AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1639
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   Mar 28 Juil - 11:53

Comme au bon vieux temps
« Sometimes I think I'm not that strong, but there's a force that carries me on. Sick of my small heart, made of steel. Sick of those wounds that never heal. 'Cause I have lived my life in debt. I've spent my days in deep regret. Yeah, I've been living in the red. Oh, 'cause I can't forgive and I can't forget. Forget. » Emi Burton ©



Emma avait définitivement passé un cap. Plusieurs, même, pour être exact. Celui des vingt ans, avant tout, sujet sensible qui étaient à présent bien entamés puisqu'elle avait depuis cette année, vingt-trois années au compteur, ce qui n'était pas rien. Vingt. Trois. Ans. Lorsqu'elle était plus jeune et essayait de se projeter dans ces années en tant que jeune adulte, elle se voyait toujours si... responsable, et sûre d'elle, et juste... adulte. Elle croyait - naïvement - qu'elle aurait alors sa vie bien en main, qu'elle saurait ce qu'elle faisait de son existence avec clarté et aplomb. Inutile de dire que la réalité était toute autre. Certes, elle avait un job stable et, deuxième cap, elle avait enfin terminé sa formation de médicomage, ce qui signifiait qu'on ne pouvait plus la qualifier d'"apprentie" désormais fuyez. Elle comptait toujours sur l'aiguillage de son ancien parrain, Nicolas Caremis, et son mentor Erwan, mais officiellement, elle volait de ses propres ailes à partir de maintenant. Mais sa vie professionnelle était bien la seule chose qu'elle maîtrisait à l'heure actuelle.

L'appartement qu'elle partageait à Brighton avec Mary était généralement sans dessus-dessous (elle aurait aimé pouvoir dire que ça n'était que du fait de sa colocataire, mais ça aurait malheureusement été hypocrite), sa vie de  famille - qui se réduisait à sa mère - était toujours aussi déprimante et côté cœur... Eh bien côté cœur, c'était... En amélioration ? En progrès, dirons-nous, ce qui était déjà mieux que le désert sentimental qu'elle avait connu après avoir mis fin à son semblant de relation avec Jenson (d'après les dires de Mary, du moins). Elle n'avait pas réellement revu l'ancien Serpentard depuis plusieurs années à présent. Elle soupçonnait Mary d'être en contact avec lui - ils étaient amis à Poudlard, après tout - et hésitait parfois à lui demander, simplement, de ses nouvelles. Seulement, elle parvenait toujours à se dissuader de franchir le pas. Une coupure nette, et clinique, ça avait été le plan dès le début, et c'était un plan qui fonctionnait.

Avec le recul, elle réalisait qu'elle avait sûrement été amoureuse de lui. Ou du moins avait-elle été sur le point de l'être. Mais si elle était incapable de lui faire confiance, à quoi bon entretenir une telle relation ? Elle savait qu'elle avait une grosse part de responsabilité dans cet échec, cependant, le fait était qu'ils ne sortaient même pas ensemble. Du moins, pas officiellement. Et Jenson était tellement difficile à lire. Il était loin d'être l'individu le plus expressif émotionnellement qu'elle connaisse, et n'était elle-même pas fan de ce genre de grands déballements affectifs, mais à un moment, ils auraient clairement fini par atteindre un mur. Et c'était sans doute immature de ne pas oser exprimer quoi que ce soit tant qu'il n'aurait pas fait le premier pas, mais c'était le genre de situation dans laquelle ils se trouvaient, dans tous les cas. Si elle avait été confrontée au même problème aujourd'hui, elle l'aurait sans doute géré différemment. Mais elle ne voyait plus Jenson - ce qui était étrange en soi, parce que même lorsqu'ils ne s'entendaient pas, ils avaient toujours gravité l'un autour de l'autre durant leur scolarité - et elle pensait enfin avoir tourné la page.

Son travail occupait une grande part de sa vie, et il fallait y ajouter la supervision de Mary - qui était un emploi à temps plein, il ne faut pas se leurrer Mary est un chinchilla mal apprivoisé en fait -, ses amis de Poudlard qu'elle voyait encore de temps en temps, ainsi que le temps qu'elle avait miraculeusement trouvé à consacrer à l'un de ses collègues de Sainte-Mangouste, Charlie, et on avait fait le tour de sa trépidante existence. Elle ne savait pas si les choses pourraient devenir sérieuses avec ce dernier un jour, mais ils s'entendaient bien, et il comprenait son métier et ses contraintes, ce qui n'était pas le cas de tout le monde. Certes, ce n'était pas avec lui qu'elle risquait de s'embarquer dans des joutes verbales interminables et stimulantes. Mais elle commençait à se dire que c'était peut-être surfait, de toute façon. Quelqu'un de calme, avec qui elle n'avait pas un passif lourd de malentendus et de chamailleries, peut-être était-ce là tout ce qu'il lui fallait.

Néanmoins, Emma n'étant pas de ceux qui croient à l'amour avec un grand A, elle se gardait sous le coude la possibilité d'entretenir une vie de vieille fille vivant près de la mer avec ses trente-six chats et développant une rancœur envers les malotrus ayant l'outrecuidance de venir salir ses plate-bandes (surtout, par pitié, pas les rutabagas). Pour se préparer à un tel avenir - et surtout, parce que l'appartement semblait bien vide lorsque Mary partait pour une quelconque expédition au bout du monde, à la recherche d'une nouvelle créature magique encore inconnue des sorciers européens -, l'ancienne Serdaigle avait récemment pris la décision d'acquérir une bestiole poilue à quatre pattes, communément connue sous le nom de chat. Profitant d'un après-midi de libre, elle quitta Sainte-Mangouste avec un certain entrain, et transplana sur le chemin de Traverse. Voyez-vous, elle ne voulait pas d'un vulgaire chat de gouttière. Elle en avait vu, des chats à deux neurones, se prenant des étagères dans la tronche et feulant à tout va d'un air ahuri. Non, elle voulait un chat comme celui de Rory, ou celui de Jenson encore lui. Et pour cela, elle avait décidé d'opter pour une solution inégalable: la ménagerie magique du chemin de Traverse.

Bien que petite et sentant un peu fort non elle ne parle pas d'elle-même, la boutique offrait l'avantage de présenter une grande diversité d'animaux. Et, détail primordial: Mary lui avait fait promettre que c'était là qu'elle se rendrait. La rouquine avait beau être quelque peu déjantée à l'occasion, elle n'en restait pas moins fiable lorsqu'on parlait d'animaux - magiques ou pas -, aussi Emma se reposait-elle entièrement sur son jugement. Elle devait d'ailleurs la rejoindre pour approuver le choix de leur nouveau compagnon, mais la connaissant, Emma préférait commencer par déjà faire le tour du propriétaire. Mary Donovan n'était pas réputée pour sa ponctualité (et elle avait toujours des excuses abracadabrantes, genre "mais Emma, un crapaud violet géant s'était échappé de sa cage et menaçait de gober toute une famille de Boursoufs couleur intérieur de kiwi - mes préférés - tous crus !"). A d'autres !

« Bonjour, je cherche un...  » Elle s'interrompit lorsque son regard croisa celui encore bien trop familier après toutes ces années d'une certaine ancienne Gryffondor. Bon sang de bonsoir. « Moreau ? Comment ? Pourquoi ? Quelle malédiction lui avait-on jeté à la naissance sans dramatiser pour que ce genre d’événements se produise encore, et encore, en sa présence ? Par la barbe de Merlin, ça devait être une blague. Des centaines de sorciers à Londres, et voilà qu'en voulant acheter un malheureux chat, il fallait qu'elle tombe sur Nina Moreau. Fauteuse de troubles de son état, avec qui elle entretenait une 'relation' - si tenté que des quolibets échangés d'un air acide puissent constituer une relation - des plus ombrageuses du temps de leur scolarité. Elle ne l'avait pas revue depuis qu'elle avait quitté Poudlard, à l'issue de sa septième année, et franchement, elle ne s'était jamais demandée si elle la reverrait. Cela faisait quoi, cinq ans à présent ? Six ? Logiquement, il y avait prescription, mais pour sa part, Emma attendrait de vérifier que Moreau n'allait pas lui lancer une armée de rats sanguinaires aux trousses avant de baisser sa garde. Comme on dit, vigilance constante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 1701
Âge : 23 ans (13 février 1988)
Actuellement : Soigneuse dans une animalerie magique


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   Ven 31 Juil - 17:43

Si ce matin-là, quand Nina avait déposé son vélo devant le magasin et ouvert le store, on lui avait dit ce qu’il se passerait plus tard dans la journée, nul doute qu’elle serait rentrée chez elle.

Malheureusement pour elle, aucun professeur de divination n’avait eu la bon sens de venir lui tirer les cartes et la jeune femme était venue travailler comme tous les jours. Elle avait été accueillie par les piaillements des oiseaux, les miaulements des chats et les autres cris indéfinissables de toute une myriade de bestioles magiques, des plus câlines aux plus dangereuses – dans la mesure où elles pouvaient entrer dans la petite boutique.

Depuis cinq ans qu’elle y travaillait – et trois ans qu’elle était officiellement employée et plus seulement apprentie, Nina avait acquis un nombre croissant de responsabilités dans la ménagerie. Son chef la laissait tenir la boutique seule de plus en plus souvent, ce qui n’était pas pour déplaire à la blondinette. Lui en profitait, elle supposait, pour rencontrer les éleveurs ou autre spécialistes de la faune magique qui leur permettaient d’avoir toujours de magnifiques animaux à proposer à leur clientèle fournie. S’ils avaient abandonné les hiboux à une autre boutique, ils ne manquaient jamais de clients pour les chats, salamandres et autres crapauds ; et pour le matériel pour s’en occuper.

Nina étant en train de nourrir les chats quand une sonnette magique retentit dans la boutique, l’avertissant d’une arrivée. Elle ferma doucement la porte derrière elle, posa le seau de croquettes sur le comptoir, essuya ses mains sur son tablier et alla voir de quoi il en retournait. Elle se figea en reconnaissant la personne qui attendait en observant les lieux. Emma Carter.

Si elles s’étaient copieusement insultées et tiré dans les pattes pendant leur scolarité – tout ça à cause d’une bombabouse atterrie au pied de l’ex-préfète de Serdaigle – les deux jeunes femmes ne s’étaient plus croisées depuis… cinq ans ? Depuis qu’elles avaient toutes les deux quitté Poudlard, en fait. Nina avait remisé sa meilleure ennemie au fonds de sa mémoire, avec Alek Benson et quantité d’autres souvenirs reliés à l’école de sorcellerie. Ça n’avait pas franchement atténué le mépris qu’elle ressentait pour Emma Carter.

Le contexte de leur rencontre, cependant, était très différent. Elles n’étaient plus à Poudlard : elles étaient des adultes et - surtout – Nina était une professionnelle qui, de ce fait, devait servir ses clients, même si elle ne les aimait pas et voudrait les jeter dehors. La jeune femme sortit donc le plus beau sourire dont elle était capable sans paraitre hypocrite.

« Bonjours Miss Carter, » c’était dur, mais elle en était capable. « Oui, c’est bien moi. »

Un enfant de deux mois aurait pu deviner que l’ancienne Serdaigle ne s’était pas attendue à rencontrer Nina ici. Pourtant, même si Londres était grande, le monde des sorciers était petit et, en cinq ans, il était déjà exceptionnel qu’elles ne soient jamais tombées l’une sur l’autre.

« Comment puis-je t’aider ? »

Nina avait mis toute la courtoisie dont elle était capable dans ces quelques mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1639
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   Sam 8 Aoû - 23:08


Emma avait perdu contact avec beaucoup de ses anciens camarades de Poudlard. Son départ pour Salem avait déjà testé certains de ses liens, et son entrée dans le monde des adultes avait terminé de distinguer les proches qu'elle conserverait au sein de son entourage, et ceux qui n'auraient été que des amis de passage, des camarades de maison, ou autres partenaires de dépotage de plantes venimeuses en tous genres bienvenue à Poudlard. Nick et Carry restaient ainsi une partie intégrante de sa vie, et ce depuis leurs premières années communes à Serdaigle, et même si leurs occupations respectives les empêchaient de se voir aussi régulièrement qu'à l'école, elle imaginait difficilement sa vie sans eux - et pourtant elle avait dû le faire pendant une année entière, ce qui ne lui avait clairement pas plu. De la même manière, Mary ne semblait pas prête à la lâcher, et son métier de Médicomage lui avait permis de rencontrer de nouvelles personnes à côtoyer au jour le jour, comme Nicolas, Erwan ou Charlie. Quant à Jenson, même s'il occupait encore souvent ses pensées, il relevait plus du fantôme que d'une réalité, désormais. Et elle l'avait accepté. Elle se spécialisait même dans cette activité à présent: rien, ni personne n'était indispensable. Si elle avait survécu au décès de son père - qui était irremplaçable - alors il n'y avait rien qu'elle ne pouvait pas supporter.  

En dehors de ses amis les plus proches, la brune ne croisait donc des visages familiers que de manière sporadique. Un ancien coéquipier de Quidditch qui s'était désartibulé en transplanant et avait été admis aux urgences, un cadet de Serdaigle habitué des retenues devenu Soigneur à Sainte-Mangouste on donne vraiment des postes à n'importe qui de nos jours, des camarades de classe lui proposant de prendre un verre au Chaudron Baveur ou comment Emma sombra dans l'alcoolisme... Le monde sorcier n'était pas si vaste, on finissait inévitablement par se revoir, tôt ou tard. Surtout lorsque l'on travaillait dans la même ville. Mais dans le cas de Nina Moreau, Emma aurait préféré que cette rencontre se fasse plutôt tard que tôt et pourtant ça fait déjà 5 ans donc vous imaginez le tableau.

Il faut dire que les deux filles étaient parties du mauvais pied, et ce dès le tout début. Les années avaient beau être passées, Emma n'oubliait pas pour autant vous savez ce qu'on dit, les éléphants et leur mémoire ! A posteriori, elle voulait bien reconnaître qu'elle avait été un poil... dramatique, à l'époque. La position de préfète lui avait été attribuée alors qu'elle n'était en troisième année, et forcément, faire régner l'ordre dans un château gigantesque - et magique - alors qu'on n'est haut que comme trois pommes, ça n'est pas évident. Mais pour sa part, Moreau avait clairement fait preuve d'une mauvaise foi sans bornes, encore et encore. Peu importait désormais. Lorsqu'elle était revenue à Poudlard, Emma était déjà lasse de leurs joutes verbales sans fin. Autant dire que quatre ans après avoir quitté l'école et avoir effacé Nina Moreau et ses sautes d'humeur de sa mémoire, elle considérait être passée à autre chose.

Néanmoins, elle n'était pas devenue amnésique pour autant. Moreau ne l'aimait pas et elle ne comptait pas baisser sa garde sous prétexte qu'elles avaient soi-disant atteint l'âge adulte - et de raison, dit-on - depuis leur dernière interaction. Mais elle était là pour accomplir un objectif précis: acquérir un chat. Et elle n'irait pas chercher son nouveau compagnon dans une autre boutique simplement sous prétexte que la vendeuse lui avait, jadis, balancé une Bombabouse aux pieds avant de détaler trente mètres plus loin histoire de transpercer le sablier vénérable de Serdaigle de part en part et provoquer un semi arrêt cardiaque à Emma. Non Monsieur. Elle s'en était remise, et le sablier aussi, merci Merlin.

Le sourire éclatant - elle ne plaisantait pas, on voyait toutes ses dents - que lui adressa Moreau lui fila vaguement la chair de poule. Elle ne savait pas trop à quoi elle s'était attendue. Pas grand-chose, à vrai dire, puisqu'elle n'avait identifié son interlocutrice qu'une fraction de seconde avant que son nom ne lui échappe sous le coup de la surprise. "Miss Carter". Un rictus nerveux passa sur les lèvres de la brune, qui n'aurait jamais imaginé se voir appeler ainsi par sa cadette. La vie est pleine de surprises. « Je ne savais pas que tu travaillais ici. Visiblement. » s'entendit-elle prononcer avec neutralité. Elle se souvenait bien du complexe du martyre de la blonde. Pas besoin qu'elle aille croire qu'Emma était venue là intentionnellement, histoire de profiter de leurs changements de statut. D'ailleurs, il ne semblait y avoir personne d'autre dans la boutique - elle avait vérifié ! -, aussi supposait-elle que Nina aurait très bien pu la trucider discrètement et s'en tirer sans trop de remords. Mais Emma devait lui reconnaître une chose: elle se montrait professionnelle pour l'instant. Quitte à se retrouver dans cette situation, il ne lui restait plus qu'à se montrer civilisée à son tour - bien qu'elle eût l'impression que Moreau essayait de l'assassiner des yeux, quoi que son sourire sorti tout droit d'une pub pour dentifrice puisse laisser penser.

Priant pour que Moreau soit nulle en sortilèges informulés, Emma se tritura nerveusement les mains, et décida d'essayer d'en finir aussi rapidement que possible avec cette situation plus qu'inconfortable. « Je cherche un chat. » annonça-t-elle tout en classant cette interaction dans son top 5 des situations les plus surréalistes qu'elle ait vécues. « Plutôt jeune, de préférence. Ma colocataire dit que c'est la meilleure ménagerie de Londres. » ajouta-t-elle en jetant un œil vers la porte justement, pour voir si Mary avait décidé de chambouler ses habitudes et s'était pointée à l'heure. Pas de bol. Juste un vieillard à l'air perdu qui manqua de trébucher devant l'entrée avant de passer son chemin. Si la ménagerie n'avait pas été aussi bordélique, tu pourrais faire un peu de rangement tout de même, Nina ! Ne me tue pas, s'il te plait. encombrée et peuplée d'animaux variés, Emma se serait volontiers débrouillée toute seule. Mais en l'occurrence, elle semblait coincée en tête-à-tête avec Nina Moreau pour une durée indéfinie. Chouette perspective. « Mais je peux me débrouiller, si tu étais occupée ! » lâcha-t-elle après quelques secondes, prise d'une inspiration soudaine. Elle offrait une porte de sortie à la blonde, qui faisait probablement autre chose que de sourire telle une démente avant qu'Emma n'entre dans la boutique, quitte à attendre Mary pour choisir le chat voulu. Certes, c'était la première fois de sa vie qu'elle acquérait un animal de compagnie comment ça Mary ne compte pas ? et elle aurait bien aimé être guidée un minimum, mais cette version de Moreau la rendait nerveuse - encore plus qu'avant - et elle était presque sûre de pouvoir faire la différence entre un chat persan et une pieuvre. Qui a dit cas désespéré ? un chat siamois, alors clairement, tout était sous contrôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 1701
Âge : 23 ans (13 février 1988)
Actuellement : Soigneuse dans une animalerie magique


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   Mer 12 Aoû - 21:54

Nina était loin de se douter de tout ce qui traversait l’esprit d’Emma Carter. Oh, elle n’avait aucun doute sur l’opinion de la médicomage à son encontre, mais la paranoïa de Carter atteignait des sommets, il faut le dire. Nina n’avait que intentions honnêtes quant à son ancienne condisciple et, la connaissant, il ne faut pas minimiser l’effort que ça lui coûtait de rester professionnelle. Elle haussa les épaules à la remarque de sa cliente.

« Tu n’aurais aucune raison de le savoir. »

Passons donc à l’objet de la demande de Carter. Un chat. Rien de plus compliqué ou vicieux ? Un strangulot peut-être ? Ou quelque chose qui comblerait ses désirs de suprématie. Qu’est-ce qui conviendrait à une ancienne Préfète ? Sûrement que la ménagerie ne manquait pas de quoi satisfaire son égo. Mais non, c’était juste un chat. Nina posa donc les questions d’usage.

« D’accord. Magique ou pas ? Vous vivez en maison ou en appartement ? »

Non, Nina ne s’intéressait pas particulièrement à la vie d’Emma Carter. En revanche, elle prenait soin des animaux qui lui étaient confiés et préféraient leur donner le meilleur environnement possible. Dans les faits, elle ne pouvait pas refuser de vendre un animal à quelqu’un. Mais rien ne l’empêchait d’essayer de dégoûter la personne en question. En l’occurrence, la blondinette, malgré tout le mépris qu’elle pouvait avoir pour son aînée, n’avait aucun doute sur le fait qu’elle saurait bien s’occuper d’un animal. Et même si l’ancienne Serdaigle avait visiblement à cœur de se débarrasser d’elle, Nina ne pouvait la laisser déambuler au hasard dans la boutique.

Et puis, disons le clairement, elle voulait prouver à Carter qu’elle savait être professionnelle, à défaut de l’apprécier.

« C’est mon boulot »,
elle dit, fataliste. « Suis-mois, j’allais justement leur donner à manger. »

Sans attendre de voir si Carter la suivait, Nina poussa une porte derrière le comptoir. Elle menait à une petite salle où se prélassaient cinq ou six chatons et autant d’adultes.

« Voilà les chats qu’on a ici pour le moment. Je te dirai bien de choisir celui que tu préfères mais je préfère quand même savoir un peu où il vivra avant. Comme je te disais, c’est mon boulot. »

Restait à espérer que Carter ne prendrait pas ça mal. Il n’y avait pas de raison. Sa colocataire s’y connaissait si elle disait qu’ils étaient dans la meilleure ménagerie de Londres, et il revenait à la blondinette de ne pas démentir cette affirmation en étant professionnelle jusqu’au bout des ongles, même si elle aurait préféré mettre fin au plus vite à cette situation gênante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1639
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   Dim 16 Aoû - 0:50


Emma avait toujours eu tendance à démarrer au quart de tour. Elle le réalisait mieux avec le recul, lorsqu'elle repensait à ses plus jeunes années à Poudlard surtout ouaip, elle a atteint l'âge de la rétrospection, telle une petite mamie analysant son existence. Peut-être que si elle avait été moins susceptible, elle aurait eu moins de problèmes avec Jenson, ainsi qu'avec Moreau, avec qui elle avait entretenues les relations les plus... compliquées durant sa scolarité ? Elle était trop dramatique, c'était incontestable, mais ça faisait partie de son charme, si, si sa personnalité, elle n'était pas sûre d'y pouvoir grand-chose ! Et puis, comparée à Mary, elle était carrément inexpressive, c'est pour dire ! Enfin, au moins ses rapports avec Jenson s'étaient-ils arrangés avec le temps plus 'qu'arrangés' mais chut. Avec Moreau... C'était un travail en cours ? Ok, non, mensonge, ça n'était rien du tout. Elle n'avait pas vu Nina Moreau depuis grosso modo cinq ans, et à aucun moment ne s'était-elle posée chez elle d'un air contemplatif pour élaborer un plan destiné à les rabibocher.

Confrontée à son ancienne meilleure ennemie, Emma songea distraitement que son don d'invisibilité n'aurait finalement servi à rien parce que j'oublie tout le temps qu'elle le possède. Puisqu'elle ne pouvait pas l'utiliser dans ce genre de situations plus que perturbantes (apparemment ça défiait les conventions sociales, foutaises !), à quoi bon ? En plus, même si elle avait pu le faire, il était trop tard: elle avait prononcé le nom de l'ancienne Gryffondor dès qu'elle l'avait aperçue, elle était repérée. Pas besoin de passer pour une dérangée finie en disparaissant sous ses yeux ébahis, tel un Houdini de seconde zone. Elle comptait bien conserver le peu de dignité environ 0.01% qu'il lui restait après six années à Poudlard passées à glisser sur des flaques d'eau, se prendre de la tarte en pleine poire, manquer de tomber dans les vapes suite à l'inhalation malencontreuse de l'haleine fétide de Rusard, et autres joyeusetés ayant parsemé sa tragique existence. On a prévenu qu'elle avait la fibre théâtrale.

Enfonçant une porte ouverte, Emma commença par souligner le fait qu'elle n'était pas au courant de la présence de sa cadette dans cette ménagerie. Comme l'indiqua Moreau, elle n'avait en effet aucune raison de le savoir. Elles ne fréquentaient pas vraiment les mêmes cercles à Poudlard, et elles n'avaient pas non plus terminé leur études en même temps (d'ailleurs, Emma ne savait même pas que l'ancienne Gryffondor avait quitté Poudlard prématurément, c'est pour dire). Pas besoin d'épiloguer sur le sujet, par conséquent. Si Emma s'était attendue à une réplique sarcastique, elle aurait ainsi été déçue: après le sourire un brin maniaque, Moreau se montrait à présent parfaitement civilisée. Pas de sarcasme, pas de rats vengeurs lancés à ses trousses. Hmhm. Bizarre.

Puisque sa vie ne semblait pas en danger dans l'immédiat Nina l'a clairement traumatisée, Emma se décida à annoncer l'objet de sa présence à sa cadette, regrettant que sa meilleure amie ne soit pas là pour détendre l'atmosphère. Pour une fois que les bavardages incessants de Mary auraient été salvateurs qui aime bien châtie bien, hein ? ! Sans même parler du fait qu'elle aurait été bien plus qualifiée pour donner des détails pertinents concernant leur mode de vie vis-à-vis d'un félin. « Magique, oui ! Et nous vivons en appartement près de la mer, c'est très sympa, même si l'eau est généralement à -40°C environ. Deuxième étage sans ascenseur. Je t'inviterais bien mais on déconseille d'inviter les vampires chez soi, ils pourraient revenir ! » répondit-elle avec neutralité. Finalement, ça ne serait peut-être pas si terrible que ça ? Il suffisait de le voir comme une simple transaction de commerçant à client. Et non pas comme revoir un bandit assagi vous ayant autrefois détesté de tout son petit être.

Néanmoins, en bonne adepte de la fuite éhontée (ça devenait une habitude, depuis le temps), Emma tenta de proposer une alternative à la blonde, consistant plus ou moins à la laisser se dépatouiller toute seule au risque de libérer trois ragondins et une dinde magique en ouvrant une cage par erreur et retourner à ses propres activités dégrader des biens publics, par exemple ? C'est sans enthousiasme que Moreau lui demanda de la suivre pour l'assassiner dans l'arrière-boutique, sans l'ombre d'un doute, insistant que c'était son boulot. A défaut d'être chaleureuse, Moreau était donc professionnelle. Tiens donc. C'était certainement une facette de sa personnalité qu'elle n'avait ni connue, ni envisagée. « Ah ? T'es sûre que tu préfères pas rester dans cet espace public à la vue de tous ? Non ? Bon ben va pour la petite salle discrète d'où on n'entendra pas mes cris de détresse alors ! D'accord... » concéda-t-elle sans grande éloquence, emboîtant le pas à la jeune femme. Quand faut y aller, faut y aller !

Son pessimisme latent fut balayé lorsqu'elle entra dans la pièce et posa les yeux sur ses petits habitants. Elle émit un bruit qui se situait quelque part entre la chèvre malade et la sirène des pompiers oui c'est très imagé, avant de s'accroupir près de l'un des chatons. « Ils sont adorables ! » lâcha-t-elle spontanément, en oubliant presque qu'elle se trouvait en la compagnie de Nina Moreau, et non pas d'une amie - ou même d'une connaissance relativement positive. Elle jouait avec l'une des petites pattes du chaton, mais tourna la tête vers Nina quand celle-ci la relança concernant leur de mode vie, à Mary et elle. Je savais que je t'avais manqué, Moreau ! On sait tous que tout ça n'est qu'un prétexte pour en savoir plus sur ma palpitante existence. « Comme je te le disais, on vit en appartement, dans le Sud à Brighton. La mer est à quelques rues. C'est suffisamment spacieux pour deux, plus un chat. Et c'est propre - même si pas toujours rangé, mais ça c'est un autre problème... » détailla-t-elle sans trop savoir ce que la blonde voulait précisément savoir. « Je ne sais pas trop ce que je suis censée te dire d'autre ? » admit-elle en haussant les épaules. Elle savait bien que ça faisait partie du métier de l'ancienne Gryffondor, elle n'était pas non plus parano à ce point. Cela dit, elle se serait bien passée de raconter des détails de sa vie privée à Moreau. Surtout que l'information circulait clairement dans un seul sens. Bon après, l'avantage, c'est que Moreau s'en foutait probablement comme de sa première paire de chaussettes, donc quoiqu'elle dise rentrerait par une oreille et ressortirait par l'autre. Comme quoi il y avait des avantages à l'inimitié !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 1701
Âge : 23 ans (13 février 1988)
Actuellement : Soigneuse dans une animalerie magique


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   Mer 19 Aoû - 21:43

Nina écouta avec attention Carter lui donner toutes les infos dont elle avait besoin pour bien la servir. Servir. Ce mot l’aurait faite frissonner quelques années auparavant. Mais les faits parlaient d’eux-mêmes. Nina avait appris à rendre service, y compris aux gens qu’elle vomissait, et ça lui plaisait ; notamment parce qu’elle démontrait – pour une fois – avoir des compétences utiles et reconnues socialement. Oh, elle ne s’était jamais sentie nulle ou mal à Poudlard : elle avait toujours été très débrouillarde et douée pour tout un tas de trucs, juste pas pour ce qu’on attendait d’elle. Là, elle allait pouvoir montrer à Carter qu’elle n’était pas qu’une petite écervelée. Rôle qu’elle avait largement surjoué adolescente.

Carter avait l’air déçue que Nina ne la laisse pas se débrouiller seule. Qu’elle se rassure, si la jeune femme avait eu une autre possibilité – si elle avait pu refiler son ancienne camarade au patron par exemple -, elle ne s’en serait pas privé. Mais la blondinette était seule dans sa boutique et donc elle ne pouvait rien faire d’autre que s’occuper de l’unique cliente du jour, fût-elle sa pire ennemie.

Mais Carter n’était pas qu’une Préfète sans cœur. Sa réaction face aux chatons tira un petit sourire à Nina. Pas un sourire moqueur, loin de là. Plutôt… autre chose. Quelque chose sur quoi la jeune femme n’avait pas spécialement envie de se pencher, et pour que l’ancienne Serdaigle ne croie pas qu’elle se moquait d’elle, la blondinette embraya.

« Alors, tu as justement celle-ci qui pourrait convenir. Par contre elle sait léviter. Ça peut être un inconvénient. Ou… »

Elle chercha l’autre chaton magique capable de vivre en appartement du regard. Elle ne fut pas surprise de le voir près de la réserve de nourriture. Nina traversa la salle, l’attrapa d’une main et de l’autre sortit sa baguette. Un petit sortilège bien placé et la réserve s’ouvrit. La jeune femme rangea la baguette et attrapa deux sacs de croquettes. Elle posa l’animal tout noir près d’Emma et entreprit de remplir les gamelles. Celles des adultes d’abord, puis celles des chatons.

« Et il y a celui-ci, donc », elle dit tout en servant les animaux. « Peut-être un peu difficile à gérer parce qu’il a la faculté d’ouvrir les portes et autres trucs du genre non fermés magiquement. Ça nous a fait bizarre la première fois qu’il est allé chercher la bouffe et qu’il a régalé tout le monde. Après, en principe il s’en servira pas pour se barrer et si c’est suffisamment en hauteur il pourra pas aller les chercher. »

Emma avait demandé des animaux magiques, elle pouvait être servie. Bien sûr, Nina comprendrait si son ancienne camarade cherchait un animal plus calme. Ces deux là n’étaient pas des teignes mais ils pouvaient s’avérer compliqués à gérer quand on ne s’y attendait pas. En soi, les efforts à fournir n’étaient pas énormes, il fallait juste y penser. Dans tous les cas, si ceux-là ne convenaient pas à Carter, les chatons communs seraient tout aussi heureux de trouver une famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1639
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   Ven 21 Aoû - 21:30


En apercevant Moreau dans la petite boutique du chemin de Traverse, Emma avait été projetée dix ans plus tôt. A l'époque où elle venait de devenir préfète de Serdaigle, que ses responsabilités, les cours et l'état de santé de son père lui pesaient énormément, et qu'elle vivait dans un état de stress quasi-permanent. A l'époque où son chemin et celui de Nina Moreau se croisaient pour la première fois. Elle n'avait pas beaucoup d'estime pour Nina depuis, c'est vrai, mais ça n'était nullement lié à ses aptitudes sur le plan scolaire, ou son intelligence. Ça avait tout à voir avec son attitude et sa mauvaise foi évidente. Au contraire, d'après ce qu'elle avait eu le malheur de voir, Moreau ne semblait pas s'en sortir si mal que ça, niveau sortilèges même Rowena s'en souvient encore. Elle ne doutait pas des compétences de la blonde, mais plus de sa capacité à mettre le passé et ses émotions derrière pour elle pour traiter Emma comme un client lambda. Mais l'âge ou ses nouvelles responsabilités semblaient avoir changé l'ancienne Gryffondor. Emma s'en serait voulue de ne pas lui avoir donné plus de crédit, si elle ne s'était pas déjà faite avoir par le passé. Il fut un temps où elle avait été prête à laisser une chance à sa cadette, et où celle-ci s'était montrée plus odieuse que jamais.

Malgré ses réticences, Moreau n'avait néanmoins pas l'air décidée à la trucider et planquer son corps dans l'arrière-boutique. Ou bien, elle utilisait les chatons comme ruse, histoire de l'occuper pour qu'elle ne voie pas le coup venir. Oh, et puis zut. Elle ne pouvait pas passer toute son existence à se montrer méfiante. Les chatons étaient adorables, et Moreau se montrait civilisée. Ça aurait pu être bien pire genre Moreau se met à pousser des cris de guerre tribaux et fait appel à son armée personnelle de ninjas pour la capturer discrètement. Elle s'accroupit sans réfléchir pour jouer avec l'une des petites bestioles, sous le regard de Nina. Se retournant vers la blondinette, Emma crut apercevoir un sourire au coin de ses lèvres mais elle se convainquit bien vite qu'elle avait dû l'imaginer. Ou bien Moreau avait souri machinalement pendant si longtemps qu'elle souffrait d'une rare forme de déformation professionnelle, désormais. Ses zygomatiques s'émancipaient inopinément.  

Elle lança un regard surpris à la blondinette quand celle-ci lui apprit que le chaton avec lequel elle jouait savait léviter, ramenant les yeux sur la petite boule de poils. « Ah ouais ? Et elle peut léviter jusqu'à quelle hauteur, à peu près ? » interrogea-t-elle tant par curiosité que dans un souci de sécurité. Elle n'avait pas spécialement envie de voir le chaton s'envoler de leur balcon vers l'infini et au-delà et que - si tenté que son moteur interne se mette à capoter - il s'écrase sur le bitume. Après, elle supposait qu'elles pourraient toujours mettre en place quelques sortilèges de protection dans l'appartement, pour s'assurer qu'il ne lui arriverait rien. Emma avait toujours été quelqu'un de très responsable, dès son plus jeune âge. Il faut dire qu'elle n'avait pas vraiment eu le choix. Les circonstances avaient fait qu'elle avait eu à grandir plus vite que prévu. Cela étant, elle était habituée à s'occuper d'elle-même - et occasionnellement de Mary quand celle-ci avait un peu abusé sur la bouteille (on se gardera de préciser que l'inverse se produisait aussi souvent, surtout quand Emma sortait en compagnie de Nicolas Caremis dépravateur de jeunesse). Un animal de compagnie doté de pouvoirs magiques, c'était une autre paire de manches.

L'ancienne préfète suivit Nina du regard lorsque celle-ci se dirigea vers un meuble et en sortit des sacs de croquettes qu'elle comptait vraisemblablement utiliser pour assommer Emma. Aha ! Nouveau cri de chèvre en détresse quand ses yeux se posèrent sur le petit chaton noir. Pouvait-on avoir un coup de foudre pour un chat ? Était-ce envisageable ? Un sourire enfantin fit son apparition sur les lèvres de la brune, qui observait le petit animal avec ravissement. Evidemment, la bestiole était difficile à gérer d'après Nina, ce qui ne surprit nullement Emma: si les années passées lui avaient appris une chose, c'était qu'il était logique qu'elle ait un coup de cœur pour le chat cambrioleur, capable d'ouvrir les portes et de piquer les victuailles. « Il est parfait ! » s'entendit-elle dire d'un ton plus assuré qu'elle ne l'était réellement. « T'es sûre qu'il n'essayera pas de partir ? Enfin après, l'appartement est protégé par des sortilèges, donc à ce niveau-là ça doit aller. Il faudra surtout faire attention aux placards où on stockera ses croquettes, je suppose... » réfléchit-elle à voix haute. Pour le reste de leurs affaires, c'était comme pour un chat classique, il ne faudrait pas qu'elles laissent traîner les objets qu'elles ne voulaient pas condamner... Mais bon, Mary avait l'habitude des animaux - magiques, qui plus est -, alors elle ne se faisait pas tant de soucis que ça. Sa colocataire était une pro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 1701
Âge : 23 ans (13 février 1988)
Actuellement : Soigneuse dans une animalerie magique


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   Mar 1 Sep - 18:39

Nina sourit en entendant la question d’Emma. Normal : même à Poudlard, on n’entendait pas souvent parler de chats volants, à moins de vouloir vraiment se plonger dans les soins aux créatures magiques. Elle-même n’avait découvert la plus grande partie des pouvoirs que pouvaient avoir les animaux du quotidien qu’en entrant comme apprentie à la ménagerie ; et elle ne doutait pas qu’il lui restât beaucoup à apprendre. Même son patron, elle en était sûre, ne connaissait pas toutes les possibilités. Elle siffla et le chaton se retourna vers elle. Nina lui montra quelques croquettes supplémentaires dans le plat de sa main et le chaton gourmant s’éleva, sans sauter, juste comme ça, jusqu’à la hanche de la jeune femme où il vint grignoter la friandise promise.

« À cette hauteur, à peu près. »

L’information n’était cependant pas utile : le second chaton fit frétiller les yeux de Carter comme pas possible, sans parler du nouveau cri qu’elle lâcha. Décidément, Nina avait changé si elle ne se moquait plus de tels épanchements. Mais bon, Carter était une cliente et Nina était surtout décidée à trouver un foyer aimant à l’un des chatons dont elle avait la garde. Mieux valait Carter qu’un vrai abruti et la jeune femme ne comptait pas ruiner ses chances avec son ancienne ennemie.

« Oui, on ne l’a jamais vu faire en tout cas. De toute façon, un sort mineur de fermeture et ça ira. Mais vraiment, je pense pas qu’il se sauve. Il n’a pas l’air très téméraire. Du coup, t’es décidée ? »

Nina espérait que Carter ne prendrait pas ça comme une demande de se dépêcher. Bien entendu, la situation était étrange, pas facile à gérer, mais la blondinette n’était presque pas du genre à virer les gens de sa boutique sans cérémonie. Ça faisait simplement partie du langage habituel des vendeuse, comme le « ce sera tout ? » de la charcutière.

Confiant le chaton à Emma, la jeune femme alla chercher les « cadeaux » de la maison qui allaient avec chaque achat. Un sac de nourriture adaptée pour les chatons, une caisse de transport qui grandissait avec l’animal et un collier.

« Voilà, tout ça va ensemble. Les croquettes devraient suffire pour environ un mois. Y a toutes les instructions dedans pour quand donner combien, mais si jamais t’as un souci, hésite pas à repasser. Si jamais vous voulez encore nous acheter la bouffe après mais que vous voulez pas repasser ici, on peut faire des livraisons, faut juste nous écrire un peu à l’avance. Ça peut aussi être des livraisons régulières. Tout est expliqué là-dedans, » elle dit en tendant un petit fascicule à Emma.

« Et ça fera donc 49 gallions et 99 mornilles s’il te plait. »

Ce qui n’était pas rien, mais bon, il s’agissait de l’adoption d’un chaton tout de même, et la ménagerie faisait en sorte que l’achat ne soit pas regretté en mettant tout ce qu’ils pouvaient avec. D’ailleurs, ni elle ni son patron n’avaient un salaire mirobolant pour autant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1639
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   Mer 2 Sep - 23:13


Emma ne faisait jamais rien d'irréfléchi (sauf quitter le Royaume-Uni et incidemment Poudlard quasiment du jour au lendemain, mais c'était un tout autre sujet), et l'acquisition d'un chat ne venait nullement enfreindre cette règle. Il lui fallait avoir toutes les cartes en main pour pouvoir prendre la bonne décision. Elle aurait, bien évidemment, préféré que Mary soit présente pour ne serait-ce que lui donner son avis, mais sa meilleure amie n'avait toujours pas pointé le bout de son nez, et Emma était désormais entourée de chatons absolument adorables.

Elle observa Nina attirer l'attention du chat supposé capable de léviter, poussant un petit rire amusé lorsque ce dernier se mit effectivement à s'élever dans les airs, comme si c'était la chose la plus naturelle au monde. « Ça alors ! » Pas qu'elle doutât de la véracité des paroles de la blondinette - elle savait clairement de quoi elle parlait - mais il y avait certains phénomènes qu'il valait mieux voir pour pouvoir croire. Et un chaton sachant léviter en faisait partie. Dans la même catégorie, on pouvait classer Emma Carter et Nina Moreau entretenant une conversation civilisée sans que le ton ne soit levé ou que qui que ce soit ait à sortir sa baguette pour réparer les dégâts / les séparer. Tout arrive.

Cependant, le "chaton volant" se fit rapidement voler la vedette par un de ses compagnons, pour lequel Emma eût un coup de cœur indéniable. Son côté kleptomane la rendait légèrement nerveuse, mais semblait presque logique étant donné le genre de foyer qu'il était sur le point de rejoindre. Une magizoologiste survoltée et une médicomage paranoïaque ? On y ajoutait le chaton klepto et c'était la recette pour une nouvelle sitcom à succès. Elle leva la tête vers Nina tandis que celle-ci la rassurait concernant les capacités de fugue de la bestiole, jugeant que les paroles de sa cadette semblaient raisonnables ou bien elle avait juste envie de se débarrasser d'Emma au plus vite ? « Hm, oui, je crois... Enfin non je ne crois pas, oui je suis décidée ! J'aurais juste aimé que ma colocataire soit là pour avoir son opinion... » regretta-t-elle en fronçant les sourcils.

Sortant son portable de son sac, elle réalisa qu'elle avait reçu un message de Mary. Retenue par une créature sanguinaire. Forcément. « Oh ça te dérange si je le prends rapidement en photo ? Elle aura une idée de ce qui l'attend, comme ça ! » décida-t-elle tandis que Nina partait dans une autre pièce. Elle ne voyait pas trop pourquoi ça dérangerait l'ancienne Gryffondor, étant donné que le chaton serait bientôt le sien, mais mieux vaut prévenir que guérir, dit-on. Elle prit la photo et l'envoya rapidement à sa meilleure amie, trop occupée à perdre un ou deux doigts en étudiant un Crabe de Feu pour venir l'aider à choisir leur animal de compagnie. Chacun son sens des priorités ! Au fond, Emma aurait été bien mal placée pour la juger, étant donnés les horaires qu'elle pratiquait à l'hôpital.

Emma contempla les affaires que Nina avait ramenées avec elle, un brin alarmée. Ça en faisait un bazar, pour une si petite boule de poils ! Elle acquiesça néanmoins d'un hochement de tête aux instructions de la blonde, et s'empara délicatement du fascicule qu'elle lui tendait. Ainsi, ils faisaient des livraisons à domicile, bon à savoir ! Ce n'était quand même pas Moreau qui les faisait cela dit, si ? La seule chose plus bizarre que de converser normalement avec Nina Moreau six ans après avoir quitté Poudlard aurait été d'accueillir Nina Moreau chez elle. Là où elle vivait. Mangeait. Existait dans le calme et la sérénité tout est relatif. Et à tous les coups Mary s'entendrait à la perfection avec la blondinette, comme ça avait été le cas avec Jenson. Cette fille avait le don de faire des amis des ennemis d'Emma. Elle devrait le mettre sur son CV. « D'accord, c'est entendu ! Je lirai ça tout à l'heure alors. » répondit-elle poliment, tout en rangeant le fascicule dans son sac à main où il termina écrabouillé entre son téléphone et son portefeuille. True story.

Elle ne sourcilla pas à l'annonce du prix demandé par Nina - il s'agissait d'un chat après tout, pas d'un vulgaire souafle ! - et sortit simplement son portefeuille, d'où elle tâcha d'extraire les pièces correspondant au montant requis. Elle tendit le tout à Nina. « Voilà, il y a le compte normalement ! » Elle échangea un regard avec l'ancienne Gryffondor, ne sachant pas trop quoi ajouter. Le surréel de la situation avait commencé à s'estomper, mais pas entièrement. Elle sortit sa baguette de son sac, et jeta un sortilège de réduction au sac de nourriture, avant de le ranger dans son sac à main - dont la contenance était bien plus grande qu'elle n'y paraissait, merci Hermione la magie ! - aux côtés du collier. Le chaton était quant à lui dans sa boîte de transport, plus qu'à mettre les voiles ! « Bon ben... Merci beaucoup, Moreau ! » Elle avait hésité à employer le prénom de la blonde, mais elles n'avaient quand même pas élevé les hippogriffes ensemble. Ce n'était pas parce qu'elles étaient parvenues à communiquer normalement après plus de dix ans qu'elles étaient copines pour autant, n'est-ce pas ? « Tu as été de bon conseil. Et euh... Je suppose que ça aurait pu être pire, comme rencontre après tout ce temps, hein. » remarqua-t-elle, quelque peu gênée. Bonjour l'éloquence. Allez, on fuit avant que Moreau ne décide qu'une fois la transaction terminée, elle n'était plus une cliente et qu'elle pouvait donc lui lâcher des ragondins aux trousses, finalement c'était un plan sur le long terme en fait !. « Passe une bonne journée ! » Un petit sourire poli à Nina et elle passait la porte de la boutique, son nouveau compagnon à moustaches sous le bras.


[ Terminé pour Emma ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 1701
Âge : 23 ans (13 février 1988)
Actuellement : Soigneuse dans une animalerie magique


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de:

MessageSujet: Re: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   Sam 5 Sep - 19:02

Les sorciers et sorcières étaient habitués aux événements insolites, aux plafonds magnifiques et à ce genre d'étrangetés qui faisaient leur quotidien. Il était cependant fascinant de voir à quel point des choses pourtant évidentes pouvaient les étonner. Un chat volant, quand on voyait licornes, lutins divers ou balais magiques, était-ce impensable ? Pourtant, l’adorable chaton que Nina avait présenté à Carter avait le don d’émerveiller les foules. Était-ce parce qu’il était apparenté au quotidien ? Nina n’en avait aucune idée. Elle savait seulement qu’elle-même avait été étonnée d’apprendre que ça existait. Comme quoi.

Mais aussi mignon et fantasque qu’était le chaton volant, ce fut bien l’ouvreur de porte qui emporta le cœur de Carter. Nina n’était pas fâchée : elle l’aurait pensé plus compliqué à vendre que son compère. Bizarrement, les adopteurs de chats avaient plus de mal avec celui qui ouvrait les portes qu’avec celui qui lévitait.

Nina eut peur, un moment, que Carter ne reste encore pour attendre sa colocataire ; mais après avoir regardé son téléphone portable, elle demanda juste à prendre une photo.

« Vas-y », elle répondit simplement.

Enfin, Nina ramena les cadeaux de la maison à Carter dont l’air alarmé quand la blonde lui parla des livraisons l’amusa.

« Ne t’inquiètes pas. Ce n’est pas moi qui les fais. »

Ça n’était pas son travail, après tout. Elle avait été embauchée pour s’occuper des animaux et servir les clients, pas pour aller se balader à l’autre bout du pays avec des sacs de croquettes. Et elle n’avait pas plus envie que Carter de se retrouver chez elle. La bizarrerie de se retrouver dans la boutique était déjà assez forte comme ça.

« Merci », dit Nina en encaissant l’argent. Ça y est, ils y étaient, les derniers mots avant la séparation et la tranquillité. La brunette sembla hésiter sur la façon de se séparer. Malheureusement, il fallut qu’elle s’attarde, en rajoute encore. Nina prit sur elle-même, sourit encore et répondit.

« Merci, passe une bonne journée aussi. »

Enfin, Carter sortit de la boutique et Nina relâcha le souffle qu’elle retenait.

Si ce matin-là, quand Nina avait déposé son vélo devant le magasin et ouvert le store, on lui avait dit ce qu’il se passerait plus tard dans la journée, nul doute qu’elle serait rentrée chez elle.

N’empêche, elle se disait en caressant un sniffleur du bout des doigts, ça aurait été sacrément dommage.
Terminé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Ménagerie magique ] Comme au bon vieux temps [ PV ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme au bon vieux temps [libre]
» Comme au bon vieux temps. || Patrick Sandman
» Parlons du bon vieux temps (PV)
» (Terminé) Comme au bon vieux temps ? (Griffin & Ophelia)
» Comme au bon vieux temps ! (feat Stefan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 20-
Sauter vers: