AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    Mar 17 Nov - 21:41

Depuis près de six ans et la fin de ses études, Arya parcourait le monde. Sa décision, mûrement réfléchie, n’avait pas été prise à la légère, même si elle n’avait pas plu à Avril, ni à ses parents. Brillante élève, elle était promise à un avenir plus intéressant que des petits boulots au Cambodge ou à Paris, lui avaient-ils dit. Elle était partie quand même et ne l’avait pas regretté un instant. L’avantage d’être une sorcière était aussi qu’il était beaucoup plus simple de rentrer au Royaume-Uni, dusse-t-elle se sentir un peu patraque.

Ces derniers temps, l’ancienne Serdaigle se trouvait à Nancy, dans l’est de la France. Elle vivait dans l’hexagone depuis presque un an et avait été affectée par le département de la coopération magique internationale à la préparation d’un colloque international de médecine qui devait se tenir dans la ville en question. En effet, une école de médicomagie réputée était adossée à la faculté de médecine moldue et la ville était prisée par les chercheurs et chercheures français dans le domaine. Arya, elle, n’y entendait pas grand-chose : à présent, elle parlait plutôt bien la langue locale mais n’était pas devenue médicomage pour autant. Organiser des choses, en revanche, ça lui parlait.

Le jour dit, elle se tenait à l’entrée d’un grand hall. Devant elle, les invités arrivaient par transplanage, à pieds ou par la poudre de cheminette. Avec ses collègues, elle les accueillait, leur donnait le matériel qui leur permettrait de suivre les débats et les dirigeait vers le petit déjeuner qui était d’ores et déjà servi, en attendant l’ouverture du colloque, prévue à neuf heures trente.

« Bonjour et bienvenue », dit-elle en levant à peine la tête. « Puis-je avoir votre nom s’il vous plait ? »

L’invitée s’exécuta et, cette fois-ci, Arya fit mieux attention : « Emma Carter », ça avait résonné dans sa mémoire et pour cause, il s’agissait d’une de ses anciennes condisciples — et même, pour tout dire, de sa prédécesseure au poste de préfète de Serdaigle.

« Oh, salut. »

Arya cocha le nom dans sa liste et tendit à Emma le paquetage de bienvenue.

« Le petit-déjeuner est juste derrière moi. L’amphithéâtre est par là, ça va commencer dans une grosse demi-heure. Là j’ai pas trop le temps de discuter mais on peut se voir à la fin si tu veux. Je connais quelques endroits sympas en ville. »

Le temps d’avoir la réponse d’Emma, puis il fallait passer à la personne suivante.

« Bonjour, bienvenue, puis-je prendre votre nom s’il vous plait ? Merci… »

Elle ne s’arrêta qu’une heure plus tard, après avoir accueilli les derniers retardataires. Elle alla profiter des restes de café et de croissants ; avant qu’on mette en place le buffet pour la pause, puis celui de midi. Malgré le stress et la difficulté du travail, Arya était heureuse. Elle se sentait utile, faisait des choses concrètes. Dans l’amphithéâtre, les premiers applaudissements retentissaient.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1697
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Dahlia Lloyd, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    Dim 14 Fév - 0:55

C'est le cœur un peu mais pas trop quand même, faut pas déconner lourd qu'Emma avait abandonné Hippocrate - le chat, pas le médecin grec - (aussi connu sous les sobriquets "Hippo", "Hippie" ou encore "sale bête" après avoir administré un coup de griffe particulièrement aiguisé à l'une de ses maîtresses) aux bras d'une Mary à moitié hilare, jouant les parents éplorés au départ de leur progéniture pour une contrée lointaine ("Et du dentifrice, tu en as pris ?" "Ne t'inquiète pas on se reverra très vite !" "Appelle-moi si les autres sont méchants avec toi !" et autres remarques du même acabit avaient été de la partie durant toute la matinée, et Emma n'était plus pas amusée). Il faut dire que ce n'était certainement pas durant ses années d'études de médicomagie qu'Emma avait eu l'occasion de voyager. Sa participation à ce colloque international de médecine se déroulant en France serait donc la première fois depuis fort longtemps qu'elle mettrait les pieds hors du Royaume-Uni. Et sa meilleure amie avait - comme à son habitude - pris un malin plaisir à rendre la situation la plus théâtrale possible. Un dernier haussement de sourcil accompagné d'une moue mi-amusée mi-agacée (sa marque de fabrique, on l'appelle La Emma), et l'ancienne Serdaigle transplanait vers son point de rendez-vous.

Elle rejoignit rapidement le petit groupe formé par les employés de Sainte-Mangouste autour du Portoloin destiné à les faire voyager en toute sécurité jusqu'à Nancy. Regrettant une fois de plus l'absence de Charlie - qui s'était débrouillé d'une manière finalement assez impressionnante pour se retrouver alité pour cause de dragoncelle virulente -, elle se prépara mentalement aux joyeux effets secondaires accompagnant tout voyage par Portoloin. En dehors de ce petit désagrément médical - c'est vrai quoi, il aurait pu faire un effort ! Comment ça elle se montre déraisonnable ? Scandale ! -, sa relation avec Charlie était comparable à un long fleuve tranquille. Le caractère posé du jeune homme contrastait avec ses tendances à devenir un brin survoltée en cas de stress, et il apportait à sa vie une stabilité dont elle avait manqué pendant une bonne partie de sa vie.

Chassant avec mauvaise grâce les pensées de son petit-ami de son esprit, elle se plaça entre un guérisseur un peu tête-en-l'air à qui elle avait eu à faire deux ou trois fois et un type dont elle était presque certaine de se souvenir parce que son cher parrain, Nicolas, avait vomi sur ses chaussures après une soirée banale un peu trop arrosée morale: l'alcool c'est mal les enfants. Elle regretta aussitôt d'avoir invoqué ce souvenir, car les premières secondes du voyage lui donnèrent rapidement envie de reproduire les exploits de son aîné. La honte intergalactique si elle rendait son maigre petit-déjeuner à son arrivée sur le territoire français. Pire, si elle en parlait à Mary, ce serait une anecdote qu'elle retrouverait irrémédiablement à ses fiançailles / mariage / anniversaire / autre événement où sa meilleure amie pourrait justifier de porter un toast. Par les chaussettes bariolées de Merlin, il n'était pas question qu'elle laisse une chose pareille se produire ! Il lui restait un minimum de dignité, merci bien mais alors vraiment un minimum, hein !

Vaguement nauséeuse mais avec le contenu de son estomac bel et bien intact, la jeune médicomage suivit Tête-En-L'Air et Chaussures-Souillées en direction du grand bâtiment où se déroulait vraisemblablement le colloque. Elle se garda bien de dire quoi que ce soit de peur de briser l'équilibre précaire dans lequel elle se trouvait, et écouta distraitement Tête-En-L'Air lui raconter ses déboires récents au sein du service des accidents matériels. Un vrai danger public. Elle fit une note mentale afin de se rappeler de se renseigner concernant les méthodes d'embauche parmi les guérisseurs. Quelqu'un s'était clairement laissé corrompre, elle en mettrait sa baguette à couper !

On la salua dans le hall d'entrée et l'ancienne préfète indiqua machinalement son identité avant de poser des yeux ronds sur son interlocutrice, qui n'était qu'autre que... « Arya ?! » La vue de son ancienne camarade de maison suscitait des souvenirs mitigés à la jeune femme, qui revoyait automatiquement son départ puis son retour à Poudlard et toute cette période un peu nébuleuse de sa vie. Néanmoins, elle s'était tout de suite bien entendue avec sa successeure au poste de préfète de Serdaigle, aussi la rencontrer en cet instant, aussi étrange que ça soit, lui faisait plaisir. Elle sourit à la proposition de sa cadette, et hocha la tête en signe d’acquiescement. « D'accord, merci ! Oui, j'en serais ravie, je ne m'attendais vraiment pas à te voir ici. Tu pourras me raconter ce que tu deviens ! » Elle était en effet assez curieuse d'apprendre de quelle manière sa camarade s'était retrouvée à Nancy aujourd'hui. « Allez, je te laisse travailler ! » promit-elle en lançant un regard d'excuse au bonhomme mécontent qui attendait derrière elle. Elle adressa un dernier sourire à Arya et, apercevant Tête-En-L'Air derrière elle, suivit un trajet destiné à l'esquiver pour se diriger vers la table du petit-déjeuner. Sa nausée post-Portoloin s'estompait enfin, et les maigres victuailles qu'elle avait ingurgitées avant de partir lui semblaient bien lointaines. Sans parler du fait qu'être la malheureuse dont le ventre gargouille en plein colloque n'avait rien de bien glorieux. Au contraire. "Emma Carter, la Honte de Sainte-Mangouste." Elle songea fugacement que c'était le genre de piques qui aurait fortement amusé Jenson mais chassa immédiatement cette pensée de son esprit à la vue des croissants.

La brune suivit les présentations de la journée avec grand intérêt - retrouvant les airs qu'elle arborait à Poudlard lors de cours particulièrement captivants -, appréciant de se trouver dans un milieu un peu plus académique et loin des couloirs de l'hôpital, pour changer. Ce n'est qu'en quittant le dernier amphithéâtre qu'elle se souvînt de sa rencontre du matin, et elle chercha aussitôt Arya des yeux parmi la foule. Elle fit un signe à celle-ci dès qu'elle l'eût repérée près du buffet, les poches pleines de pains au chocolat et la rejoignit en quelques enjambées. « Prête à aller faire un tour ? » interrogea-t-elle avec bonne humeur. Ce n'était pas tous les jours qu'elle avait l'occasion de quitter Londres, et elle était bien décidée à en profiter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    Lun 15 Fév - 17:31


La journée avait été épuisante. Si la préparation matérielle du colloque avait occupé ses pensées pendant la majeure partie de l'année — pendant les heures de boulot, du moins — le jour dit ce furent ses jambes et ses bras qui souffrirent. Être debout, accueillir les gens, leur sourire, les guider... Tout un travail. Quand enfin elle eut guidé le groupe principal jusqu'au dernier buffet, Arya s'adossa à une colonne. Ça y est, elle en avait terminé pour la semaine. Une autre équipe prendrait le relais jusqu'au soir et l'ancienne Serdaigle allait profiter d'un repos bien mérité. Emma la rejoignit à ce moment-là.

« OUI, » elle rugit — relativement discrètement, tout de même. Arya attrappa une bouteille de créman, servit deux verres, en tendit un à son ancienne camarade et l'entraina à l'extérieur. Le vent frais vint les accueillir, qu'Arya accueillit avec bonheur. Elle plongea son nez dans le verre de vin puis but une gorgée.

« Pfiou, j'en avais besoin. »

Elle se tourna vers Emma.

« Voilà, désolé, je suis à toi. Et bienvenue à Nancy, donc. Tu connaissais déjà ? »

Les contacts d'Arya avec le reste des sorciers et sorcières qui avaient quitté Poudlard plus ou moins en même temps qu'elle étaient relativement ténus, à l'exception d'Avril, évidemment, et de Corey. Si elle avait bien apprécié Emma le peu qu'elles s'étaient croisées, cette dernière n'était pas une amie ; aussi Arya ne connaissait-elle pas les détails de sa vie récente. À part qu'elle était médicomage ou un truc dans ce goût-là.

« Docteure, alors. C'était intéressant ? »

Arya guida Emma dans la rue qui descendait de la faculté de médecine.

« Bon, le mieux est de prendre le tram. Ça devrait pas prendre longtemps. Tu es venue en transplanant ? Au pire tu pourras le faire de chez moi. »

Au final, devenir adulte n'avait pas changé grand-chose pour Arya. La liberté était bienvenue mais elle restait une bosseuse qui aimait profiter de son temps libre — et avoir autant de temps libre que possible. Elle traitait son ancienne camarade comme si elles étaient de nouveau à Poudlard et que les cinq ans qui venaient de passer n'étaient au final pas grand-chose.

Si elle l'embêtait, Emma saurait sans doute le lui faire comprendre.

Le tram arriva et elles y prirent place. Arya donna un ticket à Emma et commença à présenter la ville.

« Je sais pas si tu as regardé sur une carte avant de venir, du coup on est à l'est de la France, pas très loin de l'Allemagne. La ville est sympa. Y a beaucoup d'étudiants. Et surtout, ils ont une place dont ils sont trop trop fiers. On verra si on a le temps d'y aller. »

L'avantage d'une telle ville était qu'elles n'attiraient pas tous les regards en parlant anglais.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1697
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Dahlia Lloyd, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    Dim 28 Fév - 15:31

Dans sa jeunesse, Emma avait souvent voyagé avec ses parents. Ils étaient passés par de nombreux pays de l'Europe de l'Ouest, allant des plus proches - comme l'Irlande ou la France - à ceux un peu plus éloignés - comme l'Espagne ou encore l'Italie. Après ce qui était arrivé à son père, cette propension à voyager s'était nettement tarie, et une fois que la jeune fille était entrée à Poudlard, avait complètement disparue. Du moins, sa mère voyageait-elle toujours, mais dans le cadre de son poste au Ministère et ne s'encombrait-elle ainsi pas de proches un peu trop contraignants. Durant ce bref état de grâce datant désormais d'il y a bien des années - une autre vie, presque -, Emma avait eu l'occasion de se rendre sur le territoire français. Néanmoins, elle ne connaissait rien de la partie Est du pays, où se situait Nancy, et s'était enthousiasmée à l'idée de visiter la ville une fois le colloque terminé avant même d'avoir entamé la préparation de sa valise - au grand amusement de sa meilleure amie.

Tomber sur une connaissance au sein d'un colloque international de médicomagie n'était pas totalement improbable. Après tout, elle n'était pas la seule parmi ses camarades à s'être orientée vers une carrière médicale. Seulement aux dernières nouvelles, l'ancienne élève de Serdaigle qu'elle avait rencontrée à son entrée dans le Hall du bâtiment n'avait pas suivi ses traces. Elle n'avait pas été assez proche d'Arya pour être au courant de ses choix de vie à l'issue de ses études à Poudlard. Les deux jeunes femmes s'étaient bien entendues, certes, mais Emma avait rencontré sa cadette à une période assez compliquée de sa vie, alors que son cercle d'amis proches était déjà bien défini - Mary, Jenson, Nick et Charisma, essentiellement - et leur relation était finalement restée plutôt superficielle. Elles discutaient facilement et sans malaise, mais elles n'étaient pas proches. Mais alors qu'elle adressait ses premiers mots à Arya - depuis plus de quoi, cinq, six ans ? -, Emma se sentit profondément heureuse de rencontrer ce visage familier. Ça avait quelque chose de réconfortant. En outre, elle était franchement curieuse d'apprendre ce que devenait son ancienne camarade.

Satisfaite bien qu'un peu assommée suite aux présentations de la matinée, Emma finit par retrouver sa cadette à la sortie de l'amphithéâtre. Elle lui proposa aussitôt d'aller faire un tour, ce à quoi la jeune femme acquiesça avec un enthousiasme détonant. Emma lâcha un petit rire amusé tandis qu'elle observait Arya se saisir de quoi leur permettre de se désaltérer. Une fois dehors, Emma se permit de prendre une gorgée de vin, songeant que la journée n'aurait décidément pas pu mieux se dérouler. Il faisait bon, on lui tendait un verre d'alcool gratis alcoolisme hérité de Nicolas à n'en pas douter et elle retrouvait une ancienne camarade. Le tout sans vomi post-Portoloin ni se faire rabattre les oreilles plus que de raison par Tête-en-L'Air. Clairement amusée, elle laissa Arya se défouler tout son saoul, puisque celle-ci manifestait visiblement le besoin d'évacuer le stress de la journée. « Haha, aucun souci je comprends ! Dure matinée ? » interrogea-t-elle bien que consciente qu'il s'agissait sans doute d'une question rhétorique. Au vu du comportement de sa cadette, la matinée n'avait pas été de tout repos. « Merci ! Première fois que je viens à Nancy, mais pas la première fois que je viens en France. Tu connais bien le coin ? » s'enquit-elle en tâchant de deviner comment sa camarade s'était trouvée dans cette situation.

Elle acquiesça d'un hochement de tête à la question d'Arya concernant l'intérêt du colloque.« En effet. Très intéressant oui, c'est sympa de se retrouver dans un milieu différent de celui de l'hôpital. Plus académique, moins antiseptique. » commenta-t-elle avant de boire une nouvelle gorgée de vin. « Et toi, comment t'es-tu retrouvée à Nancy ? Ce n'est pas l'issue la plus évidente à la sortie de Poudlard. » Elle suivit Arya dans les rues inconnues de Nancy, en profitant pour observer les alentours. Quelle chance d'avoir un guide à sa disposition ! « Portoloin à vrai dire. » grimaça-t-elle. « Mais en tout cas le tram ça me va oui ! C'est toi la spécialiste de toute façon, je te fais confiance. » Prévoyante, elle avait emmené de la monnaie moldue avec elle et ne s'inquiétait donc pas concernant ses dépenses sur place. La monnaie française différant néanmoins de celle anglaise, elle comptait sur l'assistance d'Arya pour ne pas se planter.

Elle accepta le ticket que lui tendait l'ancienne Serdaigle, sortant son portefeuille pour en sortir quelques pièces qu'elle avait du mal à identifier. « Je te dois combien ? » s'enquit-elle en adressant un regard perplexe à la jeune femme. Elle était à moitié d'origine moldue, aussi cette autre monnaie ne lui était-elle pas totalement incongrue, mais elle restait malgré tout une Anglaise en terre inconnue. « J'ai fait quelques recherches mais je t'avoue que je ne sais pas grand-chose, non ! La confession qui fait mal. Oh, j'adorerais voir ça ! » Au moins, elle ne manquait pas d'entrain. Malgré ses sautes d'humeur occasionnelles et son caractère parfois bougon, Emma gardait une part de jovialité qui ressortait essentiellement lorsqu'elle se trouvait dans des contextes où aucun stress ou désagréments ne pesaient sur elle donc quasiment jamais. En l'occurrence, elle était on ne peut plus partante pour toute suggestion ou presque. Elle était en vacances, et ça ne s'était pas produit depuis bien (trop) longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    Ven 4 Mar - 22:15

Arya sourit devant la compréhension qu’Emma affichait face à la réaction post-stress d’Arya. Nul doute que dans son métier à elle, ça ne devait pas manquer, le stress. Arya avait l’avantage d’être relativement libre (donc, pas comme l’air, plus comme Max) : au pire, si une de ses missions se passait mal, elle irait en trouver une sous d’autre cieux. Pour les médicomages, c’était un peu plus définitif.

« Si ça n’avait été que la matinée. Non, la matinée a été plutôt tranquille, au final. Le pire, c’était avant. »

Arya ne poursuivit pas tout de suite : elles auraient amplement le temps d’en discuter plus tard, le sujet principal étant la capitale des ducs de Lorraine dans laquelle les deux jeunes femmes se trouvaient présentement. Enfin, une des capitales en tout cas. L’histoire administrative de la France était encore un peu obscure pour l’ancienne Serdaigle.

« Un peu. Ça fait un an que je suis là. »

La jeune femme sourit de plus belle devant la formule d’Emma à propos de la différence du colloque et de l’hôpital. Ne tenant pas en place, elle comprenait parfaitement ce qu’il pouvait y avoir d’agréable à sortir d’un cadre de travail devenu routinier, même quand ce cadre de travail était un hôpital.

« Longue histoire », elle répondit à la question de sa présence dans l’est de la France. « Enfin non, pas si longue que ça. Disons que j’étais au bon endroit au bon moment. Du coup j’ai été embauchée pour la préparation matérielle du colloque. Et comme tout machin international qui se respecte, on était à la bourre quand je suis arrivé, c’était pas de tout repos. »

Mais à présent c’était fini et bien fini.

« Évidemment. J’aurais dû le savoir en plus, c’est moi qui ai fait le lien entre les divers départements pour organiser les déplacements. Comme y a la fac moldue juste à côté tu peux imaginer que c’est pas forcément évident, surtout que certains de nos compatriotes n’ont pas encore tout à fait intégré le principe de se fondre dans le décor. »

C’était déjà assez terrible au Royaume-Uni, alors en France… Heureusement, les dégâts avaient semble-t-il étaient relativement limités.

« T’occupes, je les ai pas payés. » elle dit à propos du ticket de tramway. Il devait bien y avoir quelques avantages à travailler dans l’organisation d’un colloque — en plus du buffet, bien entendu.

« On descend ici », elle dit soudain. Elles étaient arrivées au plus proche du centre-ville, soit à la gare.

« Désolée, c’est pas le coin le plus glamour de la ville. »

En disant ça, Arya fit un signe de la tête un peu méprisant en direction des grands immeubles.

« C’est mieux une fois qu’on est dans la vieille ville. »

Arya conduisit son ancienne camarade sous la porte Stanislas. Les voitures étaient moins nombreuses ici.

« Tout ce qui est important porte le nom de Stanislas par ici. Si j’ai bien compris c’était un roi de Pologne en exil, aussi Duc de Lorraine, qui en mourant a donné la Lorraine à la France. La Lorraine c’est… la région. Comme les régions en Angleterre ou les Council Areas en Écosse. »

Arya essayait de ne pas écraser Emma sous une tonne d’informations rébarbatives. Elle espérait que la médicomage l’arrêterait avant d’être ennuyée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1697
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Dahlia Lloyd, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    Dim 13 Mar - 23:20

S'il y avait un concept qu'Emma maîtrisait sur le bout des doigts, c'était bien celui du stress, sous toutes ses formes et coutures. Ses années à Poudlard - surtout celles ayant précédé le décès de son père et son départ pour Salem - avaient été synonymes de nombreuses crises d'angoisse, voire de quasi-hyperventilation. La pression ne lui réussissait alors absolument pas. Cette propension à la panique généralisée (tous les neurones quittent le navire et tout le tralala) avait atteint son apogée durant sa cinquième année d'études, lors de la disparition de la magie (et le passage de ses BUSEs aussi comment ça, ça n'a pas le même niveau d'importance ?). Elle avait beau s'être calmée avec le temps - la mort de son père avait eu l'effet d'une chape de plomb lui tombant droit sur la tête et venant amoindrir tous sentiments excessivement forts, sans parler de sa profession de médicomage, au sein de laquelle s'évanouir au premier saignement de nez un peu trop abondant serait fortement mal vu pour ne pas dire que ça serait carrément irresponsable -, cela ne l'empêchait pas de trouver le besoin de décompresser externalisé par Arya tout à fait normal et surtout, d'y compatir. Le stress, ça s'évacue, ou ça vous tue sans exagérer.  

Elle écouta son ancienne camarade lui expliquer que le plus dur à gérer avait pris place avant, mais n'insista pas tout de suite, Arya ayant déjà enchaîné en évoquant la ville dans laquelle elles se trouvaient. Si c'était la première fois qu'Emma mettait les pieds en territoire lorrain, elle apprit bien vite que sa cadette y résidait depuis déjà un an ! La brune ouvrit des yeux ronds, ne cherchant pas à cacher sa surprise. « Vraiment ? Si ça n'est pas trop indiscret, est-ce que tu étais encore au Royaume-Uni avant ? Et, question subsidiaire cliché: tu parles français ? » Pour le coup, elle se montrait presque aussi bavarde que Mary. Mais pour sa défense, ça n'était pas tous les jours qu'elle rencontrait une ancienne connaissance de Poudlard à part ce jour fatidique où elle était tombée sur Moreau en allant acquérir Hippocrate. Hormis son cercle d'amis proches, ses contacts humains se résumaient essentiellement à ses collègues de Sainte-Mangouste et à ses patients. Rien de bien folichon - sauf quand un bonhomme se pointait à moitié métamorphosé en bouquetin - et surtout, la routine commençait à lui peser.

Ne s'arrêtant plus mais où est le bouton off ?, Emma continua sa série de questions en se décidant à en demander davantage au sujet de la présence d'Arya en ces lieux. Elle lâcha un rire amusé devant l'affirmation de sa cadette concernant le retard pris au niveau de l'organisation du colloque: ça n'était que trop vrai. « Je comprends mieux ! En tout cas, rien à redire sur l'organisation depuis que je suis arrivée, si ça peut te rassurer ! » commenta-t-elle en souriant. Au contraire, hormis sa rencontre mal venue avec Tête-En-L'Air, tout s'était déroulé pour le mieux. De toute façon tant qu'il y a un buffet gratuit on ne peut pas la décevoir. Arya évoqua d'ailleurs son moyen de transport pour atteindre la France, et la simple prononciation du mot 'Portoloin' fit réprimer un haut-le-cœur à la jeune médicomage. Merlin ce qu'elle détestait ça. Le train, l'avion, même le transplanage, elle s'en accommodait, mais le Portoloin... Ah ça non, elle ne le vivrait jamais bien. Dommage que ce fut aussi pratique et donc commun d'usage. « Oula, j'imagine bien oui ! Tu n'as rien vu de trop délirant ? Les sorciers tombent souvent dans la caricature... Pas de combo béret-marinière ? » se renseigna-t-elle tout en jetant un rapide regard autour d'elle pour repérer un potentiel hurluberlu se démarquant parmi les moldus. Si on oubliait le côté "violation du Code International du Secret Magique", c'en était presque drôle. Les sorciers semblaient toujours avoir une bonne décennie de retard en ce qui concernait la mode moldue. Son statut de Sang-Mêlée avait permis à Emma de ne jamais tomber dans ce genre d'extravagance, et elle en était bien contente !

Se voyant remettre un ticket par Arya une fois qu'elles furent entrées dans le tramway, Emma s'empressa de sortir son porte-monnaie pour rendre son dû à sa cadette. Celle-ci lui assura cependant qu'elle n'avait pas eu à payer bouh la fraudeuse, ce qui n'empêcha pas la jeune femme de se sentir quelque peu déçue. Envolée son occasion de découvrir les secrets de la monnaie européenne ! Occupée à remettre ses pièces à leur place et son portefeuille à la sienne, Emma fut prise de court lorsqu'Arya lui annonça leur arrivée. Elle sursauta, lâcha son portefeuille dans le bric-à-brac qui lui servait de sac à main, se sentit éjectée à travers la rame et dut son salut à un réflexe l'ayant poussée à se raccrocher in extremis à un vieux monsieur, qui lui lança un regard mi-surpris, mi-mécontent. Elle le remercia silencieusement, évita consciencieusement le regard de qui que ce soit - en priant sincèrement pour qu'Arya n'ait rien vu -, et rejoignit cette dernière à l'extérieur du tramway.

« Hein ? » Les joues rouges - symboles du ridicule récemment vécu -, Emma tourna un regard un poil hébété vers Arya. On se reprend, Carter: le moment de gêne était passé, il était temps de retrouver ses esprits. « Oh, t'inquiètes ! » reprit-elle poliment, et de manière plus civilisée. Trop d'aventures pour une seule journée. Mais à part ça elle est quelqu'un de très aventureux, si, si ! Parfois elle prend un thé avant d'aller dormir, et tant pis pour l'effet psycho-stimulant ! Elle suivit Arya jusqu'à une arche de grande envergure, dont elle admira avec intérêt l'architecture. Deux passages étaient destinés aux piétons, tandis que les voitures, elles, passaient directement par la plus grande porte, située au milieu. « Stanislas, je retiens ! » acquiesça-t-elle avec attention. « Il a donné une région entière à la France ? Pourquoi ? » interrogea-t-elle, franchement stupéfaite. Qu'Arya ne se fasse pas de souci: elle ne risquait pas d'assommer Emma avec ses anecdotes. Rien ne lui plaisait plus qu'un petit bond dans l'Histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    Lun 28 Mar - 19:27

L’inévitable question sur le devenir d’Arya à la sortie de Poudlard avait fini par arriver. La jeune femme avait l’habitude ; on la lui posait à chaque fois qu’elle rencontrait quelqu’un de l’école — voire même des inconnus. Ses parents adoptifs l’avaient posée avant même qu’Arya ne finisse ses études ; et si la réponse ne leur avait pas plu, à l’époque, ils semblaient s’y être fait. Arya savait, cependant, qu’il n’y avait pas de curiosité mal placée dans la question d’Emma : elle suivait le fil naturel de leur discussion ; et si la jeune femme se souvenait correctement de son ancienne condisciple, elle ne serait pas du genre à la juger.

« Oui vraiment. Je suis partie quasiment dès la fin de Poudlard — immédiatement après la fin serait plus correct ; Eliot en avait fait les frais mais Arya préférait ne pas en parler pour des raisons évidentes. Je suis allée faire les vendanges dans le Sud-Ouest de la France et depuis, je voyage un peu partout. Et du coup, oui, je parle français, à force de venir en France tous les ans depuis cinq ans, j’ai appris. »

Apprentissage qui lui avait permis de décrocher la mission qui valait sa présence à Nancy. Bien entendu, ce n’était pas là la seule ligne de son CV qui avait retenu l’attention du Ministère de la Coopération Internationale ; c’était en revanche une condition nécessaire.

Arya fut ravie d’entendre les compliments d’Emma sur l’organisation du colloque. Réussir quelque chose d’aussi important était toujours gratifiant ; au moins autant que le salaire à la fin du mois, en tout cas.

« Merci, ça fait plaisir à entendre. Et non, rien qui ne puisse passer pour plus farfelu qu’un moldu ne pourrait l’être. »

En effet, les sorciers qui n’avaient pas beaucoup côtoyé de moldus — et il y en avait un certain nombre — avaient un peu de mal avec les codes de la mode pour les gens « normaux », à force de se balader en robe. Mais la mode moldue était parfois incompréhensible elle aussi ; et l’extravagance n’était pas l’apanage des sorciers. L’extravagance moche incluse.

Si Arya avait su qu’Emma voulait à tout prix tenter de payer en euros, elle aurait trouvé un moyen de la laisser faire ; la jeune femme était cependant tellement habituée aux changements de monnaie qu’elle en avait oublié l’excitation à la découverte de nouvelles pièces et billets.

Arya ne vit pas Emma sortir en trombe du tramway. Elle la récupéra sur le quai, un peu échevelée pour une raison incompréhensible. La jeune médicomage s’était cependant rapidement remise de ses émotions. Après les explications d’Arya sur la porte Stanislas, une autre question assez logique arriva. Comme Arya, Emma avait subi les cours d’Histoire de la magie du professeur Binns, et c’était peu dire qu’affirmer que les connaissances de plusieurs générations d’élèves dans cette matière étaient lacunaires.

« C’est la version simple. En fait c’est juste qu’il avait une héritière, qui est devenue reine de France et du coup c’est le Roi de France qui gérait ses terres. À cette époque c’était un peu compliqué d’être une femme. Plus que maintenant, en tout cas. Mais c’est un peu comme Alienor avec l’Aquitaine. »

Il était fort possible que ces noms ne disent pas grand-chose à Emma — ce qui n’était pas très grave.

Elles finirent par arriver devant un café ; à l’angle d’une sorte de place verte. L’Académie, disait la devanture. Arya passa la première et invita Emma à la suivre. Elles s’installèrent ; Arya laissant la banquette à son ancienne camarade qui venait de s’user les fesses dans un amphithéâtre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1697
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Dahlia Lloyd, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    Sam 23 Avr - 13:27

Emma n'avait pas pour habitude de poser des questions indiscrètes. Réservée, elle jugeait que si son interlocuteur voulait lui faire part d'une information personnelle, il le ferait de lui-même. Cela pouvait poser problème lorsqu'elle se trouvait face à face avec une personne partageant la même philosophie, mais il fallait croire que le monde était bien fait puisque dans son entourage direct, on avait tendance à se montrer plutôt volontaire sur les confessions. Même Charisma, aux débuts de leur amitié, s'était montrée directe - sans aller jusqu'à être expansive. En l'occurrence, Emma ne cherchait pas à mettre Arya mal à l'aise, ou à lui poser une question à laquelle elle ne souhaitait pas répondre - ce qu'elle aurait compris, par ailleurs, un simple mot et elle n'y reviendrait plus. Elle n'avait simplement pas vu sa camarade depuis si longtemps qu'elle avait laissé la curiosité prendre le dessus pour quelques secondes. Elle fut soulagée qu'Arya ne se braque pas, et lui adressa aussitôt un sourire lumineux. « Oh, ça a l'air tellement dépaysant ! » s'exclama-t-elle avec une pointe d'envie. Tellement moins cadré et définitif que les choix qu'Emma avait faits, surtout. « Je n'avais pas voyagé depuis... Au moins le début de mes études de médicomagie je crois. » réalisa-t-elle non sans surprise. Son existence lui paraissait bien morne, tout à coup. Elle aimait son métier à n'en pas douter, mais en dehors des situations un brin critiques à l'hôpital, elle ne menait pas une existence très palpitante, si ? Chassant le nuage de déprime qui menaçait à l'horizon, elle retrouva le sourire en apprenant qu'Arya maîtrisait le français. « Cinq ans ? Tu as bien du mérite en tout cas, ce n'est quand même pas une langue très évidente. Toutes ces exceptions... » Son père lui en avait enseigné quelques mots pendant son enfance, mais elle devait bien admettre qu'il ne lui en restait plus grand-chose. Encore aurait-il fallu qu'elle le pratique en grandissant !

Continuant tranquillement leur route, les deux jeunes femmes en vinrent à discuter du colloque à l'origine de leur rencontre fortuite. Emma se fit un devoir d'assurer à son ancienne camarade que l'organisation était au top les croissants étaient délicieux, 10/10 , avant d'en profiter pour évoquer les goûts vestimentaires parfois douteux des sorciers tentant bravement de passer pour des moldus. Quelle ne fut pas sa déception d'apprendre qu'Arya n'avait pas de récit croustillant à lui confier ! Elle devait bien reconnaître que les moldus pouvaient eux aussi se montrer quelque peu excentriques de nos jours, mais il y avait certains accessoires de mode qui ne pouvaient attirer que les sorciers. Au fond, un hurluberlu se baladant dans les rues de Nancy portant béret et poncho n'avait rien d'alarmant, le problème apparaissait quand il s'agissait de toute une troupe.

Dotée d'une maladresse légendaire rien que ça depuis sa plus tendre enfance - certains étaient doués pour la poterie, elle était douée pour se prendre des poteaux, chacun son truc -, Emma ne loupa pas l'occasion de perdre l'équilibre lors du freinage du tramway, s’agrippant désespérément au premier petit vieux venu pour la sauver d'une chute humiliante sa fesse droite est devenue totalement désensibilisée depuis le temps. Fort heureusement, lorsqu'elle exerçait ses fonctions de médicomage, elle était capable de faire preuve d'une dextérité et d'une stabilité sans bornes. Ce qui avait d'ailleurs le don de laisser Mary totalement coite tout arrive. C'était préférable, bien entendu, étant donné que le destin d'individus tout à fait innocents reposait de temps à autres entre ses mains. En dehors de l'hôpital, cependant, la jeune femme ne semblait pouvoir se débarrasser de ses vieilles habitudes. Les joues rougies, elle débarqua sur le quai aux côtés d'Arya. Celle-ci, soit parce qu'elle ne l'avait pas vue se montrer en spectacle, soit par pure charité, ne commenta pas, ce dont elle lui fit silencieusement reconnaissante. Elle coula un regard coupable vers le vieux monsieur qui l'avait sauvée tandis que les portes du tramway se refermaient, puis tâcha de revenir à l'instant présent.

Elle rassura encore distraitement Arya concernant l'apparence des alentours, avant d'écouter pleinement ses explications historiques. Intriguée, elle ne tarda pas à poser une question qu'elle jugeait cruciale à sa cadette: pourquoi irait-on offrir une région entière, comme ça ? « Oh, d'accord ! Injustice totale, comme d'habitude... » Emma avait beau suivre les récits de l'ancienne préfète avec une assiduité et un intérêt réel, elle ne bénéficiait cependant pas du même bagage en matière d'histoire. Les cours d'histoire de la magie du professeur Binns avaient été une vraie calamité à l'époque de ses études, et même si les choses s'étaient mieux passées à Salem - et qu'elle avait alors eu Mary pour lui conter des anecdotes en tout genre d'un regard frisant celui d'une personne possédée -, elle n'avait jamais suffisamment pris le temps de s'intéresser au sujet. Elle acquiesça donc d'un hochement de tête poli aux paroles suivantes de sa cadette, mais ne sut cacher sa confusion. « Alienor... Et l'Aquitaine ? J'ai bien peur que tu sois trop incollable pour moi sur l'histoire de France, je n'y connais vraiment rien ! » confia-t-elle avec une légèreté qu'elle n'aurait jamais affiché du temps de ses études. A l'époque, il lui fallait absolument être au courant de tout. Elle était une Serdaigle, elle aimait le savoir, mais là ça relevait carrément de l'obsession. Un trait qu'elle avait perdu au fil du temps et des détours de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    Dim 8 Mai - 18:04

« Dépaysant… oui, c’est probablement le mot. »

Mais qui disait dépaysement disait, parfois, mal du pays. En tout cas, c’était une certitude : Arya avait vu bien des villes, des comportements et des habitudes différents. Ce qui n’empêchait pas de remarquer des similitudes.

« Oui, même si au final beaucoup de choses sont pareilles partout en Occident. »

Les McDonald’s parsemaient les rues de la plupart des villes qu’elle avait visitées, à l’occasion remplacés par d’autres enseignes de fast-food. D’autres grands magasins se retrouvaient partout. Mais oui, il y avait incontestablement des ambiances différentes. Et, parfois, la langue.

« Faut essayer de prendre le temps ! Quitte à le préparer. Quand tu sais que tu as des congés, tu prends l’avion. Dublin, Paris, Bruxelles, c’est pas loin de Londres ! »

C’est ce qu’elle avait fait — pour un tas de raison pas recommandables, d’ailleurs — et elle n’était jamais revenue. En tout cas, pas pour se poser. Ça n’était évidemment pas ce qu’elle souhaitait à Emma qui semblait chercher autre chose mais les voyages formaient la jeunesse, selon l’adage, et les deux anciennes Serdaigle étaient encore jeune.

« Et toi, dans l’intervalle, tu es devenue médecin. Viens pas me parler de mérite. »

Arya avait dit ça sans amertume aucune, bien au contraire. Elle avait du respect pour celles et ceux capables de travailler comme Emma, les médecins et autres personnels de santé surtout. Des gens qui dédiaient leur vie à sauver celle des autres. Il fallait un sacré courage et beaucoup d’abnégation pour ça. Elle-même avait tout plaqué, abandonnant amis et petit copain pour partir au bout du monde.

La discussion se poursuivit peu à peu, finit par dévier sur la géographie et l’histoire de France — qui parfois, comme en l’occurrence, coïncidait avec celle du Royaume Uni, même si Emma ne semblait pas en avoir conscience. Arya ne pouvait pas lui en vouloir : l’histoire de la magie, assez peu appréciée des étudiants de Poudlard, n’abordait que peu les rapports entre sorciers et moldus et les bouleversements politiques de l’histoire moldue. Arya sortit un papier et dessina en vitesse un hexagone qui ressemblait vaguement à la France.

« Bon, ça c’est la France. On est au 12e siècle, quelque chose dans le genre. Aliénor elle est duchesse d’Aquitaine. À l’époque, c’est en gros le quart sud-ouest. Un peu plus même. Elle épouse le roi de France. Qui est plus ou moins son suzerain. C’est compliqué à l’époque et j’ai pas tout compris. Sauf que ça marche pas trop, ils font annuler le mariage et elle épouse le roi d’Angleterre qui du coup récupère l’Aquitaine. Et un siècle plus tard c’était la guerre de cent ans. »

Arya avait conscience de résumer très grossièrement les choses mais à quoi servait-il de rentrer vraiment dans les détails qu’en plus elle n’était pas sure de vraiment connaître ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ste Mangouste

Parchemins : 1697
Âge : 25 ans {02/05/1987}
Actuellement : Médicomage


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Estefania Kostas, Dahlia Lloyd, Tempérance Biel, Maximilien Bowman, Roy Bradley, Maïlys Di Bartolomeo, Faith Of Curty

MessageSujet: Re: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    Dim 26 Juin - 18:29

Emma aurait aimé être quelqu'un de plus aventureux. Être capable de tout arrêter après Poudlard, partir explorer le monde comme l'avait fait Arya, passer d'un pays à l'autre sans trop savoir ce que l'avenir lui réservait et surtout - sans s'en soucier. Elle avait toujours été de nature anxieuse. Les problèmes de santé de son père et les coups du sort qui s'étaient acharnés sur sa famille l'avaient rendu prompte à redouter le prochain désastre. Par conséquent, s'il y avait des domaines de sa vie qu'elle pouvait contrôler, alors elle le faisait avec empressement et même soulagement. L'incertitude n'était pas un sentiment qu'elle appréciait, si ça signifiait que n'importe quelle tuile pouvait lui tomber dessus à tout instant. C'était ainsi qu'elle s'était retrouvée à suivre le chemin qu'elle s'était tracé quelque part entre sa troisième et sa quatrième année à Poudlard, respectant le plan à la lettre malgré une année... d'égarement, qui aurait pu l'en détourner. Au fond, rien ne l'empêchait d'aller se dépayser quelque part en Europe tout en suivant sa propre petite organisation. C'était une idée à exploiter.

Arya n'avait pas tort: si Emma voulait un vrai changement, il lui faudrait sans doute aller plus loin que les pays d'Occident aux coutumes et modes de vie finalement assez proches les uns des autres. Royaume-Uni, France, même combat ? Le travail de Mary l'amenait jusqu'en Amérique du Sud, et dans les confins de l'Asie. Emma ne savait pas si elle était capable de jouer les baroudeuses comme le faisait sa meilleure amie. « Tu as raison, c'est indéniable. Il faut que ça soit un effort conscient chez moi, mais je vais essayer de m'y mettre ! Tu as vu quoi d'autres comme pays, toi ? » interrogea-t-elle sans plus cacher sa curiosité, ni une pointe d'envie. Oh, elle était contente de ses accomplissements, à n'en pas douter. Finir sa période d'apprentissage à Sainte-Mangouste n'avait pas été de tout repos. Erwan et Nicolas pouvaient tous deux en attester puisqu'ils avaient été chargés de sa supervision. Mais maintenant qu'elle avait plus ou moins atteint les objectifs qu'elle s'était fixés dans son adolescence, elle n'était plus sûre de ce qu'elle voulait vraiment. Elle sourit néanmoins à la réponse d'Arya à son compliment sur la maîtrise du français, acquiesçant d'un petit hochement de tête.

Bien qu'étant de sang mêlé, Emma était peu familière de l'Histoire moldue (avec un grand H s'il vous plait !), et encore moins de celle française. Elle avait beau aimer cette matière lorsqu'elle était plus jeune et étudiait à l'école moldue, au Canada, il y avait bien longtemps que ses maigres connaissances avaient été remplacées par des traités de médicomagie et les posologies de diverses potions. Comme pour l'habilité à voyager, elle regrettait un peu de se sentir aussi ignorante sur un sujet qu'Arya, elle, semblait maîtriser, mais elle n'y pouvait pas grand-chose là tout de suite ! Elle adressa d'ailleurs un regard curieux à sa cadette lorsque celle-ci brandit soudain une feuille et un stylo. Ah ces Serdaigles, incapables de s'empêcher de transformer toute situation en occasion d'apprentissage ! Elle écouta le récit - non sans rebondissements ! - de son ancienne camarade d'un air intrigué, se demandant si tout cela ne valait pas le coup qu'elle se procure un livre sur le sujet en rentrant à Londres. Ce serait l'opportunité de se pencher sur un bouquin traitant d'autre chose que la médecine, depuis le temps ! « Bah dis donc ! Elle a eu une vie drôlement compliquée. » Elle adressa un sourire timide à sa cadette. « T'aurais pas un livre à me conseiller sur le sujet ? Genre, "l'Histoire de France pour les nuls" ? » ne plaisanta-t-elle qu'à moitié, les yeux pétillants.

Rencontrer Arya et se retrouver en France, loin des murs de Sainte-Mangouste, lui avait fait réaliser à quel point elle avait laissé sa vie devenir monotone. C'était si facile de se focaliser sur ses patients et laisser de côté ses tracas et sa vie. Mais pas question de laisser la situation s'enliser. C'était une vraie prise de conscience, qu'elle comptait prendre très au sérieux. Par contre, en attendant les décisions révolutionnaires... « Alors, on continue la visite ? Tu as quoi d'autre à me faire découvrir ? » lança-t-elle avec enthousiasme, prête à faire le tour de la ville s'il le fallait tant qu'elle en avait le temps. Et quelle meilleure guide pour une telle expédition qu'une ancienne comparse de Serdaigle, apparue à Nancy d'une manière des plus inattendues ?

[ Terminé pour Emma Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Nancy] Tu comprends ce qu'ils racontent, toi ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (LUFFEN) va te faire foutre, tu comprends ça ?
» "Les morts, ne racontent pas d'histoire" || Feat Aislinn
» quand je lis ça !!! grrrrrrrrrr !!!!
» T'sai, si t'en a marre de moi, dis le.- DJAWAD
» Apocalypse now

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Sujets clos année 20-
Sauter vers: