AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar



MessageSujet: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   Mar 9 Fév - 21:26



En ce moment, Arya était à Bruxelles.

Son travail lors du congrès de médecine magique, à Nancy, avait été remarqué ; le Ministère de la Coopération Magique Internatinale lui avait donc proposé un nouveau contrat de six mois, auprès de la Commission Magique Européenne cette fois-ci. Ça ne lui avait pas laissé beaucoup de temps pour elle et la jeune femme appréciait désormais quelques jours de repos bien mérités. Arya entendait à présent visiter la capitale belge avant de rentrer passer un peu de temps à Londres auprès de sa famille et de ses amis. Cela faisait à présent un an et demi qu'elle ne s'était pas arrêtée et le mal du pays commençait à se faire sentir.

Commençait, seulement.

Pour la première fois depuis son arrivée, Arya était sortie avec son appariel photo autour du cou. Bruxelles regorgeait de monuments et de belles choses à voir.

Elle ne s'attendait pas, cependant, à tomber sur une tête connue.

Elle aurait pu le louper : son regard était passé sur une des nombreuses terrasses et avait failli ne pas s'arrêter, jusqu'à ce que son serveau réagisse. Son cœur fit un bon dans sa poitrine et Arya se cacha derrière une colonne.

« Calme-toi ma vieille. Si ça se trouve, tu t'es trompée. »

Sous le regard étonné de quelques passants, elle jeta discrètement un œil à la terrasse. Aucun doute à avoir, c'était bien Eliot. Arya retourna à sa cachette.

« Merde merde merde, qu'est-ce que je fais. »

À présent qu'elle avait reconnu son ex-petit ami du temps de Poudlard, Arya était certaine qu'elle ne pouvait pas continuer sa route comme si de rien n'était : elle regrettait la façon dont elle avait rompu avec lui — entre autres choses — et ça lui trotterait dans la tête tout le reste de son séjour, voire plus longtemps encore.

Mais elle ne pouvait pas non plus juste débarquer comme ça, comme s'il ne s'était rien passé. Elle devait penser à Eliot avant de penser à elle-même. D'un autre côté, iels avaient quitté Poudlard depuis cinq ans maintenant. Sans doute était-il passé à autre chose.

Arya inspira un grand coup et sortit de sa cachette. Aussi dignement qu'elle le pouvait malgré la boule qu'elle avait dans la poitrine, elle s'approche de son ex-petit ami. Les mains sur le dossier de la chaise, elle demande d'une petite voix.

« Bonjour Eliot. Je peux m'asseoir ? »

Libre à lui de la remballer s'il en avait envie. Et ça ne serait que ce qu'elle méritait. Même cinq ans après.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 128
Âge : 23 ans - 5 Mai 1988
Actuellement : Ministère de la Magie au département des transports magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sibelle Grown, Marilie Wright et Mia Hong

MessageSujet: Re: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   Mer 10 Fév - 4:40

Eliot avait beaucoup fait en cinq ans. En fait, il avait quitté le pays depuis qu’Arya l’avait laissé tomber comme une vieille chaussette avec qui on avait usé depuis longtemps. Il ne s’attendait pas du tout à son départ. Elle lui avait même chuchoté la veille à l’oreille qu’elle l’aimait et le lendemain, il n’avait plus aucune nouvelle. Il l’avait cherché en vain partout à Poudlard et même lors des sortis spéciaux auquel il avait le droit. Il n’avait pas d’autres contacts qu’elle puisqu’il ne l’a connue visiblement pas beaucoup. Ironiquement, son autre Ex, Eva-Rose Watters l’avait quitté de la même façon. Plus de nouvelles, on passe à autre chose. Mais voilà qu’une deuxième en si peu de temps était un peu trop pour Eliot qui n’avait pas digérer le départ des deux femmes avec qu’il avait aimé. Il aurait au moins eu d’avoir une pointe d’explication, du genre : « Je ne t’aime plus, je ne veux plus sortir avec toi » Il aurait au moins compris, c’est ce qu’il aurait fait.

Hélas, il avait fui pour exploré d’autre pays dont il en avait entendu parlé et surtout pour étouffer sa peine qui lui était impossible de gérer s’il avait resté encore au même stade. Depuis qu’il avait quitté Poudlard, il avait un sentiment de colère qu’il n’avait pas déversé depuis sa disparition soudaine. Il avait même pensé qu’elle s’était fait kidnappée, mais il ne pouvait prouver de façon irréfutable qu’elle n’était pas partie de plein gré. De ce fait, depuis le retour il s’était retourné au étude pour faire un métier dont il ne croyait pas. Il travaille alors au Ministère de la Magie au département des transports magiques. Malgré que c’était un travail très difficile, il en retire une satisfaction, puisqu’il pouvait passer ses heures à se concentrer sur son travail. Bon, bien sûr avec un verre sotch pour chasser ses idées noires de son passé avec les femmes.

Il avait alors décidé de prendre congé du bureau, il sentait qu’il en avait besoin depuis qu’il était devenu un travailleur comme parmi tant d’autres. Il appela alors à son bureau de son cellulaire alors qu’il marcha tranquillement sur un boulevard non loin de chez lui et la réceptionniste répondait à son appel.
« Hey, Salut ! Je ne rentrerais pas au bureau aujourd’hui. Je… je suis un peu fatigué. Je vais me reposer à la maison… »

La réceptionniste lui répondit sans surprise. Elle l’avait trouvé qu’il était épuisé, il n’arrêtait pas de travailler.

« Bien sûr, j’avertirais tes collègues, je ne voulais pas m’en mêler mais il était temps que tu te reposes. T’avais l’air brûlée hier »

qu’elle rétorqua avec un sourire derrière le combiné.

« Ouais… Tu sais ce que sait la paperasse qui se presse hein ? Bon, si de quoi, mon cellulaire sera allumé… »

« D’accord monsieur Walsen… Repose toi bien ! »

« Toi aussi, bye… »

Il raccrocha avec un sourire en coin, elle avait le don de le faire sourire quand c’était le temps, c’était une fille super et même extrêmement sociable. Elle pouvait parler de tout sujets, ce qui plaisait à Eliot d’avoir une conversation naturelle. Il tourna au coin et vit alors une terrasse, il était bien tenté de s’asseoir et boire un bon verre de vin. Comme un touriste tien ! Il arriva et se fait placer par une demoiselle qui lui souriait et lui pointait la place qu’elle avait choisis. Il lui remercia et s’assit. Il commanda alors un verre de vin rouge maison et regarda aux alentour pour juste admirer le paysage. Il aimait bien la ville et de comment les gens se comportaient avec lui et avec les autres. Il n’avait jamais pensé de s’établir à Bruxelle et en y repensant, il ne regrettait pas son choix. Les minutes passent et il n’avait aucunement envie de se presser. Il passa machinalement sa main dans sa chevelure, un tic qu’il avait acquis en raison des crises d’angoisses depuis qu’Arya avait disparu de sa vie. Puis, le verre de vin arriva alors sur sa table servie avec délicatesse de sa serveuse. Il était curieux de savoir si le vin maison allait être buvable. Il avait juste le temps de tremper ses lèvres qu’une voix étrange connue lui rappelait en mémoire.

« Bonjour Eliot. Je peux m'asseoir ? »

Il se retourna et vit avec stupéfaction de voir son ancienne conquête surgir de nulle part et ce devant lui. La main qui tenait dans sa main tremblait. Il avait soudainement envie de ne pas avoir envie de se sentir bien. Il déposa difficilement le verre et ne semblait pas croire ce qui lui arrivait en ce moment même.

« A…Arya? »

Il n’arrivait même plus à parler, sa bouche devenait sèche et il passa machinalement sa main encore une fois dans ses cheveux. Puis un rictus de son œil, un peu embarrassée de sa présence devant lui. Elle lui demandait si elle pouvait s’asseoir. Il ne savait que répondre. En vérité, il ne voulait plus l’a regardé, il ne voulait que ça soit qu’une vilaine imagination. Il ferma ses yeux et espérait qu’en rouvrant, qu’elle ne soit plus. Mais malheureusement, elle était toujours là. Il devait répondre, elle était planté comme un piquet les mains sur le dossier de la chaise…. Il bredouilla pour commencer… Et puis…

« heu…Heu… Oui, tu peux … T’asseoir… »

Il faussa son sourire, puisqu’il n’arrivait pas toujours à réaliser qu’elle se tenait devant lui… Il joua alors avec son verre pour lui passer un peu sa gêne et il n’osa pas toujours regarder dans les yeux. Les tremblements lui rendaient mal à l’aise, surtout devant elle. Il toussota un peu, puisqu’il sentait sa gorge se coincer sous la surprise et puis, il ressaya de lui parler normalement. Il avait envie de beugler, de lui crier tout le mal qu’elle lui avait fait, mais il ne le pouvait pas. Il était entouré de gens inconnus et puis beuglé en public, ce n’étais pas du tout son genre…

« Pourquoi es-tu ici ? Pourquoi tu as disparu du jour au lendemain et que je n’ai pas eu de nouvelles de toi pendant cinq ans. Depuis…la fin de Poudlard… Je t’ai cherché… »

Qu’il prononça sèchement et ce sans monter le ton de sa voix. Il ne pouvait pas parler autre chose que ça. Il n’avait que des interrogations et puis, pourquoi elle était là à vouloir parler alors qu’elle aurait pu avant le faire ? Il prit son verre et le calla sans s’arrêter et le déposa durement sur la table sans le vouloir. Il leva sa main pour attirer l’attention de la serveuse et lui commander double verre de scotch. Il n’était plus le jeune homme et son absence n’avait rien arrangé ses affaires qu’il avait commencé à boire pour oublier sa peine….  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   Sam 13 Fév - 14:19

Eliot ne la repoussa pas mais Arya comprit sans doute possible qu’il n’était pas non plus content de la voir. Elle pouvait le comprendre ; mais ça signifiait que l’eau n’avait pas encore assez coulé sous les ponts. Pas besoin d’être legilimens pour déchiffrer la stupeur sur le visage de son ex-petit ami quand il l’autorisa à s’asseoir. Arya le remercia avec un sourire gêné et prit place. Elle repoussa d’un signe de la main la serveuse qui approchait. La consommation devrait attendre.

Arya ne dit rien, laissant Eliot prendre l’initiative. Elle-même fixa le verre avec lequel il jouait, rassemblant probablement le courage dont il avait besoin pour lui balancer ses pêchés à la face. Alors qu’il aurait pu crier — et ça n’aurait été que ce qu’Arya méritait — sa voix, bien que sèche, fut posée quand il prit enfin la parole. L’ancienne Serdaigle baissa un peu plus la tête, soupira, sortit sa baguette et, discrètement, prononça la formule permettant de créer une bulle insonorisée autour d’eux. Au moins, iels pourraient parler tranquillement, sans avoir peur de se faire surprendre, surtout si la magie entrait dans la conversation.

« Je. Je ne sais pas, Eliot. J’ai craqué. J’ai eu peur et je suis partie comme ça, sans rien dire à tout le monde. Peur de ce que ça voulait dire, sortir de l’école, peur de ce que ça voulait dire être avec toi… »

Elle se mordit les lèvres, hésita sur la suite de son explication. Pendant ce temps, Eliot avait rappelé la serveuse et demandé quelque chose à boire ; Arya n’avait pas compris quoi et prit une bière. Elle leva enfin les yeux vers son ex petit ami.

« Je suis désolée. Oui, tu vas me dire que c’est un peu tard, que je n’aurais pas dû agir comme ça, que j’aurais dû t’écrire et tu as tout à fait raison. Si tu veux savoir, j’ai même préparé quelques lettres. C’est juste que… que j’avais peur, que j’avais honte parce que j’ai tout gâché… »

Arya se tut de nouveau quand la serveuse revint avec leurs commandes. Elle avait tenté de parler d’une voix égale mais elle ne doutait pas que l’émotion s’y fût glissée.

« Et pourquoi je suis là ? Je t’ai vu. Par hasard. Et je me suis dit que je te devais bien ça, venir te présenter mes excuses. T’expliquer. Pour que si tu doives me détester, que ce soit sur de bonnes bases, sans croire que c’était de ta faute. »

Arya eut un rire nerveux. Le fameux coup du « c’est pas moi c’est toi » avec cinq ans de retard. Elle aurait de la chance si Eliot ne lui envoyait pas un sortilège dans la figure.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 128
Âge : 23 ans - 5 Mai 1988
Actuellement : Ministère de la Magie au département des transports magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sibelle Grown, Marilie Wright et Mia Hong

MessageSujet: Re: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   Dim 14 Fév - 23:55

Il ne s’attendait pas du tout de voir la demoiselle qui avait disparu depuis des lustres être devant lui à Bruxelles. Qu’elles sont les chances de voir quelqu’un dans une grande ville de revoir une personne parmi les gens et ce sur une terrasse même… Quasiment nul… Eh bien, pour Eliot, je dirais que la probabilité était fortement surprenante… Voilà qu’elle est devant lui et il se sentait visiblement mal à l’aise. Il n’avait jamais cessé de l’aimer, malgré qu’il pouvait la haïr de tout son âme. Il n’aimait pas ressentir autant de colère pour quelqu’un, mais cette fois-ci, elle l’a bien cherché.

Eliot avait donné l’autorisation à ce qu’elle puisse s’asseoir devant lui-même, malgré qu’il voulait rester tout seul à boire tranquillement. Il ne savait pas commencer la conversation mais finalement ses questions avaient été balancé sans qu’il ne cri, c’était même surprenant advenant de sa part qu’il soit capable de se contrôler alors qu’elle méritait de se faire beugler, de se faire crier, lui lancer les pires insultes. Mais il ne pouvait simplement pas. La raison ? Il l’aimait encore, même après cinq ans. Il exigeait maintenant des réponses. Il voulait comprendre à ce qu’il s’était passé entre eux ? Était-elle amoureuse d’une autre personne et elle ne voulait pas lui en glisser, faire en sorte qu’elle l’a fait plus mal que de lui dire la vraie raison ? Il vit alors Arya sortir la baguette magique pour entourer une bulle invisible, il en déduisit qu’elle mettait le monde de l’extérieur sous verrous. Le temps de régler les vieux comptes.

« Quoi ? Mais, de quoi tu parles ?  Craqué alors que tout allait bien ? Mais… C’est quoi ce délire ? »

La réponse, n’était clairement pas ce qu’il attendait. Il comprenait même de moins en moins ses explications qui devenaient un peu trop ambigu pour lui à force d’essayer de comprendre de ce qu’elle disait. Il passa ses mains devant son visage pour se remettre un peu d’aplomb pour qu’il puisse se mettre à remettre son cerveau en marche. Entre-temps, il avait levé sa main pour se commander un double scotch. C’est alors que son corps était figé quand il vit les yeux d’Arya se plonger vers les siens. Il ne se rappelait jusqu’à maintenant de la raison du pourquoi il était tombé amoureux d’elle ; il ne pouvait pas décrocher de son regard tellement il était fasciné. Elle continua son explication comme de quoi qu’elle avait gâché la relation.

« Bien sûr, tu as tout gâché. Ma vie, Poudlard, mes rêves… Tout ! Je t’aimais Arya ! Je me souviens encore comme si c’était hier que tu me disais que tu m’aimais ! Pis le lendemain, les gens de ta maison me disait que tu avais disparus. J’ai PANIQUÉ moi ! Je pensais que tu étais en danger bon sens ! J’ai tout fait pour te retrouver. »
Il avait dit cela avec un ton plus énervé. Ce qu’elle lui avait dit, il avait l’impression d’avoir un poignard dans le cœur, tellement qu’elle ne faisait que crever son abcès.

La serveuse revenait avec le double scotch sur le plateau de service qu’elle tenait dans sa main et déposa le verre devant lui. Il remercia la serveuse d’un signe de main, encore sur le coup de l’émotion qu’il venait d’échanger et se concentra sur le verre pour ne plus l’observer avant qu’il allait virer fou.

« Des lettres, qui ne sont jamais arrivés à destination pour moi. J’ai passé les cinq ans à me rendre cingler… De savoir si je t’ai fait quelque chose de mal. Tant que je ne le sais pas, je ne pourrais pas passer au travers. »
Sa voix se brisa. Il tenta de ne pas verser une larme. De se tenir comme un vrai homme. Il se retenait quand elle lui apprenait qu’elle l’avait vu par hasard. Sinon, il n’aurait pas encore eu de ses nouvelles ?

« Si tu me n’avais pas remarqué, j’imagine que tu ne m’aurais pas encore parlé ? Que tu attendrais encore quelques années avant que tu sois aussi cinglée part ta propre honte pour me l’apprendre que ce n’était pas de ma faute ? Que c’était juste de la tienne ? »

Il plongea ses mains une nouvelle fois sur son visage en signe de découragement. Un soupir bruyant se fait entendre et puis prend un moment pour se remettre de tous ces surprises. Puis, quand il jugea qu’il était temps de mettre l’eau dans son vin…

« Arya, moi aussi j’avais peur, mais je me sentais bien pour me risquer avec toi. Pourquoi tu as été partis. On aurait plus s’expliquer, je t’aurais dit la même chose que toi. Mais avec ton départ. J’ai paniqué, je me suis perdu aussi. J’en ai fait des conneries… »

Il n’allait pas s’expliquer de quelles sortes de conneries. La principale, c’est qu’elle comprenne à quel point qu’elle n’aurait peut-être pas eu la chance de le revoir en vrai s’il aurait fait. Mais finalement, le bon sens à pencher sa balance en sa faveur. Tel un vrai Poufsouffle ferait quoi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   Lun 15 Fév - 19:11

À chaque minute — à chaque seconde même — qui passait, Arya avait un peu plus honte d'elle-même et de ses actes passés. Si avec le temps elle était allée de l'avant, refoulant dans un coin de sa mémoire son abandon, qui ne revenait plus que quand, seule le soir, les mauvais souvenirs refaisaient surface, la jeune femme n'avait toujours pas accepté ses actes quand à 17 ans, fraichement diplômée, elle avait disparu. Dans ces conditions, comment croire qu'Eliot pouvait l'avoir accepté, lui qui en avait été la victime et n'avait probablement pas vu venir ?

« Oui Eliot, tout allait bien, elle dit, la voix brisée. Je me suis vue vieillir de dix ans, avec une petite vie bien posée dont je ne sortirai plus. Partir c'était facile. »

Les larmes commencèrent à venir mais Arya les refoula : ça n'était pas à elle de pleurer, elle n'avait pas à faire ça Eliot alors qu'elle était la coupable. L'ancien Poufsouffle ne fut pas tendre et Arya baissa un peu plus la tête. Ce qui lui avait permis de se supporter, au début, de vivre avec ses actes, avait été la certitude qu'Eliot s'en remettrait ; qu'il l'oublierait vite et referait sa vie comme il l'entendait. Apprendre qu'il l'avait cherchée était pire que tout.

Arya accusa le coup.

« Non Eliot. Non tu n'as rien fait de mal. »

Un coup d'oeil rapide lui apprit que son ex-petit ami se retenait lui aussi. Pourquoi ne voulait-il pas pleurer ? Ça aurait été tellement, tellement plus facile. Il l'obligeait à être digne elle aussi, pour ne pas empirer les choses. Arya avait déjà fait bien assez de dégâts.

Elle ne répondit pas à l'accusation. Elle n'en avait pas besoin : iels savaient tous les deux quelle était la réponse. À ce jeu-là, ça aurait pu durer longtemps. Un moment, Arya imagina ce qu'il se serait passé si Eliot l'avait croisée avec un autre homme. La jeune femme chassa tout cela : elle avait bien assez à se reprocher pour ne pas en rajouter.

Eliot reprit la parole plus calmement, demandant toujous plus d'explications, ce dont Arya ne pouvait pas lui tenir rigueur.

« Je suis désolée » fut tout ce qu'elle put dire, dans un souffle. Elle avait envie d'étreindre Eliot, qu'iels pleurent tous les deux et que tout reparte à zéro. Mais ça n'était pas possible, elle avait perdu le droit au moindre contact avec son ex-petit ami. Alors Arya gardait les mains serrées contre le verre de bière auquel elle n'avait pas touché, la tête baissée.

Si Arya avait su ce qu'Eliot entendait par bêtises, sans doute aurait-elle plus sombré ezncore.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 128
Âge : 23 ans - 5 Mai 1988
Actuellement : Ministère de la Magie au département des transports magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sibelle Grown, Marilie Wright et Mia Hong

MessageSujet: Re: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   Mar 16 Fév - 19:04

Il ne pouvait plus reculer, le mal était fait. Il avait décidé de poser des questions, pour qu’il puisse comprendre les évènements qui ont fait qu’elle était partie prendre le train et se poser ailleurs. Sinon, les réponses resteront encore dans sa tête. Dans sa mémoire, il n’avait aucune idée de ce qu’elle ferait le lendemain. On se dit tous, si on avait su, on changerait tout l’histoire et qu’il aurait changé de paroles. Qu’il l’aurait embrassé jusqu’à ce qui en soit satisfait. Il s’était dit qu’il aurait le temps… Hélas, il ne l’avait pas eu le temps finalement…

La réponse qu’Arya lui répondait avait maintenant une chose qu’il pouvait cocher dans sa liste de chose à savoir en priorité. Ce n’était pas de sa faute, si Arya était partie et que le couple « allait » bien. Il avait pensé et ressasser pour ne jamais trouver de réponses était énervant plus que tout! Il comprenait un peu ce qu’elle voulait dire. Ils ne se connaissaient pas réellement Arya comme il se le devait. C’était nouveau, cela ne faisait pas longtemps qu’il s’était mise en couple avec elle.

Il s’était penché sur son verre pour cacher un peu son inconfort, mais la réponse lui faisait du bien. Il pouvait alors tourner la page. Il risqua de lever ses yeux pour juste voir qu’Arya tentait de se retenir de pleurer. Cela lui faisait mal de l’à voir ainsi. Mais, il voulait des réponses, quitte à devoir la blesser comme il l’a fait. Il ne faisait que soupirer pour simplement de pouvoir suivre la conversation. Un simple désolé lui sortait de sa bouche. Elle avait tout dit, il le savait et il se forçait pour ne plus lui hurler. Mais, c’était plus fort que lui.

Il but la moitié du verre qu’il avait commandé pour chasser la grisaille qu’elle lui faisait, mais l’amour qu’il avait pour elle, lui tourmentait encore. C’est alors qu’il se disait qu’il devait lâcher prise, pour elle et pour lui-même. Ils s’étaient blessés par les discours pour comprendre les évènements du passé. C’est alors que ses yeux était maintenant ravagé par ses larmes. Il ne pouvait plus se retenir, une main tremblante s’avança pour aller sur celle d’Arya. C’est alors qu’il se souvenait parfaitement en touchant la peau de celle-ci qu’il se rappelait lors du temps de Poudlard à quelle point il se sentait bien avec elle. Toujours la main sur la sienne, il se leva et se changea de chaise pour qu’il puisse s’approcher. En voulant prendre la chaise qui était à sa gauche, la nervosité d’Eliot lui avait manqué son coup. Sa main avait tâté la chaise mais l’a rata en raison de ses tremblements intenses. Il recommença et le réussi enfin. Il s’assoyait et fixa intensément dans les yeux qui avait été sa muse. Il prit le courage et parla alors d’une voix douce et normal. Question de ne plus lui faire mal encore une fois…

« Excuse moi, j’avais besoin de réponses… »


Il vit alors qu’Arya ne lui avait pas retiré sa main tout ce temps-là, signe qu’elle acceptait le réconfort qu’Eliot lui donnait malgré ses interrogations. Avec sa main libre, il essuya ses yeux pour qu’il puisse mieux voir. Il ne savait pas ce qu’elle pensait de lui, si elle l’aimait encore. Il posa alors l’autre main sur son autre main. Il vit que ses tremblements n’avaient pas cessé.

« Jjjjj… Je veux qu’on puisse arrêter de s’en vouloir. Je suis même content que tu as eu le courage de venir me voir. Je suis…. Je suis content que veuille m’expliquer. Je peux enfin tourné ma page maintenant. »



Il lui fit un sourire reconnaissant, malgré ses yeux qui se baignaient dans ses larmes. Il se foutait de ce que le monde autour de lui allait penser. Il avait retrouvé une certaine paix intérieur.

« Tu sais, je ne t’ai jamais oublié. Même que j’ai pensé que tu étais morte… J’étais même prêt… Enfin, tu es là, c’est ce qui compte pour moi.. »



HEUREUSEMENT, qu’il s’était arrêté ! Il lui aurait fait sans doute peur s’il aurait continué sa pensé. Il secoua sa tête pour oublier ce qu’il aurait pu lui dire. Il se serait s’en voulu de lui avoir fait de la peine encore plus qu’il ne l’a fait. Il claqua sa bouche pour changer de conversations… Maintenant qu’il avait compris ce qu’elle avait fait. Il avait encore une autre question, mais ne savait pas si c’était le moment idéal pour lui demander. Mais la tentation était trop forte pour attendre…

« Arya ?  Hum… Euh… Qu’est-ce que tu attends de moi ?


 

Voilà, c’était fait. Il avait posé la question, peu importe la réponse qu’elle lui transmettra, il le comprendrait. Elle aurait un amoureux dans sa vie, on ne sait jamais… En cinq ans, ça le temps de changer bien des choses… Il suffit de savoir ce qu’elle attendait de lui. Il aura une idée fixe de ses attentes quoi !...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   Sam 20 Fév - 21:48

La main d'Eliot prit la sienne et Arya tressaillit, sans la retirer cependant. Le contact était agréable, réconfortant, bien que gênant. Elle regarda son ex petit ami changer de place, trébucher pour s'approcher d'elle. Eliot tremblait. Arya voulut l'aider, demander ce qu'il se passait, mais elle n'en avait pas le droit quand elle était partie si subitement et était réapparue tout à coup dans sa vie : si Eliot avait des problèmes, la jeune femme comprenait à présent qu'elle en était probablement une des causes. Quand il s'excusa, Arya eut un rire nerveux.

« Et c'est toi qui t'excuses. Je suis vraiment ridicule. »

Eliot était vraiment trop gentil et Arya se demanda comment elle avait pu faire ça, pourquoi elle n'avait pas rompu proprement. Sur le coup, ça ne leur aurait fait du bien ni à lui ni à elle mais la rancœur aurait fini par passer et elle n'aurait pas fait tant de mal à l'ancien Poufsouffle. Le mépris d'elle-même grandissait en Arya.

Eliot prit son autre main et encore une fois, la jeune femme se laissa faire. Elle le regarda, un sourire triste sur le visage, sans répondre. Que pouvait-elle lui dire ? Se confondre encore en excuses ? Le temps était passé, semblait-il.

Ce qu'ajouta ensuite, Eliot, la fit frémir. La jeune femme ne pouvait pas se douter le moins du monde de ce qu'elle avait (failli) provoquer ; mais les quelques mots prononcés suffirent à l'effrayer un peu. Elle serra un peu plus fort les mains de son ex petit ami, bien malgré elle. La jeune femme n'avait plus que peu de contrôle sur elle-même, son regard planté dans celui d'Eliot.

La question qui suivit la désarçonna. Arya baissa de nouveau la tête et se perdit dans le liquide ambré de sa bière. Finalement, elle répondit.

« Moi ? Attendre quelque-chose de toi ? Quand je suis venue, je me demandais si tu n'allais pas me jeter un sort que j'aurais entièrement mérité. Non, c'est plutôt à moi de te poser la question, Eliot. Qu'est-ce que tu attends de moi ? »

Arya n'était pas sûre de savoir ce que voulait dire Eliot. Il avait l'air d'être prêt à lui pardonner, à passer à autre chose, mais ses mains qui tenaient toujours les siennes… Arya était un peu perdue. Le temps avait passé mais son corps n'avait rien oublié de la chaleur d'Eliot, de sa gentillesse et de l'amour qu'elle lui portait. Et Arya se demandait ce qu'il en était, cinq ans plus tard.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 128
Âge : 23 ans - 5 Mai 1988
Actuellement : Ministère de la Magie au département des transports magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sibelle Grown, Marilie Wright et Mia Hong

MessageSujet: Re: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   Lun 22 Fév - 2:45

Eliot se demandait combien de minutes s’étaient écoulés. Une éternité peut-être ? Mais, l’impression de revenir en arrière était si présent dans le cœur de l’ancien poufsouffle. Arya, il le savait très bien qu’il en était encore amoureux. Pourtant, cela faisait maintenant cinq ans qu’il ne s’était pas vu et pourtant… L’amour existe encore…

Elle n’avait pas retiré sa main quand il a saisi la sienne. La chaleur qu’il ressentait était vraiment brulante. Il le sentait sous sa main qui tremblait. L’homme qui semblait avoir toujours une facilité de pardonner lui avait demandé de s’excuser. L’idiot était celui qui en avait reçu beaucoup de coups de poignard dans son cœur. Il aurait pu être encore d’avantage blessé. Mais il se rendait compte qu’il aurait pu faire n’importe quoi pour la belle qui était maintenant devant lui, même pardonner.

« C’est vrai que c’est moi qui s’excuse, faut croire que je suis trop gentil… »

Il disait cela avec un sourire triste, les larmes ruisselaient encore, mais il se sentait un peu en paix puisqu’il pouvait maintenant comprendre, un peu bien sûr, les raisons de son départ. La peur de l’engagement. Il avait peur lui aussi, mais pour elle, il se serait rendu loin. Quitte à changer de pays pour elle. Peut-être que c’était l’amour aveugle, l’amour fou. Mais il l’avait donc aimé cette femme. De l’a revoir encore, lui fait naitre en lui un amour qu’il n’avait jamais cessé encore, malgré le temps de l’absence.

Placé l’autre main sur son autre main, il ressentait un vif mouvement de sa part. Il voyait bien qu’elle était troublée, mais c’était plus fort que lui. Il voulait sentir sa chaleur, son énergie. Mais, elle ne recula pas encore. Faut croire qu’elle résistait à son charme ! Puis, il avait regretté de ce qu’il avait dit au sujet qu’elle aurait pu être morte durant tout ce temps-là. Il voyait dans ses yeux, une peur qu’il avait connue auparavant. Il sentir alors un serrement sur ses mains tremblantes. Il sut alors qu’elle avait deviné. Il se mordilla ses lèvres pour se disputer pour lui-même intérieurement.

« Désolé, ça… m’est sorti tout seul. »

Il passa machinalement une main dans ses cheveux, il devenait de plus en plus nerveux. Il ne savait que faire pour passer le temps. Plus il réfléchissait, plus il se perdait dans ses pensées. Puis, il savait qu’il avait une question à lui poser. Mais il ne savait pas si c’était bien le moment ou pas. Écoutant son cœur, il se lança tout de même. La réponse qu’Arya lui lançait le surprenait. Il avait pris un moment pour penser, savoir ce qu’il veut vraiment. Il ne voulait pas mentir, ni lui poser un lapin. Surtout l’effort qu’elle avait fait pour venir y faire face. Elle s’attendait à se faire pointer le regard, se faire lancer un sort. Sa réaction était surprenante, il n’en fit même pas.

« Au début, j’y pensais de te faire subir ce que j’ai subis, mais, plus on se parle, plus que je n'ai que la pitié que la rage. »


Il scruta son verre et sa main qui était sur son ex-copine se dirigea vers le scotch qu’il le calla d’un coup sec. Il déposa délicatement sur la table. Question d’en avoir du courage.  Il tourna ses yeux sur celle qui sont cœur bat et la fixa intensément…

« Arya… Qu’est-ce que je veux ? Je veux recommencer à rire, je veux être le jeune homme auquel tu as connu. En cinq ans, je n’ai pas ris souvent à en virer fou. J’ai de la médicamentation à prendre à chaque jour. Peut-être… Peut-être…. Si tu veux bien… »

Oh mon dieu ! Il en avait les palpitations. Cela faisait un moment qu’il n’avait pas ressenti ce genre d’émotion.

« Si tu veux bien me montrer à rire comme avant ? À vouloir être celui que tu as connu et que tu es prête à donner de ton temps pour redevenir ce que j’étais ? Parce que quand je te vois en ce moment, je me dis que je voudrais être à tes côtés… Mais… Peut-être que t’es bien en ce moment, je ne t’en voudrais pas non plus … »

Il baissa ses yeux. Sa gêne paraissait sur son visage et il évita de regarder sa réaction. Il avait osé de lui dire ce qu’il ressentait et il ne cessait de penser à la réponse de celle-ci qu’elle pourrait lui donner. Si elle refusait son offre, il savait ce qu’il allait faire pour palier à sa peine. Mais en attendant, il lui serra sa main pour apporter son affection et il mordilla sa langue tant que l’attente était longue pour lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   Sam 27 Fév - 17:00

Trop gentil. l’expression avait de quoi faire ricaner ; ou pleurer, c’était selon. Le fait que l’on puisse être trop gentil en disait probablement beaucoup sur l’état du monde et des façons de voir. À vrai dire, si en temps normal il s’agissait d’une question sur laquelle Arya ne se serait pas privée d’ergoter, en l’occurrence elle avait des soucis plus importants à régler : s’occuper d’une personne qui, parce qu’elle était effectivement trop gentille pour les autres êtres humains, avait été blessé et risquait de l’être encore — et par Arya elle-même en premier lieu.

« Ce n’est pas quelque chose dont il faut avoir honte », elle murmura.

La main d’Eliot lâcha la sienne un instant. Le jeune homme était troublé — plus troublé encore qu’avant, en tout cas. Nul besoin d’être Trelawney pour savoir qu’il voulait dire quelque chose à Arya ; quelque chose de bien précis. Restait à savoir quoi, mais la jeune femme n’allait certainement pas le brusquer. Elle pouvait bien passer la nuit ici si ça permettait à Eliot de se sentir mieux. Elle lui devait bien ça. Au moins.

« Je crois que j’aurais préféré la rage… »

Arya avait parlé encore plus doucement. Non qu’elle souhaitât se faire pourrir par son ex-petit ami, mais la pitié… La jeune femme avait bien vécu, pendant tout ce temps et laissé Eliot s’enfoncer dans les abimes de la dépression ; avec la pitié, c’était du mépris qu’il lui renvoyait à la figure. Du mépris mérité, il n’y avait aucun doute à avoir là-dessus, mais bien plus difficile à supporter que la colère froide. Eliot avait tellement compte pour elle et elle avait tout gâché pour des peurs de gamine.

La suite devait cependant démentir cette impression. Après avoir vidé son verre, Eliot reprit la parole.

Le cœur d’Arya manqua de s’arrêter quand elle comprit là où Eliot voulait en venir. Elle baissa de nouveau la tête, histoire de ne pas le voir dans ses yeux. Non qu’elle ne voulût pas recommencer, réessayer, mais…

Oserait-elle ? Arya avait déjà bien trop blessé Eliot. À fuir comme ça, sans donner de nouvelles, elle avait sans doute manqué de le tuer et en tout cas ne lui avait pas fait de bien. Et si elle paniquait de nouveau ? Et si ça ne marchait pas, cette fois-ci ? Les risques n’étaient-ils pas trop élevés pour le jeune homme ?

Arya releva la tête.

« Eliot », elle commença, puis s’arrêta. La jeune femme ne savait toujours pas quoi lui répondre. Elle rouvrit la bouche, la ferma de nouveau, puis ses yeux se posèrent sur la main d’Eliot qui tenait toujours la sienne. Sur la chaleur et le bien être dans ce tout petit bout de peau. Eliot serra plus fort. Arya avait pris sa décision. Tout doucement, sa propre main bougea et les doigts s’entrelacèrent. Arya releva la tête d’Eliot et lui sourit.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ministère

Parchemins : 128
Âge : 23 ans - 5 Mai 1988
Actuellement : Ministère de la Magie au département des transports magiques


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Sibelle Grown, Marilie Wright et Mia Hong

MessageSujet: Re: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   Lun 29 Fév - 2:11

Eliot savait qu’elle et lui-même avait survécu à une grande douleur. Le déchirement pour des cœurs qui s’aimaient… Un peu trop. Hélas, elle était partie dans un silence, un souffle. Il ne l’avait jamais vu venir, tel qu’il avait passé par tous les émotions qu’un corps humain peut ressentir : la joie, le bonheur, l’incompréhension, la peine puis pour finalement arriver avec la colère. Mais depuis qu’elle était sur cette chaise, sur la terrasse à Bruxelles où il vit maintenant l’ancien Poufsouffle. Son émotion était maintenant passé à revivre, à vouloir continuer l’histoire qui s’était arrêté il y a cinq ans déjà.

S’excuser alors qu’elle méritait de la pire punition, le surprenait beaucoup. Lui qui avait passé les cinq dernières de sa vie à essayer de l’oublier, à boire pour fuir sa douleur qu’elle lui avait laissé. Il avait beau essayer de penser aux actes qu’elle lui avait fait subir, mais c’est peut-être le temps qui lui avait permis de lui donner une chance.  

« Même à ça, je vais toujours avoir honte je crois. Si Sibelle n’avait pas été présente. Euh… »

Il oscillait ses épaules pour compléter sa pensée. Il n’arrivait pas à finir. Ce n’était pas facile pour lui de relater ce moment qu’il avait vécu difficilement. Il prit une respiration rauque et il détourna son regard sur les passants qui marchaient dans la rue pour se changer un peu les idées. Pendant qu’il relâchait la main d’Arya pour se diriger vers le scotch, il lui avait expliqué qu’il n’avait que la pitié et non la rage. Il s’était mis à sa place et pouvait imager un moment Arya avec de l’incertitude face à son avenir. Il avait fait la même chose pour de son côté, mais il se sentait prêt à vouloir se lancer dans l’aventure.

« Pour te faire regretter encore plus ? Je crois que tu payes beaucoup en ce moment… »

Il avait ragé oui, mais maintenant il voulait passer à autre chose. Il était épuisé mentalement. De ce fait, après avoir bu son verre et qu’il ressentait le bien-être qu’il connaissait à force de boire souvent. La réponse qu’Arya lui posait le surprenait. Qu’est-ce qu’il voulait ? Il voulait passer du temps avec elle. Retrouver le temps perdu. À recommencer à rire, à vouloir être heureux quoi ! Il avait penché sa tête, il ne voulait pas voir ce qu’elle en pensait. Il ressentait une nervosité, tendu. Il écoutait alors attentivement, surveillant ainsi sa réaction. Puis pendant un moment, il ne savait plus si c’était une bonne idée de lui avoir balancé. Si elle refusait ? Si ce qu’il ressentait échouait à nouveau ? Sa tête était remplie de pensées douteuses, ce qui lui fait douter de ce qu’il avait dit. Il soupira et passa une nouvellement fois une main dans ses cheveux. Une manie qui ne le lâche jamais, surtout en cas de stress intense. Puis, après quelques minutes de silences, il attendit enfin la voix qui prononçait son nom. Il gardait son souffle, il ne savait pas comment agir dans ces circonstances comme celle-là. Toujours la maison sur elle, il serait un peu plus. Question de lui apporter le soutien qu’elle aurait sans doute besoin. Sans un mot, elle lui démontrait de ce qu’elle avait choisis. Il sentait alors les doigts d’Arya qui entrelaçaient avec les siens. Puis, il vit sa main qui le faisait relever sa tête. C’est alors qu’il vit un sourire de celle-ci qui lui avait longuement manqué. Il posa alors sa main sur la sienne alors qu’elle était encore posée sur son visage. Le visage d’Eliot avait changé. Depuis longtemps, il n’avait ressenti un sentiment de naïveté. Il pouvait à présent sourire, bien qu’encore timide. Mais c’était l’important. Elle avait accepté sa demande. Il avait d’autres questions, mais ce n’était nullement le temps. Il voulait juste apprécier ce moment qu’il avait. Il approcha alors son visage près de la sienne, ses yeux brillaient encore plus. Puis, sans attendre, posa ses lèvres sur ses lèvres tout en fermant ses yeux. Il trouvait ce moment merveilleux. Il posa alors son autre main son visage, ses larmes ruisselaient de bonheur… Entres quelques échanges de baisés, il réussit à lui glisser ceci :

« Arya… Si tu savais…. Comment tu peux me rendre heureux en ce moment… Je t’aime… »
qu’il murmura à ses oreilles.

Puis, se rappelant qu’il était au restaurant, il se distança un peu avec regret. Mais il ne lâcha pas ses mains d’aucune façon.

« Si on sortait d’ici ? Et qu’on se retrouverait dans un endroit plus intime pour se retrouver ? Comme chez moi par exemple ? » qu’il le dit avec un sourire moqueur.

Non qu’il ne voulait pas profiter de son nouveau statut pour profiter d’elle. C’est juste, qu’il sentait qu’il en aurait long à discuter. Surtout depuis la fin de Poudlard. Qu’est-ce qu’elle a fait ? C’était la même chose pour le jeune homme. Il en avait long à raconter surtout le fait d’entrer dans la grande batiste du Ministère était une réussite en soi. Mais, retrouver Arya était sans doute la coche encore au-dessus des bonheurs qu’Eliot aura vécu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ce n'était qu'un au-revoir [Bruxelles][PV]
» Comme c'est agréable de te revoir...
» Manigat dit Au revoir à Marc Bazin
» Il était une fois... Carrefour!
» Ce n'est qu'un au revoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts :: Archives :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Année 21 (2011-2012)-
Sauter vers: