AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Jalousie, quand tu nous tiens. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Serdaigle

Parchemins : 854
Âge : 17 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Matt

MessageSujet: Jalousie, quand tu nous tiens. [PV]   Mar 4 Aoû - 0:00


C'est bien connu, à Poudlard tout se sait, et très souvent dans un temps record. Bien qu'il n'y ait pas l'électricité au château, les rumeurs allaient quand même plus vite que la vitesse de la lumière. Et plus la rumeur s'étend, plus elle se déforme. Un peu comme ce jeu auquel on jouait en étant petit, le téléphone sans fil. C'est ainsi que, bien qu'il n'avait rien demandé, certains propos étaient arrivés aux oreilles du jeune Daryl, occupé à étudier son manuel de sortilèges. Il paraitrait que sa meilleure amie, celle avec qui il passait le plus gros de ses journées, voire même de ses vacances, serait entré en contact buccal avec un autre garçon pour échanger un baiser fougueux, qui plus est, un serpentard. Alors, premièrement, Opaline était réservée à Daryl exclusivement, depuis quand quelqu'un avait-il le droit de poser ses lèvres sur elle sans sa permission ? Même si, bien évidemment, la permission n'aurait jamais été donné de la part du bleu et bronze. Deuxièmement, ce garçon en question, il faisait partie de la maison des vipères, franchement elle n'aurait pas pu mieux choisir ?! Et troisièmement, on ne touche pas à sa meilleure amie, elle est à lui, point. Comment ça je me répète ?

Cet évènement, additionné au fait que la fin d'année approchait, et donc les examens, avait quelque peu perturbé le brunet. Bien que cette situation l'énervait énormément, il avait décidé de ne pas se prendre la tête avec tout ça, et de se concentrer sur l'étude. Bien sûr, les choses avaient changés, suite à cet acte fou qu'Opaline avait osé faire. En effet, depuis cet évènement, Daryl faisait tout pour esquiver la jeune fille, et le peu de fois où elle arrivait à le rattraper et qu'il n'avait pas d'échappatoire, l'aiglon inventait une excuse bidon pour fuir, tellement nulle que même un troll des montagnes pouvait faire mieux. Il ne supportait pas de savoir que sa lionne préférée s'était ainsi laissé prendre dans les filets de Micah Orwell. Parce que oui, même si il en voulait énormément à Opaline, c'était avant tout la faute du vert et argent. C'était lui qui avait cherché à pervertir l'innocente rouge et or. Heureusement qu'il n'y avait pas un match serpentard-serdaigle de prévu bientôt, car ça aurait certainement fait des étincelles.

Du coup, sentant quand même un manque s'installer du fait qu'il ne voulait plus adresser la parole à Opaline, Daryl avait finit par sympathiser avec une serdaigle de son année du nom de Norwenna. Il n'y avait rien de plus, c'est juste que le cinquième année avait besoin d'avoir quelqu'un à qui parler, et de préférence du sexe opposé, et comme madame j'embrasse-tout-le-monde était hors-jeu, il avait bien dû élargir ses horizons. Et puis, si sa meilleure amie -si il pouvait encore l'appeler ainsi- voulait le remplacer par un vulgaire élève de serpentard, grand bien lui fasse, Daryl avait lui aussi droit de lier des nouveaux liens. L'avantage qu'elle soit dans sa maison était qu'il pouvait trainer avec elle en restant dans leur salle commune, et de ce fait, ne pas s'aventurer dans le château, ce qui aurait pu mener à une malencontreuse rencontre avec Opaline. Pour ce qui était des cours en commun avec gryffondor, bien que ce soit contre ses habitudes, il s'asseyait bien dans le fond et se faisait tout petit. Il était conscient que ses actes étaient digne d'un gamin de cinq ans -et encore- mais c'était plus fort que lui. Chaque fois qu'il croisait un des protagonistes, ses mains se crispait, et son coeur avec. Pour ce qui était de Micah, il avait juste envie de le faire disparaître d'un coup de baguette de magique (oui parce que la violence, ce n'était pas pour lui, la magie oui par contre), tandis que lorsqu'il croisait la jeune lionne, il dirigeait immédiatement son regard autre part, pour ne pas voir ce qu'il était en train de rater. Après tout, Opaline était une très jolie fille, et ça Daryl en était conscient. Malgré ça, elle lui avait fait du mal, et il ne voulait pas la laisser retourner dans sa vie aussi facilement. Ah, jalousie, quand tu nous tiens...

La rentrée était vite arrivée après les vacances, et l'école avait repris, cependant l'envie n'y était pas vraiment pour le brunet. Et ce jour-là, c'était encore une nouvelle journée morose pour le serdaigle. Pas de meilleure amie qui lui faisait partager sa joie de vivre, simplement le train-train quotidien d'un élève studieux. Certains remplacent le chagrin par l'alcool, Daryl lui, c'était par les livres. Chacun son truc. Seulement, aujourd'hui, il avait un double cours de potions aux premières heures du matin, ce qui faisait une raison de plus pour rester au lit. Mais bon, comme on dit, c'est en forgeant qu'on devient forgeron, ce n'est pas parce qu'on est nul en potions qu'on va forcément l'être toute sa vie. Le jeune homme dut donc sortir de son lit pour se rendre au petit-déjeuner avant d'aller à ce cours passionnant. Il rejoint Norwenna dans la salle commune, avant de descendre jusqu'à la Grande Salle.

Il était occupé à parler avec son amie, quand soudain il bouscula quelqu'un. Toujours très passif, il se retourna avec la dégaine d'un phoque, avant d'avoir un haut-le-coeur. Sur les centaines d'élèves qu'il y avait à Poudlard, il avait fallu qu'il tombe sur la fille qu'il aimait le plus, mais aussi celle qu'il détestait le plus. Oui, c'est la même personne. Vous l'aurez compris, ce n'était autre qu'Opaline Montgomery, toute en beauté comme à son habitude. Mais bon, Daryl n'avait pas le temps de s'attarder sur ses magnifiques yeux qui brillaient de mille feux, ni sur son magnifique teint à côté duquel même le sortilège Lumos n'aurait pas eu autant d'éclat, ou encore son... Non non non, pas le temps pour ça ! La pensée qui dominait toutes ces qualités était que toute cette beauté lui avait été volée par un petit cancrelat de serpentard. Essayant de garder son calme, tout en continuant d'éviter le regard de son interlocutrice, il laissa échapper un « Mes excuses. » presqu'inaudible, mais surtout très sarcastique. Franchement, si sa soeur avait pu le voir là maintenant, elle aurait cru que quelqu'un s'était changé en Daryl à l'aide du polynectar, parce que tous ces comportements ne lui ressemblaient pas le moins du monde. Cependant, il était obstiné, c'est ainsi qu'il reporta son attention sur la table des serdaigle et fit un pas en avant pour se rendre dans cette direction. Après tout, c'était un hasard s'il venait de croiser Opaline, cela n'avait rien à voir avec le destin, non pas du tout...




   

Plus beau couple

Opaline Montgomery & Daryl Lewis

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Gryffondor

Parchemins : 558
Âge : 17 ans [février 1995]
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [PV]   Lun 10 Aoû - 8:25


    La beauté d'Opaline sus-citée était relative ces derniers temps parce qu'elle était un peu contrariée et se laissait un peu aller. Cependant, comme elle avait toujours privilégié un côté naturel dans sa mise, cela passait relativement inaperçu, sauf si on regardait de plus près et qu'on voyait qu'elle avait des cernes inquiétantes. Au début, elle n'avait pas trop mal pris la réaction de Daryl parce qu'elle n'était pas totalement à l'aise avec ce qu'elle avait fait, en fait, on pouvait même dire qu'elle ne l'assumait pas vraiment. Elle aimait bien Micah, mais il était certain qu'il n'était pas un garçon qu'elle envisageait de fréquenter, aussi le laisser l'embrasser avait été une grosse erreur. Sauf qu'elle ne l'avait réalisé qu'après coup. Bref, au départ, que Daryl fasse la tête, elle comprenait. Maintenant que la rentrée était bien passée, elle le vivait moins bien. Elle avait cru que l'été ferait revenir son meilleur ami à de meilleurs sentiments. Le pire c'était qu'en plus il s'était mis à traîner avec une autre fille qu'elle. Elle avait hurlé et pesté auprès de sa nièce Candys – ce qui n'avait rien donné car la pauvre n'y pouvait pas grand-chose – et elle avait passé un tas de nuit à chercher une solution. La journée ça allait, elle était occupée, c'était le soir qu'elle ressentait comme un vide en elle. Et puis, bien entendu, elle était d'une jalousie crasse. Sauf qu'elle prenait sur elle à ce niveau, sinon la fille en question aurait déjà pris son poing dans la figure. Néanmoins, Opaline voulant faire mentir la mauvaise réputation de leur famille, elle se contenait (difficilement, mais bon, c'était mieux que rien).

    « J'en ai rien à fiche de tes excuses Lewis ! » Craqua-t-elle quand il lui rentra dedans. Son regard était planté dans le dos de son prétendu meilleur ami et elle n'avait qu'une envie c'était de le prendre par le col pour avoir enfin une conversation yeux dans les yeux. A défaut, elle posa la main sur son épaule et mit tout ce qu'elle avait de force à l'obliger à se retourner. « Je peux savoir ce que tu as contre moi exactement depuis tout ce temps ?! Tu te rends compte à quel point tu es puéril ? Si tu as un problème crache le morceau, je t'écoute ! Parce que tu n'es plus tout à fait blanc comme neige toi non plus ! » Après tout, il s'était trouvé une nouvelle meilleure amie avec qui il passait tout son temps alors que son baiser avec Micah n'avait duré qu'une minute ou deux. « Voilà deux semaines que j'essaie de te parler pour qu'on se réconcilie et t'inviter au bal mais il faut toujours que tu agisses comme un parfait crétin ! » Continua-t-elle à râler, insensible au fait de piquer sa colère en publique. La capitaine des Gryffondors n'avait rien à cacher. Et même si ça avait été le cas, tout Poudlard était au courant de sa brouille avec Daryl et de la raison. Elle n'avait pas veillé à faire preuve de discrétion avec Micah. Il faut dire que ça avait tellement peu d'importance sur le moment. C'était juste une expérience, rien de plus. Pourquoi Daryl ne pouvait-il pas simplement lui pardonner sa bêtise ? Ce n'était pas comme s'ils sortaient ensemble tout de même !
{552}


Miss Poudlard 2012

Opaline Montgomery • Gryffondor


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 854
Âge : 17 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Matt

MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [PV]   Lun 10 Aoû - 9:24

A vrai dire, Daryl se doutait qu'il devrait faire face à ses problèmes un jour ou l'autre. Et ici, son problème majeur était la tension qui régnait entre lui et Opaline. D'un côté, il se disait que c'était lui qui l'avait provoqué, cette tension, en commençant à ne plus adresser la parole à sa meilleure amie. Mais d'un autre côté, il se disait aussi que c'était de la faute de la gryffondor et de son stupide pote de serpentard. Oui, le serdaigle ne se voyait pas lui donner un meilleur attribut que "pote", après tout, le seul qui avait le droit d'avoir le titre d'ami, c'était Daryl (et peut-être Dwayne à la limite). Et puis, comme il avait de la chance, c'était même le titre de meilleur ami qu'il avait ! Et quoi que l'on dise, un meilleur ami c'est irremplaçable. Ca, le garçon l'avait remarqué pendant ses longs mois écoulés sans la présence de la jeune fille. Il avait bien essayé de la remplacer, mais sans grand succès. Ce qui était encore plus embêtant, c'était l'attirance qu'il éprouvait pour son interlocutrice, parce qu'elle le laissait tout sauf indifférent. Et quand elle lui répondit sur son ton colérique qu'elle s'en fichait de ses excuses, Daryl avait presque envie de la prendre dans les bras parce qu'elle le faisait craquer. Après tout, cela faisait des années qu'ils se connaissaient maintenant, et on ne pouvait rien y faire, ils étaient très proches. Seulement, le cinquième année était rancunier, du coup il fit tout le contraire d'un acte pourvu de gentillesse. Même si la réplique cinglante de la lionne l'avait un peu réveillé, le bleu et bronze se contenta d'hausser les épaules d'un air désinvolte.

Daryl n'avait pas vraiment envie de se lancer dans une dispute bruyante avec Opaline en plein milieu de la Grande Salle, et donc, à la vue de tous les élèves de Poudlard, mais maintenant qu'elle l'avait fait se retourner, il ne voyait plus trop comment il pourrait y échapper. Suite à cela, elle renchérit sur des dires bien piquants. Bien sûr, le serdaigle n'allait pas se laisser faire, et avait déjà un bon paquet de répliques prêtes à être envoyées sans le moindre sentiment affectueux, le plus évident étant de mentionner son désormais meilleur ennemi. « Oh tiens, tu n'es pas avec ton nouveau super pote ? Tu vois de qui je parle ? Attends, je vais t'aider : Il joue au quidditch comme poursuiveur, et sinon il a une tête de troll. » Non, Daryl ne portait pas vraiment le vert et argent dans son coeur. « Alors oui, j'ai un problème. Je ne savais pas que ma meilleure amie, si je peux encore l'appeler comme ça, était du genre à aller fourrer sa bouche n'importe où ! » Il mit bien l'accent sur la fin de sa phrase, histoire de bien faire comprendre à son homologue que ça le dérangeait au plus haut point. Feignant l'ignorance (parce qu'il savait très bien qu'elle parlait de Norwenna), le jeune homme rajouta : « Je ne vois pas ce que j'ai fait de mal, moi. » Il était évident qu'aucun des deux protagonistes ne mâchait ses mots, et qu'il fallait obligatoirement un caractère de fer pour supporter les répliques qui étaient lancés dans cette conversation. Fort heureusement, Daryl et Opaline semblaient tous deux posséder cet atout.

Finalement, le garçon haussa un sourcil suite à la dernière phrase de sa meilleure amie. Après cette tempête de piques, il ne s'attendait pas à ce qu'Opaline lui lâche des mots aussi peu méchants. En effet, elle n'avait pas abandonné l'idée que, chaque année, les deux tourtereaux se rendaient au bal de Noël ensemble. « Ah... » fut la seule onomatopée qui sortit de sa bouche. A vrai dire, cette phrase l'avait un peu déstabilisé, et il avait un peu baissé la garde. C'était comme si la lionne avait réussi à ramener les bons souvenirs qu'ils avaient passés tous les deux simplement en mentionnant le mot "bal". Seulement, Daryl n'était pas en reste, et il ne pouvait pas la laisser gagner si facilement, même si tout cela n'avait rien d'un jeu. Se grattant la tête, il répondit, sans trop d'assurance. « Tu pourrais aller au bal avec n'importe quel garçon, alors pourquoi tu voudrais y aller avec moi ? »
Norwenna, ayant senti que la conversation allait s'envenimer, était déjà partie s'asseoir à la table des serdaigle depuis quelque minutes. Sur le moment, le cinquième année n'avait envie que d'une chose, d'oublier toute cette histoire, mais les mêmes images lui revenaient toujours en tête. Pourquoi ce n'était pas Daryl qui avait été à la place de Micah lors du baiser ?

[777]




   

Plus beau couple

Opaline Montgomery & Daryl Lewis

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Gryffondor

Parchemins : 558
Âge : 17 ans [février 1995]
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [PV]   Lun 10 Aoû - 9:47

    La réaction de Daryl eut le don d'énerver encore plus Opaline, déjà à bout de nerf à cause du manque de sommeil. Mais attention, sous ses airs de jolie donzelle, elle était une vraie lionne qui n'hésitait pas à foncer sur ce qui la dérangeait. Et là, en l'occurrence, ce qui la dérangeait c'était le comportement parfaitement crétin de Daryl. Non seulement son soit-disant meilleur ami lui faisait la gueule depuis des mois pour un stupide baiser avec un autre, mais en plus de ça, il se permettait d'insulter Micah qui ne méritait pas un tel traitement ! Le préfet des Serpentard n'avait rien fait de mal, après tout, ils étaient tous les deux célibataires et libres de leurs actes. Ce n'était probablement pas la chose la plus intelligente qu'elle ait faite, mais enfin, il n'y avait pas mort d'homme tout de même ! Ce n'était qu'un baiser ! B-A-I-S-E-R ! Si elle regardait sa lignée, chez les Montgomery, on n'était pas franchement des saints, et commencer à embrasser un garçon à l'âge qu'elle avait, c'était presque être en retard. Sa mère était un genre de femme entretenue, sa sœur aînée avait du draguer tout ce qui se faisait de garçon de son âge quand elle était à Poudlard (et là on ne parle pas d'Anabelle évidemment), Christian avait eu aussi sa période peu glorieuse, rappelons qu'il était même sorti avec sa presque-cousine Maera, Isabelle papillonnait toujours (à côté Victoria était un modèle de stabilité, c'est dire!), finalement, il n'y avait que Edward, Quentin et Anabelle qui étaient à peu près sages depuis toujours. Et Opaline ne considérait pas qu'un unique baiser fasse d'elle une traînée. Elle ne pensait pas non plus que cela vaille de mettre ce pauvre Micah au pilori, surtout qu'il n'était pas là pour répondre aux insultes gratuites de Daryl.

    « C'est petit et mesquin d'insulter quelqu'un qui est absent. Tu devrais être au-dessus de ça mon vieux, à moins que tu ais déjà oublier en quelques mois ce que je fais à ceux qui se comporte mal. » Son regard flamboya. Ses poings se serrèrent. Opaline s'était toujours dressée en redresseuse de tord. Elle vouait un culte aux super-héroïnes et ambitionnait d'entrer dans la brigade magique (n'ayant pas le niveau pour être auror). Si ça avait été quelqu'un d'autre que Daryl en train d'insulter gratuitement une autre personne, il se serait pris un sortilège dans la tête ou plus simplement une grosse baffe. Elle n'hésitait jamais à défendre les autres et elle se révoltait contre le lignage très marqué Serpentard de sa famille. Elle se posait en digne Gryffondor, courageuse, fonceuse et toujours à s'interposer dans une bagarre elle est un peu bête quoi. Et comme elle avait un fort caractère, la suite de la conversation ne lui plut pas beaucoup plus. Elle n'avait embrassé qu'un seul garçon tout de même. Elle aurait compris cette accusation si elle avait testé son pouvoir de séduction sur tous les garçons de l'école, mais ils en étaient loin.

    « L'endroit où va ma bouche ne te regarde pas. A moins que j'ai manqué une grosse étape dans notre relation, on ne sort pas ensemble Daryl ! Si tu as besoin d'une sorte d’exclusivité et d'un droit de regard, il va falloir que tu t'exprimes mieux que ça parce que moi les mecs qui me fuient ça m'emballe moyen tu vois. » Elle voulait bien admettre que les sentiments de Daryl, tout comme les siens, dépassaient ce qui se passait dans une saine amitié. Elle était prête à parier son balai que Dwayne se fichait comme d'une guigne qu'Alice embrasse un garçon, bien sûr, il essaierait peut-être de vérifier si c'était un mec bien si jamais il sortait de nul part, mais elle doutait beaucoup que ça aille plus loin. En fait, pour ce qu'elle en savait, il encourageait même un de ses potes qui avait des vues sur le blonde. Bref. Daryl n'avait pas un comportement de meilleur ami. Et elle non plus parce qu'elle n'en dormait plus. D'ailleurs, elle se sentait faible. Elle ne savait pas combien de semaines sans sommeil elle allait encore pouvoir encaisser. Ce n'était pas pour rien qu'elle avait une petite mine.

    « TOI ?! » éclata-t-elle brusquement, du moins encore plus brusquement qu'avant. « Toi tu m'as remplacé espèce d'hypocrite ! Comme tu ne voulais plus traîner avec moi parce que j'ai eu un malheureux petit baiser avec Micah, tu as décidé d'aller voir ailleurs si l'herbe était plus verte. Moi, je ne traîne pas avec un autre garçon nom d'un hyppogriffe ! J'en ai embrassé un juste pour voir ce que ça faisait !!!! Franchement !!! Si j'avais su que ça t'énerverait à ce point je t'aurais demandé à toi ! » Quoique, pour être parfaitement honnête avec elle-même, elle n'était pas certaine qu'elle aurait eu le cran de demander à Daryl ce genre de chose. Si elle avait eu ce premier baiser avec Micah, c'était justement parce que c'était désengagé de toute notion de sentiment. Il n'était pas question de sortir ensemble, juste de voir ce que ça faisait. Ce n'était pas désagréable d'ailleurs, mais bon, ça n'était pas aussi bien que le prétendaient les filles de son dortoir. Probablement parce qu'elle n'avait pas fait ça très sérieusement justement. Néanmoins, si elle pu se douter ne serait-ce qu'une seconde de tout ce qui allait se passer ensuite, évidemment qu'elle n'aurait pas embrassé Micah ! Ou alors elle aurait embrassé Daryl s'il y tenait ! Comme elle l'avait dit précédemment, si Daryl voulait avoir un droit de regard sur qui elle embrassait ou avoir une chance d'être celui avec qui elle le ferait, il allait falloir qu'il se donne une bonne claque intérieure et retrouver un comportement plus circonspect.

    Elle se donna une tape sur le front. Mais qu'il était bête ce garçon ! Et dire qu'il était à Serdaigle ! On était pas supposé être plus intelligent que la norme là-bas ? « Mais parce que j'ai envie d'y aller avec toi ! J'ai envie de me trouver une jolie robe ridiculement chère et que tu me dises que je suis jolie dedans ! J'ai envie qu'on danse ensemble ! Et j'ai envie qu'on se moque gentiment de nos amis qui se marchent sur les pieds, qu'on mange ensemble au buffet, et puis qu'à minuit on s'offre nos cadeaux ! » Elle commençait à être tellement en colère qu'elle en avait les larmes aux yeux et le rouge aux yeux. Pourquoi est-ce qu'il ne comprenait rien ? Pourquoi est-ce qu'il ne voulait plus d'elle ? Elle était pourtant la plus jolie fille de leur année, elle était aussi sympa et fidèle en amitié. Qu'est-ce qu'elle devait faire ?! Cette question tournait et retournait dans sa tête, au point qu'elle en avait légèrement le tournis. Puis, finalement, sa main rencontra sa poche alors qu'elle baissait les bras, et elle sentit furtivement le papier qui s'y trouvait.

    Une lettre. De Victoria. Encore. C'était toujours à son aînée qu'elle écrivait à propos de Daryl. Même si la moitié du temps, ses réponses ne plaisaient pas à Opaline, au moins elle comprenait ce que c'était que d'avoir des soucis avec les garçons. Actuellement, sa sœur aînée était dans une situation stable, elle parlait même d'avoir des enfants, mais ça avait été un long chemin de croix pour en arriver là. Le soucis en fait, c'était que Daryl n'était pas aussi bonne pâte que Damian, le chéri de sa sœur. Lui, il avait attendu que Vickie soit prête. Daryl semblait vouloir la forcer à être autre chose qu'elle-même. Il lui reprochait un acte qui finalement lui ressemblait. Pourquoi aurait-elle embrassé Daryl ? Elle l'aimait trop pour ça. Elle ne voulait pas que leur relation change. Elle ne voulait pas grandir. Seulement il la fuyait. Il était jaloux. Sûrement que lui aussi, il souffrait. Cette idée lui était insupportable. Et elle ne voyait plus quoi dire pour que cette situation cesse. Elle se fichait bien de la serdaigle avec qui Daryl traînait. Ça la contrariait mais elle savait que ce n'était qu'une toute petite partie de leur problème. Ah ! Si seulement savoir suffisait à tout arranger ! Voilà des semaines que les deux amis seraient redevenus inséparables comme autrefois.

    Une larme coula sur la joue d'Opaline.

    Presque avec lenteur, elle passa les bras autour du cou de Daryl et se mettant légèrement sur la pointe des pieds, elle l'embrassa, toujours avec des gestes mesurés. Puis, elle laissa de nouveau ses mains tombés le long des bras de Daryl pour attraper les siennes. Elle les pressa doucement. « S'il te plaît… je n'embrasserai plus jamais personne d'autre… mais viens avec moi au bal Daryl... »

    Puis, elle lâcha les mains de Daryl, baissa la tête pour se cacher le visage dedans et éclata en sanglot.

    Elle se fichait qu'on la regarde, elle se fichait qu'on la voit faible, tout ce qu'elle voulait c'était que Daryl lui pardonne. Victoria avait raison sur au moins un point, son besoin de se protéger des sentiments ne valait pas la peine qu'elle souffre à ce point… ni qu'elle fasse souffrir Daryl. Ils devaient mettre un terme à tout ça et le faire maintenant, avant qu'ils ne puissent plus revenir en arrière et que les dégâts soient irréparables.
{1 547}


Miss Poudlard 2012

Opaline Montgomery • Gryffondor


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 854
Âge : 17 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Matt

MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [PV]   Mar 11 Aoû - 20:30

Suite à la réponse de son interlocutrice, Daryl écarquilla encore plus les yeux. Non mais, elle était quand même en train de prendre la défense de celui qui était à l'origine de toute cette dispute là ! Bon, il était vrai que la conversation avait pour but de mettre les choses au clair, mais de là à aller défendre cette infâme vipère, le bleu et bronze était tout simplement choqué. Pour couronner le tout, Opaline le menaça à moitié. Là c'était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Ce fut au tour de Daryl de serrer les poings, et de se mordre la lèvre inférieure de dégoût. Encore une fois, tout ça ne lui ressemblait pas le moins du monde, lui qui était très calme de coutume. A croire que cette jeune sorcière avait vraiment une place importante dans sa vie.

« Oh ne t'inquiète pas, je dirais la même chose si il était devant moi, là maintenant. » lui lança-t-il, sans une once de gentillesse. Il haussa à nouveau les épaules en ce qui concernait les menaces de la lionne. Bien qu'ils se débrouillaient tous les deux très bien avec une baguette, ils n'allaient quand même pas en finir par se battre en duel, ce serait ridicule. « Décidément, je n'ai plus aucune importance pour toi, apparemment ! » Il ne pensait pas tellement ce qu'il disait, parce qu'après tout, la jeune fille avait déjà essayé plusieurs fois de recoller les morceaux, c'était juste une pique bien cinglante pour lui montrer que lui aussi était blessé. Plus la discussion avançait, plus Daryl avait envie d'aller régler son compte à Micah. Quelle idée d'embrasser sa meilleure amie. Maintenant, comme Opaline ne manqua pas de souligner, les deux élèves ne sortaient pas ensemble et le serdaigle n'avait donc aucun droit de regard ou quelconque autre droit sur la brunette. Le garçon pourrait bien argumenter tant qu'il voulait sur ce point-là, elle avait raison. Bien sûr, il aurait souhaité tout le contraire, et il était évident que sa réaction relevait de tout sauf de l'amitié. Un ami normal serait venu voir Opaline en lui disant " Hé, alors à ce qu'il parait tu as embrassé Orwell ? " mais Daryl lui, s'était contenté de lui faire la tête pendant plusieurs mois. Réaction typique.

Du coup, têtu comme il est, l'aiglon ne manqua pas de rétorquer. « Non, tu fais ce que tu veux, je m'en fous. » Très contradictoire au final. Il avait essayé de mettre toute la franchise qu'il pouvait dans ses paroles, mais ça se voyait comme le nez au milieu du visage qu'il ne pensait pas un mot de cette phrase. De plus, toute cette histoire de sentiments était nouvelle pour Daryl, et même si il excellait dans les cours à Poudlard, il n'avait aucune idée de comment déclarer sa flamme à une fille ! Au final, le baiser d'Opaline et Micah avait peut-être été l'élément déclencheur pour que les deux tourtereaux ouvrent les yeux.

La tempête de quolibets continua, et la gryffondor reprocha à son homologue de l'avoir remplacée. A vrai dire, il n'avait pas réussi à trouver de substitut à sa si merveilleuse meilleure amie, il avait juste essayé de combler le vide qu'elle avait laissé, sans grand succès. Maintenant, c'est vrai qu'il avait aussi fait ça pour faire enrager Opaline. De toute manière, si les deux adolescents en venaient à se réconcilier, Daryl ne donnerait plus autant d'importance à Norwenna. C'était avec la capitaine des rouges et ors qu'il voulait passer tout son temps, et personne d'autre. Mais là, sur le coup, il fallait qu'il trouve une réplique, car il était hors de question qu'il se laisse faire. Et puis, du point de vue de la gravité, Opaline le battait largement, selon lui. « Peut-être, mais moi je n'ai pas été embrassé quelqu'un d'autre ! Alors oui, j'aurais préféré que ce soit moi plutôt que cet autre abruti ! » Voilà, c'était dit. Maintenant, vu le ton sur lequel il avait dit cette phrase, ça avait l'air de tout sauf d'une déclaration. De plus, il avait balancé une nouvelle pique gratuite envers Micah. Opaline pouvait le transformer en crapaud si elle voulait, il n'allait pas mâcher ses mots pour autant.

Ensuite, la conversation s'apaisa quelque peu, menant à un sujet plus intéressant que ce fichu baiser. Daryl ne put s'empêcher de se décrisper suite aux paroles de son interlocutrice. En effet, sa liste d'arguments tenait bien la route, et elle avait finalement dévoilé ce que le jeune serdaigle pensait aussi. Ils avaient passés chaque bal ensemble, et ce, depuis leur entrée à Poudlard. Et à chaque fois, ça avait été un pur bonheur. Ils faisaient franchement la paire. Le poursuiveur des aigles voulut répondre, mais à sa grande surprise, Opaline prit les devants et l'embrassa. A ce moment-là, c'était comme si un feu d'artifice avait éclaté dans le coeur du cinquième année. Toute la pression redescendit, et il profita du mieux qu'il pouvait de ce baiser. Il prit le visage de la jolie brune dans ses mains pour mieux savourer cet instant. On dit souvent qu'un geste vaut mieux qu'un long discours, je suis plus sûr de l'expression et en effet, ici, ce baiser servait beaucoup. Tout d'abord, il permettait à Daryl de comprendre que la lionne ressentait la même chose que ce que lui ressentait pour elle. Et puis, il permettait au jeune homme de lui mettre une petite claque intérieure pour qu'il comprenne que le seul avec qui elle voulait être, c'était lui. Et il en était très heureux. Il se sentait léger comme une plume, comme si son âme était parti faire un tour dans le ciel, alors que son corps était toujours là, debout sur les carrelages de la Grande Salle.

Des larmes étaient apparues aux yeux de la jolie attrapeuse, pour bien marquer la sincérité des paroles, et Daryl ne put s'empêcher de ressentir une énorme peine pour elle. Il avait aussi envie de pleurer, mais il allait se retenir, parce qu'ils étaient dans un lieu public. Comme dit précédemment, tous ces sentiments étaient nouveaux pour lui, et il ne savait pas encore comment tout cela fonctionnait. Opaline lui fit ensuite la plus belle demande qui soit, avant d'éclater en sanglots. Immédiatement, le cinquième année la prit dans ses bras, une main caressant ses cheveux, et la serra fort contre lui. Il prit ensuite son menton d'une main pour lui relever la tête, et essuya du mieux qu'il put les larmes qui coulaient sur ses joues de son autre main. Tout en la regandant dans les yeux, il lui déclara « Je suis désolé mon Opaline... On ira au bal ensemble, c'est promis, et tu seras la plus belle, comme à chaque fois... » Encore une fois, cela était sorti naturellement, comme quoi, Cupidon semblait être dans les parages ! Il la reprit dans les bras avant de lui chuchoter à l'oreille « J'ai eu tellement peur de te perdre... » Des larmes perlaient sur les yeux du serdaigle, mais il les essuya d'un revers de manche, et secoua sa tête. Il ne voulait pas pleurer en public, bien que, sur le moment-même, plus personne n'importait à part Opaline. Ils avaient beau être dans la plus grande pièce du château, avec plein d'élèves autour, c'était comme si il n'étaient plus qu'eux deux. Finalement, le destin avait bien fait de faire en sorte que Daryl rentre dans sa meilleure amie ce jour-là, parce que là, il sentait nettement qu'un poids s'était retiré de son corps. Il était content, mais surtout très ému, et il ne voulait pas que cet instant s'arrête.

[1269]




   

Plus beau couple

Opaline Montgomery & Daryl Lewis

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Gryffondor

Parchemins : 558
Âge : 17 ans [février 1995]
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [PV]   Mer 12 Aoû - 15:27

    Opaline ouvrit et ferma le poing, se retenant d'en mettre un à Daryl. La violence ne résoudrait pas leur problème et ne ferait que l'aggraver. Néanmoins, Opaline était certaine que son meilleur ami aurait eu bien besoin qu'on lui remette un peu les idées en place. Il avait beau prétendre qu'il tiendrait exactement le même discours devant Micah, le fait était qu'on ne disait pas du mal de personnes qui n'étaient pas présente. Qu'il en pense du mal n'y changeait rien. En quelle langue devait-elle le lui dire ? Le pire c'est qu'il continua en disant qu'il ne comptait plus pour elle ! Franchement, qu'est-ce qu'elle aurait aimé que ce soit le cas !!! Non seulement elle aurait dormi un peu plus ces dernières semaines, mais en plus, elle ne se sentirait pour l'heure pas aussi misérable. En plus, il persistait dans sa bêtise en lui disant qu'il se foutait de ce qu'elle faisait. Ouais, ouais, bien sûr, c'était exactement pour ça qu'il se comportait comme un parfait crétin depuis des mois !!! A qui voulait-il faire gober ça ? Il était sûr que personne dans l'école n'y croyait en plus ! Finalement, Daryl éclata à son tour et admit qu'il aurait préféré que ce soit lui qu'elle embrasse. Bien. Mais ça ne fit pas dégonfler le trop plein d'émotions de la jeune fille !

    « Purée ! Daryl ! Comment est-ce que tu voulais que je le devine ?! Ce n'était pas prémédité en plus ! » Même si elle ne gardait qu'un souvenir flou de comment elle en était arrivée là avec Micah, il lui semblait bien que c'était parce que le fil de la conversation les avait amené à en parler et que là, Opaline s'était demandé ce que ça faisait. Elle n'en avait jamais eu l'idée avant, et après, elle l'avait juste beaucoup regretté. Il faut dire que son meilleur ami le lui faisait payer depuis TELLEMENT longtemps ! Et elle qui ne voulait pas que les choses changent réalisait bien que c'était définitivement foutu. Si elle restait bloquée sur ses positions, elle allait perdre Daryl et ce serait pire…

    En bonne Montgomery qui se respectait (enfin sauf Anabelle quoi – paf -), elle passa à l'action, et quand Daryl répondit à son baiser, elle sentit qu'elle se décontractait. Ce qui ne l'empêcha pas de se mettre à pleurer toutes les larmes de son corps juste après, c'est qu'elle n'en pouvait plus. Elle n'avait pas dormi depuis un moment maintenant (ou en tout cas pas assez), et elle était stressée. Qu'est-ce qu'ils allaient devenir ? Le pire c'est qu'elle ne pouvait même pas poser la question à Daryl parce qu'ils avaient trop de choses à régler. Intérieurement, elle se dit qu'elle allait devoir faire les choses une par une. Extérieurement, elle semblait surtout avoir perdu tout contrôle. Il était à espérer que Noé et Candys n'étaient pas dans le coin parce que sinon ils allaient s'inquiéter. C'est qu'ils n'avaient sûrement jamais vu leur tante dans un état pareil ! Opaline était tellement souriante en temps normal !

    Daryl la prit dans ses bras, mais elle continuait à pleurer de manière continue. Elle était tellement fatiguée de tout ça, elle avait été tellement triste ces derniers mois… Quand elle réussit à reparler, ce fut dans un espèce de hoquet. « C'est moi qui ai eu peur ! » Avant de pleurer de plus belle. Il lui fallu quelques minutes supplémentaires pour commencer à se calmer, elle essuya ses larmes d'un revers de manche. Elle devait être absolument affreuse. « Je ne veux plus qu'on soit fâché. » Elle du encore une fois essuyer une larme. « Merlin ! Je dois être absolument affreuse ! Je ne vais pas pouvoir aller en cours dans cet état. » Honteuse à l'idée qu'on puisse la voir avec les yeux rouges, elle se cacha dans la veste d'uniforme de Daryl qui avait la bonne idée d'être plus grand qu'elle. En plus du fait qu'elle n'était plus très présentable, elle se disait qu'elle n'avait pas du tout envie d'être séparée de Daryl maintenant qu'elle l'avait retrouvé. Bon, elle n'avait jamais eu la passion des études non plus remarquez. « Que… Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? » Murmura-t-elle, peu certaine de la marche à suivre. En fait, elle ne savait même pas si elle devait considérer que maintenant elle sortait avec Daryl ou pas. Mais comme elle ne laisserait de toute manière plus aucun autre garçon la toucher, ce n'était pas non plus urgent comme question. Cela finirait par se résoudre tout seul en fonction du comportement de Daryl, non ? En tout cas, elle se sentait déjà bien trop cruche actuellement pour poser la question directement à l'intéressé !
{786}


Miss Poudlard 2012

Opaline Montgomery • Gryffondor


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 854
Âge : 17 ans
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Matt

MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [PV]   Jeu 13 Aoû - 2:31

Il y avait des conversations dans lesquelles certaines paroles devaient sortir, d'une manière ou d'une autre. C'était précisément le cas lors de cet échange entre les deux élèves. De fait, le jeune serdaigle avait clairement avoué à la lionne qu'il aurait préféré être à la place de Micah. Franchement, elle le connaissait à peine ce gars-là, alors que Daryl était son meilleur ami depuis bientôt quatre ans ! si je me trompe pas S'il y avait bien un garçon avec qui elle aurait pu tester cette sensation que procurait le baiser, c'était bien lui, pas un coureur de jupons à deux mornilles de chez les serpentards ! Peut-être que si le cinquième année avait ouvert les yeux plus tôt, rien de tout cela ne serait arrivé, et les deux tourtereaux seraient déjà occupés à gambader dans les prés en chantant gaiement.

En fidèle tête de mule qu'il était, il ne manqua pas de répliquer, en croisant les bras pour montrer son mécontentement. « Ben, tu aurais dû me demander... » Comme si Daryl avait tous les droits sur Opaline, et comme si l'idée d'aller embrasser son meilleur ami était passée par la tête de la brunette pendant l'année dernière ! Au moins, maintenant, le poursuiveur des aigles savait ce que c'était la jalousie, même s'il n'était pas prêt à l'avouer à qui que ce soit (quoi que là c'était un peu tard).

Avant que ce baiser ne vienne tout chambouler, Daryl s'était persuadé de garder la même optique en tête, qui était la suivante : il savait que s'il recroisait Opaline et qu'il restait devant elle trop longtemps, il allait craquer. C'était exactement ce qu'il s'était passé ce jour-là. Seulement, il était rancunier, et c'était pour ça qu'il avait fait son possible pour ne pas demeurer plus de quelques secondes en compagnie de son amie ces derniers mois. Il était très bête, certes, parce qu'au final, en y réfléchissant bien, tout son bonheur, à quelques exceptions près, venait de la jeune fille. Et puis, il ne l'avait jamais caché, il trouvait Opaline très jolie, et ne manquait pas de lui rappeler chaque fois que l'occasion se présentait. Maintenant, ce n'était pas la seule fille qu'il trouvait jolie dans Poudlard, du coup il n'était jamais allé chercher plus loin, se disant que c'était normal qu'une fille plaise à un garçon. Bien sûr, la capitaine se plaçait au premier rang au niveau de la beauté, c'était indiscutable. Mais, au fur et à mesure des années, les sentiments s'étaient installés, et Daryl ouvrait maintenant les yeux, et ça, grâce au geste de son âme-soeur non je n'éxagère pas hihihi.

Cependant, les pleurs de la jolie brune ne semblaient pas cesser, et le jeune Lewis se sentait bien penaud, là, au milieu de la Grande Salle, car il était certain qu'il y était pour quelque chose si Opaline était dans cet état. Il resserra son étreinte, et lui murmura des mots pour l'apaiser, du moins il essaya. « Ca va aller, je suis là maintenant... » Les sanglots finirent par se calmer, et la sorcière dit à haute voix ce que Daryl pensait exactement sur le moment. « Moi non plus, je ne veux plus qu'on soit fâché... » Puis il redressa une nouvelle fois le visage de son interlocutrice et lui adressa un sourire timide. « Tu m'as tellement manqué Op... » Bien sûr, c'était de sa faute s'il la fuyait, mais bon, toute notion de malheur semblait s'être envolée depuis que sa meilleure amie l'avait embrassé. Ensuite, comme la plupart des filles, elle se fit du souci pour son apparence. Ah, tu es mal tombée ma fille ! Parce que le problème, c'est que Daryl la trouvait magnifique, même telle qu'elle paraissait maintenant. Cependant, il essaya de se montrer le plus compréhensif possible, il ne voulait pas perdre ce lien si important qu'ils venaient de renouer, tant bien que mal. « Tu es loin d'être affreuse, je te l'assure. Mais si tu le veux vraiment, je peux t'accompagner jusqu'à ta salle commune, je n'ai pas faim de toute façon. » En effet, son ventre était pour le moment occupé par des dizaines de papillons qui virevoltaient. C'est imagé hein, n'allez pas penser qu'il va bouffer tous les insectes du parc de Poudlard ! La jeune fille avait même réussi à faire oublier à l'aiglon qu'il avait cours dans pas longtemps ! Il était prêt à prendre soin de la brunette jusqu'à ce qu'elle se sente mieux, et ça peu importe le temps que ça prendrait.

Puis, vint la question fatidique. Enfin, Daryl ne savait pas trop comment l'interpréter, du coup elle pouvait très bien être fatidique ou pas du tout ! Soit, elle demandait ce qu'allait devenir leur relation, et ça, même en étant à Serdaigle, le garçon n'en avait aucune idée. Soit, elle s'interrogeait juste sur la suite des évènements de la journée. Quelque peu sceptique, le bleu et bronze crut judicieux de ne répondre qu'à la deuxième version de la question, histoire de ne pas se planter au cas où elle ne voulait pas du tout parler de la première option. « Tout ce que je sais, c'est que je ne vais plus te lâcher de la journée, ni même des jours qui viennent... » Au final, ça pouvait être interprété comme une réponse aux deux questions. C'était évident, Daryl avait envie de plus avec Opaline qu'une simple amitié, il voulait être en couple avec elle, et il voulait surtout qu'aucun autre garçon ne l'approche, il la voulait rien que pour lui, mais va-t-en, méchante jalousie ! mais il doutait que maintenant était le bon moment pour qu'ils officialisent leur couple. Bon, la moitié des élèves l'école s'étaient sûrement déjà fait leur propre idée, parce qu'il ne fallait pas oublier que les deux petits fripons étaient dans la Grande Salle, en plein milieu du petit-déjeuner. Mais à présent, leur relation ne regardait qu'eux deux, et plus personne ne pouvait se mettre en travers de leur chemin.

[996]




   

Plus beau couple

Opaline Montgomery & Daryl Lewis

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jalousie, quand tu nous tiens. [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. Jalousie, quand tu nous tiens...
» Guitare, quand tu nous tiens ! {PV Evan}[Terminé]
» "Bonheur quand tu nous tiens."
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» Tristesse, quand tu nous guettes [Deino Silcen] [Fini]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 20-
Sauter vers: