AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Inspire... Expire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministères étrangers

Parchemins : 819
Âge : o6.12.1989 ;; 23 ans
Actuellement : Ministre de la Magie & Roi du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Inspire... Expire...    Mer 26 Fév - 23:29


Nicolas & Lucie
Janvier 2008, Paris

Nicolas était depuis le mois d’Août un résident français. Pas un citoyen, loin de là, mais il avait désormais un appartement dans la capitale française, Paris. Non loin de l’université où il se rendait depuis maintenant quelques mois, Sciences Po, où il suivait un parcours de droit. Nicolas avait eut la chance de pouvoir choisir l’école dans laquelle il irait à la rentrée, pas parce qu’il était un prince mais qu’il avait eut des notes exceptionnelles pour aux différents concours qu’il avait passé. Il s’était donné à fond, espérant que ses efforts pousseraient son père à le désigner prince héritier, Joseph montrant une certaine réticence pour ce poste. Mais Joseph avait finalement choisi d’endosser son rôle de prince héritier et Nicolas s’était retrouvé largué à Paris, en plein mois d’Août, à réviser pour la rentrée qui approchait. Il ne souhaitait pas décevoir ses parents cela dit. Il avait choisit sa voie et peut-être deviendrait-il une personne importante… Enfin, il avait toujours sa place au palais, bien entendu, mais bon… Il ne serait jamais prince héritier.

Alors qu’il tentait de se mettre Paris en poche, en apprenant les différents arrondissements, leurs emplacements et les lignes de métro qui permettait d’y arriver -bien qu’il ne prenait jamais le métro, il avait une berline allemande blindée avec chauffeur, il restait un prince, donc une personne importante, donc une personne à protéger- ses parents l’avaient convoqué dans le sud de la France, à Monaco, où il devait rencontrer une jeune femme des plus charmantes -d’après les dires de sa mère-. Il s’était donc rendu dans l’hôtel où il devait rencontrer ladite jeune femme et avait été… Agréablement surpris. Lucie était une fille tout à fait charmante, taille mannequin et avec ce petit quelque chose qui la faisait tant ressembler à Nicolas que ce dernier ne semblait que pouvoir l’apprécier. Cependant, une chose fit de l’ombre à ce parfait tableau. Il ne devait pas simplement rencontrer Lucie de Sorgue et lui tenir compagnie un après-midi, le temps que la demoiselle décide de partir en voyage à l’autre bout du monde ou d’aller dévaliser les boutiques de Milan, non. Nicolas devait se présenter à elle, parce qu’il était son fiancé. Il avait failli tomber dans les pommes à cette annonce. Fiancé ? Lui ? A cette fille qu’il ne connaissait même pas ?! C’était à n’y rien comprendre. Lucie se mit donc à tout lui expliquer, de long en large. Comme quoi, les parents de Nicolas avait contacté ses parents à elle et qu’ils avaient, d’un commun accord, fiancé les deux jeunes gens ici présents. A partir de ce moment là, Nicolas avait détesté Lucie aussi férocement qu’il ne détestait Zane, Caleb ou encore Caroline. Ouais, tous dans le même bateau. Il se serait volontiers débarrassé de la blonde sans remords, mais elle semblait plus coriace qu’il ne l’avait cru. Il avait donc décidé de retourner à Paris, sans lui laisser la moindre coordonnée pour qu’elle puisse le joindre. Qu’elle reste au soleil à bronzer et qu’elle lui fiche la paix !

En ce début du mois de janvier, maintenant que les fêtes de Noël -peu joyeuses, qu’il avait du passer en compagnie de sa famille, de l’autre idiote blonde et de sa famille à elle- Nicolas était de retour à Paris. Lucie étant contre l’hiver, le froid et la neige, Nicolas n’avait pas à la supporter dans la capitale, où il faisait constamment gris et froid. Par Merlin merci ! Assit sur son canapé, dans le salon du loft que ses parents louaient pour lui tout seul -et quelques fois, un ou deux anciens amis qui venaient par là dire bonjour- Nicolas, une canette de Coca-Cola à la main et un paquet de chips non loin, révisait sans vraiment le faire son cours de droit international. Ce fut à ce moment là que quelque chose clocha. Un « pop » familier se fit entendre non loin de là où il était et une seconde plus tard, des talons frappèrent le sol.

« Nico ! Merlin soit loué tu es là ! J’ai cru que j’allais devoir transplaner à l’université ! Tu sais combien je ne supporte pas les modus, ils sont vraiment bêtes ! Enfin, tu es là, c’est le principal ! »

Nul besoin pour le blond de tourner la tête. Il reconnaissait cette voix, il s’agissait de Lucie. Pourquoi l’avait-il, un jour de grande bonté, invitée à venir visiter son appartement ? Maintenant, elle débarquait comme bon lui semblait. Lucie ne faisait pas d’études, elle vivait sa vie de rentière et d’héritière comme elle l’entendait. Elle poussa les chips et les différents classeurs et autres cahiers qui trainaient sur le canapé d’un revers de la main et prit place sur le canapé, tout contre Nicolas, qui reposa son livre en levant les yeux au ciel.

« Qu’est-ce que tu fiches ici, toi ? Tu n’as rien d’autre à faire ? Tu ne vois pas que je révise ? »

Aimable ? Pas vraiment, on se l’accorde. Mais Nicolas n’arrivait pas à pardonner à la blonde de faire comme si de rien n’était, comme s’il était tout à fait normal que leurs parents choisissent de les marier alors qu’ils ne se connaissaient pas.

« Oh, mon chou, tu es grognon… Tu abuses trop du sucre et du sel, c’est mauvais pour ta santé, tu sais ? Mais tu me manquais, alors je me suis dit « Tiens, je vais aller lui rendre visite ! » et me voilà ! »
« Et bien tu peux repartir, tu ne me manques pas, à moi. »


Nicolas replongea dans son livre, tandis que Lucie jouait avec une mèche de cheveux, la tortillant entre ses doigts longs et parfaitement manucurés. Ce qu’elle pouvait être insupportable, quand elle s’y mettait !


Dernière édition par Nicolas De Liechtenstein le Mar 27 Mai - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministères étrangers

Parchemins : 819
Âge : o6.12.1989 ;; 23 ans
Actuellement : Ministre de la Magie & Roi du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: Inspire... Expire...    Mer 12 Mar - 18:40


Quand Lucie de Sorgue voulait quelque chose, généralement, elle l’obtenait. Sauf que Nicolas semblait insensible à son charme et ça l’énervait au plus haut point. Cependant, elle était pleine de ressource et n’allait pas s’estimer vaincue aussi rapidement ! Elle était un canon, elle le savait et Nicolas était un homme, il finirait bien par baisser le bras et tomber dans sa toile. Oui, Lucie était un peu têtue… Mais un peu seulement, son but c’était seulement de se faire aimer de Nicolas, et pour cela, tous les moyens étaient bons… Oui, juste un peu têtue..

« Nicolas, Nicolas, Nicolas… Tu devrais être plus aimable avec les gens tu sais ? Je me faisais du souci pour toi ! »
« Je ne vois pas pourquoi je serais aimable avec toi, Lucie. »


Nicolas n’avait pas envie d’être aimable avec la blonde. Elle l’énervait, elle lui tapait sur les nerfs et il n’avait pas envie de faire sa vie avec elle. Non, pas du tout ! Manque de bol pour lui, il n’avait pas le choix, puisqu’il ne pouvait pas aller à l’encontre des choix de ses parents. Dommage, mais il n’avait pas envie d’être déshérité, déjà qu’il n’allait pas devenir roi à la place de Joseph, si en plus il était déshérité, ça serait la catastrophe, la fin du monde, la pire chose qui puisse arriver. Alors pour le moment, il prenait sur lui, mais si Lucie le poussait à bout, il finirait sûrement pas mettre un sort de protection sur son appartement empêchant la française de venir quand bon lui semblait.

Nicolas récupéra le paquet de chips et prit un autre classeur, en ignorant le plus possible Lucie, qui l’avait oublié deux secondes pour se concentrer sur ses ongles. Elle tourna ses mains dans tous les sens, se leva pour aller chercher son sac à mains qu’elle avait laissé sur le bar de la cuisine ouverte et revint quelques temps après en faisant claquer ses talons, un tube de crème dans une main, un magazine people dans l’autre. Elle s’affala à nouveau sur le canapé, en collant Nicolas encore plus qu’avant, tandis qu’elle frottait ses mains pour faire pénétrer la crème qu’elle venait d’appliquer. Finalement, elle posa un doigt sur la joue du prince, écarta des mèches de cheveux puis finalement, elle reprit la parole :

« Tu sais, j’adore les bébés ! Je crois qu’on devrait en avoir un le plus tôt possible ! Qu’est-ce que tu en penses ? On va dans ta chambre ? »
« Tu n’entreras jamais dans ma chambre et on n’aura pas d’enfant ensemble. Mets-toi ça dans le crâne. »


Nicolas n’était pas le plus gentil des princes c’était clair, mais Lucie le cherchait énormément aussi. Nicolas n’avait jamais couché avec une fille et il était hors de question pour le blond de passer à l’acte avec la greluche blonde qui se serrait contre lui. Donc elle pouvait toujours rêver pour que Nicolas lui ouvre la porte de sa chambre et se mette à nu devant elle. Elle ne porterait pas l’enfant de Nicolas, tant que ce dernier serait vivant. La blonde poussa un soupir d’agacement et s’éloigna du jeune homme, attrapa son magazine et se mit à le feuilleter. Elle en eut vite marre, et revint à la charge. Lucie ne lâchait rien, on l’aura compris. Elle prit le paquet de chips et le posa sur la table basse, se saisit du classeur et l’enleva de son chemin également. Finalement, elle força le blond à la regarder et déposa ses lèvres sur celles du prince. S’il la laissa faire un instant, il la repoussa tout de même un peu trop vite au goût de l’héritière.

« Lucie, tu peux arrêter s’il te plait ? »
« Pourquoi ? Tu n’aimes pas ? Oh aller Nico, ne fais pas ton coincé… »


Lucie ne croyait absolument pas Nicolas quand il disait qu’il n’avait jamais rien fait avec une fille. Les parents de ce dernier avaient évoqué une petite amie sorcière avec qui il était resté un bon nombre d’années et avec qui il avait été en vacances. Alors franchement, il croyait vraiment qu’elle aller gober ce qu’il lui disait ? Elle était peut-être blonde, mais pas idiote pour autant ! Nicolas était bien trop canon pour être aussi innocent qu’un agneau venant de naître !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministères étrangers

Parchemins : 819
Âge : o6.12.1989 ;; 23 ans
Actuellement : Ministre de la Magie & Roi du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: Inspire... Expire...    Mar 27 Mai - 11:59


Lucie n’aimait pas quand Nicolas l’ignorait comme il le faisait en ce moment même. Elle détestait ça. C’était en grande partie pour cela qu’elle parlait tout le temps, de tout et de rien. A la limite, elle préférait même quand il s’énervait après elle. Au moins la remarquait-il. Elle pouvait s’avouer chanceuse que le jeune homme ne soit pas violent au moins. S’éloignant de lui, elle prit un de ses magasines et chercha un article qu’elle voulait lui montrer. Quand elle l’eut trouvé elle lui brandit le  journal sous le nez, un sourire triomphant aux lèvres.

« Regarde, c’est nous ! Tu vois, ils disent que ça sera le mariage de l’année ! Tu as vu comme on est beaux, sur ces photos ? Bien sûr, on est toujours beaux, mais quand même, il faut toujours paraître sous son meilleur jour ! C’était quand on a été voir le musée du Louvre, ça, tu te souviens ? »

Nicolas posa les yeux sur l’article en question et le lit rapidement, sans prendre le magasine pour autant. Lucie l’énervait, mais il pouvait comprendre qu’elle soit ravie d’être destinée à un prince. Malheureusement pour elle, ce prince en question n’hériterait jamais de la couronne. Joseph aurait sans aucun doute des enfants et on le relèguerait à un des nombreux châteaux de son père. Enfin, au moins aurait-elle un château… Enfin bref. Lorsqu’il eut finit de lire l’article et de voir les photos, Nicolas haussa les épaules.

« Bien sûr, que je m’en souviens, c’était la semaine dernière, Lucie… »
« C’était bien non ? Ca ne te dit pas qu’on fasse un autre musée ? Il y en a tellement à Paris ! Ou une exposition… Ou le château de Versailles ! Que je m’habitue un peu ! »


Honnêtement, Nicolas avait envie de la baffer. Collée contre lui, les yeux et la bouche en coeur, Lucie tentait tant bien que mal de se faire apprécier du prince. C’était peine perdue, et leur mariage allait sûrement couler bien rapidement. Bien sûr, on attendait de lui qu’il ait au moins un enfant, fille ou garçon, il devrait donc consommer son mariage avec Lucie, mais déjà, d’ici à ce qu’ils soient mariés -on avait assuré à Nicolas qu’il pourrait finir ses études avant- il avait le temps. Mais une fois l’enfant né, Nicolas la laisserait sûrement dans son coin. Il ne serait pas le premier et pas le dernier. Ce n’était pas sa faute, si, parfois encore, il pensait à Opalyne. En plein hiver, elle devait sans doute se préparer pour le bal de Noël de l’école -non, Nicolas ne savait absolument pas que la Gryffondor avait quitté l’école-. Parfois même, il lui arrivait de penser à Caroline, non sans être pris d’une soudaine colère. Elle devait être à Durmstrang, avec cet incapable de Caleb McQueen… Elle avait tout laissé, tout quitté, pour quoi ? Pour un abruti qui ne faisait de se disputer avec sa petite amie de l’époque. Comme si, le fait de changer de copine allait changer l’homme… Mon oeil ouais !

« Nicolas… C’était quoi son nom ? A quoi elle ressemblait ? Ta petite-amie déserteuse ? »

Le blond posa ses yeux bruns sur sa fiancée, surpris qu’elle ose lui parler de Caroline. On lui avait pourtant dit qu’il n’aimait pas l’évoquer et qu’il fallait mieux éviter le sujet. Nicolas se leva et récupéra les affaires de la blonde, puis les lui tendit.

« Sors. Tout de suite. Je te verrais à Carnaval »

Sa voix était froide, mais qu’elle ose ramener Caroline sur le tapis, c’était pire que tout. Elle savait qu’il n’avait jamais pleinement digéré le fait qu’elle l’ait lâché comme un malpropre -car malgré toute l’innocence qu’elle y mettait, la question de Lucie avait d’ores et déjà sa réponse, elle savait toute l’histoire- et pourtant, elle en parlait. L’idiote. Il la verrait à Carnaval, oui, il n’avait pas le choix de toute manière, elle serait présente avec le reste de sa famille, mais ça n’enchantait pas le prince plus que cela…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministères étrangers

Parchemins : 819
Âge : o6.12.1989 ;; 23 ans
Actuellement : Ministre de la Magie & Roi du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: Inspire... Expire...    Mar 27 Mai - 13:25


Juin 2008, château de Vaduz

Nicolas avait été convoqué au château royal de Vaduz. Et en général, quand Nicolas était convoqué là-bas (ou n’importe qui d’autre, hein, pas que lui) ce n’était pas forcément bon signe. Il avait terminé sa première année à Sciences Po avec les honneurs en étant le meilleur étudiant de sa promotion, donc il savait pertinemment que ce n’était pas pour cela que son cher père le roi demandait à le voir. Ce qui le laissait, de fait, complètement ignare face à cette convocation. Il n’avait pas maltraité Lucie -du moins, pas plus que d’habitude, il se contentait, comme d’habitude et depuis plusieurs mois, de l’éviter le plus possible, mais ça ne changeait vraiment pas du schéma habituel de leur relation depuis l’annonce de leurs fiançailles- donc non, Nicolas ne voyait absolument pas de quoi voulait lui parler son père.

Il arriva au château sur les coups de dix heures du matin. Son père l’attendait pour quatorze heures l’après-midi mais Nicolas préférait être en avance. Bien sûr, il pouvait transplaner, donc être à l’heure n’était jamais un vrai problème pour le jeune homme -le plus gros problème était en soit d’être prêt pour ladite heure- mais il préférait tâter le terrain avant. George était au château, Joseph également. Des deux, Nicolas préférait largement le premier. Le second -et héritier en titre- l’avait bercé d’espoirs pour finalement changer d’avis du jour au lendemain. Nicolas se doutait bien que son père avait quelque chose à voir dans l’histoire, mais quand même, celui à qui il en voulait, c’était Joseph et non pas son royal paternel.

« Bah alors, t’as fait une connerie avec ta petite Lucie ?! »
« Je ne sais absolument pas pourquoi Père veut me voir. Tu n’aurais pas une idée par hasard ? »
« Aucune. J’ai bien tenté d’en savoir un peu plus, mais rien. Aussi muet qu’une tombe… »


George vivant au château toute l’année, n’ayant rien de plus intéressant à faire ou n’ayant rien envie de faire, au choix, avait bien évidement tenté sa chance. Malheureusement pour Nicolas, les nouvelles n’étaient pas réjouissantes puisqu’il n’avait rien su du tout. A quatorze heures, Nicolas fut donc reçu par son père, dans le bureau de ce dernier. Il n’était pas spécialement ravi, mais mieux valait savoir une bonne fois pour toute ce qui l’attendait.

« Père, vous vouliez me voir. »
« Nicolas, assieds-toi je t’en prie. J’ai quelque chose à t’annoncer. »


Quand cela commençait comme ça, bizarrement, le blond n’était pas rassuré. La dernière fois, après tout, son père lui avait annoncé ses fiançailles avec une parfaite inconnue -qui lui avait déjà tout raconté en soit, mais bon- donc là, si son père comptait lui annoncer que le mariage était avancé… Ca n’était pas vraiment la joie.

« Tout d’abord, félicitations pour tes résultats. Tu me prouves encore une fois ta détermination. Tu sais que cela ne changera rien à la succession cependant ? »
« Je le sais père. Merci. »
« Bien. Bref, pour en revenir à ce que je voulais te dire. Une famille a proposé sa fille en fiançailles. Pour toi mon cher Nicolas. Bien sûr, tu es déjà fiancé à Lucie De Sorgue, mais la balance peut vite pencher en sa défaveur… La jeune demoiselle s’appelle Lucy De Guise, ils sont anglais et français. Je ne sais pas encore la réponse que je vais leur donner, mais peut-être devrais-tu penser à faire tes adieux à la jeune De Sorgue… J’ai cru comprendre que, de toute évidence, le courant passe mal entre vous. Mais sache, Nicolas, que tu passeras peut-être ta vie avec elle. Alors sois aimable. »


Nicolas fixait son père, choqué par la nouvelle. Déjà, on l’avait fiancé de force. Joseph avait certes, trouvé un bon parti de son propre chef -peut-être aidé par son père, qui sait-, Marie se complaisait à aimer un idiot de premier lieu et George lui, volait de ses propres ailes. Mais lui, on lui avait imposé une fiancée. Insupportable en plus. Et maintenant, on lui annonçait que, peut-être, il allait en changer? Etait-il un simple objet que l’on pouvait marchander ?

«  La famille De Guise a mis gros en jeu, un château en guise de dot. Cela te plairait, un château, n’est-ce pas ? Tu as toujours voulu celui-ci après tout… Bien, tu peux disposer, Nicolas. »
« Père. »


Nicolas n’avait pas bronché. Il savait que ça ne servait à rien, mais n’en pensait pas moins. Bien sûr, il voulait un château, mais il voulait celui de son père. Régner comme son père, en étant juste et droit… Ce n’était pas un château de pacotille d’une autre famille qui l’intéressait… En tout cas, Si Nicolas était mis au courant, nul doute que cette Lucie le serait tout autant. Après tout, eux aussi devaient pouvoir défendre la place de leur enfant… Une nouvelle guerre était sur le point d’éclater, ça ne faisait aucun doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Ministères étrangers

Parchemins : 819
Âge : o6.12.1989 ;; 23 ans
Actuellement : Ministre de la Magie & Roi du Liechtenstein


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: Inspire... Expire...    Dim 7 Sep - 18:13


Août 2008, château de Vaduz


Nicolas avait passé l’été à Paris, à bosser sur ses cours. Il avait eut la paix, à ne pas voir Lucie de tout l’été. De toute évidence, la demoiselle avait été mise au courant de sa position fragile et avait du faire en sorte de ne pas s’imposer. A moins que son père ne lui ai formellement interdit d’approcher Nicolas sous peine de faire un pas de travers. Toujours était-il que Nicolas avait été tranquille tout l’été et que cela relevait d’un petit miracle. Il avait envoyé plusieurs lettres, à Emeric, Romilly et Ena, ses amis de Poudlard, et en avait reçu pas mal, notamment de Jade Hummingbird qui, malgré leur grande différence d’âge, n’avait jamais arrêté de le coller. Elle n’était pas méchante, et sa soeur était même plutôt attirante -euh, wait ? pourquoi en venait-il donc à penser à Opalyne ? Il n’avait pas vu la rousse depuis des lustres et ils n’avaient échanger qu’un seul baiser, une seule fois, après le bal de Noël, c’était stupide de penser à elle…- mais au-delà de cela, il ne pouvait pas vraiment la considérer comme une amie. Pour ne pas changer par contre, et heureusement, il ne reçut aucune nouvelle de Caroline ou de Caleb. Bien évidement, le contraire l’aurait fortement étonné et il aurait sans aucun doute fait un arrêt cardiaque, mais quand même, précisons-le, c’était mieux de ne rien savoir d’eux que d’en apprendre un peu plus chaque jour.

Vers la mi-août, Nicolas fut une nouvelle fois convoqué par son père au château royal de Vaduz. Ce château l’avait vu grandir et il avait même été témoin d’un certain rapprochement entre l’âiné et le benjamin de la famille, ce qui en avait surpris plus d’un. S’ils se parlaient désormais convenablement -mais pas plus que cela non plus, la magie avait des limites tout de même- Joseph et Nicolas restaient tout de même assez distant l’un de l’autre. Nicolas passait de toute façon tout son temps en France alors que son frère aîné partageait un appartement avec Marie en plein coeur de Londres. Le seul étant resté au château étant George, Nicolas pouvait se rendre dans ce dernier sans se soucier des personnes sur qui il tomberait. Il se souciait cependant beaucoup plus d’autre chose. Son père l’avait averti que ses fiançailles avec Lucie de Sorgue étaient en danger et qu’une autre fille -qui, bizarrement, s’appelait également Lucy, son père devait avoir un sacré problème avec ce nom là- pourrait éventuellement venir prendre la place de la blonde à l’accent chantant du Sud de la France.

« Nicolas, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour toi. La mauvaise nouvelle, c’est que Lucie n’est plus ta fiancée. J’ai longuement réfléchi, et elle ne convient pas. Ce doit être ce côté sud de la France… La bonne, c’est que tu as une nouvelle fiancée. J’ai décidé que Lucy De Guise était tout à fait apte à être ton épouse. Tiens voici un dossier complet sur elle. Elle se trouve encore à Poudlard et est apparemment amie avec l’une de tes amies. Tu ne la rencontreras pas maintenant, et elle rentrera à l’école de Magie en septembre de toute manière, mais un jour, nous organiserons les présentations et de vrais fiançailles. Heureusement que rien n’a été célébré avec la petite De Sorgue, le peuple du Liechtenstein ne nous l’aurait pas pardonné. Tu peux disposer. »

Tout avait été très vite. Nicolas s’était retrouvé avec de la paperasse dans les mains, une ex-fiancée et une nouvelle… Décidément, être le fils d’un roi n’avait rien de facile. Mais peut-être l’avait-il mérité ? Non, même en y réfléchissant le plus possible, jamais Nicolas n’avait mérité cela. Il avait été un peu dur étant enfant, mais n’avait-il pas prouvé qu’il valait mieux que l’enfant qu’il avait jadis été ? Si, bien sûr que si…


Terminé (an 17)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inspire... Expire...    

Revenir en haut Aller en bas
 
Inspire... Expire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hiiaka inspire-moi! Fait-moi découvrir la magie! [Sujet Abandonné]
» Jean Racine & sa cour d'admirateurs
» Lordi
» [Abandon] Condidature de Nar
» ABRAHAM MERRITT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 17-
Sauter vers: