ça… J’aimerais vraiment qu’on devienne amies tu sais. Ou qu’on essaye… Si ça ne marche pas, je me ferais une raison… Mais tu sais… Je n’ai que lui et Alek… Nikolaï veut ma mort et Riley se languit de me faire les pires crasses qu’il connaisse… Les garçons et moi, ce n’est pas trop ça… »

Oh, elle avait des amies formidables, bien sûr, mais niveau véritable amour –familiale ou l’amour avec un grand A- elle ne connaissait pas grand-chose. Alek était comme son frère, Roy était l’homme de sa vie… A part eux deux, il n’y avait que son père, dans sa vie. Elle avait perdu son ami d’enfance, et les grosses brutes n’hésitaient pas à tirer partie de sa faiblesse…


[1 184]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Indépendant

Parchemins : 440
Âge : 23 ans (6 juin 1990)
Actuellement : Organisatrice dans l'événementiel sorcier.


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: THEME l I hate those freaking ghosts !   Dim 9 Fév - 9:52

    Même en remontant très loin dans le passé de Romilly, la seule ennemie qu'elle ait jamais vraiment eut, c'était elle-même. Oh ! Bien sûr, elle avait détesté ouvertement et avec beaucoup plus de méchanceté Ehawee alors qu'au final les raisons de son comportement étaient les mêmes que pour Joy, mais avec Ehawee, il y avait aussi un problème de caractère. Et elle n'était pas son ennemie, tout au plus une fille bien trop extravagante dans son comportement pour la pondérée, mesurée et prévisible Romilly Bradley. La seule ennemie de Romy, donc, c'était elle-même. Parce qu'elle se connaissait mais n'arrivait pas à se corriger, parce qu'elle savait qu'elle avait des tords mais qu'elle était incapable de les accepter (du moins au niveau de l'inconscient), parce qu'elle avait grandi et qu'elle aurait préféré rester la petite fille qui rêvait de devenir le maître de l'univers grâce à son intelligence et sa beauté... sauf qu'il y avait des filles plus intelligentes qu'elle, et plus belles aussi, elle n'était qu'une parmi d'autres. Elle ne dominerait jamais, elle serait toujours juste elle, et en plus un « elle » incomplet depuis que son frère et elle n'étaient plus sur la même longueur d'onde. Fort heureusement, elle avait au moins trouvé un garçon (un homme même vu qu'Alek était adulte), qui l'acceptait avec ses failles et ses fêlures, qui ne trouvait pas dérangeant qu'elle continue à aimer d'un amour débordant son frère (faut dire que lui, justement, il avait Joy, donc l'amour familial, il connaissait). Elle n'avait pas tout perdu, mais elle continuait à mener un combat quotidien contre elle-même.

    Quant au fait que Joy serait muette comme une tombe, bizarrement, Romilly n'en doutait pas. Il faut dire que ce n'était dans l'intérêt de personne d'aller répéter aux hommes de leur vie qu'elle avait voulu se suicider voici quelques années (d'autant que c'était resté de l'ordre de l'idée). A part les inquiéter pour rien, ça ne ferait pas grand chose, et Joy devait certainement le savoir aussi une fois l'histoire entendue. Les risques étaient donc minimes, mais Romilly avait préféré prévenir.

    « Je sais que Roy m'aime. » Répondit-elle calmement. « Mais il n'a plus besoin de moi. Imaginons que dans un futur lointain je décide de me marier – à Alek tant qu'à faire, mais ça n'a pas d'importance pour mon propos -, il s'inquiéterait peut-être de mon bonheur, de mon choix, mais ça ne le traumatiserait pas plus que ça de me confier pour le restant de notre vie à quelqu'un d'autre. Alors que moi, si, ça m'effraie. D'ailleurs, il y a plus de chance que Roy se marie avant moi parce que j'ai un problème de fond avec les changements. Je voudrais que le temps se soit suspendu juste avant le moment du départ de Rhys, quand j'avais encore un frère, un meilleur ami et un petit ami dans un équilibre imparfait, mais un équilibre tout de même. Dans l'extrême, si je mourrai demain, la vie d'Alek en serait probablement plus chamboulée que celle de mon frère. Ça, tu vois, c'est un problème. Je n'existe pas dans la vie de Roy, il me croise, on se voit, on se parle, on s'aime bien sûr comme tout frère et sœur s'entendant bien, mais ma présence n'a rien de nécessaire. Mais encore une fois c'est normal, on aménage son emploi du temps pour voir sa petite amie, pas pour voir sa sœur, une sœur par principe c'est sensé être toujours là. » Elle haussa les épaules avec défaitisme. Le temps où elle devait obliger son frère à faire ses devoirs, où elle cachait ses bêtises, où, finalement, ils formaient un duo : eux contre tous les autres (sauf Rosalie), était une époque désormais révolue.

    « Donc tu vois, le problème, ça n'a jamais été toi, mais uniquement moi, et ce que tu sens par je ne sais quel moyen n'est que l'écho d'un mépris que je me voue à moi-même quand je te regarde. Je suis effectivement possessive et exclusive, mais je ne veux que le bonheur de mon frère. Tant que tu l'aimes, ça ira. » Mais il ne fallait pas pousser jusqu'à lui demander d'aimer Joy. Seulement, elle ne lui ferait aucun mal et la considérerait comme ce qu'elle était (une sorte de pièce rapportée dans leur famille) et la protégerait comme tel. A la limite, elle était presque plus sympa que Roy à ce niveau là, elle était presque sûre que Roy avait un degré de confiance en Alek qui frôlait le zéro absolu. Lui aussi, c'était à cause de sa petite amie qu'il ne disait rien. Au fond, c'était assez marrant quand on y pensait car c'était dans ces cas là uniquement qu'on voyait bien qu'ils étaient jumeaux. Et puisqu'on parlait de protection, quelque chose dans les phrases de Joy (au-delà de la mièvrerie de son amour pour Roy – clairement, Alek et elle étaient un couple fort différent de celui de Joy et Roy) avaient marqué Romilly. Elle croisa les jambes dans l'autre sens et secoua ses bracelets d'un air distrait car elle réfléchissait.

    « Nikolaï c'est une chose, et c'est plutôt du ressort de Roy, mais Riley, il s'agit de Riley Spencer ? Fais-toi une raison, on ne sera pas amie, ou en tout cas, pas tout de suite, mais si tu as un problème avec Spencer je peux m'occuper de lui et lui faire passer l'envie de revenir t'ennuyer. » Parce qu'elle n'était pas à Serpentard qu'à cause de son ambition démesurée, c'était aussi parce qu'elle savait très bien utiliser ses méninges pour se venger – ou venger les autres -. Nul n'avait le droit d'aller ennuyer un de ses proches, même quand on le proche en question lui avait été imposé de force et qu'elle avait elle-même du mal à la supporter par moment (encore que, vider son sac lui avait fait du bien, au moins maintenant Joy savait à quoi s'en tenir). Romilly se leva, déjà prête à en découdre.

    « Retiens bien ça Joy, tant que tu seras avec Roy et moi avec Alek, tu es un membre de ma famille. Dans une famille, tout le monde ne s'aime pas, mais chez les Bradley, quelqu'un qui touche à l'un des nôtres, je le pulvérise. » Quand elle disait que tout le monde ne s'aimait pas, ça concernait aussi Rosalie et Roy qui aimaient tous les deux Romilly mais qui ne s'aimaient pas entre eux. Mais si quelqu'un avait fait du mal à leur cousine, Roy serait forcément intervenu. Là, c'était pareil (et bon courage à Joy pour la faire changer d'avis, Romilly n'avait pas plus peur des mecs baraqués que des fantômes)

{1 107}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: THEME l I hate those freaking ghosts !   

Revenir en haut Aller en bas
 
THEME l I hate those freaking ghosts !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [THEME] En prévision du bal [PV]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» Theme Soubrette maintenant ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 17-
Sauter vers: