AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  






Partagez | 
 

 Anisette [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Serdaigle

Parchemins : 81
Âge : 16 ans
Actuellement : 6ème année


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Alan, Quentin & Jason

MessageSujet: Anisette [PV]   Mar 26 Avr - 23:29

Ça y'était. Julian était à Poudlard.

Tout était fini. Capri Ilvermorny, c'était fini. Les amis, c'était fini. Les Etats-Unis, derrière lui. Toute la vie de Julian se trouvait à présent à des milliers de kilomètres, derrière l'océan Atlantique et y mourrait. Sans éxagérer, Julian se sentait dépérir.

Julian Farrow avait brusquement dû quitter sa vie Américaine à cause d'une mutation professionelle parentale. La pire des plaies, en termes scientifiques. Julian était le seul que cette décision impactait vraiment. Amy n'était pas encore scolarisée (tout du moins en école magique) et ses parents, eux, devaient bien se réjouir d'avoir changé de pays et de travail. Quoiqu'ils n'avaient pas l'air spécialement heureux, à y réfléchir. Inquiets, au mieux, soucieux même. Mais pas vraiment heureux la grosse blague donc, de qui se moquait-on ?.

Julian s'en fichait. C'était sa vie qui était fichue, pas la leur.
Il n'avait aucun ami ici, il ne connaissait personne et n'avait de toute manière aucune envie de faire des rencontres. Si, il avait bien un cousin au 6ème degré à une vache près, c'est pas une science exacte à Poudlard, mais il ne le connaissait pas et ne l'avait même jamais vu. Sa mère était la cousine de maman ou un truc comme ça.
Bref, ça ne changeait rien au fait que tous ses amis à lui – ses amis, les vrais, ceux avec qui il avait grandi pendant 4 ans à Ilvermorny – soient restés en Amérique. Il était seul ici. Seul comme la misère, seul comme le monde. Il n'avait plus qu'à se jeter du haut de la tour d'Astronomie et ne plus en parler.

Sauf que pour ça, il fallait retrouver son chemin. Pour son premier jour, maman avait transplané jusqu'à Pré-au-Lard - le village voisin de Poudlard – avec Julian, dans le but d'accompagner son fils jusqu'à sa nouvelle école. Hélas, les valises n'ayant pas trop aidé à gagner du temps sur le trajet, Meredith Farrow avait été prise par le temps et avait du partir en toute hate. Elle n'avait pas pu accompagner son fils jusqu'au boût du long chemin qui menait de Pré-au-Lard à Poudlard, faute de temps.
Parfait... En plus d'être tout seul pour voir la directrice, Julian allait devoir se porter seul toutes ses valises ! Et tout ça à cause du travail de maman. Une fois de plus le Ministère de la Magie pourrissait la vie de Julian. Qu'il brûle en enfer, tiens.

« Oh mais avec un peu de chance, je vais tomber sur mon super cousin qui va me faire visiter le château ! »

Julian était d'une humeur massacrante. Très franchement, il n'avait toujours pas avalé d'avoir dû quitter son école, sa maison, son quartier, sa vie, en moins d'une semaine. Ce n'était pas précipité, à ce niveau là c'était devenu de la folie furieuse. Ajoutez à celà ce maudit collier qui n'avait toujours pas pu quitter son cou depuis Halloween (et ce n'était pas faute d'avoir essayé) et vous obtiendrez un Julian Farrow au bord de la colère noire.

« Le bureau de la directrice... le bureau de la directrice, c'est où ça ? Quoi... Qu'est-ce que t'as toi ?  »

En pleine recherche, Julian tomba sur un chat de couleur grisatre, qui de ses yeux jaunes ne le quittait pas. Il voulait une photo ? Julian n'aimait pas les chats. Ils étaient fourbes, infidèles et interressés. Et puis ça n'arrêtait pas de fixer les gens sans raison Stupide bestiole, va en enfer toi aussi.

Après plusieurs minutes de recherche et grâce à l'aide d'un fantôme (A Poudlard aussi ils avaient des fantômes donc copieurs), Julian finit par trouver l'emplacement du bureau de la directrice. Enfin... plutôt de la statue qui y donnait accès, dirons-nous. Un mot de passe leur avait été communiqué pour dévoiler l'emplacement du passage secret. Maman le lui avait donné avant de partir en urgence à son travail. Avant de lâcher, quoi.

« Citron Sorbet Anisette ! »

Lança le jeune homme de 15 ans à la statue qui, s'en attendre, tourna sur elle-même pour dévoiler un escalier en colimaçon. Julian n'avait jamais été impressionné par la magie, il n'allait certainement pas l'être maintenant qu'elle était Anglaise.

Montant ses valises à la main (c'était manifestement en option maman, les sortilèges de transport), Julian arriva devant le bureau de la Directrice et frappa à la porte sans attendre. Il n'avait pas peur. La répartition qu'il allait subir ne comptait pas vraiment, puisque lui, il était un étudiant d'Ilvermorny et avait déjà été réparti là-bas. Ici, ce n'était pas son école. Ce n'était rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Directrice de Poudlard

Parchemins : 281
Âge : 86 ans (4 octobre 1926)
Actuellement : Directrice de Poudlard


Informations supplémentaires
SIGNE PARTICULIER:
RELATIONS:
Multi-compte de: Mymy

MessageSujet: Re: Anisette [PV]   Lun 16 Mai - 11:01

En attendant que le nouvel élève se présente pour sa répartition tardive, Minerva utilisait sa pensine pour évacuer des souvenirs récents et les observer d'un œil extérieur. Son vieil ami, Dumbledore, faisait souvent ça en période de crise. Or il était évident qu'ils étaient en plein dedans. Lorsque le Choixpeau avait exprimé son désir de s'exprimer devant tous les élèves d'ici quelques semaines, elle avait cru défaillir. Puis, elle avait acquiescé, les lèvres serrées, le teint un peu pâle. Elle s'inquiétait pour ses enfants de Serpentard. Oui, ses enfants. Minerva ayant eu une vie sentimentale compliquée, et surtout tardive, elle n'avait pas eu l'occasion d'avoir des enfants à elle, mais tous les élèves de Poudlard étaient un peu les siens. Ils partaient tous avec sept années où elle s'était occupé d'eux à sa manière, un peu stricte, un peu sévère, et pourtant pleine de sentiments. Auparavant elle ressentait surtout cette affection pour les élèves de Gryffondor, toutefois, depuis qu'elle était directrice de toute l'école, elle avait comme agrandi un peu plus son coeur pour y accueillir tous les élèves. A moins que ça n'ait toujours été le cas mais que sa partialité pour sa propre maison et sa rivalité avec les autres directeurs de maison ne l'ait simplement camouflé à sa propre vue.

Laissant les images défiler au fil de ses souvenirs, elle s’arrêta sur celui d'un récent discours d'Hermione Weasley. Le fameux trio qui avait activement participé à sauver le monde magique il y avait presque quinze ans était en quelque sorte sa fierté, et Hermione en particulier avait une place à part dans le cœur de Minerva. Quand la jeune fille était une élève de sa maison, elle lui faisait un peu penser à elle, une élève de Gryffondor qui aurait tout aussi bien pu être chez les aigles, une grande intelligence parfois mal comprise, un plaisir du travail bien fait… mais les aventures qu'elle avait vécu l'avait plus ouverte au monde qu'elle-même. Ou alors c'était l'époque dans laquelle elle avait grandi qui l'avait aidé. En tout cas, elle avait réussi professionnellement – mais de ce côté là, Minerva n'avait jamais été à plaindre, elle était devenue professeur par choix -, et elle avait une belle petite famille. Minerva espérait bien avoir les enfants de Ronald et Hermione dans sa classe dans quelques années. Il était vrai qu'elle n'était déjà plus toute jeune mais les sorciers vivaient vieux, et que ferait-elle à la retraite ? Son époux était décédé, Poudlard était sa seule maison. Elle ferait comme Dumbledore et finirait ses jours ici. Ensuite, elle deviendrait un portrait accroché aux murs se souvenant qu'autrefois la personne qu'il représentait était directrice de cette belle institution.

Ce fut d'ailleurs la voix d'un des tableaux, celui de Severus Rogue, qui la sortit de ses rêveries. « Mme la directrice, votre visiteur arrive. » L'informa le tableau. Minerva, le regard encore un peu flou à cause de ses réflexions, leva son nez un peu pointu vers lui, et c'est en remarquant l'air sévère de son ancien collègue qu'elle revint définitivement à la réalité. « Merci Severus. » Répondit-elle simplement avant de s'éloigner de la Pensine pour se tenir bien droite devant l'entrée.

« Monsieur Farrow, bienvenue à Poudlard. » Salua-t-elle le nouvel élève. Elle n'avait pas compris la raison de ce transfert, mais le ministère ainsi que la famille Svenson et Warldof avaient appuyé cette demande, aussi avait-elle cédé. Les transferts en cours d'année n'étaient cependant pas très courant. Le dernier était celui de Lana, la sœur jumelle d'Alice Orwell, et à l'époque le fait qu'ils soient en plein Tournoi des Trois Sorciers avait déjà forcé la main de la directrice. Même si, au fond, elle avait aussi accepté parce que la jeune Orwell avait des problèmes psychologiques à résoudre, rien de grave, mais la présence d'une nouvelle tête façon de parler puisqu'en fait c'est la même tête que la sienne hein ne pouvait que l'aider. Pour monsieur Farrow, c'était un peu différent, déjà parce que son air boudeur ne laissait pas grand doute sur ce qu'il pensait de ce transfert et de sa nouvelle école. Mais Minerva n'était ni du genre à se laisser attendrir, ni à se laisser déstabiliser.

« Je suis Minerva McGonagall, directrice de Poudlard mais aussi occasionnellement professeur de métamorphose. » Là dessus, le tableau représentant Dumbledore émit un petit rire. Sûrement à cause de l'adverbe occasionnellement, car il était vrai que Minerva ne tenait pas ses assistants en haute estime et qu'elle prenait la main sur les cours de métamorphose dès qu'elle avait quelques heures devant elle. Elle leva brièvement les yeux vers le portrait mais son visage resta fermé et en apparence hermétique à ce rire.

« Veuillez vous asseoir je vous prie, je vais vous mettre le Choixpeau. C'est lui qui décide de la maison qui vous correspondra le mieux. Il aurait voulu vous pousser la chansonnette pour vous présenter les quatre maisons, mais si nous voulons que je vous présente un peu l'école, nous n'allons pas en avoir le temps. » Là, le Choixpeau, que Minerva avait rapproché, fit entendre sa voix. « Quel dommage, pour une fois que j'avais un auditoire privé. » La directrice eut un discret sourire à l'égard du vieux chiffon. « Une autre fois mon ami, pour le moment, vous allez répartir monsieur Farrow. » Elle posa sans plus de discussion le Choixpeau sur la tête de Julian et au bout de quelques instants il décida : « Serdaigle ! » Minerva récupéra l'objet magique et le posa avec une certaine douceur sur le bureau.

« Ce sera donc Serdaigle, la maison de ceux qui recherchent le savoir et qui apprécient l'intelligence. » Elle passa derrière le bureau et prit une panoplie aux couleurs de la maison Serdaigle, elle en avait en réserve pour les quatre maisons vu qu'elle n'avait pas pu deviner à l'avance le choix du Choixpeau. « Voici les parties manquantes de votre uniforme. Et votre emploi du temps, quelles seront vos matières optionnelles ? » La directrice avait toujours eu l'esprit pratique, que Julian soit content ou pas de sa répartition l'indifférait. Comme beaucoup, il s'y ferait au bout d'un moment. Même si ce n'était pas l'année la plus joyeuse pour s'intégrer… mais ça, c'était un autre problème, au moins n'était-il pas tombé à Serpentard.


"Hogwarts is threatened!" shouted Professor McGonagall. "Man the boundaries, protect us, do your duty to our school !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Anisette [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HP-Hogwarts ::  :: Archives :: Les vieux grimoires :: Les années précédentes :: Année 21 (2011-2012)-
Sauter vers: