AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 ¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Serdaigle

Parchemins : 183
Âge : 17 ans - 5/05/95
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Ava, Jules, Moïshe et Gemma.

MessageSujet: ¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]   Mar 9 Fév - 16:11

Dernière ligne droite.
Hugh  && Alice


Spencer && Orwell



La sixième année. Hugh entamait sa sixième année à l’école de sorcellerie Poudlard. C’était dingue, il trouvait ça dingue de voir à quel point les années passaient vite. Alors il se posait beaucoup de questions quelque peu existentielles. Déjà, il était plutôt fier de lui parce qu’il avait réussi à se sociabiliser beaucoup plus depuis ses deux dernières années, s’était ouvert aux autres. En un mot, il vainquait de plus en plus sa timidité. Il sentait qu’il s’ouvrait aux autres et cela lui était bénéfique. Bon, il ne fallait pas non plus lui demander la lune, le jeune homme était toujours très prétentieux et ne supportait aucun concurrent direct qui pouvait lui faire de l’ombre. Hugh voulait être le meilleur en tout, et était également capable de beaucoup pour y parvenir.

Sauf en ce qui concernait Alice Orwell. Comme beaucoup l’avait déjà remarqué, Hugh était bel et bien amoureux de son aînée, et il perdait encore toute forme de contenance en sa présence. C’était bien simple, il ne se contrôlait pas, bafouillait comme pas possible et avait du mal à mettre ses idées dans un ordre correct. Sans compter qu’il bavait comme un bouledogue, l’horreur pour Alice, amène un parapluie, c’est pour ton propre bien. Il se décidait cependant de plus en plus à lui déclarer ses sentiments prochainement. Néanmoins, même si la jeune fille n’avait aucune idée des sentiments qu’il éprouvait à son égard, Hugh savait qu’elle le considérait tout de même comme un de ses amis, et qu’un ami se devait d’être là dans les moments difficiles. Alors justement, le dernier de la fratrie des Spencer ne savait pas vraiment s’il pouvait qualifier de moment difficile ce qui se passait avec les Serpentard en ce début d’année, mais il se doutait bien que la blonde ne pouvait pas être insensible au sujet étant donné que sa nouvelle sœur jumelle se trouvait être une vipère justement. Hugh ne croyait pas à toutes ces histoires. Enfin, comme tout le monde, il avait lu l’article diffamatoire, mais il n’était pas du genre à croire tout ce qu’on lui disait, préférant se renseigner dans des « vrais » livres, plutôt que dans des torchons d’écriture pareil.

« Eh ! Alice ! Ca va ? » lui lança-t-il en la trouvant en haut de la tour d’Astronomie. Ce n’était pas prévu, mais il savait qu’elle était souvent ici, puisque ce n’était pas la première fois qu’il la croisait là, sans doute trouvait-elle cet endroit reposant, ce qu’il ne manquait pas de partager. Il venait de lui faire la bise pour lui dire bonjour et se retourna précipitamment pour s’asseoir sur les marches en se frottant les joues discrètement afin qu’elle ne voit pas ses joues rosir. « Comment va ta sœur avec toute cette histoire de sang pur ? Les vipères sont quand même plutôt dénigrées dans cet article. Et ça n’a pas lieux d’être. » Attendant qu’elle s’asseye à côté de lui, il passa sa main dans ses cheveux bouclés tout en songeant qu’il était malin de sa part de ne parler du frère de la blonde. En fait, il ne le portait pas vraiment dans son cœur, sans en avoir une raison valable, alors même s’il était sûr qu’il ne correspondait pas aux affreuses vipères décrites dans l’article, il ne voulait pas évoquer le frère de la fille dont il était amoureux dans l’instant. Peut-être serait-ce inévitable, mais ce ne serait certainement pas lui qui entamerait la conversation dessus, ça non.

[580 mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 456
Âge : 19 ans (04/03/1994)
Actuellement : Stagiaire au ministère (département des mystères).


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: ¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]   Mer 10 Fév - 9:33

Alice avait beau être majeure dans le monde des sorciers, elle en restait assez candide sur certains points. Autrement dit, elle ne s'était toujours pas rendu compte des sentiments de Hugh. Cela avait plusieurs raisons, déjà, elle ne voyait pas ce qu'on pourrait lui trouver (elle se pensait banale physiquement et elle avait un sale caractère), ensuite, elle était très attachée à son monde tel qu'il était. Il ne lui venait donc pas à l'esprit de sortir avec un garçon, car cela romprait l'équilibre qu'il y avait entre elle et ses amis. Notons qu'en plus, personne n'étant en couple dans son entourage proche (Mattew ne compte pas, elle ne le voit pas beaucoup), cette notion était parfaitement abstraite, et personne ne lui montrait l'exemple. Micah avait eu une relation amoureuse et ça s'était mal fini (si on pouvait appeler ça une relation au demeurant…), et Nasira fuyait l'engagement. Dwayne était un peu comme elle pour l'instant, Aliénore était amoureuse de Drake mais ne faisait rien pour que ça se concrétise… restait Lana. Alice ne connaissait pas assez sa sœur jumelle pour définir si elle avait déjà eu un copain ou pas, ça pourrait être une question à lui poser.

Lana dérangeait un peu moins Alice maintenant. En partie parce qu'elle avait réalisé ces premiers jours de sa septième année qu'elle ne voulait pas qu'on brime Lana car cela exacerbait son instinct de protection (ce qui lui montrait clairement qu'elle ne considérait plus Lana comme une parfaite étrangère – même si elle ne la classait pas encore dans sa famille et ne le ferait peut-être jamais -), d'autre part parce qu'elle s'était tout simplement habituée au fait qu'elle soit là. L'habitude, le temps, était le remède à la plupart de tous les maux.

Ce jour là, Alice était en haut de la Tour d'Astronomie. Elle regardait le ciel, debout, le nez en l'air. Elle réfléchissait, mais pas à sa sœur, ni à Hugh (le pauvre…), c'étaient les rumeurs qui couraient dans l'école qui la préoccupaient. Son frère Micah était à Serpentard et il y avait aussi Lana. Qu'ils soient les cibles des gens les plus bêtes de l'école (et encore, là, elle s'autocensurait au niveau du vocabulaire), voilà qui la dérangeait profondément. Non seulement elle craignait que ça dégénère, mais en plus, elle ne comprenait pas qu'on se préoccupe d'un stupide article alors qu'il y avait des personnes comme ceux de sa famille qui mourraient de faim dans la rue. Ne se trompait-on pas de priorité ? Certes, la gestion de la magie noire était importante, essentielle même, mais là, c'était un faux sujet. Un article ça ne pouvait (en théorie) faire de mal à personne. Sauf à ceux qui y croyaient dans un premier temps… et elle avait constaté non sans amertume qu'il y en avait trop pour croire ce qui était écrit dans cette lettre. Pourtant, même si Lana était une peste à sa façon et que Micah n'était pas un enfant de chœur, ils n'étaient pas des mages noirs en puissance. Elle aurait été capable d'en faire le serment inviolable !

Elle fut interrompue dans le fil de ses pensées par Hugh. « Salut Hugh. » Elle lui fit la bise avant de répondre à sa question. Bien sûr, elle ne remarqua pas qu'il avait rougi. Elle le rejoignit sur les marches, couvrant ses jambes de sa jupe et croisant les mains sur ses genoux. « Je pense que ça va. Mais avant-hier j'ai réalisé quelque chose… » Elle laissa sa phrase en suspens car Hugh s'intéressait justement au sujet de ses préoccupations. « Lana n'est pas ma sœur. » Précisa-t-elle machinalement mais sans l'agressivité qu'on aurait pu trouver dans cette phrase il y avait un an de ça. « Mais elle le prend bien. Mieux que moi je crois. » Comme il ne parlait pas de Micah, elle n'en parla pas non plus. Cela valait mieux, car elle était très proche de son petit frère et n'aurait pas compris les réticences de Hugh à son égard.

« Je suis contente d'entendre que tu n'es pas d'accord avec ceux qui croient cet article. Non seulement je suis sûre que Serpentard n'est pas un nid de mages noirs, mais en plus je ne pense pas que les mettre au banc de la société améliorera la situation. Si au lieu d'être critiqué pour rien, ils décidaient de l'être pour quelque chose et de vraiment faire de la magie noire, je pense que je ne leur en voudrais même pas. » Elle haussa les épaules et mit une mèche de cheveux blonds derrière son oreille. Il y avait des courants d'air et ses cheveux fins lui tombaient devant le visage, elle se dit qu'elle aurait du les attacher mais bon, elle n'avait rien pour ça donc tant pis. Ça lui apprendrait à avoir l'esprit pratique la prochaine fois qu'elle monterait en haut de la Tour. Puis, avoir un chouchou dans son sac ne serait pas un mal car maintenant ses cheveux tombaient en dessous de ses omoplates.

« Enfin… sinon, toi ça va ? Tu as de la chance d'être en sixième année, nous en septième, on nous bassine avec les examens… je ne sais même pas ce que je veux faire l'année prochaine… enfin… si, je veux entrer au ministère, mais je ne sais pas dans quel département exactement. » Alice voulait un boulot bien payé pour pouvoir participé (comme Nasira et Mattew) au déménagement de toute leur famille. Alice savait qu'elle ne pourrait pas vivre seule et laisser ses parents dans leur taudis en bois. Mais elle hésitait encore, si elle trouvait un emploi stable, entre louer ailleurs ou bien, comme le morceau de terrain était à son père, à faire construire une toute petite maison en dur sur cet emplacement. Quelque part, ça la préoccupait plus que le département où elle irait bosser car elle savait qu'elle serait douée dans n'importe quel métier qui ne serait pas physique (car elle était toujours du genre crevette).

« Tu me verrais dans quoi, toi ? » Demanda-t-elle alors, parce que prendre des avis lui permettrait peut-être de faire son choix. Ses amis la connaissaient bien, ils sauraient lui dire ce qui lui irait comme boulot l'année prochaine. Dans tous les cas, comme ses amis de septième année, il fallait qu'elle commence à y penser ! Car ce ne serait pas en juillet qu'il faudrait qu'elle se décide, ce serait trop tard, surtout si elle briguait un endroit demandé. Cela lui fit songer qu'elle ne savait pas ce que Hugh ferait après Poudlard, mais il avait encore le temps d'y penser lui.

{1 099}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 183
Âge : 17 ans - 5/05/95
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Ava, Jules, Moïshe et Gemma.

MessageSujet: Re: ¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]   Ven 12 Fév - 17:34


Hugh ne voyait plus beaucoup ses frères. A part Drake, tous les autres avaient déjà quittés l’école de sorcellerie de Poudlard et commençaient à mener chacun leur vie d’adultes. Cela ne dérangeait pas plus que cela le jeune homme. Enfin, il ne faut pas s’y méprendre, Hugh aimait beaucoup ses frères, chacun pour ce qu’il est, mais il s’était toujours senti différent. En fait, il savait bien qu’il l’était. Il avait toujours été l’arbitre de ses frères lors de leurs nombreuses bagarres à répétitions et qui n’avaient pas grand sens pour lui. Lui, il aimait lire, apprendre et découvrir le monde, moldu surtout, mais sorcier également. Alors bien sûr, il avait pris l’habitude de se vanter de ne pas détenir le gêne de la bêtise, propre à ses quatre autres frères, mais la vérité était qu’il ne s’était jamais vraiment senti très proche de sa fratrie, même s’il espérait que quand ils seraient tous encore plus grands, cela changerait. Alors il devait juste se montrer encore un peu patient.

Tout cela était en fin de compte pour dire qu’il arrivait à comprendre Alice sur certains points. Elle aimait beaucoup ses frères et sœurs adoptifs, puisqu’étant de bases tous orphelins, mais n’appréciait pas particulièrement sa « nouvelle » sœur jumelle, Lana. Alors Hugh ne prétendrait jamais connaître les sentiments qu’avait pu éprouver la jeune femme, mais cela s’en rapprochait. On ne choisissait pas sa famille, on ne choisissait pas de les aimer non plus, en revanche, on choisissait ses amis. Le dernier des Spencer n’avait en effet rien en commun avec ses frères, mais il les aimait quand même et Alice, elle, aimait ceux qui ne l’étaient pas de sang, et avait du mal à apprivoiser celle qui l’était. L’amour était donc une chose bougrement compliqué pour ces deux jeunes gens, mais au final, ils s’en sortaient plutôt pas mal de ce que en concluait Hugh.

Le jeune aigle ne voulait pas importuner son amie – dont il était secrètement amoureux,  rappelons le une énième fois – en l’interpellant alors qu’elle était dans ses pensées en haut de la tour d’astronomie ce jour là, mais il trouvait cela important de lui demander comment elle se sentait par rapport à toute cette histoire de sang pur et d’éventuel suppression de la maison de Salazar Serpentard puisque sa sœur jumelle en faisait partie intégrante depuis deux années maintenant. Si la narratrice ne se trompe pas au niveau des dates. « Quoi ? » Hugh ne s’attendait pas à entendre une si grande nouvelle de la bouche de son amie blonde. Comment ça Lana n’était pas sa sœur ? Cela se voyait qu’elles étaient sœurs, sœurs jumelles même, elles se ressemblaient comme deux gouttes d’eaux. Il s’était même fait avoir plus d’une fois par la vipère quand celle-ci venait d’arriver et que Hugh ne savait pas encore de qui il s’agissait. Mais ce qui étonnait le plus le jeune homme était qu’elle ne semblait pas si chambouler que cela. Et si elle venait de dire qu’elle réagissait moins bien que Lana, Hugh se demandait sincèrement comment alors on pouvait prendre une nouvelle pareil avec plus de détachement et de détente. « Mais comment ça ? Tu l’as découvert toute seule ? » Se frottant légèrement la tête, il cessa de la regarder pour mettre toutes ses idées en place. Lui qui était d’habitude si intelligent, il était obligé d’admettre que là, quelque chose lui dépassait, et il n’aimait pas cela du tout. Son égo en prenait un coup. « Enfin tu veux dire, que tu ne la considère pas comme ta sœur plutôt non ? Parce que tu ne la connais pas assez ou que vous n’avez au final sans doute pas beaucoup de choses en commun. » Au final, le sixième année ne prenait pas Alice pour une fille stupide, même si ces dire semblaient le laisser paraitre, non, il parlait plus pour lui-même qu’autre chose. « Biologiquement, vous êtes jumelles non ? Vous vous ressemblez quand même vachement ! » Il ne voulait en aucun cas être vulgaire avec son amie, mais il ne comprenait décidément pas  ce qu’elle essayait de lui communiquer. Il y a trop d’interférences dans la tour, elle est trop haute, mauvaise réception de réseau.

« Il est évident que cet article à une vision trop stricte des choses. Enfin, rien n’est jamais tout noir ou tout blanc en fin de compte. Surtout quand on ne se base que sur des spéculations débiles. » Inutile de préciser que le brun fut touché que ses paroles plaisent à Alice et qu’elle le remercie. Et quant à ces histoires de mages noirs en puissance de développement, il n’en croyait rien, c’était du non sens pur et simple. Néanmoins, elle le fit rire quand elle annonça qu’elle n’en voudrait même pas aux vipères si tout ce qui était écrit dans cet article fut vrai. « Je ne comprends même pas le but de dire tout ça. Ils ne se doutent pas une seule seconde que nous avons des proches dans cette maison. Toi, avec Lana et ton frère, et moi avec le mien. Comme s’ils s’attendaient à ce que j’ai peur de Connor, c’est d’un ridicule je te jure. » D’autant plus que son dit frère était désormais en stage au ministère de la Magie, et dans le département de la Justice en plus de cela, alors cela n’avait vraiment aucun sens. Ou alors l’article ne parlait que des sorciers scolarisés en ce moment même à l’école ?

« Ho tu sais, ça va. Je veux dire, au niveau des études en tout cas, c’est certain. » Parce que niveau cœur, on repasserait hein. « Tu me connais, je suis très bon, rien ne me fait peur en terme d’examen. J’ai même plutôt hâte d’être à l’année prochaine pour enfin pouvoir poser une lettre sur ce que je vaux. » Oui, il venait clairement de se vanter sur le fait qu’il était certainement le meilleur des aigles, et même peut-être de toute sa promotion si on le laissait aller jusqu’au bout de sa pensée. Il était fier de lui de ce chemin parcouru, même si dès le départ, dès sa première année, il n’en doutait pas en fin de compte. Et puis, pour ce qu’il voulait plus tard, il fallait bien être doué dans quasiment tous les domaines !

Néanmoins, il n’était pas sûr quant à la réponse qu’il allait donner à la blonde sur son avenir. Il pouvait aisément affirmer qu’il la connaissait de plus en plus, ce qui renforçait d’ailleurs son affection envers elle, mais de là à pouvoir affirmer qu’elle pouvait être son métier plus tard, c’était un peu trop de responsabilité pour le jeune homme qui prenait tout trop à cœur. Ce n’était sans doute qu’une simple question pour tout le monde, mais pas pour Hugh. « Ho… Tu, tu sais, je ne sais pas vraiment.. » Ne voulant néanmoins décevoir son amie par ce manque de prise de risque, il ajouta. « Je ne te vois pas dans un métier anodin en tout cas. Enfin je veux dire… Pas au ministère, comme beaucoup le veulent. » Et une idée traversa son esprit, si bien qu’il se redressa et la regarda droit dans les yeux, ce qu’il n’avait pas l’habitude de faire. « Et pourquoi tu n’écrirait pas quelque chose ? Ou du moins avoir un métier qui te permettrait d’écrire. Je sais que tu aimes beaucoup lire et que je te vois souvent écrire. Sans parler des journaux qu’on t’a offerts en cadeaux avec Dwayne. » Hugh ne voulait pas trop se prononcer, mais il voyait en effet bien la jeune fille en tant qu’auteure ou peut-être journaliste. Elle au moins, aurait sans doute pu stopper la publication de ce torchon qui dénigrait leur camarade vert et argent.

« Mais tu feras bien ce que tu voudras hein, je ne voudrais pas mal t’influencer. Ou t’influencer tout court en y pensant. » En effet, Hugh n’était là après tout seulement pour un conseil, et il voulait s’en tenir à cela, pour l’instant.

[1346 mots]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 456
Âge : 19 ans (04/03/1994)
Actuellement : Stagiaire au ministère (département des mystères).


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: ¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]   Sam 13 Fév - 15:40

En réalité, Alice aurait pu aimer Lana sincèrement et sans restriction si elle avait toujours fait partie de sa vie. Chez les Orwell, ils étaient tous différents : Mattew était brave et fort, Nasira était belle et maline, Alice était intelligente et rusée, Micah, lui, était roublard et agile. Mais ils s'entendaient tous très bien parce qu'ils n'avaient que leur famille quand ils étaient jeunes. Les pires journées, quand il n'y avait presque rien à manger, ils avaient au moins la compagnie des uns et des autres. Et quand les policiers leur couraient après, ils se protégeaient mutuellement. Lana était arrivée trop tard dans sa vie pour qu'elle ressente cette espèce de reconnaissance éperdue qu'elle éprouvait pour ses frères et sa sœur adoptive. Lana n'était pas une Orwell, alors que Alice se sentait partie intégrante de cette famille. Donc, elle n'était pas sa sœur. Pour la désigner, elle pensait à Lana en tant que sa jumelle, faisant une distinction (peut-être assez superficielle) entre les deux. De plus, ce qui l'empêchait de considérer Lana comme une vraie sœur c'était aussi que ça blesserait Nasira si elle le faisait, ça, et aussi que Lana avait grandi dans un luxe qu'Alice trouvait indécent. Bon, certes, ce n'était pas sa faute, mais la blondinette avait un problème avec ceux qui usaient du superflu à force de ne plus avoir besoin du nécessaire. Ces gens là ne comprendraient jamais la souffrance des personnes comme sa famille, que parfois, même si ce n'est pas le meilleur choix, il faut voler ou crever dans le caniveau. Alice se souvenait de ce qu'elle était quand elle était enfant, elle se souvenait de la crasse l'hiver quand les canalisations étaient trop gelées pour laisser couler l'eau, elle se souvenait de la pauvre pomme de terre dans son assiette, elle se souvenait que son abonnement à la bibliothèque privait le reste de sa famille…. Et elle se souvenait que ce n'était pas le cas pour les autres enfants. Lana n'avait pas besoin d'Alice, elle avait déjà tout ce qu'elle voulait, non ?

« On peut jouer sur les mots si tu veux, mais Lana n'est pas ma sœur. Sur le registre de l'état civil, elle ne l'est pas. En revanche, nous sommes effectivement jumelles monozygotes. Mais si tu me parles d'une sœur, moi je pense à Nasira, pas à Lana. Avoir le même patrimoine génétique ne fait pas une famille, je n'ai pas d'exemple qui me vienne comme ça, naturellement, mais je suis presque sûre qu'il y a plein de familles de sang dysfonctionnelles alors que la mienne marche très bien et personne n'a ne serait-ce que la couleur de cheveux en commun. » Elle exagérait un tout petit peu, leur père avait presque la même couleur de cheveux que Mattew – châtain -, mais leur mère était auburn, Nasira était brune plutôt marron foncé, Micah était brun corbeau, et elle, bah, ça se voyait qu'elle était blonde. « En plus, je trouve que passé la première impression, Lana ne me ressemble pas tant que ça. On n'a pas le même style, ni les mêmes mimiques. » Ok, là, elle était limite de mauvaise foi, mais elle préférait être clair sur la différence qu'elle faisait entre Nasira et Lana. Ce qui ne voulait pas dire qu'elle n'aimait pas du tout cette dernière. C'était juste… différent !

« C'est sûrement le fruit de gens qui vont tous dans les mêmes maisons tu sais… genre tous à Gryffondor ou tous à Serdaigle ! Mais le pire c'est que le début de tout ça c'était un article mensonger racontant des inepties sur la pureté du sang etc. et ça a complètement dévié en devenant une chasse aux vilains Serpentards. Genre, ils seraient des mangemorts en herbe. Sérieusement… » Elle ne continua même pas, elle trouvait que c'était tellement débile ! Elle secoua la tête, l'air affligée. Et elle l'était en quelque sorte. Car elle savait mieux que personne ce que c'était que de subir ce genre de choses, on s'était moqué d'elle pendant des années parce qu'elle était (très) pauvre. Ce qui était tout aussi stupide. On ne choisissait pas plus sa maison que son statut social. Heureusement, les deux jeunes gens passèrent à autre chose. Mais toujours pas à la question des sentiments de Hugh (faut dire que Alice ne l'aidait pas beaucoup).

« Hum… Je suis douée aussi, mais je n'aime pas trop la pression des examens. J'ai l'impression que j'aurais toujours du passer encore plus de temps à réviser, sauf que matériellement, c'est impossible ! Il faut bien que je dorme ! » Elle ponctua sa phrase d'un petit rire, peu pressée qu'elle était de se retrouver dans cet état à la fin de l'année. Mais ils n'étaient qu'au moins de septembre, elle avait encore de la marge avant de se replonger (et de se noyer) dans les manuels. Hugh semblait mieux gérer qu'elle cette partie là, il avait de la chance. Alice, elle, était une anxieuse de nature quand ça concernait le boulot. Néanmoins, c'était souvent ce qui faisait sa réussite. « Il faudra que tu m'aides à gérer mon stress en fin d'année, hein ? » Elle lui adressa son plus beau sourire de fille insensible et fit mine de le pousser gentiment de l'épaule.

Le sujet passa logiquement des examens à la vie professionnelle puisque pour Alice cela se rapprochait dangereusement. A sa grande surprise, Hugh lui dit qu'il ne la voyait pas dans un métier comme le ministère, alors que c'était ce qu'elle prévoyait depuis… toujours. Cela dit, on ne pouvait effectivement pas parler de réelle vocation, elle voulait juste un emploi stable pour aider sa famille.

« C'est vrai ? Tu ne me vois pas au Ministère ? Comme c'est mon projet, je t'avoue que ça m'étonne. Mais bon… je veux surtout aider ma famille alors c'est vrai que ça ne colle peut-être pas à ma personnalité. Journaliste ça aurait pu être sympa, mais je n'ai pas l'argent pour les études alors... » Elle haussa les épaules d'un air un peu défaitiste. Quand on devait entrer directement dans le monde du travail, on avait moins de choix. « Et je ne peux malheureusement pas faire mannequin comme ma sœur pour me payer une école. » Soupira-t-elle. Elle avait des mensurations correctes, mais elle faisait vingt centimètres de moins que le nécessaire pour imiter Nasira. Sans compter que des filles comme elle, on en trouvait plein (la preuve, elle avait même une copie d'elle-même dans l'école!).

« Bah… je trouverai, je suppose, je n'ai pas peur de me donner du mal, c'est déjà ça. » Mais elle espérait trouver l'inspiration bientôt en tout cas. « Et toi, tu sais ce que tu veux faire après l'école ? » Car avoir des bonnes notes, ça ne suffisait pas toujours. Elle en était la preuve vivante. Mais Hugh semblait plus décidé qu'elle par nature. Non pas qu'Alice soit mollassonne, elle avait plutôt du caractère, mais elle était plus forte dans la tempête que quand les choses étaient calmes. Lorsqu'elle n'était pas mise sous pression, elle pouvait facilement laisser une situation se tasser jusqu'à l'oublier. Par contre, quand elle devait agir, vraiment agir, là, rien ne l'arrêtait !!! En ce moment, ceux qui se moquaient des Serpentards s'en rendaient compte, parce que Alice ne laissait rien passer.

{1 217}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 183
Âge : 17 ans - 5/05/95
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Ava, Jules, Moïshe et Gemma.

MessageSujet: Re: ¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]   Lun 22 Fév - 18:27

En toute sincérité, Hugh n’avait pas vraiment compris ce que Alice venait d’affirmer en disant que Lana n’était pas sa sœur. Il aurait pu comprendre si elle lui avait directement expliqué qu’elle ne la considérait pas comme une sœur, mais que biologiquement, elle en était une. Parce que c’était indéniable, Lana ne pouvait, physiquement parlant, qu’être sa sœur, et jumelle monozygotes qui plus est. Alors il était certainement passé pour un abruti, comme bien souvent en fin de compte mais il trouvait cela nécessaire de jouer sur les mots. En revanche, Alice avait l’air de ne pas l’avoir si bien pris que cela vu comment elle venait de lui parler. Enfin, il ne voulait pas être méchant et voulait au contraire être sûr de bien la comprendre, donc il trouva cela dommage qu’elle lui réponde sur un ton qu’il jugeait plutôt froid. « Enfin Alice.. » Se grattant la tête assis à côté d’elle, il essaya de mettre ses idées en place pour lui dire ce qu’il pensait sans ne vouloir être trop bourrin. « Vu comment tu m’as lancée qu’elle n’était pas ta sœur, excuse moi de demander plus de précision. Tu as sorti ça un peu trop directement pour que ça ne me surprennes pas. » Parce qu’il avait été surpris, surtout que l’aspect plutôt négatif de la remarque de la blonde venait s’ajouter à un constat gentil de Hugh, puisqu’il lui demandait si sa sœur vivait bien le fait de devoir subir les mauvais regards, et parfois pire, du fait qu’elle soit à Serpentard.

« Mais je comprends tout à fait ce que tu veux dire. Le sang ne signifie absolument rien. J’aime beaucoup mes frères tu sais, mais je me sens tellement différent d’eux que parfois je me demande si je suis né dans la bonne famille. » Il arrivait en effet à l’aigle de sixième année de douter de sa légitimité quant à l’appartenance à la famille Spencer. Il ne niait pas son appartenance génétique, mais souffrait de se sentir différent. Il avait souvent été tout seul quand il était petit, et même s’il faisait de plus en plus d’efforts, cela ne l’empêchait pas de se savoir semblable à aucun de ses frères. En plus de cela, il n’avait que peu connu sa mère, qui était parti peu de temps après sa naissance, donc cela renforçait son sentiment de malaise chez les Spencer. Néanmoins, comme ses paroles pouvait sembler vouloir dire qu’il ne voulait pas appartenir à sa famille, il rajouta. « Ce n’est pas que je renie ma famille, pas du tout, ou que je veuille en changer. Je ne sais même avec qui je pourrais souhaiter être d’ailleurs.. Mais je ne m’y sens pas à ma place. Ou pas comme je devais l’être je pense. » Bien sûr, le jeune garçon s’enfonçait certainement au fur et à mesure que des mots sortaient de sa bouche, mais au final, c’était ce qu’il ressentait. Mais il aimait bel et bien son père et ses frères, d’où la difficulté de sa position.

Revenant Lana, il écouta attentivement les paroles de la blonde dont il était amoureux pour ne plus s’égarer dans sa propre famille. Alice avait déjà assez de soucis avec la sienne. Il leva un sourcil quand celle-ci lui parla de sa ressemblance avec l’autre blonde. « C’est normal ça, vous n’avez pas du tout élevées dans les mêmes conditions. » La regardant avec ses grands yeux, il enchaîna. «Mais je t’assure qu’au début, je vous avais confondues toutes les deux. Avant de tomber sur l’écusson des vipères et non le tien, que je partage. » Affichant un sourire, il se souvint de la fois où il avait rencontré Lana. Cela avait été un moment plutôt troublant de sa vie, parce qu’il avait devant la fille, physiquement, la fille qu’il aimait, mais en même temps, elle ne réagissait pas pareil quand il lui parlait. Niveau expérience bizarre, celle là devait être dans les premières, à n’en point douter.

« Ca me dépasse sérieusement. » Hugh ne voyait en effet même plus à quoi cela servait de débattre là-dessus. « Je trouve que le débat est stérile. C’est d’une évidence limpide que nous sommes les seuls à avoir raison. » Et oui, en effet, au moins, les deux amis étaient d’accord sur le fait que cet article était un ramassis de mensonges. Hugh avait même entendu dire que les préfètes avaient pas mal de travail pendant leurs rondes depuis que certains élèves plus âgés s’en prenaient à des petites vipères. Genre « chasse aux mangemorts », c’était vraiment du n’importe quoi. Ou allaient-ils si cela prenait ce genre de proportions ?

Elle le faisait rire quand elle parla de leurs études et des examens qui arrivaient en fin d’année pour les septièmes années. Sans doute ne l’avait elle pas fait exprès, mais le fait de dire qu’entre tout cela, il fallait qu’elle trouve tout de même le temps de dormir le fit rire. « Bien dormir est indispensable en effet mademoiselle Orwell. » Lui envoyant un clin d’œil, il ajouta. «Et cela dépend de ton tempérament, certains ont le stress productif, comme Dwayne certainement, et d’autres ont besoin de beaucoup de révisions. » Evoquant les capacités intellectuelles de Dwayne, Hugh rit une deuxième fois. Il ne disait certainement pas que son meilleur ami était débile mais il savait que les révisions n’étaient pas le fort et l’atout premier de l’énergumène Stocker. En revanche, Hugh rougit quand elle le poussa de son épaule pour rigoler, mais essayent de faire passer cet évènement le plus rapidement et discrètement possible, il fit son modeste, ce qu’il n’avait pas du tout l’habitude de faire. « Ho tu sais, je suis bon, mais je n’ai quand même pas une année d’avance. » Ce qui n’était pas faux, mais pas tout à fait vrai non plus. Il avait une année d’avance sur certaines matières, celles qu’il préférait en fin de compte, et sur les autres, il avait l’équivalent d’une sixième année bien entamée, même s’il débutait son année. Donc au final, dans quelques mois, il pourrait sans doute réellement aider la blonde.

Naturellement, ils vinrent à parler de leurs futures espérances de métiers et Hugh vint à dire qu’il ne voyait pas son amie au ministère. Gêné de ne pas penser comme elle, il se retrouva u peu penaud. « Ho, je.. je. Enfin, ministère ce serait bien, mais je te voyais dans quelque chose de plus originale en fin de compte. » Presque pour lui-même, il rajouta ensuite. « Parce que toi, tu es spéciale. » Espérant ne pas parler trop fort, Hugh se sentit étrangement soulagé. Peut-être était ce le premier pas vers l’aveu de ses sentiments qu’il avait à l’égard de la jeune fille depuis deux ans déjà ? Revenant sur Terre, il repensa aux problèmes d’argent de Alice. Lui aussi en avait, son père avait du élever cinq garçons tout seul dans une maison tout juste fonctionnelle, cela n’avait pas été facile tous les jours. « Peut-être pas mannequin mais autre chose ! Et des études en alternance dans ce domaine, ça ne se trouve pas ? » Hugh était bien obligé d’avouer qu’il n’y connaissait rien sur ce coup là, et que dans son monde, tout était rose, mais il espérait le mieux pour la blonde, que voulez-vous ?

« Moi je veux être médicomage !» Tout joyeux qu’elle lui pose la question, il venait un peu de lui répondre avec une voix d’enfant de cinq ans à qui l’on proposer une sucette. Néanmoins, il ne pouvait pas nier que c’était vraiment ce qu’il voulait faire depuis tout petit, parce que son cousin Nicolas l’impressionnait grandement à exercer ce métier. Il avait bien aussi pensé à faire un métier en rapport avec les moldus, étant passionné par ce monde, mais il ne trouvait rien de bien concret, donc avait en fin de compte laissé tomber.

Et parce que le temps défilait de plus en plus vite et qu’il se rendait compte qu’ils vieilliraient tous très vite, il dit. « Dis Alice, je peux te dire quelque chose ? » Un peu rêveur, cela lui était sorti tout d’un coup, sans qu’il n’y réfléchisse vraiment. Il ne se rendait sans doute encore pas compte qu’il allait lui avouer ses sentiments parce qu’il ne paniquait pas encore. Et dans le pire des cas, il pourrait toujours se rétracter non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 456
Âge : 19 ans (04/03/1994)
Actuellement : Stagiaire au ministère (département des mystères).


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: ¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]   Dim 6 Mar - 18:56

« C'était machinal. J'ai passé les premiers mois après l'arrivée de Lana à reprendre tous ceux qui voulaient me persuader que c'était ma sœur de facto. C'est presque automatique maintenant de rectifier, je le fais sans y penser. » Alors qu'elle était bien moins gênée par la présence de Lana maintenant qu'elle s'y était habituée. Elle n'en voulait toujours pas pour sœur, mais à défaut, elle la considérait comme une bonne copine (pas tout à fait une amie quand même, il ne faut pas abuser, elles restaient très différentes par l'éducation). « Hum… oui. C'est ce que je disais, le sang, ça ne suffit pas. Mais tu t'entends bien avec tes frères, non ? » Même si elle ne voyait effectivement pas grand-chose de commun entre Hugh et ses grands frères. Riley était une tête à claque dragueur impénitent, Rudy était… stupide ? Quant à Connor, Alice avait toujours vu en lui une brute épaisse, pas un idiot fini, mais quelqu'un qui manquait de finesse quand même. Rien à voir avec l'intelligent et mesuré Hugh autrement dit. Mais c'était plutôt un bon point pour lui, elle n'aimait pas les brutes. Comme elle était une petite chose fragile physiquement, elle évitait carrément ce genre de mec, sachant bien qu'elle avait tendance à être dans le rapport de force et que là, physiquement, elle ne gagnerait pas. En plus, Rudy avait la réputation de s'en prendre aux filles, ce qui ne le faisait pas grimper dans l'estime d'Alice, même si en soi elle pensait rarement aux frères de Hugh (déjà, il fallait qu'elle pense à Hugh, ce qui n'était pas toujours le cas vu qu'il n'était pas dans sa classe). « Tu trouveras peut-être ta place plus tard, quand tu vivras seul. Une famille, parfois, ça se construit en dehors des sentiers socialement tracés. » La preuve, la sienne fonctionnait, elle s'y sentait très à son aise, et pourtant elle n'avait rien de conventionnelle. Elle n'était même pas facile à vivre finalement, son père étant incapable de garder un travail plus d'un mois depuis… toujours ! Alice voulait bien admettre que ce point avait parfois quelque chose d'agaçant, mais c'était comme tout, on s'y faisait.

« Ouais… Lana est typiquement une petite princesse pourrie gâtée. Cela dit, physiquement, je reconnais qu'on se ressemble, comme ça, de visu. » Sa rencontre avec sa jumelle l'avait d'ailleurs poussé à faire des recherches sur les jumeaux en général parce que, quand même, c'était perturbant de se voir mais avec des expressions complètement différentes. Des manières de parler qu'en plus elle espérait bien ne jamais prendre. Heureusement, Lana avait assez vite renoncé à se faire passer pour elle parce que comme elles n'étaient pas dans les mêmes maisons, ça ne marchait pas bien, en plus, elle était à Poudlard depuis trop longtemps, la plupart de ses connaissances la connaissait trop bien pour s'y laisser prendre sur la durée.

Et si ce genre de manœuvre n'était pas très saine, ça n'empêchait pas Alice de penser que sa jumelle ne méritait pas qu'on la houspille comme c'était le cas depuis la parution de l'article. « Évidemment. Mais tous les Serdaigles ne pensent pas comme nous. C'est bien la peine d'avoir la réputation d'être intelligent. » Alice ronchonnait, mais c'était parce qu'elle détestait qu'on mette certaines personnes à l'écart comme ça.

« Ah… Dwayne… si seulement je pouvais lui prendre un peu de son énergie dans ces périodes là. » Elle savait bien qu'il n'y avait rien à envier dans l'hyper activité, mais elle devait reconnaître que parfois, le café était insuffisant quand elle révisait. Et un petit coup de fouet, ça n'aurait pas été de refus. Parti dans son délire personnel, elle ne remarqua pas la gêne de Hugh et l'écouta dire qu'il n'avait quand même pas un an d'avance. Elle n'était pas sûre que ce soit vrai, mais ce n'était pas la question de toute façon. « Aucune importance, il faudra juste me soutenir moralement. Histoire d'éviter que je trucide Elena avant la fin des examens. » Car sa pire ennemie avait failli y passer plus d'une fois ! (Mais pouvait-on dire la pauvre ? Pas sûr!)

« Bof l'originalité c'est très surfait tu sais. Je ne sais pas si je t'ai déjà parlé de ce que je faisais pour vivre quand j'étais enfant… » Elle sourit à Hugh et quelques secondes plus tard, elle lui montra sa main qui tenait une baguette qui n'était pas la sienne, mais bien celle de son ami. Elle l'avait pris dans sa poche à l'instant alors qu'elle parlait. Quelques secondes lui suffisait pour détrousser n'importe qui, alors quelqu'un en confiance, c'était un jeu d'enfant. Et le fait était que ça avait été sa principale occupation quand elle en était une, d'enfant. « Voleuse à la tire. Et très douée. » Dit-elle en faisant tourner la baguette de Hugh avec ses doigts comme on le ferait d'une baguette de majorette. « Elena n'a donc pas complètement tord quand elle dit que je suis une voleuse, même si depuis ma deuxième année à Poudlard, je ne vole plus du tout parce que j'ai réussi à trouver du boulot au noir pendant l'été et l'hiver je suis ici… » Elle soupira et tendit sa baguette à Hugh. « Avoir été le cauchemar des touristes de Londres de mes trois ans jusqu'à mes douze m'a un peu soigné de toute envie d'être originale dans mes choix de carrière. Ne pas avoir besoin de voler, ou de faire pire que ça, ça me suffira amplement. » Mais elle reconnaissait qu'entrer au ministère n'était peut-être pas ce qu'il y avait de plus en adéquation avec son caractère tout en nuance, entre le feu qui couvait en elle et sa manière bien à elle de se canaliser et de transmettre cette froideur aux autres (surtout à Dwayne quand il était plus jeune). Seulement, quitte à passer pour une lâche, elle voulait juste la sécurité et une maison plus confortable pour toute sa famille, et surtout pour ses parents (car elle ne savait pas s'ils allaient vivre à six indéfiniment quand même).

Cette confidence faite, elle retourna la question du métier à Hugh qui lui répondit qu'il voulait devenir médicomage. « Je te vois très bien dans cette branche. » Lui affirma-t-elle, car il aimait s'occuper des autres, ou en tout cas, il avait toujours été très gentil avec elle. Sinon, elle ne lui aurait jamais parlé de son passé de voleuse (qu'il sache qu'elle était très pauvre aurait déjà suffi).

La question de Hugh la surpris mais elle ne réagit pas de manière visible, elle se contenta de sourire gentiment, un peu curieuse de ce qu'il voulait lui dire. « Oui, bien sûr. » De la part de Hugh, ça ne pouvait pas être bien grave de toute manière, donc elle était confiante.

{1 138}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 183
Âge : 17 ans - 5/05/95
Actuellement : 7ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Ava, Jules, Moïshe et Gemma.

MessageSujet: Re: ¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]   Mar 15 Mar - 18:03

La relation qu’entretenait Alice et sa sœur Lana ne pouvait être que spéciale. Hugh ne savait pas vraiment lui-même comment est-ce qu’il aurait réagi si on lui avait annoncé qu’il avait un frère jumeau qui était là, quelque part dans la nature, voire même dans un autre pays pour reprendre la situation de son amie blonde. Non vraiment, cela ne devait pas être à vivre. Surtout que Hugh connaissant les difficultés de vie de Alice, alors de voir que sa jumelle biologique avait eu une vie complètement différente ne devait pas être une chose aisée. « Tu n’as pas été jalouse d’elle au début ? » Bien sûr, il n’entendait pas par là que l’aiglonne soit jalouse d’un point de vue physique, parce qu’elles étaient monozygotes, donc par définition, quasiment identiques. Néanmoins, se rendant compte que sa question pouvait être embarrassante parce qu’il parlait clairement d’argent, le jeune homme sourit et s’empressa d’ajouter. « Je veux dire, tu n’es pas obligée de répondre, je sais que c’est indiscret comme question. Et puis, ça ne repose que sur du matériel. » Et pourtant, avec une famille comme la sienne, abandonnée par sa mère alors qu’il n’était qu’un nourrisson et un père obligé de nourrir à lui seul six bouches, il savait de quoi il parlait.

« Oh, c’est un peu compliqué en ce moment. » Alors oui, comme elle venait de si bien le dire, tout n’était pas question de sang, mais quand il s’agissait de ses frères, Hugh ne savait pas vraiment définir la nature de leur relation. « Enfin pas seulement en ce moment, mais comme je suis le plus jeune et que je grandis, je me pose pas mal de questions maintenant. » Une légère moue apparue sur son visage. Ce n’était pas qu’il n’avait pas envie de se confier à son amie dont il était amoureux, mais il ne savait pas vraiment par où commencer, et surtout, ne voulait en aucun cas l’ennuyer. « Mais je veux pas t’embêter avec ça… » Et quand à la place qu’il trouverait sans doute entre ses frères plus tard, il ne pouvait qu’acquiescer aux dires de son amie. Il aimait ses frères mais ne savait pas encore où se placer dans cette famille qui, disons le, était complètement branque. Alors en effet, il espérait que cela s’arrangerait en grandissant.

« Je t’avoue qu’à part la fois où je vous aies confondues, je ne lui ai pas reparlé. Sans doute, avec ce que tu me dis, ne me trouvait-elle pas à son goût. » Partant dans un explication, il rajouta. « C’est curieux, parce qu’elle, elle a vu que… » Se rendant compte de l’énorme bourde qu’il venait sans doute de faire, le jeune homme s’arrêta en plein de milieu de sa phrase. Alors ça non, certainement pas, il ne pouvait pas lui avouer comme cela qu’il était amoureux d’elle, non, non et re non. Pétrifié, il baissa les yeux et rougit instantanément, cherchant un autre sujet de conversation, pour qu’elle ne se doute de rien. même si là, c’était quand même pas loin d’être foutu pour lui. Heureusement pour lui, ils se mirent à parler de l’artcile qui faisait jazzer pour en conclure tous les deux que ce n’était qu’un ramassis d’idioties sans noms, mais aussi de révisions et de capacité à retenir leurs cours. Hugh venait de se vanter, pour changer, mais essayait de faire paraître cela peut-être un peu plus naturel en soulignant bien qu’il n’avait pas non plus une année d’avance sur ses camarades. Même si pour être dans la classe de la blonde assise à côté de lui, il n’aurait pas craché sur le fait d’être encore plus intelligent pour sauter une classe.

« C’est vrai que lui, il a de l’énergie pour tout ! Alors que nous, on en a surtout pour ce qu’on aime en fin de compte. » Il sourit. En effet, les deux jeunes gens étaient sans doute les mieux placés pour dire que Dwayne était une boule d’énergie. Bien sûr, c’était dû à son hyper activité, mais depuis qu’il prenait un traitement qui lui allait plutôt bien – pas comme celui d’avant qui lui faisait péter les plombs sans prévenir, hein Jules ? – le texan arrivait de temps en temps à être plus calme. Et puis, comme il était leur meilleur ami respectivement, Alice et Hugh étaient obligés de connaître le blond presque par cœur.

Ensuite, Hugh doit bien avouer qu’il fut très surpris de se faire avoir comme cela par son amie. Il avait cru entendre une ou deux fois une conversation entre Dwayne et la blonde, ou même serait-ce Dwayne qui l’aurait mentionné, qu’elle était très douée pour chiper des choses, mais Hugh n’en avait jamais été la cible. Ce qui était, il devait bien l’avouer, très frustrant. « Dis donc ! Tu oserais voler un ami toi? Et puis, elle ne te correspondrait pas. Moi, j’ai une plume d’hippogriffe à l’intérieur, je crois que toi non, non ? » Bien sûr, il rigolait, il savait quand même que Alice avait des principes, parce qu’elle avait été bien élevée et qu’elle ne ferait pas cela sérieusement. « Elena c’est une débile franchement, je ne sais même pas comment elle peut faire pour avoir des « amies ». Si c’en est d’ailleurs… » Cette fille était une aberration de la nature, franchement. Surtout qu’elle s’en prenait gratuitement à la fille qu’il aimait, alors bien sûr, il ne pouvait pas avoir une grande estime d’elle. « Je préfère mille fois une fille comme toi, qui est voleuse à une fille comme elle qui a un QI comparable à celui d’un veracrasse. » Non mais sérieusement, qui pouvait bien aimer cette fille ? Et pourtant, elle en avait des disciples qui la suivaient dans ses conneries. Enfin bref, Hugh ne voyait vraiment pas Alice au Ministère. Elle s’y plairait sans doute, là n’était pas la question, il pensait franchement que tout le monde pouvait s’accommoder à un travail au ministère, ce n’était pas la mort, mais cela ne ressemblait décidément pas à la jeune femme qu’il avait en face de lui. Du moins, pas pour lui. Et puis, il rougit quand elle lui dit qu’elle le verrait bien devenir médicomage. Cela lui faisait vraiment plaisir que la voie qui était pour lui la seule envisageable ne faisait pas tâche par rapport à l’image et le caractère qu’il renvoyait aux autres.

Et là, la boulette, le drame, la catastrophe. code rouge, code rouge, tango à charlie, nous avons un problème ! Il avait fallu qu’il se laisse emporté par ses sentiments et ses confidences sur confidences pour se sentir assez à l’aise et envisager avouer ce qu’il ressentait pour la blonde à… Et bhein à elle pardis ! Ha non mais qu’est ce qu’il lui était passé par la tête, quel crétin. Non, il ne pouvait pas faire cela, il ne se sentait pas prêt. Surtout que ça tombait comme un cheveu sur la soupe « Je, je… » Alors voilà, il avait recommencé à bredouiller comme un gamin de douze ans. Bravo, tu vas me le tuer ! « Je ne sais pas si je devrais en parler. » Ha non, mais alors là, autant hisser drapeau blanc tout de suite, ce n’était pas possible. Franchement, rien qu’avec ça, elle ne pouvait pas passer à côté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Ministère

Parchemins : 456
Âge : 19 ans (04/03/1994)
Actuellement : Stagiaire au ministère (département des mystères).


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: ¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]   Sam 9 Avr - 18:54

Alice mit quelques secondes à comprendre à quoi Hugh pouvait bien faire référence. Puis, elle réalisa qu'il parlait du statut social de Lana. Et là, elle secoua la tête négativement. C'était légitime de se demander comment elle vivait la chose, mais en réalité, elle n'avait jamais porté grand intérêt aux biens matériels, à part pour les quelques cadeaux qu'on lui avait fait et qui étaient très précieux à ses yeux, mais c'était sentimental. C'était par exemple le cas du bracelet à breloques qu'elle portait au poignet, elle y tenait parce que c'était un cadeau de Dwayne en tout premier lieu.

« Je n'aime pas trop la vie que mène Lana. C'est difficile de juger comment je serais devenue si nos rôles avaient été inversés, mais ce que moi j'ai vécu m'a amené à éprouver un certain mépris pour les enfants trop gâtés. Non que je souhaite aux gens d'être aussi pauvres que mes parents… disons plutôt qu'en toute chose il faut de la mesure, y compris dans la possession de divers biens. Lana a toujours eu ce qu'elle voulait et cela me renvoie la sensation que pour elle, rien n'a de valeur. J'ai peu de choses, mais tout ce que je possède est important pour moi. Alors, non, je n'étais pas jalouse. Sa situation aisée me la rendait plutôt… antipathique. » Même si ce n'était pas le terme exact c'était le seul qui lui venait en cet instant, allez savoir pourquoi. Peut-être parce que les débuts avec sa jumelle avaient en effet été difficiles… il faut dire qu'elle s'était faite passée pour elle, ça ne posait pas des bases saines pour une relation sororales quelconques.

« Tu ne m'embêtes pas. Qu'est-ce que tu te poses comme question ? » Pour l'encourager à se confier, elle lui sourit gentiment. Elle ne savait pas encore qu'elle devrait répéter l'opération un peu plus tard. Visiblement, Hugh se livrait moins facilement qu'elle… Probablement parce que Alice était quasiment un livre ouvert. Elle ne se vantait pas de ses exploits d'enfance, néanmoins elle n'en avait pas honte non plus. Elle n'en parlait pas forcément, si le sujet tombait sur le tapis, ça ne l'empêchait pas d'en discuter. Et elle était comme ça pour tout. Alors elle avait parfois du mal à comprendre les hésitations de Hugh. Ils étaient amis n'est-ce pas ?

« Qu'est-ce qu'elle a vu ? » La question se posait en toute innocence, car elle avait remarqué la gê,e de Hugh et s'en demandait la raison. La plupart du temps, elle ne remarquait pas quand Hugh hésitait ou rougissait, cela parce qu'elle n'avait pas caractère à réagir ainsi elle-même. Mais là, le simple fait qu'il ne finisse pas sa phrase l'avait obligé à se montrer plus observatrice que d'ordinaire. « Elle t'a surpris dans les toilettes ou quoi ? Tu fais une de ces têtes... » La gêne aussi n'était pas un sentiment très commun pour Alice, mais ça, c'était plus du au milieu dans lequel elle avait grandi. Il ne laissait place ni au doute, ni à la timidité.

Ce qui lui était très familier en revanche c'était le rush pré-examen. Un moment honni entre tous… Et le seul où Alice aurait bien aimé ne pas avoir besoin de se droguer de café et d'avoir naturellement toute l'énergie de Dwayne. Même s'il avait du mal à la canaliser pour être franc. Elle hocha donc la tête dans l'affirmative mais elle n'avait pas grand-chose de plus à en dire. Hugh avait très bien résumé la situation.

« Je ne vole jamais les amis. » Affirma-t-elle en rendant sa baguette à Hugh. « Et tu as sûrement raison. Moi c'est un crin de petit de licorne. Très différent donc. » Et elle n'avait jamais trop compris pourquoi un élément magique respirant à ce point l'innocence l'avait choisi elle, une voleuse à la titre. Un des nombreux mystères des choix de baguettes, elles obéissaient à leur propre règle.

« Ex-voleuse. » Rectifia-t-elle en souriant car elle faisait de son mieux pour ne plus voler, même si parfois elle trouvait désagréable de travailler au noir dans une usine plutôt que d'être au grand air l'été… « Mais il est certain que la méchanceté d'Elena la met en dessous de tout. Depuis le début, elle ne m'a jamais aimé. Je ne comprends même pas pourquoi. A un moment j'ai cru que c'était parce qu'elle était amoureuse de Dwayne et qu'elle nous trouvait trop proches… mais Dwayne a trouvé cette idée ridicule. » Pourtant, Alice y aurait trouvé quelque chose de réconfortant, ça aurait rendu le conflit moins personnel, presque rationnel… même si elle n'y connaissait rien à l'amour, elle avait lu assez de romans sur le sujet pour être convaincu que ça pouvait rendre jaloux pour rien, voire même faire faire n'importe quoi. Sauf que si c'était Dwayne qui avait raison, ça voulait tout bonnement dire que Elena était juste une horrible peste.

« Pourquoi ? » Elle ne voyait pas du tout pourquoi il amorçait un sujet pour finalement lui dire que, non, il ne lui dirait pas ce qu'il avait envie pour une raison inconnue et qu'il ne souhaitait pas non plus évoqué. Pour la seconde fois donc, Alice l'encouragea d'un sourire. « Tu me fais un peu peur tu sais, entre amis on peut tout se dire n'est-ce pas ? » Ce n'était probablement pas ce que Hugh avait envie d'entendre mais Alice commençait sérieusement à se faire du soucis pour son ami. Elle imaginait des scénarios improbables où Hugh était mêlé à des affaires dangereuses et où il avait besoin d'aide mais qu'il n'osait pas le lui demander parce qu'elle était plutôt du genre frêle… bref. Elle était vraiment très loin de la vérité et psychotait à fond les manettes. La faute à son imagination fertile et à un lieu de vie en dehors de Poudlard où se retrouver mêler sans le faire exprès à un trafic de drogue était une chose qui pouvait malheureusement arriver. Ce n'était pas aussi fréquent que le laissait croire la télévision moldu, mais ça arrivait quand même. Tâchant tout de même de maîtriser son imagination galopante, elle attendit une réponse en essayant de rester la plus calme et la plus engageante possible.

{1 036}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
¤ Dernière ligne droite. ¤ [PV ALICE.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CoroCoro Juin 2012: dernière ligne droite avant le 21 !
» [EVENT] la fin de Tsuki [dernière ligne droite]
» Dernière ligne droite - Shaïness
» [FB] L'ultime ligne droite. [PV TnS]
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Année 21 (2011-2012)-
Sauter vers: