AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Besoin de bras...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Indépendant

Parchemins : 593
Âge : 28 ans
Actuellement : Gérante de 4Dreams


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lydie

MessageSujet: Besoin de bras...   Dim 23 Mar - 20:48

... de tes bras ...

    Ca n’allait pas bien fort pour Lena, la jeune femme pensait que tout allait pour le mieux dans son couple et c’était le cas seulement, elle savait aussi que la fille de son petit ami ne connaissait rien de son existence et de ce qu’elle avait compris, ça serait très difficile pour elle de se faire accepter. Joy était à Poudlard jusqu’à la fin de cette année encore mais après… C’était tout la le problème de Léna. La jeune fille serait beaucoup plus présente, et il serait bien plus difficile pour Léna de faire sa place au milieu de cette fusion père fille. De plus, Lena estimait qu’elle n’avait pas à devoir faire sa place, Dmitri devrait savoir gérer les deux, jamais elle ne prendrait la place de sa fille dans son cœur, elle savait que de toute façon, c’était juste impossible. Seulement, entre le travail et sa fille, il ne resterait pas beaucoup de temps pour leur couple et là par contre, pour la jolie brune, elle n’était pas vraiment du genre à apprécier de passer après tout le reste. Elle avait pourtant beaucoup murie ses dernières années, terminée la gamine capricieuse, elle était un peu plus posée maintenant, seulement il y avait toujours des trucs qu’elle n’appréciait pas et la dans le cas présent, se sentir comme un meuble, ce n’était vraiment pas ça.

    Dmitri ne rentrant pas ce soir, Lena ne voulait pas rester seule chez lui, ou chez elle, dans les deux cas, elle serait seule. Elle préféra filer voir un ami qu’elle n’avait pas vu depuis très longtemps. D’ailleurs, leur dernière sortie ensemble devait bien remonter à ce fameux repas avec la famille d’Abell. Alors oui, ce n’était pas vraiment la place de Lena dans la mesure où elle était en couple et que c’était le début de sa relation sérieuse avec Dmitri, mais elle connaissait bien la famille de son meilleur ami et était certaine qu’elle passerait une très bonne soirée en sa compagnie. Résultat, elle ne s’était pas trompée, elle avait passé un très bon moment, avait beaucoup rit également, et elle voyait bien qu’Abell n’était pas très fan de sa nouvelle relation, il ne s’était pas vraiment gêné pour le lui faire comprendre pendant le repas. Lena ne lui en voulait pas, elle savait bien qu’il lui disait toujours tout et ne ferait jamais semblant d’aimer quelqu’un si ce n’était pas le cas. Il avait toujours été très protecteur avec elle et savoir qu’un autre homme était près d’elle, forcément, il n’appréciait pas vraiment. D’ailleurs de son coté, Lena n’appréciait pas vraiment Elyna, bien qu’elle savait que ce n’était absolument pas sérieux entre eux, mais pareil que le garçon, elle prenait sa place auprès de lui... Alors oui, elle avait murit, mais était toujours égoïste sur ses amis et les gens qu’elle aimait.

    Lena arriva donc devant la porte de son ami, les yeux un peu fatigué parce qu’elle dormait mal, ses pensées ne cessaient de chercher des solutions à ses problèmes, trouver un compromis, un moyen de garder son couple sans tout perdre, seulement voila, elle commençait à en venir à l’idée que ce n’était pas possible et qu’elle ne pourrait rester avec lui. Elle avait enfilé un jean, et une chemise, sa veste en cuir par-dessus et avait attaché ses longs cheveux avec une pince tout simplement. Elle ne savait pas très bien si son maquillage tenait encore la route, mais Abell la connaissait tellement et l’avait vu dans de telles situations qu’il se ficherait pas mal de sa tenue de ce soir. Elle sonna et attendit qu’on vienne lui ouvrir.

    Lorsque le beau brun entrouvrit la porte, un sourire apparut sur le visage de la demoiselle, ça faisait tellement longtemps qu’elle ne l’avait pas vu. Certes, elle avait des nouvelles par téléphone, mail etc.… mais elle ne l’avait pas vu physiquement depuis un petit moment, et il lui manquait, oh que oui, il lui manquait tellement…

    « Hey ! Toujours en vie à ce que je vois ! Tu laisses entrer une vieille amie, j’ai de l’alcool et de quoi faire à manger ! »

    Oui, l’alcool ne résous peut-être pas les problèmes, mais l’eau et le jus de fruit non plus jusqu’au dernière nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 545
Âge : 33 ans (21 Février 1980)
Actuellement : Photographe


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: Re: Besoin de bras...   Dim 11 Mai - 2:04



I love you so much it hurts

    Cela faisait un bail qu'Abell n'avait vu sa meilleure amie. Un sacré bail même puisqu'il ne l'avait pas vu depuis sa réunion familiale auquel il avait convié Lena, ce dont il avait l'habitude, le jour où il avait appris pour Dmitri et pour elle. Depuis ce jour, on pouvait dire qu'il l'évitait. En effet, le fait qu'elle sorte sérieusement avec un jeune homme, cela lui avait fichu un sacré coup -bien qu'il ne l'avait reconnu qu'après un an et ouais il était particulièrement lent comme garçon- il avait commencé à se battre, il fumait maintenant comme un pompier, bref il allait mal même sa fichu fierté refusait de le reconnaître. Le pire était sans doute le fait qu'elle lui manquait terriblement. Au début, il préférait ne pas le voir car quelque chose le dérangeait sans qu'il ne puisse réellement l'expliquer, il ne parvenait pas à comprendre pourquoi une telle situation, qui s'était pourtant déjà produite dans le passé, le touchait autant. Puis, lorsqu'il s'admit enfin la vérité, il l'évita carrément, étant certain qu'elle saurait tout de suite qu'il y avait quelque chose d'étrange dans son attitude et qu'elle comprendrait tout -après tout elle le connaissait mieux que personne, cela n'aurait rien d'étonnant- et puis il pensait que ses horribles et dégoutants et niais et stupides sentiments et émotions finiraient par s'envoler, qu'il finirait par savoir comment se passer de Lena comme il savait qu'il arriverait à se passer de n'importe qui d'autre. Seulement, elle n'était pas n'importe qui, ne l'avait jamais été. Et elle lui manquait. Tous les jours. Tout le temps. A tout instant. Il avait beau se plonger dans son travail et dans les bagarres, elle revenait toujours hanter ses pensées. Ça le rendait malade. Il ne mangeait ni ne dormait presque plus. Il n'y arrivait pas, tout simplement. Les seuls kilos qu'il gagnait étaient des kilos de muscles. Il avait une tête épouvantable aussi. Heureusement, il savait comment le cacher. Son attitude était restée la même par contre, il y avait veillé, mais ses amis proches auraient pu dire qu'il y avait quelque chose de louche chez lui. Il n'était plus vraiment lui même en vérité. Peut être parce qu'il lui manquait une partie de lui même, une partie qu'il avait toujours nié, une partie qu'il avait toujours refusé d'admettre.

    Abell s'était même exilé à New York. Habituellement, il vivait plus à Londres mais il s'était dit que c'était là que Lena irait plus le chercher alors il préférait vivre aux Etats-Unis. Bien sûr, ses potes l'avaient enguirlandé mais bon il s'en fichait de leur 'Tu verras, ça n'arrangera rien que tu t'en ailles loin !' il faisait ce qu'il voulait et il l'oublierait, oui, c'était certain, il l'oublierait -il devait l'oublier. Mais le voilà, des mois après, toujours à New York, mais il était loin de l'avoir oublié, bien loin même. Il se réveilla après peu d'heures de sommeil comme il en avait prit l'habitude désormais, vira la fille dont il ne se rappelait ni le prénom ni le visage de son lit, il n'avait que le visage de Lena en tête comme toujours en ce moment. Un soupir s'échappa de ses lèvres. Il fallait qu'il fume. Et qu'il se défoule aussi. Il soupira de nouveau. Au moins il avait son boulot. C'était un échappatoire sain au moins.

    Après une journée chargée caractérisée par son humeur massacrante -mais il était toujours comme ça au travail, perfectionniste à l'extrême attendant des autres le meilleur d'eux mêmes comme lui le faisait- il rentra à son appartement et s'effondra sur son canapé. Cela devenait dur de faire semblant alors que c'était un art dans lequel il était devenu maître. Il faudrait qu'il parle à quelqu'un tiens, cela faisait longtemps et il en éprouvait le besoin. Pff, quelle femmelette il était devenu par Salazar ! Non il n'avait pas besoin de parler, son mal être se tairait bientôt et il redeviendrait bientôt l'Abell insensible, sans émotions, attaché à personne que tout le monde connaissait, du moins il l'espérait. Il en était là de ses réflexions lorsque sa sonnette se fit entendre. Se levant, il alla ouvrir et étouffa aussitôt un juron en découvrant la personne sur le perron. Quel con ! Il aurait dû savoir qu'elle ne manquerait pas de venir le voir ici un jour, et puis après tout, elle aussi habitait en Amérique. Il lui offrit un sourire de façade mais lui même était moyennement convaincu de son jeu. Il affichait de belles cernes sous ses yeux bleus électriques à cause de son manque de sommeil et qu'il avait oublié de camoufler ce matin en partant -ce qui n'était pas dans son habitude, preuve qu'il n'avait vraiment pas tous ses esprits en ce moment- et divers bleus sur ses bras, marques du combat qu'il avait eu quelques instants auparavant. S'il était assez doué pour ne pas se faire frapper au visage -merci mais sa tête de beau gosse irrésistible il y tenait- il ne pouvait pas non plus éviter tous les coups que son adversaire faisait pleuvoir sur lui en revanche. Mécontent, il grogna : « Bah et ton mec alors ? Il est trop vieux pour boire ou quoi ? » Ouais d'accord, il était mesquin et méchant gratuitement alors qu'il n'avait jamais rencontré Dmitri et que c'était le type envers lequel il se sentait le plus redevable -il avait sauvé Lena après tout- mais bon, et cela n'excusait rien certes, il était jaloux. Et en soi, qu'il l'avoue rien qu'à lui même était assez exceptionnel -on parlait d'Abell là-. Seulement, le jeune homme remarqua la tête de son amie et une expression soucieuse prit place sur son visage d'ange malgré lui. « T'as une sale tête alors que moi je suis aussi frais qu'un gardon. Rentres. En plus je ne dis jamais non à une jolie jeune fille avec de l'alcool. » Il eut un sourire malicieux et la fit entrer. « Bon alors il se passe quoi ? Faut que j'aille défoncer ton vieux mec ou quoi ? » Il l'inspecta de nouveau, elle avait l'air vraiment fatigué et cela l'inquiétait. En dehors de ce sentiment qui l'étreignait, il était vraiment content de la voir. Ses traits étaient d'ailleurs moins tendus depuis qu'elle était là. Elle lui avait vraiment manqué...Il réalisait finalement à quel point il avait besoin d'elle dans sa vie et que peut importe s'il partait vivre à l'autre bout de l'univers ou à quel point il essayait, avec toutes ses forces, de l'oublier, il n'arriverait probablement jamais à se passer d'elle. Ce constat le terrifia. Comme il n'avait plus été aussi terrifié depuis qu'il avait admis ses sentiments à Tyler. En tout cas, si son mec lui avait fait du mal, et comme il venait de le lui proposer, il irait, et avec grand plaisir bah ouais, c'était pas qu'il est jaloux mais presque, lui en mettre une.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Indépendant

Parchemins : 593
Âge : 28 ans
Actuellement : Gérante de 4Dreams


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lydie

MessageSujet: Re: Besoin de bras...   Dim 11 Mai - 17:39

    Une chose était sure, c’est que si Léna savait qu’elle allait se trouver dans une telle situation quelques années après sa relation avec Dmitri, elle ne se serait jamais embarquée dans une histoire pareille. En plus, quand on y réfléchit, elle avait commencé à fréquenter sérieusement le garçon après qu’il lui ait apporté la preuve que Léo avait refait sa vie sans elle, bien loin d’ici… Elle avait eu mal au cœur et comme bien souvent dans ces moments là, elle va voir un homme. Seulement voila, elle s’était prise à son propre piège à tomber amoureuse d’un homme qui en avait bien plus en tête que les garçons d’un soir qu’elle utiliser pour oublier son chagrin et maintenant qu’elle vivait avec Dmitri –elle avait toujours son appart mais été souvent chez lui- la jeune femme réalisé vraiment les choses. Son histoire allait prendre un tournant qu’elle n’appréciait pas vraiment, elle le sentait et malheureusement pour elle, jusqu’à maintenant, elle n’avait jamais eu d’erreur…

    Lena avait besoin de parler avec quelqu’un, quelqu’un qui la connait vraiment et qui saurait la conseiller sans arrières pensées. Keira aurait pu l’aider, mais en ce moment, elle était en pleine rénovation d’appartement, sans compter qu’elle voyait un autre homme, donc surement pas le genre de moment pour écouter les plaintes d’une amie sur son couple, alors que de son coté, ça se mettait doucement mais surement en place. Il faut reconnaître que Keira avait assez souffert comme ça, donc elle avait le droit de croire à nouveau aux sentiments et aux relations, mais elle n’avait pas eu de nouvelles de son amie récemment pour savoir si ça avait évolué ou non. Tout cela pour dire qu’elle s’était donc rendu chez Abell, espérant qu’il soit chez lui, parce que ce dernier n’était jamais à Londres en ce moment… Elle était passée plusieurs fois devant chez lui, mais pas de traces de vie, elle devina donc qu’il devait être en voyage pour le travail ou un truc dans le genre, c’était courant de ne plus le voir pendant quelques semaines, voir mois, et qu’il apparaisse à nouveau après. Seulement, elle décida de passer à son appartement de New York, pourquoi ? Elle avait envie d’aller voir là d’abord avant de tenter l’autre appartement, au pire des cas s’il n’était pas là, elle aurait été en boîte et aurait certainement fait une bêtise avec un homme rencontré sur là-bas.

    Heureusement pour elle, lorsqu’elle sonna à la porte de son ami, celui-ci vint lui ouvrir. Elle fut surprise de voir l’expression de son visage. Il semblait vraiment très fatigué, peut-être même pire qu’elle, alors que pour sa part les soucis étaient la cause de son manque de sommeil. Connaissant Abell, c’était une nuit bien arrosée, ou une fille, voir les deux peut-être… Le décalage horaire pour ne pas être trop méchante pouvait aussi être une des raisons à sa tête du jour. Il lui lança une légère pique, enfin pas pour elle mais pour Dmitri, mais celle-ci préféra ne pas trop s’attarder la dessus. Ca faisait longtemps qu’elle ne l’avait pas vu, ce n’était surement pas pour se disputer.

    « Ah ! Ah ! Très drôle, nan il bosse et comme ça faisait longtemps que tu ne donnais pas de signe de vie, j’me suis dis que tu apprécierais un peu de me voir, mais je peux aller boire ailleurs et seule si tu préfères… »

    Elle fit semblant de partir, mais Abell lui annonça rapidement qu’elle avait une sale tête, donc il la laissa rentrer, rattrapant la situation par un compliment envers la demoiselle. Certes, elle savait bien qu’elle n’était pas si jolie que ça, surtout avec la tête qu’elle devait avoir, mais qu’importe, un compliment ça se prends toujours non ?

    « Merci, et je t’avouerai que tu n’es pas mieux non plus… Tu dors assez en ce moment ou trop de boulot pour faire de vraie nuit ? »

    Elle retira sa veste, la posant sur une chaise, puis elle se dirigea vers le salon ou elle se posa dans le fauteuil, ramenant ses jambes sur elle. Elle avait ses habitudes chez le garçon, et se mettait à l’aise, comme il lui avait souvent dit. Il lui demanda ce qui n’allait pas et étonnamment, il proposa d’aller casser la figure de Dmitri, comme s’il était responsable de la situation. D’accord, il en était un peu responsable, mais il n’était pas le seul fautif, Léna savait qu’il avait une fille, il ne lui avait jamais caché, mais maintenant qu’elle réalisait qu’il n’y aurait bientôt plus Poudlard, ça allait vraiment être compliqué pour elle.

    « Tu me connais trop bien… Mais ce n’est pas seulement Dmitri le problème, c’est l’ensemble… Mon couple est foireux… Mais attends, tu ne veux pas qu’on parle de toi avant ? Pourquoi tu as ce bleu sur ton bras ? Et tu as pensé à aérer un peu ton appartement ? »

    Oui, l’odeur de tabac froid, pour une ancienne fumeuse, c’était vraiment une horreur sans nom. Léna se leva et alla chercher deux verres avant de les poser sur la table et d’en sortir une bouteille de vin et une de vodka, selon leur envie du soir on va dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 545
Âge : 33 ans (21 Février 1980)
Actuellement : Photographe


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: Re: Besoin de bras...   Sam 17 Mai - 0:35

    Abell avait décidé d'occulter les sentiments amoureux et tout type d'engagement dès son plus jeune âge. Il était devenu cet être inaccessible et insensible que tout le monde connaissait. Et ça avait été tellement facile...Clairement plus facile qu'aujourd'hui où il devait faire face à des sentiments et à des émotions qu'il n'avait jamais ressentis auparavant. C'était tellement nouveau et perturbant pour lui...Et forcément, le jeune homme avait voulu fuir cela. Il savait que l'amour et le bonheur n'étaient pas pour lui. Et il était absolument hors de question qu'il ne laisse des trucs aussi stupides prendrent le pas sur sa vie. Bien qu'il avait l'impression qu'en ce moment c'était le cas. Il avait beau habiter à New York et être tout le temps en shooting dans tous les coins du monde, s'il y avait bien une personne à qui il ne cessait de penser, une personne qui ne cessait de le hanter, c'était bien sa meilleure amie. Il avait pourtant tout fait pour l'oublier, c'est pour ça qu'il était parti s'installer dans son appartement aux Etats-Unis. Grave erreur. Elle ne lui avait jamais autant manqué.

    Voir la belle brune devant chez lui n'était pas finalement une grosse surprise. Il était censé être son grand pote, être tout le temps près d'elle, il comprenait qu'elle soit venue ici même si ça l'agaçait car il était loin d'être prêt à la revoir. Rien qu'apercevoir son visage, d'entendre sa voix, et il était déjà chamboulé. Tss, il avait vraiment l'impression d'être une vraie fille en pensant cela. Seulement, l'ancien serpent n'était tout de même pas atteint au point d'être tout ramolli devant elle, il gardait sa personnalité d'insupportable chieur taquin même si au fond de lui un changement s'était amorcé. Il lui lança donc une réplique bien sentie de gros jaloux et elle ne tarda pas à lui répondre à son tour. Il eut un sourire. Ab' savait très bien qu'elle bluffait mais il lui lança tout de même parce qu'il l'avouerait jamais mais il pouvait très bien avoir tort sur le coup : « Je suis contente que tu sois là Lena... » Il souriait là mais il réfléchissait c'était rare mais ça lui arrivait à ce qu'elle venait de dire. Elle n'était là que parce que son mec n'était pas disponible. Il n'était que le second choix. Abell se gifla mentalement. Il devenait vraiment ridicule lorsque cela concernait Lena. Après tout, c'était lui le fautif. C'était lui qui l'évitait, lui qui souhaitait s'éloigner d'elle parce qu'il n'arrivait pas à se faire à l'idée qu'après des années et des années à perfectionner sa carapace, tellement bien qu'il s'était cru intouchable, il s'était fait avoir et était tombé amoureux il s'évanouit à cette pensée de sa meilleure amie. Il méritait de passer après son mec, de passer après son bonheur. Mais le photographe avait beau le savoir, cela ne l'empêchait pas, malgré lui, de se sentir mal et jaloux.

    « J'ai pas besoin de dormir. » rétorqua-t-il aussitôt lorsqu'elle lui demanda la raison pour laquelle il avait l'air aussi fatigué. L'inquiétude de la jeune fille le touchait, bien évidemment, mais ce n'était pas pour cela qu'il allait arrêter de la détester. La détester à cause de l'emprise qu'elle avait sur lui. La détester car il en était venu à se détester lui même à cause de sa faiblesse, son amour pour elle. « T'en fais pas pour moi ma belle, les bleus je les dois à un combat mais tu devrais voir la tête de l'autre ! » Abell eut un sourire malin. Oui, il se battait. Oui, il trouvait lui même son comportement totalement débile. Mais, et ce n'était pas une excuse certes, ça le défoulait. Cela lui permettait de penser à autre chose qu'à Lena pour une fois. Et il devenait sacrément bon à se battre. Yeah Cool « Aérer ? Ah ! Ça sent le tabac c'est ça ? Pardon princesse, je vais le faire de suite ! » Il était tellement habitué à l'odeur de la cigarette désormais qu'il ne s'en rendait même plus compte. Il se déplaça jusqu'à la baie vitrée ouvrant sur un petit balcon avec vue sur Manhattan et l'ouvrit. « Ça te dérange que j'en grille une d'ailleurs ? » Il avait besoin de sa dose de nicotine. Il n'était pas accro, pas véritablement en tout cas, il était même persuadé qu'il pourrait arrêter lorsqu'il le souhaiterait. Simplement la cigarette c'était comme les bagarres : un refuge, un défouloir dont il avait du mal à se passer en ce moment et encore plus aujourd'hui alors que l'objet de toutes ses pensées se retrouvait devant lui.

    « Et si on parlait de toi plutôt ? » Parce que non, il ne voulait pas qu'on parle de lui pour une fois « Qu'est ce qui se passe exactement dans ton couple ? » Abell avait beau ne pas aimer cet imbécile de crétin de vieillard de Vodianovski ni ses fichus sentiments pourris et bêtes et idiots ni Lena parce qu'elle lui avait certainement jeté un sort pour qu'il se sente comme ça, il n'y avait pas d'autre raison pour qu'il se conduise de cette manière, pour qu'il ressente ce qu'il ressentait en ce moment alors qu'il avait passé toute sa vie à éviter de se retrouver dans une situation pareille, cela n'avait pas d'importance, il désirait simplement aider son amie et lui apporter du réconfort là maintenant. « Tu sais que je ne suis pas doué pour ces histoires de couples et tout le bazar mais faut que tu saches également que tu peux compter sur moi, que tu peux me confier n'importe quoi. Je suis là pour toi. Toujours. » Cette phrase sonnait carrément mieux dans sa tête. Là, ça sonnait juste niais. Ou comme une déclaration. Mais tant pis. Il fallait qu'il donne un peu le change après tant de temps passé à la fuir et les sentiments qu'elle provoquait en lui histoire de la, et peut-être aussi de se persuader que rien n'avait changé entre eux. Alors qu'il n'aurait pas plus mentir. Mais surtout il voulait vraiment lui signifier qu'il était là pour elle. Peut importait le fait qu'il se sente mal-à-l'aise -une première pour lui- en face d'elle -alors que c'était la personne avec laquelle il s'était toujours senti parfaitement décontracté-, ce n'était pas ça qui était important. L'important c'était Lena. Elle lui avait tellement manqué...Il mesurait enfin l'imbécilité qu'il avait fait en mettant de la distance entre eux, il avait eu tort. Tellement, tellement tort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Indépendant

Parchemins : 593
Âge : 28 ans
Actuellement : Gérante de 4Dreams


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Lydie

MessageSujet: Re: Besoin de bras...   Lun 19 Mai - 20:01

    Léna était une femme forte, une battante même… Le genre de nanas qui ne se laissent pas diriger et dominer par un homme et c’était pour cette raison qu’elle avait toujours eu le caractère qu’elle avait, et les hommes n’étaient que de simples jouets entre ses mains… Seulement elle avait eu Chad et Léo, le duo de frangins qui laissent leur trace qui vous abiment le cœur en jouant le même jeu que vous et forcément, on se prend une claque qui fait mal, on ramasse son cœur en morceau et même avec de la colle, il ne retrouve jamais son éclat d’origine. Alors oui, Léna s’était juré que ça ne se reproduirait plus, qu’elle ne se ferait pas avoir à nouveau et qu’elle jouerait à nouveau avec les hommes et c’est comme ça qu’elle s’était retrouvée dans une situation très compliqué et que sans l’intervention de Dmitri, elle ne serait peut-être plus là aujourd’hui. C’est lui également qui lui avait permis de tourner le chapitre Léo Armani et pourtant, malgré ça, elle revenait toujours vers Abell qui restait le seul et unique homme qui la comprenait. Il y avait Erwan aussi, seulement depuis son mariage, elle avait pris un peu de distance pour ne pas briser un couple puisqu’elle n’avait pas fait l’unanimité envers la femme de son ami.

    Tout cela pour dire qu’Abell avait toujours été la pour elle et que depuis qu’elle était avec son nouvel ami, le garçon s’était fait plus discret, un peu comme elle l’avait fait avec Erwan d’elle-même. Bien sur, elle avait essayé de prendre des nouvelles, mais il était vite absorbé dans son travail et ne réalisait pas toujours les jours voir les semaines qui passaient. C’était pour ça qu’aujourd’hui, elle était chez lui, qu’elle prenait des nouvelles également et par-dessus tout qu’elle avait besoin de lui parce qu’elle ne se sentait pas bien, elle s’en voulait de ne pas s’être libérée plus pour le voir, et puis surtout, elle se rendait bien compte que son meilleur ami était tout pour elle. Après avoir taquinée la jeune femme, il la fit entrer dans son appartement, la jeune femme faisait aussitôt comme chez elle et alla s’installer sur le canapé, remontant ses genoux sur elle pour les entourer de ses bras. Elle ne savait pas vraiment comment annoncer le problème qu’elle avait, mais surtout, elle voyait bien que même s’il ne laissait rien paraître, Abell était loin d’être en forme. Il avait une sale tête, vraiment.

    « Non dormir c’est pour les faibles, c’est bien connu… Tsss, franchement je t’assure que tu fais limite peur… Heureusement que je dois être un peu dans le même état donc je ne vais pas te charier plus à ce sujet. »

    Le garçon lui annonça également que pour les bleus c’était dut à une bagarre mais il se rattrapa en disant que l’autre était dans un état bien plus grave… Oui, comme si ça allait tout excuser de justifier de cette manière. La demoiselle n’en revenait pas de ce qu’elle entendait. Quand à l’aération il y avait une odeur de clope froide, qui était juste horrible même pour une ancienne fumeuse, mais ça sentait le renfermé aussi, signe qu’Abell se laissait aller, au moins plus que ce qu’il ne voulait bien l’admettre. Elle l’observa se diriger vers la baie vitrée et en griller une justement. Connaissant Abell, il y avait vraiment un truc qui clochait, mais elle savait aussi qu’elle le saurait à l’usure, il fallait juste attendre un peu.

    « Donc je disparais de ta vie pendant quelques semaines, voir mois, et voila que tu te bats et que ton appart ressemble à un vieux taudis qui sent le renfermer… Abell, il ne manque que la gonzesse droguée dans ton lit et tu as le jackpot pour me faire tirer la sonnette d’alarme. Et là, c’est Keira que je ramène. »

    Bah oui, au grand maux les grands remèdes non ? Pour Léna, Keira avait une façon d’être qui faisait qu’on ne pouvait rien lui refuser, elle avait une telle énergie que forcément, au bout d’un moment on faisait ce qu’elle voulait juste pour qu’elle nous lâche. Bon une chance pour Léna, Abell n’était pas encore irrécupérable, il fallait juste qu’il se reprenne. Elle soupira simplement, ne sachant pas quoi lui dire de plus pour le moment, elle-même n’était pas en grande forme pour remonter le moral d’Abell. Autant d’habitude l’un parvenait toujours à remonter le moral de l’autre, mais dans l’immédiat, ils n’avaient pas vraiment l’air d’être bien tout les deux. Abell lui demanda alors ce qui n’allait pas, et les larmes lui montèrent aux yeux d’un coup… Elle était solide, mais la fatigue, le fait de voir son ami comme ça et réaliser à quel point son couple était naze venait tout simplement de la faire craquer.

    « Mon couple est foutu, Dmitri a sa fille qui va sortir de Poudlard, il va vouloir passer du temps avec elle, et il n’a jamais parlé de moi parce qu’il sait que Joy ne m’acceptera pas. Je ne peux pas lui demander de choisir entre son sang et moi, alors je ne vois pas d’autre solution que la rupture… De toute façon, entre son boulot et sa fille, je vois mal ou il trouvera du temps pour moi. Tu me connais, je n’aime pas faire partie du décor. »

    Elle frotta ses yeux d’un revers de la main, elle attrapa un mouchoir également, et réalisa à quel point la situation était nulle. Elle avait passé du temps avec cet homme et maintenant qu’une autre femme entrait dans sa vie, elle allait devoir lui laissait la place, laisser sa place. Alors oui c’était normal, mais elle n’avait jamais été habituée à ça et forcément, ça fait mal. Les larmes reprirent le dessus, elle s’en voulait de pleurer devant Abell, seulement, c’était plus fort qu’elle et ne parvenait pas à les contrôler, ça faisait trop longtemps qu’elle garder ça pour elle et au bout d’un moment, fallait bien que ça sorte non ?

    « Je suis désolée, j’aurai pu venir avec de meilleures nouvelles, plutôt qu’être là, à pleurer dans ton fauteuil… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 545
Âge : 33 ans (21 Février 1980)
Actuellement : Photographe


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: Re: Besoin de bras...   Mer 9 Juil - 21:21

    Lena était quelqu'un de fort, Abell le savait bien, mais elle était aussi fragile au fond. Ils avaient ça en commun. Cette carapace autour d'eux qui les protégeait, cette façade froide qu'ils montraient au reste du monde alors qu'une partie d'eux même était brisée. Mais ils restaient forts malgré tout. Et là, la voir si mal...Cela le détruisait intérieurement. Il avait mal pour elle, mal à en chialer, mal à en crever même. Il ne voulait pas la voir comme ça, tout ce qu'il souhaitait était son bonheur. Il détestait ce vieux de Vodianovski qui la rendait malheureuse, mais il se détestait encore plus pour ne pas avoir été près d'elle lorsqu'elle avait besoin de lui. Il avait été horriblement égoïste. D'accord, il ne pensait qu'à lui. C'était sa nature. Parce qu'il refusait de se préoccuper des autres. Parce que ça voudrait dire qu'ils comptaient pour lui et ce n'était pas quelque chose qu'il se permettait, de s'attacher aux gens. Mais Lena...C'était différent. Il n'avait jamais pu, il n'avait jamais su, se montrer égoïste avec elle. Il l'avait évité pour se prouver qu'il en était capable, il s'était éloigné pour se convaincre qu'elle ne représentait rien, qu'il pouvait se passer d'elle mais la vérité était qu'elle avait trop d'importance pour lui et que quoiqu'il fasse, il ne pouvait pas la laisser tomber. Peut importe avec quelle force il essayait, il s'en voulait trop à chaque fois et il finissait par se maudir lui même d'avoir lâcher la seule personne auprès de laquelle il avait toujours répondu présent, la seule qui connaissait tout de lui, la seule qui le rendait heureux, la seule qui lui faisait presque croire au bonheur, la seule...Et c'était ridicule. Et il était faible, terriblement faible. Son amour pour la jeune femme obscurcissait tout mais même avant qu'il ne tombe amoureux d'elle, c'était différent avec elle. Il n'aurait pas su dire pourquoi mais elle était sa meilleure amie. La personne qui comptait le plus à ses yeux. Et il avait la sensation de l'avoir abandonné. C'était si bête...Alors oui, c'était stupide de l'aimer, il en avait bien conscience, mais c'était encore plus stupide de l'avoir laissé seule. Il se haïssait pour s'être laissé avoir, pour être tomber amoureux d'elle, pour ne pas être capable de se détacher d'elle, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. Être là pour elle c'était tout ce qu'il pouvait faire, être là et espérer que sa présence lui rendrait, l'espace de quelques instants, le sourire qu'il aimait tant.

    Mais comme cette vérité ne venait que de l'atteindre tout récemment, en découvrant la jolie brune devant sa porte, et qu'il n'était, après tout, qu'un crétin irrécupérable et aveugle, comme il détestait les sentiments qu'ils éprouvaient pour elle, il s'était efforcer de se détruire. S'autodétruire. C'était encore l'une des choses dans lesquelles il était le meilleur. Comme il s'était saborder lui même en tombant amoureux, il fallait qu'il se sabote encore plus, toujours plus, dans la douleur, dans les combats et la cigarette. Ses sentiments le tuait à petit feux, il fallait qu'il se tue plus encore. Et ça se voyait, quand il ne faisait pas l'effort de le cacher. Et elle l'avait remarqué, bien sûr qu'elle avait remarqué son état... « C'est pas que c'est pour les faibles, simplement je ne trouve pas d'utilité à dormir. » répliqua-t-il d'un ton neutre. Depuis tout petit, depuis la mort de sa mère plutôt, il n'avait jamais beaucoup dormi. Il était insomniaque en quelque sorte. C'était peut être pour cela qu'il appréciait tant le goût amer du café qui réveillait. Mais il n'avait pas besoin de se reposer, il en avait l'habitude surtout, durant les fashion weeks, il ne dormait jamais. Et depuis plus d'un an il dormait encore moins. Quand il sommeillait, il rêvait de Lena et il pensait déjà bien trop à elle la journée sans en plus qu'elle ne l'obsède toute la nuit. « Oui, tu peux parler de moi mais toi aussi t'as une sacrée tête. Je me demande bien ce qui te préoccupe autant pour que tu n'en dorme plus la nuit. » rétorqua-t-il, la raillant quelque peu au passage, dissimulant son inquiétude sous un ton moqueur. Il avait envie de savoir ce qu'il n'allait pas et essayer, dans la mesure du possible, d'arranger cela. Hors de question que sa meilleure amie continue à aller mal, c'était inenvisageable tout simplement. Abell finit par aller fumer une clope, parce que son esprit était encore plus encombré que d'habitude, parce qu'il ne savait plus quoi faire, plus quoi penser, qu'il n'allait pas bien, que Lena non plus, et que tout, tout lui prenait la tête tellement qu'il en avait marre, qu'il ne pouvait même plus respirer, submergé par des émotions, des pensées contradictoires. Il avait envie d'envoyer balader la brune, et de la serrer dans ses bras, de l'insulter et de l'embrasser, de la rendre aussi malheureuse qu'il ne l'était, lui, d'aller tabasser son sale mec et de revenir auprès d'elle et d'y rester, pour toujours...Il ne savait plus rien, il avait perdu toutes ses certitudes...Non, c'était sans elle qu'il était paumé en réalité. « Appelle Reira si tu veux, je commence à être habitué à ces sermons à deux balles... » Il eut un sourire. Et revoilà l'Abell je m'en foutiste au possible ! C'était vrai qu'il s'en fichait que Lena appelle leur amie commune ou non. Il adorait la rouquine bien sûr, c'était sa petite sœur, sa Keira chérie à lui, mais il était devenu insensible à tout ce qu'elle pouvait bien lui reprocher. Comme il venait de lui dire, les sermons qu'elle lui faisait, c'était devenu une rengaine habituelle. « Mais je crois que je vais l'appeler d'abord, pas pour moi mais bien pour toi ! » Keira saurait quoi dire pour remonter le moral à Lena et puis si elle pouvait aller enguirlander l'autre débile de Vodianovtruc, ça l'arrangerait pas mal tiens...

    Lorsque des larmes brillèrent dans le regard clair de son amie, Abell ne réfléchit plus et s'approcha d'elle, la rejoignit sur le canapé, passa un bras autour de ses épaules instinctivement. Il ne voulait pas qu'elle pleure. Il ne voulait pas qu'elle ait mal. C'était même la dernière chose qu'il souhaitait au monde. Alors il allait se mettre de côté pour une fois et la laisser parler de son couple même si ça lui déchirait le cœur de l'entendre parler d'un autre homme. « Un mec qui ne te fait pas de place dans la vie, qui ne parle même pas de toi à son enfant alors que vous avez une relation sérieuse depuis longtemps maintenant c'est inacceptable. Lena, il ne te mérite pas s'il fait ça, tu ne devrais pas faire partie du décor. » déclara-t-il doucement. Pour lui, son amie devait avoir le meilleur, elle le méritait et comme c'était lui le meilleur...*paaf* « Tu parles ma belle, tu viens pleurer sur mon canapé quand tu le souhaites, tu le sais hein que t'es ici chez toi j'espère ?! J'en ai rien à faire que tu es sois pas bien, je suis là pour ça ok ? » Et il avait été bien trop absent, il fallait qu'il se rattrape alors qu'elle reste ici, si elle le voulait, il s'en fichait, il voulait juste qu'elle aille mieux et que son sourire brille de nouveau, et que son rire emplisse la pièce encore et encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Besoin de bras...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Besoin de bras...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» BESOIN D'AIDE POUR UN SAUVETAGE DE 21 CHIENS DE CEUTA
» Les gros bras(Sybille et Nathan)
» Armure: le bras
» # Un guitariste sans bras qui joue avec les pieds

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 17-
Sauter vers: