AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 De retour et toujours aussi maladroit – PV Corann – 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Ministère

Parchemins : 590
Âge : 30 ans [03/09/1982]
Actuellement : Employé au Département de la coopération magique internationale


MessageSujet: De retour et toujours aussi maladroit – PV Corann –    Lun 24 Aoû - 23:51

« Londres, vous êtes arrivés. » Le garçon bailla la bouche grande ouverte, avant de se rendre compte à son réveil qu'il n'était peut être pas le seul dans le train. Oui, pour rentrer il avait emprunter les transports moldus, parce qu'il devait rejoindre quelqu'un à la gare de St Pancras. D'où venait-il ? Notre cher Faris s'était rendu en France, cinq ans à vivre en France, à apprendre le français aux côtés d'autres sorciers du ministère. Ce transfert avait été une occasion en or pour lui d'en apprendre plus sur la coopération magique à l'internationale, mais surtout une bonne excuse pour s'éloigner d'une Angleterre un semblant hostile et déprimante. Sauf qu'au bout de cinq ans il ne pouvait plus se cacher son mal du pays, revenir devenait primordial. (Quand le visage de votre ex colocataire apparait à la place de celui de votre collègue de travail plusieurs fois dans la même journée, vous vous dites qu'il y a quand même un soucis). « Je me demande encore comment ces moldus font pour se casser la tête avec des valises aussi lourdes... Un sortilège et le tour est joué par Merlin ! » grommela-t-il pensant que personne ne l'écoutait, mais juste devant lui, un gamin d'une dizaine d'année le regardait avec des yeux ronds. Faris le scruta à son tour sans cligné des yeux. Le gamin tenta de jouer au même jeu. « Benjamin qu'est ce que tu fais ? Fais attention aux inconnus ! » La mère du petit le tira pas le bras en oubliant pas de foudroyer Faris du regard. C'est vrai qu'il commençait à faire vieux, il ne fallait peut être plus qu'il s'amuse à ce genre de chose avec les enfants.

La pluie s'abattait sur le toit de la gare et à ce moment vous vous demandez surement pourquoi est ce qu'il n'avait tout simplement pas emprunté un portoloin ou finit par transplaner jusque chez lui ? Tout simplement parce qu'après cinq ans loin de l'Angleterre, il n'avait plus de chez lui. Bien évidemment Faith n'était pas restée à attendre Faris à l'appartement en colocataire esseulée attendant le retour de l'homme parfait. Ce qu'elle devenait cependant, Faris n'en avait aucune idée, il faut dire qu'il n'avait pas tant donné de nouvelles à ses amis sur ce qu'il devenait, ou bien où est ce qu'il habitait. « Mais, mais... il est où ? » De qui Faris parlait ? De son demi-frère. Seule sa famille savait ce qu'il était devenue de Faris durant ses cinq ans. Caedan était censé venir récupérer Faris pour l'emmener dans son nouvel appartement pendant que Faris chercherait son futur logement, mais son demi-frère n'était pas là et comme à son habitude...Faris n'attendrait pas. Au pire ils s'enverraient un hibou.

Faris n'avait pas envie d'attendre parce qu'il avait un petit creux. Le prix de la nourriture était exorbitant à bord du train, il irait se trouver le Starbuck le plus proche pour se sustenter. Il traina sa valise, lourde comme pas deux, derrière lui puis sortit à l'extérieur de la gare pour repérer le café. « Ma parole c'est devenu Atlantis depuis mon départ ou quoi ! » lança-t-il à la vue du déluge qui s'abattait sur Londres. Et bien évidemment il n'avait pas de parapluie et se mit à courir avec sa valise menaçant les pieds des passants trop proches, derrière lui.

« Ah voilà ! » dit-il en ouvrant la porte du café. Il y avait foule. Les gens étaient venus s'abriter eux aussi du mauvais temps tout en se réchauffant autours d'une tasse de café. Faris était heureux de retrouver les starbucks anglais, les français étant excessivement chers. Au moins il avait fait des économies en ne s'y rendant pas. Il fit la queue, pendant une dizaine de minutes puis finalement passa commande. Lorsque son café fut prêt, il le saisit, se retourna, fit tomber sa valise sur les pieds d'une jeune femme qui se trouvait à côté de lui, mais voulu la ramasser avant qu'il ne soit trop tard. Dans son action, il fit sauter le couvercle du gobelet et renversa son caramel macchiato sur le chemisier de cette même jeune femme. A partir de là, Faris avait le choix entre plusieurs façon d'agir. En premier il pouvait se confondre en excuse, ramasser sa valise, donner des serviettes à la jeune femme ou bien dans un nouvel ordre, tout en s'excusant, il pouvait donner des serviettes à la jeune femme et ramasser sa valise. Vous vous doutez bien que ça ne s'est pas passé comme ça. « Oh mais c'est Corann ! » lança-t-il en apercevant une vieille amie (qui avait tout de même changé en cinq ans) au dessus de l'épaule de la jeune femme qu'il venait de brûler et d'écraser le pied avec sa valise. « Oh mince, attendez laissez moi vous essuyer ! » dit-il en prenant une serviette et en s'apprêtant à poser la main sur le chemin de la jeune femme. « Ou vous préférez peut être le faire vous même... je suis désolé en tout cas. » dit-il. Elle l'ignora royalement, dégageant la valise du garçon d'un coup de pied (elle semblait cependant s'être fait encore plus mal qu'autre chose), puis alla aux toilettes pour essuyer les tâches. Faris se devait de commander un autre café, mais avant ça alla rejoindre Corann qui était déjà installée à une table.

« Comment tu vas ? Tu te souviens de moi ? Beau jeune homme, cinq ans de moins, Faris de Gryffondor tu sais ? » demanda-t-il en souriant à la jeune femme. Elle avait changé, mais était tout de même reconnaissable, alors sans doute l'était-il tout autant. Finalement qu'est ce que c'était que cinq ans ? « Tu es seule ? Je peux me joindre à toi ? Enfin quand j'aurai récupéré un autre café, malheureusement le mien m'a échappé des mains... Tu penses qu'ils me feront le suivant gratuit ? Oui je devrais peut être demandé... » S'il y avait une chose qui n'avait pas changé avec Faris c'est qu'il parlait... beaucoup et rapidement il alla se chercher un nouveau café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: De retour et toujours aussi maladroit – PV Corann –    Jeu 27 Aoû - 15:56


De retour et toujours aussi maladroit
Corann Stanley, de retour. En toute sincérité, même elle, elle a du mal à l'admettre. Ca lui fait bizarre, et elle ne comprend pas toujours ce qu'elle peut faire, maintenant qu'elle est de retour. Comment occuper ses journées, comment meubler son temps ou surtout, son appartement ? Ca aussi, ça semble compliqué, finalement. Il réalise lourdement qu'il va devoir meubler son appartement. Nouveau,d'ailleurs, elle ne le possède que depuis hier. Une grosse affaire, elle a débarqué alors que l'annonce venait d'être mise. Un appartement dans Londres, pas très grand mais à un prix attractif, surtout pour quelqu'un qui compte ses sous comme elle, en ce moment. Mais après avoir réfléchit à toutes ses possibilités, elle a bien vite compris qu'elle ne pouvait pas dépendre uniquement de quelques économies. Ca n'aurait pas vraiment servi à grand-chose. Mais ça, elle ne le sait que trop bien. Un nouveau soupir s'échappe de ses lèvres alors qu'elle glisse une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Elle n'a pas pris le temps de trouver de meubles. De toute façon, elle n'a même pas pris le temps d'en parler à ses parents hein. Son retour ? Il s'est fait sur un coup de tête, elle n'était même pas certaine de vouloir rentrer à la base. Dans sa tête, elle avait réussi à se convaincre que loin, elle irait mieux. Tirer un trait sur la vie qu'elle a mené jusqu'à maintenant, c'est une idée mais ça ne règle pas les soucis. Et c'est maintenant à ça qu'elle essaie de penser.

Là, au cœur de son appartement où on ne trouve, à l'heure actuelle, qu'un matelas jonchant le sol de ce qui est supposé être son salon, la jeune femme réalise que oui, des meubles, c'est assez important. Et là, avec la baguette qu'elle possède, elle pourra même tous les balader en même temps dans son sac à main. Ses habits trônent en pile à côté, elle fouine quelques instants et finit par y trouver une robe toute simple. Rien de véritablement extraordinaire, mais dans le fond, au moins, comme ça, elle n'aura pas l'air d'un sac. Pas trop, du moins. Ces derniers temps, elle a légèrement l'impression d'être habillée comme un sac et de donner l'impression de n'être… Qu'une pouilleuse. Sa garde robe est vieille. Au final, elle est loin, la fille qu'elle était avant, celle qui faisait attention à tout. Au final, elle porte les habits de quand elle était plus jeune, ceux qu'elle portait à Poudlard, limite. Elle n'a pas vraiment changé physiquement. Mais on voit qu'elle en impose moins, en tout cas, et c'est bien moins plaisant que le reste. Sa peau est pâle, la couleur de ses cheveux est terne. Elle est loin de cette fille qu'elle voulait être, avant. Mais elle a appris à arrêter de faire attention à son image. Au final, il lui reste moins de la moitié des habits qu'elle possédait. Mais bon, aujourd'hui, de retour à Londres, elle se dit qu'il serait peut-être temps de dépenser un peu, de s'acheter des meubles et des habits. Elle n'est pas riche pourtant, mais elle a touché de l'argent au décès de sa grand-mère et elle se dit qu'elle devrait s'en servir pour tourner une page, pour avancer, pour changer de vie. Ouais. Ce n'est pas facile, mais l'idée n'est pas si mauvaise que ça, non ?

Elle glisse son sac sur son épaule et s'attache les cheveux en une queue de cheval assez haute. Elle se demande où elle peut se rendre et décide de commencer par un petit café. Oui, l'idée lui plaît bien. Elle marche vite, elle n'est plus très sociale, c'est vrai. Elle a changé. Les années à l'étranger l'ont métamorphosée, même si elle n'en est guère ravie. S'en plaint-elle vraiment ? Non, pas vraiment. Mais disons qu'elle va en choquer plus d'un. Ca l'amuse, c'est vrai aussi. Et elle ne va certainement pas se reprocher un tel comportement parce que ça l'amuse, et qu'elle se sent ben comme ça, finalement. Une fois dans le café, elle s'installe près de la fenêtre, histoire de se poser tranquillement et de pouvoir savourer l'instant sans se poser trop de question. Elle se sent bien, finalement, et n'a pas la moindre raison de se formaliser. Elle commande, on lui amène un chocolat chaud dans une grande tasse et elle souffle doucement sur la fumée. Non, elle n'entend pas son prénom, faut dire qu'il y a du monde et qu'il n'est pas facile de faire attention à ce qu'elle voit.

Pourtant, lorsqu'il se glisse à côté d'elle, elle le reconnaît aussitôt. Faris, un ami d'il y a si longtemps. Cinq ans ? Disons plutôt six malheureusement mais que peut-il bien en dire.  « Bien sûr que je me souviens de toi Faris. ». Elle sourit doucement lorsqu'il parle de s'installer avec elle et qu'il lui raconte ce qu'il est arrivé à son café. Cela l'amuse et la fait rire, au final, il n'a pas changé et elle le trouve drôle. Une bouffée d'oxygène, à n'en pas douter. Mais ça fait du bien, en tout cas, et ça, c'est la seule chose qui compte.  « Installe-toi, ça me fera plaisir, tu pourras me raconter ce qu'il a pu t'arriver depuis tout ce temps ». Elle aussi, elle a disparu, c'est vrai, mais elle a envie de retrouver une quelconque amitié. Et avec Faris, ça a toujours été si facile.
AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 590
Âge : 30 ans [03/09/1982]
Actuellement : Employé au Département de la coopération magique internationale


MessageSujet: Re: De retour et toujours aussi maladroit – PV Corann –    Ven 28 Aoû - 17:55

Par chance pour Faris, Corann se souvenait parfaitement de lui. En même temps y avait-il moyen de l'oublier ? L'être le plus bavard de l'univers surtout quand les trois quarts de ce qu'il racontait n'était pas intéressant. « Ah c'est cool ! » Quand elle accepta qu'il s'assied à sa table. Il s'excusa le temps d'aller récupérer son café qui malheureusement allait être encore payant. A priori la boutique n'était pas responsable d'un quelconque incident une fois que le client avait récupéré son verre. Il grimaça et dépensa quelques pièces moldus avant de rejoindre de nouveau Corann, son café cette fois bien fermé. « Me voilà ! » dit-il en prenant place en face de la jeune femme. Elle avait changé, mais était toujours reconnaissable. Comme Faris sans doute, elle faisait plus mature, même si pour lui elle lui avait toujours semblé l'être. « Alors qu'est ce qui t'es arrivée depuis le temps ? » demanda-t-il. Il essaya de chercher dans sa mémoire ce qu'il avait su de Corann depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus. « Ah mais oui ! Tu n'étais pas avec un certain Dmitri ? Un PDG non ? » Ce qu'il fallait savoir de Faris c'est qu'il pouvait parfois avoir une très bonne mémoire des choses qui pouvaient paraitre futiles à d'autres. La vie privée des autres il la retenait assez bien, alors même si cela faisait cinq ans qu'il n'avait pas vu Corann, ce genre de chose, il l'avait gardé en tête.

Tandis qu'il écoutait la réponse de son ancienne camarade de classe, il jeta un oeil par dessus l'épaule de cette dernière pour voir la jeune femme au chemisier tâché, jeter un regard noir à Faris. Le garçon ne savait plus ou se mettre et se reconcentra sur Corann pour éviter d'être encore plus gêné. « Je crois que celle là ne voudra plus jamais croiser ma route dans un starbuck. » dit-il brièvement avant de se recentrer sur la conversation qu'il avait avec Corann. Maintenant qu'il y pensait, aborder la situation amoureuse de la jeune femme n'était peut être pas la meilleure idée de conversation qu'il est eut. Non pas parce qu'il s'inquiétait de savoir si tout allait bien pour elle au risque de se méprendre et de voir qu'en fait tout allait mal, (parce que pour lui, chez les autres tout allait toujours très bien), mais parce qu'il ne voulait pas qu'on lui retourne la question. Disons que son histoire amoureuse était un poil tabou... depuis cinq ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: De retour et toujours aussi maladroit – PV Corann –    Ven 4 Sep - 18:10


De retour et toujours aussi maladroit
Corann Stanley n'a jamais fait partie de ceux qui oublient. Bon, elle n'a pas la mémoire de l'année et ne se souvient pas toujours de tout mais le nom de quelqu'un qui a compté pour elle pendant un moment, ça, elle ne l'oublie pas. La jeune femme ne prétend pas que ça a toujours été facile, attention, elle a fait bien des bourdes et elle a déjà mélangé des noms ou ce genre de chose. Mais oublier Faris ? Ce n'est pas vraiment possible, de son point de vu, et pour cette raison, le reste n'a pas vraiment d'importance non ? Ou en tout cas, c'est ce qu'elle a envie de croire. Et du coup, elle ne voit pas en quoi il peut être si incroyable que ça, qu'elle puisse se souvenir du nom de son ami. Mais elle en est contente. Elle n'aurait pas pu creuser un trou suffisamment profond pour s'y cacher et y planquer sa honte. L'erreur est humaine mais quand il est question de proche, c'est plus compliqué. Alors elle se souvient, et elle lui sourit parce que malgré le temps écoulé, elle est contente de le revoir, et de pouvoir lui parler, ne serait-ce qu'un peu. Lui faire la conversation, sympathiser, ce genre de chose, ça fait du bien, oui.

Ce qui lui est arrivé depuis le temps, malheureusement, rien. Et ce n'est pas vraiment facile à accepter parce que la jeune femme ne tolère pas vraiment son passé, elle ne prétend pas qu'elle a toutes les raisons du monde de s'en plaindre hein, attention, mais en même temps, ce n'est pas plaisant du tout. Comme une histoire lourde qui vient peser sur des épaules qui n'ont pas la force de la porter. Pourtant, il n'y a rien de vraiment extraordinaire. Etre amoureuse d'un homme trop vieux, ce n'est pas facile, ne pas être accepté par son enfant, ça ne l'est pas non plus. Et quand l'homme se met à émettre des doutes, on a uniquement envie de tracer un trait sur tout ce bordel. Il lui parle de Dimitri, d'ailleurs, et son regard se baisse parce qu'elle n'aime pas vraiment en parler et que ça pèse encore un peu. C'est difficile, même encore aujourd'hui. On ne peut tout de même pas le lui reprocher non ?  « Oui mais c'est du passé, depuis six ans déjà. J'ai fait le tour du monde en fait ». Elle sourit, son voyage lui a plu et cela lui a également permis de se vider la tête, quoi qu'elle en dise. Mais cela reste difficile à accepter, et c'est ce qui est plus difficile que le reste. Enfin bon.. Il n'y a plus grand-chose à faire, finalement. Qu'est-ce qu'ils pourraient bien dire, maintenant ? Les possibilités ne sont plus aussi nombreuses.  « Et toi alors ? Dis moi tout ». Elle lui sourit. Elle a envie de prétendre que tout va bien. Elle est en vrac encore aujourd'hui. Il faudra du temps. Beaucoup de temps. Trop de temps. C'est chiant.

Elle se tourne, lorsqu'il parle d'une femme derrière elle et se met à rire. Forcément, il a renversé son café sur une femme dans son dos, et c'est assez drôle hein. Cette dernière est énervée, blasée et Corann imagine qu'en plus, c'était son chemisier préféré. C'est toujours comme ça, quand un crétin verse un truc sur quelqu'un, on porte toujours notre vêtement préféré. Alors elle imagine que la situation ne change pas de d'habitude et qu'il en est de même pour elle, parce que ça rend tout de suite la situation bien plus drôle, non ?  « Y a des chances ouais ! ». Elle sourit une nouvelle fois.

[HJ] : Corann a disparu de la circulation y a 6 ans inRP en fait.Smile
AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De retour et toujours aussi maladroit – PV Corann –    

Revenir en haut Aller en bas
 
De retour et toujours aussi maladroit – PV Corann – 
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit bisous de la plus belle ... oui oui toujours aussi modeste
» Toujours aussi explosive [Sekhmet]
» UN GRIMOIRE TOUJOURS AUSSI CONVOITE (RP d'intrigue tour 1)
» L'école est toujours aussi chiante (Pv Ruby)
» Une nouvelle journée auprès de toi ; mon coeur est toujours aussi battant. | Divine Sardine |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 20-
Sauter vers: