AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 - La maison à la lisière de la forêt - PV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Commerce

Parchemins : 211
Âge : 37 ans (16/12/1973)
Actuellement : PDG d'une firme multinationale sorcière // Chasseur


MessageSujet: - La maison à la lisière de la forêt - PV   Mar 18 Aoû - 18:40

Déjà Vingt ans. Il ne les avait ni vu venir, ni vu passés. Pour Dmitri, c’était comme si le temps s’était arrêté. Comme si Joy avait cessé de grandir depuis ses… disons… Six ans ? Pourtant ce n’était pas le cas. Pas le moins du monde, bien au contraire. Joy avait déjà vingt ans. Elle était entrée à Poudlard, elle s’était doucement émancipée (même si l’idée ne lui avait pas franchement plu…) et elle était même tombée amoureuse. Ce genre d’amour qui semble être prêt à durer des années… Comme celui que Dmitri avait pu porter à la mère de sa fille, feu son épouse. La roux tournait, les choses changeaient et même si on faisait tout pour retenir le temps, on ne pouvait pas bloquer les choses indéfiniment. Joy avait quitté Poudlard et vivait à présent avec Roy, son petit ami. Voir sa fille s’éloigner n’avait pas été une chose facile pour Dmitri. Bien qu’il passe du temps sur la route à voyager, il avait toujours su que Joy serait là, à l’attendre, mais elle ne pouvait pas rester ici, bloquée au stade de l’enfance indéfiniment et il le savait.

I n’avait quant à lui rien changé de ses activités. Il travaillait toujours au siège de son entreprise, gérant ses affaires généralement à distance mais faisait quelques réunions par semaines pour s’assurer que tout fonctionne correctement. Il envisageait d’agrandir encore un peu l’entreprise familiale. Un jour, d’ailleurs, Joy prendrait la relève, si tant est que le travail lui convienne toujours, évidemment. C’était avant tout la détermination et la passion qui permettaient aux affaires de perdurer. Bien qu’il préfère que ce soit sa fille qui reprenne l’affaire, il ne voulait pas non plus l’y obliger.

Lena et lui s’étaient séparés quelques temps plus tôt. La relation ne fonctionnait pas et s’il avait été plus présent, peut-être que tout aurait pu fonctionner mais… A quoi bon vivre sur des suppositions ? En soit il était bien aussi là, comme ça. Même si parfois il se sentait seul. Savoir que sa fille était loin à présent avait un côté… déstabilisant. Et, disons les choses comme elles sont… Il avait pris un coup de vieux aussi. Il approchait de la quarantaine et… c’était un cap. Il le voyait s’approcher petit à petit et c’était plutôt perturbant. Etrange. Pas forcément effrayant juste… Etrange, oui c’était bien le mot.

Bien qu’il fasse à présent froid et humide, le mois de décembre approchant à grands pas, le sorcier était installé dehors, sur un banc, à prendre l’air. Il était bientôt 17 heures et sa fille n’allait pas tarder, en toute logique. L’eau était prête à être chauffée et le thé à infuser. Inga savait, elle aussi. Elle rodait non loin, à la lisière du bois et attendait elle aussi avec impatience l’arrivée de sa maîtresse. Esquissant un sourire en observant la louve au loin, Dmitri s’étira, inspirant profondément l’air pur de la campagne. Quelques bourrasques de vent agitèrent les arbres et il esquissa un sourire. Il aimait vraiment être ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 829
Âge : 14.07.1990 - 22 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: - La maison à la lisière de la forêt - PV   Mar 18 Aoû - 23:55


Joy ne pouvait qu’être heureuse ces derniers temps. Elle avait certes, toujours de grosses journées chez Chaudrons et Apoticarius, la société de son père, qu’elle était supposée reprendre en mains un jour, mais elle faisait de son mieux. Et elle trouvait que ce travail la changeait un peu chaque jour. Elle avait apprit à être plus sûre d’elle, à moins douter, à travailler en équipe, mais également de son côté. Et elle avait, plus récemment, appris à prendre de grosses responsabilités. Toutes les décisions revenaient bien entendu à son père, mais parfois, elle pouvait gérer quelques affaires, comme ce vampire voulant absolument un partenariat. Il lui avait fichu une sacré frousse, mais elle avait mené l’entretien à terme et avait fait un rapport détaillé à son cher papa. Il avait été libre, par la suite, de faire son choix.

Une autre raison pour la jeune femme d’être heureuse tenait en la personne qui partageait sa vie depuis pratiquement quatre ans. Roy Bradley, ancien Poufsouffle, son meilleur ami, son confident, était désormais son petit ami. Et ils vivaient un amour si parfait que Joy avait parfois du mal à se dire qu’il s’agissait bien de la réalité et qu’elle ne rêvait pas. Parfois, quand Roy ne la voyait pas, elle se pinçait discrètement la main pour voir si tout cela n’était pas simplement le fruit de son imagination. Mais non. Depuis quatre ans maintenant, Joy vivait une magnifique histoire d’amour. Elle avait, bien entendu, eut peur au début. Peur de ce que cela allait changer dans sa vie, dans sa relation avec Roy, dans sa relation avec son père. Parce que Joy savait que le plus dur dans tout cela, serait de faire accepter sa relation avec Roy à son père. Non pas qu’il était un sauvage, loin de là, Joy aimait son père plus que n’importe qui au monde, mais elle avait peur qu’il voit dans cet amour une tentative pour sa petite fille de se défaire de lui. Pourtant, Joy, si peureuse d’être enfin une adulte, n’avait pas succombé si facilement. Elle vivait un amour grandissant avec Roy, mais elle n’avait pas voulu quitter le cocon familial trop tôt. Et s’ils ne réussissaient pas à se supporter trop longtemps ? Si tout cela n’était qu’une vaste supercherie, et que leurs coeurs décidaient, tout d’un coup, de ne plus s’aimer ? Cette peur avait grandit en Joy tout au long de sa dernière année et c’était que lui avait fait pensé qu’ils étaient mieux chacun chez soi. Puis elle avait grandit, d’un seul coup. Roy, qui avait si peur de devenir un adulte, avait fait de la brunette bulgare une femme. Et à ce moment là, elle avait su que jamais elle ne pourrait se séparer de lui. Alors doucement, ils s’étaient mis à chercher un appartement, à se faire leur petit chez-eux, où ils pouvaient n’être rien que tous les deux.

Mais être avec Roy n’empêchait nullement la bulgare de se rendre régulièrement chez son père. Elle n’avait pas eut d’autre choix que de lui laisser Inga et se rendait minimum trois par semaine dans la maison de campagne qu’ils avaient, pour voir sa louve et prendre le thé avec son père. Ces moments là, Joy ne les auraient échangés pour rien au monde. Aujourd’hui était d’ailleurs un de ces jours, et alors qu’elle finissait chez Chaudrons et Apoticarius à dix-sept heures tapantes, elle se réjouissait déjà d’être avec son père à dix-sept heures une. L’heure sonna et Joy transplana. Elle avait nettement progressé en magie, s’entrainant encore après la fin de Poudlard. Apparaissant dans le jardin de la maison, bien emmitouflée, elle repéra sa louve près de la forêt et son visage s’éclaira d’un sourire alors que ses yeux se mirent à pétiller follement. Elle vit son père sur un banc et se précipita vers lui, se jetant presque de tout son poids au cou de ce dernier.

« Nana ! Je suis tellement contente d’être là! »

Elle avait peut-être vingt ans maintenant, mais au fond, Joy restait cette petite fille en mal d’amour, qui avait perdu sa mère trop tôt et que trop peu vu son père lors de son enfance. Mais tout allait bien maintenant. Il était là, auprès d’elle, et elle était heureuse. Sa louve trotta jusqu’à elle, flairant sa maitresse du bout du nez. Joy ressentait sa joie de la voir, et elle lui grenouille la tête, lâchant son père.

« Oh, ma belle, tu m’as tellement manquée ! »

La brunette serra la louve tout contre elle et lui déposa un baiser sur la truffe. Oui, Joy était vraiment heureusement, maintenant. Ne manquait que Roy pour parfaire le tableau, mais ce dernier travaillant plus tard qu’elle, il ne pouvait venir que plus rarement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Commerce

Parchemins : 211
Âge : 37 ans (16/12/1973)
Actuellement : PDG d'une firme multinationale sorcière // Chasseur


MessageSujet: Re: - La maison à la lisière de la forêt - PV   Dim 7 Fév - 14:52

Joy avait tellement grandi. De petite fille elle était devenue adolescente puis jeune femme. Une magnifique jeune femme. Pourtant, elle restait son bébé et ce certainement pour l’éternité. Dmitri aimait sa fille plus que tout au monde et serait toujours là pour elle, quoiqu’il advienne. Elle serait à jamais sa seule et unique priorité, supplantant absolument tout le reste. Il y avait d’autres personnes auxquelles il tenait bien sûr, comme son neveu Alek mais Joy restait le numéro un bien avant qui que ce soit d’autre. Et ça, elle ne l’avait pas toujours compris, elle avait parfois eu peur qu’il ne la remplace par une autre femme que sa mère qui était décédée il y a de nombreuses années à présent. Mais pour Dmitri il était clair que sa fille passait avant tout.

Lorsqu’elle arriva il sourit. La louve se hâta vers sa maîtresse, la reconnaissant au premier regard. Joy semblait si jeune parfois, dans ses gestes, sa façon d’agir, de parler… Mais elle avait grandi et ça, il devait bien l’accepter. Elle avait un petit ami depuis quelques temps déjà et s’il lui avait fallu du temps pour admettre que sa fille n’était plus un bébé, il avait fini par trouver que ce Roy n’était pas si mal que ça tant qu’il ne blesse pas sa petite fille chérie !!. Il accusa le choc du corps de Joy percutant le sien en souriant :

« Bonjour mon cœur ! »

Il esquissa un sourire et l’embrassa sur le front. Elle prit ensuite sa louve dans ses bras et Dmitri observa avec affection ce tableau de douceur. Ils restèrent dehors un petit moment, avec la louve, mais comme il faisait tout de même assez froid, il finit par se relever :

« On va rentrer se réchauffer. »

Ils entrèrent dans la maison où les boissons chaudes les attendaient. Il laissa Joy se servir, elle était chez elle tout de même et ils s’installèrent à la cuisine. La maison était si vide en l’absence de sa fille… Mais il avait déjà eu tout Poudlard pour s’adapter à ce départ à venir… Elle était adulte à présent.

« Alors comment vas-tu ? Tout va bien au travail ? Et avec Roy ? »

Il n’avait aucune arrière-pensée en questionnant sa fille, il s’intéressait simplement à elle, à sa vie, à tout ce qui la touchait de proche comme de loin. Le travail, les amis, ses relations diverses et évidemment, sa vie amoureuse. Tout était important au regard du sorcier. Il allait aussi parler de sa carrière, d’un point de vue plus professionnel, mais plus tard. Pour l’instant, il ne voulait pas être le PDG mais seulement son père. Cette casquette toute simple était parfois bien douce à porter…

« Alek et son amie Romilly sont venus dîner un soir, ça faisait longtemps que je n’avais plus vu ton cousin. Un jour il faudrait qu’on parvienne à faire un vrai repas de famille avec vous quatre à la maison. »

Les quatre incluant donc Joy, Roy, Alek et Romilly. Merlin que le temps filait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 829
Âge : 14.07.1990 - 22 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: - La maison à la lisière de la forêt - PV   Lun 8 Fév - 17:16

Joy adorait son père. C’était l’homme le plus important dans sa vie. Il avait manqué une bonne partie de sa jeunesse et depuis qu’il était venu l’arracher à la froideur de la Bulgarie, Joy ne pouvait plus imaginer un autre homme dans sa vie que son père. Son grand-père avait été très important quand celui-ci n’était pas là, mais être avec son père était ce qu’elle préférait. Ce qui était normal, après tout. Sa mère lui manquait également, mais elle ne s’en souvenait que peu, donc elle n’était plus aussi atteinte par le manque de figure féminine qu’elle ne l’était par le passé. Surtout qu’au final, ses deux grands-mères et ses amies avaient largement aidé à compenser ce manque. Rien ni personne ne remplacerait sa mère bien entendu, mais elle devait vivre sans elle et trouvait qu’elle se débrouillait plutôt bien. Elle espérait que sa mère était fière d’elle et de la jeune femme qu’elle était devenue. Et elle espérait aussi que son père était fière d’elle. Elle donnait tout ce qu’elle avait pour surmonter ses peurs pour être la digne héritière de la firme multinationale dont il était le PDG et elle ne voulait absolument pas le décevoir.

Elle avait grandit, mais au fond d’elle, elle savait qu’elle était toujours cette petite fille, baragouinant parfois en Bulgare, ayant du mal avec les sortilèges et à la timidité maladive. Elle se demandait encore parfois comment elle avait pu être là où elle était maintenant. Rencontrer Roy, se lier d’amitié avec lui, en tomber amoureuse… Tout cela n’avait jamais été qu’un concours de circonstances, mais sans cela, elle doutait être la jeune femme qu’elle était dorénavant. Son coeur se serra quand elle pensa à Kolia, son ami d’enfance avec qui elle était sortie quelques temps et qui l’avait haït depuis le jour où ils s’étaient séparés. Elle n’avait aucune nouvelle de lui, et parfois, elle imaginait le pire. Cela dit, elle pensait tout de même que si le pire arrivait, elle serait mise au courant… Mais avec des si, elle aurait pu refaire le monde et c’était de toute façon bien trop tard pour cela.

Elle suivit son père à l’intérieur de la maison, caressant une dernière fois sa louve qui repartit dans les bois, à la recherche d’elle ne savait quoi. Se débarrassant de son manteau, Joy sortit les tasses et servit le thé, qui était chaud à souhait. Assise en face de son père, elle sirotait son thé en essayant de ne pas se brûler, un sourire aux lèvres. Le collier que Roy lui avait offert quelques temps plus tôt pendait à son cou et elle imaginait d’ores et déjà leur Noël en Bulgarie.

« Tout va bien oui ! L’épisode du vampire est terminé, donc ça va… Mais j’ai vraiment eu peur pendant cet entretien ! » Un frisson lui parcouru l’échine et elle chassa rapidement l’image du vampire qui s’imprimait dans sa mémoire. « Roy va bien aussi, il a dit oui pour faire Noël en Bulgarie le vingt-cinq décembre ! Tu seras là hein ? Grand-mère nous veut tous les trois ! »

Ca allait être une grande première pour Roy, mais sa grand-mère lui demandait à le rencontrer depuis quatre ans maintenant, alors Joy pouvait bien accéder à sa requête ! Certes, l’anglais ne parlait pas deux mots de bulgare (ou si, peut-être, le peu qu’elle avait pu lui inculquer et dont il se souvenait encore) mais justement, si son père était là, sans grand-mère ne poserait peut-être pas de questions étranges !

« Oh, oui ! C’est une bonne idée ! Comment il allait ? Romilly j’ai des nouvelles de Roy, mais Alek n’a pas répondu à ma dernière lettre encore ! »

Bon, d’accord, la lettre ne datait de bien longtemps, elle l’avait envoyé la semaine passée et si Alek était en pleine chasse, il était fort possible qu’il n’ai pas eu le temps de lui répondre encore ! Mais comme si père avait des informations, elle n’allait pas gâcher l’occasion enfin !
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

avatar
Commerce

Parchemins : 211
Âge : 37 ans (16/12/1973)
Actuellement : PDG d'une firme multinationale sorcière // Chasseur


MessageSujet: Re: - La maison à la lisière de la forêt - PV   Dim 14 Fév - 14:30

Sa fille tenait de sa mère. Il avait toujours vu une immense part de Kelly en elle. Et c’était sans doute mieux ainsi. Dmitri savait bien qu’il n’était pas le père idéal et que s’ils avaient pu choisir, il aurait préféré que ce soit lui, qui meurt cette nuit-là, plutôt que sa femme. Et ce pour diverses raisons. Déjà parce qu’il aurait tout fait pour lui sauver la vie, y compris sacrifié la sienne, et ce sans aucune hésitation. Mais aussi parce que Kelly était un parent bien plus attentionné et bien plus tendre qu’il ne l’était. Il a toujours aimé sa fille, bien sûr. Joy était et restera à jamais la prunelle de ses yeux, et bien plus encore. Mais il n’était pas aussi tendre, pas aussi démonstratif que sa femme. Il avait travaillé dessus, mais des deux, le plus émotif, ce n’était pas lui. Ca n’avait jamais été lui. Sans doute s’était-il amélioré dans cette direction-là, avec les années. Il avait appris à être plus démonstratif, plus affectueux. Pour sa fille.

Il écouta Joy parler du travail et ne put que sourire. Elle était si proche de Kelly, il ne pouvait que s’en rendre compte en l’observant, en l’écoutant.

« Tu fais du très bon travail, de toute façon, tu le sais ? »

Il préférait le lui dire, des fois qu’elle ne s’en soit pas encore rendu compte. Pour ce qui était de Roy et surtout de Noël, Dmitri hocha doucement la tête :

« Promis, je vous réserve cette date, on fera Noël en famille. »

C’était e genre de détails auxquels il ne pensait pas forcément et que sa fille faisait bien de lui rappeler. Pas qu’il l’oublie volontairement, aucunement, mais il avait tendance à oublier les dates, les évènements de ce genre. Il était pourtant bien organisé, au travail, mais pour les fêtes et célébrations, il n’était jamais le premier à y penser. Pour ce qui était de son neveu, Dmitri sourit, répondant à Joy :

« Il allait très bien. Ils sont très occupés tous les deux. Tout le monde est très occupé de nos jours… »

Cette remarque n’était pas faite méchamment, lui-même l’avait toujours été : très occupé, alors il n’allait certainement pas juger les autres pour ça. Il poursuivit :

« Il était en déplacement, je crois, mais je suis sûr qu’il te répondra dès qu’il aura le temps. »

Alek avait toujours été proche de sa cousine, particulièrement lorsqu’ils avaient grandi tous les deux, aussi le sorcier ne s’inquiétait-il pas. Sur une autre note, il enchaîna :

« Sur tous les postes que tu as fait jusqu’alors, lesquels as-tu préféré ? »

Parce qu’il y avait beaucoup de possibilités dans l’entreprise et c’était toujours bien de voir ce qui plaisait (ou non) à sa fille, pour plus tard… Ceci dit, ils n’allaient pas parlé travail tout le temps non plus, sans nul doute iraient-ils se promener un peu plus tard avec les loups… Il voulait partager des moments simples avec sa fille, pour changer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Commerce

Parchemins : 829
Âge : 14.07.1990 - 22 ans
Actuellement : Employée/Héritière Chaudrons & Apoticarius


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Heavy

MessageSujet: Re: - La maison à la lisière de la forêt - PV   Ven 11 Mar - 17:22

Joy n’avait pas eu à chercher de travail quand elle était sortie de Poudlard. Son père l’avait voulue à ses côtés, en avait fait son héritière et de ce fait, sa place avait été toute trouvée. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle avait un avenir fait d’or. Elle n’avait jamais été élevée ainsi, même si elle n’avait jamais manqué de rien et que sa grand-mère maternelle la gâtait plus que de raison. Sa grand-mère paternelle aussi, mais ce n’était pas tout à fait la même chose, puisqu’elle avait pu l’avoir rien que pour elle pendant plusieurs années. Sa grand-mère britannique devait penser que cela rattraperait le temps perdu. Joy l’avait donc laissée la traiter comme une poupée fragile qu’elle s’amusait à habiller et à coiffer, tout en tentant, tant bien que mal, de lui faire savoir lorsque quelque chose ne lui plaisait pas. Très classique dans sa façon de s’habiller, Joy avait du développer un sens de la mode –un poil bancal- pour le travail. Pour être toujours jolie et bien apprêtée en mettant de côté ses petites habitudes de confort avant le reste. Elle n’était pas du genre à s’habiller d’un jogging, loin de là, mais quand même, elle et les talons cela faisait deux. Sauf que maintenant, elle n’avait plus trop le choix. D’un côté, pour être irréprochable à la compagnie de son père, mais aussi pour plaire à Roy. Alors que son père lui fasse un compliment sur son travail la touchait beaucoup, puisqu’elle avait parfois l’impression d’être complètement à côté de la plaque. « Merci nana ! Je suis contente si tu as de bons retours ! » Parce qu’elle s’en voudrait de tout son être si elle faisait honte à son père.

Quand son père lui assura qu’il serait présent à Noël, les yeux de la demoiselle pétillèrent pleinement. Elle s’était découvert un étrange pouvoir d’empathie sur lequel elle n’avait aucun contrôle, mais qui, heureusement, n’était pas bien poussé. Elle comprenait plus facilement les animaux, et en particulier les siens, ainsi que son entourage proche, mais cela s’arrêtait là. Elle ressentait plus qu’elle ne pouvait réellement agir. « Super ! Il faudra qu’on fasse tous les préparatifs ! Tu vas venir avec quelqu’un ? » Légèrement curieuse sur les bords - Roy devait déteindre sur elle – elle se demandait si son père avait refait sa vie, depuis la dernière fois qu’il avait été avec une femme. Lena n’avait jamais réellement plu à Joy, et à vrai dire, elle ne l’avait même jamais vue, mais son côté un peu trop possessive ressortait de temps à autre. Et il était ressorti quand il y avait eut Corann et Lena dans la vie de son père. Mais maintenant qu’elle grandissait, elle devait bien avouer qu’elle aurait aimé voir son père heureux à nouveau avec une femme.

« Oui, je sais. Romilly est vraiment douée dans ce qu’elle fait en tout cas ! » Et même si elles ne s’entendaient pas comme Joy l’aurait voulu, elle était très contente de voir Romilly de temps à autre. Et son cousin était heureux, donc cela lui allait tout à fait. Elle les avait toujours trouvé vraiment beaux ensemble. Un peu comme s’ils allaient naturellement ensemble. Peut-être était-ce pareil pour elle et Roy, ou peut-être était-ce juste parce qu’ils avaient toujours été collés l’un à l’autre depuis leur première année à l’école, mais entre son couple et celui de son cousin, il y avait un monde. « Tu sais quel genre de créature il chasse ? » Si Joy avait la trouille pratiquement dès qu’on lui parlait d’une créature effrayante, elle n’essayait néanmoins pas d’éviter le sujet. Après tout, elle avait plus ou moins grandit dans ce monde là… Buvant une nouvelle gorgée de thé, elle réfléchit à la question de son père. « Hum… J’ai beaucoup aimé voir les commandes et les traiter. Parce qu’il fallait bien faire attention à ne rien oublier… Et puis gérer l’emploi du temps aussi… Je t’avoue que je ne suis pas très à l’aise encore quand il faut être en réunion ou rencontrer les clients... » Peut-être parce qu’elle était timide, sûrement même… Mais elle finirait bien par y arriver.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://themorningrose.tumblr.com/

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - La maison à la lisière de la forêt - PV   

Revenir en haut Aller en bas
 
- La maison à la lisière de la forêt - PV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La lisière de la forêt
» A la lisière de la forêt interdite
» Maison de Nara
» Maison de Riiko
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 20-
Sauter vers: