AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 179
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]   Ven 15 Avr - 16:13

L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ?
Lucas & Heather
"Il n'y a pas de plaisir comparable à celui de rencontrer un vieil ami, excepté peut-être celui d'en faire un nouveau."


Une cape, un bonnet, de manière générale un uniforme de fille. De dos, ça faisait illusion. Franchement, Lucas avait vraiment cru qu'il s'agissait de Prudence quand il s'était approché. A sa décharge, il n'était pas très proche de sa camarade de maison, mais Payton lui avait demandé de la lui amené, encore une histoire de chats à régler. Dernièrement, chez les Poufsouffle, ils pullulaient. Non que cela dérange le jeune homme. Chez lui, il y avait des animaux bien plus impressionnants, sa mère ayant une espèce de zoo privé dans leur parc, à côté de chez eux. Chez Lucas, même s'il venait d'un milieu très aisé, on vivait parfaitement normalement à deux exceptions près : la salle insonorisée pour que ses célèbres parents musiciens composent et le zoo privé de sa mère. Pour le reste, c'était à peu près normal. Quoi qu'il n'était peut-être pas tout à fait normal d'avoir eu une nurse jusqu'à ses dix ans et d'avoir un cuisinier, mais ce n'était pas vraiment comme si sa mère était capable des tâches basiques. Elle était une artiste tel qu'on les représentait dans les caricatures : gentille, mais vivant très loin des basses réalités de ce monde. Lucas, en revanche, était plutôt doué pour le ménage. Il faut dire que sa nurse était intransigeante sur la question, il devait s'occuper quasiment seul du bon état de sa chambre. Un bon entraînement maintenant qu'il vivait en internat… même si, ici aussi, il n'avait pas vraiment à se préoccuper de grand-chose. Les elfes de Poudlard valait tout le personnel que les Montgomery-Maiden pouvaient jamais avoir. Mais ils avaient un peu plus de monde à s'occuper aussi que les deux enfants Lucas et Psychée, et les parents Edward et Roze.

Mais passons sur ces quelques digressions familiales car une fois qu'il avait fait se retourner la jeune première année d'un « Eh Pru… » il s'était bien vite arrêté. Non seulement la couleur de cheveux n'était pas la bonne (celle qu'il avait en face de lui était plus auburn que châtain/blond), mais en plus la maison indiquait clairement que la jeune demoiselle était à Serdaigle – l'ancienne maison de sa mère soit dit en passant -. « Ah, oups, désolé… Je cherche Prudence Faraday, une fille de ta classe, tu ne l'aurais pas aperçu par hasard hum... » Il lui fallut quelques secondes pour chercher le prénom de la fille en face de lui. Il était sûr que Leya le lui avait dit à un moment en passant, et peut-être même Psychée (sa sœur, à Gryffondor) aussi. « Heather, c'est ça ? » Payton était quand même gonflée de ne pas faire ses commissions elle-même. D'un air penaud (il avait quand même dérangé la première année pour rien), il passa la main dans ses cheveux blonds. Il était décidément trop gentil avec les filles, il ne savait pas dire non !


«Il existe trois types de gens que personne ne comprend : les génies, les fous et ceux qui marmonnent dans leur barbe.
Heureusement je n'ai pas de barbe.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 87
Âge : 13 ans - 08/12
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Cha

MessageSujet: Re: L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]   Lun 25 Avr - 10:29

     Heather s'était réveillée plusieurs fois dans la nuit, ayant coup sur coup trop chaud, trop froid ou envie de vomir. De peur de se faire coincer par Rusard en allant à l'infirmerie, elle avait attendu le matin pour s'y rendre. Madame Strue l'avait grondée : « Tu te promènes toujours sans cape dans le parc alors évidemment que tu finis par tomber malade. » La Serdaigle s'était défendue comme elle avait pu, en disant qu'elle n'avait pas froid et qu'elle ne tombait jamais malade, mais l'infirmière avait insisté. « Pour au moins une semaine, tu ne quitte pas cape, bonnet et écharpe ! » La fillette s'était résignée à devoir s'habiller très chaudement pendant une semaine. Elle comptait les secondes ! Quelle horreur de devoir porter autant de tissu !
     Elle était restée toute la matinée à l'infirmerie, le temps de se remettre. Son nez coulait un peu, mais l'infirmière l'avait autorisée à sortir. Avant d'aller en cours - c'était l'intercours -, elle était passée par le dortoir, pour prendre des vêtements chauds. Sur le chemin de la Grande Salle, elle entendit qu'on l'apostrophait. Elle se retourna tout en remarquant que le début du prénom prononcé n'était pas le sien.
     Elle n'avait jamais vraiment parlé au garçon qui se trouvait juste derrière elle, mais elle put immédiatement voir que c'était un Poufsouffle. Probablement en deuxième année, déduit-elle pendant qu'il lui demandait si elle avait vu Prudence.
« Non, désolée, je ne l'ai pas vue. J'étais absente ce matin et j'ai raté le cours de potions. »

     Elle fut immédiatement choquée par la longueur de sa propre phrase. Comment avait-elle réussi à aligner autant de mots face à un parfait inconnu ? Magie du rhume ? Malgré son nez bouché, son accent français transparaissait. Le son de sa voix, légèrement changée par sa gorge enrouée lui plût plus que d'habitude - non pas qu'elle aie quelque chose contre sa propore voix -. Ah, l'inconnu connaissait son nom en plus ? Comment ?
« Oui, Heather. Et toi tu es ? »

     Waw, elle posait des questions en plus ? Ce rhume la rendait vraiment bizarre. Peut-être que la fièvre empêchait son cerveau de la bloquer. Elle se fit la réflexion que finalement, parler avec quelqu'un, ce n'était pas si horrible, voire même ... Agréable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 179
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]   Lun 16 Mai - 10:06

Dommage, visiblement, la jeune Serdaigle ne lui serait d'aucune aide. Si seulement Payton était fichu capable de se débrouiller toute seule pour faire ses commissions aux premières années aussi ! « Mince… Et je suppose que tu n'as pas la moindre idée de l'endroit où peuvent se planquer des Poufsouffle de première année après les cours du matin ? » Voilà qui n'arrangeait pas ses affaires, il était déjà las de ses recherches alors que finalement ça ne faisait pas si longtemps que ça qu'il avait commencé. Il faut dire qu'il n'était pas du genre hyper sociable, alors il n'était pas la personne la plus indiqué pour en chercher une autre. Cela dit, au sein de sa maison, il faisait des efforts. Il parlait plutôt fréquemment à ceux de son année, aux premières années et même à certains troisièmes années comme Tempérance qu'il aimait bien dans cette classe. Pour les plus âgés, c'était moins ça, à part Payton, mais c'était parce qu'elle était préfète. Et parce que la brunette parlait à tout le monde, tout le temps, une pure bavarde. Au point que Lucas en était parfois étourdi…

Mais passons. « Lucas, Lucas Montgomery. A Poufsouffle donc. Ma sœur est dans ta classe, mais à Gryffondor. » Il avait une bonne mémoire (à défaut d'avoir hérité de l'intelligence innée de sa mère), alors il avait retenu facilement les prénoms de ceux de la classe de sa sœur. Enfin, ceux dont elle lui avait parlé, or Heather était visiblement une élève brillante alors on la lui avait montré au détour d'un couloir voilà quelques temps. Et puis, Leya aussi lui en avait parlé, et il était très ami avec Leya. Il avait même songé à l'inviter au bal, mais quelque part il s'en sentait trop proche pour ça. Bizarre, hein ?

« Tu n'as pas l'air très bien, tu es malade ? » S'enquit-il d'un ton neutre car la question se voulait plus poli que réellement intéressée par la réponse. Ce n'était pas pour rien que Lucas était réputé profondément associable, en plus de détester la foule, il ne faisait que suivre mécaniquement les règles sociales sans y mettre beaucoup de sentiments. C'était sa manière de fonctionner. Il ressentait des choses quand même, sauf qu'il ne voyait pas l'intérêt de le montrer, ça ne regardait que lui, pas vrai ?

« On peut s'asseoir si tu es fatiguée. » Proposa-t-il ensuite dans la même lignée. Il n'avait pas oublié qu'il devait chercher Prudence, mais Heather semblait un peu patraque et sa mère lui avait appris qu'on ne laissait pas quelqu'un tout seul quand il n'allait pas bien. On pouvait en effet reprocher beaucoup de choses à Lucas (y compris son insensibilité apparente), mais il était bien élevé. Plus que la plupart des garçons de son âge probablement, il faut dire qu'être le fils d'une célébrité (littéralement) schizophrène rendait mature et responsable de bonne heure. Et pour en finir avec sa quête de Prudence, elle pouvait attendre, après tout, si c'était urgent, Payton aurait du lui envoyer un hibou express hein !


«Il existe trois types de gens que personne ne comprend : les génies, les fous et ceux qui marmonnent dans leur barbe.
Heureusement je n'ai pas de barbe.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 87
Âge : 13 ans - 08/12
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Cha

MessageSujet: Re: L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]   Dim 31 Juil - 16:26

     Lucas Montgomery ... Ce nom lui disait vaguement quelque chose. Il y en a plusieurs à Poudlard, réalisa la fillette. Elle éternua à nouveau, et plusieurs fois.
« S'ils ne sont pas dans la salle commune ... »

     C'était le premier endroit logique où chercher quelqu'un de sa maison, elle supposa que si Lucas était doté d'un cerveau, il avait d'abord regardé là-bas avant de demander à des gens au hasard s'ils savaient où était Prudence. Elle réfléchit un instant et ajouta :
« Peut-être à la Bibliothèque non ? »

     Bien qu'ils n'y passaient pas autant de temps que les Serdaigle, beaucoup d'élèves préféraient le calme de la Bibliothèque par rapport au bruit de la Salle Commune. Montgomery à Gryffondor ? La mémoire de l'aiglonne se rappela du prénom : Psychée probablement, même si un autre nom lui vint à l'esprit : Opaline. Mais l'image qu'elle avait était celle d'une jeune fille ; et non d'une fillette de première année. La sœur de Lucas devait probablement être Psychée.
     Elle eût à ce moment un gros haut-le-cœur qui dût la faire pâlir, ou alors elle le cachait très mal, car il lui demanda comment elle allait. Alors elle se rendit compte que malgré son écharpe, son bonnet et sa cape, elle tremblait presque de froid. Alors elle remarqua le ton du jeune homme, exactement le même que l'on pouvait avoir quand on rencontrait quelqu'un avec l'échange sans intérêt de "Ça va ? - Oui et toi ? - Oui." ; et non ce que l'on pouvait dire à quelqu'un qui avait vraiment l'air malade. Sans qu'elle en comprenne la raison, elle fut vaguement énervée qu'il n'ait pas l'air de ressentir la moindre compassion pour elle. L'aiglonne, plus par orgueil que parce qu'elle se sentait vraiment bien, se redressa et dit un peu plus froidement qu'elle l'aurait voulu.
« Ça va, je sors juste de l'infirmerie. »

     Elle le regarda dans les yeux et passa la main dans ses cheveux malenés par ses éternuements précédents. Après tout, Madame Strue l'avait dit, ce n'était qu'un rhume ! Elle n'allait pas se laisser abattre pour cela ! Cependant, bien que son orgueil se rebiffe : il ne voulait pas qu'elle paraisse si fragile devant un garçon qu'elle connaissait à peine ; la fièvre gagna le duel et elle éternua - une fois de plus -. Ce n'est rien, décida-t-elle. Mais une trop violente quinte de toux brisa ses résolutions. Elle peinait tellement à reprendre son souffle qu'elle jugea plus prudent de s'appuyer contre un mur alors qu'elle commençait à avoir la tête qui tournait.
     Après un temps qui lui parut interminable, l'aiglonne put enfin respirer à pleins poumons, mais elle jugea plus prudent de garder une main en appui sur le mur de pierre. Son envie de vomir revint, plus présente que jamais. Un simple rhume n'aurait pas eu un effet aussi destructeur sur sa pauvre gorge qui souffrait le martyre après avoir été aussi agressée par la toux. Elle devrait peut-être retourner à l'infirmerie en fin de compte ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 179
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]   Ven 12 Aoû - 16:42

« Hum… Je n'ai pas vraiment l'impression que mes camarades soient des grands amateurs de livres. » La proposition aurait pu être vraie s'il s'était s'agit de Serdaigle, ou même de lui – car il traînait tout le temps au milieu des livres, plus reposants que les gens -, toutefois, il n'y avait jamais vu ses camarades plus jeunes, sauf lorsqu'ils semblaient y être contraints et forcés. Certains devoirs nécessitaient forcément des recherches, mais pas tout le temps. Heureusement, car Lucas aimait que la bibliothèque soit presque toujours vide. On ne le répétera jamais assez, il a du mal avec la foule. Les raisons de ce problème n'étaient pas clairement définis. On en débattait parfois dans sa famille. Est-ce que c'était seulement parce que sa mère était un peu bizarre et qu'il en avait hérité ? Est-ce que c'était parce qu'il avait grandi dans une maison isolée et ne s'était du coup pas habitué à être entouré de monde ? Ou bien était-ce simplement parce qu'il était de ce type de caractère contemplatif qui aimait le calme ? Après tout, ça existait aussi hein… pourquoi chercher des explications là où il n'était pas nécessaire d'en trouver.

Il remarqua ensuite que la jeune fille n'avait pas l'air bien, il le lui fit remarquer mais elle ne sembla pas sensible à ses marques d'attention. Voilà une raison de plus selon Lucas de ne pas se mêler aux autres, ils n'étaient jamais contents : quand il les ignorait, ils le traitaient d'insensible, et quand il s'en préoccupait, il se faisait rembarrer. Les gens étaient globalement injustes avec lui. Heureusement, pour sa part, il n'avait pas spécialement d'orgueil à préserver comme il se moquait pas mal de l'avis d'autrui, alors il ne le prit pas plus mal que ça et revint simplement à la charge quand la jeune fille prouva qu'elle mentait en ne faisant que s'affaiblir de plus en plus.

« Sortir de l'infirmerie est en général le signe qu'on ne va pas bien. » Fit-il remarquer en attrapant la jeune fille parce que s'adosser à un mur glacial n'allait probablement pas améliorer son rhume. « Viens t'asseoir une seconde, après il vaudrait mieux que je te raccompagne à l'infirmerie. Tu es toute pâle, tu as besoin de repos. » Et elle n'avait pas intérêt à refuser parce que Lucas ne la laisserait pas faire. Si elle cherchait à se la jouer solo, il irait tout simplement lui-même à l'infirmerie pour signaler qu'il y avait une élève malade en route et qu'il faudrait aller l'aider. S'il était, certes, du genre à se moquer de la vie et de l'opinion de ses camarades, ça ne voulait pas dire non plus qu'il allait laisser une demoiselle malade sans soin. Il avait une sœur du même âge que Heather alors il avait toujours éprouvé un certain sens des responsabilités vis à vis des plus jeunes que lui. C'était souvent ce qui le sauvait d'une réputation totale d'associable : quelqu'un de totalement misanthrope n'irait pas aider ses cadets, pas vrai ? De plus Lucas n'était pas misanthrope, ce n'était pas qu'il n'aimait pas l'humanité, c'était la foule et le bruit qui le gênait, c'était tout de même un peu différent. Et il considérait que l'opinion des autres sur lui ne comptait pas, mais il portait rarement des jugements sur les autres aussi en échange. Sauf si vous vous en preniez à sa famille, mais ça restait quand même rare (c'était de toute façon une mauvaise idée de se mettre le clan Montgomery à dos!).

{587}


«Il existe trois types de gens que personne ne comprend : les génies, les fous et ceux qui marmonnent dans leur barbe.
Heureusement je n'ai pas de barbe.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 87
Âge : 13 ans - 08/12
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Cha

MessageSujet: Re: L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]   Lun 15 Aoû - 8:32

« Dommage pour eux, les livres sont des choses merveilleuses. »

     C'était sorti tout seul, presque trop vite, sans qu'elle ait pu réfléchir une seule seconde à ce qu'au fond l'auburn voulait dire. Son amour des livres avait pris le dessus sur sa raison. Mais elle regrettait presque à présent. Ces dernières années lui avaient permis d'apprendre à s'isoler des autres, à ne pas tout leur dévoiler d'elle-même, à ne pas dire ce genre de choses en public alors qu'elle s'efforçait d'entrer dans le moule de la "normalité". Car oui, Heather se sentait beaucoup trop différente des autres pour ne pas en ressentir une certaine gêne. La cruauté des enfants et les moqueries qu'elle avait subi l'avaient amenée à ne plus parler aux autres, à ne plus avoir d'amis. Si elle ne parlait volontairement à personne, c'est parce qu'elle avait dressé son corps pour le faire ; mais la maladie, la fatigue et la fièvre emportait tout son dur travail, ruinaient ses efforts.
     Malgré qu'elle mette toute sa volonté à ne pas y penser, elle était touchée que quelqu'un d'autre que sa mère, enfin, s'inquiète pour elle, et pas uniquement pour sa spectaculaire quinte de toux qui lui avait fait venir la larme à l'œil. Alors qu'il lui faisait remarquer que son mensonge était tout sauf crédible, elle sourit faiblement.
« Tu dois avoir raison » articula-t-elle avec difficulté, en parlant d'une voix faible et éraillée.

     Elle avait l'impression de hurler mais savait que seul un faible son sortait de sa gorge, qui la faisait souffrir atrocement lorsqu'elle tentait de parler. L'aiglonne fut presque choquée qu'il la touche - les contacts avec d'autres êtres humain étaient très rares pour elle -. Elle s'aperçut qu'elle ressentait la morsure du froid à travers ses gants et comprit ensuite que c'était pour l'empêcher de s'écrouler contre le mur glacial . Elle toussa un peu en suivant son conseil. Elle tenta de se calmer car elle espérait ne plus le faire, c'était beaucoup trop douloureux. La Serdaigle se mit alors à avoir une quinte de tout autant, si ce n'est plus que la première. Elle savait pertinemment que si elle n'avait pas été sur le banc, elle se serait écroulée au sol tant cela l'épuisait. Lorsqu'enfin l'air fut rentré et sorti de ses poumons sans aucune forme de violence, elle se risqua à regarder Lucas. Elle avait peur d'avoir baissé la tête et fermé les yeux depuis tellement longtemps qu'il serait parti sans demander son reste. L'auburn s'aperçut avec bonheur qu'il était resté. Sans lui, elle savait très bien que jamais elle n'atteindrait l'infirmerie sans se casser quelque chose dans des escaliers, glisser sur une dalle particulièrement humide, ou juste tomber de fatigue dans un couloir vide où personne ne la retrouverait.
« Merci » réussit-elle à articuler après de nombreux efforts.

     Elle planta son regard dans les yeux clairs du garçon en espérant qu'il réussirait à lire tout ce qu'elle voulait mettre dedans, du simple "merci" à toute la reconnaissance qu'elle éprouvait en cet instant ; bref tout ce qu'elle aurait voulu lui dire , et peut être même qu'elle ne lui aurait pas dit de vive voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Poufsouffle

Parchemins : 179
Âge : 14 ans (14 mars)
Actuellement : 3ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]   Lun 10 Oct - 14:03

« Nous sommes bien d'accord. » Approuva le Poufsouffle qui était très Serdaigle à ce niveau là et qui traînait en permanence dans la bibliothèque. Il n'appréciait rien tant que de se plonger dans un bon livre, ce qui avait aussi l'avantage de le couper du monde – et comme le monde et lui n'était pas toujours bons amis… -. De toute manière, Lucas ne se faisait pas beaucoup d'illusion, il n'était pas à Poufsouffle pour ses grandes qualités de tolérance. Il était dans cette maison parce qu'il n'y en avait aucune qui soit taillée sur mesure pour lui et qu'à Poufsouffle on accueillait tout le monde sans distinction. Ce qu'il pensait être une qualité, mais lui-même pouvait faire preuve d'une intolérance crasse lorsqu'on pénétrait dans certains domaines. Ce n'était pas pour rien qu'il avait commencé son année en se battant pour défendre l'honneur de sa cousine, la charmante Candys, préfète des Serpentards.

Comme il ne faisait aucun doute qu'il avait raison vu la mine qu'avait la jeune serdaigle, il préféra s'abstenir de faire un commentaire pour ne pas se montrer désagréable. Après tout, la jeune demoiselle était déjà malade, pas la peine d'en rajouter. Et il comprenait qu'elle ait pu avoir un accès de fierté, il en avait aussi parfois – son côté Montgomery sûrement -. Ce n'était jamais sympa de montrer aux autres qu'on était malade et qu'on ne pouvait pas se débrouiller tout seul… Enfin, lui, ça ne lui arrivait pas parce qu'il avait une santé de fer en dépit de son gabarit de gringalet, mais il imaginait tout à fait la réaction qu'il aurait eu à la place de Heather.

Il était soulagé quand ils furent assis car ainsi il était certain que même si elle tombait dans les pommes, il aurait assez de force pour la rattraper. Il en doutait beaucoup plus en position debout. Il était grand, mais pas très fort, pas le genre à pouvoir porter une fille façon princesse ! Tiens, en parlant de ça, il n'avait toujours pas résolu son problème de cavalière… et puisqu'elle semblait éprouver de la gratitude, peut-être que…

« De rien. » Commença-t-il, peu sûr de la manière dont il devait terminer (ou commencer, ça dépend comment on se positionne) sa demande. Dire que tout ça c'était la faute de sa mère ! Il se serait volontiers contenté d'aller au bal avec sa petite sœur, lui ! « Dis… est-ce que tu as un cavalier pour le bal ? Parce que si tu n'en as pas, moi je cherche une cavalière. » On avait vu mieux comme demande, mais c'était pas si mal pour quelqu'un comme Lucas. « Bien sûr, tu peux me répondre quand tu iras mieux. » Précisa-t-il pour qu'elle ne se sente pas forcée d'y réfléchir maintenant alors qu'elle n'allait pas très bien. « Si tu as repris des forces, il faudrait qu'on commence à y aller, tu ne crois pas ? Sans une bonne potion, ton état ne s'arrangera pas, surtout dans ces courants d'air. » Jusque là… tout ce qu'il disait (à part cette invitation sortie de nul part) était issu d'une logique implacable. Mais plus généralement, Lucas pouvait être bizarre, et ça, ce n'était pas très nouveau.

{534}
{Désolée pour le retard!}


«Il existe trois types de gens que personne ne comprend : les génies, les fous et ceux qui marmonnent dans leur barbe.
Heureusement je n'ai pas de barbe.»
FLORISSONE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Serdaigle

Parchemins : 87
Âge : 13 ans - 08/12
Actuellement : 2ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Cha

MessageSujet: Re: L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]   Dim 16 Oct - 13:05

     Quelqu'un d'accord avec elle pour leur avis sur les livres et même pas à Serdaigle ? Ca ne court pas les rues pourtant ! Soudain, elle comprit pourquoi il lui semblait plutôt familier : elle l'avait déjà vu à la Bibliothèque, où il semblait passer autant de temps qu'elle. Elle lui sourit. Pour une fois qu'elle parlait à quelqu'un, que celui-ci était sympa, qu'elle l'aimait bien , qu'elle lui parlait plus de quinze secondes et qu'il aimait les livres ... Cela n'arrivait jamais ! Jamais il ne faudrait qu'elle l'oublie !

     Soulagée qu'il comprenne sa poussée d'orgueil sans la juger, elle réussit à se calmer, et il faut bien avouer qu'elle respirait beaucoup mieux lorsqu'elle n'essayait pas de parler tout en toussant en même temps. Elle retrouva une respiration normale, bien qu'elle aie encore mal à la gorge. L'auburn se préparait à se lever pour aller à l'infirmerie, maintenant qu'elle était à peu près sûre de pouvoir marcher quand il lui posa une question à laquelle elle ne s'attendait vraiment pas à entendre, que se soit de lui où de n'importe qui. Elle écarquilla les yeux et entrouvrit la bouche, avant de la refermé sans avoir dit un mot.
     Choquée, elle ne savait pas quoi répondre. Son cerveau tournait dans le vide (elle n'était même pas sûre d'y réfléchir vraiment). La fillette ne voulait même pas aller au Bal, à l'origine. Même si sa mère lui avait acheté une robe, même si sa mère lui avait conseillé d'y aller pour ne pas le regretter ; elle n'avait aucune envie de s'y rendre. Heureusement, il lui proposa d'attendre sa réponse. Je pourrai trouver un moyen poli de refuser au moins. Car oui, elle n'avait plus aucun doute : elle ne voulait catégoriquement pas aller au Bal !
     Lucas lui proposa alors d'aller à l'infirmerie. Elle se leva, et la réponse qu'elle fit ne lui parut pas sortir de sa propre bouche.
« Je ... Oui. On ... Je veux bien aller au Bal avec toi ! »

     J'ai dit ça moi ? Elle jeta un regard autour d'eux, pour tenter de repérer une autre fille qui aurait pu dire cela. Mais à l'évidence, c'était bien elle-même qui avait parlé.

{Vraiment pas grave ^^}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'amitié peut-elle naître d'une gaffe ? [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une amitié peut cacher un quiproquo. A Y D E N
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Même la mort ne peut rien pour nous..[PW Alissa]
» Haïti peut se developper sans les promesses internationales
» Sadaka D.Lantern [Terminer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Année 21 (2011-2012)-
Sauter vers: