AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 - Bim badaboum [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: - Bim badaboum [PV]   Mer 11 Fév - 16:05

Le temps passait mais les choses ne changeaient pas pour autant. Keira vivait depuis plus d’un an avec Harrison amoureusement surnommé Harry mais elle n’avait pas changé pour autant. Du moins était-ce son sentiment personnel… Ce qui signifiait, au choix que a/ c’était Harry qui avait changé ou b/ elle se trompait et avait bel et bien changé car non, Keira n’était pas du genre à s’entendre avec Harrison auparavant (à moins que ce ne soit lui qui ne s’entende pas avec elle ?) Et le temps passant, leur relation avait beaucoup évolué. Passant de l’ignorance à l’agacement à finalement une espèce d’amitié étrange (tout ce qui touche Keira étant étrange on peut cependant dire que cette relation est plutôt normale, dans un sens totalement Keiraen, évidemment). La rouquin avait donc sa propre chambre (trop bien) sa moitié de loyer (ben oui quand même) et aussi la moitié de l’appartement pour elle toute seule ils ont tout délimité avec des bandes de scotch pour bien marquer les territoires de chacun, en rose : Keira, en bleu : Harrison. Bon, ok, en réalité ils vivaient sur le même territoire (attention, danger !!!) et ça ne se passait pas si mal que ça depuis que els armes d’Harrison étaient cachées quelque part, lieu ignoré de la rouquine qui n’avait absolument pas envie de tomber dessus. Bref, la vie continuait, donc.

Keira était toujours avec son groupe, chanteuse et bassiste. Elle ne faisait quasi plus de mannequina. Elle s’en était lassée et visiblement le monde de la mode s’était aussi lassé d’elle (elle ne le regrettait en rien, la musique l’occupait suffisamment ainsi et ses contrats photos à présents ou publicitaires reposaient tous sur son image de rock star et non plus sur son image de top modèle qui était à présent plutôt derrière elle). Concernant son relationnel avec ses parents il n’y avait rien de bien nouveau…  Pas de nouvelle : bonne nouvelle. Quant à ses amours… Elle n’avait plus rien eu de concret depuis Kaïn ce qui commençait à dater pas mal mine de rien. Elle avait longtemps été perdue suite à leur rupture, petite chose brisée, sans réel but. Puis elle avait fini par avancer, d’abord un petit peu puis définitivement.

A présent, la sorcière vivait sa vie, paisiblement. Ou plutôt aussi paisiblement que peut être la vie d’une folle de 27 ans et prends toi 2 années dans la face, bim !.

« ATTENTION CHAUD DEVANT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

En quelques secondes l’atmosphère calme, apaisante et relativement propre de l’appartement avait volé en éclat. Keira venait de rentrer et il était assez difficile de ne pas s’en rendre compte. D’un parce qu’elle avait beuglé comme un âne, et de deux parce qu’une espèce de fusée l’avait précédée dans l’appartement pour s’écraser dans le salon dans un vacarme assourdissant. Sur le canapé, vide juste avant, se trouvait à présent une montagne de sacs divers et variés. Harrison avait échappé à l’attaque shopping, grand bien lui fasse ce qui soulagea aussi la rouquine qui avait un instant craint pour sa propre vie (il est facilement agaçable quand même le Harry… Un jour ‘c’est vert, le lendemain c’est rouge… pire qu’une gonzesse niveau instabilité humorale ! A croire qu’il a ses règles tous les deux jours quoi ! L’arrivée des sacs de shopping fut donc conclut par cette simple phrase qui voulait tout dire :

« Le shopping c’est top, les soldes c’est le pied, mais les sorts de contenance laissent parfois à désirer ! »

Bienvenue dans l’univers de Keira Williams sorcière quelque peu ratée, mais elle le vit très bien, merci beaucoup !



 Will you still love me ?

Will you still love me when I'm no longer young and beautiful ?
Will you still love me when I got nothing but my aching soul ?
I know you will... I know you will...
Will you still love me when I'm no longer beautiful ? @Lana Del Ray
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

avatar
Ministère

Parchemins : 83
Âge : 29 ans [16 Février 1982]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: Re: - Bim badaboum [PV]   Mar 28 Juil - 17:30

    Un an auparavant, l’appartement de Keira Williams, son amie désormais –ce qui l’aurait fait bondir si on lui avait dit ça il y a quelques années- et d’Elyna Artanis une fille avait qui couchait Abell, avait flambé dans un incendie prétendument causé par une chouette folle. Dans ses jours taquins, Harrison prétendait que c’était en réalité Williams la cause de cet étrange incendie parce qu’elle crevait d’envie qu’il vienne à sa rescousse. Le jour de l’incendie, l’Auror avait en effet proposé à Keira de s’installer temporairement chez lui. Finalement, la cohabitation s’étant bien passée, Keira avait fini par vivre définitivement dans sa chambre d’ami. Bien sûr, il avait dû faire des concessions comme virer le tableau contenant les armes qui avaient servi ses ancêtres lors des guerres mondiales. Keira étant pacifique et allergique à tout ce qui concernait les armes et la violence, elle n’avait pas voulu de ça dans leur salon. Du coup, les armes s’étaient retrouvées dans la chambre du corse et un hideux poster ‘sauvons les animaux’ s’étalait à leur place. Par contre, le drapeau corse à la gauche de ces armes n’avait pas bougé, Harry y tenait. Au final, à part quelques touches plus féminines qui égayaient un appartement de célibataire très sobre, ce dernier n’avait pas tant changé que ça. Et tout se passait bien mieux que tout ce qu’avait espéré le jeune homme.

    Quelques jours cependant, il se passait des choses qui prouvaient que sa colocataire n’était pas une fille comme les autres et que leur relation n’était pas vraiment ‘normale’. Maintenant que les premiers malaises entre eux étaient passés, quelques discutes éclataient, notamment lorsqu’Harry voulait forcer Keira à manger correctement. Heureusement, cela passait toujours et leur relation redevait cordiale. Mais malgré ces quelques inconvénients à ne plus vivre seul et surtout vivre avec une personne aussi folle dingue que Williams je t’aime Keiranounette ne l’oublie pas Harry ne regrettait rien. La présence de Keira dans sa vie la rendait moins morne, moins banale. Elle cassait la routine dans lequel il s’était enfoncé : boulot-sport-amis-dodo. Et elle était toujours si surprenante, si imprévisible qu’il ne s’ennuyait jamais.

    Ce jour ci, il était tranquillement en train d’effectuer son test de glycémie quotidien installé dans la cuisine séparé du salon par un petit muret. Il s’injecta la dose d’insuline qui convenait et commençait à ranger son matériel lorsqu’une fusée rousse débarqua dans le salon accompagnée d’une foule de sacs qui explosèrent sur le canapé en encore plus de sacs. Une expression moqueuse se peignit de suite sur le visage d’Harrison. Il avait l’habitude de la frénésie du shopping de par ses sœurs et d’Elorah qui était une dingue de mode. En repensant à la brune, il ressentit un pincement au cœur. Il avait beaucoup aimé sa cadette mais leur histoire s’était malheureusement terminée quelques temps auparavant. Leur rupture était une décision commune. Leur relation était compliquée en raison de la distance et de leur écart d’âge et ils avaient donc fini par se séparer. Harrison ne regrettait pas non plus cette décision, ses sentiments ayant fini par s’étioler, mais il pensait toujours à la jeune fille et il ne pouvait penser à elle sans ressentir une certaine émotion.

    Reprenant ses esprits, il déclara d’un ton taquin : « J’espère que tes sorts de contenance sont mieux maîtrisés dans tes placards parce que ne compte pas sur moi pour t’aider à trier la montagne de fringues que tu as. » Il ne comprendrait jamais l’obsession des filles pour les fringues. Elles n’en avaient même pas besoin ! Oui lui il collectionnait les armes et alors ? C’était utile au moins !

    « Au fait, tu veux manger quoi ? Pour moi ce sera épinards, quelques frites et une escalope au poulet. Ça te convient ? » Les menus d’Harry, en raison de sa maladie, étaient toujours minutieusement préparés et contenaient exactement le nombre de calories dont il avait besoin. « Et tu manges bien aujourd’hui sinon ça va mal aller. » Il eut un regard un brin menaçant. Keira était tout en maigreur, bien qu’elle ait repris du poids par rapport à l’époque de Salem, et il détestait ça. Il était prêt à se fâcher avec elle pour qu’elle mange bien. Maintenant qu’elle vivait avec lui, il était bien décidé à ce qu’elle se nourrisse de bonnes choses et qu’elle ne saute aucun repas. C’est que désormais, elle comptait énormément pour lui et il était donc hors de question qu’elle fasse n’importe quoi au niveau de repas ! Quoi, Harry obsédé par l’organisation des repas et de sa bonne insertion par une tierce personne ? Pas du tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: - Bim badaboum [PV]   Mer 5 Aoû - 18:13

La sorcière écouta d’une oreille très distraite pour ne pas dire qu’elle n’écoutait pas vraiment les critiques à peine voilées de son colocataire et ami (il paraît) sur ses capacités de stocker magiquement ses affaires. Secouant vaguement la main l’air de dire ‘cause toujours tu m’intéresses’ à l’intention du jeune homme (et là hein, ça t’en bouches un coin non ???). Keira haussa les épaules :

« Tu vas me dire que j’abuse mais sache que j’ai tout juste le strict nécessaire. Oui monsieur. Parfaitement. »

Evidemment il allait la contredire, genre il sait mieux qu’elle ce dont elle a besoin, et tout le tralala, mais elle s’en fichait, elle n’allait pas céder (et non, et toc !). Elle n’avait qu’une cinquantaine de paire de chaussures, déjà… n’est-ce pas là le signe d’une franche modération ??? Qui a di non ??? Qu’il se dénonce immédiatement !!. La conversation passant sur la nourriture pas forcément toujours plus sain comme sujet de discussion que les fringues, mais soit, la rouquine répondit dans un sourire :

« Epinard et poulet ça me va très bien ! et fais la vaisselle aussi, homme. Faudrait pas que tu oublies ta place ici, quand même. »

Quant aux frites il était évident qu’elle n’allait pas en manger une seule ça retombe direct sur les hanches après !!! Hors de question. La rouquine arqua un sourcil en réponse à la menace pas du tout voilée de son colocataire sur son assiette à finir.

« C’est quoi ces menaces à deux noises ? Tu te fous de moi ? Si tu crois que tu vas me forcer à manger, tu te goures totalement. Et tu sais quoi ??? Je me casse. J’en ai marre. Je vais vivre chez Erwan et Luca. Ca va être génial, ils seront ravis de m’avoir chez eux, EUX. »

Laissant couler, la sorcière alla ranger ses affaires dans ses placards, puis tout en dansant sur une musique imaginaire qui résonnait dans sa tête, elle fredonnait joyeusement. Retrouvant finalement Harison, elle s’exclama, le regard pétillant de plaisir :

« Diiiiiis je viens d’avoir une suuuuuuper idééééée. »

Oui, rien que ça. Et pour toi, cher coloc, tu auras même droit à l’avant première. Keira Williams ne déconne jamais avec ça, sache le bien.

« On sort ce soir ??? »

Elle avait envie de danser, de rire, de chanter, de se tortiller. Grâce à merlin, la sorcière n’était pas du genre à se soucier des avis d’autrui la concernant, ce qui lui donnait l’occasion de faire à peu près tout ce qu’elle voulait où elle le voulait sans jamais avoir honte pas sûr que les gens qui l’accompagnent soient nécessairement de cet avis après ceci dit…. Elle avait déjà plein d’idée de tenues, de maquillage, de lieux pour sortir… Et des amis à contacter aussi… bref, elle avait envie de sortir, de prendre l’air, de s’amuser, de rire, de faire la fête. Et ce sans raison particulière après tout depuis quand faut-il une raison pour s’amuser ??



 Will you still love me ?

Will you still love me when I'm no longer young and beautiful ?
Will you still love me when I got nothing but my aching soul ?
I know you will... I know you will...
Will you still love me when I'm no longer beautiful ? @Lana Del Ray
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

avatar
Ministère

Parchemins : 83
Âge : 29 ans [16 Février 1982]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: Re: - Bim badaboum [PV]   Ven 7 Aoû - 13:55

    Bien que parfaitement satisfait de sa vie, merci bien, Harrison devait bien admettre qu’avant, il avait laissé la routine s’emparer de celle-ci. Or, depuis qu’il avait (re)croisé une certaine tornade rousse, on pouvait dire qu’il n’avait pas lieu de s’ennuyer. L’arrivée spectaculaire d’un tas de vêtements –surement indispensables à la survie de mademoiselle Williams- n’était qu’un des exemples du brin de folie qu’elle apportait au quotidien du jeune corse.

    « Tout juste ? Ah, ça tu as un sacré sens de l’humour Williams… » Il arborait toujours son fameux sourire taquin. « Un jour, il faudra que tu me révèles ton secret pour te retrouver dans tous les fringues et les chaussures que tu possèdes… » Oui, ça l’intriguait drôlement ! Cela devait probablement être un super pouvoir dont disposait les femmes : parvenir à se retrouver dans leur immense garde-robe.

    « Très bien ! Votre serviteur s’attèle à la tâche de suite, il ne faudrait pas que vous mourriez de faim entourée dans une masse dingue de vêtements… » Ce n’était probablement pas la plus dure des morts pour une fashionnista mais bon…Quant à la réponse à sa pseudo menace, il répondit simplement, toujours en plaisantant, bien que plus sérieux dans sa tête cette fois ci : « Bien sûr que je me fous de toi, je me fous toujours de toi, Williams, c’est mon passes temps favori ! Et vas donc vivre chez Erwanou et Lulu ça me feras plus d’espace ! »

    Harry s’afféra donc à cuisiner, l’un de ses hobbis préférés et tandis que le poulet prenait une jolie couleur, que les épinards étaient presque prêts mais que les frites étaient toujours dans l’huile, il entendait une voix douce se rapprocher. Un sourire s’étala sur son visage bronzé et il tourna la tête vers sa rouquine préférée. « Vas-y, ne te prive pas Keira, dis-moi tout. » Il adorait lorsque cette expression se peignait sur le visage de sa colocataire et amie, une expression joyeuse qui vous donnait envie de sourire, de profiter de la vie et de chanter, même si vous vous tapez la honte à cause de votre voix qui n’était pas juste. Cette expression était couronnée par un regard bleuté où flottait une myriade de petites pépites qui scintillaient…C’était un regard qui n’appelait pas une réponse négative. Et comme Harrison n’était qu’un homme faible ne se sentait pas de refuser, et que de toute manière cela faisait bien trop longtemps qu’il n’était pas sorti, il s’entendit répondre : « Tu sais que je ne peux rien te refuser Williams… »

    Il se maudit après coup. Cela ne lui ressemblait pas, à lui et à sa foutue fierté de répondre des niaiseries pareilles ! Se reprenant il continua : « Ça fait longtemps que je ne suis pas sorti par contre, je dois être un peu rouillé. » Si seulement il avait été capable de danser correctement un jour…Il devait surement être trop grand…En tout cas il était trop gauche, c’était certain. Il ne savait pas quoi faire de son corps et se contentait donc de bouger bizarrement d’un pied à l’autre tout en tachant de s’amuser le plus possible et d’éviter de trop avoir honte de sa danse. Peine perdue. Malgré tout, il aimait sortir en boîte. Cela lui permettait d’être avec ses amis, de parler, de rigoler avec eux. Et comme il était sociable, avait besoin d’interactions sociables, oui, il aimait bien sortir.

    « Tu invites d’autres personnes ? » Eh oui, ne disions nous pas, après tout, ‘plus on est de fous, plus on rit’ ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: - Bim badaboum [PV]   Mar 11 Aoû - 11:17

« Je sais, je suis super drôle, et en plus c’est totalement naturel chez moi. Ne sois pas trop jaloux, ça rend laid, la jalousie. Tu es presque comique quand tu fais un effort, ça pourrait être pire, tu sais. »

Ben quoi ? Elle avait toujours réponse à tout, de toute façon (pas dit qu’elle dise des choses forcément très véridiques, prouvées, validées, etc etc… mais bon ça pourrait être largement pire tout de même !!!)

« Un secret n’est plus un secret s’il est révélé, tu sais… »

Elle lui tira la langue malicieusement avant de se hâter dans son dressing pour ranger un peu ses nouvelles acquisitions (toutes plus indispensables les unes que les autres, bien évidemment). Tandis que Harry mentionnait la cuisine, la rouquine agita la main, comme si elle le laissait disposer (dans son immense générosité)

« Bien bien… »

Ben quoi ? Si on ne peut même plus s’amuser, maintenant… Et alors que la sorcière avait cette super bonne idée (forcément en même temps c’est la sienne, d’idée), et qu’elle la partageait avec son colocataire, elle écouta sa réponse non sans malice… Il ne pouvait rien lui refuser ?? Elle changea rapidement d’expression. La demoiselle lui offrit un sourire amusé, et s’avança doucement vers lui :

« Tu ne peux vraiment rien me refuser Renucci ? »

La rouquine était à présent placée juste devant lui, son corps s’étant quasi collé à celui du jeune homme qu’elle observait avec un regard presque prédateur, un sourire provocateur accroché au bord des lèvres. La provocation était un des dons de la rouquine (pas aussi magique que son charisme, certes, mais elle était assez douée dans ce domaine aussi, l’air de rien…). Et comme elle était lancée dans son petit jeu, elle esquissa un sourire à la demande de son ami :

« Je ne sais pas… Tu le sens à plusieurs ? »

Ben quoi ? Elle finit par se reculer, tout sourire, comme si de rien n’était et s’exclama, tout en tournoyant joyeusement sur elle-même :

« Je vais demander à Abell et Lena !!! »

Après il y avait bien Luke aussi… qui était du genre fêtard. Keira avait pas mal d’amis mais tous étaient très différents les uns des autres, par ailleurs au sein de Carnal Spark, tous étaient très différents… Roze, Luke, Raphaël, Keira. Chacun avait sa propre personnalité bien définie et très différente des autres.

« Oh et Heaven peut-être aussi, tiens !!!! »

La sorcière était déjà en train de se trémousser sur une musique imaginaire qui lui trottait dans la tête, dansant joyeusement en plein milieu du salon, tournoyant sur elle-même encore et encore. Il est important de noter que la sorcière n’avait jamais eu un quelconque don pour la danse, mais étant donné qu’elle assumait totalement sa nullité, ça passait toujours plus ou moins (parfois moins que plus, mais bon… On ne peut pas tout avoir non plus après tout ! Elle avait un don pour la musique et du charisme, faut pas trop en demander à mère nature non plus…)



 Will you still love me ?

Will you still love me when I'm no longer young and beautiful ?
Will you still love me when I got nothing but my aching soul ?
I know you will... I know you will...
Will you still love me when I'm no longer beautiful ? @Lana Del Ray
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

avatar
Ministère

Parchemins : 83
Âge : 29 ans [16 Février 1982]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: Re: - Bim badaboum [PV]   Ven 14 Aoû - 21:31

    Harrison eut un reniflement de dédain lorsque sa chère et tendre colocataire débita un tas d’idioties comme quoi elle était très drôle et que lui pas du tout…Ou uniquement un petit peu lorsqu'il voulait bien se donner la peine. « Je suis hilarant. C’est juste que vous avez un sens de l’humour douteux vous les anglais. » Alors que bien évidemment, c'était bien connu, les Corses étaient réputés pour être toujours très drôle.

    Il eut un sourire lorsque la rouquine, toujours très gamine, lui tira la langue. « Vas donc ranger ton bazar oui ! Je sais que techniquement, je partage cet appartement avec toi mais j’ai bien envie d’aller faire un tour dans ta penderie pour te débarrasser de ce que tu as en trop… » Il plaisantait bien sûr. Il n’avait nul envie d’aller en territoire ennemi de débarquer dans la chambre de Keira pour lui piquer des affaires. Harry n’aimait pas qu’on lui vole des trucs qui lui appartenaient et il était partisan du ‘ne fais pas à quelqu’un d’autre ce que tu n’aimerais pas qu’il te fasse’. Mais comme d’habitude, il aimait taquiner la jeune fille. C’était terriblement drôle.

    L’Auror se mit donc à cuisiner tranquillement. Cette passion le détendait toujours. Manger n’avait pourtant pas toujours été une partie de plaisir. Comme il était un enfant, il détestait calculer, prévoir afin qu’il ne dépasse pas une certaine limite et ne finisse par faire une hypoglycémie. Maintenant, ça faisait partie de sa vie. Ca faisait partie de lui. Et quitte à ce qu’il soit obligé de vivre avec, autant qu’il y prenne plaisir quelque part.

    La voix douce de Keira retentit à nouveau à ses oreilles lorsqu’elle s’avança vers lui pour lui proposer, de son avis, une super bonne idée. Harry prêta donc l’oreille et accepta la proposition qui s’agissait, après le repas, d’aller se vider l’esprit en sortant. Ce fut là qu’il eut des paroles malheureuses. Il se maudit encore plus lorsqu’il la vit s’avancer vers lui, magnifique et sauvage à la fois avec son air tout à la fois amusé, provocateur et prédateur. Elle lui demanda s’il ne pouvait vraiment rien lui refuser. Il ouvrit alors la bouche pour répondre, mais gêné, il la referma bien vite. Il n’arrêta pas de se maudire. Il avait déjà vécu des situations pareilles auparavant ! Il n’était pas non plus le dernier pour provoquer alors pourquoi là rien ne lui venait ? Il posa son regard perçant sur le visage délicat de la jeune fille devant lui. Il se restreignit de faire un quelconque geste déplacé. C’était son amie. Et sa colocataire. Mais c’était aussi Keira. Et ça voulait dire qu’elle était aussi surprenante qu’imprévisible et que finalement, ça paraissait tout à fait normal qu’elle agisse comme ça. En revanche, lui, à ne pas répondre, à ne rien répliquer, à rester simplement à l’observer, était loin d’être normal. Se reprenant, il déclara d’une voix rauque et profonde : « Bien sûr que non. Je te faisais marcher c’est tout. » Cela ne sonnait pas très convaincant mais au moins avait-il réussit à dire quelque chose !

    Une expression de surprise se peignit de nouveau sur son visage bronzé lorsqu’elle prononça une nouvelle fois. « Q-Quoi ? » Bordel !! Mais qu’est ce qui lui prenait à la fin ? Bredouiller maintenant ? Ce n’était que Keira à la fin !! « Très subtil, vraiment Williams, très fin. » finit-il par dire d’un ton froid. Reprends toi Casanova-Renucci, tu n’es pas une petite fillette !!

    Heureusement pour lui et son moment de faiblesse passager, Keira arrêta son petit jeu. Il reprit un visage plus détendu et un sourire. « Bonne idée pour les trois. » Son sourire se fit plus malicieux. « Tu sais sûrement qu’Abell a avoué ses sentiments à Lena ? Ça risque d’être drôle. Il est temps qu’il se passe quelque chose de sérieux entre ces deux là ! » Et oui, cela faisait bien trop longtemps que tout le monde, sauf les deux concernés bien évidemment, avaient vu ce qu’il y avait à voir. Harry était vraiment content que son meilleur ami se soit jeté à l’eau après un an pratiquement à faire le con, et cela faisait bien plus de temps encore qu’il aimait Lena.

    Sa colocataire était en train de danser toute seule au milieu du salon et le sourire d’Harrison s’agrandit. « Ça va, en fait je me suis inquiété pour rien pour mon absence de talent en danse. Je vois que tu es presque pire que moi Williams ! » Et il se retourna pour surveiller la cuisson de son repas, attendant la réplique de Keira qui ne saurait tarder. Elle jouait ? Très bien, il avait eu un petit bug tout à l’heure mais il était prêt à jouer maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: - Bim badaboum [PV]   Dim 16 Aoû - 14:49

« Douteux ? c’toi le douteux d’abord et vlan dans les dents ! La grosse blague. Ca c’était très drôle. Hahaha. Ha, non mais attends, tu étais sérieux ? On ne peut vraiment pas se fier aux corses… c’est moi qui le dis. »

Elle le nargua d’un coup d’œil moqueur avant de s’éclipser vite fait bien fait (sait-on jamais qu’il tente un coup fourbe !!). Et alors qu’il la menaçait de jeter ce qui se trouvait dans sa penderie (sa penderie à elle, oui oui...) elle s’insurgea, du plus profond de son placard (et Merlin sait qu’il est profond ce placard, pour contenir tout ce qu’il a à contenir…)

« QUOI ???? PLUTÔT CREVER QUE DE TE VOIR JETER LA MOINDRE DE MES AFFAIRES. MEC INDIGNE ! T’es plus mon copain pour la peine, na ! »

La sorcière revint et embêta joyeusement son colocataire… Qui se trouva comme pris de mutisme face à la petite provocation de la rouquine. Keira le remarqua mais en fut si surprise (elle aussi) qu’elle abandonna rapidement l’attaque et prit la décision du repli stratégique. Cependant, elle demeura par la suite légèrement pensive, faisant tourner en arrière plan une réflexion sur l’étrange réaction d’Harrison. Il était du genre à toujours avoir un mot à dire sur à peu près tout et le fait qu’il se retrouve soudainement incapable de lui répondre était… anormal. Surtout que c’était le jeu, ils jouaient tout le temps à s’embêter mutuellement, alors elle se demandait depuis quand il y avait des règles bien spécifique sur leur jeu habituel, jusqu’alors Keira ne s’était jamais fixé de limites mais visiblement il en existait quelques unes qui n’avaient jamais été prononcées à voix hautes…

Elle l’avait vraiment touché sur une corde sensible, les bredouillements, bégaiements du sorcier en était la preuve concrète. Elle laissa couler, puisqu’elle-même ne savait même plus que faire, tant le tout était inhabituellement bizarre. Elle enchaîna alors sur la soirée qui semblait être une valeur bien plus sûre que les petits jeux auxquels elle s’était livrée peu avant. Harry étant d’accord sur les noms cités pour la soirée, la rouquine sautilla joyeusement, tout en prenant son téléphone pour contacter les principaux intéressés. C’est alors que le Corse fit un commentaire classé direct dans la rubrique potins et rumeurs qui arrêta la rouquine dans son élan.

« Pardon ? »

Elle écarquilla les yeux de surprise avant de se mettre à s’agiter de plus belle, ouvrant grand la bouche, ses yeux suivant grosso modo le même mouvement, l’expression finale étant la surprise générale :

« Je rêve. Harrison Renucci en personne colporte des ragots ! Le déliiiiiire total quoi. Assez plaisanté. »

Elle se saisit alors de sa brosse à cheveux et la pointa dans la direction du sorcier :

« J’ai une brosse à cheveux et je n’hésiterais pas une seule seconde à m’en servir ! Qui êtes vous et qu’avez-vous fait de Renucci-je-me-fous-des-ragots ??? Et pas de mensonge ! Ca pourrait me rendre agressive. Et je vous assure que vous n’avez pas envie que j’en arrive au fer à lisser… Oh que non… »

Elle fronçait les sourcils, sa brosse à cheveux toujours pointée en direction du jeune homme, conservant son air vaguement menaçant (le comique de la situation rendant la menace légèrement moins grave que si elle s’était saisie d’un couteau…). Quant à l’insulte à peine voilée sur sa pourtant ô combien géniale technique de danse, la sorcière répliqua, dans un jet de cheveux moqueur :

« Silence. Moi j’assume tout. C’est comme ça que je peux draguer qui je veux, quand je veux. Et biiiim ! Tu en dis quoi, vieux crouton corse hein ??? Hein ??? Hahahahaha ! »

Oui, il semblerait bien que nous l’ayons perdue…



 Will you still love me ?

Will you still love me when I'm no longer young and beautiful ?
Will you still love me when I got nothing but my aching soul ?
I know you will... I know you will...
Will you still love me when I'm no longer beautiful ? @Lana Del Ray
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

avatar
Ministère

Parchemins : 83
Âge : 29 ans [16 Février 1982]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: Re: - Bim badaboum [PV]   Mar 18 Aoû - 22:06

    Harrison aimait diablement charrier, taquiner -bref tout ce que vous voulez- sa colocataire alias Keira Williams. Et il aimait beaucoup aussi qu’elle le taquine en retour. C’était un peu leur jeu depuis aussi longtemps qu’ils s’étaient retrouvés, dans cette rue sur le Chemin de Traverse. Au début, le tout était un peu timide. Il fallait dire qu’ils avaient un passif assez…compliqué. Mais bientôt, les deux étaient devenus très taquins l’un envers l’autre et il n’était pas rare de les entendre se chamailler. Enfin, il ne fallait pas pousser Merlin dans un Filet du Diable non plus et Harry possédait probablement la fierté la plus mal placée de toute la Corse réunie aussi répondit-il à Keira, sourcils froncés, l’air vaguement sérieux : « Ne doute pas de mon humour, Williams, et ne critique pas les corses devant moi ! » Effectivement, il ne valait pas mieux se fier aux corses mais quand même…Un peu de respect pour son peuple !

    Keira s’éclipsa ranger toutes ses nombreuses affaires et il l’entendit hurler de sa plus belle voix –ironie bonjour- après qu’il eut (pseudo) menacé de toucher à ses affaires. « Mec indigne ? Alors là, Williams, j’ai peur. Je tremble d’effroi. Je me demande bien ce que tu compte me faire après une telle menace ! » Il avait un sourire malin affiché sur son visage. Elle le faisait tellement marrer.

    Il ne rigola plus très longtemps.

    Keira fit un petit numéro de provocation qui, normalement, n’aurait pas dû le toucher autant qu’il semblait l’être. Il ne savait même pas pourquoi, des petits trucs comme ça ne lui coupaient pas la parole d’habitude. Il aurait du dire quelque chose, en être capable. Mais il était resté stoïque, comme hypnotisé, et il ne savait même pas pourquoi. Bien évidemment, il était au courant du petit talent de Keira, son charisme magique. Mais il savait, au fond de lui-même, qu’elle ne l’utiliserait jamais contre lui. Non, il avait été pris au piège de sa beauté et l’espace d’un instant, il avait eu envie de l’embrasser. Ce qui était ridicule. Il n’était pas attiré par elle, elle était loin d’être son type de femmes, et même s’il l’appréciait beaucoup, ça en restait là. Son cerveau s’était juste pris au jeu, ce qu’il n’aurait pas du, mais ça ne se reproduirait pas.

    Il n’avait pas du tout envie de repasser pour un idiot de première qui bredouillait à la première provocation venue.

    Heureusement, et il la remercia mentalement pour ça, elle ne fit pas de commentaire sur son attitude quelque peu bizarre et la soirée reprit un cours un peu plus normal. Keira voulait qu’ils sortent avec leurs amis et lança les noms, notamment, d’Abell et Lena qui étaient en couple depuis quoi ? Deux jours ? Pas assez en tout cas pour que quiconque les voit ensembles et sache si c’était du sérieux ou encore un de leurs louches arrangements. Harry ne comprit pas trop pourquoi il n’y a rien à comprendre Harry chéri, elle est folle c’est tout mais Keira fut apparemment assez étonnée qu’il lui dise ça et se mit aussitôt à délirer en disant qu’il colportait des ragots. Il renonça à la corriger en ajoutant Casanova à Renucci et dit : « Hein ? J’ai pas tout compris. Un ragot ? Non, c’est la vérité. Tu le savais non ? » Abell était bien sorti de son lit –ou du lit de Lena qu’importe- pour envoyer un message à Harrison, ce dernier aurait été vivement surpris si Lena -ou même Abell- n’aurait pas fait la même chose de son côté.

    Mais lorsqu’elle prit une brosse à cheveux et qu’elle le menaça avec, Harry sut définitivement que Keira Williams était tout sauf normale et qu’elle était complètement, mais complètement, cinglée. « Tu es givrée ma pauvre fille. Impazzitu*. » déclara-t-il, finançant sa phrase par un mot corse. Il se retenait à grand peine de rire en la voyant devant lui avec cette ridicule arme. Elle pouvait toujours sortir le fer à lisser si elle voulait, il ne lui faudrait pas moins de temps pou la désarmer.

    « Vieux croûton corse ? Je te rappelle que j’ai un mois de plus que toi, à peine, cantacuccu**. » Harrison aimait bien utiliser le corse pour passer ses ‘insultes’, comme ça personne ne comprenait et lui ça le faisait bien rire il y a que toi pauvre vieux va. « Et je peux aussi draguer qui je veux, quand je veux. T’en doutes Williams ? » Il leva un sourcil, un bouillon de malice bien visible dans ses yeux clairs. Parce que, et nous le rappelons malgré l’incident fâcheux de tout à l’heure, que monsieur Harrison Leone Jay Casanova-Renucci était un grand joueur et que, plus important encore peut-être, il détestait perdre.

    *fou, qui a perdu la raison **vieux, décrépi, usé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Sport et culture

Parchemins : 1913
Âge : 28 ans [21 mars 1982]
Actuellement : Chanteuse et Bassiste de CS


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: charly

MessageSujet: Re: - Bim badaboum [PV]   Mer 19 Aoû - 13:51

« Je suis tentée de dire que tout cela est très subjectif et que j’ai raison et toi t’as tord et que mon opinion ne change pas : tu n’es pas aussi drôle que tu le crois, mais bon si ça te fait plaisir de le croire, je ne vais pas trop te contredire, ça me chagrinerait de briser un rêve de carrière comique… ton public s’en chargera pour moi »

Et elle acheva dans un haussement de sourcil moqueur :

« Quoi les corses ? Tu parles des bouseux qui vivent sur une île dépeuplée c’est bien ça ? »

Oui, là elle le cherchait vraiment. Elle n’en pensait rien quoique *sort* mais c’était trop drôle de le voir démarrer au quart de tour. Elle enchaîna rapidement (avant de se prendre une cuillère en pleine tête) :

« Oula mais que voie-je ??? Il est déjà siiii tard que çaaaa ????? Aller jme casse je pense que je vais vivre ailleurs… Une autre colloc… un autre appart… Même les ponts me semblent moins risqués là maintenant ! Ciao ! Les affaires vont pas se ranger toutes seules ! »

Et elle fila dans son dressing avant d’avoir à essuyer ne attaquer quelconque en provenance du monsieur à l’égo parfois un poil démesuré (ha ces corses et leur fierté… Ou plutôt… Ah, ce Rennucci et sa fierté !). Ils passèrent sous silence le moment d’hésitation du sorcier, lui parce qu’il en avait honte et n’avait pas forcément envie de se l’avouer et elle parce qu’elle ne savait tout simplement pas trop quoi dire et préférait en rester là (pour le moment). Ils enchaînèrent donc sur radio potin (qui l’eut cru, Monsieur faisait partie du bas peuple du pays de commérage à présent !!!).

« Oui oui, monsieur la commère, je t’écoute, je t’écoute… Je n’aurais jamais cru qu’on se retrouverait à se faire des activités comme ça un jour… Tu veux que je te vernisse les ongles pendant que tu me racontes tout ça en détail ? »

Elle le charriait, un large sourire étendant ses lèvres, tandis que ses prunelles pétillaient avec un amusement non feint.

« Non, je déc*nne. En fait je sais déjà tout non mais pour qui me prends-tu sérieusement ???. Abell m’en a parlé, évidemment. De toute façon ça crevait les yeux, il n’y avait qu’eux pour ne pas le comprendre franchement… »

Oui oui, Keira qui fait des commentaires sur la capacité des gens à s’engager, c’est clair à présent : on aura tout vu. ET les choses dégénérèrent, une brosse à cheveux entra en jeu et les menaces fusèrent d’un côté, tandis que l’autre insultait. Bref, c’était l’amour fou, comme toujours. Sifflant entre ses dents, la rouquine ne perdit pas le nord, et répliqua sans aucune hésitation :

« Je ne suis pas givrée ma mère m’a fait passer des tests et arrête donc de me parler dans ta langue du sud là. Je parle couramment 5 langues et j’ai la sympathie de te parler dans une langue que tu comprends, alors t’es mignon mais tu fais pareil, sinon je vais te parler en allemand et on verra qui fera le malin. Non mais. »

Si la sorcière était en règle générale un boulet, elle avait quand même cette capacité de converser dans plus de langues que la moyenne, disons que ça permettait de faire un équilibre avec son manque de connaissance général sur beaucoup de choses… Et pour en arriver à la drague… Son regard s’éclaira, tandis qu’elle répliqua, avec peut-être une pointe de dédain :

« Pffffff. C’est chou comme tu t’y crois. »



 Will you still love me ?

Will you still love me when I'm no longer young and beautiful ?
Will you still love me when I got nothing but my aching soul ?
I know you will... I know you will...
Will you still love me when I'm no longer beautiful ? @Lana Del Ray
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.dailymotion.com/s-o-r-a-y-a/video/x4qnuh_keira_blog

avatar
Ministère

Parchemins : 83
Âge : 29 ans [16 Février 1982]
Actuellement : Auror


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sam'

MessageSujet: Re: - Bim badaboum [PV]   Dim 18 Oct - 1:02

    Au jeu de 'tu as raison et moi j'ai tort' et de celui qui aura le dernier mot, Keira et Harrison étaient difficiles à départager. Chacune des deux parties voulant à tout prix concurrencer l'autre et le devancer. Aussi, quand mademoiselle Williams le contredit (aucune surprise jusque là), monsieur Renucci-Casanova s'efforça de répliquer et de continuer, bien évidemment, de jouer. Par Merlin, Dumbledore et tous les autres vieux briscards, la fille qui lui clouerait le bec n'était pas encore née ! « Blablabla je ne t'écoute plus Williams. Je sais que tu penses que j'ai un charme et un humour irrésistible alors ne fais pas semblant. » Une certaine arrogance brillait dans son regard bleu océan et un air suffisant trônait sur son visage.

    Cet air là s'effaça de son visage au petit commentaire très rigolo de mademoiselle je-suis-suicidaire-visiblement-pour-oser-critiquer-la-patrie-sainte-devant-un-Corse, armé, (un poil) costaud, (très) susceptible. L'Auror s'efforça de se contenir tout en regardant Keira, le visage indescriptible. « Parfois, Williams, j'ai vraiment envie de t'étrangler. » Elle fila sans demander son reste parce que bien sur, elle savait fort bien que sa petite provocation n'avait pas été sans conséquences. Eh ! Il n'était pas Abell lui, il n'était pas un maître du self-control, du calme et du visage impassible ! Le sang du sud coulait dans ses veines et il avait bien plus hérité du côté Corse de son père que du flegme britannique de sa mère. Ses émotions et sentiments étaient toujours parfaitement claires, qu'il soit ronchon, grognon, mal luné ou bien gentil, tendre et aimable (ça ne lui arrivait que quelque fois par an, rassurez-vous).

    Lorsqu'une certaine rouquine revint pointer sa sale trogne (drôle comme il ne le pensait pas du tout ça...) il posa un regard sombre sur elle avant toute chose. « Un jour, Williams, je t'embarquerais de force sur mon île et tu en tomberas tellement amoureuse que tu me supplieras à genoux de t'excuser pour les paroles malheureuses que tu as dis tout-à-l'heure et que, crois moi, je ne répéterais pas à ma famille, malgré l'offense que tu m'as faite, pour éviter qu'ils organisent un commando. » Il sourit, un peu méchamment, avant d'ajouter, Grand Seigneur : « Ne me remercie pas surtout ! »

    Puis Harry en revint à ce qu'elle avait claironnée avant, à savoir sa si fabuleuse idée et s'en suivit ce qui s'est passé. Des taquineries, des boutades, et, ce qui continuait de perturber le brun au plus haut point, la petite provocation de Keira. Alors qu'elle parlait, il n'arrivait pas à s'empêcher de penser au moment qui venait de passer. Il n'arrivait pas à s'empêcher de penser à ce qu'il se passerait s'il poserait ses lèvres sur celles de la rouquine.

    C'est là que Keira lança une réplique typiquement Keiranéenne qui fit oublier au Corse ses divagations à propos de sa colocataire, certes très jolie mais qui restait son amie avant tout, ou du moins ces dites divagations se retrouvèrent dans un coin éloigné de son esprit. Le jeune homme, touché dans sa virilité, fronça les sourcils et aborda cet air ronchon qui lui était propre et qui le faisait toujours ressembler à un petit garçon en colère. Bon, un petit garçon à barbe, super musclé et faisant un mètre quatre-vingt quinze mais un petit garçon avant tout. « Tu es vraiment impossible, Williams. » Pourtant, un sourire amusé détendait déjà ses lèvres. Il ne pouvait être fâché (du moins faire semblant de l'être, être en colère contre un personne comme Keira étant clairement impossible à part quand vous jouez à l'imbécile au moment où Keira allait très mal) contre elle, peu importe si elle le traitait de commère et lui proposait de lui vernir les ongles -bon en revanche si elle passait à l'acte...Mais quand il voyait ce sourire si lumineux qu'il emplissait la pièce et cet amusement dans ses yeux clairs, son énervement fondait comme neige au soleil. « Exact. Ce n'est pas étonnant, cela dit. Abell est probablement l'être le plus obtus sur cette planète. » Sérieusement ! Il était pire que Luca et Erwan ! Dawn et Lexy ! Non, son meilleur ami devait très certainement tenir un record.

    Puis, alors qu'Harry trouvait que la conversation se déroulait de manière plutôt civilisée (les deux parties discutant étant Keira et Harrison, n'oublions pas) un dérapage survint de nouveau. Une brosse à dents. Une menace. Et dans ce florilège de folie qui, finalement, n'étonnait même plus Harrison un an de vie commune et déjà blasé, il apprit un détail curieux. « Je ne parle peut-être pas allemand mais cinq langues comme toi. Alors arrête de faire ta maligne Williams. » Une lueur d'intérêt flottait dans ses yeux azur. « Tu parles quoi à part l'anglais ? Moi français, corse, italien et espagnol. » dénombra-t-il fièrement. Il fallait toujours qu'il prouve qu'il était le meilleur en tout. Cependant, il admit d'un air contrit : « C'est plus impressionnant de ta part que du mien. Je suis né en étant trilingue. L'italien est proche du corse. L'espagnol est proche de l'italien. Je ne sais pas pourquoi je n'ai jamais appris le portugais d'ailleurs, j'aurais suivi la logique. » ajouta-t-il, songeur.

    Le jeu de qui étais le meilleur ne cessa pas lorsque la rousse mit en doute ses capacités de séduction. Une lueur de défi s'alluma dans le regard d'Harrison. « Ton seul avantage sur moi est le fait que tu es bi. Tu as l'air très confiante dans ce que tu dis mais tu oublies mon côté étranger. Qui vient du Sud de l'Europe et qui a de beaux yeux. Sans oublier les muscles et tout le tralala. Cela fait tomber toutes les filles. » Il avait prit le soin de forcer plus le trait avec de fortes inflexions où l'on percevait fortement sa langue natale. D'ordinaire, l'anglais d'Harrison était parfait. Il avait même un petit accent qu'il avait chopé à Salem. Les inflexions se faisaient sentir lorsqu'il était très nerveux ou très en colère. Harry était caractériel bien sur, mais sa vraie colère ne se manifestait pas tant que ça. Malgré donc cette maîtrise de la langue de Shakespeare, il était doué à faire ressortir son véritable accent. Cela faisait fondre les filles. Et tout le monde tombait d'autant plus dans le panneau que les français étaient connus pour être nuls en langue. Ce n'était pas forcément faux mais c'était loin d'être son cas.

    Reportant son attention sur Keira, il s'exclama : « Bon on mange ? Qu'après on se la fasse cette soirée qui a l'air de te tenir tellement à cœur ! » Il sourit doucement avant de se diriger de nouveau vers les fourneaux. Le dîner était prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - Bim badaboum [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
- Bim badaboum [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Et puis BIM BIM ET BAM BADABOUM
» Badaboum BooM BooM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 19-
Sauter vers: